Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

mon expérience de la dissoluion
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> DISCUSSIONS -> Expériences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gaston


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2013
Messages: 87
Localisation: québec

MessagePosté le: Mer 16 Juil - 20:49 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

16 juillet 2014

Je dirais qu’il y autant de façon de vivre la dissolution en cours qu’il y a d’humain sur terre. Voici en quelques mots, ma façon d’expérimenter cette dissolution.

La dissolution a lieu à l’intérieur de moi, ce qui se dissous c’est mon champ de croyance. Le jeu de la dissolution au quotidien se joue comme sur trois niveaux toujours à l’intérieur de ma conscience.

a) Mental et personnalité
b) La conscience identifiée au fait d’Être une personne
c) La conscience qui observe la dissolution des deux niveaux précédents

J’ai déjà vécu par le passé un éveil, des communions et des vibrations. La force de ces expériences à tellement fissuré le personnage que ma conscience a accès depuis à une autre partie de la conscience qui semble être hors du temps. Dans cette conscience il n’y a aucun doute, aucune peur tout va de soi. Donc même lorsque mon personnage vit son drame et que la conscience identifiée à une personne se laisse envahir par ce drame, il y a toujours une conscience en arrière plan qui calme le tout et qui met l’illusion en lumière.

Actuellement, mes croyances se font déliter une par une et mon personnage a perdu de son tonus, de sa réalité. Je vis ce délitage comme une vidange. Le cœur de l’amour conditionnel se vide de son contenu puisque une par une les croyances qui soutenait cet amour se dissous. Ce qui se dissous n’est pas remplacé par une autre croyance, il y a dissolution et l’espace engendré par cette dissolution reste vide. Il n’est pas remplacé par le cœur de l’un ni par des vibrations, juste le vide.

Il n’y a aucune volonté, le délitage se produit. Mon personnage réagit quelques fois et tente de se raccrocher à de veilles pensée, à de vieux fonctionnements. Ces tentatives me donnent l’impression de vouloir attraper le vent avec mes mains, lorsque J’ouvre les mains il n’y a plus rien. Mon personnage tente de s’accrocher mais ne trouve plus le crochet, les pensées ne réussissent plus à coller et se densifier, elles ne font que passer.

Un des effets que je vis: Disons que je parle avec quelqu’un et soudain j’arrête car je m’aperçois que je ne crois plus à ce que je dis. Ma personnalité cherche comme la base qui soutenait ces dires et elle a tout simplement disparue. Cette disparition de croyance se multiplie actuellement à la vitesse grand V, tous les aspects relationnels y passent. L’illusion est perçue dans toutes les circonstances, tout perd de son sérieux.

Autre effet : Mon univers relationnel c’est vidé de son contenu. Le champ de croyance engendre des liens d’attachements, de véritables cordes qui nous retiennent dans l’illusion et c’est ce que l’on appelle nos relations. Quand le champ de croyance se dissous, les liens se coupent graduellement, Toutes les parties de moi même avec qui j’étais en relation se déplace pour retrouver leur place en s’éloignant de mon expérience et pour la plupart en disparaissant complètement de mon expérience.

Autre effet : Depuis un certain temps, se sont les croyances qui soutenaient l’idée pour la personne d’être en couple qui passe au moulinet de la dissolution. C’est une dissolution que j’anticipais, me détacher de l’intérieur de ma conjointe ouf! Pourtant le tout ce passe dans la plus grande simplicité. Un des drôles d’effets, un soir que nous faisions l’amour j’ai soudainement arrêté, la situation -n’avait plus de sens en moi et depuis le sens n’est pas revenu.

Le plus grand des effets c’est l’arrêt. À l’exception des 25 heures/semaine passées au commerce, mon personnage est complètement figé, il n’y a plus aucune raison en lui pour s’activer. L’intérêt pour participer à l’illusion a disparu à l’exception du commerce.

Le personnage perd de son sens car il n’est plus supporté par un champ de croyance qui lui donnait vie. Donc ma conscience se retrouve identifiée à l’idée d’être une personne mais cette idée perd elle aussi son soutien d’expression qui est le personnage. Sans personnage, l’idée de la personne devient vide de sens.

J’expérimente cette dissolution dans un grand sentiment de paix, l’acceptation semble couler en moi et le non jugement c’est bien installé. J’affirmerais même que c’est fascinant de pouvoir faire une telle expérience, du moins pour moi.

J’ai l’impression que bientôt c’est l’idée même de la personne qui va passer dans le moulinet de la dissolution. La survie va bientôt faire son apparition, cette croyance est encore très dense et trouve écho dans la gestion du commerce. Ma conscience est incapable de ne pas prendre les finances au sérieux et c’est relié à la survie tout comme la dissolution de la personne.

Qu’est-ce que la lumière me réserve? Je l’ignore mais jouer avec la lumière est bien plus amusant que de jouer avec l’illusion.

Gaston


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Juil - 20:49 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 027
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 07:18 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

magnifique ton témoignage Gaston,

je comprends tout à fait ce que tu dis pour chaque sujet, le désintérêt de l'illusion qui n'est pas un déni, mais c'est usant d'être dans ce rêve qui n'existe même pas, de faire vivre ce personnage qui n'est pas, dans des relations qui ne sont pas. Voir le jeu permanent devient usant, et l'envie de rester dans ce vide, ce rien devient un appel pressant.

La paix est là, la joie aussi mais la futilité de rester ici devient de plus en plus présent, tout est vain, même la méditation, alors juste envie de rester  tranquille et pourtant cette illusion nous tient encore et nous oblige à entrer dans la danse, dans ce mouvement qui fatigue, jusqu'au ras le bol?
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
chantal


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2013
Messages: 611
Localisation: près d'Avignon

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 07:58 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

Merci Gaston pour ton témoignage, cela résonne bien en moi 
_________________
Il n'y a qu'une seule conscience la Conscience Une, qu'un seul regard celui de l'Esprit, qu'un seul corps l'Un


Revenir en haut
Patrice


Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2013
Messages: 107
Localisation: Rochefort du Gard

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 08:47 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

Merci Gaston. Je vis aussi la même chose depuis un certain temps et je n'arrivais pas à le formaliser sinon ce grand vide et rien pour se raccrocher. Tout semble vain; non: tout est vain. Envie de rien. Même la musique qui m'a porté toute ma vie n'a plus le même intérêt. J'écoute avec plaisir ce qui se présente et qui me plait, mais je n'écoute plus mes CD Le silence devient une nécessité. En décembre, j'ai réintégré une troupe de chant, mais tout en aimant chanter et bien que j'aime le membres de la troupe, je m'y sens loin, étranger; j'observe et n'arrive pas à apprendre quoi que ce soit. Je ne vais pas pouvoir continuer ainsi car mes frères et soeurs, qui sont à fond dans la préparation du spectacle, ne comprennent pas. C'est ainsi pour tout: la moindre contrainte (jardin, bricolage, entretien...) me pèse et n'a plus de sens. Heureusement que suis à la retraite car je me sentirais incapable d'avoir une activité professionnelle. Ayant des problèmes de santé, je me "soigne", mais sans conviction car je réalise que mon médecin, bon professionnel consciencieux est à côté de la plaque.
Ce qui surprend, c'est de réaliser toute l'illusion dans laquelle nous vivons: la frénésie de consommation, des jeux tels le foot, les jeux des politiques, les discours, ça fait sourire et en même temps, cela attriste. Et puis arrive au bon moment une vidéo d'un Mooji...et c'est la communion. Et puis, comme le dit Françoise, "cette illusion nous tient encore et nous oblige à entrer dans la danse, dans ce mouvement qui fatigue, jusqu'au ras le bol"
_________________
"Il faut se simplifier à l'extrême pour arriver à l'Essentiel"


Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 027
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 15:11 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

le ras le bol a du bon finalement. car regarder le jeu jusqu'à plus soif permet d'aller encore au delà et de s'apercevoir que derrière les regards ou points de vue, il n'y a personne, il n'y a jamais eu personne. oser enfin se tourner vers se vide qui est là, immense vacuité qui aspire tout permet l'immobilité dans la danse et le mouvement.

C'est comme si l'immobilité était en arrière plan et la danse sur le devant de la scène est de vivre le NON ETRE permet l'inverse, l'immobilité reste le plan principal et le mouvement se fait tout seul, sans personne.

On a beau dire tant que l'on a pas vécu, il est impossible de comprendre BIDI, on croit comprendre, on s'approprie même ses paroles mais tant que ce n'est pas vécu, ce n'est qu'une illusion de plus.

LE SOI avait tué l'égo et le SOI vient de se tuer lui même en s'apercevant qu'il n'a jamais existé. Un grand merci au vide et au ras le bol.
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Dernière édition par Françoise le Jeu 17 Juil - 15:23 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 027
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 15:14 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

BIDI
13 avril 2012 - 1
BIDI est donc, de nouveau, avec vous. Après nos entretiens, après vos questions et ce que je vous ai rendu comme réponses, je me doute qu'il doit exister, en vous, d'autres questions. Alors, j'aurai d'autres réponses. Saisissez qu'au-delà de cet échange, au-delà de vos questions et de mes réponses, l'Absolu demeure. Bien évidemment, vous l'avez compris, l'ensemble de mes réponses n'est destiné qu'à vous faire interroger sur l'Absolu. Absolu que vous ne pouvez, ni définir, ni même comprendre, ni même approcher (comme je l'ai dit). Par contre, je pourrais, tout à fait, vous vendre, en quelque sorte, les avantages à être, avant tout, Absolu, et les inconvénients à demeurer dans le Je ou dans le Soi.
Le premier avantage, c'est que, quoi que vous disiez, quoi que vous pensiez et quoi que vous expérimentiez, le Je et le Soi finiront avec votre départ de ce corps et donc, ni le Je, ni le Soi, ne pourront vous satisfaire, aucunement, au-delà de la durée éphémère de ce que vous appelez cette vie. L'Absolu confère, en quelque sorte, très exactement l'inverse et l'opposé de cela. C'est la fin de la mort. C'est la fin de l'oubli.
Le deuxième avantage (qui est, certainement, pour cette vie éphémère et ce Je / Jeu éphémère) qui laisse l'Absolu Ệtre, c'est que, bien évidemment, au sein de l'Absolu, il ne peut exister aucune des fluctuations que vous vivez chaque jour de votre vie : un jour, vous êtes heureux ; un jour, vous êtes malheureux ; un jour, vous vivez le Soi ; un jour, le Soi s'éloigne de vous. Et cela est impossible dans l'Absolu. L'Absolu vous confère donc une forme de pérennité et je dirais même plus, une sécurité totale, bien au-delà du Soi. Du point de vue de l'Absolu, on peut même se poser la question de pourquoi doutez-vous ? Pourquoi n'osez-vous pas ? J'irais même plus loin : le Je a tendance à vouloir rechercher l'Éveil, l'Illumination, la Réalisation. Il s'y emploie, je dirais (pour ceux qui sont en démarche dite spirituelle), à plein temps. Mais c'est ridicule dans la mesure où l'Absolu (qui est vous-mêmes) vous ouvre ses portes et, instantanément, dès que vous supposez et proposez la possibilité de l'Absolu, et bien, Il est là. Mais, l'Ego ne vous permettra jamais de supposer cela parce qu'il est bâti, justement, sur la négation de l'Absolu. Et le Soi est, je dirais, tellement narcissique, tellement imbu de lui-même, que, lui non plus, ne permettra, jamais, à l'Absolu de s'immiscer dans cette espèce d'auto satisfaction de celui qui se croit Éveillé (ou Réveillé) à quoi que ce soit.
Nous sommes dans des temps, sur cette Terre (que vous vivez), particuliers et intenses. Toute la question est de savoir combien de temps vous allez, en quelque sorte, résister à l'évidence, résister à la pérennité et préférer, en quelque sorte, les allées et venues entre la joie et la tristesse, l'auto satisfaction et, en quelque sorte, le déni de l'évidence de l'Ultime et de l'Absolu. Si vous vous posez, sincèrement, la question (et je vous engage à vous la poser et non pas à me la poser), vous constaterez, par vous-mêmes, qu'il est, à ce niveau là, une espèce de stupidité de l'intelligence humaine qui est très éloignée de la Vérité de l'expérience et de cet état Ultime (qui n'est pas un état). Vous passez votre temps à aller d'un état à l'autre, d'un centre d'intérêt à un autre. Et, si je vous dis que l'Absolu répond, en bloc et d'un seul coup, à l'ensemble de toutes vos interrogations, l'Ego va penser que c'est ennuyeux et que c'est ennuyant. Alors, bien sûr, il va passer son temps (au lieu de se réfuter lui-même) à réfuter l'Absolu et à s'en éloigner, à travers une recherche, hypothétique, d'une quelconque Réalisation, d'une quelconque évolution ou d'une quelconque transformation, au sein d'une linéarité qui, de toute façon, ne laisse aucune évidence à l'Infini.
En résumé, vous êtes dans un corps limité, vous êtes dans des pensées limitées, vous rêvez de l'Illimité. Vous êtes finis, vous rêvez d'Infini mais dès que l'Infini arrive, vous rebroussez chemin. Parce que, bien évidemment, il n'y a pas de solution de continuité (comme cela a été dit) et donc, pour vous, c'est tout à fait déplorable, tout à fait illusoire, tant que vous demeurez au sein de cet Ego (cette petite personne qui est née un jour et qui mourra, de toute façon, quoi que vous fassiez, quoi que vous réalisiez). Et vous recommencez à chaque fois.
Hier, UN excellent AMI (qui est votre Ami) vous a délivré des phrases (ndr : voir intervention de UN AMI du 12 avril 2012). Ces phrases sont des résonances importantes pour vous permettre d'oser et de vous poser la question de pourquoi vous n'osez pas. Quelle est cette peur ? Quel est ce doute qui est inscrit dans ce corps (qui n'est qu'un sac de nourriture, qui est destiné à nourrir autre chose, bien sûr, à sa mort) ?. Et vous persistez à vous imaginer être ce corps et tout ce qui ne dure pas (qui n'a qu'un temps au sein de ce monde), qui est inscrit entre votre venue dans ce monde et votre départ de ce monde. Et vous rêvez d'Illimité à travers une relation avec un être aimé. Et vous rêvez de permanence de quelque chose qui serait Éternel mais en prenant bien garde de vous installer dans l'éphémère. Est-ce que vous vous rendez compte de ce ridicule, de ce qui est pensé, de ce qui est imaginé et de ce qui est projeté ? Voulez-vous sortir du ridicule ? Voulez-vous, enfin, être cette Joie Éternelle, cette Extase permanente ? Seriez-vous autant effrayés par votre propre plaisir ? Seriez-vous autant effarés de n'être que cette Source de plaisir, indicible, permanent, Éternel ?
Voilà où se situe le cadre, entre nous, aujourd'hui. Je vous dis donc : bonjour et bienvenus dans l'Éternité. Nous allons donc échanger, à bâtons rompus, sur les questions que vous m'avez posées et les réponses que j'y ai apportées. Là aussi, je vous demande de ne pas chercher à comprendre mais à vous imprégner de nos échanges. Les questions sont infinies. Les réponses le sont tout autant. De la même façon que vous vous cachez derrière vous-mêmes, de la même façon qu'au-delà de l'observateur et du témoin, il y a quelque chose qui est là et qui n'a jamais bougé, de la même façon (au-delà de vos questions et des réponses), il y a, aussi, cet Absolu. C'est cela que nous allons essayer de laisser s'installer, en déroutant, en quelque sorte, votre Ego, votre personnalité et votre Soi, de son état, afin d'abandonner cet état au profit de quelque chose dont rien ne peut être dit. Mais qui, dès l'instant où il s'installera, vous montrera la vanité et la superficialité de tout ce que vous aviez entrepris auparavant et qui, pourtant, était (dans certains cas, vous le savez) nécessaire. Mais, même ce nécessaire ne doit pas être une finalité. Il vous faut lâcher les béquilles, lâcher tout ce que vous tenez, tout ce à quoi vous pensez être arrivés. Vous n'êtes arrivés nulle part. Parce qu'il y a nulle part où arriver. Arriver quelque part signifie qu'il faut être parti. Mais, parti de quoi ? Et parti d'où ? 





_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
zenda


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2014
Messages: 23
Localisation: rhône/alpes

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 20:08 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

Bonsoir à tous,


Gaston merci pour ton témoignage et merci à vous tous qui ont donné suite. Vous venez de me faire un magnifique cadeau, c'est comme si vous m'aviez offert la clef d'un « verrou ». Bien entendu, ce grand merci ne s'adresse pas à vous, puisque vous et moi sommes des « personnages  illusoires » du monde du rêve, il s'adresse à « Ce qui ESt ». Mais, néanmoins, je vous adresse, à vous personnages illusoires, toute ma gratitude, parce qu'en vous remerciant, c'est  « ma » véritable nature (dans l'Unité) , l'Absolu, que je reconnais, redécouvre et que je remercie à travers vous.


L'expérience de l'Absolu, je ne l'ai pas demandé et encore moins recherché. Disons plutôt que je (mon mental) était à des millier d'années lumières de tout ça. Je n'en avais jamais entendu parlé et à vrai dire une fois la Grâce de l'instant passé, mon mental a été tellement traumatisé, qu'il s'en serait bien passé , (j'étais tranquillement en train de faire ma corvée de repassage en me demandant simplement si j'étais comblée dans la vie, et lorsque j'ai constaté que rien ne me manquait dans cet instant même, mon personnage s'est aussitôt évaporé, dissolu, il est mort durant un instant d'éternité. Je n'étais plus que « Ce qui Est ». J'étais à la fois, « Ce qui EST » et en même temps (il n'y avait plus de notion du temps) le regard de « Ce qui Est » sur lui-même. En me « regardant » (re-connaissant) tel que « JE SUIS , Abslolu, ( Unité, infini,illimité, Vie, joie, liberté, amour inconditionnel, tendresse, humour, compassion,...), (ce « je » est celui de l'Absolu), je vibrais de gratitude pour moi-même, d'une gratitude sans nom, sans limite.


Lorsque mon personnage est « revenu a la vie » dans le monde du rêve . J'étais (et là c'est le personnage qui parle), dans un état d'émerveillement, mon corps à littéralement vibrer pendant cinqs jours. De la tête aus pieds, à l'intérieur et à l'extérieur, je n'avais même plus de sensation de poids, j'étais devenue légère comme une plume, moi qui suis un cube d'1,5Om pour 75 kg …. Puis, mon mental a vite repris le flambeau. Il est entré en résistence. Une peur viscérale de ne pas exister en tant que « zenda », et viscerale est bien le terme appropiré, m'a submergé et s'est emparée de moi. Même si je savais pertinemment que ce traumatisme était une illusion, il y a eu déni de l'expérience, suivit d' une forme de dépression, parce que lorsqu'on a « Vu », on a « Vu », on ne peut plus faire marche arrière et le mental ne peut pas lutter contre cela.
Je suis passée par le stade du déni, de la dépression, de l'acceptation mais qui n'était qu'une acceptation déguisée du mental, au désabusement (ce monde est une illusion, je suis une illusion, les autres sont une illusion, je n'ai plus de but... alors, a quoi bon poursuivre « ce film », «  l' ici » n'est que futilités. Je me suis mis à maudire, cette expérience, elle avait bouleversé ma petite vie, ma petite tranquillité, j'avais perdu tout mes repères, il n'y avait plus que du détachement envers et pour tous, Je me sentais seule, isolée par rapport aux autres, parce que paradoxalment, je n'étais rien et j'étais le TOUT à la fois. Plus rien ne m'interraissait, même plus ma passion : l'écriture, je n'étais plus présente à moi-même, ni dans mon foyer (pour mes enfants et mon mari, mes amis) , ni dans mon travail (auprès des malades que je soigne). Puis un jour, j'en ai eu assez d'être dans cet état. Je me suis mis en colère, « une rage des profondeurs » est remontée à la surface et sa « lave » a éclaté.
Dans ce face à face avec moi-même, (le mental était en action bien entendu, j'en avais conscience, mais il y avait en arrière plan, un autre regard), ma colère était dirigée contre mon mental. je voulais qu'il disparaisse et qu'il me laisse tranquille, et elle était aussi dirigée contre ce « JE SUIS » que j'avais « découvert » et que j'avais « re-connu ». J' ai demandé pourquoi, pourquoi j'avais « VU » ?... Et est-ce que j'étais la seule a avoir « VU » dans ce monde de l'illusion étant donné que personne ne comprenais cette vérité du « jeu » de l'illusion.... et j'ai fini par trouvé ce forum comme par hasard... hasard ?... Ce fut un grand « OUF » pour  «  ma petite personne ».
Entre temps (cela fait quelque mois maintenant), après ma tempête intérieur, le calme s'est installé en moi, et j'ai pu de nouveau goûter à la joie de la paix, par le lâcher prise, c'est à ce moment là, que j'ai trouvé le Forum. Ce lâcher prise n'est pas encore total, mais je m'en fiche à vrai dire, je m'amuse en observant les subtils rouages de mon mental et je m'amuse aussi en constatant que je me laisse prendre, encore et encore, au jeu de mon personnage lorsque j'arrive à le percevoir). Parce qu'en fait, une « Evidence » à fait lumière : Tout cela est un merveilleux jeu de cache-cache avec moi-même : avec qui « JE SUIS ».


Il y a quelques jours, une autre Evidence à fait « Lumière », c'était comme un petit refrain : « Je me meus dans ma propre subsance Universelle. ». J'évoluais tout en écoutant cette musique sans vraiment la comprendre et sans chercher à m'y accrocher. Elle était là tout simplement. Et puis ce matin, il y a eu une sorte de déclic, un nouveau « Regard » s'est installé, c'est comme si je redécouvrais le monde, la nature, les gens, l'air, l'espace, les choses, tout était plus léger, plus beau , plus vivant. Et ce refrain à fait sens, « JE » « ME » sentais litteralement évoluer dans ma propre substance.


Une question demeurait toujours coincée dans mon mental, même après le lâcher-prise, qui a fait suite à ma grosse colère : « Pourquoi suis-je (« JE SUIS » ) « coincée » dans ce monde de l'illusion ?... A quoi bon ce personnage de zenda puisqu'il n'existe pas ?.. puisque tout cela n'est que futilité.... »
Lorsque la question surgissait, je n'essayaie même plus de répondre, je savais que cette réponse serait de l'ordre du mental et je n'avais plus envie de le voir « enfourcher son petit vélo et pédaler dans la semoule ».


Mais en lisant vos échanges, vos mots ont fait vibré « une corde », et sa musique était la vibration de la joie, j'ai senti comme une vieille tension qui se dénouait et se dissolvait. Cette vibration était une libération de plus et c'est pour cela que je suis pleine de gratitude envers vous, mais je pourrais tout aussi bien dire envers la VIE, envers « Ce qui EST ».


En lisant vos échanges, j'ai ressenti (ce n'est que mon ressenti) votre désabusement et votre lassitude d'ëtre « enfermés » dans ce monde illusoire. Et tout à coup, il y a eu comme une réminissence d'un souvenir de mon expérience de l'Absolu. J'ai « revécu » le « regard » de « JE SUIS » sur le rêve, et celui qu'il a posé sur le personnage de zenda. Ce regard était si doux, si carressant. Il était empli d'amour, d'Amour I nconditionnel, de tendresse et d'humour, et aussi d'une infinie compassion, pour ce petit « je » qui n'existe pas, qui se débat pour exister et qui croit, « dur comme fer », à la souffrance et à sa souffrance. Ce personnage n'existe pas, mais aus sein du rêve, il est précieux aux yeux de ce regard. Parce qu'après la dissolution du mirage qu'est zenda, rien ne subsistera d'elle. Zenda au même titre que tout ce qui est contenu dans le rêve, est une illusion mais chaque « parcelle » de ce rêve est unique. Et chaque parcelle du rêve est une fenêtre  ouverte sur « Ce qui ESt », et par la quelle « Ce qui est » se redécouvre en permance et fait l'expérience de « LUI-même ». Car « CE qui EST » n'est pas statique, il est la vibration de la VIE et cette vibration est en contant mouvement dans l'instant présent de l'éternité .

La libération que j'ai ressenti, c'est la dissolution de mon désabusement. Ce monde est illusoire, certes mais il est si magnifique, extraordinaire, magique, intelligent, parfait, il est tissé d'Amour inconditionnel. La vibration de Vie qui anime le rêve, est tout simplement merveilleuse et époustoufflante. Et lorsque je la redécouvre à travers le regard de « JE SUIS » (ou « Ce qui EST », peu importe les mots), il n'y a plus de place pour les mots pour exprimer « MA » propre gratitude (celle de « JE SUIS ») envers « MON » « infini » et « MA » propre Magnificience.


Lorsque le personnage s'éfface, pour ne laisser place qu'au « Regard », ( ce n'est pas encore permanent chez moi) le rêve s'anime de la vibration de VIE et « JE SUIS » se redécouvre à travers toutes ses facettes. Et quand à tavers ce « Regard », je dis à quelqu'un «  je t'aime », C'est à « MOI » «  que JE le dis. Et lorsque, je fais l'amour avec mon conjoint, JE ME redécouvre à travers « LUI » ( ce « LUI » qui n'est autre que JE SUIS) et je fait l'amour avec « MOI-même ».


Voir à travers ce « Regard », donne une toute autre dimension, à l'existence, même en sachant, en comprenant et en ayant intégré que celle-ci est une parfaite illusion.
Voir et ressentir le rêve à travers ce « Regard », est un émerveillement.






Gaston, je te prie de m'excuser pour la longueur de ce texte sur ta propre page et y avoir exposer mon expérience de l'absolu. Les mots « coulent » tous seuls et je n'ai pas pu les retenir. Parfois, c'est plus fort que moi, alors je ne lutte pas. Lorsque j'écris, je ne cherche même plus  à savoir si j'agis sous l'impulsion ou non du mental, j'écris, c'est tout. Parce que là aussi est ma joie. 




Au plaisir de partager. 


Revenir en haut
rezo


Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 22:21 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

  
_________________
Dans l'espace de ce Silence, dans l'espace de notre Communion, au-delà de tout espace et de tout temps, nous sommes Un et au-delà. Et l'Absolu.


Revenir en haut
Mytrian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 22:45 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

grace pour vos témoignages intimes

c'est rejouissant de lire des cœurs qui s'expriment, et puis ca change des impersonnels et frileux que je peux (en ce qui me concerne) plus trop arriver à supporter tant c'est vide creux et mou



Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 027
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 08:41 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

merci Zenda pour ton superbe témoignage

je comprend ce que tu veux dire sur la magnificence de la vie vu par le regard de l'Un, la beauté, la perfection de ce qui EST aussi bien dans les égos que les événements de la vie. ce monde est grotesque mais absolument parfait, ce sont les mots qui me sont venu lors de la découverte de son illusion.

Je suis passée par toutes les étapes que tu as décrites, même la colère et surtout la peur viscérale de ne pas exister, l'intégration et l'acceptation ont pris du temps jusqu'à maintenant ou j'aspire vraiment à retourner à mon état originel, (quand je dis j'aspire), ce n'est pas une volonté de l'égo, c'est bien plus puissant et profond que çà. je pense que c'est plutôt mon état originel qui m'aspire.

Le jeu bien que toujours aussi beau est parfait, ne reste qu'une illusion à laquelle, il n'y a plus d’intérêt.
Pourtant je vis une vie active et pleine en relation, mais la lassitude est là, présente, et je perçois vraiment la dissolution de ce monde qui s’accélère.

Je crois que la spirale de la disparition est en cours et nous sommes prêt pour s'abandonner sans regret à ce qui arrive.
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
zenda


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2014
Messages: 23
Localisation: rhône/alpes

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 12:43 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

Bonjour Françoise,


Et si ce : « Il n'y a plus d'intérêt » était encore un tour de passe-passe du mental ?


Dans l'expérience de l'Absolu, ce monde(l'illusion) m'est apparu comme grotesque également, mais dans le sens de « drôle ». Dans le regard de « JE SUIS » il y avait une pure joie, de l'Amour conditionnel, de la compassion, de l'humour-tendresse et j'ai « senti » le rire de « JE SUIS », un rire vibrant de liberté.


Il n'y a que l'Absolu, (ce qui EST), rien d'autre n'existe. Ce monde, le rêve, est contenu dans l'Absolu, non pas comme une illusion séparée de l'Absolu, mais intrinsèque à l'Unité.


Le paradoxe est que ce monde est une illusion mais chaque « chose » de ce rêve, jusqu'à la plus petite particule élémentaire EST déjà « ce qui EST ».
Chaque chose de ce rêve est un miroir qui reflète à la fois, une version différenciée, unique et unifiée « de ce qui EST », et EST "ce qui EST".


« Ce qui EST » est éternité, illimité, infini. Et lorsque je « vois » le monde à travers le regard de « JE SUIS », je m'émerveille de ma propre infinité, de mon illimité en redécouvrant « Ce qui EST » à chaque instant.


Françoise as-tu vraiment l'impression d'avoir fait le tour de « TON » infini, et de « TON » illimité ?... N'es-tu donc plus en mesure d’accueillir dans l'instant et à chaque instant « Ce qui EST », ce que tu ES déjà ?... D'où surgit ce désintérêt pour « TOI- même » ?


Tu dis percevoir l'accélération de la dissolution de ce monde, mais ce monde est dissous et réinventé à chaque instant. Je ne conteste pas ce que tu perçois Françoise parce que j'ai « compris » que chacun de nous est une goutte d'eau qui « surf » sur une des ondulations de la vague de la VIE.


C'est sans doute pourquoi je n'aspire plus à rien. Même pas a retrouver, à renouer, avec « Ce qui EST », je suis déjà cela à chaque instant (lorsque le mental se tait, bien entendu). « JE SUIS » en toute simplicité, sans attentes, simplement dans l'accueil de « MOI-même »


Au plaisir de partager. 


Revenir en haut
rezo


Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 14:14 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

super merci zenda
_________________
Dans l'espace de ce Silence, dans l'espace de notre Communion, au-delà de tout espace et de tout temps, nous sommes Un et au-delà. Et l'Absolu.


Revenir en haut
louga


Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2014
Messages: 53
Localisation: Québec

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 15:04 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

Merci pour vos témoignages qui me rejoignent tellement .........  !! Je ne m'exprime pas beaucoup sur ce que j'expérimente parce que les mots ne viennent pas .........,  Je suis tout à fait consciente du rêve, je passe encore des heures allongée à vibrer d'une façon intense à être même obligée d'user de force pour soulever ce sac qui semble être cloué au sol parfois.  Tous ces processus vibratoires, je les vis depuis le début de l'onde de vie et j'ai l'impression que ça ne s'arrêtera jamais;  alors là, je me dis que ça doit sûrement être utile au sens du "service"; et je sais que c'est  l'égo là qui pense qu'il peut être utile ???  Je pourrais passer des journées ainsi étendue à vibrer, à vivre des extases mais, ça ne me libèrera pas de l'illusion et de sa lourdeur.    Une nuit où j'étais pas tout à fait endormie, un grand frisson s'est emparée de ce corps et je me suis sentie soulevée ...., le mental s'est instantanément réveillé pour analyser le tout et tout a cessé mais très doucement.  J'ai vécu plusieurs expériences de la sorte la nuit mais au réveil le lendemain, je constate toujours que cela ne m'aide en rien à fonctionner dans cette illusion.
J'ai un grand ras'l'bol de tout ça ..,,ÉGO, SOI, ABSOLU ............, je me perds là-dedans et ce monde illusoire m'ennuie.   Comme le dit si bien Françoise "Le jeu bien que toujours aussi beau est parfait, ne reste qu'une illusion à laquelle, il n'y a plus d’intérêt."  Tout comme elle, je sens aussi que ce monde se dissous et je m'en réjouis.  


Pour terminer sur une note plus positive, je retiens tes paroles qui me touchent Zenda de ne même plus tenter de renouer avec "Ce qui Est" mais d'ÊTRE en toute simplicité sans attente, et en tolérant le mental qui ne se taira de toute façon qu'à la fin de ce SAC.  Marie a dit que nous n'aurions pas le choix d'abandonner le SOI ......... la grande question est COMMENT ???    Grâce à tous  .........  !!!
 

 
_________________
Le centre du centre, c'est seulement par ce point que le papillon sortira !............. (Marie)


Revenir en haut
Emmanuel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 18 Juil - 19:46 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

Bravo à tous

Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 027
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 21:56 (2014)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion Répondre en citant

"zenda

"Françoise as-tu vraiment l'impression d'avoir fait le tour de « TON » infini, et de « TON » illimité ?... N'es-tu donc plus en mesure d’accueillir dans l'instant et à chaque instant « Ce qui EST », ce que tu ES déjà ?... D'où surgit ce désintérêt pour « TOI- même » ?"

zenda la seule certitude qui me reste est dans l'instant, l'immuabilité de l'immobilité, seul celà est vrai pour moi. En ce qui concerne la Source, l'Un, la création, les certitudes sont caduques. La surprise est en chaque respiration, ce qui est vrai à l'instant T, ne l'est plus la seconde suivante.

C'est la grande inspiration de la conscience Une qui ne donne pas la même chose à son expiration. Ce matin, j'étais lasse encore, depuis le décès de mon père, il y a un mois, j'ai compris que ma vie allait changer. Ce matin je ne savais rien, cet aprés midi j'ai su, aprés demain, je change de vie, de région, d'environnement. Il y a une chose que j'ai comprise durant ces quelques années, c'est que la Grâce, la Vie, nous réserve toujours des surprises, nous ne pouvons garder aucune certitude la concernant.
En 2 jours, notre vie peut être chamboulée, et seule la joie accompagne ce chamboulement.

Je ne peux pas répondre à ta question, Zenda, est ce que j'ai vécu la totalité de mon illimité,, j'ai vécu Turya soit l'état supréme de la conscience selon les sages de l'Advaita védanta, j'ai vécu l'illimité et le non Etre mais est ce que j'ai tout vécu? vraiment je n'en ai aucune idée, et si je dois vivre encore des choses nouvelles je suis preneuse, tu vois je ne suis pas défaitiste, j'aime la vie.

Mais des années de grâce m'ont appris à pressentir le changement, et surtout à l'accepter sans sourciller, et ce changement là je le pressentais.

On ne peut témoigner que de ce qu'il se passe dans l'instant en sachant que l'instant suivant, ce ne sera plus vrai.

J'admire les gens qui ont plein de certitudes mais pour ma part je n'en ai plus aucune, comme je l'ai déjà dit.
Oma disait que la Lumiére nous surprendrai toujours et bien je peux affirmer que c'est vrai, car c'est la 2eme fois que ma vie est chamboulée en l'espace de 2 jours, la premiére c'était en mars 2011 , le lendemain de la découverte de l'illusion de ce monde.

Ce matin, j'étais lasse, ce soir, je suis dans l'allégria, telle est la VIE, et l'abandon à la vie est la chose la plus incroyable que j'expérimente depuis plus de 3 ans. Ce monde est parfait et je n'en ai jamais douté depuis que je sais que l'Un le dirige,

Alors il ne reste qu'une chose à dire; QUI VIVRA, VERRA
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:44 (2017)    Sujet du message: mon expérience de la dissoluion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> DISCUSSIONS -> Expériences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom