Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 00:00 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Rencontre de Septembre 2016

L'IMPERSONNEL

L'Impersonnel - Partie 1 OK
L'Impersonnel - Partie 2 OK
L'Impersonnel - Partie 3 OK
L'Impersonnel - Partie 4 OK
L'Impersonnel - Partie 5 OK
L'Impersonnel - Partie 6 OK


OMRAAM MIKAËL AÏVANHOV

O.M. AÏVANHOV - Questions/Réponses 1 OK
O.M. AÏVANHOV - Questions/Réponses 2 OK
O.M. AÏVANHOV - Questions/Réponses 3 OK
O.M. AÏVANHOV - Questions/Réponses 4 OK

AUTRES

ERILIM OK

MIKAËL - 29 Septembre(St Michel) ++
(voir autre rubrique) OK



Lien pour PDF de la Rencontre : http://www.sendspace.com/file/5qpblm



.
_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano

Dernière édition par Ayla le Mar 18 Oct - 17:20 (2016); édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 5 Oct - 00:00 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 00:14 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

L’IMPERSONNEL

Partie 1



Mon ami, mon frère et mon aimé, où que tu sois je te trouve, où que tu sois je suis avec toi. En ces temps de la Terre que tu vis, en ces temps-là de ta conscience, l’heure est aux retrouvailles plus que jamais, de façon inédite et intense. Se jouent en toi la Libération, la Liberté et la Paix. Ne vois pas en mes mots autre chose que le Silence qui rythme ta Présence et ton Absence.

Je viens te retrouver, te redonner l’élan et la soif de la Liberté qui, à chaque minute, est rassasiée, où il n’y a rien à prévoir, en cet espace où il n’y a rien à attendre, juste à être, en présence, avec toi. Tu te retrouves comme je te trouve ; là où tu es, je suis là, avec toi et en toi. Va où il n’y a plus d’espace pour la moindre distance ni pour la moindre séparation. Entends cela, en le silence de ton cœur, en mes mots qui ne font que passer mais qui déposent en toi la densité de ta Présence et de ton Absence. En chacun de toi la Liberté est vécue ; même si tu ne le vois pas, même si tu ne le vis pas, cela est là, en abondance, à profusion. Alors je t’invite à déposer non seulement les fardeaux de ton éphémère mais à te poser là où nul trouble ne peut venir agiter quelque élément de ta conscience.

Je t’invite à te poser dans la Grâce ; je t’invite à ne plus paraître, à ne plus jouer ; je t’invite au Silence et à la Béatitude de ce que tu es. Je m’exprime en toi comme tu t’exprimes en moi, dans le même rythme et dans le même Silence.

Je viens te recouvrir, si ce n’est déjà fait, de ton Manteau d’Éternité, là où la compassion, là où la guérison s’alchimisent en toi à chaque souffle. Pour cela, la Lumière te montre encore et toujours ce qu’il te reste à lâcher et à poser, afin de te démontrer que les résistances à l’Éternité, dorénavant, sont vaines et futiles, elles ne font qu’essayer de t’éloigner de ce que tu es. À chaque jour, à chaque nuit, à chaque regard posé en toi comme posé en l’extérieur de toi, tout est opportunité, tout est occasion à te retrouver en totalité, en ton entièreté.

Pose-toi là où il n’y a rien à épandre, rien à défendre, rien à discuter, rien à soupeser. Là, au rivage de ton éternité, tu prouveras – à toi-même – qu’il n’y a rien à prouver, qu’il n’y a rien à demander, qu’il n’y a rien à attendre. En le Feu de ton cœur, en la clarté de ta conscience comme de ta a-conscience, tu es présent et je suis là. Entre nous, il n’y a ni barrière, ni identité, ni différence, il y a juste l’Évidence. Cette Évidence-là, tu la connais, même si tu ne l’as pas encore reconnue. Elle est là, en abondance ; elle est là. Alors mes mots ne sont que le relais de cet espace du Silence présent en ton cœur, là où rien ne vient te détourner de ce qu’est la Vie, non pas celle de la conscience mais la vie en l’Éternité où même la conscience représente une particularité. Là où les affres du néant deviennent la plénitude évidente de ce que tu es.

Pose-toi, pose-toi en toi, repose-toi en toi.

Écoute. Écoute et entends ce qui se déroule. En ce moment même où tu es là, en ce moment même où tu m’entends, en ce moment même où tu me lis, il n’y a plus de temps, il n’y a plus de date et l’espace semble si infini qu’il en demeure Infini, qu’il en demeure uniquement l’absence de forme, l’absence de temps, l’absence d’identité. Justement, en ces absences, il ne peut rien manquer, il ne peut rien disparaître. Là, en le Temple de ton éternité, je t’enrobe de la Vérité Une des enfants de la loi de Un. En la béatitude et en la Grâce, trouvées en ce lieu qui n’en est pas un, en ce corps qui ne fait que passer, en ta conscience limitée qui ne fait qu’apparaître et disparaître, tu te tiens là où il n’y a rien à tenir ni rien à préserver. Pose-toi, avec moi, et avec toi-même.

En ce lieu – qui n’a nulle localisation et nul espace –, se tient le Tout, qui n’est que néant pour l’éphémère de ton corps.

La Grâce te nourrit dès l’instant où tu ne tiens plus ni à toi, ni à comprendre, ni à préserver quoi que ce soit. En cet espace sans temps et en ce temps sans espace, il y a juste l’abondance, l’abondance de la Joie, l’abondance de l’Amour, que nulle mesure ne peut contenir, que nulle conscience ne peut mesurer, ni même apprécier. Là, tu te restitues à toi-même, au-delà de toute apparence, au-delà de toute matière et au-delà même de toute conscience.

En ces temps particuliers de la Terre où la libération collective s’achève de manière effective, en chaque coin et recoin de toute conscience présente à la surface de cette terre, es-tu prêt à te donner ? Es-tu prêt à être la Voie, la Vérité et la Vie, non pas par instants ni par moments mais de manière définitive ? À toi de voir, à toi de percevoir.

Je te donne la Paix à condition que tu te donnes ta Paix, à toi-même mais à chacun aussi, de la même égale intensité, sans restrictions, sans réserve et sans conditions.

En le Temple de ton cœur, le sacre est permanent. Là où tu goûtes les fruits de ton éternité, il n’y a pas d’espace ni pour la souffrance ni pour quelque hésitation.

Où que tu sois, je me tiens. Accueille, non seulement le don de la Grâce, non seulement la béatitude, non seulement la Paix, la Joie et l’Amour, non seulement la Lumière, mais deviens tout cela à la fois. Il n’y a rien d’autre que toi, et pour chacun de nous, il n’y a rien d’autre que nous.

… Silence…

En cet espace tu te nourris, en cet espace aucun manque ne peut même être supposé, ni même pensé.

… Silence…

Le Chœur des Anges chante en ton cœur et en tes oreilles, l’Esprit du Soleil te vivifie, la Source est ce que tu es. Non plus par moments, non plus par instants, mais de manière définitive.

Et alors, en ces instants-là, toi qui es là, toi qui lis, toi qui entends, se dévoile l’ultime Vérité, celle qui ne peut être ni niée, ni même mise en question, ni même interrogée. Là est l’Évidence, il n’y en a point d’autre en définitive. Que ton chemin jusqu’à ce jour soit long, ardu, ou court et rapide, cela ne fera plus aucune différence. Quel que soit l’état de ton corps, quel que soit l’état de tes pensées, quel que soit le poids des résistances ou des attachements qui peuvent encore t’affecter au sein de l’éphémère, tu as, en cet espace, tout ce qui est nécessaire pour épanouir ce que tu es. Là où il n’y a plus ni intérieur ni extérieur, ni dedans ni dehors, ni gauche ni droite, ni haut ni bas, ni passé ni avenir, ni forme, tu te tiens.
L’action de Grâce et l’état de Grâce te sont ouverts et proposés par le don de la Grâce de la Lumière, par la vérité de l’Amour que tu es, qui ne dépend d’aucune personne car cet Amour que tu es se suffit à lui-même. Il n’a besoin ni d’attachements, ni même de flammes jumelles, ni même de relations et encore moins d’interactions, affectives ou sociétales.

Encore une fois, en ce jour, je t’invite, comme je t’invite à chaque « respir », à venir te poser là où est ton essence. Alors bien sûr, peut-être encore as-tu besoin de béquilles, d’exercices, de pratiques, de certitudes, avant d’oser tout lâcher.

… Silence…

Ose, ose être toi-même, dépourvu de tout ornement et de tout phare. Ose la simplicité dernière, celle de n’être rien ni personne, ni histoire, ni passé, ni avenir, ni même une conscience habitant un corps, ni même une Supraconscience. Au-delà de la vibration et au-delà donc de la conscience se tient ce que tu es.

Mes mots, encore une fois, ne sont que le support de ce Silence si parfait, si juste, si inouï.

Je viens encore aujourd’hui renforcer notre communion de la Liberté en l’Éternité. Je ne viens rien t’apprendre que tu ne saches déjà, même si cela t’est encore caché par les peurs et par les doutes. Viens te poser là où il n’y a rien à comprendre, rien à expliquer ni rien à dépasser. Repose-toi, pèlerin de l’Éternité. Toi, qui, au-delà de toute histoire, deviens la Voie, la Vérité et la Vie, afin que comme Celui qui fût venu, tu puisses dire à ton tour : « Moi et mon Père sommes Un ». Là est le seul miracle, là est le seul but, et ce but est déjà accompli. Il n’y a plus de chemin, il n’y a plus de route à tracer sauf pour celui qui doute encore et qui erre encore dans les méandres de l’histoire de cette terre ou de l’histoire de sa conscience. Il y a juste à te reconnaître, en tant que perfection, en tant que Vérité et en tant que beauté, là où tu ne dépends ni d’une histoire, ni d’une forme, ni d’une quelconque expression de ta conscience, en quelque dimension que ce soit.

… Silence….

Pose-toi là où il n’y a même plus de perceptions, de vibrations ou d’énergie, là où il n’y a plus ni émotions, ni pensées, ni la moindre causalité. Là où il y a juste ce qui fut nommé Shantinilaya, la Demeure de Paix Suprême, où même les mots, les plus justes soient-ils, ne sont qu’un travestissement de la Vérité, là où même la parole la plus censée et la plus aimante est encore de trop. Viens en cette vacuité, repose-toi y et demeure ainsi. Apporte-toi à toi-même la preuve irréfutable de l’Amour que tu es. Un Amour qui n’est plus coloré par quelque attachement ou quelque passion que ce soit, ni même par une histoire à tenir, là où il n’y a plus ni support, ni émanation, ni projection, où seule reste l’évidence de la Paix, l’évidence de l’Amour, ne dépendant en aucune façon de ton histoire, de ta vie, de ton corps ou de tes relations.

Alors bien sûr, tu le sais, il existe au sein de cette terre où tu poses encore tes pieds, des endroits privilégiés au sein de la nature, au sein de certaines rencontres, qui te permettent de fortifier ta demeure d’Éternité. En cette demeure, il n’y a ni porte ni fenêtres, ni même des murs, ni même de toit, il y a juste la plénitude, celle parfaite de la vacuité. Là, en ce lieu, en ton Cœur du Cœur, au Centre du Centre, il y a le Tout, en même temps qu’il y a le rien à tes yeux charnels et à ta conscience limitée.

La superposition de ce qui fut nommé l’éphémère et de l’Éternel te rapproche chaque jour un peu plus de l’Éternité révélée et vécue. Quel que soit l’état de ton corps, quel que soit l’état de tes attachements, de tes peurs, de tes doutes, seul l’Amour prévaut, et prévaudra de plus en plus au fur et à mesure que Marie se rapproche de différentes façons. Qu’elle se rapproche à l’intérieur de toi directement, ou qu’elle se rapproche au sein de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, ne fait nulle différence car il s’agit de la même chose. Tous, parmi les Anciens, Étoiles, Archanges et autres intervenants t’avons dit en permanence que tout était en toi. Mais au-delà de ce « Tout » qui est en toi, n’oublie pas que ceci s’appuie sur l’absolue félicité du Parabrahman, de l’Absolu, là où la Liberté ne peut être ni restreinte ni discutée.

Confie-toi, confie-toi à ce que tu es, sans limites et sans préjugés. Vérifie-le par toi-même chaque jour. Les grâces sont là, en surabondance. Quelles que soient les circonstances et ton destin au sein de l’éphémère, rien de cela ne peut entraver la Vérité. Et cela tu le vis, même si tu n’as pas su encore poser les mots sur ce que tu vis. Au travers de toute souffrance comme au travers de toute joie, il n’y a que cela qui demeure, il n’y a que cela qui est vrai.

Permets-moi aussi, au-delà de mes mots – qui ne sont que le rythme de ce Silence –, de te bénir à chaque fois, à chaque venue, avec plus d’intensité, plus de fulgurance, et surtout plus d’évidence.

Alors, que tu me nommes l’Ancien des jours, que tu me nommes Marie, que tu me nommes de tel nom ou de tel nom, cela n’a représenté en définitive que le moyen de te raccrocher au fil d’une histoire. Aujourd’hui tu as suivi ce fil jusqu’à l’origine ou jusqu’à la fin, en cet espace qui n’est pas un espace mais où pourtant l’origine et la fin se rejoignent et ne font plus de différence.

… Silence…

Installe-toi. Installe-toi en paix, avec bonheur, en ces moments d’Éternité. Installe-toi là où rien ne peut être souffrant et où rien ne peut être absent.

Ainsi, en le Feu de ta Présence, en le Feu du Cœur, le Feu de l’Esprit vient apaiser les brûlures parfois intenses touchant ton histoire et ta personne, qui ne sont que des rappels à ton éternité et à ta beauté.

En ce lieu-là où le temps n’est plus et où même l’espace ne peut plus être défini, il n’y a rien d’autre que cela – et cela est tout.

Chacun de toi, en cette vie, vit à sa manière la convocation de la Lumière au Jugement dernier qui est le début, je te le rappelle, de la vraie vie, où plus rien ne pourra venir te limiter ou t’obliger.

Pose-toi en cette humilité, en cette simplicité, où même les quatre Piliers n’ont plus besoin d’être évoqués ni même pensés. Tu rentres dans le temps de ta terre où il n’y a plus besoin de béquilles, où il n’y a plus besoin d’aide, où il n’y a plus besoin de repères ; seule l’Évidence est là. Et en l’Évidence, il n’y a ni mots à ressentir ni mots à dire, il y a juste à accueillir et à disparaître.

L’Intelligence de la Lumière et la Grâce ne te donnent plus seulement à voir ce qui est à voir au niveau des plans subtils ou au plan de ton historique de vie mais bien plus la vérité nue de l’Amour, de ce que tu es et de qui tu es.

… Silence…

En chacun de mes silences, il y a résolution de ce qui peut te sembler encore être à résoudre, à éclaircir, à dépasser ou à transcender. C’est aussi en ce lieu qu’il n’y a plus besoin de preuves ou d’appuis, qu’il n’y a plus besoin de discourir, qu’il n’y a plus besoin de trier, mais juste à acquiescer afin que toi aussi tu dises : « Père, mon Esprit est entre tes mains ». Là est l’ultime renoncement à l’illusion de cette vie, à l’éphémère de cette vie, faisant éclater en toi la vérité et la primauté de l’Amour, non plus seulement comme une adhésion, non plus seulement comme une expérience qu’il t’a été donné de vivre ou de vivre encore, mais simplement l’Évidence, où rien d’autre ne peut apparaître parce que cette Évidence-là se suffit à elle-même et te suffit.

… Silence…

Là où ne peut exister ni combat, ni bien, ni mal, ni dualité, là où ne peut exister la moindre poursuite d’un idéal quelconque, ni la satisfaction d’un désir ou d’un besoin vital. Il reste juste l’Évidence, et en cette Évidence-là tu te nourris, en cette Évidence-là tu demeures en paix et découvres la totalité de ta Présence et de ton Absence.

Alors tu laisseras en toi libre cours à toute manifestation, que cela soit celle d’un ange, celle d’un Archange, celle de Marie ou celle d’un habitant de la nature. Là il n’y aura même plus besoin de percevoir l’initialisation d’un contact ou d’une rencontre mais juste, comme je te l’ai dit, te poser, te reposer et d’accueillir, car ta nature est accueil et don, il ne peut en être autrement, ici même en ce monde comme au sein de ton Éternité. Il n’est plus question de superposition de l’Éternel et de l’éphémère mais de l’absorption de l’éphémère par l’Éternel.

… Silence…

L’Évidence t’appelle à conduire ta vie en ce corps éphémère, sans effort et sans réticence. En ce sens-là, seul l’instant présent au sein de ton éphémère devient important, mettant à mal en quelque sorte ce qui a construit ton histoire, ta mémoire et tes expériences de conscience. Laisse tout cela disparaître, laisse tout cela s’oublier, sans peur et sans questionnements. Ne vois plus cela, laisse toute la place à ce que tu es. Quelles que soient les circonstances de ta vie ou de ton monde, autour de toi comme sur l’ensemble de cette planète, quoi que tu vives et quoi que tu voies, quoi que tu penses, cela ne représente plus rien. Tu le vis déjà, parfois avec trouble, parfois avec résistance, parfois avec peur, mais tout cela, comme tu le sais, ne fait que passer et ne peut subsister devant l’intensité de ta Flamme éternelle.

… Silence…

Tu es attendu au cœur de toi-même…

… car ici, toi et moi n’avons besoin de rien, ni de forme ni d’histoire, mais nous avons juste à recueillir l’Évidence de ce qui est, à dire « oui », à ne plus négocier, à ne plus avoir peur, à ne plus être en colère, à ne plus résister, mais accepter l’Évidence. En cet espace, tu ne pourras plus ne plus être transparent, tu ne pourras plus sortir de l’humilité et de la simplicité. Tu t’aperçois à ce niveau-là (qui n’est plus un niveau), que toute connaissance n’est que fatuité et ignorance, que tout ce qui a été encore tenu jusqu’à présent te tient et te retient prisonnier de l’éphémère. Tu le sais, très bientôt il n’y aura plus de place sur la terre, ni en toi, pour retrouver cet éphémère et l’y maintenir. Alors je t’invite à précéder l’Appel de Marie et à laisser l’Œuvre de Vérité se déployer en toi et se vivre.

… Silence…

Quelles que soient les opportunités que tu aies de rencontrer les peuples de la nature, de rencontrer les autres dimensions, tout cela qui pouvait encore te sembler merveilleux et magique, et si facilitant pour ton être éternel, tout cela s’efface aussi afin que tu sois nu, afin qu’il n’y ait plus de barrière ni de distance avec la Vérité, avec l’Évidence.

Je ne viens rien te promettre, ni en termes de temps ni en termes d’espace, j’attire simplement ton attention sur ce qui est à vivre ; quelle que soit ton histoire, quel que soit ton état, quels que soient tes rêves, cela est bien réel, et c’est d’ailleurs la seule réalité immuable et qui ne disparaît jamais. Que tu aies choisi la Liberté associée à une forme, que tu aies choisi les mondes carbonés libres, que tu aies choisi l’Éternité totale, cela ne fait aucune différence car le point de passage est exactement le même ; quelle que soit ta destinée, quelle que soit ta destination, quel que soit ton état, il n’y a nulle différence et nulle distance.

… Silence…

C’est en cet espace de Silence que tu vis, ici et maintenant comme ailleurs et partout, que se dévoile cet Ineffable, non plus pour se l’accaparer, non pas pour en parler ni même pour te justifier, ni même pour avoir la moindre preuve de cette vérité. Cela, tu ne peux le vivre qu’en le devenant, qu’en l’étant.

… Silence…

Alors cela avait été dit : « Aime et fais ce qu’il te plaît ». Non pas ce qui plaît à ta personne mais ce qui plaît à l’Éternité, c’est-à-dire devenir non plus seulement un semeur de Lumière, un ancreur de Lumière ou un libérateur mais être simplement toi-même, accueillant avec la même équanimité les joies comme les peines, les souffrances comme les peurs, et l’Amour, de la même façon, sans différence, sans distinction.

En cet espace-là il n’y a rien à prouver, ni à toi, ni à l’autre, ni à ta famille, ni à ton aimé. Il n’y a rien à défendre ni rien à travestir, et rappelle-toi que les mots mêmes que tu poserais dessus, en définitive, ne serait qu’un travestissement ou une imposture par rapport à la Vérité.

… Silence…

Le Chœur des Anges, et l’Esprit du Soleil, chante en toi maintenant sa symphonie de manière permanente, sans détours, sans ombre et sans alibi.

Ainsi, où que tu sois, nous sommes tous là, chacun de toi et chacun de nous.

Ce qui sort de là, de cet état – qui n’est pas un niveau ni un état – est simplement la vacuité et l’Évidence. Cette Évidence-là n’a pas besoin ni de raisons ni de justifications. Elle n’a besoin de rien, ni même de toi, ni même de nous, ni même d’un scénario final concernant les mondes dits carbonés.

Chacun de toi est capable d’observer, depuis la conscience éphémère, ces moments de disparition et ces moments d’Évidence qui ne reposent sur rien, ni même sur la vibration, ni même sur l’énergie, même s’il en existe des témoins et des marqueurs au niveau de ton corps, ayant été nommés Portes ou Étoiles ou centres d’énergie ; cela est accessoire maintenant car même cela n’a plus d’utilité autre que d’être, en quelque sorte, les marqueurs de ta vérité, mais ils ne sont pas eux-mêmes la Vérité.

… Silence…

Là est la Vie, qui ne dépend plus d’une onde, qui ne dépend plus d’une vibration, qui ne dépend plus d’une conscience ni d’aucun mouvement de la conscience.

Ce qui se vit est donc la transcendance parfaite de ce qui est limité encore en cet Illimité déjà tant présent et tant prégnant.

Là est l’école de la Vie, non pas une école qui t’enseignerait quoi que ce soit ni même ne répondrait à une quelconque interrogation mais vient s’imposer en évidence d’elle-même, là où il n’y a plus de mots ni de forme, ni d’état, ni de futur.

Alors tu te tiens là où je suis.

… Silence…

Écoute et entends, bien au-delà de mes mots, bien au-delà de ta personne, ce que je résonne en toi, ce qui se délivre en toi.

En ce lieu-là tu réalises les vanités successives de tes quêtes, de vie en vie, tu réalises la perfection de l’Esprit, déjà parfait, et qui n’a donc rien à améliorer, à prouver. Seul le jeu de ton âme, si elle est encore présente, peut sembler te faire osciller et passer d’un état à un autre, jusqu’à ce que tu vives qu’il n’y a pas d’autre état, qu’il n’y a pas d’état spécifique, qu’il n’y a pas de forme. Tu échappes ainsi au conditionnement de la forme, même au sein des mondes libres, tu échappes ainsi à l’avidité de l’expérience de la conscience et tu demeures là, tranquille et immobile, en le souffle de vérité, en l’extase.

… Silence…

Profite du Silence, profite de ta présence et de la mienne et de chacun de nous. Profite de l’instant que tu t’es offert pour m’écouter, m’entendre ou me lire. Ne t’en tiens pas aux mots ni à une quelconque identité, la mienne comme la tienne, qui ne font que passer. Demeure au-delà de tout ce qui peut trépasser, demeure présent et absent, à toi-même comme au monde.

… Silence…

En ces silences de plus en plus vastes, de plus en plus larges, les dernières limites tombent, les dernières résistances s’évanouissent. Les Trompettes de l’Esprit qui sonnent en ton Temple intérieur abattent les derniers murs, les dernières pierres qui te semblaient faire obstacle à ta liberté.

… Silence…

Même en toi, s’il y a le Feu du Cœur, celui-ci devient un baume apaisant qui ne fait brûler que les fantasmes éphémères de l’évolution ou de l’amélioration car ici, tout a toujours été parfait et demeure ainsi à jamais. Établi ici, tu n’as besoin de rien d’autre, tu n’as rien à montrer ni à démontrer, tu n’as rien à justifier, tu n’as rien à critiquer, car en cet espace qui n’est plus un lieu, tu ne peux voir aucune différence et tu t’aperçois que tout est parfait, même en toute imperfection. Tout cela ne fait que passer et te déposer à ce que tu es et en ce que tu es.

… Silence…

Écoute et entends le chant du Silence et l’évidence de ce Silence.

… Silence…

De cette manière, il t’est donné de vivre cette Éternité et cette Vérité, la seule et l’unique, qui ne peut jamais être affectée par quelque expérience ou quelque forme que ce soit.

… Silence…

Tes mots et mes mots, tes pensées qui peuvent advenir, ne font que se montrer et disparaître à leur tour.

… Silence…

Pose-toi encore plus profondément dans cette Évidence. Ne cherche rien, ni énergie, ni vibration, ni pensée, ni vision, fût-elle celle du cœur.

… Silence…

Laisse simplement être ce qui est.

… Silence…

Ainsi, tu ne te nourris pas ni de tes mots ni de mes mots, tu te nourris exclusivement de toi-même, là où tout est don, là où tout est gratitude.

Là où tu es, là où je suis, rien ne manque, rien ne peut manquer et rien ne manquera jamais. C’est en cet espace que tu t’affermis en présence en ce monde, en présence dans ta vie.

En cet espace, il n’y a plus nulle demande à formuler ni rien à conquérir. La notion même d’évolution devient caduque et risible.

En cet espace-là, il n’y a rien à retenir, il y a juste à s’asseoir, en présence de l’Évidence. Il n’y a pas de Lumière à chercher, ni de rencontre à vivre. Tu l’as compris, c’est le moment de te mettre à nu, en face de toi-même et de te regarder, sans culpabilité, sans jugement et sans avis, simplement regarder, avec lucidité, tout cet éphémère, qu’il concerne ton corps, tes pensées ou ce que tu pourrais nommer encore ton karma, ne t’appartenant plus mais appartenant à la personne limitée.

… Silence…

En cet espace-là, la prière est spontanée. Elle n’est pas un effort, et encore moins une demande, elle est juste remerciement pour la Vérité et remerciement pour l’Évidence.

… Silence…

Et là, alors que ne reste plus rien de ce à quoi tu peux t’identifier, ce en quoi tu peux te projeter, tu es la Vie et tu es la Vérité, et tu es la Voie, non pas celle que tu parcours mais celle que tu entends dans le Silence de ton être.

… Silence…

Ce que tu perçois maintenant, ou l’absence même de perception, n’est que le témoin de l’Évidence.

… Silence…

Dans le moment où tu n’es pas là, en ce Centre du Centre, en ce Cœur du Cœur, en cet espace sans espace, n’oublie pas que tu peux t’y ressourcer, sans effort et sans difficulté, et sans rituel ou sans technique. En cela tu es la Lumière, celle du soleil qui éclaire ce monde comme l’Esprit qui éclaire ton âme ou ta personne. Rappelle-toi qu’il ne sert à rien de vouloir tenir ou maintenir cette Évidence-là, elle est là à profusion dès que tu acceptes de ne rien tenir, de ne rien désirer, dès le moment où tu acceptes de n’être rien.

… Silence…

Toutes les phrases que je prononce, que j’édicte, tous les silences, ne sont en définitive que l’unique et même témoin de ce que tu es.

En ce lieu-là, il n’y a pas de difficulté.

… Silence…

En ce lieu-là, il n’y a que l’Amour. Et cet Amour est l’Amour, est Tout.

… Silence…

Écoute et entends ce que te dit le Silence, ce que te dit la Grâce, touchant ainsi de manière de plus en plus intense l’Évidence de ce que tu es, au-delà de ta forme, au-delà de l’âme et au-delà de la conscience. Tout se résout. Alors vis ton évidence, sans mesure et sans démesure, juste cela, car dans cette Évidence, il n’y a rien à quantifier ni rien à rejeter.

… Silence…

En ce lieu-là, même ton souffle semble immobile, même ton souffle est suspendu.

Rappelle-toi que quelque élément qui reste au sein de ton éphémère – dans ton corps éphémère ou dans ta vie éphémère – n’a besoin que de cela : de l’Évidence, de l’Amour et de la Grâce.

As-tu mis l’Amour devant ? Devant même ta personne ? Devant même ton histoire ? Devant même tes attachements ? Alors si la réponse est oui, tu es libre, entièrement libre.

… Silence…

Perçois, l’évidence de ce Silence, et le silence de l’Évidence. Tu y es.

… Silence…

Même ton nom n’est plus qu’un lointain souvenir, un rêve. En cette Évidence-là, tout le reste, en ce monde comme ailleurs, n’est qu’un rêve qui ne fait que passer, auquel tu tiens par moments – et comme tu le constates, de moins en moins – parce que la Grâce de la Lumière et son Intelligence t’y poussent ; quoi que tu y trouves à dire ou à redire, cela ne change rien. Tu es ce que tu es, enfant de l’Un, Source toi-même.

… Silence…

En ce Silence-là, il n’y a ni densité ni légèreté. Il n’y a pas d’image, il n’y a rien à voir.

… Silence…

Et là, en maintenant ce Silence au-delà de mes mots, il ne demeure rien d’autre que ce que tu es. Alors ce que tu t’offres à toi-même à vivre maintenant, en me lisant, en m’écoutant, il t’est donné de le vivre en seul à seul, il t’est donné de vivre cela dans la nature, en ses habitants, il t’est donné de le vivre en face de chaque frère et sœur apparaissant en une forme à tes yeux en ce monde, de la même façon.

… Silence…

Tout n’est, en définitive, vu de l’extérieur, qu’à ta faculté d’avoir confiance en ce que tu es et non plus confiance en toi ou en quelque histoire que ce soit, ni de ce monde ni d’un autre monde. En cette Évidence-là, il n’y a besoin d’aucun monde ni d’aucune dimension, il n’y a besoin de rien. Il n’y a pas non plus à fournir d’effort.

… Silence…

Toi qui te tiens là, en le cœur de chacun, tu es à ta juste place. C’est d’ailleurs la seule place qui ne connaît aucune limite, de personne ou de forme. Ainsi, de mon cœur, j’adresse à ton cœur la même Vérité et le même Silence.

… Silence…

En cet espace-là, tous les espaces sont présents ; en ce temps-là, tous les temps sont présents. En ce temps-là et en cet espace-là, tout est résolutoire, tout est bénédiction. Alors, de mon cœur, je bénis ton cœur.

… Silence…

En cette Évidence-là, tu te rends compte qu’il n’y a rien à défendre ni rien à revendiquer, qu’il y a juste la douceur, la douceur mais aussi la force et la puissance de la Vérité.

… Silence…

En cet espace-là, tu te rends compte qu’il n’y a rien à préserver, qu’il n’y a rien à vouloir. Tu n’es plus seulement aux Ateliers de la Création mais à la source même de la Création. Tu es l’Alpha et l’Oméga, sans pouvoir définir ce qui est de l’ordre de l’Alpha et ce qui est de l’ordre de l’Oméga, car l’Alpha et l’Oméga sont la même chose. Il n’y a pas à te déplacer, il n’y a rien qui se déplace.

… Silence…

Et le Silence se prolonge. Quels que soient mes mots, il n’y a ni lassitude ni interrogation.

… Silence…

En ce Silence, tu ne dépends de rien, tu n’es limité par rien. Aucune croyance ne peut maintenir son asservissement, aucune histoire ne peut être jouée. C’est ainsi que tu te reconnais à chaque souffle, de plus en plus clairement, de plus en plus aisément.

… Silence…

Ainsi, tu éprouves la vacuité. Que tu aies disparu ou que tu sois présent ne change rien, tu te nourris, tu te régénères, tu te vivifies.

En ce Silence-là, je rebénis à nouveau ta Présence et ton Absence.

Action de Grâce perpétuelle, béatitude infinie et sans fin.

… Silence…

Toi, Fils Ardent du Soleil baptisé en l’Esprit de Vérité, toi, celui qui a ressuscité, accompagne-moi en cette béatitude et en son Évidence. Ne reste pas en arrière, n’aie aucune résistance.

Tu es la Joie.

… Silence…

Laisse le parfum de ton essence éclater aux yeux du monde car en cette Évidence, nul regard et nulle parole ne peut t’altérer. Demeure en ta véritable demeure et là, à ton tour, aime. Aime et bénis tous ceux que tu connais et aussi tous ceux que tu ne connais pas. Qu’ils soient amis, qu’ils soient ennemis, de quelque âge qu’ils soient, de quelque nature que soit votre relation ou votre absence de relation, ne fais pas de différence. D’ailleurs tu ne peux en faire, si tu te tiens réellement là, car tu n’as rien à décider. Les bénédictions émanent de toi sans que tu le souhaites ou sans que tu le penses. De la même façon que le soleil nourrit chacun de la même manière, de la même façon accorde ta Lumière à tout ce que tu rencontres ; que cela soit des situations, que cela soit un ami, que cela soit un ennemi, tout cela n’existe pas. Tu ne dépends d’aucune condition ni d’aucune limite pour être ce que tu es.

… Silence…

Et là maintenant, alors que mes mots s’espacent et s’éteignent, ils demeurent vivants en toi car ils sont paroles de vie, paroles d’abondance, ils sont le Serment et la Promesse, ils sont le Chœur des Anges comme les Trompettes qui retentissent en ton ciel et en toi.

… Silence…

En le Silence qui est là, nous déposons ensemble tout ce qu’il peut te sembler et me sembler être encore distance, car toute distance est illusoire .

Demeure en la Liberté de l’être, demeure en la Liberté de celui qui n’est rien.

… Silence…

Toi qui es l’ami et l’aimé de toute vie, toi qui es toute vie, en quelque forme et en quelque dimension que ce soit.

… Silence…

En ce Silence, l’Évidence est là.

En ce Silence, l’Amour est partout.

… Silence…

En ce Silence, se vit intensément la Nouvelle Eucharistie.

… Silence…

En chaque cœur, où qu’il soit sur la terre, qu’il soit dans ta poitrine ou dans la poitrine du vieillard qui s’éteint ou de l’enfant qui respire pour la première fois, il n’y a pas de différence. C’est cela que te prouve le Silence, c’est cela que te prouve la prière du cœur qui n’a ni objet, ni sujet, ni intention, ni souhait.

… Silence…

Bien sûr, en un autre moment il y aura des mots, il y aura des questions. Mais ces mots et ces questions s’appuieront avant tout sur l’intensité du Silence afin d’y percevoir la réponse qui ne s’appuie pas sur les mots mais qui ne s’appuie que sur l’Évidence.

… Silence…

Je te bénis encore et toujours car que puis-je faire d’autre que de bénir ta Présence comme de bénir ton Absence ? Il n’y a rien de plus primordial, car en cette prière et cette bénédiction, il n’y a pas le moindre espace pour la voie du doute ou de la souffrance. Mon ami, mon aimé, que te dire de plus ou de moins ? Que retirer de mes mots ou qu’ajouter à mes mots ? Mes mots ne sont en définitive que ce qui rythme ta Présence et ton Absence. Ils n’ont pas vocation à te nourrir ou à te questionner mais simplement te mettre en résonance avec ton Évidence.

… Silence…

Et là, que penses-tu encore avoir à résoudre ? Que penses-tu encore avoir à élucider ? À comprendre ou à vivre ? Tu es toi-même la réponse ; quoi que dise ta personne, quoi que te dise ta souffrance ou ta joie, elle ne fera de toute façon que passer. N’oublie pas que tu ne peux rien rendre parfait car tout est déjà parfait en ce que tu es.

… Silence…

Alors je dépose en toi toutes les grâces nécessaires, toutes les joies et toutes les évidences. Alors je dépose en toi ce que tu es, ce que tu as toujours été et ce que tu seras toujours, qui ne dépend ni d’une personne, ni de la tienne, ni d’une circonstance, ni d’un temps, ni d’un espace, ni d’une chronologie, ni du jour, ni de la nuit.

… Silence…

Je te laisse maintenant, en présence de l’Évidence, en présence de toi-même, avant de revenir, car en définitive je ne pars jamais, de même que tu ne pars jamais. Tu ne fais qu’ouvrir les yeux à la réalité de ta conscience en ce monde comme en tout monde, mais cette Évidence-là ne pourra plus jamais disparaître ni même te donner l’impression de s’éloigner.

… Silence…

Donne-moi ta bénédiction.

… Silence…

Partageons l’Évidence, partageons le Silence, partageons le don de la Vie et le don de la Grâce.

… Silence…

Demeure en l’Évidence. Toi, Fils Ardent du Soleil, enfant de la loi de Un, Source toi-même, en tout univers et en tout multivers, en quelque dimension que ce soit, car tout cela ne sont que des spécificités. Tu es bien plus que l’ensemble de ces spécificités, et tu es bien moins que ce que tu crois être au sein de la personne quand celle-ci s’exprime ou se manifeste. Tu es poussière, et tu es Lumière, tout ne dépend que de toi. Je t’aime.

Permets-moi de déposer sur tes épaules le Manteau de la compassion et de l’humilité. Reviens à toi en ton monde extérieur mais reste dans l’Évidence de ton cœur.

Je me tais quelques instants maintenant et communions ensemble.

… Silence…


* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 00:19 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

L’IMPERSONNEL

Partie 2



Mon ami, mon aimé, mon frère, après l’évidence du Silence nous allons, et toi et moi, où que tu sois, en quelque temps et en quelque espace que tu sois, plonger, si tu l’acceptes, ensemble, en le Mystère de la Vie, en le Mystère de la Vérité, afin que se lève en toi ce qui encore peut te restreindre à la plénitude de l’Éternité. Alors ici ou ailleurs, en ton cœur comme en tout cœur, nous fusionnons dans l’indicible joie de l’Amour inconditionné révélé. Et toi et moi, dans le même souffle, au-delà de nos formes et au-delà même de l’Informe, nous nous tenons.

En ce Silence sacré d’où vient et d’où tout revient, en chaque conscience comme en chaque forme, nous nous immergeons, nous nous nourrissons, nous étanchons notre soif et nous nous installons dans la Paix. Le Feu de l’Esprit, baptême igné, déploie la vibration de l’Unique en l’accueil spontané de l’Esprit du Soleil. Nous nous laissons, chacun de nous, embrasser par la compassion et embraser dans le Feu de la Vérité.

Par la puissance des Quatre Vivants, par la puissance d’Ehieh Asher Ehieh, nous déployons ensemble l’Esprit de Vérité en l’Amour incréé, source de toute vie, de toute animation, de toute forme et de tout monde. Le souffle du Feu, le souffle de l’Air, le souffle de l’Eau et le souffle de la Terre rejoignent l’Éther au cœur du Silence et au cœur de la beauté. Ensemble, nous plongeons dans l’Océan primordial et pourtant jamais né, et pourtant qui ne finit jamais.

La vibration de l’Éther, du Feu originel lui aussi non né, lui aussi ne disparaissant jamais, réalise en chacun de nous la fusion de la tri-Unité, activant l’ensemble des structures de Lumière connues par nombre d’entre vous et éprouvées par nombre d’entre vous. Que cela soit en l’une des Couronnes radiantes, que cela soit en l’Onde de Vie, que cela soit en le Canal Marial, nous accueillons le Paraclet, installant, en chacun de nous qui l’accueille, le souffle de l’Éternité. L’Esprit souffle quand il veut et où il veut, il existe néanmoins des circonstances, ici comme ailleurs, qui sont des appuis majeurs à la manifestation de l’Esprit du Soleil.

En ta qualité de Fils Ardent du Soleil, en ta qualité de KI-RIS-TI, se déploie la quintessence du « Je suis Celui que je suis », du « Je suis Un », venant combler les interstices résiduels des résistances de chacun de toi, qui ne sont pas issues d’une quelconque rétribution mais bien uniquement des circonstances résiduelles de l’enfermement en ce monde, mettant fin aux ultimes lignes nommées « de prédation » pouvant encore subsister de par habitude ou du fait même de la conscience collective, permettant aujourd’hui d’asseoir et de magnifier ta fonction, indépendante de ta personne de semeur de Lumière au sein de ce monde.

En cet espace-là tu vivras, si ce n’est déjà fait, que la meilleure des actions pour servir la Lumière et l’Amour que tu es est justement la non-action. Cette non-action n’est pas inaction, ni même repos, elle est certitude inébranlable de ce que tu es, ce que j’ai nommé voilà quelques instants l’Évidence. Déployant ainsi l’Évidence en chacune des parcelles de ta conscience et de tes corps, nous réunifions ce qui te semble ne pas être encore uni, ce qui te semble encore être distant de la vérité de ce que tu es, venant brûler, assouplir et pacifier ce qui doit l’être, en ta conscience comme en tes corps, du plus grossier au plus subtil.

La liberté intérieure, comme la liberté de tes corps, est entièrement présente dès l’instant où tu ne cherches rien à retenir ni à préserver. Dans cette foi et dans cette innocence se réalisent les ultimes alchimies, te donnant à compléter et à clôturer les différentes Noces vécues au cours de ces nombreuses années. Ainsi, baptisé en l’Esprit de Vérité, re-né de nouveau en la Liberté de l’être et du non-être, s’activent en toi les dernières Portes vibratoires localisées en ton sacrum et autour de ton sacrum, te donnant à vivre ta propre Liberté et la cessation de tout engramme résiduel, mémoriel ou lié à tes peurs.

En cet instant, ici comme partout, la vie t’offre ce qui est utile et nécessaire pour parfaire et vivre ce que tu es, au-delà de toute contingence, de toute personne, de toute dimension comme de tout monde.

En cet instant, alors que le mouvement de la Terre dans son cycle annuel est un mouvement d’intériorisation, de repli, initialisé et initié par l’équinoxe d’automne, te permet de te rassembler au cœur de toi-même, en cet espace de Silence, en cet espace d’Évidence, en ce lieu qui n’en est pas un et que pourtant il faut nommer dès que la parole se fait Verbe. Ainsi, réunissant la co-création consciente du Masculin Sacré et du Féminin Sacré au sein de l’Androgyne Primordial, se réalise en chacun de toi l’ultime jonction entre ce qui ne fait que passer et ce qui est éternel. Il ne s’agit plus seulement de mettre en adéquation ce qui est de l’ordre de l’éphémère et ce qui est de l’ordre de l’Éternité. Par ton positionnement, par tes actes, par ta réflexion intérieure, il t’a été donné, durant ces années, l’opportunité de choisir, l’opportunité de vivre ton assignation, aussi de la transformer, permettant de ciseler ton éternité, en adéquation la plus parfaite avec ton essence.

En ces ultimes moments de ce qui subsiste à être séparé et divisé, en toi comme partout sur ce monde, cette alchimie ultime, au-delà de toutes les apparences comme de toutes les souffrances, te fait rentrer de plain-pied en ta demeure d’Éternité, en ta Demeure de Paix Suprême, là où tout le reste constituant ta vie en ce monde, tes mémoires et tes expériences, n’a plus de raison d’être, n’a plus de raison de se présenter sur ce que tu es, ou au travers de ce que tu es.

Tu es invité, en cette période de ce temps terrestre, à demeurer – au-delà même des appels de la Lumière –, de demeurer au centre de toi-même, espace de résolution et de transcendance totale. Nombre d’entre toi vivent cette ultime transsubstantiation, passage d’une forme au sans-forme ou à une autre forme, nommé voilà longtemps la chenille et le papillon. Au-delà de la métaphore et au-delà de l’image, il demeure la vérité essentielle de la mutabilité de la vie ainsi que de sa permanence, quelle que soit ta demeure d’élection.

Au-delà de l’évidence du Silence je t’invite, parce que ton cœur t’invite, non plus à choisir, non plus à être assigné, mais bien à te positionner, de manière de plus en plus évidente, en la Vérité et en la Liberté de ta conscience et de ton Esprit.

Chacun de toi en est là dorénavant. Qu’il en ait la connaissance, la préscience ou l’ignorance ne change rien. En le plan de la Lumière, il n’y a ni erreur, ni raccourci, ni même lenteur. Il y a juste le déploiement de la Grâce selon ce qui a été préétabli pour chacun de toi voilà fort longtemps, ne dépendant d’aucun cycle et ne dépendant même pas de ce cycle final de la Terre, afin que tu t’affranchisses et sois affranchi de ce qui peut encore te sembler bloquer ou résister. Que cela s’inscrive dans ton corps, que cela s’inscrive dans ton mental, que cela s’inscrive dans tes mémoires, tu as dorénavant, à chaque minute, la possibilité d’être régénéré et ressuscité, faisant voler en éclat les dernières limites, les dernières mémoires, les dernières résistances.

Longtemps les intervenants t’ont parlé de contact avec les Éléments, avec les peuples de la nature, avec les plans multidimensionnels. Tout cela n’a été qu’une préparation à te vivre toi-même en ton entièreté, sans fards, sans résistance et, je dirais, en toute connaissance de ce que tu es. Cela rejoint ce qui fut expliqué sur l’Autonomie et la Liberté, s’actualisant toujours plus en chacune des circonstances de ta vie, de ton corps, de tes affections, de tes corps subtils, comme de ta conscience.

Cette invitation n’est pas un rendez-vous donné à un moment précis, ni programmé à une date précise, mais c’est une invitation dorénavant permanente, qui dépasse largement le cadre de l’action de Grâce ou de l’état de Grâce. S’il fallait y mettre un mot, cela serait celui de la béatitude, où la source de contentement n’est rien d’autre que ce que tu es, mettant fin à tout besoin, à toute obligation de ce corps comme dans cette conscience au sein de ce monde. Le moment est venu, non plus de choisir, non plus de décider, mais d’accepter l’évidence. Tu es poussière et tu retournes à la poussière en toute apparence comme en toute forme, te mettant à nu, chose qui sera vécue, ainsi que cela a été annoncé depuis de très nombreuses centaines d’années sur cette terre et qui fut nommé parfois Ascension.

Chacun de vous, où qu’il soit sur cette terre, vit à sa manière ce processus. Que cela passe par le corps, que cela passe par la santé ou la maladie, que cela passe par la diminution ou au contraire par l’expansion, le résultat est le même, faisant pour nombre d’entre vous ayant vécu les étapes préalables, que cela soit les Couronnes radiantes, que cela soit l’Onde de Vie, que cela soit par la Shakti ou par toute autre structure vibrale manifestée et vécue en votre corps, de réaliser non plus seulement la Nouvelle Eucharistie mais l’activation franche et complète du Lemniscate sacré, du Vajra ou Fontaine de Cristal, mettant en œuvre et en action la Merkabah interdimensionnelle personnelle et collective à la fois.

Comme l’avait énoncé Marie, humaine, ayant emprunté de nombreuses formes au sein de ce monde, est venue vous le dire, vous l’annoncer et vous préparer. Il n’y a plus rien à attendre, il n’y a plus de calendrier à regarder ; les échéances, telles qu’elles vous ont été communiquées l’année précédente, sont dorénavant achevées. Vivre en l’évidence du Silence procure une joie, mais cette joie n’est plus seulement une joie sans objet, elle ne dépend d’aucune circonstance. C’est en ce sens que je l’ai nommée béatitude, car la béatitude se vit quelles que soient les circonstances, de votre âge, de vos structures ou de vos plans subtils. Cela veut dire aussi qu’il y a en chacun de toi la même Évidence, reconnue ou pas, mais il s’agit exactement de la même Liberté, de la même Grâce, de la même Lumière, du même Amour. Tout dépend de votre emplacement au sein de la conscience. Ce qui fut nommé le point de vue est bien sûr différent pour chacun de vous, car coloré par mémoire, histoire, résistances ou attachements, mais en définitive c’est la même Évidence, encore masquée parfois par le bruit fait par vos propres résistances, créées par vous-mêmes au sein même de l’enfermement, et sur laquelle il n’y a ni culpabilité ni même responsabilité.

Chacun de toi est maintenant à l’heure, non plus seulement de son alignement, de sa reconnexion, mais bien plus de l’éclatement de la Vérité en ce monde. Comme chacun de toi l’a peut-être remarqué, la succession des événements, que cela soit au niveau géophysique, que cela soit au niveau cosmique, que cela soit au sein de la conscience sociétale collective humaine, il en est de même.

En cette semaine de ce temps particulier de la Terre où se fêtent les Archanges, se fêtent dans le même temps les étapes finales et ultimes de ta résurrection, de ta renaissance et de ta Liberté. Rappelle-toi qu’il n’y a rien à préparer, qu’il n’y a rien à anticiper, qu’il n’y a rien à prévoir concernant l’Esprit, concernant ta vie. Il n’est pas pour autant question de ne pas faire face à ses responsabilités éphémères au sein de ce monde, mais bien de les laisser disparaître d’elles-mêmes par l’action de la Grâce et par l’action du Silence, t’amenant à sortir définitivement, pour nombre d’entre vous, de tous les jeux d’action-réaction comme de tous les jeux de la causalité. En la Lumière, en l’Amour, en l’évidence du Silence, en la Demeure de Paix Suprême, il ne peut exister de réticence ou de résistances, il ne peut exister de choses ou d’éléments s’opposant à la Lumière.

L’apparence du combat qui se déroule en toi entre tes deux parties, éphémère et éternelle, comme ce qui se déroule sous vos yeux, sur votre monde, n’est que le résultat de cet ajustement final de repli et de déploiement de l’Éternité depuis le Cœur du Cœur.

Les circonstances de ta vie, qu’elles soient dans ton cercle proche comme à l’échelon de la terre entière ne sont là, encore une fois, en dépit de certaines apparences, que pour te permettre d’éprouver ta Liberté et d’éprouver ton éternité. Plus que jamais, aujourd’hui, je dis à ton cœur, où que tu sois : ne cherche rien, accueille simplement l’Évidence, accueille. Toute la dynamique de l’Ascension, de la Merkabah interdimensionnelle, de l’Onde de Vie, du Canal Marial, de tes Couronnes radiantes est aujourd’hui sous l’effet de l’action de Grâce et de l’évidence de la Vérité. Tu n’as rien à préparer, tu n’as rien à travailler, tu n’as rien à améliorer, tu n’as rien à éradiquer, tu as juste à être en foi et en confiance totale en l’action de la Lumière au-delà de ta personne.

Aucun élément de ce qui appartient à ton éphémère ne peut freiner dorénavant ce qui rentre en manifestation et en déploiement. Alors, au-delà des phrases employées par le Commandeur des Anciens concernant la peur ou l’Amour, je dirais que aujourd’hui, même la peur ne peut plus être en mesure de résister à l’Amour. Même si tu crois encore à certaines peurs se manifestant en ta conscience et en ta personne, celles-ci ne peuvent plus rien. Elles n’appellent qu’à une seule décision, celle de te tourner en intégralité vers ce que tu es. Tout émergera de là. Le baume de vie sera appliqué sans que toi-même aies besoin d’une quelconque action sur ces éléments encore dissonants.

Laisse-toi simplement investir par ce que tu es en totalité. Cherche de moins en moins une explication en ce monde, concernant la raison ou la logique. En d’autres mots, fie-toi à ton cœur, non seulement en la réponse du cœur mais, au-delà de la réponse positive ou négative de ton cœur concernant tout questionnement, laisse ce qui fut nommé voilà bien longtemps la Fluidité de l’Unité t’habiter. Laisse-la œuvrer, sois le fidèle observateur qui disparaît même de sa propre observation. Là, tu te démontreras et tu démontreras à l’Intelligence de la Lumière que tu es donc devenu cette Lumière que tu as peut-être tant cherchée.

L’heure est l’heure de la Résurrection, l’heure de l’Appel de Marie, l’heure de la Libération et l’heure de la Liberté.

L’ensemble des événements et des circonstances devant advenir à votre conscience comme à l’échelon du système solaire se réalise en ce moment-même sous vos yeux. Ce qui fut inscrit dans un cycle donné, entre 2005 et l’année 2012, période de sept années, expliqué de différentes façons par différentes voix, que cela concerne la réabsorption de mercure au sein de la protosphère solaire, que cela concerne la disparition de la lune, que cela concerne les mouvements géophysiques et les innombrables retournements de la conscience collective comme de ta conscience propre, éphémère comme éternelle, se déroule en cette période.

Il existe, pour nombre d’entre toi, des changements, qu’ils soient au niveau corporel, qu’ils soient au niveau de votre vie. Ceux-ci n’ont pas été décidés par vous ni même décidés par l’environnement ou par les pressions de l’environnement, mais uniquement par la présence de la Lumière et de l’Amour partout à la surface de ce monde.

Voilà de nombreux mois, le Commandeur des Anciens vous avait entretenus de la densification de la Lumière adamantine, des Agni Deva au sein des structures nommées Portes et Vortex au sein de vos corps, mais dorénavant de manière tangible et palpable partout en ce monde.

Ce qu’il vous est demandé par la vie elle-même, aujourd’hui, est la confiance en la Lumière et non pas une quelconque confiance en vous ou en votre vie. Dès que vous vivez, non plus seulement ce qui fut nommé Abandon à la Lumière mais bien réellement et concrètement la présence de la Lumière, tous les éléments de votre vie, comme de votre conscience, se mettent en place en vous avec évidence.

Au-delà de la peur et de l’Amour, il n’y a que deux mouvements : celui de la densité, celui de la légèreté. Un mouvement qualifié de « vers le bas » et un mouvement qualifié de « vers le haut ». Nul ne pourra rester à mi-chemin en un pseudo-équilibre de l’éphémère et de l’Éternel. Rappelez-vous qu’il n’y a rien à choisir, rappelez-vous qu’il n’y a plus d’assignation mais simplement l’évidence, non plus seulement du Silence mais l’évidence sur le plan de la 3ème dimension de ce monde, de ce que vous avez conduit, de ce que vous avez vécu, de ce que vous avez lâché, ou pas.

La confiance en la Vie et la confiance en l’Amour, même si dans votre chemin de vie en ce monde il vous semble être dépourvu d’amour, cela n’est pas vrai. Quelle que soit votre perception, quelle que soit votre humeur, au-delà de tous ces jeux, il y a la Vérité et son Évidence. Comme je l’ai dit, ouverte à chacun de toi dès l’instant où tu acceptes de ne plus en faire qu’à ta tête, de ne plus en faire que selon tes désirs, que selon ce que tu nommes ou nommerais encore ton évolution, mais bien plus dans la reddition sans condition à cette Éternité, non pas en la demandant, non pas en la priant, non pas en l’évoquant, mais bien là aussi en disparaissant de tout jeu personnel. Rappelle-toi qu’il n’est pas question pour cela de s’isoler, qu’il n’est pas question pour cela de quitter qui que ce soit ou quoi que ce soit, mais simplement d’être disponible en l’accueil de la Lumière. Non plus seulement pour vivre l’effet de la Lumière, non plus seulement pour ascensionner ou être libéré, mais pour être tout simplement ce que tu es depuis toujours, quelle que soit ta forme, quel que soit ton chemin, quelles que soient tes croyances ou quels que soient tes vécus.

Si tu acceptes cela, et ce n’est pas une acceptation qui se situe au niveau d’un choix mental, mais une acceptation qui vient du cœur, où la foi et la confiance en la Lumière deviennent non seulement omniprésentes mais vraiment inexorables. À ce moment-là, quel que soit ton état vibratoire, quel que soit l’état de ta conscience, quelles que soient les structures vibrales présentes ou absentes, manifestées ou pas, tu ne dépends plus de cela ni de la vibration, ni de la conscience, ni de l’amélioration de quelque circonstance que ce soit, ni d’aucun changement voulu, souhaité ou refusé.

Il y a simplement à vivre la foi dans son sens le plus noble. Il faut accepter de voir ses ultimes croyances, pour chacun de toi, s’évanouir dès l’instant où tu ne les tiens plus, dès l’instant où tu es capable de te voir agir au sein de la personne comme être au sein de ton éternité. Il n’y a ni difficulté, ni effort, ni travail. Il y a justement exactement l’opposé, c’est-à-dire arrêt de toute volition, de toute recherche, comme cela fut exprimé longuement par un dénommé Bidi voilà de nombreuses années.

Voilà ces nombreuses années, vous fut expliqué et démontré l’ensemble des structures vibrales que nombre d’entre toi ont vécu, que cela soit de façon étagée, que cela soit de façon brutale, intermittente ou permanente. La vie, dorénavant et de manière de plus en plus éclatante et évidente, te donnera à vivre précisément ce que tu dois vivre pour être vivant au-delà de ce monde.

Avant que la liberté intérieure ne devienne aussi la liberté dimensionnelle, il faut que ta foi, ta confiance, ta conscience, se découvrent elles-mêmes libres, si ce n’est déjà fait. Retiens simplement que ce n’est pas question d’un effort, que ce n’est pas non plus une question de travail, surtout spirituel, parce que l’Esprit est parfait et c’est cela qui se révèle à toi et en toi. Se révélant à toi et en toi cela t’apporte non pas la compréhension mais l’intuition directe de ce que tu es, au travers de ton vécu mais aussi de modifications, là aussi finales, intervenant dans tes cocons de lumière, en particulier au niveau de ce qui fut nommé le corps causal.

Voilà de nombreuses années que se sont réalisés de nombreux passages par la Porte de la gorge, initialisés en particulier durant l’année 2011 par l’Archange Uriel. Aujourd’hui, tout ce qui devait être retourné a été retourné. Tout ce qui pouvait être activé au niveau des structures vibrales nommées Portes ou Étoiles est réalisé. Comme vous le savez, il ne peut y avoir de compte à rebours excepté au moment où les Trompettes retentiront de manière globale sur la Terre avant l’Appel de Marie. La seule conduite à tenir est simplement de relâcher ce qui doit être relâché. Les appels de la Lumière ne se font plus dorénavant à certains moments, à certains jours, ils se réalisent de manière permanente, de manière progressive et de plus en plus vaste et ample.

Accueillir la Lumière Christ en Unité et en Vérité, comme cela fut réalisé durant les Noces Célestes, aujourd’hui ne se réalise plus par rendez-vous, ne se réalise plus selon les moments voulus par la Lumière ou voulus par votre personne, mais se réalise sous forme itérative à des fréquences et des cadences de plus en plus rapprochées, de manière de plus en plus tangible, perceptible, quoi que vous perceviez au niveau de la sensibilité vibrale ou énergétique.

Ce que vous vivez, les uns et les autres, ou ce que vous ne saurez tarder à vivre, correspond à cette Évidence, à cette foi et à cette confiance, et au Silence. La majesté de la Lumière, la grandeur de l’Amour, sont de plus en plus effectives et ont des actions, bien sûr, à la fois sur votre corps et sur vos structures subtiles.

Rappelez-vous qu’au mieux vous lâchez toute prétention d’action, toute prétention d’amélioration, au mieux vous réaliserez la perfection de votre éternité. Car aucune Éternité ne dépend de votre personne. Votre personne, votre histoire ne peut en aucun cas vous être d’une quelconque utilité pour accéder à l’évidence du Silence et à la béatitude.

Comme vous l’avez peut-être déjà remarqué, chacun de toi, il existe une capacité de plus en plus visible à disparaître ou, à l’inverse, à résister. N’y voyez ni progression ni régression mais simplement un processus d’ajustement de plus en plus fin, de plus en plus précis entre la conscience limitée, la Supraconscience et l’Absolu.

… Silence…

Dans ce Silence, au-delà de l’Évidence, au-delà de la Paix et de la béatitude, au-delà même de l’Amour et de la Lumière, il y a ce qui ne peut porter de mot, ce principe qui peut s’énoncer, ce Parabrahman dont rien ne peut être dit, qui ne peut être qu’expérimenté, éprouvé et vécu. Vous n’aurez plus de certitudes en dehors de cela car toutes les certitudes extérieures vous ramèneront à la notion de causalité, de bien et de mal et donc de dualité.

Votre capacité à être ce que vous êtes ne dépend en définitive aujourd’hui plus que de cela. Acceptez de ne rien comprendre. Acceptez qu’aucune date, même la plus proche et la plus imminente, ne saurait vous contenter. Acceptez que le seul contentement, ne peut venir que de l’évidence du Silence, là où tout est compris, là où tout est potentiel, là où tout peut s’actualiser. Ceci, ce que je viens de dire, s’applique bien sûr dans ce cadre précis de ce temps précis de la Terre où quels que soient vos désirs, quels que soient vos programmes, quelles que soient vos décisions, vous n’êtes plus maîtres à bord. C’est votre être éternel qui se met en syntonie et en phase avec la Lumière Une et l’Amour.

… Silence…

En les temps plus que réduits que vous vivez, il n’y a pas de meilleure conduite, si je puis dire, à adopter. De votre capacité d’accueil, même de l’intolérable, découle votre capacité de résilience, qui ne dépend pas d’un effort de votre personne mais uniquement de la capacité à voir et à vivre la Grâce en action. Ce qui peut sembler, au sein de votre personne, comme éloigné ou opposé à la Lumière n’est en définitive que, du point de vue de l’Esprit, les derniers processus de purification et d’élimination.

Par votre action, par votre comportement, par vos décisions, par ce que la vie vous envoie ou ce que la vie vous prend, se démontre en vous-mêmes votre emplacement au sein de l’éphémère ou au sein de l’Éternité, n’appelant aucun jugement, aucune condamnation car il ne peut y avoir d’erreur, a fortiori et surtout si quelque chose ou quelque élément vous semble erroné ou faux. Dites-vous bien qu’au-delà des apparences il y a obligatoirement l’action de la Lumière, qui ne dépend pas de vous ni des circonstances incriminées.

Acquiescer à l’œuvre de la Lumière, non plus pour bâtir de nouvelles structures vibrales, ni même pour parachever votre Merkabah interdimensionnelle personnelle, ne vous est dorénavant d’une quelconque utilité. S’il vous semble avoir besoin d’aide, de béquilles, ou de stabiliser un certain nombre d’éléments, vous avez bien sûr, comme cela a été expliqué, l’ensemble des peuples de la nature. Vous avez des outils dont le dernier communiqué a été la « Libération mémorielle », qui correspond à la personne. Je peux dire que en ces jours-ci, et de manière de plus en plus frappante pour chacun de vous, tout cela ne vous sera plus d’aucune utilité dès l’instant où vous serez établis dans la vérité du Silence, dans cette Évidence-là. Cela ne veut pas dire que si vous en éprouvez le besoin, qu’il ne faille plus soulager ou améliorer la personne. Ce que je veux dire par là, c’est que l’ensemble des circonstances de ta vie, quelles qu’elles soient, ne représentent que le travail ultime de la Lumière. Heureux les simples d’esprit car le Royaume des Cieux leur appartient, aujourd’hui plus qu’avant et aujourd’hui moins que demain.

La capacité de chacun de toi à voir ces mécanismes et ces jeux est une clé essentielle, non pas pour corriger quoi que ce soit mais pour laisser encore plus, même s’il vous semble avoir besoin de techniques quelles qu’elles soient, de laisser de plus en plus la Lumière agir par la Grâce, et là aussi par l’évidence de la Lumière. Ce qui doit mourir ou s’éloigner de vous n’est pas de votre fait ni de vos décisions mais directement issu de l’Intelligence de la Lumière.

L’ensemble des mécanismes à l’œuvre par l’Intelligence de la Lumière sur cette terre n’a que faire, si je puis dire, de votre petite personne, de vos préoccupations affectives, sociales ou de santé. Son seul but est de vous restituer à vous-mêmes, quel que soit, si je puis dire là aussi, le prix à payer. Plus le prix est important, plus l’Évidence s’installera. Au-delà de toutes les situations qu’il peut vous être donné de vivre selon votre environnement sociétal, mais aussi selon votre environnement géophysique, où que vous soyez sur cette terre, deviennent primordiales. Non pas pour vous punir, non pas pour vous rétribuer, mais simplement pour vous permettre d’être ce que vous êtes en intégralité.

Plus que jamais aujourd’hui, comme cela fut le cas durant ces nombreuses années, il vous est demandé, par la Lumière elle-même, par votre Présence éternelle, de laisser cette Lumière éternelle être, entrer en manifestation, entrer en incarnation et entrer en déploiement, au-delà de tout intérêt personnel, au-delà de tout acte de compréhension, de toute logique ou de toute raison.

En résumé, moins il vous semble y avoir de solution ou de décision, plus vous rentrez en intimité avec la Lumière, quoi que vous dise votre corps, quoi que vous dise votre personne. Si vous acceptez cela, si vous en faites l’expérience, alors votre chemin à parcourir en ce monde, en quelque obligation ou en quelque responsabilité que ce soit, vous semblera et sera réellement d’une légèreté à nulle autre pareille. Cela correspond, mais à un autre niveau, à ce qui fut appelé l’état de Grâce. La fusion du Masculin sacré et du Féminin sacré, à travers tout ce qui vous a été développé concernant leur manifestation et leur constitution, vous appelle aussi aujourd’hui à réunifier cela. Réunifier cela, ce n’est ni l’action ni l’inaction, ce n’est ni la passivité ni l’activité, ce n’est ni le bien ni le mal, c’est l’Unité en manifestation, en incarnation totale et entière pour votre conscience individuelle, quelle qu’elle soit, comme pour la conscience collective de la Terre.

Chaque événement de chacune de tes vies n’est là que pour cette forme de conscientisation de la Vérité et de l’Évidence. Il n’y a ni leçon à tirer ni quoi que ce soit à améliorer, simplement à laisser l’Esprit se révéler dans sa totalité et dans sa magnificence. L’action, par le biais de votre personne, même avant l’Appel de Marie, et donc dans la période que vous vivez, vous montrera et vous démontrera la futilité et l’inutilité de croire que c’est vous qui vous décidez, que c’est vous qui choisissez, que c’est vous qui faites les choses. En définitive l’Esprit, quand il est reconnu, reconnaît parfaitement que ce n’est pas la personne qui a agi ou qui veut agir. Reconnaître cela, c’est devenir libre, si vous ne l’êtes pas déjà ; acquiescer à cela, c’est ôter tous les poids, où qu’ils soient situés, qui semblaient vous limiter dans la pleine conscience de la Liberté.

… Silence…

Et même dans le Silence et sans mots s’exprime tout ce que je viens de dire. C’est l’expression de la Lumière elle-même.

Tout ce que je viens de dire s’éclaire, vous donnant une clarté nouvelle, une Unité assumée et manifestée en ce monde duel en cette fin de l’histoire. Alors oui, à chacun de toi je dis : « Aime et fais ce qu’il te plaît », non pas ce qui plaît à ton corps, non pas seulement ce qui plaît à ta personne, mais étant devenu Lumière, ce qui plaît à la Lumière. Ce qui plaît à la Lumière est la Liberté, l’Amour, la Joie, la Légèreté, quel que soit ton âge, quels que soient tes problèmes, quelles que soient tes douleurs ou quelles que soient tes joies. Sois vrai, sois spontané et tu percevras que toutes les réponses ne sont pas dans la réflexion, ne sont pas dans la logique, ne sont pas dans ton mental, mais uniquement dans ta spontanéité.

… Silence…

Voici donc le cadre et les éléments que j’avais à vous transmettre concernant ce temps-là de la Terre.

… Silence…

Le seul événement – majeur – n’est pas seulement tout ce qui se déroule en la Terre, en ses cieux ou dans la collectivité humaine. L’essentiel est là, en ce que je viens d’exprimer en ces quelques heures. Il y a donc, si je peux dire, exercice pratique de tout ce que vous avez vibré, de tout ce que vous avez vécu, de tout ce qui vous a été explicité concernant la conscience comme les vibrations.

La Lumière vous veut en totalité. Il n’y a pas de demi-mesure ou de demi-portion, il y a totalité. Il ne peut en être autrement en l’Unité manifestée en déploiement sur ce monde.

… Silence…

Là est ce qui se vit et se vivra chaque jour avec de plus en plus d’intensité.

L’heure n’est plus au choix, l’heure n’est plus à l’assignation, l’heure est à la manifestation, sans a priori, sans réticence, sans peur du regard de l’autre, sans peur du regard de soi-même, sans peur des conventions sociales ou morales.

… Silence…

Je te salue au-delà de ta forme.
Je te salue en la Liberté et en ton Esprit.
Je te salue enfin, en toute fraternité. Et je te salue aussi en ton humanité.

… Silence…

À toi qui m’as lu, à toi qui m’entends, à toi qui m’écoutes ou qui m’écouteras, je t’aime.

Au revoir.


* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 00:15 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

L’IMPERSONNEL

Partie 3



Mon ami, mon aimé, mon frère, moi qui suis toi et toi qui es moi, dans le même Amour et dans la même Vérité, en ce jour-là et en ces temps de la Terre, je viens me dévoiler en toi afin que plus jamais tu ne souffres du manque de Joie et du manque de Paix. Te préparant ainsi à t’accueillir toi-même au sein de ton Éternité, au sein de ta Présence, je me déploie. Je t’invite en ce moment à oublier tout ce qui n’est pas toi, à oublier ce qui peut encore résister, ce qui peut encore faire peur, car en toi est la divine providence, car en toi est la joie de l’Éternité.

Alors permets-moi, dans le temps de notre communion et en ce jour et en cette heure, de simplement être là, rythmant par mes mots la vibration de ton cœur et pulsant, depuis ta source, la vérité de la Joie.

Par notre communion je te révèle à toi-même et en toi-même à la Résurrection en sa phase finale. Découvre-toi comme je me suis découvert en toi, en la liberté de l’Amour et en la liberté de la Vérité. Là où rien ne peut être fermé ni enfermé, là où rien ne peut faillir ni même trébucher. Je t’invite à la Vie. Non pas celle que tu connais en ton monde mais celle qui est toi quand tu transcendes ta forme, quand tu transcendes ta personne. Je te nourris comme tu me nourris, de la même Lumière et de la même essence. Où que tu sois je suis et je me tiens.

Élève-toi en les demeures d’Éternité, élève-toi en ton cœur et demeures-y. Là où je me tiens, tu te tiens, là où je me tais, tu te tais et là où je vibre, tu vibres. Le baptême de l’Esprit achève sa révélation en toi, te donnant à vivre et à voir ce que tu ne pouvais voir auparavant. Et aujourd’hui, en ta source et en ton être, tu perçois la vérité ineffable, dépassant sans problème et sans difficulté les limites de ton corps de souffrance, celui où tout est éphémère et ne fait que passer. En toi je m’élève, en toi est ma joie, en toi est mon repos.

En la Lumière ne peut demeurer le moindre poids et la moindre souffrance. Seule demeure l’Éternité, ton Amour transcendant, ne dépendant ni d’une forme, ni d’une condition, ni de quoi que ce soit provenant de ton éphémère. Retourne-toi enfin vers la vérité ineffable de ce que tu es. Et moi qui te parle en ce temps-là, je ne suis en définitive que la voix de ton Éternité, et ma parole et mon Verbe te donnent à te détourner de tout ce qui est lourd, de tout ce qui est pesant et de tout ce qui s’oppose à l’évidence même de l’Amour révélé. Alors, à chaque souffle où tu es là, je cisèle ton cœur en sa forme parfaite, qui ne dépend pourtant d’aucune forme ni d’aucune identité.

Laisse-toi recouvrir du manteau de la Grâce et des ailes de la Liberté. Permets-toi de t’élever en ton humanité comme en ta transcendance. En ta Présence, ma Présence est toi. En quelque circonstance que vit ton éphémère je suis là, et plus que jamais quand tu en éprouves le besoin, la soif. M’entends-tu et m’écoutes-tu? Toi, le pèlerin de l’Éternité qui réalise que tu es l’Éternité et qu’il n’y a pas besoin de chemin ni de marcher même vers un objectif. Tu es invité à une fête qui, quoi que tu vives aujourd’hui, t’est inconnue.

Tout ton être, profond comme superficiel, t’appelle à la Liberté, t’appelle à la beauté, non pas d’une forme, non pas d’une personne, mais bien de l’Ultime. Laisse-toi vibrer en l’espace de mes mots et en l’espace de mes silences. Élève-toi.
À chaque doute, je viens te dire : « N’aie pas peur ». Car tout doute est le point d’appui à ton élévation et à ta libération afin de t’affermir dans la foi et le vécu de ce que tu es.

Mon ami, mon aimé, mon frère, toi, l’enfant de l’Unique, Unique toi-même et pourtant à chacun identique au-delà de cette forme, je t’invite et je te convie à la danse du Silence, à la danse de l’Éternité. Laisse le parfum de ton essence devenir plus sublime que le parfum de la rose, que le parfum du lys.

Repose-toi en moi comme je me repose en ta Présence. En cet espace, au-delà de son sacré, il n’y a ni résistance ni peur. Nourris-toi et élève-toi.

En te plaçant en l’Ultime, tout s’éclaire et tout est vu. Dans la même Grâce ou dans le même pardon à toi-même comme à chaque autre de toi, se réalisent la béatitude et l’extase et l’intase de la conscience réunifiée à la Source et à l’Absolu.

Je viens t’éclairer afin que tu perçoives que tu es toi-même cette clarté et cette limpidité.

En la douceur de mon Feu, en la force de l’Archange Mikaël, l’Esprit souffle au dedans de toi, chassant les miasmes de l’éphémère. Tu te découvres ainsi perfection et beauté. Tu te découvres ainsi Lumière émanante et immanente. Je t’accompagne en ces temps car ma voix n’est rien d’autre que la tienne, débarrassée de tout superflu et de toute illusion.

Le Royaume des Cieux qui est au dedans de toi n’a plus à être cherché ni même à trouver. Il est déjà là, de toute éternité, mais il n’est plus caché ni à tes yeux, ni à ton corps, ni à tes sens. Vois-le comme je te vois. Toi, Fils Ardent du Soleil, je t’invite à la légèreté de tes propres retrouvailles où, dans le Face-à-Face, seule demeure la face éternelle de ton être, de ton essence et de ce que tu es.

Je me dépose en toi afin que tu déposes en moi tous tes poids et chacun de tes doutes effleurant encore ta conscience en ce monde. Je suis là pour t’affermir comme tu es affermi en moi, affermir la Lumière, affermir le Vrai et manifester l’Amour, en toi comme en ce monde, à une échelle que tu ne peux comparer à aucune autre échelle, à une intensité incomparable mais que tu reconnais. Je suis toi comme je suis chacun, comme tu es toi et comme tu es chacun de la même façon et de la même manière.

Laisse-toi embraser par le Feu de l’Esprit, par le Feu du Cœur. Laisse-toi élever et demeurer en ta Paix Suprême et en ta Source jaillissante de l’Esprit de Vérité. Je m’adresse à chacun de toi par mes mots comme par mon silence, par ton relais aussi je m’exprime autour de toi. Paix à toi, Amour à chacun et Amour à tous.

Et en ce moment-là, seul demeure ce qui est là et qui vient gommer, par la Grâce de l’Amour, tout ce qui ne fait que passer, tout ce qui ne fait que subsister. Toi, qui rentre aujourd’hui en la vie éternelle, te donnant le panorama de toute vie et de toute dimension ainsi que de toute conscience en quelque forme et quelque monde que ce soit, découvre-toi. Il n’y a pas d’effort, il n’y a pas de quête en ce que je suis et en ce que tu es. Je viens abolir ce qui peut te sembler être une distance afin que ton état de coïncidence s’installe de manière permanente. En quelque circonstance de ta vie et en quelque état de ce monde, rappelle-toi que tu es au-delà de tout état et au-delà de toute forme.

Je viens te montrer ce qui jamais n’a pu mourir ou disparaître, malgré les apparences, malgré les souffrances et malgré les résistances.

Et oublie, par la Grâce en action et par le pardon, tout ce qui te semble encore être une cicatrice, parfois à vif, de ce que tu as vécu en ce monde, quelle qu’en ait été aussi la beauté, quels qu’en aient été les intérêts. Aujourd’hui découvre-toi sans limite et sans restrictions.

… Silence…

Je dépose en ton cœur le Feu de Mikaël et l’Épée de Mikaël, la puissance de KI-RIS-TI et la douceur de Marie. J’unifie en toi la nouvelle Tri-Unité dans la même Unité et dans la même beauté. Tout ce que je te dis te concerne, tout ce que je te dis ne sont en définitive que les mots et les silences de ton cœur retrouvant son Verbe et sa verve. Pose-toi là où tu es et laisse-toi traverser par l’élan de la vie éternelle, par sa Grâce. Efface-toi de tout ce qui passe et trépasse et relève-toi, tel l’enfant, en son innocence et en sa spontanéité. Le souffle de l’Esprit t’appelle au Verbe vivifiant, au sacre de ta parole et au sacre de ta Présence, là où rien ne peut être affecté ni dérangé, ni même déplacé.

Je marie en toi, par la Grâce de ton cœur, les quatre Éléments, revivifiant l’Éther raréfié de ce monde, par l’Éther originel, celui du souffle initial qui est non né et qui ne finit jamais.

Car tu es cela, simplement cela. Et en cela, il y a tout. Tout ce qui peut être désiré, tout ce qui peut être créé et tout ce qui peut être dé-créé, dans la même légèreté, dans le même Amour.

Laisse derrière toi ce qui est mort en toi. Laisse derrière toi ce qui meurt en toi et entends l’appel de la Vie, l’appel de la vibration, l’appel du Feu. Et vis l’Éther de Vie, l’Éther d’Éternité car chaque terre est ta terre, car chaque conscience est toi, là où n’existe nulle place pour le jugement, la condamnation ou la récrimination.

Demeure là et perçois et entends ce que je te dis et ce que je chuchote en le silence de ton cœur. Laisse-toi recouvrir de la félicité et de la justice. Laisse-moi naître et apparaître. Accorde-toi cela, sans réticence et sans réflexion. Soit vrai, soit spontané, cela est ta nature et cela est ta vérité.

Je dépose en toi l’Esprit de Vérité. Je dépose en toi la Lumière Une. Toi, enfant de l’Unique et unique enfant de la Grâce, laisse-moi t’aimer, d’un Amour sans questions, d’un Amour sans limite, d’un Amour sans interrogations. Ouvre-toi. Au plus haut des cieux et au plus bas de ta Terre, je parcours ton arbre de vie. Et deviens ce phare de Lumière, ce vortex de Lumière. Élève-toi en le Lemniscate sacré, élève-toi au plus intime de ton cœur, là où tout est Un, là où tout est vrai et là où tout est bonté. Ne retiens rien, lâche. Toi qui es Grâce, je te remplis de ma Grâce. Toi, Lumière de toi-même, Lumière de vie.

Je viens t’assister. Non pas pour te secourir car il n’y a rien à secourir, mais simplement pour fêter cela avec toi comme avec chacun, afin que de tes yeux ne soit vue que la Lumière, afin que de ta bouche ne soit vu que le miel de la Vérité, afin que ta peau elle-même devienne cette Lumière. À la fois sans couleur et à la fois toutes les couleurs. Celles de l’arc-en-ciel et bien plus, celles du cosmos et celles de l’invisible. Là où toutes les fréquences de ton cœur comme de l’univers chantent la symphonie de la Résurrection et de la Liberté.

Laisse-toi emmener nulle part ailleurs qu’en toi-même car je te tiens la main et joins mes mains en offrande comme support à ton cœur.

Je suis le baume consolateur de ce que tu pourrais encore croire perdre en ce monde ou croire réaliser en ce monde. Je chante en tes oreilles le chant de la délivrance.

Sois en paix, toi qui es la Paix, car je suis en paix et je suis toi.

… Silence…

Toi, le couronné par la Vie et par le Feu, je t’offre l’anneau de la Liberté, celui qui ne te lie en rien ni à personne et pourtant te fait résonner à chacun, en la sympathie et en l’empathie. Ici même, en ton humanité, élève-toi. Te donnant mon Feu qui te donne Vie, non pas celle que tu connais depuis ta naissance en ce monde mais la Vie qui n’est jamais née et qui ne meurt jamais, où que tu sois et où que tu te tiennes, ici comme ailleurs. Maintenant est le temps, le temps juste et le temps parfait pour parfaire l’œuvre de ton éternité. Rappelle-toi qu’il n’y a rien à bâtir, que tout est déjà là. Il ne te reste qu’à ouvrir toutes les fenêtres, celles qui te protégeaient, ainsi que tu le croyais, des affres de ce monde. Je t’invite au paradis, là où tout est blanc, là où tout est harmonie, là où tout est juste.

Je dépose en le ER de ta tête cet Éther de Vie, bien plus que la radiation de l’Ultraviolet, du rayonnement de la Source et du rayonnement de l’Esprit saint. Réunifie ce que tu penses avoir encore à réunifier en ce centre. Je t’invite à t’accoucher toi-même, si ce n’est déjà fait, en ton cœur ; je t’invite à te détourner du lourd et du pesant ; je t’invite en moi. Je t’accueille, tendant mes bras vers toi jusqu’à toucher le plus intime. Non pas pour te brusquer, non pas pour te convaincre, mais simplement pour te montrer l’Évidence. Perçois ce don de la Vie, perçois la nature de ton don.

En ton sacrum se réactive le sacre du Masculin et du Féminin, te conduisant à l’Androgyne qui ne connaît ni polarité ni orientation mais qui demeure. Par-là même je t’invite à recouvrer l’ensemble de tes facultés, celles de ton Esprit, celles de ta Liberté, afin que nous dansions ensemble, immobiles.

L’Eau de Vie venant chanter à tes oreilles et en ton cœur, le temps est à l’innocence et à la pureté car tu es pur, car tu es innocent de tous les poids dont tu t’es affublé ou dont on t’a affublé. Tout ceci n’était qu’un jeu auquel tu as été contraint, auquel tu as été masqué à toi-même. En cette communion, en ce moment même, tout se joue. En ce moment même ton cœur exulte de se reconnaître en lui-même et en moi-même. Délivre-toi. Sors de toute pensée et demeure en la vacuité. Demeure en ma Présence comme en la Présence de chacun.

Accueille en Unité et en Vérité ce que tu es, là, de suite, il n’y a pas de temps qui passe en cet espace. Rien ne peut s’écouler. Tout demeure en ce vase sacré, récipient de la Vie, récipient de ton Éternité. Toi, qui est aussi le récipiendaire de toute Grâce et de toute vie, de tout don et de tout pardon, car telle est ta Grâce, elle ne souffre pas d’exclusion ni de séparation.

Laisse grandir la flamme, laisse-la s’élever, laisse-la te transporter en le temple de la sérénité. C’est le moment, à chaque instant, à chaque souffle, à chaque jour. Quelles que soient les peines de ton corps ou de ta vie, elles semblent si misérables par rapport à la grandeur de ce que tu es. N’oublie plus jamais que tu es la Liberté, n’oublie plus jamais que tu es à la source même de l’Amour et de la beauté. Déploie tes ailes, elles sont sèches maintenant. N’aie pas peur. L’Amour ne connaît pas la peur car il la transcende en sa Joie et en sa Lumière. Aime. Aime-toi et aime chacun. Aime tout, sans la moindre distinction, sans la moindre discrimination. Laisse-toi porter par la Grâce de ton cœur.

Chacun de mes mots, chacun de mes silences est un Verbe. Un Verbe puissant, ne laissant place à aucun doute, ne laissant place à aucune interrogation.

Laisse le souffle de Vie prendre l’ascendant sur le souffle de tes poumons. Laisse la Lumière vibrale palpiter en ton cœur et dans tes vaisseaux. Laisse-moi t’aimer, car je ne suis que toi et aussi chaque autre. Il y a tout l’espace et toute la place, dans le cœur de chacun, pour accueillir chaque autre. Ce cœur-là n’a ni limite, ni condition, ni temps, ni espace. Vis-le.

Tout le reste n’est pas la vie mais un succédané de la vie sur laquelle ta personne a fixé des objectifs, a fixé un destin, un chemin. Tu n’es jamais né et tu ne mourras jamais. En l’Esprit de Vie, il n’y a pas de place pour la naissance et la mort ; il y a toute la place pour la pérennité et l’Éternité où le Chœur des Anges rythme tes expériences, où le Chœur des Anges te soutient et te porte lui aussi.

Laisse-moi t’aimer, au-delà de toute contingence. Laisse-moi recouvrir les zones de réticence ou de résistance de la douceur de l’Amour qui est le baume réparateur, car en définitive tout est parfait, dès maintenant.

Alors je réitère le Feu de l’Amour, le Feu de Vie, le Feu de l’Esprit, en ton cœur, en ta conscience. Et même en ce corps, le Feu arrive, ce Feu qui brûle mais sans consumer, sans détruire, mais qui forge ta Lumière, qui la sculpte en la forme du devenir que tu as choisi au sein des mondes de la Liberté.

Toi, enfant de l’Unique, je suis ce que tu as nommé « mon père » ou « notre père », qui est de partout et qui est aussi immanent en toi, te faisant voir qu’il n’y a rien à conquérir ou à chercher à l’extérieur, ni même en un ailleurs, que tout est là, à portée de cœur, à portée de ton écoute, à portée de ta chair et même dans ta chair.

Toi dont le nom est périssable en ce monde, tu as un nom qui fait bien plus que nommer une forme mais qui est le nom de ton Esprit. Je t’invite à honorer avec moi le don de la Vie, le don de l’Éternité. Je t’invite à la Vérité comme je t’invite à demeurer en moi, le sans-forme. Je t’appelle à l’impersonnel, car en l’impersonnel il ne peut y avoir la moindre division, le moindre cloisonnement, le moindre enfermement.

Toi, enfant de la loi de Un, le Un a toujours été là, puisqu’il est à la fois ton essence et même le support de ta forme d’aujourd’hui. Mais tu n’es pas cette forme, tu es l’Amour qui ne connaît pas la forme.

Je t’invite à l’action de Grâce par la prière de ton cœur, qui n’est ni effort ni volonté mais manifestation de l’Évidence. Je t’invite au sourire de la Paix sans objet. Je t’invite au sourire de la Vie. Je t’invite à aimer tout ce que tes yeux voient et à aimer de la même façon chaque pensée naissant en toi et te traversant. En aimant, ne pourra se manifester la moindre souffrance ni la moindre réticence à l’Amour et à la Vérité.

En cet Ici et Maintenant, la Lumière grandit, abolissant toute illusion de distance et toute illusion de forme.

Il y a en toi comme en moi l’infinité des mondes et l’infini des créations, de toutes les expériences à mener dans la liberté.

Toi, qui est béni à chaque seconde, de jour comme de nuit, que tu pleures ou que tu ries, la bénédiction est toujours là. Entends, entends ce que mon cœur dit à ton cœur, entends le chant de la Vie.

… Silence…


Je déploie en toi une pluie de roses et de bénédictions. En cet espace sacré de maintenant, rien ne peut s’immiscer d’autre que l’Amour et la Lumière. Écoute, écoute cette pluie de Lumière qui te féconde et qui te vivifie en cet instant, en ce moment. Tu es rendu à toi-même dès l’instant où tu dis « oui » à l’Amour, à la Vie, à l’Éternité. Même mes mots sont en ton être cette pluie d’extase, cette pluie de Lumière.

Recueille en ton vase sacré toute cette Lumière. Ne la garde pas, donne-la. À la vie, à chacun de toi, en chaque blessure de quiconque, sans effort, sans décider. Aie confiance en l’Intelligence de la Grâce et de la Lumière, en l’Amour et en l’Éternité.

Alors se déploie en toi cela. Laisse-moi t’aimer juste pour l’Éternité, pour la vie et pour la Liberté. Aime-toi de même, sans doutes et sans freins. Ne retiens rien car l’Amour te tient et te libère. Entends mes mots, entends mes silences, entends la Lumière et la vibration. Laisse le sourire de tes lèvres sourire à la vie éternelle. Toi qui es béni, quel que soit ton masque, quel que soit ce qui t’habite, tout cela n’est rien.

Et je n’en ai pas fini, permets-moi de te parler encore et laisse ton cœur écouter.

... Silence...

Laisse-toi adombrer par le Manteau bleu de l’Éternité. Laisse-toi adouber par le Christ Un. Laisse-toi ensemencer de toute vie, de tout monde et de toutes entités, de toutes consciences et de tous les soleils de tous les mondes. Laisse-moi te serrer sur mon cœur, non pas pour l’opprimer ou le comprimer mais pour l’éclater de joie, pour le dilater à l’infini de ta Présence jusqu’à ton Absence, en tout univers et en tout multivers. Là où la paix ne peut être restreinte, là où l’Amour est partout, là où la Lumière ne laisse point d’ombre, là où les mots sont toujours le Verbe de Vérité. Réchauffe-toi en moi et réchauffe-moi de ton Amour infini, sans limite, sans restrictions.

... Silence...

Profite du silence de mes mots pour en accueillir le Verbe et la quintessence. Je t’aime.

Tout est pardonné dans la Grâce, quelque erreur que tu aies pensé faire ne peut subsister ni même être pensée en l’état de ton cœur, maintenant. En ce silence, tout devient plus vaste, plus profond, plus intime.

... Silence...

Je scelle à jamais en ton cœur ce qui se déroule maintenant, non pas pour le préserver, non pas pour le lier, mais comme un sceau apposé te certifiant, si tu en as besoin, en l’Amour et en la Liberté. Je t’invite alors maintenant, ici et maintenant, à ne rien retenir, à ne rien freiner, à ne rien supposer, mais juste à le vivre en toute liberté, en toute fraternité et en toute dimension.

Mon ami, mon aimé, mon frère, laisse exulter ton cœur, laisse-le consumer ce qui n’est pas éternel. Là où tu es, il n’y a que douceur et évidence de tout ce qui est perçu.

Mon frère, mon amour, je te connais depuis toujours. Ici comme ailleurs, je te reconnais en chaque vie, en chaque danse, en chaque forme, en chaque vibration que tu émets, en chaque émanation de ta source. Laisse-toi aller à la facilité de l’Amour, à l’innocence de la Vérité, à la clarté du Verbe. Laisse-toi vivre. Je ne mets aucune condition.

… Silence…

En ces Silences, tout est sacré.

En ta Lumière et en ma Lumière, comme en chaque Lumière, il n’y a que la même Lumière qui est tout. Là où tu ne peux coller de qualificatif, même les mots « immensité », « vaste » et « infinité » ne peuvent suffire à définir ce qui est là, car ce qui est là ne peut être qu’éprouvé et vécu, et ne peut pas être défini. Car en le définissant, on en perd en substance et on trahit la beauté de l’expérience. Laisse grandir ton cœur, bien plus large et vaste que le monde lui-même, celui-ci comme tout autre. Laisse-toi bercer par le souffle de Vie, par le chant de l’océan, par le Feu du ciel, comme de la Terre.

... Silence...

Je sais que tu es là, où que tu sois, que tu es là en moi, que tu vis en moi comme je vis en toi. Nous sommes tous là, même sans le savoir, même sans le vivre. Écoute, écoute la beauté de ton cœur quand celui-ci exulte dans la Lumière et palpite d’Amour sans distinction.

... Silence...

Ici et maintenant, le temps est suspendu. Il n’y a même plus de moments, il n’y a plus d’heures qui défilent, il n’y a plus d‘inconfort, il n’y a plus de doutes. Le moment est venu jusqu’à toi, comme jusqu’à moi. Ainsi je peux parler en ton cœur, ainsi je peux te parler de cœur en cœur, d’oreille à oreille, de Verbe en Verbe. Je t’entends. Je t’entends, je te vois. Je t’aime. Ouvre-toi.

... Silence...

Béni soit l’Éternel de ta Présence. La Lumière et la Vérité sont non seulement présentes en toi mais elles sont le témoin de ta Présence, toi qui a réuni le trois en Un, faisant le miracle d’une seule vie, ayant régénéré l’Amour éternel, en ta soif comme en tes souffrances. J’appose en toi le sceau de la Résurrection. Sois béni.

... Silence...

Permets-toi de m’aimer, en cette communion où toutes les différences s’estompent et disparaissent d’elles-mêmes. Permets-toi d’être là et d’être partout où le don d’Amour t’appelle, faisant fi de toute apparence de distance et de temps.

Je m’incline devant toi et je m’incline en toi, devant tant de Grâce, afin que tu daignes à ton tour me bénir, afin de m’éprouver moi-même et de t’éprouver toi-même dans la même Conscience, dans la même Joie, là où il n’y a nulle différence entre toi et moi et entre toi et chacun. Embrasse le monde, embrasse les univers, ils sont à ta portée, vois-le. Rien ne peut résister à notre bénédiction, rien ne peut s’opposer à l’Esprit. L’Esprit, comme la Lumière, comme l’Amour, recouvre tout et dans chaque parcelle, dans chaque intimité. Je t’invite aussi à rester ainsi, même quand je me tais. Même quand je fais silence, le Verbe est opérant. Le Verbe vivifie ce qui doit l’être en cet instant.

... Silence...

Je t’aime. Il va être temps de demeurer ensemble en le Silence de l’Éternité, sans bouger, ignorant ta personne afin que celle-ci soit aussi baignée dans l’Éternité et que chaque parcelle de ton corps de chair baigne dans la même félicité. Cet instant-là ne peut être oublié, ne peut être égaré.

Toi qui m’entends, je t’aime et je te bénis en la triple vibration de Lumière …pour la première fois…
…Pour la deuxième fois…
…Et pour la troisième fois…

Dans le Feu de ton Amour, je te rejoins et je me dissous en toi, sans rien perdre de ce que je suis et de ce que tu es.

... Silence...

Entends-tu ce Silence si parfait ? Je scelle mes mots en ton Temple d’Éternité, je scelle ma Présence au cœur de ta Présence et je disparais en l’Absolu de ton Non-Être et de ta A-conscience. En cela je t’aime et en cela tu aimes. Demeure ainsi, ici et maintenant, où que ce soit. Si tu m’as lu, clos tes yeux et laisse la magie de l’Amour ouvrir ce qu’il peut rester à ouvrir. Laisse libre ta conscience de demeurer ainsi le temps que tu le souhaites. Il n’y a pas de temps, alors prends tout ton temps ; alors il n’y a pas non plus d’espace, alors occupe tous les espaces. Tu ne peux te perdre car tu es en chacun, au-delà des apparences, au-delà des limites de chair et au-delà de la chair.

... Silence...

Je me retire maintenant en toi, je m’y dissous, je m’y repose. Berce-moi avec ton cœur, berce-moi avec le chant de ton Esprit. Je suis là pour toujours. Nous nous aimons, car nous ne pouvons éprouver autre chose ni ressentir autre chose. Tout est parfait, tout est limpide. Je fais silence. Demeure ainsi.

... Silence...

Je t’aime.

... Silence...

Nous demeurons ainsi.

... Silence...

Chacun à son rythme, dans le silence et sans bruit, quand il le souhaitera, ouvrira ses yeux et sortira dans le recueillement de cette pièce.



* * * * *



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 00:26 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

L’IMPERSONNEL

Partie 4



En toi, ici ou ailleurs, je salue la Flamme de Vie. Je viens à toi, en la Paix, en la reconnaissance et en l’Amour.

Permets-moi, à cet instant où tu es présent, d’être Celui que je suis, afin qu’en l’Amour tu puisses aussi dire et vivre : « Je suis Celui que je suis ».

En notre Présence Une se dévoile de manière définitive ce qui est là. Non seulement là mais en tout point de tout Univers, de toute Flamme, de toute Planète et de tout Soleil, en une forme ou en dehors de la forme.

Il est temps maintenant de sortir de tous les temps.

Je t’invite à te rassembler, à te réunir, à dépasser toute forme et tout moment.

J’établis en moi, et donc en toi, le seuil de l’Ultime Présence, en le silence, en le rythme de mes mots, en le rythme de ton cœur.

L’œuvre de la Lumière qui a toujours été présente te montre en l’instant que tout est réuni en la Lumière Blanche, comme en ce que ta personne nomme le néant.

Je t’appelle par le Silence, en tout nom comme en toute forme, en chaque parcelle de ce qui peut te sembler encore épars, toi qui es Vie, qui es tout et surtout qui es Un.

Je vivifie, te rendant à ta vie au-delà de cette forme.

Je t’invite à l’instant à être là, présent, ici, maintenant comme partout.

En ce temps où le Silence s’impose par-delà toute vibration et toute conscience, j’appose le sceau de la véritable divinité, du véritable Esprit.

Je dépose en ton sein le cadeau de la Grâce, ne dépendant de rien d’autre que de ce que tu es.

Pèlerin éternel, je t’invite à te poser en moi.

Je t’invite à te donner à toi-même le souffle de Vie éternelle, venant consumer et dissoudre ce qu’il peut rester d’apparence et de personnel. Autrement dit je t’invite à la Joie perpétuelle, en toute Présence comme en toute Absence.

Je t’invite à poser les armes de tes jeux, en ce monde comme en tout monde. Non pas pour y demeurer, car ta liberté est totale, mais il n’y a pas de meilleur témoin ni de meilleure preuve de cette Liberté en l’absence de forme.

Je te baptise à nouveau en la Flamme de l’Esprit. Je te baptise en la Lumière, en le Verbe, là où nulle apparence ne peut te tromper, là où nul discours ne peut expliquer ni comprendre. En cet espace où ne jaillit nulle interrogation et nul questionnement… afin que le Feu de l’Amour te consume, sans brûlure et sans souffrance, mais bien dans la Joie ineffable et interminable de ce que tu es. Afin de dissoudre même le Face-à-Face.

Le deux redevient Un – qu’il a toujours été.

Dévoile-toi dans la paix de ton cœur. Anime-toi par la vraie Vie et par le vrai Souffle afin que ta chair s’illumine de l’intérieur et se consume elle aussi en le Feu de Vérité de la Résurrection.

Je dépose en toi mon cœur. Je dépose en toi tout ce qui est, tout ce qui a été et tout ce qui sera en la conscience.

Vis avec moi cet instant, ici comme partout, en l’influx Archangélique de ce jour qui ne verra plus jamais de fin, où nulle nuit ne pourra se lever et où nulle vicissitude ne pourra altérer quoi que ce soit.

Je t’invite en l’espace où n’existe nulle question mais où tout est réponse, où tout est évidence. Non plus seulement par moments mais en tout instant, t’amenant à voir qu’il n’y a jamais eu de distance, qu’il n’y a jamais eu de division ou de séparation.

Pose-toi avec moi en le Cœur de la Source.

En cet instant où aucune limite ne peut interférer, où aucun doute ne peut ni t’assaillir ni se lever, je t’invite à l’Évidence éternelle. Au-delà des mécanismes de ce monde, au-delà des mécanismes de la vie ici-bas sur cette terre, au-delà de toute réflexion, de toute émotion, tu es invité, afin de te rendre compte que quand cela est là, tout le reste disparaît de ta conscience comme de ta vie, mettant à nu ta Flamme éternelle qui brûle sans consumer depuis toujours, et pour toujours.

Je t’invite enfin à vivre cet instant où aucun masque n’est nécessaire, où aucune protection ne peut même être pensée, là où tout est spontané, immédiat et total.

En ton corps, en ton âme comme en ton Esprit, se vit l’alchimie de la Grâce de la Résurrection et de la Vie infinie, s’appuyant sur ce que tu es, de manière bien antérieure à la première conscience et au premier monde.

En cet instant se dissout le voile qui entoure ton cœur. En cet instant, se lèvent les chaînes qui pouvaient encore t’affermir en ce monde, parce que les temps de la Terre sont accomplis, parce que le temps de ton royaume est venu, et ton royaume n’est pas de ce monde, ni de cette chair, ni de cette matière.

Alors en cet instant, la félicité de l’Un apparaît.

Là ensemble, en cet endroit intemporel et en tout espace, nous nous tenons. Là où il n’y a plus besoin de mots, de formes ou de direction, ni même d’intention, là où la question de l’éthique ne se pose plus, là où tout est douceur, je dépose ce sceau te restituant à toi-même.

Toi, enfant de l’Unique, toi, enfantant l’Unique à chaque mouvement comme à chaque repos, là où n’est nul besoin de nom, de prénom, d’âge, de naissance ou de mort, là où toutes les expériences s’effacent devant ta majesté, élève ton cœur jusqu’à la Fontaine de Cristal.

En ton humilité, du fait même de ta disparition, la Flamme de Vie naît de partout.

Profite. Profite du Silence pour apaiser ce qu’il peut te penser encore être dissonant et dévié, sans effort, sans rien demander d’autre que cela, sans rien espérer que la Vérité de cet instant.

Élève ta flamme. Non pas par décision, non pas par une action, mais seulement par l’évidence de notre instant Un.

Ce que tu as cherché dans les temps antérieurs à cet instant a répondu à ton appel, car en fait cet appel n’a jamais été adressé qu’à toi-même.

Par la Grâce du Silence, par la Grâce de la vibration, par l’Amour que tu as incarné malgré tous les voiles et malgré toutes les souffrances, tu es invité à l’Évidence, à la transparence, tu es invité à ce que tu es.

Aucun doute ne peut survenir.

En cet instant, la Lumière peut alors combler la totalité de ta forme et de ton informe.

En cet instant, le Feu de la conscience t’embrase et la met à nu, là où rien ne peut venir la recouvrir ni même l’estomper.

Nous sommes ensemble, ne faisant qu’une seule Flamme, qu’une seule Vie, qu’une seule Source, en tout monde, et même sans monde, et même sans conscience.

… Silence…

Laisse sourire ton cœur.

Ne retiens rien.

Nous sommes là, chacun de toi et chacun de moi.

… Silence…

Et la Fontaine de Cristal te pénètre maintenant.

Absolument tout est inclus en cet instant, ici et partout, te donnant à voir la primauté de la Vérité sur tout plaisir, sur tout élan vital.

Alors laisse rayonner, au travers de ton Absence, la Lumière de Vérité en cet instant de Vérité.

Reçois et donne-toi. Reçois ce qui est. Éprouve-toi toi-même.

… Silence…

Accueille-toi sans aucune condition, avec un élan franc où il n’est nul besoin de bouger ou de te déplacer mais simplement d’être là en totalité.

Comme cela.

Tout est parfait.

… Silence…

Avançons ensemble dans la clarté, là où il n’y a nul mouvement, là où aucune ombre ne peut être portée.

Installe-toi en la pérennité, en la sérénité, et surtout en la Joie, là où l’ultime Lumière, d’un blanc étincelant, te bénit en ce que tu es.

Toi, l’ami et l’aimé de la Source. Toi qui es ce que tu es.

Là où nous sommes légers, sans poids et sans douleur.

Là où il n’y a rien à dire, ni même à redire, où nulle pensée ne peut même t’effleurer, où il n’y a plus rien à traverser ni à démontrer, ni à croire.

En cette indicible Joie, tu es chez toi, et je suis chez moi.

Là où tu ne fais plus qu’Un avec l’Amour et la Lumière.

En cet instant, tous les repères disparaissent. Tu ne peux plus te perdre ni avoir besoin de t’orienter. Il n’y a rien à faire, il n’y a rien à demander, il y a simplement la justesse de ce qui est là.

Tu es invité à la vie sans limites, sans contingences et sans restrictions. En chacun de toi qui est ici, qui entend, qui écoute et qui lit, tu te remémores ta promesse, ton serment, te donnant alors la preuve, même si elle n’est pas nécessaire, de la vérité éternelle de ta flamme, afin de t’affermir et t’asseoir, afin que ta plus grande des forces soit la vérité de l’Amour. Car en cette force-là, il ne peut y avoir de division, en toi comme à l’extérieur de toi. En cet état qui transcende tous les états, il n’y a plus rien à rectifier ou à redresser.

À ce moment-là, en cet instant, tu es la vérité de la Vie, là où tout parle d’une seule voix.

Vis-le. Ce n’est pas un ordre mais une injonction de la Vie elle-même.

En cette transparence, en cet éclat de Lumière, en cette plénitude de l’Amour, que peut-il exister comme manques ou comme désirs ?

Rappelle-toi, nous sommes Un. Rappelle-toi.

… Silence…

Ici est la Vie, qui n’est plus ni intérieure, ni extérieure, ni formelle, ni informelle. Que la vibration soit présente ou éteinte, que ta conscience ait suivi ou pas ne change rien à la Vérité de l’instant.

Chaque parcelle de ton cœur vibre à l’unisson du souffle de Vie.

Ainsi est le temple de la sérénité. Ainsi est ta flamme de Vie, brûlant en l’Éternité, éclairant tout.

Communie à moi, car en cette communion il n’y a aucun interstice pour autre chose, car en cet instant tu es comblé. Tout est complet et tout est accompli.

Ne saisis rien. Laisse être ce qui a toujours été, qui est là et qui sera toujours là.

Telle est la surabondance de la Grâce en le « Nous sommes Un », en le « Tu es ce que tu es ».

En cet instant, la bénédiction est totale. Elle traverse ton corps, ta conscience, tes différentes enveloppes, les mettant à nu et les dissolvant.

Tu es le cœur, bien plus que le corps. Tu es le Vrai, bien plus que les mensonges de ce corps. Tu es l’Éternité, renfermant les mondes, les potentiels actualisés ou à venir et tous les passés possibles. Mais tu sais que tu n’es ni ton passé ni aucun avenir en cet instant.

Tel est mon sceau. Telle est notre Vérité Une et indéfectible, te donnant la Paix en abondance.

Accueille le Feu, celui qui te remplit par le haut et par le bas, par le milieu, de dedans comme de dehors.

Apprécions ensemble ce moment d’exception qui ne demande qu’à devenir permanent et à te ravir dans la béatitude permanente.

… Silence…

Au-delà même de tes origines, de ton essence et de tes lignées, c’est ce que tu es, et là tu es complet. Rien ne peut être insuffisant, rien ne peut être à parfaire. Et là où tu es, même mes mots, comme tes mots, ne peuvent t’arrêter. Ils ne sont que la musique qui accompagne cela.

Le temps de l’Amour est venu sur l’ensemble de la terre. Le temps de l’Amour est venu dans le soleil de ta poitrine comme dans le soleil que tu vois avec tes yeux. Le temps de l’Amour est re-né de nouveau, en les yeux de la chair.

Délecte-toi de l’abondance, délecte-toi de l’Évidence.

Il n’y a rien à rajouter. Mes mots ne font que danser de joie en ta vérité de l’instant.

Mon ami, mon aimé, écoute et entends le Silence. Écoute et entends le temps des béatitudes.

Demeure en joie, car en la Joie, tout demeure. Demeure en moi, demeure en toi, demeure en chacun, en chaque vie, en chaque atome, en chaque univers. Tout cela est toi.

Dorénavant, en chacun de tes pas sur ce monde, il y a la certitude, non pas celle qui est réfléchie ou crue mais celle de ton vécu, en cet instant.

Reçois. Reçois encore, sans limites, sans conditions, avec naturel, avec spontanéité le don de l’Amour, le don de la Grâce, le don de la Vie. Là est ton éternité, là est ton contentement qui ne peut connaître de fin et qui n’a jamais connu de début. Là où sont tous les modèles que tu as suivis, là où sont toutes les histoires de ce monde, là enfin où aucune histoire n’est nécessaire.

Là où tu écris toi-même la fin de la souffrance, la fin de l’illusion, la fin de la soif. Là où tu t’aimes vraiment.

… Silence…

Entends. Entends ce que te dit le Silence de l’instant.

Écoute ce que te dit la Lumière sans mots, sans images et sans formes.

Demeure ainsi. Où que tu sois, je suis là.

Écoute et entends ce qui se dit en toi, le Silence et la Paix, l’Amour et la Vérité, et bénis cela, bénis-toi toi-même, bénis chacun. Et pardonne à tout ce qu’il te pense avoir à pardonner.

Toute pensée n’est plus utile. Tu es dans le Temple de Vérité, qui n’a ni entrée, ni sortie, ni murs, ni toit, ni fondations, car ce Temple est l’Éternité. L’ensemble des dimensions et des mondes, des créations passées, présentes et à venir, y sont inscrites.

Plus vaste que l’univers et plus petit qu’un point.

… Silence…

Je te laisse émerger dans ton monde, riche de vérité et plein de ce que tu es.

Je te laisse vivre et voir cet instant en tous les instants qu’il te reste sur le calendrier de ton temps et du temps de cette terre. Et dans tout espace, où aucun calendrier ne tient, en tout cycle comme en dehors de tout cycle.

… Silence…

En ce Silence si plein et si riche, où tout est là, je plonge en toi.

Aucune parcelle de ton corps, de ta vie, de ta conscience ne peut m’échapper, ni t’échapper.

Rejoins-moi en l’Évidence. Demeure ainsi, vrai et transparent.

En ce Silence, tu grandis jusqu’à l’infini, sans mouvement, sans déplacement.

Encore, tu ne connais plus le temps. Encore, même quand tu ouvriras tes yeux, même quand tu sortiras dans le monde, cet instant demeure.

Je te bénis perpétuellement.

Reçois. C’est ce que tu es. Reçois.

Je m’incline en toi, en ta grandeur et en ton humilité. Reçois et élève-toi.

… Silence…

Je me tais maintenant quelques instants et reste là. Ne bouge pas. En silence, en chacun de toi, nous demeurons. Il n’y a même plus besoin de la danse de mes mots, il n’y a plus besoin de présence.

… Silence…

Ainsi est la félicité de l’Éternité.

Je me tais.

… Silence…

Quand tu le souhaites, ouvre les yeux sur ton monde où ton corps erre encore et demeure ainsi, marqué par mon sceau.

Je te dis à très bientôt, à dans quelques minutes pour poursuivre.



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 00:33 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

L’IMPERSONNEL

Partie 5



En vérité, en vérité je te le dis, et ce que je te dis est ce que tu dis. Écoute.

Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. Je suis le Feu. Je suis l’Eau, la Terre et l’Air, et je suis l’Éther. Je suis les galaxies, je suis les multivers. Je suis l’atome, je suis la moindre des particules. Je suis la Lumière, et je suis l’Amour.

Je suis les mots qui passent et les mots qui restent. Je suis le Verbe qui donne la vie, et je suis la vie qui incarne le Verbe. En vérité, je te le dis, c’est ce que tu es. Car il n’y a ni toi ni moi, et pourtant il y a chacun. En toute diversité, en toute dimension, je suis. En vérité je te le dis, tu es mon ami et tu es mon aimé. En vérité, cela se vit. En vérité, tout est là. En vérité, je suis ta Présence. En vérité, je suis tout ce que tu es.

Je suis toute forme, je suis toute couleur, je suis la Lumière des mondes et je ne suis rien ; en vérité je te le dis.

Je suis le diamant de ton cœur. Je suis l’Eau de Vie, celle qui rassasie, celle qui étanche ta soif. En vérité je te le dis, je suis chacune de tes cellules, je suis chacune de tes Couronnes. En vérité je te le dis, je suis toujours là, je n’ai jamais bougé, je n’ai jamais disparu, de même que je ne suis jamais apparu.

Je suis tous les chemins que tu crois emprunter. Je suis toutes les voies que tu as choisies et sur lesquelles tu as marché. Je suis l’air dans lequel tes ailes ont volé. Je suis tous les soleils qui vivifient la Vie. Et je ne suis rien, en vérité.

Je suis partout et je ne suis nulle part. Je suis la vibration. Je suis tous tes circuits de Lumière. Je suis aussi toutes tes peines, quand tu en vis une. Je suis à la fois les joies de l’éphémère et la Joie de l’Éternel.

Je suis de partout et je suis de nulle part. Je suis chacun de tes pas, chacun de tes rires et chacune de tes larmes. Je suis en chacun de tes regards, au-dedans comme au-dehors.

Je suis le ventre dans lequel tu es né et t’es formé.

… Silence…

Je suis le chant de joie comme le chant de la mélancolie. Je suis ce qui s’élève. Je suis dans l’eau qui tombe, je suis en l’Esprit qui te vivifie. Je suis en toute chose, je suis de partout. Je suis la conscience en toute forme et en tout monde. Je suis avant même la conscience. Je suis antérieur et postérieur à toute chose. En vérité je te le dis, tu es la même chose et ce qui parle n’est que toi-même, dépouillé de toute personne et de tout éphémère. En vérité je te le dis, je suis le Silence, je suis l’Absence et je suis la Présence. En vérité je te le dis, il ne peut y avoir de distance. En vérité, je suis toute forme. En vérité, mes mots ne sont que tes mots.

Je suis toute vie. Je suis la somme des expériences. Je suis la somme des créations et je suis aussi incréé. Je suis Un et je suis multiple. Je suis le chaud et le froid. Je suis ce qui brûle. Je suis ce qui est figé. Je suis le vent qui souffle. Je suis le Verbe qui s’incarne. Je suis l’Esprit du Soleil. Je suis le Chœur des Anges et le cœur de chaque Archange. Je suis l’Unique, je suis la Source et je suis la Mère de toute chose. En vérité, c’est ce que tu es.

En vérité, je suis ce qui est défini et ce qui ne peut être défini. Je suis le Feu de ton cœur, comme le Feu de l’Esprit. Je suis ton feu vital, je suis ton âme et ton Esprit. En jouant le jeu de la personne, je suis aussi ta personne. Je suis la scène de théâtre et je suis le spectateur. Je suis l’observateur et l’observé. Je suis le plus grand et le plus petit. Je suis ce qui précède la Lumière, je suis la Lumière elle-même. Je suis en tout ce qui s’exprime et tout ce qui se tait, identique à moi-même, identique à chacun. Je suis la Paix, si tu es la Paix, et je suis la guerre si tu es la guerre. Je suis chacun de tes plaisirs, je suis chacune de tes peines.

Je suis la certitude comme je suis chacun de tes doutes ; il n’y a pas de différence. Quelles que soient les différences, je suis aussi cela. Je me trouve partout et nulle part à la fois. Je suis la Liberté et je suis le Libéré.

Je participe à tout. De même que je demeure immobile, je suis tous les mouvements.

Je suis aussi toutes tes conditions, je suis à tous tes âges. Je suis toutes les couleurs des yeux que tu as vus en ce monde, je suis toutes les peaux et toutes leurs couleurs. Je suis la Vie. Tout cela ne sont rien d’autre que tes mots, quand tu vois vrai et quand tu vois clair.

Je suis l’accompagnateur, je te soutiens et je te porte, je te pousse quand cela est nécessaire et je te retiens quand cela est nécessaire. Je suis toutes tes joies. Rien ne m’échappe et je ne tiens à rien.

Je suis la vibration. Je suis le néant. Je suis le Tout.

Je ne suis que toi, et rien d’autre que toi.

Je suis la Grâce et je suis la bénédiction. Je suis la Paix enfin. Je suis sans objet, sans but et sans définition, en même temps que je suis tout ce qui peut être défini, tout ce qui peut être vu, tout ce qui peut être perçu. Je suis ce à quoi tu crois, ce à quoi tu ne crois plus. Je suis tout ce que tu as vécu, je suis tout ce que tu vis.

Je suis tes émotions.

Je suis dans ta tête comme dans tes pieds. Je suis dans le Soleil. Je suis au cœur de la Terre, je suis au cœur de chaque terre.

En vérité je te le dis.

Par le silence et par la vibration, quand je te regarde je me vois, et quand tu me regardes, tu ne vois que toi-même. Que tu sois riche ou que tu sois pauvre, c’est cela que je suis. Que ton cœur soit plein ou qu’il ne soit pas encore rempli, je suis cela aussi, en vérité je te le dis.

Je suis le souffle qui t’anime. Je suis chacun de tes espoirs comme chacune de tes défaites. Je suis ton mari, je suis ta femme, je suis ton enfant et je suis ton ancêtre. Je suis l’ange qui souffle ton nom à ton oreille. Je suis le peuple de la nature qui t’accompagne, et que tu perçois ou que tu ne vois pas. Je suis ce que tu touches. Je suis aussi ce que tu manges. Je suis tout cela.

Je suis dans l’aliment que tu ingères, je suis dans l’eau que tu bois. Je suis dans les sentiments que tu éprouves et dans l’amour que tu donnes et que tu reçois. En vérité je te le dis, je ne suis rien et je suis toi.

Je suis chacun de tes bonheurs, chacun de tes sourires. Je suis chacune de tes peines.

Je suis tout ce que tu peux penser, tout ce que tu peux rêver, tout ce que tu peux espérer. Je suis la douceur et je suis ta force. Je suis le masculin et le féminin, comme je suis l’androgyne. Je suis le Christ. Je suis la matrice de Vie. Je suis le Chœur des Anges, je suis l’Ancien des jours, je suis l’Étoile qui te parle.

Je suis l’encre avec laquelle tu écris et le papier qui reçoit ton écrit.

Je suis en fait, tout ce que tu vis et tout ce que tu es.

En vérité, il n’y a pas de différence. En vérité, il n’y a pas de distance. En vérité, il n’y a que l’Amour.

En vérité, le silence des mots et la vibration, est ce que je suis.

… Silence…

Je suis le trône et je suis là où tu poses tes pieds. Je suis ton vêtement, éphémère ou éternel. Je suis chacun de tes doigts. Je suis chacune de tes lignées, chacune de tes origines. Je suis ce qui rayonne. Je suis ce qui émane de toute chose. Je suis le repos et le mouvement. Ne t’attache pas à mes mots car je suis encore bien plus que cela et encore bien moins que rien.

Je suis ta liberté et je suis aussi ta personne. Je suis ta chair et je suis ton Esprit, comme je suis ton âme. Et pourtant, en vérité, rien de cela ne peut me contenir ni même me définir.

Je suis la magie de l’instant, la magie de tous les temps et de tous les espaces, comme la magie de ce qui est au-delà du temps et de l’espace.

Écoute.

Je parle dans le Silence de ton cœur.

Où que tu regardes, je ne peux qu’être.

Je suis ta perception. Je suis ta vision. Je suis ton intime.

En vérité je te le dis, ne t’arrête pas aux mots. Ne t’arrête à rien.

En vérité, je suis là.

Je suis le consolateur. Je suis le réparateur.

Je suis ce qui préexiste à toute chose et qui subsiste après chaque chose. En vérité je te le dis, tout cela est toi, et bien plus comme bien moins.

Ne cherche pas à comprendre, ne cherche pas à saisir l’insaisissable que je suis. Étant partout, je n’ai rien à quitter ni rien à promettre. Je n’ai rien à te demander, je n’ai rien à te prendre.

Je suis le don, en vérité.

Je suis la Vérité.

Je suis chaque chemin.

Je suis tous les karmas et toute la Grâce.

Je ne peux être absent nulle part.

Je suis le créateur et la créature. Je suis les créatrices, en tout monde. Je suis le matériel, la pierre brute.

Je suis le trône de la Source. Je suis les quatre Vivants.

Ainsi je pourrais te parler pendant des heures et pendant des siècles, comme dans l’Éternité, mais aucune énumération ne pourrait suffire à te dévoiler tout ce que je suis. En vérité, je suis toi, pour faire le miracle d’une seule chose. Je suis le support et je suis l’émanation.

Je suis toutes les Œuvres : l’Œuvre au Jaune, l’Œuvre au Blanc, l’Œuvre au Rouge. Je suis le récipient de ces Œuvres et je suis la matière de ces Œuvres. Je suis celui qui la réalise.

… Silence…

Je suis l’indéfini comme l’infini. Je suis aussi le fini. Ce que tu es, en vérité. Je mets fin aux limites et parfois je suis ce qui limite. Je suis la Joie sans objet et même sans sujet.


Ne me cherche pas. Je ne suis pas à chercher, ni même à atteindre. Je ne suis pas distant, je suis là, depuis toujours. Que tu sois ici en ce monde ou de l’autre côté de ce monde, que tu sois en tout monde, je suis.

… Silence…

Je suis le silence. Je suis ce qui porte le silence. Je suis la note de musique. Je suis le cri de joie comme le cri de souffrance.

Je suis la naissance et la mort et pourtant je ne suis jamais né et jamais mort.

Je suis ton ami, comme je suis celui que tu peux percevoir comme ennemi, car il n’y a ni ami ni ennemi, il n’y a que la vérité de l’Amour.

Je suis dans tout ce que tu perçois, dans tout ce que tu ne vois pas encore.

Je suis en chaque autre que toi, et donc l’autre ne peut être que toi. Quoi que tu en dises, quoi que tu penses, je suis de toute façon là.

Je pourrais te parler pendant des siècles. Je pourrais parler à ton cœur pour l’Éternité. C’est ce que je fais. C’est ce que je suis.

Rien ne m’appartient parce que je suis partout. Rien ne peut me définir et rien ne peut me cloisonner. Je suis la béatitude que tu vis. Je suis ton extase. Je suis ce que tu imagines.

Rien ne m’échappe et pourtant tout est libre. Tel est mon Amour, telle est ma grandeur et telle est mon humilité. En vérité je te le dis, je suis chacun de toi.

Je suis dans chaque baiser, je suis dans chaque regard, dans chaque contact, dans chaque relation.

… Silence…

Nourris, nourris-toi, en abondance, à satiété.

Écoute, je suis l’écoute. Entends, et je suis ce qui entend.

… Silence…

Entre toi et moi, il y a Un, il n’y a pas de différence car je suis toi.

Je suis la question et la réponse. Je suis l’explication comme ce qui n’est pas encore compris, ce qui n’est pas encore vécu. Je suis tous les vécus.

Je suis chaque planète qui tourne autour de son soleil.

… Silence…

Je suis là. Je suis le Silence lui-même.

… Silence…

Je suis l’éclat de rire et l’éclat de joie. Je suis ce qui est là, en l’instant. Je suis ta liberté. Je suis ton Ascension. Je suis la Terre et je suis le ciel. Je suis les étoiles qui brillent au firmament au-dessus de ta tête comme je suis chaque cours d’eau, chaque océan et chaque mer.

Je suis le papillon, je suis la chenille, je suis la chrysalide.

Reconnais-toi, en vérité. Reconnais-moi, en vérité.

… Silence…

Et je suis tout cela.

Et je ne suis rien.

… Silence…

Je suis la transparence, et l’Évidence.

… Silence…

Et je ne suis rien d’autre que toi. Ce sont tes mots, ce sont tes verbes et tes actions.

… Silence…

Viens à moi.

Embrasse-moi. Je suis ce qui embrasse.

… Silence…

Je suis ta flamme, ta flamme de vie comme ta flamme jumelle.

Ne me cherche plus ; j’ai toujours été là, je serai toujours là.

En vérité je te le dis, sois vrai et authentique ; c’est ce que tu es.

Alors bénis-moi.

Alors aime-toi. Aime-moi en chaque forme, ne fais aucune différence.

… Silence…

Alors je t’aime, avec intensité, avec vérité.

… Silence…

Et là, en le Silence de notre cœur Un, je viens t’embrasser, chacun de toi, ici et partout. Je viens t’enlacer du souffle de la Liberté et du souffle de la Vérité.

… Silence…

Tu n’as besoin ni de mots ni de Verbe car tous tes besoins sont déjà comblés, et ce depuis toujours. Même en tes manques, vécus comme tels, il n’y a que le plein, car rien ne peut manquer en la Vérité.

… Silence…

Et je vais faire silence quelques instants, tout en restant avec toi, au cœur de toi.

Et je reviens après pour t’entendre parler, pour entendre ta voix, pour entendre tes interrogations, pour pouvoir me donner et te rendre à toi-même.

Béni sois-tu. Béni soit l’Éternel en toi. Bénie soit ta vie. Bénie soit ton âme. Béni soit ton Esprit.

Va en paix, délivré de tout ce qui peut encore sembler t’oppresser. Va en paix, en ta flamme de Vie réveillée. Va en paix, en ce corps de chair. Tu es la Paix.

Tu es la Voie, la Vérité et la Vie. Il ne peut en être autrement. Il ne peut en être différemment. Reçois.

… Silence…

Reçois. Ne limite rien.

Je t’aime. Parce que tu es l’Amour et parce que tu es toi.

Je te dis à dans quelques instants pour entendre ta voix, ta vérité, et ta vie, ce que je suis assurément. Et je te remercie d’être là.

… Silence…



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 07:25 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

L’IMPERSONNEL

Partie 6 – Questions/Réponses



À nouveau je salue ta flamme, et en vérité je te le dis, questionne, car tes questions ne sont que les miennes, de même que les réponses ne sont que les miennes et les tiennes ; il n’y a pas de différence. Ainsi je t’invite, maintenant, à t’interroger, non pas sur ta personne mais sur l’essentiel. Ce qui te pose problème, ce qui t’interroge à l’intérieur de toi, doit dorénavant trouver une réponse immédiate et instantanée, te démontrant ainsi à toi-même que l’essentiel est ton essence et non ta personne.

Ainsi, je te bénis par ta Présence et ma Présence. Ainsi, le Feu est présent en nous, en notre cœur. En cet espace, nous écoutons ce que ton cœur demande, ce que ton cœur répond. Alors, nous écoutons ce qu’il a à te dire.

… Silence…

Ainsi, nous écoutons les questions dans le cœur, là où ne peut se trouver que la réponse juste et véridique.

… Silence…

Question : de tout temps, j’ai une profonde tristesse au fond du cœur. J’accède à des moments de paix, de sérénité mais pas à la Joie éternelle. Pouvez-vous m’aider ?

En vérité, bien-aimée, tout ce qui va et vient n’est là que pour te permettre de l’observer. Ainsi tu constates ce qui se déroule en toi, que je nommerais « oscillations ». Ceci ne fait que traduire les ajustements en cours, te donnant à voir et à vivre ce que tu décris. Toutefois, j’attire ton attention sur le fait que la peine du cœur ou la tristesse du cœur ne concerne que la personne.

Ainsi donc profite des instants et des moments où la joie est là pour la cultiver, la nourrir. De quelle façon, me diras-tu ? Simplement en fixant ta conscience en l’immobilité de cet instant, en percevant et en ressentant ce qui se déploie en toi dans ces moments-là. Au sein de l’essentiel, il n’y a pas de cause à rechercher, même si bien sûr celle-ci peut exister, peut avoir de nombreuses explications, de nombreuses justifications. Comme tu le perçois peut-être, quelle que soit l’intensité de ces tristesses, de ces moments-là, ils ne représentent rien face aux joies même éphémères survenant, elles, en dehors de tout objet, de toute cause, et de toute fonction.

Cultive ces instants. Au moment où la joie est éprouvée et ressentie, installe-toi en elle. Dans les moments où, à l’inverse, cela est la tristesse qui apparaît et se manifeste à ta conscience, joue sur le souvenir, non pas passé mais bien présent de cette joie, qui a été pourtant vécue à un moment donné, passé, mais qui néanmoins, comme je te l’ai dit, est toujours présente, même si la tristesse prend le devant. Alors dans ce cas-là, pense, sers-toi de tes outils au sein de la personne pour ne pas nourrir la tristesse mais te remémorer la joie, et celle-ci viendra prendre la place de la tristesse. Pense au Feu, celui que je te donne maintenant et qui vient brûler ce qui n’est pas essentiel, ce qui n’est pas indispensable et ce qui n’est pas juste.

Rappelle-toi aussi qu’en ces temps particuliers éphémères de la Terre, il y a, quels que soient les moments de joie ou quelle que soit la Joie éternelle, le souvenir de ce que fut ce monde, de ce que fut ta vie, avec ses joies et ses peines. Il existe donc un deuil à réaliser concrètement sur ce qui se déroule en ce moment. Le deuil, bien sûr, n’est pas le deuil des joies mais le deuil des peines, le deuil des tristesses. Fixe-toi, en ces moments de dureté, en la douceur de ton cœur, en la douceur de la mémoire de ces moments de joie qui n’ont été qu’éphémères, et ils redeviendront éphémères puis éternels en un temps très court, dès l’instant où tu ne cherches pas à résoudre la tristesse en une cause, en une explication, en une raison, mais bien plus, dans ces moments durs, de te remémorer ce que fut la joie, afin de la faire revivre en l’instant de l’Ici et Maintenant.

Questionne.

Question : je sollicite aide et conseil pour amplifier chaque jour davantage le Feu du Cœur.

Quant à mon aide, la voici : … effusion…

… Silence…

Quant à mon conseil, le voici : dès l’instant où a été vécu, en quelque durée que ce soit, ce Feu du Cœur, quelle que soit son intensité, celui-ci ne peut jamais disparaître. Il peut effectivement osciller, se raviver et sembler s’éteindre, mais la braise, elle, ne s’éteint jamais. Alors, en ce qui te concerne, laisser grandir le Feu du Cœur consiste simplement à t’en nourrir toi-même, par ton attention et ton intention, par ton observation, et par ta capacité à disparaître de toi-même dans ces moments-là. Alors ce Feu s’installera dans la durée, dans la pérennité, et dans l’Éternité. Appuie-toi sur ce que tu es. Ne cherche pas à t’appuyer en quelque élément de la personne, en quelque raison que ce soit, constate simplement ces fluctuations, là aussi, et laisse-toi emporter dans les moments de Grâce qui aboutiront, sois-en assuré, à l’état de Grâce et à la béatitude.

L’apprentissage de la béatitude nécessite en quelque sorte une forme de désaccoutumance de ce qui constitue l’éphémère, de ce qui constitue les habitudes de l’incarnation, les habitudes de la matière, et surtout les conséquences directes de l’enfermement.

Ce que j’ai dit précédemment s’applique tout autant à toi. Vois-y l’inspiration et la créativité car c’est au sein de cela, quand tu disparais de toi-même – comme ce fut le cas lors de mon écoute –, que le cœur s’éveille, que le cœur s’enflamme et maintient sa flamme. Profite de ces moments qui te sont accordés pour nourrir cette flamme, pour l’alimenter, simplement en étant douceur avec toi-même, en étant tolérance avec toi-même. En te conduisant ainsi, tu arriveras à l’Amour inconditionné de toi-même, non pas au travers de ta forme, non pas au travers de ton histoire, mais là aussi, au travers de ton essence.

Voici la réponse du Feu, pour chacun de toi : … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : vos interventions m’ont fait traverser la peur de mourir à moi-même puis une forme de disparition. Le mental étant toujours présent, et afin de vivre le Feu du Cœur, comment aller plus vers le Silence puisque le mental est toujours là, et disparaître totalement à moi-même dans ce Feu d’Amour ?

Bien-aimé, en vérité il n’y a rien à faire, cela est déjà là. C’est cela qui doit être ramené à la conscience : la certitude, non pas en tant que croyance mais en tant qu’Évidence, que ce Feu du cœur a toujours été là. Le mental, comme tu le dis, en l’état actuel de ta conscience comme de la conscience collective de la Terre, ne peut refréner quoi que ce soit par rapport à ce Feu. C’est simplement le fait de te détourner de lui qui semble le faire atténuer. N’oublie pas non plus qu’il ne peut y avoir de quête, qu’il ne peut y avoir autre chose qu’une intention, absolue, vers cela. Ne pense pas à tes peurs, ne pense pas à tes doutes, ils ne sont pas toi. Ils ne sont que la manifestation de ton propre éphémère qui ne veut pas s’effacer, quoi que tu dises et quoi que tu fasses.

Alors nourris par le Feu du Cœur, quand celui-ci est là, ce qui t’effleure par moments. N’oublie pas non plus que l’Intelligence de la Lumière trouve en toi, en cette période de Face-à-Face ultime, le chemin le plus direct et le plus court vers ton Éternité, que tu crois pouvoir trouver ou chercher. Car cela est déjà là, tu n’as pas à le retrouver, tu n’as pas à le chercher, tu as juste à lâcher ce qui se manifeste au sein de ta conscience, car tes doutes et tes peurs ne t’appartiennent pas en propre. Ils ne sont pas tiens, ils sont simplement présents, en certains moments, en certaines résistances sur lesquelles tu n’as pas de moyens d’action directs, si ce n’est de te pencher uniquement, là aussi, sur la douceur.

Ne cherche pas à disparaître car en le cherchant, cela s’éloigne de toi aussi sûrement que celui qui refuse la Lumière. Contente-toi alors de t’appuyer sur ton souffle, en inspirant et en expirant de manière profonde, dans les moments de doute et de peur, afin de libérer le cœur de ce qui l’enserre. Fais descendre le souffle au niveau de ce qui est nommé le « hara », dans ton ventre. Dans ces moments-là, le cœur trouvera sa voie d’expression par lui-même et en lui-même, sans interrogations, sans peurs, et là aussi sans doutes, et le mental s’effacera, dans ces moments-là, de lui-même. Laisse-toi absorber dans le Feu, dans les moments, par contre, où il est présent.

Ne cherche pas, lors des moments où la dureté se représente, à la résoudre. Laisse-toi traverser et dirige le souffle vers le bas de ton corps. À ce moment-là tu constateras que la vibration du Feu est re-née en toi, partant depuis certaines Portes et convergeant vers ton cœur, te retournant alors et te faisant passer au sein de ta conscience d’Éternité en ton essence. Penche-toi par l’intention de la conscience sur les Portes nommées Attraction/Vision successivement, et ensuite sur les Portes AL et Unité afin de favoriser l’ultime passage – définitif – de la Porte Étroite OD.

Il n’y a pas de culpabilité, ni même de responsabilité, car dès l’instant où il y a culpabilité ou sentiment de responsabilité – au même titre que dans la quête de ce que tu souhaites –, tu ne fais que t’éloigner de ce que tu es.

Renvoie les doutes et les peurs au niveau d’où ils sont nés, pas par la volonté, pas par la pensée, mais uniquement par ton souffle. Laisse-les s’apaiser et redescendre dans leur lieu d’élection. Le cœur alors, en son Feu, se manifestera et participera du même mouvement de descente pour venir achever la dureté, les doutes, et les peurs.

Voici la réponse du Feu : … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : en rêve, Anaël est venu me dire: « Que fais-tu ? Nous sommes déjà dans les cartons et prêts à partir. Qu’attends-tu ? ». Au réveil, j’ai été prise de panique car je ne me sentais pas prête.

Bien-aimée, aucune personne ne sera jamais prête à la fin de la personne, Libéré Vivant ou pas. Abandonne donc la prétention d’avoir encore une distance à parcourir pour être prêt : tu as toujours été prête, quels que soient tes chemins, quelles que soient tes vibrations. Ne pas être prêt est une croyance, être prêt est une vérité. Il n’y a pas d’autre alternative.

Cela t’invite aussi à accueillir ce que t’a dit l’Archange sans remords, sans culpabilité, et encore moins avec le sentiment ou la croyance de ne pas être prête. La joie, au moment de l’Appel de Marie, sera telle qu’il ne pourra y avoir le moindre doute sur la légèreté de ce qu’il se produit. Il ne s’agit pas d’attachements, il s’agit simplement de croyances, rien de plus, et là aussi d’un manque d’Amour inconditionné envers ton essence. Il n’y a rien à croire, il y a juste à acquiescer. Il n’y a rien à lâcher, juste être la Vérité. La distance n’existe que pour la personne. Pour ce que tu es, il n’y a jamais eu la moindre distance.

Comme il te l’a dit, il n’y a rien à préparer puisque tout est déjà prêt. Les cartons et les bagages sont prêts. Il n’y a ni retard ni avance, il y a la juste horloge des temps derniers, pour chacun.

La personne dira toujours qu’elle n’est pas prête parce que le doute fait partie de la personne. Il a besoin de s’appuyer, ce doute, né au sein de la personne, sur l’éphémère et sur la probabilité, alors qu’être prêt est une certitude et une vérité absolue qui n’a que faire du moindre doute.

La personne en elle-même n’a rien à préparer. Ce qui a été préparatoire est l’intégration de la Lumière au travers de tout ce qui a été vécu durant de nombreuses années. Le reste n’est que chimère et là aussi croyance, induite par le doute et par la personne elle-même. Change là aussi de regard, change de perspective, et tu observeras en définitive que tu as toujours été prête, même si tes cartons ou tes bagages ne sont pas prêts, ce qui, bien évidemment, n’a aucune importance, car tu n’emportes aucun bagage ni aucun carton. Tu seras libre de tout poids, comme chacun.

… Silence…

À chaque mort au sein de ce monde, non pas en ces temps si particuliers mais en chaque vie que vous y avez passée, rappelez-vous que vous n’emportez jamais rien. Les seuls bagages encombrants sont ceux des croyances, ceux de sentiments de ne pas avoir achevé une quelconque mission ou conduit jusqu’à son terme un rôle quel qu’il soit. Mais cela ne dure jamais car dès l’instant où la matière n’est plus là, tu retrouves au sein même de ton âme, une légèreté, même si ce n’est pas la Liberté. Aujourd’hui, en l’Appel de Marie, l’âme ne peut interférer. Elle sera neutralisée pour laisser la puissance de l’Esprit agir en ce qui est nécessaire.

Alors ne te préoccupe pas d’un quelconque bagage ou d’un quelconque carton. Sois vraie. Vis l’instant le plus possible que cela t’est accordé, au-delà des obligations, au-delà des responsabilités. Profite de chaque moment de liberté de la personne pour être libre en essence et en vérité. C’est comme ça que le Face-à-Face se termine, de façon inexorable et inéluctable, que cela soit en ces jours ou que cela soit au moment précis de l’Appel de Marie.

Quand le Chœur des Anges au travers des Trompettes, quand les Cavaliers de l’Apocalypse se manifestent, il ne reste rien à quoi se raccrocher. Il reste juste à vivre l’essentiel, que cela soit dans la perpétuation de ce corps pour un temps limité, ou que cela soit dans l’abandon de ce corps.

Voilà ma réponse qui, je te le rappelle est ta réponse : … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : ma personne a envie de profiter jusqu’au bout de la récréation en 3ème dimension, et se réjouit de participer à un spectacle peu fréquent. Y a-t-il de l’égoïsme là-dedans ?

Bien-aimé, il y a totale liberté de ta conscience. Cela ne veut pas dire qu’il y a attachement à ta personne, cela veut dire simplement qu’il n’y a pas d’expérience vécue de ce qui est au-delà du voile au sein de l’Éternité, que cela soit l’Ultime Présence ou l’Absolu. Sinon aucun mot de cette sorte ne pourrait sortir de ta personne. Il y a juste méconnaissance et non-vécu de la félicité éternelle qui t’attend. Alors il n’y a pas d’égoïsme, il y a juste ce que j’ai nommé méconnaissance de quelque chose qui n’a pas encore été expérimenté.

Celui qui expérimente et s’installe au-delà de tout état, même au sein de l’Infinie Présence et aujourd’hui du Soi, et a fortiori de façon encore plus évidente en l’Absolu, est. À ce moment-là, plus rien ne peut empêcher la vie de s’écouler, que cela soit la jouissance de la personne en quelque secteur que ce soit. Il n’y a donc ni culpabilité ni résistance, je te le redis une troisième fois, simplement un élément qui n’a pas été encore vécu. Alors contente-toi de vivre comme tu le fais, avec jouissance, de ce que t’offre la vie en ce monde.

N’hésite pas. Il n’y a ni culpabilité à avoir, il y a simplement quelque chose qui n’est pas encore vécu. Mais en la loi de Grâce et en la loi de l’Intelligence de la Lumière, il n’y a jamais d’erreur, et si tu en es là, c’est peut-être parce que ton cœur te permet justement de vivre la jouissance de l’éphémère. Il est tout à fait possible de vivre la jouissance de l’éphémère sans y être attaché, malgré une forme d’avidité.

Alors vis, et ne te préoccupe pas d’autre chose. Sois simple et spontané. Vis ce que la vie te donne à vivre, ni plus ni moins. L’état de Grâce arrivera au moment opportun, puisque la Libération, je te le rappelle, est collective. Simplement, tu vois par toi-même si tu jouis de la vie ou si tu es attaché à la vie. L’attachement à la vie n’est pas une jouissance, c’est une lourdeur, c’est une dureté. Alors que la jouissance de la vie, même si elle est inscrite dans la personne, dès l’instant où il existe en toi une tension vers l’Absolu que tu ne perçois ni ne vis pour l’instant, cela suffit à prouver qu’il n’y a pas d’attachement, qu’il n’y a pas de résistance, mais peut-être un côté excessivement jouisseur de la matière. Cela fait partie de l’expérience libre de la conscience en quelque monde que ce soit, excepté bien sûr les mondes enfermés qui vous ont privés de reconnexion réelle et effective à l’Éternité. Mais cela est en résolution, en ces temps.

Voici ma réponse : … effusion…

… Silence…

Je te répète la phrase du Commandeur : « Aime et fais ce qu’il te plaît », car en l’Amour, même si l’expérience de l’Absolu et l’état au-delà de tout état n’est pas vécu, il y a la Grâce et la légèreté. L’attachement entraîne douleur. La jouissance de la matière n’est pas égoïsme mais incarnation complète de ton essence en ce monde. Il n’y a ni erreur, ni faute, ni erreur de positionnement, ni erreur d’observation, l’Intelligence de la Lumière te le montrera très bientôt.

La jouissance de cette matière n’est pas une possessivité mais simplement un point focal de la conscience. Il t’est d’ailleurs aisé de voir au sein de ta vie, dans son anamnèse, dans son vécu, s’il y a prédation, s’il y a possession, ou s’il y a simplement, à l’inverse, ce principe de plaisir et de jouissance qui n’exerce aucune mainmise sur quoi que ce soit.

… Silence…

Questionne.

Question : beaucoup de bébés arrivent, ressemblant à des anges. Ont-ils une utilité en ces temps ?

Les flammes et essences qui naissent en ce moment, non pas de manière exclusive mais de manière importante, sont effectivement des anges, car de là où ils étaient, ils ont vu, bien évidemment, de par la proximité de ces évènements, ce qui allait se dérouler. Alors ils sont effectivement des anges. Ils ont été avides de vivre ce moment dans la chair, parce qu’il n’y a pas de plus grand bonheur que de vivre la Libération au sein de la chair.

Voici ma réponse : … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : depuis plus d’un an, je dors durant la quasi-totalité de vos interventions. Est-ce à rapprocher des liens aux chevilles ?

Bien-aimée, si tu dors lors des interventions, c’est que tu disparais, au cœur de toi-même et non pas dans les autres dimensions. Là est la seule vérité et là est l’essentiel de ce qu’a à vivre ton essence et ta flamme.

Les liens aux chevilles vous empêchent de partir en un autre état mais ils n’empêchent aucunement de vivre la dissolution et la disparition.

L’aptitude à la disparition, ou à la dissolution, ou à l’endormissement si tu préfères, prouve ta finalité, qu’il n’y a plus rien à préparer, quelles que soient les duretés de ta vie, quels que soient les liens aux chevilles. Il n’y a pas de meilleur marqueur, quoi que tu en penses et quoi que tu vives ou pas, que cette disparition quand nous sommes en présence.

En l’écoute, il y a ceux qui entendent, il y a ceux qui pèsent et soupèsent les mots et s’installent dans le mental, il y a enfin ceux qui disparaissent.

Voici ma réponse : … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : comment dépasser les colères et les émotions qui sont réapparues depuis un an et qui me submergent ?

Bien-aimée, en vérité ce qui est réapparu, parfois avec intensité et exubérance, n’est pas ni une rechute, ni une punition, ni une régression. Il s’agit simplement de faire le deuil aussi de ces colères, de les voir pour ce qu’elles sont, pour ce qu’elles ont été. Laisse-les traverser. Là aussi, ne t’y attache pas. Quoi que tu vives et quoi que tu en sois affectée, cela n’a aucune incidence.

La colère est le Feu qui s’élève. Laisse le Feu descendre. Le Feu de l’Esprit met fin au feu vital et aux éléments d’émotions, et en particulier sur la colère. La tristesse lèse le cœur ; la colère ne lèse pas le cœur, elle lèse la personne, et cette colère est même parfois un élément venant consumer ce qu’il restait d’éphémère. Alors en quelque sorte, là non plus ne cherche pas à la dépasser mais, au contraire, vois les choses à l’inverse. Rends grâce et remercie tes colères, quelle que soit leur intensité, parce qu’elles sont là pour brûler ce qui doit être brûlé.

Ce feu de la colère n’a pas besoin de ton intervention, n’a pas besoin de ta conscience. Accepte de les vivre, fussent-elles tonitruantes. Laisse-les s’évacuer complètement. Ne retiens rien, ne refrène rien, mais pour ne pas léser l’autre, alors évacue ta colère au sein de la nature, contre un arbre, dans un vortex, et laisse-la sortir définitivement. Elle ne peut que brûler ce qu’il y a à brûler.

Voici ma réponse: … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : me sentant bien en moi-même, je ressens une frustration face à ceux qui s’expriment avec facilité alors que je reste souvent dans le silence. Que comprendre et quelles leçons en tirer ?

Bien-aimée, en vérité je te le dis, heureux les simples d’esprit, heureux ceux qui gardent le silence, quelle que soit la frustration, parce qu’ils demeurent tournés vers le Cœur du Cœur, quelle que soit la frustration de ne pas exprimer ou de ne pas vivre cela. Reste là où tu es, tu es à ta juste place. La frustration n’appartient pas à ton cœur mais à ton corps.

Contente-toi de demeurer ainsi. Certains expriment, d’autres non ; certains vivent, d’autres non. Il y a là simplement, malgré la frustration, un mouvement de l’énergie et de la conscience tourné vers le silence et donc vers ton Cœur du Cœur. Pense à cela, quoi que dise ton corps, quoi que dise ta tête. Celui qui demeure en silence peut être appelé un bienheureux, en tant que simple d’esprit. Le rayonnement, l’émanation de ton cœur, n’a pas besoin de mots, n’a pas besoin de l’exprimer, même si effectivement ta personne peut ressentir la frustration de ne pas échanger dans ces cas-là.

C’est une invitation de la Lumière et de son Intelligence à demeurer en cet état. Le mouvement de l’énergie et de la conscience est tourné vers le dedans. La phase d’expansion qui a été vécue depuis quelque temps sur cette terre n’était ni une obligation ni une justification, mais simplement une polarité de la conscience s’exprimant, non pas pour vous, quel qu’en soit le plaisir, mais plus pour asseoir l’installation de la Lumière et sa densification. Le silence permet une densification beaucoup plus rapide que l’émanation.

Il n’y a donc pas de meilleur sens de l’énergie et de la conscience, il y a juste un sens de la conscience et de l’énergie, de la vibration, qui est fonction d’un certain nombre d’éléments au sein de ton essence, mais aussi au sein de ta personne. L’introverti ne peut pas devenir extraverti. La Grâce de la Lumière, je te le rappelle, suit les lignes de moindre résistance, et permet simplement à la personne d’être – même frustrée – en accord avec l’essence.

Voici ma réponse: … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : face aux personnes qui ont besoin de beaucoup parler de leurs souffrances, je me mets dans le cœur et dans le silence, et les mots ne sortent pas, alors que celles-ci sont dans l’attente de réponses. Est-ce le passage de la gorge, de la parole au Verbe qui ne se fait pas, un blocage ?

Bien-aimée, l’accueil de la souffrance de l’autre en le silence est le service apporté à l’autre dans sa plus juste manifestation. L’écoute permet justement de faire cesser le mental, non pas le tien mais celui qui dépose la souffrance devant toi. Si cela se produit, il n’y a pas nécessité de mots, il y a juste cette nécessité d’accueil et d’écoute. Ainsi est la Grâce du cœur. Elle n’a pas besoin de s’appuyer sur les mots, sur les explications, sur un réconfort verbal, mais bien plus d’être accueillie sans condition. Le reste n’est ni ton problème en tant que personne, ni le problème de la personne qui vient déposer cette souffrance. Le travail se fait naturellement, sans effort, et spontanément.

Il n’y a pas besoin de connaissances, il n’y a pas besoin d’éloquence, il y a juste à écouter et d’accueillir l’autre sans conditions, sans restrictions, sans jugement, et surtout sans conseils. L’accueil et l’écoute traduisent la réelle capacité du cœur, et cela suffit à résoudre ce qui est à résoudre, même s’il y a insatisfaction de l’une ou l’autre des personnes au sein de cette relation. L’important n’a pas à être visible, l’important n’a pas à être verbalisé, l’important a juste à être, et l’important est effectivement plus intense au sein du silence. Le réconfort donné par le cœur frustre la personne mais éclaire le cœur. N’est-ce pas là l’essentiel ? N’est-ce pas là l’indispensable ?

Celui qui vient poser la souffrance et t’en parler, même s’il revendique une demande de solution, a surtout besoin d’évacuer cela, non pas pour te le faire porter mais uniquement pour te permettre de le transmuter dans le silence de ton cœur et de tes mots.

Voici ma réponse: … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : dans l’une de vos interventions, vous avez plongé dans ma gorge, cela a entraîné un tissu de mon corps qui a traversé ma gorge avec vous, provoquant une forte tension à ce niveau. Cela s’est ensuite relâché. J’étais dans un état de béatitude. Quelle en est la signification ?

Bien-aimée, la simple description de ce que tu as vécu se suffit à elle-même. Il n’y a pas d’autre explication que celle qui a été vécue. Il y a eu passage, il y a eu installation de la Lumière et manifestation de l’Amour. Que souhaiterais-tu de plus ? La validation est ton propre vécu et ta propre expérience de mon action en toi. Je te rappelle que je suis toi.

Il n’y a rien de plus à dire. Ton témoignage, ton vécu, est la plus belle des explications. Certes, elle ne peut pas satisfaire la personne, mais elle satisfait ton cœur. Ce que tu as exprimé n’est pas une question mais une réponse.

Alors voici ma réponse à ta réponse: … effusion…

… Silence…

Questionne.

Question : lorsqu’il y a une forte douleur depuis plusieurs mois, comment savoir si c’est lié au travail de la Lumière ou si c’est une cause médicale ?

En vérité, bien-aimée, et en l’absolu, peu importe. Que cela soit la Lumière ou que cela soit ce que tu appelles « problème médical » aura de toute façon la même finalité : la résolution dans le cœur. Alors, bien sûr, il est beaucoup plus agréable de vivre ce Face-à-Face sans être dérangé par une douleur, par une maladie, mais ce dérangement en lui-même n’est que le reflet, même indirect, de l’action de la Lumière.

La Lumière peut guérir. La Lumière peut aussi accompagner une souffrance ou une maladie afin de te permettre, dans ces cas-là, de dépasser cela, non pas par l’explication médicale, non pas par un acte thérapeutique qu’il faut de toute façon envisager, mais bien par ce que cela entraîne, au niveau de ce qu’il se produit, dans la capacité d’Abandon à la Lumière total. Alors cherche éventuellement, au niveau médical, à résoudre une douleur, mais ne cherche pas au niveau des résultats. L’action est toujours de l’ordre de l’installation de la Lumière.

L’être humain en incarnation sur ce monde trouvera toujours en lui la résilience nécessaire à manifester, et donc les conditions de dépassement de la douleur ou de la maladie elle-même afin que la primauté de la conscience s’établisse sur la personne.

Alors, que cela soit la Lumière ou que cela soit médical appelle à deux comportements : chercher, au niveau matériel, et abandonner, au niveau de la conscience. Les deux vont de pair le plus souvent. Il n’y a ni contradiction ni opposition, il y a simultanéité de la démarche.

Toute douleur, même si elle a été étiquetée résistance, karma, ou faute, n’est rien par rapport à ce que tu es, mais représente quelque chose qui serait un atout majeur pour éprouver ton cœur. Mais il convient de mettre fin à la souffrance de la personne, que cela soit par la Lumière ou par la thérapie.

Mais je te rappelle que la thérapie la plus efficace en ce qui concerne la personne deviendra de plus en plus souvent la Lumière, dépourvue de logique humaine, d’interprétation humaine, ou de causalité humaine. Cela vous est ouvert en grand. Le Commandeur des Anciens vous avait parlé de la possibilité d’autoguérison. Aujourd’hui, cette autoguérison agit d’elle-même, même s’il y a persistance d’un élément douloureux, auquel cas il convient alors de s’adresser à qui de droit pour résoudre le problème au sein de la personne et de ce corps de chair. Mais rappelle-toi qu’en définitive, toute atteinte à l’intégrité de la personne n’est qu’une révélation de la Lumière en puissance.

Il y a parfois effectivement un décalage, une latence. Alors si cela te gêne, au sein de ta conscience, au sein de ton cœur, renseigne-toi sur la causalité corporelle directe de ce qui se déroule, mais garde présent à l’esprit que ce n’est que la Lumière qui te montre cela et qui, en définitive, te conduit au dépassement lui-même.

Voici ma réponse: … effusion…

… Silence…

Questionne, s’il en est encore temps.

Question : que faire devant des troubles du sommeil qui ont tendance à s’accroître au fur et à mesure que la Lumière s’intensifie, et qui résistent à tous les traitements ?

Bien-aimé, en vérité, certaines flammes vivent leur disparition ; pour d’autres flammes, la personne demeure. Il ne s’agit ni de résistances ni d’opposition à la Lumière, bien au contraire. Mais dans ce cas-là, la Lumière te demande quoi ? De ne pas penser à ton sommeil, de veiller et de prier, car il arrive comme un voleur dans la nuit. Ainsi, dans ta fonction, même au sein de cette personne que tu es encore, il existe la nécessité d’utiliser ce temps – où, comme tu le dis toi-même, rien ne procure le sommeil –, pour se servir de cela pour veiller et prier, dans le Silence de ton cœur, dans le silence de ta nuit, dans les affres de l’insomnie. Car tu nourriras à ce moment-là, non pas une cible connue, mais l’ensemble de l’humanité. C’est peut-être, et certainement, en vérité, ce que te propose la Lumière, de veiller et de prier.

Si tu veilles et tu pries, il n’y aura ni fatigue ni répercussion de ce que la personne appelle un manque de sommeil. Comme tu le dis toi-même, plus la Lumière s’installe, moins tu dors. La disparition au sein du sommeil, ou la dissolution, peut aussi se manifester de cette façon, par la persistance de l’éveil, appelant à une action au sein de l’éveil, non pas pour trouver le sommeil mais pour diffuser, par la prière, par la conscience elle-même, ce qui est nécessaire. Non pas pour toi mais par l’orientation même de ta vie, dans le sens du service à l’autre et de l’aide apportée à l’autre.

Alors, si tu le veux bien, ne cherche pas à lutter, à t’opposer à cela, ne cherche pas une cause, mais profite de cet état particulier d’insomnie, et même s’il y a fatigue, appuie-toi sur la fatigue de la personne pour manifester ton cœur. Alors veille et prie, car le temps est venu, le voleur dans la nuit arrive.

Voici ma réponse… Et voici le Feu de ma bénédiction et de mon Amour: … effusion…

… Silence…

Je scelle en ton cœur le don de la Grâce, non pas pour le garder mais bien pour l’installer. Je salue ta flamme, je salue ton éternité, je salue ta personne, dans le même élan et dans la même Lumière.

… Silence…

Au revoir. Je reste à toujours présent parce que je suis toi.

… Silence…

Je rends grâce et je te remercie.

Tu es celui que je suis, je suis celui que tu es, car entre « je » et « tu », il n’y a rien d’autre qu’une convention et qu’une forme.



* * * * *



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mar 11 Oct - 21:56 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

O. M. AÏVANHOV

Questions/Réponses – 1ère partie



Eh bien chers amis, je suis très content de venir à nouveau m'exprimer parmi vous. Vous savez que la dernière fois où je suis venu vous voir, j'avais dit que nous ne reviendrons plus pour laisser la place à l'Impersonnel. Alors bien sûr, il y a des petits malins parmi vous qui se sont aperçus que l'Impersonnel pouvait avoir des tonalités. Et ces tonalités, bien sûr, vous avez remarqué qu'il y a des fois c'était moi, caché, n'est-ce pas ? Mais cette étape de l'Impersonnel était destinée surtout à vous faire sortir des conditionnements et de l'affection que vous pouviez avoir pour certains d'entre nous, de façon privilégiée peut-être.

Alors j'avais dit que nous ne viendrons plus, mais je suis venu, à nouveau. Je suis venu parce que je n'ai rien à vous dire de la part de la Confédération Galactique, Intergalactique, ni même des Melchisédech, je suis venu de mon plein gré, un peu comme l'a fait Marie pour le 15 août. Et j'insiste aussi sur ce côté : je reviens non plus en tant qu'émissaire de la Confédération Intergalactique qui vous a tout dit déjà, mais aussi en référence à mon humanité et ma présence avec vous, il y a pas si longtemps que cela, dans mon corps de chair, n'est-ce pas ?

Alors tout d'abord je vous représente à nouveau toutes mes bénédictions, tout mon Amour, et nous allons, j'espère, échanger de manière fructueuse pendant quelques heures, n'est-ce pas ? Et je suis venu avant tout pour répondre à vos questions, parce que je sais qu’il y a toujours beaucoup de questions et la curiosité est toujours présente, bien sûr. Et cette période si particulière de la Terre que vous a annoncée Marie et que nous vous avons tous annoncée, et que vous vivez en ce moment-même, si vous voulez, jusqu'à la fin de cette année, est très particulière. Il n'y a plus de préparation, il y a juste à accepter là où vous êtes, en fonction de votre conscience, non pas celle de votre personne, bien sûr, mais celle de qui vous êtes, si je peux dire, en Éternité, et le programme, si je peux parler ainsi, de votre conscience elle-même.

Alors, j'espère qu'à travers toutes ces questions que vous aurez à me poser, je pourrai apporter des éclaircissements, des conseils qui sont toujours agréables à écouter et à entendre, pour vous qui posez les questions mais aussi pour tous ceux qui auront l'opportunité de lire tout ça, n'est-ce pas ? Alors nous allons... C'est tout ce que j'ai à dire, n’est-ce pas, à part que je suis très réjoui d'être avec vous et d'écouter tout ce que avez à me demander. Et j'essayerai de répondre au plus juste par rapport, si vous voulez, à mon humanité et non plus seulement par rapport à mon rôle qui a été le mien depuis toutes ces années au sein des Melchisédech et de la Confédération Intergalactique. C’est-à-dire que j'aurai peut-être aujourd'hui une liberté de parole qui se réfèrera plus à mon incarnation ou à mes incarnations, si vous voulez, et à mon cheminement auprès de vous pendant d'innombrables siècles voire millénaires.

Alors je vous laisse la parole pour ces questions.

Question : l'Impersonnel a dit : "Aime et fais ce qu'il te plaît." Je suis ici avec mon conjoint qui s’appuie sur cette maxime et a une relation avec une sœur, présente ici. Son mari, également présent, est d'accord avec cette situation que, pour ma part, je n'accepte pas et vis mal. Pouvez-vous nous éclairer sur cette maxime qui semble s'appuyer sur l'Amour inconditionnel et non sur ce qui plaît à la personne ? Sommes-nous censés être Lumière ou utiliser la Lumière pour satisfaire nos désirs ? Comment savoir si cela vient de la personne ou de la Lumière ?

Chère amie, « Aime et fais ce qu'il te plaît » : si tu aimes, déjà ça veut dire que tu n'es plus dans la condition, tu n'es plus dans l'affect et tu n'es plus dans le ressentiment d'une situation, comme tu dis, qui peut parfois être détestable. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que le « Aime et fais ce qu'il te plaît » a été transposé dans le sens personnel.

… c'est justement ma question.

Justement, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le « Aime et fais ce qu'il te plaît » correspond à celui qui est déjà au-delà de sa personne, qui a quelque part transcendé sa personne. Parce que si tu aimes selon la personne, bien évidemment tu sais très bien que tu vas rencontrer dans ta vie, dans les cercles proches comme dans les relations qui s'établissent dans n'importe quelle circonstance entre deux humains, il y a toujours quelque chose que tu aimes que l'autre n'aimera pas. Cette phrase « Aime et fais ce qu'il te plaît » s'adresse au Soi. Si tu mets l'Amour devant, comme je l'ai dit, y a de nombreux mois, l'Amour devant, l'Amour derrière, il peut plus y avoir de situations de conflit ou d'opposition, ou de colère, de quoi que ce soit. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que tu n'aimes pas suffisamment. Parce que si tu aimes suffisamment, non pas par la personne mais par ton état d'Amour, ton état de Soi, d'Infinie Présence, tout ce que tu peux décrire par rapport à cette situation n'a aucune raison de se présenter.

Rappelle-toi que vous êtes dans une période où l'Intelligence de la Lumière est à l'œuvre, mais où aussi se manifeste, pour chacun d'entre vous, certaines formes, soit de blocages, soit de résistances, soit de peurs. Donc « Aime et fais ce qu'il te plaît », ce n'est pas considérer que c’est ce qu'il te plaît au niveau de la personne, c’est ce qui te plaît au niveau de l'âme ou de l'Esprit, bien sûr.

… ou, comme l’a dit l'Impersonnel, ce qui plaît à la Lumière, si j'ai bien compris.

Ce qui plaît à quoi ?

… à la Lumière.

Mais ce qui plaît à la Lumière… tu es Lumière. Si y a résistance, si y a conflit intérieur, si y a le fait de regimber, ou de s'interroger, qui est-ce qui s'interroge et qui est-ce qui regimbe ? Qui est-ce qui n'est pas d'accord si ce n'est la personne ? L'Amour est toujours d'accord. Donc dans « Aime et fais ce qu'il te plaît », y a toujours cette notion de point de vue, c’est-à-dire où te situes-tu toi-même? Que ce soit des problèmes affectifs, des problèmes d'argent, de n'importe quoi, c'est toujours la même chose. La Vie, à travers son Intelligence, la Lumière comme tu dis, va te mettre face à tes propres dissonances, si je peux dire, à tes propres incongruités. Et ça, c'est destiné non pas à être résolu mais à te faire réfléchir, dans le sens même mental, de là où tu es, de là où tu te situes. Parce que la spiritualité qui est vécue avec des tracas de cette nature-là, est une… comment dire, spiritualité conditionnelle. Et tant qu'il y a spiritualité conditionnelle, causale, où tu cherches à faire plaquer la joie que tu vis dans la Lumière, si tu la vis dans ta vie de tous les jours, ça prouve simplement que tu fais encore ce que je nommais le yoyotage de la touffe. Yoyoter de la touffe, ça veut dire tergiverser, se poser la question tout le temps, ne pas être d'accord, et donc résister.

… j'assume totalement ça, c'est pour ça que je pose la question.

La question, ça veut dire simplement, la réponse est là : as-tu suffisamment d'Amour pour cette situation ?

… si l'Amour dont on parle est l’Amour inconditionnel, ou conditionnel, là je m’y perds.

Mais l'Amour inconditionnel ne se pose pas ce genre de question, il « est », de lui-même. Le cœur rayonne, la joie est omniprésente, quels que soient les problèmes et les soucis. Nous vous avons jamais dit que si vous constituiez votre corps d'Êtreté, vous seriez débarrassés de votre constipation ou de votre mal de dos, n'est-ce pas ? Ça c'est une vision que je qualifierais de manichéenne, c’est-à-dire que vous exigez, consciemment ou inconsciemment, une perfection de la vie matérielle puisque la Lumière est là. Non, ce qui est parfait, c'est la liberté intérieure, l'état d'être, l'état de la conscience, mais pas les tracas de la vie quotidienne. Ceux-là peuvent être même, comment dire… devenir plus saillants, plus visibles, du fait même de la présence de la Lumière.

C'est toi qui dois te positionner, soit dans le fait de pas être d'accord ou d'être d'accord. Confie ça à la Lumière que tu es, et laisse les choses se dérouler. Mais tel que tu le présentes, ça veut dire qu’effectivement tu n'as pas encore assimilé, si je peux dire, le fait que même si le corps d'Êtreté se reconstitue ici même, même s'il est entièrement achevé, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le Soi est réalisé. Mais si tu redescends à l'intérieur de la personne – ce qui est nécessaire ; tu ne conduis pas ta voiture avec le Soi, tu conduis la voiture avec tes mains et ton mental, et tes sens – mais tu dois t'apercevoir que si tu es Lumière, et tu es devenue réellement Lumière, si tu es dans l'Amour inconditionnel, alors à ce moment-là, quoi qu'il se produise, ton sourire ne te quitte pas et tu n'es pas perturbée. Quelle que soit la relation qui est en jeu, quelle que soit la somme qui est en jeu et quelle que soit la souffrance qui est en jeu. Sinon, ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que tu es soumise à ta personne et que tu t’exprimes depuis ta personne.

Question : je comprends bien votre réponse mais c'est facile de profiter toujours de ce « Fais ce qu'il te plaît », alors que c'est encore la personne qui fait ce qu'il lui plaît. Ça s'est produit souvent, ici, où certains sont irrespectueux et où c'est la personne qui est gênée qui se retrouve en porte-à-faux.

Mais c'est les mêmes problèmes que j'avais expliqués voilà maintenant presque deux ans concernant le Soi et les tournicoti-tournicota. Simplement, la Lumière éclaire toute votre vie. D'ailleurs le fait que tu poses la question et que tu aies pris conscience, comme tu dis, de cela, c'est à toi de voir à quoi tu es attachée ? Es-tu attachée à ton Éternité ou à ta petite personne ? Mais toute la vie va être un défi comme ça. Tous les jours qui vous restent à passer, ici sur cette terre, ne vont être que ça. Certains perdent des dents, d'autres perdent la vie, d'autres perdent un proche. Comment êtes-vous quand ça vous arrive ? Arrivez-vous à être dans la béatitude quoi qu'il vous arrive ?

Question : c'est très difficile dans mon cas….

Mais c'est très difficile… c'est même impossible pour la personne.

… d’être dans la béatitude, surtout lorsqu’on me sert des phrases données par les intervenants pour expliquer la situation. Je l'assume, c'est très difficile. Comment savoir à quel moment, par rapport à ce « Aime et fais ce qu'il te plaît", c’est la Lumière ou la personne qui agit ?

Mais si tu es dans la personne, tu vas être en colère, tu vas avoir des émotions. Et d'ailleurs quand tu aimes, c’est-à-dire quand tu es Amour, quand tu as réalisé le Soi et plus que le Soi – c’est-à-dire ce que nous avons appelé, pendant des années, l'Infinie Présence, la porte de l'Ultime, tout ce que vous voulez, le Brahman si vous voulez, en terminologie orientale –, mais c'est ta vie qui te montre elle-même là où tu es. C'est pas nous qui avons à te dire : tu es là ou là. Et ça, tu le vois dans les choses les plus insignifiantes de la vie. Si tu es dérangée par le ronflement ou le bruit de ton voisin, ça veut dire quoi ? C'est pas l'Amour qui réagit là, c'est la personne, bien sûr. Donc, bien sûr que ça crée une difficulté. « Aime et fais ce qu'il te plaît » ne correspond pas à la personne. Et si la personne est choquée, dérangée, émotionnée, perturbée, c'est que la personne est encore présente.

Donc, tout ce que la vie te propose est une invitation à ce Face-à-Face, comme ça a été dit, je crois, il y a quelques mois. Ce Face-à-Face, il est avec soi-même. C'est là où tu peux apprécier la distance ou la coïncidence qui existe entre un état réel de celui qui vit l'Amour et de celui qui a transposé cet Amour au sein de la personne. C'est la même chose que l'appropriation de la Lumière. Dans les chemins spirituels, tant que vous considérez qu'il y a un chemin, qu'est-ce que vous cherchez à améliorer ? Votre vie, votre personne. Vous cherchez, à travers le karma, à travers la psychologie, à travers votre corps, à être bien, et vous voyez bien que ça ne marche jamais de façon durable.

C'est toute la différence entre celui qui est libéré et celui qui n'est pas libéré. Mais il ne faut pas prendre le prétexte spirituel pour espérer mener une vie à l'eau de rose, si je peux dire. Parce que c'est pas à travers une vie à l'eau de rose que tu vas trouver ce que tu es, au contraire ; c'est la meilleure des façons de s'endormir. La structure humaine est ainsi faite qu'elle a besoin de se préserver, elle a besoin de satisfaire des besoins fondamentaux, ne serait-ce que manger, ne serait-ce que dormir, ne serait-ce que d'avoir des relations, des vêtements, des relations sociales quelles qu'elles soient, épanouissantes. Mais toute la vie de n'importe quel frère et sœur humain, qu’il soit relié ou pas relié, c'est toujours la même chose : vous faites caca tous les jours, vous dormez tous les jours et vous mourrez à la fin de votre vie. Et vous cherchez à faire en sorte que votre vie soit la plus harmonieuse. Mais ça, ça s'appelle du développement personnel, ça n'a rien à voir avec l'Éternité.

Le développement personnel s'inscrit typiquement dans ce que j'appellerais l'illusion luciférienne. Croire que tu vas améliorer, te nourrir de Lumière, vivre des états même mystiques, des rencontres dans la nature, avec les peuples de la nature, mais si ça reste au niveau de ta personne, ça ne change pas un iota de ce que tu es dans ta conscience, tu ne peux pas trouver… et ça je dis ça à toi, mais je dis ça à tout le monde. Celui qui vit le Soi, soit il se réfugie dans le Soi, et il trouve la nourriture pour faire face à tout ce que la vie lui impose : les règles sociales, les règles du corps, les règles de la causalité au sein de ce monde. Et vous y êtes soumis. Alors bien sûr, de trouver l'Instant Présent, de vivre le Soi, ça aide à dépasser les problèmes, mais les problèmes, ils sont omniprésents dès que l'on est en ce corps, quelle que soit la vie, une vie à l'eau de rose comme une vie la plus difficile. Mais ni l'une ni l'autre ne doit servir de prétexte.

Tout ce que vous montre la Lumière, l'installation de la Lumière dans votre corps d'Êtreté, dans vos structures, dans vos relations, dans votre vie matérielle, c'est dans ces moments-là que vous devez voir. À quoi ça servirait de vivre le Soi, par exemple, et d'être dans une Lumière incroyable à certains moments, et après de redescendre au niveau de la personne et de se conduire de façon douloureuse pour soi ou pour l'autre ? « Aime et fais ce qu'il te plaît », c'est ça. Si tu aimes d'abord, tout ce qui se produira sera « ce qu'il te plaît », parce ça ne peut pas être opposé à l'Amour. C'est impossible, que ça soit une maladie, que ce soit une souffrance, sans ça, c'est une illusion luciférienne, qui correspond à tout ce que j'ai développé y a maintenant presque deux ans concernant les tournicoti-tournicota, c’est-à-dire ceux qui vivent le Soi et qui se servent eux-mêmes.

L'Amour n'est pas se servir, l’Amour, c'est donner. Et tant que vous ne vous êtes pas donnés (je ne parle pas de votre portefeuille), mais tant que vous ne vous êtes pas donnés au niveau de qui vous êtes dans le cœur, toute ta vie va être, même si elle est à l'eau de rose, elle sera contrastée, elle sera contrariante, parce que c'était impossible d'établir un équilibre au sein de la personne. C'est possible pendant un certain temps, vous avez des gens qui se prémunissent de tout, du manque d'argent, du manque de lieu de vie, qui ont une vie réglée parfaitement. Mais j'aimerais pas être à la place, de ces gens-là, ils sont dans une forteresse et une tour d'ivoire. Et la spiritualité, dans ces cas-là, va devenir un amusement, un prétexte, ou le moyen de se recharger en Lumière. Mais devenir Lumière, aimer, nécessite le sacrifice total de ta personne.

Mais rappelle-toi, ça ne sert à rien de donner tous tes biens, ça ne sert à rien de parler toutes les langues, ça ne sert à rien de contacter les êtres de la nature, si quelqu'un maintient fermement l'attachement à sa personne, à sa vie, et à son histoire. Y a que quand tu as tout donné… Mais ce don-là, c'est un don de soi-même, c'est pas donner sa chemise, c'est pas donner son argent, c'est tout donner. C'est un sacrifice qui débouche sur l'humilité, mais qui peut passer par certaines formes d'humiliation de la personne, bien sûr.

Donc, « Aime et fais ce qu'il te plaît », ce n'est pas faire les choses qui sont opposées à la Lumière, c’est bien : aime d'abord. Mais ça ne doit pas être un amour sélectif, un amour conditionné par un certain confort ou par certains avantages. Le véritable Amour, c'est celui qui ne se préoccupe d'aucun avantage pour lui, il est prêt à mourir dans l'instant pour l'autre. Il a été dit aussi de ne pas jeter de perles aux pourceaux. Bien sûr sur les informations spirituelles, sur les mécanismes vibratoires, par exemple. Mais dans la vie de la personne, est-ce que vous avez disparu, ou pas ? C'est ça que vous donne à voir la Lumière.

Mais y a pas de culpabilité à avoir. Mais aujourd'hui, vous ne pouvez plus vous appuyer sur la Lumière pour nourrir votre petite personne et votre petite vie. C'est ce que j'ai répété et ce à quoi je vous ai préparés pendant des années. J'ai dit que vous pouviez avoir le c-- entre deux chaises. Après, que vous pouviez mettre les poussières sous le tapis, qu'y avait plus de tapis, qu'y avait plus de siège, et qu’y avait plus de fesses non plus. C’est-à-dire, vous le voyez très bien dans votre vie, ça sert à rien de vous mentir, les uns et les autres. Acceptez là où vous êtes. Mais là où vous êtes, même si vous ne comprenez pas pourquoi, c'est toujours l'Intelligence de la Lumière, toujours.

Donc, même une contrariété la plus terrible concernant ta santé, une douleur, une maladie très grave, un conflit avec qui que ce soit, vous allez réagir différemment selon qui vous êtes. Si vous êtes une personne qui vit des processus spirituels, vous n'êtes pas encore un être spirituel, c’est-à-dire qui est, non pas dans le rejet de la vie, ou de son propre corps, ou de ses propres relations, mais qui est suffisamment détaché, qui s'est suffisamment sacrifié pour tout encaisser, et sans se poser de questions. Bien sûr, il peut y avoir le mental qui intervient pour résoudre un problème, mais sur ce genre de problématique, bien sûr que là, c'est une invitation de la Lumière à voir qui tu es et où tu es, rien de plus et rien de moins. À quoi tiens-tu ? À ton éphémère ou à ton éternité ?

C'était pareil quand je parlais des deux chaises : vous aviez le c-- entre deux chaises, vous étiez assis sur une chaise, vous passiez à l'autre chaise. J'ai déjà dit, parmi les dernières interventions, que tout ça, c'était fini. Maintenant, le retour de manivelle, si je peux dire, le boomerang de la Lumière est extrêmement rapide. Soit, à travers les situations qui vont en s'aggravant, soit à l'intérieur même de votre conscience où y a effectivement un problème de conscience qui se pose. Et quand ce problème de conscience se pose, quand vous vous interrogez, sur cette question ou sur les autres, bien sûr, concernant un fait matériel de ta vie personnelle, c'est que tu n'as pas vécu ce qui est à vivre. C'est aussi simple que ça.

Parce que si tu vis réellement la Lumière, ta personne, elle disparaît, surtout dans les moments où y a besoin de la personne. Tu vas te servir de ta personne pour agir, pour faire quelque chose, et après tu n'en parles plus. Ça ne t’effleure plus, ça va pas tourner en boucle dans ta tête ni revenir sans arrêt. Si ça revient de plus en plus fortement, dans ta conscience comme dans la situation, c'est que tu as installé la Lumière dans la personne, mais que la personne n'est pas disparue dans la Lumière, elle. Donc y a une superposition de l'Éternité et de l'éphémère, des structures habituelles corps physique et corps subtils, mais aussi au niveau de l’Êtreté. Celui qui est dirigé par l’Êtreté, bien sûr qu'il y a une personne, bien sûr qu'elle a une personnalité, bien sûr qu'elle a des problèmes.

Je vais pas revenir sur ma vie. Je l'ai déjà dit, j'ai quand même fait de la prison. Alors croyez-vous que j'ai eu des remords, des regrets, ou une envie de vengeance après ces accusations morbides qui ont été portées contre moi ? Non, je suis resté le même, en prison, et rien n'a changé pour moi. J'ai souffert d'être enfermé, bien sûr, mais y a pas eu de répercussions sur l'Amour. Dès qu'il y a répercussion sur votre humeur, sur une colère, sur un ressentiment, c'est que vous rechutez, si je peux dire, dans la personne. Mais c'est pas une faute, c'est pas une culpabilité, c'est pas une erreur ; c'est justement ça qu'il faut voir. Et quand vous en aurez marre de le voir, alors peut-être que pour ces frères et sœurs-là, vous accepterez de vous sacrifier.

Mais le sacrifice, encore une fois, n'est pas de donner son argent ou de donner son affection à tous les frères et sœurs. Aimer n'est pas affectif, aimer n'est pas un sentiment. C'est ça qu'il faut saisir. Je sais pas si je m'exprime parfaitement, par rapport à cela…

Mais dans n'importe quelle phrase, quand vous dites : « J'aime », tout le monde emploie ce mot. Alors bien sûr, on a parlé d'Amour inconditionné, d'Amour sans conditions, d'Amour universel. Bença Deunov, mon maître, a beaucoup parlé sur l'Amour universel. On essaie de trouver des mots, mais c'est un mécanisme intérieur, c'est pas une décision d'aimer ou de pas aimer telle situation ou telle personne. C'est une Évidence qui se fait jour à l'intérieur de soi, que cela soit, si vous sentez les vibrations, par le Feu du Cœur ou la Couronne radiante du Cœur, ou encore par le Cœur Ascensionnel. Mais si une situation, quelle qu'elle soit, même et surtout tu si n'y es pour rien, va se présenter à toi, et je reprends mon exemple : j'ai fini en prison. Est-ce que j'ai eu du ressentiment ? Non, au contraire, j'ai beaucoup prié pour ces sœurs qui m'avaient accusé, comme le faisait la petite Thérèse.

Si tu veux être Lumière, il faut accepter de n'être rien, c’est-à-dire qu'il n'y a rien à mettre en avant au niveau de l'histoire de la personne. Ni une connaissance spirituelle ni un avantage quel qu'il soit. Parce que tu peux avoir – et ça a été dit, j’en ai pris quelques exemples aussi dans l'épître de saint Paul, c'est la même chose –, tu peux avoir la connaissance de tous les Mystères, tu peux parler avec un ange toute la journée, ça ne va pas te prouver que tu es Lumière. Ça va simplement te prouver que tu as besoin d'être Lumière. Encore une fois, il ne faut pas être dupe de sa propre personne. Votre personne ne peut pas vous conduire à autre chose qu'à la vibration, éventuellement, c’est-à-dire au Soi, mais pas à la Liberté.

Alors bien sûr que dans ce monde où vous êtes encore, y a des circonstances qui nécessitent des efforts, qui nécessitent une lutte, sans même parler de réactions, sans même parler de confrontation personnelle. Mais quand vous vous occupez de votre personne, vous êtes obligés d'être une personne, bien sûr, mais juste après vous revenez dans l’Êtreté. C'est ça la superposition de l'éphémère et de l'Éternité. Et ensuite, cet éphémère s'efface de plus en plus et laisse place, comme nous l'avons dit, non pas à l'action de Grâce, mais à l'état de Grâce, ou encore comme vous l'a dit l'Impersonnel, y a pas longtemps, la béatitude, la Vérité, l'Évidence et surtout l'Autonomie et la Liberté.

Donc, la Lumière t'invite à travers cela, elle t'invitera toujours, jusqu'à la dernière minute, elle te testera, non pas pour te condamner mais pour apprécier ce qu'il reste comme distance apparente entre la Vérité et toi. Parce que quand tu deviens la Vérité, bien évidemment que ta personne est encore là et qu'il faut qu'elle vive, qu'il faut qu'elle ait des relations. Mais la façon de les vivre, que ce soit les problèmes ou les joies, n'est plus du tout la même. Et ça peut pas être obtenu à travers un effort ou à travers une décision. Bien sûr que tu as la possibilité, si tu vis la Couronne du cœur, de te ressourcer en ton propre être intérieur pour te gorger de ta propre Lumière. Mais après, l'action, la relation, la situation qui se produit, doit se dérouler sans effort.

Tu poses la première intention, tu poses les décisions, et après, bien sûr qu'y a des obstacles qui se présentent, mais quel que soit l’obstacle, tu continues à aller là où tu veux aller – mais sans effort. L'obstacle te pose question, la difficulté ou la maladie peut te poser question, mais c'est toi qui vois après si tu es attachée à ça ou pas. Si tu es dans « Aime et fais ce qu'il te plaît », tu ne te poses plus la question de savoir s'il y a des torts, si toi tu as tort ou si la situation est tordue, ou si c'est l'autre qui a tort. Au contraire, profite de ces moments, comme je l'ai dit – et c'est ce que j'ai fait quand j'étais en prison –, pour prier encore plus. C'était inespéré. Privé de liberté, y a pas de meilleure façon de trouver la Liberté.

Alors, quel que soit le défi, surtout maintenant, surtout dans cette période (déjà depuis un peu plus d'une année), ce qui se présente à vous, que ce soit une maladie, que ce soit une joie extrême, que ce soit une torture la plus atroce dans votre tête, dans votre corps, dans une relation, est-ce que vous êtes suffisamment sages pour vous tourner vers votre cœur, ou pour vous débattre dans une situation? Alors bien sûr y a des obligations, hein. C’est sûr que si tu dis ça à ton inspecteur des impôts que tu es dans la Lumière et que tu veux pas payer tes impôts, ça risque de pas bien se passer, n'est-ce pas ? Mais si ça se produit, il faut aller au-delà de la situation, ou de la confrontation en elle-même. Non pas pour élucider les mécanismes de pourquoi ça s'est produit, c’est-à-dire dépasser là aussi la notion de causalité, c’est-à-dire aller au-delà. Aller au-delà, ce n'est pas maintenir dans la tête quelque part : « La Lumière va résoudre ça ». Non, parce que peut-être que la Lumière a prévu autre chose et que ton éternité aussi.

Le Christ a bien perdu son corps, il a été crucifié. À quoi mesurez-vous la réalité de votre foi, la réalité de votre conscience ? Au fait de vivre des vibrations ? Oui, les vibrations, c'est la conscience, on l'a répété pendant des années. Le corps d'Êtreté, les Portes, les Étoiles, toutes les structures vibrales que vous connaissez ou que vous vivez. Mais si tu vis cela, tu as la certitude d'être libérée in fine, à la fin. Mais il y a toute cette période à passer, je parle même pas de l'Appel de Marie et des quelque 132 jours après, je parle de maintenant.

Profitez des opportunités, que ce soit une maladie de votre corps, que ce soit une souffrance, quelle qu'elle soit. Considérez toujours que ce n'est pas pour vous bloquer ou pour vous empêcher de quelque chose mais au contraire pour vous débloquer, pour vous sortir de votre personne. Non pas pour fuir quoi que ce soit, non pas pour se mettre la main devant les yeux et ne pas voir, mais ce que vous devez voir, avant la situation, avant l'autre, c'est vous-mêmes. La Lumière vous renvoie à vous-mêmes, dans les gestes et les actes les plus insignifiants de votre vie. Parce que si vous vivez des rencontres ou des états particuliers, vous accédez de manière tout à fait réelle à la Lumière. Si cette Lumière ne s'incarne pas, si cette Lumière ne transmute pas le corps, si votre chrysalide ne s'est pas constituée, à quoi ça sert ? À rien.

C'est à travers votre vie, à travers votre corps, à travers vos proches, à travers vos sœurs et frères, même les plus éloignés, que vous pouvez non pas vous juger mais vous jauger, c’est-à-dire voir, sans complaisance et sans faux-semblants, là où vous êtes. Parce que si vous acceptez ce que vous êtes, vous ne vous mentez plus à vous-mêmes. Parce qu'on se ment souvent à soi-même pour donner une apparence, pour donner une image. Ça veut dire que vous êtes encore sensibles à l'image. C'est ce mécanisme-là qu'il faut voir. Et si vous êtes Lumière, donc si vous êtes en Amour, effectivement vous allez avoir l'opportunité de faire ce qu'il vous plaît, mais pas pour nourrir la personne mais pour donner cet Amour.

Vous voyez, l'ego prend, l'Amour donne – et il donne tout. Parce qu'il ne peut pas en être autrement. Quelles que soient les épreuves, quel que soit l'état du corps, quel que soit l'enfermement. Quand j'ai été enfermé, ça n'a pas changé un iota de ce que j'étais. Et heureusement, parce que si j'avais éprouvé du ressentiment, un esprit de vengeance, ou le mental qui me susurrait que c'était pas juste et que c'était injuste, que j'avais pas à vivre ça, c'est une erreur phénoménale. Il n'y a que la personne qui croit que la Lumière va satisfaire sa petite personne. C'est tout sauf vrai. Bien sûr que la personne cherche le bonheur. Alors y en a qui le cherchent à travers la matérialité, d'autres qui le cherchent à travers la spiritualité, mais ni l'une ni l'autre n'est efficace. Y a pas de porte de sortie là-dedans. Et quand vous verrez ça suffisamment, à ce moment-là vous accepterez le sacrifice, pas avant.

Mais le sacrifice, il va venir nécessairement, au moment de l'Appel de Marie, déjà quand les Trompettes retentiront de façon plus constante, avant d'être permanentes même. Là, vous serez face, non pas à un choix mais vous serez face à vous-mêmes, face à ce que vous êtes. Qu'est-ce que vous avez créé au travers de la co-création consciente, le Féminin Sacré, le Masculin Sacré ? À quoi avez-vous œuvré, quel que soit votre âge durant cette dizaine, voire cette trentaine d'années pour les plus âgés parmi vous ? Qu'est-ce que vous avez bâti ? Qu'est-ce que vous avez construit ? Rappelez-vous : celui à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé. Par contre, ceux qui ne savaient pas, comme disait le Christ : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font ». Mais celui qui le sait, celui qui sait les lois de la Lumière, qui les vit par moments, ne peut pas aller à l'encontre de cela. C'est impossible.

Et c'est ça que la Lumière, dans ce Face-à-Face, dans la période préalable, y a deux ans, dans cette assignation vibrale (avec la possibilité d'appel), c'était de vous réajuster. Mais vous vous réajustez à quoi ? À votre personne, à votre image ? Ou à la vérité de votre être ? C'est profondément différent. Les résultats sont profondément différents, déjà dans ta conscience. Je parle même pas de la situation ou de l'aspect sociétal que tu as dans la relation avec le monde.

La Lumière est inébranlable. Celui qui aime n'est pas plus fort, mais c'est un roc. C'est un roc non pas dans son corps, c'est un roc non pas dans ses relations, mais c'est un roc dans ce qu'il est. Quoi qu'il se produise, il ne perd jamais le fil. Quoi qu'il arrive, la reliance, si je peux dire, l'Éternité, demeure présente, ce qui n'est pas le cas quand vous oscillez. Alors bien sûr, encore une fois, y a pas de culpabilité à avoir, y a pas à se juger, encore moins à se condamner, c'est à voir et à reconnaître. Vous ne pouvez plus vous mentir à vous-mêmes. Vous pouvez peut-être encore mentir à certains frères et sœurs qui ne vibrent pas au niveau du cœur, mais vous ne pouvez plus vous mentir. C'est ça qui doit être vu, surtout maintenant.

Donc, on peut faire tout dire à l'Amour, on peut faire tout dire à la phrase : « Aime et fais ce qu'il te plaît », on peut faire tout dire au mot Liberté, mais c'est avant tout des mécanismes intérieurs. Tu peux être l'être le plus libéré, le plus grand des sages même, on va dire, et tu affronteras quand-même la mort, tu affronteras la perte des tiens, tu affronteras la calomnie, tu affronteras le déni des autres. Tout ça, si tu es pas réalisé et libéré, comment veux-tu l'affronter? Tu retomberas nécessairement dans la personne, avec ses contradictions, avec ses tournicoti-tournicota, avec ses émotions, avec la difficulté vécue et sentie. Celui qui est libéré peut avoir des difficultés, mais quelle que soit l'intensité ou le secteur qui touche cette contrariété, il demeure identique à lui-même.

L'Éternité est immuable. La vie en ce monde et la vie de la conscience enfermée, et même dans le Soi, n'est pas immuable. Elle est changeante, elle oscille. Vous voyez bien l'humeur, elle monte, elle descend. Mais tant que vous êtes dépendants au bonheur extérieur, comment voulez-vous trouver le bonheur intérieur, c’est-à-dire la Joie? Alors bien sûr, nous passons tous notre vie à projeter cette Joie – sur l'être qu'on aime, sur l'enseignement spirituel que j'ai eu beaucoup de plaisir à mener de mon vivant – mais c'est aussi un enfermement. Parce que vous savez très bien que certains frères et certaines sœurs sont dépendants, ils sont pas autonomes. Ils cherchent à être rassurés. Alors s'ils sont matérialistes, ils vont être rassurés par un paquet d'argent. Si ils sont spirituels, ils vont être rassurés par la présence d'un maître, la présence d'un channel, la présence d'un gourou, la présence d'un directeur de conscience, peu importe, mais ils ne sont pas libres. Or, le but de la Lumière, c'est pas de vous enseigner, c'est de vous faire prendre conscience que vous êtes cela.

Alors c'est très difficile, encore une fois, à dire avec des mots. Mais quand vous l'avez vécu, quand vous le vivez, vous en êtes plus que certains, c'est indélébile. Et l'effet énergétique, l'effet Vibral et l'effet sur la conscience est permanent.

Le « Aime et fais ce qu'il te plaît » concerne aussi tes mécanismes intimes de pensée, de vie, des choses qui te font plaisir. Mais dès qu'il y a un autre frère et sœur, qu'il soit de la famille ou qu'il soit un inconnu ne change rien, il y a ce qu'il aime lui, qui est peut-être pas ce que tu aimes toi. Donc, y a conflit, donc y a opposition. Mais si toi t'es capable de te trouver toi-même, quelle que soit la situation ou quelle que soit la personne, tu ne peux pas être affectée. Tu peux être contrariée, tu peux avoir une colère, mais c'est pas quelque chose qui va être récurrent, ni réellement t'affecter, c'est quelque chose qui ne fait que passer. Crois-tu que le Christ, quand il a chassé les marchands du temple, ait été affecté dans ce qu'il était ? Absolument pas. D'ailleurs, ça a été appelé « une sainte colère », je crois, après, par les exégètes.

La Lumière aujourd'hui, vous demande une disponibilité totale. C'est plus les appels de la Lumière qui tombaient à l'emporte-pièce comme ça à certaines heures, le plus souvent en fin d'après-midi, où il fallait que vous alliez vous coucher, où vous pouviez plus mener vos activités. Ça, c'étaient les appels, et puis après, les injonctions de la Lumière. Aujourd'hui, c'est plus ça, même si ça se produit encore. Y a plus d'horaires, y a plus de situations, c'est un mécanisme intime qui se produit à l'intérieur de toi. Et c'est ça qui te nourrit, même si tu perds le fil de ton histoire, même si tu perds la tête, même si tu oublies tout. C'est une forme de déprogrammation, de transsubstantiation comme je l'ai dit il y a de nombreuses années, c’est-à-dire que vous ne pourrez plus être à la fois la chenille et à la fois le papillon.

C'est à ça qu'ont servi les Noces Célestes, c'est à ça qu'a servi la descente, très progressive, de la Lumière depuis le milieu des années 80 – c'est pas à faire un paradis sur terre. Rappelez-vous, je l'ai dit et redit : vous êtes sur ce monde, mais vous n'êtes pas de ce monde. Vous êtes Esprits – certes, parfois encombrés encore par une personne et un corps, auxquels il y a des obligations à répondre et à faire. Mais qui commande ? Qui dirige ? Qui aime ? C'est ça la question qu'il faut se poser. Et encore une fois, il n'est pas question de chercher une responsabilité, un coupable, il est question de se voir. Et ça, nous vous l'avons seriné toute l'année.

Alors nous passons à la prochaine question.

Question : je dois me faire opérer d'une hanche le mois prochain. Que comprendre des nombreux blocages qui sont apparus du côté de l'anesthésiste ? Dois-je accepter un report de l'opération ou accepter les examens cardiaques exigés ?

Alors là, on se trouve dans le cas où y a une opération, quelque chose qui est obligatoire, d’après ce que je comprends. Bien sûr, dans le cheminement vers cet événement qui doit survenir, tu as pu constater que des fois tout va très bien et tout est très simple, pour une opération ou pour autre chose, et d'autres fois vous avez des obstacles. Alors bien sûr le mental va s'en mêler. Et d'ailleurs, ça arrive à tout le monde, ça, mais libérés ou pas libérés. Là, c'est différent, c'est s’adapter à une situation.

Je vous avais parlé y a deux ans, y a un an, de la réponse du cœur. Mais là, on n'est pas dans une réponse oui-non, on est dans des improbables, ou des imprévus plutôt, qui arrivent pour te mener à cette opération. Je te rappelle que tu ne sais pas t'opérer toi-même, bien sûr, donc tu es obligée de remettre ta confiance en un professionnel, ou des professionnels qui savent faire ce genre de choses, donc cette opération.

Bien sûr il y a des contraintes, qui ne concernent pas ta conscience mais qui concernent ton propre corps. Alors, que faire ? Est-ce qu'il faut y voir un signe que tu ne dois pas être opérée ? Est-ce qu'il faut y voir un blocage par rapport à une date, parce que l'Intelligence de la Lumière te dirait que c’est pas la bonne période pour l'opération ? Ou alors tu te tournes vers toi-même et tu acceptes ce que les professionnels demandent, même si c'est pour se prémunir, eux, ou pour obéir à des protocoles précis et spécifiques qui sont en général, je crois, de plus en plus standardisés dans les hôpitaux. Donc quand tu confies ton corps, tu dois le confier jusqu'au bout.

Maintenant, c'était peut-être avant qu'il fallait faire la réponse du cœur par rapport au milieu hospitalier, au chirurgien et autre, mais les contrariétés ou les contretemps ne veulent pas dire une chose ou l'autre. Ça ne veut dire ni une chose ni l'autre. Ça ne veut pas dire qu'il faut reporter ou annuler l'opération, ça veut pas dire qu'il faut se battre jusqu'au bout en restant sur ses idées. Ça veut dire qu'il faut aller jusqu'au bout de l'intention première. Quelle était l'intention première ? C'était d'être opérée, pour réparer je ne sais quoi. Donc, en fonction de ça, tu as choisi le chirurgien, tu as choisi le lieu, et tu as rencontré des personnes, dans quelque secteur que ce soit, mais qui sont liées à la logique d'une opération donnée. Donc, que faire ? Y a pas à savoir si c’est bien ou mal, si c'est bon ou si c'est pas bon. Il y a, rappelez-vous, ça avait été développé par Hildegarde de Bingen concernant l'intention, ou la tension vers l'Abandon je crois, elle avait appelé ça y a très longtemps.

Se tendre vers un objectif, là en l'occurrence un objectif chirurgical, peut-être indispensable, peut-être vital, doit être mené. Il faut se battre. Ce n'est pas comme tout à l'heure. Si tu as suffisamment de force pour regarder en toi, tu constates qu'y a des oppositions, des barrages, des contraintes. Ça sert à rien de dire : « C'est peut-être que j'ai des peurs inconscientes », ou « C'est peut-être les professionnels qui ne sont pas si professionnels que ça », ça changera rien. Donc soit tu vas jusqu'au bout et tu regardes dans ces obstructions, dans ces désagréments, si la fluidité va s'établir d'elle-même, sans forcer, sans décider, sans chercher de culpabilité ici ou là, simplement en allant jusqu'au bout de ton intention première qui était donc de te faire opérer – à tel endroit, avec telle personne et avec telle chaîne logique de protocoles logiques. Maintenant, y a un grain de sable qui se dresse, ou une montagne (ça dépend aussi de ton point de vue), qui se dresse sur ta route pour arriver à cette opération. Alors là, il faut se battre, mais pas avec la personne.

Là aussi, mets l'Amour devant, pose effectivement tout ce qui est nécessaire de poser au niveau des rencontres, des examens et tout, parce que tu ne sauras jamais si la personne qui fait obstacle elle a peut-être raison, y a peut-être quelque chose à découvrir et à traiter par la même occasion. Si tu ne vas pas jusque-là, si tu ne confies pas intégralement ton corps dans cette chaîne d'opérations, tu ne le sauras jamais. Donc c'est pas de maintenir, un peu comme Tête de caboche : « J’ai décidé que ça sera là, donc ça sera là », ni même de dire « Oh là là, ça veut dire que c'est pas bon et faut pas le faire à cette date ou il faut reporter », c'est accomplir ce qu’il t'est demandé d'accomplir, avec confiance, et de voir le résultat. Parce que la Lumière ne s'y prendrait peut-être pas comme ça pour empêcher quelque chose, n'est-ce pas ?

C'est justement peut-être la Lumière qui a suggéré à cet élément qui a bloqué, de se manifester, peut-être pour quelque chose qui est vital. Tu ne le sauras jamais si tu ne vas pas jusqu'au bout. Et encore une fois, c'est pas une question de responsabilité ou de culpabilité à avoir pour toi. Parce que dans toute situation… Imagine, par exemple t’as prévu d'aller en vacances et tu te casses la jambe la veille. C'est la Lumière, ou c'est pas la Lumière ? C'est toi qui as bloqué inconsciemment ou c'est la Lumière qui t'impose ça ? Tu ne peux jamais le savoir avant. Tu peux savoir, bien sûr, dans un choix préalable avec la réponse du cœur. Mais là ça t'oblige, si je peux dire, en quelque sorte à revoir ta position. Tu l'acceptes ou pas, tu vas jusqu'au bout ou pas, mais tu as toute la liberté.

Mais n'oublie pas qu'au départ, s'il y a opération programmée, c'est que tu as accepté l'intention d'être opérée, tu l'as programmée en toi. Et maintenant, il y a un obstacle X ou Y qui te dit « J'opère pas » ou « Il faut faire autre chose ». Qu'est-ce que tu fais ? Tu changes d'intention ? Tu dis : « Ce n'est pas la Lumière » ? Non, tu restes fermement en toi dans ta décision et tu confies ton corps aux professionnels. Au pire, que peut-il t'arriver ? Être libérée avant tout le monde, c'est tout – qui serait une grande grâce, pas du point de vue de la personne mais du point de vue de l'Éternité.

On peut enchaîner. Je précise que je resterai le temps nécessaire, avec des interruptions pour vous rafraîchir, bien sûr. L'Impersonnel a tout son temps ; moi, non. Et vous non plus.

Alors, autre question.

Question : en mettant les paumes de mains sur les oreilles, on entend les sons du corps amplifiés. Au-delà, il y a un bruit de fond permanent. Que signifie-t-il ? A-t-il des résonances ? Avec quoi ?

Quand nous avons tous été enfants, nous avons tous mis un coquillage sur notre oreille. Là il met la paume de main devant l'oreille, c'est normal qu'il entende des bruits. Est-ce que ça serait signifiant… C'est quelqu'un qui devait vivre à la montagne, il n'avait pas de coquillages. Mais vous savez très bien que quand vous mettez un récipient, j’ai dit un coquillage, une bouteille, ou même votre main devant l'oreille, vous allez entendre plein de choses.

Question : c'est un ostéopathe, peut-être pose-t-il sa main devant les oreilles de ses patients.

Mais c’est normal. Vous avez les sons, comme il a dit, du corps, mais vous avez un processus qui s'appelle l'écho, il me semble. Et en plus vous avez, pas pour tous les frères et sœurs de l'humanité, mais vous avez le Canal Marial, vous avez l'activation des Couronnes de la tête et surtout, ce qui est appelé les ampoules de la clairaudience. Et si un ostéopathe ou si vous-mêmes vous mettez votre main devant l'oreille comme ça, vous allez entendre quelque chose ; ça fait caisse de résonance, ça fait écho. Vous allez entendre des multitudes de sons. Mais ça, c'est indépendant même de ce qui se passe actuellement. Vous avez tous mis un coquillage à l'oreille, quand même, dans votre vie ? Non, apparemment c'est pas si courant que ça. Essayez avec n'importe quel récipient, même un bol devant l'oreille, vous verrez. Il y aura effectivement ce qu’on pourrait appeler une réverbération du son. Parfois cette réverbération concerne uniquement les mécanismes de son, d’air enfermé dans le coquillage ou le bol, et dans d'autres cas, c'est les sons du corps, et dans d'autres cas, ça va être aussi le son de l'âme.

Donc il est tout à fait normal de percevoir, je dirais, une multitude de sons qui ont diverses origines, d'ailleurs. Au-delà des bruits du corps, déglutition, battements du cœur, etc., le corps n'est jamais silencieux. Si vous aviez l'occasion, non pas de mettre un coquillage, des mains, mais de vous boucher les oreilles, pas dans le conduit mais avec des casques autour des oreilles, ou qui filtrent absolument tous les sons, vous allez voir ce que vous allez entendre. Votre corps émet des milliers de sons en permanence, mais simplement les sons extérieurs sont plus prenants que les sons intérieurs. Tous ceux qui ont fait, qui ont mis… comment vous appelez ça, les boules dans les oreilles, là ?

… les boules Quies ?

Oui, j’ai perdu le nom. Quand vous mettez ces boules dans les oreilles, vous savez que vous percevez votre respiration, vous entendez les borborygmes du ventre et tout et tout. Mais dans ces cas-là, il n'y a pas que ça. Avec les casques sourds qui coupent tous les sons de l'environnement, vous seriez étonnés de la symphonie que fait votre corps – même une articulation, sans craquer, fait du bruit –, mais ces bruits-là ne sont pas perçus parce qu'il y a un seuil de discrimination, et l'oreille est faite pour entendre l'extérieur.

Tu peux continuer, hein. Quand je me tais, c’est que soit je réfléchis, soit que c'est la question suivante. On va voir si tu te trompes ou pas.

Question : pouvez-vous parler à nouveau du passage de la gorge ?

Il y a eu plusieurs passages de la gorge. Il y a trois passages au niveau de la gorge, au minimum. Vous avez le premier passage, qui est lié à la libération du corps causal. Vous avez un deuxième passage qui est le passage d'une autre Porte Étroite et qui permet d'arriver à la Libération, c'est-à-dire accoucher de soi-même. Vous avez eu, durant de nombreuses années, des périodes de sensibilité de la gorge liée justement à ces passages. Il y a aussi le passage de la parole au Verbe qui se fait, je vous le rappelle, par l'intermédiaire du 11ème corps mais aussi par le passage de la gorge. Donc, les passages de gorge, y en a eu plusieurs, et vous savez d'ailleurs qu'au niveau de la vie de la personne, y a des expressions populaires qui ne trompent pas : dire : « J'ai les boules », dire : « On me prend à la gorge », c’est-à-dire qu'on vous bloque et qu'on empêche le passage.

Mais il y a aussi la possibilité de justement ne plus être bloqué. La gorge, c'est souvent ce qu'on appelle, au-delà du codage du corps causal, c'est aussi lié à l'expression, à la communication, à la créativité, à la parole, à l'échange et à la créativité artistique, aussi quand vous chantez, par exemple. Donc tout cela fait que la gorge est un lieu de passage, un lieu de passage extrêmement important. Et y a eu, comme je l'ai dit, plusieurs passages successifs, par les mêmes structures, correspondant à chaque fois à un objectif différent, si je peux dire.

J'ai fini.

Question : lors de la Transfiguration, Jésus s’est entretenu avec Moïse et Elie. Peut-on en déduire que les deux témoins dont parle Jean dans l’Apocalypse seraient Moïse et Elie ?

Sur le plan historique, oui, ils sont la réincarnation de Moïse et Elie, tout à fait. La description de Sri Aurobindo, enfin de saint Jean dans l’Apocalypse, là est totalement littérale. C’est pas du tout comme les Trompettes, les Cavaliers, les Hayot Ha Kodesh. En fait, il fallait trouver des noms pour des choses qui étaient inconnues à cette époque, vous voyez. Par contre, tous les processus des deux témoins qui vont s’opposer à l’Antéchrist à Jérusalem est tout à fait, elle, littérale et concrète. C’est un évènement historique. Mais encore une fois, ça c’est inscrit dans l’histoire, ça fait partie du processus ascensionnel collectif. Mais ne vous attendez pas à voir cela avant les « trois jours », bien sûr, ça sera après, pendant les tribulations, pour ceux qui ont à vivre ces tribulations.

Question : depuis quatre mois, une sœur est alitée, incapable de marcher. Au début, son cœur physique s’est arrêté. Elle a eu la vision d’un autre cœur, situé au-dessus du nombril, qui a pris le relais. Depuis, elle note des transformations du corps physique, cheveux, disparition de cicatrices… Outre les transformations intérieures, elle est appelée Eli pour Elisabeth. Que pouvez-vous en dire ?

Il faudrait d’abord que je comprenne ce qu’on attend de moi comme réponse, par rapport à quoi. J’ai compris la description de cette sœur qui vit des processus très particuliers.

… peut-être y a-t-il un lien avec la question précédente, c’est la même personne qui pose la question.

Mais Elie et Moïse ne sont pas encore des personnages publics. En plus, si mes souvenirs sont bons, Enoch, Moïse, Elie étaient des hommes et pas des femmes, n’est-ce-pas ? Donc est-ce qu’il y aurait dans cette personnalité, le fait de se croire ou de se vivre comme Elie ? C’est ça que ça veut dire ? Et comment elle va aller à Jérusalem sans ses jambes ? C’était au contraire deux gaillards, je dirais, matures, dans la force de l’âge, et très solides. Donc sans jambes, ça me paraît délicat. Donc je ne vois pas trop, encore une fois, ce qui est demandé par cette sœur concernant cette autre sœur.

… cette personne n’est pas présente.

J’ai bien compris, mais si elle espère que je lui dise que c’est peut-être Elie, là non, pas du tout, c’est impossible.
Je peux rien dire de plus. On m’aurait demandé des explications éventuellement sur pourquoi la perte des jambes, pourquoi un deuxième cœur se met à un autre endroit, pourquoi les cicatrices qui guérissent, oui…

… c’est peut-être aussi la question…

Alors si c’est cela la question, ça veut dire quoi ? Comme je disais dans la toute première question, aujourd’hui, depuis un an, de plus en plus de manière évidente, quoi qu’il vous arrive c’est la Lumière – même si vous devenez paralysés, même si vous avez un cancer. C’est difficile à accepter, parce qu’on pense toujours que quand on a une maladie ou un cancer, y a une causalité, on a fait des erreurs, c’est le karma comme on dit, c’est la matérialisation de quelque chose qui est descendu des plans subtils. Oui, bien sûr, tout cela est vrai aussi. Mais voyez ce qu’il y a derrière tout ça : c’est l’action de la Lumière pour un objectif qui est propre à la personne. D’ailleurs, je crois, dans l’intitulé de la question, elle décrit parfaitement des modifications où y a, comme qui dirait, une amélioration du reste de la santé. Elle a parlé, je crois, des cheveux et de cicatrices sur le corps. Donc il y a eu réellement une transsubstantiation, visible dans la chair. Mais c’est tout ce qu’on peut en dire. C’est que cette situation était certainement la meilleure pour vivre l’intériorité et l’Éternité.

Ça illustre une fois de plus la différence entre l’illusion luciférienne, qui croit que la personne va devenir de plus en plus lumineuse, et celui qui a sacrifié sa personne pour la Lumière et l’Éternité. Y a que dans l’ego que nous croyons tous, à un moment donné ou à un autre, que parce qu’on se comporte bien, parce que on fait telle chose, que ça devrait aller dans le sens du bonheur. Je l’ai dit de mon vivant sans arrêt, oui, parce que jusqu’à un certain stade, si je peux dire, vous êtes obligés de constater l’effet de la Lumière sur votre personne, sur vos relations, sur votre humeur, sur votre santé. Y a des thérapies énergétiques et des thérapies vibrales. Ça, c’est une étape, c’est pas la finalité. La finalité, c’est de voir, comme saint Thomas, par soi-même, que la Lumière guérit et la Lumière agit. Mais, c’est pas parce que la Lumière agit, guérit et vous transforme, qu’elle va vous mettre dans une parfaite santé corporelle ou psychologique, ou sociale. C’est d’abord la Lumière et ensuite tout le reste, et non pas l’inverse.

Voilà ce que je peux dire sur cette question, mais ça illustre aussi tout à fait ma réponse un peu longue sur la toute première question.

Question : pouvez-vous développer sur les Piliers du sacrum couplés avec les Portes Précision et Profondeur dans l’alchimisation de l’Esprit dans la matière ?

De la même façon que vous avez des fils de Lumière, par exemple, qui unissent le chakra du cœur avec KI-RIS-TI, de la même façon que vous avez un circuit qui relie la Porte Étroite OD avec la Porte ER et le chakra de la gorge. Ça faisait partie du yoga de l’Unité que vous avait donné Un Ami voilà de nombreuses années. De la même façon, vous avez une connexion entre les deux Portes des plis de l’aine et les Portes qui sont situées de chaque côté du sacrum, au sommet et à la pointe. Donc, connaître la structure ne sert à rien, ce qu’il est important de savoir, c’est qu’aujourd’hui (et encore une fois depuis presque un an maintenant), c’était les ultimes Portes à se manifester.

Beaucoup d’entre vous ont senti les Portes Attraction/Vision. Y en a même qui croyaient être malades avec ces Portes. Après vous avez senti les Portes AL et Unité ; après, certains d’entre vous ont senti la Porte KI-RIS-TI, etc., etc. Récemment, ce sont les Portes Précision et Profondeur je crois elles s’appellent, au niveau des deux plis de l’aine, qui se sont activées. Maintenant elles ont rejoint, par un flux énergétique antéro-postérieur, les quatre Portes du sacrum, et ça recrée une structure particulière qui là, n’a pas une structure comme ça avait été expliqué pour la Couronne radiante du cœur et le Cœur Ascensionnel et le Cœur d’Êtreté, celui du corps d’Êtreté qui est cette figure géométrique parfaite à vingt-quatre triangles qui s’appelait de ce nom barbare, l’hexaèdre, le Tétrakihexaèdre. Vous avez une figure géométrique, à ce niveau-là, mais qui s’apparenterait plus à ce que vous nommez une fractale, déployée selon un nombre précis.

Voilà ce que je peux en dire, mais ça ne sert à rien de connaître cette structure. D’ailleurs, pour le cœur, certains d’entre vous l’ont vécu, l’ont vu, mais au niveau de cette sphère-là, l’action de la réunion des Portes antérieures et postérieures situées au niveau du petit bassin, devant et derrière, c’est uniquement de libérer les ultimes lignes de prédation, que vous ayez été libérés vivants ou pas au moment de la naissance de l’Onde de Vie.

Vous vous rappelez, l’Onde de Vie, elle a mis fin aux lignes de prédation collectives. Mais y a aussi les lignes de prédation personnelles, ce qui veut pas dire que vous n’êtes pas absolus, libérés vivants et autre, ça veut dire simplement que cet éphémère a encore des mémoires, et que ces mémoires, même si elles ne sont pas manifestées dans votre conscience ni dans la matière, doivent elles aussi être lavées. C’est plus les mémoires karmiques, parce que les mémoires karmiques, elles ont été lavées au moment de la descente de l’Esprit saint pendant les Noces Célestes, c’est-à-dire l’arrivée de la Lumière, du triple rayonnement et de l’Esprit saint, de l’Ultraviolet et de la Source, au niveau du 2ème chakra. Là, ça a été une libération karmique.

Là, ce que vous avez, avec ce travail des Portes antérieures et postérieures du petit bassin, c’est uniquement vous libérer, je dirais, des mémoires de cette vie qui ne sont pas karmiques mais qui sont liées, comment dire, aux habitudes, aux répétitions, aux choses que vous faites couramment. C’est celles-là qui disparaissent, et vous l’avez constaté d’ailleurs, certains d’entre vous perdent la tête, ne savent plus ce qu’ils étaient en train de faire deux secondes avant, n’est-ce-pas ? Tout ça c’est lié à ça, c’est cette ultime alchimie qui réalise, je dirais, le moment qui est pas tout à fait l’éveil de la Kundalini ou la montée de l’Onde de Vie mais c’est le moteur, si je peux dire, de l’impulsion qui va allumer votre Merkabah, un peu plus haut, au niveau de ce qui avait été nommé le Lemniscate sacré, qui va jusqu’au 13ème corps au-dessus de la tête. Voilà. Mais rentrer dans la structure de cela ne sert à rien.

C’est comme par exemple vous parler du Canal Marial. Nous vous avons donné des éléments, mais ceux d’entre vous qui le vivent savent très bien qu’il y a des connexions qui se font, par exemple entre l’Étoile ici à gauche, IM, l’Étoile ici en avant du front à gauche, et la Porte AL sur la poitrine, pour que le Canal Marial ne s’arrête pas à l’oreille mais fusionne avec la Couronne radiante du Cœur. Tout ça, c’est des mécaniques vibrales sur lesquelles nous avons très, très, très longuement insisté par les différentes yogas transmis par Un Ami, afin de vous faire focaliser votre conscience sur le travail qui était en cours. Pour vous, mais au niveau de la nouvelle matrice KI-RIS-TI de vie qui s’installait sur terre, en tant que semeurs de Lumière et libérateurs de la Terre.

Là, le travail est différent : c’est mettre fin aux derniers mécanismes automatiques, et ça correspond à toutes les fonctions vitales, quelle qu’elles soient. Parce que je vous rappelle qu’au moment de l’Appel de Marie, y a aucune fonction vitale qui demeurera. Vous serez tous ressuscités ou partis au troisième jour. La catalepsie qui va se produire entraîne un tel ralentissement du cœur qu’on pourrait appeler ça une mort clinique. C’est d’ailleurs les portes de la mort que vous passez. Certains d’entre vous ne reviennent pas dans ce corps, d’autres reviennent dans ce corps, d’autres sont évacués à différents endroits durant ou juste après les « trois jours », plutôt juste après ou juste à la fin, mais pas durant.

Or l’activation de ces dernières Portes vous permet de vous mettre en règle avec la catalepsie des « trois jours », pour ne pas avoir d’éléments de résistance qui vous feraient vivre la personne, par exemple les besoins de faire pipi. Je sais qu’y a eu des questions à cette époque : « Si on est en catalepsie, comment on va faire pipi et caca ? » Mais il n’est pas question ni de faire pipi, ni de faire caca, ni de manger. Vous ne serez plus votre corps, réellement et concrètement. Y en a aussi qui ont posé des questions pour savoir comment mettre à l’abri leur corps de leur chien, de leur chat, pour pas être mangé. Ne vous inquiétez pas pour ça : tout le monde sera en catalepsie, même ceux qui résistent. Vous serez invisibles, là où vous êtes, ce qui d’ailleurs pourra poser des problèmes pour celui qui résiste et qui s’aperçoit que son mari ou sa femme a disparu. Mais il a pas disparu ; il a disparu de l’espace-temps, mais il revient dans l’espace-temps, le plus souvent.

Question : mettre les cristaux sur ces Portes, Profondeur, Précision et les quatre Portes du sacrum, peut-il accompagner l’activation de ces Portes ?

Tout à fait. Vous avez même des protocoles qui avaient été donnés, innombrables avec les cristaux, qui par exemple permettaient de refaire le circuit des douze Étoiles de la tête. Avec les Portes, c’est la même chose, ça avait été donné je crois, y a fort longtemps. Mais vous pouvez tout à fait utiliser ce que vous voulez comme cristaux, soit les cristaux réels des Portes, si vous avez envie, et de voir ce que ça donne. Vous pouvez aussi vous mettre simplement avec les cristaux que vous utilisiez avant, par exemple le… comme ça s’appelait… le cristal-source pour vous aligner. S’aligner permet justement une meilleure superposition entre le corps éphémère et le corps éternel… enfin entre l’Éternité, y a pas de corps éternel, y a un corps d’Êtreté qui lui est indestructible.

Question : il a été dit : « À ceux auxquels on a beaucoup donné, il sera beaucoup demandé. »

C’est exactement ce que j’ai dit, oui.

...si ces êtres sont sur les Cercles de Feu, devront-ils aider leurs frères pendant les 132 jours ? Si oui, comment ? Est-ce ceux qui ont reçu votre enseignement ?

Ah ben ça nous en avions parlé longuement durant le processus d’assignation vibrale. C’est trop long de développer maintenant, donc je ne peux que te renvoyer aux informations que j’avais délivrées durant les mois de novembre et décembre, je crois 2014. Là, tu as tous les éléments de réponse par rapport à cela. Ce que je peux simplement dire, c’est que… C’est quoi la question ?

… ceux qui seront présents sur les Cercles de Feu…

Ah oui, ça y est. Les Cercles de Feu sont un lieu d’enseignement vibratoire, par rapport à une destinée, si je peux dire, ou à une conscience particulière. Vous savez très bien qu’il n'est pas question qu’il y ait la totalité de l’humanité sur ces Cercles de Feu. Ça concerne des groupes relativement restreints qui soit sont nos successeurs – ça je l’avais expliqué aussi, pour ceux qui ont joué avec le Soi, parce qu’ils connaissent les deux facettes –, soit de parfaire l’équilibre de la Terre, non plus en tant que libérateurs ou ancreurs de Lumière mais dans ces « dômes de survie », si je peux appeler ça comme cela, au niveau des Cercles de Feu, c’est recevoir l’effusion de la totalité des Clés Métatroniques et donc du corps d’Êtreté pour être fonctionnels, si je peux dire – que vous soyez avec un corps physique ou sans le corps physique ne fait pas de différence –, fonctionnels dans ce que votre conscience a choisi, après le grille-planète final.

Donc je te renvoie, pour plus d’explications, à tout ce que j’avais dit à cette époque-là, parce que ça serait beaucoup trop long, j’en aurais pour une heure rien que pour cette question.

Question : que signifie le fait que certaines Portes ou Étoiles piquent ou brûlent, et laissent même une marque sur la peau ?

Ça veut dire simplement que ça frictionne, c’est-à-dire qu’il y a un phénomène de résistance, qui est le plus souvent inconscient, entre les corps éphémères et le corps d’Êtreté. Ça veut pas dire qu’y a plus de travail à faire ou moins de travail à faire. C’est pas parce qu’y a plus de rougeur ou plus de douleurs qu’y a plus de travail qui se fait ou qu’y a plus de résistances. C’est simplement la résultante de la réaction entre la présence de l’Êtreté et les corps subtils. Alors effectivement ça peut être des douleurs. Y avait des douleurs, vous vous rappelez, sur le chakra du foie et le chakra de la rate, sur les Portes Attraction et Vision. Y a eu des douleurs sur KI-RIS-TI. Y a eu des douleurs sur, bien sûr, AL et Unité. Y a eu des douleurs, des vibrations, parfois des picotements surtout au niveau des plis de l’aine. Ça peut vibrer, c’est pas des douleurs comme y a eu sur Attraction/Vision et AL et Unité, c’est un peu différent.

Et puis avec le sacrum, bien sûr, là aussi ça crée des processus de vibration. Ça peut effectivement laisser apparaître des signes cutanés, ça peut se manifester comme des vibrations, voire comme des douleurs, mais vous ne pouvez rien en conclure. Vous en concluez simplement que vous êtes en train de vivre l’installation de l’Éternité. Mais pour vous personnellement, par rapport à telle Porte ou telle autre Porte, y a rien à en conclure. Ça ne veut pas dire non plus que si vous les sentez pas, alors que vous vivez les vibrations, qu’y a pas un travail qui se fait, mais en ce qui concerne cette Porte-là ou ces Portes-là que vous ne sentez pas particulièrement, ça veut dire que l’ajustement, la mise en adéquation entre l’Êtreté et l’éphémère se fait sans répercussions, si je peux dire, sans résistances.

Question : avez-vous des conseils pour rencontrer les Végaliens ?

Les Végaliens, c’est pas les peuples de la nature, hein, c’est pas pareil. Y a pas de protocoles, y a pas d’endroits puisque c’est eux qui se déplacent. Les Végaliens ne se déplacent jamais pour rien. D’ailleurs, si vous avez suivi les actualités de la Terre depuis déjà de nombreuses années, vous avez pu remarquer peut-être que pendant les tsunamis, pendant des tremblements de terre, pendant des situations d’urgence, les sphères végaliennes sont omniprésentes, parce qu’elles travaillent à ce moment-là. Ce sont des êtres qui se manifestent pas pour le plaisir de vous rencontrer.

Certains d’entre vous ont été opérés la nuit dans leur lit, d’autres les ont vus passer la nuit, mais vous ne pouvez pas entrer, communiquer avec les Végaliens comme vous le faites avec les dragons ou les elfes, ils ont d’autres chats à fouetter, les Anges du Seigneur, n’est-ce-pas ? Ils ont des missions qui sont extrêmement pointues dans cette période préalable, déjà depuis de nombreuses années. Donc ils ont pas vraiment nécessairement le temps de vous faire des coucous, d’autant plus qu’ils n’ont pas les moyens technologiques de le faire, contrairement aux Arcturiens qui, eux, peuvent vous flasher de très haut là-haut, et vous envoyer des flashs de Lumière.

Les Végaliens, vous ne les verrez pas dans leurs vaisseaux, sauf au moment opportun. Si vous voyez un vaisseau se poser à côté de vous, c’est qu’il est là pour vous emmener, il est pas là pour faire coucou. Il a pas de temps à perdre, le Végalien. Vous pouvez le rencontrer dans votre lit si y a eu opération, y en a qui ont été opérés plusieurs fois par les Végaliens, mais là, y sont pas dans leurs vaisseaux, n’est-ce-pas ? Ils sont… c’est difficile à expliquer… ils ne sont ni physiques ni dans la Lumière, quand ils interviennent dans votre lit. Ils ont stabilisé une dimension intermédiaire avec des champs magnétiques très particuliers.

À une échelle différente, bien sûr, c’est exactement ce qu’a fait Yaldébaoth, et les Archontes, quand ils ont enfermé le système solaire.

Ils utilisent leurs propres vaisseaux qui stationnent au-dessus de chez vous pour créer un champ magnétique un peu distordu, qui permet d’agir sur la matière, c’est-à-dire qu’ils peuvent vous faire traverser la matière dans ces cas-là. Et d’ailleurs si ils vous emmènent dans leurs vaisseaux, vous traversez les murs et les plafonds sans aucune difficulté. Et eux-mêmes, quand ils se manifestent, ne sont pas tout à fait physiques mais dans une dimension intermédiaire. Vous pouvez d’ailleurs voir leur visage, les capsules qu’ils ont sur les yeux, leur tenue de cosmonaute si je peux dire aussi.

Mais on peut pas les rencontrer comme ça. Autant vous pouvez le faire avec les Arcturiens, avec d’autres civilisations, d’autres peuples, mais les Végaliens, ils n'ont pas que ça à faire, n’est-ce-pas ? Quand ils se manifestent, c’est toujours qu’y a une raison, c’est pas pour faire coucou, c’est pas pour échanger. C’est soit pour intervenir sur vous, soit pour vous emmener, soit parce qu’y a quelque chose à faire dans le coin, si vous avez la chance de voir ces vaisseaux : venir chercher un corps, venir prévenir quelque chose, etc., etc.

Question : il y a deux ans, nous sommes quatre à avoir vu et photographié, au-dessus de Béziers, une énorme soucoupe de laquelle de nombreux petits vaisseaux sont partis dans la région.

Alors là vous avez des vaisseaux, quand ce sont des vaisseaux très gros en forme de soucoupe, vous avez des Andromédiens, et les Andromédiens peuvent transporter des capsules végaliennes, celles que vous voyez qui sortent des vaisseaux. Les Végaliens, même s’ils peuvent voyager d’un bout à l’autre de la Terre dans leurs vaisseaux, pour des raisons de traces radar, si je peux dire, ont besoin d’une autre technologie, en général soit arcturienne, soit andromédienne, pour pouvoir sortir d’un vaisseau. Vous voyez des grappes de lumières blanches qui sortent du vaisseau. Ça, c’est les Végaliens. Ça oui, vous avez plus de chance de le voir, mais après ils filent, ils filent là où ils doivent aller, c’est rare qu’ils restent sur place.

Parfois ils ont besoin de ces technologies arcturiennes ou andromédiennes justement pour éviter les moyens de reconnaissance humains.

Question : pouvez-vous parler des fées ? Quelle différence y a-t-il entre les petites fées et les grandes fées ? Y a-t-il plusieurs sortes de petites fées et de grandes fées ?

Il y en a d’innombrables, de même que vous avez des dragons de différentes couleurs, n’est-ce-pas ? Vous avez les ondines, elles vous l’ont dit, qui n’ont pas des formes fixes, même si elles se présentent sous la forme souvent d’un gros ver de terre globuleux. Les elfes ont une forme qui est assez figée, si je peux dire, les gnomes aussi, mais les fées sont mutables, un petit peu comme les ondines, pas complètement comme les ondines parce qu’elles sont beaucoup plus dépendantes de leur milieu naturel. Ces fées, vivant sur une échelle de temps qui n’a rien à voir avec l’échelle de vie humaine, ont effectivement, classiquement, les petites fées et les grandes fées. Ça dépend de l’environnement où elles se situent et, je dirais, depuis combien de temps elles sont dans cet environnement.

Alors vous avez des fées aussi, particulières, qui sont difficilement reconnaissables par vous, mais qui ont pas seulement une paire d’ailes, qui ont six paires d’ailes. Ce sont des fées qui se présentent en général comme des grandes fées. Elles ont des fonctions profondément différentes au niveau de la nature, mais les fonctions qu’elles ont, c’est déjà d’être en harmonie avec leur milieu de vie et elles passent leur vie à harmoniser, si je peux dire, dans la terminologie où vous pourriez l’employer, à harmoniser les lieux par leur présence.

Les fées sont très difficiles à voir et à sentir. Certains d’entre vous, je le sais, arrivent maintenant à les voir, à les percevoir, et pas encore à communiquer parce que la communication avec une fée passe difficilement par des mots, quels qu’ils soient. Vous avez eu un aperçu de ce genre de plasticité, je crois, avec l’ondine qui était venue vous parler. Pour les fées, c’est encore plus subtil que cela. Ça ne peut pas être de la télépathie non plus comme avec les Végaliens. C’est un mode de communication qui utilise la couleur, et uniquement la couleur, et si vous n’avez pas en vous le système de décodage des couleurs, si ces couleurs ne s’impriment pas en vous jusqu’aux idées, aux concepts ou aux mots, vous ne verrez que des couleurs, parce qu’elles ont un mode de communication qui est très très spécifique. Maintenant je vais pas rentrer dans les détails des différentes fées existantes. Sachez simplement que les fées sont marquées, si je peux dire, dans leur forme, par l’environnement dans lequel elles évoluent.

Est-ce que c’est un environnement qui est plus lié aux végétaux, plus lié à l’eau, plus lié aux roches ? En fonction de ça, leur morphologie, si je peux m’exprimer ainsi, est différente. Mais elles ne sont pas aussi mutables que les ondines par exemple, ou que les dragons, quant à leur taille. Elles sont figées dans leur taille, un peu comme les gnomes et les elfes.

Question : dans la littérature, les grandes fées sont les êtres de la nature qui ressemblent physiquement le plus aux êtres humains. En sont-elles particulièrement proches ?

Non, je viens de dire que c’était très difficile de rentrer en contact. Autant, je crois, les ondines vous ont dit qu’elles pouvaient être même dans vos vaisseaux, circuler dans votre sang, autant, pour une fée, c’est strictement impossible et irréalisable. Je vous ai dit que leur fonction est liée à la nature, à tout ce qui est naturel, tout ce qui est très loin de l’humain, donc c’est pour ça que c’est très dur. Les fées ne sont pas, comment dire… peureuses, ça veut rien dire, mais effrayées par ce qui est différent, mais elles sont tellement habituées à leur milieu qu’elles ne sortent pas de leur milieu. D’ailleurs si vous avez la chance de les voir voler ou évoluer, elles restent dans un périmètre, sauf certaines, particulières parmi les grandes fées, qui sont capables de voyager, mais la communication avec la fée n’est pas ni télépathique ni vibrale. Donc on peut pas dire que les fées soient proches des humains, même si certains humains ont établi des formes de communication avec les fées. Mais c’est loin d’être la règle et c’est loin d’être si fréquent que ça, contrairement aux elfes, aux dragons, aux gnomes, et ça commence aussi avec les ondines, qui deviennent plus proches, si je peux dire, de vous.

Question : vous dites parfois : « dans des éons et des éons ». Qu’est-ce qu’un éon ? Est-ce pour la Lumière une façon de mesurer le temps quand des expériences authentiques se manifestent dans les mondes unifiés ? Dans celles–ci, vit-on à la fois la conscience d’un temps et la conscience de l’absence de temps ? Pouvez-vous développer sur la notion de boucles temporelles ?

Quand il est dit par certains auteurs que le temps n’existe pas, c’est pas tout à fait ça. Au-delà de ce monde, l’espace-temps n’est plus courbé, ça veut pas dire qu’il n’existe plus, ça veut dire que ce que nous pourrions nommer une échelle de temps n’est pas du tout la même, rapportée à celle que nous connaissons quand nous sommes incarnés.

Quand on parle d’éons, on veut signifier simplement des durées qui se chiffrent en millions voire milliards d’années, en termes terrestres. Un Archange vit un éon, par exemple, des milliards d’années, mais c’est toujours un temps, mais le temps ne l’affecte pas. Y a pas de naissance et de mort à proprement parler. Donc on peut pas dire, y a un début et une fin, contrairement à vous où y a le début, c’est la naissance, et la fin, c’est la mort. Parce que y a des formes mutables mais néanmoins y a des stabilités de formes qui sont liées aux activités, si je peux dire, de tel ou tel être dans telle dimension donnée, qui est mutable et qui peut changer. La question était quoi ?

… dans ces expériences, vit-on à la fois la conscience d’un temps et la conscience de l’absence de temps ? Pouvez-vous développer sur la notion de boucles temporelles ?

L’Absolu ne connaît pas le temps, y a aucun repère spatial ni aucun repère de temps. Maintenant, dans les différentes manifestations d’expression de la conscience au sein des Mondes Libres, il y a une notion de temps, mais ce temps ne peut pas être superposable à ce que nous appelons, nous, le temps, quand nous sommes incarnés. C’est un autre temps, un autre ton, c’est pour ça que nous parlons d’éons, c’est pour ça qu’on dit y a pas de temps. Y a pas de temps, y a pas d’ombre, y a des mécanismes vibratoires qui prennent le relais par rapport à la matière carbonée, si je peux dire. Les boucles temporelles, c’est simplement les récurrences qui se forment… Si vous voulez, y a deux types de boucles temporelles : y a les boucles temporelles liées à l’enfermement, créées par les Archontes avec leur vaisseau de ferraille qui a enfermé le système solaire par une masse magnétique considérable, qui laisse un champ magnétique durant un certain temps, hein, qu’ils sont obligés, comme vous savez, de reformer tous les 25 ou 50 000 ans.

Ce refermage, ce bouclage du temps, vous le savez, ne peut plus se produire parce que depuis le mois d’août, depuis la fin des Noces Célestes, depuis août 2009, le vaisseau métallique des Archontes a été renvoyé "ad patres", si je peux dire. Donc ça, c’est plus possible, mais néanmoins dans un monde enfermé, et même dans les Mondes Libres, ce processus des boucles temporelles permet, comment dire… de réajuster – c’est comme vous sur un ordinateur : vous tapez une phrase, vous voulez changer la phrase, vous tapez sur « delete », c’est-à-dire « effacer ». Pareil, les boucles temporelles permettent d’effacer, je dirais, une boucle temporelle qui a mal tourné et qui a aucune raison de se maintenir. On recrée l’expérience.

Par exemple quand les Maîtres généticiens ensemencent la vie sur une planète, dans quelque dimension que ce soit (nous restons bien sûr ici dans les dimensions anthropomorphiques, n’est-ce-pas ?), vous avez la possibilité, par rétroaction, de supprimer cette boucle temporelle. Quand je dis la supprimer, vous ne mettez pas fin à la vie ou à l’expérience, vous reprogrammer quelque chose qui est mieux, si je peux dire. Le terme « mieux » n’est pas adapté mais je ne vois pas de meilleure expression.

Donc les boucles temporelles, vous les connaissez aussi dans ce monde. Vous savez très bien que les gens qui, les frères et les sœurs qui vont faire une expérience de mort imminente, n’ont aucune notion de temps. Quand vous voyagez dans les mondes multidimensionnels, que ce soit tous les mondes qui sont derrière le Soleil, de l’autre côté, vous n’avez pas de notion de temps : tout se déroule dans le même temps, en tout cas du point de vue de l’humain. Mais dire qu’il n’y a plus de temps et plus d’espace, c’est tout à fait vrai pour l’Absolu mais c’est pas vrai du tout pour la conscience, même dans les Mondes Libres. Mais tous les temps semblent se passer dans le même temps, c’est ça qu’on appelle une boucle temporelle.

Le problème, c’est que vous avez beaucoup d’êtres humains, du fait même de l’enfermement archontique, qui vont spontanément, à travers des projections, à travers des recherches, spirituelles, énergétiques ou autres, vivre les boucles temporelles et s’identifier à tel personnage ou tel personnage, historique bien sûr, et si possible plutôt grandiose que mesquin. Ça, ça fait partie aussi des boucles temporelles induites par les Archontes. Donc tous les êtres, et vous en avez plein, et depuis toujours, hein, de mon vivant aussi. Je ne vous raconte pas combien de Moïse, combien de Marie-Madeleine j’ai rencontrés ; elles voulaient toutes coucher avec moi d’ailleurs, c’est bizarre ça… Et elles me prenaient pour Moïse, pour Merlin et je ne sais quoi.

Malheureusement ça fait partie, lors des processus d’ouverture spirituelle de la Couronne de la tête ou d’ouverture du cœur, avant de réaliser l’alchimie bien sûr du corps d’Êtreté, vous avez, sans le vouloir, accès à beaucoup de choses, et certains vont prendre ça pour argent comptant. Ils ont vécu la Passion du Christ, ils se prennent pour le Christ ; ils ont vécu certaines scènes de la vie de Marie, elles sont persuadées d’être Marie. C’est ça, les boucles temporelles.

Par contre, là il faut différencier deux choses quand même : y a l’illusion de se prendre pour tel ou tel personnage, mais néanmoins y a la réalité de l’énergie. Quand vous vivez une boucle temporelle, par exemple, et que vous revivez la Passion du Christ, même si vous vous identifiez pas au Christ, vous allez porter la conscience du Christ. C’est les mystiques qui vont porter les stigmates, par exemple, les stigmates de la crucifixion. Y a une identification totale. Ces êtres-là savent très bien qu’ils ne sont pas le Christ mais qu’ils deviennent le Christ – pas l’historique. Ils ont tellement marché dans les pas du Christ qu’ils sont devenus le Christ, mais pas le Christ historique.

Par contre, dans les boucles temporelles, quand vous vous trouvez à vivre spontanément, ou par des techniques, une boucle temporelle, vous avez accès à ce qui est appelé l’Akasha, les annales akashiques, la mémoire akashique. Je vous rappelle que ces mémoires akashiques sont en cours de bouleversement parce qu’y a aucune raison de garder tout ce qui fait ces notions d’enfermement, contrairement aux créations libres des Maîtres Généticiens. Ou, rappelez-vous, je disais qu’il y avait un reset et qu’on effaçait, et qu’on réécrivait une autre séquence sur l’histoire. Ça, y a aucun intérêt à garder cela pour la Terre.

Par contre, vous avez des frères et des sœurs qui ont revécu un moment de la vie du Christ par exemple, mais ils se sont approprié l’identité. Au lieu d’être un christ comme un autre, ils veulent être « le » Christ, et là, bien sûr, tous les dérapages sont présents. L’ego ne peut que se débattre là-dedans et ça donne des situations parfois très difficiles à vivre, hein.

L’identification à un personnage, il faut pas confondre être porteur de la vibration de tel personnage, qui a porté une vibration spécifique, comme c’est possible d’ailleurs aujourd’hui, vous le voyez par exemple dans certains entraînements, dans certaines transmissions des pouvoirs du maître qui va mourir, au nouveau maître. Ça, c’était dans l’ancien temps, ça se faisait très souvent. Nous ne l’avons pas fait officiellement, je dirais, avec Bença Deunov, mais je dois reconnaître qu’il m’a transmis très jeune une partie de ce qu’il était. Ça veut pas dire que je suis devenu Bença Deunov, même s’il y avait une ressemblance, mais je portais en moi l’information Bença Deunov.

Vous voyez, de la même façon que certaines femmes peuvent porter l’information Marie-Madeleine ou Marie mère de Jésus, mais c’est pas pour ça qu’elles sont cela. Parce que là, vous créez une dépersonnalisation, un fantasme et une erreur, parce que vous allez entraîner des erreurs monumentales pour les frères et les sœurs qui vont approcher ces êtres et qui vont adorer ces êtres, pour l’histoire, pour ce qu’ils représentent, mais qu’ils ne sont pas. Et les boucles temporelles, c’est ça.

Alors quand on vous dit qu’effectivement le temps n’existe pas, il existera toujours, pour la personne. Il n’existe pas pour le Soi, quand vous êtes immergés dans le Soi, et il n’existe pas pour la Parabrahman, celui qui et absolu aussi, libéré vivant. Mais néanmoins il est soumis au temps de la personne, il ne peut pas supprimer le temps de la personne.

Autre question.

Question : Marie a exprimé que notre corps humain faisait de nous ses enfants. Après le grille-planète et la perte des corps, serons-nous encore tous ses enfants ?

Si vous êtes de Sirius, oui. Mais ce que nous nommons la famille, au sens spirituel, parce que bien évidemment il y a… bien sûr il est pas question de famille comme vous, avec dormir dans le même lit, avoir des relations sexuelles, mais y a néanmoins, même sur les dimensions les plus élevées, anthropomorphiques, des alliances. Y a par exemple, et ça a été présenté je crois y a pas longtemps à l’un d’entre vous, un croisement, si je peux dire, entre un Archange et un elfe. Alors n’allez pas voir des relations sexuelles là-dedans, mais c’est des échanges de vibrations et d’informations qui créent une nouvelle forme. Donc ça oui, c’est tout à fait possible. La question, c’était ? Je crois que j’ai oublié une partie.

… après le grille-planète et la perte des corps, serons-nous encore tous ses enfants ?

Ça dépend où vous êtes après, ça dépend qui vous êtes après. Si vous avez un corps carboné, même chez les Arcturiens, bien sûr que Marie sera toujours votre Mère. Mais quand vous êtes absolus, vous n’avez que faire du père, de la mère, des enfants, des beaux-parents et tout ça, ça n’existe pas. Donc les mondes carbonés ont été enfantés par Marie, mais dans d’autres univers, c’est pas Marie mais c’est toutefois des Maîtres généticiens de Sirius qui viennent des fameux Guides bleus, si vous préférez, qui sont les ensemenseurs de mondes, mais c’est tout. Une fois que vous êtes libérés, quand vous n’avez plus de structure carbonée, même une structure silicée n’a pas besoin de Marie comme maman. D’ailleurs ça serait faux, puisqu’elle a pas transmis quoi que ce soit au niveau des corps silicés.

Donc c’est spécifique à, non pas à ce monde enfermé, mais c’est spécifique à la création de la vie carbonée, Marie ou d’autres Maîtres généticiens qui ont œuvré avec elle ou à d’autres périodes, dans d’autres multivers.

Question : depuis six ans, j’ai une forte irritation de la gorge entraînant raclements et toux irritatives intempestives, ceci sans pathologie. Pouvez-vous m’éclairer ?

Qu’est-ce que c’est que la gorge ? Vous le savez tous, y a pas besoin d’être psychologue ou de connaître l’énergétique. C’est le lieu où on rentre quelque chose et c’est le lieu où on sort quelque chose : le souffle, l’air, l’expression, la communication. Alors bien sûr, il serait séduisant de te donner la causalité organique, mais comme tu le dis toi-même, rien, y a rien qui a été trouvé. Donc on est obligé de dire, dans ces cas-là, que c’est un processus, comment vous dites, psychosomatique je crois, qui se situe sur une sphère non organique en tout cas, éthérique peut-être, mais surtout sur les plans qui sont plus subtils et qui ne donnent pas, et pendant des années je dirais, des anomalies marquées. Ces anomalies surviennent le temps de la crise, pas de la gorge mais de n’importe quoi, et disparaissent quand la crise est passée, donc y a pas réellement d’atteinte organique.

Mais la gorge te renvoie toujours et systématiquement à l’expression, aux non-dits, aux choses cachées, que celles-ci soient liées à toi, liées à la famille, au transgénérationnel, mais il y a toujours, toujours, quelle que soit la cause, un problème lié à l’expression, à la communication et au rapport à soi-même. Le plus souvent, c’est un défaut d’amour vis-à-vis de soi-même, ou mal compris vis-à-vis de soi-même. Vous avez aussi des expressions, comme je disais tout à l’heure : « qui sont restés en travers de la gorge », « prendre quelqu’un à la gorge ». La gorge, c’est avant tout un lieu de passage, donc ça traduit nécessairement, quelle qu’en soit la cause première – parce que je ne peux pas la connaître comme ça, je ne sais pas d’ailleurs qui pose la question –, mais même si j’avais l’opportunité de te soigner, l’intérêt n’est pas de te dire : « ça vient de là », ou « t’as vécu ça », ou « t’as fait ça » ou « y a un problème transgénérationnel », le problème, c’est de faire accepter par la Lumière la notion de passage.

Quand je parle de passage, c’est aussi bien le passage d’état à un autre que tout ce qui est notion de changement dans la vie. Y a une rigidité trop importante dans la personne qui ne peut pas s’adapter au changement, quel qu’il soit. Mais c’est le plus souvent inconscient. Retiens simplement que la gorge, c’est l’expression, c’est l’échange, et c’est le passage, tous les passages, quels qu’ils soient : tout ce qui passe d’un état à un autre, d’un endroit à un autre, d’un âge à un autre.

Et je dois dire que même dans, on va dire une angine, imagine… (je sais pas si ça existe, d’ailleurs) des angines chroniques, peut-être, imagine qu’y ait des affections à répétition qui deviennent chroniques. On dit, bien sûr, c’est les microbes, c’est la propreté de la gorge, c’est les amygdales qui ont des trous, etc., etc., mais en définitive, ça c’est que la conséquence, c’est pas la cause. La cause te renverra toujours à ce que j’ai dit : difficulté d’expression et de communication, difficulté de changement, et difficulté de passage, c’est-à-dire grande difficulté à faire le deuil, incapacité à faire le deuil, pas nécessairement d’un amour, pas nécessairement d’une personne. Ça peut être d’un lieu, ça peut être d’une habitude. C’est la gorge qui commande tout ça, le chakra de la gorge.

C’est bien sûr la structure causale, mais attention, quand je parle de structure causale, je ne veux pas dire karma. Le karma, l’incarnation du karma, c’est-à-dire la manifestation du karma dans le corps, d’abord c’est quelque chose de très rare ; ça représente, allez, nous allons dire 5 à 10% des maladies seulement. Vous avez suffisamment de raisons d’être malades dans cette vie et dans ce monde aujourd’hui, avant d’aller chercher midi à quatorze heures dans vos vies passées. Mais effectivement y a 5 à 10% des maladies dite karmiques, mais elles ne vont pas s’exprimer au niveau de la gorge, elles vont s’exprimer sur le 2ème chakra, parce que le codage de la causalité karmique qui descend en incarnation se fait par le 2ème chakra. C’est pour ça d’ailleurs, je reprends ce que j’ai dit tout à l’heure, que durant certaines étapes des Noces Célestes, quand les énergies de Lumière descendantes ont touché le 2ème chakra, ça a éliminé déjà certains karmas, au niveau des dents en particulier.

Mais encore une fois le corps causal, qui est la gorge, se manifeste au niveau du 2ème. C’est les couplages, d’ailleurs, des chakras. Mais le plus souvent, retiens simplement ce que j’ai dit : quelle que soit la cause que tu pourrais trouver – on pourrait trouver par exemple une irritation d’un nerf qui passe par là, on pourrait trouver des choses sur les cordes vocales, on pourrait trouver un spasme laryngé, des milliers de raisons qui sont certainement connues par la médecine –, mais toutes les raisons du monde, en définitive, te renvoient à toi-même.

Vous avez par exemple une forme d’angine particulière, qui est une résolution karmique, et qui là se porte au niveau de la gorge, en particulier chez les enfants. C’est ce qu’on appelle l’angine à streptocoques. Le streptocoque est une bactérie agent du karma. C’est aussi simple que cela. Donc vous pouvez lutter contre la bactérie, que ce soit avec des antibiotiques ou l’énergie, ou ce que vous voulez, mais vous pouvez aller aussi au-delà, c’est-à-dire voir ce qui est touché, non pas dans la compréhension d’un karma mais quel est le mécanisme dans l’instant présent, dans le présent que je vis, qui fais que je n’arrive pas à passer. Non pas pour chercher une cause intérieure ou extérieure, mais encore une fois, là aussi, pour voir les choses clairement face-à-face.

Ce qui est vu, ce qui est accepté, dès l’instant où vous ne vous mentez plus à vous-mêmes, disparaît par la Grâce de la Lumière et par l’Intelligence de la Lumière, mais pas avant. Il faut aller à confesse, il faut se confesser soi-même à soi-même. Et ça, ça se fait dans le présent, ça se fait pas dans une recherche passée ou dans un facteur de causalité, parce que même si le facteur de causalité existe, dire que tu vas le faire disparaître et qu’après tu vas aller mieux, en donnant par exemple un antibiotique, dans ce cas-là, en ce qui concerne la gorge, ce n’est pas vrai, sauf chez l’enfant bien sûr, dans les angines nommées à streptocoques. Certains staphylocoques aussi, dorés, au niveau de la peau, sont liés à des situations karmiques en résolution. Vous avez d’autres germes comme ça, mais je vois pas trop l’intérêt de vous détailler tout ça dans l’Ascension que vous vivez maintenant.

Eh bien, chers amis, nous allons faire une petite pause et nous continuerons après la pause. Tout mon Amour vous accompagne.

À tout de suite.


* * * * *



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 11:17 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

O. M. AÏVANHOV

Questions/Réponses – 2ème partie



Eh bien, chers amis, nous allons pouvoir reprendre vos questionnements et continuer à avancer ensemble sur tout ce qui vous préoccupe, si je peux dire, en ce moment.

Alors cher ami, je t’écoute.

Question : peu après l’endormissement, j’ai entendu une voix de femme du côté droit qui m’a dit plusieurs fois : « Il n’y a plus rien ». J’ai alors senti dans mon corps une sorte de tremblement, comme si je passais sur un autre plan, et j’ai vu que la personne avait peur. Je me suis réveillé et l’expérience s’est reproduite. De manière quasi synchrone, ma conjointe a entendu dans sa tête, en demi-sommeil, plusieurs fois : « c’est terminé ». Quel sens cela a-t-il et que s’est-il passé ?

Alors cher ami, la première chose à retenir, c’est que cette voix t’a parlé, en tout cas pour le monsieur, apparemment dans l’oreille droite.

Question : je me suis trompé, c’est la gauche.

Ah, c’est pas du tout la même chose.

Alors, peut-être vous rappelez-vous qu’il y avait eu, il y a des nombreuses années, des éléments qui vous avaient été communiqués par rapport à l’approche, je dirais, des entités suprasensibles, c’est à dire non incarnées qui se manifestent à vous. Nous avions précisé, les uns et les autres, qu’un être de Lumière, quelle que soit sa dimension, c'est-à-dire qui ne vient pas d’un monde enfermé, ça peut être aussi un désincarné, mais qui a déjà vécu la Lumière et qui est donc libéré, se manifestera toujours par l’oreille gauche. Que vous soyez gaucher ou droitier. L’oreille droite en général, et de façon quasi systématique, est réservée, l’abord droit et donc l’ampoule de la clairaudience droite signifie que vous êtes en contact, si vous entendez une voix à ce niveau-là, avec ce que vous nommez et ce que nous nommons avec vous les désincarnés, c'est-à-dire qui ne sont plus de ce plan physique mais ils ont la capacité de communiquer avec vous, d’autant plus si les mécanismes vibratoires sont présents.

Donc le fait que ça intervienne à gauche signifie que c’est une voix qui vient de la Lumière. Bien sûr, rappelez-vous, certains d’entre vous ont été appelés par Marie ou une Étoile, mais en général n’est entendu que son propre prénom. Là, ici c’est une voix de Lumière qui dit « Il n’y a plus rien » et l’autre personne, la femme apparemment, entend dans sa tête : « C’est terminé ». Bien. Ce qu’on peut dire par là c’est que tous les processus que nous vous annoncions depuis plus de dix ans, les uns et les autres, sont effectivement, et vous le savez, vous le voyez partout autour de vous comme en vous, en cours de réalisation. Le mécanisme ascensionnel de libération de la Terre est acté, votre libération est actée, et vous savez tous que nous attendons la synchronicité de l’ultime signe céleste, et aussi des manifestations de ce qui a été nommé les Trompettes, qui annoncent bien évidemment un certain nombre de bouleversements.

Une voix de Lumière qui s’adresse à vous ne peut dire que la vérité. Donc cette voix a dit ; « C’est terminé » et il y a d’autre part les processus vibratoires qui sont décrits comme si y avait un changement de plan dimensionnel. Donc, qu’est-ce qui a été dit ? D’abord la première chose, c’est que c’est un contact avec une entité spirituelle, ça c’est la première chose, une entité de Lumière. Bien sûr je ne vais pas pouvoir donner ni l’identité de cette entité ni même orienter vers une Étoile.

Ce que je peux dire simplement, c’est que ce couple a vécu l’information par un être de Lumière ou un désincarné qui est déjà dans la Lumière (vous savez que c’est tout à fait possible), auquel cas ce désincarné, comme je l’ai dit, ne se présentera pas à droite mais à gauche. Que vous en ayez la perception vibratoire ou pas, ce qui est entendu est entendu à l’oreille gauche. Ce qui entendu par contre dans la tête, directement, sans pouvoir identifier de source, c'est-à-dire l’oreille gauche, l’oreille droite, là évoque un processus nommé télépathie. Certaines entités de Lumière sont tout à fait capables de communiquer par voie télépathique, surtout, surtout, tous les êtres qui appartiennent aux systèmes carbonés libres, qui n’ont pas été enfermés ou qui ont été libérés depuis. C’est un mode d’expression très commun au niveau des mondes carbonés.

Donc vous avez vraisemblablement, ce couple en tout cas, a reçu la visite d’un être de Lumière, désincarné récemment et déjà dans la Lumière, ou d’un être de la Confédération Intergalactique, et en même temps – c’est ça qui est troublant –, au même moment la sœur a entendu dans sa tête, pas les mêmes mots mais en tout cas la même signification. Donc ils ont fait l’objet d’une visite, et en général ces visites, effectivement, se produisent le plus souvent le soir au moment de l’endormissement, juste au moment où vous êtes dans un demi-sommeil, comme ça a été dit d’ailleurs.

Il est fort probable qu’à cette occasion il y ait eu à la fois un être de Lumière, ou un désincarné proche qui est déjà dans la Lumière, et à la fois une forme de communication plus télépathique liée à la 3D, mais qui n’a rien à voir avec l’humanité actuelle de 3D unifiée. Les Arcturiens par exemple, les Andromédiens, les Végaliens sont télépathes, bien sûr. Ils n’ont pas d’organes, surtout pour les Végaliens, de la phonation, comme vous dites. Ils n’ont pas de cordes vocales, ils n’ont pas besoin parce qu’ils n’ont rien à travestir, ils n’ont pas besoin de parole et leur Verbe s’imprime directement dans les structures céphaliques, la voix est entendue au milieu de la tête. Donc ce couple a vraisemblablement vécu la rencontre avec un être de Lumière et une entité de 3ème dimension unifiée.

Bien sûr, comme vous le savez et comme nous vous le serinons depuis des années, l’espace-temps, là où nous sommes, n’existe pas vraiment. Bien sûr que nous savions, bien avant les Noces Célestes pour certains d’entre nous, les Melchisédech qui avons quitté le plan de la terre au milieu des années 80, nous savions en arrivant là où nous sommes que nous devions préparer, en quelque sorte, l’humanité à ces évènements qui allaient arriver et qui étaient vraiment la fin d’un cycle. Et donc nous avons eu la possibilité, bien avant que nous intervenions à travers les Noces Célestes, de contacter différents médiums sur la planète et différents channels, pour pouvoir donner déjà des informations préalables de façon très, comment vous dites, de façon très soft, très douce, pour éviter la panique.

Il y a eu une espèce de gradation au fur et à mesure des années, mais qui n’a pas commencé avec les Noces Célestes. Ça a commencé depuis je dirais, plus de trente ans pour certains d’entre vous mais qui, pour des raisons diverses, n’ont jamais exprimé ça de manière publique parce que le moment n’était pas venu. Maintenant, d’entendre que c’est la fin, c’est fini, y a plus rien, c’est terminé, signe effectivement (plus l’atmosphère vibratoire, l’impression de changer de plan), signe pour ce couple l’information délivrée que tout serait bientôt fini et qu’il fallait se préparer – comme nous vous le disons depuis des années. Ils ont eu simplement une information un peu plus personnelle, qui est certainement à relier soit à leur origine stellaire, soit à leurs lignées, soit encore à un potentiel je dirais, particulier pour ce couple.

Mais comme il n’est pas là et je le ne connais pas, je ne peux pas donner plus d’éléments, mais en tout cas c’est aussi un signe, pour ce couple, de l’imminence des changements qui, je vous le rappelle, sont largement commencés, si je peux dire, depuis le début de cette année et qui toucheront leur acmé, comme vous l’a dit Marie, dans le dernier trimestre. Et ça a commencé déjà maintenant, bien sûr.

… le couple est présent, c’est moi et ma conjointe.

Ah, le couple est présent ?

… oui, c’est moi et ma conjointe.

Ah, d’accord. Donc, on vous disait que c’était terminé. Je ne pense pas qu’il y ait de connotation personnelle pour que ça soit aussi synchrone.

… on en a parlé plus tard, on l’a pas su tout de suite.

Raison de plus. Chacun a vécu, par un canal différent, la même information. Ce qui veut dire qu’il y a une espèce de synchronicité et de vérification de l’information qui est tout à fait juste.

Question : ceux qui ne sont pas les enfants de Marie au-delà de ce corps de chair, auront-ils un deuil particulier à faire après la joie des retrouvailles avec la Mère ?

Non, y a pas de deuil. Ceux qui seront présents sur les Cercles de Feu, même s’ils conservent, je dirais, leur mémoire actuelle jusqu’au grille-planète final, ne pourront pas être affectés par une notion de séparation ou de deuil puisque vous êtes libérés. Donc tout ce que nous avons exprimé, les uns et les autres, quand nous sommes en incarnation, le deuil comme tu dis, la perte d’un être cher, la perte d’un parent, d’un enfant, n’existe absolument pas dans les autres dimensions. C’est impossible.

Je vous rappelle que la fécondation et la filiation en ce monde n’est pas un mode de reproduction habituel, n’est-ce pas ? Il faut pas s’attendre, quand vous êtes multidimensionnels, à pénétrer dans le ventre d’une entité de Lumière pour ressortir par des voies génitales qui n’existent pas, n’est-ce pas ? Donc c’est tout à fait différent.

Alors oui, effectivement, comme vous le savez, quand Marie vous dit que nous sommes tous ses enfants, elle a entièrement raison parce qu’il est exceptionnel de ne pas avoir au moins une lignée liée à Sirius. Mais bien sûr vous n’êtes pas tous d’origine stellaire siriaque. À ce moment-là, votre incarnation dans ce monde ou dans un monde de 3D unifiée vous relie à la vibration de la conscience Mariale, mais ceux qui sont libérés de l’incarnation et qui n’ont pas l’intention de parcourir les mondes carbonés unifiés, n’ont aucune raison de porter encore cette vibration de notre Mère à tous quand nous sommes incarnés. Incarnés, même si nous n’avons pas d’origine stellaire liée à Sirius, ni de lignée en rapport avec Sirius, Marie est quand même notre Mère puisque nous utilisons son ADN et ses travaux pour manifester un corps. Bien sûr y a eu l’avènement des Archontes et la falsification qui s’est mêlée de ça. Mais en dehors de la falsification, dès que vous possédez ou que vous habitez un corps de 3D unifiée, que ce soit sous forme humanoïde ou pas, vous avez une relation filiale avec Marie. C’est pas possible autrement.

Maintenant, au-delà des mondes carbonés, cela n’est plus vrai, plus du tout. Sauf si bien sûr votre origine stellaire est Sirius et que vous alliez explorer un multivers lambda, vous porterez cette vibration en vous. Rappelez- vous que les lignées sont des potentiels vibratoires liés à l’expression, la manifestation d’une forme donnée dans un univers donné et dans une dimension donnée. C’est un canevas. De la même façon que nous avons parlé du corps christique et de la matrice KI-RIS-TI de vie, qui est une forme libre liée au corps d’Êtreté. Bien sûr que ça a un lien avec le Christ historique, et bien sûr que ça a un lien non pas cette fois-ci avec la filiation, au sens propre, mais avec le principe christique que vous retrouvez dans le Chœur des Anges, l’Esprit du soleil, ou encore dans l’Impersonnel ou dans la Source.
Nous pouvons continuer.

Question : ceux qui se retrouveront sur les Cercles de Feu, conserveront-ils la mémoire de leur vie actuelle ?

Je crois que j’ai répondu par anticipation. Oui, bien sûr, jusqu’à la fin des 132 jours, c'est-à-dire jusqu’au grille-planète final où plus aucune mémoire de l’incarnation ne sera nécessaire. Je vous avais dit aussi, voilà longtemps, que certains d’entre vous qui n’iraient pas sur les Cercles de Feu, ou qui y séjourneront un petit peu, garderont les mémoires parce que ces mémoires sont utiles pour des peuples de 3ème dimension unifiée, en particulier les scientifiques comme les Arcturiens, ou chez nous, les Végaliens, parce qu’il y a à ce niveau-là l’aspect pédagogique qui est fondamental pour nous, et toute expérience est bonne à prendre au niveau des techniques, si je peux dire, de libération des mondes enfermés.

Question : les gnomes peuvent-ils être des êtres de quelques centimètres, d’un vert très lumineux ?

Alors j’ai bien dit, et je l’ai dit dans une question précédente aussi, que les gnomes n’avaient pas de possibilité de changement de forme, mais dans les peuples liés et en résonance avec la terre, vous n’avez pas que les gnomes. Vous avez les farfadets, vous avez des peuples innombrables qui n’ont pas a priori d’interaction à mener en cette période avec l’humanité, et qui évoluent dans des dimensions parallèles. Donc ce qui a été vu n’est certainement pas un gnome mais un autre habitant de l’élément terre, au niveau multidimensionnel, qui est présent sur terre. Donc je sais pas ce que c’est mais en général, une forte luminosité associée à la couleur verte ne vous renvoie pas aux gnomes mais à d’autres peuples de la terre qui vivent dans le même environnement que les gnomes.

De la même façon, par exemple, pour les ondines, vous avez d’autres peuples qui vivent dans l’eau. Vous avez les vouivres etc., etc. Donc dès que vous entrez en résonance avec les gnomes, vous établissez, nous vous l’avons dit, une forme d’ouverture, pareil pour les dragons, pareil pour les elfes, et pareil pour les ondines ou les fées. Mais il existe bien évidemment d’innombrables habitants que vous allez peut-être, certains d’entre vous, voir au cours de vos séjours dans la nature.

Contentez-vous surtout de ne pas essayer de classer ces êtres de la nature dans une classe précise, dans une case précise ou dans une autre. Vivez l’expérience, et vivez ce qu’elle vous apporte, ce qu’elle vous délivre mais n’allez pas plus loin dans vos conclusions. Mais en tout cas c’est sûr, c’était pas un gnome. Un gnome ne se présente pas sous cet aspect-là, même si c’est dans le territoire d’un gnome. Les gnomes n’ont pas de forme mutable comme les elfes, il n’y a que les dragons qui changent de taille à volonté, tout en gardant leur physionomie, et les ondines qui peuvent adopter, si je peux dire, toute forme de manifestation possible et imaginable. Elles sont pas limitées par une forme, je crois qu’elles vous l’ont déjà dit, y a pas longtemps.

Question : vous avez été Merlin, or j’ai connu une personne qui a aussi été Merlin. Elle aurait pris le corps d’un enfant mort-né, et a été aussi Nicodème et Honoré de Balzac. Comment est-ce possible ?

Serait-t-il un jour éboueur ? Il en aurait fini avec la réincarnation, celui-là.

Comme je l’ai dit aussi tout à l’heure, vous pouvez, en explorant certaines boucles temporelles, trouver des résonances avec Marie, avec le Christ, avec Bouddha, avec qui vous voulez. Le problème, c’est de ne pas s’identifier, ne jamais s’identifier, même à une vie passée. Ce qui est passé est passé, même si ça évolue dans le même temps pour celui qui vit le Soi. Mais dès l’instant où vous faites une fixation, où vous accrochez quelque chose d’une mémoire qui s’est réveillée, ça ne veut pas dire que vous avez été cette personne, ça veut dire que vous avez une résonance. Et après, si vous vous appropriez cette mémoire, l’ego devient énorme parce que imaginez donc, les plus grands écrivains, les plus grands penseurs, le plus grand magicien, rien que ça ! Elle fait quoi dans la vie cette personne ? On sait pas.

… ce n’est pas précisé.

J’espère bien.

Question : est-il toujours nécessaire de boire chaque matin un demi-verre de jus de citron et un demi-verre d’eau avec une pincée de coriandre, de curcuma et de galanga ?

Alors je crois que c’est une potion qui avait été donnée par Hildegarde de Bingen certainement, pour rafraîchir le sang dans la période de l’été qui s’est écoulé. Bien sûr, certains d’entre vous ont trouvé des effets extrêmement bénéfiques, alors continuez. D’autres ont eu beaucoup de mal à supporter, parce que c’est très violent comme potion, et ceux-là vous arrêtez, bien sûr. Mais y a aucune obligation de toute façon, c’était simplement pour vous aider à huiler ce face-à-face entre l’Éternité et l’éphémère. Ça rafraîchit le sang, je crois, ça a des effets sur cet ajustement entre le vibral et le vital justement, et permet au vibral de prendre la place du vital en quasi-totalité, mais c’est tout. C’est vous qui sentez si ça vous fait du bien ou pas.

Je ne sais pas, peut-être qu’Hildegarde vous donnera un remède différent pour la saison de l’automne qui, je vous le rappelle, n’est pas le même mouvement d’énergie. Parce que même dans les processus vibraux et les processus de conscience qui se déroulent chaque année, vous savez bien que les énergies ne sont pas les mêmes l’été, le printemps, l’automne et l’hiver. Elles diffèrent à chaque fois, donc à chaque fois y a une spécificité. Cette potion avait été donnée je crois à la fin du printemps, même au milieu du printemps ; maintenant vous êtes à l’automne. Donc essayez d’avoir des informations par Hildegarde s’il y a une potion qu’on pourrait dire générique pour tout le monde, pour favoriser l’étape qui se déroule. Mais si vous vous trouvez très bien avec le citron et cette potion, alors continuez. Mais il y a moins besoin, effectivement, de manière générale, de rafraîchir le sang dorénavant, depuis l’équinoxe d’automne.

Question : pouvez-vous demander à Hildegarde une potion pour nous tous ?

Ah je vais pas empiéter sur les prérogatives d’Hildegarde de Bingen, sans ça j’ai pas fini.

Question : est-il toujours nécessaire de mettre au soleil l’eau de boisson et de la mettre sous son lit pour un maximum de vibrations ?

Au-delà de la vibration, c’est un aspect qui concerne aussi la santé de votre corps. Vous savez très bien que les eaux sont terriblement polluées, les eaux du robinet avec le chlore, le fluor qui sont des poisons violents au niveau du Soi. Bien sûr, si vous avez l’opportunité d’avoir une eau pure, il est préférable toujours de la laisser reposer sous votre lit pour qu’elle s’imprègne des informations de votre corps, et les corrige si elles doivent être corrigées, mais là aussi il n’y a aucune obligation. Mais il est évident que l’eau est importante.

Donc ça a un effet, l’eau a un effet extrêmement important et dans le processus d’afflux de la Lumière vibrale qui, comme je vous le disais, a d’abord tapissé les vortex, ensuite les lignes de Lumière qui ont été créées par les elfes, la Lumière ensuite s’est déposée partout, elle se dépose aussi dans l’eau. Donc faire attention à son eau n’est pas un processus de montée vibratoire maintenant, mais uniquement d’essayer de maintenir ce corps de chair en état de fonctionnement le plus acceptable, si je veux dire, pour ne pas être dérangés, si vous ne vivez pas la Libération maintenant, au moment de la Libération, afin que tout se passe dans les meilleures conditions. La finalité, de toute façon, est la même, mais vous pouvez traverser cette étape de différentes façons. Y en a qui sont plus agréables que d’autres, quand même.

Donc vous pouvez continuer là aussi, si vous avez trouvé des effets bénéfiques sur vous. Si ça ne vous a rien apporté, que ce soit au niveau santé, au niveau vibral, ça ne sert à rien de poursuivre. Ce qui est toujours d’actualité vous le savez, c’est la nature, c’est là où vous avez le plus de chance de rencontrer la Lumière, non pas la vôtre mais toutes les lumières qui interagissent avec vous, par les peuples de la nature, par les arbres.

Autre question.

Question : pourriez-vous préciser ce qu’est l’Esprit par rapport à l’Absolu ?

L’Absolu n’est pas l’Esprit, l’Esprit est la première manifestation et projection de l’Absolu. Ce qui veut dire que cet Esprit est quand même né un jour, mais il est né parfait et il est dans une durée de temps qui est presque éternelle, si je peux dire. Y a pas de limite plutôt, c’est le terme exact. L’Absolu ne connaît pas l’Esprit ; il l’a connu, il l’a vécu, mais l’Absolu est au-delà de toute projection et au-delà de toute conscience. L’Esprit est une forme de conscience, l’Esprit est immatériel, c’est une Flamme, si on veut trouver une image la plus juste. L’Esprit du Soleil, veut bien dire ce que ça veut dire, c’est la Flamme solaire. La Flamme solaire est assimilable, comme je l’ai dit aussi, au Christ. D’ailleurs on l’appelle le Logos solaire, le Christ, qui est lié, je vous le rappelle, à Tiphereth, c'est-à-dire au 8ème corps, et lié à Vénus mais surtout au Soleil. Donc l’Esprit n’est pas l’Absolu. L’Absolu est l’Esprit aussi, mais l’Esprit ne peut pas se dire Absolu. Pour cela, il faudrait qu’il dépolarise cette conscience primaire – pour ne pas dire primitive parce qu’elle est loin d’être primitive, elle contient la totalité.

Mais cette conscience primaire doit se placer elle-même, si je peux dire, dans son autodissolution. Mais cette autodissolution n’est pas définitive puisque l’Absolu est présent dans toute conscience, mais la conscience n’est pas l’Absolu, elle en est même l’antithèse, elle est la A-conscience comme cela vous avait été expliqué par le hurleur. Voilà ce que je peux dire. Imaginez l’Esprit, et d’ailleurs ça a été représenté par exemple dans la descente, le baptême de l’Esprit saint dans la Pentecôte, par des langues de Feu sur la tête. L’Esprit, c’est le Feu, l’Absolu n’est pas le Feu, il n’a aucun qualificatif. L’Absolu est antérieur à l’Esprit, si on peut parler de termes historiques entre guillemets. L’Absolu ne connaît, lui, aucun temps – quand il n’a plus de forme bien sûr, pas quand il est inscrit dans une forme.

Question : le dragon qui m’accompagne me transmet depuis peu des associations de lettres formant un mot unique pour chacun, que je recueille pour ceux qui m’en font la demande et sont prêts à le recevoir. Il s’agirait de la transposition en lettres de notre vibration d’essence ou plan de l’Esprit. Pourriez-vous m’éclairer sur cette vibration d’essence et sur la fonction et l’effet de sa transmission à certains d’entre nous actuellement.

Au commencement était le Verbe. Le Verbe est la première émanation de la conscience, qui accompagne l’Esprit donc. Si un dragon, qui est lié le plus souvent au Feu (même si c’est un dragon de Terre), est en contact privilégié avec l’Esprit – il sait qu’il est Absolu le dragon, tout en étant dans une forme–, si ce dragon t’a communiqué des lettres qui forment un nom, le dragon n’a pas accès au nom d’âme, mais encore une fois, le nom d’âme est lié à la coloration des prises de forme en ce monde. L’Esprit est libre, il ne connaît pas l’incarnation, même s’il vivifie votre corps maintenant, depuis la présence du Chœur des Anges et de l’Esprit du Soleil. Tout ça étant en cours.

Donc si tu reçois un nom, ce nom porté et apporté à ta conscience par un dragon est porteur de la vibration originelle. Donc le nom reçu ne peut pas permettre de révéler l’Esprit chez celui qui t’en fait la demande, mais permet toutefois d’entrer en résonance avec je dirais, sa résonance primaire d’Esprit, c'est-à-dire la première vibration sortie de l’Absolu puis de la Source. Donc bien sûr, si on te demande ce nom, donne-le, mais si on ne te demande rien, ne le donne pas. La personne doit en faire la demande, en sachant que ce nom va simplement apporter, non pas une reconnexion mais un aspect Vibral plus important, et donc pouvoir déclencher une expansion de la conscience avant que celle-ci ne retourne au centre, c'est-à-dire au Cœur du Cœur. Comme tous les processus que vous avez vécus il y a quatre ans, cinq ans, six ans, concernant les communions, les fusions, les dissolutions et la délocalisation de la conscience.

Donc c’est un apport Vibral de communiquer ce nom à ceux qui en font la demande. Ça permet de relier la personne un peu plus à l’Esprit, au Verbe créateur, à l’Androgyne primordial et surtout donner peut-être l’impulsion à lâcher prise sur ce qui doit être lâché encore pour ces personnes.

J’ajoute quand même quelque chose, à savoir que ce nom d’Esprit qui t’est communiqué par le dragon ne pourra être perçu vibratoirement, par celui qui te l’a demandé, uniquement si le processus de retournement de l’âme est déjà fait. Je parle même pas de dissolution de l’âme mais de retournement de l’âme vers le Feu, c'est-à-dire vers l’Esprit. Sans ça, l’âme tournée vers la matière n’a aucune possibilité, pour la personne elle-même et pour l’âme, de ressentir la vibration de l’Esprit.

Il n’y a que dans les processus alchimiques de retournement de l’âme et de dissolution de l’âme, que ceux-ci soit achevés ou pas, qu’il y a possibilité de bénéficier de cet influx vibral.

Question : dans le Livre de Malachie, il est dit : « Voici que je vous envoie Elie le prophète, avant que n’arrive le jour de l’Éternel, grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers les fils et le cœur des fils vers les pères, de peur que je ne vienne et ne frappe la terre d’anathème ». Quelle est la signification de ce texte ?

Alors la vibration d’Elie, avant même de parler d’Elie en personne, si je peux dire, la vibration d’Elie, il vous suffit de vous pencher sur la Bible pour voir ce qui s’est passé pour Elie. Il a reçu le Feu, le baptême de l’Esprit. Donc la vibration d’Elie est omniprésente en ce moment sur la terre. Mais ça ne veut pas dire que c’est Elie en personne, si je peux dire, n’est-ce pas ? Ce que signifie par là, c’est que Elie, et vous retrouvez ce qui est dit dans les derniers versets de l’ancien testament par rapport à Malachie, vous le retrouvez bien sûr dans l’Apocalypse de saint Jean, avec les deux témoins ; c’est la même chose. C’est-à-dire que les deux témoins viennent mettre fin, accompagnent, parce que c’est pas eux qui mettent fin mais ils accompagnent la libération de la Terre et de l’humanité en montrant la réalité de ce qu’est ce personnage nommé Antéchrist et qui veut maintenir l’humanité dans la matière.

C’est un peu tout ce qui a été fait depuis deux cents à trois cents ans par les Illuminati et par le fait d’avoir rendu l’occident athée, surtout en Europe, c'est-à-dire ne plus croire en rien et ne plus rien vivre. C’est une préparation au plan, bien sûr, des Illuminati. Et il est indispensable que les deux témoins interviennent à la fin, lors du spectacle qui va être généré par les guignols, les méchants garçons, à Jérusalem même, pour que tout le monde se rende compte de l’imposture, pour ceux qui auraient encore des doutes.

Donc Elie, bien sûr, vient avant le jour de l’Éternel, il vient pour montrer la supercherie, il vient pour montrer la manipulation, et surtout pour montrer que votre royaume, notre royaume à tous, quels que soient les plaisirs ou l’attachement que nous avons à cette terre, ce n’est pas notre monde. C’est un lieu de souffrance et c’est tout, quelle qu’ait été votre vie. Celui qui vit une expérience de sortie du corps ne peut pas croire une seconde, en revenant dans ce corps, que ce corps c’est la vie et que c’est la vie éternelle, c’est évident. Donc ça s’inscrit dans une forme d’eschatologie des temps finaux, des temps de la fin, annoncés par les prophètes de différentes façons, et par différentes voix et dans différentes cultures, afin de mener à bien l’achèvement.

Mais les deux témoins, Elie, comme c’est dit dans Malachie, n’est pas le consolateur. Il n’est pas non plus celui qui annonce le Christ. Il est celui qui vient dire la vérité et qui s’oppose, au moment final, avant le grille-planète final et avant même l’Appel de Marie, (ça encore c’est pas sûr, ça peut être après, ça peut être entre l’Appel de Marie et les 132 jours), viendra combattre, si je peux dire, l’Antéchrist. D’ailleurs vous savez, si vous avez lu là-dessus, que ces deux témoins doivent mourir et ressusciter réellement le troisième jour. Ça, c’est pas pour vous, c’est des histoires qui sont faites pour ceux qui aiment les histoires, si je peux dire. C’est un moment crucial, si vous voulez, avant le Jugement dernier, qui est entre guillemets ce que j’ai nommé le grille-planète final, qui lui, survient à l’extrême fin de l’existence de ce système solaire dans cette dimension. Voilà ce que je peux en dire.

Question : pouvez-vous développer sur la déchirure du péricarde ?

Vous avez, nous avons tous, au niveau du corps humain quand nous sommes incarnés, un certain nombre d’enveloppes isolantes qui sont à l’image de tout ce que j’ai développé sur les enveloppes isolantes du système solaire, pour ceux qui ont suivi ça il y a plus de dix ans. Y avait l’héliosphère, la magnétosphère et l’ionosphère, trois feuillets isolants liés à la prédation ; il en est de même dans le corps. D’ailleurs, en médecine chinoise, on parle des trois enveloppes. On parle de l’enveloppe qui est liée au niveau du bassin, l’enveloppe du cœur (le péricarde), et l’enveloppe de la gorge et du cerveau, qui sont une adaptation biologique aux forces d’enfermement depuis l’enferment de la Terre.

Donc la déchirure du péricarde, c’est le passage du point KI-RIS-TI au chakra du cœur, c’est aussi la perforation du chakra du cœur qui déchire le péricarde, par exemple pour certains mystiques qui ont rencontré l’Archange Mikaël ou encore Krishna, et qui ont été brûlés au niveau du cœur. Quand l’enveloppe du cœur se libère, vous êtes libérés vivants. Vous vivez la Couronne radiante du cœur, le Cœur Ascensionnel, vous vivez le Canal Marial, vous vivez l’Onde de Vie et vous vivez les deux Couronnes de la tête. Donc c’est l’achèvement d’un processus de libération.

Donc les effets de la déchirure du péricarde, c’est vraiment de restaurer la liberté cardiaque et ça prépare l’Ascension ou la Libération, pour ceux qui le vivent et qui l’ont vécu. C’est aussi ce qui était appelé la Porte KI-RIS-TI, l’impulsion Métatronique par les Clés Métatroniques, qui pénètre par KI-RIS-TI et qui traverse et qui ouvre le cœur. Ça avait été expliqué, je crois, durant l’année 2010, très très bien par Sri Aurobindo. Vous avez eu d’ailleurs des schémas qui montraient ce qui se passait entre le chakra du cœur, le Lemniscate sacré et la Porte KI-RIS-TI dans le dos. Tout ça, c’est lié à la déchirure du péricarde.

Quand le péricarde est déchiré totalement et dissout, vous voyez votre cœur d’Êtreté, c'est-à-dire le tétrakihexaèdre, ce diamant aux multiples facettes qui représente l’Éternité. C’est une représentation, mais néanmoins c’est une représentation adéquate et parfaite de ce que vous êtes en vérité.

Donc la déchirure du péricarde ouvre la porte à celui qui viendra comme un voleur dans la nuit, le Christ, ouvre la Porte du cœur, ouvre et déverrouille le passage de la Porte Étroite, c'est-à-dire le passage définitif de l’ego au cœur, qui permet de maintenir la conscience de manière stable au niveau du cœur et non plus de faire les yoyos entre le chakra du cœur et le plexus solaire, ou le troisième chakra si vous préférez. Voilà ce que je peux en dire sans rentrer trop dans les détails.

Cette déchirure peut être occasionnée par l’impulsion Métatronique ou du Christ au niveau de la Porte KI-RIS-TI, elle peut être réalisée par l’Archange Mikaël, directement par son épée au niveau du centre du chakra du cœur, elle peut être réalisée par le Canal Marial et les entités qui descendent dedans et qui vont créer un point d’ancrage dans le cœur, et de manière annexe, ça a pu être déclenché par l’Onde de Vie, pour ceux qui ont vécu l’Onde de Vie dans sa première phase, c’est à dire en 2012, où là, la déchirure du péricarde avec la remontée de l’Onde de Vie le long des chakras, jusqu’au chakra du cœur et jusqu’à la tête, a permis la déchirure du péricarde. Ça donne et c’est le témoin de la Libération, de la même façon qu’il avait été dit : « Il y aura beaucoup d’appelés, les appelés seront marqués au front ». Marqués au front parce que la Couronne radiante de la tête avait commencé à se déployer. Y avait plus de troisième œil mais y avait une hémicouronne. Dès que l’hémicouronne est constituée, il y a cette perception du front qu’on appelle « être marqué au front ».

Question : que signifie le fait que les points des Étoiles sur la tête soit un hologramme du corps ?

Faudrait encore que je comprenne ce que veut dire cette question. Les points des Étoiles de la tête seraient un hologramme du corps ? Qui c’est qui a dit ça ? Que le cerveau soit un hologramme, oui, mais que les Étoiles, non. Je vous rappelle que les Étoiles, indépendamment des noms des Étoiles, c’est les potentiels spirituels communs à toute conscience en manifestation au-delà des mondes carbonés enfermés. Même en 3D unifiée, libre ou libérée, la structure des Étoiles est omniprésente. Sans Étoiles, il n’y a pas de corps d’Êtreté. Mais d’hologramme du corps, je suis pas sûr de comprendre.

Qu’il y ait une correspondance, bien sûr, et une reliance même, qui existe entre les Étoiles et les Portes, ça c’est évident puisqu’elles portent le même nom, mais de là à dire que les Étoiles sont la reproduction du corps, je ne suis pas sûr de comprendre totalement ce que ça veut dire. Les Étoiles, on vous a donné des noms. Pour certaines, on vous a donné la prononciation réelle : OD-ER-IM-IS-AL. Pour d’autres, on vous les a pas donnés, pour des raisons très précises que vous aurez, même si les dernières Clés Métatroniques vous ont été délivrées, si je peux dire, la mise en œuvre de l’Esprit au niveau des autres clés, elle, sera faite durant l’enseignement Métatronique des 132 jours, c’est tout.

Mais y a pas de relation, c’est une vibration, c’est une fonction liée au corps d’Êtreté, les Étoiles. Profondeur, Précision, Attraction, Répulsion, etc., etc… Ce sont les Clés Métatroniques de la Vie, de la manifestation de la conscience. Alors bien sûr les Étoiles, selon vos lignées et vos origines, codent pour une forme précise qui, je vous le rappelle, est inscrite dans le corps d’Êtreté et dans le tétrakihexaèdre du cœur. Mais de là à dire que c’est un hologramme de ce corps, non je crois pas qu’on puisse dire ça. Mais une partie de l’hologramme, ou l’hologramme du corps d’Êtreté, oui. Ça, c’est tout à fait logique, mais certainement pas au sein d’une structure carbonée.

Rappelez-vous que ces points de vibration sont devenus perceptibles tout simplement parce que la Lumière s’est approchée. Par la descente du triple rayonnement, par l’activation de la Nouvelle Eucharistie, par l’activation des Étoiles, des chakras, mais aussi des Portes. C’est le corps d’Êtreté tout simplement, et selon la constitution vibrale d’une Étoile, toujours liée à la même fonction, si je prends par exemple IS, ISIS, l’Étoile liée à Marie, Ici. La vibration IS, elle vient de Sirius. Bien sûr cette vibration IS, même si vous n’avez pas d’origine stellaire liée à Sirius, mais même si vous n’avez pas de lignée, on va dire, liée à Sirius, vous n’avez pas que Sirius, vous avez d’autres mondes et d’autres atmosphères de la Confédération des Maîtres généticiens de Sirius, puisque ce sont eux qui ont créé cet ordre dans d’autres multivers. Vous avez certaines civilisations, si je peux les nommer ainsi, qui ont cette résonance Mariale, mais elle s’appelle pas Marie à ce moment-là. Au-delà des mondes carbonés, je parle.

Les Étoiles fournissent la vibration de support de votre corps d’Êtreté, ça c’est sûr. Mais par rapport au corps physique, non.

Question : pouvez-vous parler de la spontanéité ? Comment savoir si c’est une pulsion ou le mental ?

Mais c’est très simple. Le mental, il réfléchit ; la spontanéité fait appel à l’Évidence et à l’instantané, comme la réponse du cœur, y a pas de réflexion. Vous n’avez pas besoin de penser vos mots, vous n’avez pas besoin de penser à ce que vous allez dire, les choses sortent naturellement et spontanément. C’est lié à l’activation du Verbe créateur aussi, au Verbe, c’est lié au corps d’Êtreté. Donc dans la spontanéité, les mots aussi qui ont été repris, je crois, hier par l’Impersonnel, l’Évidence, la Liberté, l’Autonomie, la Vérité. Si vous n’êtes pas spontanés vous n’êtes pas vrais. Je parle pas bien sûr d’un examen que passerait un étudiant, où il est obligé de réfléchir à ses connaissances, là nous parlons de l’Esprit. Les modes de fonctionnement ne sont pas les mêmes.

Tout ce qui est lié à la spontanéité est lié à ce qui avait été nommé, sur un autre registre, par Anaël : la Fluidité de l’Unité, l’état de Grâce, l’action de Grâce. Ça peut pas être quelque chose qui est réfléchi, ça peut pas être quelque chose qui est pensé, qui est élaboré, structuré. Bien sûr ça emprunte le vocabulaire qui est inscrit dans votre cerveau, dans votre conscience, mais ce n’est pas le même processus. La spontanéité, c’est le moment où vous êtes en adéquation totale avec votre éternité, parce qu’à ce moment-là, les mots justes, les paroles justes sortent de vous. Il n’y a pas de recherche d’avantage, il n’y a pas de recherche d’explications, il n’y a pas de recherche de séduction, il n’y a pas de recherche d’explication ou de dialogue, il y a expression spontanée du Verbe.

Donc la spontanéité est le garant de la justesse de la Lumière dans votre vie et de votre Lumière. Dès l’instant où vous sortez de la spontanéité, parce que vous vous mettez à la place de l’autre, vous avez peur du regard de l’autre, vous avez peur du « qu’en dira-t-on », vous n’osez pas être vous-mêmes, vous n’êtes pas spontanés. Donc vous êtes dans la personne. Celui qui vit l’Esprit, qu’il ait déjà dissout son âme ou que son âme soit simplement en train de se retourner, il y a cette capacité, par l’activation, je vous le rappelle, du dernier corps qui devait s’activer avant l’Ascension, c'est-à-dire le 11ème corps (qui s’est déjà activé depuis presque deux ans, voire y en a qui ont eu des prémices y a bien plus longtemps que ça), mais tout ça c’est ce qui se déroule en même temps.

Donc quand vous êtes en l’Esprit de Vérité, quand vous êtes en votre éternité, même si c’est la personne qui s’exprime, alors à ce moment-là ce que vous exprimez est Évidence et spontanéité, il ne peut pas en être autrement. Dès l’instant où vous réfléchissez, dès l’instant où vous hésitez, dès l’instant où vous vous posez des questions « Est-ce bien ? Est-ce mal ? », vous n’êtes plus spontanés. Vous ratez l’occasion d’être dans l’instant présent parce que ce que vous allez dire est coloré par ce que vous avez cogité, imaginé ou connu. Alors que celui qui s’exprime par le Verbe n’a pas besoin de réfléchir à quoi que ce soit, ni à la moindre connaissance. Il les a peut-être, ces connaissances, si elles doivent sortir elles sortiront, sans ça y aura d’autres mots qui se formeront et vous serez au-delà, comme l’a dit d’ailleurs l’Impersonnel, au-delà de la parole et du Verbe, vous serez dans le silence.

Dans le silence, il y a Évidence, ça a été répété aussi. Et dans la spontanéité, comme dans l’Évidence, comme dans l’Autonomie et la Liberté, c’est là où vous êtes vrais. Tout le reste est faux, tout le reste n’est que convention sociale, convention mémorielle, convention d’éducation. Mais ce n’est jamais la spontanéité. C’est ça qui est important, je dirais, à saisir, et à expérimenter surtout.

Question : que pourriez-vous me conseiller pour harmoniser mes pulsions, par rapport à la spontanéité, pour être dans le cœur ?

La pulsion aussi est spontanée, mais le résultat n’est pas du tout le même. Dans un cas, il y a satisfaction ou pas d’une pulsion, et à nouveau la pulsion se représentera. Quand tu es spontané avec le cœur, ça concerne jamais des pulsions, ni sexuelles ni autres d’ailleurs. La spontanéité est une évidence qui se déroule sans qu’il y ait de mise en route, je dirais, du feu vital.

Donc si tu veux, la spontanéité est exactement l’inverse d’une pulsion, parce que la pulsion est un scénario qui se bâtit à partir de la mémoire et à partir des expériences passées, qui te renverront systématiquement aux autres pulsions, qu’elles concernent quelque domaine que ce soit. Alors que au contraire, dans la spontanéité, y a aucune référence à un désir, un plaisir ou un besoin. C’est une évidence qui s’exprime, quels que soient les mots qui sortent. D’ailleurs l’Impersonnel a insisté hier en vous disant que les mots ne sont que les supports d’une vibration, et que même si ces mots ne veulent rien dire, il reste le silence et ce qui porte la vibration jusqu’à vos oreilles ou votre cœur.

La pulsion abaisse le Feu Vibral et augmente le feu vital, la spontanéité fait disparaitre le feu vital, jusqu’au point nécessaire bien sûr. Donc y a pas d’autres conseils à te donner, à part mettre l’Amour devant, comme je l’ai dit, et être dans le cœur, et simplement ne pas être esclave ni de son mental, ni de son petit vélo, ni de ses pulsions quelles qu’elles soient, c'est-à-dire les voir comme réellement quelque chose qui ne fait que passer et qui se reproduit régulièrement, qui nécessite la mise en œuvre du feu vital et la satisfaction de cette pulsion.

Le cœur n’a rien à satisfaire, il se satisfait de lui-même, si je peux dire. Il n’a pas besoin de relations, même s’il est relation permanente et harmonieuse. Il n’a rien à contenter, il n’a rien à satisfaire, là est toute la différence. Et tout le monde sait, je crois, en psychologie, que les pulsions, qu’elles soient des pulsions de jeu, des pulsions sexuelles, des pulsions quelles qu’elles soient, ou une pulsion de vol pour les cleptomanes, aboutit toujours à des catastrophes, et jamais à la Liberté et la Paix, parce que vous êtes enchaînés.

Dès qu’une pulsion s’est manifestée, dès qu’une addiction même s’est manifestée, vous y êtes soumis et vous allez courir après une satisfaction. Alors que dans la spontanéité, c’est quelque chose qui est naturel quand le cœur est ouvert et qui n’a pas besoin d’avidité, qui n’a pas besoin de mettre en œuvre le feu vital. Donc la différence, au niveau des effets, n’est absolument pas la même. Une pulsion ou une addiction entraîne nécessairement la répétition de plus en plus fréquente de la satisfaction. Y a une recherche et un désir qui deviennent très brûlants, si je peux dire. Alors que dans la spontanéité du cœur, il n’y a rien d’autre que la Paix. Y a pas d’espace pour une pulsion ni pour une addiction quelle qu’elle soit. Y a de la place pour les plaisirs, bien sûr, mais y a pas de recherche de plaisir qui tourne en boucle et qui prend tout l’espace vital, si je peux dire. C’est profondément différent.

Donc je n’ai pas d’autres conseils, à partir du moment où tu identifies. La spontanéité laisse toujours un goût de bonheur ; la pulsion, quand celle-ci est satisfaite, laisse toujours une impression d’être sali, ou de besoin de recommencer, quelle que soit cette pulsion, que ce soit une pulsion pour le sucre, pour l’argent, pour les jeux, pour le sexe, pour n’importe quoi.

Question : la sexualité peut-elle être vécue de manière spontanée ?

Oui, bien sûr.

quand ça apporte une forme de communion ou de joie, dans ce cas ce n’est plus une pulsion alors que la sexualité, à l’origine, est quelque chose de pulsionnel.

Pas du tout. La sexualité de l’ego, oui. Parce que vous avez le feu vital, vous avez la préservation de l’espèce, et vous savez très bien que quand vous êtes jeune homme, ou jeune femme aussi, même si elles le disent pas, vous avez des jouissances nocturnes. À l’époque, on appelait ça des pollutions nocturnes. Quel mot ! Horrible. Simplement ce feu vital, dans le jeune âge, s’exprime nécessairement par les chakras du bas, c’est une constante. Le tout, c’est de ne pas rester là et de grandir, sans ça on devient esclave de ses pulsions, quelles qu’elles soient. Parce que même les addictions au sucre, au jeu, à la séduction, sont liées toujours dans les mêmes chakras. La spontanéité n’a rien à voir avec la structure du deuxième chakra, ni même de l’ego au niveau du plexus.

L’ego n’est jamais spontané ou alors, s’il est spontané, il joue un jeu. La spontanéité du cœur n’est pas un jeu, c’est quelque chose de naturel qui est très sérieux, qui n’est pas un divertissement, qui est l’expression même de l’Amour. Donc en général le feu vital diminue, bien sûr, avec l’âge, quel que soit l’amour porté, si on parle de sexualité. C’est tout à fait logique. Et vous savez très bien que dans les couples, la sexualité peut durer même jusqu’au dernier jour, mais qu’il y a quelque chose qui est beaucoup plus important que cette satisfaction éphémère, c’est soit la sexualité du cœur, si vous en avez la possibilité, soit la tendresse. Bien sûr que c’est essentiel et majeur.

Mais la tendresse ne fait pas partie des pulsions. C’est une reconnaissance de l’autre en tant qu’âme, ce que n’est pas la sexualité, quelle qu’elle soit, sauf si elle est sacrée. Mais pour qu’elle soit sacrée, il faut que l’un des deux partenaires, et les deux serait mieux, soit aient vécu les processus transmutatoires liés à la l’Onde de Vie, ou au minimum au chakra du cœur. C’est ça qui permet à l’énergie de ne plus stagner au niveau des deux premiers chakras (au niveau par exemple des addictions, c’est le deuxième, ou le premier pour la sexualité, et le deuxième) mais d’être drainée vers le cœur. Et ça se vit réellement et concrètement. Ceux qui ont ça le savent parce que la jouissance, l’extase, la béatitude, elle se passe plus par les organes génitaux. C’est juste une prise de courant ça, ça passe par le cœur, et dans ce cas-là, les résultats, bien sûr, ne sont pas les mêmes.

Tout acte pulsionnel nourrit la pulsion et l’entretient, et la fait grandir, et la rend dramatique parfois. Ça dépend ce qui est concerné. Au niveau du cœur, par contre, c’est là où il y a la spontanéité et les choses naturelles. C’est d’abord ton cœur qui décide, et non pas la pulsion, c'est-à-dire les chakras du bas.

… c’est quelque chose de spontané, c’est un élan.

Tout à fait. C’est toute la différence entre celui qui est par exemple accroc, addictif au sucre, qui va chercher du sucre tout le temps (s’il a pas de sucre il est très mal), et celui qui satisfait un plaisir passager. Je mange du sucre, je sais que c’est pas bon mais je prends le plaisir de le manger. Y a pas d’esclavage, et les conséquences ne sont pas destructrices. Mais la pulsion de vie est tout à fait normale à l’adolescence, jusqu’à un certain âge. Mais je vous rappelle quand même que certains grands mystiques, que ce soit en orient, en occident ou ailleurs, n’ont jamais connu ce feu vital parce que le Feu Vibral les a pris avant la puberté ou à l’âge de la puberté. Et donc là ne se pose plus jamais la question d’une pulsion quelle qu’elle soit.

La seule pulsion qui resterait, mais c’est un mot différent, c’est ce qu’avait dit Hildegarde, c’est cette espèce de tension vers la Lumière, qui n’est plus une pulsion, parce qu’une pulsion par définition redescend, remonte, redescend, remonte ; c’est cyclique. Alors qu’au niveau de la tension, en particulier vers la Lumière, vers l’Amour, vers le Christ, vers l’Absolu, il y a une force de détermination qui ne se présentera jamais comme une pulsion, parce que ça va pas être : « Bon ben, j’ai la pulsion de prier et puis après je prie plus pendant deux mois ». C’est pas un mécanisme pulsionnel, c’est un mécanisme constant. Plus ou moins fort, plus ou moins lassant, parce que des fois, il y a ce qui est appelé la nuit noire de l’âme, c'est-à-dire que l’objet de la tension semble se dérober en permanence (le Christ, Bouddha), et à un moment donné vous lâchez ça aussi.

Donc ça peut prendre un aspect je dirais, sombre, mais qui n’est que temporaire bien sûr. Alors que la pulsion t’envoie toujours, systématiquement, et plus elle dure longtemps dans le temps plus elle t’envoie dans les méandres du sombre justement, dans tout ce qui est lié à l’avidité, à la possession, au désir de posséder, de ramener à soi et non pas à l’autre. Et toute la différence entre la pulsion qui va donner ou prendre du plaisir (que ce soit avec le sexe, avec le jeu ou le sucre), de la spontanéité qui fait plaisir mais qui n’est pas une recherche de plaisir. C’est un plaisir spontané, sous lequel nous ne sommes pas soumis, c’est profondément différent.

La pulsion est l’inverse de la spontanéité. Elle peut donner l’impression d’être spontanée quand elle est exubérante, mais elle est toujours issue de l’expérience antérieure, quelle qu’elle soit, des expériences antérieures. Si c’est le sucre, c’est simple, c’est le bonbon d’avant. Et les addictions sont innombrables, à l’alcool, au sexe, à l’argent. Mais l’addiction te mène par le bout du nez. Les processus d’addiction entraînent, in fine, un aspect de déstructuration voire de dissociation totale de la personnalité. Au pire, de fragmentation.

Ça, vous avez ça avec les gens qui sont très connus. Alors ils vont se présenter comme des hommes politiques, des gens connus, des gens du public, et ils font tout de manière cachée. Ça, ça s’appelle la fragmentation de la personnalité. C’est comme si ils se faisaient de la manipulation mentale eux-mêmes. Ils sont pas intègres, ils sont pas entiers, parce que ce qu’ils donnent à voir est profondément différent, quand ils sont sous l’emprise de leur pulsion. Et comme c’est honteux, bien évidemment ça crée pas de la joie, ça crée une espèce, cette fois-ci, de tension, mais qui n’est pas une tension vers la Lumière et l’Amour mais une tension de préservation, avec tout ce qui l’accompagne, les mensonges, les faux semblants, le fait de cacher les choses. Celui qui est spontané n’a rien à cacher.

Question : l’Impersonnel a mentionné que vu les circonstances actuelles de la Libération, le végétarisme pouvait être dangereux ? Pourquoi ?

Je ne suis pas sûr d’avoir compris la question. J’ai compris le sens général, mais qu’est-ce qui est demandé ?

… pourquoi le végétarisme peut être dangereux ?

Qui c’est qui a dit ça ? J’étais végétarien, mais quand j’allais manger chez quelqu’un qui me faisait du poulet, je le mangeais. Bon, je faisais une prière avant, bien sûr. Mais aujourd’hui les circonstances, de toute façon, de toute l’alimentation, même celle que vous appelez biologique, elle est autant contaminé que le reste. La seule nourriture qui soit fiable, c’est celle que vous fabriquez vous-mêmes – et encore vous avez les fameux poisons qui sont pulvérisés. Mais vous ne contrôlez pas votre alimentation, vous ne pouvez pas la contrôler. Bien sûr qu’il est préférable de manger des produits frais que des conserves. Bien sûr qu’il est préférable de manger des légumes que de manger de la viande rouge, d’accord ? Mais n’oubliez pas qu’il y a un certain nombre d’éléments qui vous avaient été communiqués déjà, durant les Noces Célestes et même après, où Anaël vous parlait d’alimentation aérienne. Pas de racines, pas des choses qui poussent sous terre, mais des choses qui poussent à la lumière, parce que ces aliments-là, bien sûr, sont plus riches en lumière, tout simplement, plus riches en particules adamantines.

Mais bien évidemment, quel que soit le type d’aliment, biologique ou non biologique, tous les légumes que vous achetez dans le commerce, ils sont passés par différents stades, par des marchands, par des revendeurs, par des modes de culture même sains mais sur lesquels ont été fait ce qu’on appelle du commerce, que vous le vouliez ou non. Vous ne savez pas en plus dans quoi ils ont été emballés. Quand vous mangez une tomate de chez vous, que vous avez fait pousser, c’est vous qui l’avez nourrie. Les vertus sont pas du tout les mêmes.

Maintenant, l’ensemble des polluants qui ont été mis sur la terre, que ce soit (je parle pas des animaux cette fois-ci) mais simplement les pesticides, les ondes de toutes sortes, elles sont partout, donc ça altère la structure génétique même de ce que vous avalez, comme vous. Votre corps, même s’il vit plus vieux, est beaucoup plus fragile à l’environnement. Vous avez d’ailleurs une multitude de frères et de sœurs qui sont aujourd’hui allergiques. De mon temps, y avait quasiment pas d’allergies, le cancer était beaucoup moins fréquent. Tout ça, c’est lié à l’environnement, fait de façon consciente ou inconsciente, peu importe, mais le résultat est là. Que ce soit les pesticides, que ce soit le fluor, que ce soit les minéraux que vous appelez engrais, qui sont mis comme ça naturellement dans le sol alors que c’est pas de la matière vivante, les emballages, les transports des marchandises. Tout ça si vous voulez.

Y a pas de danger dans le végétarisme, ou alors je devrais dire qu’il y a un danger dans toute alimentation, quelle qu’elle soit, sauf celle que vous fabriquez vous-mêmes. Et encore, ça va être un peu contaminé. Donc, et puis bien sûr l’important, ce n’est pas ce qui rentre dans votre bouche, c’est ce qui en sort. Regardez combien de personnes font extrêmement attention à ce qu’elles mangent et se permettent de dire des choses qui sont pas vraiment de l’amour – le fait de parler de quelqu’un d’autre quand il est pas là. Ça déjà, ça fait plus de mal à vous que l’aliment que vous allez manger.

Bien sûr les conditions de la vie maintenant sur terre, depuis l’industrialisation, pas au début mais surtout depuis trente à quarante ans, est devenue catastrophique. Y a plus aucune vitalité dans les aliments, même biologiques. Vous savez très bien d’ailleurs la différence, au goût et aux effets, d’une tomate que vous achetez chez un marchand, même si elle est biologique, et celle que vous avez fait pousser avec amour. Je parle même pas des aliments transformés, là c’est encore une hérésie. Mais c’est tout à fait vrai. Alors bien sûr le corps il encaisse, bien sûr que ce corps il va disparaître mais je pense qu’il est préférable d’avoir une zone de confort.

Alors à l’époque des Noces Célestes, il était important de monter en vibration, d’ouvrir certains canaux, je l’ai expliqué par rapport aux Portes et aux Étoiles. Mais aujourd’hui, combien de fois nous vous avons dit aussi que pour nombre d’entre vous la nourriture est devenue un rite, une habitude. Regardez combien parmi vous n’ont finalement plus besoin de manger, ou de manger très peu, ou à des moments qui n’ont rien à voir avec les repas. Tout ça, c’est la même chose. Mais dire que le végétarisme est mauvais, c’est pas plus mauvais, je dirais, que de manger de la viande rouge, loin de là.

Mais toute alimentation, et c’est lié à la société actuelle, à l’époque, il y a encore cent ans, y avait pas tous les commerces que vous avez, y avait les marchés des producteurs dans les villages, dans les villes et tout. L’histoire des grandes surfaces, des grands commerces, des circuits longs de distribution, vous mangez des fraises en hiver, tout ça est complètement aberrant. L’être humain est un être qui doit, jusqu’à présent vous êtes un être qui participe d’un environnement, il y a une adaptation à l’environnement, mais quand vous mangez des choses qui viennent pas de votre environnement, vous n’êtes plus adaptés. Donc là toutes les maladies peuvent apparaître, que ce soit les maladies intestinales, les cancers, les problèmes de peau, les allergies, le vieillissement, tout ça. Mais comment voulez-vous faire autrement ? À moins de faire comme certains qui mangent une ostie par semaine.

Mais y a quand même là-dedans, je dirais, un moindre mal. C'est-à-dire non pas manger parce que c’est l’heure de manger mais manger parce que votre cœur vous demande de manger. Il peut vous demander de manger à minuit, il peut vous demander de manger à six heures du matin, ou ne pas manger du tout de la journée. C’est pas pour ça que vous allez faire un malaise ou que vous allez faire une hypoglycémie ou que vous allez dérégler votre corps. C’est une croyance ça, et aussi lié aux habitudes. Mais c’est un problème très délicat. L’alimentation, l’agriculture, les commerces, ne sont que le reflet de l’erreur de l’humanité. Les erreurs conceptuelles déjà, sans même parler des erreurs liées au profit du commerce, mais déjà les agriculteurs eux-mêmes ont abandonné, au début de l’ère industrielle, tout ce qui faisait la richesse des sols. Donc à partir de là, il est évident que toutes les nourritures sont néfastes, si je peux dire.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut arrêter de manger telle chose ou telle chose, ou produire uniquement sa nourriture. Si vous en avez l’opportunité, tant mieux, mais vous voyez bien la différence, selon ce que vous mangez, maintenant directement, vous n’avez pas besoin d’attendre des mois. Vous savez si un aliment vous fait mal au ventre, ou baisse votre vibration si vous voulez. Ça se sent même avant la digestion. Essayez simplement, et je le faisais de mon vivant, de bénir les repas, essayez, quand vous prenez une bouchée d’un aliment, quel qu’il soit, de le laisser en bouche pas seulement pour le mâcher, mais pour voir l’information qu’il délivre à votre cœur, et vous verrez tout de suite les effets.

Et pourquoi est-ce qu’il y en a parmi vous qui auraient pas besoin, par exemple, de manger du fer pendant un certain temps et de la viande rouge ? La problématique maintenant, et déjà depuis de nombreuses années, n’est pas simplement de monter en vibration. Alors après, tous les discours peuvent être tenus : je ne mange pas les animaux à cause de la souffrance animale, je mange pas des animaux parce que ça fait du mal effectivement à ma santé, mais tout le monde n’a pas les mêmes risques. Vous avez des gens qui vont être extrêmement malades, sans s’en apercevoir, avec des régimes végétariens, et vous avez des gens qui vont manger des régimes carnés qui ne vont pas en souffrir apparemment.

Donc y a une logique, mais c’est pas une logique, comment dire, purement liée à la nutrition, à ce que vous connaissez des aliments, de leur composition, de leur culture. Là aussi, au niveau des aliments, c’est comme pour les addictions toute à l’heure. Qu’est-ce que votre corps a besoin dans son intelligence, première chose. Deuxième chose, qu’est-ce que vous dit le cœur, que vous raconte-t-il quand vous mettez une bouchée dans la bouche. Est-ce que là aussi vous êtes sous l’influence d’une pulsion, l’addiction à une saveur, l’addiction à une texture, qui existent aussi bien sûr. Mais celui qui est soumis à une addiction à une texture ou un type d’aliment, il est pas plus libre que celui qui est dans la matrice dans ce monde et qui croit en rien. Donc y a pas de réponse univoque, chaque cas est différent. Y a pas de règles.

Si vous voulez monter en vibration, effectivement, absorbez des fruits et légumes aériques, augmentez la ration de sucres lents, là vous allez monter en vibration, comme c’était le cas pendant les Noces Célestes. Mais je suis pas sûr que votre corps puisse supporter ça pendant des années, c’était un contexte particulier. Vous savez très bien tous, en arrivant à un certain âge, même sans avoir rien lu, que tel aliment vous fait du bien et que tel autre aliment ne vous fait pas du bien. Mais ça ne veut pas dire non plus seulement que l’aliment qui vous fait du bien, parce que vous le sentez, est en accord avec ce que veut votre cœur. Vous avez les deux réponses possibles, à vous de savoir laquelle vous choisissez. Est-ce que vous préférez la réponse de votre ventre et de votre corps ou est-ce que vous préférez la réponse de votre cœur ?

Si votre alimentation n’est que question de goût, de texture, de saveur, ou de connaissances ou d’expériences vécues, vous n’êtes pas libres par rapport à l’alimentation. Sans compter, et vous le savez pour l’avoir vécu, que le comportement alimentaire, d’une manière générale, s’est profondément transformé. Beaucoup parmi vous disent qu’ils ne savent plus quoi manger. Beaucoup parmi vous s’aperçoivent que les quantités sont obligées d’être diminuées. Tout le monde sait par exemple que certaines boissons sont des poisons, mais il ne vous a jamais été dit de ne prendre aucun poison, il vous a été dit simplement de prendre un poison de manière mesurée et responsable.

J’ai parlé des ondes. Bien sûr que les ondes sont nocives, mais est-ce que vous allez vous prémunir obligatoirement de toutes les ondes ? Parce que là, si vous adoptez ce genre de comportement, d’attitude, vous allez retomber inexorablement dans la dualité bien-mal. Autrement dit, avec un jeu de mots, je dirais qu’il y a pas de mal à se faire du bien avec quelque chose qui fait du mal. Tout est une question, non pas de mesure mais de pondération. C’est pas parce que vous allez avaler un jour une vingtaine de morceaux de sucre dans une canette de soda que ça va transformer votre diabète, ou vous déclencher un diabète. Mais si ça devient quotidien et répétitif, là oui. C’est pareil pour tout. Vous avez droit de jouer au loto, vous avez droit de parier aux courses, qui c’est qui vous a interdit ça ? Personne. Mais êtes-vous libres par rapport à ça ? Est-ce que c’est un plaisir que vous vous octroyez ou est-ce que c’est une dépendance ? C’est toujours pareil.

J’ai fini de répondre et je crois que nous allons arrêter maintenant.

Alors chers amis, je vous dis au revoir et je reviens dès demain.



* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 11:34 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant

Septembre 2016

O. M. AÏVANHOV

Questions/Réponses – 3ème partie



Eh bien chers amis, je suis extrêmement ravi de vous retrouver et de continuer avec vous les questions. Tout d’abord, je vous présente toutes mes bénédictions et tout mon Amour, et nous nous installons tous ensemble dans le cœur, bien sûr, dans l’Amour et dans la Paix, avant de commencer.

… Silence…

Eh bien nous allons pouvoir maintenant commencer à questionner.

Question : est-on obligés de tout accepter ?

Cher ami, je te répondrais que ça dépend, bien évidemment, de ton point de vue. En tant que personne, il est difficile de tout accepter, et il serait même, je dirais, stupide de tout accepter. Ne serait-ce que par exemple ce qui avait été nommé « l’intégrité », ne peut pas s’accompagner de l’acceptation de tout et n’importe quoi. Maintenant, d’un autre point de vue, du point de vue de celui qui se tient dans le Soi, ou celui qui est libéré, je dirais qu’il n’a pas non plus à accepter tout. Il a simplement à laisser être ce qu’il est, et l’Intelligence de la Lumière elle-même fait que, d’une manière quasi constante, il est impossible qu’il arrive jusqu’à lui un élément inacceptable.

Cela fait partie de ce qui a été nommé aussi bien la loi d’Attraction, que de la loi de l’Un, ou encore la loi de l’action de Grâce et de l’état de Grâce. Parce que en l’état de Grâce il est impossible, le plus souvent, que quelque chose qui soit inacceptable se produise. Et de toute façon celui qui est libéré, quand un élément ou un évènement où une situation devient inacceptable, l’Intelligence de la Lumière fait en sorte que cet inacceptable ne dure pas et, le plus souvent, ne se manifeste pas. La Grâce est quelque chose qui est actif, bien sûr, pas seulement dans la conscience, pas seulement dans la Liberté intérieure, mais aussi dans toutes les situations de la vie quelles qu’elles soient.

Accepter tout, ce ne veut pas dire se laisser faire, ça ne veut pas dire ne pas défendre un point de vue, que ce point de vue soit celui de la personne ou celui du Libéré Vivant. Il y a des choses qui sont inacceptables dans les jeux de l’ego, et aussi dans les évènements qui peuvent survenir. Donc il n’est pas question de tout accepter, mais il est question avant tout de savoir depuis où est exprimée cette perception d’une chose ou d’un évènement que vous pourriez qualifier d’inacceptable, et c’est pas tous les jours que ça se produit.

Maintenant, dans un cas comme dans l’autre, c'est-à-dire que cela soit pour la personne, même enfermée dans son ego, ou à l’autre extrémité, pour le Libéré Vivant, il y a des choses qui nécessitent à la fois d’exprimer, de dire, à la fois de ressentir, et si possible d’adopter, face à une personne par exemple, les principes de la communication non violente, c'est-à-dire ne jamais, d’une manière générale, incriminer l’autre mais incriminer la situation générée (si c’est le cas) par un autre, bien sûr. C'est-à-dire que même dans ces situations où un évènement dit inacceptable se produit, il est important de garder la paix, de garder la non-violence, de garder, si vous préférez, une certaine forme d’alignement. Sans ça, vous sortez de vos gonds, vous sortez de votre alignement et vous retombez de manière instantanée, je dirais, dans la dualité.

Il est beaucoup plus important de parler, d’exprimer, de communiquer, par rapport à une situation ou à un frère et une sœur, que cela soit à travers la notion de ressentiment, la notion d’injustice, mais ne pas accepter l’inacceptable est bien sûr évident. Mais encore une fois, quelle est l’attitude que vous allez adopter face à ce genre de contrariété ou d’évènement face à cette personne ? Il n’est pas question de défendre son point de vue par rapport à un autre point de vue. Il n’est pas non plus question de ressentir ou d’accuser une responsabilité quelconque chez l’autre ou en soi.

Alors bien sûr, dans chaque situation, dans chaque évènement, dans chaque relation, les choses sont profondément différentes. Donc il ne peut pas y avoir de réponse toute faite par rapport à cela, bien sûr, mais ce qui est prédominant, c’est vraiment l’emplacement d’où tu te situes pour dire « c’est inacceptable » ou dire « je ne peux accepter cela ». Mais il ne faut pas rester ni avec la rancœur ni avec le ressentiment. La Source elle-même disait, lors de son passage sur terre, que quand on ne pouvait pas résoudre quelque chose, il fallait passer son chemin, c'est-à-dire ne pas nécessairement argumenter sur son point de vue ou sur la situation mais faire en sorte que les choses se résolvent par l’Intelligence, l’intelligence de la personne, l’Intelligence du Soi, et surtout l’Intelligence de la Lumière.

Rappelez-vous que dans chaque situation, même où il y a, allez, on va dire un coupable identifié ou identifiable, si c’est une personne ou si y a un responsable, même dans ces cas-là, rappelez-vous ce que j’avais dit : « C’est celui qui dit qui est ». C'est-à-dire que tout évènement qui va se produire dans votre vie, surtout dans cette période de Face-à-Face, va vous amener à vous repositionner et non pas simplement à défendre un point de vue, défendre une situation, ou défendre un ego. Ça c’est fondamental. Bien sûr, y a à travers cela la nécessité de réflexion, mais non pas de réflexion qui va amener le mental à tourner en boucle mais à voir clair, à être précis, d’abord dans ce que tu ressens, quelle que soit la situation ou quelle que soit la personne.

Voir pourquoi c’est inacceptable, en fonction de croyances, en fonction du sentiment d’injustice, en fonction de la Vérité, brute, qui ne dépend ni de toi, ni de l’autre, ni de la situation. Tout cela doit être pesé et soupesé. Mais rappelez-vous que toujours dans ces cas-là, faites appel à l’Amour, faites appel à l’Intelligence de la Lumière, et surtout faites appel à la bienveillance. Parce que sans cela, même si réellement, concrètement, et objectivement, vous n’y êtes pour rien – ça n’existe pas le fait d’y être pour rien –, même si c’est quelque chose qui vous tombe dessus, que vous estimez ou que a priori et en vérité vous n’avez pas mérité, de toute façon il y a toujours une leçon, il y a toujours quelque chose à dépasser, à transcender, et pas uniquement à comprendre. Ce qui est à comprendre, ce n’est pas la situation, c’est l’état, je dirais, d’émotion, de conflit, face à ce qu’on pourrait appeler « un inacceptable ».

Donc la seule chose qu’il faut accepter en permanence, même dans l’inacceptable, c’est la Lumière. Si vous partez de ce principe, et si vous adaptez votre conduite par rapport à cela, tous les évènements, sans aucune exception, quels qu’ils soient, s’aplaniront et n’auront plus, comment dire, d’impacts à l’intérieur de vous, en tout cas sur ce que vous êtes.

Toutes les circonstances actuelles que vous rencontrez, les uns et les autres, dans toute occasion, dans toutes les sphères de votre vie, depuis la plus basse vibratoirement jusqu’à la plus élevée, ne sont là que pour vous aider. Donc il n’y a pas de coupable, là aussi, il n’y a pas de bien, il n’y a pas de mal. Parce que si tu commences à réfléchir sur la notion de bien, de mal, de culpabilité, même si effectivement, d’un point de vue strictement, nous allons dire linéaire, basique, logique, duel, l’autre ou la situation peut être responsable, mais il y a toujours derrière cette responsabilité à avoir, non pas à dresser une accusation mais bien plus à dresser un constat en soi-même de ce qui arrive, et de dépasser cela par la prière, par la méditation, par l’Abandon à la Lumière, et dans certains cas par le sacrifice. Parce que c’est des moyens parfois violents que vous fournit la Vie elle-même pour vous aider à dépasser par exemple les attachements, ou les susceptibilités, ou les liens, ou encore des évènements traumatisants qui peuvent se produire, de quelque nature que ce soit.

De votre capacité à demeurer au sein du Soi, au sein du Parabrahman, au sein de l’Ultime Présence, découle le déroulement de votre vie, et ce sur tous les plans, et aujourd’hui plus que jamais. Ça ne veut pas dire s’en foutre, ça ne veut pas dire ne pas voir les choses, mais adopter une conduite qui n’est pas de l’ordre de la réaction mais de l’ordre de l’intégration. Tant que vous êtes dans le ressentiment, tant que vous êtes dans le besoin de justifier, tant que vous êtes dans le besoin de prouver votre point de vue, ou la vérité ou la réalité d’une situation donnée, ou d’une relation avec un autre frère ou sœur, qu’il soit le plus éloigné ou le plus proche de vous, vous n’avez pas la possibilité de trancher, de diviser et de séparer, ou alors vous assumez vos choix de rester dans la dualité.

Dans cette période de Face-à-Face, il est évident que si vous parlez entre vous, vous allez voir des frères et des sœurs qui demeurent imperturbables dans la joie, quoi qu’il arrive, et d’autres dont la susceptibilité semble augmenter, à fleur de peau, beaucoup plus qu’auparavant encore. Ça prouve simplement que quel que soit le fautif, quel que soit l’élément, il demeure en vous une part d’ego. Cela ne peut pas être autrement. Surtout s’il s’agit de la sphère relationnelle, de la sphère personnelle, de la sphère intime. Et je dirais que ça va très loin, parce que même par rapport à un évènement, je vous ai parlé hier de ma mise en accusation et de mon séjour en prison. Le ressentiment ne sert à rien, vouloir prouver l’injustice ne sert à rien. Si vous êtes conduits à ce genre de situation, c’est que au-delà de la faute, si on peut parler de faute, au-delà de l’évènement, au-delà d’une rupture, au-delà de quoi que ce soit, cela ne fait en définitive que vous renvoyer à vous-mêmes.

Tant que vous vous considérez comme victime, tant que vous vous considérez comme un bourreau, tant que vous vous considérez comme un sauveteur, vous n’êtes pas libres, vous êtes dans ce qui avait été nommé la triade infernale et vous tournez en boucle là-dedans. Alors parfois ça nécessite effectivement, comme disait la Source, de passer son chemin. Si vous ne pouvez pas pardonner, si vous ne pouvez pas demeurer en paix et êtes dans le ressentiment, alors il convient de passer son chemin. Ça, c’est très important, parce que effectivement, vous le voyez, quelle que soit votre stabilité au sein de la Joie et au sein de la béatitude, au sein de tout ce qui est possible de vivre aujourd’hui, les circonstances peut-être de votre vie ne sont pas toujours roses.

Donc y a des choses inacceptables qui se produisent. La mort est inacceptable pour celui qui est dans l’ego ; pour celui qui est libéré vivant, la mort est une grande joie, c’est quelque chose qui se fête, c’est la fin de l’enfermement. Donc dans les problèmes des conflits situationnels ou relationnels, il en est exactement de même.

Alors bien sûr, celui qui entend la réponse à cette question, s’il est dans la personne, ne peut pas être content parce qu’il voudrait prouver qu’il a raison, il voudrait prouver que c’est la situation qui est imposée ou la relation, l’autre qui est à l’autre bout de l’évènement, qui est fautif. Mais le problème n’est pas la culpabilité, le problème est de rester et de demeurer en paix, plus que jamais. Alors vous imaginez bien que quand des évènements concernent une situation qui vous est propre, ou une relation quelle qu’elle soit, c’est déjà… Ça vous concerne vous, mais vous imaginez bien que la charge émotionnelle de ce qui se déroule, et qui vous a été annoncé depuis fort longtemps sur le Choc de l’humanité, comment allez-vous réagir dans ces circonstances collectives dont l’impact émotionnel et mental est de loin beaucoup plus catastrophique, si je peux dire, pour la personne, que ce que vous pouvez vivre à l’heure actuelle dans votre sphère proche.

Tout cela vous montre où vous êtes. Alors il vous faut changer de regard, quel que soit votre point de vue, celui de la personne ou celui du Libéré Vivant. Le Libéré Vivant, comme je l’ai dit, il y a peu de chance que ça se produise. Mais si vous demeurez attachés à quoi que ce soit ou à qui que ce soit, bien sûr que vous aurez plus de chance de rencontrer des évènements, des situations, totalement inacceptables. Mais encore une fois, ça vous concerne vous mais ça ne concerne pas le collectif. Donc vous imaginez bien que si vous regardez dans d’autres pays qu’en Occident, qui ne sont pas aujourd’hui en paix, vous voyez bien ce qui se déroule dans différents pays. Vous voyez bien l’action de la guerre, l’action des Éléments, des Cavaliers. Comment vous allez réagir dans ce cas-là ? Êtes-vous prêts à tout perdre ? C’est ça que vous dit la Vie.

Il est très facile d’accepter le principe de la fin, il est autre chose de le vivre. Nous avons très longuement insisté là-dessus. Alors quoi qu’il vous arrive, surtout maintenant, dans cette période de Face-à-Face, cultivez la paix ; ne cultivez pas l’indifférence mais si vous devez pas trouver la paix, quelle que soit la cause, alors passez votre chemin, il n’y a pas d’autre alternative. Il faut respecter la liberté de l’autre, même au sein de sa faute, au sein de sa culpabilité si vous le voyez ainsi. Là est la plus grande des preuves d’amour, et c’est la même chose si ce n’est pas lié à un frère ou une sœur mais à un évènement quel qu’il soit qui survient dans votre vie.

Si vous n’êtes pas capables de dépasser l’annonce d’une maladie, l’annonce de votre mort, l’annonce d’une rupture, une contrariété, même liée à quelque chose de faux, comment allez-vous faire ? C’est ça que vous dit la Lumière, c’est ça qu’elle vous montre. Alors ne restez pas dans les particularités d’une relation ou d’une situation, mais si vous n’êtes pas capables de transcender cela, alors accordez la paix et accordez l’amour. Celui qui aime son pire ennemi est le plus humble des maîtres spirituels, parce qu’il a compris que celui qui lui a fait du tort mérite bien plus que l’amour et le pardon, il mérite la Liberté. Sans ça, c’est comme ça que les Archontes ont créé, si vous voulez, le karma, en massacrant les lois de l’univers. Mais cette loi de causalité, nous vous l’avons expliqué très longuement, n’est pas la loi de l’Amour. C’est la loi qui prévaut encore un peu en ce monde mais ce n’est absolument pas la loi de la Vie.

Donc s’il vous arrive quelque chose comme ça, à travers un évènement, à travers un frère, une sœur, c’est là que vous vous testez vous-mêmes et que vous voyez où vous en êtes. Il n’y a aucune justification qui tienne, je l’ai dit, ni la culpabilité, ni la responsabilité, ni l’amour, ni la haine. Comment voulez-vous trouver la liberté pour vivre ce qui est à vivre, qui va concerner, plus vous allez rentrer dans l’automne et arriver vers l’hiver, des mécanismes intérieurs et intimes, même s’ils sont déclenchés par des évènements collectifs ?

Êtes-vous encore dans l’action-réaction, êtes-vous encore dans le besoin de prouver quelque chose, êtes-vous encore dans le besoin de vous défendre, ou êtes-vous en paix ? Ça prouve aussi simplement où est votre conscience. Est-ce qu’elle est à l’extérieur ou est-ce qu’elle est à l’intérieur ? Si elle est réellement à l’intérieur, aucun évènement, aucune situation, aucun frère ou aucune sœur ne peut vous déstabiliser. Donc si vous êtes déstabilisés, c’est celui qui dit qui est.

Rappelez-vous de toujours inverser le sens de l’énergie de la réaction, non pas pour vous punir, vous culpabiliser ou vous ronger le cœur, mais bien plus pour être dans le cœur. Quelle qualité d’amour mettez-vous devant ? Mettez-vous votre personne ou l’autre personne devant ? Mettez-vous les situations éphémères quelles qu’elles soient devant, ou l’Éternité d’abord ? Toute la problématique elle est là, elle n’est pas ailleurs. Le reste, c’est des problèmes de personne, des problèmes d’ego, des problèmes d’attachement et de peur.

Donc doit-on accepter l’inacceptable ? Pour moi ça ne veut rien dire. Regardez dans votre vie. Regardez même parmi les mystiques, qu’ils soient en Orient et en Occident, qu’ils soient partout dans la planète. Être Lumière ne s’accompagnera plus jamais de demi-mesures ou de compromis. Vous êtes Lumière ou vous êtes autre chose, c’est ça que la Vie vous dit, dans tout ce qu’elle produit à l’intérieur de vous et à l’extérieur de vous. C’est facile d’être dans la Lumière – surtout avec la quantité de Lumière qui est présente sur terre –, en se mettant à l’écart de tout, mais si vous êtes réellement ces êtres de Lumière que vous espérez, que vous vivez, alors il n’y a rien d’inacceptable. Tout cela ne fait que passer et ne concerne que l’éphémère, quelle que soit la situation, quel que soit l’état de votre corps, quel que soit l’état de vos relations, sans aucune exception.

Comme je disais hier que depuis déjà longtemps je vous ai dit que vous ne pouvez plus rester entre deux chaises, l’assignation vous a montré un certain nombre de choses, vous a positionnés. Certains d’entre vous ont « fait appel », (la façon dont je l’ai présenté, de façon humoristique), mais aujourd’hui il n’y a plus du tout d’humour. C’est l’un ou l’autre, et vous devez le voir. Parce qu’il y a personne d’autre que vous. Bidi vous dirait que le monde n’existe pas, qu’il n’y a personne. Et plus que jamais, que ce soit moi (puisque c’est moi qui est là aujourd’hui), ou encore les peuples de la nature, ou l’Impersonnel, ne pourront que vous dire la même chose.

Tant que vous poserez des questions liées à la personne… Bien sûr qu’il est souhaitable d’aider la personne, quand elle souffre, quand elle a des problèmes, mais il y a un moment où il faut être capables, là aussi, d’être autonomes face à une situation, ou face à un frère et une sœur. Si l’Amour est réellement tout ce qui est, si la Lumière est Intelligence et Grâce, qu’est-ce qui peut s’opposer à la Lumière si ce n’est vous-mêmes? Si vous êtes en paix, si vous êtes dans la joie, si vous trouvez ne serait-ce que par moments l’alignement parfait en l’Ultime Présence, pourquoi voulez-vous défendre quoi que ce soit, quelque point de vue que ce soit ou quelque évènement que ce soit ? Qu’avez-vous à prouver si ce n’est au niveau de l’ego et de l’éphémère. C’est ça, être dans l’éphémère ou être alors dans l’Éternité. Et chaque jour qui passe va vous amener, parfois de manière apparemment cruelle, à vous positionner. Pour certains, ça va être la maladie, pour d’autres, ça sera la béatitude permanente, pour d’autres, ça va être le conflit. Qu’est-ce que vous souhaitez ? C’est à vous de regarder et de réfléchir.

Ne pas laisser le mental ou l’ego ou la personne vous embarquer à nouveau dans la dualité, dans la souffrance. J’ai souvent dit : l’Amour ou la peur. Mais on peut dire aussi maintenant : c’est l’Amour ou la souffrance. C’est vous qui décidez. Quelle que soit l’intensité d’une douleur, quelle que soit l’intensité d’une douleur aussi, psychologique par exemple. Qu’est-ce que vous choisissez ? Il n’est plus temps de faire des compromis, il n’est plus temps de tergiverser, il n’est plus temps de vouloir résoudre quelque chose qui vous semble injuste. La seule justice, c’est votre cœur, c’est rien d’autre.

Toute votre vie, dans toute vie humaine, qui que vous soyez, il y a des contrariétés, il y a des évènements heureux et des évènements malheureux. Alors cherchez-vous les joies éphémères ou cherchez-vous la Joie éternelle ? L’un ne va pas avec l’autre. La joie éphémère ne fera toujours que passer, le conflit ne fera toujours que passer, mais la Joie éternelle, elle, demeure. Et au sein de la Joie éternelle, il ne peut pas y avoir de conflit, quoi qu’il se déroule, que vous souffriez atrocement dans votre tête ou dans votre corps ne change rien. Tout est fait pour vous amener à vous tourner vers vous-mêmes et vers ce que vous êtes, même pour le plus incrédule de celui qui nie la Lumière, de celui qui nie son âme, qui nie son Esprit, et qui pense n’être que ce qui existe entre une naissance et la mort.

Vous voyez à l’heure actuelle, globalement, l’humanité dans sa totalité se tend entre ces deux extrêmes. Et vous voyez bien autour de vous comment cela se passe. Vous avez de plus en plus de frères et de sœurs ouverts ou non ouverts qui déraillent, qui explosent. N’y voyez pas le factuel, ne voyez pas l’évènement ou le comportement de telle situation, ou tel frère ou sœur, réfléchissez, non pas mentalement mais retournez tout ça vers vous. Priez si vous voulez, méditez. Mais ne méditez pas ou ne priez pas pour demander que l’autre reconnaisse ou que la situation soit reconnue comme quelque chose qui ne vous concerne pas ou qui est une injustice. Priez pour demeurer dans le cœur, méditez pour rester dans le cœur, et laissez la Lumière faire ce qu’il y a à faire. Vous aurez de moins en moins d’autres possibilités ; ce qui marchait avant ne marchera plus maintenant, vous le voyez bien.

Tout ce qui est archaïque, tout ce qui est reptilien, tout ce qui est lié aux réflexes de survie, va vous entraîner à nouveau dans les lignes de prédation personnelle. C’est pas ce que vous voulez, je crois. C’est vous, dans le jeu de la conscience de votre vie, qui devez affermir toujours plus votre Éternité, sans ça vous ne pouvez pas, au moment opportun, lâcher tout ça. Si aujourd’hui vous tenez à la rancune, à la colère, à un lien quel qu’il soit, à certains privilèges ou à certains avantages dans votre vie, où est-ce que vous montrez que vous êtes capables de faire le sacrifice de votre éphémère ? Tant que vous n’avez pas tout donné, vous n’avez rien donné.

Bien sûr, encore une fois, je termine par ça : chaque situation, chaque relation est différente, mais de toute façon, toutes elles vous renvoient à cette nécessité de vous réfléchir vous-mêmes pour ne pas être dans la réaction, et voir si pour vous le cœur est essentiel ou n’est qu’une apparence. C'est-à-dire l’Amour, la Lumière que vous vivez par moments, est-elle votre véritable nature, tout simplement, ou est-ce que c’est encore un mélange entre la personne et l’Amour ?

Autre question.

Question : pouvez-vous préciser la différence entre la compassion et l’Amour ?

Ça a été déjà expliqué très très longuement y a de nombreuses années, donc je vais résumer.

La compassion fait appel à la personne. L’amour peut faire appel à la personne, mais l’Amour avec un grand « A » dont nous parlons est indépendant de la personne. La compassion, nous allons dire, le charisme aussi, l’humanisme, sont liés à l’expression de ce qu’y a de plus noble en la personne, mais c’est toujours une personne. Tant qu’y a une personne, l’Amour inconditionné ne peut pas exister, surtout maintenant. La compassion peut être exprimée par la personne, de son point de vue. C’est d’ailleurs un des enseignements les plus importants du bouddhisme, pas de Bouddha mais du bouddhisme, en particulier tibétain. La compassion, compatir, c’est se mettre à la place de l’autre, mais vous vous mettez à la place de l’autre où ? En tant que personne.

Dans l’Amour avec un grand « A », il n’y a pas besoin de compassion d’une personne quelconque, l’Amour est. Il diffuse, il rayonne, il émane, quoi que vous pensiez et quoi que vous disiez. Bien sûr, souvent, la compassion peut représenter une forme d’ouverture vers l’Amour, mais elle n’est pas l’Amour. Soyez vigilants dans la compassion, même spontanée, à ne pas être dans la triade infernale dont j’ai fait une partie de ma réponse précédente. Attention à être dans la véritable compassion et non pas dans le sauveteur. Ça, c’est important.

L’Amour ne concerne pas la personne, il concerne qui vous êtes ; la compassion concerne la personne. C’est mieux que de ne pas avoir de compassion, je vous l’accorde, c’est mieux que d’être un tyran, mais être compatissant vous met à la place de l’autre mais ce n’est pas un processus, comme je disais aussi hier, de délocalisation de la conscience. Ça fait appel à l’humanité, ça fait appel à l’humain, ça fait appel à la personne, ça fait appel aux situations.

L’Amour n’a que faire des situations, il est. Il n’a pas besoin de justifier ou de se manifester dans certaines occasions quand vous l’avez décidé. Il devient de plus en plus irradiant, si je peux dire, depuis que les particules adamantines se sont agencées, si je peux dire, sur la Terre. Que ce soit sur les vortex, sur les nouvelles lignes de Lumière créées par les elfes, sur les ajustements de la Terre créés par les dragons au niveau des trous, dans tout ce qui se produit dans la société.

Vous allez être, si vous n’êtes pas stabilisés en un état ou en un autre, vous allez être tiraillés. Et si vous êtes tiraillés, ça veut dire que vous n’êtes pas libres. Mais encore une fois, c’est votre liberté de ne pas être libre, mais ne cherchez pas la Liberté, la Joie, et la béatitude dans une relation quelle qu’elle soit. Ce qui ne vous empêche pas d’être aimants, au sens humain, et de compatir, bien au contraire, mais la compassion seule ne suffit pas, puisqu’elle maintient l’illusion de la personne.

Vous savez, y a des choses visibles. La compassion elle est visible, elle va s’exprimer sur des images que vous voyez en face d’un frère et une sœur, mais vous pensez bien que quand un grand maître, comme vous dites, s’incarne, quand la Source s’est incarnée, elle connaît toute l’humanité. Bien sûr qu’elle va être compatissante avec ceux qui l’approchent, elle joue le rôle d’une personne, cette Source, mais son Amour est incommensurable, même pour le plus sombre des personnages sur l’ensemble de la planète. Même le plus détourné de la Lumière va être aimé de la même façon. C’est le même principe que j’expliquais de mon vivant avec le Soleil. Le Soleil, il nourrit tout le monde de la même façon, il ne fait pas de différence entre le méchant garçon et le saint.

C’est l’une des différences majeures de la compassion et de l’Amour, mais je crois que y avait des Étoiles d’ailleurs aussi, et des Anciens qui s’étaient exprimés mais très très très longuement pendant plusieurs heures sur cela. Regardez compassion et Amour dans vos moteurs (Ndr. : moteurs de recherche vers les enseignements reçus), et regardez ce qui va sortir. Y a eu des heures et des heures d’explications là-dessus.

Vous savez, tout ce que nous avions dit durant les Noces Célestes et dans les années qui ont suivi, bien sûr s’adaptait à des moments privilégiés de révélation de la Lumière, mais je dirais aujourd’hui, plus que jamais, ils deviennent intemporels, ils sont des éclaircissements sur ce que vous vivez aujourd’hui. Et si vous avez l’occasion de relire ou d’entendre, par rapport à des mots qui vous viennent comme ça en tête comme la compassion, vous verrez que même si vous vous en rappelez, même si vous pensez avoir intégré ce qui avait été vibré et dit, aujourd’hui votre regard a changé, votre positionnement a changé. Et vous y trouverez beaucoup d’informations qui s’adaptent à aujourd’hui, bien sûr.

Autre question.

Question : si la Source égale le Père, la Lumière égale… peut-être la Mère ?

C’est des drôles d’équations ça. On recommence. La Source égale le Père.

… la Lumière égale… la Mère ?

Pourquoi pas. Mais je peux proposer des propositions par dizaines par rapport à ça. Il ne peut pas y avoir d’égalité. La Source, vous pouvez l’appelez le Père, alors la Lumière vous pouvez l’appelez la Mère. Et l’Esprit saint, c’est quoi alors ? Et le Fils, c’est quoi ?

Je ne comprends pas trop cette arithmétique, parce que c’est pas « égale » en plus. Le signe égal qui est posé à travers cette question, c’est encore un besoin de définir, un besoin de compartimenter, et peut-être un besoin de se rassurer avec « ça égale, égale, égale et ça égale, égale ». C’est une vision parcellaire. Parce que là, vous êtes encore dans des définitions. La Source, ceux qui ont assisté aux canalisations de la Source, aux effusions de Lumière de la Source, vous pouvez y mettre un mot, vous pouvez le nommer bien sûr, mais l’important n’est pas le nom. Je pourrais dire… c’est quoi l’équation ? La Source égale le Père ? Je pourrais dire : « la Source égale le Fils », « la Source égale l’Amour ». Mais tous ces « égale » ne sont pas des « égale », c’est des correspondances éventuellement, des similitudes, ce qu’on appelait les similinum, si vous voulez.

Mais encore une fois, c’est une gymnastique qui se passe le plus souvent dans le besoin de se saisir, de nommer et d’expliquer. La Source est une vibration, ma Présence est une vibration, votre Présence est une vibration ; au-delà d’être un nom, au-delà d’être le fait d’être identifié par le mental ou par l’image, ou par l’énergie, c’est avant tout une conscience qui s’exprime.

Donc j’arrêterai là sur cette question, parce que j’ai pas la réponse, en fait.

Question : après une activité de thérapeute spirituel pendant vingt ans, un arrêt de dix ans pour cause de maladie, il semble que la Lumière m’appelle à nouveau. Comment faire pour m’assurer de ne pas tomber dans les pièges de l’ego ? Y a-t-il des signes objectifs permettant de comprendre ?

La meilleure façon, quelle que soit la forme de thérapie, que ce soit de la psychologie, que ce soit du magnétisme, que ce soit de l’énergétique, que ce soit un pendule, que ce soit n’importe quoi, si tu sens l’impulsion de la Lumière à reprendre après une interruption, c’est qu’il faut le faire. Se poser la question de l’ego ou de la dualité, puisqu’il y a soin, est logique, mais plus tu disparaîtras à toi-même, plus tu feras confiance – au travers de tes connaissances bien sûr – à ce que te fait faire la Lumière, que ce soit avec ton pendule, que ce soit avec les mains, que ce soit avec les mots, si tu te relies en permanence et si tu restes aligné, il n’y a aucune chance pour que l’ego s’en empare.

Mais là aussi, c’est un préalable. Il faut penser, avant chaque intervention ou chaque acte de thérapie, ou chaque journée, vérifier, à chaque fois ou chaque jour, ton alignement, et bien voir, bien observer comment tu agis toi-même. Est-ce que tu laisses agir la Lumière à travers toi ? Est-ce que ce sens du service, tel qu’il est présenté, est vraiment un service à autrui plutôt que d’être un service à soi ? Mais l’appel de la Lumière, je te le rappelle, fait appel aux synchronicités, à la fluidité, aux évidences. Donc dès que cela reste fluide, tu peux être sûr que tu as disparu en tant que personne, et quel que soit ton bagage intellectuel ou ta puissance magnétique, ou ta puissance des mots, alors il n’y a pas de risque.

Donc, c’est à toi de voir. L’appel de la Lumière pour reprendre une activité de thérapeute après dix ans d’interruption, à cause, comme tu dis, de maladie, si cet appel de la Lumière est réel, tout sera mis en place par l’Intelligence de la Lumière pour te faciliter cette activité, bien sûr. Ce qui n’est pas le cas, dans cette période de Face-à-Face, si cela concerne la petite personne, et donc camoufler, si je peux dire, derrière le service à l’autre, un sens du service à soi. Et y a surtout aussi la joie intérieure. Est-ce qu’il y a plaisir à aider, à soigner l’autre ? Est-ce qu’il y a le cœur qui s’ouvre ? Est-ce que les Couronnes s’activent quand même tu travailles avec des mots, si tu travailles avec les mots. Il faut observer cela.

Je dirais même que c’est pareil dans toute profession. J’ai insisté depuis deux ans, et surtout depuis un an, sur la réponse du cœur et savoir si c’est oui ou non par le cœur, mais maintenant ça se produit le plus souvent, je l’avais dit, vous n’avez plus besoin de poser la question. Si ça se passe dans le cœur, le cœur se vit, il vibre ; si c’est sans le cœur, le cœur ne vibre plus. Ça, bien sûr, c’est pour les frères et les sœurs qui vivent les vibrations. Maintenant, la simple observation de la scène de théâtre, comme disait Bidi, va suffire à voir comment se joue la scène. Est-ce qu’elle est harmonieuse ou est-ce qu’elle n’est pas harmonieuse ? C’est toujours pareil.

L’Amour égale la Paix dans sa manifestation ici, la Joie bien sûr aussi, la sérénité, l’ego appelle la contrariété, la colère, et les émotions. Il faut être lucide pour se voir agir, se voir jouer son rôle, ou sa mission si vous préférez. Que ce soit avec votre conjoint, que ce soit dans une activité professionnelle comme cela ou dans tout ce que vous menez dans votre vie. Si vous côtoyez personne et que vous vous occupez de votre jardin, là aussi vous devez sentir l’Amour. Toujours mettre l’Amour devant. Si vous tournez ça en boucle dans votre tête, y a peu de chance que l’ego fasse des siennes. La personne sera le mécanisme, le véhicule, qui va vous permettre de rester dans le cœur et non pas l’inverse.

Autre question.

Question : pouvez-vous développer sur les vies parallèles, en regard de ce que nous considérons comme des vies antérieures ?

Donc ça veut dire déjà dans la question que les vies parallèles sont les vies passées, c’est ça ? Répète la question.

… quel est le lien entre les vies parallèles et les vies antérieures ? Est-ce la même chose ?

Non c’est autre chose. Mais vous savez qu’aujourd’hui on considère, et vous considérez, que tout se produit dans le présent, y a des données physiques qui prouvent que le temps est une illusion bien sûr, ça nous l’avons dit. Il existe plusieurs temps, c’est plus exact, je l’ai dit aussi hier.

Maintenant, que ce soit des vies parallèles vécues dans des dimensions identiques, que ce soit ce que vous appelez les vies passées qui se vivent bien sûr dans cette dimension, vous savez que tout, dans cette dimension, est altéré. Donc que ça concerne les vies passées – qui vont vous fournir une causalité –, que ce soit les vies parallèles, qui n’ont rien à voir avec les vies passées, l’un comme l’autre sont des illusions. Elles n’existent que tant que vous êtes une personne. Quand il n’y a plus personne, quand vous demeurez dans le Soi ou dans l’Infinie Présence de plus en plus souvent, sans même parler de Libération vivant, à ce moment-là, tout ça, vous considérez réellement et concrètement que c’est de la foutaise.

Parce que si vous vous intéressez à ça, là aussi vous vous mettez vous-mêmes sous la loi d’action-réaction. Vous ne pouvez pas vivre – et vous pourrez de moins en moins vivre – à la fois la loi d’action-réaction et la loi d’action de Grâce. Ça sera l’un ou l’autre. Là où vous portez votre conscience se dirige votre énergie, là où vous portez votre attention se dirige ce que vous êtes. Donc si vous êtes intéressés par le karma, par les vies passées, aujourd’hui dans les circonstances actuelles de la Terre, vous faites fausse route, vous êtes dans l’illusion totale, ou alors ça veut dire que vous aimez vraiment la matière et que, y a pas de souci, votre 3ème dimension unifiée vous est acquise.

Plus que jamais, soit y a encore des détails – les vies passées, les vies parallèles, les énergies –, soit y a l’Amour et rien d’autre. L’Amour est d’une simplicité enfantine. Redevenir comme un enfant, ça aussi ça a été développé très longuement. Toute connaissance n’est qu’une ignorance et une supercherie. Tant que vous n’avez pas compris ça, vous restez soumis à ce que j’ai nommé hier l’illusion luciférienne.

Celui qui est libéré, celui qui vit l’Amour inconditionné, ne peut pas être ni intéressé ni interrogé par tout ce qui concerne les vies passées, le karma, la réincarnation, et encore moins les vies parallèles. Y a aucune issue de sortie là-dedans, y a une amélioration personnelle – ça s’appelle d’ailleurs du développement personnel. Notre objectif, et le vôtre nous l’espérons, depuis toutes ces années, a été de passer à la transdimensionnalité, à la Liberté, et certainement pas aux jeux enfantins de « j’ai fait ça donc aujourd’hui je vis ça ». Ça, ça intéresse la personne. Aujourd’hui aussi, selon même les questions que vous me posez, selon vos intérêts.

Nous vous avons d’ailleurs aidés, et les peuples de la nature vous ont aidés à vous détourner de ce qui n’est pas l’Instant Présent et le vécu de la communion de cœur à cœur. Mais si vous redescendez par vous-mêmes sur des questions comme ça, ou des interrogations par rapport à cela, ça prouve vraiment une chose, c’est que vous n’êtes pas libérés de la personne. Mais encore une fois, je ne vais pas accuser ou culpabiliser, il faut simplement vous rendre compte de là où vous êtes. Mais dorénavant ne comptez plus ni sur moi et encore plus sur l’Impersonnel pour vous donner des explications dans ce qui concerne les jeux de la Maya, de l’illusion. Seule compte la conscience, et la A-conscience bien sûr. Et la conscience éternelle, illimitée, n’a que faire des jeux de la personne.

Rappelez-vous que les lignes de prédation collective ont sauté, pour la plupart au moment de la libération de la Terre et de la naissance de l’Onde de Vie. Si vous les substituez par vos propres lignes de prédation personnelle, concernant le besoin d’expliquer, je parle pas d’expliquer des choses matérielles hein, bien sûr, vous avez tout à fait le droit, vous pouvez regarder ce que vous voulez et faire les études que vous voulez, mais concernant l’Esprit, s’interroger sur le passé ou s’interroger sur une connaissance sur les plans spirituels est un affront à l’Esprit. Mais ça ne fait que montrer tout simplement là où vous êtes. Et vous avez le droit de choisir la matière et la causalité, libre, mais non enfermée.

Celui qui vit l’Esprit, la Liberté, ne peut pas être attiré ou porter son attention sur tout ça, c’est pas possible, puisqu’il est libéré justement du samsara, il est libéré de l’illusion de l’incarnation et de la réincarnation. Il est l’Esprit de Vérité, il est le Christ.

Rappelez-vous que tant que vous vous appuyez, sans même parler de vies passées ou de vies parallèles, si vous vous appuyez dans l’instant présent sur quoi que ce soit venant de votre passé, de votre apprentissage, de votre expérience, vous n’êtes pas libres dans l’instant présent. Nous vous avons suffisamment donné les éléments concernant le fait que la vibration soit conscience. Vous avez vu, en montant l’état vibratoire, l’activation des Couronnes, les expansions de conscience, et tout ce qui vous a été donné de vivre, pour beaucoup d’entre vous, avec différentes échelles bien sûr. Mais si aujourd’hui, depuis le début de cette année 2016, si dans votre vie vous êtes sans arrêt en train d’essayer de vous pencher sur votre passé ou de justifier votre présent par le passé, vous n’êtes pas libérés de vous-mêmes. Donc à ce moment-là, bien sûr que vous allez vivre la Lumière, puisque tout le monde est libéré, mais encore une fois, les circonstances mêmes du vécu de l’Appel de Marie et des 132 jours qui suivront ne seront pas les mêmes.

Donc n’ayez pas de culpabilité, n’y voyez pas, dans mes paroles et mes propos, des accusations de quoi que ce soit, mais simplement une invitation à voir où vous êtes. Ça vous pouvez le voir même, je l’ai dit, dans votre vie quotidienne. Est-ce que vous mettez l’autre devant vous ou est-ce que vous vous servez d’abord ? Ça rejoint aussi l’interrogation d’hier sur « Aime et fais ce qu’il te plaît ». Mais si tu aimes, tu vas faire d’abord ce qu’il plaît à l’autre, puisque l’autre est toi, et que l’autre, en définitive, n’existe pas plus que toi. Sinon, c’est toujours des jeux de personnes, des jeux de personnalités qui n’en finiront jamais, même s’ils finiront très « prochement ». J’ai inventé un mot, j’ai le droit. Ça va bien très « prochement ».

Voilà ce que je peux dire, donc je ne donnerai pas plus d’explications sur tout ça parce que ça nous éloigne de l’Instant Présent et de l’Amour inconditionnel. Bien sûr, je peux donner des explications pour solutionner un problème matériel, psychologique, de souffrance. Mais sur ce genre d’interrogation métaphysique, d’explication par l’Esprit, l’Esprit ne peut renvoyer qu’à l’Esprit et certainement pas aux jeux de la personne ou de l’âme en incarnation en ce monde.

Vous serez confrontés de plus en plus à la loi du tout ou rien. Vous êtes tout Amour, ou y a pas d’Amour, et cela vous le sentirez vraiment, vous le sentez déjà vraiment. Vous voyez bien les moments où vous-mêmes, les situations, les frères et les sœurs que vous rencontrez sont dans l’Amour ou dans une parodie de l’Amour. Ils sont dans la connaissance, je ne vais pas vous renvoyer à toutes les interventions de l’Archange Jophiel avant les Noces Célestes, quand même, mais vous avez beaucoup de matériel là-dedans.

Autre question.

Question : ma recherche de Liberté intérieure est passée par la liberté extérieure, entraînant des souffrances autour de moi et de la culpabilité. L’impersonnel m’a invité à mettre le deuxième pied de la personne dans la tombe, pour mourir à moi-même et faire le deuil. Comment vivre totalement cette liberté intérieure dans le Cœur du Cœur et faire le deuil de la personne et de ses pulsions ?

Alors dans ce cas précis, et qui te concerne, donc ma réponse va être courte et brève. Tu as transposé, si je peux dire, hein, c’est pas une critique, la Liberté intérieure vers la liberté extérieure, c'est-à-dire de faire ce que tu sentais dans l’instant présent. Que ça se nomme du cœur ou de la pulsion, qui est à l’opposé, le résultat était là. Maintenant il te faut tourner complètement ceci vers toi-même. Quelle est la meilleure façon de le faire ? C’est ce que je nommerais une retraite spirituelle, non pas dans un environnement religieux mais dans un environnement de solitude où tu es obligé d’être confronté à ta propre personne et à ton propre amour, pas pour une durée longue mais pour une durée d’une semaine minimum, où il y a le silence, total, des mots, des téléphones, des lectures, d’internet, de tout.

Te couper, de manière éphémère, durant une semaine, de tout. Qui va te permettre nécessairement, depuis aussi le changement d’énergie de l’automne où l’énergie commence à se replier, et les mouvements d’énergie collectifs des saisons, comme vous le voyez partout sur terre, ont des effets de plus en plus puissants, à travers les Cavaliers, mais en toi c’est la même chose. Tu as lâché la bride, comme tu dis toi-même, à la liberté, mais d’abord extérieurement, par un appel intérieur aussi nécessairement puisque tu sens les vibrations, mais maintenant il faut, pour un temps très court, faire cette introspection, non pas une introspection mentale mais couper, si je peux dire, tous les signaux extérieurs. Faire silence – des mots, des regards, des échanges. La solitude.

Tant que vous n’arrivez pas à vivre la solitude – totale – vous n’êtes aussi pas libres. Donc ce que je te propose, dans ce que tu demandes, c’est effectivement de prévoir une période courte, elle n’a pas besoin de durer des mois ou des semaines, de ne plus avoir aucune information extérieure. C’est la meilleure façon de plonger en toi, et comme tu dis, de pas mettre seulement les deux pieds dans la tombe mais tout le corps. Parce que dans les mouvements d’intériorisation de l’énergie de l’automne, c’est extrêmement important.

Je vous rappelle encore une fois, et je vous le rappellerai de plus en plus souvent, tout au moins tant que je suis là, que au moment de l’Appel de Marie, il n’existera rien, excepté vous-mêmes. Y aura plus de vie, de mémoire, d’histoire, de possibilité de mouvement, de voir, d’entendre. Les sens seront inopérants, le corps sera inopérant.

Donc si tu reproduis, si je peux dire, en quelque sorte, pendant un temps très court, ce genre de circonstances où y a plus d’informations qui t’arrivent, cette espèce de coupure totale avec la personne, tu vas te retrouver face à toi-même. Et tu verras bien par toi-même ce qui va se produire. Soit tu vas tourner en rond et tu vas devenir fou, sans parler, sans regarder, sans toucher, sans exprimer, soit tu vas laisser le mouvement se faire. Mais il faut faire l’expérience pour le savoir. Bien sûr je ne conseille pas ça à tout le monde, puisque l’Amour se trouve dans le monde, mais dans la situation que tu décris toi-même, et par tes cocons de Lumière, c’est ça qui est important. Et puis en plus (pour rire), avec tes vies passées de bouddhiste et moine, y a pas de problème.

… être dans la nature aussi ?

Non.

… complètement renfermé ?

Complètement, avec le moins d’informations possible. J’ai pas dit d’établir des contacts avec les elfes, les dragons, les arbres et tout. Le silence intérieur avec une diète – j’ai pas parlé de jeûne mais une diète importante. L’inaction totale, le repos, supprimer tous les stimuli, ce qui te permettra de différencier l’Amour de la pulsion, au passage, si c’est pas déjà fait complètement. À partir de là, quand tu seras face-à-face, réellement, sans aucun support extérieur, ni la famille, ni les amis, ni la télé, ni internet, ni le téléphone, tu verras bien ce qui va se passer.

J’ai dit « non spirituel », c'est-à-dire dans des lieux où y a pas de croyances particulières, un lieu neutre.

… quand vous parlez de diète, c’est de manger le moins possible ?

Aussi.

Et une semaine, c’est long dans ces circonstances. Mais pour le sage y a pas de problème. Alors si tu veux être libre totalement, il n’y a plus que ça à faire. Ne pas lire non plus.

… le silence tout le temps.

Exactement.

… il ne reste plus qu’à trouver le lieu.

Oh, ça se trouve.

Question : après la stase, ceux qui seront appelés à être présents, auront-ils une mission ?

Présents où ?

… pendant les 132 jours, je pense.

Mais présents où ? À quel endroit ?

… en dehors des Cercles de Feu, j’imagine. Ou dans les Cercles de Feu, ce n’est pas précisé.

Y a déjà une question qui a été posée là-dessus.

… donc je pense que c’est en dehors des Cercles de Feu.

Eh bien ceux qui seront vivants en dehors des Cercles de Feu, ça veut dire simplement que leur assignation les place dans le Soi, dans la multidimensionnalité, mais que les attachements, les peurs, ne sont pas totalement décristallisés. Et le fait de vivre les circonstances chaotiques, si je peux dire, (c’est un euphémisme) des 132 jours, sera pour eux le moyen adéquat pour terminer tout ce qui est résistance, tout ce qui est peur, et tout ce qui est attachement.

Question : n’a-t-il pas été dit que ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé, et que certains, après la stase, devraient revenir pendant les 132 jours pour accompagner l’humanité en dehors des Cercles de Feu, et qu’ils seraient protégés ?

Ces personnes n’auront pas besoin d’être protégées parce que celles qui feront, si on peut dire, ce service, seront invulnérables après les trois jours. N’oubliez pas que après les trois jours de ténèbres, après l’Appel de Marie, au retour, soit vous perdez le corps et vous êtes libérés, soit vous gardez le corps mais vous êtes revêtus de Lumière intégralement. Que ce soit dans les Cercles de Feu. Même ceux justement qui refusent la Lumière seront en proie à des brûlures intolérables, mais ce n'est pas les brûlures du feu, même si c’est le Feu du Soleil, même si c’est le feu nucléaire, c’est simplement l’opportunité de devenir eux-mêmes cette Lumière et ce Feu.

Donc la notion de protection évoque la protection de quoi ? De la petite personne ? Mais y a plus de personne. Y a encore des êtres, vivant avec un corps de chair recouvert de Lumière. Alors, à voir avec les yeux de chair, ça donnera pas vraiment l’aspect de la Lumière, ça sera plutôt des brûlures, hein, mais c’est réellement la Lumière.

Rappelez-vous, la stase, la catalepsie des trois jours, c’est le moment précis d’ajustement final entre l’Éternel et l’éphémère, et la prise de possession de ce corps, qu’il disparaisse ou pas, par l’Êtreté. Bien sûr, ceux qui ont refusé l’Êtreté deviendront, comment vous dites, fous. Leur cerveau aura fondu, mais ça fait partie de leur forme de libération puisqu’en définitive, après les 132 jours, je ne l’ai jamais caché, et d’ailleurs Séréti non plus et Anaël non plus, il y a le fameux grille-planète final, c'est-à-dire l’explosion du Soleil en supergéante rouge, avec la réabsorption de Mercure, la disparition de la Lune, le basculement complet des pôles géographiques, et un nouveau soleil qui sera de couleur bleue. Le système solaire dans sa totalité réintégrera sa dimension originelle qui est la 5ème dimension – avec l’arrivée d’un nouveau peuple-racine qui vivra, bien sûr, comme pour toutes les planètes, à l’intérieur de la planète et pas à l’extérieur.

Donc tout ça, là aussi, a été largement expliqué et commenté. Ce que je veux dire par là, c’est : que vous ayez une mission par rapport aux frères ou aux sœurs, ou une mission par rapport à vous-mêmes, que vous soyez dans les Cercles de Feu ou en dehors, ne change rien, parce que tout le monde, durant les trois jours, lors de la stase et de l’Appel de Marie, aura vécu la Libération. De la même façon que la Terre a été libérée y a déjà de nombreuses années, et pourtant elle est toujours là dans la 3ème dimension, mais elle est libérée.

C’est ce processus d’incarnation de la Lumière qui permet le dévoilement du nouveau plan. C’est pareil pour votre corps. Après votre libération, qui n’est pas la mort pour certains, qui est simplement le réveil de votre Êtreté, de votre dimension d’Éternité. Pour certains ça sera immédiat, donc plus besoin de rester sur terre ni même dans les Cercles de Feu, pour d’autres dont c’est la mission, il faudra recevoir les Clés Métatroniques dans les lieux préservés, et pour d’autres enfin, il faudra, pendant ces 132 jours, résoudre les ultimes peurs. Et là, ça sera à la fois plus dur, sur le plan de la personne, mais plus facile parce que l’Éternité sera présente.

Mais comme nous vous l’avons dit aussi, chaque personne, chaque situation, chaque peuple, est très exactement à la bonne place. Même si ça vous paraît aberrant, même si ça vous paraît déroutant avec le regard, avec vos yeux de chair, allez au-delà de ce regard. La Lumière respectera votre liberté. Si vous refusez la Lumière, si vous avez des attachements à la matière carbonée, c'est-à-dire à l’expérience de 3ème dimension, mais y a aucun problème. Personne n’est condamné, simplement chacun fait face à ses propres choix, conscients mais aussi inconscients. Ce n'est pas d’ailleurs un problème de conscience ou d’inconscience, c’est un problème d’emplacement simplement de la conscience.

Donc bien sûr y aura des frères et des sœurs qui accepteront de servir en dehors des Cercles de Feu, en dehors des dômes, mais ils accepteront cela parce qu’ils auront retrouvé leur Éternité. Ils auront peut-être besoin de parcourir un certain chemin durant ces 132 jours pour affermir, si je peux dire, leur destination, pour ceux qui pensent avoir une destination.

Autre question.

Question : qui est l’Antéchrist ? Est-il présent actuellement sur terre et est-il connu ?

Y a plusieurs appellations de l’Antéchrist ou de l’antichrist. D’abord c’est une énergie, portée par différentes personnes ou personnages. Il n'est pas question ici de donner des noms, mais bien évidement qu’ils sont plusieurs à porter cette étiquette, et surtout cette vibration. Vous avez bien sûr celui qui est nommé le pape, qui est ouvertement opposé au Christ en tant qu’être céleste mais qui propose un Christ humain, avec un changement des dogmes de ce qui est nommé l’Église, qui est le repère de Satan. Le Vatican, vous le savez, c’est quand même un lieu qui est pas très très clair, si je peux dire, même si y a eu des papes qui eux ont été des saints, réellement des saints, au sens noble du terme. Parce que même dans les zones les plus sombres de la planète, il faut bien qu’il y ait la Lumière qui arrive de temps en temps.

Vous avez des entités financières et politiques, ceux que j’ai nommés à l’époque les méchants garçons, qui non seulement servent l’Antéchrist mais sont porteurs de la vibration de l’Antéchrist (ou de l’antichrist). Vous avez aussi un personnage qui a parfaitement été identifié dans les écrits musulmans, celui qu’on appelle le borgne ; vous le reconnaîtrez, il a un œil de verre ou un bandeau sur l’œil. Mais lui il intervient dans l’histoire finale dont j’ai parlé hier, dans le combat entre l’antichrist et les deux témoins, à Jérusalem même. Ce personnage n’est pas connu dans les médias mais bien sûr qu’il est incarné. Vous le reconnaîtrez parce qu’il est borgne. Il fera des prodiges comme disait saint Jean, quitte à tromper même les élus. Il proposera une nouvelle vie sur terre, alors que le Christ avait dit exactement l’inverse : « Votre Royaume n’est pas de ce monde ». Le diable veut faire de cette terre son royaume. Je parle des mouvements involutifs liés, comme conséquence, à l’enfermement archontique de Yaldébaoth, ou celui que vous appelez Dieu, qui est Yaldébaoth bien sûr, ou Yahvé (c’est le même).

Y a pas de créateurs, y a que des démiurges, des fous furieux. Les seuls créateurs, c’est les créatrices, c’est Marie, les Maîtres généticiens, en ce monde en tout cas, la Source, mais certainement pas un dieu vengeur. Quand le Christ disait « Moi et mon Père sommes Un », il a jamais, que ce soit dans les textes originaux en araméen, il n’a jamais fait état du mot « Dieu » ; il parlait de son Père et de notre Père. Et d’ailleurs dans la prière, dans le Credo, on s’adresse pas à Dieu, on s’adresse au Père, et vous vous adressez à la Source.

La question, c’était quoi ?

… qui est l’Antéchrist ? Est-il présent actuellement sur notre Terre et est-il connu ?

Oui, il est connu bien sûr.

… il sera jeune ?

Il sera jeune, de l’âge du Christ bien sûr. Et il aura face à lui deux êtres beaucoup plus âgés, c’est les fameux deux témoins.

… certains veulent savoir qui c’est…

Mais ça appartient au scénario final, donc ça, pour l’instant, vous n’êtes même pas sûrs de le voir vous, si vous êtes sur les Cercles de Feu. Vous aurez d’autres chats à fouetter que de croire à ces balivernes, qui font parties de l’histoire, ceci dit.

Question : pour accéder à la fin, est-il permis d’avoir encore des émotions ? Est-ce compatible avec l’Amour ?

Mais vous ne décidez pas d’avoir des émotions ou de plus en avoir. Vous ne pouvez pas lutter contre les émotions, elles sont présentes ou elles sont absentes. L’émotion, ce qui vous met en réaction, de joie ou de peine, appartiendra toujours à la personne. Vous ne pouvez pas, et vous ne devez pas lutter contre vos émotions ; vous devez les voir, les traverser, mais c’est pas vous qui décidez d’en avoir ou de plus en avoir. Simplement vous ne pouvez faire que le constat. Si vous êtes libérés, vous pouvez avoir des émotions mais vous n’êtes pas entraînés dans la réaction par les émotions, elles ne font que traverser. Pareil pour le mental.

Donc il n’est pas question de réprimer, ni les émotions, ni le mental, ni quoi que ce soit, il est question, comme toujours, de les voir et de les laisser émerger, et se placer dans l’observateur. Ne plus être soumis à ses propres émotions. Comme, de la même façon, vous ne pouvez pas décider de ne plus être soumis à votre personne. Soit vous êtes libérés, soit vous êtes soumis à votre personne. Et je vous rappelle que c’est à partir, par exemple, de l’enquête, comme le disait Bidi à l’époque, à travers le changement de point de vue, de regard, et de conscience, que vous êtes libérés. Mais vouloir limiter ses propres émotions par vous-mêmes, en étant dans la personne, ne sert strictement à rien.

Donc y a pas à dire « il faut avoir ou plus avoir des émotions » parce que vous ne le décidez pas. Que vous soyez une personne ou libéré vivant, d’ailleurs. Les émotions font partie de la vie en ce monde, elles se manifestent depuis toujours ; réprimer les émotions conduit à la maladie. C’est la transcendance des émotions par le, si je peux dire, le culte de la Lumière et de l’Amour, qui met fin aux émotions. Ce n’est pas la personne qui décide de plus avoir d’émotions, ce n’est pas le Libéré Vivant qui se présente comme un sage en n’ayant plus aucune émotion. C’est : le Libéré Vivant constate simplement que les émotions se diluent et disparaissent. Ce qui n’empêche pas d’éprouver des émotions, mais ces émotions-là ne font que passer. Vous n’êtes plus entraînés, quand vous êtes libérés, ni par les émotions, ni par le mental, ni par les histoires de vies passées, ni par les projections dans quelque futur que ce soit.

Donc y a pas à lutter contre. Nous vous avons toujours dit, surtout depuis l’assignation vibrale, de laisser traverser ce qui vous traverse, non pas pour y donner corps ou pour l’accompagner, mais pour les voir pour ce qu’elles sont, c'est-à-dire (et comme la pensée d’ailleurs), ce ne sont que des choses qui ne font que passer dès l’instant où vous ne vous y identifiez plus à ce qui se produit. Vous le voyez, vous le constatez, ni vous l’acceptez ni vous le refusez, vous êtes simplement conscients qu’elles sont là. Mais par cette attitude, vous vous mettez déjà en distance par rapport à la personne elle-même.

Mais vous ne décidez rien. Vous ne pouvez pas décider de ne plus avoir d’émotions ou de ne plus avoir de mental. Vous avez vu d’ailleurs, durant les périodes antérieures, surtout dans les années qui ont suivi immédiatement les Noces Célestes, y avait les petits vélos qui tournaient, sans arrêt pour certains. Aujourd’hui, vous voyez que y a un vélo, mais vous ne pédalez plus. Y a plus de vélo même, des fois il reste que la selle, y a même plus les pédales je disais déjà.

Y a des choses, vous savez, on appelle ça, je crois, le quotient émotionnel. Y avait le QI, y a le quotient émotionnel, la gestion des émotions, ça c’est à la mode, je crois, dans votre époque. Les émotions font partie de la vie en ce monde, elles ne font pas partie de ce qui existe au-delà de cette dimension. Tout ce qui existe de l’autre côté, qui pourrait éventuellement… équivalent, ouais équivalent si on veut, mais disons, qui pourrait se superposer à cette notion d’émotion, c’est les processus de fusion de la conscience. Quand vous êtes dans une dimension non carbonée, quand vous rencontrez une autre conscience, vous vous traversez l’un l’autre. Ça pourrait être l’équivalent d’une relation sexuelle sauf qu’y a rien qui s’arrête, ça se traverse ; ça pourrait être éventuellement après une émotion mais c’est un mécanisme de fusion et de communion. Donc vous voyez, c’est quand même une manifestation d’émotion ou de réaction, si vous préférez, qui est autrement plus subtile que la colère, la peur, la haine, et toutes les émotions que vous pouvez éprouver en étant incarnés.

Alors souvent des êtres dont les émotions disparaissent, peuvent avoir l’impression de se sentir comme vides ou comme vidés, comme ne plus être vivants, mais parce que c’est un apprentissage qui se fait. Les émotions concernent la personne, elles ne concernent même pas la Supraconscience et encore moins le Libéré Vivant. S’il y en a, il les voit passer. Il peut piquer une colère quand il juge quelque chose d’inacceptable qui arrive quand même à se produire, mais après c’est fini. Comme je disais hier à propos d’une autre question, c’est le Christ qui chasse les marchands du temple. C’est ce qui a été appelé, je le redis aujourd’hui, une sainte colère. C’est une émotion, mais une émotion qui est canalisée depuis l’Esprit et non pas une émotion de la personne. Parce que franchement, chasser les marchands du temple, ça n’a pas dû jouer en sa faveur pour éviter la Crucifixion, n’est-ce pas ?

Autre question.

Question : parlez-nous des 144 000, cités dans l’Apocalypse de saint Jean. Qui et où sont-ils ?

D’abord il faudrait y voir autre chose qu’un nombre de personnes. C’est 12 fois 12, 12 au carré. C’est en relation avec les 12 tribus d’Israël, les 12 Étoiles, bien sûr, de votre corps. C’est un nombre symbolique, c’est pas un nombre réel, mais d’ailleurs c’est écrit dans l’Apocalypse. Si vous voulez avoir un nombre, c’est ceux qui sont marqués au front, c’est ceux qui ont été appelés par la Lumière, mais déjà à l’époque nous avions dit qu’il y aurait beaucoup d’appelés et peu d’élus. À cette époque-là, nous répétions ça, aujourd’hui je vous dirais : ça veut rien dire. Y a des élus dans cette dimension depuis des années, parce qu’ils sont libérés, mais en définitive vous êtes tous élus. L’élection, ou être marqué au front, ça fait partie du scénario de la fin de l’histoire, comme l’Antéchrist, mais c’est tout. N’y voyez pas un nombre précis de personnes. Je vous rappelle qu’il reste six Cercles de Feu, et que nous aurons beaucoup plus que 144 000 personnes, ne serait-ce qu’avec les enfants à Bali, d’ailleurs.

Donc c’est pas un nombre figé, c’est une vibration, c’est 12 au carré, à la puissance… multiplié par 100. Je sais plus compter, 144 000 fois 100, ça fait combien ?

… ça fait 14 millions.

Eh oui, 6 fois 1 000 à la puissance 4, c’est pas tout à fait pareil. Mais tout ça ne sont que des valeurs vibratoires, symboliques si vous voulez aussi, mais surtout vibratoires.

Rappelez-vous les chiffres, déjà après les Noces Célestes je vous parlais d’un nombre minimum souhaitable de frères et de sœurs qui s’ouvrent. Ce nombre a été atteint, c’était à peu près 7 à 10% des humains-âmes, excepté les enfants, excepté les portails organiques bien sûr. Parmi la vraie humanité adamique et non pas les portails organiques, il devait y avoir ces 7 à 10%. Aujourd’hui vous êtes, je dirais, plus de 20%, les quotas sont largement atteints. Si vous considérez qu’y a 40 à 50% de portails organiques – je ne connais pas la proportion d’enfants de l’humanité, mais elle doit être assez élevée selon les continents, n’est-ce pas, c'est-à-dire enfants de moins de 14 ans – vous aboutissez quand même à un nombre de personnes important. On est bien au-delà des 144 000 personnes, bien au-delà. Et heureusement.

Donc, je peux pas donner plus d’éléments que cela, en tout cas c’est sûr, ce n’est pas un nombre précis d’élus puisque toute la terre, aujourd’hui, est élue. C’est ça la Grâce de la Lumière, les ultimes grâces. Et encore y a pas eu encore l’ultime Grâce de Marie au moment de l’Appel. Et là nous comptons bien, à travers ce qui se vit sur cette terre actuellement déjà depuis des années, que le nombre doublera sans aucun problème.

Autre question.

Question : que représente le fait de passer par l’œil droit d’un dragon pour aller dans leur lieu ?

J’ai rien compris. Y manque un mot.

… que représente le fait de passer par l’œil droit d’un dragon pour aller dans leur lieu ? Je pense que quelqu’un est arrivé dans le lieu des dragons et a dû se voir passer dans l’œil droit d’un dragon.

Et après ?

… c’est la question.

Elle demande qu’est-ce que ça signifie de passer par l’œil droit d’un dragon ?

… oui.

Qu’elle n’est pas passée par l’œil gauche, déjà. C’est un endroit agréable pour passer, y en a d’autres plus désagréables chez les dragons.

Je pense que ça évoque un processus de communion, tout simplement. Comme vous aviez vécu à l’époque des processus de communion entre frères et sœurs, vous les vivez maintenant avec la nature. Mais que ça soit l’œil droit plutôt que la narine gauche, là je sais pas.

Question : comment et quand se passe la dissolution de l’âme ?

Y en a, je crois, qui doivent revoir leurs classiques, parce que le processus de la dissolution de l’âme, entre les conférences de Frère K et les conférences de canalisations de Ma Ananda Moyi, vous avez toutes les réponses.

Le mécanisme de basculement de l’âme correspond au moment où l’âme se détourne de la matière et se tourne vers l’Esprit. C’est inscrit dans la Porte qui est ici, hein n’est-ce pas, et là, c'est-à-dire dans Vision et dans AL. Traditionnellement, le foie est le siège de l’âme. On dit, le siège de l’âme aussi est le cœur, à travers ce qu’on appelle la Goutte rouge, qui correspond à la Porte AL, n’est-ce pas ?

Quand l’âme se dissout, ça renvoie aussi, ça avait été expliqué, au mythe de Prométhée, au symbole de la renaissance et de la Résurrection.

La dissolution de l’âme va se traduire par des processus vibratoires qui ont parfaitement été décrits : les douleurs, en particulier durant les années 2012, qui ont commencé au niveau du chakra de la rate et du chakra du foie, la Porte Attraction. Tout ça, si vous voulez, je vous rappelle que c’est lié à l’axe falsifié, la lumière oblicale, la lumière reflétée, qui est liée à l’enfermement. Donc au moment où l’âme se retourne et entame sa dissolution, parallèlement à cela, il y a un passage qui se fait de l’ego au cœur par la Porte OD au niveau du sternum.

Parallèlement à cela, le feu prométhéen, luciférien, qui était tourné vers le haut, passe en incarnation. Le Triangle de Feu fait des yoyos, la pointe AL peut être en haut ou en bas, après elle se fixe en bas, l’Esprit a pénétré la matière en totalité et l’a revivifiée et refécondée. À ce moment-là vous approchez de l’Infinie Présence et de la Libération. Il y a de moins en moins de pensées, de moins en moins d’émotions, de moins en moins de désirs de quoi que ce soit, une préférence pour l’intériorité. Il n’y a pas de recherche, il y a arrêt du moteur de la souffrance, c'est-à-dire du mental, arrêt de la recherche spirituelle. Et il y a vacuité et béatitude.

L’âme change de couleur : de la couleur originelle elle devient d’abord une âme blanche et or, avant de disparaître. La Résurrection se fait, vous renaissez en Christ. L’Embryon Christique est libéré, le cœur rayonne. Les Portes AL et Unité se mettent à vibrer, voire à devenir douloureuses. Le travail de la Lumière continue après, au niveau des Portes qui sont situées sur les plis de l’aine et autour du sacrum. L’Onde de Vie, si elle n’était pas née, naît. Le Canal Marial fusionne avec la Couronne radiante du cœur. La petite Couronne de la tête et la grande Couronne tournent en synergie et sont perçues toutes deux, avec les 12 Étoiles sur la grande Couronne, et les 4 Étoiles de chaque côté du point ER du centre de la tête.

Les besoins alimentaires, de sommeil, s’atténuent et disparaissent même, pour ceux qui veulent aller jusqu’au bout, complètement. Il n’y a réellement plus de besoin de manger puisque la nourriture se fait par la Lumière elle-même, ou très peu, et y a plus besoin de réellement dormir. Le sommeil n’est plus du sommeil, c’est une béatitude, plus ou moins consciente.

L’âme en cours en dissolution vous détourne de toutes les fonctions des chakras inférieurs, quelles qu’elles soient, ces fonctions. Le cœur devient prédominant, le Cœur Ascensionnel se met en branle. Le Vajra ou la Fontaine de Cristal, ou 13ème corps, devient ruisselant, dégoulinant de Lumière. Là vous commencez à entamer la Résurrection, et surtout la Libération.

L’âme n’impose plus rien à la personne. La personne vit, elle est consciente de vivre, consciente d’être affectée par les circonstances de sa vie, mais elle sait pertinemment (c’est pas une croyance ni une adhésion) qu’elle n’est plus cela. Elle ne refuse rien de la personne, ce qui est à vivre se vit mais y a plus d’implication, ça veut pas dire qu’il y a un désintérêt, ça veut dire simplement que les choses se font parce qu’elles doivent se faire, et elles se font avec légèreté. Parce que le Libéré sait très bien que tout ça n’a qu’un temps et appartient aux fonctions de ce corps et de cette vie, mais pas de lui.

Dans le processus de dissolution de l’âme, l’Antakarana, c'est-à-dire la corde céleste qui est devenue le Canal Marial, se manifeste le plus souvent de manière bilatérale, c'est-à-dire à gauche et à droite. Il y a le chant de l’âme et il y a le chant de l’Esprit. La communication avec ses différentes facettes, avec la multidimensionnalité, s’ouvre. Vous voyez les dragons, vous voyez les vies passées pour ceux que ça intéresse, vous voyez les entités spirituelles, vous voyez la Lumière réellement dans ce monde, vous voyez les particules adamantines, vous voyez les Présences, vous les percevez.

Tout ça est lié au processus de dissolution de l’âme. Mais encore une fois, si vous voulez plus de détails, avec des choses beaucoup plus riches, je vous renvoie à Hildegarde de Bingen et Frère K durant l’année, un peu 2010 mais surtout 2011, au deuxième trimestre 2011.

Autre question.

Question : il y a les dragons de Feu, d’Eau, d’Air, et de Terre. Pouvez-vous développer sur chacun d’eux ? Qu’est-ce qui les différencie ? Certains sont-ils plus proches des humains ?

Alors d’abord, les dragons sont en résonance avec l’Élément Feu, même si ces dragons, on les appelle dragons de Feu de la Terre, parce qu’ils œuvrent sur la Terre, sur l’Élément Terre. Et donc vous avez des dragons qui œuvrent, ils sont plus rares, sur l’Élément Eau, d’autres sur l’Élément Air, sur les correspondances, bien sûr, organiques, matérielles, de ces Éléments.

D’abord les couleurs. Pas la forme parce que la forme d’un dragon, vous le savez, est mutable ; il peut rétrécir ou grandir, tout en gardant la même physionomie, si je peux dire. Mais y a pas, comment dire… L’Élément primordial des dragons, c’est bien sûr le Feu. Après, y a des spécificités, puisque j’ai parlé moi-même des dragons de Feu de la Terre. Ceux-là se servent de leur souffle du dragon pour faire des choses au niveau de la croûte terrestre. Les dragons de l’Air, bien sûr, peuvent accompagner l’Élément Air : les vents. Les dragons d’Eau, comme je l’ai dit, sont très peu nombreux. Ils interviennent surtout lors des mouvements d’eau importants, que ce soit par les mouvements de la mer lors des tsunamis, que ce soit au moment des inondations, du Feu du Ciel aussi sous forme d’eau, c'est-à-dire la grêle. Et maintenant les dragons… il nous manque lesquels… de Feu à proprement parler, c’est ce qui a été appelé les grands dragons or et blancs.

La couleur est spécifique de la sous-classification, on va dire, des dragons. La forme est toujours la même, les yeux sont profondément différents. Et d’ailleurs ceux qui ont la chance de voir les yeux des dragons peuvent dire que y a un Amour insensé dans leurs yeux, en même temps qu’une force et une détermination. La plupart ont les yeux or, au niveau des dragons de Feu de la Terre classiques, alors que dans les dragons d’Air, par exemple, ils ont le plus souvent un iris qui est de couleur verte, etc., etc. Mais ces détails ne servent à rien.

Les fonctions de ces dragons sont différentes, bien sûr, selon qu’ils sont de Feu, de Terre, d’Eau, ou d’Air. J’ai donné quelques éléments, mais dans les espaces où vous rencontrez des dragons, que ce soit chez vous – parce que eux ils ont pas peur de survoler les habitations humaines, hein, contrairement aux gnomes qui s’approchent pas des maisons –, dans les endroits où y a des communautés de dragons (ils sont pas suffisamment nombreux pour les appeler des villes ou des villages), il est fréquent qu’il y ait l’association des quatre Éléments, c'est-à-dire des quatre sous-classifications de dragons.

Donc vous allez retrouver essentiellement des dragons verts, des dragons or, des dragons rouges, des dragons blancs, et d’autres couleurs aussi, mais c’est lié à leur fonction. Je peux pas rentrer en détails, je crois qu’Erelim vous avait parlé de ses fonctions au niveau des dragons de Feu de la Terre, pour équilibrer la croûte terrestre par rapport à ce qui est en route en ce moment sur la terre, par rapport aux volcans aussi. Vous avez les dragons de Feu qui sont eux (de la sous-classification du Feu) qui sont plus présents sur les terres volcaniques, n’est-ce pas ? Dans la région que vous visitez, il y a bien sûr aussi un territoire volcanique, ce qui explique la présence que certains ont vue, de dragons plutôt rouges, ou bruns on va dire, plutôt un marron, si je peux dire, très clair.

Question : cela a-t-il un sens particulier d’être en contact avec un dragon d’Eau ?

Oui bien sûr. Bien sûr, la communication avec les êtres de la nature, en particulier au niveau des dragons (les gnomes c’est moins évident), vous voyez bien que certains d’entre vous ont des contacts privilégiés avec tel dragon ou telle couleur de dragon. C’est simplement parce que c’est en syntonie et en résonance avec l’une de vos lignées. Ça veut pas dire que vous avez du sang de dragon, ça veut dire que vous avez une affinité élective avec les dragons, qui est nécessaire, en cette période, pour actualiser, si je peux dire, vos lignées. Non pas dans la révélation de vos lignées – ça, c’est passé, même si ça se produit encore pour beaucoup d’entre vous de voir les visages défiler –, mais c’est surtout un travail de libération qui se fait au niveau de la Couronne et au niveau des quatre Triangles Élémentaires, mais plus spécifiquement, je l’avais dit je crois, sur les quatre Hayot Ha Kodesh, qui sont de part et d’autre du point central ER.

Donc tous les peuples de la nature, d’une façon générale – et les gnomes peuvent vous aider au niveau de la thérapie ; je crois que c’est ce qu’avait dit le chef des gnomes d’à côté, là, Fenouil, ils sont là pour vous soigner – mais la plupart des peuples de la nature sont là pour créer une harmonisation, si je peux dire finale, de vos Couronnes et de l’ensemble de vos structures et de vos consciences.

Autre question.

c’est l’heure de la pause.

Eh bien, je vous dis à tout de suite alors. Profitez-bien de votre pause et je vous dis à très vite.



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Lun 17 Oct - 14:55 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant


Septembre 2016

O. M. AÏVANHOV

Questions/Réponses – 4ème partie



Eh bien chers amis, me revoilà. Nous allons reprendre nos entretiens, si vous le voulez bien, avant que je ne me retire jusqu’à une prochaine fois, ou en tout cas au plus tard je vous dis : aux Cercles de Feu, bien sûr.

Question : pouvez-vous développer sur la véritable Transparence ?

C’est un examen que vous me faites passer ou quoi ? La Transparence, il y a eu… quoi, y a pas longtemps, cette année, un certain nombre d’éléments.

La vraie Transparence. Être transparent, ça veut dire quoi ? Ça veut dire déjà ne rien arrêter, laisser traverser, laisser vivre la Vie, ne pas interférer avec la personne au niveau de la Lumière. Ça rejoint bien sûr les notions d’Évidence, de Spontanéité, d’Éthique, les authentiques quatre piliers du cœur du départ si vous voulez, des Noces Célestes. Tout ça concourt à établir cette notion de Transparence. La Transparence, c’est aussi ce qui pourrait être assimilé à la vacuité, être vide d’idées, de pensées, de préconçus, de connaissances, de projections, pour vivre l’Instant Présent, Hic et Nunc comme disait l’Archange Anaël.

Être transparent, c’est ne rien prendre pour soi, ne rien faire, ne rien considérer plutôt, comme une affaire personnelle. Se laisser traverser par ce qui naît : les pensées, les émotions. Devenir Amour bien sûr, s’accompagne nécessairement de cette Transparence.

Être transparent avec soi-même, être transparent avec la vie, avec les autres, avec les circonstances, c’est aussi lié à la notion de Légèreté. Cette Légèreté-là, c’est l’innocence de l’enfant, celui qui est totalement absorbé en l’Instant Présent, dans ce qui se déroule dans l’instant présent, sans préconçu et sans projection, sans référence au passé et sans référence à l’avenir, au-delà de toute histoire et de tout monde, je dirais. C’est la conscience pure, celle qui avait été nommée Sat Chit Ananda et qui conduit à vivre Shantinilaya, ou la Demeure de Paix Suprême.

Être transparent, c’est ne rien offrir comme résistance aux forces duelles, aux forces qui s’opposent à la Lumière. C’est être dans un Amour que je qualifierais d’inconditionné, bien sûr, mais de limpide, où tout est clair, où tout est évident, où tout est spontané. C’est ça, la véritable Transparence. Ça nécessite, bien sûr, de ne pas mentir. Ça nécessite, bien sûr, d’être intègre, avec soi-même, avec l’autre, d’adopter une éthique, qui n’est pas une conduite morale mais une forme, je dirais, d’altérité, d’élévation vers l’Esprit, vers la Source, vers le Christ, vers qui vous voulez, qui représente un archétype ou une matrice de vie qui n’est pas enfermée. Bien sûr, et vous le savez pertinemment, nous le savons tous, qui sommes passés en incarnation, que la Transparence est loin d’être quelque chose d’évident ni même de naturel, ou encore de présent en abondance sur la terre.

La Transparence vous allège, c’est-à-dire que vous n’avez rien à cacher, rien à mettre par derrière. Vous êtes spontanés. Vous êtes la Voie de l’Enfance, la Voie de l’Innocence, de la Simplicité et de l’Humilité. Les concepts d’humilité aussi vous ont été développés, de simplicité aussi, en particulier par Thérèse, il y a encore pas longtemps. Vous avez… si vous voulez, l’état d’Amour est un état de Transparence. Alors bien sûr, pour celui qui est profondément incroyant en l’Esprit, qu’il soit matérialiste, qu’il soit persuadé effectivement que la vie est entre la naissance et la mort, alors que je dirais plutôt que la mort est entre la naissance et la mort, la vie est après la mort – la vraie vie, celle de l’Éternité, celle qui est plénitude, où tout est transparent.

Je vous rappelle d’ailleurs qu’au-delà de la 3ème dimension unifiée, dès la 5ème dimension, qui est à base d’un modèle silicé et non plus carboné, la Transparence est de mise. Un être de Lumière sur les dimensions autres que celle de la Terre est totalement transparent. Il n’a pas besoin d’opacité ; il n’a rien à cacher, il n’a rien à démontrer, il est, tout simplement.

Donc la Transparence, c’est aussi le « Je suis Un ». C’est accueillir en totalité la Matrice Christique, le Christ, l’Esprit du Soleil, devenir soi-même Lumière, parce que la Lumière est elle aussi Transparence, quelle que soit sa couleur, quel que soit son éclat, quelle que soit son intensité, quelle que soit sa dimension même, elle n’est que pure Transparence. Rien n’est arrêté par la Lumière, la Lumière se laisse traverser. L’Esprit est de même. Quelle que soit encore la couleur, puisque j’ai parlé, si on devait donner une forme à l’Esprit, ça serait une langue de Feu, mais une langue de Feu très transparente où rien n’est arrêté, où rien ne peut s’opposer, où rien ne peut froisser, et surtout où rien ne peut être duel.

Bien sûr votre corps physique, lui, n’est pas transparent, mais votre conscience en l’Amour, elle est transparente. Vous êtes limpides. Les émotions ou les sentiments qui s’expriment sur votre visage sont totalement en accord avec vos pensées. Il n’y a aucune distance, dans toutes les formes d’expression, de manifestation, de relation que vous établissez autour de vous, il n’y a aucune zone d’ombre. Et surtout vous ne retenez rien, vous n’accrochez rien et vous ne résistez à rien. L’Abandon à la Lumière, ainsi que tout ce que je viens de développer, est la preuve de votre état d’Amour, la preuve que vous avez retrouvé ce que vous avez toujours été. Et cela se passe, bien sûr, de toute connaissance sur soi-même ou sur son passé, ou sur l’avenir.

La conscience est installée entre l’Ici et Maintenant, au Cœur du Cœur comme nous disons. Vous êtes alignés. Alignés à vous-mêmes, alignés à la Source, alignés à toutes les autres consciences, quelles qu’elles soient, partout, et quelle que soit la nature de cette conscience. Vous êtes en état d’Amour vis-à-vis de la Vie et de la création dans sa totalité. Vous ne faites pas de différence entre l’être aimé, votre enfant, un enfant de quelqu’un d’autre, un grand-père qui vous est proche et tout grand-père que vous rencontrez sur la terre. Votre conditionnement n’existe plus. Vous n’êtes plus conditionnés par une histoire, vous n’êtes plus conditionnés par des croyances quelles qu’elles soient, vous êtes totalement libres dans l’instant. C’est ça l’essentiel de la Transparence.

Mais encore une fois, y a des choses qui ont été exprimées là-dessus beaucoup mieux que moi, par certains Anciens et certaines Étoiles. Ça se rapproche, au niveau vibratoire, la notion de Transparence, le plus précisément je dirais, au niveau des Étoiles de la tête, de la notion de Clarté et de Précision, mais aussi un peu de Vision. C’est essentiellement cela.

Vous regardez, vous n’avez qu’à regarder par exemple aussi le visage qu’avait en son incarnation par exemple sœur Yvonne-Aimée de Malestroit, qui incarne la vibration KI-RIS-TI, ou même Gemma Galgani, et vous verrez ce qu’est la Transparence. Bien sûr, elles avaient les yeux clairs, mais c’est pas uniquement ça. Vous avez des Anciens qui avaient des yeux noirs, comme moi par exemple, moins noirs quand même que Peter Deunov, mon maître, mais y avait cet aspect de regard profond. Quelle que soit la couleur de l’œil, y a une impression à la fois d’Amour, de profondeur. Vous avez l’impression de pouvoir plonger dans ce regard sans être arrêtés par rien. C’est le regard d’Amour de celui qui a vécu le Soi et qui a sacrifié le Soi pour vivre son essence en totalité.

Voyez, on est bien loin de la personne, on est bien loin du regard habituel. On dit que c’est aussi le regard de l’innocence et de l’enfance. Voilà ce que je pouvais dire ou rajouter, en tout cas, sur la Transparence.

Question : ma vie m’amène à changer de lieu et tout quitter, mon mari, tous mes biens matériels, et l’Australie. Les circonstances de la vie et le Feu du Cœur me confirment de m’installer à l’île Maurice, néanmoins je crains de me remettre à travailler et de faire ce pas en ces temps de la Terre. Je songe aussi à venir habiter en Espagne ou en France. Pouvez-vous m’éclairer ?

Le plus simple, c’est de devenir nomade, comme ça tu seras attachée à vraiment plus rien, ni à un nouveau lieu ni à un nouvel endroit. Si tu en as l’opportunité, voyage, profite des moments qui te sont offerts par cette rupture avec l’ancien pour essayer de communier autour de toi. Tu connais suffisamment de frères et de sœurs, non pas pour devenir un parasite, hein, mais pour aller visiter, dans la nudité (pas physique hein), dans la nudité et dans la spontanéité. Si la Vie te fait quitter tout ce que tu dis, c’est qu’il y a une raison. Ce n’est pas nécessairement pour se fixer à tel ou tel autre endroit, surtout si tu as des interrogations par rapport au travail. Donc dans ce cas-là, si tu es nomade, tu peux plus travailler, au sens où on l’entend dans la société occidentale. Ça ne t’empêche pas de travailler pour toi ou de travailler pour les frères et les sœurs. Acceptes-tu, te demande la Lumière, de redevenir comme l’oiseau qui ne se soucie pas de ce qu’il va manger demain ?

Vous savez, avant et durant les Noces Célestes, et avant 2012, y en a beaucoup parmi vous qui ont changé de situation, de région, de lieu. Après, vous avez observé qu’il y avait une forme de fixité pour la majorité des êtres, qu’il n’était plus nécessaire de changer quoi que ce soit. Mais comme tu le dis si bien, peut-être que les impulsions de la Lumière aujourd’hui vous invitent tous, sans exception, à lever les dernières, on va pas dire résistances puisque certains vivent le Soi et sont libérés, mais les dernières réticences qui sont liées plus aux habitudes, au besoin de se prémunir, d’avoir un toit, d’avoir de l’argent, d’avoir un travail, d’avoir un mari. Si tu considères, par ton cœur, par le Feu du Cœur, que effectivement tu es attirée par plusieurs endroits, alors accorde-toi, dans les temps réduits qu’il reste, le temps d’être libre, c’est-à-dire de ne dépendre même pas d’un lieu. Tu te feras un cadeau inestimable. Ça, c’est mon simple avis humain.

… je ressens le Feu du Cœur pour habiter un lieu précis à l’île Maurice…

Ah, s’il est précis sur un lieu, si le Feu du Cœur…

… et d’autre part j’aimerais aussi vivre en France ou en Espagne.

Eh ben, regarde si le Feu du Cœur est présent. Regarde ce que fait ton cœur quand tu dis « je vais être nomade et je vais aller partout, là où la Vie me porte ». Vous avez des tas d’expériences aujourd’hui, sans même parler de fin des temps ou de fin de cycle ou de fin du monde. Vous avez des tas d’êtres qui plaquent tout pour découvrir ce qu’est la vraie Liberté. Malheureusement, l’occident surtout n’est pas prêt de faire ce mouvement, parce que dès qu’il y a un confort qui est procuré, que ce soit par l’argent, par un lieu, par une famille, par un mari, par une femme, tous vous avez, et nous avons, tendance à se scléroser.

Regardez, moi, quand j’ai créé la Fraternité Blanche Universelle, heureusement qu’on m’avait proposé d’autres lieux, sans ça, j’étais tout le temps enfermé. Eh oui, enfermé dans la Fraternité Blanche Universelle et dans un rôle – que j’ai accepté –, mais si les choses étaient à refaire aujourd’hui, et que j’étais incarné, certainement pas. Le temps n’est plus à créer des écoles, de créer des choses – de créer des rencontres pour se rencontrer oui, je l’ai toujours dit, ça c’est essentiel. L’important n’est ni le toit, ni le lieu, ni la personne avec qui on est, l’important est la Liberté. Alors si l’Intelligence de la Lumière te fait divorcer, te fait quitter le pays, tes biens et tout, vis ta liberté.

Si ta liberté et ton cœur te dit d’aller là où tu as dit, alors fais-le. Moi je donne simplement un avis très humain : profite de ta liberté et tu verras que ton cœur sera encore plus léger et encore plus en feu – surtout si la Vie t’offre cette possibilité. Y en a d’autres qui rêveraient de ça, mais ils sont pris par la famille, le mari, la femme, les enfants, la profession, la maison à payer, les habitudes, pour se prémunir. Mais ceux qui ont eu la possibilité, parce que ça a été une injonction de la Lumière et parce que les circonstances de la vie créent cela, à toi de voir, il faut peut-être le faire. Mais c’est toi qui décides, bien sûr. Ton cœur plutôt.

La vraie Liberté, je l’ai dit et nous vous l’avons tous dit, est intérieure. Mais parfois cette Liberté intérieure coïncide avec une forme de liberté extérieure, où effectivement il n’y a pas de sécurité au sens de la personne mais où la liberté extérieure vaut tout l’argent du monde, toutes les maisons du monde, tous les maris et femmes et les enfants du monde.

Alors c’est toi qui décides, moi je t’ai donné un avis. J’ai pas dit, dans ce cas-là, que c’était la vérité absolue, mais il me semble, à travers tes cocons de Lumière et ce que je vois puisque tu es ici, qu’y a encore une peur de passer à l’acte. C’est-à-dire non pas une résistance mais une forme d’inquiétude sur « où je vais dormir », « comment je vais vivre » et tout. Peut-être que la Lumière te dit par-là : es-tu Lumière ? Alors si tu es Lumière, sois libre aussi extérieurement. C’est une chance, parce que y a pas beaucoup de frères et sœurs, aujourd’hui, à qui la Lumière demande ça. Au contraire, souvent la Lumière vous demande de maintenir votre travail, nous vous l’avons dit, sauf bien sûr si la Lumière vous pousse dehors. Mais là, c’est pas toi qui as pris les devants, c’est les circonstances de la vie qui font que. Alors profites-en.

Voilà ce que je peux te répondre. Et comme tu es là, tu peux rajouter des choses si tu veux.

… à l’île Maurice, la semaine dernière, j’avais le Feu du Cœur et le Triangle de l’Air qui vibrait énormément, alors j’ai pensé que je devrais peut-être être là. Et depuis que je suis ici…

Va pas trop vite, parce qu’il va falloir qu’il répète. Ou alors tu viens devant moi, pour qu’on t’entende dans le micro et aussi moi personnellement, je verrai les vibrations de tes cocons de Lumière.

… à l’île Maurice, la semaine dernière, j’avais le Feu du Cœur et le Triangle de l’Air qui vibrait beaucoup.

Tu as l’accent australien, je comprends rien du tout. Bon il va répéter, c’est pas grave. Mais reste quand même là parce que je regarde autre chose.

… elle était à l’île Maurice il y a une semaine, et elle a senti le Feu du Cœur et son Triangle de l’Air qui vibrait beaucoup. Elle a pensé qu’elle devait peut-être vivre là, car elle a sa famille et elle a une maison là-bas, qui n’est pas louée et qui est donc disponible.

Eh bien prends la maison et voyage. Mais as-tu regardé, quand tu poses la question à ton cœur, même sans y aller, si en Espagne ou en France y avait la même vibration ? Tu sais que t’es pas obligée d’y aller, tu peux penser à « France » et tu regardes ce qui se passe. T’as pas besoin d’être physiquement dans le lieu, bien sûr, c’est l’Esprit qui décide.

… depuis qu’elle est ici, ça vibre beaucoup dans le cœur et dans le Triangle de l’Air.

Donc comme à l’île Maurice.

… oui.

Eh ben, t’as plus qu’à tester l’Espagne, la France et tous les pays que tu veux. Donc ça veut dire quoi ? Si tu as strictement la même réponse, par exemple ici par rapport à l’île Maurice, ça veut dire que tu es partout chez toi.

… j’ai reçu la réponse, merci.

De rien chère amie.

Question : des personnes qui n’ont pas suivi vos enseignements ces dernières années peuvent-elles venir en ce lieu ? Sont-elles prêtes ?

S’il y a demande, oui. Bien sûr nous faisons des rappels pour tous les croûtons qui suivent tout ça depuis longtemps, donc nous vous parlons d’Étoiles, nous vous parlons de Portes, nous vous parlons des structures vibrales, mais vous savez très bien qu’aujourd’hui ce n’est plus l’essentiel ; nous vous parlons surtout de la conscience. Et parler est une chose, mais l’atmosphère vibratoire de notre réunion est bien plus importante que les mots que je peux prononcer, et bien plus importante que les mots que vous lisez quand vous n’êtes pas là. C’est une forme de communion et de passage, avant toute chose. C’est un espace de communion, comme d’ailleurs certains parmi vous se retrouvent dans d’autres régions pour se réunir. Y a pas d’obligation d’avoir des dragons qui parlent, des elfes qui se manifestent, vous communiez déjà entre vous. J’espère que vous vous en apercevez de plus en plus aisément, même quand y a des nouveaux.

Donc, y a pas de préalables, surtout aujourd’hui. Vous voyez bien que la rigueur qu’il y avait dans la découverte des nouveaux corps, dans la mise en pratique et la mise en service des nouveaux corps du yoga de l’Unité, c’était extrêmement structuré et pointu. Aujourd’hui, on vous invite non pas à oublier, parce que vous les sentez et vous les vivez, mais quelque part à dépasser aussi tout ça. C’est une ouverture vers cette fameuse Transparence et cette Spontanéité, les uns avec les autres, quelles que soient les difficultés, quelles que soient les personnes différentes, les attraits différents, les âges différents ; toutes les barrières tombent. Vous voyez ce que je veux dire ? Donc bien sûr, y a pas d’objection, bien au contraire.

Vous voyez bien par vous-mêmes l’effet que ça vous fait, pour devenir addicts comme ça, parce que j’en vois qui sont là tout le temps, hein. Donc c’est une addiction, je dirais, une saine addiction. Sainte et saine. L’addiction à la Lumière, ça rejoint la tension vers la Lumière qu’avait magistralement exposée Hildegarde, dont j’ai parlé déjà hier. Vous voyez bien d’ailleurs que dans vos pensées, dans votre vie qui se déroule tous les jours, même si vous êtes encore en activité professionnelle, vous êtes obnubilés par la Lumière et par l’Amour. Ça c’est très bien. Même des fois à en devenir soupe au lait, colériques, dès que ça contrarie la Lumière. C’est pas des résistances, c’est au contraire, vous vous fixez, si je peux dire, un objectif. On peut pas parler de but parce que vous savez qu’il n’y a pas de chemin mais que c’est quelque chose qui est ancré en vous, et donc la vibration est présente, même si vous sentez pas toutes les Couronnes et toutes les structures vibrales. Vous le voyez bien dans vos contacts avec la nature. Vous le voyez quand vous vibrez quand vous êtes ici, quand vous lisez, quand vous écoutez. C’est pareil.

Je pense que je peux vous dire maintenant, jusqu’à présent je vous disais : il faut maintenir ce que la Vie vous impose, parce que c’est une façon aussi de régler vos comptes, sans parler de karma, de régler ce qu’y avait à régler, que ce soit avec une profession, un crédit, un mari, une femme, un enfant, un parent. Mais aujourd’hui, pour ceux d’entre vous que la Vie invite à plus de liberté extérieure, je pourrais presque dire qu’il vous faut quitter la matrice avant qu’elle ne s’effondre. Sans peur. De toute façon, à un moment donné vous n’aurez plus le choix. Mais si vous anticipez le choix, je ne vous demande pas d’aller vivre dans une grotte, bien sûr, ni de couper avec qui que ce soit, mais si vous le sentez dans vos tripes, dans votre cœur, qu’est-ce qui vous retient ? L’habitude, les croyances, la peur ? Parfois vous avez l’impression aussi, à l’inverse, que tout doit demeurer ainsi, et c’est très bien comme ça pour vous. Mais soyez attentifs à ce que vous dit votre cœur, ce que vous dit la première intuition, je dirais, qui vient comme ça. Non pas pour vous débarrasser de mari et femme, travail, mais pour vous extirper des ultimes forces matricielles, qui est lié aux habitudes tout simplement.

Est-ce que vous croyez que un indien d’Amazonie se soucie de sa sécurité sociale ou de son assurance-vie ? Ou de sa santé même ? Ces êtres sont beaucoup plus naturels et spontanés et transparents, et plus proches, quelque part, de la Lumière, par leur immersion dans le milieu naturel. Nous, nous vous avons conseillé de vous immerger dans les peuples de la nature, et même avant ça, avant que leur présence soit manifeste, vous vous rappelez Snow quand elle vous disait d’aller en communion avec les arbres, d’aller chercher quelque chose dans la nature. Mais aujourd’hui, c’est à une autre octave, si je peux dire.

Qu’est-ce qui est primordial ? Votre Liberté intérieure bien sûr, l’Amour. Et maintenant vous allez sentir de plus en plus l’appel à la liberté extérieure, c’est-à-dire devenir autonomes et ne plus dépendre de quelque chose qui est mort, même si c’est sécurisant, même si c’est agréable. Mais c’est vous qui voyez. Je peux pas donner de direction pour chacun, parce que chacun a une direction qui est différente, mais posez-vous les bonnes questions.

Regardez comment est votre vie. Est-ce que vous sentez que certaines choses vous horripilent ? Alors bien sûr, après vous allez dire : mais j’ai pas les moyens de changer ça. Faux, vous prenez le problème à l’envers. Passez d’abord à l’acte – comme je disais à l’époque : lâchez les cacahuètes, lâchez le bocal, et vous verrez bien. Qu’est-ce que vous risquez, en ces temps réduits? De mourir de faim ? C’est impossible. De ne pas avoir de toit ? Ce n’est pas possible. De manquer ? Mais manquer de quoi quand vous êtes en Amour ? Qu’est-ce qu’il peut manquer en l’Amour ? Laissez faire la Vie.

Alors bien sûr, c’est pareil quand on évoquait les différences entre les pulsions et le cœur, et la spontanéité. Regardez ce que la vie vous demande. Vous le voyez à travers ce qui est facile et ce qui est difficile. L’équilibre et l’Amour, la vacuité, l’alignement, le Cœur du Cœur, tout cela est un équilibre qui doit être stable, or il est stable dès l’instant où vous dépensez le moins d’énergie physique, mentale, émotionnelle, pour que les choses se réalisent. Allez vers les lignes de moindre résistance, vers la Fluidité de l’Unité.

Soyez vigilants et attentifs aux signes, laissez-vous traverser. Alors bien sûr qu’il y a un sens de la responsabilité – si vous êtes une mère qui a un enfant, c’est que vous avez choisi de vivre cette période comme ça – mais ceux d’entre vous qui ont des opportunités qui se présentent, qui vous appellent à cette liberté extérieure aussi, regardez votre vie. C’est pas une question de faire les comptes, pour voir, c’est une question d’oser passer à l’acte, c’est tout. Il ne peut pas y avoir d’erreur. C’est à vous de voir, qu’est-ce que vous privilégiez ? Vous privilégiez la personne ou vous privilégiez vote cœur, et ce que vous impulse, si je peux dire, la Lumière ?

C’est dans ces temps extrêmement réduits que là, c’est pas des changements de lieu seulement, ou de situation, de profession ou autre, c’est un bouleversement intérieur. Et il est pas question d’anticiper parce qu’un bouleversement collectif arrive, que vous connaissez, mais vous sentez bien la pression de la Lumière en cette période. Vous voyez bien ce qu’il se passe en vous, comme au niveau des Éléments, comme dans la vie de tous les frères et les sœurs que vous côtoyez, ici ou n’importe où d’ailleurs. Voyez. C’est un acte et quelque chose à voir avec votre propre conscience.

Ce n’est pas une recherche de bonheur hein, attention, ni un désir à satisfaire, ni un plaisir à satisfaire, c’est une question là aussi d’Évidence et de savoir obéir à ce que vous êtes, au cœur, par le Feu du Cœur, par les synchronicités. Et toutes les réponses sont accessibles dès l’instant où vous sortez du mental, dès l’instant où vous sortez des peurs logiques de la personne, par rapport à la famille, par rapport aux impôts, par rapport à tout ce qui fait la matrice de vie en ce monde et auxquels vous êtes assujettis, que vous le vouliez ou non. Que vous ayez tout ce que vous voulez au monde, même avec facilité, ne changera rien.

Ce qu’on pourrait vous dire maintenant c’est : voyagez légers. Je parle pas des valises hein, je parle de l’intérieur. Ça rejoint aussi le « Aime et fais ce qu’il te plaît ». Non pas depuis l’ego ou la personne qui va chercher la tranquillité ou la satisfaction de ses sens, mais quelqu’un qui veut être réellement libre en son cœur, et que ça se traduise aussi à l’extérieur. Frère K a aussi longtemps parlé de la Liberté, déjà de son vivant. Il disait que la vraie Liberté est intérieure. Moi je vous dis aujourd’hui, que la vraie Liberté, bien sûr elle est intérieure, mais elle commence à se manifester, si vous le voulez, à l’extérieur aussi. Est-ce que vous préférez le confort de la personne ou le confort du cœur ? Parfois, les deux sont superposables, parfois ils sont en opposition formelle. C’est vous qui voyez.

Alors, prochaine question.

Question : juste avant votre intervention, votre visage m’est apparu à trois reprises, je voyais nettement chaque détail, ensuite

J’étais habillé au moins ?

… Ce n’est pas précisé.

… ensuite j’ai vu plusieurs fois uniquement le contour de votre visage, avec les cheveux et la barbe. Que comprendre ?

Tu as accès à ma vision tel que j’étais incarné, et aussi à la vision que je peux donner pour ceux qui me voient là-haut, et qui viennent là-haut, sauf que là, tu m’as vu ici. Ça correspond à l’affinement de vos perceptions extrasensorielles, on peut dire. De la même façon que vous constatez qu’au fur et à mesure que vous allez voir les peuples de la nature, la vision devient plus nette, les couleurs apparaissent, les détails apparaissent. Donc tout ça, c’est une proximité de plus en plus grande. Et bien évidemment, nombre d’entre vous me voient, que ce soit ici directement ou les yeux fermés où je me présente à eux. Un peu comme quand vous voyiez, y a quelque temps, vos lignées. C’est le même processus.

Rappelez-vous, les franges d’interférences et les voiles qui vous voilaient en quelque sorte tout cet aspect invisible, sont troués de partout. Donc vous apercevez de plus en plus, et vous voyez, vous sentez, de plus en plus précisément les entités, les Présences, les mondes multidimensionnels. Certains parmi vous vont même commencer à voir, je pense à partir de la période qui est nommée la Toussaint, qui est une fête importante comme la Saint-Michel dans quelques jours, la fête des Archanges, vous allez voir carrément votre devenir. Non plus votre origine stellaire ou vos lignées, mais vous allez avoir des aperçus, d’abord très fugaces et parfois de plus en plus précis, de cette espèce d’avenir, que ça soit sur les Cercles de Feu ou dans votre destinée, si je peux dire.

Eh oui, tout s’éclaire. Tout s’éclaire, mais tout s’assombrit en général pour la personne, de plus en plus souvent. Tout ça, c’est voulu bien sûr, c’est pas pathologique ni anormal. N’oubliez pas que votre conscience passe d’un état à un autre, de la chenille au papillon. La chrysalide est terminée, y a des papillons qui sont en avance mais tous vous devenez ça, et tous vous commencez à avoir des aperçus vibratoires, des sentiments, des sensations, des visions même, qui vont commencer. Ça va suivre le même processus, si vous voulez, que ce que vous vivez pour la plupart auprès des dragons, des elfes, des ondines ou des gnomes. C’est la même chose.

Question : ceux qui ne perçoivent rien aujourd’hui, cela signifie que leurs voiles ne sont pas totalement levés ?

Oui, tout à fait. Je l’ai dit déjà à de nombreuses reprises, que certains parmi vous ne ressentaient aucune vibration, ressentaient simplement d’être liés aux chevilles. Parce que cela, je l’ai déjà dit, je le répète (c’est toujours vrai aujourd’hui), s’ils avaient la possibilité de vivre la vibration, ils partiraient tout de suite, ils rateraient la fin du spectacle. Or ils doivent la vivre.

… même pour la vision ?

Tout à fait.

… pourriez-vous nous parler du quatrième trimestre de cette année ?

Je viens déjà de donner des éléments, mais je vais pas vous en donner plus. Attendez déjà que saint Michel vienne exceptionnellement s’exprimer à la fête de l’Archange, et attendez de voir ce que vont donner, je dirais, déjà la première semaine d’octobre, qui va vous amener non pas au signe céleste mais à des signes terrestres très particuliers. Humains je veux dire, pas terrestres au sens géophysique mais humains. Le reste suit le déroulement normal de ce qui est annoncé déjà depuis des années. Vous le voyez bien sur terre, et vous le voyez aussi à travers justement ce que je viens d’exprimer concernant la vision, la perception des entités, des peuples de la nature, etc., etc. Donc je peux pas en dire plus, et j’ai pas le droit de dévoiler non plus. Mais Marie vous a suffisamment informés le mois précédent, il me semble. Il y a six semaines.

Autre question. Si y en a qui veulent s’exprimer, dire des choses ou interroger, profitez-en.

Question : à l’île Maurice, j’ai vu un rouge-gorge dans la nature et j’ai pensé à vous. C’était vous ?

Non, c’est une vibration. La vibration du rouge-gorge est liée… c’est un symbole spirituel. La gorge est rouge, le cœur est rouge, c’est un des symboles christiques. Mais pourquoi moi ?

… parce que vous aviez dit que vous pouviez vous manifester à travers un rouge-gorge.

Oh, je peux me manifester à travers ce que je veux, moi. Mais je préfère en général garder ma vraie forme, comme vous m’apercevez. Et je préfère effectivement quand vous me voyez sous cette forme où juste apparaît ma chevelure et ma barbe ; elle est reconnaissable entre mille. C’est elle qui me sied le plus, je dirais, en tant que vieux croûton, ou chef des croûtons même.

Question : cela a-t-il une importance, avec les êtres de la nature, de voir les détails ? Il y a tant d’Amour quand on est avec eux qu’on n’a pas besoin de voir les détails, on est avec eux.

Avant de dépasser la forme et les détails, il faut aussi traverser cela. C’est pas indispensable du tout. Bien évidemment, nous l’avons dit, l’important c’est la communion et l’Amour, mais c’est quand même très enthousiasmant, je vais dire, de voir les narines, les oreilles des dragons, comme pour les elfes. C’est pas de la curiosité. Si ça se produit, y a pas à le rejeter, vous devez traverser ça aussi. Bien sûr, ce qui est plus important, c’est pas de définir l’habillement par exemple, pour un elfe, ou la couleur d’un dragon, ou sa forme très précise, c’est ce qui se passe effectivement dans le cœur, mais si c’est donné en plus, pourquoi le refuser ? Mais comme tu le dis si bien, le plus important c’est cette communion et cet Amour qui est vécu. Le reste, c’est accessoire ; d’ailleurs les formes sont accessoires.

Mais c’est vrai que dans notre monde incarné, la forme est liée à l’identité, mais dans les autres mondes, c’est pas la forme qui donne l’identité, c’est la vibration – la conscience pure, bien sûr. C’est pas la couleur d’un œil qui va vous attirer dans les espaces interdimensionnels, quand vous voyagez, c’est uniquement la vibration. Le sens de l’esthétisme, et même de la beauté, tel que nous avons employé ces mots les uns et les autres, ou l’Impersonnel qui vous parle beaucoup de la beauté, c’est bien sûr pas la beauté d’un trait ou une perfection physique, c’est une beauté qui émane, qui irradie. C’est ça que tu vis quand tu vois les dragons.

Alors bien sûr, quand il y a cet Amour indicible qui se manifeste, la forme, on s’en fout un peu, mais c’est intéressant à voir quand même parce que c’est des éléments qui vont, non pas vous donner la foi mais qui, quand même, vont vous asseoir un peu plus dans la certitude de vos perceptions, et qui vous prouveront que vous ne rêvez pas, que ce n’est pas un fantasme, que ce n’est pas imaginaire, que c’est quelque chose qui est aussi réel que la société dans laquelle vous vivez, même plus réel, pour vous.

Donc toutes ces étapes, bien sûr qu’elles ne sont pas indispensables. C’est comme le rapport avec l’activation des Portes du sacrum. Parce qu’on peut se poser la question : mais alors si les Portes se sont activées jusqu’à cette année 2016, c’est qu’il était rien prévu avant 2016. Je vous réponds que c’est faux. Parce que les Portes se sont activées selon un processus précis qui a duré tant de temps, tant de temps, tant de temps, mais si le signe céleste avait été visible en 2011 ou 2012, tout se serait activé en même temps. Et j’avais dit aussi que plus ça dure, plus c’est long, meilleur c’est. J’en vois qui veulent essayer de faire des mauvais jeux de mots. J’entends les pensées, hein, vous savez. Plus c’est long, meilleur c’est. Je parle du temps qui reste.

Autre dialogue ?

Question : j’ai essayé de voir la couleur des yeux du dragon qui vient près de moi. C’est impossible, tant l’Amour est grand.

Tu rentres dans la phase où l’Amour efface la forme. Et à un moment donné, tu t’apercevras que cet Amour que tu ressens dans la relation, la communion, la fusion avec le dragon, n’a plus besoin ni du dragon ni de toi, et là tu seras en Amour, sans différencier cet Amour avec une forme donnée. Ton mari va être content.

Mais tu regarderas attentivement, il a les yeux or. Dorés si tu préfères.

Question : en arrivant dans les endroits où il y a des elfes, des gnomes, des dragons, on ressent que c’est un lieu plein d’Amour, qu’on rentre dans l’Amour, même si on ne voit pas les Présences.

Mais c’est ça le plus important. D’ailleurs, si vous emmenez des amis à vous qui ne vivent rien, ils ne vivent pas les vibrations, ils ne vivent pas tout ce que vous vivez, si vous les amenez dans les lieux où y a les elfes (vous vous rappelez qu’il y a les vortex, indépendamment des Présences), tous les gens sans aucune exception, même s’ils n’arrivent pas à formuler de mots, vont sentir que c’est pas normal. Pas dans le sens d’anormal mais que c’est différent plutôt, qu’il y a une paix. Alors ils vont mettre des mots dessus : « la paix », « c’est joli », mais vous allez vérifier par vous-mêmes que ces êtres, ces amis peut-être que vous avez autour de vous, ben ils vivent la même chose. Bien sûr, ils n’ont pas les sens spirituels ouverts comme ceux qui ont les douze Étoiles activées, puisque c’est des fonctions spirituelles, mais ils savent qu’il y a quelque chose qui est pas comme d’habitude.

Et vous avez d’ailleurs une multitude de frères et de sœurs sur la terre qui se promènent et qui d’un seul coup trouvent des endroits. Ils savent pas qu’il y a des elfes, des dragons, des vortex, mais ils vont y revenir parce qu’ils s’y sentent bien, et vous le verrez de plus en plus. C’est normal. Même le plus méchant des mauvais garçons est capable de sentir la Lumière. Il a tellement peur, il a tellement oublié, mais c’est toujours inscrit en vous. Y a que les portails organiques, qui eux sont insensibles de manière définitive, mais tout frère ou toute sœur, tout être humain qui au hasard de ses balades va se trouver sur un territoire d’un vortex, essentiellement les elfes mais aussi les dragons, même les gnomes maintenant, et les ondines ça commence, vont sentir que c’est différent, mais ils n’auront pas de vocabulaire à mettre dessus. D’ailleurs, le plus souvent ils n’en chercheront pas mais ils auront envie de revenir goûter à ce qu’ils arrivent pas à identifier. Et ça arrivera, pour ceux qui persistent, à les détourner de la matérialité, à les détourner de croire simplement qu’ils sont limités à ce corps et à cette vie, bien plus que des discours. Je dirais même, bien plus que nos vibrations liées à ce que nous vous transmettons.

Vous, vous les sentez, bien sûr, pour la plupart, parce que vous êtes habitués, accoutumés. Et ça vous semble de plus en plus fort à chaque fois. Mais c’est pas de plus en plus fort, c’est simplement que la Lumière est plus présente et que toutes les couches isolantes sont trouées de partout, ici même sur terre, pas uniquement au niveau des enveloppes isolantes.

Vous savez, nous sommes tous, sans exception, extrêmement joyeux et confiants dans ce qui va se dérouler. Dans votre capacité – si ce n’est pas avant l’Appel de Marie ça sera de toute façon après –, à transcender vos peurs, les illusions, les croyances en l’éphémère, etc., etc. Parce que l’intensité de la Lumière, la quantité, la qualité de la Lumière vibrale qui est déposée partout sur terre ne peut pas laisser de doute sur le déroulement de ce qui doit se produire durant l’Appel de Marie et durant les 132 jours. Quelles que soient les souffrances. Parce que les souffrances ne sont rien dès l’instant où la Lumière est perçue, même si elle n’est pas vue. Du moment où elle est sentie, à ce moment-là, c’est déjà un baume. Et y a plus de facilité, même pour ces frères et sœurs qui n’ont rien vécu, à ce moment-là, de vivre l’ultime Grâce de Marie sans aucune difficulté.

Autre chose ?

Question : y a-t-il des êtres qui iront spontanément sur les Cercles de Feu ou y seront-ils amenés ? Comment cela se passera-t-il ?

Y a plusieurs possibilités. Y a le transfert direct ; si vous n’avez plus de corps physique, y a plus aucun problème, on est d’accord. Ceux qui auront besoin du corps physique seront transportés soit par les Végaliens, cela vous le savez depuis longtemps, par les Anges du Seigneur, et d’autres seront dans les lieux de pré-regroupement nous allons dire, acheminés soit par les elfes, soit spontanément eux-mêmes avec le corps de chair, sur les lieux qui sont, je vous le rappelle, au niveau des villages elfiques, des invaginations de la 5ème dimension.

En pénétrant dans ce vortex à ce moment-là, y aura… comment vous pouvez appeler ça, une téléportation ; avec le corps ou sans le corps, ça sera possible. Oui, c’est le mot téléportation qui correspond. Donc c’est profondément différent pour chacun, en sachant que, bien sûr, y a un problème de logistique et d’organisation dans tout ça. Mais nous aussi, nous faisons largement confiance à l’Intelligence de la Lumière, que ce soit dans l’intervention des vaisseaux des Anges du Seigneur, des Arcturiens ou encore des elfes. Qui sait ? Peut-être chevaucheront-ils carrément un dragon pour aller sur les Cercles de Feu. Donc ne vous faites pas de souci pour ça.

Question : certains ont vu, près du village des elfes, un être ressemblant à un elfe mélangé avec un Archange.

C’est tout à fait vrai.

… à quoi ça correspond ?

À un croisement.

… et un Archange peut s’incarner ?

C’est pas incarné, les elfes sont en 5ème dimension. Donc les croisements de formes n’ont plus, dans les mondes silicés ou au-delà, n’ont pas besoin de maîtres dits généticiens. Il y a des mutabilités de forme, et effectivement ça donne un elfe plus grand avec des ailes d’Archange. Mais il est effectivement présent à côté, sur le village elfique, en-dessous du village, là où il y a les cérémonies.

… a-t-il une fonction particulière ?

Il vous la dévoilera lui-même bientôt.

Question : après les 132 jours, pourrait-il s’écouler 20, 30, voire 50 années avant que Mercure ne rentre dans le Soleil ?

Alors là, cher ami, si tu relis ce qu’avait exprimé Séréti bien avant les Noces Célestes, c’est impossible. Je vous signale d’ailleurs, et peut-être que vous trouverez des informations là-dessus, que la Lune est en train de se fissurer. Elle va se séparer en deux – ça vous semble invraisemblable, comme à l’époque quand Séréti avait parlé de l’expansion du Soleil en géante rouge – et pourtant vos scientifiques le savent déjà depuis longtemps. Donc tous les processus astrophysiques et géophysiques, sur la terre se passent de manière simultanée et synchrone. Y a pas de décalage. De toute façon, t’as pas la carcasse pour vivre encore quarante ans.

Question : on dit que la Lune est un laboratoire.

Oui, ça peut être un laboratoire, y a effectivement des extraterrestres qui y ont des bases. Des humains aussi y ont eu des bases, y a bien longtemps. Mais c’est quelque chose qui n’a rien à faire là, donc elle est en train de se fissurer, et d’ailleurs dans les prophéties du monde arabo-musulman, il est fait état que la Lune sera cassée en deux. C’est tout à fait vrai.

Question : qu’est-ce qui provoque ces fissures ?

La descente de l’Esprit saint et de la Lumière. La Lune est un satellite artificiel qui n’a rien à faire là.

Question : ça se passera au moment des trois jours ou à la fin ?

Alors j’espère pas pendant les trois jours, hein, parce que sans ça y a plus grand monde après pour vivre les 132 jours. Ça sera plutôt au moment du grille-planète final, c’est-à-dire l’expansion du Soleil.

Question : pendant les trois jours il y aura des raz-de-marée ?

Oui, mais là c’est lié aux oscillations de la Terre, avec l’arrêt. Vous imaginez bien qu’une masse qui tourne, et quand elle s’arrête, même si l’arrêt de rotation se fait lentement, ça déplace un petit peu les masses d’eau.

Question : certains d’entre nous vont donc vivre les trois jours très rapidement et être libérés très rapidement ? Ça va provoquer des raz-de-marée énormes ?

Pas si énormes que ça. Il y aura certes une redistribution des territoires, mais les signes seront tellement important avant, que ce soit au niveau des couleurs anormales que vous verrez dans le ciel, je parle pas d’Hercobulus, hein, au niveau de la couleur du soleil, au niveau des séismes, au niveau des Éléments, de la grêle, des inondations, des volcans. Donc y aura quand même, même si l’humain n’a pas la même préscience que certains animaux, y aura quand même quelque chose qui appellera l’humain à s’éloigner des côtes. Pour ceux qui doivent s’en éloigner, hein.

Question : ça laissera le temps de vivre les trois jours d’une manière calme et stable ?

Elle sera calme et stable pour ceux qui seront encore vivants, oui bien sûr.

Je ne peux rien dire. Ce que je peux dire simplement, je vous le redis : c’est d’observer attentivement non pas le ciel encore mais les mouvements, comment vous nommez ça, géopolitiques et géostratégiques qui se déroulent déjà depuis dix/quinze jours, et qui vont modifier et préparer la bataille qui avait été, dans la bible, de tous contre tous, c’est-à-dire la bataille de Megiddo. Surveillez attentivement cela, c’est tout ce que je peux vous dire.

Question : certains parlent d’une invasion de l’Arabie Saoudite par l’Iran, qui mobiliserait des troupes internationales dans le golfe adriatique et ferait ensuite bouger la Russie.

Peu importe. Dès que ça bouge effectivement dans tous ces pays qui sont nommés Moyen-Orient et Proche-Orient, vous êtes sûrs que ça colle aux prophéties, sans exception. Et là, plus aucun doute ne sera permis. Vous savez que c’est l’épée de Damoclès. C’est peut-être un jour, c’est peut-être une semaine, c’est peut-être encore, allez, quelques mois. Mais de petits mois.

Attention, j’annonce pas la visibilité et les trois jours, j’annonce les évènements qui sont concomitants de l’Appel de Marie – juste avant, juste après, aux alentours de –, c’est tout. Mais rappelez-vous que ça surviendra quand vous verrez réellement le signe céleste. Mais vous pouvez déjà vous préparer intérieurement, et extérieurement si vous le souhaitez, dès l’instant où vous verrez ces aspects géophysiques, géostratégiques se modifier. Comment vous appelez ça ? Un équilibre de forces qui se modifie dans cette région. Parce qu’effectivement, il y a avant tout non pas des histoires de pétrole mais surtout de vortex qui sont là-bas. C’est connu ça.

Donc tout ce qui se passe dans cette région est pour vous un indicateur. De la même façon qu’est un indicateur, la facilité avec laquelle vous voyez ou percevez les autres dimensions, tout simplement. Les marqueurs intérieurs sont présents. De même que nous vous avions parlé de libération de la Terre et de la libération de l’Onde de Vie, où y avait effectivement, comme vous le voyez, une latence que nous pouvions pas prévoir, ni les uns ni les autres, parce que c’est la Lumière qui décide. C’était la Terre qui décidait le moment de sa libération, chose qu’elle a faite. L’Onde de Vie est née à ce moment-là, donc la reconnexion au noyau cristallin de la Terre et à Sirius, l’ouverture des portes de Sirius, c’est-à-dire le Triangle de l’Eau essentiellement (donc tout ce qui est lié à la médiumnité, à la perception, à la vision), tout ça s’est réalisé. Il reste effectivement l’actualisation au plus matériel de la Terre, puisque les lignes de prédation, elles, elles ont été déjà blackboulées aussi. C’est ce qui se passe maintenant. Point pour point dans ce qu’ont donné les prophètes anciens, ou les prédictions, on va dire, plus récentes.

Vous avez la… et je l’avais dit déjà y a quelques mois, je vous avais parlé du solstice d’été, du 15 août, je vous avais parlé de la Saint-Michel Archange, je vous avais parlé de la Toussaint et enfin de Noël. C’était cinq périodes, si vous voulez, les plus propices au déroulement de la scène finale. Maintenant, si c’est pas dans ces périodes, eh bien, nous ferons comme vous, nous attendrons. Mais ça va être dur d’attendre maintenant, vu le dérèglement des forces de l’éphémère, des forces archontiques, des forces de prédation résiduelles liées aux habitudes et à la matrice sociétale. Ça va être dur de tenir des mois ou des années, hein, même s’ils font tout pour. La pression de la Lumière devient de plus en plus évidente, pas uniquement dans vos perceptions et ce que vous voyez, mais dans les résultantes sur l’éphémère au niveau de la Terre.

Autre chose.

Question : j’ai la chance d’avoir beaucoup de liberté, et je ne sais pas quoi en faire. Je trouve dommage de ne rien faire, de ne pas ressentir d’impulsions…

Y a pas d’anomalie là-dedans.

Je peux te répondre comme tout à l’heure par rapport au fait de notre sœur qui quittait l’Australie. La Liberté, pourquoi veux-tu qu’elle soit obligatoirement liée à quelque chose à faire ? C’est surtout quelque chose à être. Après, quelque chose à faire se fera par l’Intelligence de la Lumière. Mais c’est normal de passer par ce sentiment ou cette perception, en étant libre dans ta vie, de se demander quoi faire. Parce que tu ne sais pas quoi faire peut-être à certains moments, mais ne t’inquiète pas. Dès l’instant où tu ne t’intéresses pas au quoi faire mais comment être le plus transparent possible, le plus Amour possible, le « faire » viendra après. Si tant est qu’il y ait un « faire ».

Tu es plus utile au monde et à la Lumière sans rien faire, en méditant ou en priant une heure par jour sans objectif particulier, qu’en faisant quelque chose. Au niveau de l’efficacité vibratoire et sur la conscience, la tienne comme celle du collectif, elle est beaucoup plus importante que ce que tu pourrais faire. C’est pas une invitation à la fainéantise, hein, ce que je dis, mais si cette période survient, que vous avez une liberté extérieure et que vous ne savez pas quoi faire, ne faites rien. Contente-toi d’être. Le cœur n’a pas besoin de faire, ça se fait automatiquement. Après, t’as des loisirs, t’as la nature, fais ce qu’il te plaît.

Voilà ce que je peux répondre. C’était la dernière question je crois.

Oui, merci.

De rien, amuse-toi bien.

Alors chers amis, j’ai été extrêmement réjoui de vous retrouver et de voir, comme je dis, des habitués, quelques nouveautés aussi, mais en tout cas ce fut un moment magique et j’espère qu’il se renouvèlera, si y en a l’opportunité.

Si y a quelque chose, bien sûr, d’important, je reviendrai non pas en tant que Commandeur des Melchisédech mais en mon humanité, pour essayer de vous assister à travers même des questions répétitives ou déjà vues, hein, y a pas de vélos qui tournent, rappelez-vous. Ça permet de repréciser peut-être les choses et d’installer, comme vous vous en êtes aperçus pour certains, une forme de communion et de proximité plus importante. Voilà ce qu’il faut retenir.

Sur ce, je vous transmets tout mon Amour. Je vous dis à très bientôt, tout mon Amour est avec vous. Et n’oubliez pas ce que nous avons dit sans arrêt, les uns et les autres : nous sommes à votre disposition. Appelez-nous et nous nous ferons un plaisir, les uns et les autres, de vous assister dans le cœur.

À bientôt.


* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 499

MessagePosté le: Mar 18 Oct - 17:16 (2016)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF Répondre en citant


Septembre 2016

ERELIM

Dragon de Feu de la Terre



Je suis Erelim, dragon de Feu de la Terre. Je rends grâce à votre Présence, à votre Amour.

Je viens parmi vous, en quelque sorte, pour témoigner de notre grande joie à nous, peuples de la nature, de par nos contacts et nos communions qui sont vécus, ici et ailleurs, par un nombre de plus en plus important d'humains en incarnation. Nous rendons grâce à votre constance et à votre travail. Nous rendons grâce aussi aux différentes entités de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, dans cette avancée spectaculaire permettant dorénavant à chacun d'entre vous, humains, de nous percevoir, d'établir avec nous une relation de cœur à cœur, nous ramenant, nous dragons, à des temps extrêmement anciens de la terre où il n'y avait nulle séparation entre les différents peuples de passage sur la terre, et où la communion de cœur était l'essence même de notre présence, de nos jeux et de nos vies.

Comme vous le constatez et le constaterez de plus en plus, il vous est, et à nous aussi, de plus en plus aisé de communiquer, de communier, de nous voir mutuellement, de nous apprécier. Vous êtes invités toujours plus nombreux à vous appuyer sur nos rencontres pour vous retrouver encore plus intimement dans la vérité de qui vous êtes. Notre présence et nos rencontres, où qu'elles se situent, déploient votre Feu Vibral, votre Feu d'Amour, votre Esprit.

Je viens donc témoigner, et rendre grâce comme je l'ai dit, de toutes les occasions qui nous sont fournies, les uns et les autres, peuple des dragons et peuples de la Terre, de rentrer en résonance, de nous retrouver concrètement ici même, dans le plan de la terre. Au fur et à mesure de l'avancée de la Lumière, au fur et à mesure que l'Ascension de la Terre se déroule, nous sommes plus que jamais à vos côtés, en votre réalité, afin de servir et d'aimer, sans frustration de notre séparation qui est survenue voilà fort longtemps.

Comme je l'ai déjà dit, les dragons interviennent sur la structure de la Terre, de son manteau, mais nous intervenons aussi, ainsi que je l'ai dit, sur votre Feu, sur la qualité de l'échange et de l'Amour qui rayonne et émane spontanément de vous, et de nous, dans nos rencontres, dans les occasions qui se multiplient de se voir et de partager.

Nos rencontres, où qu'elles se situent, déploient votre Feu et votre Amour. Beaucoup d'entre vous nous ayant contactés et rencontrés, voient réellement des changements survenus dans votre émanation d'Amour en ce monde. Nous tenons, nous peuples de la nature, et spécifiquement les dragons, à rendre grâce à cela. Nombre d'entre vous avez vaincu les résistances, les peurs et l'absence de perception de notre présence. À chaque rencontre il nous est donné, au-delà du partage et de la communion, d'insuffler directement ce mouvement de déploiement de votre cœur en votre chair et en votre incarnation, tout autour de vous.

De plus en plus, et certains d'entre vous l'ont déjà constaté, vous n'avez pas besoin de vous déplacer jusqu'à nos villages. Le travail remarquable effectué par les elfes sur l'ensemble de la planète nous permet dorénavant de nous déplacer sans aucune difficulté, parfois même jusqu'au seuil de votre maison, et pour certains, même chez vous. N'oubliez pas que notre taille est mutable et transformable et nous nous adaptons à votre environnement, à vos lieux, à votre cœur. Il existe peut-être, comme vous le savez, une multitude de variétés de dragons, comme il existe en votre humanité une multitude de races, mais fondamentalement notre cœur est le même que le vôtre. Certains d'entre nous sont appelés à établir des partages plus intenses. Nous pouvons même dorénavant vous accompagner un certain temps, demeurer avec vous, proches de vous, pour vous soutenir et par plaisir d'être avec vous. Car l'Amour qui commence à s'exprimer, pour beaucoup d'entre vous maintenant, fait fi de toutes les blessures et de tous les enfermements que vous avez subis et que vous avez dépassés.

Nous sommes tous profondément heureux de nous retrouver à vos côtés, et pour certains d'entre vous, de vous accompagner sur les derniers pas qu’il vous reste à faire. Nous veillons à notre façon sur votre corps, non pas tant pour le réparer mais pour lui donner l’afflux de Lumière qui lui permettra de se réparer. Pour certains d'entre vous, notre conscience est si proche de vous qu'il vous semble parfois vous-mêmes devenir un dragon, récupérant ainsi une force qui vous est parfois inconnue. La force de l'Amour, sa puissance au sein même de ces mondes carbonés que nous habitons depuis des temps immémoriaux, au-delà de tous les cataclysmes et de tous les enfermements cycliques de cette terre. Nous demeurons fidèles, et nous applaudissons, si je peux dire, à votre fidélité maintenant.

L'ensemble de la communauté des dragons, ici et partout de par ce monde, s'est vu confier une action (plutôt qu'une mission), pour certains d'entre vous, après l'Appel de Marie, afin de vous aider à rejoindre votre emplacement où qu'il soit. Ceux d'entre vous qui nous ont laissés les accompagner en dehors de nos lieux, parfois même jusque dans vos demeures, est la preuve de cette liberté d'Amour et de notre sens du service, au-delà de la race, au-delà de l'évolution et au-delà de toute forme manifestée en ce monde.

Nous vous accompagnons et nous vous accompagnerons de plus en plus, comme le font les elfes et les autres peuples de la nature, selon leurs spécificités, selon leurs fonctions. Notre action à vos côtés, au-delà des rencontres, comme je l'ai dit, est de favoriser l'émanation de votre cœur et de l'Amour dans la spontanéité, en l'absence de tout frein. Plus vous vous ouvrez à nous, plus nous vous rencontrons et plus nous vous accompagnons. Si toutefois parmi vous il existe des humains qui n'ont pas cette opportunité, n'y voyez pas une quelconque faiblesse ou une quelconque différence. C'est simplement que pour vous il y a d'autres peuples de la nature, d'autres membres de la Confédération Intergalactique liés peut-être à votre historique, à vos lignées, à votre origine, qui sont plus adaptés à ce que vous êtes dans une forme.

Pour ceux d'entre vous que nous accompagnons déjà, et que nous accompagnerons toujours en plus grand nombre, retenez que nous ne sommes pas là pour faire des discours, ni vous non plus, dans cette relation intime que nous acceptons et menons avec bienveillance et un sens du service inné, mais bien plus, comme je l'ai dit, à vivifier votre Esprit, votre âme si elle est encore là. Nous apportons des tonalités particulières à votre souffle, à votre essence. Cela se passe de mots, même si nous pouvons échanger et dialoguer. L'important est notre relation, notre présence à vos côtés pour certains d'entre vous. Nous échangeons, nous nous nourrissons les uns des autres avec une joie qui ne vous est pas encore totalement perceptible mais dont vous percevez la qualité de cet Amour qui nous relie et nous résonne les uns avec les autres.

Nous proposons notre accompagnement, notre relation, notre contact, à tous ceux dont la structure du corps d'Êtreté le permet. Nous engageons avec vous un accompagnement particulier où il n'y a point besoin de sensationnalisme, ni même d'histoire. Notre douceur avec vous n'a d'égal que notre puissance et notre Amour. Pour ceux que nous accompagnons et accompagnerons jusqu'à l'Appel de Marie, le plus souvent, de façon périodique ou permanente, est un gage de votre liberté. Nous vous engageons à faire appel à notre service et notre présence dans tout ce qu’il peut vous sembler avoir encore à dissiper, à éliminer, en tout ce qui peut vous gêner en votre conscience ou en votre corps pour être vous-mêmes. Encore une fois, cela ne se fait que par notre présence et notre Amour commun.

Comme je l'ai dit, il y a de nombreuses formes de dragons, de nombreuses races, si l'on peut s'exprimer comme vous, cela ne fait aucune différence. Que nous soyons depuis fort longtemps, pour la plupart, sur cette terre, bien avant vous en tant qu’humains, que cela soit notre venue plus récente pour certains d'entre nous, cela ne change rien, la même qualité et la même intensité de service est là.

Nous sommes là pour vous aimer et vous soutenir, parfois pour dialoguer – mais plus rarement –, parce qu'il existe entre vous et nous une forme d'alchimie se rapprochant de ce que vous nommez, vous, êtres humains, tel que cela vous a été expliqué : les Flammes jumelles. Nous recréons ce type de résonance spontanément dès qu'il y a affinité, vous donnant à vivre la fusion avec vous-mêmes en Esprit et en Vérité, et en totalité, à la vitesse qui est la vôtre, à votre rythme, et nous serons d'autant plus là au moment majeur pour la Terre que nous attendons maintenant avec joie et une certaine forme d'exaltation. Parce qu'à ce moment-là, vous le savez, tous les voiles tomberont. Même ceux d'entre vous, humains, qui n'avez jamais eu l'occasion d'entrer en relation, en contact, ou d'être accompagnés par nous, nous verront de façon extrêmement claire.

Bien sûr, ceux d'entre vous qui sont sensibles uniquement à la forme, et non pas au contenu, risquent d'être déstabilisés, mais nous n'y pouvons rien. Le regard qui ne voit que la forme ne peut trouver le cœur, parmi nous ni même entre vous. Ainsi notre présence, quel qu'en soit le choc ou le plaisir, est là pour vous aider à dépasser toute forme et à vivre l'Amour nu, indépendant de votre histoire, de notre histoire, de toute vie sur un monde carboné, et est l'expression parfaite qui peut être assimilée à la fusion des Flammes jumelles. C'est la même qualité de résonance, la même qualité de vibrance et la même qualité d'Amour, où nous nous reconnaissons l'un l'autre dans la même Flamme, dans la même Vérité, dans la même origine et dans le même plaisir de la vie.

De par notre positionnement au sein de la 5ème dimension invaginée sur la terre depuis des temps immémoriaux, nous avons, comme les elfes, maintenu notre présence, n'ayant pas à subir les forces d'enfermement qui ont été les vôtres depuis si longtemps pour ceux d'entre vous qui sont là depuis le début, si je peux dire, de cet enfermement. Si vous étiez amenés à laisser votre corps de chair, nous serons toujours là, jusqu'au moment de votre libération finale, de votre Ascension ou de votre destinée. Si vous gardez votre corps jusqu'au moment ultime, notre présence et notre contact, notre accompagnement, deviendra, je peux dire, plus que palpable et visible.

Par notre simple communion, par notre simple Amour commun, s'insuffle en vous la force nécessaire pour vivre ce qui est à vivre, sans crainte, sans traumatisme, avec bonheur et avec joie. Ainsi je vous engage, que vous ayez déjà établi un contact avec nous en nos villages, que nous soyons venus jusqu’à vous, que nous vous accompagnions ou pas, à fêter nos rencontres futures, à nous appeler. Vous n'avez pas besoin de nous nommer, vous n'avez pas besoin de me nommer ou de nommer tout autre dragon, il y a une résonance et une attraction qui se créent selon vos corps subtils, votre corps d'Êtreté, sa structure.

Nous vous voyons, où que vous êtes sur votre terre. Nous n'avons pas besoin maintenant de la proximité d'un environnement tel que vous le vivez peut-être au sein de nos communautés. Nous vous voyons par-delà le temps et par-delà l'espace, nous voyons votre essence de manière beaucoup plus aisée pour nous qu'auparavant, ce qui explique notre proximité de plus en plus grande avec certains d'entre vous.

Nous entendons tout ce que vous pensez, quoi que vous disiez. Nous sommes donc beaucoup plus sensibles à vos pensées qu'à vos mots, qui ne nous arrivent pas encore totalement. Mais voir la vérité qui se déroule dans vos enveloppes subtiles nous permet de vous comprendre et d'établir une relation parfaite, si je peux dire, puisque j'ai pris l'exemple des Flammes jumelles. Ce n'est pas pour rien parce que lors de nos rencontres, au-delà de la surprise peut-être lors des premières fois, au-delà même de l'Amour qu'il nous est donné de vivre les uns et les autres – et croyez bien que nous vivons le même que vous dans ces moments-là –, il y a en nous cette capacité à laisser libre cours à votre spontanéité, à votre Amour, et comme je l'ai dit, à vous faire transcender et dépasser toute souffrance, toute peur, et même toute indécision dans votre Amour. Nous forgeons votre Amour, dans notre relation, dans le diamant le plus pur où l'ensemble des facettes de votre corps d'Êtreté et de votre cœur d'Êtreté brille de mille feux.

Nous stabilisons aussi en vous – et peut-être vous en êtes-vous aperçus, surtout lorsque nous vous accompagnons –, aussi bien votre humeur que vos pensées, que vos structures justement vibrales du corps d'Êtreté. Ce n'est pas une action comme pourraient l'envisager, par exemple, ceux qui se sont proposés pour vous aider au niveau de votre corps physique, comme les gnomes, mais bien plus la résultante de notre communion. Cela signifie aussi que plus notre communion devient intense, plus vous devenez solides et plus vous devenez l'Amour manifesté ; il ne peut en être autrement. Cela est une constante, dans les temps anciens bien antérieurs à la Lémurie, qui existait entre les dragons et les hommes. Que nous soyons des dragons que je qualifierais de primaires, parce que présents sur des échelles de temps qui vous sembleraient tellement longues, au sein de votre incarnation, nous avons participé, voilà vingt millions d'années, à l'ensemencement de la Terre en accord avec les Maîtres généticiens de Sirius et les cristaux amenés, les matrices cristallines apportées sur la Terre, voilà ces temps immémoriaux. Beaucoup d'entre vous gardent dans leur mémoire ce souvenir-là, cette trace-là, c'est ça qui forge le plus souvent votre Amour et votre solidité dans l'Amour.

Pour le moment, le contact le plus physique, si je peux dire, que nous pouvons réaliser avec vous se situe au niveau de notre regard. Nous plongeons avec délice dans vos yeux comme vous plongez dans les nôtres parce que le Feu de l'Esprit y habite, et parce que le souvenir de ces temps immémoriaux vous rapproche aussi de votre Mère céleste, et du cristal.

Comme vous le savez peut-être, vous pouvez, dans les premiers temps, amplifier notre résonance commune avec la pierre qui nous agrée, qui est nommée la septaria, en quelque forme que ce soit, de quelque provenance que ce soit, mais bien sûr cela n'est pas indispensable car très vite, et dorénavant de plus en plus vite, nous pourrons ensemble résonner sur la même fréquence, celle de l'Amour le plus pur et le plus cristallin qui nous habite communément.

Ce que je vous dévoile donc, c'est cette capacité de plus en plus large de relation, de communion, je dirais, pour certains d'entre vous, à des niveaux encore plus intimes et plus profonds que ce que vous avez pu vivre avec les intervenants humains qui vous ont communiqué les éléments essentiels pour parvenir jusqu'à ce jour. Nous n'avons besoin de rien d'autre que de votre regard et de votre cœur pour vous donner le nôtre.

Au fur et à mesure du temps qui s'écoule jusqu'à l'hiver, notre action deviendra de plus en plus perceptible pour vos demandes, si celles-ci sont en accord bien sûr avec l'Intelligence de la Lumière et la loi de Grâce, car nous ne connaissons que celle-ci. Vous n'avez pas besoin de formuler ni de demander, par le Verbe ou par la parole, nous le voyons instantanément dans vos enveloppes subtiles, dans vos yeux et dans votre corps.

Cela a déjà commencé depuis quelques mois, mais nous allons aussi pouvoir agir de manière physique, pas seulement sur le manteau de la Terre comme nous le faisons déjà, mais aussi dans votre environnement, surtout ce qui est lié, comme je l'ai dit, à votre Êtreté, à votre cœur, à vos structures, qu'elles soient subtiles ou qu'elles soient de l'Êtreté.

Nous pouvons aussi bien jouer le rôle de consolateurs pour vous comme, quand cela est nécessaire, pour votre environnement proche. Nous pénétrerons au plus intime de certains d'entre vous dès l'instant où nous plongerons mutuellement nos yeux les uns dans les autres, car quelle que soit notre puissance, notre moteur n'est que l'Amour, et de par l'expérience, je dirais l'Amour-sagesse. Comme nous vous l'avons dit, chez les dragons, les plus jeunes en âge sont les plus sages.

Notre structure, à base de silice, véhicule un Feu épuré par rapport au vôtre. Nous vous aidons donc à épurer ce Feu de toutes ses scories vitales, mémorielles et historiques. Dès l'instant où nous vous accompagnons pendant un certain temps, de manière épisodique ou permanente, dès l'instant où nos regards se fondent l'un dans l'autre, l'échange Vibral vous restitue et vous aide naturellement à vous rejoindre vous-mêmes en votre Éternité.

Voilà ce que l'ensemble de la communauté des dragons, par ma voix, mais cela sera dit par d'innombrables voix durant les semaines qui viennent de votre temps terrestre. Certains d'entre nous vous communiqueront, si cela vous intéresse, par d'autres voix ou par vous-mêmes, des éléments sur notre architecture de vie, sur nos structures, sur nos origines, mais l'essentiel n'est pas là (mais cela peut être intéressant).

Nous révélons en vous la force cachée. Nous révélons en vous, comme je l'ai dit, l'émanation de l'Amour sur ce monde. Nous révélons aussi en vous l'intensité, au sein de votre conscience ordinaire si celle-ci demeure encore un peu, l'intensité de votre Feu, de votre puissance et de votre bienveillance.

Voilà les quelques éléments formels que j'avais à vous communiquer. Je demeure avec vous toutefois en ouvrant un espace de questionnement, mais exclusivement, je dirais, sur notre relation. Si nous devons vous délivrer d'autres informations, nous le ferons de manière strictement plus intime et personnelle. J'insiste là sur la notion de nos rencontres, de notre accompagnement, de notre Feu, et pour certains d'entre vous, de notre fusion, à l'instar de ce qui fut nommé, voilà quelques années, la fusion des Flammes jumelles. Alors j'écoute donc vos interrogations et j'y répondrai avec grand plaisir, si cela concerne effectivement ce que je viens de développer et de dévoiler. Erelim vous laisse parler :

Question : pouvez-vous aider ceux qui ne vous voient pas, à vous voir ?

Ainsi que je l'ai stipulé, vous n'êtes pas tous destinés à nous voir, pour des raisons qui ne sont pas liées à notre volonté ou à notre désir, ni même à votre désir ou votre volonté, mais bien plus à des affinités vibratoires. Ce n'est pas parce que vous nous voyez, ce n'est pas parce que nous vous accompagnons, que vous êtes plus près de la Liberté. Il s'agit simplement de mécanismes de synchronicité, de mécanismes qui permettent d'accompagner ceux pour qui cela est souhaitable. Certains parmi vous auront plus d'affinités avec d'autres peuples de la nature. Mais d'une manière générale, au-delà de nous voir, nous percevoir deviendra facile, même si nous ne faisons que passer, même si nous ne faisons que nous rencontrer en nos lieux, ou comme je l'ai dit, même chez vous.

Les éléments de facilitation, je l'ai dit, peuvent être de nature cristalline, mais pas votre curiosité, ni même votre demande. Rappelez-vous, nous voyons vos enveloppes subtiles avant toute chose, et quand nous approchons de plus en plus de vous, alors ce sont les yeux qui plongent dans vos yeux, ou vous qui plongez dans nos yeux. Il n'y a donc pas à proprement parler de facilitation autre que la dissolution de plus en plus intégrale des voiles isolants. Je n'ai donc pas de technique ou de façon de procéder à vous délivrer.

La nouveauté, c'est que même ceux parmi vous qui ne nous ont pas rencontrés dans nos lieux, certains nous verrons arriver chez eux, ou dans la nature. D'autres enfin vivrons des contacts plus légers, si je peux dire. Ce n'est pas de notre fait ni de votre fait mais simplement des circonstances vibrales, des affinités vibrales existantes ou réapparaissant, parce que je vous ai dit aussi qu'après l'Appel de Marie, il n'y aura plus aucun voile, et ce pour tout humain de la terre.

Nous savons d'ores et déjà que certains parmi vous – de par leurs peurs, de par leur enfermement, de leurs résistances –, pourront nous traiter de démons, d'extraterrestres ou de fantasme, nous n'y pouvons rien et vous n'y pouvez rien. Dès l'instant où il y a affinité, et je ne parle pas là de votre état vibratoire ou de l'ouverture de telle ou telle structure, je parle directement de l'affinité de conscience. Cela concerne aussi bien les dragons primaires que les dragons venus se poser, si je peux dire, plus récemment, car nous sommes innombrables maintenant. Nos communautés, comme vous le savez, sont réduites, mais ces communautés s'implantent de façon importante partout sur la terre.

Avez-vous d'autres questions ?

Question : en tant que gardiens du Feu, pouvez-vous parler de vos pouvoirs de régulation du feu sur la Terre, volcans ou autres ?

Notre travail, jusqu'à présent, sur le manteau de la Terre a consisté à élargir la Terre pour permettre, le moment venu, son expansion physique et dans la 5ème dimension, de façon propre dirons-nous. Bien sûr, tout ce qui touche le feu, les volcans, le magma, le noyau de la Terre et son noyau cristallin, nous n'en sommes pas à proprement parler les gardiens mais quand même nous veillons. Le moment venu, nous ferons aussi en sorte que les flux de lave, du feu de la terre et du feu du ciel s'agencent selon les desiderata de la Terre, de sa conscience avec laquelle, bien sûr, nous sommes profondément reliés, en tout cas pour nous, les dragons primaires. Nous avons accompagné, je vous le rappelle, l'ensemencement de la Terre. Notre sens du service se poursuit aussi maintenant pour certains d'entre vous, comme je viens de l'expliquer. Voilà nos attributions, nos fonctions, depuis des temps immémoriaux mais surtout en ces temps particuliers. Je n'ai rien d'autre à rajouter par rapport à cela.

Question : peut-on s'attendre à des contacts physiques avec vous ou certains de vos frères ?

Ce contact est presque physique, vous pourriez l'appeler même presque charnel pour quelques-uns parmi vous. Ce que tu appelles physique, au sens où tu l'entends, sera l'évidence même après l'Appel de Marie – que nous attendons nous aussi, non pas pour nous mais pour la Terre et pour vous. Quand je dis physique, cela veut dire même que, au-delà de nous voir, de communier, d'échanger en conscience, vous aurez réellement la possibilité, que vous soyez avec ce corps de chair ou pas, de nous toucher, comme nous vous toucherons aussi à ce moment-là.

Rappelez-vous toutefois cette mise en garde, vous n'avez pas tous à être accompagnés avec une telle proximité. Mais la simple résonance, la simple vision, notre simple passage suffit à modifier votre conscience. C'est pour cela que nous avons commencé, voilà déjà un an, de manière silencieuse si je peux dire, à survoler certaines de vos maisons, certaines de vos demeures et certains lieux, de manière invisible à vos yeux de chair, mais perceptible au niveau de l'air ou du feu.

Cette action-là, je la qualifierais d'aussi importante, même si elle n'est pas dans l'intimité de notre accompagnement, car là où nous volons, là où nous nous posons, nous laissons une trace. Ce ne sont pas à proprement parler ce que vous nommez vortex, comme cela est le cas chez les elfes, mais nous laissons une empreinte indélébile, repérable pour la Lumière, repérable par la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, et surtout ceux qui sont destinés à œuvrer pour certains d'entre vous, au plus proche aussi, c'est-à-dire les Anges du Seigneur mais pas seulement. Tous les peuples intergalactiques de 3ème dimension unifiée appelés à se manifester sur cette terre, se servent en quelque sorte de nos marques pour évoluer et se déplacer eux-mêmes.

Question : à quoi correspondent les cercles de cendre que l'on voit près de vos villages ?

Les dragons de Feu de la Terre, comme vous le savez, possèdent un souffle capable de brûler la terre, non pas pour la détruire mais pour lui donner justement une empreinte là aussi, plus discrète que celle quand nous survolons vos lieux. Le plus souvent notre souffle brûle la terre en vos demeures ou à côté de vos demeures (de manière rarement visible) quand cela est nécessaire, dans nos communautés de façon beaucoup plus vaste. C'est la marque des dragons, c'est la marque de notre souffle. Le but est de stabiliser la Terre dans son expansion et son Ascension. Il n'y a pas toujours ces trous circulaires que nous créons, il y a parfois simplement cette forme circulaire de cendre qui stabilise nos lieux sur différents plans, et pas uniquement physiques. Voilà donc leur utilité.

Si vous avez l'occasion de trouver près de chez vous cette cendre de terre, ou alors au sein de nos communautés, il vous est loisible de ramasser ces cendres pour vous en servir ou simplement pour l'avoir avec vous. Elle est douée de vertus que nous pourrions appeler thérapeutiques, vous aidant aux transformations, aux changements. Voilà ce que je peux en dire dans les généralités.

Question : je vous perçois et vous entends mais je ne vois pas vos yeux, je ne vois que la queue. Cela a-t-il une signification ?

Non. Comme je l'ai dit, la fusion d’œil à œil, d'yeux à yeux ne survient que quand vos structures subtiles et d'Êtreté sont aptes, si je peux dire, à le vivre, au moment je dirais opportun à vous. Il y a dans de nombreux cas une forme de progression, depuis notre survol, depuis notre perception au sein de nos communautés jusqu'à notre accompagnement – qui n'est pas, je le rappelle, une obligation, et qui dépend de vos circonstances vibrales.

Voir notre queue ou notre forme n'est pas significatif de quelque chose de différent que la relation telle que j'en ai parlé, et de la communion. Le stade de plonger dans les yeux est lui, plus intime. Ça dépend de votre unicité, de vos structures personnelles subtiles ou d'Êtreté. Il n'y a pas nécessairement une progression jusqu'à la fusion, encore une fois cela dépend d'affinités vibratoires qui sont fonction à la fois de vos origines et à la fois des indications posées, quand nous voyons vos enveloppes, pour nous approcher de vous.

Question : quelle est la spécificité des dragons de l'Air ?

Tous les dragons, qu'ils soient du Feu de la Terre ou de l'Air, ou de l'Eau (car ils existent), sont uniquement de jouer sur un élément complémentaire.

Le dragon de Feu de la Terre joue sur la terre, en vos relations avec nous, d'où que nous soyons originaires. Cela ne change rien dans le processus que j'ai décrit.

Au niveau de l’air, cela est un peu différent. Les dragons d’Air, vous vous en doutez, ne jouent pas uniquement sur l'air ou le vent qui se trouve dans une région mais sur la genèse de ses courants aériens. Nous contrôlons, assez haut dans votre ciel, la dérive des courants aériens et aussi des courants océaniques.

Les dragons d'Eau, eux, ont plus pour spécificité de surveiller les eaux, quelles qu'elles soient. Cette surveillance n'est pas toujours une action mais plutôt une forme de purification par notre présence seule.

Pour le Feu, vous l'avez compris, il y a une action privilégiée par notre présence sur les volcans ou sur la terre, ce qui revient au même (la terre ferme). Voilà ce que je peux en dévoiler.

Question : la dernière fois, j'ai vécu par votre intermédiaire un incommensurable moment d'amour. Vous aviez dit que vous viendriez me visiter la nuit, et je n'en ai aucun souvenir. Qu’en est-il ?

Il ne me semble pas avoir parlé d'échéance de temps. Ne soyez pas aussi impatients. Ce que j'ai promis se vivra, mais je n'ai jamais parlé de rendez-vous précis à une date donnée. Tout dépend de ce que nous observons sur vos enveloppes subtiles après une première fusion, que tu définis toi-même comme incommensurable, ce qui est toujours le cas. Certains d'entre vous qui ont vécu cela le vivent régulièrement, d'autres espèrent le revivre, tout dépend uniquement, non pas de vous ni de nous mais de notre capacité commune à le revivre. Parfois cela est très rapproché, parfois il n'y aura qu'une fois, parfois il y aura d'innombrables fois avec des intervalles qui, là-aussi, ne dépendent ni de vous ni de nous mais uniquement de vos enveloppes et de nos enveloppes.

En effet il faut que, comme dans les Flammes jumelles, votre cœur et notre cœur puissent, si je peux dire, encaisser cette puissance – nous le vivons autant que vous dans ces moments-là. Notre Feu est tel que parfois il vous faut de très nombreuses semaines, ou parfois quelques heures, pour pouvoir le revivre ; ça ne dépend pas de moi, ni d'aucun autre dragon, ni d'aucun de vous, mais simplement des circonstances. Mais rappelle-toi aussi qu'une seule de ces rencontres laisse un souvenir impérissable, parce qu'à nul autre pareil. Seule la découverte de votre Flamme jumelle, si elle existe, recrée le même processus. C'est quelque chose, comme tu le dis, qui est à la fois incommensurable et inouï, surtout de le vivre dans votre chair et dans notre chair.

Question : comment bénéficier des vertus thérapeutiques des cendres de dragon ? Doit-on les ingérer, les porter sur nous, ou autre ?

Il serait plus sage de les porter sur vous ou dans votre environnement, parce que ces cendres, bien sûr, c'est un mot adapté, ce n'est pas, vous l'avez compris, tout à fait des cendres, c'est de la terre chargée de force éthérique libre. Avoir cela dans votre environnement a effectivement des effets thérapeutiques. Il me semble que voilà déjà quelques années l'Archange Anaël en avait fait état, sans nous en demander l'autorisation d'ailleurs. Toutefois, aujourd'hui avoir cela a côté de vous n'est pas un grigri mais bien un objet, une substance qui va agir et vous imprégner, je dirais, de la fréquence des dragons. Appliquez-le sur un endroit malade, portez-le sur vous ou à côté de vous, c'est la façon aujourd'hui la plus juste de l'utiliser. Ce n'est pas non plus une amulette, c'est simplement la possibilité de nous rapprocher mutuellement et d'avoir une action parfois de guérison, mais en tout cas de solidification et d'éradication de ce qui doit être éradiqué.

Question : une brûlure intense sur tout le côté gauche est-il un signe de votre présence ?

Pas nécessairement, cela peut être occasionné par toute Présence au sein de votre structure vibrale nommée Canal Marial. Notre Feu n'est pas un feu qui brûle, c'est un feu dévorant d'Amour. Il ne brûle que quand il y en a besoin, en particulier au niveau du manteau terrestre et lors de certains accompagnements, comme je l'ai dit, pour brûler certaines scories.

Question : lors d'une méditation, les yeux fermés, j'ai eu quelques secondes la vision d'un dragon qui me crachait du feu. Était-ce réel ou imaginaire ?

Les deux sont envisageables mais le souffle du dragon, qu'il se présente sous forme de feu ou sous forme d'air, a les même effets au niveau éthérique. Que cela ait été vécu dans ton imaginaire, que cela ait été vécu par l'intervention d'un dragon, en définitive ne change rien. L'efficacité, même imaginaire, est aujourd'hui bien réelle.

Question : lors d’un séjour près de la mer, le dragon qui m’accompagne m'a dit : « je te ramène chez toi », alors qu'il restait une journée à passer en ce lieu. Était-ce une plaisanterie ou l'aurait-il fait ?

De quel « chez-toi » parlait-il ? Bien évidemment pas ta maison. Je parle de ta maison originelle et il parlait certainement de la même chose, d'autant plus que, proche de la mer, il y a bien sûr des dragons de Feu de l'Eau. Ceux-ci développent des potentiels de médiumnité, je ne trouve pas d'autre terme meilleur, les amenant effectivement à parler et à vous délivrer des informations. Rentrer à la maison ne veut pas dire rentrer chez toi, à ton domicile physique, mais rentrer chez toi dans ta demeure d'origine, ce que vous nommez, je crois, origine stellaire. Là aussi la notion de temps ne peut être précisée, mais vois-le comme une certitude de l'accompagnement de l'une ou l'autre de nos communautés. Cela exprime parfaitement ce que j'ai exposé concernant notre intervention après l'Appel de Marie.

Question : vous avez aidé une amie traitée par radiothérapie, pour enlever le feu qui pouvait brûler ses organes autour de la cible, et aujourd'hui cette personne n'a plus aucune trace. D'autres personnes peuvent-elles vous demander cette aide ?

Dans ce cas-là, cela fut possible. J’ai bien stipulé que notre fonction n'est pas celle des gnomes, même si effectivement notre souffle peut aussi bien guérir que l'action des gnomes. Notre spécificité concerne votre Êtreté, votre cœur.

Question : c'est vous qui lui aviez demandé sa photo pour travailler sur elle.

Cela ne veut pas dire que cela est possible systématiquement, ni que c'est notre but ni notre fonction, mais notre amour est tel que parfois nous succombons.

Question : après la proposition du dragon de me ramener chez moi, et n'étant pas très chaude, un gnome m'a proposé aussi de me ramener chez moi. Pourquoi est-il venu aussi ? Suis-je trop lourde ?

Aucun poids ne fait peur à un dragon. Maintenant pourquoi un gnome ? Il est venu simplement te conforter dans ta résurrection au sein de ta demeure originelle.

… aurais-je dû dire oui ?

Ni l'un ni l'autre. C'est un fait acquis, que tu dises oui ou non. Mais encore une fois, n'y vois pas d'instantanéité de ce qui a été proposé.

… pourtant le gnome a dit : « Ton mari s'occupera des valises ».

Les gnomes sont assez facétieux. De quelles valises parlait-il ? S'agit-il des valises d'un déplacement, d'un voyage, ou s'agit-il de celui qui va s'occuper de ce qu'il reste de résistances ? Mais en aucun cas ce qui fut prononcé par un dragon et par le gnome ne correspond à quelque chose d'immédiat ou de physique, t'amenant à retourner dans ta maison physique.

Question : je peins, et le titre de l'une de mes créations m'a posé problème. Je l'ai finalement appelée « Flamme jumelle ». L'un de vous, dragons, m'a-t-il inspirée pour ce titre ?

Il y a de fortes chances, en fonction de ce que j'ai exposé concernant la fusion avec un dragon, s’apparentant, comme je l'ai dit, aux Flammes jumelles – dans les effets, et non pas dans une vie commune.

Question : l'autre jour, je voulais absolument monter à votre village, mais j’avais peu de temps. J'ai demandé aux dragons de m'alléger pour arriver là-haut rapidement et j'ai fait ce trajet beaucoup plus vite que d'habitude. Cette aide m’a-t-elle vraiment été accordée par les dragons ?

Si tu as déjà vécu auparavant, ce qui est le cas, un processus d'accompagnement, c'est-à-dire de déplacement d'un des dragons avec toi, il t'est très facile à ce moment-là de nous appeler. Nous n'avons pas besoin de venir, le codage vibratoire du dragon est en toi et t'apporte, dans ces moments-là, la force qui est nécessaire. Je n'ai pas besoin, ni moi ni les autres dragons de notre communauté ici, dès l'instant où vous avez été contactés ou accompagnés, il suffit de nous demander pour que la vibration, la fréquence correspondant à notre puissance, s'active en vous de façon plus ou moins intense. Il n'y a pas besoin de présence effective.

Question : quand on a besoin d'un soin, dans quel cas faut-il faire appel aux gnomes, aux elfes, aux dragons, ou aux ondines ?

Il me semble avoir expliqué que nous n’étions pas liés aux soins mais que notre présence peut être thérapeutique. Vous ne pouvez pas nous demander de soigner ceci ou cela, chose qui est possible avec les gnomes, par leur action directe. Voilà un an, la reine voisine des elfes vous a donné un certain nombre d'éléments pour les soins. En ce qui concerne les ondines, elles ne vous ont pas encore dévoilé, si ce n'est au travers de certaines phrases, le fait qu'elles pouvaient pénétrer en vous dans tous vos liquides, qui est déjà une indication. Donc il n'y a pas à demander – les gnomes, d'ailleurs, n'apprécient pas vraiment les demandes – il faut rencontrer et laisser se dérouler ce que procure la rencontre. Mais n'allez pas spécifiquement avec un objectif précis, même voir les gnomes ou nous voir.

Nous sommes dans le service, les uns et les autres, mais nous ne sommes pas, si je peux dire, à votre disposition. Nous répondons non pas à vos demandes, je le répète, mais nous répondons à ce que nous voyons, et ce que nous voyons, parfois, peut contredire notre intervention. Il y a d'autres moyens de demander une guérison, par d'autres biais ; même si notre effet peut être thérapeutique, il n'est pas la priorité. J'ai parlé de solidification, de puissance du cœur, d'émanation du cœur, avant toute chose. Bien sûr, notre souffle peut soigner comme la main d'un gnome, ou ses outils, mais ce n'est pas notre spécificité à nous. Vous pouvez toutefois en faire la demande, mais ne faites pas de demandes itératives. En l'occurrence, pour ceux qui sont en contact et en communion avec nous, ou en fusion, cela se fait si cela doit se faire, spontanément. Là aussi cela ne dépend ni de vous ni de nous.

Pour les gnomes, il me semble qu'il vous a été précisé de ne pas faire de demande spécifique et de laisser ces peuples de la nature décider de ce qu'ils font. Vous ne pouvez pas orienter, si je peux dire, un soin. Les elfes peuvent répondre à vos demandes de différentes façons. Les ondines, cela ne vous a pas encore été dévoilé, même si quelques-uns parmi vous ont pu bénéficier de cela. Il ne m'appartient pas de dévoiler ce que les ondines dévoileront peut-être. Il me semble que la reine du village voisin des elfes a été très loquace pour certains d'entre vous, concernant certains procédés de thérapie, ne faisant d'ailleurs pas appel à leur présence ni à leur action mais faisant appel aux liquides ou aux végétaux. Il ne m'appartient pas là non plus de vous décrire ce qui leur appartient en propre.

N'envisagez pas les peuples de la nature, quels qu'ils soient, comme des éléments de guérison physique, même si cela est possible et même réalisable. Le but est tout autre, nous vous l'avons dit. Parfois la guérison est présente mais le plus souvent, excepté pour les gnomes et les ondines, il s'agit soit de notre souffle, soit de l'eau présente au niveau des elfes (ou des végétaux), mais pas de la présence effective, elle n'est pas nécessaire.

Bien sûr, si vous avez établi un contact plus privilégié avec l'un des peuples de la nature, ils peuvent de même, ces peuples de la nature, vous proposer quelque chose. Comprenez bien qu'il n'y a pas à ce niveau, que cela soit pour les elfes ou pour nous, ou pour les gnomes même, de susceptibilité ou de refus mais simplement, et je le redis, nous voyons vos enveloppes et nous savons ce qui est adapté. Et le plus souvent ce n'est pas selon votre désir ou votre souhait, c'est selon la réalité vibratoire qui est observée. Nous ne sommes pas donc – les peuples de la nature –, les plus adaptés en tant qu'entités pour les soins, vous avez parmi les Anciens, parmi les Archanges, certaines entités qui interviennent directement, parce que cela fait partie de leur attribution. Les gnomes aiment bien travailler la matière, vous le savez, mais c'est eux qui décident, non pas par fantaisie ou lubie mais bien par nécessité.

Question : je regarde souvent les nuages et je vois des dragons. Me faites-vous un petit coucou ou c'est autre chose ?

Non, nous créons ces formes de la même façon qu'ici même, me semble-t-il, le Commandeur vous avait demandé de regarder dans une certaine direction pour voir sa forme. Mais ce n'est pas nous, c'est ce que nous créons.

Question : quelle est votre intention lorsque vous créez ces formes ? Que cela soit vu par nous ?

Pourquoi voulez-vous qu'il y ait nécessairement une intention, si ce n'est dans le cas d'une preuve, comme l'avait fait celui que vous nommez le Commandeur. Pour nous non, il n'y a pas d'intention, cela est un plaisir.

Nous n'avons plus de questions, nous vous remercions.

Erelim vous salue de son cœur et de son Feu. Je vous aime. À très bientôt de toute façon.



* * * * *



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:59 (2017)    Sujet du message: Rencontre de Septembre 2016 : COMPLET + Lien PDF

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom