Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

les 12 étapes du pardon Paul Ferrini

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Arts et créativités -> Livres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
chantal


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2013
Messages: 611
Localisation: près d'Avignon

MessagePosté le: Sam 21 Fév - 11:12 (2015)    Sujet du message: les 12 étapes du pardon Paul Ferrini Répondre en citant

extrait :


TROISIÈME ÉTAPE DU PARDON
Cesser la projection
(…)
Mon vieux réflexe, c'est de te rendre responsable de ce que je ressens. Mon vieux réflexe, c'est de te demander d'arranger les choses pour moi, ou d'essayer de les arranger pour toi. Mon vieux réflexe, c'est de t'accuser de ne pas m'aimer assez, ce qui n'est qu'une autre façon d'essayer de te rendre responsable de mon besoin d'amour.
Psychologiquement, le prochain pas, c'est donc de reconnaître que c'est l'amour que je veux, mais que je ne peux pas dépendre de toi pour me le donner. Peut-être me le donneras-tu, peut-être pas, mais il n'y a rien que je puisse faire quant au choix que tu feras. Si j'essaie de t'influencer en faisant pression sur toi ou en te culpabilisant, je ne vais que diminuer les chances que tu puisses m'aimer authentiquement.
Si je veux ton amour, je dois te libérer. Je dois être ouvert à me passer de ton amour. Je dois être ouvert à chercher à l'intérieur de moi, pas à l'extérieur.
Ça paraît bien beau, mais c'est beaucoup plus difficile que ça en a l'air. Ça signifie qu'il faut que je retourne à l'intérieur de ce trou noir dans mon cœur et que je trouve la lumière qui y est cachée. (Je dois fouiller les cavernes obscures de toutes mes blessures pour trouver la toute petite lumière de l'affirmation de soi qui y brûle)
(…)
On me demande plutôt de devenir mineur, de revêtir mes vêtements protecteurs et de descendre dans le ventre de la terre pour trouver cette lumière que je suis censé avoir. Je ne suis pas si sûr de croire qu'elle est là, ou, si elle est là, je ne suis pas sûr de pouvoir la trouver. J'étais partant dans la mesure où il y avait une garantie, mais maintenant que cette garantie s'est volatilisée, je ne suis plus si sûr d'être partant.
Je croyais la descente terminée. S'il vous plaît, ayez pitié ! Est-ce que je ne pourrais pas sauter par-dessus cette étape et passer à la suivante ?
Ça vous rappelle quelque chose ?
(…)
Nous avons tendance à chercher la confirmation à l'extérieur de nous-mêmes. Et lorsque cela ne se manifeste pas ou qu'au contraire de nouvelles épreuves se présentent, ou bien nous nous sentons nuls, ou bien nous nous trouvons stupides d’avoir, au départ, eu foi en une puissance supérieure.
(…)
Il nous faut reconnaître la vérité à l'intérieur de notre propre cœur. Nous devons trouver l'amour là où il commence, non pas où il finit.
(…).
.
Ce que j'ai, tu l'as aussi. Ce que je n'ai pas, tu ne l'as pas non plus. C'est la structure divine de la création. Elle est basée sur l'égalité totale. Toute déviation à cette égalité existentielle est une perversion que nous avons introduite dans notre pensée.
Nous ne pouvons nous retrouver en harmonie avec le plan divin avant d'avoir regardé ce qui se trouve derrière nos propres illusions. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous verrons ce qui est réels.
C'est un fait difficile à accepter (mais comme nous devons y faire face, aussi bien commencer maintenant) la seule relation adéquate que je puisse avoir avec tout être humain, c'est de considérer chacun comme un frère ou une sœur. Que cet être humain s'appelle Jésus ou qu'il s'appelle Hitler. L'un est mon frère au même titre que l'autre. 
La partie de moi qui condamne Hitler me condamne moi-même et condamne tous mes frères et sœurs pour leurs erreurs. C'est l'un des gestes que l'on pose sous l'emprise de l'illusion: trouver des boucs émissaires, nier la responsabilité d'amener notre propre obscurité à la lumière.
Et la partie de moi qui place Jésus sur un piédestal, c'est la partie qui voudrait que nous soyons tous inadéquats, moi comme les autres. Je crois, que parce que Jésus est passé à travers sa peur, je n'ai pas à passer à travers la mienne. Foutaises ! C'est justement le fait qu'il soit passé à travers sa peur qui me démontre que je suis capable de passer à travers la mienne.
Chaque fois que nous élevons ou abaissons quelqu'un d'autre, nous posons ce geste fondamental d'inégalité qui dissimule la vérité. Chaque fois que nous pensons que quelqu'un d'autre détient la réponse pour nous, ou que nous croyons que quelqu'un d'autre nous empêche de réaliser notre potentiel, nous nous illusionnons.
Rien de cela n'est réel. Il n'y a jamais rien d'autre que toi et moi. Nous sommes égaux, mais nous nous percevons rarement comme tels. Toute déviation de l'égalité est une bien étrange et intrigante danse, mais qui nous ramène toujours face à face, là où nous sommes maintenant.
Je comprends enfin la Troisième étape lorsque je reconnais que tout dépend de moi. C'est moi qui sers de canal à l'amour dans le monde. Et c'est seulement à ce moment-là que mon appel à l'amour obtient une réponse. ~Car lorsque je m'ouvre à l'amour, je l'offre, et en l'offrant, il me revient.
Paul Ferrini "les 12 étapes du pardon"
_________________
Il n'y a qu'une seule conscience la Conscience Une, qu'un seul regard celui de l'Esprit, qu'un seul corps l'Un


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 21 Fév - 11:12 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Arts et créativités -> Livres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom