Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Arts et créativités -> Musique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Malik


Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2013
Messages: 243
Localisation: Algérie

MessagePosté le: Mer 22 Jan - 14:26 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant


_________________
Après tout, qu’est Dieu ? Un éternel enfant jouant un jeu éternel dans un éternel jardin.Sri Aurobindo


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Jan - 14:26 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
chantal


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2013
Messages: 611
Localisation: près d'Avignon

MessagePosté le: Mer 22 Jan - 15:27 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant

Alors là je suis scotchée j'adore Moustaki mais je ne le connaissais pas dans ce répertoire le poème le but de Sri Aurobindo. Merci Malik
Le But

Quand nous avons dépassé les savoirs, alors nous avons la Connaissance. La raison fut une aide; la raison est l'entrave.

Quand nous avons dépassé les velléités, alors nous avons le Pouvoir. L'effort fut une aide; l'effort est l'entrave.

Quand nous avons dépassé les jouissances, alors nous avons la Béatitude. Le désir fut une aide; le désir est l'entrave.

Quand nous avons dépassé l'individualisation, alors nous sommes des Personnes réelles. L'ego fut une aide; l'ego est l'entrave.

Quand nous dépasserons l'humanité, alors nous serons 1'Homme. L'animal fut une aide; l'animal est l'entrave.

Transforme ta raison en une intuition ordonnée; que tout en toi soit lumière. Tel est ton but.

Transforme l'effort en un flot égal et souverain de force d'âme; que tout en toi soit force consciente. Tel est ton but.

Transforme la jouissance en une extase égale et sans objet; que tout en toi soit félicité. Tel est ton but.

Transforme l'individu divisé en la personnalité cosmique; que tout en toi soit divin. Tel est ton but.

Transforme l'animal en le conducteur des troupeaux; que tout en toi soit Krishna. Tel est ton but.

**

Ce que je ne puis faire maintenant est le signe de ce que je ferai plus tard. Le sens de l'impossibilité est le commencement de toutes les possibilités. C'est parce que cet univers temporel était un paradoxe et une impossibilité que l'Éternel l'a créé de Son être.

L'impossibilité est simplement une somme de possibilités plus grandes encore irréalisées. Elle voile une étape plus avancée, un voyage encore inaccompli.

Si tu veux que l'humanité progresse, jette bas toute idée préconçue. Ainsi frappée, la pensée s'éveille et devient créatrice. Sinon elle se fixe dans une répétition mécanique qu'elle confond avec son activité véritable.

Tourner sur son axe n'est pas le seul mouvement pour l'âme humaine. I1 y a aussi la gravitation autour du Soleil d'une illumination inépuisable.

Prends d'abord conscience de toi-même au-dedans, puis pense et agis. Toute pensée vivante est un monde en préparation; tout acte réel est une pensée manifestée. Le monde matériel existe parce qu'une Idée se mit à jouer dans la conscience divine.

La pensée n'est pas essentielle à l'existence et n'en est pas la cause, mais c'est un instrument pour devenir : je deviens ce que je vois en moi-même. Tout ce que la pensée me suggère, je puis le faire; tout ce que la pensée révèle en moi, je puis le devenir. Telle devrait être l'inébranlable foi de l'homme en lui-même, car Dieu habite en lui.

Notre tâche n'est pas de toujours répéter ce que l'homme a déjà fait, mais de parvenir à de nouvelles réalisations, à des maîtrises dont nous n'avons pas encore rêvé. Le temps, l'âme et le monde nous sont donnés comme champ d'action; la vision, l'espoir et l'imagination créatrice nous servent d'inspirateurs; la volonté, la pensée et le labeur sont nos très efficaces instruments.

Qu'y a-t-il de nouveau que nous ayons à accomplir ? 
L'Amour, car jusqu'à présent nous n'avons accompli que la haine et notre propre satisfaction; la Connaissance, car jusqu'à présent nous ne savons que faire erreur, percevoir et concevoir; la Félicité, car jusqu'à présent nous n'avons trouvé que le plaisir, la douleur et l'indifférence; le Pouvoir, car jusqu'à présent nous n'avons accompli que la faiblesse, l'effort et une victoire toujours défaite; la Vie, car jusqu'à présent nous ne savons que naître, grandir et mourir; l'Unité, car jusqu'à présent nous n'avons accompli que la guerre et l'association.

En un mot, la divinité : nous refaire à l'image du Divin.

Sri Aurobindo 
(1914 ou avant ?)

Traduction de La Mère.

dans le fascicule "Aperçus et Pensées" - 1956 - (pages 1-3)
publié par Sri Aurobindo Ashram - Pondichéry
diffusion par SABDA 

_________________
Il n'y a qu'une seule conscience la Conscience Une, qu'un seul regard celui de l'Esprit, qu'un seul corps l'Un


Revenir en haut
Malik


Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2013
Messages: 243
Localisation: Algérie

MessagePosté le: Mer 22 Jan - 16:08 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant




J'aime bien celui-ci aussi


Les Chaînes
Le monde entier aspire à la liberté, et pourtant chaque créature
est amoureuse de ses chaînes. Tel est le premier paradoxe
et l’inextricable noeud de notre nature.
L’homme est amoureux des liens de la naissance ; aussi se
trouve-t-il pris dans les liens jumeaux de la mort. Dans ces
chaînes, il aspire à la liberté de son être et à la maîtrise de son
accomplissement.
L’homme est amoureux du pouvoir ; aussi est-il soumis à la
faiblesse. Car le monde est une mer et ses vagues de force se
heurtent et déferlent sans cesse les unes contre les autres ; celui
qui veut chevaucher la crête d’une seule vague doit s’effondrer
sous le choc de cent autres.
L’homme est amoureux du plaisir ; aussi doit-il subir le
joug du chagrin et de la douleur. Car la félicité sans mélange
n’existe que pour l’âme libre et sans passion ; mais ce qui
poursuit le plaisir dans l’homme est une énergie qui souffre
et qui peine.
L’homme est assoiffé de calme, mais il a faim aussi des
expériences d’un mental agité et d’un coeur inquiet. Pour son
mental, la jouissance est une fièvre, le calme, une monotone
inertie.
L’homme est amoureux des limitations de son être physique,
et cependant il voudrait avoir aussi la liberté de son esprit infini
et de son âme immortelle.
Et quelque chose en lui éprouve une étrange attraction pour
ces contrastes. Pour son être mental, ils constituent l’intensité


artistique de la vie. Ce n’est pas seulement le nectar, mais le
poison aussi qui attire son goût et sa curiosité.
*
Il existe une signification pour toutes ces choses et une délivrance
de toutes ces contradictions. Dans ses combinaisons les
plus folles, la Nature suit une méthode, et ses nœuds les plus
inextricables ont leur dénouement.
La mort est la question que la Nature pose continuellement
à la vie pour lui rappeler qu’elle ne s’est pas encore trouvée
elle-même. Sans l’assaut de la mort, la créature serait liée pour
toujours à une forme de vie imparfaite. Poursuivie par la mort,
elle s’éveille à l’idée d’une vie parfaite et en cherche les moyens
et la possibilité.
La faiblesse pose la même épreuve et la même question aux
forces, aux énergies et aux grandeurs dont nous nous glorifions.
Le pouvoir est le jeu de la vie ; il en donne la mesure et révèle
la valeur de son expression. La faiblesse est le jeu de la mort qui
poursuit la vie dans son mouvement et fait sentir les limites de
l’énergie qu’elle a acquise.
Par la douleur et le chagrin, la Nature rappelle à l’âme que
les plaisirs dont elle jouit sont seulement un faible reflet de
la joie réelle de l’existence. Chaque souffrance, chaque torture
de notre être contient le secret d’une flamme d’extase devant
laquelle nos plus grandes jouissances sont comme des lueurs
vacillantes. C’est ce secret qui fait l’attraction de l’âme pour
les grandes épreuves, pour les souffrances et les expériences
terribles de la vie, alors même que notre mental nerveux les
abomine et les fuit.


L’agitation fébrile et le prompt épuisement de notre être actif
et de ses instruments d’action sont un signe de la Nature que
le calme est notre vrai fondement et que l’excitation est une
maladie de l’âme. La stérilité et la monotonie du calme pur et
simple sont aussi le signe de la Nature que le jeu de l’action sur
cette base inaltérable est ce qu’elle attend de nous. Dieu joue à
jamais et n’est pas troublé.
Les limitations du corps sont un moule ; l’âme et le mental
doivent se verser en elles, les briser et les refaçonner constamment
en de plus vastes limites, jusqu’à ce que soit trouvée la
formule d’accord entre cette finitude et leur propre infinité.
La liberté est la loi de l’être en son unité illimitable, le maître
secret de la Nature tout entière. La servitude est la loi de l’amour
en l’être qui se donne volontairement pour servir le jeu de ses
autres « moi » dans la multiplicité.
Quand la liberté travaille dans les chaînes et quand la servitude
devient une loi de la Force et non de l’Amour, la vraie
nature des choses est déformée et le mensonge gouverne l’action
de l’âme dans l’existence.
La Nature part de cette déformation et joue avec toutes les
combinaisons qui peuvent en résulter avant de lui permettre
d’être rectifiée. Ensuite, elle rassemble l’essence de toutes ces
combinaisons en une nouvelle et féconde harmonie d’amour
et de liberté.
La liberté vient d’une unité sans limites, car tel est notre être
véritable. Nous pouvons trouver en nous-mêmes l’essence de
cette unité ; nous pouvons aussi devenir conscients de son jeu
en union avec tous les autres. Cette double expérience est le
dessein intégral de l’âme dans la Nature.




Quand nous avons réalisé en nous-mêmes l’unité infinie,
alors nous donner au monde est liberté parfaite et empire
absolu.
Infinis, nous sommes affranchis de la mort, car la vie devient
un jeu de notre existence immortelle. Nous sommes affranchis
de la faiblesse, car nous sommes la mer tout entière jouissant
des myriades de chocs de ses vagues. Nous sommes affranchis
du chagrin et de la douleur, car nous apprenons à harmoniser
notre être avec tout ce qui le touche et à trouver en toute chose
l’action et la réaction de la joie de l’existence. Nous sommes
affranchis des limitations, car le corps devient un jouet de
l’esprit infini et apprend à obéir à la volonté de l’âme immortelle.
Nous sommes affranchis de la fièvre du mental nerveux
et du coeur, et cependant nous ne sommes pas contraints à
l’immobilité.
L’immortalité, l’unité et la liberté sont en nous, attendant
notre découverte ; mais pour la joie de l’amour, Dieu en nous
sera toujours la Multitude.
_________________
Après tout, qu’est Dieu ? Un éternel enfant jouant un jeu éternel dans un éternel jardin.Sri Aurobindo


Dernière édition par Malik le Mer 22 Jan - 18:30 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
chantal


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2013
Messages: 611
Localisation: près d'Avignon

MessagePosté le: Mer 22 Jan - 16:17 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant


_________________
Il n'y a qu'une seule conscience la Conscience Une, qu'un seul regard celui de l'Esprit, qu'un seul corps l'Un


Revenir en haut
Claire-ARUMI
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 22 Jan - 16:23 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant

oh quel bonheur, quelle douceur cette chanson.....................

Revenir en haut
Malik


Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2013
Messages: 243
Localisation: Algérie

MessagePosté le: Mer 22 Jan - 18:45 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant

Coucou Claire
_________________
Après tout, qu’est Dieu ? Un éternel enfant jouant un jeu éternel dans un éternel jardin.Sri Aurobindo


Revenir en haut
Claire-ARUMI
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 22 Jan - 18:55 (2014)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes Répondre en citant

coucou Malik !!! je vois que tu vas fort bien, c'est cool

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:26 (2018)    Sujet du message: Sri Aurobindo chanté par Georges Moustaki - Aphorismes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Arts et créativités -> Musique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom