Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Accueil de la guidance intérieure

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> DISCUSSIONS -> Sujets divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 032
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 09:04 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

je vous partage cet extrait d'un livre canalisé que j'ai trouvé sur le net ce matin, qui à mon avis, explique parfaitement le processus de guidance intérieure et comment l’accueillir.


C'est un texte un peu long mais çà vaut le coup.


Trouvé ici : http://vol370.blogspot.fr/2015/09/0609-la-manifestation-de-nos-desirs.html




06/09 - LA MANIFESTATION DE NOS DÉSIRS. 
LA GLANDE PINÉALE. 

 
 
par RAMTHAExtrait du livre " Ramtha, Le livre blanc ", 
Chapitre 19 - Ouvrir son esprit, pages 237 à 255


Vous tous connaissez à fond Dieu dans la forme limitée de la matière. Au cours de vos innombrables vies sur ce plan, vous avez fait l'expérience de tous les éléments constituant ce paradis né de votre remarquable créativité. Cette expérience vous a permis de connaître toutes les valeurs de la pense limitée du Dieu-homme vivant dans la réalité de la conscience sociale grégaire. Vous avez appris ce que sont la peur et l'insécurité, le chagrin, la colère et l'avidité. Vous avez appris à connaître la jalousie, la haine, la guerre. Vous avez appris à connaître la mort. Vous avez en vérité appris à connaître ce qu'est l'aliénation de vous-même par rapport à votre Source divine qui vous a aimé et soutenu tout au long de vos aventures entreprises afin de faire l'expérience de Dieu à ce dernier niveau de son spectaculaire déploiement d'Être.
Afin de pouvoir faire retour à un état d'illimitation, de faire l'expérience de la joie et de la liberté d'être, il vous faut redevenir cela même qui assure votre cohésion. Et pour cela, il n'existe qu'une seule voie - puisque vous voici encombrés d'un corps celle qui consiste à éveiller entièrement votre septième sceau, la pituitaire, en sorte que votre cerveau puisse capter les pensées illimitées qui sommeillent juste en dessous de la conscience sociale. Ceci est la manière de développer votre connaissance jusqu'à la compréhension illimitée de Dieu, cela qui permet, cela qui aime et cela qui est la totalité de lui-même, qui est la totalité de la pensée.
Comment faire en sorte que cette merveilleuse petite glande éveille les parties dormantes de votre cerveau grâce à son flux hormonal ? Par le désir, simplement. Devenir un Christ, c'est désirer connaître le Père et devenir à l'image de Dieu. C'est désirer permettre à toute pensée de devenir la réalité en soi. C'est désirer aimer à chaque instant tout ce que vous êtes devenu. C'est désirer être l'Être de tout ce que vous êtes.
Pourquoi est-il important d'aimer la totalité de ce que vous êtes ? Parce que vous transcendez alors immédiatement la conscience sociale. Cela vous élève au-dessus de l'acceptation. Vous transcendez le jugement. Vous dépassez l'illusion du temps. Vous vivez alors pour l'accomplissement du soi. Vous n'écoutez plus que la voix intérieure. Vous ne suivez plus que le sentier de la joie. Et ce chemin recèle la connaissance de tout ce qui est.
Quelle est la voie royale qui permette la manifestation d'un désir ? Le proclamer depuis le Seigneur de votre être. Le Seigneur de votre être, votre âme, gouverne votre corps grâce à sa structure émotionnelle. C'est l'âme qui commande à votre glande pituitaire de libérer ses hormones. Le Dieu de votre être est la lumière qui entoure tout ce que vous êtes et qui permet à toute pensée de pénétrer dans votre être. L'être est l'ego qui fait l'expérience des réalités de la matière dans la forme corporelle ; c'est cette dernière qui incite au jugement et altère l'Être ou la pureté de pensée - d'où le terme d'ego altéré. Donc, en parlant depuis le Seigneur Dieu de votre être, vous alignez la totalité de ce que vous êtes, ce qui vous donne le pouvoir suprême de manifester et de créer quoi que ce soit que vous vouliez manifester et créer.
Lorsque, par le Seigneur Dieu de votre être, vous désirez capter des pensées illimitées, la pensée de cet accomplissement ressentie en votre âme se manifeste dans votre corps en activant la glande pituitaire, qui commence à s'ouvrir. Alors que celle-ci s'ouvre, elle envoie un flux d'hormones plus grand à la glande pinéale, ce qui éveille l'esprit dormant. Une autre partie de votre cerveau se trouve ouverte, qui facilite l'expérience de fréquences de pensées plus affinées dans le corps tout entier.
Lorsque des pensées de fréquence supérieures sont présentes, elles sont captées par la portion éveillée de votre cerveau. La glande pinéale, qui est située à l'arrière de votre tête, capte cette fréquence supérieure et se met à enfler, et vous pouvez ressentir des maux de tête, des vertiges ou une grande légèreté dans la tête. Cette fréquence est alors transformée en un courant électrique de haute tension et envoyée par le système nerveux central à chaque cellule de votre corps. Vous ressentirez comme une poussée à travers le corps, ou bien des fourmillements, ou une impression d'être physiquement allégé, car une énergie supérieure à celle que vous ressentez habituellement y circule alors. Cette fréquence enflamme chaque cellule, ce qui en élève la fréquence vibratoire. Plus vous captez des pensées illimitées, plus les vibrations du corps s'intensifient. Et votre corps commence à donner l'impression de luire parce que vous commencez à faire retourner le corps de la densité à la lumière.
Comment peut-on décrire le sentiment suscité par les pensées illimitées ? On ne le peut. La connaissance d'une pensée illimitée ne peut se traduire par aucun mot car c'est l'expérience d'une pensée nouvelle, une émotion nouvelle, un sentiment immense qui vous émeut d'une manière profonde mais en même temps très paisible. La connaissance vous vient comme pure sensation : émotion soudaine, non identifiée, sans nom.
La plupart de ceux qui sont à la recherche de l'illumination pensent qu'elle se produira sous forme de mots. Mais si l'objet de votre compréhension pouvait être décrite avec des mots, vous l'auriez sentie auparavant. Si cela est impossible, et que cela prenne la forme d'un sentiment simplement, ce que vous ressentez est du génie ; c'est de l'intelligence ; c'est en vérité de la pensée illimitée. Toutes les choses que vous avez cherché à comprendre n'ont pas de mots ; ils ont de l'émotion et de la vision. Et lorsque la connaissance surviendra, elle vous rendra muets d'émotion. Limiter la pensée est l'art d'y associer des mots. Un maître n'explique rien ; il sait, simplement. Pour expliquer, il devrait se limiter. Lorsque vous en arrivez au point où vous savez, simplement - sans besoin de justifier ou d'expliquer votreconnaissance, vous êtes en vérité le maître de votre royaume.
Alors, vous êtes dans la connaissance absolue. Qu'advient-il du sentiment d'allégement physique ressenti devant ces pensées de fréquence supérieures ? Il est préservé dans votre âme qui le maintiendra à jamais comme mémoire. Votre âme permet que la mémoire de pensées illimitées se produise par l'émotion, par le sentiment. Ainsi, ceci appartient à jamais à votre connaissance, et ce que vous vous êtes autorisé à capter peut être atteint à volonté.
Autre chose merveilleuse au sujet de ce sentiment d'allégement : votre âme, de par votre champ aurique, le transmet au flux de la conscience, ce qui non seulement allège la densité de la conscience mais attire dans votre vie une situation qui produira le même sentiment. Pour quelle raison ? Afin que cette pensée puisse être complètement comprise grâce à l'expérience. Lorsque la pensée à fréquence supérieure est intégralement comprise, elle est enrégistrée dans votre âme comme sagesse. La sagesse est atteinte lorsque la connaissance a été solidifiée en vous, qu'elle est devenue absolue. Non seulement la sagesse élève le niveau de fréquence de l'âme ce qui fait que votre vie sera conforme à son être émotionnel supérieur mais elle active aussi la pituitaire afin de permettre au cerveau de capter et de raisonner des pensées de fréquence encore supérieures, et ainsi de suite.
Lorsque la glande pituitaire commence à s'épanouir, votre vie change au-delà de toute attente. Toute pensée sera l'occasion d'une vive émotion. Alors que la connaissance que vous ressentez en vous devient créatrice, vous commencez à voir vos pensées se manifester de plus en plus rapidement. Votre amour, votre compréhension, votre compassion sont accrus. Et certaines entités sortent de votre vie car vous avez atteint une compréhension d'un niveau différent. À leur place, d'autres, de pensée comparable, se trouveront attirés dans votre vie.
Bientôt, alors que l'intelligence, la créativité et la connaissance s'intensifient en vous, vous commencez à connaître et à sentir des choses que vous n'aviez jamais auparavant connues ou ressenties. Regardant une autre entité, vous ressentirez cette entité en votre être. Vos pensées vous dévoileront votre avenir.
Croyez-vous que les facultés métapsychiques soient une rareté ? Si oui, vous raisonnez suivant les critères de la conscience sociale, et la conscience sociale ne considère pas ces facultés supérieures normales. Tout le monde possède ces facultés métapsychiques. Lorsque vous vous permettez de connaître, vous connaissez tout, car la connaissance - libérée des illusions de la conscience sociale ôte le voile de devant vos yeux et vous permet de voir d'autres dimensions. Elle désembourbe vos oreilles et vous permet d'entendre la musique de toute vie vibrant en harmonie avec elle-même. Comment cela peut-il bien se produire ? En le désirant.
Plus votre désir de l'illimité est puissant et plus vous embrassez et ressentez les pensées qui se présentent, plus la pituitaire secrète son hormone et plus large sa bouche devient-elle. Plus vous avez le désir d'aimer ce que vous êtes et de vivre dans la connaissance, plus le Dieu qui entoure votre être ouvre votre cerveau, toujours plus. Vous devenez alors plus que votre corps. Vous devenez ce qui vous maintient en vie.
La pituitaire est en vérité la porte qui mène à Dieu. Plus vous acceptez de pensées illimitées dans votre cerveau, plus elle s'ouvre. Plus elle s'ouvre, plus votre connaissance grandira. Et ce que vous saurez, vous le deviendrez.
La fleur émet une fréquence de pensée. Au même moment, le tapis émet une fréquence de pensée. Dès lors que vous avez acquis l'aptitude de capter tout l'éventail des fréquences de pensée, vous êtes aptes à devenir à votre gré toute fréquence finie. Vous êtes alors absolument libre de devenir le vent ou quoi que ce soit d'autre que vous désiriez devenir.
Bientôt, l'intégralité de la pituitaire se trouve pleinement épanouie et le cerveau complètement activé. Alors, tout ce qui appartient au corps spirituel de la pituitaire est livré à l'esprit entier, et l'esprit ne peut plus jamais retourner à un état de limitation. Une fois que la fleur commence à s'ouvrir, elle ne se referme jamais ; elle est ouverte pour l'éternité des temps.
Lorsque votre cerveau est pleinement activé, vous n'avez plus à vrai dire de point fixe dans la réalité. Vous pouvez vous trouver ici et en même temps au septième niveau ; vous pouvez être au septième niveau et en même temps dans les Pléiades ; vous pouvez être dans les Pléiades et en même temps aux côtés d'un ami.
Une fois votre pituitaire épanouie, vous ne mourez plus ; vous ne vieillissez plus. Le corps fera ce que vous lui direz de faire. Vous pouvez dire à votre corps d'accélérer sa fréquence vibratoire et il s'élèvera dans une autre dimension. Votre cerveau est à ce point puissant. Vous pouvez même ressusciter votre corps. Arrivés i à ce niveau de pouvoir, vous portez la couronne divine de Dieu. Et ; étant pur Dieu, pure vie, vous êtes à jamais. Alors, vous êtes tout. Ceci est le ciel le plus sublime.
Ainsi le septième sceau s'est couronné lui-même, et votre esprit est totalement éveillé, et le déploiement entier de la connaissance peut être capté par votre magnifique récepteur. Plus vous connaissez et plus votre corps fait l'expérience de cette fréquence, plus les vibrations de votre corps s'accélèrent jusqu'à devenir toujours plus léger. Alors, un jour, lorsque vous aurez aimé et embrassé toute vie - que l'âme en a fini avec les Expériences de ce monde cette même connaissance et cette même vibration s'accroîtront des millions de fois, rendant le corps invisible et détaché de ce lieu. Alors vous serez dégagés de la roue de la vie.
Vous êtes une créature à trois dimensions - Esprit, âme et ego s'exprimant sur un plan de densité. Trois dimensions suffisent pour réaliser l'éternité. Parlez au Seigneur Dieu de votre être. Il vous entendra. Lorsque vous parlez, que ce soit un seigneur, un Dieu, un maître qui parle. Lorsque vous lui dites de se souvenir, il se souviendra. Lorsque vous lui dites d'être plus, il sera plus. Et lorsque, depuis le Seigneur Dieu de votre être, vous désirez posséder une compréhension illimitée, il ouvrira votre esprit pour permettre à des fréquences de pensée supérieures d'être ressenties par le corps, développant ainsi la connaissance. Il n'y a besoin de rien faire d'autre. Lui en donner l'ordre suffit, et les glandes endocrines obéissent. Et au moment où vous ressentez que votre être est comme électrifié dans un entendement supérieur, rendez grâce au Dieu en vous de ce que les choses soient aussi simples. Comment peut-on parvenir à une plus grande compréhension de tout ce qui est ? En sachant que vous y êtes parvenu. La manière dont vous pensez et dont vous parlez détermine ce que vous vous permettez de connaître. Ne dites pas : " J'espère connaître davantage, " car cela n'est pas ainsi que vous y parviendrez. Et ne dites pas : " Je vais essayer de connaître davantage, " car essayer n'accomplit rien. Et ne dites pas : " Je cherche à connaître davantage, " car si l'on cherche, on ne trouve jamais. Dites : " Depuis le Seigneur Dieu de mon être, je connais tout ce qu'il y a à connaître en ce moment même. Qu'il en soit ainsi, " et attendez la réponse. Peu importe que vous sachiez ou non en ce moment-là ce que vous désirez connaître, le fait de dire " Je connais " ouvre la porte permettant à cette réalisation de se produire. Cela suffit, et la connaissance aura lieu.
En disant que vous ne savez pas ou en mettant en doute la connaissance qui vous est donnée, vous posez des limites à votre créativité et à votre vie. La pire abomination est contenue dans ces mots : " Je ne sais pas. "
Rappelez-vous, vous êtes celui qui établit les lois, et ce que vous pensez et dites est loi. Si vous dites " Je ne sais pas ", vous ne saurez pas. Si vous dites " Je ne pourrai jamais ", vous ne pourrez jamais. Si vous dites " Je ne mérite pas l'amour du Père ", vous ne le recevrez jamais. Si telle est votre manière de parler, telle doit être votre manière de penser. Et si telle est votre manière de penser, le sentiment de cette pensée est enregistré dans votre âme, et votre âme manifeste la réalité qui satisfait vos processus de pensée.
Vous êtes comparables à un ordinateur. Chaque jour, vous mettez en mémoire des doutes. Vous mettez en mémoire le manque. Vous mémorisez, en vérité, de ne pas connaître. Le voleur de votre royaume, c'est vous. Ne connaissant que le doute et la limitation, vous vous volez la force de vie, de par votre manière de penser et de parler.
Je vous le dis, vous avez l'aptitude à connaître tout ce qui est et qui sera à jamais. Dites simplement : " Je sais " et la porte de la connaissance s'ouvrira. La compréhension ne tardera pas à se produire. Cela prendra peut-être quelques moments ou quelques jours, mais elle surviendra. Cela est inéluctable, car le mot " Connaître ou savoir " est absolu, il rend votre désir absolu. La pensée de connaître, si vous la ressentez dans votre âme, se manifeste dans votre être en ouvrant votre glande pituitaire, vous permettant de capter des pensées plus élevées. Le fait de connaître est la porte qui permet au fleuve de la pensée de couler en vous sans entraves.
Connaître n'est pas croire. La croyance est conjecturale, la connaissance est, elle, absolue. En croyant à quelque chose, votre âme comprend en vérité que quelqu'un - et ce quelqu'un peut être vous vous assaille en sorte de vous convaincre d'une vérité dont vous n'êtes pas instruits ou dont vous n'avez pas la certitude car cette vérité n'est pas encore devenue une réalité dont vous ayez fait l'expérience.
Je ne vous demande pas de croire en quoi que ce soit. Je veux que vous sachiez. Être illuminé signifie savoir, en dehors du doute, de la croyance, de la foi ou de l'espoir. Ceux-ci sont conjecturaux. Tant que vous croirez ou aurez foi en quelque chose, celle-ci ne sera pas. Le fait de savoir la rend absolue, et le connu est manifesté. La manifestation de la pensée réalisée dans une expérience amènera la compréhension. Alors, elle fait partie de votre être, elle n'est pas quelque chose dont il faille vous convaincre.
Savoir absolument est ce qui crée la totalité de votre royaume. Afin de devenir tout-connaissants, dites simplement : " Je sais." N'ayez ni doute ni hésitation. Sachez avec une absolue conviction. Chaque fois que vous dites "je sais ", vous émettez en votre être une pensée de certitude qui créera l'espace nécessaire à la manifestation de cette connaissance. Vous devenez un génie lorsque vous ouvrez la porte de la connaissance, permettant ainsi à des pensées plus élevées de se réaliser sous une forme créative.
Si vous dites résolument : " Depuis le Seigneur-Dieu de mon être, je connais maintenant la réponse à cette question -j'y suis réceptif. Qu'il en soit ainsi, " cette connaissance vous apportera les solutions recherchées. Bien que la réalisation puisse ne pas se manifester aussitôt, la porte est grande ouverte pour sa réalisation dans une expérience porteuse de sagesse. Votre être s'accordera sans délai à votre connaissance et ainsi le deviendra. Il est inutile de travailler pour un tel accomplissement. Il n'y a pas à chercher, à lutter ou à combattre. Il n'y a nullement besoin de chants et de rites pour l'obtenir. Simplement sachez. En sachant, vous êtes dans un état de réceptivité permettant la prise de conscience de cette possibilité d'accomplissement.
Comment pouvez-vous accélérer la manifestation de vos désirs ? En sachant. Savoir est la porte qui permet au royaume des cieux de déployer son abondance dans votre royaume. Le fait de savoir qu'un désir, quel qu'il soit, est déjà exaucé, amplifie la pensée relative à ce désir ; celle-ci pénètre dans le flux de la conscience par l'intermédiaire de votre champ aurique et manifeste votre désir. Vous êtes maintenant le récepteur de son accomplissement.
La vérité est que toutes choses vous appartiennent déjà. Lorsque vous savez cela, elles vous deviennent disponibles. Il vous faut comprendre que vous êtes vous-même ainsi que votre disposition à l'accueil principalement celui qui comble tous vos besoins. Pour recevoir vos désirs, il vous faut simplement savoir ce qu'ils sont et savoir aussi que vous les méritez. La vérité est dans le fait de savoir. C'est lui qui donne, lui qui est votre futur. Lorsque vous parlez, sachez que vous paroles sont. Vous pouvez avoir tout ce que vous voulez avoir - il vous suffit de savoir que vous êtes l'auteur de la loi et que l'objet de votre connaissance et de vos paroles doit être. C'est ce qu'on appelle la Loi de l'Un.
Je vous le dis, vous connaissez tout ce qu'il y a à connaître et vous pouvez avoir tout ce que vous désirez. Dans ce moment-ci de votre connaissance, vous n'avez simplement pas encore compris cette vérité. Pour la comprendre, il faut la connaître. La connaissance active une autre partie de votre cerveau et la pensée peut ainsi devenir réalité manifestée. Alors, un fois l'expérience de votre pensée illimitée concrétisée, la réalisation que connaître " marche " se trouve imprimée dans la partie de l'ego de votre cerveau. Cette conviction vous donnera la force d'avancer plus loin dans le domaine de la pensée illimitée. Si je pouvais retirer tous les mots de votre vocabulaire et ne vous en donner que quelques-uns, ils seraient les suivants: Je sais maintenant. Je suis absolu. Je suis complet. Je suis Dieu. Je Suis. Si vous ne possédiez que ces quelques mots, vous ne seriez plus limités à ce plan.
Le fait de savoir, qu'exige-t-il de plus de vous que le fait de présumer ou de croire ? Le fait de savoir, qu'exige t-il de plus de vous que le fait d'être dans l'incertitude ? Le fait de savoir, qu’exige t-il de plus de vous que de ne pas savoir ? Savoir et ne pas savoir mettent enjeu les mêmes pensées, la même énergie les mêmes expressions du visage et les mêmes mouvements corporels.
Sachez. Simplement sachez. " Je sais que telle chose adviendra. Je sais que je suis Dieu. Je sais que je suis heureux Je sais que je suis. " Sachez, sachez, sachez. Cela suffit. Sachez en tout moment. Si vous dites que vous n'avez pas ou que vous ne pouvez pas, vous ne le ferez jamais. Dites que vous savez maintenant. Alors, vous saurez tout.
Savez-vous ce qui nous distingue vous et moi ? Je connais que je suis un Dieu illimité et vous non ! C'est la seule différence entre nous. Je sais que je le suis et il vous reste à le comprendre Votre société dit que vous ne l'êtes pas, mais que savent-ils ?'Ils se mettent en terre chaque jour.
Pourquoi avez-vous obstrué votre connaissance? En cherchant à comprendre la pensée dans la forme appelée matière vos processus de pensée se sont trouvés tellement emprisonnés dans les réalités de la matière que votre perception entière de la vie s est altérée. Vous voyez, la matière est un niveau de pensée créé moyennant une altérité extrême de la pensée. Elle est créée par abaissement de la pensée en lumière, puis en electrum, puis par la division de l'electrum en parties ayant des valeurs positives et négatives. Par conséquent, chaque fois que vous entrez en relation avec Dieu dans la forme de la matière, vous percevez et comprenez a pensée suivant des divisions ou des polarités, plutôt que comme la pureté et l'Etre indivisé qu'il est. Plus vous êtes pris dans la matière et orienté vers la survie, plus vous voyez la vie en termes de dimensions polaires : bas-haut, près-loin, clair-sombre grand-petit, chaud-froid, bon-mauvais, positif-négatif.
Afin de retourner à l’Etre de la Pensée pure, vous devez maîtriser l’ego altéré, la partie raisonnante du cerveau axée sur la vie et la survie dans la matière. L'ego altéré perçoit en fonction des illusions du temps, de la distance et de la séparation. Il perçoit selon les critères de la survie et de l'acceptation. L'ego altéré divise et juge la pensée pure.
De pures pensées viennent à chacun de vous. Mais vous vous assurez aussitôt qu'elles soient bonnes ou mauvaises pour vous, si vous devriez ou non les retenir, si elles sont réalisables ou irréalisables, réelles ou imaginaires, raisonnables ou déraisonnables. Chaque fois que vous jugez votre pensée, la divisant en contraires, en positif et négatif, vous l'avez altérée et abaissé la valeur de sa fréquence. Quand vous connaissez, vous ne jugez pas. Quand vous savez, vous ne vous demandez jamais si une pensée est juste et correcte. Toutes les pensées sont justes et correctes. Quand vous connaissez, vous ne soupesez ni n'évaluez pas la pensée. Quand vous connaissez, vous permettez à la pensée d'Être. Cela permet à vos processus de pensée d'être ni interrompus ni interceptés.
En sorte de pouvoir discerner un autre plan, entendre des sons plus subtils, devenir plus légers que votre poids physique, il vous suffit de savoir que ce sont des réalités et de permettre à votre corps de faire l'expérience de cette connaissance. Cela suffit. Si vous ne croyez pas en leur réalité ne pas croire est un jugement qui entrave le développement de votre cerveau. Toute la connaissance qui traverse votre Esprit à chaque instant rebondit en quelque sorte sur votre cerveau et est renvoyée à l'esprit du Père. Vous ne capterez jamais que ce que vous ressentez comme sécurisant sur ce plan et que ce qui s'y rapporte.
Si vous désirez, depuis le Seigneur Dieu de votre être, posséder une connaissance illimitée, vous devez permettre à toute pensée de pénétrer dans la conscience de votre cerveau - libre de tout jugement afin que votre corps puisse en faire l'expérience totale. Grâce à la permission donnée par votre ego altéré - c'est lui qui accorde créance à votre désir la glande pituitaire active une autre partie de votre cerveau permettant à celui-ci de capter une compréhension illimitée.
Par quel phénomène avez-vous bien pu capter une pensée de créativité totalement inattendue quand vous l'avez souhaité ? Vous lui aviez tout simplement permis d'accéder à votre conscience. C'est tout. Elle existait déjà, attendant simplement que vous en fassiez la demande et lui autorisiez l'accès à votre récepteur. Cela suffit. Et moins votre esprit est pris dans les jugements et les mécanismes de la pensée altérée, plus il sera facile aux pensées de la super conscience de pénétrer dans le récepteur que constitue votre cerveau.
Apprenez à vous voir, vous-même et la vie, par les yeux de l'Être. Lorsque vous regardez une fleur, ne dites pas qu'elle est belle ou laide. C'est là un jugement qui a altéré la pensée de la fleur. Ce qui est pur est la pensée " fleur ". Lorsque vous regardez la fleur et la voyez comme fleur, lumière, vie, Être, vous vous permettez alors de capter la pureté et l'Être de la pensée, ce qui transmet à votre corps un electrum de fréquence supérieure qu'il va ressentir. Alors, vous pensez comme un Christ, car vous percevez toutes choses et terme d'égalité et d'Être. Chaque fois que vous vous abstenez de limiter et de juger vos expériences, votre cerveau est activé de sorte qu'il peut capter les pensées illimitées qui transcendent votre existence quotidienne.
Ne jugez jamais les pensées que vous recevez. Ne dites pas d'une chose qu'elle est positive ; comment pourrait-elle l'être sans dire que le négatif existe lui aussi ? Si vous dites : " Ceci est bon, " cela veut dire que d'autres choses sont mauvaises. Lorsque vous prenez soin de vous, aimez-vous, ne dites pas que vous êtes belle ou jolie ; dites que vous êtes Dieu. Lorsque vous faites quelque chose avec votre voisin, ne dites pas que c'est bien ; dites que c'est Dieu. Cela signifie que cela est, que c'est simplement une expérience de vie pure et juste.
Lorsque vous considérez d'autres entités dans l'expression de leur vie, ne les voyez jamais autrement que comme Étant. Si vous jugez leur expression comme bonne ou mauvaise, positive ou négative, vous créez en vous-même la perception d'une altérité. Ce que vous percevez, vous le deviendrez car cette pensée sera înregistrée en votre être comme un sentiment. Vous serez ainsi /otre propre victime puisque c'est vous, non pas eux, qui ferez l'expérience des effets de votre jugement. Et ce sentiment qui sera înregistré en votre âme crée un précédent selon lequel vous ugerez désormais vos propres actions et votre être même.
Lorsque vous condamnez quelqu'un pour une chose ou une autre, c'est en réalité des aspects de vous-même que vous jugez à travers un autre. C'est là la raison pour laquelle ceux-ci sont si faciles à identifier. C'est la raison pour laquelle votre attention est attirée par ces aspects. L'entité devant vous est seulement le miroir des jugements que vous portez à votre encontre ; et cela peut vous aider à réconcilier les jugements que vous avez sur vous-même que vous avez acceptés d'autres entités.
Lorsque vous regardez les autres, voyez-les comme Étant, soyez impartial. S'ils sont cruels ou haineux envers un autre, le fait de dire qu'ils sont cruels ou haineux est une vérité, car telle est en effet leur mode d'expression. Telle est leur expérience de l'Etre. Dire qu'ils sont méchants, mauvais ou qu'ils ont tort dans une telle expression est un jugement, et cela deviendra votre expérience, celle de l'altérité.
Personne ne vaut d'être jugé. Aucune couleur de peau, aucune action, aucun n'importe quoi ne vaut que vous vous altériez, que vous vous soustrayez de l'état de Dieu, d'Être. Tout entité quelle qu'elle soit, quelle que soit son expression, aimez-les en vertu du Dieu en eux qui leur permet d'être tels qu'ils sont. Du seul fait qu'ils existent, ils méritent d'être aimés. Le fait qu'ils existent vaut plus que n'importe lequel de leurs actes. Aimez-les parce qu'ils sont, car tant qu'ils seront vous pouvez être assurés que vous serez également. Si vous les aimez faisant fi de qui ils sont et laissant votre amour être, tout simplement, alors vous serez constamment pur en votre être.
Quel est le moyen le plus simple d'ôter les jugements de vos mécanismes de pensée ? Prendre conscience de vos sentiments et des pensées responsables de leur existence. Le simple fait d'en avoir conscience vous apprendra à être plus affiné dans votre manière de penser.
Lorsque vous vous sentez malheureux, tristes, en colère, emplis de peur, pressé, séparé - ou tout autre sentiment qui vous est désagréable examinez la manière dont vous pensez. Vous ne tarderez pas à remarquer le lien entre vos pensées altérées - jugements portés sur vous-même ou les autres, perspectives fragmentaires de la vie et ces émotions déplaisantes. Et bientôt, quand vous serez lassés de ces sentiments, vous commencerez à affiner votre manière de pensée et à abandonner les jugements qui vous tiennent séparés de la vie. Alors que vous vous permettrez de faire l'expérience de pensées de plus en plus illimitées en votre être, vous commencerez aussi à remarquer qu'il existe un lien entre vos pensées illimitées et les sentiments de paix, de joie, d'harmonie et de légèreté corporelle. Et n'allez jamais vous juger pour les jugements que vous avez portés. Soyez indulgents envers vous et laissez simplement la conscience de vos pensées et de vos sentiments vous enseigner. Je peux vous assurer qu'elle le fera. De tous les mots qui aient jamais créés, il en existe un qui convient admirablement à ces enseignements, le mot " être ". Être.
Que signifie-t-il ? Il signifie vous permettre d'être, de quelque manière que ce soit, et de vous aimer totalement en cette manière | d'être. Ressentir tout sentiment qui puisse se faire jour en vous et vivre cette émotion. Être, c'est vivre totalement dans le moment présent parce que vous savez que seul le Présent existe. Faire tout ce que vous avez envie de faire, c'est-à-dire vivre l'aventure à laquelle vous convie votre âme.
Pourquoi être ? Lorsque vous vivez de cette manière, vous ne vous jugez pas ni ne jugez les autres, ni aucune des pensées qui surviennent en votre esprit. Alors n'existent ni juste ni faux, ni possible ni impossible, ni parfait ni imparfait, ni positif ni négatif. L'illusion du temps disparaît qui vous empêche de ressentir et de savourer la beauté de l'instant. Lorsque vous vivez en état d'être, seuls existent l'Être de la vie et la perpétuité du Présent.
Lorsque vous êtes, vos pensées ne traînent plus ni dans le passé ni dans le futur, à se préoccuper de culpabilité et de remords, de devoirs et d'obligations. Dans l'être, vous ne vous attachez pas à aucune vérité en particulier mais vous êtes le réviseur de toutes vérités. Vous voyez toutes vérités comme Étant et vous permettez de les examiner toutes afin de déterminer si elles sont appropriées à votre état d'être. Lorsque vous vivez ainsi, vous examinez toutes les pensées qui se présentent à vous et, par l'intermédiaire de votre cerveau, celles-ci sont comprises par votre corps en tant que sentiments ; ceci donne naissance à plus de connaissance, plus de pensée, plus d'Être.
Lorsque vous êtes, simplement, vous êtes alignés avec l'Être de toutes choses. Étant ainsi alignés, vous pouvez avoir tout objet de votre désir, et, pour ce faire, il vous suffit d'être. Le Dieu de votre être attirera à vous toute chose dont vous avez la pensée, toute chose que vous désirez, immanquablement. Ceux qui s'occupent d'essayer d'effectuer selon tous les principes extérieurs bafouent quelque peu le principe intérieur. Si vous êtes, vous avez déjà et vous êtes tout.
Lorsque vous êtes, simplement, et vous permettez de capter toutes pensées, alors vous pouvez entendre la voix de Dieu. Alors, tout ce que vous avez toujours voulu connaître, vous pouvez le connaître en un clin d'œil. En ne jugeant pas vos pensées, les laissant se manifester comme émotion en votre âme, vous vivez comme un Dieu illimité, du seul fait que vous êtes ouvert à l'être et à tout ce qui est. Vous devenez alors le pur canal de votre propre divinité et vous vous rapprochez de la pure simplicité de l'esprit de Dieu.
Apprenez à vivre en connaissant et en permettant. Alors vous serez maître de l'ego altéré. Alors vous serez maître du septième niveau, du septième ciel, car le septième est exempt de jugement et ne comporte que l'Être perpétuel de la vie. Une fois le jugement maîtrisé, vous maîtrisez la totalité de ce plan et pourrez le quitter à tout moment de votre choix.
A moins que vous n'ayez l'aptitude en cet instant de produire un clone de votre propre corps - ce qu'il est possible de réaliser avec un cerveau qui fonctionne dans son intégralité ne soyez pas trop pressé de le détruire.
Aimez votre corps. Soyez bon envers lui, nourrissez-le, prenez-en soin. Il est l'instrument pur d'expression qui vous permet de faire l'expérience de la vie sur ce plan. Devenez illimité dans vos mécanismes de pensée, mais choyez également le véhicule qui vous permet de réaliser cela.
Si vous êtes une femme, soyez une femme ; si vous êtes un homme, soyez un homme. Aimez ce que vous êtes. N'abusez jamais de votre corps. Ne l'endommagez pas et ne le souillez pas. N'exigez pas de lui des choses pour lesquelles il n'est pas fait. Considérez la grandeur de votre être. Considérez-vous divins. Vêtez-vous des étoffes les plus délicates pour votre peau. Parfumez-vous. Ne donnez à votre corps que la nourriture qui lui convient. Si vous lui prêtez l'oreille, il vous dira ce dont il a besoin pour être nourri.
N'absorbez jamais de substances dommageables, que vous savez être dommageables. Tout ce qui entrave la circulation de l'oxygène dans le cerveau fait périr un grand nombre de cellules; celles-ci sont perdues à jamais car le cerveau n'a pas la capacité de reproduire ses cellules. Lorsque les cellules de votre cerveau sont détruites, votre capacité à transférer une pensée en émotion réalisée est amoindrie. Vous puissiez contempler la pensée, mais elle ne représente rien pour vous. C'est alors que la joie cesse ; comment en effet une pensée pourrait-elle vous rendre joyeux si vous ne pouvez pas la devenir en la ressentant ?
Lorsque vous n'êtes pas capable de ressentir, vous êtes incapable sur ce plan d'enregistrer les connaissances. Tels sont les dégâts causés par la consommation de ce que vous appelez les drogues qui produisent des illusions. Chaque fois que vous y recourez, il y a diminution d'oxygène dans le cerveau. C'est votre cerveau mourant qui occasionne ce que vous appelez l'euphorie que vous ressentez. C'en est la cause. Chaque fois, votre capacité de connaître diminue. Et le temps viendra où vous ne pourrez plus ni rire ni pleurer car plus rien ne pourra susciter en vous l'émotion suffisante.
L'expérience de la toute-connaissance - qui vous fait pleurer devant une fleur qui s'épanouit ou attendre le lever du soleil et en connaître absolument la splendeur cette expérience exige de pouvoir connaître, de pouvoir transformer la pensée en sentiment. C'est ce qu'on appelle l'extase. C'est une euphorie valable comme vous dites.
Cela qui vous aime depuis avant même l'origine des temps - qui a été avec vous au long de chaque vie, qui est l'unique entité qui sera avec vous à la mort de votre corps ou à son ascension c'est vous. Vous êtes la seule personne à vous aimer avec suffisamment de constance pour consentir à être avec vous en toute expérience. Lorsque vous vous embrasserez et vous aimerez, que vous laisserez cet amour être votre modèle, vous Transcenderez la conscience sociale de l'homme et rejoindrez la toute-conscience de Dieu, car ce que vous êtes va au-delà de la beauté, au-delà de la perfection, au-delà de la rigidité des lois, des dogmes et des normes de la société. Cela va dans la destinée, dans l'accomplissement de soi qui est l'accomplissement de Dieu. C'est là l'unique chose qui ait de l'importance au regard de l'Être de la vie.
Vous êtes tout ce que vous pensez être et tout ce que vous vous autorisez à connaître. Sachez que le Père, qui est toutes choses, est ce que vous êtes. C'est par cette connaissance que vous connaîtrez et deviendrez tout ce qui est.
Sachez que rien n'a de fin et que rien n'est absolu. Tout est dans l'instant et, des instants, il y en toujours à venir. Atteindre à la pensée illimitée revient à savoir qu'au-delà d'une vérité supérieure il en existe une autre, encore supérieure. Connaissez cela et les choses adviendront selon l'état de votre réceptivité.
Ne vous laissez jamais asservir ou intimider. Il existe toujours un moyen, un moyen meilleur. Sachez cela et laissez venir à vous les pensées qui éclaireront votre cheminement vers la joie. Regardez en face vos limitations. Embrassez-les. Maîtrisez- les. Otez de votre vie tout ce qui vous empêche de connaître la totalité de Dieu. Renoncez à la culpabilité et au jugement en sorte que puisse naître en vous l'omniscience, les réponses et la joie. Regardez en face vos peurs et permettez-vous d'arracher le masque de leur illusion. Sachez que vous êtes éternellement et que rien dans l'inconnu ne peut jamais vous empêcher d'être dans le bonheur et la joie. Liquidez la peur qui vous inhibe et vous empêche de connaître des expériences plus belles que celles offertes sur ce plan. Ceux qui viennent d'au-delà vous donnent des frissons ! Vos frères dans leurs vaisseaux sont d'une incroyable beauté. Débarrassez-vous de la peur afin que vous puissiez sympathiser avec un autre temps, avec une autre entité venue d'une autre dimension.
Dans votre effort de devenir plus grand, si c'est sur ce plan que vous cherchez quoi devenir, vous ne deviendrez jamais rien d'autre que ce qui existe sur ce plan. Dépasser les limites de la pensée humaine implique de contempler l'existence de quelque chose d'invisible possédant un entendement supérieur.
Soyez ouverts à la vérité, quelle qu'en soit la source, et laissez- vous guider par vos sentiments. Est sage l'homme qui, même aveugle, connaît en son âme ce qui est juste pour lui. La vérité est aussi bien dans le brin d'herbe que vous foulez. Elle est dans le rire d'un enfant. Elle est dans les yeux d'un mendiant. Elle est en tout lieu et en toute chose, en toute personne et en tout instant. Celui qui ne connaît pas cela ne connaît pas Dieu, car Dieu est tout ce qui est. Et pas un brin d'herbe, pas le murmure d'un instant ne sont coupés de la Source de ce qui est. Apprenez à être sage. Prêtez l'oreille à la vérité. Quelque forme qu'elle prenne, sachez que vous méritez de la recevoir.
Celui qui sait que le royaume des cieux est en lui est une entité pleine de sagesse. Votre aptitude à penser toute pensée et à la ressentir en votre âme vous offre, en vous, les clés du royaume des cieux, le trésor de l'émotion. Apprenez à ressentir. Connaître pleinement Dieu, c'est ressentir pleinement toute pensée jusqu'au jour où toute pensée que Dieu est sera ressentie au plus profond de votre être, dans l'âme de votre être.
Gardez-vous de vouloir que la totalité de votre cerveau se trouve ouverte d'un coup. Laissez-le s'ouvrir pensée après pensée, expérience après expérience, de sorte que chaque pensée se fixe en vous.
Mais par-dessus tout, permettez-vous d'être puisqu'on étant, vous êtes tout. Lorsque vous êtes simplement l'Être de vous- même, le principe Je-Suis, alors vous êtes alignés avec la vie toute entière. Alors, l'aliénation de vous-même en tant qu'homme a été transcendée et vous êtes devenu un avec Dieu.


traduit par Chantal Lafont
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Sep - 09:04 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 032
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 09:08 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

je suis particulièrement ravie de vous partager ce texte , car c'est la première fois que je vois ce processus décrit. Processus que certains d'entre nous connaissons bien pour le pratiquer consciemment depuis longtemps
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
jclaude


Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2013
Messages: 24
Localisation: Bretagne

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 10:30 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

Bonjour Françoise, merci pour ce texte. Ce qui me gène, parce que je suis encore et avant tout dans le mental, c'est l'insistance sur les glandes endocrines.
"La pinéale est la porte vers Dieu" est-ce-que ces éléments ne se rapportent pas essentiellement au 3e œil et à la falsification ?
Il ne parle pas du tout du cœur comme porte vers l'unité !
Qu'est-ce-que tu en penses ?      Question Question Question
_________________
Si tu veux être, réellement, ce que tu Es, ne projette plus rien, ne demande rien et Sois. Annael


Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 032
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 12:51 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

j'en pense que ce sont des mots, uniquement des mots;


j'ai vécu ceci pendant des années et j'appelais ceci l'intelligence du cœur, j'ai également reçu ce mot, je ne l'ai pas inventé.


je n'avais à l'époque jamais entendu parlé de la pinéale et de la pituitaire. C'est des années plus tard que j'ai reçu que pituitaire était réceptrice et pinéale émettrice. 


Si tu vis le vibral, tu te rends compte que l'axe relie le coeur, le centre de la tête, le point ER jusqu'au bindu. Tout est donc relié.


Il est question dans ce texte de quelque chose qui est absolument naturel pour tous, il suffit d'en prendre conscience, de l'accepter puis de suivre par la confiance ce qui est reçu. Nul besoin pour çà de savoir de quelle glande les infos proviennent.


Une seule chose à faire c'est de prendre conscience que ce que l'on reçoit est nouveau, n'était pas dans le mental auparavant et, est toujours en rapport direct avec son propre retour vers la Source. Une grande éthique est nécessaire pour faire le tri au début, surtout si nous recevons et que nous ne sommes pas centrer sur le coeur
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
Ulrik


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2013
Messages: 166
Localisation: Québec

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 16:33 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

j,ai moi aussi vecu se processus et sans y mettre aucun mot. Le processus se réalise au moment ou le je s'éfface et laisse place a l, observateur. Il na sourtout rien a faire. Si se n, est que d,ouvrir son esprit a toute possibilité. OUi oui Enjoy 
_________________
humilité et simplicité , ici et maintenant


Revenir en haut
Skype
jclaude


Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2013
Messages: 24
Localisation: Bretagne

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 18:47 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

Merci Françoise pour ces éclaircissements.


J'ai trouvé sur le blog de Deniz un très long ensemble d'extraits d’entretiens de Ramtha.


Je pense qu'il y a beaucoup de choses à y puiser en totale symbiose avec AD


Thèmes :
- La vérité
- L'importance primordiale des émotions
- Notre souveraineté
- Utilité d'un maître

******
Je ne suis pas différent de vous. Personne, que ce soit du monde visible ou du monde invisible, ne vous est supérieur. Et il n'est personne qui vous soit inférieur. Au royaume de Dieu, tous sont égaux.
A ceux d'entre vous qui désirent suivre quelqu'un et l'adorer, ou agir plus au-dehors d'eux qu'au-dedans d'eux, je voudrais dire que je ne puis répondre à leur attente. Je suis en ce monde afin d'aider chacun à devenir souverain en sa vérité, selon son entendement. Aussi longtemps que vous resterez à adorer une chose au-dehors de vous, quelle qu'elle soit, à la servir et à lui donner votre temps, vous ne pourrez exprimer la sublime beauté que vous êtes ni ne pourrez devenir vraiment libres.
Vous seul pouvez être celui ou celle vous aimant le plus. Vous seul pouvez être votre meilleur ami et instructeur. Jamais aucune voix ne pourra vous instruire mieux que la vôtre. Jamais parole ne pourra vous instruire mieux que la vôtre propre. Ce que vous êtes aujourd'hui est en mesure de répondre à vos besoins de toujours. Mais si vous persistez à chercher hors de vous des sentiers à emprunter ou des entités à adorer, jamais vous ne distinguerez ni ne connaîtrez la vraie gloire de Dieu.
Vous ne pouvez réaliser votre divinité, votre illumination, votre épanouissement que par vous-même et l'amour déclaré pour vous-même.
(...) Je vous aime d'un amour profond. Si je ne vous aimais pas tant, je ne pourrais venir à vous comme je le fais. Quand vous aurez appris à vous aimer autant que je vous aime, vous comprendrez les vérités que j'enseigne ; vous comprendrez la grandeur qu'en vérité vous êtes. Et ce sera un grand et glorieux jour.

******
Vous vivez la création. Vous jouez avec la pensée créatrice et l'exprimez dans la matière en sorte de croître en sagesse et en intelligence, en sorte de percer le grand mystère que vous êtes. Pourtant, ce plan-ci est entièrement illusoire. Tout le monde croit que le plan tridimensionnel est réel. En fait, tous les jeux de l'homme sont illusoires, ils sont comparables à des rêves, cette réalité peut disparaître à la faveur d'un rêve. Le monde réel est le monde intérieur (profond), celui des sentiments. Le monde réel peut-on dire n'existe que du point de vue de l'émotion ; il n'est pas gouverné par la logique mais par l'amour en mouvement.
Ce monde, que l'on prétend réel, ne pourrait exister en l'absence de votre aptitude à le connaître par les sentiments présents en vos âmes, car sans eux il n'aurait point d'existence. Tout ce paradis de matière a été créé à seule fin de pouvoir évoquer des sentiments dans l'âme de ceux qui ont part au merveilleux pouvoir créateur. Pour quelle raison ? Afin qu'ils acquièrent la plus belle récompense de la vie, à savoir la sagesse. Or la sagesse n'est point le produit de l'intellect, elle dérive en vérité de l'intelligence émotive acquise au moyen de l'expérience.
La vie, cet extraordinaire théâtre, est votre royaume. C'est la scène sur laquelle vous pouvez produire vos illusions, les objets de votre imagination et de vos rêves. Le fait d'être Dieu-homme, Dieu-femme est très louable. Car ce n'est que quand Dieu est devenu homme que la vie sur ce plan a pu être créée et développée. Vous êtes de magnifiques entités, bien plus puissantes que vous ne l'imaginez. Chacune de vos pensées, chacun de vos sentiments est créateur de vie. C'est à vous qu'il incombe de donner de la présence à la Vie, de soutenir toute vie à venir, non pas à ceux des mondes invisibles. Ceux vivants dans l'invisible ont seulement l'intelligence de l'invisible. Vous seuls avez le pouvoir de soutenir ce royaume de matière, le joyau d'entre les royaumes.
C'est vous qui donnez créance à toutes choses. C'est vous qui ajoutez à cette scène spectaculaire de la Vie. C'est vous qui exaltez et qui glorifiez ce royaume de Dieu. Mais vous, vous l'ignorez, croyant être inférieur aux anges. Ce qui n'est assurément pas le cas. Vous ne comprenez pas bien votre louable fonction, cependant vous ne tarderez pas à la comprendre. Bientôt, en effet, la vie, les arcs-en-ciel, les couleurs, les luminaires deviendront comme de puissants instruments qui vous rappelleront ce que vous êtes vraiment. Cet âge qui approche aura pour nom âge de l'illumination.
Superbes maîtres*, vous avez donné la vie au vent. Vous avez donné au soleil la raison d'être là où il est. Vous avez donné aux nuages une raison de rassembler leurs forces : nourrir la terre et étancher sa soif. Cela, vous l'ignorez, car considérant n'être pas dignes de l'amour que Dieu est en vérité. Je vous aime grandement. J'ai été comme vous. J'ai vécu toutes vos illusions et incarné tous vos rêves. Et là où je m'en suis allé, vous vous rendrez à votre tour. Mais il vous faut au préalable embrasser la Vie et vous embrasser vous-mêmes, car vous embrassant vous-mêmes vous embrassez également Dieu.
Des profondeurs de mon être, je vous salue. Vous êtes admirables, en vérité. Vous êtes aimés, en vérité. Vous êtes indispensables, en vérité. Vous êtes chéris, en vérité. Vous êtes la raison d'être de l'éternité. Vous êtes, assurément, la raison d'être de la Vie.

******
M. : Tout au long de ma vie j'ai cherché à comprendre la vie et Dieu et, pour cela, je suis allée de religion en religion et, récemment, d'instructeur en instructeur. Je suis vraiment dans la confusion, Ramtha, parce que chacun tient un langage différent. Et les enseignements varient, même s'agissant de points identiques ; ils vont parfois jusqu'à se contredire les uns les autres !
Par exemple, à vous entendre il n'y a ni vérité ni erreur. Dieu nous aime, quoi que nous fassions. D'une certaine manière, cet enseignement me parle ; cependant, je constate qu'il est très différent des autres. Parmi les choses enseignées, certaines sont très « excentriques », si je puis dire, parce que tellement différentes de celles apprises jusqu'ici.
Je suis dans la confusion Ramtha. Je ne sais plus qui croire. Comment puis-je déterminer ce qui est vrai - ce qu'est la vérité ?
R. : Maître*, dites-moi tout d'abord ce que vous entendez par « excentrique ».
M. : J'entends que je dois vraiment avoir l'esprit très élastique pour pouvoir comprendre et accepter certaines choses dites.
R. : Diriez-vous de l'infinité ou de l'éternité qu'elles sont « excentrique » ?
M. : En un sens, oui.
R. : Eh bien, dans ce cas mes enseignements sont assurément « excentriques », en ce sens qu'ils vous conduisent très loin - jusqu'aux confins de l'éternité.
Maintenant, maître, dites-moi ce qui n'est pas vrai.
M. : Ce sont, par exemple, ce qui participe de l'imagination, les fantasmes - ce qui est étranger à la réalité.
R. : Ah ! Mais qu'est-ce donc que l'imagination et les fantasmes ?
M. : Les pensées que l'on entretient dans sa tête, ce que la pensée invente.
R. : Mais lorsque vous entretenez de telles pensées, ne sont-elles pas réelles ? Ne sont-elles pas réelles du point de vue de la conscience ?
M. : Si, mais elles peuvent n'être réelles que dans mon esprit. Elles ne correspondent pas nécessairement à une réalité.
R. : Maître, chacun aimerait savoir ce qu'est la vérité. Mais en admettant qu'une telle vérité existât qu'en serait-il des autres qui ont-elles aussi leur réalité dans les consciences ? Savez-vous ce qu'est la vérité ? La vérité est qu'il n'y a pas de vérité. La vérité est que tout est.
Tout est vrai, maître. Il n'y a rien qui ne soit pas vrai, car toutes choses sont un dérivé de (...) Dieu.
(...) la pensée (les croyances élevées) donne créance à toutes choses, tout à sa raison d'être. Ce que vous désignez par l'imagination et fantasmes a certes une réalité puisque cela est formé de pensées (et d'émotions) chargées de sens.
M. : Même quand cela est en contradiction avec la réalité extérieure ?
R. : Le monde extérieur dont vous dites qu'il est réel n'est qu'une illusion, une création de la réalité suprême, c'est-à-dire la réalité invisible ayant pour nom pensée et émotion. Comment croyez-vous que le monde extérieur soit venu à l'existence ? Par l'imagination et les fantasmes. Une fois que la pensée et l'émotion ont pris forme matérielle, l'imagination est à nouveau stimulée. L'une et l'autre se suscitent mutuellement ; l'une et l'autre sont assurément réelles. Ce qui est créé par la pensée, qui existe dans la conscience, que cela se manifeste ou non dans la réalité matérielle, est vrai, maître.
M. : Aussi bizarre que cela soit ?
R. : Assurément, entité, car ce qui détermine la bizarrerie ce sont uniquement les attitudes (croyances). Toute pensée (et émotion) entretenue dans votre esprit est vraie, car en vie dans la conscience ; aussi est-elle part de la réalité suprême, l'Esprit de Dieu, le fondement de toute vie. (...)
Les vérités sont fonctions des perceptions. Elles découlent d'opinions, d'attitudes, de croyances devenues des absolus pour la pensée. L'opinion de quelqu'un à propos d'une chose peut varier de celle qu'en aura quelqu'un d'autre - souvent grandement - car l'un et l'autre forment leur opinion sur la base d'une expérience unique de cette chose, d'une compréhension émotive unique de leur âme, acquise non seulement en cette vie-ci mais au cours des vies antérieures. Si bien qu'une chose peut être vraie pour telle entité et fausse pour telle autre. L'une et l'autre ne peuvent arriver à se comprendre parce qu'elles n'ont pas été l'une l'autre ni eu les même expériences émotives.
Laquelle de ces deux vérités est la bonne ? Elles sont bonnes toutes deux. L'une et l'autre entité ont entièrement raison, car elles ont toutes deux perçu la vérité par rapport à leur expérience et à leur intelligence des choses. Celui qui considère que seule sa vérité est bonne fait preuve d'une intelligence limitée.
Chaque entité accepte et crée les vérités dont elle a besoin pour son accomplissement, dont elle désire faire l'expérience en vue de sa progression dans la sagesse. Et pour les besoins de cette expérience chacune d'elles cherchera les vérités capables de la conforter dans ce qu'elle veut croire. Aussi les assemblages de vérité sur ce plan sont-ils au même nombre que les dieux y habitant, puisque chaque entité a la volonté, le droit et le besoin de créer différemment sa vérité.
Par conséquent, ce que vous pouvez lire d'un instructeur ou entendre par sa bouche est vérité perçue par lui - c'est ainsi qu'il la voit, l'a apprise, l'a créée, en a fait l'expérience. Par conséquent, si vous étudiez avec dix instructeurs différents votre confusion ne peut être que très grande, chacun enseignant sa vérité et celle-ci est différente de celle des autres. L'une ou l'autre perception de la vérité peut être en accord avec votre besoin du moment. Mais si vous chercher à distinguer lequel des instructeurs dit la vérité, si vous considérez toutes les vérités, vous vous apercevrez qu'elles sont toutes bonnes. Il vous faut simplement décider jusqu'à quel degré vous désirez devenir une vérité. Quelle que soit celle retenue, elle deviendra réalité dans votre vie.
Il y a des grands instructeurs sur votre plan, maître, des sortes de magiciens, qui ont le pouvoir d'opérer des prodiges et des miracles. Il n'empêche qu'ils croient à la mort... de sorte qu'ils mourront. Bien qu'ils aient grandement progressé dans leur intelligence, ils restent néanmoins dans les limites de la morts et du mourir, ils n'ont pas encore compris que la vie est réellement un continuum d'être. Donc, en admettant que vous acceptiez leurs vérités comme la vérité, vous deviendrez magicien à votre tour. Mais cela ne vous empêchera pas de mourir.
La vérité est en toute compréhension, maître ; cependant, il faut aussi bien distinguer que toute vérité est susceptible d'affinement, car chaque instant affine la vérité. C'est la raison pour laquelle Dieu n'est pas dans un état de perfection mais plutôt en un état de devenir. Chaque entité progresse continuellement dans sa compréhension, englobant ainsi des vérités de plus en plus illimitées. Mais quelle que soit sa compréhension, son intelligence des choses, d'instant en instant, ce ne sera jamais que la vérité telle que vue par elle. Prenons l'exemple d'une fleur. Est-il vrai que la fleur soit un bouton ? Assurément. Mais une fois en fleur, quand elle n'est plus bouton, serait-elle menteuse ? Non, évidemment pas. Elle se trouve dans un état de vérité progressive. De même, lorsque ses pétales sont tombés, qu'ils ne sont plus, la fleur serait-elle menteuse ? Que dire alors ? Elle se trouve dans un autre état encore de sa vérité.
Tout enseignement - qu'il soit oral ou écrit, qui parle de lois, ou qui limite l'homme, ou bien qui divise Ce Qui Est en bien et en mal, ou bien qui prétend que Dieu est une entité singulière plutôt que l'être de tout ce qui est - tout enseignement de ce type vient d'entités qui tout simplement ont accepté ces choses comme leur vérité et se sentent obligées de les répandre dans le monde. C'est leur vérité, maître, et elles n'ont pas tort. (...)
Si ce que vous lisez d'un instructeur ou l'entendez dire limite le développement... Si ce qui est dit limite, sépare, divise, alors c'est l'expression d'une vérité limitée, provenant d'une entité n'ayant pas encore atteint l'intelligence illimitée.
Ce que vous apprenez inévitablement de tous ces instructeurs, maître, est que vous êtes votre suprême instructeur, personne d'autre, car vous seul savez ce qui convient le mieux à vous-même. Comment quelqu'un d'autre pourrait-il savoir ce qui vous convient alors qu'il est occupé à vivre sa propre vie et à évaluer la vérité de son point de vue à lui ? Vous seul pouvez déterminer l'expérience nécessaire à votre accomplissement. Vous seul pouvez être l'auteur de votre vérité, car la vérité est arrêtée et établie par chacun. Et cette vérité ne peut se découvrir par la connaissance scientifique ou intellectuelle, elle se découvre bien plutôt par la compréhension d'ordre émotif, la vérité étant de l'ordre de la perception, de la connaissance profonde, non pas intellectuelle seulement. Connaître votre vérité signifie la connaître par le sentiment.
M. : Mais comment peut-on sentir une chose comme vraie dans le cas où sa vérité n'est pas admise par les faits ou si elle est contraire aux découvertes scientifiques ?
R. : Maître, rien ne peut être prouvé par ce que vous dénommez les faits, puisque les faits changent à mesure qu'évolue et que change l'intelligence des hommes. Tout est conjecture, la réalité évolue et est créée constamment par la pensée et par l'émotion. Les faits ne sont que la manifestation concrète de la conscience collective à un instant de l'histoire. Autrement dit, des pensées que l'ensemble de l'humanité embrasse en cet instant-là.
La preuve, maître, est donnée par le sentiment, l'émotion, car c'est le sentiment qui accorde tout d'abord la réalité à un fait.
Qu'est-ce que la réalité suprême ? la vérité suprême ? Certainement pas les faits. Ce sont les sentiments éprouvés lorsque vous acceptez un fait comme réalité, comme vérité dans votre esprit. C'est le sentiment qui est la réalité suprême. C'est en lui que réside la vérité.
La réalité, maître, est conforme à votre choix. Ne choisissez désormais plus que ce qui vous conviendra, ce que vous souhaiterez croire.
M. : Mais, Ramtha, je ne comprends pas comment les choses pourraient être telles que vous les décrivez. Car au temps où la plupart des hommes croyaient que la terre étaient plate, que seraient devenus les marins en mer, ceux croyant que la terre était plate ?
R. : Ceux qui pensaient qu'elle était plate se sont trouvés projetés dans la mer (Dieu n'aurait point toléré qu'ils eussent tort !). Ceux qui pensaient qu'elle était ronde ont poursuivi leur voyage. Comprenez-vous ?
Ceux pensant fermement que la terre était plate ne s'aventurèrent pas en ces régions où ils auraient découvert le contraire. Et ceux qui étaient persuadés de la rondeur de la terre en firent le tour. Ils ignoraient par contre qu'elle ne fût pas ronde mais plutôt aplatie. Elle est gonflée aux coutures, plates aux pôles et elle est creuse. Mais ceux qui croient fermement qu'elle est solide ne connaîtront pas qu'elle est creuse car jamais ils n'envisageront pareille chose. Leur intelligence est limitée. Cependant, bien que limitée, elle a sa vérité.
Que votre vérité, maître, soit non limitée. Reconnaissez que votre monde est rond. Mais pour être encore plus illimités dans votre vérité reconnaissez aussi qu'il est aplati aux pôles. Et pour être encore plus illimitée dans votre vérité reconnaissez de plus qu'il est creux. Et pour être encore plus illimitée dans votre vérité, comprenez que le centre de la terre est très habité. Mais allez donc le dire à vos scientifiques. !
Si vous entretenez une croyance de type limité, c'est là votre vérité et cela est juste. Si vous entretenez une croyance de type illimité, c'est là votre vérité et cela est juste. Mais, à vrai dire, il vaut mieux croire en vous-même, car rien - ni aucune entité ni aucune chose ni aucune réalité - n'est supérieur à vous. C'est vous l'auteur de toute vérité, le créateur de toute réalité, le dispensateur de toute loi en votre royaume.
Ce que je dirais à toute entité, quelle qu'elle soit, est ceci : allez et apprenez de vos instructeurs ou de vos religions jusqu'à l'ennui ou jusqu'à ce que les choses apprises vous paraissent dépourvues de sens. Arrivés à ce point, allez en quête des réponses qui sonneront juste à votre âme. Votre âme connaît la vérité qui vous convient et elle vous la communiquera par vos sentiments. Quand une vérité sonne juste, votre âme est dans la joie.
La vérité est une limitation, maître. Dire d'une chose qu'elle est vraie suppose qu'il en existe un autre qui ne l'est pas. Or selon un entendement plus vaste il n'y a ni vérité ni non-vérité ; il n'y a que la Vie continûment en évolution. La Vie est l'unique réalité et c'est d'elle qu'émerge toute vérité, puisque la vérité est créée et évolue à chaque instant par les pensées. Aussi, pouvez-vous à tout instant changer d'avis et penser différemment sans pour autant que cesse d'être vrai ce que vous pensiez l'instant d'avant. L'une et l'autre pensée sont des choix faits en vue d'une compréhension par l'émotion.
Il n'y a d'autre réalité que la Vie et les choix. Le jour où vous comprendrez que toutes choses sont à la fois vraies et non vraies, que toutes choses sont, alors vous percevrez la vérité sous tous les visages que vous aurez décidé qu'elle revête pour les besoins de votre expérience. Et une vérité ne reste absolue que le temps où vous la voyez comme telle. Dès l'instant que vous ne la reconnaissez plus et cessez de lui donner créance elle perd toute réalité. C'est pour cette raison que ce plan porte le nom de « plan des réalités créatrices ».
Toute vérité que vous créez dans votre vie est susceptible d'être modifiée. Il vous faut le savoir. Ce qui vous rend souverain est de connaître qu'il est possible de penser ce que l'on veut penser, comme il est possible de changer d'avis à n'importe quel moment. (...) Le jour où vous connaîtrez cette vérité en vous vous aurez dépassé la limitation, vous serez redevenue Dieu. Et tandis que d'autres seront encore à se laisser gouverner par des lois et des codes moraux, vous serez entièrement libre, car n'ayant de vérité autre que la vôtre.
Cependant, il est un point qu'il convient de vous rappeler : Quand on pense qu'une chose est, elle est vraiment. Lorsque vous entretenez une croyance elle devient vérité par l'émotion. C'est ce qui explique que chacun croit détenir la vérité suprême. Toute réalité créée est unique, de sorte que si quelqu'un ne comprend pas la vôtre c'est simplement du fait qu'il est profondément pris dans la sienne.
Le jour où vous comprendrez que la vérité peut être et est effectivement toutes choses, alors vous ne serez plus soumise à la limitation et pourrez sans mal participer à toute expérience et apprendre d'elle. Alors vous serez libre, car ne subissant plus le joug des concepts et du savoir intellectuel qui a tendance à vous faire dire « Telle chose est comme ceci et non comme cela », alors qu'en réalité cette chose peut être n'importe quoi qui puisse être défini au moyen de la pensée.
Cette vérité que je suis en train de vous enseigner, maître, vous permettra d'être plus illimitée car elle embrasse les vérités de tous etpermet à l'ensemble des vérités de coexister entre elles dans l'harmonie. Lorsque vous embrassez cet entendement vous pouvez dire : « Je suis à facettes multiples dans ma vérité. Je suis, non pas seulement une vérité mais toutes les vérités. » Alors le courant de la création pourra couler en vous sans entraves et vous ne vous laisserez plus enfermez dans un mode d'être exclusif.
Soyez qui vous êtes - non point sous la direction de Ramtha, de Bouddha ou de Josué (Jésus), ou celle de n'importe quel autre instructeur, car en dernier ressort, personne ne peut vous instruire sur votre Soi divin - personne, sauf vous. Afin d'accomplir votre destinée, il vous faut devenir celui et cela que vous êtes. Si vous essayez de vivre conformément au plan de vie recommandé par quelqu'un d'autre, vous ne le deviendrez jamais. La seule voie par laquelle vous puissiez comprendre qui vous êtres et le feu en vous, consiste à écouter la vérité enseignée par vos émotions.
Aimez ce que vous êtes, profondément. Et écoutez le Dieu en vous, il vous parle en des accents très subtils qui ont pour nom sentiments. Les sentiments, si vous les écoutez, vous parleront de vérité et du sentier de votre illumination.
Vivez la vérité que vous ressentez en votre être. Vivez-là et manifestez-la, de sorte qu'elle témoigne de votre gloire. Le faisant, vous évaluez, vivez et comprenez la vie de votre point de vue - et quelle que soit votre perception, sachez qu'elle est bonne. Soyez votre propre instructeur, votre propre sauveur, votre propre maître, votre propre dieu.
Méditez les choses simples qui viennent d'être dites car par elles vous obtiendrez la latitude de comprendre, de sorte que vous ne vous laisserez plus prendre au piège de vouloir déterminer ce qui est juste et ce qui ne l'est pas, ce qui est vrai et ce qui est illusoire. Lorsque vous vous dégagerez des lois du dogme et de la croyance religieux et que vous cesserez de vouloir être selon la vérité de quelqu'un d'autre vous deviendrez libre de vous exprimer, vous deviendrez libre de connaître toutes ces choses dont votre âme vous pressera de faire l'expérience en vue d'épanouir votre entendement.Par l'émotion et par l'expérience vous deviendrez Dieu, instant après instant, au rythme qui est le vôtre. Ainsi vous serez continûment, éternellement ; vous n'aurez jamais de fin.
Lorsque vous avez compris qu'à chaque instant de votre vie vous procédez au raffinement de votre être et que vous vous accordez de le faire sans éprouver de culpabilité et sans vous juger, alors le jour viendra où vous deviendrez la vérité de toute pensée - le fondement de toute vie. Pour cela il est nécessaire de prendre du recul par rapport à la conscience collective - à ses lois, ses idéaux, son identité - et de vous laisser être votre vérité, votre moi chargé de sens.
Pendant des siècles l'homme a vécu coupé de sa nature divine ; il a banni en lui la faculté de choix et remplacé les choix par des lois. Mais voici, le vent du changement souffle sur ce plan, incitant chacun à la nouveauté, à faire son bilan, à ébranler les absolus. Je suis heureux que vous preniez part au changement en cours. A compter de ce jour votre existence sera plus gaie. Car à qui aurez-vous désormais à rendre des comptes ? A personne d'autre qu'à vous. Et quelle sera la vérité ? La vérité sera ce que vous décréterez qu'elle est. Car les choses sont selon vos croyances, et vous devenez selon vos croyances. Comprenez-le, et vous enseignerez nombre de gens, rien que par votre façon de vivre.
Ne recherchez jamais la vérité. Soyez, tout simplement. Etant, vous êtes un avec d'infinis univers.
M. : Il y a là matière à méditer !
R. : Assurément, maître. Ce qui est. Ainsi soit-il.

******
Á ce jour, la très grande majorité des gens ignorent toujours qu'ils sont dotés du pouvoir de comprendre et d'être toutes choses. De sorte qu'ils permettent à des instructeurs, à des religions, à chacun de gouverner leur vie et d'interpréter pour eux la vérité. Ils permettent aux autres de compliquer et d'obscurcir la simple vérité qui leur est enseignée depuis des siècles, à savoir : la Source et le royaume des cieux sont en eux. Y aurait-il vérité plus belle ? Ceux qui l'ignorent encore pensent qu'il leur faut passer par les dogmes et les mécaniques, si l'on peut dire, comme les rites, les prières, les chants, les jeûnes, les méditations pour entrer en contact avec Dieu et atteindre à l'illumination. Alors qu'avec ces pratiques nous convainquons toujours plus l'âme que nous ne sommes pas l'objet de notre quête - que nous somme très loin de l'amour de Dieu et de la compréhension que nous cherchons à obtenir -, puisque nous sommes obligés de peiner pour le devenir. (...)
Pratiquer des rites et adhérer à des dogmes n'est pas chose fausse. Bien que l'on sente que ce n'est pas complètement juste, parce que la voix en soi - la source - dit que l'on est déjà ce que l'on s'efforce d'atteindre.
Je suis revenu en ce monde pour vous apprendre une voie meilleure.Je suis revenu pour vous dire que vous êtes déjà Dieu. Et aussi que vous n'avez jamais failli, que vous ne vous êtes jamais trompés et que vous n'êtes pas des créatures misérables et pitoyables. Je suis venu vous dire que vous n'êtes pas des pécheurs et que le diable, cette merveilleuse sottise, n'existe pas. Le jour où vous comprendrez ces choses vous pourrez commencer à employer votre temps à vous rendre heureux. (...)
Je vous dis que Dieu est en vous. Il l'a été durant l'ensemble de vos vies. Vous êtes d'ores et déjà Dieu. Car Dieu est l'intelligence créatrice qui réside profondément en votre être - l'essence qui vous a aimés jusque dans l'expérience de la limitation.

******
Une pensée n'est pas seulement comprise par le cerveau mais par le corps tout entier. Et la portion raisonnante du cerveau trouvera les mots capables de décrire l'émotion éprouvée.
Une pensée est comprise grâce à la sensibilité. La connaissance relève entièrement, de la sensibilité, de la sensation. Aucune pensée ne peut être connue et comprise si elle n'a pas été ressentie ; c'est la sensation qui permet son identification. Donc, pour connaître une pensée il faut la ressentir, c'est-à-dire la vivre dans tout le corps.Le savoir à lui seul ne suffit pas, il faut aussi le ressentir. Une fois que la sensation, le sentiment existe, vous pouvez dire : « Je sais, je connais. J'en ai le sentiment. »
(...) connaître ici ne veut pas dire comprendre avec l'intellect - l'intellect qui à la limite sait discourir avec éloquence avec des mots dénués de sens. La connaissance d'une fleur s'obtient grâce à l'être profond, grâce aux sentiments. Il est possible de comprendre l'essence d'une chose par la fréquence à laquelle vibre son émotion.Si vous voulez connaître une chose il n'est besoin que de vous autoriser à la ressentir ; la connaissance que vous en aurez sera toujours très juste.

******
Bien que votre cerveau ait été conçu pour capter toutes les fréquences de pensées de l'Esprit de Dieu, du champ entier de la Connaissance, il ne captera que celles que vous vous permettez de capter. Or comme la plupart des hommes n'acceptent pas les prodigieuses pensées illimitées qui bombardent constamment leur structure de lumière, leur cerveau est loin d'être pleinement actif, les seules parties en activité sont ses parties supérieures droite et gauche et certaines portions inférieures du cervelet. Le reste de leur cerveau sommeille. Ils repoussent toute pensée étrangère à leur famille, à la société, aux religions. Ils les rejettent, ne se permettant que de considérer celles acceptées communément.Les pensées illimitées de Dieu sont ainsi continuellement renvoyées par l'esprit de leur être dans le fleuve de la Pensée.
Il existe chez vous un terme, celui d' « esprit fermé ». Celui-ci correspond à la stricte réalité, car lorsque vous refusez de vous aventurer au-delà des limites de la conscience sociale votre cerveau est littéralement fermé aux pensées à hautes fréquences - il n'accepte que celle à basse fréquences.
Ce qui fait de quelqu'un génie est sa disposition à considérer des pensées à risque, des pensées impossible. Il s'est permis d'exercer dessus sa raison tandis que d'autres les ont tout simplement rejetées. (...)
Avoir un esprit fermé implique également d'être fermé à toute éventualité de connaître ce qui est n'est pas expérimentable par les sens physiques.
Au royaume de Dieu rien n'est en fait impossible. Il est illimité, la faculté de penser est illimitée. Et dès l'instant qu'une chose peut être conçue elle existe - tout objet imaginé ou vu dans un rêve existe déjà. C'est du reste par l'imagination que la création tout entière est née. Chaque fois que vous dites à quelqu'un : « Oh, ceci n'est que dans ton imagination », vous le programmez dans la stupidité, dans une créativité très restreinte. Et c'est assurément ce qui se produit sur ce plan pour vous tous ! Moi, je vous dis ceci : Ce que vous vous êtes autorisés à penser, quoi que ce soit, cela est. Et tout ce que vous vous autorisés à penser est attiré à vous par le champ électromagnétique, l'aura dont vous êtes entourés. Cela est une certitude.
Ce qu'il y a de regrettable avec l'esprit limité est qu'il vous empêche de connaître la joie. Et il vous rend esclaves des illusions de la société, vous empêchant ainsi de connaître votre gloire comme Dieu. L'esprit fermé n'ose pas s'aventurer dans l'inconnu ni n'envisage-t-il de réalités plus belles. Il craint le changement. Or il y a infiniment plus de choses à voir, à comprendre et à vivre en dehors de celles en ce monde net et ordonné, mais où la vie alterne avec la mort.
Chaque fois que vous acceptez une pensée hors de vos normes habituelles les parties dormantes de votre cerveau sont activées. Les pensées plus vastes développent votre faculté de raisonnement et sont le tremplin de pensées plus illimitées encore. Et le désir de l'illimitation fait s'épanouir votre glande pituitaire. Le flot d'hormones devient alors plus abondant et le cerveau plus réceptif aux pensées à hautes fréquences.
Devenir un génie est extrêmement facile - il suffit d'apprendre à penser par soi-même.

******
Embrassez votre vie. Connaissez que vous êtes divins et que la force de votre être provient des choses faites. Cessez de vous culpabiliser. Cessez de simuler la tristesse. Cessez de vous charger.Cessez de rendre quelqu'un d'autre responsable de votre vie. Emparez-vous-en ! C'est à vous qu'elle appartient.
Une fois que vous aurez embrassé toutes choses jugées, aimé tout ce que vous avez rejeté, vécu toutes vos illusions, qu'adviendra-t-il ? Vous serez compréhensifs et compatissants envers tous ceux qui doivent encore en faire l'expérience. (...) Nous ne condamnons chez l'autre que ce que nous n'avons pas encore accepté en nous même. Une fois que vous avez vécu toute situation et découvert la paix en elle, alors il devient facile de comprendre les autres et de les laisser être, sans les juger -, vous avez été ce qu'il sont et vous savez que les juger serait juger votre propre personne. Alors vous avez vertu de la véritable compassion et votre âme connaît les profondeurs de l'amour. (...)
...ce qui ne signifie pas aller vers eux pour les secourir et les instruire. Cela signifie les laisser tranquilles et leur permettre d'évoluer en fonction de leurs besoins et de leurs intentions. Le destin des uns est d'être seigneur de la guerre, ou prêtre, ou de faire la criée sur les marchés - c'est là ce dont ils ont besoin et qu'ils veulent faire. De quel droit voudriez-vous les en détourner ?
Chacun en ce monde - qu'il soit indigent ou difforme, qu'il soit fermier ou roi - a choisi son expérience afin d'apprendre par elle. Une fois qu'il sera rempli d'elle, qu'il aura tout appris d'elle il ira vers une autre expérience, gagnant au fur et à mesure un entendement plus élargi et plus profond.
Etant devenus des christs vous pourrez marcher dans la boue de la conscience limitée et néanmoins préserver votre intégrité, vous comprenez les masses grouillantes et pourquoi chacun est comme il est, puisque ayant été comme lui. Vous laisserez à chacun le droit d'être limité. C'est là de l'amour au sens le plus vrai. Vous saurez que la limitation seule peut lui enseigner la non-limitation et l'amour. Regardant un visage dans une foule vous verrez Dieu en lui, quelle que soit son apparence. Vous aimerez comme la Source aime. (...)
Quand vous pourrez ainsi regarder n'importe qui et voir sa beauté, vous serez sur le chemin de l'ascension. (...)
Dans la vie le chemin consiste à se conformer toujours à ses sentiments - à prêter l'oreille aux sentiments de son âme et à entreprendre les aventures que dicte celle-ci. Votre âme, si vous êtes attentifs à son langage, vous dira quels sont vos besoins d'expérience. Si vous éprouvez de l'ennui ou si vous ne vous sentez pas de faire une chose ou une autre, cela veut dire que vous n'avez plus besoin de cette expérience, que vous avez glané par elle toute la sagesse possible. Par contre, si vous vous sentez de faire une chose, cet élan de votre âme indique que l'expérience devant vous est nécessaire, que sa vertu vous est nécessaire. Si vous lui tournez le dos, l'expérience ne sera que remise à plus tard - dans cette vie-ci ou dans une autre.
Vivez la vérité des sentiments en vous et aimez l'entité qui les ressent. Comprenez qu'elle doit s'exprimer et s'accomplir. Si vous désirez une chose, quelle qu'elle soit, il ne serait pas sage d'aller à l'encontre de votre sentiment ; il signifie que vous avez devant vous une expérience, une splendide aventure qui adoucira votre vie. Si vous écoutez les sentiments en vous, vous ferez le choix juste en toute occasion - celui qui permettra à votre magnifique soi de progresser dans la profonde sagesse. Quand vous vous dressez contre vos sentiments les résultats sont la maladie, la névrose, le désespoir.
Faire selon votre cœur, vos rêves, vos désirs. Entendez l'appel de votre âme, quel qu'il soit, jusqu'au bout. Vous ne serez jugés que dans la mesure où vous accepterez les jugements des autres à votre endroit. Et si vous les acceptez, c'est par votre propre volonté - pour les besoins de votre propre expérience.
Il viendra un temps, dans cette vie ou dans une vie future, où vous n'éprouverez plus le désir de faire, uniquement celui d'être. Vous n'aurez plus envie de maudire ou de juger la prostituée, le voleur, l'assassin, le pays agresseur. Vous aurez connu toutes ces situations vous-même et donc vous saurez les sensations qu'elles impliquent. Vous aurez la complète expérience de ce plan, au point que plus rien ne nous y attirera encore. Alors commenceront pour vous des aventures neuves sur des plans supérieurs d'être.

******
Qui a créé ces univers encore invisible à vos yeux ? Qui a épinglé les étoiles dans les cieux sur la toile de fond de l'infini ? Qui a instauré la transformation des feuilles, le changement des saisons ? Qui a créé la fleur et cette énigme appelée l'Homme ? Qui a fait toutes ces choses merveilleuses ? Vous ! Pourquoi ? Pour ressentir. Pour comprendre.
Tout, absolument tout ce que vous avez fait, tout ce que vous avez créé, à partir du moment où vous êtes « nées » de votre Source bien-aimé, le fut pour les sensations, pour l'émotion. Il n'est pas une seule chose que vous fassiez qui n'implique pour vous des émotions.
Chacun de vous est une entité puissante et émotive capable de ressentir. Sans émotions, vous n'êtes pas ! L'émotion est le créateur et la récompense de la vie ; il en a toujours été et il en sera toujours ainsi.
Regardez-vous ! Votre apparence, vos gestes, votre habillement vous sont dictés par les sensations qu'ils vous apportent. Vous agissez non pour l'acte en lui-même mais pour l'émotion qui en découle - un trésor invisible. (...)
Pourquoi êtes-vous revenu sur ce plan ? Pour parfaire votre identité en tant que Dieu. C'est tout simplement comme ça. Vous n'êtes pas revenu pour devenir un grand conquérant ou un grand guérisseur. Vous n'êtes pas revenu pour être prêtre ou politicien (vous en avez suffisamment de ceux-là !). Votre destinée n'a pas été décrétée il y a des siècles (...)
Vous êtes revenu à ce niveau de vie simplement pour combler en vous des lacunes émotionnelles. Voilà pourquoi vous faites tout ce que vous faites - pour la sagesse émotionnelle que vous récoltez de vos expériences. En quoi cela affecte-t-il le personnage appelé « vous » ? Cela signifie que vous n'aurez plus jamais besoin de faire cette expérience en particulier. La sagesse dit : « J'ai fait l'expérience de moi-même dans une nouvelle réalité de sentiments. Je comprends à présent, je suis un avec cette émotion. » Et quand votre âme, le plus grand de tous les scribes, referme son livre - quand il ne reste aucune compréhension émotionnelle à obtenir de ce plan-ci, quand vous savez qui et ce que vous êtes - vous allez vers une autre aventure. Et cette aventure sera n'importe où, où vous souhaiterez la créer.
Ce sont les sentiments, l'émotion qui ont motivé toutes créations. Tout a été créé dans ce but sublime. Et la récompense de toute création est son accomplissement. Pour exprimer tous vos désirs et ainsi vous accomplir vous-même en cette vie, laissez parler le seigneur-dieu de votre être. Quand vous le faites, vous parlez par l'entremise de votre seigneur-âme/dieu-lumière - la totalité de votre existence - vous parlez en tant qu'élément relié au Tout. Lorsque vous laissez parler le seigneur-dieu de votre être, vous obtenez tout ce que vous désirez.
Le secret pour que vos désirs se manifestent est le suivant : quel que soit ce que vous voulez, devenez-le complètement en le ressentant. Ressentez votre désir. Devenez ce désir en votre être. Devenez cette émotion, que celle-ci exprime la totalité de votre être - soyez la chose que vous désirez. Ne faites pas que visualiser ce que vous voulez. Ressentez ce que ce serait si vous l'aviez. (...) C'est ainsi que vous devenez magicien. C'est ainsi que vous créez votre destin. C'est ainsi, en fait, que vous accomplissez toute émotion dont votre âme a besoin.
Pourquoi est-ce si important d'aimer ce que vous êtes ? Parce qu'en vous aimant vous-même, vous mettez votre « moi » en harmonie et en équilibre parfait - votre royaume, votre puissance, votre faculté de créer. Ne cessez jamais de vous aimer !
Aimez le feu qui brûle en vous car ce feu a créé la rose, l'oiseau, les étoiles dans vos cieux et les univers intérieurs et extérieurs.
Aimez la Vie parce que sans elle, mes très chers maîtres, vous ne pouvez expérimentez aucune de vos créations. Sans la Vie, vous ne pouvez pas arranger vos maisons de poupées miniatures, vous n'avez plus aucune raison d'être déprimés, accablés, inquiets, heureux ou malheureux dans vos petits jeux. Sans la Vie et les jouets qu'on trouve ici, vous seriez incapables d'émotion - le plus grand de tous les trésors, la plus grande de toutes les réalités.
Cette vie est une illusion, un jeu, une aventure pleine d'imagination dont le but est d'acquérir la réalité appelée « moi ». Plus vos expérimenterez et aimerez qui vous êtes, plus vous comprendrez la joie et le mystère du « moi ».
Vous n'êtes pas un homme ou une femme ; vous êtes Dieu, une entité sublime qui joue un jeu pour l'émotion qu'elle en tire. Et lorsque ce ciel vous aura comblé, vous vous accomplirez vous-même, chevaucherez le vent et serez en route vers un ciel plus grandiose encore. Tout simplement !

******
En vous, maître, réside le pouvoir de créer des univers. En vous réside le pouvoir de réaliser n'importe lequel de vos rêves, puisque c'est à partir de rêves que votre réalité toute entière a été créée.
... Vos paroles (et vos croyances) ne doivent jamais laisser entendre que vous n'êtes pas déjà ce que vous voulez être ; car quoi que vous disiez, votre âme l'entendra comme un ordre qu'elle réalisera dans les jours qui suivent. Parlez et agissez comme si vous aviez atteint votre idéal maintenant, à cet instant. Aussi, l'instant suivant, lors d'un merveilleux « maintenant » dans votre avenir, vos désirs seront réalité. Si vous dites : « Pardonnez-moi », vous aurez toujours besoin d'être pardonné ; si vous dites « Je suis un pécheur », vous le serez toujours. Comprenez-vous ?
(...) réfléchissez aux choses que vous faites par habitude dans votre vie, non pas parce que vous souhaitez les faire mais parce que vous pensez que si vous ne les faites pas, on ne vous acceptera ou on ne vous aimera pas. Les religions, maître, ne sont pas les seuls représentants des dogmes, des rituels, des standards etc. Songez à tous les mots qui sortent de votre bouche, pensez à ce que vous dites.

******
La plupart des entités qui viennent à mes audiences sont sceptiques, bien sûr. Si elles le sont encore en repartant, c'est très bien aussi. L'important, c'est d'avoir parlé à leur âme et que tout ce qui a été dit soit dorénavant leur.
(...) Voyez-vous, la plupart des gens sont sceptiques au début parce qu'on leur a enseigné à se servir de leur intellect plutôt que de leur émotion pour reconnaître la vérité et la réalité. Pourtant l'émotion est leur plus grande intelligence.

******
Pour devenir souverain, un maître doit d'abord reconnaître qu'il a créé sa vie comme il l'entendait. Il prend conscience qu'il a tout choisi, ce qui augmente son pouvoir et facilite son réveil. Vous tenir responsable de votre vie, reconnaître que vous avez tout créé dans votre royaume et que vous avez fait en sorte que tout arrive, vous libérera de la culpabilité, du blâme et de la haine. Cela vous permettra de posséder la sagesse du rêve. Cela ramènera en vous la paix et la joie.
Maintenant vous voulez des manifestations ? Vous voulez changer l'eau en vin, faire apparaître du pain dans votre main ou de l'or dans vos coffres ? Si vous faites partie d'un groupe, d'une secte ou d'un culte, vous cédez à d'autres ce pouvoir.
Vous ne deviendrez jamais souverain dans un groupe ! Vous le devenez individuellement. Un esprit ne devient illimité et formidable qu'une fois parfaitement en harmonie avec lui-même. (...)
Un maître ne demande jamais de réponse à un autre, parce qu'il sait qu'il s'éloignerait de la connaissance en le faisant. Un maître connaît son destin parce qu'il a la puissance d'un christ s'éveillant. Il n'a qu'à réfléchir et à désirer et tout ce qu'il veut savoir lui est révélé en un instant ; tout ce qu'il souhaite pour son avenir, il en est ainsi.
Personne dans le monde visible ou invisible ne vous est supérieur. Vous vous êtes imaginé que certains l'étaient, vous les avez adorés et vous en êtes fait serviteurs. Pas étonnant que vous ne puissiez faire de miracles ! Vous n'avez même plus la force de tenir les moustiques à distance ! Il en est ainsi parce que vous suivez l'enseignement des autres entités depuis des siècles. Et en suivant l'on apprend qu'à suivre. Vous excellez tous dans l'art de suivre mais vous ne savez pas mener. Et mener ne signifie pas réunir quelques petites gens pour les faire marcher. Cela signifie se mener soi-même, avoir sa propre vision.
Il est temps de vous suivre vous-même, de suivre le christ latent en vous. Pour reprendre votre pouvoir, ne demandez d'avis qu'à vous-même. Personne ne connaît mieux la réponse que votre dieu, parce que la question est la réponse. (...) Demandez à la Source en vous de vous éclairer, puis soyez tout simplement, et prenez votre temps. Au moment où vous vous y attendrez le moins, vous serez illuminé. Vous connaîtrez la réponse au-delà des mots ; elle existera maintenant en sagesse dans votre âme ; ce sera une autre perle à emporter dans votre demeure.
Un maître prend conscience, reconquiert et devient. Devient quoi ? Libre ! Pour y parvenir, il n'est pas nécessaire d'être quelque chose en particulier ; il faut être, c'est tout. C'est-à-dire posséder tout son pouvoir, en permettant. Pour devenir, il n'est pas nécessaire de faire quoi que ce soit, pas besoin de méditer, de psalmodier jusqu'à en avoir la gorge enrouée. Il suffit de vouloir être. L'âme se charge ensuite de tous les aspects nécessaires à la manifestation de ce désir. (...)
Il est un précepte que vous devez connaître : la non-vérité n'existe pas. Dans le Tout-en-Tout, le non-tout n'a pas de place.Tout est vrai parce que qu'une chose pensée est une chose ressentie. Et une chose ressentie par quelqu'un est une réalité de son royaume. Quelqu'un peut changer sa vérité n'importe quand, car en changeant d'idée il modifie ce qu'il ressent. Et s'il ressent autre chose, c'est qu'il a adopté une nouvelle vérité, une nouvelle réalité auxquelles il réagira en conséquence.
Tout le monde a raison parce que tout le monde est un dieu libre de créer sa propre vérité, donc sa propre réalité. La personne qui ne croit pas en dieu a raison. La personne qui vous hait a raison. Ce sont là des enseignements substantiels mais un maître les comprend.
Pour certains, la réalité est qu'ils détiennent l'unique vérité : cela s'appelle un dogme. Saviez-vous qu'ils ont raison ? Leur dogme est une réalité pour eux, et il ne devient votre réalité que si vous l'acceptez. Si vous désirez devenir « Celui qui est », vous devez permettre les vérités des autres. Sinon, vous participez à leur polarité ; vous devenez un guerrier. Si vous les jugez et les persécutez à cause de leur vérité, vous ne connaîtrez jamais la vôtre puisque vous serez aveuglé et asservi par le jugement que vous posez sur eux. C'est aussi perdre votre pouvoir que de condamner les autres pour leurs croyances.
Que signifie « être une lumière » ? Cela veut dire vivre votre vérité, votre réalité. On ne verbalise pas la vérité, on la vit. Permettre aux autres d'exister et les aimer en toute liberté sont les vertus qui accompagnent le fait de vivre votre vérité. Quand vous aimez les autres au point de les laisser libres d'exprimer et de détenir leurs propres vérités, vous êtes une lumière pour ceux qui veulent connaître la vôtre. (...)
Je désire vous parler maintenant de « vérité spirituelle ». Plusieurs d'entre vous ici se disent des entités « spirituelles », n'est ce pas ? Saviez-vous que c'est une limitation ? Si vous vous qualifiez de « spirituel », vous venez de céder votre pouvoir à une autre illusion.Tout est spirituel ; il n'est pas une chose qui ne le soit pas !
Les entités spirituelles ont leurs propres dogmes. Mais si vous croyez au karma, vous fixez votre destin dans la pierre ; si vous croyez au péché, vous êtes certainement maudits ; si vous croyez que la réincarnation, la roue-de-la-vie, est l'utopique vie continuelle, vous avez un esprit limité : il y a tellement plus que cela au-delà de la roue, plus que vous ne pourrez jamais imaginer ! (...)
Certains ont une « multitude » de guides (...) Et plus vous avez de guides, plus vous vous croyez unique. Voilà un autre dogme, un dogme spirituel. Savez-vous qui sont vos guides ? Vous ! « A-a-a-h ! » (l'assistance rit.) Vous n'êtes pas obligés d'être d'accord. Vous pouvez vous accrocher à ces entités si vous le voulez. Mais un dieu souverain n'a pas besoin d'un guide, encore moins de 42 !
Votre meilleur guide est l'esprit habitant votre être. (...)
Souvent des entités voient leur propre esprit et croient que c'est une autre entité. Elles lui donnent même un nom mais ce n'est que la lumière de leur propre corps qui souvent se concentre et permet à l'œil d'en percevoir des reflets. (...)
Plusieurs d'entre vous ont déjà entendu une voix dans leur tête et en ont tout de suite déduit qu'ils étaient médiums ou mystiques. Vous ne l'êtes pas. Pourquoi ne pas accepter le fait que cette voix est celle de votre propre connaissance ? Parce que c'est effectivement cela que vous entendez.
Les étoiles et les planètes ne gouvernent pas votre vie. Rien en dehors de vous ne le fait, à moins que vous ne le permettiez. C'est une hypocrisie de dire que vous êtes Divin et d'affirmer ensuite que l'univers a prédéterminé votre destin ! Savez-vous pourquoi l'astrologie fonctionne ? Parce que la foi des entités la fait marcher. Leurs pensées sont puissantes à ce point ! Et elles en attribuent tout le crédit aux étoiles.
Des entités vous disent ce que vous savez et vous leur donnez tout le crédit ! Voilà comment vous cédez votre pouvoir, à ceux-là ! aux étoiles ! aux cristaux ! aux maîtres ! Réveillez-vous ! Pas étonnant que les gourous pullulent dans votre pays ! (Secouant la tête.) Pas étonnant du tout !
Quand vous interrogez votre « moi », le dieu de votre être, il sait tout, il a les réponses. Demandez à un autre et vous en serez quitte pour des jeux stériles, des devinettes, de la spéculation.
Ce sont des dogmes spirituels, et c'est très bien d'y croire si c'est votre vérité. Mais les dogmes mentent au visage de la révélation divine qui est en vous. Aussi longtemps que vous croirez à un pouvoir extérieur à vous, vous ne deviendrez jamais Dieu. Jamais !
Vous comprenez maintenant pourquoi tant d'entités ne m'aiment pas : Je leur arrache leurs béquilles. (Il prend son verre, soupire et porte un toast.) Á la comédie humaine ! (...)
Il existe plus d'une voie menant à l'illumination. La voie est là, juste où vous êtes.
Savez-vous que votre voie peut faire des détours, gravir des collines, passer par des vallées, des gorges, des cavernes, des rivières et des ruisseaux murmurants ? Savez-vous qu'elle peut plonger au fond de la mer, la survoler, ou peut-être faire un tour de l'autre côté de la lune ? Comment saurez-vous si vous êtes sur la bonne voie ? Quand votre visage s'illuminera d'un sourire ; quand ce que vous faites vous rendra heureux. La bonne voie se trouve partout où vous êtes heureux.
Maintenant, si vous êtes perplexe parce que votre voie aboutit à une fourche où il vous faut choisir entre deux options qui ne vous plaisent pas, ne prenez pas de décision. Surtout pas ! Ne décidez de rien tant que la confusion persiste. Laissez venir la réponse. Cela ne prendra pas un siècle, seulement quelque temps. Attendez là, juste où vous êtes, le sourire aux lèvres, et laissez la confusion se dissiper. Lorsque vous la laisserez se dissiper, la voie vous apparaîtra claire, parce que vous la percevrez ainsi. Ce choix ne sera peut-être pas au goût des autres, mais il sera au vôtre. (...) Plus vous vous faites plaisir et plus vous vivez dans la joie, plus vous vous approchez de Dieu, car Dieu est joie.
Maintenant, soyez heureux ! Débarrassez-vous des choses qui n'apportent pas de la joie dans votre vie ; vous les connaissez. Vous n'avez qu'à regarder autour de vous. Regardez vos murs : qu'y suspendez-vous ? Que lisez-vous ? Qu'est-ce qui vous asservit et vous limite ? Peu importe ce que c'est, supprimez-le de votre vie. (...) Soyez équitable envers vous-même. Faites-le par amour pour le Dieu qui est en Vous. Allez-y !!!
RAMTHA
**************************************************************************
  • S'adressant à ceux qui viennent l'écouter Ramtha emploie généralement le terme de « Maître », car selon lui « chacun de nous est le maître de son destin, l'auteur de sa vie, le seigneur de son royaume. »

par Quaï Gon Jinn 
 
http://www.choix-realite.org/?2016-les-verites-de-ramtha
_________________
Si tu veux être, réellement, ce que tu Es, ne projette plus rien, ne demande rien et Sois. Annael


Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 032
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Lun 7 Sep - 09:35 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

je viens de lire les extraits que tu as posté JClaude, ils sont tout simplement magnifiques


c'est long mais quel bonheur.


J'en profite pour envoyé un bisou à Deniz qui me manque beaucoup.
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
Françoise
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 2 032
Localisation: nullepart donc partout

MessagePosté le: Lun 7 Sep - 09:44 (2015)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure Répondre en citant

Si l'on part du principe qu'il n'y a personne dans les corps. D’où peuvent provenir les pensées, il est intéressant de les suivre jusqu'à leur Source qui est également notre propre Source  Wink


je pense que nous avons 2 mentals, l'un est celui qui tourne en boucle et qui est totalement centré sur le "je". Certains l'appelle le mental lancinant. Les pensées sont en mots
l'autre  sert à interpréter l'énergie et la vibration de façon  cohérente, il capte la Totalité  et est de tout temps au service de notre Source.: Supramental????


Les pensées de ce second mental ne sont pas forcément reçu en mots, une intuition, une idée nouvelle, en tout cas une nouvelle compréhension qui s'installe de façon définitive et qui est crée par la suite dans le vécu.


Il suffit donc de faire le Silence du premier pour laisser libre l’accès au second.


Extrêmement simple
_________________
Par l'Un, pour l'Un et à la Gloire de l'Un


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 (2017)    Sujet du message: Accueil de la guidance intérieure

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> DISCUSSIONS -> Sujets divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom