Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

la tristesse

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> Eclaireurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
la bienheureuse


Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2016
Messages: 57

MessagePosté le: Jeu 25 Fév - 14:30 (2016)    Sujet du message: la tristesse Répondre en citant

sur le site de yuri  
http://la-minute-de-conscience.com/presence/
une lectrice à poser une question " c'est quoi la tristesse "c'est pertinent ce qui est dit , une autre lectrice à poster un texte d'eric barret que je joins aussi


QUESTION DE LA LECTRICE :
”Yuri, c’est quoi la tristesse?”
Réponse:
La tristesse est une expérience très importante. L’énergie a toujours deux pôles, l’un qui positif, et un négatif. On refuse la tristesse parce qu’on a pas appris à l’apprécier, on t’a dit d’être heureux, d’afficher un sourire, d’être poli.
À un certain moment de mon expérience je courrais après le bonheur perdu et je voyais mes mentors millionnaires qui avaient l’air des gens les plus heureux du monde. Je disais que l’argent ne fait pas le bonheur et, comme tout le monde je ne le pensais pas du tout.
”Pouvoir s’acheter tout ce qu’on veut, comment est-ce possible d’être malheureux?”
Quel soulagement au summum de mon insatisfaction, quand leurs masques sont tombés à mes yeux et que j’ai compris qu’au mieux, les gens qui me paraissaient les plus heureux étaient seulement de meilleurs acteurs ; Qui voudrait suivre quelqu’un de triste et déprimé dans cette société ? On a peur d’être diminué, de perdre nos avantages auprès des gens, on pense être la seule anormale à jouer la comédie.
Ici, être au bas de sa forme c’est être un perdant, alors tout le monde est triste et le jeu c’est de faire croire à l’autre que tout va bien. Le Chiffre des antidépresseurs prescrits cette année est hallucinant, c’est la deuxième drogue la plus consommée au monde… Et personne ne s’est demandé si la tristesse pouvait être normale avant d’en faire un problème psychiatrique à éradiquer ?
Rien ne va et pour personne ! Alors, ça ne sert à rien de s’en faire pour son moral, tu ne peux pas simplement avoir du plaisir ou du bonheur, un matin tu va te lever et la tristesse et la solitude vont être là, ou est le problème?
Le problème c’est peut-être qu’on croit à l’illusion que tout le monde devrait être heureux tout le temps, et que c’est un signe de succès social.
Premièrement, il n’y a rien de vrai là-dedans, le roi est triste et veut être heureux, le mendiant est triste et veut être heureux… ils rêvent tout deux qu’ils sont la cause de cette tristesse et qu’il y a quelque chose qui cloche avec eux.
Il n’y a rien qui cloche et encore moins avec eux. Nous vivons dans un océan d’énergie et le mental c’est l’expression directe de cette dualité, alors le plaisir vient et s’en va, la tristesse vient et s’en va .
Sans la tristesse il n’y a pas de profondeur, pas de compassion. Combien fade peut-être le sourire de celui qui n’a jamais souffert ? Il ne connaît pas la valeur de ce qu’il lui passe sous le nez, il est comme le violoniste néophyte jouant sur un stradivarius, comment peut-il apprécier ce qu’il a ?
La tristesse et le bonheur du mental doivent danser aux yeux de la conscience qui n’est affectée ni par l’un ni par l’autre. C’est la plénitude. Ta nature n’est pas attachée à un pôle ou à un autre, elle est complètement libre de toute polarité.
Amicalement,
Yuri



” La tristesse est une des émotions profondes et il faut la garder sans objet.
La tristesse ou mélancolie est un des sentiments essentiels.
Une sorte de pressentiment de la tranquillité.
Profondément, c’est sentir que ce que l’on cherche n’est pas atteignable dans les situations objectives.
Je sens que, quoi que je fasse, la motivation qui me dirige, qui est unique et qui est celle d’être tranquille, ne trouvera pas son achèvement. Lorsque vient une forme de maturité, cette tristesse est constamment là car, quoi que je fasse, je sais que je ne trouverai pas ce que je prétends trouver.
La tristesse dans ce sens-là est une forme de maturité.
Quand on connaît cette tristesse, on ne peut plus tomber amoureux.
Tomber amoureux serait prétendre, encore une fois, que je vais pouvoir trouver quelque chose quelque part, ce qui est impossible dans la maturité.
Dans cette tristesse, il ne reste plus aucune place pour l’attente d’une quelconque satisfaction dans le monde objectif, dans le monde phénoménal. Quand je vois clairement qu’aucune situation phénoménale ne pourra jamais me satisfaire, que je vis avec cette constatation, cette tristesse devient un alanguissement, un pressentiment. Ce n’est plus la tristesse de quelque chose qui manque, mais c’est comme un parfum auquel petit à petit le nez se fait. Au début, le parfum est dans l’espace, on ne peut pas sentir d’où il vient, puis peu à peu on décèle son origine. Quand on a la maturité de garder la tristesse, il se produit une certaine remontée à la source. Mais les gens qui constamment nient la tristesse, qui tombent amoureux, qui s’extasient de ceci ou de cela ne peuvent jamais remonter à la source.
Ils ont cet alanguissement sur le moment, puis ils nient son authenticité en pensant de nouveau qu’une relation, qu’une situation, que quelque chose va les accomplir…
Vient un moment où on ne nie plus cette tristesse. Il n’y a rien qui puisse nous faire aller en l’avant. Quoi qui se passe, c’est la même chose. Il n’y a plus de dynamisme intentionnel. Il y a un dynamisme organique, parce que la nature de la vie, c’est l’action, mais il n’y a rien qui nous fait bouger vers quelque chose. A ce moment-là, cette tristesse devient une vraie tristesse. Et elle se révèle être un chemin, comme une fumée que l’on suit, qui va ramener vers ce qui est pressenti… Cela devient une nostalgie. Mais la moindre trahison de cette nostalgie, penser que ceci ou cela va me satisfaire, me ramène à la confusion. Selon l’approche indienne, la tristesse est le sentiment ultime.
C’est le sentiment de la séparation. Toute la musique indienne est fondée sur le sens de la séparation. Dans l’art de la miniature des contreforts de l’Himalaya, on voit souvent Radha en train de chercher Krishna. L’émotion de base, c’est la tristesse. Cette tristesse ne laisse aucune place pour quelqu’un d’autre, aucune place pour tomber amoureux d’autre chose.
Cette tristesse brûle toutes les situations objectives. Plus aucune attente n’est possible… A ce moment-là, cette tristesse se transforme de manière alchimique en pressentiment non-objectif. Il n’y a pas de direction à ce pressentiment qui devient une manière de vivre, qui ne laisse plus aucune place pour un dynamisme d’aller quelque part, d’attendre, d’espérer. Cela, c’est la vraie tristesse. Mais tant que l’on est triste de quelque chose, triste parce que quelque chose n’est pas là ou que quelque chose est arrivé, on nie cette vraie tristesse.
Alors on reste collé à la tristesse, qui devient une forme de poison pour le corps, pour le psychisme, pour la pensée. C’est dans cette conviction qu’il n’y a rien pour moi dans les situations objectives que cette tristesse se transmue en pressentiment. Il n’y a rien à faire pour cela ; c’est une maturation. Je ne peux pas mûrir volontairement, mais je peux me rendre compte de ma non-maturité.
Je peux me rendre compte que je suis constamment attiré par ceci, par cela, que constamment j’essaie de créer une relation, de maintenir une relation, d’espérer une relation, de vouloir arrêter une relation, de vouloir ceci, de vouloir cela, de me trouver comme ceci, comme cela, de penser que finalement, peut-être quand j’aurai fait ceci, atteint cela, cela ira mieux. C’est une prétention, une négation du pressentiment profond qu’il n’y a rien qui puisse me satisfaire. Quand je nie ce pressentiment en attendant quelque chose qui puisse me satisfaire, la vie est misérable.
Lorsque je vois clairement ce mécanisme en moi, alors la tristesse n’est plus triste.
Elle devient un pressentiment, un jeûne du coeur. La compréhension qu’il n’y a rien pour moi dans le monde objectif est un jeûne de la pensée. Mais le plus important est le jeûne du coeur : la tristesse. Je ne me cherche plus dans l’émotion. La seule émotion que je veuille, c’est cette tristesse et ce pressentiment. Il n’y a aucune ramification objective, aucune direction pour moi… Etre ouvert à la tristesse est la fidélité à la réalité de l’instant.
Débarrassé de toutes ses attaches intentionnelles, cette tristesse s’effondre dans notre écoute.
Fidélité sans objet à l’essentiel.
Larmes de joie.
Tristesse, sentiment ultime Extrait du livre “Le seul désir. Dans la nudité des tantra” par Eric Baret


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Fév - 14:30 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> Eclaireurs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom