Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 21:02 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

Juillet 2016

L'Impersonnel et les Peuples de la nature

- - - - -

01 - L’IMPERSONNEL 1 OK

02 - L’IMPERSONNEL – Q/R 1 OK

03 - L’IMPERSONNEL – Q/R 2 OK

04 - L’IMPERSONNEL 2 OK

05 - L’IMPERSONNEL – Q/R 3 OK

06 - ERIANE - REINE DES ELFES +Q/R OK

07 - L’IMPERSONNEL – Q/R 4 OK

08 - ERELIM - DRAGON +Q/R OK

09 - L’IMPERSONNEL – Q/R 5    OK

10 - EOLIA - Peuple des Ondines OK

11 - FENOUIL – GNOME  OK


PDF : "2016.07 - Impersonnel et Peuples de la nature"

Sur Sendspace : http://www.sendspace.com/file/5iaclk



.



.
_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Jeu 21 Juil - 13:05 (2016); édité 11 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 21:02 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 21:11 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature



L’IMPERSONNEL

Partie 1



Je salue chacun de toi, en tout lieu, où que tu sois. Au-delà de ta forme, en l’Esprit de Vérité, en le cœur de l’être, je salue et honore ta Présence. En ton Éternité d’Amour je me tiens en toi – depuis toujours.

Permets-toi d’être libre et d’être la Joie, celle qui jamais ne se tarit, celle qui jamais ne peut dépendre de quelque cause que ce soit. Je m’adresse à toi au-delà de toute forme, au-delà de tout mot, et au-delà de mes mots. Je te bénis, enfant de l’Un, toi qui arrive au renouveau et à la Résurrection, je t’invite à te poser et à te reposer. Où que tu sois, en quelque lieu, en quelque forme, en quelque corps et en quelque vie que tu aies à vivre, je viens honorer la Vie Éternelle, celle de ta Présence, celle de ton Cœur.

Permets-moi de déposer en chacun la Grâce ineffable de l’Amour et de la Vérité, celle où ne peut exister ni doute, ni question, où seule l’Évidence te remplit à chaque souffle de la même Vérité et de la même beauté. Quelles que soient tes circonstances, qui t’appartiennent en ce monde, je viens célébrer en toi. Le temps est venu, le temps est accompli, afin de te sortir de l’illusion du temps.

Toi, l’étendard de la Lumière, le semeur de Lumière, je viens honorer ta Présence. Écoute, écoute et entends la Vie qui se déroule en toi, ne dépendant d’aucune naissance ni d’aucune mort ; accueille-toi toi-même en le temple de ta sérénité, en le temple de ton Évidence. Pose-toi et repose-toi en mes mots et en mes silences, qui ne sont rien d’autre que l’expression de ta Présence comme de ton Absence.

Écoute-moi. Je viens te parler de toi, non pas en ta personne mais en l’Esprit de Vérité.

Écoute…

Le Chœur des Anges accompagne mes mots, ainsi que les Archanges.

… Silence…

Ouvre, ouvre ce qu’il te pense rester à découvrir, à éclairer. Il ne te sert à rien de t’interroger ou de te questionner, pose-toi simplement en cet instant et laisse le souffle du Verbe grandir et s’épanouir en notre Présence Une, en cette sérénité. L’Évidence se dévoile totalement, te donnant à vivre, si tu l’acceptes et l’accueilles, l’indifférence à ces temps derniers de la Terre. Tourne-toi vers toi, là où rien ne peut s’opposer, là où rien ne peut faillir.

… Silence…

Et viens, viens à toi, viens en chacun de toi, et écoute la symphonie de la Vie qui jamais ne s’arrête…

Écoute… et entends, ce que te dit ton âme, ce que te dit ton Esprit, ce que te dit la Vérité en l’Amour, et laisse ta conscience s’éteindre comme voyager, et laisse ta conscience ouverte. Ne renferme rien de ce qui est scellé au sein de l’éphémère.

Tu es la Vie et tu es la Vérité, en chacune de tes voies, en chacun de toi. La différence n’est qu’apparence, apparence d’un âge, apparence d’une forme ; tout cela ne fait qu’apparaître et disparaître. Reste en ta demeure, celle de ta liberté et celle de la Joie. Laisse-toi traverser afin que ce qui ne fait que passer puisse être dépassé, sans effort et sans lutte, car tu t’attends toi-même au sein des royaumes de la douceur, au sein des royaumes de la Conscience Libre.

Et vois, vois la Lumière, non pas celle que tes yeux voient en ce monde mais bien celle authentique qui émane de ton Éternité. Accueille et rends grâce à chaque souffle de ta vie. Repose-toi en le souffle de l’Éternel, en le souffle de l’Amour.

… Silence…

Le moment est venu de te voir, en intégralité, sans aucun masque, sans aucun faux-semblant, et rejoins ton Évidence, où tout est éclairé et où tout est vivant.

Oui je m’adresse à toi, en le silence de ton cœur, en ta beauté et en ton Amour, non pas celui que tu peux projeter en l’éphémère de ce monde mais celui que tu es, au-delà de toute apparence et de toute illusion.

Je t’invite à la fête, non plus seulement les Noces que tu as vécues en différentes étapes préalables.

Invite-toi à la fête éternelle, à la vérité de la Lumière.

Le Soleil est en toi, l’ensemble des mondes ne peut être qu’en toi. Quoi que tu en aies perçu, vécu ou vu à l’extérieur de ce corps limité n’est rien, car ton cœur contient tous les possibles et tous les impossibles. C’est toi qui choisis, c’est toi qui décides. À quoi veux-tu t’attarder ? À ce qui est lourd et ce qui ne fait que passer, ou à ce qui est léger et qui dure, dans l’immuabilité de la Joie ?

Je t’invite, comme je le ferai à chaque instant, à cette fête. Il ne s’agit plus seulement de retrouvailles mais bien d’asseoir, au sein de cet éphémère, la vérité de ton Être.

… Silence…

L’heure est venue, si cela n’est pas encore venu pour toi, d’être appelé au souffle de l’Éternité, au souffle de ta Présence. Les temps sont accomplis. Sur la scène de ton monde se livre l’apparence d’un combat de titans. Que veux-tu regarder, que veux-tu vivre ? Choisis ta liberté, ou choisis la Liberté. Avance ! Il ne t’est plus possible de reculer, il ne t’est plus possible de faire demi-tour. L’Illimité te donne à voir déjà en toi, en ce corps périssable comme à la surface de ce monde, les effets de la majesté de la Lumière. Seul le regard étriqué inscrit au sein de la personne peut te donner à voir ou à vivre désordres et affres. Il n’en est rien car même en ces circonstances, si tu les vis, ton cœur continue à sourire de la Félicité Éternelle de la Lumière.

En ces temps-là, chaque occasion de ta vie vient te solliciter et te demande une réponse. La réponse de la Joie ou la réponse de la peur, c’est toi qui choisis. Ta liberté est totale dès l’instant où tu acquiesces, dès l’instant où tu te réveilles. Le monde est en toi comme il est en chacun de toi, identique si la Lumière l’éclaire et si profondément différent si le regard de la personne est encore présent. Choisis et avance.

Laisse être ce que tu es en ton Éternité retrouvée. Alors, et toi et moi, en chacun de nous, je chante le chant de la Vie et je danse la danse du Silence. Ce que tu vois, ce que tu entends, ce que tu perçois, est fonction de ton emplacement. C’est toi qui décide, de voir ou de ne pas voir, d’acquiescer ou de résister.

Écoute, vois et perçois. Ces mots que je prononce sont inscrits en toi depuis toujours. Ils germent maintenant, appelant à la fois Marie, appelant aussi le Serment et la Promesse. Il n’existe plus de limite, excepté celles que tu as encore présentes dans tes croyances ou dans l’attachement aux valeurs de ce monde, qui ne sont pas les valeurs de la Vie mais les valeurs de la peur. Rappelle-toi qu’aucune peur ne peut te rendre libre, qu’aucune peur ne peut t’éviter de te retrouver toi-même, mettant fin à l’idée même d’être une personne ou une histoire. Ce que tu es n’appartient à aucune histoire, ni en ce monde ni en tout monde libre.

Il n’y a plus de distance, il n’y a plus de voile, il n’y a plus d’obstacle autres que ceux que tu peux encore concevoir et autres que ceux imposés par la nature même de ton corps carboné. Alors perçois, aussi bien dans le brouhaha de ce monde que dans le silence de ton Cœur, la même évidence et la même justesse, car l’Amour et la Lumière ne peuvent être que justes, quoi qu’en dise ton éphémère, quoi qu’en dise ton corps, quoi qu’en disent tes blessures. Elles n’ont été que les marches qu’il t’a semblé gravir pour te sentir libre et vivre la Liberté.

Je t’invite aussi à l’humilité et à la simplicité car si tu demeures ici, en l’humilité et en la simplicité, alors rien ne peut rester caché, rien ne peut rester occulté.

Est-ce que ta personne encore présente à la surface de ce monde accepte sa reddition sans condition à la joie de l’Amour ? Décide en toute liberté ce que tu es, ce que tu veux, non pas par la volonté de ta personne mais par la volonté de l’Esprit de Vérité.

Laisse librement le flux de l’Amour remplir ta conscience de vibrations, mais aussi de disparitions. Vis ta vie et laisse la Vie s’écouler. Ne retiens rien car tout ce que tu as retenu ne représente que des poids. Ne retiens rien et donne-toi, afin que le sourire de la Vie soit éternellement présent, quel que soit le temps qu’il te reste à parcourir en cette personne que tu habites.

Le souffle de la Vie nouvelle se dévoile chaque jour sur cette terre, de plus en plus. Laisse les morts enterrer les morts et suis-toi, sois toi-même, sans préjugé et sans aucun prérequis. Laisse-toi porter par le souffle de l’Amour et de la Lumière.

Là, en ton cœur, mes mots s’impriment, vivifiant ton être, te procurant l’évidence et la certitude de ce que tu es et non pas de ce que tu parais, en quelque âge ou quelque forme que ce soit, car en vérité je te le dis, tu ne dépends d’aucune forme comme d’aucune histoire.

Tu n’es rien de ce que tu as pu vivre en tes pérégrinations en ce monde, quelles qu’en soient les durées et quel qu’en soit le nombre de vies. Ce que tu es n’est pas de ce monde, ce que tu es est en toi, et seulement en toi. Tout le reste, toutes les histoires, tout ce qui se déroule en la conscience ordinaire n’a plus de poids, si tu l’acceptes. Alors, je viens te dire et te redire, paix à toi, paix en chacun de nous, car seule la Paix aujourd’hui sera ta nourriture, car seule la Vérité apaise ta soif.

Je t’invite à l’évidence de la fin de toute histoire et de toute vie altérée et déformée.

… Silence…

L’heure est réellement à la fête. Quoi que ce monde affronte, en toi il n’y a rien à affronter, il y a juste à conforter l’évidence de l’Amour, l’évidence de la Lumière. Il n’y a rien à retenir, ni leçons ni karma. Hier est déjà mort, vois-le.

Ainsi, en l’Impersonnel, je te donne à voir et à boire le nectar de Vie. Devenant ainsi toi-même l’Onde de Vie, tu t’affranchis des chaînes illusoires de ce monde. Sois en paix, car tu es la Paix. Sois en joie ; même si des larmes coulent, elles ne sont rien d’autre que les derniers éléments qui t’empêchent d’être toi-même.

Entends, entends la Vie et le Vrai. En quelque lourdeur que ce soit, que ce soit en ton corps, que ce soit en ta vie, pose-toi et regarde plutôt la légèreté qui a toujours été là, en ton cœur. Quelles que soient les blessures de l’apparence, quelles que soient les blessures de toute histoire, tu n’es rien de cela, en définitive.

Regarde, sans faux-semblant, au-dedans de toi.

Célébrons ensemble le mystère de la Vie, qui échappera toujours à ce que tu peux comprendre, à ce que tu peux connaître.

Relâche-toi et laisse fleurir ton corps immortel. Toi, Fils Ardent du Soleil, d’où que tu viennes et où que tu ailles, seul l’instant te donne la Paix. Et je t’invite, en chaque circonstance qui peut te sembler pesante, à invoquer cette Paix, au-delà de toute personne et de toute histoire. Libère-toi de ce qui encombre encore ton regard ou ta vie, non pas par toi-même mais bien au contraire par la disparition de toi-même en tant que personne, en tant que ce qui ne fait que passer. Dépasse tout cela, tiens-toi là, là où tout est léger, là où tout est serein, car là est ta vraie nature, car là est ton essence : l’Amour.

En l’Esprit de Vérité, je scelle en toi ta Tri-Unité et je scelle en toi le don de la Grâce. Où que tu te tiennes, d’où que tu regardes, englobe tout dans le même regard, là où il n’y a ni ami ni ennemi, là où il y a l’Amour plein et entier, transcendant toute forme. Et là, ensemble, nous réalisons la prière du Cœur, action de Grâce perpétuelle. Installe-toi là, où le baume apaisant de l’Amour se révèle. Là est la magie de l’Amour, là est la magie de la Lumière qui n’a besoin d’aucun rituel ni d’aucun ordre. Rappelle-toi, cela est Évidence. Là est la seule Vérité.

Profite de chaque minute de ton temps pour ta prière du cœur. Que la prière du cœur devienne cette Évidence, parfois tant cherchée ailleurs qu’en toi, ailleurs qu’au Cœur de ton Cœur. Sois le réceptacle de son Amour et de sa Présence. Sois l’enfant qui découvre la vie, sois aussi le vieillard au crépuscule de sa vie, et dépasse tout cela. Vois-le clairement. Pendant que chacun de toi prie dans ton cœur, uni dans le même Cœur et dans le même Amour qui jamais ne fait de différence et qui s’impose en toute liberté sur la scène de ta vie. Cela est là, par la prière de nos cœurs unis, d’où que tu m’entendes et d’où que tu me lises.

Continuons encore, par la prière éternelle du cœur, à laisser fleurir la rose de l’Amour et le parfum de la Vérité, et la beauté des couleurs, réalisant la symphonie de la vie éternelle au sein même de ce qui se meurt en ce monde. Prie avec moi, non pas pour demander mais bien pour tout donner. Donne-toi entièrement à la Vie, donne-toi entièrement à l’inconnu.

Entends – et surtout vis – cette prière du cœur, cette prière d’amour.

… Silence…

Écoute aussi, en le silence de tes mots et entre l’espace de mes mots, ce qui ne peut être dit, ce qui ne peut être exprimé. Entends la vibration de ta conscience. Entends aussi que tu es le monde, tous les mondes, que ta demeure d’éternité, en quelque dimension qu’elle décide de se placer ou de se poser, demeure toujours en la Vérité Éternelle.

Aime, aime à la mesure avec laquelle tu es aimé, c’est-à-dire sans limite et sans condition. Je suis avec toi pour l’éternité comme tu es en toi pour l’éternité.

En le silence de tes mots comme de mes mots se déroule l’alchimie de l’Amour.

Permets, permets-toi et permets-moi de vivre cela, sans effort, car tout y est simple et tout y est facile.

… Silence…

Le temps est venu d’oser être, d’oser dire, non pas les conflits, non pas les douleurs, mais bien plus la vérité de l’Amour. Que cela transparaisse au-delà de ta chair, par tes yeux comme par tes mots, par ton regard comme par ta peau. Ose, ose enfin être ce que tu es, et non plus ce que tu crois ou ce que tu penses, et cela est maintenant. Il n’y a pas de circonstance préalable, il n’y a pas de risque. À toi de voir, à toi de choisir et à toi de vivre.

… Silence…

Et là ensemble, réunis et unis en le même souffle, en le même amour, nous prions. Nous prions pour donner le même amour à chaque corps, à chaque histoire comme à chaque souffrance, le même baume qui guérit et qui éclaire, sans jugement et sans contrainte.

Tu es avec toi pour l’éternité.

Entends, entends ce qui frappe à l’intérieur de ta poitrine. Celui qui vient comme un voleur dans la nuit est déjà là. Ne le cherche pas en une quelconque forme mais vois-le en toute forme et en toute vie, en l’ami comme en l’ennemi, en l’Amour comme en celui que tu penses détester. Ne fais pas de différence, car tout est Un.

Prie avec moi et rejoins-toi au Cœur de ton Cœur. Prie et donne, ainsi tu reçois, sans mesure et sans frein, l’intensité de la Vie qui ne connaît ni début ni fin.

Là, en union et en communion, en la prière du cœur silencieuse, tu te retrouves et nous nous retrouvons.

Entends le chant de Vie que nulle parole ne peut troubler, que nul inconvénient ne peut déstabiliser.

Alors, en ce temps-là de la Terre, nous nous invitons, chacun de toi et chacun de nous, à la communion permanente, à l’effusion de l’Amour et à l’émergence de la Joie. Là est le remède que tu apportes à chacun, comme à la Terre et comme au ciel. Là est ta place, là est ta juste place. Ne t’encombre de rien car là où tu vas, là où tu es, il n’y a besoin de rien ; ni d’histoire, ni de médailles, ni de réprimandes.

Laisse fleurir le sourire de tes lèvres. Vérifie, vérifie par toi-même ce que ce don de toi t’apporte. Toutes les portes sont ouvertes, rien ne peut être fermé ailleurs que dans ta tête.

… Silence…

Perçois ce chant de l’Esprit qui t’emplit et te rassasie. Viens à moi en allant vers toi, et entends le chant de l’Amour, le chant du réveil, le chant de la Liberté.

Et là, en le creux de tes mains, accueille le don de l’Amour, le don de la Vie.

Là, tu y es. Je suis avec toi.

… Silence…

Entre chacun de mes mots, il y a l’infinité des mondes et l’infini de l’Amour.

… Silence…

En ce Silence, entends la plénitude, la plénitude de la Vie, la plénitude de l’Amour, la plénitude de la Lumière. Là, il n’y a aucune place pour une inquiétude, d’où qu’elle vienne.

Là, il n’y a que l’ineffable de la Vie en l’Amour et en la Liberté.

… Silence…

Et là, en ce Silence, se joue la vraie Vie, celle qui t’est donnée, celle que tu es.
Là où il n’y a plus de place pour la moindre personne, pour le moindre éphémère. Ainsi se déploie ton Éternité en ce temps de l’été.

… Silence…

Et ici, et partout, décrète l’Amour, décrète l’Éternité. N’impose rien, sois seulement l’évidence de l’Amour et le reste s’imposera de lui-même.

… Silence…

Je suis l’ultime appel précédant l’Appel de celle qui est ta Mère. Je suis l’actualisation de celui qui t’a fait Serment. Je suis la Promesse se révélant à toi.

… Silence…

Je salue ta beauté et je salue la Vérité. Mon ami, mon amour, je t’invite au festin de vie, là où même mes mots disparaissent en toi, vivifiant encore plus la vérité de ton cœur. Je suis Un en toi et je suis Un avec toi.

… Silence…

C’est en ce Silence que nous nous trouvons, chacun de toi et chacun de nous, là où il n’y a ni langue ni incompréhension parce qu’à ce niveau nous parlons tous la même langue et le même langage, où rien ne peut rester incompris parce que l’Intelligence de ton cœur transcende toute connaissance et toute compréhension.

… Silence…

Là où tout se dilue et où tout se dissout, ne laissant que le pur, là où à chaque souffle je te dis : « À toujours », là où à chaque regard porté il n’y a que le Blanc de l’Amour et l’immuable vérité de la Lumière.

Paix à toi, paix à chacun de nous. L’heure est à la réconciliation bien plus que le pardon. Il s’agit de te reconnaître en chacun, de te voir en chacun et de t’entendre en chacun. Que cela soit homme, que cela soit animal, que cela soit la nature, il n’y a pas de différence. Il y a l’Amour en d’innombrables formes et en d’innombrables manifestations mais il y a le même Cœur, en l’atome comme en l’arbre, en l’homme comme en l’ange, en l’ange comme en la Source. Tout cela se révèle, parce que les temps sont venus et qu’ils sont accomplis.

… Silence…

Écoute et vois. Ce que tu te donnes à toi-même, ce que tu donnes à chacun te remplit de Grâce, et plus tu donnes, plus tu reçois, et plus tu reçois, plus tu t’offres à la Vie.

En ce lieu comme en tout lieu, rien d’autre n’est nécessaire. Il n’y a rien d’autre à nourrir, il n’y a rien d’autre à voir.

Je t’invite. Je t’invite parce que tu m’y as invité. Que cela soit par ton rire, que cela soit par tes pleurs, que cela soit par la douleur, que cela soit par la légèreté, je suis toujours là car je suis toi. Ainsi, te parlant à toi-même, tu comprends et saisis l’Amour en le vivant, sans appréhension et sans crainte.

Par la Grâce des Quatre Vivants que je scelle en tes Couronnes, le Cœur Ascensionnel se dresse alors et s’érige en porte-flambeau du Feu de l’Amour.

Rentre de plus en plus en toi. Tu es à ta place, là où tout est léger, là où est la Légèreté, là où la densité de l’Amour comble tout. Je dépose en toi le parfum de la Grâce.

Je dépose en toi la Vérité.

Sois toi-même, sois vrai. Il ne peut en être autrement car le temps est fini.

… Silence…

En ce Silence, chacun de nous est présent.

Les Quatre Vivants unissent leur chant et leur vibrance.

Toi, chacun de toi, est présent. Même si tu ne le perçois pas encore, acceptes-en les prémices et vois-en les effets sur ta joie et sur ton cœur.

… Silence…

Alors en ces jours je te laisserai aussi parler et questionner, en te montrant que tu ne fais, en fait, que te poser la question à toi-même et que la réponse est en toi, et que le cœur a toutes les réponses à toutes les questions que tu te poses ou même à celles auxquelles tu n’as jamais pensé.

Je dépose en toi la Félicité. Je ne fais en définitive que te montrer à toi-même, dépouillé de tout voile et de toute histoire, et je tapisse ton cœur de toutes les Grâces. Que tu y penses ou pas, ces Grâces sont là.

… Silence…

La vibration de l’Amour et de la Lumière prend le relais de tous les mots et de tous les discours. Les mots alors ne deviennent que les supports qui transportent en ton cœur la vérité de l’Amour, là où il n’y a pas besoin ni de sens ni de compréhension mais juste en reconnaître l’Évidence, en le Silence.

Alors souris, comme je souris en ton cœur. Toute la puissance et toute la force qui t’est nécessaire et souhaitable s’y trouve.

… Silence…

Et là, se vit le sacre de ta libération, mettant fin au moindre simulacre.

Toi qui es sacré, au même titre que toute vie.

… Silence…

Ainsi, je couronne ton cœur en la gloire de l’Amour et en la gloire de la Vérité. Là est ta prière et là est ma prière.

Paix à toi, paix à chacun, paix en ce monde, à l’Éternité retrouvée. Quoi que dise ce qui est déjà mort, quoi que dise ce qui résiste, quoi que disent les habitudes, mettant fin ainsi à toute forme d’inquiétude.

… Silence…

Reste ainsi pendant que je me tais, pendant que je reste là, avec chacun.

… Silence…

Ressens-tu, où que tu sois, le superflu des mots devant notre Présence Une, en communion et en union ?

… Silence…

Laisse s’embraser ton cœur par la flamme de l’Amour.

… Silence…

En cet immaculé de la pureté de l’Amour, nous nous embrasons ensemble et chacun de toi donne à chacun de nous le même amour, sans effort, en abondance et en vérité.

… Silence…

Ainsi tu aimes à la mesure avec laquelle je t’aime. Ainsi tu éclaires ce qui a à être éclairé, pacifié et reposé.

Je me tais maintenant, pour quelques instants, pour quelques souffles de ta respiration, avant que nous répondions ensemble à quelques interrogations. Et en me taisant je continue à prier, en ton Cœur et en ton Éternité.

Paix à toi, paix au monde, à l’intérieur de chacun. Je te bénis, encore et toujours.

… Silence…

Je te dis à de suite. Je ne te quitte pas, comme tu ne me quittes pas.

… Silence…



* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Lun 11 Juil - 19:02 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature



L’IMPERSONNEL

Questions/Réponses - Partie 1


À nouveau, en communion et en union, nous allons ensemble questionner et répondre. Installons-nous quelques respirations en cette union avant d’écouter chacun de toi questionner.

... Silence…

Écoutons la question.

Question : certains parmi les Étoiles et les Anciens avaient-ils une origine reptilienne ou draco ? Qu’en est-il pour Marie ?

Ainsi que cela vous l’a été explicité, l’origine stellaire peut être innombrable. Au vu des circonstances de la falsification de cette terre, il existe bien évidemment des origines nommées reptiliennes. Certaines d’entre elles n’ont jamais été falsifiées, d’autres ont fait partie de la falsification. Il n’existe pas de meilleure rédemption que la capacité de modifier, au travers de son origine reptilienne ou draco, de rétablir la vérité. Ainsi donc, en ce qui concerne aussi bien les Étoiles que les Anciens, qui je vous le rappelle ont tous été incarnés sur cette terre, certains d’entre eux ont bien évidemment une origine reptilienne. En aucun cas l’origine reptilienne signe une quelconque erreur. Simplement, pour ces frères et ces sœurs humains ayant pris incarnation, et aujourd’hui étant ce qui a été nommé Étoiles ou Anciens, il existe pour certains d’entre eux, effectivement, une origine reptilienne. Cela ne gêne en rien la capacité de Libération, de Réalisation ou d’ouverture du cœur.

Les dracos ou reptiliens, je vous le rappelle, sont restés en quelque sorte piégés au sein d’une dimension intermédiaire, ne permettant pas, a priori, la manifestation de la conscience, mais de cet emplacement nommé 4ème dimension, il y a possibilité d’interaction et de falsification. Ce qui n’est pas le cas dès l’instant où un Ancien ou une Étoile, ou tout autre personnage dit mystique ayant fréquenté ce monde, s’est révélé au sein de l’humanité dans une mission spécifique liée à la spiritualité, d’une manière ou d’une autre.

En ce qui concerne Marie, l’origine de Marie (stellaire) vous est connue : il s’agit de Sirius. Il n’y a, au sein de Marie, ni origine reptilienne ni lignée reptilienne. Il y a eu par contre, au sein de ce qui fut nommé l’histoire de cette terre et de son enfermement, un mélange génétique entre les lignées de Sirius et les lignées de la Grande Ourse. Ceci vous renvoie à l’Histoire, au passé fort ancien de la terre qui ne vous est aujourd’hui d’aucune utilité pour réaliser ce que vous êtes en Vérité, qui ne dépend ni d’une origine ni d’une lignée au niveau de l’Esprit.

L’origine stellaire donne une coloration, mais n’implique pas nécessairement la notion même de falsification. Tout au plus peut-on remarquer, au sein de ces sœurs et frères humains, Étoiles ou Anciens, certains comportements passés marqués plutôt, je dirais, par la rigueur, par un comportement à la recherche de la perfection, mais concernant la personnalité ou l’âme mais en aucun cas l’Esprit. L’Esprit est au-delà de l’origine ou des lignées dites stellaires. Il n’y a donc aucune spécificité, parmi les Anciens et les Étoiles, même si ceux-ci sont porteurs d’une origine stellaire nommée draco.

… Silence…

L’origine reptilienne – et aussi, en une moindre mesure, liée aux Annunakis –, répond directement à un certain mode de fonctionnement où n’est pas nécessairement ni obligatoirement présent ce qui fut nommé la prédation Archontique. Toutefois, au sein de l’âme, quand celle-ci était présente, dans les temps reculés de cette terre correspondant à ce que vous nommez la période comprise entre le Moyen-Âge et la Renaissance, il a pu exister des frères Anciens ou des sœurs Étoiles étant en résonance avec cette origine draconienne, mais n’ayant impliqué aucune falsification et bien au contraire, plutôt une rédemption générale pour ceux d’entre vous, frères et sœurs humains incarnés, qui avez cette origine ou une lignée de type reptilienne.

Nombre de vos scientifiques aujourd’hui considèrent que le facteur sanguin nommé Rhésus signe la présence en votre ADN – concernant je vous le rappelle, l’âme ou la personnalité et en aucun cas, l’Esprit –, un codage lié à ce mode de fonctionnement nommé draconien ou reptilien, sans être lié à la prédation. Je vous rappelle que la fonction archétypielle de cette origine stellaire était au départ, et avant la falsification de la Terre, liée à des fonctions dites d’administration et de régulation, mais en aucun cas à un principe de prédation ou d’enfermement.

… Silence… …


Écoutons la question.

Question : pouvez-vous définir le cœur par rapport à l’Esprit ?

Le cœur, qu’il soit organe ou fonction énergétique, est lié, est relié plus exactement, à l’âme et à l’Esprit. Le cœur est le réceptacle premier de l’âme et de l’Esprit, nommé, ainsi que vous le savez peut-être, les Portes AL et les Portes Unité, en résonance avec ce qui fut nommé le chakra de l’âme et le chakra de l’Esprit. Le cœur est Amour. Il véhicule, quand celle-ci est présente, la volonté de l’âme. Quand l’âme est dissoute, le cœur manifeste l’Esprit, nommé aussi l’Esprit du Soleil et le Chœur des Anges, ou le Principe, si vous préférez, KI-RIS-TI. Le cœur est donc le réceptacle, il est aussi le lieu où se situe le Cœur du Cœur, autrement appelé le tétrakihexaèdre, le diamant aux 24 facettes, représentant toute conscience en manifestation, en quelque dimension que ce soit.

Le principe de falsification a consisté, au niveau du cœur, à débarrasser ou dépouiller le cœur des influences de l’âme tournée vers l’Esprit, en faisant que cette âme se tourne vers la matière et la matérialité, enfonçant, chaque cycle un peu plus, ceux qui étaient piégés au sein de l’illusion Archontique, à se couper de plus en plus, non seulement de l’âme mais aussi de l’Esprit. Depuis plus d’une génération de cette terre, la descente de l’Esprit Saint ou du Rayonnement bleu venant de Sirius a permis de réorienter l’âme, dans les mécanismes de bascule et de retournement, pour l’effuser, en quelque sorte, de la puissance de l’Esprit. L’âme a toutefois la liberté totale de poursuivre son cheminement au sein de la matière, mais revivifiée par l’Esprit à nouveau, depuis plus d’une génération, et surtout depuis la réalisation des Noces Célestes durant votre année 2009.

Le cœur est le réceptacle, il est aussi le véhicule multidimensionnel conférant une forme précise selon la dimension de manifestation d’une conscience donnée. Le cœur est donc un Temple, il est donc le lieu où se réalise l’alchimie de l’âme et de l’Esprit, au sein de ce qui est nommé une identité ou une personne. Toutefois, du fait même du principe d’enfermement, il y a eu coupure de l’Esprit au sein du cœur. La réactivation de l’Esprit au sein du cœur a donné naissance à ce qui fut nommé la Couronne radiante du cœur, ainsi que le Cœur Ascensionnel reliant la Couronne radiante du cœur et les deux Couronnes de la tête, par l’intermédiaire du Lemniscate sacré, permettant, lorsque l’Esprit est recontacté, et revivifiant alors l’âme, l’entraînant dans son ultime retournement et sa dissolution, donnant à vivre, à ce moment-là, la Libération et le Principe Christique au sein de la vibration liée à la conscience, confinant à l’Infinie Présence.

Le retour à l’Esprit nécessite, vous le savez, la consumation de l’âme par le Feu de l’Esprit, donnant naissance à ce moment-là, non plus au Feu Vibral mais au Feu Igné, tel que cela a été développé antérieurement, voilà un mois. Le cœur est donc un point d’émergence, un point de reliance et le point central de l’équilibre de l’Amour, au sein de toute forme de manifestation, en quelque dimension que cela soit.

… Silence… …


Questionnons.

Question : il nous a été précisé que lorsque les points AL et Unité commencent à fuir, c’est le signe de la Libération proche. Ce processus est-il déjà enclenché pour toute l’humanité et comment le percevoir ?

Bien-aimé, que cela soit perçu ou pas, cela est la vérité collective. La Libération, comme je l’ai dit dans la réponse précédente, correspond à l’âme revivifiée par l’Esprit, se dissolvant ou pas, mais l’Esprit à ce moment-là est recontacté. Cet Esprit trouve sa résonance au sein du chakra nommé de l’Esprit ou encore, si vous préférez, Goutte Blanche, ainsi nommée chez les peuples indo-tibétains.

Ainsi donc la mise en résonance de la Porte AL, perçue ou non mais vérifiable par l’énergétique, au sens humain, permet de constater que chaque frère et sœur humain en incarnation aujourd’hui, quel que soit son devenir, ou si vous préférez son assignation vibrale, présente la même activation de ces deux chakras ou de ces deux Portes, conjointes depuis peu de temps à l’activation des Portes nommées Profondeur et Précision, symétriques, au niveau des plis de l’aine, de ce qui se déroule au niveau des Portes AL et Unité au-dessus des seins. L’alchimie réalisée, entre AL et Unité d’une part et entre Profondeur et Précision d’autre part, crée l’incarnation de l’Esprit au plus profond de la matière, c’est-à-dire au niveau cellulaire, permettant de comprendre, même si cela n’est pas vécu, la fatuité de la matérialité coupée de l’Esprit.

Ainsi donc c’est un fait réel concernant le collectif de l’humanité que la vibration de l’Esprit, qu’elle soir perçue localement au niveau de la Porte Unité, qu’elle soit vibrée au niveau de la Couronne radiante, ou qu’il n’y ait aucune perception, ne change rien à la réalité du processus de Libération de la Terre et de l’Ascension de certains d’entre vous. Ce processus a été enclenché dès l’assignation vibrale réalisée, et s’est amplifié jusqu’à aboutir à la liaison de l’Esprit avec la matière, au sein même de la falsification, que vous en ayez la perception ou pas. Ceci se traduit bien sûr de différentes façons : par la Liberté, du Libéré Vivant, ou en cas de refus, à une confusion que vous observez facilement au sein de votre monde, dans votre environnement comme au sein de vos médias, concernant le comportement humain, le comportement humain au sens global.

Il y a donc effectivement activation de ces quatre Portes de manière conjointe, permettant à l’Esprit de revivifier la matière et de libérer la matière de son enfermement. Cela se passe à l’échelon de votre système solaire comme à l’échelon de chacune des cellules vivantes de cette terre, en quelque règne que ce soit, humain, animal, végétal, ou encore et surtout au niveau des peuples de la nature, vous donnant à vivre, dans les lieux où sont établies ces consciences, des accès directs, comme cela avait été spécifié par Eriane, reine des elfes du village d’Eridan, la possibilité de vivre, tout en demeurant au sein de ce corps de chair, jusqu’au moment collectif de la Terre, la 5ème dimension ; chacun selon vos référentiels, vos perceptions et vos moyens de communication subtils ou grossiers.

La réalité de l’activation de l’Esprit, comme de l’âme, ainsi que de manière conjointe depuis quelque temps de la Porte Précision et Profondeur, vous conduit inexorablement, et ce de manière collective, à la Libération finale de la Terre et à la phase ascensionnelle, à proprement parler, de la Terre en sa nouvelle dimension de vie.

Le temps consacré à l’Esprit, au sein de la matière, est immuable. Il ne peut excéder une durée comprise entre 12 et 24 mois, au niveau de l’humain en un corps de chair. L’activation récente, depuis quelques semaines ou mois, des Portes Profondeur et Précision – que vous les perceviez ou pas – est bien effective au sein de l’ensemble de l’humanité. Bien évidemment les résultats sont différents selon qu’il existe encore une âme, ou pas, selon qu’il existe une attraction vers la matière ou une attraction vers l’Esprit, de l’âme ou de la personnalité elle-même.

Dans un cas il y a Amour, il y a Feu Vibral, il y a Feu Igné et il y a Liberté. Dans l’autre cas, il y a peur, il y a confusion, il y a donc manque de clarté, manque de précision et manque de profondeur, empêchant de plus en plus, de par la connexion avec le losange et les Portes situées autour du sacrum, avec ce qui a été nommé l’Ici et Maintenant, ou si vous préférez, les Portes HIC et NUNC. Dans un cas, il y a allègement et Amour, dans l’autre cas il y a résistance et souffrance. Et quand je parle de cas, je ne parle pas d’un cas humain ou d’un autre cas humain, parce que chacun de vous vit cela en alternance chaque jour. Sauf bien évidemment pour ceux d’entre vous qui ont consumé l’âme dans le Feu de l’Esprit, auquel cas rien de ce qui est lié à l’enfermement ne peut plus se manifester, et ce d’autant plus s’il vous a été donné de vivre l’Onde de Vie, en l’une de ses composantes ou en ses trois composantes, depuis le mois de février de l’année 2012.

Vous êtes donc à mi-chemin de l’année 2016, année de l’apparition de la deuxième Étoile et de la manifestation tangible de l’Appel de Marie, ainsi que du réveil du Serment et de la Promesse.

Le Commandeur des Anciens vous a donné, voilà quelque temps, l’ensemble des repères temporels existant au sein de cette terre durant cette année, qui est à moitié achevée et dont il reste à parcourir un certain nombre de mois, avec des dates, inscrites dans l’histoire de la Terre, correspondant à des périodes plus ou moins propices au moment collectif. Le moment collectif, jusqu’à présent, dépendait non pas de votre libération individuelle mais du moment opportun jugé par la Terre qui, je vous le rappelle, conditionne la vitesse même de l’approche de l’astre du Jugement nommé Hercobulus ou Nibiru.

Il y a donc des périodes plus propices. Ces périodes plus propices ne signifient pas pour autant que cela se produira précisément durant ces périodes-là. Tenez votre maison prête car Il viendra comme un voleur dans la nuit, et son Annonce est déjà présente en vous par l’intermédiaire, je vous le rappelle, de l’activation de la Porte KI-RIS-TI située dans votre dos, entre les omoplates, permettant de laisser le passage, à la fois de l’arrière vers l’avant et de l’avant vers l’arrière, depuis le point central du chakra du cœur vers la Porte KI-RIS-TI, ou encore des trois Portes nommées AL, Unité et sous le cœur, OD, avec la Porte KI-RIS-TI du dos qui est, je vous le rappelle, la structure de reconstruction du Cœur du Cœur, ou si vous préférez, du tétrakihexaèdre.

… Silence… …


Questionnons.

Question : en juin, un intervenant a dit : « Pardonne-toi à toi-même ». Pouvez-vous développer ?

Bien-aimé, le pardon à soi-même correspond à l’évacuation de toute forme de culpabilité, de karma ou de ressentiment. Le pardon apporté à soi-même, que ce soi-même soit inscrit au sein de la personne comme au sein de l’âme – cela ne concerne pas l’Esprit car il n’a pas besoin de pardon –, traduit la capacité, par l’action de Grâce et surtout par l’état de Grâce, la capacité à transcender la matière par l’Esprit lui-même, et donc par la Lumière, afin de rétablir l’Unicité, l’Unité et la Vérité en chacun de vous. Ainsi donc se pardonner à soi-même ne fait pas référence à un évènement donné ou précis mais bien plus à une attitude intérieure, permettant de se libérer effectivement de l’autoprédation.

Vous êtes inscrits, en ce corps, entre le moment nommé naissance et le moment nommé mort. Au sein de la Libération et de l’Ascension de la Terre il n’existera ni naissance ni mort, il s’agit d’une résurrection où aucune naissance ni aucune mort ne peut correspondre à ce que vous avez vécu au sein de ce monde enfermé.

Ainsi, à chaque ouverture et à chaque octave se produisant sur la Terre – dont les étapes vous ont été dévoilées au fur et à mesure depuis maintenant plus de dix années, voire même, pour certaines voix qui ont parlé avant, depuis trente ans –, vous amenant progressivement, pas-à-pas plutôt que brutalement, comme c’est le cas maintenant, à évoluer afin d’ancrer la Lumière. Non pas évoluer en Esprit – qui lui n’évolue jamais –, mais à évoluer au sein même de votre personne pour vous rapprocher au plus proche du Cœur du Cœur. C’est ainsi que se réalise la Libération d’un système solaire enfermé, comme cela s’est réalisé déjà en une cinquantaine d’occasions, partout dans les multivers et les univers enfermés.

… Silence…

Peux-tu relire la question ?

… en juin, un intervenant a dit : « Pardonne-toi à toi-même ». Pouvez-vous développer ?

Autre élément : chacun de toi contenant l’ensemble des mondes, si tu te pardonnes à toi-même, tu pardonnes aux mondes. Il ne peut y avoir de guérison définitive sans pardon. Ce pardon n’a pas besoin d’être spécifié à travers une causalité, il est global. Quand le pardon est réel, vis-à-vis de soi-même, il y a Paix ; tant que le pardon est incomplet, il n’y a pas la Paix, il y a fluctuation. Se pardonner à soi-même permet donc de mettre fin aux lignes d’autoprédation liées à ce que vous nommez, au sein de ce monde, réflexe de survie ou de préservation de l’espèce, ce qui n’a rien à voir avec l’Esprit mais permet la facilitation du réveil, en quelque sorte, de l’Esprit en vous.

En général, au sein de la personne humaine, le pardon est toujours lié à une circonstance, à un élément, à un évènement. Le pardon dont il a été fait état durant le mois précédent concerne le sens que je qualifierais d’archétypiel du pardon, c’est-à-dire : je te rends Grâce et je te remets la Grâce. Il n’y a pas d’autre façon de se libérer. Bien sûr il y a eu l’autre façon qui a été l’émergence, chez nombre d’entre vous, du premier courant de l’Onde de Vie, ayant mis fin aux lignes de prédation collectives inscrites au sein des deux premiers chakras.

Aujourd’hui, parallèlement à l’activation des Portes Profondeur et Précision, se réalise la Libération de l’autoprédation ou du réflexe de survie ou de préservation de l’espèce. L’Esprit vivifiant la matière, la matière (la vôtre, de votre corps) n’a plus peur de sa propre disparition ni même de la disparition de toute matière au sein de ce monde, ce qui est le cas lors du processus nommé grille-planète final, où aucune vie ne sera possible en 3ème dimension. La Terre deviendra alors un squelette. La Terre de 5ème dimension est, elle, déjà née, bien sûr. La vie sur la Terre de 3ème dimension, même libérée, sera impossible. La vie sera alors nommée intraterrestre, c’est-à-dire sous la surface, en contact direct avec le noyau cristallin qui, je vous le rappelle, vient de Sirius.

Ainsi, quel que soit votre devenir ou votre avenir, à partir du moment collectif il vous sera fait très exactement selon votre vibration, selon votre choix et selon votre conscience. Quoi que vous disiez, quoi que vous puissiez en penser, il ne peut y avoir aucune erreur dans ce qui se déroule depuis déjà de nombreuses années, mais surtout dans cette période où il y a, pour chacun de vous, un moment redouté, espéré ou attendu, qui doit se produire. Qui dépend, non plus seulement de la Terre –puisque la Terre de nouvelle dimension est née –, non plus seulement du nombre d’éveillés sur la terre ou de libérés sur la terre mais, je dirais, un mécanisme de convergence d’un ensemble d’éléments, a priori disparates mais concernant tous les mécanismes de la conscience et de l’Esprit au sein de ce monde. L’Esprit ne connaît pas le mensonge, l’Esprit ne connaît pas l’enfermement, l’Esprit ne connaît pas la matière, et pourtant il vient transmuter votre matière afin de l’élever dans votre choix de liberté, quelle que soit votre dimension d’assignation.

… Silence… …


Questionnons.

Question : nous avons reçu les piliers de la tête (Attention, Intention, Éthique et Intégrité), ceux du cœur (Enfance, Transparence, Humilité, Simplicité), mais rien pour le sacrum. Pouvez-vous développer sur les piliers du sacrum en rapport à la sexualité et à la partie basse du corps diabolisées par les religions ?

Bien-aimé, de la même façon qu’il a existé quatre piliers au niveau de la croix cardinale de la tête, de la même façon qu’il a existé les quatre piliers du cœur, il existe bien sûr quatre piliers au niveau du sacrum. Ces noms (de ces piliers) portent directement les noms des Portes latérales du sacrum et antérieures au niveau des plis de l’aine, je les ai donc prononcés à de multiples reprises. Les deux plus importants étant la Précision et la Profondeur, non pas de la personne mais la Précision et la Profondeur de l’Esprit, ou de l’âme, la capacité à être en clarté, la capacité à voir, à percevoir, non pas avec les yeux mais avec le sens énergétique comme avec le cœur, que cela concerne la vision éthérique (et non pas astrale) ou la vision du cœur. La Clarté et la Profondeur permettent d’amplifier la descente de l’Esprit et de réaliser l’alchimie de l’Esprit au sein de la matière, mettant fin à toute matière.

L’Esprit, en employant une terminologie dite humaine, est de vibration très haute, ne pouvant s’accommoder en aucune manière avec la vibration des mondes carbonés enfermés. La descente de l’Esprit, non pas seulement de l’Esprit Saint mais de l’Esprit du Soleil, réalisée bien après les Noces Célestes et bien après la remontée de l’Onde de Vie, a permis, comme je l’ai dit, de transmuter votre propre matière. Pour la plupart d’entre vous, même s’il existe encore des lignes d’autoprédation, et cela avait été dit, dès l’instant où l’une des Couronnes est active, même sans Onde de Vie, au moment collectif de la Terre vous constaterez par vous-mêmes qu’il n’existe plus d’attaches à cette identité ou à ce corps dans lequel vous êtes ; vous serez totalement désidentifiés de ce corps. Toutefois, nombre d’entre vous ne vivant pas cela – que cela soit les Couronnes et l’Onde de Vie – ou n’ayant rien vécu jusqu’à présent, et comme cela avait été dit, étant néanmoins dans le cœur de par leur comportement au sein de leur personne, se trouveront confrontés simplement, comme tous les autres à ce moment-là, à une réticence plus ou moins grande à la propre dissolution de la personne.

La Libération n’est rien d’autre que de vivre le fait de ne plus être dépendant de ce corps, même en y étant soumis par les lois de l’incarnation, ni même à ses propres émotions ou à son propre mental. La Clarté et la Profondeur vous donnant une capacité générale et globale de vous voir réellement et concrètement, au-delà de toute projection ou de toute image de soi-même faussée, vous donnera à voir la Vérité. Cette vérité-là, dès l’instant où les quatre piliers du petit bassin sont actifs, gage pour vous la capacité à être libérés sans être entraînés par une douleur ou la peur de la mort, quelle qu’elle soit. Ceci existe déjà au sein de la mort ordinaire que vous avez vécue, je vous le rappelle, pour la plupart d’innombrables fois, même si vous n’en avez aucun souvenir. La mort nécessite de faire le deuil : le deuil de ce corps, le deuil de toute histoire. Le Libéré Vivant a déjà réalisé tous ces deuils.

Les attachements, les croyances, l’adhésion à la personne et à la matière, sur une âme en cours de retournement ou de dissolution, implique des résistances. Ces résistances seront traversées avec plus ou moins de facilité au moment de l’Appel de Marie et plus particulièrement durant les 72 heures de stase où, je vous le rappelle, aucun élément de ce corps physique et de votre conscience ordinaire ne sera accessible. Si vous croyez au néant, cela sera le néant et ses affres, si vous êtes libéré vivant, vous vous baignerez avec délectation dans ce que vous êtes en Vérité. Si l’âme est encore polarisée, c’est-à-dire attractée vers la matière, même si elle s’est retournée par moments, vous serez affectés ou assignés en votre origine stellaire ou en votre dimension d’élection.

Rappelez-vous que la totalité de l’humanité est libérée, mais cela ne veut pas dire que la totalité de l’humanité ascensionne, sinon il n’y aura pas de liberté. La Liberté n’a que faire, au-delà du bien et du mal et de la prédation de ce monde, d’un choix plutôt que d’un autre. La Lumière respecte toutes les libertés, sans aucune exception. La Lumière ne peut combattre, elle ne peut que s’établir ou se refuser, mais les conditions de l’enfermement, touchant à leur fin, ne permettent pas de maintenir une vie en 3D dissociée, quelle qu’elle soit. Tout au plus peut-il exister une vie en 3D unifiée, que cela soit avec ce corps ou dans un autre corps carboné, mais il n’y aura plus de dysrupture de la conscience ou d’alternance de la conscience.

… Silence… …


Questionnons.

Question : beaucoup d’entre nous vivent en porte-à-faux entre l’éphémère qui a perdu son attrait, en lequel il n’est plus possible de se projeter et d’œuvrer, et l’Éternité qui ne s’est pas encore entièrement dévoilée. Cet entre-deux est parfois à peine supportable et n’en finit pas de se prolonger. Comment vivre cette transition ?

Bien-aimé, je te propose de rendre grâce à ce vécu, à cette espèce de tiraillement ou d’inconfort qui, je te le rappelle, a pour seule fonction de te montrer ce qu’est l’éphémère et ce qu’est l’Éternel. C’est grâce à ce porte-à-faux ou ce déséquilibre apparent de perte d’attrait de l’éphémère, ou de désinvestissement de l’éphémère face à une Éternité non encore réalisée, même si tu es libéré vivant, au niveau du collectif. Ton corps est tributaire avant tout de la Terre et de son enfermement, de par sa constitution ; que tu sois libéré ou pas n’y change rien. Si tu es d’ailleurs libéré, tu auras de plus en plus de mal à jongler, si je peux dire, entre ton éphémère et ton Éternité ; mais c’est grâce à ces tiraillements, si je peux dire, qui ne sont pas des résistances, que ta conscience devient en quelque sorte de plus en plus précise et de plus en plus profonde.

Le moment venu, il n’y a aucune possibilité de se rattacher à quelque éphémère que ce soit car justement tu as vu le fonctionnement de l’éphémère, avec ses règles, et tu as entraperçu, ou vécu, le fonctionnement de l’Éternité. Ces éléments de porte-à-faux, ou comme disait le Commandeur voilà de nombreuses années, à une autre octave, d’avoir le c-- entre deux chaises, je vous le rappelle qu’il n’y a plus de chaises. Donc vous ne pouvez ni vous poser en l’un ni vous poser en l’autre, mais simplement acquiescer à votre libération.

Bien sûr il peut exister, au sein de l’éphémère qui s’éteint, un sentiment parfois d’exaspération ou de longueur, ou même de colère, concernant ce que vous avez réellement vécu et expérimenté, et l’expérience de l’enfermement qui touche à sa fin mais qui néanmoins est encore présente. Cela aussi est destiné à servir ceux d’entre vous, frères et sœurs humains, qui n’avez pas eu accès à ces expériences, permettant, comme vous le savez, d’ancrer toujours plus la Lumière et de lui permettre d’entrer en émergence, non seulement sur les vortex interdimensionnels des peuples de la nature mais de plus en plus facilement dans les relations, dans les communications entre vous, humains, ou entre vous humains et les peuples de la nature par exemple.

Il faut donc, en quelque sorte, prendre je dirais son mal en patience, en sachant que plus l’exaspération de ne pas être assis définitivement et posé définitivement à un endroit ne fait que renforcer votre aptitude à l’Éternité, même si avez l’impression de faire (comme disait le Commandeur) des volte-face, nommez ça tournicoti-tournicota. À force de faire ces mouvements, le mouvement s’use de lui-même et provoque, comme je l’ai dit, plus de Clarté, plus de Précision et plus de Profondeur. Vous êtes donc, pour la plupart, en train de jongler entre ce que vous vivez en Éternité dans vos disparitions, dans vos alignements, dans vos méditations et ce qu’il y a à résoudre au sein de l’éphémère. Remplir ce que vous nommez un chèque peut devenir exaspérant, répondre à des obligations éphémères, qu’elles soient de nature sociétale, légale, fiscale ou tout simplement relationnelle, devient effectivement de plus en plus pénible. Et je dirais, cela est tant mieux, car le moment venu, il n’y aura plus aucune hésitation pour nombre d’entre vous sur cette terre.

Ainsi donc, si vous constatez par vous-mêmes un décalage de plus en plus flagrant entre votre passé, même proche, il y a cinq à dix ans, et ce que vous vivez intérieurement, vous observez que ce qui vous faisait plaisir ou qui déclenchait des désirs en vous n’existe tout simplement plus. Ceci est aussi une invitation à aller encore plus en profondeur et à vous nourrir de ce que vous êtes en Vérité. Chaque chose est donc, là aussi, à sa très juste place. Vous constatez aussi, de manière aisée, que plus vous plongez en votre disparition ou en votre éternité, même sans ramener de souvenirs ou d’expériences claires aujourd’hui, vous constatez que cela va amenuiser encore plus votre attrait de l’éphémère, en quelque relation, communication ou échange que ce soit. Il faut effectivement jongler avec cela tant que la superposition de l’Éternel et de l’éphémère n’est pas achevée en totalité.

Il n’y a donc pas de méthode, parce qu’il ne s’agit pas de monter en vibration, il ne s’agit pas non plus, même si l’appel de la Lumière peut se faire parfois pressant, de disparaître en totalité, mais bien de maintenir votre Présence au sein de l’Ici et Maintenant, même sans attrait, même sans désir, même sans plaisir, de vous appuyer sur votre Éternité en quelque tâche ou fonction que vous ayez à réaliser au sein de l’éphémère. Mais il est incontestable que une forme que vous pourrez nommer de « ras-le-bol » s’installe effectivement de manière de plus en plus évidente. Mais ceci est aussi une injonction de la Lumière, par son Intelligence, à aller toujours de plus en plus vers la Précision et vers la Profondeur.

Rappelez-vous aussi que quel que soit le ras-le-bol ou l’exaspération, il existe des éléments à privilégier. Ces éléments à privilégier sont la nature, que cela soit les peuples de la nature, que cela soit les végétaux, que cela soit le jardinage, que ça soit l’expression artistique, cela vous nourrit, non plus au sein de l’éphémère mais en votre Éternité. La musique, par exemple, toute création artistique, n’est plus une satisfaction de l’ego mais une satisfaction de l’Esprit, et cela vous permet de patienter, en légèreté. Mais il est évident que tout ce qui participe, au sein de la structure sociétale, à l’enfermement, à la peur, le besoin d’assurance-vie, d’assurances sociales, de prévoyance financière, fiscale et autre, devient effectivement de plus en plus saugrenu, par rapport à votre Éternité. Mais c’est parfait ainsi, car vous découvrez la futilité de ce que vous aviez mené peut-être quarante ou cinquante ans précédant votre ouverture.

Cela vous renforce en votre Éternité, même si cela devient de plus en plus fatigant au sein de l’éphémère. Je ne dirais pas que cela est voulu, puisque le moment de Libération collective ne dépend ni de vous, ni de la Terre, ni des Anciens, ni des Étoiles, ni des Archanges, mais des circonstances intriquées par milliers maintenant. Et c’est au sein de cette exaspération ou de ce ras-le-bol, dès l’instant où vous dérivez cela sur une activité naturelle, créatrice, artistique, d’entretien de jardin, de promenade au sein des éléments de la nature, cela vous donne la force pour supporter, si je peux dire, l’insupportable de l’éphémère. Car cela est réellement insupportable pour l’Esprit d’être tributaire d’un corps, d’une naissance, d’une mort, d’obligations sociétales, familiales ou autres. Et je dirais, c’est tant mieux. Non pas comme punition mais bien plus comme élément venant s’ajouter, je dirais, à votre Libération, que celle-ci soit actée d’ores et déjà, ou soit à venir au moment de l’Appel de Marie.

Vous ne pouvez plus, vous ne pourrez plus, vous raccrocher à ce qui ne vous fait plus plaisir. L’art, le travail dans la nature, les promenades dans la nature, ne sont pas des éléments d’attachement mais des éléments de libération.

Il vous faut donc, et il vous faudra donc de plus en plus jusqu’au moment de l’Appel de Marie, jongler avec une chose qui est votre devenir, l’Éternité, et une chose qui s’éteint, qui est votre éphémère. Mais vous ne pouvez précéder l’appel collectif, que vous soyez libérés n’y change rien.

… Silence… …


Questionnons.

Question : il m’a été proposé, pour actualiser le Masculin Sacré, de trancher, de décider, de faire des choix. Je pensais que le Féminin Sacré qui accueille tout avec le même Amour permettait à la spontanéité du cœur de s’exprimer pour actualiser le Masculin Sacré. Pouvez-vous développer sur la nécessité de faire des choix et de trancher ?

Bien-aimé, le Masculin Sacré est l’actualisation de la Lumière en l’éphémère. Couper, trancher et décider, est effectivement la phase qui succède à l’accueil du Féminin Sacré. Dans certains cas et dans certaines circonstances, le seul Féminin Sacré a effectivement permis, par l’Intelligence de la Lumière et par la Grâce de l’Amour, de couper et de trancher naturellement et spontanément.

Aujourd’hui l’émergence du Masculin Sacré vous donne parfois à décider, à choisir et à trancher, par vous-mêmes – que vous soyez inscrits au sein de l’éphémère ou de l’Éternité – ce qui a besoin encore, je dirais, d’être élagué et débroussaillé. Ce sont les derniers éléments non pas de résistance mais je dirais plus d’habitudes comportementales liées à la préservation de l’espèce et au réflexe de survie qui est en œuvre.

Il vous faut donc, en quelque sorte, lorsque la Vie vous le propose, passer à l’acte. Le passage à l’acte, qu’il soit dans la réalisation d’un acte créatif ou dans la résolution d’un problème, est absolument indispensable. Mais ce n’est pas vous qui tranchez, mais néanmoins c’est vous qui y mettez l’énergie et la conscience. La Grâce, effectivement, s’occupe de tout, mais faut-il encore qu’à l’intérieur de ce que vous êtes en Éternité, la décision, le choix aient été réalisés. La Lumière, dans ces cas-là, fera tout pour que ces coupures, ces changements, se fassent avec la plus grande des facilités. Mais néanmoins, l’actualisation de la Lumière au sein de ce monde vous donne à voir que certaines choses ont pu être libérées par l’accueil inconditionnel au sein du cœur du Féminin Sacré, mais que d’autres choses sont devenues peut-être plus virulentes parce que plus éclairées et plus résistantes, liées au réflexe de survie et aux habitudes, la préservation de la vie en ce monde, qui sont là à trancher, non pas par une quelconque volonté mais toujours par la Grâce de l’Amour.

À ce moment-là, il y a juste l’intention de la conscience à émettre : là est le Masculin Sacré. Il ne vous est pas demandé d’agir avec les moyens existant auparavant, mais simplement de mettre en œuvre l’intention. L’intention étant posée, l’acte se produit en quelque sorte de lui-même, sans aucune participation de la volonté. Il y a donc successivement, et dans toutes les choses que vous avez à vivre en ce moment, d’abord un éclairage et une clarté nouvelle, avec des éléments qui sont de plus en plus pointus ou de plus en plus précis, vous amenant à aller toujours plus en profondeur et toujours plus dans l’Ici et Maintenant.

L’adjonction du Masculin Sacré, ou du Verbe Créateur qui y est lié, permet de passer à l’acte sans aucun effort de volonté, mais simplement parce que cela vous semble urgent et indispensable. Il n’y a donc pas à proprement parler de volonté humaine, il n’y a pas non plus de contradiction avec le Féminin Sacré mais bien plus une dynamique qui, allant de plus en plus dans l’accueil, la réception de la Lumière et l’accueil inconditionnel de l’Amour, a réalisé cet Amour et a utilisé le pouvoir de votre intention afin que l’Intelligence de la Lumière, en accord avec ce que vous êtes et ce que vous manifestez, puisse effectivement trancher et changer ce qui doit être changé. Mais ce n’est pas un effort de votre part car quand vous réalisez que vous devez changer, et que vous acquiescez à ce changement, et que vous mettez en avant l’intention au niveau de la conscience, avec éthique et intégrité, et en humilité et en simplicité, alors à ce moment-là le changement se produit. Pas toujours de la manière dont vous l’auriez souhaité en tant que personne mais souvent de façon impromptue, par la Grâce et par l’Intelligence de la Lumière, et donc indépendamment de toute volonté personnelle, simplement en posant une intention.

Le Féminin Sacré est préalable au Masculin Sacré. L’Androgyne Primordial correspond à la fusion du Féminin et du Masculin Sacrés, que pourtant nombre d’entre vous avez vécue lors de l’activation du 12ème corps ou corps de l’Androgyne Primordial situé au nez. L’Androgynat Primordial ne vous prive pas de la polarité masculine et féminine, surtout au niveau sacré. Ça vous donne donc à expérimenter, je dirais, les deux côtés de la pièce, afin d’avoir l’impulsion et la force de Lumière suffisante pour que l’Intelligence de la Lumière se manifeste dans votre vie. Mais en aucun cas ce n’est vous qui tranchez, en aucun cas ce n’est vous qui décidez, parce qu’il y a eu, justement, cet accueil du Féminin Sacré en préalable au Masculin Sacré.

Comme je l’ai dit durant le mois précédent, toutes ces étapes supplémentaires depuis l’année 2012 vous ont permis de conscientiser, de manière de plus en plus claire, aussi bien les origines stellaires que les lignées qui vous accompagnent, que la vision de ce qui se déroule en vous comme dans votre vie, quelle qu’elle soit. Il y a bien donc une synergie entre le Masculin Sacré et le Féminin Sacré. Pour certains d’entre vous, le simple accueil du Féminin Sacré a permis de libérer ce qui devait être libéré, pour d’autres d’entre vous, comme vous l’avez constaté, cela n’a pas suffi. L’Androgynat Primordial ne met pas fin au Masculin Sacré et au Féminin Sacré, il les fusionne, il les met en synergie et en synchronicité. D’avoir pu accueillir le Féminin Sacré et de pouvoir manifester maintenant le Masculin Sacré vous permet de vous rendre compte, là aussi, de la différence entre ce qui est l’éphémère et l’Éternel.

… Silence… …


Questionnons.

Question : j’ai vécu une rencontre avec les Archontes. J’ai fait le salut d’Orion mais ils ne sont pas partis. Le salut d’Orion ne fonctionne-t-il pas ?

Bien-aimé, il faut différencier le salut d’Orion en situation de rencontre dite extraterrestre, d’une manifestation d’un Archonte qui, je vous le rappelle, se situe dans la 4ème dimension, et qui ne peut se manifester à vous que si vous-mêmes, au sein de votre personne ou de votre âme, êtes porteurs de cette lignée ou agissez selon ce qui est nommé les lignes de prédation. Ce n’est ni le salut d’Orion, pour ces Archontes subtils, ni le salut d’Orion, ni les prières, ni le chapelet, ni quelque prière que ce soit, qui mettra fin à la présence d’un Archonte. L’Archonte présent sur ce plan nommé astral intermédiaire ou mental inférieur, ne fait que refléter vos propres insuffisances. Croire qu’un geste va permettre de chasser ces Archontes-là, prouve une incompréhension. Le salut d’Orion est destiné aux peuples extraterrestres. Je parle donc là d’Archontes qui ne sont pas stabilisés au sein de la 4ème dimension mais d’Archontes de chair et d’os, comme vous, qui interviendront dans les vaisseaux des dracos pour des fonctions différentes, bien sûr, mais concernant non pas votre Esprit ni votre âme mais le devenir de ce corps.

Ainsi donc, au sein de ce type de rencontre, si cette rencontre se produit, cela ne fait que manifester l’ambivalence, la dualité, ou les résistances présentes à l’Éternité, au sein de cette personne, même si celle-ci n’a pas de lignée ou d’origine reptilienne. Il existe des phénomènes d’attraction et de résonance liés aux failles présentes au sein de la personne elle-même, au sein du comportement, au sein de l’âme, qui permettent à ces Archontes de venir voir ce qu’il se passe et de rester à demeure. Nombre d’entre vous d’ailleurs, au niveau des périodes préalables à l’assignation vibrale, en d’autres lieux et en d’autres temps, durant l’année 2013 et 2014, ont été confrontés de manière parfois fort virulente à ces intrusions Archontiques ; jamais le salut d’Orion ne pouvait les chasser. Il ne correspond qu’à une faille présente à l’origine de l’être qui a permis cette manifestation, par sa propre ambivalence ou sa propre dualité, ou si vous préférez, sans jugement de valeur, vers un attrait pour la matérialité, et donc tout ce qui a trait au matérialisme, qui est encore présent.

Il y a une différence fondamentale entre le ras-le-bol et l’exaspération de celui qui vit à la fois l’éphémère et l’Éternité, de celui qui est attracté vers la matérialité, fût-il ouvert au niveau de l’une des Couronnes mais dont le choix a été de poursuivre la voie de la matérialité ou du matérialisme, c’est-à-dire quelque part un entretien des forces de prédation qui ne rend pas l’autre libre, au sein des relations d’aide, par exemple, ou de service, mais l’enferme à nouveau. Aucun salut, aucune prière ne peut chasser ces Archontes, il n’y a qu’un retour au centre et un retour au cœur qui le peut.

Encore une fois, ce ne sont pas là des Archontes dans des vaisseaux mais des Archontes qui vivent sur les plans intermédiaires, et dont la spécialité est, bien évidemment, de s’introduire par les failles liées à l’action-réaction, à la dualité et au matérialisme, qui donnent à vivre cela.

… Silence… …


Pouvons-nous poursuivre ?

Question : peut-on avoir deux origines stellaires ? Quelle est la signature de celle d’Aldébaran ?

Il est impossible d’avoir deux origines stellaires. Les signatures comportementales, ou d’âmes, inscrites au sein de l’origine stellaire, peuvent être très caractéristiques. Il vous en a été fourni quelques exemples : l’origine reptilienne signe un penchant pour l’organisation et l’ordre, l’origine végalienne signe un comportement ou une âme tournée vers la pédagogie et l’enseignement, une origine arcturienne signe un besoin d’explications et de sciences. Il existe bien évidemment de très nombreuses origines stellaires. En ce qui concerne Aldébaran, celle-ci se rapproche, en une certaine mesure, du comportement nommé arcturien, avec une touche que je qualifierais de fantaisie, ou encore de créativité, ce qui n’est pas le cas chez les arcturiens.

… Silence… …


Questionnons.

Question : jusqu’à il y a deux ans, sur des photos, apparaissaient des orbes. Maintenant il s’agit d’une présence en forme de losange vu à plat. Qu’en est-il ?

La modification enregistrée sur vos supports dits numériques photographiques peut donner différentes anomalies, je ne vais pas les passer en revue. Mais sachez simplement que l’émergence de formes de Lumière, quand une forme de Lumière fait irruption au sein de votre monde, sa première phase d’apparition est effectivement une sphère blanche ou d’une autre couleur. Lorsque la possibilité est offerte de déployer cette forme dite d’Éternité au sein de votre monde éphémère, alors cela va passer par un déploiement plus ou moins rapide, passant par des formes géométriques jusqu’au dévoilement d’une forme de Lumière anthropomorphisée ou non. Cela correspond à la descente de la Lumière, à la cristallisation de la Lumière au sein de l’éphémère, ainsi qu’à une capacité de plus en plus grande de percevoir cela au travers de cet ajustement entre l’éphémère et l’Éternel.

Il est donc tout à fait possible d’observer, avec vos yeux comme avec vos supports numériques, de voir le déploiement de ces formes de Lumière rentrant en manifestation au sein de votre monde. Vous apercevez d’abord un point de Lumière ou une sphère de Lumière qui va passer par certaines formes géométriques (le plus souvent très rapidement), afin de laisser apparaître une forme lumineuse, liée bien évidemment à la structure mobile de cette entité de Lumière rentrant en émanation au sein de ce monde, et donc en contact plus ou moins étroit avec vous-mêmes.

Ainsi donc les modifications observées – que cela soit par l’enregistrement de vaisseaux autour du Soleil, que cela soit vos propres appareils photo qui enregistrent ce que vous ne voyez pas à l’œil nu – ne fait que signer le déploiement de la Lumière au sein de ce monde. Ce qui apparaissait comme fugace, traversant votre champ de vision ou le champ de l’appareil photo sous forme de boules nommées orbes (mais toutes ne sont pas comme ceci), de couleur blanche ou en tout cas une forme éclairée par elle-même et non pas de l’extérieur, sans ombre, se déploie maintenant au sein de votre monde et de votre réalité tridimensionnelle, passant par une, deux, trois, quatre ou cinq formes géométriques avant d’apparaître sous la forme anthropomorphique ou non anthropomorphique du visiteur qui est avec vous. Le mécanisme est tout autant visuel que visuel éthérique, que visuel du cœur, ou que de perception dite énergétique ou de conscience.

… Silence… …


Questionnons.

Question : des crop circles apparaissent un peu partout. S’agit-il aujourd’hui de l’accès d’êtres de Mondes Libres ou les êtres des forces opposées à la Lumière ont pris le relais ?

Bien-aimé, il n’existe que deux origines possibles aux cercles apparaissant dans les cercles de culture : soit il s’agit d’un fait organisé par les forces de la Confédération Intergalactique, et essentiellement les arcturiens (mais parfois aussi les végaliens), et d’autres sont tout simplement humains. Des œuvres d’art humaines qui n’ont pas la portée, ni la même vibration, ni le même bouleversement de conscience dans l’aspect visuel ou l’aspect direct, quand vous avez la chance d’en approcher un, selon que l’origine est liée à la Lumière ou tout simplement à l’humain.

Les forces dites opposées à la Lumière n’ont aucun intérêt à réaliser ce genre de graphisme. L’humain y trouve certains intérêts par le plaisir de mystifier, en quelque sorte, les humains qui voient ces images ou qui parcourent ces lieux. Néanmoins nous pouvons stipuler que 80 à 90% des crop circles sont tout à fait authentiques. Ils n’ont pas tous une portée informationnelle ou prédictive, voire prophétique, certains ne sont là que pour réaliser un champ de forme qui va être efficace au niveau de l’accroissement de la Lumière, en tant que point de pénétration de la Lumière, comme cela est le cas par exemple chez les peuples de la nature, à l’orée de leurs villages. Les cercles de culture tracés par les humains n’ont bien évidemment aucune de ces spécificités, ni d’accroissement énergétique, ni de perception énergétique, et encore moins de descente de Lumière. Les forces dites opposées à la Lumière n’ont jamais créé le moindre crop circle.

… Silence… …


Questionnons.

Question : on entend beaucoup l’expression « au Cœur du Cœur » mais je me demande ce qu’est le Cœur du Cœur. Pour moi, c’est un repère, or si nous sommes amenés à perdre tout repère, pourquoi employer ce terme, vouloir être au Cœur du Cœur ? Ne le sommes-nous pas toujours, en l’ayant oublié ? Pour certains il s’agit d’une étape pour se recentrer mais s’il y a étape, on considère qu’il y a un chemin. Je me rends compte que certains mots utilisés sont encore des repères. Y a-t-il vraiment besoin de tout cela ?

Il n’y a besoin ni des Étoiles, ni des Anciens, ni des Archanges, ni des Portes, ni des Étoiles. Toutefois, ce qui est nommé le Cœur du Cœur peut être assimilé à un repère spatial, mais il est avant tout un repère temporel. Bien évidemment il est localisé au centre du cœur. Ce n’est pas une étape, ou alors c’est la dernière étape. Celui qui n’a pas besoin de repère ne va pas le voir comme un repère. Bien évidemment, si tu poses la question ainsi, cela prouve-t-il que tu es débarrassé de tout besoin de repère ? Non, sans ça tu n’y verrais pas le repère, tu ne chercherais pas à comprendre ce qu’est le Cœur du Cœur, mais tu le vivrais. En vivant le Cœur du Cœur, tu sais très bien que c’est un passage du côté de la personne, mais en étant dans le Cœur du Cœur et en débouchant sur la A-conscience, tu t’aperçois que cette porte ou ce repère n’a jamais existé mais que ce repère est peut-être nécessaire et utile pour ceux qui en ont besoin.

Nous adaptons le discours et les mots au-delà de la vibration afin qu’une gamme toujours plus grande puisse appréhender, comprendre, et surtout dépasser ce qu’il y a à comprendre. Le Cœur du Cœur, ou Centre du Cœur, ou noyau d’immortalité, n’est que le point de résolution de tous les antagonismes, et le point de passage au moment de la Libération. Ce point est géographiquement localisé au niveau du cœur. Il est très exactement à mi-distance entre le centre du chakra du cœur et ce qui fut nommé le 9ème corps, mais il n’est pas un point qui est sur la peau mais à mi-distance entre le sternum et la Porte KI-RIS-TI. Je vous renvoie pour cela à ce qui avait été expliqué longuement par Sri Aurobindo durant la fin de l’année 2010, concernant un schéma qui avait été communiqué et correspondant au premier passage, entre déchirure du cœur ou du péricarde, entre KI-RIS-TI et le chakra du cœur.

Les repères sont utiles uniquement pour celui qui ne s’est pas repéré. Celui qui se repère n’a plus besoin d’aucun repère puisqu’il a franchi la Porte, et réalise donc qu’il n’y a pas de Porte, ni de Cœur du Cœur – qui pourtant est localisé géographiquement et de manière temporelle. C’est l’ultime Retournement, c’est bien au-delà de la Porte Étroite qui était la petite mort, mais il s’agit ici de la grande mort, ou du grand Gardien du Seuil, ce qui revient au même. C’est le moment de l’extinction du sens d’être une personne qui ne survient que lorsque vous êtes libéré vivant.

Le Libéré Vivant n’a que faire des mots, des appellations. Il pourrait vous parler dans une langue qui n’existe pas et qui pourtant traduit quelque chose au niveau vibratoire. Seul celui qui s’attache au sens des mots plutôt qu’au sens de la vibration, essaie de justifier le fait qu’il ne comprend pas. Parce que ce n’est pas quelque chose qui peut se comprendre, même si cela est définissable, mais c’est quelque chose qui ne peut que se vivre, au sein de votre humanité, c’est-à-dire retrouver cette Éternité qui n’a jamais disparu.

Mais tant que vous êtes un tant soit peu de l’autre côté du voile, vous ne savez pas que les voiles n’existent pas. Il n’y a qu’en franchissant ce Cœur du Cœur – qui correspond je vous le rappelle à la Demeure de Paix Suprême ou encore Shantinilaya – qui va vous permettre d’assister, en toute lucidité et sans résistance, à votre propre disparition. Ceci se réalise, vous le savez, grâce à l’humilité, la simplicité et le sacrifice. Mais ne vous arrêtez jamais aux mots. Quand il y a définition, par exemple quand nous avons parlé les uns et les autres des Portes et des Étoiles, vous les avez réellement vécues. Si vous ne les vivez pas, comment pouvez-vous vérifier la validité des mots employés, des repères donnés ? Tout en sachant que ces repères, en définitive, ne sont que des pseudo-étapes dans un processus qui ne vous concerne absolument pas individuellement, mais collectivement, comme cela avait été expliqué. Vous avez été ancreurs de Lumière et puis semeurs de Lumière, et enfin Fils Ardents du Soleil ou enfants de la loi de Un.

Ce sont ces mots, mais au-delà de leur signification, qui ont été vécus. Par contre, le fait de vouloir justement le comprendre montre que ce n’est pas encore passé et que l’étape est peut-être nécessaire. Mais elle n’est jamais obligatoire, de la même façon que l’Onde de Vie ou encore les Couronnes radiantes, qui ne sont pas des concepts intellectuels mais des vécus réels et vibratoires. Le Cœur du Cœur, que vous le voyiez ou pas, que vous l’acceptiez ou pas, est bien un point géographique, localisé dans le temps et dans l’espace, situé au milieu de votre poitrine. Il correspond par ailleurs à des structures précises au niveau anatomique, de la même façon que les Étoiles et les Portes qui ont permis d’abord l’activation des différentes Couronnes au niveau des Étoiles, a donné et permis la reconstitution du corps d’Êtreté, à l’identique de celui qui était le vôtre, stocké dans le Soleil, si celui-ci n’a pas pu arriver jusqu’à vous. C’est le principe de l’hologramme.
En chaque point existe la totalité de l’hologramme, mais tant que vous voyez l’hologramme dans sa globalité, vous vous demandez à quoi sert chaque point. En le vivant, et non plus simplement en le voyant, ou en le lisant, à ce moment-là les choses s’éclairent d’elles-mêmes. Le Cœur du Cœur n’est rien d’autre que le point central du cœur. C’est le lieu de résolution et le lieu de la Libération, passant je vous le rappelle par le Lemniscate Sacré et par la mise en fonction du véhicule nommé Merkabah interdimensionnelle, par l’intermédiaire du Lemniscate Sacré et de la Nouvelle Tri-Unité localisée sur les Portes AL, Unité et le point central du chakra du cœur.

Ces repères sont anatomiques, ils correspondent à des fonctions inscrites même dans la physiologie, chose qui n’a jamais été développée parce qu’elle ne ferait que vous encombrer mais que d’autres parmi vous ont réussi à développer avec leurs propres connaissances. Les immunoglobulines, toutes les molécules, toutes les protéines du corps peuvent résonner sur l’une des douze Étoiles. Ce sont les harmoniques de la Vie, tout simplement. De la même façon qu’existe, au niveau de votre cerveau, au niveau des aires de projection corticales mais aussi centrales, au niveau de l’hypothalamus et de l’hypophyse, il existe de la même façon une représentation anatomique précise, neurofonctionnelle, des différentes Étoiles.

Mais je doute fort que si nous vous avions donné les descriptions anatomiques, cela vous aurait suffi à vivre le processus ; vous l’auriez connu mais vous ne l’auriez pas vécu, parce que vous en auriez été privés de l’aspect essentiel, qui est vibratoire.

Les Portes, vous le savez, certaines s’appellent OD-ER-IM-IS-AL, correspondant aux cinq nouveaux corps en manifestation. De la même façon, le Cœur du Cœur n’est pas un repère abstrait mais c’est un point réel qui est situé précisément dans l’anatomie du cœur, en arrière des oreillettes et qui est nommé le nœud sino-auriculaire, qui conduit l’influx nerveux depuis le tronc cérébral jusqu’au cœur. Il y a donc une réalité organique. De même, quand nous parlons du chakra de l’âme et du chakra de l’Esprit, ils sont aussi présents dans le cœur, bien que votre science ne l’ait pas parfaitement identifié. De la même façon qu’il existe l’activation, si je prends ce qui fut nommé le 10ème corps (ou corps de communication avec le divin), il se traduit par l’activation d’une région précise de la carotide.

L’Ascension et la Libération ne se passent nulle part ailleurs que dans ce corps, dans ce Temple ou dans ce sac de viande. Ce n’est pas un processus qui concerne uniquement la conscience. Cela est le cas au-delà des mondes enfermés mais dans un monde enfermé, il est impératif de respecter ce qui se déroule au sein de votre anatomie et de votre physiologie. Donc le Cœur du Cœur n’est pas une vision mentale ni une vue de l’esprit dépouillée de tout repère, mais c’est effectivement un repère fondamental permettant justement de passer aussi du Feu Vibral au Feu Igné, c’est-à-dire de mettre en branle la Merkabah interdimensionnelle et de manière définitive le Lemniscate Sacré, conduisant votre conscience au sein de la Fontaine de Cristal, encore nommée 13ème corps, à quinze centimètres au-dessus de votre tête.

De la même façon, le cœur d’Êtreté ou le corps d’Êtreté, est généré par une structure géométrique nommée le tétrakihexaèdre. Alors bien évidemment, celui qui reste dans l’analyse mentale va pouvoir lire parfaitement et connaître parfaitement ce qu’est ce cœur. Pour autant le vit-il ?

Ces repères sont indispensables parce que appuyés sur la matérialité du corps, pour réaliser la Libération et tout autant, l’Ascension. Tout ce qui n’est pas vécu et qui n’est que connu ne sert strictement à rien. C’est l’expérience qui vous libère, mais jamais la connaissance. La connaissance, et cela a été développé de manière préalable aux Noces Célestes par l’Archange Jophiel, la connaissance est illusion. Toute forme de connaissance appliquée à la spiritualité, et non pas au Soi, non pas à l’énergétique, non pas à la vie ici-bas, est une perte de temps. L’important est et restera toujours l’incarnation de la Lumière au sein de la matière, au sein de ce corps, et pour cela il vous faut des repères reproductibles, visibles et vécus par vous comme par les autres de vos frères et de vos sœurs qui les vivent. C’est d’ailleurs la seule certitude que votre vécu est réel et n’est pas lié à de quelconques chimères ou projections.

Le Cœur du Cœur est le point central du cœur, avec ce que je viens d’expliquer. Tant qu’il n’est pas vécu. C’est le moment où s’éteint toute forme, le moment où s’éteint toute lumière, le moment où s’éteint toute personne et toute histoire, qui est le Cœur du Cœur et qui vous fait passer de l’Infinie Présence à l’Absolu. Mais quand vous êtes Absolu, vous réalisez qu’il n’y a jamais eu de passage, que cela était déjà là. Il s’agit donc, effectivement, de constructions sur lesquelles nous avons fait porter votre attention et votre conscience, afin de vous permettre de réaliser cette œuvre alchimique de Libération – pour ceux d’entre vous qui avez à les vivre.

Ceci a représenté aussi un certain nombre d’éléments de preuve et de véracité de ce qui vous a été transmis, parce que ces données-là sont inscrites dans la matière. Elles ne sont pas mobiles et fluctuantes dans le temps, comme l’échéance finale, en fonction de nombre de circonstances qui vous ont été développées entre 2006 et 2016.

Il y a donc une utilité, mais cette utilité disparaît dès que vous êtes libérés.

Néanmoins, la reconnaissance et le vécu, par exemple du Canal Marial, permet de différencier de manière très nette l’approche d’un être de Lumière par rapport à l’approche, par exemple, d’un Archonte, dont nous avions parlé dans une question précédente.

… Silence… …


Questionnons.

Question : que pensez-vous des succédanés de repas en poudre avec vitamines, protéines, etc… ?

Cela fait passer, quelle que soit la pureté de ces aliments, d’une alimentation vivante à une alimentation morte. Faites l’essai : essayez d’absorber une poudre de tomate, si elle existe, absorbez une tomate industrielle, absorbez une tomate dite biologique, et absorbez une tomate que vous avez vous-mêmes fait pousser. Il n’y a pas besoin d’être devin ou sensible pour sentir à la fois la différence de goût, de texture, mais aussi de richesse alimentaire selon les cas.

L’homme, les frères et sœurs humains, en ce monde carboné, doivent se nourrir de matière vivante – je n’ai pas dit de matière animale mais de matière vivante. Le « vivant » signifiant non pas seulement ce qui est biologique mais ce qui est fait par soi-même. Bien sûr vous n’avez pas tous la possibilité de réaliser cela, mais il vous suffit simplement d’un végétal à cultiver vous-mêmes, sur un coin de terrasse, sur un coin de balcon, dans un appartement, pour vous rendre compte de la différence, et ce, sur quel que soit le type d’aliment.

Je vous rappelle toutefois que les règles diététiques, par exemple quand il avait été fait état, voilà fort longtemps, durant les Noces Célestes, d’alimentation liquide, d’aliments qui proviennent de sous la terre ou le plus haut du sol, avaient des différences considérables. Aujourd’hui vous êtes capables, non seulement en face de chaque aliment, d’avoir à la fois spontanément la réponse du cœur, mais aussi la réponse de votre ventre. Et avant même de porter un aliment à votre bouche, vous devriez avoir la réponse, sans même vous poser la question, de savoir si celui-ci est néfaste ou faste pour vous, et indépendamment de toute notion de plaisir ou d’habitude.

Alors écoutez-vous votre corps, ou pas ? Écoutez-vous votre cœur, ou pas ? Il est très facile de vous rendre compte aujourd’hui, par vous-mêmes, par l’expérience de vos repas, de ce qui vous allège et de ce qui vous alourdit. Il n’y a pas besoin de consulter des compositions alimentaires ou de sélectionner tel type d’aliments, ou tel autre type d’aliments, mais bien plus d’observer directement ce que vous dit votre ventre. Parce que votre ventre vous le dira toujours, et votre cœur aussi. Mais au niveau de ce qui est appelé alimentation ou diététique, les réflexes acquis depuis la naissance sont bien évidemment extrêmement forts, du fait même des habitudes et du fait même du rôle social et convivial de l’alimentation. Mais vous avez tous constaté, à des degrés divers, que vos habitudes alimentaires, vos quantités alimentaires sont profondément différentes. Celui qui est en paix n’a plus besoin de manger quelque aliment que ce soit. Cela vous avait été d’ailleurs expliqué par le Commandeur concernant les jeûnes courts. Il n’y a plus d’incidence, sauf bien sûr s’il existe des maladies précises qui peuvent entraîner plus de déséquilibres en cas de cessation d’alimentation.

Vous avez aussi la possibilité de vous nourrir de Lumière, ou de vous nourrir de forces éthériques, mais tant que vous ne l’avez pas fait, cela veut dire que cela ne vous intéresse pas ou que vous n’y avez même pas songé, parce que l’habitude et le plaisir alimentaire sont encore présents et restent, pour nombre d’entre vous, même avec dégoût au bout de très peu de quantité, un des uniques plaisirs qui soit encore toléré par ce corps.

N’oubliez pas que vous ne portez pas seulement vos croyances et vos conditionnements, même si vous êtes libérés vivants, et vous n’êtes plus soumis à vos propres croyances et à vos propres conditionnements, vous êtes soumis aux habitudes et aux croyances collectives, de façon plus ou moins extensive, plus ou moins visible, mais vous n’y échappez pas.

De la même façon qu’il était dit, en diététique, qu’il fallait manger à certaines heures, avec des proportions données pour tel repas du matin, du midi ou du soir. Aujourd’hui vous constatez que ceux d’entre vous qui se portent le mieux, au niveau digestif, sont ceux qui mangent uniquement quand ils ont faim. Mais pas faim par gourmandise mais quand le ventre appelle la nourriture, ou que le cœur vous dit de manger – et cela ne se fait pas nécessairement à heures fixes. Les contraintes de la société ont fait que selon les pays, d’ailleurs, les habitudes et les horaires alimentaires ne sont pas du tout les mêmes. Ce ne sont que des croyances collectives qui influent sur le comportement individuel, rien de plus et rien de moins, si on excepte bien sûr le côté sociétal de l’alimentation et le côté plaisir.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pourriez-vous m’éclairer sur deux rêves récents ? Dans le premier, je plongeais dans le vide, aidée et poussée en douceur. Je me suis retrouvée la tête en bas au-dessus du vide, tenue par les pieds. J’étais sereine, attentive aux sensations et aux pensées. Je me disais que je devais faire confiance à celui qui me tenait les pieds, vu le grand vide noir en-dessous de moi. J’observais et attendais. En face, contre le mur du gouffre, un homme m’attendait ; il devait y avoir union entre nous. Un vieillard, qui était comme un passeur, a marché dans le vide et est allé chercher l’homme pour le conduire jusqu’à moi. Toujours suspendue par les pieds, je remarquais que plus ils avançaient, plus je devenais consciente qu’être placée au-dessus du décor était la même chose qu’être placée au-dessus du vide. En fait, dans le décor, j’étais toujours dans le vide.

Bien-aimée, être tenue par les pieds ou les chevilles évoque les liens, de la même façon que certains d’entre vous ont vécu ces liens qui les empêchaient de vivre l’accès à la multidimensionnalité, en tant que mesure de protection. Le fait d’être suspendue par les pieds au-dessus du vide veut dire simplement, même s’il n’y a pas eu de peur (que ce soit du décor ou du vide), que tu es encore maintenue dans l’illusion du décor, car sinon celui qui tenait tes pieds t’aurait lâchée et tu serais devenue absolue – ce que tu es déjà, je te le rappelle. Le principe de la fusion avec le masculin, qui marchait et qui a été cherché par un guide, annonce simplement la recherche de ton masculin sacré et non pas d’une flamme jumelle ou d’une âme-sœur. Il aurait fallu, au sein de ce rêve, ne plus être tenue par les chevilles et échapper à l’attraction masculine, et échapper de la même façon à l’illusion et au décor.

Ce rêve signe simplement un processus qui est en cours mais dans lequel tu tiens encore, toi-même, à la forme et à l’illusion, en particulier dans la notion de la relation à l’autre, au sexe opposé et donc à la recherche de complémentarité à l’extérieur de toi. Ce rêve est donc une invitation à lâcher, une invitation à pénétrer ce gouffre, ce néant, tel que vu par la personne, et il ne peut être vu ainsi que par la personne et aussi par le Soi car pour la personne comme pour le Soi, le néant, le vide, n’est rien d’autre justement que l’absence de Lumière. Pour le Libéré Vivant – qui a plongé librement au sein de ce noir, de ce vide et de ce gouffre –, il n’y a plus d’attaches aux chevilles et il n’y a plus peur de la disparition, et il n’y a plus d’attrait par la matérialité et même vers la forme sexuée.

Ainsi donc ce rêve te traduit un choix : celui de maintenir l’attachement, la recherche de l’âme-sœur (ou de la complémentarité), ou ce qui te fait peur, ce vide et ce néant, qui est en fait ce que tu es.

Le fait surtout d’être tenue par les chevilles ou par les pieds, tête en bas, te montre qu’il existe encore un repère corporel et que ce rêve est vécu au sein de la personne ou de l’âme, mais non pas au niveau du Libéré Vivant qui, d’ailleurs, n’a pas besoin du tout de vivre le moindre rêve. Le rêve est l’apanage de l’âme. Le rêve est l’apanage de la projection, même dans les rêves dits prophétiques ou mystiques. Le Libéré Vivant n’a aucun besoin d’avoir une conscience de rêve, il est établi dans Turiya, dans le Supramental et dans la vacuité. De disparaître, non seulement ne lui fait pas peur, n’appelle aucune vision, n’appelle aucun rêve, et surtout se traduit, au retour, par un sentiment de plénitude, même si cela peut se traduire par un inconfort entre ce qui est vécu au sein de l’Éternité et au sein de l’éphémère, se posant parfois, effectivement, en opposition.

Ainsi ce rêve te montre qu’il existe au sein de ta vie une quête des complémentarités et que toutefois, même dans certaines expériences réellement vécues, il est demeuré un certain nombre de freins et d’obstacles à ta propre liberté, mais liés uniquement à ta représentation et à ta formulation de ton vécu.

Il y a un deuxième rêve ?

… une présence masculine se collait à moi dans le dos, m’enlaçait et m’embrassait et je m’y abandonnais. C’était comme des retrouvailles et c’était un délice et un soulagement. C’est comme si un fardeau tombait d’un coup et tout devenait doux et léger. Ensuite, à la fin du rêve, je nageais de plaisir avec moi-même, seule, et j’ai traversé une porte avec un voile. Ce moment était merveilleux : enfin j’étais libre. Au matin, je me suis réveillée avec un sourire béat, comme si j’étais amoureuse pour la première fois. Qu’en pensez-vous ? S’agit-il d’un vécu de la conscience ? Je sais que les rêves sont à dépasser mais j’aimerais avoir votre éclairage car j’ai souvent fait des rêves d’une union avec un masculin. S’agit-il de l’union entre le féminin et le masculin intérieurs ?

Je crois que même ce deuxième rêve s’explique par ce que j’ai donné lors de la réponse au premier rêve ; il en est la suite logique. Il correspond, enfin, à la complétude trouvée à l’intérieur de soi. Parce que là tu n’étais pas suspendue dans le vide mais tu t’es réveillée, comme tu le dis toi-même, avec le sentiment de plénitude et d’extase qui n’est autre qu’une rencontre avec ton masculin sacré, et non plus cette fois-ci une recherche extérieure. Il y a donc eu transcendance entre le premier et le deuxième rêve. Quel que soit l’espace entre ces deux rêves, ils traduisent un changement, que tu exprimes d’ailleurs par le vécu à ton réveil. L’intégration du masculin sacré, non plus à travers un acte dit sexuel, même s’il a lieu – mais en fait il se produit avec toi-même, en seule à seule –, il traduit effectivement une mutation de la conscience, t’amenant à lâcher et à te laisser lâcher par les chevilles afin de ne plus tenir à rien.

Ce deuxième rêve, quelle que soit la latence avec le premier, ne fait que traduire la résolution de ce que je viens d’expliquer concernant ton premier rêve ; il en est d’ailleurs la suite logique et fort probable.

T’invitant toutefois à simplement te voir dans cette recherche de perfection de l’union dite sexuelle ou sexuée (même si elle n’est pas à proprement parler sexuelle, mais polarisée en tous cas), jusqu’au moment où tu comprends que ceci est déjà en toi, ce qui explique ton réveil dans cet état si particulier.

Il n’y a pas de fantôme ou de maître qui est venu te voir, il y a simplement la réalisation de cet antagonisme. Tu étais tenue par les chevilles dans le premier rêve, l’homme qui était en face et qui a été accompagné pour marcher dans le vide pour venir jusqu’à toi se retrouve cette fois-ci derrière toi à t’enlacer, sans que tu sois tenue par les chevilles. Cela correspond donc vraisemblablement à l’actualisation et au dépassement de ce que tu as décrit et vécu dans le premier rêve.

Cela illustre aussi à la perfection ce que j’expliquais dans un questionnement précédent, concernant l’activation des Portes du bassin, et en particulier, de Profondeur et de Précision.

Quelle que soit la traduction dans ta vie, que cela soit une rencontre effective avec un humain incarné masculin, que cela soit la résolution en toi, tous deux participent de la même résolution et de la même transcendance d’une certaine forme de dualité ou de peur vis-à-vis de l’autre, mais aussi vis-à-vis de toi-même en ta composante masculine. C’est donc bien un espace de résolution et de dépassement.

… Silence… …


Questionnons.

Nous n’avons plus de questions.

Alors bien-aimé, en ton nom et en mon nom, comme au nom de chacun et comme au nom de l’ensemble de la Vie et de la Création, je te salue et je te bénis. Paix à toi, paix en toi, paix en chacun de nous.

Nous continuerons, bien sûr, puisque l’occasion m’en est donnée, dans vos interrogations et dans vos questionnements communs.

Je vous dis à très bientôt.



* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mar 12 Juil - 07:46 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature


- - - - -

L’IMPERSONNEL

Questions/Réponses - Partie 2



En chacun de toi qui est, je suis. Ainsi je salue chacun, ainsi nous voilà réunis en la Liberté et en l’Amour. De cœur en cœur je te salue, en ton Éternité je te bénis. En ta Présence et en chaque Présence, je salue ce que tu es. Ensemble, en union, en communion et en unité, nous allons questionner.

… Silence…

Questionnons.

Question : une question a été posée hier : « pouvez-vous développer sur les piliers du sacrum et apporter des éléments de paix face aux messages falsifiés des religions qui ont diabolisé la sexualité et la partie basse du corps en général ? ». Pouvez-vous développer la deuxième partie ?

Bien-aimé, ce qui est situé en bas de la structure corporelle humaine n’est pas seulement le siège de la sexualité mais aussi, bien sûr, le siège de tout ce qui a été altéré et déformé. Ainsi donc, tant qu’il n’y a pas de vision et de compréhension de ce qui se joue au sein de cette partie basse du corps, il ne peut y avoir de Liberté ni de Libération. La prédation et l’enfermement sont liés à l’altération de ces structures correspondant, sur le plan anatomique, à une partie nommée « archaïque » du cerveau, responsable des habitudes quelles qu’elles soient, mais aussi lieu et siège du pouvoir de la personne. Ainsi donc, détourner le regard de ce qui se déroule au-dessous de la ceinture, à quelque niveau que ce soit, ne fait que permettre l’entretien de la falsification, le fait qu’elle soit cachée et non élucidée.

Ainsi donc, en privant l’être humain non pas de l’expérience mais de la compréhension des mécanismes intimes existant en lui, à ces niveaux les plus denses, il existe alors une incapacité à percevoir, à voir, à comprendre et à transcender ce qui se déroule. Cela fut nommé, au sein de la psychologie, les forces inconscientes pulsionnelles ou forces vitales, ou pulsions de vie.

Le fait de dénier ce qui se passe au-dessous de la ceinture, soit par castration religieuse ou par détournement de l’énergie sexuelle sacrée au profit de la prédation, et non pas du partage, induit une incompréhension et un mésusage de ce qui est situé dans l’aspect le plus profond, le plus intime et le plus sacré, concernant l’alchimie entre le feu vital et le Feu Vibral. La partie correspondant au bassin a tout autant été que le cœur privée de la reliance à l’Esprit, privée de Lumière. C’est au sein de cette ombre, nommée inconscient ou subconscient, que se déroule un combat invisible se traduisant uniquement au niveau des comportements liés à l’élément nommé depuis fort longtemps par les Anciens : la peur. La peur, quelle qu’elle soit, trouvera toujours sa source au sein des engrammes cachés de prédation appelés et nommés lignes de prédation collectives. Ces lignes de prédation collectives, au niveau collectif, ont commencé à s’agréger dès que le noyau cristallin de la Terre a été libéré et a permis l’alimentation de la partie basse du corps par ce qui fut nommé l’Onde de Vie ou l’Onde de l’Éther ; que celle-ci soit vécue ou non n’y change rien.

L’intensification de la Lumière, quant à sa présence à la fois dans les vortex de la Terre qu’à la surface de la Terre, que dans les airs, les eaux, permet aujourd’hui d’avoir levé une partie du voile au niveau de la collectivité, faisant que ce qui était caché et occulté ne peut plus le rester. Cela participe d’un moment et d’un mouvement collectif de l’humanité, en réponse à l’afflux de la Lumière et à l’appel de la Lumière. Toutefois, la résolution et la levée des voiles situés au niveau de ces deux premiers centres énergétiques situés sous la ceinture, ne laisse pas la possibilité de rejoindre le cœur tant qu’il n’y a pas sacrifice de soi-même en tant que personne, au profit de l’Éternité. Ainsi donc l’ensemble des religions ont eu effectivement, comme toute société dite patriarcale, un côté castrateur qui vous a amputés littéralement du potentiel spirituel lié à l’acte sacré qu’est la sexualité.

Comme peut-être certains d’entre vous le savent, les rencontres de nature sexuelle se produisent, au-delà de votre monde, de façon naturelle. Il s’agit d’une relation et d’une rencontre qui n’a besoin d’aucun organe génital ni d’aucune fonction de reproduction pour vivre ce que vous avez bien du mal à vivre tant que les voiles de l’illusion vous enserrent dans leurs rets, au sein des deux premiers chakras. Au niveau des mondes unifiés, toute rencontre pourrait être qualifiée de sexuelle parce qu’elle se traduit par une activation du cœur, une fusion des Esprits et un traversement de l’un comme de l’autre, en toute liberté. Ainsi, au sein des mondes unifiés, toute rencontre est extase, toute rencontre est jouissance, toute rencontre ne passe pas par l’intellect, ne passe pas par la chair, mais directement par l’Esprit. Le point de contact n’est plus seulement un cœur à cœur mais bien plus un « « sacré à sacré » équivalent chez vous du « sacrum à sacrum » ou si vous préférez, relation génitale.

L’enfermement de la génitalité a créé l’enfermement au niveau de ce que vous nommez karma transgénérationnel, ou tout ce qui est lié à l’hérédité et à l’ADN falsifié se transmettant de génération en génération. Tant qu’il n’y a pas de reconnaissance du Père-Mère archétypiel représenté par Marie et la Source, il ne peut y avoir de possibilité de fusionner en son androgyne primordial, ni même de fusionner avec l’autre dans une relation sexuée ou non, directement par le cœur – cela est impossible. La vraie relation, la vraie communication, est une relation de cœur à cœur, liée à l’Abandon à la Lumière, au sacrifice de soi-même, à l’activation de la Couronne radiante du cœur.

Toutefois les lignes de prédation inscrites dans votre structure anatomique, quel que soit votre degré, si je peux dire, de libération, ne permet pas le plein accès à la relation sacrée. Certaines ébauches de ces relations sacrées vous ont été rendues possibles voilà quelques années, bien avant la naissance de l’Onde de Vie, processus de conscience nommés communion, union, fusion et dissolution. Aujourd’hui, en cette année 2016, les choses sont profondément différentes. Que cela soit de manière sexuée ou totalement asexuée, la jouissance de la rencontre est la même dès l’instant où la personne disparaît au profit de l’Éternité. La rencontre se fait de cœur à cœur et d’éternité à éternité, ce qui procure un sentiment de plénitude, une réalité de plénitude, et aussi un état d’orgasme, un état de béatitude tout à fait spontané et naturel.

La privation de l’Esprit au sein du petit bassin, découlant donc de l’enfermement initial de ce monde, se reproduit aujourd’hui à travers toute relation sexuelle tant qu’il n’y a pas de levée des voiles, tant qu’il n’y a pas de transcendance de l’ensemble des forces de prédation, de pouvoir et surtout de distance vis-à-vis d’une autre personne, tant que vous considérez cette autre personne seulement comme une personne et non pas comme un Esprit. Si vous ne teniez pas tant à ce que vos yeux et vos sens vous disent, il n’y aurait plus aujourd’hui aucun obstacle à la rencontre de type unitaire, dépassant de loin les processus vécus nommés communion, union et fusion. Il y aurait donc alors la possibilité réelle, ce qui est le cas pour de plus en plus de frères et sœurs humains parmi vous, de vivre cette communion et cette extase sans vivre la dissolution ou la disparition, mais en se maintenant au sein de la Présence ou de l’Infinie Présence. Dès cet instant, le contact dit charnel quel qu’il soit n’est plus indispensable, l’intention d’Esprit devient primordiale et essentielle, afin de permettre de vivre cette extase libérée des marques de prédation de la génitalité.

L’ensemble des religions connaissent parfaitement ce qui se déroule au sein de ces centres inférieurs, même s’ils ne les appellent pas chakras. Il suffit simplement alors, comme cela a été énoncé dans la question, de mettre le masque du sale, le masque du danger ou de la non-conformité par rapport ne serait-ce qu’à un couple, de cette notion de relation dite sexuelle qui ne demeure qu’au niveau sexuel et qui n’intéresse jamais le Centre cardiaque ni même la Couronne de la tête.

Dès l’instant où vous avez vu clairement en vous ce qui se déroule par rapport à votre propre prédation exercée vis-à-vis de vous-mêmes, prédation de l’éphémère sur votre propre Éternité, sur laquelle vous n’avez aucune causalité ni aucune responsabilité à entretenir. Se libérer de cela ne dépend pas seulement des processus de retournement ou de dissolution de l’âme mais représente une des empreintes les plus tenaces au sein de l’égrégore collectif de l’humanité, et ce indépendamment des lignes de prédation, parce qu’inscrites directement dans la physiologie et votre anatomie.

Ainsi donc, et comme nombre d’entre vous sur cette terre le vivez ou l’avez vécu, la relation dite sexuelle normale, même la plus épanouissante, même la plus conforme à un modèle de société, ne résoudra jamais ce qui est falsifié à ce niveau-là. Seul le passage au cœur permet cela, sans renier cet aspect sacré qui est lié à la sexualité, pratiquée ou pas mais néanmoins portée par vos organes sexués. Ainsi donc, jouer sur la culpabilité est une inversion. De la même façon qu’aujourd’hui la libéralisation des mœurs observable dans vos sociétés occidentales a exactement le même effet et le même résultat que la privation de la sexualité vécue sous l’influence des religions, jusqu’à la Renaissance et jusqu’à l’apparition de ce qu’il fut nommé, même avant la Renaissance, le libertinage. Mais saisissez bien qu’aucun libertinage, s’il est privé du cœur, ne vous mènera à une sexualité sacrée. La sexualité sacrée n’est pas seulement, par exemple, du tantrisme ou des ouvrages plus techniques, je dirais, sur la sexualité, la sexualité sacrée est la sexualité vécue par la vibration du cœur – et non plus par l’attrait sexuel – où la physiologie s’efface devant la spiritualité de la relation.

Ce qui se déroule en ce moment au niveau du petit bassin et du sacrum, et très effectivement par l’activation de ce que je ne peux nommer la Couronne du sacrum mais simplement le Feu sacré se déroulant à ce niveau-là, permet de rééquilibrer, même au niveau anatomique, ce qui était distordu, ce qui était falsifié et ce qui était culpabilisant. Aboutissant non pas à ce que vous observez comme inversion, en cette période de la terre où il n’existe plus ni limite mais simplement une recherche du plaisir, se plaçant toujours sous l’influence des deux premiers chakras et en aucun cas sous l’influence du cœur.

Toute relation, au sens où nous l’entendons, et ainsi que l’Archange Anaël vous l’avait expliqué concernant sa fonction de communication en tant qu’Archange de la communication et de la Relation, est une relation dite « sexuelle sacrée », n’ayant besoin d’aucun organe génital ni d’aucun contact physique, ce qui est, je vous le rappelle, la norme au niveau des mondes unifiés, qu’ils soient carbonés ou qu’ils soient bien au-delà des mondes carbonés. Toute relation est un acte sexuel se passant au-delà de la sexualité telle que vous la connaissez, et correspondant à ce que nous appelons le feu sacré. Toute rencontre d’Esprit à Esprit au sein de nos mondes, quelles que soient les dimensions, quelles que soient les formes et quelles que soient les manifestations de la conscience, se traduit toujours par une extase sans commune mesure avec la jouissance sexuelle, mais qui s’en approche par les résultats obtenus au niveau de la conscience.

Toutefois la falsification et l’altération de votre anatomie ne permet pas de rejoindre le cœur. Il n’y a que lorsque le sacrum activé au sein de ce feu sacré rejoint le Feu du cœur nommé Feu Vibral et vient alimenter l’alchimie qui découle de cela, et produisant ce qui a été nommé le Feu Igné. La réunion et la conjonction de ce qui se déroule au niveau du bassin, avec ce qui se déroule au niveau de la poitrine et ce qui se déroule au niveau de la tête, réalise la Nouvelle Tri-Unité exprimée par la Nouvelle Eucharistie au niveau de votre poitrine, l’union du Masculin Sacré, du Féminin Sacré et de l’Androgyne Primordial, débouchant sur quelque chose qui n’est plus seulement l’Androgyne Primordial mais bien ce que j’avais expliqué comme étant le Feu Igné. Le Feu Igné est la transformation du Feu Vibral par l’impulsion, non plus de l’Onde de Vie mais de la structure réactivée nouvellement au sein de votre sacrum, entre les Portes entourant le sacrum et les Portes situées sur les plis de l’aine.

Cette structure géodésique particulière qui se réalise alors, permet l’union de la Tri-Unité au sein de la même unité, dans le cœur, créant alors le pont et le point de passage de l’Infinie Présence au Cœur du Cœur, à l’Absolu. Saisissez bien qu’il n’y a pas besoin de relation sexuelle au sens où vous l’entendez, puisque ceci est ouvert quel que soit l’âge et quel que soit l’état de ces fonctions dites sexuelles, mais intéressent bien évidemment le sacrum et les plis de l’aine, ainsi que les deux premiers chakras. Il y a donc transmutation et aussi passage d’un feu à un autre, d’un endroit à un autre, traduisant l’harmonie et la rectitude de la relation de cœur à cœur, de cœur en cœur, vous échauffant le sacrum ou le bassin, échauffant votre cœur, échauffant votre tête et procurant l’indicible de l’Unité vécue en tant qu’état de Grâce et non plus seulement par expériences intermittentes, mais comme état permanent.

Voilà donc pourquoi l’ensemble des religions se sont basées sur une falsification de l’acte sexuel, de façon fort inconsciente. Voyant les résultats d’une sexualité dite débridée et les dégâts réellement occasionnés dans les temps anciens par ces pratiques, il y a donc eu une forme de condamnation de la relation hors mariage, des relations dites homosexuelles, des relations en dehors d’un cadre légal. Malheureusement la libération des lignes de prédation chez ceux d’entre vous, frères et sœurs humains qui restez incarnés, a impliqué une modification des comportements sexuels importante, et amplifiée par un certain nombre de modificateurs faisant qu’au niveau de ce que vous observez à la surface de ce monde, il y a une progression sans commune mesure avec la volonté de l’âme réelle concernant l’homosexualité, mais ne touchant plus, hélas, que les personnalités, cherchant à satisfaire, par un amour détourné, quelque chose qui n’arrivera jamais à être satisfait. Et impliquant donc la reproduction de l’acte, la reproduction des partenaires, de façon totalement ludique, ne se rendant plus compte de l’aspect sacré de l’acte sexuel.

La libération, à la fois des lignes de prédation collectives ainsi que la libération de certains d’entre vous, frères et sœurs humains incarnés, en tant que Libérés Vivants, a permis de démasquer et de dévoiler ces altérations et ces aberrations inscrites dans les sociétés moyenâgeuses jusqu’à la Renaissance.

… Silence… …


Questionnons.

Question : lors d’une écoute et accueil de l’Impersonnel, les yeux d’un frère se sont posés sur les miens avec une grande douceur. Cela a-t-il une signification particulière ?

La seule signification que je puisse apporter, c’est que lors de l’écoute, lors de la lecture, il y a une espèce de syntonie ou de synchronicité qui se produit, ouvrant justement la perception des canaux de l’Esprit. Les yeux sont la fenêtre de l’Esprit sur le monde, même au sein de votre monde. Ainsi donc voir les yeux d’un frère ou d’une sœur en écoutant l’Impersonnel, vous met dans un état propice à la réception de tout Esprit, comme je le dis à chaque venue : « en chacun, je suis chacun de vous et vous êtes chacun de vous ». Ceci est en quelque sorte une première expérience ou un prémice, il en existe d’autres, permettant de voir la relation de cœur à cœur, effectivement empreinte de douceur. Le danger serait de traduire cela avec des fonctionnements antérieurs et périmés, liés à la structure justement patriarcale de la société, tel que j’y ai répondu dans la question précédente.

Il n’y a donc pas d’autre signification que de vivre cette douceur, que de vivre ce qu’il se déroule à ce moment-là, sans projeter quoi que ce soit d’autre, éventuellement par une quelconque relation sur un autre plan. La relation la plus importante est la relation d’Esprit à Esprit ou de cœur à cœur, qui ne s’embarrasse d’aucune considération utile à la personne concernant une rencontre située sur d’autres plans, autre que celui qui est vécu, c'est-à-dire d’Esprit à Esprit. Il n’y a donc pas à proprement parler de signification particulière mais simplement une image correspondant à la réalité de ce qui est vécu, je vous le répète, à chaque fois, de chacun à chacun. Je suis chacun de vous, et chacun de vous est chacun de moi.

… Silence… …


Questionnons.

Question : vous avez dit : « Le Libéré Vivant mange quand son corps le réclame, quand son Esprit a besoin de ressentir du plaisir alimentaire ». Pourriez-vous développer sur le plaisir de l’Esprit ?

Je ne suis pas sûr d’avoir dit exactement cela, cela a été déformé. Il n’y a pas de plaisir à proprement parler alimentaire, il y a plaisir du goût. Le plaisir du goût n’a pas besoin d’être reproduit par une multitude de bouchées ou par une multitude de remplissages de ventre. Ce n’est pas exactement la même chose. Il ne faut pas confondre le plaisir alimentaire de l’Esprit, qui correspond à une perfection du goût vécue et ressentie, qui n’a absolument pas besoin d’ingérer des quantités habituelles tel que cela est le cas pour un non libéré. Une seule bouchée suffit pour rassasier ce plaisir alimentaire de l’Esprit, parce qu’il y a communion avec l’aliment, et cette communion n’a pas besoin de prédation, c'est-à-dire qu’il n’y a pas besoin de répétition, il n’y a pas besoin de remplir le ventre parce que le goût demeure beaucoup plus longtemps, non pas seulement dans la bouche mais dans l’Esprit.

Un Libéré Vivant est même capable, s’il le souhaite et s’il y pense, de reproduire la sensation du plaisir alimentaire, indépendamment de tout aliment placé en bouche. À ce moment-là il y a nourriture dite prânique ou nourriture dite de Lumière.

Ainsi donc, dans le Libéré Vivant, le ventre sait exactement la quantité qui doit être ingérée, qui ne dépend pas d’une satisfaction d’une faim mais bien plus directement du remplissage du ventre qui dicte lui-même la quantité. De la même façon que le cœur décide, et de façon synergique, avec ce qu’a décidé le ventre, mais ce n’est jamais les habitudes alimentaires qui décident, parce que là il y a satisfaction seulement des sens, en relation directe justement avec la prédation, c'est-à-dire de remplir son corps non plus avec l’essence mais avec la matière de l’aliment. Le Libéré Vivant se nourrit avant tout de l’essence de l’aliment, l’aliment ne vient qu’en second. Il y a donc possibilité, pour le Libéré Vivant, de rechercher un certain type de goût, un certain type de plaisir, mais qui n’a rien à voir avec la satiété alimentaire habituelle de celui qui mange pour se nourrir, celui qui mange pour vivre, ou pour se satisfaire. Il y a donc une modification sensorielle du goût, de la même façon qu’il y a modification sensorielle de l’ensemble des sens. Ceux-ci deviennent plus raffinés, plus subtils et n’ont pas besoin de quantité mais bien plus de qualité.

Ainsi donc, même s’il y a superposition, vu de l’extérieur, entre le plaisir alimentaire de la personne et le plaisir alimentaire de l’Esprit, les conséquences ne sont ni les mêmes, ni le mode d’alimentation à proprement parler. Le Libéré Vivant n’a jamais besoin de se conformer à un horaire sociétal ou à un horaire dit physiologique, quand il y a sensation de faim, mais bien plus quand il est disponible pour toucher l’essence de l’aliment, quel que soit cet aliment.

Ainsi donc je ne parlais pas vraiment de ce type de plaisir alimentaire, je parlais de ce que souhaite le corps et non pas la personne. En le Libéré Vivant le corps parle, il ne s’exprime plus par la souffrance, il ne s’exprime pas par le désir, il s’exprime directement au niveau du cœur et de l’Esprit. Ainsi une douleur n’est pas vécue de la même façon, puisque le Libéré Vivant n’a pas de conscience attachée ou chevillée à son corps. Il en est strictement indépendant, tout en étant présent au sein de ce corps. Il a donc la capacité de percevoir, par le cœur et par le ventre, ce qui est à l’origine non pas de la douleur mais de la manifestation en elle-même. La prise de conscience de la manifestation suffit au Libéré Vivant à ne pas être affecté par quelque douleur que ce soit, fut-elle la plus terrible qui soit, ce qui n’est bien évidemment pas le cas au sein de la physiologie ordinaire, et même au sein des éveillés.

… Silence…

Le Libéré Vivant n’a donc pas besoin d’horaires, il n’est pas obligé ou tenu de respecter la physiologie ordinaire car il en est indépendant, et la puissance de l’Esprit suffit, si je peux dire, alors à supprimer les conséquences, par exemple, des anomalies métaboliques d’origine alimentaire. Le Libéré Vivant absorbe n’importe quel type d’aliment, et il n’est surtout pas végétarien ou vegan car il a saisi et vécu, dans sa chair et dans son Esprit, que le principe du végétalisme rend plus sensible, plus ouvert, mais ne permettra jamais de libérer personne. Il y a donc dans ces régimes particuliers, adoptés par nombre d’entre vous, qui sont utiles pour la montée vibratoire et qui deviennent inutiles, voire dangereux, dès l’instant où la Couronne radiante du cœur est ouverte, parce qu’à ce moment-là la physiologie, comme je l’ai dit, n’est plus la même. La régulation de la physiologie du sucre, la régulation de la physiologie de la digestion des céréales, quelles qu’elles soient, ainsi que les aliments carnés, n’est plus du tout la même.

En résumé, cela veut dire que l’aliment carné, même si ce n’est pas un volatile comme vous l’avait dit voilà fort longtemps le Commandeur des Anciens, ne gêne en rien celui qui s’y adonne, contrairement à celui qui n’est pas éveillé ou libéré. L’Esprit commande, même au niveau du ventre. La physiologie devient profondément différente, cela avait été expliqué par celui qui s’était nommé Bidi. L’Archange Anaël vous avait parlé aussi d’alimentation, durant les Noces Célestes. Le Commandeur des Anciens avait attiré votre attention sur les vertus du jeûne, permettant non plus seulement d’élever les vibrations mais de clarifier en vous votre positionnement, de clarifier en vous ce que vous êtes afin de ne plus être altérés par la prédation alimentaire. Car manger n’est pas seulement un acte de survie mais, envisagé du point du vue où nous sommes, est aussi un acte de prédation.

En 3D dite unifiée, la nourriture ne passe pas par la sphère digestive, même si le tractus digestif existe. La nourriture se fait directement depuis le prâna, depuis la Lumière adamantine et depuis l’Esprit, même s’il existe au sein de certains peuples, comme cela fut le cas pour les peuples intraterrestres Delphinoïdes, des repas qualifiés de rituéliques, célébrant en quelque sorte l’union à la nature, mais pas de besoins physiologiques dans ce type de repas. C’est en ce sens que le Commandeur vous avait dit, ainsi qu’Anaël, qu’à la limite vous n’avez plus du tout besoin de manger.

Seule la prédation existant au sein des deux premiers chakras vous invite à manger et vous invite à pallier à des déficits quels qu’ils soient au niveau métabolique. Mais comme vous le savez, il existe des risques d’excès, de dysmétabolie et d’anomalies reliées directement à ce que vous ingérez. Cela ne peut jamais être le cas pour le Libéré Vivant, puisque l’Esprit circule au sein de son sang. Il n’y a plus seulement l’âme qui est véhiculée dans le sang mais bien l’Esprit qui passe dans ce sang au sein de l’hémoglobine, et qui va alimenter non plus seulement en oxygène les cellules mais directement en Lumière Vibrale. La nourriture ne pourra jamais apporter cela, fût-elle la plus saine et la plus sélectionnée, et la plus naturelle qui soit.

Si vous êtes par ailleurs attentifs, libérés ou pas libérés, vous constatez pour nombre d’entre vous, si ce n’est l’immense majorité d’entre vous, les effets directs des aliments. Je ne parle pas ici d’allergies mais je parle de l’effet immédiat se produisant en votre conscience, si vous y êtes attentifs, selon l’aliment que vous absorbez. Non seulement sur votre conscience mais aussi sur la sensation de votre ventre, se manifestant soit sous forme de légèreté, soit sous forme de lourdeur, soit sous forme de difficultés de digestion, se traduisant par des douleurs se projetant sur la Porte Attraction ou sur la Porte Vision, ou encore sur la Porte OD. Si vous percevez cela lors d’un repas, cela signifie que vous vous nourrissez au travers de la prédation et non au travers de l’Esprit, et ceci indépendamment de tout plaisir.

C’est en ce sens que les jeûnes préconisés par le Commandeur des Anciens vous ont peut-être permis, si vous l’avez fait, de vérifier par vous-mêmes ce que je viens d’énoncer et de voir directement, par ce que vous dit votre corps, l’effet de l’aliment en vous. Cela bien sûr ne préjuge en rien d’une éventuelle allergie ou intolérance alimentaire classique ou habituelle. L’aliment vous répond, votre corps vous répond, votre cœur vous dit oui ou non. À vous de voir ce que vous choisissez : le plaisir alimentaire ou le plaisir de l’Esprit. Le plaisir de l’Esprit ne vous prive pas des aliments mais il vous fait toucher l’essence de l’aliment, ou la quintessence de l’aliment, c'est-à-dire sa force prânique, son essence et sa fonction non plus au niveau physiologique mais sa fonction spirituelle.

… Silence…

Pour en finir avec les aliments, vous avez peut-être remarqué que l’aspect physique des aliments, la couleur des aliments, la texture des aliments et le goût, bien sûr, sont prépondérants et amplifiés dès l’instant où vous mangez en conscience. C'est-à-dire de prier avant de manger, non pas pour purifier quoi que ce soit mais pour vous relier à l’essence des aliments. Mettant en bouche tel aliment ou tel autre aliment, vous contacterez, au-delà du goût, alors ce que j’ai nommé l’essence ou la quintessence de l’aliment, et donc l’archétype lié au produit ingéré, vous donnant accès à des informations de même type que ce qu’il peut se produire avec les peuples de la nature, vous renseignant, au-delà du goût, sur les effets des aliments. L’Archange Anaël avait parlé des aliments liquides ; aujourd’hui, même au travers de simples légumes ou de simples fruits, il vous est possible, au-delà de l’appétence et du plaisir alimentaire, de voir directement, en regardant cet aliment, ce qu’il produit en vous sans même le mettre en bouche.

Vous pouvez donc directement absorber la quintessence, le prâna, le Vibral de tout aliment quel qu’il soit, passant donc d’un besoin alimentaire ou d’un plaisir alimentaire à ce que j’avais nommé, concernant les Delphinoïdes de l’Intraterre, le repas rituélique qui devient un repas sacré. Le repas devient alors une forme de communion, de conscience à conscience. L’aliment n’est plus seulement ce qui va vous permettre de subvenir aux besoins de votre corps mais il devient l’alchimie même de la relation. Il n’y a pas de différence entre la tomate et le cœur humain. Dès l’instant où vous portez ce regard nouveau sur l’aliment, vous constaterez aussi qu’une simple feuille de salade communique avec vous, même sans la manger.

… Silence… ...


Questionnons.

Question : je suis accompagné depuis longtemps par une lumière bleue très lumineuse sur ma gauche. Qui est-ce ? Cette lumière est-elle en rapport avec ma lignée ?

Bien-aimé, au travers de ta question ; je ne peux pas te dire ni qui est-ce ni ce que c’est. La lumière bleue présente à ta gauche se situe-t-elle au niveau de tes yeux ouverts, de tes yeux fermés ? Vois-tu cette lumière loin de toi ou proche de toi ? Car effectivement, les yeux ouverts ou les yeux clos, il vous est possible de percevoir les douze Étoiles, non plus autour de la tête mais bien devant votre regard, l’une ou l’autre, quelques-unes ou l’ensemble. Celles-ci sont effectivement colorées et se présentent sous forme de petites sphères colorées représentant les douze vertus spirituelles archétypielles de l’Esprit, telles que nommées les douze Étoiles de Marie. Ceci est logique et donc quand tu me dis percevoir une lumière bleue qui t’accompagne, est-ce simplement l’une des vertus spirituelles actives que tu vois ou est-ce réellement une Présence ?

Il y a une grande différence, et donc je te donnerai ma réponse de cette façon : quand il y a Présence, il n’y a pas seulement vision, il y a communion, il y a échange, et il y a déploiement d’une forme, cela ne reste jamais sous la forme d’une lumière ronde ou scintillante. La forme doit se révéler et se dévoiler à toi. Ce qui n’est pas le cas, bien sûr, si tu perçois simplement l’une des douze vertus spirituelles sous forme de lumière, t’accompagnant du côté gauche mais restant très proche de ta tête. Ainsi donc j’espère qu’au travers de ces éléments, la réponse t’est apportée, mais ne compte sur personne d’autre que toi-même pour savoir ce qu’est cette Présence. Je ne peux que t’en donner les éléments qui permettent de différencier les deux cas de figure, mais c’est à toi d’entrer en communion ou en relation avec cette lumière. Soit elle se déploie et est perçue comme une Présence à côté de toi, au niveau de tes champs auriques, soit il persiste simplement une lumière ne donnant aucune perception ou sensation au niveau du corps, dans ces cas-là il s’agit de l’une des douze potentialités spirituelles, l’une des Étoiles, fonction Étoile activée au niveau de ce que tu peux voir.

… Silence… …


Questionnons.

Question : j’ai reçu l’information que mon d’origine était Amasatum. Pouvez-vous m’éclairer sur cette origine et sa spécificité ?

Bien-aimée, si tu emploies ce mot, c’est nécessairement que tu l’as lu quelque part. Amasatum fait partie du langage syllabaire Gina Abdul originel. Il signe les Mères généticiennes de Sirius. L’origine Amasatum, je vous le rappelle, est commune à tout frère et sœur humain de la Terre portant l’ADN de Marie. Ce n’est donc pas une particularité car nous pouvons dire que chacun d’entre vous possède, non pas nécessairement cette origine mais au minimum une lignée, au minimum l’ADN de Marie. Je ne peux rien en dire de plus que ce que tu as déjà lu par toi-même.

Je te rappelle toutefois qu’il y a effectivement dévoilement des lignées et des origines, mais que cela ne doit plus aujourd’hui, ce qui n’était pas valable il y a deux ans ou encore un an, te faire questionner mais simplement acquiescer à cela, ne pas te l’approprier et dépasser aussi cela. De la même façon qu’il vous est demandé de traverser ce qui remonte en cette période, comme étant les derniers éléments cachés, mis sous le boisseau, qui vous étaient inconnus et qui s’évacuent en vous traversant. Cela concerne aussi bien vos mémoires que ce qui a pu, en quelque sorte, rester enkysté, de mémoires ou d’angoisses concernant vos vies ou votre vie. Mais vous n’êtes pas cela. Simplement, le fait de les voir éclairés, d’aller de plus en plus en Profondeur, donne de plus en plus de Précision à l’élimination de ces engrammes restant au niveau de vos lignes d’autoprédation.

Il n’est pas possible de vous donner les comportements correspondant à chaque origine stellaire, même si nous en avons parlé un peu hier, concernant certaines origines stellaires. L’origine stellaire fait partie de la genèse de votre conscience, mais je vous rappelle que vous êtes au-delà de toute conscience et que vous êtes l’ensemble des consciences en le même temps. La révélation de votre origine ou la révélation de vos lignées, qu’elle se produise maintenant ou qu’elle se soit déjà produite, peut certes vous intéresser et vous questionner, mais aujourd’hui plus que jamais, il vous est aussi demandé de traverser cela en toute légèreté et de ne pas fixer votre attention sur une nouvelle croyance, sur une nouvelle possibilité de fonctionnement.

Demeurez simplement humains, quoi que vous traversiez, quoi qu’il vous soit révélé, voyez-le clairement, acquiescez à cela et traversez aussi cela. Ne vous attachez à rien de ce qui émerge comme élément, que cela soit de vos mémoires, de vos traumatismes ou de vos origines ou lignées stellaires. Il n’y a pas de meilleure façon, aujourd’hui, de se libérer soi-même de tout cela.

Même s’il existe, au sein de ta liberté, le choix délibéré de rejoindre ton origine ou tes lignées, n’oublie pas que, en définitive, tu seras aussi libérée, quelle que soit ton assignation et quelle que soit la liberté de ton devenir. Aujourd’hui, rentrer en humilité, rentrer en simplicité et rentrer dans le sacrifice de la personne que vous croyez être passe par l’abandon de tous les repères quels qu’ils soient, afin de demeurer le plus possible tranquilles, permettant alors de vous rapprocher du Cœur du Cœur et de ce point de passage de l’Infinie Présence où, je vous le rappelle, n’existe nulle vision, nulle lignée, nulle origine stellaire, nulle couleur ou nulle manifestation de conscience.

Vous poser au sein du Cœur du Cœur ou en l’Infinie Présence vous donne à voir ce que vous êtes en tant que Lumière primordiale et première émanation depuis la A-conscience, vous donnant la certitude de ce que vous êtes. Ne dérivez pas de cette certitude en cherchant à expliquer, à comprendre avec votre intellect, car sinon vous retombez dans l’autoprédation. Vous ne nourrissez plus l’Esprit mais vous nourrissez l’âme et le corps. À vous de voir, à vous de choisir.

Du point de vue de l’Absolu, il n’existe aucune différence entre le grain de sable et un Archange, il n’existe nulle différence entre un soleil et la Source.

L’appel de la Lumière, en cette période et déjà depuis de nombreux mois, est de vous faire extirper, par abandon et sacrifice, de toutes les manifestations, fussent-elles les plus prestigieuses, de quelque incarnation passée en ce monde ou de quelque origine, fût-elle la plus prestigieuse au sein des Mères généticiennes de Sirius. Pour l’Absolu, il n’y a rien de prestigieux, il y a simplement les jeux de la conscience au sein de la Liberté. Il n’y a pas plus de valeur dans le grain de sable que dans un soleil, que dans une Mère généticienne, il y a la même vie et il n’y a aucune différence, au point de vue de l’Absolu. La seule différence vient de la conscience elle-même, en projection ou en manifestation.

« Cherchez le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous et le reste vous sera donné de surcroît. ».

Le Christ disait aussi, et cela vous a été répété à de nombreuses reprises par le Commandeur des Anciens : « Ce qui est important, ce n’est pas ce qui rentre dans votre bouche, c’est ce qui sort de votre bouche ». Le Christ ayant rajouté, dans des écrits qui n’ont rien à voir avec les évangiles mais qui sont liés aux évangiles apocryphes et en particulier de Thomas : « Celui qui gagne, c’est celui qui est mangé et pas celui qui mange ». Parce que ce qui est mangé délivre son information au sein d’une structure dite extérieure. Il imprime donc la marque de son information par le fait même d’être mangé. Le gagnant n’est pas celui qui mange mais celui qui est mangé. Cela rejoint totalement ce qui avait été exprimé par Maître Philippe de Lyon concernant le fait d’être le plus petit d’entre vous – et rejoignant les enseignements et le dévoilement de ce qu’est la véritable humilité –, qui n’a rien à voir avec une attitude ni une présentation mais qui est bien lié directement aux mécanismes intimes de votre fonctionnement, aussi bien sur le plan alimentaire que sexuel, que relationnel, que spirituel.

… Silence… …


Questionnons.

Question : que signifie le fait de se voir nue avec des cheveux très longs qui couvrent mon corps, en tenant devant moi un ordinateur qui cache mes parties intimes ?

Je ne suis pas sûr d’avoir compris ce qui a été dit. Peux-tu répéter ?

… que signifie le fait de se voir nue avec des cheveux très longs qui couvrent mon corps, en tenant devant moi un ordinateur qui cache mes parties intimes ?

Je ne comprends toujours rien. J’ai parfaitement entendu chaque mot de cette phrase mais je ne comprends pas. Est-ce une vision, est-ce un rêve ? Que signifie « voir » cette image ?

Il n’y a, d’après les mots écrits, pas de symbole. Je n’ai donc pas de possibilité d’expliquer quoi que ce soit par rapport à cette question, parce que je ne comprends pas ce qui est vu, dans quelle circonstance cela est vu. Est-ce la nuit, en rêve, est-ce en méditation, est-ce de façon inopinée ? Les seuls éléments que nous puissions retenir sont les cheveux qui recouvrent beaucoup de choses et pas seulement la tête, un ordinateur avec un écran à moitié caché, de la même façon que les cheveux cachent le corps. Ce que je peux dire simplement à ce frère ou cette sœur bien-aimé, c’est : qu’as-tu encore à cacher ? Cela est exactement l’inverse que d’avoir des images, par exemple, de quelqu’un qui se présenterait à vous par le regard, comme dans la question précédente avec les yeux, ou nu. Le corps couvert de cheveux, de même qu’un écran d’ordinateur à moitié masqué, ne peut que signifier qu’il y a des éléments, en soi comme à l’extérieur de soi, qui n’ont pas été vus ou qui refusent d’être vus.

… Silence… …


Questionnons.

Question : que signifie ce rêve : dans ma chambre, j’étais allongée sur le lit avec celui qui vous canalise et nous nous embrassions, mais sans connotation sexuelle. Sa compagne était présente ainsi que quelques personnes. Nous étions nus et dans une douce tendresse comme des enfants. Nous sommes ensuite sortis dans le salon et on nous regardait, un peu étonnés.

Celui qui est nu, sans connotation sexuelle comme tu l’as dit, se met à nu. Il n’y a plus personne au sens « personnalité », il y a vérité de l’Esprit, comme dans ce que j’ai expliqué par rapport au regard d’un autre frère. La nudité, ici, n’est pas ni sexuelle ni malsaine, elle correspond au fait de se mettre à nu. Il y a donc une communion qui se fait, non pas par ces corps dénudés mais comme tu l’as exprimé, par la tendresse de cœur à cœur. Il s’agit d’une forme de communion située au niveau de l’âme ou de l’Esprit. Même si les corps sont dénudés, il est quand même, il faut le dire, très rare de voir un Esprit tel qu’il est, en rêve. Le plus souvent vous apparaissent, au sein de vos rêves, même s’ils sont symboliques ou annonciateurs de quoi que ce soit, les éléments matériels qui vous sont connus.

Ainsi donc la nudité, pour la personne, correspond à l’aspect honteux qu’il faut cacher. Pour l’Esprit cette nudité-là n’est pas la nudité de la personne mais la nudité de la personnalité qui n’a plus rien à cacher. C’est donc une atmosphère de communion réelle, n’ayant rien à voir effectivement avec le côté charnel ni même avec une quelconque relation se situant au niveau de la personnalité, mais bien une relation ou une résonance d’âmes, ou alors une communion d’Esprits. Le cerveau, en rêve en particulier, ne pouvant vous ramener que des images, même si cela est symbolique, en relation le plus souvent avec des éléments matériels, en l’occurrence les corps. Mais il ne s’agit pas de corps.

Le regard des autres, au moment où vous sortez de cette pièce pour rejoindre un salon, n’est que le regard interrogatif de celui qui ne voit pas au-delà de la chair.

Cela rejoint en partie ce que j’ai expliqué concernant la sexualité et les religions. Celui qui est de l’autre côté de l’intime, c'est-à-dire qui n’est pas dans la chambre mais dans le salon, est à l’extérieur de l’intime. Ne voyant pas l’intime, il semble être gêné par ces corps dénudés. Celui qui a pénétré son intime, c'est-à-dire la chambre à coucher, se met à nu. Non pas dans une idée quelconque précise de relation charnelle mais bien plus pour se montrer tels qu’ils sont au-delà de la personne, c'est-à-dire dans la liberté de l’Esprit ou de l’âme retournée vers l’Esprit.

De la même façon que j’ai évoqué ce que nombre d’entre vous avez vécu à partir des années 2010, concernant les communions et les fusions se produisant sans aucun contact physique, par rêve ou de façon réelle la nuit, n’ont rien à voir avec une connotation charnelle ou sexuelle. Il s’agit d’un contact d’âme à âme ou d’Esprit à Esprit, ou encore d’Esprit à âme ou d’âme à Esprit, ne concernant en rien la personne, transcendant justement les limites de la chair.

Le regard de l’autre ne peut être qu’interloqué s’il n’a pas vécu la même intimité d’Esprit ou d’âme dans la chambre. D’ailleurs celui-ci ou ceux qui vous accueillent se tiennent dans un salon, alors que vous, sortez d’une chambre.

… Silence… …


Questionnons.

Question : lors d’un problème de santé, plusieurs jours de suite j’ai cru étouffer au premier souffle du matin, je ne pouvais plus respirer. Qu’en est-il ? Vais-je m’obliger à respirer ?

Bien-aimée, et bienheureuse, tu as failli vivre ton dernier souffle, et donc la Liberté. Toutefois je te rappelle que lors d’un retour au sein de ce corps, en particulier le matin, il peut exister, je dirais, un mauvais emboîtage, donnant une espèce de sursaut respiratoire et un sentiment profond d'étouffement, signant simplement ton retour au sein de ce corps. Il s’agit donc soit d’un retour, soit d’un départ raté.

Tu vois donc par toi-même qu’au travers de cette question, tu t’es inquiétée pour ta personne. Es-tu cette personne ? Que cela soit lié à ton dernier souffle, que cela soit lié à son retour au sein de la personne, cela ne te concerne pas. Au travers de ta question, tu peux voir par toi-même une certaine forme d’attachement à ton identité et à ta personne. Il a dû y avoir angoisse. Le fait de manquer de souffle n’est pas lié uniquement au dernier souffle ou au retour, mais aussi le sentiment d’être privé de ta liberté originelle.

Le souffle, ce n’est pas seulement la respiration, c’est aussi le Verbe, le souffle de Vie, le souffle de l’Esprit. Le souffle est ce qui anime la vie du corps comme la vie de l’Esprit. Dans un cas, il s’agit du souffle respiratoire, dans l’autre cas il s’agit du souffle de l’Esprit nommé de différentes façons, comme l’Esprit du Soleil, le Chœur des Anges, le Verbe Créateur, l’impulsion du Christ.

À toi de définir comment tu te sentais après. Tel que la question est posée, il y a eu angoisse. Si elle était posée autrement, toujours dans le même questionnement, alors il y avait Verbe. Que cela soit d’ailleurs un retour ou un départ, réel ou pas, n’y change rien. L’interruption du souffle, la modification du souffle avec incapacité de respiration, bien sûr au-delà de tout cadre médical ou pathologique, ne fait que traduire un changement de rythme et un changement d’état. Dans les deux causes que je t’ai données, il y a eu effectivement changement d’état, départ raté ou retour rapide au sein de ce corps de chair.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pouvez-vous m’éclairer sur ce rêve ? Je suis en un lieu où je suis seule à être en vie. Les arbres sont calcinés, il y a de la fumée partout et à mes pieds, un grand crocodile carbonisé. Un immense oiseau doré apparaît dans le ciel. Il vient jusqu’à moi, je monte sur son dos et il m’emporte. Une fois sur cet oiseau doré, je constate qu’il ressemble à une tortue.

Bien-aimée, cela annonce ta propre résurrection survenant après ce que le Commandeur, de façon humoristique, avait nommé le grille-planète final, c’est-à-dire la transformation du Soleil en géante rouge, réabsorbant Mercure et libérant la totalité des corps d’Êtreté qui étaient encore enfermés. Cela introduit, par le rayonnement émis, une destruction et une carbonification de l’ensemble des chairs présentes à la surface de la Terre. Le fait que tu sois vivante, et qu’un oiseau doré qui tel un phénix vient te cueillir, annonce ta propre résurrection, par destruction et transmutation de ta structure éphémère.

L’oiseau, tel un phénix, se retrouve avec un corps ou une tête de tortue. La tortue est liée à la Résurrection, elle aussi. Dans nombre de traditions asiatiques, la tortue est aussi la chance et l’opportunité que tu as saisie de te libérer toi-même au moment du grille-planète, et de vivre ton Éternité.

L’oiseau, comme la tortue sur laquelle tu voyages, est ton propre corps d’Éternité ou d’Êtreté.

En ce rêve, il y a certitude de ton Ascension. L’ancien est mort, le nouveau est né, il vogue vers sa destination d’Éternité, vers la Liberté. Les forces de prédation, représentées ici comme un reptile, un crocodile plus précisément, est lui aussi carbonisé. La ville est une structure sociétale d’organisation de la société patriarcale, elle aussi est carbonisée. Ainsi donc tu es libérée au moment où tout sera carbonisé.

… Silence… …


Questionnons.

Question : comment se manifeste l’intensification actuelle de « Précision » et « Profondeur » ?

Bien-aimé, il y a, si tu le perçois déjà, la vibration de ces deux Portes, mais aussi de ces deux Étoiles au niveau de ta tête. Porte ta conscience sur ta tête, porte ta conscience sur ton petit bassin, pour voir si tu perçois quelque élément que ce soit, en ces trois régions : pli de l’aine gauche, pli de l’aine droite, et arrière et avant de la tête en transversal. Comme tu l’as constaté, la Clarté est située à gauche, au niveau de l’Étoile, la Profondeur est située à l’arrière et à droite. De la même façon, la Précision, qui est située en tant qu’Étoile à droite, se retrouve au niveau du pli de l’aine, Profondeur aussi. Il y a donc une alchimie qui se produit, réelle et concrète entre les Étoiles et les Portes. Les vibrations, si tu les perçois, deviennent très physiques, en particulier au niveau des plis de l’aine.

Si tu ne perçois aucune vibration, tu constateras simplement, au niveau de ta conscience ordinaire, que ce qui n’a pas été résolu au sein de la personne remonte à ta conscience. Rien ne peut rester caché. La Lumière, en sa présence de plus en plus intense, vient éclairer ce qui n’avait pas été vu, de manière consciente ou inconsciente n’y change rien. Cela peut passer donc par une réminiscence ou une recrudescence de ce qui semblait avoir été dépassé et transcendé. Rappelle-toi qu’il n’y a pas de culpabilité à avoir, mais simplement acquiescer et regarder ce qui remonte sur l’écran de ta conscience, si cela se produit.

Cela est aussi, par la Précision et la Profondeur, et la Clarté, une capacité nouvelle à voir les tenants et les aboutissants de tout comportement, de toute relation, dépourvue de tout jugement vis-à-vis de soi-même ou vis-à-vis de l’autre mais te donnant à voir, avec plus de détails si je peux dire, les émotions qui sont engendrées, les activités mentales qui sont engendrées, et les attitudes de défense ou le réflexe de défense vis-à-vis de ces éléments. Les modifications ne sont pas que d’ordre vibratoire ; comme je viens de le dire, elles concernent aussi ton comportement habituel et ta façon de te positionner et de réagir au sein de ta vie ordinaire.

La Précision et la Profondeur mettent fin à l’autoprédation. Il y a donc une forme de réorientation de ta conscience quant à ses désirs, quant à ses besoins, quant à ses manifestations.

La Précision et la Profondeur, enfin, sont les deux dernières assises préalables à ton Ascension ou à ta Libération. La Précision n’est pas tant liée à la précision des mots que tu pourrais employer, ou même aux pensées que tu pourrais avoir, mais bien plus à la précision chirurgicale, si je peux dire, de la Lumière elle-même à te montrer et à te révéler soit ce qui a été caché, soit ce qui est encore dysfonctionnel au sein de la personne, montrant simplement ce qu’il y a encore à ajuster par l’action de Grâce et par l’état de Grâce de la Lumière en tes structures éphémères.

… Silence… …


Questionnons.

Question : les ondines se manifestent-elles par de nombreux petits ronds dans l’eau, qui s’agrandissent ?

Du fait même de la forme des ondines, la manifestation habituelle de leur présence dans l’eau est effectivement ces ronds qui semblent s’agrandir comme si une pierre avait été jetée dans l’eau. La forme aérodynamique, si je peux dire, des ondines, et leur mécanisme de déplacement au sein de leur élément aquatique, ou aérien pour certaines des ondines, est directement responsable de ce que tu observes à la surface de l’eau. Indépendamment donc de toute pierre jetée, de tout courant, il s’agit simplement, effectivement, des mouvements des ondines sous l’eau.

… Silence… …


Questionnons.

Nous n’avons plus de questions.

Bien-aimés, si vous avez des questions orales, il est temps maintenant de les formuler.

Question : c’est un rêve : nous nous promenions en petit groupe avec celui qui vous canalise et sa compagne, et leur enfant qui faisait du tricycle. Notre ami a fait mine d’aller aux toilettes et il s’est déshabillé totalement devant nous. Il faisait la roue et des cabrioles. On s’est regardés, pensant qu’il était devenu fou. Pouvez-vous expliquer ?

Aller aux toilettes est aussi un espace intime, comme la chambre du rêve précédent. Se mettre à nu montre là aussi qu’il n’y a rien à cacher. Pour le regard de la personnalité, être devenu fou est la libération totale des conditionnements. D’ailleurs, je vous rappelle que dans ce que vous nommez le Tarot, le dernier arcane est le Fou, le Fol ou le Mat, celui qui est libéré des forces d’enfermement et qui n’est justiciable de rien concernant sa personne. Il y a donc là aussi sentiment particulier de celui qui vit ce rêve de voir la nudité préalable à l’intimité, la même signification peut y être apportée. Quant à la folie, ce qui est raison aux yeux de la Source est folie pour vous.

La liberté, surtout en rêve, s’accompagne le plus souvent du sentiment de ne rien avoir à cacher. La nudité d’un corps n’est que la nudité de l’Esprit et la clarté de l’Esprit, d’ailleurs illustrées par les mouvements que tu as décrits, et correspondant là aussi à la liberté. Le fou, aux yeux de l’homme, est le sage aux yeux de la Source. Il n’y a ni barrière, ni limite, ni contrainte. Le fait qu’il y ait compagne, le fait qu’il y ait enfant, signe simplement que la relation vécue d’Esprit à Esprit entre ces deux êtres a conduit à l’enfantement, non pas dans la chair mais à l’enfantement de l’Esprit qui, comme tu le vois, roule sur un tricycle, c’est-à-dire sur trois roues. Il y a donc réalisation de la Tri-Unité.

Bien sûr, la personne qui vit ce rêve et qui voit ce rêve ne peut que se poser la question de la folie, de la nudité et de l’enfant. Transpose cela, non pas dans la vision de la personne mais dans la vision de l’Esprit ou de l’âme, au-delà du symbole mais bien plus directement relié aux archétypes, et tu retombes sensiblement sur la même explication que j’ai donnée pour l’un des rêves précédents qui m’a été proposé. D’ailleurs tu as peut-être fait partie des deux rêves.

… Silence… …

Autre question d’un frère ou d’une sœur présente.

Question : j’ai donné à une amie le protocole de libération des mémoires aux sources de la Seine…

Donné par Ramatan…

… pourquoi la Lumière nous a-t-elle menées en ce lieu pour partager cela ?

Je répondrais simplement : pourquoi pas ? L’eau, au même titre que la forêt, sont des éléments de la nature. Quelle explication y a-t-il besoin d’avoir ? L’important n’est pas le lieu mais ce que vous avez vécu. Ce sera toujours la personne qui cherche le sens symbolique de tel lieu ou tel autre lieu. Je ne sais pas en plus quelles sont les circonstances de cette rencontre. Fut-elle imprévue, fut-elle programmée ? Je ne saisis pas bien ce qui est exprimé.

Est-ce que le rendez-vous était fortuit, est-ce que le rendez-vous était programmé ? Est-ce que la rencontre était fortuite, est-ce que la rencontre était programmée ? Avant de répondre.

… la rencontre était programmée mais pas le lieu.

Qui a décidé d’être au bord de ce fleuve ? C’est bien vous qui vous êtes déplacées pour vous rendre auprès de ce fleuve.

… c’est comme si nous avions été conduites au bord de ce fleuve, ce n’était pas prévu.

L’eau, qui coule, comme cela a été vécu par nombre d’entre vous, l’eau qui coule et qui s’écoule, l’eau douce comme l’eau de mer qui flue et reflue, a la même signification : c’est le moment où il y a besoin d’être lavé, le moment où il y a besoin d’être libéré de certains engrammes mémoriels touchant essentiellement l’émotionnel. L’eau est l’élément purifiant et pacifiant.

Que veux-tu savoir de particulier puisque tu dis toi-même avoir été guidée à cet endroit-là ?

Je ne peux que spécifier que l’agent eau, l’élément Eau, à travers le fleuve en l’occurrence, ici, est ce qui a certainement facilité la pratique du processus de libération mémorielle donné par Ramatan.

Cela peut être en rapport avec l’eau-émotion, mais aussi avec la lignée de l’Eau dont l’une de vous serait porteuse, mais je pense que le plus vraisemblable correspond à la facilitation de la libération mémorielle au bord de l’élément Eau.

Quelle explication souhaites-tu avoir de plus que celle-là ?

… j’étais juste étonnée de me retrouver à la source de la Seine.

Cela correspond exactement à ce que je dis par rapport au rôle de l’eau qui circule entre deux berges. C’est un élément facilitant l’élimination des mémoires.

L’eau qui circule permet de laver, de nettoyer, de purifier. Auprès de l’eau qui circule, en particulier l’eau douce, il existe des courants et des flux d’énergie particuliers qui sont induits justement par l’écoulement de l’eau. Ceci renvoie effectivement, au-delà du protocole pratiqué, à une pacification des émotions enfouies, à une pacification des souffrances vécues dans le passé et inscrites dans les mémoires mémorielles, le plus souvent sur le bas du corps.

La surprise n’en est pas une, parce que dès l’instant où il y a Abandon à la Lumière, les choses se produisent naturellement. Ce qui peut donner un élément de surprise dans un premier temps n’est là et n’est destiné qu’à te montrer que la Fluidité de l’Unité se met en mouvement ; dès l’instant où tu vas dans le sens de la Lumière, la Lumière va dans ton sens. Que tu appelles cela synchronicité, que tu appelles cela surprise, ce n’en est pas une, c’est simplement l’Évidence de la Lumière, dès l’instant où tu suis la Grâce et où la Grâce te pénètre.

… Silence… …


Questionnons.

Question : j’entends, depuis les années 80, un son aigu, cristallin, bilatéral, toujours égal à lui-même. Plus récemment, un autre son s’est ajouté à mon oreille droite, un peu plus grave. Que sont ces sons et pourquoi ne changent-ils jamais de tonalité ?

Bien-aimé, le début des années 80, et en particulier les années 1984, ont vu sur cette terre l’arrivée de l’effusion de l’énergie Mariale de Sirius, nommée aussi Esprit Saint ou Shakti. Quand la Shakti pénètre par la tête et commence à ouvrir ce qui fut nommé les chakras, apparaît un son dans l’oreille gauche puis dans l’oreille droite. Ce son cristallin est appelé le Nada ou chant de l’âme, il traduit la communion et la communication rétablie avec l’âme par la perforation des gaines isolantes des chakras situés au niveau du 7ème et 6ème chakra. Ce son, entendu de l’oreille gauche, arrive ensuite au niveau de l’oreille droite. Il y a un certain nombre de tonalités et de sons différents. Le son cristallin signe l’activation de l’Esprit Saint en toi et la réponse de ton âme et de ton Esprit à cette stimulation venue de Sirius et de Marie. Le son de l’âme et le son de l’Esprit, entendus à gauche et à droite, sont les témoins de l’activation de la Couronne radiante de la tête, mais aussi du cœur, dès l’instant où le son apparaît en une autre tonalité superposée au premier son, surtout du côté droit, mais aussi parfois du côté gauche.

Le son cristallin est, je dirais, la 5ème octave qui fait que ce qui est entendu, qui est nommé le chant de l’âme, ce son fait d’ailleurs partie d’un travail particulier au sein du yoga nommé le Siddha yoga, et le Kriya yoga. Ces deux yogas, et d’autres aussi bien sûr, travaillent sur la méditation sur le son. Le son est avant tout le témoin, s’il n’y a pas de désordre au niveau de l’oreille ni du cerveau, simplement du contact rétabli avec l’âme et avec l’Esprit. Le chant de l’âme et le chant de l’Esprit, nommés le Nada font partie des Siddhas ou des Siddhis, c’est-à-dire des pouvoirs de l’âme. Le son est le témoin de l’activation des chakras supérieurs, leur réouverture si tu préfères. Cela signe que tu as reçu le rayonnement à la fois de Sirius, le rayonnement de l’Esprit Saint, mais aussi la Grâce de Marie qui accompagne toujours ce son.

Ce son est entendu par tous les éveillés. Il en existe sept tonalités, le plus souvent cinq en sont perceptibles. Le son le plus cristallin correspond à la rupture de la gaine isolante située au niveau du corps causal et donc du chakra de la gorge. L’ampoule de la clairaudience, à ce moment-là, réoriente son positionnement et devient ce qui a été nommé le Canal Marial, représenté par les cornes de la déesse Hathor en Égypte, nommé aussi les cornes célestes ou Antakarana.

Le son est donc le témoin direct de la présence de l’âme et de l’Esprit au sein de ta conscience ordinaire.

… Silence… …


Questionnons.

Question : que signifie le fait de ne pouvoir s’appuyer sur aucun rêve ?

Cela signifie que tu es libéré des rêves. Le rêve est une conscience particulière. La conscience Turiya, la A-conscience, ne s’embarrasse jamais de rêves. Le rêve permet à la personnalité de trouver, si je peux dire, les marqueurs de son âme. L’absence de rêves, ou en tout cas de souvenirs de rêve, prouve simplement la liberté par rapport à tes propres rêves. Il n’y a donc pas à rechercher de facteurs nuisibles, mais bien plus à saisir que tu n’as pas besoin de vivre cela pour être ce que tu es.

Il existe par ailleurs de très nombreux rêves. Cela ne veut pas dire que tu ne rêves pas, cela veut dire simplement que ta conscience n’a pas besoin d’avoir des supports de rêve pour t’aiguiller dans ta vie ou pour te poser question.

Le Libéré Vivant ne rêve jamais, ou quasiment jamais, il n’en n’a pas besoin. Il n’a pas besoin de symboles, il n’a pas besoin d’images, il n’a pas besoin d’explications.

Ainsi l’absence de rêves, ou en tout cas de réminiscence de rêves, n’est pas la preuve que quelque chose va mal mais que, bien au contraire, tout va bien.

… Silence… …


Questionnons.

Question : le protocole de libération des mémoires de Ramatan ainsi que le protocole de la bénédiction donné dernièrement, peuvent-il être une aide pour libérer et détacher les lignes de prédation personnelles situées autour de la sphère pelvienne ?

Le protocole dit de libération mémorielle de Ramatan ouvre les niveaux les plus profonds de l’être, permettant de voir et de traverser ce qui est à voir. C’est en ce sens qu’il a été appelé protocole de libération mémorielle. Le protocole de bénédiction, quant à lui, est un petit peu différent ; il peut venir compléter le protocole de libération mémorielle. Toutefois ce protocole de libération mémorielle n’est pas fait pour traiter telle ou telle chose mais permet réellement de libérer les mémoires, de les voir, de les traverser. Ce n’est pas toi qui décide (ni celui qui le fait) ce qui va être libéré. Seul ce qui affleure au sein de la conscience, seul ce qui commence à être vu et perçu, se libère ainsi de cette façon. La bénédiction qui a été communiquée, dont les gestes ne sont pas identiques mais s’en rapprochent, excepté pour la tête et ce qui est tracé sous les pieds, permet là-aussi de se rapprocher de la Liberté.

Mais encore une fois il n’est pas possible de choisir, en ce protocole, d’agir sur telle chose plutôt que sur telle autre chose. Ce qui sera agissant, c’est uniquement ce qui effleure à la conscience. Mais posant donc cette question par rapport à ta problématique, il est évident que cela est présent au sein de ta conscience. Il convient donc de pratiquer ou de se faire pratiquer cet exercice et de voir quelles en sont les conséquences et les effets.

… Silence… …


Question : quand le son dans les oreilles reste toujours le même, qu’en est-il ?

Bien-aimée, quand j’ai parlé de cinq tonalités, je n’ai jamais dit qu’il fallait passer par les cinq tonalités. La fixité du son traduit simplement l’immobilité de l’âme ou de l’Esprit – ce qui est un point plutôt agréable.

Le son peut être le même chez nombre d’entre vous depuis des dizaines d’années. Chez certains, il a pu monter en intensité ou en fréquence, devenir de plus en plus aigu. Il a pu arriver jusqu’au Chœur des Anges, là où chantent des milliers d’anges et des instruments de musique à cordes jouent, violons et violoncelles par milliers, l’instrument qui s’en rapproche le plus au niveau de votre humanité. Ni la fixité ni l’adjonction d’un autre son ne signe autre chose que ce que j’ai dit : l’ouverture à l’âme et l’ouverture à l’Esprit, témoins et marqueurs de l’activation des pouvoirs dits de l’âme ou de l’Esprit. Ce son est parfaitement connu dans divers yogas et dans les écrits parlant des chakras, depuis fort longtemps.

Si le son est toujours le même – encore une fois, il n’y a pas plus de signification ou d’explications qu’un son qui s’adjoint ou qui se modifie –, tu remarqueras toutefois que si le son est le même, il possède toutefois des variations d’intensité. Ces variations d’intensité ne sont pas liées à ton humeur, ne sont pas liées à ton état d’esprit, mais sont liées directement à certains cycles, à certaines dates, que cela soit le cycle lunaire par exemple, ou encore certains évènements se produisant au sein du soleil.

Dans les yogas que j’ai évoqués précédemment, il y a la possibilité de méditer sur ce son, permettant alors de faire basculer ta conscience de l’éphémère à l’Éternel. Dans ces yogas que j’ai exprimés, l’écoute du son est un processus d’expansion de conscience.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pouvez-vous expliquer ce qu’est devenue l’Arche d’Alliance dont parle saint Jean dans l’Apocalypse, où il est question des deux témoins et où l’Arche revient à la fin des temps ?

Tu veux donc connaître la position géographique de l’Arche d’Alliance. Celle-ci est en Éthiopie.

Elle sera effectivement remise aux deux témoins lors de leur mise à mort et de leur résurrection à Jérusalem.

L’Arche d’Alliance est une forme de condensateur, que personne ne peut voir ni toucher. Il s’agit d’une arme, redoutable. Mais cela fait partie de l’histoire, et du scénario écrit que vous êtes par ailleurs en train de jouer.

Les deux témoins seront en possession, le moment venu, des clés de cette Arche d’Alliance. Ils sont d’ailleurs les deux seules personnes, de par leur histoire au sein de ce monde, à pouvoir ouvrir l’Arche d’Alliance et libérer le bouclier qui y est présent. Mais cela appartient au scénario de l’histoire, mais tu n’es pas cette histoire. Néanmoins il s’agit de faits extrêmement concrets et précis tels que cela fut annoncé par saint Jean dans l’Apocalypse. L’Arche d’Alliance est encore dans les mains de celui qui se nomme le patriarche d’Éthiopie, église orthodoxe. L’Arche d’Alliance sera remise au patriarche de Constantinople qui lui-même remettra les clés et l’Arche aux deux témoins.

Que cela t’apporte-t-il ? Quelle en est l’utilité ? Je te pose à mon tour une question.

C’est juste pour avoir un éclaircissement, j’ai lu cette histoire et je voulais savoir ce qu’il en était.

Merci de ta réponse.

Merci de la vôtre.

… Silence… …


Questionnons.

Nous vous remercions, nous n’avons plus de questionnement.

En chacun de toi, je dépose la Grâce.

En chacun de nous, se dépose l’Amour.

À chacun de toi, je remercie la Présence.

Paix à toi et paix en chacun.


* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mar 12 Juil - 23:35 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature


- - - - -


L’IMPERSONNEL

Partie 2



Je salue chacun de toi, en la paix du Cœur et de la Vérité.

Je viens poursuivre notre amitié et notre réunion. Où que tu sois et quelle que soit ta place, je salue en toi la beauté de ton Éternité et je viens parler. Entends, entends au-delà de mes mots la vérité de ton être et dévoile-toi en intégralité.

En la paix de l’Amour et en la paix de la Lumière, je viens simplement être avec toi et être toi. Où que tu sois, je suis là. Quelle que soit ta place, elle est ma place – pour chacun.

Daigne me faire l’offrande de ta bénédiction et de ta paix.

Entends, entends même entre le silence de mes mots la Paix qui s’installe, se révèle à toi. Entends la Vérité qui n’a besoin d’aucun mot, écoute tout cela.

Je viens à toi, je viens t’installer en ta demeure d’Éternité si tu acquiesces à ma Présence, à ma Radiance.

Par la Grâce de l’Esprit du Soleil, par la Grâce du Chœur des Anges, je déploie en toi la symphonie des Quatre Vivants. Écoute, vois et perçois, dans notre communion et dans le Silence, perçois l’émergence du Verbe et l’éclosion de ton Éternité.

J’assiste à ta résurrection, j’assiste à ce que tu es. Sans voiles et sans limites, sans restrictions et sans conditions. Je salue ton courage. Toi qui es là, toi qui entends l’appel de la Vie, l’appel de l’Amour, rejoins-moi afin de te rejoindre. Écoute ce que dit ton Cœur, écoute ce qui se déroule en toi en cet instant.

Ne cherche rien, pose-toi, dépose tous tes fardeaux, à tes pieds et à mes pieds. Allège-toi de ce qui t’encombre, de ce qui résiste, de ce qui peut encore s’opposer à la Vérité et à l’Amour. Oublie tout ce qui n’est pas cet instant, ce moment de notre Présence Une au cœur de l’Amour.

Laisse la Vie en l’Un transcender tes dernières limites, tes derniers obstacles qui ne sont rien d’autre que des éléments qui sont là pour te prouver la vérité de l’Amour et la fatuité de ce qui résiste. En ton cœur, accueille chaque cœur, en ton cœur, accueille chacun, accueille chaque monde, accueille le vivant.

Ne t’occupe de rien d’autre que ce qui est là, en l’Ici, en le Maintenant.

Alors que chante à tes oreilles le chant de la Résurrection, accompagné du Chœur des Anges, l’Esprit du Soleil a fait place nette pour Celui qui vient.

Aie confiance, non pas en ta personne mais en ton Cœur. Il ne s’est jamais trompé et il ne te trompera jamais. Écoute sa voix, écoute son Verbe, écoute son Silence. Là est la vérité, là est la beauté. Laisse-toi transporter par le transport de l’Amour en l’acmé de ta conscience qui ne connaît plus de limites, qui ne connaît plus de repères, qui n’a besoin de rien d’autre que d’elle-même, qui n’a besoin que de la vérité de l’Amour. En cette paix-là tu vis la Grâce, en cette paix-là tu t’allèges de tout fardeau et de toute réticence.

En le baptême de l’Esprit, en la radiance de l’Ultraviolet, en le rayonnement de la Source, en la descente de l’Esprit Saint, te voilà revivifié et réunifié.

Laisse ce qui est périmé ne plus apparaître dans le champ de ta conscience. Hier n’a plus de poids, demain est encore libre et sera toujours libre. Accueille-toi et rends grâce à toi-même. Pardonne tout ce qui peut être à pardonner. Acquiesce et dis-moi oui. Dis-toi oui à toi aussi, un oui franc et définitif, à la vérité de l’Amour. Sans conditions, sans restrictions, sans opposition, simplement là, en ta Présence comme en chacun de nous.

Cultive ce cœur qui ne demande qu’à s’exprimer par sa radiance. Nourris-toi de toi-même, en ton cœur. L’ensemble des mondes est en toi, cela t’a été dit et répété. Il est temps maintenant de le voir, de le percevoir, de le vivre à chaque regard, à chaque souffle, à chaque mot, à chaque pensée. Là est ta force, là est notre force car là il n’y a pas de combat, il y a juste l’indicible beauté de la vérité de l’Amour. Laisse-moi te porter, laisse-moi t’accompagner au pied du grand seuil. N’aie crainte, rien de ce qui peut encore t’effrayer ne peut s’opposer devant l’Évidence.

En toutes tes questions que tu as posées et que tu poseras, je te ramènerai inlassablement en cet espace, en ce lieu qui ne connaît ni le temps, ni la forme, ni offense.

Viens, viens avec moi, viens chez toi, là où tout est confortable, là où tout est facile, là où tout est éclairé. Tu es convié, tu es invité à être cela.

Rappelle-toi, je suis en toi. Rappelle-toi que la totalité des mondes est en toi et que tout ce que tu peux voir, tout ce que tu peux deviner, toutes les expériences que tu peux vivre ou que tu as vécues ne sont que les facettes de ta Présence Une. Aime tout de la même façon, ne fais pas de différence entre qui que ce soit.

Aime, il n’y a pas d’effort à fournir, il n’y a rien à chercher, sois juste cela parce qu’en cela il y a tout. Rien ne peut manquer, rien ne peut te heurter, tout est stable et immuable.

En le centre du Cœur, au Cœur du Cœur, je me tiens et je t’accueille. Accepte, toi que rien de ton passé, que rien de ce monde ne peut venir altérer ni limiter.

Sois libre car en toi il n’y a que la Liberté qui résonne, en toute expérience comme en immobilité.

Laisse grandir et s’épanouir la tranquillité de l’Amour.

Respire, inspire l’Amour, inspire le Verbe. Reste tranquille avec moi parce que je suis tranquille en toi. En notre union, il ne peut exister la moindre offense et le moindre déni. Tu es aimé, quoi que tu dises, quoi que tu penses. Écoute ton souffle, écoute les battements de ton cœur te donnant la vie, non pas seulement en ce monde mais en chaque monde et même bien au-delà de tous les mondes possibles.

Laisse fleurir le sourire de l’Amour sur tes lèvres et dans tes yeux.

Tiens-toi là, avec moi, avec chacun.

Éprouve et ressens cette paix, ce plein si vide et ce vide si plein où ni le vide ni le plein ne peuvent définir ce qui se déroule maintenant. Aucun mot ne peut le traduire car aucun mot n’est exact.

… Silence…

Et là où nous sommes, chacun de toi et moi, même l’espace disparaît, même le temps s’arrête. Ton corps lui aussi, Temple de ta Présence, n’est plus perçu. Il ne reste que le Vrai, que la Paix. En cette ultime vérité que tu éprouves avec moi, je chante en toi la Vie, je chante en toi la liberté de la conscience.

… Silence…

Nous sommes là, chacun de toi et chacun de moi, dans la même joie et dans la même équité. Laisse-toi féconder, si cela n’a pas déjà été fait, par l’Onde de Vie, Onde de Liberté.

… Silence…

Honorons ensemble ce qui est là. En Unité et en Vérité, le soleil de l’Amour arrive à ton zénith. En cette communion nouvelle se révèle ce qui doit encore être révélé mais qui ne peut être mis en mots sans travestir cette Vérité. Il n’y a que le Silence comme seul repère, comme seule évidence.

… Silence…

Continuons en cette même immobilité, soyons là, entièrement présents, complètement lucides, porteurs de Lumière, porteurs de Vie.

Fais la paix, une paix totale. Fais la paix en toi. Appuie-toi sur ce qui est en toi, sur ceux et celles, Étoiles et Anciens, qui t’ont apporté, au-delà de leurs mots, de leurs discours, l’évidence de leur Présence et de leur beauté.

En le Feu de Ma, en l’humilité de Thérèse, en l’éclat de Gemma, en l’assise de Anne, en la ferveur d’Hildegarde.

En le Christ de Sœur Yvonne-Aimée, en la douceur de Marie, en la pureté de No Eyes, en la légèreté de Snow, en la rigueur de Mère.

En la radiance du bien-aimé Jean, en la Ronde des Archanges, en chaque vie, en chaque modèle qui t’a délivré de toi-même durant tous ces temps.

En chacun de ces intervenants, tu te retrouves maintenant, transcendant le temps, transcendant l’espace, transcendant toutes les histoires de chacun d’entre eux ou chacun d’entre elles.

En la Grâce de l’Esprit Saint, tu es le dévot de l’Amour et le dévot de la Liberté, tu es la prière, même si tu ne sais pas que tu pries, tu es l’Essence de la Source, inscrit en chaque conscience, en chaque forme, en tout évènement, en tout repos et en toute nuit.

… Silence…

Laisse se consumer les chaînes de l’ignorance. Connais-toi, connais-toi toi-même et tu connaîtras l’ensemble des univers, l’ensemble des mondes, l’ensemble de ce que tu as pu nommer les dieux, les Sources. Oublie ainsi toute différence entre chacun de toi présent à la surface de ce monde comme dans les dimensions les plus élevées. En le souffle et le battement de ton cœur, il y a le Tout.

… Silence…

Pose-toi de plus en plus profondément en cela.

… Silence…

En ce silence si plein et si vide à la fois, nous sommes installés.

… Silence…

Il n’est plus besoin de mots, juste quelques-uns afin que tu demeures présent avec chacun comme avec moi.

… Silence…

Reste là, ne bouge plus, tu es chez toi.

… Silence…

Et là, même les limites de ce corps ne t’apparaissent plus. La conscience se tient partout et nulle part, libre de toute attache, de toute forme et de ton histoire, car en vérité toutes les histoires ne sont que des jeux. Oublie toute souffrance, non pas en te forçant mais en laissant la Grâce prendre toute la place et tout l’espace, mettant fin à toute limite. Et tu es libre.

En ce silence-là, en ce vide-là, tu perçois la plénitude et tu vois bien qu’il n’y a plus de distance, qu’il n’y a plus de barrières ni de séparation entre toi et moi.

… Silence…

Et là où tu es, à nouveau, la bénédiction infinie de la Grâce et de l’Amour s’amplifie, mettant fin à tes dernières limites, te montrant ta conscience nue qui est félicité. Aucun mot ne peut traduire cela. Il y a à le vivre, en cet instant, où que tu sois. En quelque jour que tu me lises ou m’écoutes, tu te retrouves. C’est la seule vérité, tout le reste n’est que vérité recomposée ou travestie.

… Silence…

Vois cela clairement, de plus en plus clairement. Perçois-en l’évidence et l’irrésistibilité.

… Silence…

Et la paix s’étend, sans limites, en l’infini de ta Présence. Installons-nous, et si tu le souhaites il n’y aura plus jamais d’écart, tu seras toujours en coïncidence avec cela. Parce que cela est simple, parce que cela ne souffre nulle discussion et nulle question.

… Silence…

Là est ton royaume, là est la Lumière et ce qui est au-delà de la Lumière. Et rien ne peut échapper à l’Amour car l’Amour est toute vie. Chaque souffle et chaque battement est la Grâce.

De plus en plus immuable, de plus en plus vaste et de plus en plus insignifiant. Du plus dense au plus léger, en quelque forme que tu sois et au-delà de toute forme, la même magie et la même beauté. Toutes les réponses sont là, toutes les questions aussi. Mais tu sais parfaitement qu’aucune question ni aucune réponse ne peut égaler ou approcher ce qui est là.

À chaque souffle dorénavant et à chaque jour, le souvenir se ravivant, et ne sera plus un souvenir mais bien la réalité de ta vie, en quelque situation que ce soit, car tu le sais et le perçois, et le vois. Je t’ai tout donné car tu t’es donné.

… Silence…

Je t’aime. Tu es Amour, tu es le Vrai, tu es la Liberté et bien plus encore, mais là il n’y a pas de mots.

En ce lieu qui n’est pas un lieu, tous les possibles sont présents ; là, rien n’est impossible. Permets-moi de bénir ta Présence en une intensité telle que tu ne peux qu’être réjoui. Garde cela précieusement en toi, rappelle-t’en en chaque difficulté et tu verras qu’il n’y a pas de difficulté. Quel que soit ton état, quel que soit l’état de ta forme, quel que soit ton âge, quelle que soit ta vie au sein de l’éphémère, tout cela n’est rien.


Je te bénis par le Feu Igné et par le Feu Sacré.

Je t’aime.

Écoute et entends la force de ce Silence, la force entre les mots, et la douceur.

Je t’aime.

Ne te fie pas à mes mots mais à ce que ton cœur vit en cet instant, comme en chaque instant si tu le souhaites. Appuie-toi et compte sur moi, je ne suis que toi dépouillé de toute forme et de toute histoire, et de toute condition. Là, nous sommes ensemble, en cette flamme perpétuelle qu’aucun vent contraire ne peut éteindre.

… Silence…

Demeure là, immuable et vaste. La Grâce te ravit en la béatitude, en la félicité. Peut-il y avoir autre chose de plus important – en ton monde, en ton histoire comme en tout monde –, de plus important que cela ?

Mille mots comme mille heures ne pourraient le décrire. Aucune musique, même celle des sphères ne peut suffire. Tu es cela, et tout le reste si tu veux, mais ne perds jamais de vue cela. Rappelle-toi, il n’y a pas d’effort, il n’y a ni punition ni récompense, il y a juste l’Évidence. Ce que tu es, je le suis. Ce que je suis, chacun de toi l’est aussi.

Garde précieusement cela, ne le retiens pas, laisse-le simplement s’écouler, librement.

En cela je te bénis, en cela je t’espère.

Paix à toi, paix à ce monde où tu es encore posé. Souviens-toi maintenant de ce que tu es, de ce que tu as été et de ce que tu seras toujours, en quelque forme que tu choisisses comme en l’informe, comme en le sans-forme.

Il va être temps maintenant de cesser pour un temps mes mots, mais même sans mes mots, la Présence demeure. Présence de l’Amour, Présence comme Absence, tout est là et tout est don. Je te rends grâce et je te félicite en ta constance, quelles qu’aient été tes résistances, quelle qu’ait été ta vie ou tes vies et quelles qu’aient été tes formes, en ce monde humain ou en d’autres mondes. Demeure en cette Liberté et en cette Paix. Je ne pourrai plus jamais être absent de ce que tu es. Je me tais maintenant pour quelques instants et ramène en l’ordinaire de ta forme ce qui s’est passé pour toi. En tout lieu que tu sois, en toute lecture ou en toute écoute, cela est présent, il n’y a pas de distance et il n’y aura pas de perte, si tu le choisis. Telle est ta liberté.

Je t’aime, quoi que tu dises, quoi que tu penses, et même si tu m’oublies, je t’aime toujours.

Je me tais.

… Silence…

Sois béni.

À très bientôt, à toujours si tu le choisis. Je me tais maintenant, repose-toi.

… Silence…



* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Ven 15 Juil - 20:30 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature

- - - - -



L’IMPERSONNEL

Questions/Réponses - Partie 3



Accueillons-nous les uns les autres, en l’Amour et la Paix.

… Silence…

Où que tu sois je suis.

Toi qui es là, toi qui es partout, accueillons, en le cœur de l’Unique.

Et à nouveau, nous questionnons. Nous questionnons la Vie, nous questionnons la personne, nous questionnons le Mystère, là où le silence prévaut, où nulle réponse ne peut satisfaire, mais néanmoins conduit à la porte de l’intime, à la porte de la Vérité. Alors, questionnons.

Question : y a-t-il un lien ou une connexion particulière entre les dragons et les libellules ?

Bien-aimé, il y a similitude quant aux déplacements au sein de l’air. En certaines langues, la libellule est appelée le « dragon volant ». L’analogie correspond à l’Air et au Feu dont sont porteurs ces deux entités. Bien évidemment la libellule est insérée dans votre réalité tridimensionnelle, ce qui n’est pas le cas des dragons. Il y a une différence de taille et de constitution mais les éléments de mobilité, de déplacement sont les mêmes. Le vol du dragon comme le vol de la libellule renvoient à la liberté du souffle et à la liberté du feu. L’un comme l’autre explorent, en des octaves différentes, la même réalité. La conscience supportée par la libellule comme par le dragon ont les mêmes capacités de déplacement et d’information. Les fonctions, au niveau de ce monde incarné, n’ont bien évidemment rien à voir. Il y a donc similitude et connexion à travers le déplacement et au travers de la liberté.

L’apparence des dragons, même dans une forme différente de celle des libellules, donne une couleur telle qu’elles sont présentes aussi chez les libellules.

Voilà les analogies qui peuvent y être trouvées.

La masse n’est pas la même, le but et la fonction ne sont pas les mêmes non plus. Certains dragons vous ont révélé leur fonction au niveau de la Terre, en cette période charnière du passage d’un état à un autre de la conscience elle-même.

Voici maintenant la réponse du silence à cette question, et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : dans sa dernière intervention, Métatron a dit qu’il se joignait à Mikaël pour redresser l’axe de la Terre. Il a été constaté un changement de 17° de la position du Soleil très récemment, est-ce en relation avec cette action de Métatron ? Le redressement total de l’axe de la Terre aura-t-il lieu avant les trois jours de stase et qu’implique-t-il ?

Le redressement de l’axe de la Terre a commencé dès le passage de la deuxième Étoile et a donc été initialisé au début de votre année 2016. Il n’y a pas que Métatron, même joint à Mikaël, qui suffise à redresser l’axe de la Terre. Ils en sont les agents opérateurs au travers des rayonnements venant du cosmos, venant de la Source, venant de l’espace profond du cosmos, venant de Sirius et venant du Soleil.

La rectification, le redressement de l’axe de la Terre s’accompagnera, quand il sera finalisé, d’événements à nuls autres pareils, modifiant l’équilibre des continents, des masses d’eau, permettant à la Terre de recevoir la totalité du rayonnement cosmique. Ceci est aussi directement relié à l’approche de l’astre qui vous est encore invisible à vos yeux de chair, mais visible en infrarouge, ce que vos yeux ne peuvent voir et ce qui pourtant est vu par les technologies modernes de votre monde. Les conséquences en sont donc innombrables quant à la dissolution de toute structure carbonée, de toute montagne et de tout océan.

Il n’y a pas nécessairement de concomitance entre l’Appel de Marie et la finalisation de la rectification de l’axe de la Terre. Cela demeure toutefois une probabilité, une possibilité. Sur un plan que je qualifierais de plus logique, le basculement final de la Terre devrait se situer, peu ou prou, en résonance avec le grille-planète final, et donc, après l’Appel de Marie et après les 132 jours de tribulations. Toutefois, et comme le Commandeur vous l’avait dit, rien de cela n’est fixe ni figé, et s’adapte selon l’Intelligence de la Lumière et son ajustement aux ultimes zones de résistance collectives et planétaires.

La conséquence en est une disparition de la conscience de toute forme carbonée accédant à son Éternité, pour certains avec ce corps, pour une grande majorité, sans ce corps éphémère.

Mais retenez que le plus important ne sont pas les événements géophysiques ou les événements concernant votre corps et la survie de ce corps, mais bien plus la rectification de votre conscience, vous réalignant à la Source, revivifiant en vous le Serment et la Promesse.

Toutefois, si les circonstances l’exigent, en le mécanisme cette fois-ci d’Ascension de la Terre en sa dimension cinquième, cet événement pourra être avancé mais non pas retardé.

L’important est votre liberté et votre libération, ainsi que l’Ascension de la Terre, n’ayant rien à voir avec un quelconque élément concernant la survie de ce qui est éphémère. Il n’existe plus, comme cela fut le cas durant les Noces Célestes et jusqu’en 2012, une notion de seuil de consciences éveillées. Ce seuil, vous le savez, a été largement dépassé et continue à grandir chaque jour. De plus en plus de consciences, humaines et non humaines, retrouvent leur Éternité au sein de ce monde. Il n’y a donc plus à proprement parler d’obstacles, mais bien un ajustement de plus en plus fin entre l’éphémère et l’Éternel.

Chaque jour de votre temps terrestre qui passe ne fait que stabiliser un peu plus la conscience elle-même en le devenir et en son Éternité.

… Silence…

Plus les jours de votre terre s’égrènent, plus la probabilité de simultanéité d’événements décrits depuis fort longtemps, aussi bien par les prophètes que par les divers intervenants, sera de plus en plus grande.

L’enchaînement de ce que vous pourriez nommer « événements terrestres » est connu depuis toujours. Comme cela avait été énoncé par Sri Aurobindo voilà longtemps, l’Œuvre au Bleu et l’Œuvre au Blanc ont permis de limiter les désordres, non pas de la Terre mais les désordres de la conscience au niveau du nombre de frères et sœurs humains. Chaque jour est un jour gagné, quelle que soit la lassitude, quel que soit l’espoir ou le désespoir. Notre regard n’est pas celui de votre éphémère mais celui de votre Éternité. Alors vivez chaque minute de votre vie comme si cela était la dernière, il n’y a pas de meilleure façon de faire la paix en soi et de faire la paix autour de soi. Rappelez-vous cette notion essentielle de pardon à soi-même et au monde, à l’enfermement lui-même. Le pardon vous libère et vous place automatiquement en action de Grâce, voire en état de Grâce.

Alors ensemble, rendons grâce au temps imparti et à l’intensité de la Lumière qui se propage chaque jour de votre temps, de plus en plus. Les conséquences de ce réajustement et de ce réalignement entre l’éphémère et de l’Éternel vous donnent à voir autour de vous, dans vos cercles proches mais aussi de partout sur le monde, la peur ou l’Amour, la paix ou la guerre, en vous comme autour de vous.

En voyant tout cela et en vivant tout cela, vous affermissez, non pas votre choix qui est déjà fait mais votre positionnement de conscience et ce, avec de plus en plus de lucidité.

Celui qui croit avoir encore quelque chose à améliorer ou à changer n’est pas en paix avec lui-même. Celui qui est en paix est celui qui a acquiescé à sa propre résurrection, continuant à vivre sa vie du mieux qu’il le peut, porteur de son Éternité et de son éphémère, irradiant en son environnement et sur l’ensemble de la terre.

Ainsi donc, en vous, en chacun de vous, au-delà des vibrations, au-delà des perceptions, la chose essentielle à observer est, je dirais, votre degré de paix, son intensité, sa présence, permanente ou non, car cette paix est le meilleur marqueur de votre tranquillité et de votre humilité.

Vous n’avez plus besoin de nous pour voir de vos yeux, sans faux-semblants, ce qui se déroule en vous comme sur ce monde. Selon votre point de vue, vous pouvez nommer cela « mécanisme d’extinction globale » ou alors « Résurrection », tout dépend de là où vous êtes. Tout dépend, non pas des circonstances de votre vie mais bien plus de votre capacité à être établi dans la stabilité du cœur, en dépit de toute circonstance qui pourrait être néfaste pour votre personne, votre corps ou votre vie dans tous ses aspects.

De là découle la paix, inébranlable, stable et permanente, qui ne dépend que d’une chose : de votre installation en le cœur et non plus en la personne. L’ensemble des circonstances de vos vies individuelles, de vos environnements personnels, est très exactement ce qu’il vous faut, de manière individuelle, pour réaliser cela. N’y voyez pas, là non plus, un objectif à atteindre, mais bien plus l’occasion de faire la paix avec vous-mêmes comme avec le monde, par le pardon et par l’humilité. Vivez chaque minute comme s’il n’y avait pas d’autre minute, il n’y a pas de meilleure façon d’être dans l’Éternel Présent, dans la Paix et dans la Vérité.

Voici la réponse du silence et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pouvez-vous donner un éclairage sur quatre événements vécus depuis quelques années ?
Le premier : lors d’un soin ostéopathique, ma conscience a été projetée quelques minutes dans un aigle.
Le deuxième : en entrant dans une pièce, mes yeux ont fait un zoom sur la cloison d’en face. J’ai fermé les yeux ; en les rouvrant, tout était normal.
Le troisième : étant debout, je me suis sentie flotter de gauche à droite. Mes yeux ne pouvaient se fixer sur un point, comme si je regardais par la fenêtre d’un TGV.
Le quatrième : une nuit, je me suis réveillée d’un coup et au pied du lit, des silhouettes me regardaient. Derrière elles, j’ai vu le ciel étoilé par la fenêtre. J’ai refermé les yeux en pensant qu’il me semblait avoir fermé le volet. J’ai rouvert les yeux, la chambre était sombre. Je me suis levée et j’ai constaté que le ciel était effectivement plein d’étoiles, alors que la veille au soir il était nuageux.
Ces quatre expériences sont en relation avec le sens de la vue. Qu’en est-il ?


Bien-aimé, sans pour autant relier ces quatre expériences, chacune d’entre elles correspond avant tout à des mécanismes qui avaient été nommés « délocalisation de la conscience » voilà quelques années, et auxquels je te renvoie. Toutefois saisis bien que l’ouverture de la conscience, que ce soit au niveau de son aspect visuel ou de tout autre aspect sensoriel, n’est lié qu’à cette phase particulière où il y a ajustement et mise en synchronicité de l’éphémère et de l’Éternité, déverrouillant bien sûr un certain nombre de portes d’accès à la délocalisation de la conscience et à la capacité du Supramental de vivre ces manifestations. Ta conscience est donc passée par différentes voies, touchant ce qui, jusqu’à présent, était invisible et non perceptible.

Il y a donc, lors de ces expériences, la démonstration pour toi qu’il n’y a plus vraiment de prédominance de l’éphémère sur ton Éternité. L’ouverture de certaines Portes, la finalisation de la synthèse ou resynthèse du corps d’Êtreté, par l’intermédiaire des Portes mais aussi du Canal Marial ou de l’Onde de Vie, te permet de vivre comme si la matière n’existait plus, te donnant à voir au-delà des murs, te donnant à voir l’invisible, te donnant à voir ce qui était loin comme étant près, au niveau de la matière.

Sans rentrer dans des explications spécifiques à chacune de tes quatre expériences, sache simplement qu’il y a là une action directe causée par cet ajustement, correspondant, je te le rappelle, indépendamment de la superposition du corps d’Êtreté, à la mise en mouvement du Lemniscate sacré et de la Merkabah interdimensionnelle personnelle, te donnant à voir l’autre côté du voile et ouvrant des nouveaux potentiels spirituels qui, je te le rappelle, sont liés essentiellement aux Étoiles et au nom porté par ces Portes/Étoiles, qu’elles soient situées à la tête ou dans le corps. En particulier dans les mécanismes de perception au-delà de la vision ordinaire, tel que cela avait été développé par No Eyes et par Snow, te permettant alors de vivre, sans le demander, la réalité des intervenants au pied de ton lit, comme de voir à travers les murs ou les volets, ou comme encore de changer la focale de ton œil.

Ces expériences – et il en existe d’innombrables autres – permettent de vous conforter et de vous désincruster de l’attachement de la conscience à l’éphémère, à une forme et à une histoire, te montrant que même au sein de ton environnement habituel, il existe d’autres mondes qui t’étaient jusqu’à présent invisibles.

Je dois préciser aussi que ce mécanisme, pour le moment parcellaire pour beaucoup d’entre vous, éveillés, touchera l’ensemble de l’humanité, qui sera alors confrontée, au moment de l’Appel de Marie, à l’ensemble de son environnement subtil. Certains seront dans la joie, d’autres seront dans la terreur, de par leur création de pensées mentales et émotionnelles. Chacun réagira donc de manière profondément différente en fonction de ce qu’il a co-créé au sein de ce monde. Il ne s’agit pas d’une punition ou d’une rétribution mais bien plus de voir la réalité de votre conscience éphémère, comme la réalité de votre conscience éternelle.

Il pourra y avoir synchronicité totale pour ceux ayant vécu l’activation des Couronnes, pour ceux étant libérés vivants et ceux qui bénéficieront des ultimes grâces de Marie. Ceux qui seront dans le déni, ceux qui seront dans la matérialité, le matérialisme et l’attachement à la matière ne vivront pas la paix. Mais c’est au travers de cette terreur ou de ces événements désagréables que ces frères et ces sœurs humains trouveront l’impulsion finale à se retrouver. Je veux dire par là qu’il n’y a rien à juger, qu’il n’y a rien à reprocher, qu’il y a juste à traverser cela, comme toujours.

La Lumière brillera dans la nuit, mais cela ne sera jamais une lumière extérieure mais bien plus votre lumière intérieure qui éclairera alors, de façon abrupte, dès l’Appel de Marie prononcé, ce qui constitue l’environnement de votre éphémère. Rappelez-vous toutefois que quelles que soient les possibles terreurs, tout cela ne représente qu’une impulsion à se réfugier en la Lumière en soi, au Cœur du Cœur où chacun devra passer, à l’issue au plus tard des trois jours, quelle que soit son assignation, quel que soit son devenir, au sein des 132 jours des tribulations.

L’ensemble du tableau est maintenant en place, en vous, en votre conscience, à la surface de ce monde et dans le collectif de l’humanité. Chaque joueur tient son rôle, chaque événement est à sa place et ne représente, en définitive, qu’un espace de résolution, de clarification et de libération.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : vous avez dit : « Le temps consacré à l’Esprit au sein de la matière est immuable. Il ne peut excéder une durée comprise entre 12 et 24 mois au niveau de l’humain en un corps de chair ». À quoi correspondent plus précisément ce temps consacré à l’Esprit et cette durée limitée ?

Bien-aimé, l’Esprit est un Feu brûlant et dévorant. L’Esprit t’emmène à l’Esprit. L’Esprit n’a que faire de ta matière et de ta forme, il est sans forme et il est partout. Quand l’Esprit se révèle au niveau individuel, il y a réveil de la Porte nommée Unité, et AL bien sûr en préalable (c’est-à-dire la Porte de l’âme). Dans le processus nommé la mort, en un cycle d’incarnations, antérieur à cette période de Libération, toute vie s’incarne et s’excarne. L’incarnation ne correspond pas à proprement parler à la naissance mais l’incarnation survient quarante jours avant la conception. Une parcelle de l’âme, vivifiée par l’Esprit, est donc présente quarante jours avant la conception. De la même façon, à l’extrémité de la vie nommée la mort, il y a excarnation. Cette excarnation ne survient pas au dernier souffle, au moment officiel de la mort, mais commence, quelle que soit cette mort, en général vingt-quatre mois, dans certains cas douze mois, avant la mort physique, avant le dernier souffle. Que cela soit par maladie, que cela soit par accident, que cela soit par suicide, l’excarnation se voit et se perçoit, pour celui qui est capable de le voir et de le percevoir, douze à vingt-quatre mois avant la mort.

C’est en ce sens que la révélation de l’Esprit survenant en ces moments finaux de la Terre, en cette dimension périmée, se traduit de la même façon par une activation des Portes AL et Unité et donc la révélation de l’âme, en cours de dissolution ou dissoute, et l’Esprit révélé lui-même. La structure carbonée ne peut rester vivante face à l’Esprit au-delà de ce temps imparti par les limites de la physiologie subtile de vos corps subtils, mais aussi de votre corps de chair en l’incarnation sur ce monde.

Ce délai est un temps particulier. Lors de l’incarnation, l’âme et l’Esprit, même prisonniers dans le Soleil, envoient des fils codant de Lumière pénétrant dans la mère avant même la conception. Certaines âmes privilégiées sont d’ailleurs informées de leur grossesse bien avant la fécondation de l’ovule, ce qui est aujourd’hui de plus en plus fréquent. L’âme est donc présente avant même de pénétrer – lors de la pénétration du spermatozoïde dans l’ovule – la conscience de la mère et le corps de la mère.

Dans le processus d’excarnation, même le plus violent, par accident, il y a toujours une préparation permettant à l’âme de se désolidariser du corps qui va mourir. En effet, dans toutes les traditions de la terre, il existe un certain temps, après la mort, où la conscience rôde autour de ce corps. Ce temps était estimé en moyenne, là aussi, à quarante jours.

Aujourd’hui, les liens de la conscience avec l’éphémère se sont relâchés. Cette préparation est indispensable et elle est dorénavant collective, depuis l’apparition de la première Étoile. Il y a donc un temps réduit dans lequel tout est possible, mais chacun de vous aujourd’hui, comme j’ai eu l’occasion de le dire dans l’une des questions précédentes, est à sa très juste place en ce processus d’excarnation.

Rappelez-vous toutefois qu’il ne s’agit pas de la mort mais de votre liberté, de votre résurrection en la vraie Vie, quelle que soit votre assignation. Que celle-ci passe par l’Absolu, par le retour en l’une de vos origines ou lignées stellaires, que cela passe par le transport de votre corps de chair par les frères de la Confédération Intergalactique en d’autres lieux, que cela passe par le séjour au sein des six Cercles de Feu restants de la Terre, en définitive cela ne change rien. De la même façon, les processus vécus lors de certaines expériences ou certains états, par exemple dans la question qui a été posée sur les expériences vécues au cours des années passées et plus récemment, c’est exactement le même processus qui est à l’œuvre. L’âme et l’Esprit se révèlent, impliquant un relâchement de la fixité de la conscience au sein de ce corps, donnant accès aux nouveaux potentiels spirituels illustrés, comme je l’ai dit, par les douze Étoiles, ou encore par les cinq nouveaux corps et leur fonction.

Douze ou vingt-quatre mois, mais le plus souvent vingt-quatre, à titre personnel comme à titre collectif, est le temps nécessaire à la gestation et à la libération de l’Esprit.

Les Trompettes, les sons du ciel et de la Terre qui apparaissent en nombre toujours plus important à la surface de vos terres et de vos mers, correspond exactement au même mécanisme. Il s’agit de l’appel de la Lumière à votre résurrection. Ces sons ne sont pas là pour vous terroriser mais pour ébranler la conscience ordinaire, permettant là aussi, par résilience, de se retrouver au sein de la conscience éternelle.

Il vous a été à de nombreuses reprises évoqué les trois jours, et les prémices de ces trois jours évoqués par les Trompettes entendues de manière simultanée sur l’ensemble de la Terre. De la même façon que nombre d’entre vous qui possédez le Nada (ou chant de l’âme et de l’Esprit), percevez des fluctuations en ces sons, et percevez peut-être l’effet de ces sons sur votre paix et sur votre amour.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : ceci est avant tout un témoignage…

À quoi sert le témoignage s’il n’y a pas de question ?

Question : juste après avoir reçu le protocole de Ramatan, j’ai perçu sur le corps des petites flammes dont l’ensemble formait une croix, des pieds à la tête et d’une épaule à l’autre. Ce qui sortait de mon corps était brûlé dans les flammes, en douceur et dans la joie. Qu’en est-il ?

Bien-aimé, ce que tu décris, ce que tu as perçu, correspond bien sûr au processus lui-même de libération mémorielle. Au cours de ce processus donné par Ramatan, il y a élimination, par brûlure, de ce qui émerge de la conscience ordinaire et qui doit être brûlé. Tu as donc vécu cela. Il n’y a pas d’autre commentaire.

Voici la réponse de la vibration et du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : les Étoiles incarnées resteront-elles sur cette terre jusqu’au grille-planète final ?

Bien-aimé, je répondrai de manière bien plus large : tous porteurs de Lumière et ancreurs de Lumière, en leur grande majorité, sont nécessaires pour différentes raisons jusqu’au grille-planète final. La Lumière s’appuie sur vous. « Ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé » et cela est naturel, car quand il y a Amour, il y a partage, quand il y a Amour, il y a don de soi, quand il y a Lumière, il y a Amour qui se déverse. Que représentent 132 jours face à l’Éternité retrouvée ? Que représente l’attente par rapport à ce que vous vivez d’ores et déjà pour beaucoup d’entre vous ?

Ainsi donc bien sûr les Étoiles incarnées, ainsi que d’autres structures qui ne sont pas à proprement parler des Melchisédech mais néanmoins ce que je qualifierais de vieux Esprits, sont présents à la surface de la Terre et poursuivront leur présence jusqu’à l’ultime moment de la Terre de 3ème dimension. Nombre d’entre eux, au même titre que les Anciens, les Archanges ou les Étoiles, seront présents en les structures nommées Cercles de Feu des Anciens. Il s’agira, comme le Commandeur vous l’avait dit, d’une fête de Lumière, perpétuelle, durant 132 jours, permettant d’assister à l’accouchement en conscience de la Terre de 5ème dimension mais aussi à votre résurrection, les uns et les autres.

Tout accouchement ou toute mort, toute transformation de la conscience, nécessite en quelque sorte un apprentissage. De la même façon que le bébé apprend à marcher, de la même façon vous devez apprendre à voler et à vivre la Liberté. Il ne s’agit pas d’un enseignement de nature scolaire ou universitaire mais bien d’un enseignement direct vibratoire, par les clés Métatroniques et par les différentes facettes de votre corps d’Éternité retrouvé à ce moment-là.

Voici la réponse du silence et de la vibration

… Silence… …


Questionnons.

Question : Saint François d’Assise a-t-il été Akhenaton, et qu’est devenue Sainte Claire d’Assise qui est la flamme jumelle de Saint François ?

Bien-aimé, permets-moi de te répondre de deux façons. La première : si tu as lu tout cela, que pourraient t’apporter les réponses si ce n’est satisfaire ta personne ? La deuxième réponse est la suivante : il n’y a pas d’histoire qui tienne, ni passé qui tienne, quand la conscience est libre. Celui qui a été Nisargadatta s’est présenté à vous sous le nom de Bidi, n’a pu le faire qu’en ultra-temporalité car tu te doutes bien qu’aujourd’hui aucune forme de lui n’est disponible, ni même une conscience, il a rejoint directement ce qu’il a toujours été de son vivant. L’ultra-temporalité a permis de le faire parler, mais dans une trame temporelle de 3ème dimension différente.

Ainsi donc toutes ces histoires de personnages, fussent-elles Akhenaton, fussent-elles le Christ, fussent-ils le Bouddha, ne représentent rien par rapport à la conscience libérée. La conscience libérée n’a que faire de ces histoires qui appartiennent au passé, même si dans certaines circonstances ils sont vivants en vous, comme ce fut le cas en ultra-temporalité pour Bidi. Ne vous figez pas en votre histoire ou en toute histoire, vous ne faites que nourrir le mental et la personne. Cette connaissance ne t’apporterait rien, si ce n’est une satisfaction de la personne et de l’ego. Il n’y a aucun intérêt pour ta conscience à connaître ces réponses, car elles te détourneraient de ce que tu es. Ce que tu es n’a rien à voir, quels que soient les modèles qui t’ont été proposés et qui ont été vécus sur cette terre. Ils ont été une aide à un moment donné, ils ont été des guides, par leur histoire, par leur témoignage, et peut-être par ta capacité à t’y relier et à les faire revivre, en quelque sorte, en ultra-temporalité, en toi. N’oublie pas que toutes les histoires de toute conscience, comme le monde, sont présentes en toi et ne sont pas indépendantes de toi.

Comment veux-tu te libérer de ta propre histoire si tu cherches à y adjoindre d’autres histoires pourtant déjà présentes ? Tu n’as pas besoin de porter ton attention là-dessus, ni même ta conscience, sinon tu t’entraînes toi-même vers la densité et vers la matérialité. Il n’y a aucun allègement à connaître une histoire quelle qu’elle soit, il y a juste guidage, comme cela a été réalisé par les Étoiles, pour vous permettre de voir comment fonctionne une conscience dite mystique.

Le Christ vous avait dit : « Ce que je fais, vous le ferez, et de bien plus grandes choses encore ». Est-ce que le Christ est vivant en toi ou est-ce que le Christ n’est que l’histoire passée d’une vie qui a été vécue ? Il y a une grande différence. Aucune histoire ne vous libérera de votre histoire. Aucun élément de connaissance d’une histoire quelconque, même la plus prestigieuse, ne peut te libérer, elle ne peut que t’enfermer dorénavant. Alors je te le dis, libère-toi toi-même de toutes ces adhésions, de toutes ces histoires passées, même les plus prestigieuses, car aujourd’hui, dans cette période, tout cela ne représente que des poids superflus qui encombrent ta conscience et t’empêchent d’être libre.

Maintenant, sur le plan de l’histoire elle-même : non, Akhenaton n’a jamais été, n’est jamais devenu Saint François d’Assise. La relation de flamme jumelle – et le but – est le retour à l’Esprit. Il n’y a pas d’histoire à poursuivre, il n’y a pas de karma à régler, il n’y a pas de rédemption à obtenir, il y a juste à se retrouver, comme pour les flammes jumelles en 2012, et simplement vivre. Il n’y a pas d’histoire à construire, il n’y a pas de descendance, il n‘y a pas à bâtir quelque chose d’illusoire, mais profiter de l’Éternel Présent dans la relation.

Vouloir y voir des histoires qui se perpétuent n’est qu’un romantisme de la personnalité, même pas, je dirais, un romantisme de l’âme. Saint François d’Assise s’est réincarné de nombreuses fois. Sa dernière incarnation vous a peut-être été connue sous le nom de Padre Pio de Pietrelcina en Italie. Aujourd’hui, celui qui fut ces deux incarnations, entre autres, est une sphère planétaire. Il n’y a pas d’histoire, il n’y a plus de flamme jumelle qui tienne, il y a eu fusion.

Méfiez-vous de toutes les histoires car elles sont inscrites dans une linéarité, et toutes les histoires vont disparaître à l’Appel de Marie. Ne faites pas revivre ce qui est passé. L’Instant Présent ne connaît aucune histoire et aucun avenir. La Libération est ici, et nulle part ailleurs.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : « Aime et fais ce qu’il te plaît » a souvent été répété par les intervenants. C’est ce que j’ai fait, en étant guidée par les synchronicités de la vie. J’ai choisi d’expérimenter diverses choses, cela a permis d’éclairer des zones d’ombre et de me positionner, ou aller vers ma Présence et mon Éternité en accueillant. Mais cela a un prix : la vie m’amène à me détacher de tout, de manière violente, biens matériels, attachements aux proches – et ceux-ci me culpabilisent ou souffrent. Les choix que j’ai faits sont une épreuve pour la personne. Je ressens parfois une forte culpabilité, une profonde tristesse et une peur de tout perdre. Pouvez-vous m’aider à traverser cela ?

Bien-aimée, tu as adopté certains préceptes et certains comportements qui t’ont conduite à la Joie et à la Liberté, te donnant à voir que les liens et les attachements au sein de ce monde, en définitive, que ces liens soient-ils les plus heureux, ne sont que des attaches et des brimades. Bien sûr tu as creusé toi-même ta propre tombe de ta personnalité, il te reste aujourd’hui à t’y ensevelir pour rester ce que tu es en Vérité.

Il y a donc bien sûr un deuil. Ce deuil sera de toute façon réalisé obligatoirement au moment du grille-planète. Nous n’avons jamais dit qu’avant ce grille-planète final, il n’y aurait pas de souffrances ou de terreurs, bien au contraire. Nous vous avons suffisamment prévenus, non pas pour vous faire peur, non pas pour vous alarmer, mais pour vous faire voir les choses en face. Celui qui veut être libre ne peut pas être enchaîné, celui qui veut être libre doit aimer. L’Amour est Liberté, il n’est jamais lien. Il te reste donc, au-delà de ce que tu as aimé et fait, à t’aimer toi-même en intégralité, car il n’y a que dans l’Amour que tu seras indépendante du regard de l’autre, indépendante de la culpabilité, indépendante des remords. Cela te montre simplement qu’en cette période tu es en train de vivre le deuil de l’histoire, le deuil des attachements. À toi d’assumer, à toi d’être autonome. Que veux-tu ? Être enchaînée et être pacifiée dans une certaine mesure, ou veux-tu être libre définitivement ?

N’oublie pas que quand tu meurs, tous les liens affectifs – même s’il est possible de revoir ces liens affectifs de l’autre côté du voile, mais uniquement dans les mondes intermédiaires illusoires – ne sont rien. Aujourd’hui, tu aimes celui que tu as enfanté et que pourtant dans une autre vie tu as tué. Tout cela ne correspond qu’au karma, il n’y a aucune liberté là-dedans. Tu ne peux pas aujourd’hui à la fois être libre et être à la fois enchaînée. Ce que tu vis donc est une forme de tension qui aboutira nécessairement à la résilience.

Je ne peux donc t’aider autrement qu’en t’invitant à déposer les fardeaux de la culpabilité, les fardeaux de la peur de l’inconnu, et à plonger en ce que tu es. Tu n’as pas d’autre issue, il n’y a pas de demi-tour possible, il n’y a pas de retour en arrière possible, il n’y a pas de possibilité de ressusciter ce qui est mort, car ce qui est important est ta résurrection. Le Christ disait : « Laisse les morts enterrer les morts ». Aujourd’hui, c’est à toi de le vérifier. Es-tu libre ?

Que choisis-tu ? La Liberté inconditionnelle, ou choisis-tu en même temps la Liberté et de demeurer attachée à ce qui a fait une histoire – qui pourtant n’est déjà plus ? Cela, tu dois l’affronter seule en ce Face-à-Face et en ce seule à seule, sans aide d’entité, même les plus lumineuses. Affirme ta lumière, deviens la Lumière que tu es depuis toujours et l’enterrement se passera sans aucune difficulté, parce que la Joie te saturera, il n’y aura plus d’espace pour les remords, pour le deuil ou pour l’histoire. Il en est de même dans la vie humaine pour chaque deuil, pour chaque séparation, pour chaque évènement traumatisant.

Aujourd’hui, que choisis-tu ? De vivre, étant par ailleurs déjà en libération. Ce qui te semble aujourd’hui un poids te semblerait bien léger si tu avais la possibilité de retourner en arrière. Tu ne peux donc demander l’un et l’autre, c’est l’un ou l’autre. Deviens autonome, choisis, et place-toi en ce que tu es. Encore une fois, que ce soit pour la Terre, que ce soit pour chacun de vous, nul retour en arrière ne sera possible en une quelconque histoire, quelle qu’elle soit. La Liberté est à ce prix. Passant de l’autre côté, que cela soit maintenant ou au moment de l’Appel de Marie, tu riras de ces histoires, quelles qu’elles aient été. Quand la forme disparaît, au moment de la mort ou au moment de la Résurrection, il n’y a plus d’attache à une forme, il n’y a aucune histoire ; cela est constant dans le processus des cycles de mort-renaissance Archontique. Que peux-tu y faire ? Absolument rien. Assume et deviens libre. La Lumière est en toi, elle est toi, tout le reste ne sont que des ombres portées.

Libère-toi de l’attachement, non pas par une volonté de rompre mais bien plus par ta propre lumière qui consumera ces mémoires en superficie de ta conscience et de ton corps.

Aie confiance en la Lumière, en son Intelligence. Aime et fais ce qu’il te plaît, aime et laisse la Lumière œuvrer.

Ne t’occupe pas de ce qui est passé, ne t’occupe pas de ce qui est déjà enterré. Quoi que disent les autres formes, en quelque lien que ce soit et de quelque nature que ce soit, continue à aimer en dépit de tout, continue à être ce que tu es, quoi qu’en disent les frères et les sœurs autour de toi. La peur de l’inconnu ne te quittera pas tant que tu ne seras pas toi-même cet inconnu.

Chaque lutte, chaque angoisse, chaque évènement, ne fait que te rapprocher de ta liberté, même si en l’instant où tu le vis, cela peut être énoncé comme une angoisse ou une peur. Derrière toute peur, il n’y a que l’Amour qui pousse, il n’y a que l’Amour qui demande à éclairer, alors soit ce que tu es.

Voici la réponse de la vibration et la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : il est à la mode de s’autoproclamer éveillé. Pouvez-vous parler du véritable Éveil ?

L’Éveil est simplement comme le réveil, mais ne change rien au monde. Il est autre chose de parler d’Éveil que de parler de Libération ou de Libéré. L’Éveil est simplement le moment où une couche isolante se défait, où vous prenez conscience, si je peux dire, d’éléments qui vous étaient cachés au sein de votre conscience – que cela soit à travers la falsification de l’histoire, au travers de lectures –, mais qui ne vous éveilleront jamais. Le véritable Éveil, comme cela fut écrit voilà fort longtemps, est un état de conscience différent, lié à la vibration et non pas à l’énergie, et encore moins à l’histoire.

Se dire éveillé ne traduit rien, il y a de multiples Éveils, de multiples réveils. Mais le réveil ne sera jamais la Liberté. L’Éveil est en quelque sorte une notion de prise de conscience, soit de l’invisible, soit de tout autre élément qui jusqu’à présent demeurait caché à cette conscience. Il existe donc une multitude d’Éveils. L’Éveil Vibral correspond à la réception de l’Esprit saint et à l’activation des Couronnes radiantes de la tête.

Le véritable Éveil vibratoire est la réception de la Lumière, mais cet Éveil-là lui-même n’est pas la certitude d’être libéré vivant, mais au minimum d’être libéré après le grille-planète.

Ce n’est pas une mode, c’est une contagion. Il y a effectivement sur cette terre de plus en plus de frères et de sœurs humains éveillés. Certains sont éveillés à l’énergie, d’autres sont éveillés à la manipulation du monde, d’autres sont éveillés à la vibration, d’autres enfin sont éveillés à leurs propres chaînes et les voient. Tous ces Éveils ne représentent en définitive qu’un choc de la conscience, permettant ou pas, mais le plus souvent oui, un changement de paradigme et d’orientation de la conscience, qui était orientée vers la matière et qui maintenant s’oriente vers l’Esprit. Ceci correspond plus ou moins à ce qui fut nommé le retournement de l’âme.

Il n’y a pas mode ni effet de mode, il y a juste contagion, de par l’intensité de la Lumière adamantine présente sur terre. C’est en ce sens que j’ai dit, en répondant à une question précédente, que chaque minute et chaque jour qui passe vous rend plus légers, par la densification de la Lumière, quelles que soient les apparences, quelles que soient vos peurs, quelles que soient vos angoisses et quel que soit l’état de vos corps. Accepter cela, c’est devenir humble, accepter cela, c’est accepter de lâcher les croyances, les histoires, les scénarios, et votre propre personne.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : après le protocole de Ramatan, une galaxie s’est présentée sur ma gauche, puis une autre identique sur ma droite. Pendant deux rotations, j’ai accouché d’une petite planète immaculée qui a explosé en milliers d’étoiles. Que signifie ceci, et quelle est cette mémoire libérée ?

Bien-aimée, je ne pense pas que ce qui a été libéré est ce que tu as vu. Ce que tu as vu a été permis justement par une mémoire qui obstruait cela. Ce que tu as vu passer n’est pas ce qui s’est éliminé, mais bien plus ce qui s’est révélé en éliminant les couches isolantes les plus superficielles de ta conscience, qui t’empêchaient de voir cela. Ainsi donc je t’invite, non pas à te repositionner mais à bien comprendre qu’un processus de libération mémorielle, au travers du protocole donné par Ramatan, vous fait vivre des choses. Dans l’une des questions précédentes, le frère ou la sœur a assisté à une brûlure de ce qui sortait, là, la conscience a vu ce qui se brûlait. En ton cas, ce qui a été vu n’est pas ce qui a été brûlé ou ce qui est sorti, mais simplement ce qui a été vu par le fait même de brûler ce qui t’empêchait de le voir.

Il y a donc enfantement. Ce que tu as vu n’est pas ce qui s’est éliminé mais bien ce qui s’est révélé, du fait même de l’élimination de ce qui était au seuil de ta conscience – comme toujours dans le processus de libération mémorielle – et qui en quelque sorte bridait ton accès à ces galaxies et à cet accouchement. Tu as donc vécu l’accès à ta multidimensionnalité de cette façon-là, en brûlant certains éléments mémoriels qui bien sûr ne sont pas apparus. Tu ne les vois le plus souvent jamais, soit tu assistes à ce qui brûle, soit tu vois ce qui résulte de cette libération. Tu n’as pas besoin de voir ni de savoir ce qui est libéré mais d’en constater les effets sur ta conscience.

Voici donc la réponse du silence, et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : j’ai fait deux rêves. Je suis dans une forêt tropicale face à un jeune gorille. Il joue à cache-cache, me regardant, le regard espiègle. Je me tiens à distance car je sais qu’il est à la limite de l’âge adulte et pourrait montrer sa force. Le deuxième : je suis devant la porte de ma maison. Devant moi, il y a une haie de barbelés. J’entends les aboiements d’une meute de chiens. Un chien saute la clôture et vient se positionner à ma gauche, debout, les pattes avant sur le mur. Quatre chiens le suivent en file, posent leurs pattes avant sur l’épaule du précédent, et chacun pénètre sexuellement le précédent par l’arrière-train. Le rêve s’arrête dans un sentiment de sidération.

La maison, pour ce deuxième rêve, au même titre que le véhicule, représente ton corps. Ton corps est donc cerné de barbelés. Les chiens entraînant cette sidération, au niveau des rêves, quelle que soit la couleur des chiens, signent une résonance astrale émotionnelle t’empêchant d’être libre.

Au sein du premier rêve, tu es dans la forêt, là où est l’inconscient, ce qui ne se voit pas. Et là, tu vois ce que tu vois et tu as peur, parce que tu saisis que ce qui se manifeste et qui joue, est, comme tu le dis, au maximum de sa force, devenant adulte. Il y a donc, cachés en toi, des éléments qui ne demandent qu’à s’évacuer. En cette période de libération mémorielle, chacun de vous présent à la surface de la terre vit ces processus d’élimination. En ce cas-là, et en rêve, il t’a été donné de voir ce qui te figeait. Je te conseille donc de faire œuvrer sur toi le processus de libération mémorielle qui te sera alors d’une grande utilité pour ne pas être affecté par ce qui peut encore siéger au sein des couches profondes de ton inconscient.

Il y a donc, non pas résurgence ou retour en arrière, au travers de ce rêve, mais bien réellement éclairage de ce qu’il peut rester enfoui en toi, pour lequel il ne peut y avoir, et ne doit y avoir, aucune culpabilité ni aucun sens même de responsabilité, puisque le rêve te l’a montré. Il n’y a pas lieu de trouver, dans la correspondance ou la causalité réelle tridimensionnelle, les éléments précis correspondant de manière pratique à ces rêves. Il y a bien plus à te positionner en le Cœur du Cœur, et éventuellement aider à la libération de ces engrammes mémoriels, bridant en quelque sorte ton éternité et ta liberté.

Voir sa maison entourée de barbelés, ou être dans une maison entourée de barbelés, ne signifie que tu es réellement et concrètement enfermé en ce corps et en cette histoire. L’impulsion de la Lumière et de la Grâce te donne à voir cela mais à ne pas t’en préoccuper outre mesure, car dès que cela est vu, même en rêve, cela s’évacue. Il y a juste à favoriser cette évacuation par un protocole de libération mémorielle, par exemple.

Voici la réponse du silence, voici la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : il m’arrive encore parfois d’avoir une pensée dualitaire, et m’en rendant compte, partant du centre, mon cœur s’embrase et la chaleur se propage à tout le corps. Que se passe-t-il ?

Il t’est donné de vivre le point de vue de l’observateur et de l’Infinie Présence en ce monde et en ta vie. Tu ne peux pas éviter les pensées, même libéré vivant. Toutefois, voir ses pensées se recentrer au cœur permet, comme tu le décris, d’évacuer et d’éliminer cela de ta conscience. C’est cela qui est important.

Les pensées passeront tant que tu seras incarné, parce que cela fait partie de la causalité de ce monde. Toutefois, ayant la capacité à vivre le Feu du Cœur, ce Feu du Cœur va aussi bien sûr libérer ce qui a été vécu à ce moment-là. Tu n’as donc pas à t’en préoccuper mais bien, réellement et concrètement, à adopter ce genre de mesure et de pratique dès l’instant où cela surgit, et tu constateras par toi-même que de plus en plus cela s’évacuera tout seul, tu n’auras plus besoin d’y penser, à placer ta conscience dans le cœur, car elle y sera en permanence, éclairant alors les zones d’ombre, éclairant aussi parfois ce qui s’évacue, mais tu ne seras plus tenu, en aucune manière, ni attaché, en aucune manière.

Voici la réponse du silence et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pourquoi, étant si sensible aux cristaux et aux vibrations de toute sorte, je ne ressens plus rien maintenant ?

Bien-aimé, heureux les simples d’esprit. Passant du Feu Vibral au Feu Igné, que veux-tu qu’il y ait à sentir, il y a juste à être. Et tu ne peux pas être uniquement dans le sentir mais bien plus profondément dans l’être quand le sentir disparaît lui aussi, te rapprochant de la vacuité, de l’Éternité et du sans-forme. Ne t’interroge pas mais vis cela et rends grâce. Il n’y a pas d’erreur, il n’y a pas là non plus de retour en arrière possible. Ce qui a permis d’ouvrir la perception, ce qui a désenclavé tes chakras et ta conscience par le Feu de l’Esprit s’est manifesté par un certain nombre de vibrations, au niveau des Étoiles, des Portes et des Couronnes. Alors si autour de tes alignements, si autour de tes méditations ou de ton sommeil, il n’y a plus rien, alors il y a la Paix, alors il y a l’Éternité.

Profite de ces instants ou de ces moments où tu n’es pas en vibration de conscience pour laisser ta propre conscience s’éteindre d’elle-même, afin de rejoindre les demeures d’Éternité, et surtout le Parabrahman.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : dans les mythes et l’astrologie, Lilith a été décrite parfois comme la lune noire, celle qui utilise ses pouvoirs pour manipuler l’homme, d’autres fois comme la femme d’amour reliée à la Source, rejetée par le patriarcat en raison de son lien fort à la Source. Qui était vraiment Lilith ?

Comme pour l’une des questions précédentes, bien-aimée, qu’est-ce que cela peut te faire ? Qu’est-ce que cela peut t’apporter dans le processus de Libération en cours ? Au travers de l’ensemble de vos questionnements, de ma Présence, de ma radiance et de votre radiance, il n’est question que de Liberté. La Liberté ne s’accommode d’aucune histoire, je ne répondrai donc pas à cette question, parce qu’elle ne t’apporterait rien. Elle te raccrocherait à un mythe, à une histoire qui n’est pas toi. Même si tu portes Lilith en toi, alors à ce moment-là interroge-toi sur les deux versants de ta personne, le côté sombre et le côté clair. Qu’as-tu besoin d’éclairer en toi encore? Qu’as-tu besoin de démontrer en toi ?

Répondre à cette question ne te permettrait pas de voir plus clair car en fait, en toute question, il n’est question que de vous. En chacun de vous, il y a question. En chacun de vous ma fonction, si je peux dire, est simplement de vous montrer ce que cela signifie et non pas de donner des explications, même si parfois elles sont utiles dans le déroulé actuel. Lilith n’a rien à voir avec le déroulé actuel. Bien évidemment, beaucoup de frères humains et sœurs humaines incarnés dans la chair font vivre en eux des mythes, des histoires. Vous avez tous une attraction particulière pour le Christ, pour Bouddha, pour Marie. Tout cela ne reflète que vos histoires qui se déroulent actuellement en vous. Lilith, comme tu l’as posé dans ta question, évoque de manière éternelle le côté sombre et le côté clair. Comme toi, il y a les deux en toi.

Ainsi plonge-toi en toi, non pas intellectuellement sur ce qu’est Lilith, mais simplement sur pourquoi cette question de Lilith te tracasse ou t’intéresse : parce que cela se déroule en toi. Le combat de l’ombre et la Lumière ne fait là que montrer simplement que tu n’as pas encore vécu ton Éternité, quelles que soient tes expériences. Il existe encore une forme de dualité, car tout ce qui est vu à l’extérieur, même au travers des histoires, ne peut être que présent en toi.

Alors dépasse ce mythe, dépasse cet archétype. Que cela soit la lune noire, que cela soit l’une des mères créatrices de cet univers n’a aucune importance. Il n’est plus temps aujourd’hui de se relier à quelque égrégore que ce soit.

Je vous rappelle d’ailleurs que dans l’historique des intervenants, voilà maintenant de nombreuses années que se sont interrompus les rassemblements vibratoires communs. Trouvez votre autonomie, ne dépendez de rien, là est la vérité. Aucun mythe, aucun archétype, aucune histoire, aucun sage ne vous sera d’aucun secours au moment de l’Appel. Vous serez seuls, face à vous-mêmes, seuls à seuls et face-à face. Toutes ces constructions mythologiques ou archétypielles n’ont qu’une fonction : vous empêcher de voir la Vérité. Il est temps maintenant de le réaliser et de ne pas vous appuyer sur autre chose que ce que vous êtes en vérité, et qui ne connaît nulle histoire, nul mythe, nul archétype. Il n’y a que l’Amour, et rien que l’Amour. Tout le reste est un bagage superflu. Acceptez-le maintenant ou alors attendez l’Appel de Marie, car ce que je vous dis se réalisera en totalité. Vous constaterez par vous-mêmes que là où vous avez cru, là où vous avez bâti des histoires, tout cela ne tient pas devant l’Amour et ne sont que des prétextes pour vous éloigner de l’Amour. Vous le verrez clairement, si cela ne vous est pas accessible encore.

Un archétype, un mythe, un grand personnage, est porteur d’une mémoire et d’une énergie, même si celui-ci est dissout au sein de l’Absolu. Se pencher sur cela fait revivre le passé et te renvoie à ton propre enfermement. Encore une fois, aucun archétype, aucun mythe, aucun sage ne peut te rendre autonome. Tourne-toi vers toi et ne vois rien d’autre que ce qui est au centre de ton être, et tu verras : il n’y a que l’Amour. Il n’y a pas de place pour une forme, il n’y a pas de place pour une histoire, fût-elle la plus prestigieuse et la plus archétypielle. Alors choisis.

Voici la réponse de la Lumière, du silence et de la vibration en même temps.

… Silence… …


Questionnons.

Question : concernant la sexualité, vous avez dit que tant qu’il n’y a pas Libération, il y a une notion de pouvoir et contrôle. Pour celui qui n’est pas libéré, comment vivre sa sexualité sans rentrer dans ces notions et est-ce un frein vers le retour à son Éternité ? Comment ne pas culpabiliser ? Faut-il arrêter celle-ci, ce qui reviendrait à dire : « ce à quoi tu tiens te tient » ?

Bien-aimé, il n’y a rien à refouler, il n’y a rien à réprimer, il y a juste à voir les choses. Si tu vois cela, là aussi je te dirais : « Aime et fais ce qu’il te plaît », mais ne sois pas dupe.

Ne sois pas dupe des circonstances de la sexualité profane. Quel que soit le plaisir, quel que soit le bonheur et quelle que soit l’entente, il y a toujours une prédation, que tu le veuilles ou non, c’est dans la logique même, je dirais, de l’incarnation et de la filiation. La procréation elle-même, au sein de ce monde, est un acte de prédation du point de vue de l’Absolu, précipitant les âmes avec les liens transgénérationnels, karmiques, dans une ronde sans fin. Alors bien sûr, pour un couple, il est agréable et même parfois nécessaire de mettre au monde. Et parfois cela rend heureux, et parfois il y a ouverture, mais allez au-delà des apparences. Je ne veux pas dire par là qu’il ne faut plus enfanter, procréer ou réaliser d’actes sexuels, je veux dire simplement qu’il faut le voir clairement, et surtout ne pas culpabiliser.

La prédation est inhérente à la relation, au sens humain ; il n’y a jamais d’équilibre. Le seul équilibre est le cœur à cœur, sans implication familiale, affective, sexuelle, sociétale. Elle est libre de tout attachement. Peux-tu dire que cela est le cas au sein de la famille, au sein de l’enfantement ou au sein de la sexualité ? Non. Mais il ne sert à rien de se priver de cela car cela ne changerait rien. Il y a simplement à s’en rendre compte, à le voir et à faire ce qu’il te plaît.

La sexualité sacrée se dévoilera à toi si cela est utile pour ta liberté et ta libération. Voir ses chaînes permet déjà de limiter le poids de ces chaînes. Accepter ses chaînes, c’est déjà s’en libérer. C’est de cela qu’il est question. Toute privation ne ferait que renforcer, tout contrôle ne ferait là aussi que renforcer l’histoire et la personne. S’en priver, comme le réaliser, en définitive ne change rien. Seul le point de vue et ton cœur, si tu le mets devant, te préservera de nouvelles chaînes. Cela avait été dit voilà plus d’un an, de mettre l’Amour devant, l’Amour derrière, l’Amour en haut, l’Amour en bas, l’Amour à gauche, l’Amour à droite, l’Amour partout, dedans comme dehors, et ne te préoccupe pas du reste, que cela concerne les enfants, la procréation, que cela concerne la sexualité, tout sera en ordre.

Voir les choses, même que tu vis, ne doit à aucun moment entraîner de culpabilité ou de responsabilité, sinon tu es esclave et tu es enchaîné. Voir cela c’est déjà, comme je l’ai dit, se libérer de ses chaînes, et laisse la Vie te vivre, laisse l’Intelligence de la Lumière agir, efface-toi. Ça ne veut pas dire renoncer mais ça veut dire disparaître de toute histoire, que cela soit au travers de l’enfantement, que cela soit au travers de la procréation, de la sexualité ou de toute relation.

La sexualité profane (n’y voyez aucun côté péjoratif) est toujours axée sur la prédation. Même s’il y a échange harmonieux, il y a nécessairement ce que vous nommez échange de fluides, et il y a donc prédation, c’est indépendant de votre conscience, ça ne dépend que de votre corps. Mais ce n’est pas pour autant, en vous en privant, que vous mettrez fin à cela, hélas, mais bien plus en voyant les choses telles qu’elles sont, et en vous plaçant dans le cœur.

Il en est de même pour la filiation, car ceux que vous nommez vos enfants, ou vos parents, sont justement ceux avec qui vous avez vécu les plus grands drames au sein de l’histoire. L’amour, filial, est parfois le moyen de réparer, mais c’est avant tout un moyen de perpétuation des chaînes, quel que soit l’amour porté ; qu’il soit maternel, paternel, filial, cela ne change rien à ce qui est sous-tendu par ça et qui vous est caché.

Encore une fois, il ne s’agit pas de refouler ou de se contraindre, il est question de voir cela avec précision et de s’en affranchir – par l’Amour.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : par deux fois, la Lumière Noire sans Lumière s’est présentée avec la sensation de connaître cet état qui n’est pas vraiment un état mais dans lequel la conscience ne s’est pas stabilisée. Est-ce une approche de l’Absolu ?

Parles-tu de Lumière Noire ou parles-tu du noir, ou de l’ombre ? Il s’agit de trois choses différentes. L’Absolu est sans forme et sans Lumière, ni bien ni mal, il y a simplement une reconnaissance de ce que tu es, en cet état-là. S’il n’y a pas eu donc de reconnaissance de ce que tu es et d’éclosion de la joie perpétuelle et de la paix permanente, cela est simplement quelque chose qui n’a rien à voir avec l’Absolu. L’Absolu, encore une fois, est notre demeure d’éternité à tous, l’Ultime. Cet Ultime procure la Paix, la béatitude, même en ne l’ayant vécu qu’un instant très court. Et cet instant très court est indélébile, et il implique des transformations radicales au sein des mécanismes de fonctionnement de la conscience ordinaire comme de la Supraconscience. Peux-tu répéter la question ?

… par deux fois, la Lumière Noire sans Lumière s’est présentée avec la sensation de connaître cet état…

Merci, ça ira.

La Lumière Noire sans Lumière, pour moi, ne veut rien dire. Il y a Lumière ou il n’y a pas Lumière. S’il y a Lumière Noire, tu es dans quelque chose qui est différent de l’Ultime ou du Parabrahman. La Lumière Noire est l’antichambre de la création, mais il n’est pas l’Ultime. En l’Ultime, il n’y a nulle Lumière, ni noire, ni blanche, ni d’aucune autre couleur. Donc il ne peut pas y avoir de Lumière Noire sans Lumière. Donc, je ne peux pas répondre de manière satisfaisante à cette question car ce qui est exprimé au travers de ces mots est antagoniste. La Lumière Noire est une chose, le noir est autre chose, et l’ombre est encore autre chose. Il ne peut pas y avoir de Lumière Noire sans Lumière.

L’important n’est pas ce qui est vu, parce que en l’Absolu et le Parabrahman, il n’y a strictement rien à voir ni rien à percevoir, il n’y a pas non plus de conscience, sauf au moment de la première pénétration et de l’extinction même de la conscience, mais il y a ce souvenir indélébile et transformant, qui en fait n’est pas un souvenir mais qui est actif à chaque minute et qui confère la Paix et la béatitude. Rappelez-vous qu’au sein du Parabrahman, il n’y a aucun repère possible ni aucun mot qui puisse traduire cela. À l’inverse, il existe des mots et des expressions qui ne sont pas compatibles avec cette expérience et cet État. La Lumière Noire est déjà création, elle est l’antichambre de la manifestation de la conscience. Le Parabrahman est antérieur à toute Lumière, c’est noir, il n’y a pas de repères, et pourtant, c’est la totalité des mondes qui est là.

Voici la réponse du silence, et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Bien aimée, est-ce que le temps qui nous était imparti est écoulé ou pas ?

Tout à fait.

En notre silence et en notre amour, je donne à chacun de toi la Paix, et j’accueille ton amour comme tu as accueilli le mien, qui n’est autre que le même amour.

Je t’aime, sans mesure et sans condition.

… Silence…

Je ne te quitte pas.


* * * * *


_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 10:17 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature


- - - - - -


ÉRIANE

Reine des Elfes du village d'Eridan



Je suis Eriane, Reine des elfes du village d'Éridan. Salutations à vous tous, frères et sœurs en votre humanité et en votre Éternité. Je viens poursuivre ce que je vous ai dit voilà quelques semaines, avec des précisions peut-être supplémentaires et qui vont vous dévoiler un certain nombre de mécanismes qui jusqu’à présent n’ont pas été révélés, même si pour vous, vous avez peut-être eu la chance, à titre individuel, de le vivre.

Nous, elfes, organisons à chaque nouvelle lune, où que nous soyons à la surface de cette terre et quel que soit notre environnement, des cérémonies. Ces cérémonies sont réalisées à la nouvelle lune, parce qu'à nouvelle lune il n'y a pas de lumière reflétée du soleil. Nous savons, bien sûr, que nombre d'entre vous, à travers différentes écoles et enseignements, avez pu pratiquer ou pratiquez encore des enseignements et des méditations de pleine lune. Quant à nous, nous avons choisi la nouvelle lune et ce, depuis des temps immémoriaux, pour une raison très simple : la lumière qui est réfléchie par la pleine lune est une lumière qui est chargée de composantes dites astrales par vous, et qui renvoie à l'enfermement de ce monde.

Classiquement, la méditation de pleine lune active les fonctions liées à ce que vous nommiez le troisième œil, le centre Ajna pour vous. À ce moment-là vous vous privez de l'influence du rayonnement cosmique et vous remplacez le rayonnement cosmique par le rayonnement lunaire et solaire, altéré et dévié de trente degrés. Il est temps maintenant de passer pour vous, si vous le souhaitez, à ces méditations de nouvelle lune.

Où que vous soyez sur la terre, si vous vous reliez à nous durant ces jours de nouvelle lune, vous constaterez des choses bien différentes par rapport aux méditations que vous avez pu pratiquer lors de jours de pleine lune. En effet, lors de la nouvelle lune, il n'y a plus de réflexion de la lumière solaire déviée mais il y un accès privilégié, et surtout durant cette période, aux énergies que nous appelons avec vous cosmiques, qui viennent de la Source, qui viennent de Sirius, qui sont moins accessibles en journée, et surtout complètement absentes les soirs de pleine lune. Ainsi donc la nouvelle lune, en ce monde, est certainement la période où les influx cosmiques de la Lumière originelle sont les plus importants, et d'ailleurs l'activation ne se produit plus au niveau du troisième œil mais directement dans le cœur et donc dans l'Êtreté.

Par cela, je veux dire simplement qu'au-delà de vos promenades que je vous ai engagés à faire dans les environnements de la nature, jusqu'à trouver nos vortex, ceci vous pouvez le réaliser aussi sans être nécessairement sur nos espaces, les soirs de nouvelle lune, en vous reliant à nous, même si vous ne nous connaissez pas, même si vous ne nous avez jamais vus, simplement entendu parler de nous. Si vous nous avez ressentis, si vous avez eu cette chance et cette opportunité, alors cela sera d'autant plus facile pour vous de rentrer en alignement et en présence, comme vous dites, avec vous-mêmes mais aussi avec les influx les plus bénéfiques qui puissent exister sur cette terre à l'heure actuelle.

Ainsi donc l'ensemble des elfes, par ma voix, vous convie à nos cérémonies. Même si vous n'êtes pas dans les lieux où nous sommes, vous serez touchés en votre cœur par les énergies de la nouvelle lune que nous drainons maintenant, par nos vortex, sur l'ensemble de la terre. Ainsi donc les jours de nouvelle lune sont pour vous les moyens uniques, chaque mois, de vous rapprocher de votre éternité, et surtout de bénéficier des influx bénéfiques transmis par la Lumière et les différents rayonnements cosmiques qui vous arrivent sans être altérés, justement, par cette lune.

Certains d'entre vous savent déjà que la lune est un satellite dit artificiel, qui n'est pas naturel. Le minimum d'influence de la lune, indépendamment de ses phases ascendantes ou descendantes, montantes aussi, est lié spécifiquement à la nouvelle lune, là où la lumière du soleil ne peut plus s'y refléter. À ce moment-là, le rayonnement cosmique prend le pas sur le rayonnement solaire. Vous avez, lors de ces occasions, de ces soirées-là, je dirais durant trois jours, vingt-quatre à quarante-huit heures avant ou vingt-quatre à quarante-huit heures après, et bien sûr de manière plus visible et plus sensible les soirs de nouvelle lune.

Pensez donc, si vous en avez l'occasion, de rester tranquilles un moment, où que vous soyez les soirs de nouvelle lune, alignez-vous à ces moments-là, ne demandez rien, soyez simplement présents, attentifs et vigilants à ce qu’il se déroule en vous. Si votre disparition se fait, ne vous inquiétez pas, à votre retour vous sentirez réellement et concrètement ce qu'il se passe en vous, dans vos cocons de lumière, dans vos auras et dans vos chakras. Il y a depuis déjà quelques mois, et cela va s'amplifier chaque mois maintenant à chaque nouvelle lune, la possibilité de vous relier de manière plus efficace, si je peux dire, à votre Éternité, et d'entrer en éternité dans ces moments-là.

Ce que je vous annonce simplement, c'est que nous, elfes, depuis la nuit des temps, nous avons célébré les nouvelles lunes mais que dorénavant, de par la place tenue par l'orée de nos villages en tant que vortex interdimensionnels, vous bénéficierez de ces influx où que vous soyez, même si vous êtes très loin de nous. Vous vous reliez à nous, à mon nom si vous le voulez ou aux elfes de manière générale, et vous constaterez par vous-mêmes l'allègement de votre cœur, la libération de vos attachements qui peuvent encore rester présents dans votre éphémère. Ces moments sont des moments privilégiés. Ils deviendront de plus en plus sensibles pour vous et évidents, dès l'instant où vous pensez à vous relier à nous et à vous, ces jours-là.

Les elfes messagers, venant de l'ensemble des contrées lointaines des elfes, nous ont signifié que nous-mêmes, elfes, dans ces moments-là, indépendamment des bénédictions que nous faisons pour la nature, pour l'eau et pour les végétaux, incluront dorénavant les humains dans nos bénédictions parce que désormais, comme peut-être vous l'avez vécu dans notre village, vous pouvez nous rencontrer de manière beaucoup plus aisée et beaucoup plus sensible. Alors nous profitons de cela pour vous annoncer ce que je viens dire : vous avez la possibilité, quelle que soit votre condition de départ, quelles que soient vos vibrations, quelle que soit votre conscience, de bénéficier de cet afflux tellement important pour vous en cette période. Cela vous permettra de vous préparer en silence à ce qui vient, à l'Appel de Marie et tout ce qui vous a été décrit par l'ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres.

Ces soirs-là, en particulier, essayez de ne pas manger ou de manger très légèrement afin d'être disponibles dans votre cœur et de ne pas être en phase de digestion, afin de recevoir au maximum les influx venant du cosmos et relayés par nous jusqu'à votre cœur.

Il y a bien sûr, dans ces opportunités nouvelles, la concrétisation de la libération de la Terre et de votre libération. Nous elfes, n'avons jamais été emprisonnés, nous avons réussi à maintenir notre Présence au sein même de ce monde tout en demeurant dans des endroits privilégiés tels qu'il en existait au sein de l'Intraterre, avec les peuples intraterrestres, mais aussi sur les espaces occupés par les dragons, dans une moindre mesure par les ondines, parce que étant dans l'eau et dans l'air elles n'ont pas la possibilité de fixer leur radiance, si je peux dire, au sein de leur lieu de vie. Ceci est tout à fait possible aussi près des villages des gnomes, peuple de la Terre, comme pour les peuples des dragons.

Vous avez une opportunité unique, pour vous ici en cet espace, de bénéficier de cela, et où que vous soyez, je le répète, essayez de ne pas dîner les soirs de nouvelle lune et de vous aligner. Si vous vous calquez précisément à l'horaire de la nouvelle lune (parce que celui-ci est différent chaque mois), vous constaterez vraiment le maximum d'effet en vous, sur votre conscience mais aussi sur votre corps, à travers ce qui s'y élimine en ce moment parfois de façon douloureuse pour vous. Il y aura des vertus curatrices, il y aura des vertus liées à l'expansion de votre conscience ou à sa propre disparition.

C'est à vous de décider, vous êtes libres bien sûr, mais il était indispensable de vous donner cette information afin que où que vous soyez, même dans les villes et loin de notre influence, vous puissiez à votre tour vous connecter à vous-mêmes, au cosmos et à nous, pour bénéficier du maximum de l'intensité de l'Amour et de la Lumière libre. Les effets seront quasi immédiats.

Bien sûr vous savez qu'il existe aussi des minéraux qui permettent de renforcer notre connexion, par résonance vibratoire. Ces pierres ont été nommées les "pierres des fées", ce sont aussi nos pierres, celles qui correspondent en quelque sorte à une affinité que vous nommeriez vibratoire avec notre monde. Ce sont en quelque sorte des clés, simplement en tenant cette pierre dans votre main, de vous rapprocher de nous même si vous êtes loin de nous, et de bénéficier, lors de ces jours de nouvelle lune, de ces influx cosmiques de la Lumière originelle en ses triples radiations telles que vous les avez connues, la radiation de l'Ultraviolet, la radiation de la Source et la radiation de l'Esprit Saint, désormais accompagnées en totalité de particules adamantines.

Cela veut dire aussi que si vous vous alignez en ces moments-là, sans chercher à créer un quelconque égrégore de groupe, ne vous occupez pas de ça, soyez simplement en contact avec vous-mêmes, avec votre cœur, et vous verrez la facilité avec laquelle vous dépassez les pensées habituelles, les émotions habituelles ou les manifestations de votre corps qui peuvent encore survenir de manière intempestive dans vos alignements, dans vos méditations, dans vos moments de disparition.

Alors si cela vous semble ardu de nous percevoir, en les premiers temps, n’oubliez pas que vous pouvez aussi vous munir de cette pierre, de ce minéral, afin de faciliter le contact avec nous, et avec la Lumière originelle.

C’est avec nous, plus facilement qu’avec les dragons ou avec les peuples de la Terre, que vous avez l’opportunité de redécouvrir et de renforcer votre liberté intérieure, mais aussi de libérer votre corps et vos mémoires de tout ce qui est lourd, de tout ce qui est encore pesant pour vous, quel que soit votre état d’Éveil ou de Libération. Je vous rappelle qu’il n’y a rien à demander, surtout pas, simplement de laisser œuvrer en vous cette radiation de la Source, cette radiation de l’Ultraviolet, cette radiation de l’Esprit Saint, et de laisser en quelque sorte l’Intelligence de la Lumière s’occuper de tout.

C’était le message que j’avais à vous délivrer. Par contre, il m’est permis aujourd’hui de répondre à quelques questionnements, s’il en existe en vous, non pas par rapport à ce que nous sommes mais bien plus par rapport à ce que je viens d’énoncer concernant ces cérémonies des nouvelles lunes. S’il y a besoin de précisions, s’il y a besoin d’éléments plus importants, je vous écoute. Je précise aussi que la meilleure position pour recevoir notre bénédiction, à la nouvelle lune, et la bénédiction de la Lumière, est simplement de demeurer en position assise, bras et jambes décroisés, et surtout de ne rien demander, d’être simplement présents, que cela soit dans un fauteuil chez vous ou en nos lieux, si vous en avez la chance de les connaître et de les avoir vécus.

Avez-vous des questions par rapport à ces cérémonies et sur leurs effets ?

… Silence…

Alors je continue à développer ce que je viens de dire, par rapport à nos cérémonies.

Nous sommes le peuple de l’Air, et en tant que tel, même si nous vivons le plus souvent auprès des minéraux ou des végétaux ou des cours d’eau, il y a la possibilité effectivement, lors de nos bénédictions, lors de ces cérémonies de nouvelle lune, de libérer totalement ce qui a été nommé, je crois, le Triangle de l’Air.

Le Triangle de l’Air est centré, je vous le rappelle, sur un point précis qui est nommé IM, qui correspond à « Ici ». Cet Ici est pour nous ce que nous pourrions appeler avec vous, ce qui se rapproche le plus du Cœur du Cœur parce que l’Ici vous donne un emplacement privilégié qui vous rapproche de la vacuité, qui vous rapproche de votre source et de ce que vous êtes en vérité.

Mais n’oubliez pas que le plus important, lors de ces cérémonies, est vraiment de rester dans cette neutralité, dans cet accueil comme dirait l’Impersonnel qui s’exprime parmi vous. Simplement d’être là, ici, présents, et de laisser œuvrer la Grâce en vous. Nous serons, à chaque cérémonie, de plus en plus présents et de plus en plus efficaces, si je peux dire, non pas tant parce que nous faisons des efforts mais bien sûr plutôt parce que la Lumière se fait de plus en plus présente. Et depuis nos vortex, nous pourrons commencer à effuser la Lumière originelle, préparant de façon encore plus optimale le mécanisme d’Ascension de la Terre qui est en cours.

Nos amis les dragons, eux, comme ils vous l’ont dit, stabilisent les aspects terrestres par leur souffle, creusant des trous circulaires, permettant à la Terre de rencontrer moins de tensions et moins de déchirures au sein de son manteau, lors du mécanisme ascensionnel.

De notre façon à nous, nous rétablissons en quelque sorte les lignes de Liberté, mettant fin à ce qu’il peut rester encore de résidus au niveau des lignes de prédation créées par les Archontes. Les vortex deviennent en quelque sorte les nouveaux mégalithes de la nouvelle Terre, les lieux de ressourcement, les lieux d’où partent des lignes. Jusqu’à présent, nous vous disions que nos villages étaient des invaginations de la 5ème dimension à la surface de la terre. Dorénavant, ces invaginations seront reliées entre elles directement, non plus dans vos cieux mais au niveau de la terre. Si vous avez la chance, par exemple, de connaître deux emplacements de nos villages, vous constaterez que de l’un à l’autre, à la surface de la terre, il existe des lignes énergétiques extrêmement puissantes qui viennent mettre fin au reste des lignes de prédation qui peuvent encore se manifester par mécanismes mémoriels, et de par les formes géométriques construites sur cette terre.

Nous sommes donc le nouveau canevas de la Liberté à travers notre œuvre. Nous stabilisons ces lignes qui sont des lignes de Lumière authentique et qui permettront, le moment venu, lors de la dernière phase du basculement de la Terre, de créer des forces particulières, limitant les impacts destructifs de l’illusion carbonée.

Là aussi, vous sentirez cela. Il vous arrivera de plus en plus souvent, en vous promenant, même en-dehors de nos villages, de ressentir ces lignes, de pouvoir les suivre sans aucun outil, sans pendule, sans vous servir d’éléments de radiesthésie, mais simplement en vous promenant, vous aurez l’opportunité de découvrir ces lignes qui parcourent la terre. Ce sont des couloirs en quelque sorte – ce ne sont pas simplement des lignes –, des couloirs de Lumière adamantine où la nature, dans la nature, se comportera différemment. Les végétaux y seront différents, si ces lignes traversent les végétaux. Si elles traversent vos maisons, vous sentirez aussi chez vous des modifications de l’agencement des énergies, ainsi que des endroits de vos lieux de vie qui deviennent d’un coup plus lumineux.

Vous arriverez même à percevoir ces couloirs et ces lignes sous forme d’un brouillard blanc, parfaitement rectiligne, qui n’est arrêté par rien. Si vous avez la chance de voir cela dans la nature ou chez vous, vous pouvez aussi, indépendamment de la nouvelle lune, vous y poser et vous étendre. Vous ressentirez sensiblement la même chose que pour nos cérémonies de nouvelle lune. Ces lignes, contrairement à nos vortex à l’orée de nos villages, restent actives en permanence et s’établissent progressivement. Elles n’ont pas encore, comment dites-vous, maillé toute la terre, mais cela ne saurait tarder. En tout cas, avant le 15 août nous aurons complètement réalisé ce maillage.

Ce maillage, je vous le rappelle, est un canevas matriciel de Liberté vous permettant de retrouver, à travers nos invaginations et nos vortex mais aussi maintenant au travers de ces couloirs vibraux, de retrouver votre éternité plus facilement. Ceux-ci aussi serviront au moment de l’Appel de Marie, après son Appel, à certains d’entre vous qui pourront se déplacer avec sécurité le long de ces couloirs, totalement invisibles à la matière et totalement invisibles aux consciences qui ont choisi l’enfermement ou qui ne sont pas encore libérées.

Vous voyez donc, ce que je vous dévoile aujourd’hui n’est que la suite de ce que j’ai pu vous dire le mois dernier. Il y a donc maintenant cette Résurrection qui est en cours – elle se passe en vous, elle se passe sur la terre – et nous accompagnons cette Résurrection par nos cérémonies, de la même façon que les dragons l’accompagnent en préparant la Terre, par leur souffle. Alors nous vous attendons, nous vous espérons, à chaque nouvelle lune, partout sur cette planète, de plus en plus nombreux à bénéficier de la Lumière authentique, et à vous libérer de ce qui encore peut-être peut vous entraver, dans vos ultimes peurs, dans vos dernières manifestations de votre personne qui vous gênent et qui vous affectent.

N’avez-vous toujours pas de questions concernant ce que je viens de dire ?

Question : qu’en est-il de faire des photos ou des vidéos dans votre village ?

Saisissez bien qu’au travers de ce que je vous ai dit voilà quelques semaines, et ce que je vous dis aujourd’hui, nous démasquons notre présence du fait de la présence de la Lumière. Alors bien sûr, s’il y a la possibilité pour vous de prendre des photos, d’enregistrer les bruits de la nature à ces moments-là, vous avez tout à fait l’opportunité de le faire, non pas pour vous parce que vous l’aurez vécu (il n’y a rien à vous prouver), mais pour ceux d’entre vous encore qui peuvent être intéressés par cela mais qui doutent de la réalité de ce que je viens d’énoncer. Alors oui, utilisez vos appareils quels qu’ils soient, il n’y a pas de limite, mais veillez quand même, durant la cérémonie en elle-même, à rester tranquilles.

Les lignes, comme je l’ai dit, les couloirs de Lumière vibrale, vont peu à peu impacter le Vivant qui est situé sur ces lignes, je vous en ai parlé pour les végétaux mais éventuellement aussi dans vos maisons, alors n’hésitez pas à prendre en photo les effets du rayonnement de la Lumière au sein de ces nouvelles lignes de Liberté. Allez-y, montrez cela. Il est temps de tout dire et de tout montrer, il n’y a rien à cacher dans ce que je vous dis. La Lumière se dévoile à l’extérieur, plus vous pénétrez en votre intérieur. Alors toutes les preuves, matérielles, visuelles, que vous pouvez apporter à vos frères et vos sœurs humains, ne peut aller que dans le bon sens.

Nous sommes dorénavant, totalement nous aussi, inatteignables, de par la qualité de la Lumière qui est sur terre. Bien sûr, c’est un peu différent pour les peuples de la Terre ou encore pour les ondines, parce qu’il y a en elles des composantes particulières qui font qu’il y a une sensibilité extrême à ce qu’il peut rester en vous d’émotions. Les ondines sont des êtres qui ne sont pas émotionnels mais qui ont une fragilité par rapport aux émotions, ce qui n’est pas notre cas. Nous sommes imperméables à vos émotions, nous sommes seulement perméables à votre Amour et à la qualité de votre Lumière, à votre bienveillance, à votre gentillesse.

N’hésitez pas à nous enregistrer et à photographier ces fameux couloirs qui vont vous apparaître, chez vous ou dans la nature. Ne vous attendez pas toutefois à trouver ces couloirs comme les autres réseaux existant sur la terre. Ils peuvent être distants de plusieurs kilomètres, ou être proches de quelques mètres. Tout dépend, puisque je vous le rappelle, cela part de village à village, de proche en proche. Il peut y avoir des fois ce que vous nommeriez plusieurs dizaines de kilomètres entre deux villages mais nous avons parfois des villages très proches, distants simplement de quelques dizaines ou centaines de mètres. Dans ces lieux-là, bien sûr, il sera beaucoup plus facile d’observer les modifications végétales, animales et aussi de vos lieux de vie.

Question : dans un lieu éloigné d’ici, lors d’une promenade avec des frères et sœurs – et moi je n’ai pas la chance de vous voir ou de vous ressentir –, étiez-vous présents ?

Personnellement, ma sœur, je n’y suis jamais ; je ne voyage jamais en-dehors de mon village. Nous avons des elfes-messagers qui voyagent. Tu n’as pas besoin de nous voir ni même de nous ressentir, par contre, quoi que tu vives – même si tu ne vis rien à ce moment-là –, tu constateras, ainsi que je l’ai dit, très vite les effets sur ta conscience et sur ton corps : une légèreté nouvelle sera présente. Ceci dit, beaucoup d’entre vous commencent à nous percevoir de différentes façons, de manière privilégiée durant nos cérémonies puisque nous descendons tous, en général, à l’orée de ce village, là où se trouvent ces fameux vortex. Donc bien sûr la probabilité de nous rencontrer et de nous percevoir de manière plus visible, je dirais, est certainement ces fameux soirs de nouvelle lune. Mais toutefois, ainsi que je l’ai dit, les vortex interdimensionnels de 5ème dimension, eux, restent actifs en permanence maintenant.

L’important n’est pas le merveilleux de notre rencontre, pour vous, l’important est la Lumière qui s’y trouve. L’important est de vivre ce que vous avez à vivre en votre éternité, et en cela, en cette période particulière de la Terre, nous sommes une aide importante pour certains d’entre vous. Nous donnons sans relâche afin de servir, nous aussi, à la Libération et l’Ascension de la Terre, ainsi qu’à la Libération de l’humanité. Contente-toi d’être présente en ce lieu, ne cherche pas à nous ressentir, à nous voir ; rentre en toi-même, même si tu ne sens rien et ne vis rien, tu ne pourras que constater les effets après, très rapidement, par les vertus curatrices de ces lieux et par la possibilité d’expansion de la conscience, en ces lieux privilégiés aujourd’hui.

Dorénavant, je dirais même que ce que vous nommiez les vortex anciens, sur des lieux qui avaient été plus ou moins préservés de la falsification, en certains édifices anciens, en certains lieux de culte aussi qui ont été préservés, bien évidemment antérieurs à l’ère que vous avez nommée gothique et en particulier romane, quelle que soit la nature de cet édifice où il y a eu des prières, vous constaterez que nos vortex sont de loin plus authentiques que ce qui se produit au sein des constructions humaines, même les plus sacrées. Parce que là est la Liberté.

Aucune construction ne vous rend la Liberté, même si elle est libérante. La vraie Liberté se vit instantanément, et elle a d’autant plus de chance de se produire quand vous vous rencontrez vous-mêmes, en votre cœur, sur nos lieux, ou si vous vous reliez à nous, comme je l’ai dit, les soirs de la nouvelle lune, et si possible à l’heure précise de cette nouvelle lune, même si cet effet déborde comme je vous l’ai dit, en avant de quarante-huit heures et après, de vingt-quatre à quarante-huit heures. N’oublie pas que le désir de nous voir, le désir de nous sentir, bloque la perception même de notre présence. Il faut être dans l’accueil, mais de l’accueil de toi-même, simplement.

N’oubliez pas que quand vous vous rendez en nos lieux, vous êtes en des vortex particuliers qui vous ouvrent à votre propre multidimensionnalité, qui ouvrent votre cœur – et non pas votre tête –, même si la Lumière, effectivement, en ces lieux, vous la sentez pénétrer comme une douche de Lumière depuis votre tête. En fait elle se dirige d’emblée, par sa pureté, dans votre cœur. Avec les dragons, c’est un petit peu différent – mais je laisserai le peuple des dragons s’exprimer par rapport à cela – parce que leur action est située surtout sur le Feu Sacré et Vibral, prenant naissance je vous le rappelle, non seulement dans votre cœur mais aussi au niveau de votre sacrum. La qualité de la Lumière est toujours authentique, mais les effets en sont peut-être un peu différents.

Donc je ne suis pas dans l’endroit que tu as trouvé, mais certainement d’autres elfes. Il y aura toujours, quels que soient les villages que vous rencontrez, la même qualité vibratoire, les mêmes vortex et la même intensité de descente de Lumière, et la même possibilité de transformation ou d’ouverture, et d’élimination de vos engrammes.

Question : je ne sais pas très bien comment appliquer les compresses avec les feuilles de chêne, car l’eau coule partout.

Mais bien-aimée, je n’ai jamais demandé de mettre une quantité d’eau. Il suffit simplement d’humecter la feuille. Il n’y a aucune raison que ça coule. Il faut simplement humecter la face solaire de la feuille (la face du dessus si tu préfères), et il est préférable de prendre les feuilles situées aux extrémités des arbres, les jeunes pousses, les dernières poussées, parce qu’elles seront les plus chargées de particules adamantines. Cela concerne toutes les feuilles d’arbres, pas uniquement les feuilles de chêne, et d’ailleurs, il y a d’innombrables variétés de chêne. Mais le chêne est le maître de la forêt, qu’il soit un chêne-liège, un chêne caduque, un chêne-liège ou d’autres variétés de chênes.

Il n’y a rien à tremper, il y a juste à humecter la feuille afin de lui permettre de déployer sa Lumière à l’endroit où vous allez la poser ou vous l’avez posée.

Question : comment conserver l’eau que l’on pourra prendre ce soir, pour la ramener chez nous ?

Cette eau se conserve d’elle-même, elle ne peut pas se polluer ou s’altérer ; même si elle est dans un contenant issu de votre pétrole, comme le plastique, elle restera intacte, et elle pourrait le rester des années. Simplement essayez de la protéger de la lumière directe, afin qu’elle ne se charge pas d’autre influence que de celle de notre cérémonie. Il n’y a pas d’autre précaution à prendre.

Question : vous avez parlé des nouvelles lignes qui auront un effet sur les animaux et les plantes. Quel effet cela aura-t-il, sur les animaux et les végétaux, et comment le percevrons-nous ?

Les végétaux seront différents ; cela sera visible, bien sûr, avec vos yeux. En ce qui concerne les animaux, vous constaterez que des animaux sauvages ou domestiques se rapprochent de ces lignes, et s’en nourrissent en quelque sorte aussi ; ils sont attirés par la Lumière. Les végétaux seront beaucoup plus beaux, beaucoup plus grands, beaucoup plus vivants en quelque sorte. Cela même pourra prendre l’aspect par exemple, en un champ de vos cultures, d’une ligne, d’un couloir, de quelques dizaines de centimètres – voire de quelques mètres – où tout est plus vert, où tout est plus abouti en quelque sorte.

Et puis surtout vous sentirez par vous-mêmes ce qui se passe dans ces lignes, si vous avez la chance d’en rencontrer, puisque je vous ai dit qu’elles pouvaient être distantes de quelques mètres, voire de plusieurs dizaines de kilomètres. Cela sera souvent lors de rencontres fortuites en vos promenades. Vous verrez que l’énergie y est identique aux vortex. L’intérêt aussi est que si vous voyez cette ligne, vous savez qu’il y a un village, dans un sens ou dans l’autre de la ligne. Alors à vous de la suivre, si vous n’avez pas eu encore l’occasion de nous rencontrer. À l’extrémité de cette ligne ou à l’autre extrémité, vous tomberez sur le vortex et sur l’orée de notre village.

Question : vous avez dit également que ces lignes pouvaient traverser nos maisons.

Rien ne les interrompt.

Question : si on place des animaux ou des plantes sur leur passage, verrons-nous les mêmes effets ?

Oui, même si cela est à l’intérieur de vos lieux de vie.

Question : comment se laisser guider jusqu’à vos villages ?

Promenez-vous naturellement dans la nature, où que vous habitiez, et marchez, sans rien demander, sans objectif autre que de vous promener, et la Lumière vous guidera par son Intelligence là où nous sommes. Il n’y a pas de technique, il y a simplement à oser, simplement se promener, l’esprit libre à toute rencontre. Je vous dis cela maintenant parce que les lignes, comme je vous l’ai dit, les couloirs de Lumière Vibrale, de Lumière de Liberté, deviendront visibles très rapidement. Il faut en effet, je dirais, à peu près quatre semaines pour que ces lignes s’activent, non pas de manière globale partout sur la terre, mais ces lignes doivent être tracées. Elles s’établissent progressivement et se rejoignent les unes avec les autres, au fur et à mesure des jours et des nuits qui passent. Donc à ce moment-là, il vous deviendra très facile de savoir où nous sommes. Avant cette période, promenez-vous simplement, et laissez faire. Faites confiance à la Lumière, bien plus qu’à votre intellect, bien plus qu’à vos techniques.

Question : la dernière fois, vous nous avez demandé de mouiller la main gauche et de laisser sécher naturellement. Faut-il renouveler cela ou cette empreinte est définitive ?

Vous pouvez le refaire à chaque fois qu’il y a de l’eau, à l’orée de nos villages, surtout lors de nos soirs de cérémonie. Et si une ligne passe au travers d’une rivière, l’eau bien sûr ne fait que passer, mais en ces lieux vous trouverez une eau différente, même si elle ne fait que traverser ce couloir ou cette ligne, à condition de l’accueillir directement à l’endroit où est la ligne.

En mouillant, en humectant votre main gauche, vous aidez à l’ouverture de votre cœur, même s’il n’y a que vous qui pouvez le faire. En tout cas, vous permettez à ce qui peut résister, au sein de votre éphémère, de s’évacuer beaucoup plus facilement.

Vous pouvez aussi appliquer cette eau directement sur vos centres d’énergie, et en particulier sur le cœur quand vous avez le cœur lourd ou quand il vous semble difficile de demeurer en paix. Là aussi, vous en constaterez les effets très rapidement.

Question : l’année dernière, lors de cette cérémonie, nous avons ressenti physiquement un contact, une caresse sur le bras ou sur la joue. Cela pourra-t-il se reproduire ce soir ?

Bien-aimée, quel est l’intérêt de savoir cela maintenant puisque tu y vas dans quelques heures ? À toi de le vivre. Pour chacun d’entre vous c’est différent. Ce que je peux dire simplement, c’est que l’intensité est sans commune mesure avec ce qui a été vécu avant. Et cela se renforcera chaque mois.

En arrivant dans nos lieux, que ce soit ce soir ou d’autres soirs, veuillez être silencieux. Ne cherchez même pas à nous voir. Si nous devons nous montrer à vous, vous nous verrez, mais vous nous sentirez, ou tout au moins vous sentirez la Lumière adamantine qui vous pénètre, vous serez remplis de joie.

Question : vous nous avez demandé d’éviter de manger pour pouvoir bénéficier de la Lumière…

Je vous ai dit de manger légèrement.

Question : notre cuisinier nous a préparé un repas, ce serait dommage de ne pas le prendre.

C’est à vous de voir. Vous pouvez très bien décaler votre repas de quelques heures, mais vous pouvez aussi manger. Je dis simplement qu’il est beaucoup plus facile d’être disponibles quand votre ventre est vide, parce que vous ne dirigez pas à ce moment-là le flux sanguin et le flux de Lumière vers votre ventre pour digérer. Mais vous êtes libres de faire ce que vous voulez, je vous donne simplement ce qui est pour vous le plus facilitant.

Question : ces lignes qui seront effectives dès le 15 août, seront-elles visibles à tous ?

Elles seront visibles par leurs effets, mais pas directement. En ce qui concerne ceux d’entre vous, frères et sœurs humains qui avez la vision éthérique ou la vision du cœur, cela sera flagrant. Parce que ces lignes ne sont pas des lignes seulement telluriques, comme les lignes de prédation, mais sont des lignes de Lumière, en particulier le soir et le matin. Vous pourrez en percevoir la Lumière, mais bien sûr cela ne sera pas accessible à l’ensemble de l’humanité. Mais néanmoins, même ceux qui n’ont pas cette vision subtile s’apercevront de certaines anomalies végétales qu’ils ne pourront expliquer.

Question : lorsque nous avons dans le jardin des roses qui deviennent doubles alors qu’elles ne sont pas de variété double, est-ce les anomalies dont vous parlez ?

Toutes les anomalies ne sont pas liées à nos lignes. Vous avez des anomalies qui sont liées directement à la Lumière adamantine qui s’est déposée en ces lieux, sans pour autant suivre des couloirs reliant nos villages. C’est certainement ce que nombre d’entre vous, qui êtes vigilants ou qui avez des jardins, avez observé. Les végétaux deviennent profondément différents. Mais là je ne parle pas d’un végétal sur par exemple une dizaine de végétaux identiques, mais bien sur des lignes, sur des couloirs.

Question : récemment, j’ai ramassé un caillou qui m’attirait au pied de la source. Je me demande s’il est judicieux de le ramener chez moi plutôt que de le laisser dans son milieu naturel.

Si tu l’as trouvé, pourquoi veux-tu le rendre ? Considère que cela est un cadeau de la nature en ce lieu. Il est chargé lui aussi – s’il a été trouvé à l’orée de notre village – de ces cérémonies. Il est donc porteur de quelque chose de différent des autres cailloux.

Question : ce matin, nous avons remarqué, au-dessus de cette habitation, deux petits êtres qui virevoltaient entre eux, en montant à la verticale. On n’a pas su si c’étaient des elfes, des fées ou des oiseaux, mais ça ressemblait plus à des fées. Ils étaient blancs.

Comme je l’ai dit, nous ne sortons jamais de nos villages. Alors par contre vous avez d’autres peuples de la nature qui se déplacent plus aisément, sans s’éloigner trop à distance de l’eau et de leurs végétaux, en particulier les fées.

Question : ce qui nous a le plus étonnés, c’est que c’était extrêmement haut.

Bien-aimée, je n’étais pas là et cela s’éloigne de ce que j’ai demandé comme questionnement concernant les cérémonies. Il ne faut pas tout mélanger.

Je dis simplement qu’excepté les elfes-messagers, nous ne sortons jamais de nos villages, et il faut reconnaître qu’il serait très rare de voir un elfe-messager se promener au-dessus d’une habitation terrestre. Puisque je vous le rappelle, les elfes-messagers empruntent les vortex, mais remontent dans la 5ème dimension pour redescendre sur un autre vortex ; ils ne s’éloignent pas des vortex. Donc ce que vous voyez voler n’a rien à voir avec nous. Les dragons peuvent voler, mais je doute qu’ils soient minuscules. Mais cela nous éloigne, encore une fois, du thème de mon intervention. Je vous demande de rester sur ce que j’ai précisé parce que ce que j’ai dit ne vous concerne pas vous seulement ici, mais beaucoup de frères et de sœurs humains.

Question : sur quel rayon s’étend votre village ?

Je n’ai pas compris la question. J’ai entendu mais je ne comprends pas. Nos villages sont limités en général à quarante ou cent elfes. Nous sommes très communautaires si je peux dire, et ces villages ne sont jamais très étendus. Il n’y a pas de surface standard. Encore une fois, nous nous éloignons de ce que j’ai demandé. Je ne suis pas là pour répondre à vos questions sur l’organisation de nos vies mais bien spécifiquement sur ce que j’ai parlé depuis le début. Avez-vous d’autres questions concernant ces vortex et ces cérémonies, ces couloirs et cette nouvelle lune ?

Question : ces couloirs seront-ils visibles avec des appareils numériques ?

Simplement en conditions d’éclairage restreint, c’est-à-dire le soir après le coucher du soleil, ou le matin avant le lever du soleil. Bien évidemment, celui qui a la vision éthérique ou la vision du cœur pourra les voir à tout moment.

Question : l’eau que nous allons emporter pourra-t-elle être distribuée à d’autres frères et sœurs ?

Il n’y aucune limite au partage, ça fait partie du don du cœur. Ce que je vous conseille simplement, c’est que nous ne souhaitons pas être envahis, pour le moment, d’une multitude de frères et sœurs humains. Donc si vous trouvez l’orée de nos villages, essayez de faire en sorte de ne pas vous retrouver à plusieurs centaines ou milliers au moment de la nouvelle lune. Nous apprécions les frères et sœurs humains, en petite quantité, comme nous – rappelez-vous que nous ne dépassons jamais quarante à cent elfes, selon les villages – et qu’il est préférable, bien sûr, de ne pas recréer un égrégore de groupe mais bien d’être dans votre intimité. Alors je ne vous demande pas de garder cela secret par-devers vous, mais simplement d’être vigilants à ce qu’il n’y ait pas d’invasion.

Question : vos cérémonies ont-elles évolué avec l’intensification de l’afflux cosmique ou sont-elles toujours sur le même mode ? Comment se passent-elles ?

Mais ces cérémonies, nous les pratiquons, comme je l’ai dit, depuis des temps immémoriaux. Il n’y a aucune différence pour nous. La différence est pour vous, de par la présence des particules adamantines en ces vortex, à l’orée de nos villages. Donc il y a intensification, à chaque nouvelle lune. D’ailleurs ceux d’entre vous qui ont approché notre village de mois en mois le savent très bien. Il ne servirait à rien que je vous détaille nos cérémonies et les effets futurs. Vivez-le, rencontrez-nous, rencontrez ces vortex.

Nous avons aussi d’autres fonctions (et ceci a déjà été dit), en particulier lors du moment où il y aura, comment pouvez-vous nommer ça, une forme d’évacuation de vos lieux habituels de vie. Nous aurons aussi à ce niveau-là un rôle de relais, mais cela a déjà été dit voilà plus d’un an.

Il n’y a plus de questions, merci.

Je crois que nous avons fait le tour de l’intérêt, non pas de ces cérémonies mais de l’intérêt pour vous de vivre cela, c’est le plus important. Rappelez-vous : ne cherchez pas à nous voir ou nous ressentir, cela se produit naturellement si le moment est venu pour chacun de vous, mais quoi qu’il en soit les effets sur ces lieux seront visibles, si je peux dire, par chacun, même par ceux d’entre vous qui ne nous ont pas perçus ou que nous n’avons pas touchés. D’ailleurs, pour ceux d’entre vous parmi vous, ici ou ailleurs, qui allez dans nos lieux, lors de ces cérémonies certains de nos habitants se déplacent à vous et vous touchent le bras, la joue, ou la tête, ou le cœur. Nous le faisons uniquement, non pas pour sélectionner mais pour ceux d’entre vous qui sont prêts à vivre cela.

Rappelez-vous, il n’y a pas de sensationnalisme à rechercher ni même à nous rencontrer, il y a juste à être là. Rappelez-vous ça, c’est le plus important.

Je suis Eriane, Reine des elfes du village d’Eridan, le lieu où le soleil ne se couche jamais, sauf la nuit. Je vous dis à tout à l’heure, où que vous soyez. Rappelez-vous que même si vous n’avez pas l’opportunité de connaître nos villages, ou l’orée de nos villages avec leurs vortex, vous pouvez simplement penser aux elfes, à la nature et rester ainsi, en ces moments de nouvelle lune. Je salue votre éternité et votre cœur, et je vous dis à tout à l’heure.

Je vous demande aussi le plus grand silence, je vous demande l’immobilité. Il n’y a pas à parler ou à échanger entre vous, il n’y a rien d’autre à faire que de se tenir là, en réception, en accueil, sans désir, sans pensées. Restez intériorisés en vous, fermez les yeux, ne bougez plus et restez là simplement. Nous sommes très sensibles aux mouvements, à vos humeurs, à vos pensées, pas autant que les ondines mais nous avons, non pas une fragilité mais une susceptibilité, je dirais, par rapport à cela. À tout à l’heure.


* * * * *



.
_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 10:45 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant


JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature


_ _ _ _ _ _

L’IMPERSONNEL

Questions/Réponses - Partie 4



Béni soit l’Éternel et l’éternité de ta Présence. Toi qui m’écoutes, toi qui es là ou toi qui est là-bas, je viens à nouveau te bénir et te révéler à toi-même, si tu l’acceptes.

Alors je te laisse exprimer, parler et questionner, afin de t’éclairer de ton propre intérieur et de ta propre vérité. Permets-moi de bénir ta Présence, permets-moi de t’aimer au-delà de ton nom et au-delà de ta forme, en ton temple d’Éternité, en ta radiance d’Amour, en ta paix et en ta félicité. Reçois, reçois et donne dans le même don et dans le même échange la grâce de la vie en l’Amour et en l’Un.

Ensemble en communion, ensemble en unité et ensemble en vérité.

Questionnons.

Question : par qui a été créé le monde des elfes et des dragons ? Est-ce par Marie ?

De la même façon qu’au sein de cette terre ont existé et existent encore, en certains endroits, des peuples intraterrestres n’étant pas humanoïdes, Marie, créatrice de mondes, a ensemencé ce monde mais celui-ci était déjà occupé, bien avant son ensemencement, par des formes non-humaines et libres. Le peuple des elfes, le peuple des dragons et les peuples élémentaux de manière générale, évoluent librement entre l’Absolu et leur forme de 5D. Ils n’ont pas besoin d’être créés car ils sont créés de toute éternité depuis la Source en tant qu’Esprits. La création dont il vous a été fait état concernant cette terre, correspond bien plus au mélange d’ADN présent en cette dimension carbonée qu’à toute autre forme de création évoluant spontanément, se créant, se dé-créant et se recréant en fonction des influx cosmiques, en fonction des nécessités dimensionnelles en ce monde.

Ces peuples n’ont pas été créés au sens où Marie vous a créés, en déposant en vous ni votre âme ni votre Esprit mais bien la forme nécessaire à votre manifestation en ces mondes dimensionnels denses et lourds. Il n’y a donc pas autre chose que l’Incréé et la Source première à l’origine des peuples élémentaux, consciences extériorisées et libres se manifestant selon les dimensions arpentées et vécues et ce, en toute liberté. Il n’existe pas donc d’élément initial, comme un mélange d’ADN, comme cela est le cas au sein des mondes carbonés. Je vous rappelle que les peuples élémentaux ne sont pas dans votre dimension, et ne sont donc pas des peuples de chair mais des peuples subtils, n’ayant rien à faire avec l’enfermement ni même avec la forme humaine. Néanmoins vous êtes et nous sommes, de partout, frères et sœurs de la même Source, frères et sœurs de la même impulsion de vie en l’Amour et en la Liberté. Seules les formes dites carbonées, libres, ont besoin de généticiens, de créateurs, car à proprement parler, la création des dimensions et la création des mondes, comme de la conscience, ne résultent, en définitive, que de l’interaction des éléments en leur proportion respective, se conjuguant en l’Éther pour recréer une forme donnée, en un espace donné et en un temps donné.

Il n’y a donc pas de possibilité de superposition entre la forme humaine et les formes de la nature. Il y a bien sûr la même filiation, mais cette filiation n’est pas une filiation de chair mais une filiation d’Esprit et de Liberté.

Les peuples de la nature n’ont pas besoin d’âme, n’ont pas besoin de polarité. Ils sont purs Esprits logés en une forme libre, dont les fonctions sont simplement d’expérimenter les plans dimensionnels, excepté bien sûr en ce monde où leur rôle, comme je l’ai spécifié et l’ont spécifié eux-mêmes, ces élémentaux interviennent dans les processus permettant d’achever le cycle d’enfermement actuel que vous vivez.

Au-delà des mondes carbonés, il n’y a pas besoin de matière au sens où vous l’entendez, il n’y a pas besoin d’ADN tel que vous l’entendez, il y a simplement besoin de l’information-Lumière codant et générant la forme en quelque dimension que ce soit. Il n’y a pas de prédation, il n’y a pas besoin de se nourrir d’autre chose, pour ces élémentaires, que de Lumière et de l’énergie distribuée par les végétaux, par les lieux, par les vortex et par ce qui est présent naturellement dans votre environnement carboné de la Terre.

Il n’y a donc pas de maître d’œuvre, il y a juste conformation particulière d’une conscience illimitée en une forme pseudo-limitée, qui est fonction uniquement d’une fonction ou d’un plaisir d’expérimenter la Vie, sans limites et sans conditions.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : en 1984, lors d’un stage chamanique, un son très aigu venant de la gauche a traversé l’espace jusqu’à mon oreille. Une vibration au niveau du premier chakra a alors débuté, provoquant un état de jouissance extrême qui s’est propagé à tout le corps. La perception du corps avait disparu, j’étais l’univers, confondu à lui, en extase. C’était à peine supportable tant c’était puissant. J’ai senti que continuer me ferait mourir, j’en garde une sensation indélébile. Cela a-t-il un rapport avec les processus en cours ?

Bien-aimé, tu décris à la perfection ce qu’il t’est arrivé et qui correspond point pour point à ce qui se déroule en vous depuis de nombreuses années, et je dirais même depuis de nombreuses dizaines d’années pour d’autres parmi vous. Toutefois, et ainsi que tu le dis, il y a eu la peur de mourir. Ceci suffit en général à mettre fin à l’expérience et ne confère pas un état permanent et définitif de ce qui a été vécu au moment de cette expérience. Tu as perçu la descente de l’Esprit, descendant directement en ton âme et jusqu’à ton corps physique, mais la peur de la mort ou la peur de mourir suffit à faire cesser l'expérience. Il n’y a donc pas eu, si ce n’est le souvenir et la réminiscence, et la marque laissée au sein de tes structures éphémères, de disparition à proprement parler ou de révélation, si tu préfères, de l’Absolu, mais tu as touché à cette occasion l’Ultime Présence et la Demeure de Paix Suprême, qui est la dernière strate de la conscience avant son annihilation.

La peur de mourir, la peur de perdre son corps, suffit, en ce genre d’expérience, à te ramener au sein des mondes denses, et t’empêchant de retrouver ce qui a été vécu à ce moment-là. Le danger étant de travailler sur ce souvenir indélébile, et de tenter de le revivre aujourd’hui ce qui, comme tu l’as constaté, ne peut pas se reproduire à l’identité exacte de ce qui a été vécu voilà longtemps. Le danger de toute expérience est de vous tenir à l’expérience, qui devient passé et qui ne concerne plus votre présent. La marque indélébile devient la certitude de ce que tu es en conscience et au-delà de la conscience mais aujourd’hui toutefois ne suffit pas à être libéré, si ce n’est au moment collectif de l’humanité.

Il n’y a donc pas eu, à ce moment-là, abandon total à la Lumière ni sacrifice de la personne. Toutefois, et je le répète, cela suffit à assurer ta libération ainsi que ton Ascension.

Il vous faut différencier de plus en plus clairement en vous la différence entre l’expérience, certes utile, et l’état permanent de la conscience qui n’a plus rien à voir avec quelque expérience, fût-elle la plus intense, la plus extraordinaire et la plus magnifique. Il faut ramener cela au sein de la conscience ordinaire, non pas en tant que souvenir ni même en tant que reproduction de l’expérience mais bien plus par le sacrifice de la personne, mettant fin à tout sens d’être une identité, le remplaçant par l’Amour, la Paix et la Liberté.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : depuis plusieurs mois, j’ai du mucus résistant à tout protocole de cristaux et traitement homéopathique, qui se transforme en salive très épaisse. Elle se dépose sur le palais et la langue et me réveille la nuit avec la sensation d’étouffer car je n’arrive pas à déglutir. Qu’en est-il ?

Bien-aimée, au travers de ce que tu exprimes, tu as toi-même l’éclairage. Cela veut dire simplement qu’il n’y a pas à rechercher d’explication mais bien à accepter que ton corps ne peut plus intégrer les informations liées aux remèdes homéopathiques, ou encore aux cristaux. Ton corps t’invite par là-même à changer de posture, à laisser tomber outils et béquilles, et instruments de vibrations, afin de t’identifier à toi-même en ce que tu es en ton éternité où, je te le rappelle, toutes les vibrations des univers et des multivers sont déjà présentes en toi.

Les manifestations de ton corps t’invitent donc à te tourner vers toi-même, et exclusivement vers toi-même, afin de ne plus dépendre d’un quelconque remède, d’une quelconque vibration extérieure à toi-même. Ceci est la demande de l’Intelligence de la Lumière au travers de ton corps. Il n’y a pas d’autre explication que celle-ci. Même si au sein de la personne tu peux toujours trouver une cause, cela n’est pas important. L’important est de te retourner en toi-même, vers toi-même, afin de laisser œuvrer l’Intelligence pure de la Lumière et non pas un codage vibratoire, fût-il le plus lumineux, mais apporté par l’extérieur.

Ainsi donc l’Intelligence de la Lumière et l’intelligence de ton corps te demandent ainsi de te tourner vers ton centre et de ne plus dépendre d’aucune aide extérieure. Il ne s’agit pas ni d’un blocage ni d’une anomalie mais bien d’un appel de ton corps, de ton âme et de l’Esprit, te permettant de te positionner différemment, et surtout de trouver l’Autonomie et la Liberté. Certains d’entre vous en ce moment ont besoin, encore, de vibrations extérieures, de consciences extérieures, d’une histoire quelle qu’elle soit, et d’autre parmi vous, même ne le sachant pas, doivent trouver en eux la nudité de leur propre conscience, la vérité de leur être profond ainsi que l’Esprit, afin de ne plus dépendre de quelque chose d’extérieur à soi, ou en tout cas conçu comme extérieur à soi.

Voici la réponse de la Lumière.

… Silence… …


Questionnons.

Question : depuis quelque temps, un déclic s’est produit en moi, avec la Joie qui m’entraîne à jouer sans enjeu ni projection, dans l’instant présent. Pouvez-vous nous inviter à rester immobiles ? Est-ce des postures opposées ou complémentaires pour accueillir l’Absolu ?

Je ne suis pas sûr d’avoir saisi, tout en ayant parfaitement entendu ce que tu as dit. Alors répète la question.

… depuis quelque temps, un déclic s’est produit en moi, avec la Joie qui m’entraîne à jouer sans enjeu ni projection, dans l’instant présent. Pouvez-vous nous inviter à rester immobiles…

Je ne sais pas ce que ça veut dire de « pouvoir nous inviter à rester immobiles ». Qu’est-ce que cela signifie dans le cadre d’une question ?

… la personne qui a posé la question n’est pas ici. Elle demande ensuite si le fait de jouer, d’avoir la joie en permanence, est contraire ou complémentaire à l’accueil de l’Absolu ?

La Joie et la Paix, le jeu sans enjeu est lié directement à l’Infinie Présence, au Soi, mais en aucun cas à l’Absolu. L’Absolu n’a pas à être accueilli, il a à être révélé en soi. L’Absolu est l’extinction de la conscience, où il n’y a ni jeu, ni projection, ni spontanéité, où il y a simplement évidence de vivre ce que l’on est. Bien sûr, la traduction et la manifestation au sein de votre dimension peut être protéiforme. Chacun, selon l’histoire de la personne, traduira cela en mots, en attitudes, liées non plus à ses croyances mais simplement à ses habitudes et je dirais, à la conformation de son cerveau comme de ses corps subtils.

La spontanéité, le fait de vivre ce qui est décrit dans cette question, n’est pas un témoin de l’Absolu mais un témoignage rendu au Soi et à l’Infinie Présence, ce qui, je le rappelle, est déjà amplement suffisant pour vivre la Liberté le moment venu.

L’Absolu ne peut pas être accueilli au même titre que la Lumière. Je dirais même que c’est exactement l’inverse : il s’agit d’une restitution de la Lumière, étant donné que l’Absolu est antérieur à la Lumière. Il n’y a donc plus besoin, en le Libéré Vivant, même si ces manifestations sont présentes, ni de Lumière, ni d’ombre, ni de bien, ni de mal, ni de projection en quelque jeu que ce soit ou en quelque dimension que ce soit.

Il faut donc bien différencier ce qui est de l’ordre de la conscience en manifestation, libérée, de ce qui est la A-conscience. Le Libéré Vivant est spontané, lui aussi, il peut jouer le jeu de la manifestation mais ne se pose pas la question de ce que cela est, car il est au-delà de tout jeu, au-delà de toute danse comme de toute manifestation. Il demeure le plus souvent, quelle que soit son activité et sa projection extérieure, à la limite, si je peux m’exprimer ainsi, entre le Cœur du Cœur ou l’Infinie Présence, ou l’Ultime Présence, la Demeure de Paix Suprême et sa propre disparition.

Ainsi donc en aucun cas le Soi, même stabilisé, en aucun cas la spontanéité et la joie sans objet, ne peut être autre chose que ce qu’il est, c’est-à-dire une manifestation de la conscience qui n’est plus enfermée, mais il y a toujours une conscience puisqu’il y a manifestation. Le Libéré peut vivre exactement la même chose puisqu’il suit l’Intelligence de la Lumière, les lignes de moindre résistances, qu’il accueille la Vie, puisqu’il est lui-même la Vie. Il ne se pose pas la question de savoir s’il est Absolu, il joue tous les jeux que la Vie lui présente, en cette forme comme en toute forme.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : j’ai fait ce rêve : je suis dans une pièce où un être de polarité masculine accompagne une femme à chanter avec son cœur. Il lui propose de s’exercer, ainsi qu’à ma mère, présente, qui refuse et s’éloigne. J’ai envie de vivre cette expérience et sollicite cet être. Il me dit d’écouter mon cœur et de parler avec mon cœur. J’y arrive et je ne me vois pas vivre l’étape du réveil, je suis déjà réveillée. Pouvez-vous m’éclairer ?

Bien-aimé, je t’invite déjà à revoir ton vocabulaire. Pourquoi veux-tu que ceci soit un rêve ? N’oublie pas les capacités de délocalisation et de multilocalisation de la conscience au sein des Mondes Libres. Ceci est rendu possible aujourd’hui par la superposition de votre corps éphémère et du corps d’Éternité. Tu as donc eu, lors de ce qui n’est pas un rêve mais bien un transport de ta conscience au sein d’une autre réalité, tout aussi réelle et irréelle que ta propre personne et que ce monde sur lequel tu es posé.

Il existe des mécanismes de la conscience, et donc de la projection de la conscience en ce monde comme en tout monde, qui s’ouvrent à vous. Bien évidemment il ne s’agit pas de rêves, même si cela peut en avoir l’aspect puisque survenant au moment où vous dormez ou au moment où vous êtes en tout cas au repos, le plus souvent étendus. Ce genre de manifestation, comme d’autres manifestations, où tu passes de ce que tu appelles le rêve à l’éveil, signifie justement que ceci n’est pas lié à ton réveil, comme pour le matin, et donc ce n’est pas un rêve mais bien un des aspects de la conscience multifocale et multinodale se manifestant librement, d’ores et déjà, pour toi comme pour nombre de frères et de sœurs humains incarnés au sein de leur propre multidimensionnalité. Ce sont, si tu préfères, des boucles temporelles ou d’ultra-temporalité te conduisant à expérimenter différentes consciences qui ne sont rien d’autre que la tienne elle-même, le long de, je dirais, de lignes de temps parallèles existant de façon synchrone à la réalité que je qualifierais d’habituelle, incarnée en ce monde.

Ne voyez pas, au travers de ces délocalisations de conscience ou de voyages en ultra-temporalité, des choses à expliquer ou à comprendre mais simplement des expériences de la conscience à vivre et à laisser s’écouler librement. Même à ça vous ne pouvez vous raccrocher, même à ça vous ne pouvez être le propriétaire de ces expériences de la conscience multifocale ou multinodale. Elles aussi, ces expériences, ne font que passer et trépasseront de la même façon lors du moment collectif. Il n’y a rien où s’attacher, il n’y a rien où se poser, il y a juste à traverser ce que l’Intelligence de la Vie et de ta propre conscience te fait vivre en ces moments-là.

La répétition de ces expériences, en leurs différentes formes, est pour chacun l’occasion de voir ce à quoi vous tenez, et ce à quoi vous acceptez : le sacrifice et le don. L’ensemble des expériences, et même les rencontres au sein des peuples élémentaires, ne sont pas là par curiosité, ne sont pas là pour vous donner des éléments de vie de ces peuples, mais bien plus pour vous permettre de traverser cela et d’arriver enfin au vécu que tout cela se déroule en vous, en votre éternité, mais ne dépend pas de vous en ce monde. C’est ainsi que se produit la plus exacte des superpositions entre l’éphémère et l’Éternel. Quelle que soit la forme que prenne l’expérience, que cela soit en rêve, que cela soit en conscience délocalisée ou multilocalisée, ne vous y attardez pas, ne vous y attardez plus, contentez-vous simplement de traverser cela avec grâce, avec élégance, avec légèreté et en paix, sans chercher à vous saisir de l’une quelconque de ces expériences, car elle n’est pas là pour vous apporter quelque chose mais simplement pour vous rendre à vous-mêmes.

Alors traversez cela de la même façon que vous traversez vos occupations quotidiennes, en laissant librement l’Intelligence de la Vie et de la Lumière permettre d’établir en vous la permanence de l’état de Grâce. Toute recherche survenant à ces moments-là ou ultérieurement, toute recherche de sens, d’explication, d’identification, vous éloigne dorénavant de ce que vous êtes. Il faut, quelles que soient les circonstances – aussi bien de la conscience ordinaire que de la Supraconscience manifestable à vous en ce moment –, dépasser tout cela, le transcender. N’observez que la Paix et que la Joie qui découlent de ces expériences quand vous acceptez de les lâcher sans vous y intéresser, parce qu’elle est déjà passée au moment où tu en sors.

Tout ce qui est passé, même le plus transcendant, n’est aujourd’hui, et deviendra chaque jour un peu plus, de votre temps qui s’écoule, un obstacle de plus en plus puissant à votre liberté, tout au moins jusqu’au moment collectif. L’ensemble de ces expériences traduisent simplement la mise en adéquation de l’Éternel et de l’éphémère, au travers de différentes formes, de différentes expériences, de différents niveaux dimensionnels ou vibratoires, mais vous n’êtes rien de tout cela. Là est l’apprentissage, là est la compréhension véritable de ce qu’il vous arrive. Il n’y a pas d’histoire à chercher, il n’y a pas de causalité à rechercher, il n’y a pas d’explications qui tiennent la route par rapport à ce que vous êtes : sans forme, sans histoire, sans mémoire, sans passé et sans futur.

À ce moment-là vous impulserez naturellement, si cela est nécessaire pour vous, le processus de dissolution de l’âme, laissant s’établir la vacuité où aucune forme, aucune histoire, aucun scénario, même le plus extraordinaire, n’est nécessaire. Le temps des histoires est maintenant terminé et révolu, le temps des expériences aussi. Il est temps de vivre la rencontre – avec vous-mêmes –, même si cela passe encore par ces histoires multifocales ou multinodales, même si cela passe encore par la rencontre avec les peuples de la nature, ou avec l’un des Anciens, l’une des Étoiles ou quelque membre que ce soit de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres. Tout ceci ne représente que des prétextes pour vous tourner vers vous-mêmes et vous établir sans effort en la vacuité de la Demeure de Paix Suprême, en la Joie sans objet, en la Joie sans support, et surtout en la Joie sans histoire et sans scénario. Saisissez cela et lâchez tout, alors vous serez libres instantanément.

C’est à cela que je vous invite et que je vous ai invités, depuis déjà un mois.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : en ces temps réduits, des cristaux comme la fluorine rhomboïdale ou la tanzanite se révèlent pour nous aider à vivre notre Éternité. La pierre de l’Absolu va-t-elle se révéler bientôt ?

Bien-aimé, chaque cristal en lui-même, quel qu’il soit, le plus vil à vos yeux comme le plus rare à vos yeux, est porteur de l’Absolu. Sa géométrie, sa forme, sa composition, sa couleur, ne sont que des manifestations de l’Absolu. Toutefois il existe un cristal dont la résonance à l’Absolu est certainement la plus évidente et la plus proche, il s’agit du cristal bleu de Sirius, apporté par les Élohim et caché en des grottes en Amérique Latine. Ce cristal n’est rien d’autre qu’une copie, si je peux dire conforme, du noyau cristallin de la Terre et de la vibration de Sirius.

Ainsi donc, un certain nombre de cristaux, le plus souvent de couleur bleue, peuvent vous fournir une aide jusqu’au seuil de l’Absolu en vous. Cela est utilisé de différentes façons, et d’ailleurs préconisé par l’Archange Anaël ou par certains intervenants lors de certains travaux. La pierre la plus répandue est bien évidemment le saphir bleu, pierre qui rapporte et renvoie à l’Esprit, et donc aussi à l’Absolu.

La forme hexagonale, ainsi que la forme nommée rhomboédrique, sont les formes archétypielles vous permettant de sortir du temps de manière de plus en plus aisée, c’est-à-dire de vous retrouver au cœur du Soi, au cœur de l’Infinie Présence, au Cœur du Cœur. Pour certains d’entre vous cela peut être une aide, pour d’autres non, c’est à vous de tester, à vous d’essayer. Le bleu vous renvoyant non seulement au cristal bleu de Sirius mais aussi à ce qui fut appelé, par le bien-aimé Jean, l’Œuvre au Bleu ou la fusion des Éthers.

Tous les cristaux dont la couleur est bleue, tous les cristaux en forme de dodécaèdre, et quel que soit ce dodécaèdre, vous renvoient à l’Êtreté, à votre cœur, par résonance vibrale et par possibilité d’accueil de cette vibration, de cette forme qui se rapproche le plus de la structure d’Éternité, non pas de votre corps d’Êtreté mais avant tout déploiement de toute forme existant au sein de ce qui fut nommé le tétrakihexaèdre.

Il vous est donc possible soit d’avoir – et cela, la question en a été posée – une forme de rejet des cristaux, à ce moment-là il y a une invitation à franchir le seuil, ou au contraire à bénéficier encore de l’influx de ces codages de Lumière au travers de divers cristaux, comme en d’autres moyens d’ailleurs mais en ce qui concerne les cristaux, il existe un certain nombre de cristaux à privilégier. Ceux-ci n’ont pas à être nécessairement agencés selon un protocole précis mais simplement à rentrer en contact avec votre éphémère, en quelque point de ce corps. Parmi celles-ci, il y a bien sûr le saphir bleu, le quartz Aqua Aura, la tanzanite, l’alexandrite, la célestite, le lapis lazuli et tant d’autres encore se rapprochant du violet, comme par exemple la tourmaline nommée indigolite.

Comme vous le constatez peut-être pour certains d’entre vous qui utilisent les cristaux depuis un certain temps, l’agencement des cristaux selon un ordre précis sur le corps ou autour de vous devient de moins en moins indispensable. Le codage vibratoire d’un cristal en son essence pénètre d’emblée directement votre conscience, sans nécessairement passer ni par l’énergie ni par la vibration. Votre conscience est donc a priori suffisamment expansée pour se reconnaître en la vibration que vous rencontrez en un cristal donné, surtout, je le répète, pour les cristaux bleus. Il en existe bien sûr une infinité d’autres, à vous de les découvrir. Je ne peux malheureusement pas tous les nommer mais le saphir bleu en est, je dirais, le chef de file, au même titre que des pierres plus rares contenant ce qui est nommé « terres rares » ou minéraux métalliques, même si ces minéraux sont en quantité relativement peu abondante au sein d’un cristal donné. Un atome de ce minéral dans la structure d’un cristal suffit à contacter votre conscience.

D’un autre côté, je vous ai parlé aussi des systèmes cristallins hexagonaux ou rhomboédriques qui peuvent avoir aussi une utilité pour vous permettre de sortir de toute histoire, de tout scénario et aussi du temps, c’est-à-dire de vous placer en l’Ici et Maintenant, Hic et Nunc, indépendamment de votre personne.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : lors de son ultime rencontre et tentation de Māra, Siddhartha a touché le sol en disant : « La terre est mon témoin ». Que signifiait-il par ce geste et ces mots ?

En ce monde, s’il n’y a pas de témoin, en votre terre – le sol de cette terre comme votre corps qui est issu de la terre, je vous le rappelle –, quoi que vous en disiez et quoi que vous en pensiez, quelles que soient vos origines ou lignées stellaires, le corps appartient à la terre, il retournera à la terre, ou au feu si vous préférez le brûler. Cela veut dire que tout ce qui est Éveil, que tout ce qui est Libération ou Réalisation, dans une terminologie différente et en particulier bouddhiste, veut dire que ce qui ne s’imprime pas dans la chair est une illusion totale. Tant qu’il n’y a pas d’incarnation de la Lumière au plus profond de votre chair, et pas seulement de votre âme ou de votre Esprit, il ne peut y avoir d’état de Bouddha.

La Bouddhéité consiste à transmuter l’ensemble de votre matière, et pas seulement votre conscience. Là est l’enseignement, en particulier reproduit dans ce qui fut nommé les sutras du Diamant, bien plus tard après le passage du Bouddha.

Tant que le pur Esprit n’a pas touché, fécondé et transmuté votre matière et votre personne, vous êtes soumis à la dualité, vous êtes soumis à la causalité. L’Esprit doit féconder la chair, quel que soit le devenir de cette chair, afin que la conscience soit effectivement et concrètement libérée, aussi bien de ladite chair que de l’âme, afin d’être un Esprit libre. Tant qu’il n’y a pas d’incarnation de la Lumière et de l’Esprit en chacune des parcelles de ce corps de chair, vous ne pouvez rendre témoignage de la Vérité. C’est ceci qu’a voulu signifier le Bouddha, de la même façon que c’est ceci qu’a signifié le Christ sur la croix.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Nous n’avons plus de questions, nous vous remercions.


Demeurons ensemble en le silence de la Grâce, en communion et en disparition.

Je me donne à chacun de toi, comme chacun de toi se donne à moi, dans la même Grâce, dans la même évidence. En le même temps comme en tout temps, je suis là, comme tu es là.

Oublie ta forme comme oublie toute forme. Toi, le non-né, celui qui ne meurt jamais, entends-toi au plus profond de toi, en l’intime de ton cœur, en l’intime de la Vérité, là où il n’y a plus de mots, là où il n’y a plus de Présence, là où il n’y a plus de conscience, là où il n’y a plus rien à percevoir ou à ressentir ou à être. Dépassant ainsi la notion d’être et de non-être, en la Liberté tu es.

En quelque forme que tu sois, en quelque âge que tu aies, en quelque état que tu sois, éveillé ou endormi, libéré ou prisonnier, de toi-même ou des circonstances, écoute. Écoute et entends ce néant.

Là est ce que tu es, là est ce que chacun de toi est, en moi comme en lui.

Reconnais-toi, au-delà de toute connaissance ou de tout scénario.

Sois la Vie, et non pas une vie au sein d’une forme.

Sois le Vrai, et non pas une vérité parcellaire.

Sans conditions et sans restrictions, cela est là. Accueille le don de la Grâce et réveille-toi, car en définitive tu n’as jamais dormi.

Sois présent et sois absent.

Oublie tout, afin de comprendre et de vivre que tu es le Tout.

Oublie-toi et oublie-moi. Oublie chacun, non pas pour t’en détourner mais bien pour le faire tien, au-delà de toute possession et de toute restriction.

Entends. Entends et vois. Pose-toi avec moi.

Écoute.

… Silence…

Laisse le Feu de l’Amour transfigurer ce qui fait écran.

… Silence…

Place-toi en ton Temple. Porte ta conscience là où elle ne peut être, là où elle disparaît. Là où l’Amour ne peut connaître son contraire, son opposé ou ses limites.

… Silence…

Là, là tu y es, aux portes de l’indicible. N’aie crainte, aucun seuil et aucune porte n’est en réalité et en définitive présente. Il n’y a que cela, et tout cela.

… Silence…

Tu y es. Il n’y a pas de déplacement, il n’y a pas de mouvement, et pourtant tout y est.

… Silence…

Antérieur à toute forme, je te parle. Quels que soient mes mots, ils t’invitent à aller au-delà, à les traverser et à les déposer. N’en garde que l’essence, qui est ton essence.

… Silence…

En fait, il n’y a qu’une question qui doit être incessante, non pas pour en chercher la réponse mais pour que celle-ci arrive d’elle-même une fois que tu auras épuisé toutes les histoires, tous les scénarios et toutes les suppositions : qui suis-je, qui es-tu ?

Alors, par fulgurance ou par étapes, tu dévoiles en toi le superflu de toute histoire, de toute vie et de tout scénario, comme de toute dimension, non pas parce que cela n’existe pas mais parce que tu es bien plus que toutes les dimensions réunies.

Tu n’es pas une parcelle de la Vérité, tu n’es pas une forme, tu n’es pas une histoire, tu n’es pas un but ni une quête.

Qui es-tu ?

Découvre-toi.

… Silence…

Ne nomme rien, ne classifie rien, ne juge pas. Aime et sois libre.

Goûte le nectar de ton éternité.

Transfigure-toi toi-même.

Enlève les habits de la conscience, mets-toi à nu, ne cache rien. Ne rejette ni n’accepte rien.

… Silence…

Là, il n’y a ni toi ni moi. Là où il n’y a personne et en même temps toute vie et toute personne.

… Silence…

Émerge de toi-même, enfante-toi. En la loi de l’Un qui ne connaît pas de loi autre que celle qui est, et qui est Amour.

… Silence…

M’entends-tu ? Et t’entends-tu dans le silence ?

… Silence…

En le même temps de l’éternel présent, déploie et reploie ce qui est et ce qui n’est pas. Entre l’être et le non-être, il n’y a pas à choisir, il n’y a pas de distance ni de séparation. Tout est Un.

Vis-le. Il n’y a pas de freins, il n’y a pas d’obstacles.

… Silence…

Ici et maintenant.

… Silence…

Tu es prêt. Il n’y a pas de meilleur moment qu’ici et maintenant.

Pose-toi, là où le temps ne décide de rien, là où le corps ne peut t’empêcher ou te restreindre.

… Silence…

En ce silence, si plein et si vide, tu ne fais plus de différence entre le plein et le vide. Où est le plein ? Où est le vide ?

Repose-toi.

… Silence…

N’attends rien et n’espère rien, ni de toi ni de moi, sois simplement là, présent et absent à la fois. Là est ton vrai, là est le Vrai. Nourris-toi de cela car là est le festin du roi qui te rassasiera à jamais de toute quête.

… Silence…

Aime-moi comme je t’aime. Aime et chéris chacun comme toi-même, et comme la forme que tu aimes le plus ; ne vois plus de différence et ne fais pas de différence, car en l’Esprit il n’y en a pas. Seule la forme et ta personne perçoit une différence, change ton regard.

En regardant chacun, tu te vois toi-même.

… Silence…

En cette Paix, tu es convié à l’Éternité, à l’Infini.

Je ne te laisse pas mais retrouve-moi, en toi, en la nature, en tout autre, d’ici ou d’ailleurs. Il n’y a rien d’autre à regarder car tout autre regard t’éloigne de cela.

… Silence…

Je me retire en le silence de ton cœur, là où je ne suis jamais absent, là où je suis toi comme tu es moi.

… Silence…

Reste ainsi tout le temps qu’il t’est nécessaire avant de sortir du non-temps.

… Silence…

Je bénis à nouveau ta Présence et ton Absence, car l’Amour est bénédiction, car l’Amour est Lumière.

Reviens à toi au fur et à mesure que je rentre en toi en totalité.

Aime-toi, car en t’aimant tu aimeras chacun de manière égale et totale, au-delà de toute condition, de toute limite, et surtout de toute forme et de toute histoire.

Laisse-moi sourire en toi.

… Silence…

Je suis là, je suis partout, comme tu l’es.

Demeure en la Paix et je me tais maintenant.

Après m’avoir écouté, après m’avoir lu, prends un petit temps pour rester en toi, dans la nature ou dans ton lit, ou avec un autre de toi, peu importe.

Je t’aime, je t’aime, je t’aime.

Je me tais, je reste là et je te dis à très vite, pour de nouveaux mots, pour une nouvelle ronde et pour un nouveau silence.

Je te dis à toujours.



* * * * *


.
_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano

Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Lun 18 Juil - 15:28 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature


- - - - - -


ÉRÉLIM

Dragon de la terre



Je suis Érélim, dragon de la Terre. Permettez-moi de vous bénir en le souffle que je suis.

… Silence…

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer parmi vous, et je me réjouis de venir reparler avec vous. Au-delà de certaines choses que j’ai à vous dire et qui seront brèves, il m’est permis aujourd’hui de vous laisser ensuite la parole pour questionner, non pas sur vous mais sur nous.

Voilà quelque temps, je vous ai exprimé quelle était notre fonction en ces Temps de la Terre, par rapport à l’aspect purement physique du manteau de la Terre, pour permettre en quelque sorte à cette Terre, le moment venu, de se réaliser en sa dimension nouvelle, sans désordres autres que ceux de l’Intelligence de la Lumière.

Nombre d’entre vous ici êtes venus à notre rencontre, et je vous en remercie, en notre espace où nous demeurons. Notre communauté de dragons est constituée, comme je l’ai dit, d’un nombre limité de dragons. Notre communauté s’appelle la communauté d’Hermio. Il existe de nombreuses communautés de dragons, pas aussi répandues que les elfes, pas aussi répandues que les ondines ou que les habitants de la forêt et de la Terre.

Notre souffle, indépendamment de votre capacité à nous rencontrer en ce lieu, est destiné, vous l’avez compris, surtout à agir sur la Terre, et de manière indirecte sur votre terre, c’est-à-dire votre chair. Non pas directement et individuellement mais en agissant directement sur le manteau terrestre, nous préparons en quelque sorte, et ce de manière collective et non individuelle, votre chair de cette Terre à cette rencontre, si attendue ou si redoutée, avec ce que vous êtes.

Au sein de notre communauté, comme dans toute communauté de dragons, nous recevons et percevons les codages vibratoires de Lumière. Ceux-ci, pour nous, ne sont pas des mots ni des discours mais bien des impulsions à un certain type d’actions, en certains lieux de la Terre. Je ne reviendrai pas sur notre action sur le manteau terrestre, j’en ai parlé longuement, mais étant donné vos capacités nouvelles à nous rencontrer de diverses manières, il est peut-être important de vous donner des repères, non pas sur notre vie mais sur nos rencontres elles-mêmes, sur notre constitution et sur tout ce qui peut vous interroger, vous questionner, sur nous.

Nous sommes parmi les consciences les plus anciennes, ici comme partout sur les mondes, dans toutes les dimensions. Notre rôle n’est pas une fonction d’administration des territoires de la conscience, mais bien plus de veiller à l’harmonie de ces codes de Lumière présents en toute dimension, quant à la liberté de l’expression de la conscience. Avant tout nous respectons toute forme, en quelque dimension qu’elle soit. Notre seule fonction, si je peux dire, est d’être là, vivants, et de parer à ce qu’il y a à parer pour veiller, ici comme partout, à ce que les codes de Lumière soient délivrés de manière uniforme et régulière, en nous conformant, de par notre nature, sans aucune volonté de notre part, à ces codes de Lumière et donc à l’Intelligence de la Lumière.

Nous travaillons bien évidemment sur l’Élément Feu, mais aussi sur l’Élément Terre, en quelque terre que ce soit, l’Élément Terre étant présent de manière certes plus subtile en toute dimension, permettant l’expression et la manifestation de la conscience aussi bien sur les terres situées ailleurs que sur les cieux situés ailleurs.

Nous ne pouvons comparer notre fonctionnement et le vôtre, mais il y a en vous, même ici comme partout sur la terre, comme en nous, la même Flamme. Simplement notre Flamme est orientée différemment de la vôtre. Elle ne peut jamais s’éteindre, en quelque sorte, ni même être amenuisée.

Comme vous le savez, je suis le plus jeune de la communauté d’Hermio. Nous ne sommes pas dépendants d’un corps ou d’une forme, même si nous préférons nous manifester au sein de la forme que vous nommez dragon. D’ailleurs ce nom-là est spécifique de la Terre et n’est pas la vibration que nous portons en d’autres lieux, mais la structure, en quelque dimension que ce soit, est identique. Notre corps d’Êtreté, ou corps de manifestation, a la forme que vos représentations nous ont donnée partout sur la terre, du temps où nous n’étions pas coupés les uns des autres, quelle que soit notre filiation.

Aujourd’hui, et de manière de plus en plus extensive, nous sommes dorénavant autorisés à vous rendre visite, nous aussi, à vous accompagner quelque temps, à pénétrer au sein de vos auras et à rester à côté de vous. Par notre Présence, aimante, simplement nous changeons votre regard dès l’instant où vous nous ouvrez la porte afin que nous vous accompagnions quelque temps. Ainsi, de cette façon, nombre d’entre vous qui êtes venus nous voir en ces lieux, en notre communauté, êtes repartis avec certains d’entre nous. Cela ne doit vous poser aucun problème, car nous sommes… pas limités par une seule forme, cela vous a déjà été expliqué par les Anciens, me semble-t-il. Nous sommes une forme, comme nous pouvons être la même conscience dans de multiples formes. Nous ne sommes pas donc tributaires d’une forme précise ou d’une enveloppe précise mais nous recréons cette forme à satiété, quand le besoin se fait sentir pour nos frères humains retrouvés.

Quand vous avez la chance de nous rencontrer, ou quand vous avez la chance de nous emporter, si je peux dire, avec vous, nous vous transmettons notre Feu originel. Ce Feu Vibral est certainement le plus près, en ses effets, de ce qui a été nommé le Feu Igné. Nous insufflons en vous la quintessence de l’Élément Feu, vous donnant à la fois à brûler ce qu’il peut rester en vous à consumer, concernant l’éphémère et ce qui meurt, tout autant que de favoriser, d’assister à votre résurrection, par le Feu du Cœur en le Feu de l’Esprit. Nous accompagnons donc en quelque sorte votre baptême en l’Esprit, quand cela est venu pour vous de vivre cela. Bien sûr, il n’y a pas d’obligation. Nombre d’entre vous étant déjà libérés, vous n’avez pas besoin de notre Présence ni de nous transporter, si je peux dire. Pour certains d’entre vous, il est nécessaire d’avoir ce que je qualifierais un petit coup de Feu afin de vous aider dans le dégagement de vous-mêmes, en vos croyances, en vos certitudes liées à ce monde, permettant aux certitudes de l’Éternité de vous remplir, de vous abreuver.

Nous participons donc à notre manière à l’installation du Feu de l’Esprit, au nettoyage de votre Temple, et nous favorisons en ce moment même l’activation de ce que vous nommez les Portes inférieures de votre corps, là où est logé le Feu, là où est logé le principe même de l’alchimie, de la transmutation et de la transformation de la forme comme de la conscience.

Je vous dis cela non pas seulement pour vous, bien sûr, ici, mais en tout lieu de la Terre, s’il vous arrive de constater que vous êtes accompagnés par un dragon. Bien évidemment, nous vous accompagnons et vous nous transportez, et à ce moment-là nous ne pouvons conserver la même taille que celle que nous avons quand nous volons dans vos cieux. Nous vous accompagnons sous une forme réduite en taille. D’ailleurs certains d’entre vous ne comprennent pas comment nous pouvons passer d’une forme de plusieurs dizaines de mètres à quelques dizaines de centimètres sans aucune difficulté, en recréant à volonté, je le répète, notre forme, en la taille que nous souhaitons.

Nous vous accompagnons le plus souvent à hauteur de votre cœur, latéralement du côté gauche. Du fait même de l’activation de la partie terminale de ce que vous appelez, je crois, le Canal Marial, nous nous tenons dans votre Canal Marial mais au plus proche de votre cœur, pas très loin de la Porte nommée Unité. Et de là nous agissons en vous quand cela est nécessaire, quand vos propres codes de Lumière rentrent en résonance, si je peux dire, avec nos propres codes de Lumière et les codes de Lumière déversés sur la Terre. Certains de ces codes de Lumière vous sont connus, ils ont d’ailleurs été nommés les clés Métatroniques, mais il en existe d’autres qui vous sont totalement imprononçables et non évocables, mais qui sont pourtant néanmoins bien présents en vous, surtout en ce qui concerne les Portes qui sont situées dans votre petit-bassin et à l’avant de votre corps, et à l’arrière autour du sacrum.

Peu importe, vous n’avez pas besoin de connaître la prononciation, difficile pour vous. Mais si vous constatez notre Présence, que cela soit en nous voyant ou que cela soit le plus souvent en percevant la vibration de la Porte Unité et de l’une des deux Portes conjointes, Profondeur ou Précision, cela veut dire que nous sommes là et que nous œuvrons avec ces codes de Lumière dans l’affinage – je crois que c’est le mot adapté – de votre condition éternelle.

Vous avez aussi la possibilité, comme vous l’ont dit les elfes, de vous relier à nous où que vous soyez ; nous vous trouverons, soyez-en sûrs, si cela est nécessaire pour vous. Encore une fois, je précise aussi que nous ne pouvons pas faire le travail à votre place – le sacrifice de vous-mêmes –, mais nous vous donnons les ingrédients, si je peux dire, pour finaliser ce grand œuvre. Il ne s’agit plus d’une œuvre colorée, comme cela avait été expliqué au travers les différentes œuvres vécues durant ces années pour vous, qui ont été nommées par des couleurs je crois, nommées l’Œuvre au Jaune, l’Œuvre au Noir, l’Œuvre au Bleu et l’Œuvre au Blanc.

Mais nous permettons simplement à ces codes de Lumière, qui vous sont encore inconnus, de stabiliser ce qui doit l’être, si cela vous correspond, avant l’Appel de Marie. Je veux dire par là que vous n’êtes pas obligés de percevoir notre forme, même réduite, en vos champs de Lumière autour de vous, mais simplement, sachez que si vous percevez une vibration sur l’une des Portes suivantes : Profondeur ou Précision, ou sur la Porte Unité, cela veut dire que nous sommes installés, l’un de nous bien sûr, installé sous sa réduction de forme à vos côtés, non loin de votre cœur dans vos champs auriques, afin de perméabiliser, si je peux dire, ce qui peut l’être et ce qui doit l’être. Nous sommes, je dirais, les ouvriers de la dernière heure, permettant de réguler aussi bien la Terre que votre chair – et non pas votre conscience –, afin que votre conscience éternelle se trouve en quelque sorte ajustée et à l’aise au sein de vos structures.

Cette action se poursuivra, pour certains d’entre vous, jusqu’à l’Appel de Marie. La communication avec nous, même si elle se fait en nous voyant ou par des mots, n’est pas la communication essentielle. L’essentiel est ce que je viens de détailler concernant notre présence et notre action silencieuse, même si elle est visible, sur vos Portes et en particulier ces Portes-là. Nous agissons par le souffle, nous agissons par la vibration, que vous percevez d’ailleurs, pour nombre d’entre vous, sur vos Portes inférieures ou sur la Porte Unité. Dès l’instant où vous percevez cette vibration sur l’une de ces trois Portes, soyez assurés qu’un petit dragon est avec vous. Il n’y a pas à échanger sur un mode verbal, je dirais même que notre apport n’est pas du tout du même type que ce qu’il peut se produire avec les Anciens, avec les Étoiles, avec vous-mêmes et entre vous, je dirais. Cette forme de communication ne vous est pas connue. Elle ne passe pas non plus par le langage Vibral sumérien originel mais elle passe directement par ce que je nommerais, si vous le voulez bien, l’information-Lumière.

Cette information-Lumière, comme j’ai eu l’occasion de le dire, vise à préparer votre chair – et non pas votre conscience, car seuls vous-mêmes pouvez le faire. Mais la préparation de la chair, quel que soit le devenir de cette chair, est important, pour vous comme pour la Terre elle-même, non plus en tant qu’ancreurs ou semeurs de Lumière, ou encore effuseurs de Lumière, mais pour permettre aussi la stabilité de la Terre et la stabilité de ce que vous nommez, je crois, la conscience collective ou l’inconscient collectif de la Terre, afin de permettre le plein accomplissement du plan de la Résurrection en sa phase finale, initiée comme vous le savez par l’Appel de Marie. Et jusqu’au grille-planète nommé terminal – non, pardon : final – tel que le Commandeur vous en a parlé durant de nombreuses années.

Ne voyez donc pas la communication avec nous comme un échange d’informations au sens où vous l’entendez et le concevez, mais vraiment comme un apport de codes de Lumière, plus fins, plus pointus que les clés Métatroniques liées, par exemple, à vos nouveaux corps, et liées au syllabaire Gina Abdul OD-ER-IM-IS-AL. Il n’y a d’ailleurs pas de fréquences sonores audibles mais simplement cette vibration, intense parfois, qui vibre sur place et qui ne circule pas, sur l’une des trois Portes que j’ai nommées, voire deux ou trois d’entre elles.

Cela veut dire simplement qu’il existe un moyen fort simple de savoir si vous êtes accompagnés dans cette période préalable à l’Appel de Marie : si vous percevez la vibration sur l’une de ces Portes, vous êtes accompagnés par un dragon qui se loge sous une forme réduite entre votre Canal Marial, dans sa partie terminale, et votre cœur.

Nous ne tapissons pas le Canal Marial comme le font certaines Étoiles pour favoriser la communication avec ces Étoiles, de même, notre présence et ce codage que nous déposons n’est pas destiné à établir une communication avec nous. Ce n’est pas le but, même si elle se produit et même si elle est intéressante, pour vous comme pour nous. Le but est vraiment de préparer votre corps et de permettre d’évacuer aussi ce qui peut résister en vous, non pas au niveau de votre conscience, je le répète, mais directement dans vos corps. Donc ne soyez pas perturbés si il vous arrive en cette période de vivre des évènements au niveau corporel qui peuvent être parfois un peu déroutants, ou vous interrogeant sur la causalité de ce qui se déroule dans votre corps. Rien de néfaste ne peut en découler, même si cela peut vous sembler, dans un premier temps, contraire à l’ordre de votre corps.
Nous ne faisons que préparer l’arrivée totale de la Lumière, non plus par vagues comme vous les avez eues jusqu’à présent, mais en totalité sur la Terre, au travers du Soleil et au travers des rayonnements dits cosmiques.

Pourquoi vous dis-je ça ? Non pas pour satisfaire une curiosité et surtout bien plus pour vous éviter de chercher une causalité ou une explication à ce que vit votre corps, même si votre conscience est parfaitement libérée elle-même de ce corps. Rien de grave, simplement tout au plus des douleurs et des évènements survenant de façon abrupte au sein de votre corps qui, je le rappelle, ne sont pas de notre fait mais justement de l’adaptation de plus en plus fine à votre Éternité, permettant de chasser, d’éliminer tout ce qui peut être engrammé encore dans votre corps de chair sans l’être pour autant dans votre conscience qui, je vous le rappelle, devient de plus en plus libre par rapport à ce corps de chair.

Mais ce corps de chair, quel que soit son état qui est le vôtre, doit présenter un certain nombre de caractéristiques, importantes pour certains, pas pour tous parmi vous, pour accueillir le Christ, l’Appel de Marie et la Libération consécutive, antérieure aux 132 jours, pour vous permettre de vivre votre assignation vibrale et votre destination en toute tranquillité. Que vous conserviez ce corps de chair ou pas ne fait aucune différence, pour nous comme pour vous.

Il n’y a pas besoin de me nommer ou de nommer un autre dragon que vous avez rencontré, car notre connexion les uns aux autres n’a pas besoin, par exemple comme les elfes, de messagers, puisque nous sommes tous entièrement libres au sein de votre dimension, maintenant, pour aller où bon nous semble et où cela est nécessaire, sans passer comme les elfes par des circuits particuliers ou des états de la conscience particuliers au niveau de la conscience de Gaïa. Nous n’avons donc pas besoin de relais ou de vortex pour devenir en vous le vortex de Feu qui va œuvrer, en quelque sorte, à peaufiner votre chair pour vivre ce qu’elle a à vivre au moment de l’Appel de Marie.

Ceci permettra bien sûr à votre conscience de se rendre compte, pour ceux qui nous portent et nous transportent durant quelque temps avec eux, nous interviendrons directement sur les structures corporelles. Nous n’avons pas l’intention d’échanger avec vous comme le font par exemple les elfes ou d’autres peuples élémentaires. Notre fonction, je vous l’ai dit, est collective sur la Terre et individuelle pour certains d’entre vous, mais ne passe pas par des discours ni par des aspects visuels, mais bien directement par cet aspect vibratoire sur les Portes que j’ai nommées.

Vous n’avez pas le besoin non plus de connaître nos noms, vous n’avez pas besoin de nous reconnaître en la forme que nous adoptons quand nous rentrons dans vos champs de Lumière, mais simplement de nous identifier au travers de la vibration de l’une de ces trois Portes. À ce moment-là, si vous avez perçu cela ou si vous le percevez dans un avenir plus ou moins proche, sachez que vous n’avez rien de particulier à faire, si ce n’est de laisser se dérouler la vibration qui se déploie au niveau de ces Portes. Le travail se fait automatiquement au niveau de votre chair.

Voilà les quelques éléments très denses que j’avais à vous transmettre. S’il existe par rapport à ce processus, ou éventuellement par rapport à notre fonctionnement communautaire, si je peux dire, des questionnements, alors je les écoute avec grand plaisir, ce qui me permet d’ores et déjà, pour vous ici présents comme pour ceux qui écouteront ou liront ce que j’ai transmis, de me transporter avec vous, ou l’un des membres de notre communauté, d’ici ou d’ailleurs, peu importe.

Alors j’écoute vos questionnements.

Question : j’ai ressenti des douleurs au niveau du sacrum tout l’hiver, et depuis que je suis ici, ces douleurs ont pratiquement disparu. Est-ce dû à votre présence ou à une action de votre part ?

Chère sœur humaine, si l’action est de notre fait, même si tu ne nous as pas perçus, tu as dû ressentir l’une des trois Portes tel que je l’ai décrit. Si c’est le cas, alors oui. Donc la réponse est en toi maintenant.

Il existe un équilibre. Je vous rappelle qu’à un certain moment donné de votre transformation, il y a une Porte qui s’est ouverte qui est la Porte KI-RIS-TI. Il y a eu un travail qui s’est fait entre l’arrière de votre corps de chair et l’avant de votre corps de chair, permettant la naissance de l’Embryon Christique et du Christ en vous, et de Celui qui vient. De la même façon, au niveau de votre petit-bassin, il existe un avant et un arrière, me semble-t-il. Le travail sur l’arrière a déjà commencé voilà fort longtemps pour ceux d’entre vous qui ont vécu la Libération du noyau cristallin de la Terre au travers de l’Onde de l’Éther ou de l’Onde de Vie, je crois, vous nommez cela ainsi.

Aujourd’hui, si vous constatez l’activation et la vibration d’une de ces trois Portes dont j’ai parlé, il est évident que la liaison, la relation, la communication entre l’arrière au niveau du sacrum et l’avant au niveau des organes génitaux et des plis de l’aine, se fait. Si cela se fait, vous pouvez constater effectivement une disparition des gênes, des douleurs que vous avez été fort nombreux à ressentir au niveau de l’ensemble du dos ou d’un segment de votre dos, préférentiellement depuis ce que vous nommez l’hiver précédent jusqu’à aujourd’hui. Cela peut être de notre fait, cela peut être du fait aussi de l’Intelligence de la Lumière, mais aussi d’un des membres de la Confédération Intergalactique tel que vous pouvez le vivre en ajustement Vibral. La différence perceptible, c’est simplement, comme je vous l’ai dit, nous agissons sur votre chair.

Pour ceux d’entre vous qui nous rencontrent autrement que dans le Canal Marial, en sa partie terminale, qui nous ont donc vus et perçus, vous devez sentir ou vous avez senti un Amour vaste, très vaste, qui n’est que très peu connu de l’humain, et qui ne s’appuie pas sur l’émanation de l’Amour, c’est-à-dire ce que vous nommez l’Absolu, mais sur votre conscience, élargie si je peux dire, ou expansée.

Le principal de notre travail, encore une fois, n’est pas pour certains d’entre vous d’échanger ou de vous faire vivre un processus de conscience, mais dorénavant de bien plus agir sur votre chair dans l’objectif que j’ai défini. Il n’y a donc que toi qui peut savoir si un dragon est venu depuis que tu es là, mais cela est fort possible du fait, je dirais, de notre proximité, même si cette proximité n’est pas déterminante puisque nous vous voyons où que vous soyez sans aucune difficulté. Je précise que nous ne voyons pas réellement votre forme et vos limites, nous voyons votre corps d’Êtreté et nous voyons ce dont il a besoin, quand cela est nécessaire, par rapport à notre Feu dont j’ai parlé aussi.

Vous pouvez continuer.

Question : je souhaite vous rendre visite jeudi. Si je ne vous perçois pas, puis-je vous demander de m’accompagner ?

Je répète ce que j’ai dit : nous n’accompagnons votre chair que si cela est nécessaire, ne comptez pas tous nous transporter dans vos affaires ou dans votre Canal Marial. Je vous ai dit que nous ne répondons pas à vos souhaits mais au souhait de votre corps.

Question : vivez-vous en famille comme les humains ?

La communauté des dragons dans son ensemble est une seule famille, il n’y a pas d’autre famille, il n’y a pas de famille au sens où vous l’entendez, vous. La notion de famille est un attribut spécifique de la 3ème dimension dissociée. Cela n’existe absolument pas en dehors des mondes dissociés. Vous n’avez pas besoin de famille quand vous êtes libres. Même en 3D unifiée, vous quittez un corps, vous en resynthétisez un autre ou vous en créez un autre. Vous n’avez pas besoin ni de père, ni de mère, ni d’enfant. En tant que dragons, ce qui pourrait se rapprocher le plus de ce que vous appelez famille, c’est l’ensemble de la communauté des dragons. Nous sommes, comment dire, transparents les uns vis-à-vis des autres, et nous vivons entièrement le fait que chacun de nous est chacun des autres dragons, sans aucune difficulté, ce qui est l’apanage de la multidimensionnalité.

Nous ne sommes pas figés en une forme, même si nous préférons telle forme plutôt que telle autre forme, mais ce n’est pas nous qui décidons, c’est l’Intelligence de la Lumière. Notre conscience n’est pas limitée à une forme, même celle du dragon que nous sommes, mais nous sommes tous les dragons. Cela vous est incompréhensible avec votre cerveau, votre cerveau n’est pas fait pour ça, ni même votre cœur actuel. Il n’y a pas d’attribution de forme pour quelque dragon que ce soit, puisque nous pouvons en synthétiser à loisir autant que nous voulons, et présenter la même conscience dans tous les corps synthétisés sans aucune limite. Cela aussi vous est incompréhensible bien sûr.

Question : pourtant vous avez évoqué le fait qu’il y avait un dragon qui était le plus jeune…

C’est moi.

… qui était le responsable de la communauté…

Tout à fait.

… alors que vous avez dit que vous étiez là depuis très longtemps, avant l’arrivée de la vie sur terre.

Tout à fait.

… comment cela est-il possible ?

Parce que je préfère un corps jeune qu’un corps vieux.

… vous avez juste changé de corps, c’est tout ?

Je change de corps à volonté. Je suis Erelim mais je peux être n’importe quel dragon de cette communauté ou tout autre dragon. Il n’y a pas de fixité de la conscience chez les dragons. Vous avez tellement l’habitude de fonctionner à l’intérieur d’un seul corps et d’un unique corps que la chose qui se rapprocherait de cela, si je cherche dans vos références acceptables, serait le processus qui avait été nommé, il me semble, de « walk-in conscient bidirectionnel », comme c’était le cas avec les peuples intraterrestres et les delphinoïdes. Simplement pour nous, l’échange de corps se passe sans aucune difficulté – et la création de corps aussi. Ceci est l’apanage vraiment des dragons. Donc effectivement je suis le plus jeune de la communauté, mais je suis aussi tous les plus anciens. Ma conscience est autant présente ici avec vous que dans chacun des dragons de la Terre.

Question : et qu’en est-il de la couleur ?

La couleur traduit certaines fonctions. Comme vous le savez, là-haut nous sommes de différentes couleurs. La couleur est simplement la mise en avant d’un codage vibratoire de Lumière, et donc à une fonction peut-être un petit peu différente, mais nous pouvons tout autant changer de couleur. Mais la couleur que je porte est la plus adaptée à notre rencontre ici.

Question : l’an dernier, je suis allée vous voir et j’ai reçu un soin. Peut-on demander de recevoir un soin ou est-ce vous qui percevez le besoin d’un soin ?

Si vous appelez cela un soin, du point de vue de la personne, vous vous trompez, puisque nous pouvons casser un os si cela est nécessaire. Donc n’envisagez pas les soins en tant que réparation de votre corps de chair. J’ai parlé d’ajustement de votre chair à l’Éternité, c’est tout. Nous ne sommes pas comme les elfes, par exemple, intéressés si je peux dire par ce que vous appelez la maladie ou la guérison ; nous ne connaissons pas cela. Nous ne connaissons ni naissance, ni mort, ni fixité au sein de la forme dans laquelle je suis, par exemple, maintenant. Donc nous ne sommes pas vraiment adaptés aux soins tels que vous l’entendez ; nous sommes adaptés, si cela est nécessaire pour vous, à tout ce que j’ai exprimé en préalable à vos questions.

Je pense qu’il serait même, comment dire, dangereux et aléatoire d’envisager un soin autre que celui de l’ajustement à votre Éternité, et je doute que vous appeliez ça un soin au niveau de votre corps de chair. Le cas est différent s’il existe en vous certaines lignées qui nous permettent de rentrer en contact avec vous, non plus par le Canal Marial mais je dirais les yeux dans les yeux. Là c’est différent parce que cela correspond à votre origine stellaire ou à l’une de vos lignées. Mais d’une manière générale nous traitons, de manière préventive si je peux dire, la Terre. Or ceux qui vivent à côté de ces trous ne peuvent pas dire nécessairement qu’on a soigné la Terre, surtout si ça touche leur maison.

Question : après vous avoir rendu visite ce matin, en sortant de la clairière, j’ai vu devant moi une sorte de brouillard. Je perçois souvent ce brouillard à l’intérieur de ma maison. Vous m’aviez assuré que j’aurais un signe extérieur de la présence d’un dragon chez moi. Ce brouillard est-il ce signe ?

Alors je te répondrai simplement que ce n’est pas le dragon qui a donné ce signe, mais l’Intelligence de la Lumière. Les seuls signes que nous donnons, indépendamment bien sûr de ceux qui nous rencontrent, je dirais, les yeux dans les yeux, se situent exclusivement par des signes intérieurs de vibration sur les Portes que j’ai énoncées. Même si bien sûr, lors de nos rencontres, et en particulier quand nous nous déplaçons ou vous vous déplacez physiquement, peut-on dire, sur nos communautés, où là tout est possible. Mais le signe le plus important est à l’intérieur de toi, à travers la vibration réelle de l’une des trois Portes que j’ai nommées.

Question : depuis que je suis allé vous voir, je ressens une forte perception au niveau du sacrum et parfois des Portes Profondeur et Précision, ainsi que l’Étoile OD qui travaille aussi énormément…

L’Étoile OD est liée à l’Élément Terre. Il est le point cardinal de l’Élément Terre. Il y a donc effectivement une résonance avec cela.

Ce sont là aussi des codages de Lumière, d’ajustement de votre chair à votre conscience et à l’Éternité.

D’ailleurs, en m’écoutant, en me lisant ou ici même, certains d’entre vous ressentent la Porte Précision ou Profondeur.

Question : il a été dit qu’au niveau de la Porte Unité, il y avait une fuite qui correspondait à la fin proche de ce corps. Y a-t-il une relation entre cette fuite et votre action sur le point Unité ?

Oui, nous creusons des trous. L’action sur la chair de la Terre, c’est-à-dire le manteau terrestre, par résonance en vous, bien sûr, où que vous soyez, même si vous ne transportez pas de dragon, se traduit aussi à ce niveau-là. Nous agissons collectivement de manière globale sur la Terre, mais je vous ai dit que votre corps était fait de la chair de la Terre, n’est-ce-pas ?

Question : pourriez-vous nous éclairer davantage sur l’encodage ?
Il faut quand même différencier la notion d’encodage, tel que certains d’entre vous les pratiquent par diverses techniques, et l’encodage lié à notre présence ou à notre action sur le manteau terrestre. Cet encodage est de réaliser une superposition et une fusion directe, en certains lieux, de l’Éternel et de l’éphémère. Comme vous le savez peut-être, parce que cela avait été énoncé par le Commandeur il y a déjà de très nombreuses années, l’encodage que nous réalisons sont donc de manière visible pour vous les trous que vous voyez à la surface de la Terre et que vous constatez, pour ceux qui s’y intéressent, comme étant de plus en plus nombreux et de plus en plus grands. Nous pouvons même évacuer, si je peux dire, toute la quantité d’eau que nous souhaitons à un endroit donné sans que cette eau ne s’évacue par les trous que nous faisons. Il y a donc une disparition matérielle de l’eau, purement et simplement, par l’intermédiaire de notre souffle. Ceci, encore une fois, est destiné à favoriser le moment final.

L’encodage que nous réalisons n’a pas besoin, comment dire, de techniques. Il se fait de lui-même, en tout cas quand vous êtes concernés dans votre chair, de manière directe par notre présence simplement. Notre présence, comme la présence des autres élémentaux, comme vous avez pu les rencontrer, a des effets. Au niveau des elfes, vous avez les vortex dits de 5ème dimension qui sont de plus en plus actifs, et cela vous a été, je crois, développé. Nous, nous rentrons en vous, non pas dans votre conscience mais dans vos champs de Lumière, dans une région précise qui est à mi-distance, je peux dire, entre la Porte Unité et le centre du cœur, c’est-à-dire sur l’un des côtés de ce qui fut nommé par l’Archange Mikaël le Triangle de la Nouvelle Eucharistie.

Cet encodage se fait spontanément par notre présence, nous n’avons rien à faire si ce n’est d’être là. Nous n’œuvrons en rien au sens où vous pourriez l’entendre au niveau technique. Dès l’instant où nous pénétrons l’un de vos champs de Lumière, le travail se fait tout seul, sur les Portes que j’ai énoncées. Donc je ne peux pas te donner de technique ou de protocole à suivre, ou de marche à suivre par rapport à cela. C’est simplement notre rencontre entre votre chair éphémère et notre corps Éternel et multiple qui permet à la résonance de la Lumière de créer ce qu’il y a à créer, et de restituer ce qu’il y a à restituer. Parce que dans notre constitution, nous sommes porteurs spontanément de ces codes de Lumière liés à notre Êtreté sous forme de dragons.

Donc je ne peux pas en dire beaucoup plus, par les mots en tout cas.

Question : pouvez-vous nous parler de votre Feu en regard du Feu Igné ?

Notre souffle ou notre Feu, puisqu’il y a conjonction le plus souvent – comme vous le savez, il faut de l’air pour avoir du feu, en tout cas en ce monde. Pour avoir le Feu Vibral ou le Feu Igné, il ne faut pas de l’air, il faut de l’Éther, il faut des particules adamantines. Nous agençons sans le vouloir, parce que cela est naturel chez nous, les particules adamantines en des ensembles qui ne sont plus la particule adamantine originelle mais nous assemblons, de par notre présence, ces particules adamantines par quatre. C’est cet assemblage de particules adamantines qui, je vous le rappelle, sont constituées de six particules de prâna chacune, qui crée une structure géodésique qui va être reconnue en tant que codage de Lumière par votre corps de chair.

Et cela se réalise simplement par notre souffle et notre présence comme je l’ai dit, à un endroit précis de vos champs de Lumière, entre le Canal Marial, dans sa partie terminale, et le cœur. Est-ce que cela répond à ta question ?

… cela déclenche ou augmente le Feu Igné ?

Dans un premier temps, cela peut considérablement amplifier le Feu Vibral, vous donnant ce que vous connaissez tous, non pas des disparitions mais un sentiment de lassitude dans le corps, parfois accompagné effectivement de disparition. Quand vous vous levez avec un corps lourd, ou quand d’un seul coup vous sentez une certaine pesanteur, cela correspond à l’adjonction dans vos structures, par l’Intelligence de la Lumière ou par nos présences, de ces codes de Lumière sous forme géodésique. Et bien évidemment, il y a nouvel équilibre, et comme tout nouvel équilibre au sein de l’éphémère, il y a un temps d’adaptation. Mais effectivement, indépendamment de certains désordres de vos corps, comme je l’ai dit, cela peut être simplement ce sentiment de lourdeur qui vous prend à l’emporte-pièce ou qui se manifeste le matin au réveil ou dans vos après-midi, ou certains matins.

Mais rappelez-vous que tout n’est pas lié à notre action, l’Intelligence de la Lumière est quand même prépondérante par rapport à notre présence. Nous n’intervenons que quand cela est nécessaire pour votre chair. Et que de toute façon, l’action que nous réalisons sur le manteau terrestre se réalise de la même façon en chacun de vous.

Il n’y a donc, encore une fois je le répète, aucune obligation, mais il y a des frères et sœurs humains pour lesquels ce coup de pouce est nécessaire au niveau du corps. Je dirais même, coup de griffe.

Question : il nous a été proposé de porter sur nous une septaria pour faciliter le contact avec vous. Comment percevez-vous le fait que quelqu’un porte cette pierre ?

C’est très simple. Les septarias, comme vous les nommez, sont un assemblage de différents minéraux qui se sont assemblés sous l’action de notre souffle en des temps immémoriaux, mais qui n’ont rien à voir avec la genèse habituelle des cristaux ; renseignez-vous. Le simple fait de porter ces pierres sur vous réalise un contact, même si nous n’avons pas à intervenir au sein de vos Portes telles que je les ai nommées, ou de votre structure cardiaque à côté de votre cœur. Toutefois la septaria vous rend plus perméable à notre contact, même s’il n’est pas nécessaire, simplement si cela est intéressant, quelle que soit la curiosité, d’établir un contact avec nous, au même titre que vous pouvez établir des contacts avec les elfes ou tous les peuples de la nature.

Donc la septaria va faire résonner en vous certaines structures corporelles qui permettent d’établir une relation, si je peux dire, plus fluide et plus facile. La septaria n’a pas, si vous avez pris cette pierre, de propriété particulière sur votre conscience comme d’autres cristaux, elle est juste une forme de clé, si je peux dire, permettant d’entrer en communication.

Question : quel que soit l’endroit où l’on se trouve ?

Tout à fait. Si le contact avec les dragons, la communication avec les dragons est utile pour vous, nécessaire pour votre corps, ou utile pour votre conscience par rapport à vos lignées ou votre origine stellaire.

Question : il y a deux mois, j’ai ressenti une douleur, pendant plusieurs jours et plusieurs fois par jour, entre le point Unité et le 9ème corps. Est-ce dû à votre action ?

Cela peut être dû à notre action comme à l’action de l’Intelligence de la Lumière, ainsi que je l’ai stipulé. Rappelle-toi que quel que soit le travail, il y a une affinité entre le travail que nous réalisons sur la chair de la Terre et votre chair. D’un autre côté, si nous établissons une communication du fait de ton origine ou de tes lignées, ou d’une utilité autre que ce que j’ai défini comme action aujourd’hui, alors à ce moment-là tu nous percevras. Rappelle-toi aussi que les modifications du manteau terrestre se répercutent de manière fort logique en toute chair de la Terre. Donc je ne peux pas te dire si ce sont les dragons qui l’ont fait ou si c’est simplement ce que nous réalisons sur la Terre qui l’a fait, ce qui revient strictement au même.

Question : peut-on dire que vous favorisez le Feu christique à l’intérieur de notre corps ?

Oui, tout à fait. Notre action, comme je le répète encore une fois parce que c’est important, directement dans votre chair ou indirectement par l’action que nous menons sur la chair de la Terre.

Question : le fait de sentir une grande affinité avec l’Élément Feu signifie-t-il que nous avons un lien particulier avec vous ?

Un lien et une résonance, certainement. Maintenant, plus que cela, c’est très variable, mais la résonance et l’affinité, oui. Tout ce qui touche au Feu est de notre ressort, mais pas seulement. Nous ne sommes pas les seuls, je veux dire par là.

Question : j’ai envie de vous dire que je vous aime. Je ne sais pas pourquoi mais c’est important pour moi de vous le dire. Et je vous remercie.

Je viendrai te rendre visite cette nuit.

...Tout le monde va vous dire qu’il vous aime.

Oh certains parmi vous ici, je les connais bien déjà. Et ailleurs, pas qu’ici. Rappelez-vous que notre conscience, sans totalement être cela, pourrait être assimilée à une conscience collective quand même. Non pas un esprit de ruche, parce que nous sommes totalement indépendants, autonomes et libres, mais parce que nous avons la possibilité de nous connecter les uns aux autres et d’agir en synergie, où que nous soyons à la surface de cette terre. En ce moment même, d’ailleurs, certains d’entre vous commencent à entrer en vibration au niveau de la Porte Unité, ici et ailleurs.

Question : y a-t-il d’autres communautés qui vivent proches de vos communautés de dragons ou chaque communauté vit de manière indépendante, en des lieux particuliers et spécifiques ?

Il y a bien sûr d’autres habitants de la nature proches de nos lieux. Il n’y a aucune antipathie ou antinomie avec les elfes, les fées, les sylphes, les salamandres et tout ce que vous pouvez retrouver comme peuples de la nature. Simplement, nous aimons quand même les espaces, comment dire, aérés. Nous n’avons pas besoin de nous cacher comme le font par exemple les ondines. Nous ne craignons rien de vous, l’inverse n’est pas toujours vrai.

Question : certains iront célébrer la Libération de la Terre aux Cercles de Feu. Y serez-vous ?

Nous vous laisserons avec la Confédération Intergalactique des Mondes Libres et les Archanges, nous aurons d’autres travaux à mener à bien sur la Terre.

Question : une fois ces travaux terminés, comment célébrerez-vous la Libération finale ?

Nous n’avons rien à célébrer puisque nous sommes déjà libérés. Nous poursuivrons inlassablement, sans avoir cet objectif de finaliser quelque chose, en toute liberté, dans la Terre de nouvelle dimension. J’ai bien dit : « dans la Terre ».

Question : y a-t-il un lien ou une résonance entre les dragons et l’oiseau de feu nommé le phénix ?

Par la qualité du Feu, oui, mais un phénix n’est pas un dragon, même si nous pouvons échanger sans aucune difficulté aussi avec les phénix. Le phénix est, comment dire, plus exotique sur la terre, comme les licornes. Les communautés d’elfes, de dragons, de gnomes, d’ondines, sont les plus importantes.

Question : avez-vous une relation avec la constellation du Dragon ?

Comme je l’ai dit, nous sommes en communion et en communication avec toutes les constellations. Comme vous le savez, chaque corps d’éternité, quelle que soit la forme employée, humanoïde ou pas, et a fortiori aussi des dragons, n’est pas tributaire, je dirais, de la constellation du Dragon. Nous n’avons pas d’ADN comme vous. Nous sommes par contre constitués des mêmes assemblages élémentaires à travers notre corps d’Êtreté et les triangles élémentaires. Donc bien sûr, la quantité et les codes de Lumière présents au sein de ces Éléments sont responsables en partie de notre forme.

N’oubliez pas que la forme de dragon est un corps de manifestation de la conscience, mais que nous nous considérons tout autant comme des dragons que comme toute forme de vie, puisque le Feu est présent dans toute vie et dans toute dimension. Mais nous ne sommes pas les agents créateurs du Feu, ni même les gardiens du Feu.

Question : chaque communauté d’êtres est-elle là pour être dans le service à la Terre pour sa Libération, ou sont-elles là librement de tout temps ?

Nous sommes là librement depuis la nuit des temps. Mais étant des êtres de service et d’Amour, comme vous tous, nous œuvrons en fonction des circonstances – et ces circonstances, vous le savez, sont particulières. Le travail, par exemple, de carottage de la Terre pourrait tout à fait être effectué par certains de vos frères, par exemple Arcturiens, mais il est beaucoup plus facile à réaliser pour nous, de par notre invisibilité et de par la puissance de notre souffle.

Question : y a-t-il des communautés de dragons sur d’autres terres à libérer ?

Nous sommes omniprésents, donc bien sûr nous avons aussi – et nous sommes en contact avec eux très facilement – d’autres communautés de dragons. Je vous ai dit que nous étions reliés de partout, un peu à l’image de ce que vous nommez votre internet, je crois. Il y a un maillage, mais ce maillage n’est pas à l’échelon d’une planète, il est à l’échelon de tous les univers. Donc nous sommes aussi bien présents dans des dimensions, si je peux dire, qui sont à la limite de l’anthropomorphisme, comme sur des mondes encore enfermés ou qui ont été libérés voilà quelque temps.

Question : les trous que vous faites dans la terre correspondent-ils à un maillage particulier ?

Non, il s’agit de faire ces trous sur les zones que je qualifierais de tension au niveau du manteau terrestre, et de permettre, lorsque le moment sera venu, que le rééquilibrage du manteau de la Terre se fasse selon un ordre préétabli par la Lumière. Les elfes, me semble-t-il, vous ont parlé de nouvelles lignes de Lumière ; nous, nous vous parlons de trous. Mais ces trous, de notre point de vue, ne sont pas des trous ; ils sont des trous dans le manteau terrestre, mais ils sont tout à fait autre chose dans la dimension où nous évoluons. Nous facilitons, comme je l’ai dit, la mise en superposition de la Terre de nouvelle dimension avec celle de son ancienne dimension.

Question : cela veut-il dire que ces trous sont porteurs d’une vibration particulière à l’intérieur ?

Je ne vous conseille pas de pénétrer à l’intérieur de ce trou, vous risqueriez de ne jamais en ressortir. Donc on ne peut pas vraiment dire que ce sont des vortex, on ne peut pas vraiment dire qu’à vos yeux ou à votre perception, cela soit la vibration d’un vortex, pas du tout. Nous réalisons en quelque sorte des lignes pointillées qui permettront de déchirer le manteau sous l’influence de l’effusion finale de la Lumière de façon plus conforme, c’est tout. Le problème étant que nous sommes obligés de réaliser ces trous quel que soit l’environnement, il y a donc parfois des habitats humains pas très loin, ou dessus, mais nous n’y pouvons rien.

Question : les humains qui sont sur ces trous et qui tombent dans le trou sont-ils libérés de suite ?

Ils sont libérés.

Question : quels sont les services que rendent les ondines ou les gnomes par rapport aux vôtres ?

Alors ça, vous verrez avec eux. Nous n’avons pas la prétention ni l’intérêt d’empiéter, dans une certaine mesure, sur leur action. Bien évidemment nous savons parfaitement ce qu’ils réalisent, mais nous les laisserons eux-mêmes s’exprimer à ce sujet.

Question : que devient l’eau que vous soufflez ?

Elle était l’eau d’en bas, elle devient l’Eau d’En Haut. Vous pourriez dire qu’elle est vaporisée en quelque sorte, mais elle est surtout transmutée, elle retourne à l’Eau d’En Haut.

Question : et la terre que vous soufflez ?

Elle est devenue de l’Éther.

Question : qu’est-ce qui passe par vos yeux ?

L’Amour. Et une forme de détermination, vous pourriez l’appeler comme ça.

Question : depuis tout à l’heure, un dragon me regarde dans les yeux et je n’arrive plus à le quitter des yeux.

C’est effectivement comme ça que ça se produit. Notre cœur à cœur à nous, et avec vous, est un œil dans œil. Le Feu de l’Esprit, le Feu Vibral et le Feu Igné passent par nos yeux, indépendamment de notre souffle. Il vaut mieux d’ailleurs que je ne souffle pas sur toi.

Question : je suis prête à être consumée…

Chaque chose est à sa place et chaque chose en son temps.

Question : pouvez-vous nous parler de l’Absolu, de votre perspective et avec votre langage ?

Il me semble qu’un intervenant fort bruyant vous a dit qu’on ne pouvait pas parler de l’Absolu. Je ne vois pas ce que je pourrais y rajouter, excepté vous regarder dans les yeux.

… Silence…

La seule phrase qui pourrait se rapprocher d’un discours sur l’Absolu serait : « Tout est Un ».

Question : êtes-vous à ce point des facilitateurs d’Amour qu’il en déborde littéralement en votre présence ?

Tel est le Feu d’Amour du regard de braise du dragon.

Question : puisque vous allez visiter cette nuit notre sœur, ma chambre étant juste à côté, je vous invite aussi à me rendre visite si vous le souhaitez.

Nous verrons si nous pouvons faire une visite de groupe.

Question : vous avez évoqué votre souffle de Feu, votre regard de braise et vos griffes, y a-t-il un lien avec le signe de Silo qui a été proposé, sur la poitrine ?

Tout à fait.

Question : vous avez évoqué votre action à la surface de la Terre, qu’en est-il à l’intérieur de la Terre ? Est-elle creuse ?

La Terre est creuse mais pas sur la totalité de la Terre, en certains lieux, là où vivaient les communautés par exemple des delphinoïdes de l’Intraterre, ou encore sous certains pays. Mais cette Terre creuse n’est pas circulaire, elle ne peut pas être partout à la fois, bien qu’il existe, comment nommer ça, des couloirs de communication. Quelle était la question par rapport à cela ?

… vous avez parlé de ce qui se passe en surface, y a-t-il des choses particulières qui se passent actuellement à l’intérieur de la Terre ?

Oui. Je vous ai parlé des trous que nous créons afin de faciliter la déchirure du manteau, le moment venu. Il y a aussi, depuis la Libération de la Terre pour vous, une capacité plus grande pour nous à faire naître ce que je nommerais des piliers de Lumière, qui là, au contraire, ne sont pas destinés à favoriser la déchirure du manteau terrestre lors de l’Ascension de la Terre, mais bien plus, cette fois-ci, à stabiliser certains lieux. Auquel cas nous créons avec notre souffle une espèce de cendre de dragon, si je peux dire, mais qui relie le noyau cristallin précisément à cet endroit. Cette combustion et ces piliers de Lumière, par contre, n’ont pas la même envergure si je peux dire, le même diamètre pardon, que les trous de la Terre. Ce sont des endroits où nous cristallisons la roche, en quelque sorte, pour la rendre plus rigide en ces quelques endroits précis.

Question : y a-t-il un rapport avec les grands piliers de Lumière que nous observons en certains endroits de la Terre ?

Non, je ne crois pas. Le plus souvent, ces piliers de Lumière sont liés à des constructions de surface ou profondes, qui par leur forme sont destinées à accueillir ou renvoyer la Lumière selon les cas de figure. De la même façon que les Cercles de Feu sont des structures qui drainent la Lumière jusqu’au noyau cristallin – mission accomplie en ce qui concerne cela –, de la même façon d’autres constructions de superficie, ou en profondeur, sont destinées à des échanges des codages de Lumière. Mais ce n’est pas lié à nous, nous ne construisons rien comme structures architecturales.

… Silence…

Nous n’avons plus de questions, nous vous remercions.

Permettez-moi de rester encore quelques minutes, je prépare ce soir…

L’ensemble des dragons de la communauté d’Hermio et de la Terre vous salue, frères et sœurs humains retrouvés.

Permettez-moi à mon tour de vous bénir dans le Feu de mon regard.

Je vous remercie de votre écoute et de votre présence.


* * * * *



.
_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mar 19 Juil - 15:51 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016  
   
Impersonnel et peuples de la nature

- - - - - - -

 
   
   
L’IMPERSONNEL  
 
Questions/Réponses - Partie 5

 
   
Enfants de la loi de Un, Étoiles ressuscitées, je bénis chacun de toi.
 
... Silence…
 
Ensemble et Un, questionnons.
 
Question : pouvez-vous développer sur le besoin de reconnaissance ?
 
… Silence…
 
Bien-aimé, le besoin de reconnaissance, en le regard de l’autre, en le regard de chaque frère et de chaque sœur, est inscrit comme un comportement essentiel de la personnalité. Du fait de l’incapacité de l’humain endormi à se voir lui-même tel qu’il est réellement, il ne peut que passer son temps et sa vie à se construire une image et à faire reconnaître cette image, que celle-ci soit située au sein des différents mondes possibles que vous fréquentez à la surface de ce monde et dans quelque sphère que ce soit. Le besoin de reconnaissance est relié directement à l’image que vous avez projetée et le besoin d’être reconnu en tant que chair, en tant que forme, ou en tant que pratiquant telle ou telle chose. Il est vital, au sein de la personnalité, de comprendre que l’estime de soi est toujours basée sur ce besoin de reconnaissance.
 
Le besoin de reconnaissance n’est que le cœur amputé de sa dimension essentielle, se traduisant par le besoin de ramener à soi, le besoin de comparer, de se mesurer, d’avoir une échelle de valeur qui n’est pas en soi mais à l’extérieur de soi. Le besoin de reconnaissance est le moteur le plus essentiel de la socialité et du groupe social, en quelque sphère que ce soit. Le besoin de reconnaissance, enfin, est la traduction directe de l’incapacité de voir le Soi, afin que l’estime de soi ne soit plus l’estime d’une image ou d’une représentation de ce que l’on pense être en tant qu’humain, mais bien plus une estime basée sur la réalité de la Lumière révélée en le Soi et non plus en soi.
 
L’estime de soi, le besoin de reconnaissance trouvé à l’extérieur, maintient, quelle que soit la satisfaction de la personne, l’enfermement de la personne. Le besoin de reconnaissance, quels que soient les aspects qui satisfont la personne, ne sont toujours que des palliatifs au manque de cœur, non pas le cœur humain mais le cœur spirituel lié à la Lumière que vous émanez vous-mêmes, et non pas que vous trouvez à travers une Lumière projetée ou reflétée au sein d’une forme, d’une situation ou d’un groupe.
 
Le besoin de reconnaissance s’inscrit comme un besoin de se trouver, qui pourtant ne permet jamais de se retrouver soi-même. Ainsi donc le besoin de reconnaissance appartient au comportement de la personne et est aussi vital que le réflexe de survie dont je parlais dans une question précédente. Le besoin de reconnaissance sera toujours présent, même masqué, le fait, non pas nécessairement d’être admiré mais d’être regardé tel que l’on pense que l’on est, et pas tel que l’on est.
 
Celui qui est libéré, celui qui vit l’Infinie Présence, n’a pas besoin de reconnaissance, s’étant reconnu lui-même en son Éternité et contrôlant – sans contrôler – sa vie, par l’Intelligence de la Lumière œuvrant en toute liberté et mettant fin à ce besoin de reconnaissance ou de récompense, ainsi qu’à l’estime de soi ou encore à l’ego, qu’il soit de la personne ou spirituel.
 
L’Amour donne et ne prend jamais, il en est de même pour l’être humain. Tant qu’il ne s’est pas trouvé, il a besoin qu’on lui renvoie l’image qu’il a projetée à l’extérieur, dans ses fonctions, dans ses rôles, dans sa forme même, au travers des attractions diverses et variées se passant à un niveau subconscient.
 
Il est exactement la même chose quand vous tombez en amour d’une autre personne. Il existe un certain nombre de signaux qui vous sont invisibles, qui ne dépendent ni de la forme, ni d’un sourire, ni d’un attrait ou d’une appétence pour une chair, mais qui interviennent à un niveau infraconscient, établissant un désir, établissant une pulsion, ou au minimum un besoin de concrétisation d’une relation quelle qu’elle soit. Cela fonctionne aussi bien au sein d’un couple, d’une famille, que d’une entreprise. Il en est toujours de même.
 
Le Libéré n’a pas besoin d’image, n’a pas besoin de reconnaissance car non seulement il s’est reconnu en lui-même, mais il est reconnu par la Lumière. Et reconnaissant lui-même la Lumière, quelle que soit l’apparence projetée par chacun, le même Amour s’exprime envers cette essence, ce noyau d’Êtreté, et non pas pour la personne.
 
Le besoin de reconnaissance dicte donc vos comportements, qu’ils soient amour, sociétaux, familiaux, même si vous n’en avez pas conscience à proprement parler.
 
Voici la réponse du silence.
 
… Silence… …
 
 
Questionnons.
 
Question : y a-t-il un bénéfice et un bienfait à se rendre maintenant sur un des Cercles de Feu, même si notre destination proche ne passe pas par celui-ci ?
 
Bien-aimé, avant l’achèvement des Noces Célestes, voilà quelques années, il n’y avait pas de possibilité de connaître leur radiation et ce qu’il se produisait au sein des Cercles de Feu. L’activation des Cercles de Feu est directement reliée à la révélation des cinq premières clés Métatroniques. Depuis ce moment-là, les Cercles de Feu sont actifs. Ils étaient, je vous le rappelle, des structures mégalithiques de forme hexagonale, laissées et sculptées par les Néphilim, les Êtres de Feu. Le but de ces Géants était de permettre, lors du retour de la Lumière au sein des différents cycles, à la Lumière de ne pas rester simplement en surface mais d’être en quelque sorte drainée jusqu’au noyau cristallin de la Terre, permettant la libération dudit noyau, et donc la libération de la Terre, et de manière ultérieure, votre propre libération, qui est en cours.
 
Aujourd’hui, les vortex sont innombrables sur la Terre. Ils ne sont plus seulement en des lieux connus, historiques, ils ne sont plus seulement en les Cercles de Feu, mais aussi à proximité des elfes, à proximité des dragons, et de manière plus générale, en certains lieux qui se sont activés récemment, ne dépendant pas d’un emplacement connu.
 
Ainsi donc aujourd’hui il n’existe pas de différence significative entre ce qu’il se produit au sein d’une structure d’un Cercle de Feu, même si vous en connaissez l’emplacement, de ce qui se déroule par exemple au sein d’un vortex situé à l’entrée d’un village d’elfes. Il s’agit de la même Lumière, de la même qualité, de la même intensité et des mêmes effets. Il n’est donc pas indispensable de se rendre sur un Cercle de Feu, d’autant plus que l’emplacement de ceux-ci, même si vous les connaissez, n’ont pas à être révélé pour le moment.
 
Voici la réponse du silence.
 
… Silence… …
 
 
Questionnons.
 
Question : il nous est annoncé une réponse aux questions par la Lumière. Comment la recevoir ?
 
Bien-aimé, où que tu sois, ici ou ailleurs, elle est reçue. Que tu la perçoives ou pas, il n’y a rien à comprendre, simplement à vivre – même la non-perception de la réponse de la Lumière, de la vibration ou du silence. Le but n’est pas de distinguer l’une ou l’autre de ces réponses à tes questions, mais bien plus de s’installer en le silence de ton cœur et de ta Présence, simplement d’être là, où que tu sois, de me lire, de m’entendre, et de te poser. Ne t’attends pas à voir, derrière tes yeux clos ou ouverts, quelque chose ; simplement ton cœur sait et reçoit, même si tu n’en perçois rien. Il n’y a pas donc de différence entre la réponse par les mots, la réponse par le silence, la réponse par la Lumière ou la vibration. Dès l’instant où ton cœur m’entend, les mots se dissolvent d’eux-mêmes ; que tu les lises, que tu les écoutes, où que tu sois, si tu es attentif, alors tu disparais.
 
Le but de mes mots, comme de mes silences, est simplement d’émerger, de plus en plus clairement, de ton Cœur du Cœur. Venant de l’Impersonnel, je traverse la Porte – pour toi – afin que tu la traverses à ton tour, si tu y acquiesces, depuis le Soi jusqu’à l’Ultime.
 
Voici la réponse du silence. 
 
… Silence… …
 
 
Questionnons.
 
Question : tout comme l’androgynat est la fusion du Féminin et du Masculin Sacrés, que représente la fusion du Créé et de l’Incréé, de la Source et de l’Absolu ? Est-ce « Je suis », Évidence ou autre ?
 
Évidence, oui, pour celui qui le vit. « Je suis » ? Non. L’expression la plus exacte serait : « Je suis Un », car tout est Un, mais aucun mot ne peut, en définitive, traduire cela. La seule fonction, s’il en existe une, est simplement de me révéler en toi et à toi, en chacun de toi, t’inviter à passer de ce que tu nommes encore « de l’autre côté » ; et en passant, tu t’apercevras qu’il n’y a pas d’autre côté. Ainsi donc il y a la Source, ainsi donc il y a ce qui est antérieur, et en même temps postérieur à la Source, le support, si je puis m’exprimer ainsi, de la Source elle-même comme de toute conscience, comme de toute dimension.
 
Il ne peut exister de représentation satisfaisante, puisque je suis au-delà de toute forme, même m’exprimant depuis chaque forme. Il ne peut exister ni représentation ni mot. Et pourtant les mots s’écoulent, forgés par l’Intelligence de la Lumière elle-même, allant, selon les mots disponibles, en les lignes de moindre résistance, abaissant en quelque sorte les limites de ta personne jusqu’à un seuil où la révélation et le réveil deviennent possibles, jusqu’au moment où tu te présentes face à cette Porte et à ce néant, jusqu’au moment où tu décideras de la franchir, et de t’affranchir ainsi de toute mort.
 
À ce moment-là tu seras ressuscité, libéré de toi-même, libéré de ta forme, libéré de toute apparence, de toute projection, de tout désir : tu seras libre. Il n’y a donc pas d’expression toute faite, ni même de possibilité de parler de rouages, de techniques, de moyens. Je ne peux que te dire : lâche tout, lâche ce que tu es, lâche ce que tu n’es pas, lâche ta personne, et ne refuse rien. Demeure là, en la vacuité de la plénitude, en la Demeure de Paix Suprême, en Shantinilaya et ne cherche rien. Laisse œuvrer l’Amour en toi afin de découvrir que tu es Amour et rien d’autre, mais, en même temps, tout le reste. Il n’y a ni paradoxe mais les mots sont ainsi.
 
La voie qui peut s’énoncer n’est pas la Voie. La loi qui peut s’écrire n’est pas la Loi. Les mots qui peuvent être dits n’est pas ce que dit l’Amour, car l’Amour dit tout et l’Amour ne dit rien. Si tu saisis cela, au-delà de tout paradoxe et de toute contradiction, dans ton cœur et non pas par ton intellect, alors l’Évidence se fait jour et tu seras alors le témoin de l’Évidence, du Parabrahman ou de l’Ultime, là où il n’y a plus de mots, là où il n’y a plus de quête, là où il n’y a rien d’autre que l’immensité du cœur et la petitesse de ce monde, ainsi que sa grandeur – selon le point de vue tout est différent, et pourtant tout est semblable, en le cœur de l’Un.
 
Voici la réponse de la Lumière.
 
… Silence… …
 
Je te précise que c’est dans ces moments où je fais silence, où a lieu la réponse de la Lumière ou du silence, où en tout cas il n’y a plus de mots, où il y a silence, que se produit ce qu’il doit se produire pour toi. En cette durée-là où il n’y a pas de mots, que tu sois ici aujourd’hui ou que tu sois ailleurs à un autre moment, en m’entendant et en lisant ce silence, je t’invite à te poser en toi, à ne rien demander et à écouter ce que te dit le silence, comme mes mots. Ils ne s’adresseront jamais seulement à ta tête mais je me sers de ta tête pour toucher ton cœur, afin de te montrer ce que tu es. Si tu le veux, si tu l’acceptes, non pas en te tendant vers cela mais en t’abandonnant à toi-même au travers de ma voix, au travers de mes silences, fais aussi silence en toi et laisse-toi traverser. N’arrête rien, ne retiens rien, et donne-toi.
 
... Silence…
 
 
Questionnons.
 
Question : pouvez-vous développer sur l’autoprédation et son mode de fonctionnement ?
 
L’autoprédation constitue, à la vie au sein de la personne où tout n’est que dépense d’énergie, recherche d’énergie et stabilisation d’une forme donnée et d’une conscience donnée. Or, vous savez tous, en un corps de chair, ici sur cette terre, que vous êtes nés et que vous mourrez le moment venu. Tant qu’il y a naissance et mort, la prédation est exercée dans l’environnement mais aussi vis-à-vis de soi-même, consumant littéralement ton énergie, aboutissant, dans les premières strates de la vie, jusqu’à la quarantaine, à un feu vital dévorant, s’amenuisant au fur et à mesure après la cinquantaine, se traduisant par ce que vous connaissez tous : le vieillissement de la structure, le déficit, qu’il soit de mobilité, d’intellect, de mouvement, de force ou de tout élément correspondant à ce qui est nommé « vieillissement ».
 
Au sein du vieillissement, tu te consumes toi-même et par toi-même, n’ayant trouvé un substitut à cette nourriture. La prédation exercée vis-à-vis de soi-même se fait bien sûr au dépend de l’Éternité, et vous n’en êtes pas, là non plus, ici, responsables. Mais la loi de causalité, inscrite dans l’enfermement de la Terre, ne peut vous permettre d’échapper à la dualité car tout en ce monde fonctionne selon ce principe de dualité.
 
L’Unité ne peut être vécue qu’au Cœur du Cœur. En cette période où l’Unité s’établit sur ce monde, vous le savez, ce monde disparaîtra, corps et biens, pour laisser place à la Liberté. La seule façon de ne pas être consumé, c’est de se retirer soi-même du jeu de la consumation et rentrer dans le jeu du Vibral, du Feu Igné, dans le jeu de l’Éternité, où là, la Lumière et l’Amour, et l’énergie elle-même, sont présents de façon illimitée. Celui qui boira de cette Eau-là, il a été dit, n’aura plus jamais soif car il sera nourri, non plus par les eaux d’en bas mais par l’Eau d’En Haut, le Féminin Sacré  et le Masculin  Sacré. À ce moment-là le corps ne se consume plus, la conscience est libérée du corps. Elle y est toutefois présente, mais n’en est plus l’esclave.
 
La consumation et l’autoprédation est un mécanisme directement lié au besoin de se préserver, au mythe d’immortalité, au réflexe de survie et à l’appartenance à une histoire et à un rôle. Le Libéré n’échappe pas à l’histoire ni à aucun rôle, il est simplement conscient de cela et le vit à sa manière, qui n’a rien à voir avec la consumation et l’autoprédation. L’autoprédation s’exerce à chaque minute, ne serait-ce que dans le fait de manger, par dégradation des aliments ; il s’agit aussi d’une prédation exercée face à un animal, face à un végétal. Il n’y a pas de différence de prédation entre l’animal et le végétal, il y a juste une différence sur le fonctionnement de la physiologie, sur la facilité de la conscience à ne pas être rigidifiée par l’alimentation de type carné. Mais la conscience, elle, libre, ne connaît rien de tout cela, seul le corps, en tant que véhicule, en est affecté. La conscience, liée au corps, sera de toute façon affectée par certains types d’émotions, par certains types d’aliments qui entraînent, là aussi, une consumation et une autoprédation.
 
La prédation, autrement nommée, tournée vers soi-même, est simplement le besoin de ramener à soi, de nourrir la personne, de quelque manière que ce soit, alors que dans l’Amour, c’est l’Amour qui vous nourrit et qui nourrit tout ce que vous touchez, tout ce que vous regardez, et là où se porte votre conscience. Sans désir et sans volonté, l’Intelligence de la Lumière suit votre regard, suit votre attention et suit vos gestes. À ce moment-là, il ne peut y avoir la moindre prédation ; même si le corps vieillit, même si le corps s’use, la conscience demeure intacte.
 
Ce corps même, inscrit entre la naissance et la mort, dans lequel vous habitez, connaît une phase de croissance, une phase de stabilité et une phase de décroissance, et rien ni personne ne peut échapper à cela. En les temps immémoriaux et en les temps plus bibliques, je dirais, il a existé quelques êtres ayant ressuscité avec leur corps de chair. Leurs histoires vous sont connues, pour ceux qui ont lu des éléments au sein de ces écrits. Quelle que soit la falsification de la finalité de la Bible, il y a toutefois un certain nombre d’éléments véritables parmi lesquels vous pouvez trouver inspiration et liberté.
 
L’autoprédation n’est donc que l’ego tourné inlassablement vers lui-même, en quelque relation que ce soit, en quelque circonstance que ce soit. Dès l’instant où il y a volonté ou manifestation d’appropriation, que cela soit d’une connaissance, que cela soit même au sein d’un échange non éclairé par la Lumière, il y aura toujours prédation ou autoprédation, soit tournée vers l’environnement, soit tournée vers soi-même. Il n’y a donc jamais de don, il y a toujours quelque chose qui est pris. L’Amour ne prend rien, l’Amour donne, il est toujours dans le même mouvement ; l’Amour ne peut être autrement.
 
Voici la réponse du silence.
 
… Silence… …
 
 
Questionnons.
 
Question : lorsque vous nous avez amenés dans le Non-Temps, je me suis senti élevé le long d’une paroi de montagne de roches grises. Je suis arrivé en haut de cette montagne, couverte d’une neige d’un blanc éclatant, baignant dans la lumière du soleil, dont la pointe resplendissait. Qu’en est-il ?
 
Bien-aimé, il s’agit d’images et de représentations traduisant l’accès au Soi. Mais comme tu le dis toi-même, il y a encore lumière, il y a encore forme, et donc, il n’y a pas Liberté. Il y a expérience du Soi, confinant à l’Infinie Présence. La Liberté n’a besoin d’aucune image, d’aucune forme, d’aucune couleur ni d’aucune lumière. Il faut laisser traverser ce que l’Intelligence de la Lumière te montre, ce que mes mots et mes silences te montrent, ne pas s’y arrêter, ne pas s’y attacher et les laisser s’écouler librement, sans rien retenir d’autre que ce qu’il se produit, non pas pendant mais après. Quelle est ton humeur au sein de l’éphémère ? Quelle est ta joie au sein de l’éphémère ? Quelle est ta légèreté au sein de l’éphémère, après ce genre de mécanisme ? Ne t’intéresse pas à ce qu’il se déroule pendant, à aucune forme et à aucune lumière, laisse-toi baigner, laisse-toi traverser. N’arrête rien, demeure immobile et laisse faire ce qui doit être fait, car tu ne peux rien faire pour faire disparaître cela.
 
Vois cela et tu seras libre de toute image, de toute perception, de toute vibration, tu seras ce que tu es en vérité : la Vérité, la Voie et la Vie.
 
En l’indicible de l’Ultime Présence comme en l’Absolu, en ce corps comme hors de ce corps, les repères disparaissent. Rien ne peut s’accrocher à quoi que ce soit, tout semble s’effondrer. Rien n’est éclairé. Aucune forme ni aucune conscience n’est plus perçue. Là, si tu vis cela, dans mes mots et dans mes silences, alors tu es, si je peux dire, arrivé à bon port, le port où il n’y a ni attaches ni repères mais qui laisse en toi la marque du Feu de l’Amour, du Serment et de la Promesse, te réveillant à toi-même et te libérant de toute forme, de toute construction, de toute image et de tout référentiel.
 
Voir ce que tu as vu est une invitation de la Lumière à aller au-delà de ce qui est vu, de ne pas t’en saisir, de ne pas le figer, de ne pas l’arrêter et de le laisser être car tu n’es pas non plus cela, ni même ce qui vit cela.
 
Voici la réponse de la vibration.
 
… Silence… …
 
 
Questionnons.
                      
Question : je réalise que le simple fait de te parler crée une distance, se goûter dans le silence suffit. Parler n’est-il pas te trahir ? Pourtant le son me conduit au Silence. Qu’en est-il ?
 
Ta parole peut être verbe qui résonne et cymbales retentissantes – sans aucun effet –, comme ta parole peut devenir le Verbe. Or, le Verbe ne naît pas de la pensée mais du silence.  Connaissant la source des mots, la source des phrases, alors tu identifies le silence et tu peux alors comparer, sans être affecté, ce qui se déroule en les phrases des mots, ce qui se déroule en le Verbe et ce qui se déroule en le silence. En toute dimension, excepté les dimensions carbonées, libres comme unifiées, le langage n’a plus besoin d’autre chose que du codage vibratoire de la Lumière, il n’y a pas de mental, il n’y a pas de filtres et cela est la vraie Connaissance. La parole, quelle qu’elle soit, met le plus souvent une distance, et est pourtant si nécessaire pour vous comprendre en ce monde, quel que soit ce qui est compris, même si cela est de travers. N’oubliez jamais que tant que vous avez ce corps et jusqu’à la Libération de la Terre, vous êtes tributaires des mots, des phrases, d’éléments à comprendre, ceci appliqué à vos vies dans ses aspects les plus quotidiens.
 
En l’Éternité, en le Libéré, les mots deviennent superflus et ils n’existent tout simplement plus au-delà de la dimension carbonée. Tout se fait de manière que vous pourriez nommer télépathique, la pensée traverse toute conscience dès l’instant où la conscience concernée par cette pensée se trouve en face de celui qui a émis cette pensée, ou en tout cas se rencontrent à travers une communion. Étant donné qu’il n’y a pas la barrière de la chair, il n’y a pas la même opacité. La capacité de fusion ou des mécanismes de conscience que vous avez peut-être vécus, se font naturellement et spontanément. Il n’y a pas d’apprentissage, il n’y a pas de connaissance ou d’apprentissage de la lecture ou des mots, tout se fait directement, de cœur à cœur et de cœur en cœur. Là est la véritable communication.
 
Aujourd’hui, en cette phase particulière de la Terre, étant toujours plus nombreux parmi les sœurs et frères  de l’humanité à s’éveiller, à s’ouvrir au fur et à mesure que l’Intelligence de la Lumière agit à la surface de ce monde, vous constatez de plus en plus souvent, effectivement, que les mots deviennent superflus. Ils ne sont qu’un alibi à la communication et permettent aujourd’hui de rentrer, je dirais, dans la communication directe où la synchronicité, la Fluidité de l’Unité et la perception directe de ce qui est exprimé dépassent largement les mots qui peuvent être adressés.
 
Voici la réponse du silence.
 
… Silence… …
 
 
Questionnons.
 
Question : quand tu donnes une réponse, tu précises son origine : silence, Vibral, Absolu. Quels sont les marqueurs qui permettent de les distinguer ?
 
Je ne suis pas sûr d’avoir saisi ce qui a été dit, je l’ai entendu. Alors, répète-le.
 
quand tu donnes une réponse, tu précises son origine : silence, Vibral, Absolu…
 
Il me semble avoir déjà répondu à cette question, identique à trois questions précédentes. La réponse par la Lumière, par le silence et par les mots, j’y ai déjà répondu ; cette question est superposable et la réponse tout autant.
 
Nous n’avons plus de questions.
 
… Silence…
 
Voici donc mon ultime réponse pour cette rencontre...
 
… Silence… …
 
 
En chacun de nous, la Paix ; en chacun de nous, la Joie ; en chacun de nous, chaque autre. En l’Unique je vous salue ; en l’Unique je suis là, là où tu es, en toute place, sans distance et sans délai, car l’Amour ne connaît nulle distance et nul délai.
 
En ton être apparent comme en ton être  réel, en ton Êtreté comme en ton corps dense, je te salue.
 
… Silence…
 
Je te dis à toujours. Je t’aime.
 
 
 
*   *   *   *   *  


.

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Mer 20 Juil - 23:09 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mar 19 Juil - 15:58 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature


- - - - - -


ÉOLIA

Peuple des Ondines



Notre nom est Éolia, nous sommes ce que vous appelez les ondines. Nous allons vous parler de nous.

Nous sommes le peuple de l'Eau, et selon les eaux que nous fréquentons, vous pouvez nous trouver sous d'autres noms. Dans les eaux qui stagnent et dans les eaux profondes, nous sommes les vouivres, en d'autres lieux nous portons d'autres noms. Il existe pour nous des différences, en tant que peuple de la nature, par rapport à ceux qui vous sont les plus accessibles. Nous ne sommes pas figés en un endroit ni en un lieu. Nous sommes bien sûr toujours à côté de l'eau ou dans l'eau, nous ne sommes pas très loin des elfes en général, et un peu plus loin des dragons, mais nous sommes aussi à côté d'eux. Nous sommes aussi pas très loin des gnomes.

Nous sommes le peuple de l'Eau, nous ne sommes pas figés en une forme, en une fonction, comme peuvent l'être les dragons ou les elfes.

Nous sommes la Joie et nous sommes la Légèreté, mais nous sommes aussi la Profondeur.

Nous sommes l'Eau, nous portons l'Eau et nous nous déplaçons dans l'air comme dans l'eau, mais ces déplacements ne sont pas des déplacements. Nous n'avons pas besoin de voler, nous n'avons pas besoin de parcourir autre chose que l'eau. Là où nous sommes, il y a la Joie, là où nous sommes, il y a la vie, totalement libre.

Nous ne sommes ni des rois ni des reines, nous ne sommes ni des anciens ni des nouveaux. Nous allons où nous porte la Joie. Suivant parfois l'eau, nous disparaissons d'un endroit et apparaissons à un autre endroit de manière instantanée. Nous sommes un jour les vouivres, nous sommes un autre jour la bulle qui est sur l'eau. Nous sommes le tourbillon de l'eau.

Notre caractéristique est la mobilité. Nous ne sommes attachés à rien, ni à notre forme ni à rien. Et nous sommes partout, là où la Joie nous appelle, là où la Joie est nécessaire.

Nous ne pouvons rien vous apporter, si ce n'est notre joie, et vous nous trouvez en nous approchant, même si nous vous fuyons, parce que nous sommes très sensibles à ce qui est figé, à ce qui ne bouge plus, à ce qui n'est pas libre. Nous ne connaissons pas pourtant vos émotions, vos raisons, vos structures, mais nous sommes autour de vous dès que la Joie apparaît, dès que vous laissez de côté ce qui est figé en vous. Dès que vous sortez de vous-mêmes en étant complètement vous-mêmes, nous sommes là.

Nous sommes là uniquement pour la Joie, la joie d'être là, la joie d'être partout, la joie de sentir l'eau et l'air.
Nous n'avons aucune organisation et nous ne sommes pas non plus l'un ou l'autre d'entre nous, d'entre notre peuple, mais nous sommes Un dans tout notre peuple, et cela nous le vivons grâce à la Joie et la Légèreté, à la mobilité, parce que rien n'est figé en nous.

Alors nous ne pouvons rien vous apporter d'autre que la Joie, et la Liberté.

Si vous nous trouvez au hasard de vos promenades, venez nous approcher mais faites-le en la Joie. Ne recherchez rien parce que nous ne cherchons rien. Venez à nous et nous viendrons à vous, le cœur léger. Aucune forme n'est nôtre, aucun monde ne nous appartient. Nous sommes issus d'aucun monde et pourtant nous sommes sur votre monde comme en tout monde ; soit-il enfermé ou libre, soit-il au-delà de la forme, ne nous intéresse pas parce que nous sommes partout.

Rien ne peut nous altérer, rien ne peut nous détruire, parce que si un endroit ne nous convient plus, nous changeons instantanément, tous ensemble. Nous sommes informés par ce que vous pourriez nommer l'intuition à l'eau, l'Eau du Mystère, la Légèreté de l'Air. Nous voguons éternellement dans la Joie, dans la Liberté. Nous n'avons nul besoin ni nulle fonction, simplement d'être cette Joie.

Nous ne sommes pas peureux, dans la Joie il ne peut pas y avoir de peur ; simplement il est des circonstances qui ne sont pas en joie, en vous comme en certains lieux. Alors nous fuyons ces lieux, non pas par peur mais parce que nous n'avons rien à y faire. D'ailleurs, nous n'avons jamais rien à faire si ce n'est d'être vivants. Nous sommes la Liberté même, notre forme est plastique comme l'eau l'est, et comme l'air est mobile. Nous pouvons vous communiquer cela. Ce n'est pas notre fonction, c'est notre nature tout simplement. Venez à nous le cœur léger et nous danserons avec vous. Nous remuerons l'eau afin de vous faire venir à nous.

Dès l'instant où vous êtes le cœur léger, dès l'instant où vous n'êtes plus figés vous-mêmes en quoi que ce soit, alors vous nous verrez, de la même façon que vous percevez les elfes, que certains d'entre vous voient clairement les dragons.

Nous n'avons pas de forme, même si vous voyez une forme. Nous n'avons plus non plus d'individualité parce que nous sommes Un tous ensemble. Et d'ailleurs regardez, je ne peux pas dire « je », le « je » n'existe pas chez nous. Nous sommes en jeu permanent et nous sommes « nous ». Chacun de nous est « nous », que cela est difficile à vivre pour l'humain. Nous pouvons vous aider à cela. Oh, nous ne pouvons pas vous toucher, comme les elfes, mais nous pouvons nous montrer à travers l'eau et le vent qui vous caressent, et surtout nous pouvons même être dans vos liquides, dans votre sang, dans votre lymphe, parcourir vos vaisseaux de la même façon que nous parcourons les vaisseaux de la terre et de la mer.

Avec nous il n'y a pas d'échange, il y a juste un partage, un partage totalement libre.

Il n'y a en nous aucune organisation, ni dans notre forme ni dans notre vie. Cela serait contraire à la Liberté. Nous sommes en toute liberté sur ce monde et nous y sommes depuis le premier jour, si je peux dire, qui se perd dans la nuit des temps. Avant, nous étions ailleurs et nous étions déjà partout. Cela, vous ne pouvez vous l'imaginer, mais vous pouvez en récolter les bienfaits.

Nous sommes la Légèreté, et si nous résonnons avec vous et en vous, alors vous devenez légers, et ce qui est figé s'assouplit.
D'où venons-nous ? Mais nous venons du même endroit que vous. Nous sommes partout et en même temps nulle part. Aucun lieu ne nous oblige, aucune distance ne nous sépare, aucun monde ne nous sépare.

Bien sûr qu'il existe certaines formes de nous qui expérimentent des côtés plus figés – je l'ai dit, dans les eaux profondes, dans les eaux cachées, dans les eaux qui ne sont pas aérées par la circulation – mais cela dure juste un moment. Nous nous retrouvons toujours, en définitive, au-delà de tout habit, de toute fonction et de toute forme, à être simplement la Joie.

Certains peuples de la nature recherchent notre présence et en particulier les fées, parce que nous sommes dans la même Légèreté et la même insouciance. Car qu'est-ce qui pourrait nous soucier, quand nous n'avons ni début ni fin, quand nous n'avons nulle souffrance et nulle forme, et nulle dimension ? Nous sommes vraiment ce que vous pourriez nommer la conscience de la Joie et de la Liberté.

Nous portons tous d'ailleurs le même nom. Je vous ai donné ce nom parce qu'il vous faut un nom, il vous faut un mot, mais nous ne sommes aucun de vos mots ni aucune de vos consciences. Sinon nous ne serions plus ce que nous sommes. Nous sommes libérés et nous sommes libres, d'ailleurs, nous n'avons rien à libérer. En cela, nous pouvons vous accompagner en parcourant avec joie votre sang, votre lymphe et même dans les eaux profondes de vos articulations, nous sommes la liberté ou le mouvement, nous sommes la fin de ce qui résiste. Nous parcourons toutes les eaux, les eaux d'en bas, de ce monde comme de tout monde, comme les Eaux d'En Haut.

Nous sommes l'Eau principielle, nous sommes l'Eau élémentaire comme nous sommes aussi, si nous le voulons, les Triangles qui agencent les mondes. Mais nous préférons la Légèreté que la rigidité. Notre nature est la Joie et notre essence est Joie. Il n'y a que cela.

Vous voulez nous rencontrer ? Alors jetez toutes vos peurs, jetez tout ce qui est rigide et venez à nous avec le cœur d'un enfant, dans la spontanéité.

Dès l'instant où vous êtes en joie, quand vous ne savez pas pourquoi, il y a dans votre sang aussi une ondine qui est là.

Nous avons tous le même nom, même si nous pouvons nous en donner une multitude, parce qu'il n'y a pas réellement de différence entre chacun de nous, ou chacune de nous si vous voulez. Nous ne savons pas ce qu’est la polarité, ce que vous nommez la sexualité, ou vos corps différents selon une polarité ou une autre. Nous n'avons aucune polarité et pourtant nous sommes vivants, puisque nous sommes la Joie. Nous pouvons parcourir votre sang, nous pouvons parcourir votre lymphe et rentrer dans les eaux encore plus profondes. Nous mettons fin aux mémoires, nous mettons fin à tout ce qui est rigide et fixé en vous, sans que vous le sachiez, de toute éternité. Bien sûr, les forces d'enfermement ont limité votre capacité à nous laisser entrer dans vos liquides.

Nous savons malgré tout qu'il se passe quelque chose d'important pour vous. Les dragons, les elfes, les gnomes, sont très actifs en ce moment. Cela ne change rien pour nous, nous restons dans la même joie qui ne nous quittera jamais, qui n'a jamais commencé et ne finira jamais.

En cette Légèreté, vous pouvez aussi vous retrouver, nous n'attendons que cela. Venez nous voir, venez vous baigner là où nous sommes, ou à côté de là où nous sommes. Soyez comme des enfants, l'enfant de l'Un, les enfants de la loi de Un vous dit-on.

Nous sommes là peut-être aussi pour vous aider, mais ce n'est pas notre fonction. C'est notre joie et notre nature qui vous aide. Nous n'avons aucune intention, envers quiconque, ni aucune volonté envers quiconque, si ce n'est de suivre toujours la Joie et la Légèreté, où qu'elles soient, proches de l'eau.

Nous sommes la Lumière de l'eau, nous sommes les eaux fécondantes ; ce que vous nommez les Eaux du Mystère ou les Eaux d'En Haut, nous le sommes aussi.

Alors en cette période de votre vie, de votre terre parce que cette terre n'est pas la nôtre, comme je vous l'ai dit nous n'avons aucune terre mais nous avons toutes les terres. Toutes les dimensions, elles ne nous appartiennent pas. Nous ne sommes propriétaires de rien, c'est en cela que nous sommes libres. Nous ne sommes attachés ni à un lieu ni à une forme. Nous sommes plus qu'une communauté, plus qu'un village, même si nous sommes en général très peu nombreux en un endroit donné, mais nous sommes tous reliés au-delà de toute distance et de toute dimension.

Venez à notre rencontre le cœur léger et pensez à nous. Dès l'instant où vous vous lavez, où vous trempez une partie de votre corps dans de l'eau, nous sommes là. Je sais d'ailleurs qu'au niveau de ce que vous nommez les Archanges, il vous est donné des éléments particuliers où l'eau intervient. Et d'ailleurs beaucoup d'entre vous, dans ces eaux-là que vous avez confectionnées avec différents ingrédients, en plus, vous vivez la liberté de différentes façons et vous serez de plus en plus nombreux.

Vous savez qu'il y a l'Eau du Baptême. Cela a été présent aussi bien dans ce que vous nommez certaines de vos religions que de tout temps. L'eau, comme le feu d'ailleurs, est liée à un rite de passage pour vous. Dans toutes ces situations, nous pouvons nous démultiplier et être présentes en grand nombre. Que cela soit lors d'un baptême, quelque que soit l'enfermement que certaines formes de baptême peuvent créer, nous sommes là quand même. Nous apportons l'élément de Légèreté qui peut faire défaut. Et dans toute eau nous restons légers, même si notre forme change.

Je n'ai pas l'habitude de m'exprimer en des mots humains, alors soyez indulgents parce que je cherche, en cette structure que vous nommez cerveau, ce qui peut être le plus cohérent pour vous. Mais de grâce, ne nous figez pas. Soyez disponibles comme nous le sommes, parce que la Joie et la Légèreté, qui est notre nature, est certainement, comment vous pouvez nommer ça, le meilleur service que vous pouvez offrir et vous offrir les uns aux autres. Nous, nous le vivons à chaque instant, nous n'avons plus de barrières. Toutes les maisons sont nos maisons, tous les lieux sont nos lieux. Nous n'appartenons à aucun, de même qu'aucun lieu ne nous appartient. Nous vivons de la Joie parce que la Joie nous nourrit, et il n'y a pas de nourriture plus raffinée que la Joie, de plus rassasiante. C'est l'Eau d'En Haut, l'Eau de Vie, comme l'Onde de Vie qui est montée. Nous étions là, et nous sommes encore là. Nous sommes à la fois légion et nous sommes à la fois uniques.

Nous ne connaissons pas, même au sein des formes multidimensionnelles, le principe de vivre en une forme ou en de multiples formes. Notre forme change constamment, elle n'est jamais figée, comme nos lieux. Je crois que nous pouvons dire qu'il n'y a pas d'endroits où nous séjournons trop longtemps. Nous repassons bien sûr en certains endroits où la Joie est particulière.

Rappelez-vous, là où vous me verrez, là où vous me sentirez, je peux disparaître ou apparaître. Je peux disparaître et laisser apparaître une autre forme, un autre nom, mais c'est toujours moi et c'est toujours nous. Parce que le « moi » ne veut rien dire, pour nous. Nous sommes affranchis depuis toujours de tout ce qui fait le cadre de manifestation de la conscience. Nous sommes à part, mais nous sommes en même temps en chacun et en tout, depuis la Source jusqu'à vous. Nous ne faisons aucune différence, nous ne pouvons pas la voir, je vous l'ai dit. Seul ce qui est rigide, seul ce qui est troublé, nous fait quitter l'endroit. Ce n'est même pas une décision de notre part, puisque nous apparaissons et disparaissons selon la Lumière et selon la Légèreté et la Joie en un lieu. Si la Joie se sent lourde, la Joie n'est plus et il n'est pas question pour nous d'être sans Joie. Il n'y a pas de mort, il n'y a pas de disparition, ou si disparition il y a, c'est d'un lieu pour un autre lieu et cela est instantané. Et comme il n'y a pas de différence entre nous, nous sommes, comment dites-vous, lucides et conscients depuis cette terre, cet endroit, jusqu'à la Source.

Bien sûr, nous ne pouvons pas mettre en mots comme vous les choses, nous ne pouvons pas les agencer, parce que la spontanéité est telle en nous que nous ne sommes que cela. Et d'ailleurs, le reste, à quoi cela servirait-il ? Parce que dès qu'il y a cadre, dès qu'il y a limite, nous le voyons bien, la Joie s'atténue et vous voyez, elle peut même disparaître du fait de certaines consciences qui se sont elles-mêmes privées de Joie. Je crois que ce que vous nommez le Commandeur, les a appelées « les méchants garçons ».

Pour nous, il n'y a aucune différence. Seul ce qui est rigide nous fait disparaître, mais nous n'avons point l'intention de disparaître, nous changeons – de forme, de lieu, d'endroit, de monde, de dimension.

Nous ne sommes attachés à rien, à aucun de nous, déjà.

Nous sommes en quelque sorte une des meilleures représentations de la Liberté et de la Joie. N'étant pas limités par une forme, par une organisation, par un rôle, par une fonction ou par un nom, nous sommes immuables. C'est dans cette Joie et ces mouvements permanents que nous sommes immuables parce que la vie est mouvement, où qu'elle soit, vous le savez. Et si l’on vous parle de l'arrêt du mouvement, de l'immobilité, du silence, cela ne peut se produire que s'il y a Joie. C'est la Joie qui est responsable de cela et qui est l'agent agissant, si je peux dire.

Alors je vous ai donné un nom, appelez-moi. Mais en m'appelant, vous ne m'appelez pas moi, vous appelez le peuple des ondines. Mais encore une fois, cet appel ne peut se produire que si vous êtes déjà en préalable en joie, sinon nous n'entendons rien ; nous ne pouvons entendre que la Joie et la Légèreté.

Aujourd'hui, vous le savez, depuis un certain temps – parce que je crois que vous connaissez le temps, vous vieillissez, vous changez de forme, mais très lentement –, depuis peu de temps, vous avez la possibilité de nous pressentir, parce qu'il est très difficile de nous voir tant que vous n'êtes pas vous-mêmes en joie. Et même en joie, n'oubliez pas que vous avez une structure – votre corps – qui est figée. Pour nous, il n'y a aucune liberté en quelque corps que ce soit, si ce n'est en changeant de corps à volonté. Et en étant l'un ou l'autre à volonté aussi.

Bien évidemment notre mode de fonctionnement, comment dites-vous, notre biologie, même si nous n'avons pas de corps au sens où vous l'entendez, notre fonctionnement, notre physiologie, n'est en aucun point superposable à vous. Nous serons, nous dirons, une Lumière qui a pris forme, un Amour qui a pris forme, et même cette forme ne peut jamais demeurer. Sinon nous ne serions plus ce que nous sommes.

Je ne suis même pas sûr de pouvoir comprendre vos interrogations, s'il y en avait. Je ne pourrais que vous communiquer la Joie. Mais je vous assure que la Joie est la plus belle des réponses. D'ailleurs, je ne comprends pas et je ne vois pas ce qui n'est pas la Joie. Je sais simplement que nous sentons quand la Joie s'éteint, je vous l'ai dit. Et quand la Joie s'éteint, eh bien, nous disparaissons et nous réapparaissons ailleurs, là où il y a la Joie. Nous n'avons aucune volonté propre, aucun destin ou dessein propre, nous sommes juste en vie.

Nous nous nourrissons de notre propre joie et nous mettons la Joie là où nous sommes. Voilà ce que nous sommes. Ce qu'on peut en tout cas vous dire avec des mots, parce qu'il n'y a pas mieux que de nous vivre et de nous approcher. Par contre, ne nous demandez rien, nous ne savons strictement rien faire. Nous savons simplement être la Joie, et ça nous suffit amplement. Mais nous sommes toujours disponibles, non pas par volonté ou même sens du service, mais du fait même de cette Joie qui est ce que nous sommes. Nous pourrions dire que nous sommes en quelque sorte l'une des premières émanations de la Source, en tout monde, en tout lieu, comme en toute conscience.

Étant la Liberté, il est évident que notre présence soutient quelque part certainement le processus que vit la Terre, qui ni ne nous gêne ni ne nous contrecarre, et ne changera rien d'ailleurs à notre joie. Elle sera la même. Elle sera peut-être plus visible pour vous et nous nous démasquerons de façon de plus en plus sensible. Non pas au travers de notre forme, qui, je vous l'ai dit, est très dure à percevoir puisqu'elle-même n'est pas fixe, peut-être tout au plus verrez-vous un brouillard avec des formes rondes, plus ou moins grand, plus ou moins petit, mais surtout vous ressentirez cette Joie que vous ne pouvez trouver ailleurs que dans votre cœur. Ce n'est pas une joie de contentement, c'est une Joie qui naît d'elle-même. C'est ce que je crois vous nommez le Cœur du Cœur ou l'Infinie Présence, ou l'Extase. Nous n'avons pas besoin de tous ces mots parce que dès l'instant où cela est naturel, que cela est notre Essence, tout ce que vous nommez mots est superflu ; nous échangeons par la Lumière. Parfois, la Lumière peut prendre des sons, des colorations, c'est ce que vous voyez à la surface de l'eau, dans l'air au-dessus de l'eau, dans les mouvements de l'eau et de l'air.

Là où nous sommes, je vous l'ai dit, juste à côté de nous, il y a les fées.

Aujourd'hui, du fait des circonstances paraît-il de la Terre, nous vous voyons, nous vous percevons. Votre forme nous gêne, mais nous percevons au-delà de la forme, je vous l'ai dit. Nous sommes dans vos liquides et nous sommes reliés à eux, tout le temps. Non pas pour connaître votre intimité, votre vie, votre forme, votre histoire, mais bien pour mettre la Joie et la chaleur du sang. Nous ne sommes pas le Feu, mais le Feu d'En Haut – l'Eau du baptême est un Feu aussi. C'est ce qui se rapprocherait, je crois, de ce qui a été nommé l'Impersonnel, l'Ultime. Parce que l'Eau est constituée de Feu, bien sûr. Regardez d'ailleurs ce que vous nommez la chimie. Regardez les atomes, et l'eau n'est rien d'autre que du feu dans un autre état.

Je n'ai rien d'autre à vous donner, ni en mots ni autrement. Nous sommes la Joie, nous demeurons la Joie et nous resterons la Joie, comme nous avons toujours été la Joie et la Légèreté. Tout au plus, du fait de l'éclairage qu'il y a sur la Terre en ce moment, nous voyons, nous voyons tout. Et en même temps, nous ne voyons rien parce que seule la Joie nous affecte. Mais n'y voyez pas une affectation dans le sens humain. Être affecté, c'est simplement réagir, non pas par une émotion – que nous ne connaissons pas – mais par la plasticité de notre forme et de notre vie.

… Silence…

Et dans cette Joie que nous sommes, nous jouons avec vous le jeu de la Joie et le jeu de la Liberté, nous ne connaissons pas d'autre jeu.

Nous ne transformons pas les lieux ni n'assurons quoi que ce soit par rapport à la terre. D'ailleurs, cela limiterait notre Joie, et sans Joie, je n'ose même pas y penser – d'ailleurs nous ne pouvons pas y penser.

Nous savons, quand nous sommes votre sang, qu'il y a en vous d'innombrables choses, d'innombrables structures, d'innombrables pans de la conscience qui sont encore figés et rigides. Mais dès qu'il y a le liquide, dès qu'il y a quelque chose qui circule, alors la Joie est là, et nous sommes là.

Quand vous êtes en joie, sans raison, ou sans avoir un objectif en tête, nous sommes là.

Je n'ai pas tellement de mots autres à vous donner, que simplement de vous inviter à célébrer la Joie avec nous. Oh, il n'y a pas besoin ni de cérémonies, venez le cœur léger, ne pensez à rien, parce que c'est dans la spontanéité, sans but derrière vous, sans pensée devant vous, que nous laissons la Joie être avec vous.

Nous ne sommes pas non plus une lignée comme peuvent l'être les dragons ou encore certains elfes, parce que l'eau ne s'accommode d'aucune lignée ni d'aucune origine.

… Silence…

Les mots d'ailleurs – et je le ressens maintenant, nous le ressentons nettement –, sont très limitants. Ils sont lourds, ils sont pesants. La Joie n'a pas besoin des mots, ni d'explications.

Dans la Joie il ne peut y avoir que l'Amour. Mais aucun amour habituel à la surface de ce monde, un amour, bien sûr, sans condition comme vous dites, mais un amour libre, n'ayant pas de forme figée, n'ayant pas d'identité figée. Comment être plus libre que cela ?

Nous ne sommes pas affectés par votre dimension ni par aucune dimension, comme je l'ai dit. Nous sommes simplement présents partout, comme l'eau est présente partout.

On peut dire quelque part, parce que cela doit vous parler, que nous sommes aussi l'Esprit de l'Eau. De même qu'il y a l'Esprit du Soleil qui lui non plus n'a pas de forme, nous, ondines, nous véhiculons l'Eau. L'eau, pour vous humains, c'est aussi l'inconscient, les émotions. Cela, nous le voyons, mais nous ne sommes pas concernés. Mais dès qu'il y a la moindre once de joie, alors nous sommes concernés, tous ensemble, où que vous soyez.

Bien sûr, ces expériences et cet acquis, puisque c'est éternel, vous est depuis longtemps occulté, sauf pour certains d'entre vous. En les lieux où nous nous condensons un peu plus, dans ce que vous nommez les vouivres par exemple, mais aussi dans certaines salamandres ou dans certains sylphes.

Alors vous pouvez vous servir de nous. N'oubliez pas que la seule possibilité de contact est la joie et la sérénité. Même s'il y a parfois une certaine forme d'exubérance, en vous, cela ne nous gêne en rien parce que nous sommes aussi très exubérants, au sens où vous l'entendez.

Décidément, les mots ne sont pas faits pour nous. J'en trouve et j'en trouve et je vous les dis, en essayant de m'approcher d'une description qui ne peut jamais être décrite même par moi-même, même par nous-mêmes, là où nous vivons. Alors retenez simplement la Joie et la Légèreté que nous manifestons en les lieux où nous apparaissons, et venez, non pas nous rencontrer au sens d'une rencontre avec un elfe ou un dragon, parce que cela, vous ne le pourrez pas, mais venez rencontrer la Joie. Ne nous figez pas dans une forme quelle qu'elle soit, même si vous en voyez (une forme). Ne vous fiez pas à un nom, même celui que je vous ai donné, parce que nous avons tous les noms que nous voulons.

Venez le cœur léger auprès de l'eau et laissez-vous porter, mais venez légers, oubliez tout le reste, ne gardez que la joie en venant nous voir. Non pas pour la trouver, parce que le simple fait de la chercher vous met déjà en manque de joie ; ayez simplement présent dans votre tête que la joie doit être devant vous. Alors bien sûr, je crois qu'il vous a été donné des éléments, en particulier minéraux, qui pouvaient nous attirer, si je peux dire, ou en tout cas permettre de mettre la joie devant. Ces pierres, vous les connaissez, elles ont été nommées de différentes façons. Il en existe d'ailleurs autant que ce que nous sommes. Les pierres des fées aussi nous donnent envie de jouer les jeux de la joie. Les offrandes aussi, comme les elfes – mais ces offrandes ne font que passer, elles, parce qu'elles sont dans l'eau – est une occasion de joie. Nous ne considérons pas cela comme un présent ou une offrande, comme vous le nommez, mais bien le témoin de votre joie.

Nous sommes très sensibles aussi à une couleur, je crois que vous nommez cela comme cela, et cette couleur est le bleu. Le bleu de l'eau, le bleu de l'azur, le bleu de l'air, nous est très agréable et nous remplit de joie. Qu'est-ce que je veux dire par là ? Simplement apportez-nous quelque chose de bleu ou devenez tout bleus vous aussi, dans ce qui masque votre forme comme dans votre cœur. Tous les bleus sont possibles. Parce que le bleu, au-delà de tous les concepts qui vous ont été expliqués par certains Anciens, le bleu est lié à la fois à l'eau et au ciel, et le bleu est la Liberté. Oh, pas seulement le bleu que vous pouvez voir avec vos organes des sens, puisque nous, nous parlons surtout de l'émanation de lumière qui est reflétée par le bleu.

Prenez une pierre bleue avec vous, ou blanche, en venant nous voir, parce que nous serons à ce moment-là encore plus joyeux de voir cette couleur, ou ce minéral, ou ce vêtement, et cela mettra de la joie par devers vous.

… Silence…

Nous vous demandons aussi, si vous nous approchez, d'oublier non pas seulement ce qui n'est pas la Joie, mais surtout ce qui peut sembler pour vous être sérieux dans votre conscience, parce que le sérieux, pour nous, ne veut strictement rien dire, et nous fait disparaître aussi. Ce n'est pas nous qui décidons, rappelez-vous, nous sommes guidés par la Joie et seulement par la Joie.

… Silence…

Je crois que je n'ai plus vraiment d'autres mots à rajouter, alors nous allons, nous ondines, si vous le permettez, ici ou partout où vous êtes sur la terre, du fait de la période, simplement par notre Présence, en quelque sorte faire grandir votre joie. Nous, la nôtre ne grandit pas, elle est immuable. Et d'ailleurs, dès qu'elle a tendance à disparaître ou à diminuer, nous sommes transportés ailleurs.

… Silence…

Je ne pourrai pas d'ailleurs répondre à vos questions parce que toute question, même si elle est justifiée dans le courant de la vie, bride un peu la Joie. Je ne peux que vous proposer la Joie, nous sommes là pour ça.

… Silence…

En joie, l'êtes-vous, ici ou ailleurs ? Rappelez-vous que la Joie ne dépend pas de ce corps rigide ou même de votre histoire, comment dites-vous, c'est une attitude intérieure qui fait fi de tout ce qui n'est pas elle. Bien sûr vous n'êtes pas des ondines, même si vous pouvez fusionner avec nous.

Je terminerai par ces mots : peut-être que quelque part nous sommes le reflet sur votre monde de l'Absolu, de l'Ultime comme vous le nommez, jamais figés, jamais fixés, totalement libres d'être cette forme ou une autre forme entre nous. La Joie n'est tributaire de rien, comme nous sommes tributaires de rien du tout.

Je crois que je n'ai définitivement plus de mots, à part vous inviter à célébrer la Joie. Si vous pouviez voir comment cinq minutes de joie dans votre vie, de sourires et de rires, suffisent à transformer tout ce qui peut paraître figé en vous ; si vous pouviez voir cela, vous ne pourriez même pas comprendre comment vous avez pu vivre sans joie, quelles que soient les souffrances et ce que vous nommez épreuves.

Voilà, nous avons épuisé les mots. Il ne sert à rien de dire quoi que ce soit d'autre. Nous vous avons donné les grandes lignes de ce que vous pouviez appréhender. Le reste, venez vous en rendre compte par vous-mêmes et vous verrez qu'il n'y a pas de mots. Que tous les mots que vous pourriez employer ne font que restreindre et limiter car dès vivant l'expérience ou les expériences avec nous, nous sommes hors du temps, hors de l'espace, hors des dimensions parce que nous sommes pleinement vivants.

Nous sommes Éolia, et mon Essence s'exprime en notre Essence et en votre Essence. Nous vous attendons pour partager la Joie. J'aurais d'ailleurs mieux fait de dire simplement ces mots-là et tout le reste n'a aucune importance. Pour vous le temps est venu de vivre cette Joie ; quel que soit ce qui se passe dans votre forme, quoi qu'il se passe dans votre tête, la Joie est accessible. Elle frappe à votre porte comme celui que vous nommez le Christ frappe à votre porte. Comme l'Appel de Marie vous mettra en joie.

Voilà pour nos mots, il n'y en aura pas d'autres. Il y aura simplement la Joie, et cela est amplement suffisant. Ne pouvant vous embrasser de par notre absence de forme fixe, nous ne pouvons qu'attiser le souffle de la Joie autour de vous.

Nous sommes Éolia.

… Silence…

Que vous appeliez cela bénédiction, radiance, Présence, Absence, moi je dirais que nous vivons un moment de joie.

… Silence…

Nous sommes Éolia comme vous êtes Un avec nous, malgré les barrières apparentes pour nous et pour vous, pour l'instant, de votre forme, et surtout de votre raison. La raison n'est d'aucune utilité dans la Joie. Oh, surtout ne croyez pas ce que je dis, mais venez le vivre avec nous.

… Silence…

Je vous salue maintenant, il est temps pour nous de retourner à la Liberté.

Et en la légèreté de l'Amour, je vous salue donc, « nous » vous saluons. Alors je ne vous embrasse pas, mais je vous serre sur mon Éternité.

Je crois qu'il faut dire au revoir.



* * * * *



.
_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Jeu 21 Juil - 12:55 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF Répondre en citant

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature

- - - - -


FENOUIL

Chef d'un village de Gnomes



Je vous salue, humains de surface. Avant toute chose, je suis réjoui de pouvoir m’exprimer parmi vous. Faisons, si vous le voulez bien, connaissance.

Je suis le chef d’un village de gnomes établi proche de là où vous êtes. Mon nom, car j’en ai un, ne souffre aucun commentaire. On me nomme Fenouil, ce qui n’a rien à voir, je le précise d’emblée, avec votre plante présente sur la terre. La signification n’a rien à voir avec le nom d’une plante, je suis en fait le dirigeant, vous pouvez dire ça, de ce village. Ce que je viens vous dire n’a pas de relation directe avec ce village que je dirige, mais plus globalement avec ce que sont les gnomes.

Comme vous le savez peut-être au travers d’un certain nombre de livres qui nous ont décrits ou qui ont parlé de nous, nous avons sensiblement la même forme que vous, mais nous ne sommes pas aussi gigantesques, et je dirais, un peu plus larges que vous. Nous travaillons la terre. Nous sommes à l’intérieur de couloirs, de cavités, que nous aménageons. Malgré notre forme qui s’apparente à la vôtre, nous ne sommes pas de votre dimension et nous ne participons pas, en aucune manière, à l’enfermement. Nous sommes là depuis bien longtemps, identiques à nous-mêmes.

Ce qu’il m’est demandé de vous communiquer, c’est un certain nombre d’éléments, non pas tant sur notre organisation de vie ou sur notre mode de vie, qui n’appelle là aussi aucun commentaire, mais nous sommes ici, sur cette terre en tout cas, une forme de gardiens de la Terre. Nous n’avons rien à voir d’ailleurs avec les peuples dits intraterrestres, même si nous vivons le plus souvent dans les entrailles de la Terre, avec le plus souvent d’autres peuples de la nature autour de nous, et si possible éloignés de vos villes, de vos cités ou de vos maisons.

À quoi pouvons-nous vous être utiles ? Parce qu’en tant qu’habitant sur une autre dimension et toutefois posés sur la dimension sur laquelle vous vivez, notre rôle est plutôt de vivre et de profiter de la terre. Vous savez, il y a eu, à de nombreuses périodes de cette terre, des habitants venus de très loin, en termes dimensionnels ou en termes d’espace, qui ont ensemencé ou vécu par eux-mêmes à la surface de cette terre, voilà des temps fort reculés, quand il n’y avait pas l’enfermement que vous vivez, dirons-nous.

Nous sommes sexués, comme vous, même si nos caractères physiques primaires et secondaires n’ont pas de rapport avec l’utilisation que vous en faites. Le plus souvent nous préférons rester entre ce que vous nommez « mâles » je crois, bien que nos compagnes, pour ne pas dire épouses, ne soient jamais très loin. Nous travaillons la terre pour notre plaisir avant tout. Nous sculptons la terre, un peu comme l’ont fait d’autres peuples, mais à notre échelle. Nous créons ; nous sommes des créateurs, non pas de mondes mais des créateurs de formes, ici-même sur la terre, et nous sculptons la Lumière et la matérialisons au sein de formes.

Tout comme vous nous sommes des êtres d’amour ; nous avons toutefois un certain nombre de spécificités qui traduit notre sensibilité, je dirais. Nous sommes d’abord extrêmement francs. Nous n’enrobons pas les choses, nous allons directement à l’essentiel, dans toutes nos activités, dans les rapports entre nous, avec les autres peuples de la nature et aussi maintenant avec vous, puisque les peuples de la nature se sont révélés progressivement, déjà depuis un certain temps mais de manière plus tangible pour vous depuis quelque temps, court.

En quoi nous pouvons vous être utiles ? Rappelez-vous, notre fonction première, c’est de jouir de la terre au travers de la création au sein de la terre. Nous cristallisons, si vous préférez, la matière en des formes, en des… comment dirons-nous, des glyphes je crois, vous appelez ça des glyphes, c’est-à-dire nous traçons des circuits qui sont à l’intérieur de la Terre, des circuits de résonance avec la Lumière. Par analogie, je crois que vous pouvez prendre l’exemple des Géants qui ont sculpté les Cercles de Feu.

Notre action, nous, n’a pas à servir une quelconque échéance mais se poursuit inlassablement, parce que tel est notre bon plaisir.

Nous avons, nous pouvons le dire, une certaine maîtrise de la forme, de par notre activité principale et aussi de par notre constitution et notre, comment dites-vous, filiation.

En quoi pouvons-nous vous être utiles en cette période ? Eh bien déjà pour permettre à la Lumière de sculpter votre corps d’Éternité et en même temps de modeler, si je peux dire, et non pas sculpter, votre éphémère en accord et en résonance avec la Lumière qui vous est maintenant de plus en plus accessible et visible.

Pour nous rencontrer, même si certains d’entre vous l’ont déjà fait ici ou ailleurs, nous aimons ce qui se mange, et nous sommes particulièrement friands de ce que vous nommez, je crois, les biscuits, quels que soient les biscuits, mais nous préférons de loin les biscuits durs que mous. Nous avons l’habitude de ce qui est dur, au sens où vous l’entendez, c’est-à-dire très matériel et très dense. Nous avons à faire avec ça et nous sommes porteurs aussi de cela.

Nous aimons ces offrandes apportées en nos lieux, à l’orée de nos lieux, ou en des endroits où nous disposons de relais possibles.

Il est peut-être beaucoup plus difficile de nous trouver, de nous repérer, puisque nous ne laissons rien en surface et que tout se déroule dans la roche, même si nous sortons de cette roche à la nuit venue. En effet, la Lumière que nous condensons dans les formes suffit à nous éclairer et nous n’avons pas, à proprement parler, besoin de rayons du soleil ou de voir la lumière du jour, puisque ce que nous créons et ce que nous sommes est déjà lumineux de l’intérieur, et de l’extérieur.

Nous rencontrer, à quoi cela peut-il bien vous servir ? Eh bien, comme je l’ai dit, à modeler votre forme et à vous préparer au changement de forme, justement, c’est-à-dire à être sculptés ou modelés dans une autre forme au moment où votre gangue, c’est-à-dire votre corps physique, n’aura plus de raison d’être, que ce soit ici ou dans vos mondes, ceux que vous partirez explorer ou vivre au sein de la Liberté.

Au-delà des aliments, nous aimons aussi les pierres noires, et je dois dire qu’une pierre particulière nous agrée beaucoup, nous en sommes très friands parce qu’elle est une perfection de la Lumière condensée que nous appelons le « grenat noir », et surtout pas transformé par vos mains, ou par vos outils. Et nous apprécions donc les gâteaux durs, les biscuits durs et ces pierres. Vous pouvez d’ailleurs entrer en résonance avec nous plus facilement en nous apportant une de ces pierres, ou en la portant sur vous tout simplement.

Nous rencontrer, c’est retrouver la densité de la Lumière et sa force, non plus seulement au niveau de votre conscience ou de vos enveloppes subtiles mais bien directement dans votre chair. En quelque sorte nous serions peut-être, pour vous, dans cette période, des stabilisateurs de la Lumière. Il n’est pas question avec nous de légèreté, il est question de rigueur, d’une certaine forme de rigueur de la matière, et nous agissons par syntonie et par divers outils, si je peux dire, invisibles pour vous, hein. Rassurez-vous, il n’y a pas comme dans votre imagerie, des marteaux ou des outils métalliques tels que vous connaissez. Mais nous arrivons à modeler la Lumière et à l’agencer en fonction de ce que vous pourriez appeler, au niveau de votre corps, les lignes de moindre résistance à la Lumière, et je crois que ça a été appelé des Portes, des Étoiles, etc., c’est-à-dire des points dans votre corps qui sont aptes, plus qu’ailleurs jusqu’à présent, pour digérer en quelque sorte la Lumière qui vous nourrit et que vous êtes.

Un contact avec nous va renforcer l’élément Terre et tout ce qui est donc relié au Triangle de la Terre, à l’assise en vous, la stabilité. Nous sommes exactement à l’opposé des ondines, que nous respectons et aimons tout autant que nous, et que les dragons ou les elfes et toute vie. Mais notre fonction, car c’en est une, est celle que je vous ai dit, et par rapport à vous, dans nos rencontres possibles, nous agissons directement sur votre matière, bien sûr si nous en avons l’accord de la Lumière, et de toute façon pour agir en synergie avec la Lumière qui vous parcourt déjà.

Nous ne pouvons pas vous apporter d’autre lumière que celle dont vous êtes porteurs, ni même les particules adamantines qui sont autour de vous, mais nous pouvons, par nos outils, sculpter en quelque sorte ces endroits où vous recevez la Lumière et permettre, là aussi, que celle-ci ne rencontre pas de résistance et s’établisse de manière fluide. Du fait de l’adhésion de votre conscience à ce corps, bien sûr, l’action sur le corps aura une action sur la Lumière et sur votre conscience, même si, je le répète, nous n’agissons pas sur la Lumière et nous n’agissons pas directement sur votre conscience ; nous respectons en cela même votre enfermement. Il ne pourrait d’ailleurs en être autrement.

Si vous éprouvez le besoin d’être plus stables, d’une manière ou d’une autre, si vous éprouvez le besoin de voir quelque chose de très concret dans votre corps changer, s’harmoniser, nous ne sommes pas médecins, je vous précise, mais nous avons la possibilité d’agir directement, par exemple sur tout ce qui est lourd et dense en vous, que cela soit des cristallisations, que cela soit des nœuds, que cela soit votre structure osseuse ; tout ce qui demeure en place, même dans vos mouvements, est accessible à notre action, par nos outils. Je ne peux pas rentrer dans les explications de ce que sont ces outils mais rassurez-vous, ils font partie de la Lumière authentique et n’ont connu aucune déformation, ni par l’usage, ni par l’usure, ni même par l’enfermement.

Je précise qu’il est préférable de ne rien nous demander. Nous faisons ce que nous devons et non pas ce que vous voulez. Si toutefois cela est rendu possible par ce que nous observons dans votre structure, à travers votre forme et à travers les points focaux de la Lumière qui s’accumulent en vous en certains lieux. Il n’y a pas d’intention à poser, ni de but à nous imposer d’une manière ou d’une autre. Si vous venez à nous, nous ne pouvons pas venir ni chez vous ni dans votre corps. Vous voyez ce qu’il se passerait si avec notre densité nous rentrions en vous ; c’est mathématiquement, comme vous dites, impossible. Toutefois nous pouvons, avec nos outils, arranger certains désordres.

Encore une fois, ce n’est pas de la guérison subtile ou physique mais c’est une action directe sur les courants qui sont au plus près de certaines cristallisations ou de certaines structures, en particulier osseuses ou fixes de vos corps. Tout ce qui concerne par exemple l’étage situé dans votre ventre, tout ce qui concerne vos ornements, c’est-à-dire les ongles, les cheveux, tout ce qui concerne des structures qui ne bougent pas, l’œil par exemple. Nous n’avons aucune action possible sur le sang ou sur ce qui touche le sang. Mais nous pouvons, sans que vous le demandiez, à condition d’entrer en contact avec nous – si nous le voulons bien –, avec votre structure, et pour cela il faudra déplacer votre structure, soit en venant dans nos villages (mais vous aurez du mal à les trouver), soit en créant une structure d’accueil pour nous, et l’un de nous viendra. Et je parle là, non pas de notre village mais de tous les endroits et toutes les communautés de notre peuple.

Il suffit pour cela de créer une colonne de Lumière et de stabiliser si possible cette colonne de Lumière avec la pierre dont nous sommes très friands, en en plaçant quatre en croix ou en carré, et nous serons possiblement présents au sein de cet endroit dès l’instant où vous y pénétrerez. Et soyez patients, ne demandez rien, attendez simplement, et nous viendrons peut-être – à certaines heures, pas toujours, nous ne sommes pas tout le temps disponibles non plus. Moyennant quoi, si nous avons une offrande et si vous placez votre corps à l’intérieur de ces pierres que j’ai citées, des pierres noires et en particulier cette pierre parfaite créée par la nature, nous pourrons intervenir en vous et vous le sentirez de manière très, très physique, si je peux dire. C’est la seule aide que nous pouvons vous apporter, et cela correspond totalement à nos attributions.

Nous rencontrer dans d’autres circonstances ne vous apporterait, on peut le dire, ni joie ni une quelconque transformation de votre conscience, mais si vous nous rencontrez en nos lieux, tout au plus pourrez-vous effectivement nous rencontrer en dehors des pierres, si vous nous trouvez, mais bénéficier de cette espèce de solidité que nous pouvons vous apporter au niveau de votre structure la plus dense. J’ai cité les exemples des parties de vous sur lesquelles nous avons une action relativement facile, encore une fois en adéquation totale avec la Lumière et non pas avec vos désirs ou nos désirs.

En ce sens-là nous pourrons éventuellement tracer, de manière invisible mais perceptible, certains glyphes sur vous, ce que vous pourriez nommer des symboles aussi si vous voulez, ce n’est pas une écriture mais ce sont les glyphes qui appartiennent depuis des temps immémoriaux aux gnomes, un peu, si vous voulez, comme ce que vous appelez les runes nordiques. Bien évidemment, ce ne sont pas des runes, ce sont des glyphes liés à notre Présence et à notre fonction.

Je n’avais rien d’autre à vous dire mais toutefois il m’a été demandé de me prêter à vos éventuelles questions concernant, non pas notre vie, non pas notre lieu de vie, mais uniquement sur ce qui peut faire interaction avec nous, à l’orée de nos villages ou sur les structures que vous avez recréées où nous pourrons venir sans difficulté.

Par rapport à cela, et exclusivement par rapport à cela, je veux bien entendre les questions qui vous semblent nécessaires, si toutefois j’avais oublié quelque chose dans ce processus, ou si ça reste pour vous encore obscur.

Question : quelles sont les heures favorables pour vous rencontrer ?

Évitez autant que faire se peut les horaires de plein soleil, sauf si nos villages, si vous les connaissez, sont situés dans des endroits – ils sont d’ailleurs toujours situés dans des endroits où le soleil ne pénètre que très difficilement, ça nous permet quand même d’avoir une mobilité extérieure un peu plus large –, mais l’horaire privilégié pour vous, soit c’est en plein jour si vous avez constitué une structure avec quatre pierres noires qui nous permettra de ne pas être affectés, de différentes manières d’ailleurs, ou si vous connaissez l’un de nos villages, si vous tombez dessus, de toute façon vous le sentirez parce que ça sera un endroit en général humide, en général assez sombre, où la lumière ne fait que filtrer et où l’orientation, en tout cas de nos tunnels et cavités, n’est pas destinée à laisser pénétrer la lumière du plein soleil.

Il y a des horaires effectivement, et même dans ces lieux que vous pouvez recréer, les horaires privilégiés sont plutôt le matin, même après le lever du soleil mais avant que celui-ci ne soit trop visible au-dessus de l’horizon, et le soir dans, je dirais, selon vos saisons, une à deux heures avant le coucher du soleil, quelle que soit la saison d’ailleurs.

Ça, cela concerne, comme je l’ai dit, nos villages. Vous pouvez très bien créer une structure d’accueil mais, de grâce, ne faites pas ça dans vos domiciles, ils sont affreux. Il est impératif que cette structure soit en contact avec la nature et plutôt isolée, nous n’aimons pas être dérangés.

Donc retenez les horaires, plutôt le matin, plutôt le soir, et toujours dans la nature, pas nécessairement à l’ombre puisque la structure des quatre pierres que je vous ai donnée crée un couloir où nous pouvons aisément rester le temps nécessaire pour une action donnée, si nous jugeons bon que celle-ci est possible. En fonction de ce que nous observons de la Lumière en vous et non pas de ce que nous jugeons à titre quelconque.

Évitez autant que faire se peut d’être parfumés, nous préférons de loin l’odeur de la terre. Et si possible, que cela soit en nos villages ou que cela soit sur les structures que vous avez créées, de grâce retirez vos chaussures. Porter la peau d’un animal à ses pieds nous semble, pour nous bien sûr, très anachronique dirons-nous.

Avez-vous d’autres questions ?

Question : pour la structure d’accueil, les pierres sont-elles à placer de manière permanente ? Dans un carré de quelle surface ?

Ah, vous parlez de distance entre les pierres ?

… oui.

Oh, prévoyez deux mètres carrés, trois mètres carrés si vous êtes assez corpulents, mais un mètre à deux mètres devraient suffire, exceptionnellement plus de trois mètres parce que là, la structure ne serait pas aussi solide. Jusqu’à présent, je crois que cela vous a été communiqué puisque nous sommes venus jusqu’à vous, il y avait la nécessité de créer une forme particulière de lumière qui était une colonne de Lumière Supramentale. Ce n’est plus nécessaire dans la mesure où maintenant les particules adamantines sont partout. Créez cette structure au sol, attendez quelques minutes et rentrez dedans tout simplement. N’oubliez pas le biscuit.

Question : cette structure doit-elle être retirée après chaque intervention ou peut-elle rester de manière permanente ?

Elle peut être là de manière permanente mais cela n’y changera rien, puisque nous sentirons uniquement quand quelqu’un sera dedans. Et nous saurons, dès que quelqu’un pénètre là-dedans, de là où nous sommes, du village en tout cas le plus proche de là où vous avez fait cela, nous saurons instantanément qu’un humain a créé une structure de pierres. Et nous viendrons, et nous rentrerons peut-être à l’intérieur. Nous voyageons d’ailleurs directement de ce point de notre village à votre point créé. Nous n’avons pas besoin de creuser un tunnel, rassurez-vous, pour venir à vous.

Donc, cette structure que vous allez créer au sol peut être retirée une fois que vous avez terminé ou laissée en place. Mais encore une fois, elle ne sera pas active tant que quelqu’un ne sera pas dedans, éclairant la colonne de Lumière de lui-même, par sa propre Présence ; que vous sentiez vos structures de lumière ou pas, d’ailleurs, nous importe peu, puisque la Lumière, de toute façon, aujourd’hui se dépose partout. Même si elle ne pénètre pas, si les structures d’ouverture comme ce que vous nommez les Portes ne sont pas activées, mais néanmoins, dès l’instant où la structure est posée au sol et que vous êtes à l’intérieur de cette structure, debout ou assis peu importe, cela est présent.

Existe-t-il d’autres questions ?

Question : quand vous interviendrez, serez-vous visibles à nos yeux ?

En dehors de nos villages, je ne pense pas que vous puissiez nous voir. Vous n’avez pas encore suffisamment, comment ça s’appelle chez vous, la vision subtile ou la vision dite éthérique suffisamment constituée pour l’instant pour nous voir, malgré notre densité et notre volume. Mais vous nous percevrez, ça je peux vous l’assurer ; les outils, quand ils travaillent, ils travaillent.

Question : y a-t-il une distance à respecter entre la structure d’accueil créée avec les grenats et l’un de vos villages, ou ce n’est pas important à condition que ce soit dans la nature ?

Ah, c’est clair que si vous habitez en pleine ville, vous aurez du mal, devant la pelouse ou dans votre jardin. Ne soyez pas si possible trop loin quand même d’un environnement minéral, où il y a à la fois de l’eau et des arbres pas très loin. C’est l’environnement le plus propice qui est susceptible d’être… Si vous voulez, quand vous créez ces structures, nous entendons une sonnette, mais si effectivement… je ne peux pas vous donner de distance parce que c’est très variable selon la conduction de l’onde qui est créée par cette structure de pierres, mais ça peut aller jusqu’à ce que vous pourriez appeler plusieurs kilomètres.

Mais encore une fois, si possible dans la nature, si possible pas juste devant une maison humaine, parce que là c’est insurmontable pour nous. Essayez de faire ça près d’un arbre, près de l’eau par exemple, ça peut aider.
Mais encore une fois, nous ne répondrons absolument pas à toutes les demandes. Nous répondrons uniquement, d’ailleurs je vous ai dit de pas venir en demande mais d’attendre à l’intérieur de ces structures de voir ce qu’il se déroule. Et en fonction du coup de sonnette que nous recevons, nous enverrons un émissaire vers vous, avec les outils nécessaires.

Question : les cuisiniers ont apporté des cookies pour vous, nous irons les déposer à l’endroit d’accueil qui a été fait en ce lieu.

Que nous connaissons très bien. D’ailleurs, il faudrait un peu l’entretenir.

… comment ?

Il faudrait un peu l’entretenir, l’endroit.

… de quelle manière ?

Eh bien déjà le nettoyer, et puis ensuite refaire la colonne de Lumière, ou laisser en permanence, si c’est possible, même légèrement enterrées, les fameuses pierres dont j’ai parlé.

… c’est noté.

Merci bien.

Question : puisqu’il ne faut pas faire de demande, y aura-t-il un moyen de savoir si vous êtes intervenus sur nous ou pas ?

Quand tu vas chez le chirurgien humain, il y a une cicatrice, eh ben il y aura aussi une cicatrice ; c’est ce que j’ai nommé les glyphes tracés sur votre peau. Mais l’action est physique, donc vous ne pouvez pas la sentir. Même si vous ne le sentez pas pendant que nos outils travaillent, vous verrez bien ce qu’il s’est produit, quand même, au niveau de votre structure.

Question : pour créer les structures d’accueil, est-il possible de remplacer le grenat par de la tourmaline noire ou du quartz noir morillon ?

D’ailleurs, je remarque, dans ce lieu que vous n’avez pas mis de grenat noir. Vous avez mis une pierre noire et une colonne de Lumière. Mais l’idéal est quand même cette structure géométrique parfaite. Mais cela peut fonctionner, avec un peu plus de difficulté opératoire pour nous, mais avec toute pierre noire.

Question : l’onyx aussi ?

Toutes les pierres noires.

Question : la taille de la pierre a-t-elle une importance ?

Je dirais même que plus elle est petite, plus elle agira dans la résonance qui sera créée.

Question : avez-vous, dans vos villages et dans vos maisons, ce grenat noir ?

Oui. Il y a d’ailleurs, pas très loin, nombre de ces cristaux qui sont présents. Ça ne veut pas dire que nous sommes toujours à côté de ces pierres noires mais nous sommes très contents quand nous avons ces pierres, parce qu’elles nous éclairent à la perfection.

Question : donc vous vous installez là où il y a les veines de grenat noir ?

Il y en a pas partout, et nous sommes partout. Tout ce qui va être minéral, de couleur sombre, parfois brune, parfois rouge, parfois noire. Mais je vous rappelle que même vos minéraux les plus éclatants naissent au sein d’une gangue, qui est le plus souvent, pas toujours mais le plus souvent, de couleur très foncée. Effectivement nous choisissons de manière privilégiée ce type d’environnement, mais pas toujours. Quand cela est impossible, nous pratiquons autrement.

Question : dans la nature, près de l’eau et dans la forêt, sommes-nous forcément à moins de 3 km d’un de vos villages ?

Ça voudrait dire qu’il y aurait énormément de villages, nous ne sommes pas assez nombreux. Nous ne nous sommes pas multipliés comme vous. Mais néanmoins il faudrait vraiment que la structure créée soit plus éloignée de 10 km à 15 km pour que nous n’ayons pas de coup de sonnette. Retenez effectivement la forêt, l’ombre, l’eau, la roche, d’autant plus si les roches sont grises ou noires plutôt que beiges.

En général, nous nous tenons à une distance minimale de vos constructions, pour les villes en tout cas ou ce que vous nommez agglomération je crois, ou village même. Dès que vous dépassez un certain nombre d’humains, avec vos constructions, nous nous éloignons. Mais en règle générale, je peux dire que par rapport à une ville ou une assemblée de maisons, la distance minimale est au moins de 10 km.

Bien sûr, nous pouvons nous installer sans problème déjà à 1 km d’un petit village ou même à quelques centaines de mètres d’une maison, si elle est isolée.

Je ne vois pas quoi d’autre vous donner comme éléments concernant nos emplacements. D’autant plus qu’ils ne sont pas aussi, comment dire, sensibles, du fait de la présence des vortex comme dans les villages des elfes.

Question : pouvons-nous créer une structure à plusieurs personnes ?

Pour créer la structure, oui, mais en ce qui concerne notre chirurgie, il vaut mieux être seul dedans. On sait jamais.

Question : si on est plusieurs, comment savoir quand vous aurez fini votre intervention sur la première personne pour que la deuxième personne puisse prendre place ?

C’est très simple. Nos interventions, une fois que nous avons vu, de là où nous sommes, l’interaction de la Lumière avec votre structure physique, si nous pouvons et devons intervenir, en fonction de, comment vous appelez ça, l’Intelligence de la Lumière, nous pourrons sans aucune difficulté pratiquer ce qu’il y a à pratiquer. Nous aurons peut-être besoin de vous revoir, comme certains chirurgiens humains, mais en tout cas l’opération ne va pas durer des heures de votre temps. Restez paisiblement à l’intérieur de cette structure. Je dirais que le temps maximum entre le coup de sonnette, l’opération éventuelle, et la fin de l’opération à proprement parler, prendrait trente minutes, jamais plus.

Laissez-nous quand même quelques minutes avant de sentir quelque chose.

Bien sûr, dans les structures de pierres, et surtout si c’est les pierres que j’ai nommées, vous sentirez aussi bien sûr l’énergie des cristaux, à ne pas confondre avec notre venue ou notre réponse. Mais je pense que les sensations de votre corps seront on ne peut plus claires à ce moment-là.

Question : avez-vous des préférences au niveau des gâteaux secs que nous vous offrons ?

Non, du moment qu’ils soient durs.

Question : j’habite près d’une rivière, il y a donc de l’eau, des arbres et des rochers, mais l’été il n’y a pas d’eau. Cela pose-t-il un problème pour vous ?

Je n’ai absolument pas dit qu’il fallait qu’il y ait les trois éléments que j’ai cités. Ça pouvait être l’un ou l’autre. C’est plus facile pour nous, disons.

Question : y a-t-il d’autres éléments que les habitations humaines, qui éloigneraient vos villages ?

Oui, effectivement, tout ce qui est électrique.

Comment dire ? Nous sommes des êtres beaucoup plus magnétiques que vous, et l’électricité ne fait pas très bon ménage, je dirais, avec notre structure. Je ne parle pas d’un simple fil de courant, je parle de générateurs, de… comment vous nommez ça, ce qui fabrique l’électricité, ou des gros câbles, des gros fils qui transmettent le courant. Parce qu’à ce moment-là sont générés des champs électriques et électromagnétiques qui ne sont pas propices du tout à notre venue.

Question : il n’y a pas des éléments subtils qui peuvent tenir vos villages éloignés ?

De quoi veux-tu parler ? Nous vivons en harmonie avec les autres peuples de la nature. Il ne peut en être autrement.

Question : comme des éléments « sombres » ?

Ils ne pourraient pas nous approcher. Ils nous fuient comme la peste, je dirais.

Question : pour l’intervention, vaut-il mieux être assis, debout ou couché ?

Non, non, assis ou debout.

… couché ça ne va pas ?

Ah, je n’ai pas dit ça, mais à ce moment-là il faudra modifier la structure qui est posée.

Question : comment savoir si on doit revenir une deuxième fois ?

Ben, si c’est pas fini.

Question : comment sait-on que ce n’est pas fini ?

Peux-tu répéter ?

… vous avez dit que parfois il fallait faire une deuxième intervention…

Si la première n’a pas été suffisante, donc s’il existe une douleur, une déformation, quelque chose qui n’est pas réglé et que nous sommes réellement intervenus.

Vous pouvez aussi simplement venir nous apporter un biscuit. Cela ne nous dérangera pas.

Question : quand on vous a déposé des biscuits, le lendemain il n’y avait plus rien. Est-ce vous qui les avez pris ou ils ont été mangés par des animaux ?

Je vous précise quand même que nous mangeons les forces vitales du biscuit et pas le biscuit en lui-même, bien sûr. Mais comme un biscuit dur évoque la forme, et que nous sommes amoureux des formes, nous préférons cela. Après, nous les laissons aux animaux.

Question : un biscuit dur en forme de cube.

Ça existe ?

… ça peut se faire.

J’en ai jamais vu, ni mangé.

… ça peut se faire.

En général, vos trucs durs sont toujours très plats.

… on pourrait faire un effort pour vous en apporter des cubiques.

Va falloir partager, c’est ça l’embêtant.

Question : la présence d’une ferme près de la structure pourrait-elle vous déranger ?

Si c’est une ferme qui s’occupe d’animaux, nous évitons. Nous avons horreur de voir ces animaux enfermés quelque part. Si toutefois c’est une ferme qui s’occupe de végétaux, là il n’y a pas de souci. Même une poule en cage nous est intolérable.

Question : êtes-vous nombreux dans vos villages, combien de gâteaux faut-il apporter ?

Quand je parlais de partage, en général ce n’est pas le nombre de biscuits, c’est surtout l’originalité, et sa dureté ; ne vous inquiétez pas du partage. Nous n’avons pas les mêmes notions de partage, et partager la force vitale d’un biscuit se fait sans aucun problème.

Question : puisque vous avez des compagnes, êtes-vous en famille ?

Pas au sens où vous l’entendez mais nous avons une compagne privilégiée, si je peux dire. Mais les compagnes n’ont rien à voir avec ce que vous appelez mari et femme. Disons que ce sont simplement des ajustements de polarité qui n’ont rien à voir avec une quelconque fonction de gestation, de reproduction ou de sexualité, dans le sens où vous l’entendez, et le vivez.

Je vois qu’il y a des questions, qui ne sont plus vraiment en rapport avec ce que j’ai demandé.
Toujours sur le processus opératoire, vous n’avez plus de question ?

Question : pouvez-vous aussi agir sur des enfants ?

Je vous répondrais que cela nous est difficile jusqu’à un certain âge, du fait que la forme d’un enfant est, ce que vous appelez, « en croissance » et donc mobile. Il est préférable d’attendre d’être sorti de l’enfance et même d’être, pas mature mais d’être fini, si je peux dire.

… après 21 ans à peu près ?

À peu près.

Question : pouvez-vous repréciser sur quelles parties de nos structures vous intervenez ?

Toutes les structures fixes et dures : les os, tout ce qui est dans le ventre, les yeux, les organes des sens, certains tendons, tout ce qui est osseux ou cartilagineux. Et aussi, comme je l’ai dit, toujours dans ces régions-là, tout ce qui vous semble noué ou cristallisé sur ces parties-là.

Question : un calcul par exemple ?

Ça dépend où il est situé.

… le rein.

Oui.

… la vésicule biliaire ?

Non.

Le rein ne change pas de place, la vésicule se contracte, est donc mobile, même si elle reste en place.

Question : les disques lombaires ?

Ça fait partie des structures cartilagineuses.
Autre exemple situé dans le ventre : nous pouvons agir sur les ovaires, mais pas sur les testicules.

Question : les dents ?

Oui, mais attention, nous ne sommes pas dentistes.

Question : si on doit subir plusieurs interventions, comment savoir qu’il faudra revenir pour une autre intervention ?

Ça va te coûter très cher en biscuits.

Il est évident que les interventions concernent chose par chose. Nous ne pouvons pas traiter, si cela est traitable, l’ensemble de ce qui est à traiter en une seule fois. Je dirais nœud par nœud ou anomalie par anomalie.

Question : y a-t-il un espace de temps minimum à laisser entre deux interventions ?

Il n’y a pas de règle. C’est à vous de voir, de ressentir, de vivre ce qui a été fait, quand cela est fait.

Question : vos interventions sont-elles douloureuses ?

Elles ne sont pas douloureuses, elles sont perceptibles.

Rappelez-vous de ce que j’ai dit : nous agissons sur la matière, mais en accord avec la Lumière, dans la région de ce corps qui est affectée.

Question : dans les contes, on vous voit densifier la lumière sous forme de cristaux ou de gemmes. Est-ce une réalité ?

Cela a été la réalité il y a fort longtemps, mais pas tous les cristaux bien sûr. Non pas par une action d’opération mais par ce que nous portons en ce que nous sommes.

Question : avez-vous aussi un rôle pour ancrer la Lumière ?

C’est ce que j’ai dit au début, c’est-à-dire… Tu écoutes ?

… ma mémoire me fait défaut.

Je ne peux rien pour ton cerveau.

… ce n’est pas assez dur, c’est pour ça ?

Non, il y a de l’électricité. Et le cœur, c’est pareil.

Question : cela pourrait-il gêner pour vos interventions si quelqu’un a une pile posée près du cœur ?

Si c’est dans cette région, oui, c’est très gênant. Si c’est à l’autre extrémité de votre corps, il n’y a pas de problème.

Question : s’il y a du métal, des broches, cela peut-il vous gêner ?

Le métal ne nous gêne pas.

Question : si on a des implants dans les yeux, cela peut-il vous gêner ?


Non plus.

Question : même pour une opération sur les yeux ?


Non plus.

Question : quel type d’intervention pouvez-vous faire sur les yeux ?

Encore une fois, cela dépend de l’agencement de la Lumière dans ces régions, chacun est différent. Même si la structure est identique, l’agencement de la Lumière est profondément différent chez chacun. Je vous ai donné les organes et les éléments sur lesquels nous pouvons agir. N’oubliez pas aussi que vous pouvez venir, non pas pour vous faire opérer mais nous rencontrer aussi pour trouver une certaine forme d’assise, de solidité en vous, et là, sur des aspects qui ne sont pas matériels et organiques. Nous n’agissons pas sur votre conscience, comme je l’ai dit, mais nous pouvons agencer la Lumière pour que cela se produise, si nous en avons l’autorisation.

Question : le fait que vous veniez nous voir en ces Temps de la Terre est-il dû à l’ajustement du corps d’Êtreté sur nos structures ?

C’est exactement ça. Et nous espérons que cet ajustement se terminera bientôt.

Question : il nous a été dit qu’il serait gravé des choses sur le tétrakihexaèdre. Cela fait-il aussi partie de votre fonction ?

Non, ce sont vos propres codages de lumière qui se manifestent à ce niveau-là. Nous n’y sommes strictement pour rien.

Question : vu nos questions, vous pouvez prévenir votre peuple que vous allez être très sollicités.

Alors ça, ça risque pas.

… pourquoi ?

Mais parce qu’il faut un certain temps pour que les opérations se fassent, je vous ai dit trente minutes, et je doute fort que vous soyez innombrables à ce point-là. Nous n’allons pas nous transformer en chirurgiens de corps humains.

Question : pouvez-vous intervenir aussi sur les poumons ?

Non, c’est trop mou. Ça n’a aucune consistance. Éventuellement sur les premiers conduits les plus gros qui conduisent l’air, mais c’est tout.

Nous n’avons plus de questions et nous vous remercions.

Nous avons donc fait le tour de ce qu’il y avait à dire pour vous permettre de bénéficier peut-être de cela. Quant à moi, je vous présente les hommages, les respects, et l’amour bien sûr, de tout mon village et de tous mes administrés, comme vous dites.

Ils m’ont appelé Fenouil simplement parce que je suis celui qui est le plus sensible au « ouille » de mes frères. Nous disons « ouille » quand nous avons mal. Et vous imaginez bien que travaillant sur la matière, nous sommes épais mais nous avons souvent, comment dites-vous ça, des heurts. Pas entre nous mais sur nos corps.

Alors, je dis à certains d’entre vous, enfin, moi ou d’autres, nous vous disons, peut-être à bientôt.

Je fus ravi de pouvoir m’exprimer de votre façon et je vous dis… Quoi vous dire ? Comment ça s’appelle ? Je vous dis, bonne renaissance.

Fenouil vous salue bien bas.



* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:57 (2017)    Sujet du message: Rencontre de Juillet 2016 - COMPLET + PDF

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom