Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mar 11 Avr - 16:05 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.
ENTRETIENS d'AVRIL 2017 


ERELIM OK
ERIANE OK
ENALENE OK
OMA - Q/R 1 OK
OMA - Q/R 2 OK
BIDI - Q/R 1 OK
BIDI - Q/R 2 OK
OMA - Q/R 3 OK
OMA - Q/R 4 OK

 


PDF d'AVRIL 2017 (contient : La Nouvelle Tri-Unité d'Avril - Le Jour de la Repentance - La Théophanie et les Entretiens)

Lien We Transfer valable jusqu'au 7 Mai uniquement :
Lien du téléchargement : https://we.tl/coewTOw24d

Lien sendspace : http://www.sendspace.com/file/yc3s0z


*   *   *   *   *


Chaque jeudi soir entre 20h et 21h et ce jusqu'à l'Appel de MARIE

De 20h à 20h30 : Radiance du Coeur Immaculé de MARIE

De 20h30 à 21h : RADIANCES ARCHANGELIQUES, accompagnées des DRAGONS

Pour Radiances Archangéliques, être à Jeûn, boire beaucoup (infos dans canas Mikaël et Elémentaux)

 

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Dim 30 Avr - 14:01 (2017); édité 11 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 11 Avr - 16:05 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mar 11 Avr - 16:10 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017



ERELIM


Dragon de Feu de la Terre



Je suis Erelim, dragon de Feu de la Terre. Je m'adresse aujourd'hui au nom de la communauté globale des dragons de la Terre et je m'adresse à vous, peuple humain. Permettez-moi tout d'abord de saluer votre Flamme Éternelle par mon souffle et par mon Verbe de Feu.

… Silence…

Je viens parmi vous aujourd'hui afin de vous livrer un compte-rendu des actions que nous avons menées en faveur du manteau de la Terre, et qui était nécessaires au préalable à l'expansion de la Terre elle-même, accompagnant son Ascension. Dès la fin de cette semaine, de votre terme terrestre, l'ensemble de la communauté des dragons de Feu de la Terre aura accompli ce qu'elle devait accomplir en le sens du don et du service envers la Terre. Nous avons, en nombre de lieux, réalisé une perforation de la Terre qui permettra, au moment de l'expansion de celle-ci, de ne pas interférer, ou tout au moins au minimum, avec votre conscience au moment de cette expansion, si vous êtes à ce moment-là présents sur terre. En fonction de ce qu'il vous a été décrit par les membres de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres concernant le message du Soleil, nous avons donc achevé – et achèverons très vite ce qu'il peut rester encore comme détails – de préparer la Terre.

La Terre, comme vous le savez, a été libérée voilà six années de votre temps terrestre ; il restait à actualiser et à manifester la Terre de nouvelle dimension. Nous avons, quant à nous, favorisé cette expansion de la Terre en réalisant ce que vous pourriez nommer des pointillés, permettant de suivre les lignes de moindre résistance lors de la déchirure de certaines plaques tectoniques, indispensable à l'arrivée de la Terre à son domicile d’Éternité. Nous avons aussi régulé, avec d'autres dragons, le souffle des volcans, permettant d'éviter que ceux qui sont situés au plus près de vos demeures ne créent des désordres et des dégâts extrêmes, afin que chacun de vous, ou je dirais que le maximum d'entre vous plutôt, puisse vivre dans la chair le processus qui vous est énoncé depuis tant de temps.

Notre mission ne s'achève pas pour autant. Notre service va dorénavant se tourner sur vous de manière plus individuelle et personnelle, en fonction de qui vous êtes, en fonction de votre Flamme d'Éternité. Certains d'entre vous ont établi des contacts intimes avec le peuple des dragons, ceci va se généraliser. De la même façon que tout récemment les gnomes, les elfes et les différents peuples de la nature peuvent dorénavant vous rendre visite en vos domiciles. Nous, dragons, allons généraliser, pour ceux d'entre vous pour qui cela est nécessaire, nos venues en vos domiciles. N'oubliez pas que le dragon a la particularité de changer de taille à volonté. Il n'existe pas de problème de contenance pour nous au sein de vos demeures, nous ajustons et adaptons nos tailles à ce qui est nécessaire, à ce qui est utile.

Nombre d'entre vous qui pour l'instant n'avez vécu que les rencontres sur nos lieux, allez vivre aussi notre venue en vos maisons. Il n'est pas question ici de réaliser ce que nous avons réalisé sur la Terre, parce que votre liberté totale prévaut par rapport à cela, mais étant porteurs du Feu, que cela soit le Feu de l'Esprit, le Feu Igné ou le Feu Vibral, par notre souffle nous viendrons attiser, pour nombre d'entre vous, après le message du Soleil et de manière préalable à l'apparition des signes célestes et des sons du ciel et de la Terre, nous allons vous aider à libérer ce qui doit encore l'être au sein de la personne que vous croyez être, afin de vous permettre plus d'aisance, plus d'expansion, je dirais, de ce que vous êtes le moment venu.

Vous connaissez les caractéristiques du Feu en ses différentes composantes. Notre souffle, lors de nos visites, viendra consumer ce qui doit l'être au sein de la personne, venant en quelque sorte sculpter et ciseler le moule de votre Êtreté, de votre Éternité. Notre action sera perceptible, au-delà même de l'aspect visuel, par le déplacement du souffle au sein de vos espaces fermés que sont vos demeures. Ce souffle, bien sûr, pourra être qualifié de brûlant, de chaud, de dévorant, je vous rappelle que cela est la composante essentielle du vécu de l'Amour inconditionné tel que vous l'ont manifesté et exprimé ce que vous nommez mystiques, Saints, Étoiles ou Anciens.

Il est temps pour nombre d'entre vous, dorénavant, d'être pacifiés et purifiés par le Feu de l'Esprit. Il ne s'agit pas d'un baptême de l'Esprit à proprement parler, mais bien plus d'une dissolution des éléments résistants présents au sein de la personne, vous permettant de mettre à jour, de conscientiser, si je peux dire, la Flamme d'Éternité que vous êtes, au-delà de toute histoire, au-delà même de tout corps que vous habitez présentement.

Nous interviendrons, non pas de manière synchrone mais nous serons présents aussi de façon synchrone lors de ce qui a été énoncé comme étant les futures Radiances Archangéliques. Ce jour-là, c'est-à-dire le jeudi à 20h30, l’ensemble du peuple des dragons de la Terre et des dragons de Feu, comme d'autres dragons qui vous sont encore inconnus, adjoindront leur souffle à la Radiance Archangélique.

Il vous a été demandé, effectivement, de vous préparer par une alimentation légère et par une hydratation maximale avec de l'eau pure, c'est-à-dire une eau qui ne contient que très peu de minéraux, ou une eau informée que vous nommez l'eau des elfes. L'hydratation, face à la venue du Feu, est essentielle. Le vide des nourritures, et en particulier des nourritures alourdissantes, est essentiel en ces jours-là et en ces horaires-là. Ces Radiances Archangéliques dureront le temps que l'Appel de Marie et que les signes célestes soient actualisés.

Nous ne sommes pas, bien sûr, aussi nombreux que vous. Nous espérons toutefois, où que vous soyez sur cette Terre, avoir l'opportunité de vous assister par notre Feu, ne serait-ce que quelques minutes en ce laps de temps du jeudi de 20h30 à 21h. Il n'est pas nécessaire, en ces occasions, de nous appeler d'une quelconque manière parce que nous ne répondons pas, dans ce cas-là, à votre appel mais à ce que nous percevons de votre Flamme d'Éternité. Si celle-ci nous paraît encore bridée, occultée en partie par les résistances de la personne, alors nous serons présents. Par l'Intelligence de la Lumière et du Feu Igné, vous vivrez alors la consumation des illusions, la consumation des résistances, et la consumation de certains troubles que vous nommez maladies.

Rappelez-vous qu'il n'y a pas, à ces moments-là, à nous appeler ou à penser à nous, parce que c'est nous qui répondons à ce que nous voyons en les multiples formes qui seront dévoilées durant ces Radiances Archangéliques. De la même façon que pour la Terre, nous avons réalisé ces perforations, nous agirons aussi, par le Feu Igné, sur la dissolution de certaines structures éphémères correspondant aux zones corporelles situées aux alentours des Portes de votre corps. Au mieux l'hydratation de ces journées sera réalisée, au mieux le Feu Igné consumera, sans douleur et sans résistance de votre conscience, ce qui doit être ciselé et achevé pour parfaire votre Résurrection.

Notre action, quelle que soit la durée en nombre de semaines de ces Radiances Archangéliques, ne nécessite pas une intervention, quand cela est nécessaire, supérieure à une fois. Nous nous conformons en cela à l'ultime Grâce décidée par la Confédération Intergalactique des Mondes Libres.

Notre présence sera repérable avant tout par la perception du Feu Igné, pour ceux qui ne l'ont pas encore vécu, mais aussi, ne vous alarmez pas, de manifestions sensibles, voire douloureuses, existant durant ces Radiances et concernant certaines Portes ; c'est nous qui sommes à l’œuvre. De la même façon que la Radiance Archangélique spéciale de cette période, qui sera réalisée le jeudi, va consister à réaliser en vous une forme de cure vibrale vous amenant au Blanc du Soi et du « Je suis Un », vous donnant à voir…soulevant le voile des dernières illusions et vous donnant donc à voir votre Flamme d'Éternité. Cette Flamme d'Éternité est la représentation du corps ascensionnel nommé aussi, dans vos traditions et vos livres dits sacrés « les langues de feu ». Ces langues de feu se localiseront, comme je l'ai dit, en un lieu spécifique de votre corps, afin de vous assister dans votre matérialité corporelle et physique à vous placer en votre Flamme d'Éternité.

Si douleurs il y a, celles-ci ne dureront que le temps de la radiance, l'Intelligence de la Lumière se chargeant, indépendamment de votre volonté, de réguler ce Feu par l'Intelligence de la Lumière et par la spontanéité.

Vous n'avez donc, par rapport à cela, rien à entreprendre ou rien à préparer, mais ne soyez pas surpris si lors de ces Radiances, se manifeste à votre conscience un lieu de votre corps correspondant à peu près à l'emplacement de ce que vous avez nommé Portes qui, je vous le rappelle, sont des vortex de communication et d'ancrage, si je peux dire, de votre Êtreté.

De la même façon qu'il a existé sur cette Terre, voilà des temps fort anciens, des peuples qui ont créé des structures hexagonales de pierres permettant de canaliser la Lumière afin de s'effuser dans le noyau cristallin de la Terre, de la même façon notre souffle de Feu viendra permettre au Feu Igné, à l'Intelligence de la Lumière, aux radiations et Radiances des Archanges, de favoriser l'arrivée de cette Lumière au Cœur du Cœur. Ne soyez pas non plus surpris s'il vous semble disparaître au sein d'une blancheur immaculée où rien ne peut être perçu, où aucune forme ne peut être discernée. Cela traduira pour vous dans ces moments-là, si cela se produit, l'installation définitive et irrémédiable de l'Infinie Présence.

Le véhicule ascensionnel personnel, nommé Merkabah interdimensionnelle personnelle, représenté par l'assemblage du Lemniscate sacré entre le 8ème corps et le 13ème corps – que vous nommez la pointe du sternum et le point situé au-dessus de votre tête – s'activera alors de lui-même, vous donnant à percevoir le déploiement des sphères invisibles ici même au sein de votre corporéité, dès l'achèvement de la Radiance Archangélique chaque jeudi. Ceci représente une forme d'apprentissage à l'Éternité, progressive, afin de vous permettre de vous adapter à vos nouvelles conditions de vie sans dépendre de facteurs extérieurs.

Nombre d'entre vous avez remarqué une diminution ou une amplification de vos besoins physiologiques. Cela concerne aussi bien la nourriture que tous les aspects de ce qu’il peut rentrer en vous. Dès l'instant où la première Radiance Archangélique sera réalisée, vous constaterez sans difficulté que quel que soit le niveau de vos besoins antérieurs à la Radiance, ceux-ci seront d’emblée divisés par deux. Cela concerne aussi bien l'alimentation que les activités sexuelles, que les activités mentales, que les réactions émotionnelles, libérant ainsi en vous, de manière pratique et concrète, la possibilité à vivre le sacrifice, tout en vous rappelant encore une fois aujourd'hui qu'il n'y a que vous qui pouvez accepter de vous tourner vers l'Éternité de manière définitive et de manière, je dirais, plus évidente qu'au moment de la naissance de l'Onde de Vie consécutive à la Libération de la Terre.

Nous sommes donc, en ces temps précis, à votre service exclusif dès ce jeudi. Ce service exclusif n'est pas fonction de vos désirs, de vos souhaits, comme cela fut le cas durant ces quelques années écoulées, mais répondra à l'impératif de la Lumière concernant votre Flamme d'Éternité que nous voyons.

Nous ne pourrons pas, nous dragons, éviter, au décours de ces Radiances qui se produiront aussi chez ceux qui n'ont rien demandé, qui ne sont pas alignés, prêts à recevoir cette radiance. L’action de la Radiance Archangélique résulte du positionnement de la Flotte Intergalactique des Mondes Libres autour de la Terre, de manière le plus souvent invisible pour l'instant. La Radiance Archangélique à ce moment-là, et notre service auprès de vous, sera de désencombrer et de désobstruer ce qui est résistant.

À l'issue de la première Radiance et à l'issue de chacune des Radiances, vous constaterez des changements importants, et en particulier un accès de plus en plus évident aux mondes invisibles ici même dans votre corps, et ce dorénavant de jour comme de nuit. Jusqu'à récemment, vous étiez de plus en plus nombreux à percevoir les mondes invisibles, mais aussi les corps astraux, par exemple, de vos animaux familiers. Notre action sur votre Flamme d'Éternité au travers de votre personnage, sur les Portes, vous donnera accès à une perception et une visibilité de ce qui vous était caché jusqu'à présent. Il s'agit d'une des dernières strates d'isolement qui était encore présente.

Pour ceux d'entre vous qui ont des animaux dits domestiques, vous constaterez qu'il n'y a aucune différence entre le cœur de l'animal, le cœur de l'homme et le cœur du dragon. Vous constaterez aussi que vous communiquerez par voie télépathique directe avec vos compagnons mais aussi progressivement, au fur et à mesure que des âmes seront libérées de la matière, les esprits humains, frères, sœurs, famille, amis, vous rendront visite, non pas dans des processus que vous avez vécus qui ont été nommés communions, fusions, dissolutions et délocalisations, mais bien plus une rencontre avec l'Éternité de chacun.

Il ne faudra donc pas être surpris ou ébranlés par tout ce qui va se révéler à vous car rappelez-vous, en cette période avant l'Ascension, même si le processus est enclenché, vous avez à voir tout ce qui est à voir et qui vous a été caché. Ceci est une forme, comment direz-vous, de vaccination par rapport à l'éphémère et l'enfermement. Votre point de vue, à l'issue de ces quelques séances de Radiance Archangélique qui seront étalées entre une et dix maximum, vous permettront de vivre le merveilleux. Le merveilleux deviendra votre quotidien, votre habitude, et votre naturel. Cette Grâce qui a été décidée avant l’Appel de Marie, est destinée à vous fournir la preuve irréfutable et indélébile de la réalité des mondes multidimensionnels.

Il ne s'agit plus de croire quoi que ce soit, il s'agit de vérifier par vous-mêmes la réalité de vos corps astrals d’animaux domestiques, la réalité de vos corps causals et d’Êtreté en tant qu'êtres humains, mais aussi de voir au-delà du temps et de l'espace. Ce qui veut dire que vous pourrez très bien par exemple, à l'issue d'une Radiance Archangélique, voir avec un regard différent votre lieu de vie et vous retrouver, je dirais, en ce que vous pourriez nommer en d'autres temps, en ce même lieu, vous donnant à voir ce qui existait avant au sein de vos demeures mais aussi avant même l'apparition de votre demeure.

Vous vous déplacerez donc sur les lignes de temps et les lignes d'espace avec une évidence que vous n'avez jamais connue. L'ensemble de ces manifestations et de ces expériences ne vise, en définitive, qu'à laisser émerger votre Éternité sans aucune résistance, sans aucune croyance ou sans aucune ignorance. Ces expériences ne sont pas là pour être entretenues et fixées, si je peux dire, dans votre conscience. Nous vous demandons donc instamment de vivre l'expérience avec innocence, avec spontanéité, sans faire intervenir une quelconque demande d'explication, une quelconque observation comme vous le faites habituellement avec vos yeux, mais bien plus de vivre en toute neutralité ce qui vous sera donné à vivre, à voir, ou à traverser.

Vous remarquerez aussi très rapidement, en ces espaces de temps, dès que le message solaire sera délivré, comme je l'ai dit, que vos besoins seront amputés. Vous constaterez parfois, en vous interrogeant, que ce qui faisait votre habitude encore aujourd'hui aura subitement disparu. Certaines habitudes et certains travers, si je peux dire, qui ne sont pas graves en eux-mêmes mais qui peuvent obstruer les canaux de la Libération et de votre ascension, seront vus pour ce qu'ils sont. Les croyances seront mises à nu, les adhésions aux concepts seront vues pour ce qu'elles sont. Il s'agit donc cette fois-ci d'un processus beaucoup plus évident que les mécanismes qui ont été vécus au sein de votre conscience au travers des activations des différentes énergies et vibrations que la plupart d'entre vous connaissez ou vivez.

La condition pour voir cela est bien sûr ce qui a été nommé Infinie Présence. Cette Infinie Présence agit d'elle-même sur la limitation des besoins quels qu'ils soient, afin non pas de supprimer des éléments importants de votre vie mais simplement pour vous donner à voir l'inutilité de ce que vous considérez comme important. Car il existe à ce niveau-là, et vous le comprendrez en le vivant, un pouvoir transmutatoire extrêmement efficace et extrêmement rapide faisant changer, sans aucun effort, ce qui fut nommé par divers intervenants auxquels vous êtes habitués, l'Humilité, la Transparence, l'Innocence et l'Enfance, accomplissant par là même, nous dragons avec les Archanges et l'ensemble de la Confédération, vous donnant à voir la réalité des manifestation de la conscience en quelque monde que ce soit, ici même dans ce corps, ici même chez vous.

Vous constaterez aussi, aussi bien pour ceux qui se sont mis en réception lors de ces Radiances que même chez vos frères et sœurs qui n'ont rien vécu et qui ne sont au courant de rien, des changements parfois spectaculaires. Nous n'y pouvons rien si certains de ces changements ne vont pas dans le sens de la Lumière mais dans certains cas vers une forme de déraison, voire de folie. Ceci bien sûr n'est pas dû ni aux Radiances ni à notre souffle, mais à la confrontation violente de votre propre Éternité avec les structures éphémères résiduelles, faites d'engrammes de croyances et d'habitudes.

Vous voici donc ainsi prévenus que les grands bouleversements intérieurs et extérieurs sont à votre porte et sont en cours d'actualisation.

Si vous êtes réceptifs de manière complète à ces différentes Radiances Archangéliques auxquelles nous couplons notre souffle de Feu, alors vous constaterez de plus en plus, avec ce qui se dévoile sous vos yeux, que vous n'êtes plus sensibles, et de moins en moins sensibles à tout ce qui concerne l'éphémère. Cela peut effectivement, durant les toutes premières semaines après le message du Soleil, engendrer des situations un peu conflictuelles, non pas en vous mais autour de vous. C'est à ce moment-là qu'il convient de se rappeler ce que vous a dit Marie. C'est à ce moment-là qu'il convient de vous rappeler de ce que vous avez peut-être pratiqué concernant l'installation du Feu par le Manteau Bleu de la Grâce de Mikaël ou la bénédiction de Marie, qui seront en quelque sorte des moyens d'alléger ce qui peut être confrontant autour de vous et vous permettra à votre tour, comme cela a été dit par la Sainte Tri-Unité Nouvelle, d'être dans le service, l'abnégation la plus totale de votre histoire et de votre personne.

Ce qui va vous devenir visible n'apparaît pas de nulle part mais était toujours présent, mais l'enfermement au sein de vos corps subtils, et en particulier du corps causal, ne permettait pas de percevoir ni même d’interagir avec ces formes très subtiles, liées non plus à la 3ème dimension mais aux corps qui ne sont pas tout à fait des corps d'Êtreté mais néanmoins s'en rapprochent, ne serait-ce que par exemple des animaux, et en particulier domestiques. Les Archanges deviendront, pour nombre d'entre vous, visibles en leur forme de 5ème dimension.

Il existe bien sûr des différences significatives de vibration et de forme entre un animal domestique que vous connaissez, qui emprunte justement la forme astrale qui vous est connue et que vous connaissez dans le corps de chair de votre compagnon ; en ce qui concerne par contre les Archanges, là vous aurez la forme de Lumière que je qualifierais ascensionnée de 5ème dimension des Archanges. L'anthropomorphisme sera encore présent, mais la forme que vous verrez sera profondément différente de ce que vous pouvez imaginer ou de ce que vous avez peut-être déjà vu.

Contentez-vous, en quelque expérience que ce soit à l'issue de ces Radiances ou durant ces Radiances, de vous tenir tranquilles. Oubliez les modes de fonctionnement habituels du mental, de l'interrogation, car à ce moment-là, la connaissance sera directe et n'a aucun besoin de passer par la tête, par l'histoire, par vos mémoires ou par vos références. Soyez là aussi disponibles et totalement présents à vous-mêmes, et présents à ce qui se manifeste à vous, devant vous. C'est ainsi que vous faciliterez la libération de votre véhicule interdimensionnel nommé Merkabah personnelle, c'est ainsi que vous observerez des changements radicaux, en vous comme autour de vous.

Ces changements ne doivent pas vous entraîner dans une quelconque supposition ou projection. Le plus important, vous le savez, est de vivre l'instant au moment où il se produit quelque chose dans cet instant, non pas de le classifier, non pas de l'expliquer, non pas de perdre son temps à l'analyser, mais être pleinement présents au vécu qui vous est proposé par ces êtres qui viendront vous voir. Que cela concerne les Archanges, que cela concerne le peuple des dragons, vos animaux domestiques, d'autres peuples de la nature, ou encore des frères et sœurs bien présents et bien vivants, et que vous connaissez, soyez disponibles pour vivre ce qui est à vivre. Il ne s'agit pas de dialoguer, de discuter, ou de s'en rappeler pour en faire une histoire. Soyez présents à vous-mêmes.

N'oubliez pas que dans ces moments-là, de la même façon qu’il vous a été dit que vous pouviez parler à votre corps, vous pouvez parler aussi à votre propre mental, non pas pour le contraindre mais pour bien lui montrer et vous prouver que vous n'êtes pas votre mental, ni même vos émotions. Cela vous prouvera de manière formelle que vous n'êtes ni le corps ni aucune des structures éphémères, non pas par l'accès direct à ce que vous êtes, qui lui ne surviendra qu'au moment de Marie si vous ne l'avez pas vécu jusqu'à aujourd’hui, mais bien de vous préparer, en quelque sorte, à l'extinction totale de la conscience au sein de l'Absolu que vous êtes, et que nous sommes.

... Silence...

Il n’existe aucune limitation possible dans l'intrication des mondes libres avec votre monde. Vous l'avez vécu au niveau de votre corps durant tous ces temps où l'Éternité s'est rapprochée de l'éphémère, où ils se sont superposés, et où l'Éternité finit par apparaître. Soyez présents à vous-mêmes dans les moments où cela se produira, en restant le plus neutre possible par la transparence la plus grande, et n'oubliez pas que si les réflexes habituels d'intervention des émotions ou du mental surviennent, vous pourrez justement en cette occasion affirmer que vous n'êtes ni ces émotions ni ce mental. Cela n'est pas une croyance et vous vérifierez par vous-mêmes, en ces moments particuliers, que vous êtes la Vérité et rien d'autre.

Après la période qui court de ce jeudi jusqu'à l'Appel de Marie, nous cesserons alors de vous voir. Vous cesserez vous-mêmes de percevoir les frères et les sœurs, vos compagnons domestiques, les peuples de la nature. Vous saurez à ce moment-là, avant même que les Trompettes n’apparaissent et que les signes célestes se dévoilent, que le moment est venu. Cela signifiera à ce moment-là qu'il restera, en nombre de jours et en termes terrestres, un temps infime pour vivre l'Appel de Marie.

Rappelez-vous la séquence qui durera le temps que dureront les Radiances Archangéliques de cette période. Dès ce jeudi de cette semaine, précédant la Semaine sainte telle que vous la nommez, vous constaterez l'existence de cela. Nous savons pertinemment que nombre d'entre vous commencent à établir ces communications, si je peux dire, dont je viens de parler. Elles deviendront à chaque fois de plus en plus intenses. Je vous répète que c'est un mécanisme qui permet de détourner votre conscience de l'éphémère, non pas pour l'ignorer mais pour impulser, si ce n'est déjà fait en vous, le retournement et la consumation de l'âme par l'Esprit.

Il y aura un acmé de manifestation, et la semaine suivante vous constaterez qu'il n'y a plus rien, le moment venu, au jeudi correspondant. Alors à ce moment-là vous pourrez en déduire sans aucune difficulté qu’il est temps de vivre ce qui est à vivre au niveau collectif.

Comme vous le savez, après l'Appel de Marie, il n'y aura plus aucune présence ni aucune forme, il n'y aura aucun repère lié à votre personne, à votre corps ou même à ce monde, quels qu'en soient encore les liens, les attachements ou les croyances.

Dès l'instant où vous aurez repéré la disparition de ces mécanismes de conscience au moment d'une des Radiances, alors vous saurez que le temps est achevé et que vous sortirez très bientôt de la linéarité du temps, quel que soit votre devenir après les trois jours de stase et de ténèbres, ou de Lumière, selon où vous êtes placés sur cette terre.

Voilà les éléments qu'il m'a été demandé de vous transmettre pour ce qui est à vivre lors de ces rencontres particulières du jeudi. Si pour vous, vous êtes situés dans un pays où l'heure correspond plutôt au plein soleil, cela ne fera aucune différence de perception et de vécu. Rappelez-vous aussi que nombre de frères et sœurs humains risquent de réagir à ce qu'ils verront avec une grande frayeur, surtout les frères et les sœurs humains qui n'envisagent ou n'espèrent aucune vie éternelle, se considérant comme ce corps et seulement comme ce corps. Mais cet effroi, ce déni, cette colère, entraînera pour beaucoup la négociation et la reddition, et le Choc de l'humanité sera alors moins dévastateur pour l'ensemble de la terre.

... Silence...

Permettez-moi dès aujourd'hui, quel que soit le jour où vous m'entendrez et me lirez, de vous faire vivre une approche, si je peux dire, de l'action du souffle du dragon durant les Radiances Archangéliques du jeudi.

... Silence...

Accueillir le Feu, c'est découvrir la Joie qui ne dépend de rien, c'est découvrir l'Amour inconditionné ne dépendant de personne, c'est vivre le Souffle Originel, le Verbe Créateur. C'est se remémorer, non pas une quelconque histoire ni une même lignée, mais simplement le premier Souffle Originel, non pas de ce monde mais bien de la première respiration de la Source que vous êtes.

... Silence...

Au nom de la communauté des dragons du Feu de la Terre et des dragons venant d'ailleurs qui viennent nous assister et vous assister, je vous prie de bien vouloir accueillir ce Feu de l'Esprit.

... Silence...

Je suis Erelim, dragon du Feu de la Terre et je vous remercie, frères et sœurs humains ici et ailleurs, de votre collaboration et de cette fraternité. Nous sommes très honorés de pouvoir enfin œuvrer pour vous. Là est notre service, là est l'Amour qui ne fait ni distinction de forme, ni distinction de vie, ni distinction d'histoire.

En le Feu Igné et en le Verbe, par l'Esprit du Soleil et par le Chœur des Anges, par la Grâce de l'ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, Erelim salue chacun de vous. Au Cœur du Cœur, j'honore votre Présence, j'honore votre Flamme.

... Silence...

Je vous dis donc, ainsi que l'ensemble du peuple des dragons du Feu de la Terre et des dragons exogènes, nous vous disons tous : « À jeudi ».

Au revoir.


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Mer 12 Avr - 15:03 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mer 12 Avr - 08:43 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017


ÉRIANE


Reine des Elfes du village d'Eridan



Je suis Ériane, reine des elfes et du village d’Éridan, le lieu où le soleil ne se couche jamais. Sœurs et frères humains, permettons-nous un moment de silence ensemble, afin de vivre cet instant présent avec joie et intensité.

… Silence…

Il m’a été demandé de venir m’exprimer aujourd’hui parmi vous, non pas en tant que reine du village d’Éridan mais en tant que porte-parole de l’ensemble des villages de la terre, des elfes.

Comme vous le vivez et comme cela vous a été annoncé, les temps sont maintenant devenus propices à la mise en œuvre du plan final. Voilà plus d’une année, je vous avais expliqué notre rôle et nos fonctions pour les temps à venir qui sont maintenant arrivés. Alors notre sens du service à nous, va être, je dirais, d’être omniprésents à l’orée de nos villages pour vous accueillir lors de vos visites. Du fait même de la disparition des ultimes voiles, vous allez nous découvrir avec plus de clarté, de netteté et de précision, dans nos formes d’elfes de 5ème dimension. La 5ème dimension se révèle à vous de façon de plus en plus évidente, de plus en plus palpable, je dirais.

Dorénavant, l’équinoxe de printemps étant passé, nous demeurerons, en tout cas certains d’entre nous se relaieront pour vous accueillir, personnellement et individuellement, au sein de nos villages. Vous savez que nous avons un rôle particulier au moment du tohu-bohu de la Terre, qui est de servir de relais, que vous soyez avec corps ou sans corps d’ailleurs, pour vous permettre de vous diriger en toute liberté au lieu de votre destination. Il nous a été demandé, vu les circonstances que vit la Terre actuellement, de nous rendre entièrement disponibles pour vous accueillir et ce, dès à présent.

Je vous rappelle que nos villages sont reliés de différentes façons, et en particulier par ce qui avait été nommé les lignes elfiques. Il est indispensable pour nous, elfes, même si certains d’entre vous commencent à nous voir chez eux, que nous réalisions notre communion en nos lieux à nous, parce que vous le savez, ces lieux où nous habitons depuis des temps immémoriaux sont à même d’être des foyers de Lumière, des foyers d’Éternité.

Ce qui se révèle pour vous, au sein de vos nuits et de vos jours, se révèlera aussi au sein de nos villages de façon beaucoup plus visible, indépendamment même des cérémonies de chaque nouvelle lune. Nous assurerons une présence constante à l’orée de nos villages, où que ceux-ci soient situés, afin d’accueillir personnellement chaque humain qui viendrait nous rendre visite. Ceci est effectif dès cette semaine pour nous. Nous suspendons donc, durant la durée de l’Ascension de la Terre, les cérémonies de nouvelle lune, car chaque jour maintenant est une cérémonie où nous aurons l’occasion, si vous le souhaitez, de nous rencontrer de façon plus intime, plus palpable, plus visible et plus évidente.

Vous constaterez avec aisance que durant cette semaine, l’intensité de la Lumière présente en nos villages est sans commune mesure avec ce qui existe déjà. Ceci n’est pas lié à nous, elfes, ni à vous, humains, mais aux circonstances présentes de la Terre. Nous serons le plus souvent visibles à vos yeux à quelque heure que ce soit. Quel sera alors l’effet de vos visites éventuelles à l’orée de nos villages ? C’est avant tout un alignement instantané à l’Éternité.

Au-delà de ce que vous avez peut-être senti comme éléments de joie, de paix, et de mystère, et de légèreté en venant chez nous, ceci sera remplacé par ce que vous vivrez aussi de manière régulière chaque jeudi, je précise à 20h30, mais pas chez nous, chez vous. Ceci sera réalisable aisément, à volonté, quand vous le souhaiterez, chez nous, afin de renforcer aussi ce que vous ont dit les peuples des dragons. L’œuvre de la Lumière deviendra pour vous aussi de plus en plus apparente, de plus en plus sensible quant à l’émergence ou l’extériorisation, si vous préférez, de l’Éternité au sein de cet éphémère.

Si vous décidez de venir nous voir dorénavant, nous vous demandons de venir dans un certain état de préparation qui est fort simple : essayez d’arriver chez nous le ventre vide. Je ne veux pas dire qu’il faut par là jeûner, mais si vous envisagez de venir nous voir, ne le faites pas dans le moment de la digestion afin de ne pas être dérangés, au niveau de cette digestion, par la Lumière qui est présente en nos lieux. Au-delà même du contact palpable avec nous, c’est avant tout ce qu’il se produit à l’orée de nos villages qui sera pour vous un moyen, non pas de guérir quoi que ce soit de l’éphémère mais justement, si je peux dire, de guérir de cet attrait de l’éphémère. Nous vous demandons avant de venir, donc, de ne pas être en digestion, nous vous demandons d’être propres, je parle physiquement, cela créera les conditions les plus propices à notre rencontre et aux rencontres de la 5ème dimension installée sur terre maintenant en nos lieux.

C’est les deux seules conditions à respecter. Nous n’avons pas besoin d’offrandes dans ces moments-là, nous n’avons pas besoin de festivités, comme celles de la nouvelle lune. Il y aura toujours un veilleur ou un guetteur qui nous préviendra de l’arrivée de l’un de vous, ou d’un groupe parmi vous, et à ce moment-là nous descendrons jusqu’à vous. Vous nous verrez, même si vous ne nous avez jamais vus, mais surtout, au-delà de cette rencontre, vous bénéficierez, comme je l’ai dit, d’un équivalent aux Radiances Archangéliques accompagnées par les dragons. Vous serez régénérés en Éternité, vous serez guéris de tout ce qu’il peut vous rester d’attrait pour l’éphémère et d’attrait pour l’illusion.

Venez nous voir simplement, en dehors de vos heures de digestion. Et cette notion d’être lavés est importante, au niveau du corps physique, pour une raison qui est très simple : l’eau, ainsi que vous l’a dit l’Archange Mikaël, va vibrer d’une tout autre façon et avec une tout autre intensité dès cette semaine. En appliquant cette eau sur votre corps, vous lavez réellement vos robes, non pas seulement dans de l’eau mais dans ce qui s’apparente à ce que le prophète qui est nommé le bien-aimé, je crois, chez vous, avait dit que vous laverez vos robes dans le sang de l’agneau.

L’eau étant fécondée par la Lumière et par Mikaël, elle est réensemencée avec le germe de vie d’Éternité. Le fait de réaliser alors vos ablutions, vos douches, vos bains, que cela soit chez vous avec l’eau la plus vulgaire qui soit, aura des propriétés bien différentes que de simplement laver votre corps, cela aussi vous le sentirez. Le rituel de lavement a même été utilisé, parce que nous le savons, nous l’avons pas lu mais vu dans nos annales, par celui que vous nommez le Christ. Le lavement des pieds, en effet, permet de libérer certaines contingences et certains conditionnements présents en vous, du fait même de votre forme figée.

Ainsi, si vous en avez la possibilité, de vous doucher, de vous baigner, dans les heures qui précèdent votre venue, vous constaterez alors, le ventre vide de toute digestion, que l’intégration de la Lumière et de l’Éternité deviendra une grande joie, et surtout vous procurera, ici même dans votre corps, sur nos lieux, un sentiment de liberté et avec lui, de la Liberté que rien jusqu’à présent ne vous avait préparés à vivre. Vous serez nourris et vous laverez réellement vos robes dans le sang de l’agneau, avant même la venue du Christ, avant même l’Appel de Marie.

La Lumière adamantine, vous le savez, se renforce de jour en jour, créant d’innombrables vortex multidimensionnels partout dans la nature, mais aussi dans vos villes maintenant. Cette action n’est pas réalisée par nous dans vos grandes villes mais par certaines flottes de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, survolant vos villes en nombre, ou avec des vaisseaux gigantesques. Toutefois il n’est pas toujours évident, dans les environnements humains, de bénéficier de ce lavage dans le sang de l’agneau. L’orée de nos villages devient l’endroit privilégié pour vous préparer à l’Éternité avec aisance, avec des preuves indubitables de ce que vous vivez.

Il n’est pas question, indépendamment de l’aspect visuel peut-être, qui sera plus ample chez vous, de dialoguer ou d’échanger. Nous serons en silence à vos côtés, pour vous assister. Non pas pour œuvrer d’une quelconque manière mais pour la joie de cette assistance et la joie de voir votre Flamme Éternelle renaître, redevenir comme un enfant, vierge de toute souillure inhérente à ce monde et à son enfermement. Vous pourrez alors, si il existe une source là où vous allez, laver simplement vos mains et vos pieds, même si vous vous êtes déjà lavés. Vous ouvrirez alors les portes à l’Éternité, ici même, dans votre chair, dans votre conscience ordinaire, en ce qu’il en reste pour faire ce que vous avez à faire.

La régénération qui se produira alors sera telle que vous constaterez souvent, ce n’est pas inéluctable ni constant, mais vous constaterez des changements, non pas seulement comme l’a dit Erelim, sur votre physiologie, mais aussi même dans votre forme. Certains d’entre vous ont vu leur forme se modifier déjà depuis quelques années, que cela soit par l’épaisseur de votre forme qui change, que cela soit par votre regard, par vos traits, par ce que nous nommons aussi les ornements, c’est-à-dire vos ongles, vos cheveux, l’éclat de votre teint.

Vous n’avez rien à faire que de venir vous poser là, dans nos villages, quand le souhaitez, assis ou debout, peu importe, allongés aussi si vous le souhaitez. Il n’y a pas de règle autre que celle d’avoir pris une douche, d’arriver le ventre vide, et s’il y a une source à proximité ou une rivière, de simplement laver vos mains et vos pieds en laissant courir l’eau sur vos mains et vos pieds, et à demeurer avec nous le temps que vous souhaitez. Vous constaterez d’ailleurs que cinq minutes vous sembleront durer des heures ou que, à l’inverse, des heures vous sembleront durer cinq minutes. Vous sortirez réellement et concrètement de ce temps linéaire qui vous a enfermés. Non pas pour y découvrir autre chose que votre Flamme Éternelle, mais bien plus pour être exclusivement alignés à votre Éternité, alignés à ce que vous nommez l’Instant Présent, vous faisant découvrir la Grâce, non plus ponctuelle mais de plus en plus permanente de la Vérité.

Vous n’avez rien à faire, rien à demander, simplement vous laisser adombrer, non pas par nos Présences mais directement par le Feu de l’Esprit, par la Lumière éternelle. Cette phase d’extériorisation de la Lumière est importante et vous avez, si je peux dire, la chance de pouvoir le vivre avant l’Appel de Marie.

Bien sûr, au-delà des changements de forme ou de physiologie, vous constaterez aussi un regain de vitalité, et cette vitalité n’est plus liée à ce que vous nommez l’énergie vitale mais à la Lumière authentique. Je sais d’ailleurs pertinemment que certains d’entre vous perçoivent aujourd’hui bien plus facilement, dans leur corps, le Corps d’Êtreté et ses lignes Vibrales que leur propre corps physique. Votre conscience se glisse en quelque sorte dans votre nouveau véhicule d’ores et déjà, vous donnant à en percevoir les contours, les effets, les lignes, les trajets, les nœuds que vous nommez Portes, nœuds de rencontre de l’énergie et de la conscience, de la vibration et de la conscience. C’est comme ça que l’Ascension se finalise avant le moment ultime, vous faisant glisser de plus en plus de l’éphémère à l’Éternel, sans regret, sans regarder en arrière, avec une joie pure.

Voilà un certain temps, je vous ai entretenus sur la vertu de l’eau des elfes, et en particulier lors de nos cérémonies de nouvelle lune. Dans cette période ascensionnelle, je vous ai dit que toute l’eau, dès qu’elle sera ensemencée et régénérée par Mikaël, vibrera de façon beaucoup plus haute. L’eau deviendra un agent réellement purifiant, non pas seulement pour laver votre corps physique mais, comme je l’ai dit, pour laver l’ensemble de vos robes dans le sang de l’agneau. Il n’y a pas de rythme précis, c’est vous qui voyez, en toute liberté, selon ce que vous en retirerez, si je peux dire.

Il s’agit donc, pour nous aussi et pour nos villages, d’une nouvelle étape qui vous permet, en quelque sorte, de vous acclimater à la nouvelle densité avant votre départ, de vous acclimater à l’Éternité, à la vision sans voiles. Ceci vous aidera aussi dans ces mots qui ont été appelés innocence et transparence, restaurant alors votre intégrité éternelle. Vous en constaterez, au-delà de votre forme, les effets directement sur votre conscience. Cela viendra aussi accroître, comme vous le constaterez, la paix que vous pouvez émaner et manifester à certains moments de la journée déjà, de façon naturelle, sans le rechercher, sans artefact, de façon totalement spontanée. Il existe donc, dans cette période particulière, une véritable acclimatation à votre Éternité. La perception même de votre Corps d’Êtreté, bien au-delà des Couronnes radiantes, vous habituera à ce nouveau véhicule, quel que soit votre chemin durant cette période finale de la Terre.

Vous pouvez aussi, du fait des vertus de l’eau nouvelle, et ce dans très peu de jours, constater par vous-mêmes que la simple eau de vos robinets, quels que soient les polluants qui peuvent exister, aura des effets vibratoires intenses, voire fulgurants. La re-sacralisation de l’eau de la terre, quelle que soit cette eau, signe le retour de Marie, signe le retour aussi de votre Éternité. N’oubliez pas, même chez vous par moments, de passer vos mains seulement jusqu’aux poignets et vos pieds jusqu’aux chevilles, de temps à autre, sous l’eau. Vous constaterez très vite que cela n’a plus rien à voir avec simplement le fait de tremper les mains ou les pieds, qu’il y a quelque chose qui se produit au centre de votre être, dans votre poitrine, qui sera particulier. Permettez-moi de ne pas vous en dire plus, afin de vous laisser la surprise de la découverte, vous-mêmes.

Si vous avez la chance de recueillir l’eau des elfes, celle-ci recréera en vous les conditions de votre venue en nos villages, plaçant d’emblée autour de vous la même énergie du vortex de Paix et d’Éternité de la nouvelle matrice de vie.

Nous vous attendons et nous vous attendrons toujours plus nombreux, de partout sur cette terre, d’autant plus, et comme je l’avais énoncé, que certains d’entre vous se regrouperont en nos lieux avant d’aller à leur destination pour leurs 132 jours, mais même pour d’autres d’entre vous qui auront abandonné leur dépouille éphémère, de trouver le chemin le plus direct à leur demeure d’Éternité.

Si vous en sentez le désir, si vous en sentez l’intention, vous pouvez même demeurer dans notre village pour un nombre d’heures plus important, voire même demeurer sur place. Je ne peux pas vous en dire plus, c’est à vous de savoir si vous sentez cela ou pas, et toujours de vérifier par vous-mêmes ce qu’il se produira alors.

L’orée de nos villages va devenir aussi un lieu de rencontre particulier, pas seulement de nous, elfes, mais aussi de tous les peuples de la nature qui, en cette période, pourront se manifester eux aussi à l’orée de nos villages ou dans nos villages. C’est donc pour vous l’occasion peut-être, si vous avez besoin de croire par votre vécu, de voir la vérité de ce que je vous dis ; venez chez nous, nous vous accueillons en permanence. Je vous l’ai dit, il y aura toujours un veilleur ou un guetteur qui préviendra l’ensemble du village mais aussi, parmi les autres peuples de la nature, ceux d’entre nous qui sont disponibles à ce moment-là pour se dévoiler à vous.

De notre point de vue à nous, elfes, la période qui s’ouvre maintenant est une période de merveilleux, de magie, de féerie, contrastant de façon de plus en plus nette avec vos villes, avec vos vies antérieures, avant cette période. Il vous sera très aisé de sentir la différence entre nos lieux et vos lieux, alors il vous sera plus facile de vous tourner vers l’Éternité sans regarder derrière vous, sans être retenus par quoi que ce soit.

Osez faire cette expérience, osez venir nous voir, de manière peut-être plus longue qu’auparavant. Vous êtes nos invités, vous êtes tous les bienvenus, où que ce soit sur cette terre. Il va sans dire que cela est aussi pour nous la préparation de votre accueil collectif, par groupes, pour ceux d’entre vous qui doivent transiter par chez nous. Nous souhaitons vous voir vivre ce merveilleux et ce féerique, ce qui vous détendra de toutes vos histoires virtuelles, racontées par vos images, où que vous les regardiez, parce que là, je peux dire, cela sera concret, palpable, mesurable.

Si j’en ai l’occasion, je reviendrai vous voir très vite, dans peu de semaines, afin bien sûr de répondre à vos interrogations et à vos questions, et pour peaufiner aussi ce que vous avez vécu. Mais vous n’aurez aucun doute sur la réalité et sur la vérité de votre vécu. Vous deviendrez plus légers à tous les niveaux, vous deviendrez réellement l’Amour incarné, quoi que dise encore ce qu’il peut rester de votre personne ou de vos réticences.

Comme je l’ai dit, vous aurez l’occasion de rencontrer tous les autres peuples de la nature, certains êtres aussi qui ne sont pas de cette terre. En effet, la 5ème dimension étant établie fermement en nos lieux de vie, en nos villages, à l’orée de nos villages, les membres de la Confédération Intergalactique, en son innombrable population, viendra aussi directement vous rendre visite. Vous rencontrerez des représentants de vos lignées, vous rencontrerez aussi peut-être les Anges du Seigneur, si ce n’est déjà fait. D’innombrables Présences pourront alors se voir, s’entendre et se vivre. Vous l’avez compris, nos villages deviennent des lieux d’accueil, des lieux de rencontre, des lieux d’Éternité.

Nous vous demandons aussi, si vous venez en groupe, de ne pas vous servir de vos mots habituels. Soyez silencieux, même si vous êtes nombreux, pour pouvoir justement laisser cet éphémère s’effacer et se transmuter. À la qualité de votre silence, vous constaterez la qualité de vos rencontres et des visiteurs qui viendront vous voir. Si cela n’est pas des peuples de la nature mais plutôt des peuples stellaires, alors vous avez de grandes chances de rencontrer les représentants de vos lignées. Cela sera pour vous des retrouvailles qui vous permettront, là aussi, de vous ancrer en Éternité plutôt qu’en l’illusion de ce monde. Le moment est effectivement venu de trancher par l’Épée de Vérité tout ce qui était encore attractif pour vous au sein de ce monde. Vous constaterez alors, si ce n’est déjà fait, qu’il ne peut y avoir de comparaison possible entre la Liberté et la vie sur terre. Cela est notre service pour vous en ces temps particuliers.

La durée de cette ouverture de nos villages est estimée pour durer le printemps et se terminer avant le solstice d’été, durant la même durée que se produiront, les jeudis, les Radiances Archangéliques. Nous vous demandons par contre d’éviter de venir durant les Radiances Archangéliques parce qu’à ce moment-là, nous-mêmes serons en action de diffusion, un peu comme les Archanges le feront, et les dragons, mais nous, vous vous en doutez, par rapport à l’Élément Air. L’Air, c’est la souplesse, c’est la non-résistance, c’est aussi la Liberté. En dehors de ces restrictions, comme je l’ai dit, vous pouvez venir à n’importe quel moment et demeurer sur nos lieux le temps que vous voulez.

Si vous restez chez nous plusieurs jours, que cela soit à l’air libre ou sous un tissu que vous nommez tente, n’oubliez pas, si vous devez manger, de sortir du village pour manger. N’oubliez pas non plus, en réentrant dans nos villages, de vous passer les mains sous l’eau, comme les pieds aussi. C’est les seules règles. Elles sont simples, et vous verrez par vous-mêmes pourquoi. Alors, nous sommes tous en joie de pouvoir célébrer chaque jour maintenant avec vous. Pour certains d’entre vous qui, je dirais, sont très proches des elfes, nous pourrons alors échanger de manière plus terre à terre, si je peux dire, et vous parler directement, mais pas dans nos lieux. Si ce lien s’établit entre nous, alors nous viendrons chez vous, où que vous soyez, pour échanger et vous communiquer ce que nous avons à communiquer.

Nos villages sont des lieux d’ancrage de la Lumière éternelle et de manifestation de celle-ci dorénavant, et le silence prévaut. Il n’y a pas besoin ni de mots, ni de pensées, ni d’idées, mais simplement être là. C’est dans ces circonstances, en ayant lavé vos robes dans le sang de l’agneau, en ayant lavé vos mains et vos pieds, en attendant que votre ventre soit vide, et vous bénéficierez de la justesse la plus parfaite par rapport à la Lumière et votre Éternité.

Il est temps pour vous aujourd’hui de vous habituer, si je peux dire, à la Vérité : la vérité des Éthers, la vérité de la Lumière, de la Vie éternelle et de l’Amour inconditionné. Je dirais même que votre corps aujourd’hui, et ce qu’il peut rester d’histoire ou de personne, ne représente même plus un obstacle, parce que là, avec l’intensité de Lumière qu’il y a dorénavant, il n’y a rien à convaincre ni personne à faire changer, il y a juste à se rendre compte de l’évidence de la Lumière. C’est une façon aussi, pour ceux d’entre vous qui sont attachés à ce monde, à ses illusions, à ses pérégrinations de corps en corps, de s’affranchir de ces dernières limites, de ces derniers barrages ou croyances.

Chaque venue en nos lieux sera un moment de fête pour vous comme pour nous. Une fête silencieuse, une communion intérieure à la Vérité, à la Lumière, au-delà de votre forme comme de nos formes. Certains d’entre nous, comme je l’ai dit, pourront établir un lien plus fort, un lien de Liberté et d’Amour, surtout pour ceux d’entre vous qui se sentent proches de nous et pour ceux d’entre nous qui se sentent proches de vous, mais la même qualité d’accueil sera réservée à chacun. Il ne peut exister au sein de nos villages, dorénavant, la moindre antinomie, la moindre opposition – pour vous – à la Lumière.

Je vous rappelle aussi que s’il vous semble avoir besoin d’un support, indépendamment des règles que je vous ai données pour venir nous voir, vous pouvez vous aider de ce que vous voulez. Si vous avez besoin d’une flamme, amenez une bougie ; si vous avez besoin d’une résonance cristalline, prenez un cristal avec vous ; si vous avez besoin de prier silencieusement, alors priez en venant. Vous avez une liberté totale, mais nous souhaitons que nos rencontres et votre rencontre avec la 5ème dimension se passent au mieux pour vous. C’est pour ça que je vous ai donné ces quelques consignes très simples pour que cela se passe effectivement au mieux.

… Silence…

Voilà ce qu’il m’a été demandé de vous délivrer par l’ensemble de la communauté des elfes et par l’ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres. Je précise qu’au-delà des peuples de la nature, au-delà de l’ensemble des peuples qui vous étaient invisibles jusqu’à présent, s’il vous arrive de rencontrer en nos lieux, en silence, un peuple galactique ou un de ses représentants, ce n’est pas pour rien ; ce n’est pas simplement pour le plaisir – parce que la Lumière se suffit à elle-même dorénavant en nos lieux –, mais bien pour éclairer et préparer votre destin des 132 jours. Vous aurez l’opportunité alors, peut-être, pas nécessairement dès votre première venue car il faut suffisamment laver les robes dans le sang de l’agneau, mais très rapidement vous rencontrerez des entités qui sont issues de vos lignées ou de votre origine.

Ce contact vibratoire, s’il existe pour vous, deviendra visuel. Je parle ici de votre vision de chair et non pas d’une vision intérieure. Je vous rappelle que vous êtes en phase où l’extériorisation de la Lumière devient maximale, entre en manifestation sur ce monde, non plus seulement en les vortex, non plus seulement en certains villages ou certains peuples, mais sur l’ensemble de la terre, et nos lieux sont des lieux privilégiés. Ils sont en quelque sorte des carrefours de circulation pour nous, elfes, pour vous aussi, mais aussi pour les peuples galactiques.

… Silence…

J’aurais tant de choses encore à vous dire, j’aurais tant aimé répondre à nombre de questions, mais il m’a été demandé de surseoir un peu afin que la prochaine fois, si il y a, vous soyez riches de votre vécu et de votre accès à l’Éternité, et à ce moment-là je viendrai pour vous répondre, parce que je n’aurai plus rien à annoncer.

Alors je sais aussi que cette année, dans l’histoire de la Terre, pour vous humains, la période que vous nommez « pascale » est essentielle. C’est une opportunité, une fenêtre de Lumière à nulle autre pareille. Je vous propose donc surtout de nous rendre visite durant cette semaine sainte pour vous – excepté bien sûr le jeudi soir – parce que c’est le moment le plus propice, même si effectivement, si vous nous réitérez vos visites, votre venue, vous constaterez que de jour en jour, de semaine en semaine, l’intensité de la Lumière grandit, l’intensité de la Paix aussi, et aussi l’intensité de votre vision.

Je précise aussi pour vous signaler que, à l’orée de nos villages ou dans nos villages, ou à proximité, il vous est possible de cueillir, de ramasser végétaux, fleurs, minéraux, qui bien évidemment seront eux aussi lavés dans le sang de l’agneau par leur présence permanente en nos lieux. Si vous avez la chance de trouver un végétal qui se mange, alors vous constaterez aussi des grandes différences par rapport à avant. Si vous avez l’occasion de trouver des minéraux, ou d’en amener, vous constaterez aussi que vos minéraux, quand vous rentrerez chez vous, seront porteurs d’autre chose que ce dont vous avez l’habitude. Vous constaterez d’ailleurs que tout ce qui a pénétré avec vous, même ce que vous nommez vos vêtements, auront changé, non pas de forme ou de texture, mais d’énergie, de qualité.

Alors nous souhaitons collectivement vous accueillir de plus en plus nombreux. C’est une préparation à ce qui est déjà là et qui s’intensifie. Il est temps de finir mes mots aujourd’hui et de vous attendre toujours plus nombreux, au fur et à mesure des jours qui s’annoncent.

Je suis Ériane, reine des elfes du village d’Éridan, le lieu où le soleil ne se couche jamais. Dorénavant cela est vrai, la Lumière ne se couchera plus jamais, en nos lieux. Vous verrez, à travers ce que je viens de dire, ce qu’il y a derrière cela.

Je serre chacun de vous sur la terre sur mon cœur d’elfe. Pour nous ce sont de très grands moments, autant que pour vous. Nous n’avons rien à changer, nous, mais nous sommes tellement en joie de ce qu’il se produit.

Je vous aime, sans restriction et sans condition. Ériane vous salue.



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Mer 12 Avr - 15:05 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mer 12 Avr - 14:58 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017


ÉNALÈNE


Reine des Elfes du village d'Inala



Je suis Énalène, reine elfique du village d'Inala. Je suis très honorée d'avoir cette chance de pouvoir m'exprimer et d'être parmi vous, ici, en ce lieu. Ma sœur Eriane vous a donné l'ensemble des éléments et des évènements correspondant à notre rencontre, peuple elfique et peuple humain. Par rapport à cela, je n'ai rien à rajouter, mais je viens simplement préciser auprès de vous quelques éléments de ce que vous a déjà donné ma sœur. Tout d'abord, permettez-moi de rester en silence avec vous quelques instants, afin de communier à votre cœur avant de vous donner quelques précisions.

… Silence…

Certains d'entre vous ici sont déjà venus me voir, nous voir, à l'orée de notre village.

… Silence…

Je ne viens pas vous préciser des éléments par rapport aux elfes, puisque Eriane a été parfaite à ce niveau, je viens simplement compléter ce qu'elle a ébauché concernant la nature et non plus les peuples qui y sont. L'ensemble de la nature, aujourd'hui, commence à être baignée par les particules adamantines, par la Lumière authentique, et ce, pas seulement autour de nos villages mais dans l'ensemble de la nature.

Les communications que vous allez établir, et qui s'établissent déjà, correspondent le plus souvent à des entités, des formes multidimensionnelles, que cela soit les peuples de la nature, les animaux de la terre ou les peuples galactiques. Mais la nature aujourd'hui vous offre de nouvelles possibilités, de nouvelles énergies et une nouvelle conscience. Cela est valable pour l'ensemble des végétaux, que cela soit dans votre jardin potager, si vous en avez un, que cela soit auprès des arbres-maîtres ou des arbres les plus humbles des forêts, que cela soit en les simples fleurs de saison comme dans tous les arbustes.

Jusqu'à présent (si vous ne le saviez pas, je vous le dis), il n'y avait que les arbres qui étaient capables de communier et d'échanger. Aujourd'hui, les choses sont différentes. L'ensemble de la nature est en joie parce qu'elle aussi, elle vit sa reconnexion définitive. Vous avez d'ailleurs, si vous avez été observateurs au cours des deux années précédentes, constaté un nombre toujours plus important de changements, aussi bien au niveau des végétaux que des animaux habitant dans la nature. Les animaux qui sont qualifiés de sauvages dans vos contrées occidentales, ont eux aussi compris ce qu'il se passait, comme toute la nature. Il n'y a hélas que la majorité des humains qui n'est pas encore dévoilée, qui ignore en totalité ce qui est en train de se dérouler.

Je ne m'adresse pas aujourd'hui seulement à vous qui êtes éveillés, ici ou ailleurs, mais à l'ensemble de l'humanité. La nature vous ouvre les bras ; elle ne demande qu'à échanger avec vous, échanger l'Amour, échanger la Lumière. Il vous a longtemps été dit qu'il y avait la même conscience dans le brin d'herbe, dans la fourmi, dans l'humain, dans l'animal. Cela ne vous était pas apparent, même pour les plus grands médiums parmi vous.

Aujourd'hui, surtout après cette forme de régénération que vous ont proposée l'ensemble des peuples des elfes, les choses sont grandement différentes. Vous allez entendre et vous allez sentir la vie infinie de la nature elle-même qui se transforme. Vous avez d'ailleurs peut-être, comme je le disais, déjà observé des mutations au sein de vos végétaux connus, chez vous, dans vos jardins, dans vos jardinières, dans vos pots de fleurs. Cela s'est produit, je le disais, depuis deux révolutions solaires, depuis deux années, mais aujourd'hui, un autre état de cette nature va vous apparaître. Vous le savez, les arbres communiquent, ils sont les ambassadeurs du ciel et de la terre, au même titre que Marie l'est, mais au sein de leur règne. Ceci s'étend à l'ensemble des végétaux et l'ensemble des animaux, fussent-ils même les plus sauvages.

L'ensemble des consciences de la terre, excepté l'humain, est dorénavant totalement informé de ce qui se déroule, et cela est une grande joie pour l'ensemble de la nature. La nature aujourd'hui vous apporte des bienfaits. Vous le savez, l'Archange Mikaël va ensemencer à nouveau l'eau, ce qui veut dire que toutes les eaux de la terre, qu'elles soient celles qui descendent des nuages, qu'elles soient celles des cours d'eau ou des eaux souterraines, des océans, des lacs, se transforment de manière extrêmement rapide. Bien sûr, les végétaux, les animaux, et vous-mêmes, qui consommez cette eau, allez constater, que vous le vouliez ou non, en quelque eau que vous consommiez, des changements.

Vous allez vous rendre compte que la nourriture que vous absorbez est vivante, totalement vivante, même si la forme est détruite. Il y aura la même parcelle de conscience dans une tomate que dans le plant entier. Cela peut vous paraître pour le moment surprenant, mais bientôt, une communication réelle va s'établir avec l'ensemble de la nature, cette nature qui vous convie dorénavant à vivre la Résurrection, même si celle-ci le vit très légèrement en avance de vous. Les aliments que vous allez ingérer, au même titre que l'eau avec laquelle vous allez boire ou vous laver, vont vous montrer des choses qui vous sont totalement inconnues. Cela peut aller jusqu'à un point extrêmement important, pas pour tous mais pour certains d'entre vous qui pourront en apporter témoignage.

Ce qui fut nommé, voilà des temps très anciens, les devas de la nature, vont se révéler à vous. Au-delà de la forme d'un animal, d'une plante, vous allez voir l'esprit de cette plante, l'esprit de cet animal. Vous allez voir des formes qui ne correspondent pas à la forme du végétal. Le plus souvent vous constaterez, quand cela se produira, que l'arbre, le végétal, le buisson, la fleur même, se présente à vous sous forme d'une langue de feu. Je vous rappelle d'ailleurs que dans votre histoire, celui qui a été nommé Moïse, nous l’avons lu et nous avons beaucoup apprécié cela, a rencontré Dieu, comme il dit, sous forme d'un buisson ardent. Il a entendu ce buisson ardent. La Source a pu prendre le relais d'un végétal pour s'exprimer dans la forme, les devas ont permis cela. Cela veut dire que, aujourd'hui, les devas de la terre sont en train de se réveiller partout autour de la terre. Ils sont déjà réveillés mais ils se réveillent différemment du fait que les voiles qui vous isolaient complètement de cette perception et de cette connaissance se lèvent aujourd'hui en totalité.

Il va vous devenir extrêmement facile, dès l'instant où vous vous promenez dans cette nature, de vivre un contact qui est bien plus intense qu'une sœur proche de la nature, que vous nommez Étoile, humaine, qui s'appelle Snow, qui s'appelle No Eyes, vous ont déjà parlé et vous ont déjà évoqué les possibilités. Mais aujourd'hui, cela va devenir à la fois beaucoup plus concret et beaucoup plus communicant. Les devas de la nature, ces flammes de Vie accompagnées le plus souvent par des fées, vont vous parler directement. Elles vont vous parler dans votre cœur, non pas avec des mots mais sous une forme que vous pourriez nommer télépathique, sous forme d'impressions, d'images, de perceptions de plus en plus fortes.

La nature est aujourd'hui, dans ce que votre humanité vit, les endroits les plus bénéfiques pour vivre votre Éternité. Que cela soit dans un bosquet, que cela soit à côté d'un parterre de fleurs, vous constaterez très facilement qu'il y a quelque chose de différent. Avant même de voir ce qu'il y a derrière la forme apparente d'un végétal, d'un animal, vous verrez ces flammes, vous entendrez à l'intérieur de vous des communications ou des échanges dans lesquels vous aurez la possibilité de rentrer.

Vous serez informés, non pas par vos connaissances mais directement par l'approche vibratoire, puisque vous le nommez ainsi, lors de vos promenades au sein de la nature. Vous reconnaîtrez, sans expérience préalable, les devas. Vous reconnaîtrez l'utilité, la fonction, de chaque fleur, de chaque aliment, au-delà de ce que connaît votre chimie. Vous pénétrerez donc l'essence des aliments, l'essence des animaux, et là aussi, cela sera quelque chose, comme a dit Eriane, de merveilleux.

Au sein de notre catégorie de villages – parce qu'il y a, vous vous doutez bien, comme pour vous, différentes manifestations des elfes, même si notre forme est sensiblement la même partout –, nous avons établi, selon nos environnements respectifs, des affinités plus profondes avec d'autres consciences. Là où je vis, nous avons établi un contact privilégié avec les devas, et surtout avec les sylphes qui vivent en symbiose avec nous. Ce terme symbiose n'est pas choisi par hasard car vous aussi, vous allez découvrir ce qu'est la symbiose.

La symbiose est un état de coopération totale avec l'aliment, avec la plante ou avec l'animal, qui n'a pas besoin d'explication, qui n'a pas besoin de compréhension ni de mental, mais qui a simplement besoin de se vivre. Au sein de cette symbiose, vous allez réaliser qu'effectivement ces végétaux, ces animaux, ces devas sont tout autant en vous, où qu'ils soient. C'est cette découverte-là qui va vous faire vivre l'intérêt de la symbiose, c’est-à-dire établir une collaboration permanente par l'esprit, soit avec l'aliment, soit avec le végétal, soit avec l'animal.

Ce n'est pas une connaissance qui va être surajoutée aux vôtres, mais simplement le moyen de découvrir des communications différentes, de vivre la vie de la nature en communion, en symbiose. Il ne faudra pas alors vous étonner qu'au lieu de sentir ce que vous nommez l'énergie d'un arbre ou d'un végétal, vous deveniez cet arbre, vous deveniez ce végétal, vous deveniez ce deva. Cela se produira sans aucune technique, naturellement, et vous trouverez un avantage inestimable dans ces rencontres, quand elles se produiront. Vous serez en symbiose, vous aurez accès aux connaissances les plus cachées, les plus anciennes de la terre, remontant à bien avant l'ensemencement de Marie voilà vingt millions d'années.

Vous trouverez, au sein de cette communion particulière, quelque chose de vivifiant, de nourrissant. Il vous arrivera de plus en plus souvent de constater qu'au retour de cette nature, même sans en avoir vu les devas dans les premiers temps, que vous serez littéralement et concrètement nourris par la nature, sans que cela passe nécessairement par votre ventre.

Vous découvrez les règles de vie de la 5ème dimension où il n'y a nul besoin d'un quelconque système digestif parce que la nourriture se fait par la Lumière elle-même. Tout cela, bien sûr, vous le vivez pour certains déjà, en vous, par la modification de vos besoins physiologiques, d'autres pas du tout encore. Pour ceux-là surtout d'entre vous, la nature va se révéler votre plus précieux aliment, si je peux dire, et élément de communion et de symbiose. Les végétaux, les animaux sauvages de quelque nature qu'ils soient, vous insuffleront naturellement, sans aucun désir, sans aucune volonté de leur part ou de votre part, une nourriture, une autre nourriture beaucoup plus riche que celle qui peut rentrer dans votre ventre. Cette nourriture-là nourrit aussi bien le corps que l'Esprit, même votre forme éphémère ; c'est une réalité.

Certains d'entre vous déjà sont capables, sans aucune volonté, de se nourrir à travers le prâna des aliments sans les absorber, mais là il ne s'agit plus de prâna des végétaux, des animaux, mais carrément de l'esprit. Vous allez être nourris en Esprit et en Vérité, et vous serez rassasiés. Cela va se faire progressivement et sera une technique de nourriture essentielle pour ceux d'entre vous qui auront à vivre un certain chemin durant ces 132 jours à venir. C'est à cela que je viens vous convier.

Ma sœur Eriane vous a à peu près tout dit sur nos villages et leurs environs.

Ce sont les sylphes, qui jusqu'à présent étaient effectivement très loin dans les airs, qui aujourd'hui sont descendus jusqu'aux végétaux, depuis peu de temps, pour vous permettre de dévoiler en vous ce qui vous était invisible. C'est cette reconnexion, en quelque sorte, cette vision, qui va vous permettre de vous nourrir en Esprit, en Vérité, en Lumière, et matériellement. Bien sûr, cela ne concerne pas d'emblée les frères et sœurs humains en totalité, et tous ceux parmi vous qui ont déjà rencontré les elfes, qui ont déjà rencontré l’un des peuples de la nature sous quelque forme que ce soit, seront dans un premier temps les plus aptes à vivre cette nouvelle nourriture, cette nouvelle symbiose, et vous constaterez d'ailleurs que cette symbiose, après un certain temps d'expérience très court, que vous n'aurez plus besoin de vous rendre concrètement et physiquement au sein de la nature, puisque les devas de la nature viendront jusqu'à vous et en vous pour apporter ce qui est nécessaire à votre corps.

Vu d'aujourd'hui et de votre état, cela peut vous sembler quelque chose de totalement fantasmagorique, et pourtant c'est la stricte vérité de ce que vous avez à vivre, et cette nourriture-là sera d'une essence et d'une qualité qui n'a rien à voir avec même vos aliments les plus naturels. Ceci représente réellement une acclimatation et un apprentissage de la vie libre dans les dimensions libres, où ce qui vous nourrit n'est pas ce que vous rentrez en vous mais ce que vous échangez avec l'autre, avec tout autre en vous. Alors vous apprendrez à apprécier le deva d'une fleur la plus simple, le deva d'un arbre. Les échanges se produiront en permanence et vous constaterez d’ailleurs que lorsque cela se produira, par la vision non pas des peuples de la nature mais par l'esprit des animaux et des plantes, c'est-à-dire les devas de la nature, que réellement vous êtes nourris. À ce moment-là, de manière tout à fait simple et normale, vous comprendrez légèrement, et puis de manière de plus en plus prenante, que vous êtes passés déjà avec ce corps dans la dimension nouvelle, même si ce n'est pas encore celle de votre vie future.

Se nourrir de l'Éther et non plus de prâna, je parle de l'Éther vivifié de l'Esprit, va devenir une possibilité. Aujourd'hui certains d'entre vous arrivent à se nourrir de prâna même sans s'en rendre compte, mais la nourriture dont je parle là, n'est pas le prâna. C'est directement les particules adamantines et l'esprit des devas qui se réveillera en vous. Ces esprits de la nature, je vous rappelle qu'il existe en chacun des organes de votre corps si dense, aussi, un deva. Ce deva a été appelé le génie, ce sont les génies constituants de ce corps physique. Il y a le génie du foie, le génie de l'intestin, le génie de la main, le génie des os. Ce sont aussi une forme de devas mais le terme deva est réservé à la nature, et ce sont ces différents composants qui sont en vous, qui constituent ce corps éphémère, votre véhicule, qui vont être nourris directement, organe par organe, par cette communion, par cette symbiose qui, je vous le rappelle, ne se produira au début que lors de vos rencontres dans la nature, mais une fois que vous apparaîtront les Flammes Éternelles des devas, alors à ce moment-là vous serez nourris.

Vous constaterez d'ailleurs, et pour certains d'entre vous cela sera très dommage parce que vous constaterez un rajeunissement réel et complet. Cette régénération, cette réjuvénation, sera palpable. Rassurez-vous, ce n'est pas fait pour vous faire durer dans cette forme enfermée mais pour vous démontrer d’ores et déjà ce qu'est une vie en 3D unifiée au sein des peuples libres – comme en 5D aussi, c'est sensiblement la même chose. La seule différence tient à la constitution du corps, un corps de chair dense carboné, ou un corps silicé, bien au-delà de la 3D. Ceci a une utilité, bien sûr. Cette utilité, au-delà de l'expérience et du vécu, c'est là aussi de favoriser la régénération de votre corps physique pour le temps imparti, afin que celui-ci présente de lui-même, si je peux dire, le moins de différence et de distorsion par rapport à l'Êtreté. Cela a été dit par ma sœur, ne serait-ce que par l'action de la Lumière au sein de nos villages, mais aussi par les entités qui peuplent la nature, au-delà des peuples de la nature.

Les végétaux vous raconteront leur histoire, le peuple souterrain, ce que vous nommez champignons, vous contera leur histoire. Non pas sous forme de mots mais directement par une connaissance directe, qui ne passe pas par le filtre du mental ni par aucune analyse. Cette connaissance directe n'est pas de l'intuition, elle n'est pas non plus une vision du cœur ou une vision intérieure, elle n'est pas liée non plus à une quelconque intuition ou une quelconque clairvoyance, mais elle est la réalité de votre corps, dans les jours et les semaines qui viennent.

Je ne parle pas ici de guérison. Je parle vraiment de symbiose et de régénération, et réjuvénation. Ce sont les mots qui sont, me dit-on, les plus adaptés à ce que vous pouvez en comprendre pour l'instant. Mais ne cherchez pas trop à comprendre, cherchez plutôt à le vivre.

L'ensemble aussi des autres peuples de la nature, qui ont leur utilité au sein de la nature et qui sont pourtant présents dans votre dimension, par exemple les insectes, les oiseaux, tout ce qui vit sur terre aussi, sous terre, et qui rampe, un simple ver de terre, évoquera quelque chose en vous qui n'est pas de l'ordre de l'énergie, qui n'est pas de l'ordre d'une information au sens où vous pourriez l'entendre, mais directement d'un état symbiotique qui, comme je vous l'ai dit, se reproduira après à volonté, à satiété. Je crois qu'il vous a été fait état de pouvoir vous adresser à votre véhicule, et vous allez comprendre bientôt que vous pouvez aussi vous adresser directement aux génies créateurs de toutes les formes présentes au sein de vos viscères. Vous n'avez pas besoin d'en connaître les noms, vous avez simplement besoin d'être dans la posture de l'enfant, de l'innocence, comme il vous a été répété durant cette période.

Cela veut dire, en définitive, que l'enfermement de votre conscience, de votre corps, se termine, avant même l'Ascension achevée. Parce qu'en cela, vous allez pouvoir être les témoins de la Vérité, vous allez donner à voir, à sentir et à vivre à l'ensemble des frères et des sœurs en humanité, en quelque situation qu'ils soient, que ceci n'est pas une chimère, un rêve, ou quelque chose réservé à une quelconque élite, mais qui est ouvert dorénavant à l'ensemble de l'humanité. Et je dois dire d'ailleurs que pour beaucoup d'entre vous, cela sera beaucoup plus enrichissant que tous les contacts que vous avez eu jusqu'à présent, parce que là vous touchez, comme je l'ai dit, à l'essence même de la Vie, indépendamment du règne, comme vous le nommez, et ce sont effectivement les végétaux qui sont les plus proches, par leur fixité, de l'Éternité.

Les arbres sont le relais du ciel et de la terre. Les fleurs, par leur senteur, par leur forme, par leur couleur, par leur émanation, sont la représentation de ces devas, de ces esprits qui, comme je viens de vous le dire, sont aussi présents en chacune des parties de votre corps, et vous allez voir s'établir des communications entre certains de vos organes et certains végétaux. Je précise d'ailleurs que c'est comme cela que dans la tradition humaine que vous nommez chamanisme, les chamans de l'époque rencontraient l'esprit des plantes, l'esprit de la nature et pouvaient en tirer des thérapies, des produits pour soigner. Il existe d'ailleurs, dans certaines forêts primitives en d'autres continents que le vôtre, des plantes qui sont encore utilisées, que cela soit pour des voyages chamaniques ou pour traiter le corps.

Vous n'aurez plus besoin de vous occuper de cela parce que vous aurez, à ce moment-là, la conscience de tous vos organes, et ce sont eux, et votre conscience, qui communieront aux simples de la nature et aux devas de la nature. N'oubliez pas, dans ces moments-là, que n'avez à aucun moment besoin de votre mental ou de votre compréhension. Restez spontanés, demeurez libres et en accueil, et alors vous établirez très facilement les relations, les résonances, les symbioses qui existent, par exemple, entre l'organe nommé foie et certaines plantes de la nature. Pas nécessairement pour les consommer mais bien sûr pour bénéficier de l'échange, de l’essence à essence, du génie de votre foie avec le deva de telle plante ou telle autre plante. Et vous constaterez alors que cette communion, cette symbiose, est suivie d'effets extrêmement puissants. Cela concourt aussi, pour nombre d'entre vous, au phénomène de l'acceptation de la transmigration et de la transmutation qui s'achève maintenant.

Beaucoup d'entre vous découvriront alors une affinité particulière avec ces peuples de la nature et avec ces devas ou essence des végétaux, ou essence des insectes. Plus rien ne pourra vous être fermé et vous constaterez que cette symbiose, cette communion avec la nature, porte des fruits qui jusqu'à encore la veille, quand cela se produira, vous semblait totalement un rêve. Aujourd'hui le rêve devient réalité. Le plus beau de vos rêves ne peut égaler ce qu'il se passera pour vous, que cela soit dans nos villages, que cela soit lors ce qui a été nommé, je crois, Radiance Archangélique, et que ce soit, très vite, au sein des végétaux et des petites vies, comme nous les appelons, de la nature : les vers, les insectes qui rampent, les insectes qui volent.

Ce sera bien plus qu'une simple expérience puisque c’est réellement, comme je l'ai dit, un nouvel état de vie, ici même dans ce corps, en cette période, vous donnant en quelque sorte l’assise pour ne plus être accrochés par ce qui est passé, par ce qui passe, parce ce qui est né un jour et meurt un jour. Vous ne serez plus concernés par cela, avant même les moments importants. Au travers de cela, vous ne pourrez plus considérer que vous êtes votre corps, que ce corps est simplement un véhicule constitué de certaines pièces et que ces pièces ont leur propre fonctionnement ; vous le savez au travers de la physiologie moderne, mais là c'est votre conscience qui le vivra. Cela ne sera pas simplement un savoir ou un acquis, mais c'est quelque chose que vous retrouvez, là aussi.

L'Élément Air et la mise en action, dans votre Couronne de la tête, de cet Élément, à travers les trois Étoiles qui y sont situées, vous permettront d'établir cette symbiose et cette communication nouvelle de manière plus aisée. Ne demandez rien à la nature, elle ne vous demande rien ; il y a simplement communion et symbiose. Cela vous révèlera l'esprit, je l'ai dit, de vos organes, même au sein de cet éphémère. Cela vous donnera accès aussi à ce qui ne peut être nommé organes mais en tout cas éléments constitutifs de votre corps d'Êtreté.

Il m'a été dit qu'il vous a été développé la constitution du cœur d'Êtreté. Il existe bien évidemment d'autres structures de vibration pour ce corps d'Êtreté ; vous les découvrirez à cette occasion. Par exemple, il existe au sein de votre petit bassin, logé à l'intérieur de votre corps et traversant les organes que vous nommez vessie, organes génitaux, que vous nommez reins, une structure qui est apparue. Certains d'entre vous commencent à en avoir conscience. Alors je crois que, on m'a dit que cela s'appelait un octaèdre ; c'est une figure géométrique parfaite, de la même façon que le tétrakihexaèdre de votre cœur est parfait. Vous allez vivre tout cela. Et c'est en le vivant, d'ailleurs, que votre corps d'Êtreté deviendra parfaitement fonctionnel, avant même l'Appel de Marie.

Alors je vous engage, je suis venue vous engager à vous promener dans la nature, pas seulement dans nos villages. Profitez justement de votre venue en nos villages pour, après, aller tester, si je peux dire, votre capacité à rencontrer les devas. N'y allez avec aucune demande. Faites simplement comme un promeneur qui flâne, qui erre, en appréciant simplement ce qu'il sent, ce qu'il voit, ce qu'il entend. Ne cherchez rien, cela se produira. Dès l'instant où vous prendrez conscience, non pas des organes de votre corps – ça vous le savez, certains d'entre eux sont sensibles –, mais avec l'esprit de l'organe, avec le génie de l'organe et le deva de la nature qui lui correspond, alors vous aurez toute la connaissance de la loi de similinum. Vous comprendrez alors pourquoi le noyer fait des fruits qui ont la forme de votre cerveau, vous comprendrez pourquoi certaines graines ont la forme de vos reins, et d'autres pas. Cela ne sera pas intellectuel, cela sera un vécu direct. Alors vous risquez peut-être de vous demander à quoi bon. Je vous l'ai dit, c'est simplement pour vous permettre de vous habituer à votre Êtreté et à votre vie nouvelle en l'Éternité.

J'espère quant à moi aussi avoir l'occasion de revenir pour partager avec vous vos vécus, et si votre mental est toujours présent, de vous donner quelques éléments de plus, mais je ne souhaite pas aller plus loin aujourd'hui, de manière à vous laisser la totale liberté de le vivre ou pas, de vous faire votre propre opinion, et d'en vivre surtout les effets sur votre conscience comme sur les organes de votre corps. Cette nourriture-là, si je peux dire, est bien plus digeste que tous vos aliments que vous absorbez. Bien évidemment, votre corps physique a besoin des aliments encore, mais ce qui va se produire et qui se produit maintenant vous fera découvrir quelque chose de différent qui correspond réellement et concrètement à se nourrir de Lumière, à se nourrir d'esprit, au travers des communions, au travers des symbioses, au travers des contacts. Voilà ce que je suis venue vous dire.

Mais c'est à vous qu'il appartient de le vivre. Je ne vous demande, moi non plus, surtout pas de me croire sur parole, mais si vous vous promenez simplement, si vous flânez, et surtout, ça je le répète, en sortant de nos villages, vous constaterez que tout est différent. Ce que vous avez vu jusqu'à présent avec vos yeux de chair, et qui pourtant vous semblait déjà si beau, vous apparaîtra magnifié et tellement vivant, bien plus que la senteur d'une fleur ou le mouvement d'une feuille avec le vent. Cet environnement naturel vous livrera tous ses secrets sans passer par l'intellect, l'étude, mais par l'expérience directe. Cette connaissance se dévoilera en vous parce qu'elle a toujours été là. Elle était simplement cloisonnée, enfermée et impossible à vivre, excepté pour de rares êtres.

Avant de vous quitter, pour ceux d'entre vous qui connaissent ou qui voudraient connaître mon village, je vais vous donner quelques éléments. Nous avons appelé notre village, il y a des temps immémoriaux remontant à des histoires qui vous sont pourtant connues au sein de ce cycle de vie, notre village s'appelle donc Inala parce que il est en résonance avec ce que les Sumériens appelaient Enana. Il est en résonance avec l'histoire de ce qui fut nommé Enki et Enlil. Il est en résonance avec le syllabaire original et originel, le Gina Abul, la langue vibrale.

Quand les devas se révèlent à vous, quand les génies de votre corps se révèlent à vous, vous êtes, à ce moment-là, totalement libres, malgré la persistance de la forme. Bien sûr, ce temps ne durera pas très longtemps parce que, vous le savez, les événements redoutés, attendus, espérés ou niés, sont maintenant enclenchés.

Autant dans nos villages vous pouvez venir à plusieurs, mais je vous conseille, en sortant de ces villages, de demeurer plutôt dans la solitude, à quelques mètres de vos compagnons de route, afin de vous immerger totalement dans cette nature et de la laisser vous donner ce qu'elle a à vous donner, et échanger ce qu'elle a à vous échanger. Rappelez-vous que cet échange n'est pas par des mots, il est directement par le Feu Vibral, par les flammes des devas.

Bien sûr, il y a eu sur cette terre, et nous le savons, des expériences qui ont été menées en certains pays. Il y a en particulier, qui maintenant n'existe plus, malheureusement, mais qui existait il y a quelque temps, que vous avez peut être entendu parler ; je vous en parle car nous y sommes allés, c'est à Findhorn, quelque part en Angleterre. Je ne parle pas du pays mais de tous ces pays qui sont situés autour de l'Angleterre. Cela va vous être ouvert à vous, et c'est dès l'instant où vous commencerez à réellement percevoir ces devas, même si pour tout le monde ce n'est pas toujours le même jour ou la même semaine que vous serez informés, pas seulement préparés mais informés, peut-être avec un peu d'avance, sur l'Appel de Marie.

Retenez aussi qu'à un moment donné, cela s'arrêtera. Vous retrouverez l'état antérieur, mais riche de ce que vous avez vécu, des symbioses que vous avez établies, et cet instant sera très court entre le moment où cela disparaîtra et où l'Appel de Marie retentira. Voilà les quelques repères qui sont permis par ce qui vient maintenant et qui a été nommé, je crois, le message du Soleil.

La nature deviendra un baume, dans les circonstances de ce monde, un baume pour votre corps, un baume pour votre éphémère, et surtout comme je l'ai dit, l'apprentissage de la Liberté, non plus seulement en l'Absolu mais ici même, en ce corps et dans cette forme. Tel est le don de la Grâce en ces temps bénis.

J'en ai fini avec les mots mais je me propose, avant de vous laisser, pendant quelques minutes, ici comme ailleurs, pour ceux qui liront ou écouteront, de simplement se poser, de fermer les yeux et en ultra-temporalité, je me joins maintenant aux sylphes qui sont présents à Inala pour vous donner à vivre, non pas la vibration du cœur, non pas le Feu du Cœur mais vous permettre d'appréhender, et peut-être déjà de dévoiler le génie du cœur. Les sylphes en sont les intermédiaires, alors restez simplement comme ça, je me tais, et accueillez.

… Silence…

Alors je rends grâce à votre présence, je rends grâce à votre disponibilité, à votre ferveur. Enalène est ravie d'avoir pu vous approcher. Le temps est venu où les barrières tombent les unes derrière les autres, où les limites disparaissent. C'est la fin du rêve et le réveil, et nous sommes avec vous de tout cœur.

Au nom de tous les elfes, au nom de tous les devas de la nature, nous vous aimons, au-delà de toute limite et de toute contingence matérielle ou personnelle. Nous vous aimons en toute liberté.

Je salue chacun de vous, ici et ailleurs. Je retourne chez moi, gorgée et saturée de joie, et les sylphes participent à cette joie.

… Silence…

Ainsi vous découvrez, en ces jours, ce qu'est la vraie Vie Éternelle, qui ne connaît aucune contingence, aucun désir, aucun besoin, car tout y est satisfait instantanément. Il n'y a rien à gagner, rien à perdre, juste être l'Amour, bien loin de vos sociétés, de vos organisations, de vos religions, de toute cette fausseté qui vous a tant enfermés et tant limités. Réjouissez-vous avec nous.

Enalène vous remercie. Le sylphe qui m'accompagne rend grâce aussi et transmet à l'ensemble des sylphes de l'Air la réjouissance de cette rencontre. Ce n'est que la première, il y en aura bien d'autres en des temps très courts, effectivement, mais avec une telle intensité.

Nous vous aimons sans distinction. Je vous salue.



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Jeu 13 Avr - 09:23 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017



Omraam Mikaël AÏVANHOV

Questions/ Réponses - Partie 1




Eh bien chers amis, je suis extrêmement réjoui de vous retrouver en cet endroit afin d'être avec vous. Vous savez que pour moi c'est toujours un très grand plaisir de côtoyer mes frères et mes sœurs de chair, qui sont encore dans la chair. Alors je viens surtout, et comme je l'ai déjà dit, en ces temps, surtout pour essayer de régler finement vos interrogations qui peuvent rester, et essayer de vous aider à vous situer, en quelque sorte, au-delà de votre intellect et de votre mental, au sein de votre Éternité. Donc à chaque fois que vous aurez des questions, qu'elles soient écrites ou orales, j'interviendrai bien sûr, et je dialoguerai avec vous.

Alors avant de commencer, je vous présente toutes mes bénédictions et tout mon Amour, et nous faisons ensemble un moment de communion, si je peux dire, afin de nous installer dans un espace de paix propice à la résolution de vos interrogations.

… Silence…

Alors avant d'écouter vos questions, je tiens à préciser deux petites choses qui sont indépendantes des questions, mais qui s'inscrivent dans le déroulé de ce que vous avez à vivre dans ces temps. Vous savez que le 2 avril vous aurez l'intervention de la Sainte Trinité, parce que les énergies vont à nouveau franchir un palier, si vous préférez, et vous allez constater par vous-mêmes une accentuation extrêmement forte des aspects vibratoires et de votre conscience éternelle au sein de votre vie, quoi que vous en fassiez à l'heure actuelle. Ça c'est la première chose.

La deuxième chose découle directement de notre proximité. Vous savez que la Confédération Intergalactique des Mondes Libres est maintenant stationnée, si je peux dire, directement dans votre atmosphère, invisible bien sûr, le plus souvent, à vos yeux. De par cette proximité, j'ai déjà commencé voilà quelques semaines à intervenir parmi certains d'entre vous. Quand je dis certains d'entre vous, c'est pas uniquement ceux qui m’écoutent, là maintenant, ou ceux qui me lisent, mais c'est surtout ceux qui ont eu affaire à moi à travers ce que j'ai pu dire quand j'étais incarné, ou encore aujourd'hui qui découvrez ou vivez ces processus finaux qui sont en cours maintenant et en voie d'achèvement. Donc vous allez être de plus en plus nombreux, et je tiens à vous rassurer par rapport à cela, à constater, souvent le soir et la nuit, que moi-même ou d'autres Melchisédech, nous venons travailler sur vous.

Nous travaillons pas sur vos bobos, nous travaillons surtout et essentiellement, quand cela nous est autorisé, si je peux dire, par votre propre liberté, sur des endroits de votre corps qui ont été nommés les Portes, les Étoiles, mais aussi sur certains lieux figés, si je peux dire, au niveau de votre corps, c’est-à-dire là où l'énergie ne circule pas, je dirais, en harmonie avec la Lumière. Donc ne vous étonnez pas si la nuit, vous voyez des Présences.

Vous ne verrez pas systématiquement ma tête, mais très très très souvent je présenterai ma main devant vous, et cette main, comme vous le verrez, elle est en Lumière Blanche, et c'est avec une de mes mains, ou mes mains, que j'agirai sur vous. Alors y a rien à raconter dans ces moments-là, y a juste à établir une relation d'amour et de confiance, et de constater par vous-mêmes les effets. Ça tient directement à notre proximité immédiate, et surtout pour moi et certains Anciens qui vous assistons maintenant, je dirais, de manière aussi évidente si ce n'est plus, dans les jours qui vont venir, la même chose, si vous voulez, qu'avec les peuples de la nature.

Mais maintenant que vous avez établi, tous, d'une manière ou d'une autre, je dirais, la connexion avec l'Éternité, de différentes façons, il nous est possible de nous manifester à vous de manière, je dirais, très très physique. C'est pas subtil, vous allez sentir nos Présences, vous allez sentir des choses, dans votre corps, qui remuent. Vous pouvez être certains qu'à ce moment-là, y a pas des petits diables, y a que les Présences des Anciens, ou parfois les peuples de la nature avec qui vous avez établi des connexions, qui viennent vous soulager, si je peux dire, des petites misères situées au niveau de l'éphémère et qui peuvent parfois représenter, pour votre conscience, si je peux dire, des freins ou des limitations qui n'ont plus lieu d'être.

Voilà, ça c'était le préambule à ce que je voulais vous dire par rapport surtout à vos nuits, ou même de façon inopinée en pleine journée, dans certains cas. Ça c'est pas pour tout de suite mais ça sera plutôt à partir de, après Pâques si vous voulez. Je parle de la date de la Pâque catholique romaine bien sûr, qui n'a rien à voir avec autre chose mais c'est un repère important au niveau de l'amplification de la conscience, de la vibration et de l'énergie, et aussi des comportements aberrants que vous allez, je dirais, observer sur terre – que vous observez déjà d'ailleurs –, et qui sont tout à fait ce que vous dira Marie au moment où elle s'exprimera, concernant la succession des événements maintenant très rapprochés qui vont arriver dans la linéarité de votre temps, et que peut-être certains d'entre vous vivent déjà de différentes façons.

Voilà ce que j'avais à dire. J'ai d'autres choses à vous dire mais je pense comme d'habitude qu'au travers de vos questions, j'aurai la possibilité de vous répondre. Alors cher ami, si tu as des choses écrites à me lire, je t'écoute. Et n'hésitez pas surtout, si y a d'autres questions qui naissent de ces questions écrites, n'hésitez pas à m'interrompre, levez la main afin qu'on vous donne la parole pour vous exprimer, n'est-ce pas ? Ou si vous avez aussi envie de dire des choses, c'est pas nécessairement des questions, vous avez peut-être envie de dire ce que vous avez vécu, simplement comme un témoignage, non pas pour nous ici mais pour ceux des frères et sœurs qui sont loin, qui lisent, ça pourra les aiguiller vers un vécu commun.

Et d'ailleurs vous allez constater qu'il va y avoir de plus en plus de vécus communs. Je vous ai exprimé les Présences auprès de vous la nuit, le soir, le matin, et même dans la journée bientôt, qui deviendront presque palpables. Mais comprenez bien que nous ne devenons pas plus palpables, c'est vous qui vous êtes allégés de manière collective, qui vous donne la possibilité de voir ce qui vous était invisible, de sentir ce qui vous était insensible auparavant, ou en tout cas, si vous y étiez sensibles, ça va devenir de plus en plus, comment dire, physique, organique, ce que vous allez vivre. Ça vous donnera pour certains, au-delà de l'aide et du soulagement que nous pourrons délivrer, aussi une certaine assise et une certaine certitude sur nos présences multiples, maintenant, dans l'atmosphère la plus proche de la Terre. Voilà ce que j'avais déjà à dire en préambule, et maintenant je t’écoute.

Question : depuis de nombreuses années, je suis traversé par diverses énergies. La Lumière me pénètre par la Couronne de la tête ou directement en un endroit du corps. Je ne sais si c'est bon ou mauvais, c'est ce que je vis en permanence. Quand cela s'évacue, cela se passe dans le système digestif...

Qu'est-ce qui s'évacue ?

… les énergies, je suppose.

C'est plutôt la réaction de la personne aux énergies vécues, c'est tout à fait différent.

… ça réagit davantage et cela sort sous forme de gaz, par le haut ou par le bas. Quel est le rapport métabolique avec la Lumière ?

Mais tout simplement qu'est-ce qu’y a au niveau du ventre qui est lié aux chakras ? Vous avez Manipura chakra et Swadhisthana chakra. Manipura chakra, c'est les émotions, et le deuxième chakra qui est en dessous, sous le nombril, c'est lié à la peur, bien sûr. Donc c'est pas la Lumière qui déclenche ça, c'est les réactions de l'éphémère en contact avec l'Éternité. Donc ça traduit des réactions corporelles, viscérales, mais aussi énergétiques, qui sont directement liées à cette rencontre avec la Lumière. C'est pas la Lumière qui fait ça, c'est la réaction de la personne elle-même et après, le glissement est très facile, au niveau mental, de dire que c'est la Lumière qui a déclenché ça. Mais à aucun moment les actions que nous entreprenons, ou que nous avons entreprises depuis fort longtemps pour certains d'entre vous, ne peuvent induire ce genre de manifestations. Ces manifestations ne sont que la conséquence de la peur ou d'un état émotionnel exacerbé, rien de plus et rien de moins.

Il ne faut pas relier vos manifestations consécutives à la perception de nos Présences à quelque chose qui est directement causal. Non, c'est directement lié à votre réaction. Et s'il y a bien sûr une émotivité importante, ou des engrammes de peur qui sont localisés, lors de ces contacts qui deviennent très pressants, vous risquez effectivement d'avoir des phases de réactivité. Mais c'est pas une conséquence directe de la Lumière, je dirais que c’est même l'opposé, c'est une réaction qui est liée à la résistance de l’éphémère à cela. Vous voyez, faut pas interpréter. C’est pas parce que vous avez une Présence et qu'après vous avez une diarrhée que ça vient de la Présence, ni de la Lumière. Mais la réaction de votre éphémère, de votre personne, de votre histoire, si elle est encore présente, elles, sont tout à fait réelles.

Mais en aucun cas vous pouvez dire… Vous savez, la Lumière, je vous l'ai dit depuis des années, que maintenant la Lumière était de plus en plus palpable, de plus en plus présente, si je peux dire, à la surface de cette terre comme en vous, même ceux qui ne le voient pas encore, même ceux qui ne le perçoivent pas, qui ne le vivent pas. Alors bien sûr, la Lumière fait maintenant, je dirais, une forme de mauvais ménage, si je peux dire, avec ce qu'il peut rester d'éphémère, de peurs, d'émotions ou de mental. Et bien sûr la Lumière, qui vient pour faciliter sa propre pénétration, comme je l'ai dit, sur certaines Portes, certaines Étoiles ou certaines zones du corps, entraîne dans votre conscience éphémère des manifestations corporelles, émotionnelles, ou mentales. Mais en aucun cas c'est la Lumière qui fait ça, c'est votre réactivité parfois trop forte à la Lumière. Vous voyez la différence ?

Donc dans ce qui est à vivre dans ces contacts subtils, puisque c'est ça dont il est question ici, les manifestations d’élimination, c'est simplement des peurs qui se sont manifestées et qui s'éliminent de cette façon, comme a dit le frère ou la sœur, par en haut ou par en bas. Mais ça peut être aussi le mental. Par exemple vous allez vivre quelque chose de merveilleux, et le mental va s'en emparer parce que le mental a besoin de comparaison, donc il va relier ça à une expérience passée, il va relier ça à votre karma, il va relier ça à des projections de la signification de ce qui s'est passé. Je supprime tout ça en vous disant simplement que ce qui se produit, c'est l'action de la Lumière, que ce soit ma main, que ce soit un elfe qui vienne vous voir ou que vous alliez voir. Pourquoi voulez-vous toujours expliquer ? C’est le mental qui a besoin de se saisir des choses. Si vous voulez être encore plus disponibles et bénéficier de la pleine efficacité, si je peux dire, de la vraie Lumière, laissez faire, puisque c'est ce que vous êtes.

Dès que surgit une manifestation corporelle, une élimination, là, ou une émotion, ou une pensée, le besoin de raccrocher ce qui est vécu à une expérience passée ou de vous projeter sur la signification, vous perdez le bénéfice de ce qui a été vécu. Ça prouve simplement que c'est votre éphémère qui s'est emparé de quelque chose de tout à fait réel et de tout à fait lumineux, et que vous vous en êtes emparés et que quelque part vous avez vous-mêmes inversé la Lumière. Vous êtes rentrés dans la dualité, c’est-à-dire l'explication, « Est-ce que c'est bien ? », « Est-ce que c'est mal ? ». Donc vous êtes piégés par votre propre mental qui déclenche des réactions corporelles ou émotionnelles. Si vous arrivez à accepter ça, même avec votre tête, vous verrez que ça se passera à merveille. Vous voyez ?

N'oubliez pas qu'au sein de la Lumière, que ce soit les peuples de la nature, que ce soit vous, que ce soit nous, les Anciens, les Étoiles, les Archanges, que ce soit d'autres peuples ou civilisations extraterrestres, en définitive, la Lumière elle veut quoi ? Elle veut simplement que vous vous reconnaissiez. Et si quand la Lumière arrive, il y a des manifestations de ce genre, ça veut dire qu'il y a encore des peurs, des émotions, ou des réflexes mentaux, si je peux dire, qui n'ont pas été vus, qui n'ont pas été élucidés. Et encore une fois, voir les choses ne veut pas dire les expliquer, ni les comprendre, ni s'en saisir, ça veut dire être, dans ces moments-là, dans le témoin. Même plus dans l'observation de quoi que ce soit mais dire : « Père je remets mon Esprit entre tes mains ».

Que peut faire votre éphémère et votre petite personne quand l'Appel de Marie va résonner et quand le grille-planète va se manifester ? Sur quoi vous pourrez compter, si ce n'est ce que vous êtes en vérité et non pas au sein de cette personne, de cette vie, comme dirait notre cher Bidi, dans ce sac de nourriture, ce sac de viande. Vous voyez, vous êtes dans votre sac de viande mais vous n'êtes pas le sac de viande. Alors comment voulez-vous… Si y a des manifestations de ce genre, ça prouve simplement qu'il y a une identification encore présente, par intermittence, au corps, à l'histoire, au mental, aux projections, mais pas à la Vérité. Vous voyez ? Autre question par rapport à ça, ou alors on te laisse continuer.

Question : un portail organique peut-il être responsable de sa venue en incarnation sur cette terre et a-t-il un passé ?

Responsable de quoi ? Y a pas d'âme dans les portails organiques. C'est une matière synthétique, biologique, qui est totalement, c'est comme un robot si vous voulez, y a pas de conscience à l'intérieur. Y a une conscience ordinaire qui est une conscience que, nous avions déjà parlé des portails organiques il y a très longtemps, mais c'est une conscience que je qualifierais d'inconsciente et automatique, par mimétisme, qui est très, d’ailleurs, intelligente, cette conscience, mais en aucun cas il peut exister les manifestations que les frères et les sœurs qui sont pourvus d'une âme ici, par exemple dans la question précédente. Un portail organique est totalement insensible à la Lumière, puisque y a pas d'âme comme réceptacle, y a que de la matière, et une forme d'intelligence parfois redoutable mais qui ne concerne que le plan où est manifestée cette conscience, c'est tout. Mais y a ni passé ni avenir. Un portail organique ne peut pas avoir d'âme ni en acquérir une, si ce n'est une âme transitoire, par exemple d'un Archonte qui va se servir d'un portail organique comme d'un animal pour espionner à travers la matière. Donc pour les portails organiques, y a ni avenir ni conscience de quoi que ce soit, même s'ils revendiquent cela, par mimétisme.

Question : pouvez-vous parler des douze Super-Univers ?

Ça serait beaucoup trop compliqué, c'est pas le but, parce que ça, ça fait partie des histoires. Or tout ce que je vous dis déjà depuis la dernière fois, concernant vos rêves, parce que là, ça vous concerne directement, mais les connaissances intellectuelles de ce genre ne servent strictement à rien dans l'Ascension qui est en cours, c'est un poids superflu. Donc bien sûr qu'on pourrait développer, mais ça va nourrir la tête, en aucun cas ça va nourrir le cœur. C'est pas ça qui va te rapprocher de ton Cœur du Cœur, ça va t'en éloigner à tous les coups, surtout en cette période. Même les Archontes, si vous voyez, nous n'en parlons plus. Pourquoi ? Ça sert à rien, tout ça c'est extérieur, ça fait partie de l'histoire, ça fait pas partie de la Lumière, et de l'Éternité encore moins.

Il faut vraiment perdre ce réflexe, comme j'ai répondu à la question précédente, de vouloir vous saisir de ce que vous vivez. Parce que dès que vous voulez vous saisir de quelque chose, c'est pas vous, c'est votre mental (ce qu'il en reste), qui essaie de raccrocher les éléments les uns avec les autres et qui vous met dans le doute, dans la dualité, le bien, le mal, les explications, les projections. Être disponible pour la Lumière, c'est surtout ne rien projeter, c'est surtout ne rien imaginer, c'est surtout ne rien relier avec votre logique ordinaire. C’est se contenter de vivre, mais totalement, ce qui est à vivre en ce moment-là, sans référence à quoi que ce soit. Soyez libres et disponibles pour la Lumière.

Vous savez, nous avions parlé longtemps de l'appel de la Lumière, des injonctions de la Lumière, mais comme vous le voyez, et comme peut-être vous le vivez pour beaucoup sur cette terre, libérés ou pas libérés, y a des fois des manifestations extrêmement subites, que ce soit du corps, des émotions, du mental. Tout ça, c'est pas fait pour vous distraire, c'est fait pour vous montrer justement ce qui est à l’œuvre dans ces moments-là. Alors si vous, vous vous en emparez en donnant corps à cela et en nourrissant cela, vous êtes pas prêts de vivre ce qui est à vivre. Vous allez à nouveau entraîner l'activité du mental, des émotions, ou la souffrance corporelle. Et j'ai dit d'ailleurs que les souffrances corporelles risquaient d'être de plus en plus tonitruantes, si je peux dire, dès l'instant où y a pas de conformité, si je peux dire, entre l'Éternité et votre histoire personnelle, votre corps, vos émotions, votre mental, votre famille, vos activités.

La Lumière prend le pas sur tout le reste et elle vous veut entièrement, puisque c'est ce que vous êtes. Ne vous occupez pas de ceux qui vivent rien, laissez-les libres d'être dans leur errance, laissez-les libres de passer par des projections, par des histoires. Mais eux vivront aussi la Lumière, mais pas dans les mêmes circonstances que d'autres frères et sœurs qui acquiescent, en quelque sorte, à la réalité de ce qui est vécu, sans se poser de questions sur ce qui est vécu. Parce que dès l'instant, je parle de l'expérience, je parle pas de maintenant, mais quand vous vivez quelque chose, si vous cherchez à vous agripper à cela, ça va fuir très vite, et vous aurez raté une occasion. Y en aura d'innombrables autres dans les jours qui viennent et les semaines qui viennent, de revivre ça, jusqu'au moment où vous comprendrez que vous n'avez rien à faire, rien à comprendre, rien à discriminer, rien à rejeter, vous avez juste à vivre ce que la Lumière vous fait vivre, que cela passe par ma main, que cela passe par Marie, que cela passe par Eriane, Erelim ou d'autres. Vous voyez ?

Soyez spontanés, acceptez de n'être rien et vous verrez que vous êtes le Tout, mais pour ça il ne faut pas se saisir de ce que la Lumière vous propose. Vous pouvez bien sûr en parler, le raconter, mais dans le moment où vous le vivez, soyez disponibles. Et comment pouvez-vous être disponibles si vous demeurez dans l'observateur ? Soyez simplement le témoin neutre qui est là, totalement là. La Lumière ne peut rien vouloir de contraire à ce que vous êtes, mais bien sûr ça peut être contraire à la personne, parce que la Lumière va maintenant, et l'ensemble des Forces de la Confédération Intergalactique sont en train de huiler tous les rouages pour les évènements qui sont en cours, bien sûr.

Donc soyez comme l'enfant, soyez avec un cœur d'enfant, et innocents. L'enfant, quand il met la main sur le gaz, tant qu'il s'est pas brûlé, il sait pas que ça brûle, il y va, comment vous dites, franco, il y va tout de suite, sans interrogations. Après il regrette, parce qu'il est brûlé, donc il mettra plus la main. Mais si il se pose la question pendant qu'il approche la main : « C'est chaud, est-ce que je vais me brûler ? », c’est-à-dire avec un mental d'adulte, il ne fera jamais l'expérience, vous voyez ?

Or la Lumière, elle brûle, effectivement, mais dès que vous l'avez reconnue, et acquiescé à son action, même le Feu Igné devient une douceur incroyable, et là vous êtes dans la Grâce totale, vous ne pouvez plus douter de rien, vous êtes disponibles – et vous êtes libres. Vous voyez ? On n'est plus dans les temps où il faut se concentrer sur les Portes, sur les Étoiles. Bien sûr vous pouvez en avoir besoin pour certains d'entre vous qui n'ont rien vécu de tout ça, mais tous ceux d'entre vous qui ont vécu tellement d’expériences, tellement d'énergies, tellement de contacts, soyez comme un enfant. Vous voyez ? Vous ne pouvez pas vous servir de ce qui est connu, comme disait Bidi, pour appréhender l'Inconnu, c'est impossible.

Donc laissez être ce qui est, ce n'est que vous et rien d'autre. Mais pas vous tels que vous connaissez, dans l'histoire, dans les mémoires, dans les projections, dans l’histoire, dans le karma. Ce qui se passe est au-delà de la personne et au-delà de toute histoire, même bien sûr si on peut référencer ça, par exemple à la Nouvelle Tri-Unité, qui est très importante puisque je vous rappelle que ça avait été présenté dans l'année des Noces Célestes, cette Nouvelle Tri-Unité, comme quelque chose qui était lié à l'Éternité, à l'Êtreté. Mais vous n'avez aucun point de comparaison possible par rapport à ce qui vous est connu antérieurement. Donc arrêtez, au fur et à mesure ou brutalement, de vouloir tout raccrocher à votre histoire ou à l'Ascension qui se déroule en ce moment, vous voyez ? Soyez comme un enfant, y a ni bien ni mal. Dès l'instant où cette notion de bien et mal intervient, c'est l’éphémère qui parle. Bien sûr que le bien et le mal existent, nous n'avons jamais dit qu'ils n'existaient pas, sans ça y aurait jamais eu d'enfermement, y aurait jamais eu de guerres, y aurait jamais eu d'avidité, de possessions d'aucune sorte. Mais il a bien fallu s'adapter à ce monde, tous sans exception. Mais maintenant ce monde disparaît, réellement et concrètement.

Vous allez avoir, dans les jours qui viennent, de plus en plus de confirmations, au niveau astronomique, au niveau tellurique, au niveau des ondes, et je parle de toutes les ondes, les rayonnements solaires, les rayonnements ultraviolets, la radiation de la Source, la radiation du noyau cristallin de la Terre. Vous voyez ? Soyez innocents, soyez humbles, soyez petits comme disait le Maître Philippe de Lyon. Acceptez de vivre ce qui est à vivre avec un cœur d'enfant. Vous ne pourrez bientôt plus rien raccrocher de ce nouveau à ce qui est ancien, ni à aucune projection dans le futur. C'est le fameux HIC et NUNC de l'Archange Anaël – si vous préférez, l'Ici et Maintenant, l'Instant Présent –, voilà. Parce que si vous êtes totalement dans l'instant, la Lumière est là en totalité et là, vous n'avez plus besoin de rien d'autre, mais vraiment, concrètement.

D'ailleurs certains parmi vous observent des modifications des habitudes, pas seulement des comportements automatiques mais aussi des besoins, que ce soit le besoin de sommeil, y en a qui dorment le double et d'autres qui dorment plus, d'autres qui mangent le double ou le triple de d'habitude et d'autres qui mangent plus. Vous voyez ? Donc toutes vos habitudes sont en train de se modifier, votre corps se modifie aussi, votre façon de voir, de penser, se modifie, vos émotions se modifient, absolument tout se modifie. Regardez autour de vous, dans tous les pays, ce qu'il se passe, quand même. Mais ça, c'est des réactions d'opposition à la Lumière, même s'ils croient servir la Lumière, mais quelle Lumière servent-ils ?

L'effet de la Lumière en cette période, bien sûr qu'il y a toujours les vibrations, le Feu du Cœur, le Canal Marial, pour certains l'Onde de Vie, le Feu Igné, les Étoiles, les vibrations sur les Portes, surtout postérieures, etc., ou les blocages en regard des Portes, mais tout ça, ça vous concerne pas. Là aussi vous devez lâcher ça. Ça veut pas dire l'ignorer, ça veut pas dire ne plus le vivre. Y en a qui l'ont pas encore vécu et qui ne souhaitent qu'une chose, c'est le vivre, bien sûr. Mais simplement soyez innocents, soyez simples et humbles, surtout face à la Lumière. C'est ce que vous êtes qui vient à vous, rien d'autre.

Alors continuons.

Question : ma compagne et moi sommes allés sur un Cercle de Feu. Cela a-t-il une signification particulière pour nous ?

Ah, je vois d'ici la réponse. Y en a qui pensent, parce qu'ils sont allés sur les Cercles de Feu, qu'ils vont passer 132 jours avec nous à faire la fête. Non, pas du tout. C'est ni une récompense ni une punition les Cercles de Feu, hein, c'est un objectif précis qui avait été détaillé, qui est la réception complète et intégrale des Clés Métatroniques, de façon très active. N’allez pas croire qu'il va falloir des crayons, des cahiers pour noter tout, c'est à vivre. Mais nous n'avons jamais dit que vous seriez tous sur ces Cercles de Feu. La plupart n'auront pas besoin d'attendre le grille-planète, durant la stase ou même avant la stase – je laisse Marie s'exprimer là-dessus demain – mais vivront, si vous voulez, des choses tellement sidérantes qu'il n'y aura pas d'autre choix que d'épouser ce que vous êtes. Tout ce qui est mémoire, tout ce qui est de façon parfois très brutale, vous saurez qui vous êtes instantanément, et là vous aurez pas envie de vous encombrer ni d'un corps, ni des mémoires, ni d'un karma, ni de quoi que ce soit, vous voyez ? D'autres devront épurer certaines lourdeurs durant 132 jours. D'autres seront missionnés, vous le savez, nous avons recruté. Certains sont contents d'être recrutés, d'autres pas, mais votre conscience est toujours d'accord, nous ne violons aucune liberté ni aucun sentiment de libre-arbitre, même si c'est faux.

Et ce que nous vous avons dit aussi, c'est de respecter le chemin des frères et des sœurs, quoi qu'ils croient. Vous ne pouvez convaincre personne, surtout maintenant, avec des mots ou avec des discours, vous voyez. Ça sert à rien d'aller heurter qui que ce soit, même dans votre propre famille. Vous allez découvrir que tout ce qui se vit en le Cœur du Cœur est intérieur et n'a pas besoin de manifestation sensible des vibrations extérieures. À partir de là, vous laissez libres tous les frères et les sœurs, fussent-ils votre mari ou votre femme. Chacun d'entre vous a à vivre quelque chose en rapport avec son Éternité et avec les histoires libres, peut-être, s'ils ont l'intention de retourner sur leur système solaire d'origine pour faire un petit coucou, vous voyez ?

Mais rappelez-vous que là, c'est même plus le fait d'être humbles et petits, j'ai employé à dessein ce mot « innocent » ; soyez comme un enfant, parce que ça vous est inconnu. Même si vous avez repéré que vous avez vécu Marie qui est venue vous voir, si vous avez repéré la différence entre le chakra du cœur, la Couronne Ascensionnelle, le Feu du Cœur ou le Feu Igné. Bien sûr qu'il y a des petites différences mais ça n'a aucune importance quand l'intensité de la Lumière a atteint ce qui a été atteint le 8 mars. Et ça sera encore autre chose dans la journée du 2 avril, et ça sera encore autre chose après le lundi de la Résurrection, et ça sera tellement flagrant que vous rirez de vous-mêmes dans certains cas.

Alors on continue. Donc y a pas de signification. C'est déjà merveilleux de savoir. Donc ceux qui ont la chance de trouver un Cercle de Feu ou d'y être conduits, c'est pour vivre l'expérience du Cercle de Feu, ce n'est pas le témoignage de votre devenir, absolument pas, vous voyez ? C'est l'occasion rêvée d'être dans un endroit où, par les structures qui ont été mises par les Élohim, et surtout les Néphilim, les structures hexagonales qui guident la Lumière, vous le savez, jusqu'au centre de la Terre, et vous, vous êtes, comment dire, sur un méga-vortex. Vous savez qu'il en reste que six sur les sept, mais ces six sont maintenant effectivement très actifs et vont être de plus en plus actifs, au même titre que lorsqu'il y avait eu la révélation des Clés Métatroniques le 15 août de l'année 2009. Voyez, ça fait longtemps maintenant, hein.

Donc quoi que vous ayez à vivre, que ce soit sur un Cercle de Feu, que ce soit avec le mari, avec la femme, avec un truand, un escroc, c'est que vous avez à y passer. Si vous abordez ça comme un enfant, vous verrez que tout se passera à merveille. Alors encore une fois, ça veut pas dire se détourner, ne pas voir, refuser, ça veut dire être suffisamment dans cette innocence, et donc dans cette solidité inébranlable de la Lumière, que vous vivrez ce qu'il y a à vivre. Donc ça veut pas dire que tu iras sur le Cercle de Feu, quoi que tu aies vécu, tu peux pas faire de relation de cause à effet.

Alors autre question.

Question : chaque univers ou super-univers a-t-il une étoile comme Alcyone qui incarne et représente les fréquences de la Source ?

Mais même au sein des super-univers, comme c'est appelé, c'est toujours Alcyone. Vous, Alcyone, comme je l'ai déjà dit à l'époque, vous la localisez à un endroit précis par rapport à l’agencement des six sœurs des Pléiades, des sept sœurs si vous préférez, mais la représentation que vous avez ici ne correspond pas à la réalité, nous avons eu l'occasion de le dire. Ce que vous observez avec vos yeux, la nuit tombée, est une illusion. Ça veut pas dire que bien sûr Alcyone n'existe pas, c'est une représentation qui dépend de votre emplacement de conscience et de votre emplacement réel géographique sur la Terre, c’est tout.

Par exemple quand nous représentons, quand les peuples égyptiens ou d'autres avant ont représenté le baudrier d'Orion avec les trois étoiles du baudrier d'Orion, comme à Khéops par exemple, les trois pyramides qui sont presque alignées, mais vous l'avez partout sur la terre ; c'est une représentation vue de la Terre. Mais il n'a jamais été dit que par exemple l'étoile Alnilam était à côté de Mintaka. Vous le voyez comme ça avec vos instruments, mais la notion de distance ne veut rien dire. N'oubliez pas que ce que vous pouvez mesurer est directement issu de l'enfermement. Les lois de ce monde ne sont pas les lois de l'univers ; c'est ça la grande escroquerie, c'est de vous avoir fait croire que la loi de karma était valable dans l'univers. Comment est-ce qu'il peut y avoir de karma si y a pas de bien et de mal, quand y a juste le jeu de la conscience ? Réfléchissez deux minutes.

Nous sommes conscients, là où nous sommes, qu’effectivement, sur les systèmes solaires enfermés ou qui ont été enfermés, le bien et le mal prévaut. Mais qui vous a dit, comment est-ce que vous avez pu imaginer ou construire des modèles, même mathématiques, en négligeant 90% de la masse de l'univers, c’est-à-dire la matière noire, puisque la vraie vie est là ? Vous avez une image en négatif, si je peux dire, et en plus, faussée, et en plus, par rapport au Vibral et à l'Éternité, vous ne pouvez, et ça a été répété en long, en large et en travers, pas uniquement par Bidi d'ailleurs, ça a été dit par différentes voix, rien ne peut vous être connu, rien ne peut être saisi. Vous voyez ?

Allez, on continue.

Question : de votre position au-delà de ce monde de 3ème dimension, les galaxies telles que nous les voyons existent-elles réellement ?

Non. Y a des plans dimensionnels dans l'expression et la manifestation libre de la conscience, mais ce mot « hiérarchie », que j'ai aussi beaucoup employé quand j'étais vivant bien sûr, mais moi je parlais pas des hiérarchies des pseudo-maîtres ascensionnés, moi je parlais d'une hiérarchie angélique, les Séraphins, les Keroubim et tous ces grands êtres, ces grandes consciences – parce qu'on peut pas parler d'êtres à ce niveau-là –, ces grandes consciences qui sous-tendent la manifestation de la conscience, oui c'est hiérarchique, mais n'y voyez pas une hiérarchie pyramidale comme sur ce monde, vous voyez. C'est le problème, quand on emploie ce mot, vous allez tout de suite penser, et votre cerveau vous le suggère bien sûr, avec perspicacité et illusion, qu'il y a des hiérarchies, qu'un archange est au-dessus d'un ange. Mais y a personne qui est supérieur et inférieur, y a que la liberté de la conscience.

Et rappelez-vous surtout que quand vous êtes au-delà de la 3D dissociée de ce monde, vous n'êtes pas tributaires d'une forme de conscience quelle qu'elle soit. Vous n'avez pas de corps propre. Le seul corps propre, si je peux dire, qui vous appartient en propre et qui effectivement est propre, c'est le Corps d'Êtreté, mais le Corps d'Êtreté, il est exactement le même, comme on disait qu'on a la Goutte rouge et la Goutte blanche, c’est-à-dire l'Atman et le Brahman si vous préférez, ou l'âme divine et l'âme spirituelle. Mais y en a qu'une. Alors bien sûr, quand on est incarné, on se glorifie d'avoir une âme mais nous vous avions expliqué que l'âme n’était que le médium par rapport à l'Esprit. Vous êtes pur Esprit avant d'être une forme quelle qu'elle soit, et même vous verrez par vous-mêmes qu'au-delà de cette dimension, vous n'êtes assujettis à aucune forme. Et d'ailleurs votre Corps d'Êtreté est toujours le même, il prend la conformation des ondes qui sont présentes sur un système solaire quand il y est présent, c'est tout, mais il change de forme dès qu'il change de dimension ou de système solaire. Mais c'est toujours le même Corps d'Êtreté, avec la même architecture, simplement la forme qui est prise est fonction de l'univers ou du multivers ou du super-univers qui est manifesté à la conscience, c'est tout.

Mais je conçois tout à fait qu'il est difficile d'imaginer que vous êtes au-delà de la conscience et au-delà de toute forme. Mais quand vous le vivez, maintenant par la Voie de l'Innocence – alors la Voie de l'Enfance, si vous préférez, Thérèse aussi en a beaucoup parlé –, alors à ce moment-là, si vous êtes disponibles pour vivre ce qui est à vivre, vous verrez, c'est tellement simple, c'est tellement facile. Mais le mental ne vous dira jamais que c'est facile, bien sûr, mais tous les frères et les sœurs qui découvrent cet Absolu, ce néant, cette Félicité Éternelle, savent qu'ils sont cela et on ne peut dire qu'après, que effectivement c'était tellement simple. Mais pour l'ego, c'est impossible que ça soit simple, vous voyez ? L'ego, il va toujours vous emmener, surtout maintenant, dans la réflexion, dans la compréhension, dans l'explication, ou dans la projection. L'Instant Présent, Ici et Maintenant, HIC et NUNC, a une efficacité redoutable. Mais ça sert à rien de se dire « Ici et Maintenant » si votre mental est en train de partir dans des explications, ou si vos émotions se manifestent, vous voyez ?

J'ai pas dit qu'il fallait réfréner le mental ou bloquer les émotions, bien au contraire, parce que là vous pouvez plus rien bloquer, de toute façon. Donc de toute façon, ça sert à rien d’essayer de recréer un tapis pour mettre la poussière en dessous, y a plus rien de tout ça. Y a plus, si vous voulez, de couches d'amortissement, il reste le corps, il reste un peu d'émotions, un peu de mental, mais vous voyez quand il se manifeste, eh ben vous êtes moins bien que cinq minutes auparavant, dans l'instant où vous êtes alignés dans la Vacuité, dans le Rien, vous l'appelez comme vous voulez. Mais vous allez être de plus en plus capables de faire la différence par vous-mêmes, au moment où vous êtes dans la personne et au moment où l'Esprit a pris possession de la personne – et la personne ne peut que s'effacer. Vous verrez très bien les conséquences directes et immédiates de votre emplacement, et c'est la meilleure école, si je peux dire, le meilleur apprentissage que vous pouvez réaliser pour vivre ce que vous êtes totalement, sans freins, sans limites, sans condition.

Autre question.

Question : est-il exact que l'école des Melchisédech n'est pas de ce monde ?

J'ai bien entendu, mais je ne suis pas sûr d'avoir compris. Les Melchisédech ont eu des ordres initiatiques qui ont été créés sur terre, mais c'est du pipeau, si je peux dire, par rapport aux Melchisédech que nous sommes quand nous sommes de l'autre côté. N'oubliez pas qu'un maître, même quand il descend, passe par le voile de l'oubli. Y a très très peu de consciences humaines qui sont nées, si je peux dire, en ayant la conscience qui demeure, quand la personnalité se construit, de leur Éternité, même les grands maîtres, parce que ça fait partie de l'oubli qu'ils sont présents à la surface de ce monde. C'est d'ailleurs comme ça que vous avez tous et que nous avons tous été piégés dans cette matrice archontique. Parce que le voile de l'oubli vous fait oublier que vous êtes Esprit, et donc vous tombez dans la loi de causalité, action-réaction, la loi de karma, etc., toutes ces déviations de la Lumière authentique. Donc on peut dire que c'est vrai, comme c'est pas vrai. Les Melchisédech, c'est les vingt-quatre opérateurs et agenceurs dans les mondes en libération des Éléments, des quatre Éléments, n'est-ce pas, alors que les écoles dites initiatiques qui s'intitulent Melchisédech ne sont que des parodies.

C'est encore des frères et des sœurs qui courent après une possession spirituelle, après des chimères, c’est-à-dire la connaissance. Tant que vous n'avez pas compris que toute connaissance n'est qu'ignorance, vous ne pouvez pas être libres. Ça a été expliqué, je peux vous renvoyer à l'étape préalable aux Noces Célestes et de relire, pour vous rafraîchir les idées, ce qu'avait dit l'Archange Jophiel sur la connaissance. Connaissance, étymologiquement, c'est « naître avec », c'est pas aller cogiter, trouver des lois spirituelles et s'en servir, parce que ça, c'est typiquement, entre guillemets, luciférien, c'est la fausse lumière, celle qui vous fait croire que vous êtes arrivés, mais vous arrivez jamais nulle part. C'est la satisfaction de l'ego ou de l'orgueil spirituel.

Le véritable Amour, il est simple, il n'a pas besoin de s'encombrer. Alors peut-être il peut se servir de Marie, de Jésus, de Bouddha, de qui il veut, par moments, ou communiquer avec ces êtres même tout le temps, mais là n'est pas l'essentiel. Soyez comme l'enfant. Vous vous rappelez quand vous étiez enfant, y a des enfants, ils écoutent les histoires et ils sont émerveillés, et y en a d'autres qui vous interrompent toutes les cinq minutes, ils connaîtront jamais la fin de l'histoire, si je peux dire. Ou le vécu de la fin de l'histoire sera altéré par toutes les suppositions, toutes les projections et toutes les interrogations.

Vous savez que durant l'Appel de Marie, vous serez morts, réellement morts. Et y en a qui se posent la question de savoir comment y vont faire pour faire pipi ou que vont devenir leurs animaux, leurs enfants. Ça, ça concerne la personne. Et la Résurrection, la sortie du tombeau, aura lieu le troisième jour, pas pour tous. Y en a qui seront partis parce qu'ils auront découvert la réalité de la Liberté totale de ce qu'ils sont et qui n'envisageront pas une seconde de revenir dans une quelconque histoire ou une quelconque pseudo-évolution. Tout ça, c'est des chimères qu'on nous a racontées et sur lesquelles il a fallu quand même s'appuyer pour pas perdre définitivement le fil de l'Esprit – mais c'est pas l'Esprit. L'Esprit n’apparaît que quand tout le reste a disparu.

Vous avez eu, voilà quelques mois, tout un ensemble de transmissions de l'Impersonnel. Qui c'est l'Impersonnel, puisqu'il est impersonnel ? Alors certains d'entre vous, qui étaient des petits malins, ont vu que dans certains cas c'était Uriel mélangé à tel autre Archange, dans certains cas c'était telle Étoile avec une autre Étoile, etc. Mais à quoi ça vous sert ? En définitive à rien. L'important c'était de vivre ou de continuer à vivre ce qui est à vivre – et surtout la Lumière –, quel qu'en soit le prix à payer pour la petite personne. Rappelez-vous, et je l'ai dit déjà à de nombreuses reprises, y a plusieurs années, nul ne peut servir deux maîtres à la fois.

Donc dans le cas de la personne, soit vous servez l'ego, soit vous servez la Lumière, y aura plus de demi-mesure, et en particulier au niveau des sphères que je qualifierais d'occulte. Les méchants garçons, vous savez, les guignols, c'est ce qu'ils sont en train de vivre en ce moment, ils vivent une déculottée, et je vous garantis que pour certains d'entre eux, ils ont eu un aperçu, mais très violent, de ce qu'est la Lumière, et ça a entraîné soit des résistances soit des conduites un peu aberrantes. Vous le voyez dans tous les pays, dans tous les faits divers, dans tous les faits de guerre, dans tous les faits politiques. Et vous avez vraiment l'impression que le monde marche sur la tête. Ça c'est la résistance à la Lumière.

C'est pas la Lumière qui détruit, vous le savez. La dissolution, c'est la disparition de tout ce qui est éphémère, de tout ce qui est faussé. Il reste très peu de lumière oblicale. À l'époque, nous vous avions parlé de l'axe de falsification hein, vous vous rappelez, avec la lumière oblicale, et les rayonnements, maintenant, pénètrent, ont pénétré et pénétreront de plus en plus dans vos structures comme dans la terre. Et les méchants garçons ont passé de sales moments, je peux vous le garantir, au mois de février-mars, parce qu'ils ont eu accès en conscience à la Vérité, et ils doivent se dépatouiller maintenant entre tous les poids qu'ils portent, toutes les avidités. Je pense aussi bien aux journalistes, je pense aux hommes politiques, je pense à la finance, je pense à ceux, à un niveau plus modeste, qui ont entretenu une prédation consciente ou inconsciente sur leurs proches, enfants, parents, mari, femme. Y a plus de prise à tout ça, et pour ces frères et ces sœurs (je parle pas des portails organiques), qui ont été déviés de leur authenticité, je peux vous garantir qu'ils ont pris, pas la carotte comme vous, ils ont pris un coup de bâton derrière la tête, colossal, et il faut qu'ils se débrouillent avec ça maintenant. Ça va leur permettre aussi de choisir.
Ça, ça fait partie des ultimes Grâces telles que Marie vous l'avait dit. Voyez, soit vous jouez l'apparence sociétale, soit vous jouez le jeu de la Vérité – envers vous-mêmes aussi, et surtout envers vous-mêmes. Vous ne pouvez plus tricher, en aucune manière. D'ailleurs si vous trichez, le corps il se manifeste, ou autre chose, un événement.

Autre question.

Question : ça rejoint ce que vous venez de dire.

C'est merveilleux je réponds toujours aux questions posées.

Question : pourquoi y a-t-il actuellement dans le monde, l'émergence de gouvernants et responsables dont les consciences sont aussi éloignées de la Lumière ? Est-ce les Archontes qui mettent en place leurs portails organiques pour le bouquet final ?

Absolument pas. Absolument pas. Les Archontes, ils sont tous plus ou moins mal, si je peux dire, sur Saturne, parce que ça barde là-haut, hein. Mais ici, sur terre, non, non. Bien évidemment, vous avez des frères et des sœurs qui sont encore sous l'influence de lignées prédatrices, et quand il y a des lignées prédatrices, vous le savez, en particulier archontiques, même si vous n'avez jamais participé à cela, vous portez la lignée. Bien évidemment, pour ces frères et ces sœurs, l'expression de la prédation est inscrite dans cette lignée et on n'y peut rien, mais simplement maintenant, c'est vu et ça se résout, vous voyez ? Effectivement, pour le reste j'ai répondu dans la question d'avant.

Mais n'oubliez pas que c'est pas du tout ce que dit la personne qui se produit, et ça a toujours été comme ça. Tous les êtres de pouvoir ont toujours fonctionné de la même façon. Simplement, comme l'éclairage est différent et que globalement, au niveau de l'ensemble de l'humanité, la fréquence est augmentée, vous savez que depuis le 8 mars beaucoup de choses ont changé dans les fréquences qui sont reçues sur terre, et vous vous élevez, les voiles s'écartent, et ça vous semble intolérable, mais c'est comme ça depuis des millénaires. Y a jamais eu sur cette terre, en Orient comme en Occident, un seul gouvernant qui a été dans la Lumière. Le Christ disait : « Votre Royaume est-il sur ce monde ou est-il d'un autre monde ? », « Vous êtes sur cette terre mais vous n'êtes pas de cette terre. ». Vous voyez ?

Or donc ça vous semble plus grave, ça vous semble plus heurté parce que tout est éclairé, la scène de théâtre finale est éclairée de partout, par vous-mêmes, par derrière, par les côtés. Plus rien ne peut échapper à la Lumière. Donc même si ça vous semble, du point de vue de la personne, encore plus noir, encore plus de la prédation, oui effectivement, mais c'est la peur. Rappelez-vous ce que j'ai dit, vous verrez bientôt des retournements de veste assez spectaculaires, dans tous les pays. Vous avez des êtres qui vont implorer le pardon à la télévision, vous verrez. Et ça, c'est pas dans des années, c'est là maintenant, la période de Pâques. Vous allez voir des bouleversements, des retournements de veste, des changements radicaux qui vont se produire, autour de vous comme pour ceux qui exerçaient dans les sphères de pouvoir.

La Voie de l'Enfance, l'Esprit, ne s’accommodent d'aucune prise de pouvoir sur quoi que ce soit. C'est ça que vous découvrez. Alors bien sûr, l'éclairage est assez cru et ça vous donne, aussi bien dans les familles qu'avec vos proches, qu'au niveau de la société, à voir des choses que vous ne voyiez pas avant. Ça veut pas dire qu'elles n'existaient pas mais y avaient des couches isolantes qui n'existent plus. Vous voyez ? Donc méfiez-vous, dans ce qui se vit actuellement, on a l'exemple à l'instant avec cette question-là, de ne pas interpréter. Soyez en permanence, non pas en vigilance extérieure mais soyez en permanence là, dans le cœur. Ça veut pas dire conceptuellement : « Je vais être gentille », ça veut pas dire que je vais sentir en permanence la Couronne qui va me rassurer, ou le Feu, c'est simplement que tout ce qui se produit sur l'écran extérieur de la conscience, comme sur l'écran du corps, doit être ramené au cœur, là où il n'y a nulle justification, nulle explication et nul besoin de compréhension. Vous êtes l'Esprit, vous êtes l’Absolu, vous êtes Dieu, vous êtes le Christ, vous êtes tout ce que vous voulez. C'est bien loin, bien sûr, des circonstances et des lois de ce monde, vous en conviendrez.

Question : les vaisseaux-mère de Marie ont-ils un rôle particulier dans le cadre de l'Ascension finale ?

Bien sûr, bien sûr. Comme vous le savez, et comme Marie vous dit que nous sommes tous ses enfants, c’est-à-dire qu’un nombre très important, la quasi-totalité des humains, des frères et des sœurs, ont au moins une lignée en résonance avec Sirius. C'est pas obligatoire mais c'est quand même une grande constante. Ce corps que nous habitons, quand nous sommes incarnés, il a une histoire, lui, indépendamment de sa naissance et de sa mort. Cette histoire, elle est inscrite dans les Éléments de la terre. Vous savez, Bidi vous a parlé, quand il était incarné aussi il disait que le corps, c'est un sac de nourriture, un sac de viande, qui est constitué d'Éléments avec certaines qualités que les frères orientaux appellent les trois gunas, vous savez ?

Les aliments et les Éléments peuvent être classifiés selon qu'ils sont équilibrants, lourds ou légers. Vous êtes un assemblage de ça, et même la conscience ordinaire ne résulte que de l'action des sucs de nourriture et rien d'autre. C'est pour ça d'ailleurs que le jeûne, et j'en avais parlé, était un moyen incroyable de ne plus nourrir la conscience de l'ego et la conscience de la personne. C'est pas une amélioration seulement des conditions physiologiques du corps, c'est avant tout une amélioration de la conscience elle-même, qui lui permet de se voir dans l'éphémère et dans l'Éternité et qui est le préalable à la disparition de la conscience, vous voyez ?

C'est quoi la question ?

… les vaisseaux-mère de Marie.

Ah oui. Alors les vaisseaux-mère de Marie, mais ils ont une importance capitale. Je vais pas revenir sur tout ce qui avait été dit sur l'ensemble de la Confédération Intergalactique. La seule chose que nous n'avons pas le droit, et que nous ne ferons jamais, c'est violer le libre-arbitre de quiconque. Tant qu'il y a l'ego de la personne, il y a libre-arbitre. Nous, nous travaillons sur la Liberté, et tant que vous êtes une personne, vous n'êtes pas libres. Et donc vous êtes soumis à l'action-réaction ou au libre-arbitre. La seule liberté, c'est de savoir combien de temps vous allez comprendre que tout ça c'est des conneries, qu'y a qu'une seule chose, c'est l'Esprit. Vous voyez ? Alors on pourrait employer plein de mots différents, plein de terminologies. Pour cette semaine, moi j'ai dit, le mot le plus important, c'est quand même l'innocence, redevenir comme un enfant. C'est plus que la Voie de l'Enfance parce que ça rejoint aussi la spontanéité. Les enfants sont spontanés, mais y a des fois où il y a des calculs aussi, ça existe chez certains chenapans. Mais vous, vous n'êtes pas concernés par cela. Vous voyez ?

Allez, autre question… Donc les vaisseaux de Marie, ils sont positionnés autour de la Terre, comme ils étaient positionnés autour du Soleil. Bien sûr, et nous vous l'avons toujours dit, nous connaissons la finalité parce qu'elle est inscrite sur les autres plans, nous vous l'avons dit dès l'année 2011, que la Terre était libérée, et c'est la vérité. Maintenant, entre 2012 et maintenant, qu'est-ce qui s'est passé ? Oui cinq années, je sais, c'est long, mais c'est toutes les révélations que vous vivez, que vous soyez libérés ou pas. Mais là, je parle au niveau collectif. Tous les humains s'aperçoivent que les journaux mentent, que les politiques mentent, que tout le monde utilise le mensonge. En Éternité, ce n'est pas possible.

Alors quand vous découvrez l'Éternité, vous essayez de jongler pour ne pas mentir, mais parfois de taire la vérité. Quand vous êtes en Éternité de manière définitive, vous ne pouvez pas taire la vérité ni l'altérer. Vous n'êtes plus une personne à ce moment-là. Y a plus de desiderata personnels ou d'objectifs personnels, si ce n'est d'être présents, c'est tout. Et certains d'entre vous, comme je l'ai dit tout à l’heure, éprouvent le besoin de ne plus dormir, ou alors de dormir le double, d'autres de manger le double ou de ne pas manger ; peu importe, ça concerne votre éphémère, ça concerne pas qui vous êtes. Et cette espèce de distance, si je peux dire, alors qu'en fait vous savez que c'est une superposition, mais ça débouche sur la conscience de la distance qui peut exister entre ce qui constitue la conscience éphémère de passage et d'un autre côté la Supraconscience, et surtout l'Absolu. Je ne parle même plus de l'inconscient ou du subconscient.

Et les coups de bâton que nous avons donnés, que la Lumière a donné derrière la tête des hommes importants, on va dire influents, a été terrible. Vous les voyez d'ailleurs, ils ont tous des mines déconfites. Vous voyez pas des frères et des sœurs comme ça, sur votre écran de télé ou sur internet, ou dans vos proches, qui du jour au lendemain passent à une tête déconfite ? Eh oui, mais c'est pas grave. C'est justement, si je peux dire, cette déconfiture qui crée un sursaut salutaire pour l'Éternité. C'est ça que la plupart, pas dans tous les pays hein, nous n'avons pas pu le faire dans tous les pays, nous avons canalisé cette énergie de coups de bâton derrière la tête sur certaines obédiences, nous allons dire, et certaines sphères d'influence. D'ailleurs y en a un qui est mort y a pas longtemps, il a pas résisté, le pauvre, hein. Je parle de quelqu'un de très connu là. Il a éteint son neuvième cœur, je crois, et vous allez tous les voir comme ça. La honte va les faire mourir, le regret va les faire mourir ; c'est la meilleure façon qu'ils ont de vivre la Grâce.

Allez, autre question.

Question : pouvez-vous parler des décorporations : ce qu'il se passe, l'utilité, le but ?

Ah la seule utilité, si ça vous arrive aujourd'hui, c'est de voir simplement que vous n'êtes pas ce corps, et d'ailleurs tous les frères et sœurs qui ont vécu les expériences de mort imminente, qui ont vécu ces états-là n'ont plus peur de la mort, et ils savent très bien qu'ils sont dans le corps mais qu'ils sont pas le corps. C'est le seul but. Si c'est pour vivre les expériences, bien sûr que y en a, parmi vous, qui seront appelés à vivre ces expériences dans les autres dimensions, dans les autres sphères, mais c'est la liberté de votre conscience. Mais le but le plus important, aujourd'hui, c'est uniquement celui-là, c'est pas d'aller explorer les multivers et les super-univers, c'est avant tout de se trouver. Et y a besoin de partir nulle part pour cela.

Mais le fait de se voir hors de son corps met fin à ce qui était nommé la peur de la mort ou si vous préférez, je crois que ça a été appelé par celui qui vous parle, comment il disait, la rupture du mythe d'immortalité. Ça rejoint aussi tout ce qui avait été exprimé par Jean, par Sri Aurobindo, c'était son nom à la dernière incarnation. Il vous a expliqué tout ça, le langage Vibral de l'Apocalypse, avant que ce soit un langage réel de ce qui se produit, mais c'était avant tout un langage Vibral. Donc tout ça, vous le vivez sur la scène de théâtre, quelle que soit votre scène de théâtre actuelle.

Et puis surtout, je vous le redis parce que l'injonction de la Lumière est parfois tellement forte qu'elle vous prive de toute action au sein de l'éphémère, c'est que pour vous ça doit être comme ça. Et pour d'autres, au contraire, ils se lancent dans des projets, mais pas avec avidité, c'est pas un projet pour se détourner des événements de dissolution qui se produisent, mais parce que la vie est la vie. Et la vie étant la vie, même au sein de l'enfermement, elle peut très bien avoir des projets, de créations quelles qu'elles soient, d'activités quelles qu'elles soient. De toute façon, quoi que vous fassiez, quoi que vous disiez, ce que vous avez à vivre doit se vivre, donc ça sert à rien de le refuser. Hein, faut pas être dans le déni ou dans la colère, c'est les cinq étapes, si vous voulez, du Choc de l'humanité, et là on a commencé à taper derrière la tête, je vous l'ai dit.

Et quand j'ai dit une expression « taper à coup de bambou, à coup de marteau derrière la tête, ou de bâton », c'est imagé mais pas seulement. Je vous rappelle que dans la partie arrière de la tête, vous avez le Triangle de la Terre, vous vous en rappelez, hein, un peu, et vous avez aussi le cervelet, vous avez le siège des mémoires, le relais, si vous voulez, avec la Goutte rouge, c’est-à-dire l'âme spirituelle qui correspond pour vous à la Porte AL. C'est la même chose. Imaginez quelqu'un qui a toujours vécu dans le noir pendant des mois, vous le mettez à la lumière, il devient aveugle.

Donc les coups de bambou qui ont été donnés, que ce soit pour vous, frères et sœurs ici ou ailleurs, ou surtout pour ceux qui sont dans des positions de pouvoir, ont été coton, si je peux dire. Ça a été des prises de conscience avec ce qui va avec, les remords et les regrets, la contrition, je crois on dit dans le langage… La contrition est l'acte préalable à la rédemption de ces frères et de ces sœurs qui ont exercé cette prédation, qui ont tout ramené à eux, l'argent, les honneurs, la notoriété, l'aisance matérielle. Et à travers cela, bien sûr y a des regrets, y a des actes réels de contrition qui se font avec des retournements de veste quasi immédiats. Et ça, vous allez en voir de plus en plus autour de vous, hein, même chez vos très proches.

Allez, on continue.

Question : Hercobulus doit-il être considéré comme un soleil ou une planète ?

Ça n'a aucune espèce d'importance. C'est une masse avec un noyau ferreux, qui est énorme et dont les influences sur la gravitation vont devenir extrêmement visibles, bien sûr. Mais c'est pareil, de savoir que c'est une planète… si je vais jusqu'au bout, de savoir que c'est une planète ou un soleil, ça change quelque chose à ton cœur ? C'est maintenant ce qu'il faut vous poser comme question. Pas ici, parce qu'on joue le jeu et on pose des questions, mais quand vous êtes seuls, quand quelque chose émerge comme ça, qui pose la question et quelle est l'utilité pour ce que je suis ? Ce que je suis, ce que vous êtes, dans le Cœur du Cœur, n'a besoin de rien, même pas de votre corps, ni de votre personne, bah ça vous l'êtes de toute éternité. Vous voyez ? Alors bien sûr, quand c'est les rêves, j'y réponds, parce que ça vous concerne et puis ça peut concerner d'autres frères et sœurs, mais de savoir si Pluton est une planète, un astéroïde, ou Nibiru, c'est une naine brune, c'est un soleil, c'est le double du soleil qui a été séparé par les Archontes.

… c’est par rapport au fait que Nibiru est considéré comme le double de notre soleil.

Le problème n'est pas là. Si tu veux appréhender Nibiru, devient Nibiru. Vous avez une sœur très chère qui n'est pas là – qui était là y a deux ans, maintenant elle a d'autres occupations – qui a eu, qui a reçu des messages de Nibiru. Ils étaient tout à fait vrais, de la même façon que vous pouvez recevoir un message d'une fourmi ou de Gaïa. C'est ça qui est important. Plutôt que de savoir si c'est planète ou étoile, parce que ça change rien à ton cœur, emmène ton cœur dans Nibiru ou emmène Nibiru dans ton cœur, et là t'auras toutes les réponses. Essayez d'oublier… même dans les questions je vous renvoie à ça, pas pour pas y répondre mais pour vous renvoyer, et vous devez vous renvoyer vous-mêmes au Cœur du Cœur, parce que dans le Cœur du Cœur y a la Connaissance, et toutes les connaissances intellectuelles ne sont que des ignorances. Quand vous acceptez votre ignorance, tout vous est révélé.

L'important n'est pas de définir ou d'appeler Nibiru, soleil, planète, système solaire, mais c'est de le vivre. Pour le Soleil, c'est pareil. Si tu conceptualises le Soleil, tu vas dire : « Oui, c'est ce qui permet la vie ». Et d'ailleurs j'ai parlé en 2010 des méditations face au soleil, ou le dos au soleil. Je le faisais quand j'étais incarné, jusqu'à mes derniers jours, parce que c'est une image, c'est une représentation, c'est ce qui nous rapproche le plus… comme le Christ pour un chrétien, ou comme Bouddha pour un bouddhiste. Mais ce sont des représentations, rien de plus. Donc la meilleure façon de le vivre, c'est de le vivre, c'est pas de l'expliquer, ni de le conceptualiser, ni de le comprendre.

C'est la même façon, quand vous avez un frère et une sœur, vous pouvez… et d'ailleurs j'avais répondu parmi les premières questions la dernière fois et au ressentiment d'un frère sur un autre frère, ou du sentiment de colère ou du sentiment que quelque chose n'est pas juste. Mais quand vous voyez quelque chose qui est pas juste, ça veut dire que vous le portez en vous, n'est-ce pas ? C'est celui qui dit qui est. Parce que si vous êtes libérés de tous ces jeux-là, bien sûr que vous voyez les méchants garçons, bien sûr que vous voyez les frères qui cherchent la Lumière ou qui sont Lumière, mais tout ça c'est du cinéma. Dès que vous le vivez dans le cœur, vous n'avez plus besoin de poser des étiquettes : « c'est bien », « c'est mal », « c'est ceci », « c'est cela », vous le vivez directement. C'est ce qui va se passer pendant la stase, vous pourrez absolument pas vous raccrocher à une quelconque histoire ou à une quelconque perception d'aucune nature que ce soit. Alors prenez l'habitude, dans ces semaines, de vivre cela.

Alors tu disais que y avait une importance de savoir si Nibiru était une planète ou un soleil. Laquelle ?

… parce qu'il y a ce soleil qui est une naine blanche...

Brune, c’est pas une naine blanche, c'est une naine brune.

… Hercobulus tourne autour.

Mais le but, nous vous l’avons dit, c’est de rompre l'isolement du Soleil, et donc la Libération de la Terre et la Libération du Soleil a eu lieu avec la libération des corps d'Êtreté, en 2009 un petit peu et surtout 2010, le noyau de la Terre a été libéré en 2011, le Soleil est en achèvement de libération, ce qui explique que vous avez des trous coronaux qui sont de plus en plus grands. Le Soleil doit s'ouvrir, je vous renvoie à ce que disait Séréti y a douze ans maintenant. Ça vous paraît, dans la logique d'un système solaire avec les planètes qui tournent autour du soleil, complètement aberrant. Un atome, je prends le système solaire mais c'est la même chose pour l'atome avec le noyau, les protons, les neutrons et l'électron qui tourne.

Qui a réussi, à part par les mathématiques et la statistique, à savoir où étaient les électrons ? Est-ce qu'ils sont seulement réels ? Ça va très très loin. Alors vous pouvez effectivement décrire les lois de l'électricité ou les lois de la gravitation, mais à aucun moment ces lois-là ne sont applicables quand vous êtes libres, et surtout au-delà des mondes carbonés. Donc tout ça c'est superflu, toutes ces connaissances deviennent superflues. Elles faisaient partie de l'histoire, mais l'histoire s'arrête.

Je vous rappelle que nous ne vous avons jamais caché la vérité, bien avant les Noces Célestes, sur le devenir de ce système solaire, et que si vous êtes encore attachés à l'histoire, à vos amis, à vos parents… il faut aimer les êtres mais aimez-les en la liberté. C’est le seul amour qui soit véritable, c'est aimer l'autre quoi qu'il fasse, quoi qu'il vous fasse, quoi qu'il dise, parce que vous voyez derrière les apparences. Ça vous empêche pas de vous battre et de donner une gifle, hein, quand y a des problèmes de personne, mais vous savez que vous n'êtes pas ça. Mais c'est pas un concept, c'est un vécu qui est tout à fait réel, c'est ça que vous avez à vivre maintenant, quels que soient l'Onde de Vie, le Feu igné, les Portes, ou les manifestations qui viennent vous voir la nuit. Vous voyez bien, les elfes vous l'avaient dit déjà l'année dernière, que vous voyez de plus en plus de processus subtils, chacun à sa manière. Et c'est une réalité qui ne peut plus être cachée.

Question : est-il exact qu'il y a des êtres qui vivent dans le même corps depuis 12 000 ans et qu’ils se revitalisent par le sacrifice humain ?

C'est Indiana Jones, ça. Je sais pas quoi répondre. Les Archontes, ils sont pas dans un corps de chair, donc eux ils se nourrissent de vos émotions, donc ils en ont rien à faire de votre corps physique. C’est votre âme qui les intéresse, c’est l'énergie de votre âme ; ils se nourrissent de ça. Mais imaginez un corps qui soit en catalepsie depuis 12 000 ans, en plus ça serait certainement pas un être de Lumière qui s'amuserait à ça, parce qu'un être de Lumière, il est pas prisonnier du temps. Quel est l'intérêt de maintenir une forme aussi longtemps ? Les Néphilim, ils sont partis quand les Archontes sont arrivés, avec la promesse de revenir ; ils avaient pas besoin de demeurer des milliers d'années dans un corps. Mais je sais bien sûr qu'on vous parle beaucoup de ça en ce moment, parce que y avait soi-disant des découvertes qui ont été faites, à certains endroits. Mais quelle importance. Ça, ça concerne que l'histoire de la terre. Votre histoire, elle dépasse largement le cadre de cette terre. Vous êtes sur ce monde mais vous n'êtes pas de ce monde.

Alors je sais qu'il y a des courants, dans le chamanisme, qui vous disent que vous êtes liés à la Terre. Mais c'est le corps biologique qui est lié à la Terre, pas ce que vous êtes, faut pas confondre les choses. Ce corps est issu de la Terre et des Éléments de la Terre, bien sûr, mais votre Esprit n'a aucun Élément de cette terre. Nous vous avons parlé des archétypes des Éléments au niveau des Étoiles et des Triangles élémentaires de la tête, vous vous rappelez ? C'est ça simplement, rien d'autre. Vous n'avez pas à dépendre d'une forme. Alors cette histoire d'êtres qui seraient en catalepsie depuis 12 000 ans, il faut vraiment être malade pour se mettre dans cet état-là hein, puisque quand vous découvrirez la liberté effective, au-delà de la forme, vous verrez bien qu’une forme n'est rien, c'est qu'un vêtement. C’est comme une voiture, quand elle marche plus, vous en changez, sauf que là, y a rien à payer, c'est gratuit, et que le seul carburant, c'est la Lumière, rien d'autre, et l'Amour.

Donc ce genre de questions maintenant sur l'histoire de la Terre, ont un intérêt qui restera toujours intellectuel, ça ne vous fera pas, si je peux dire, progresser d'un iota sur la découverte de qui vous êtes. Ça, c'est la connaissance dite luciférienne. Je l'ai dit d'ailleurs, ça vous renvoie à tout ce qui avait été dit par l'archange Jophiel.

Autre question.

Question : le dauphin étant l'animal lié à Sirius, quel est celui correspondant à Aldébaran ?

Aldébaran, y a pas d'animal. Ce sont des humanoïdes comme les Végaliens. Les Végaliens, ils sont tout petits ; bien sûr, de votre point de vue, vous pouvez les trouver moches, mais c'est humanoïde jusqu'à preuve du contraire. Y a deux orifices pour le nez, un orifice pour la bouche, même si ça sert à rien, et deux trous pour les oreilles et pour les yeux. Les autres n'ont pas cette conformation. Les insectes par exemple, les yeux sont pas placés au même endroit que vous, les aigles non plus, mais sur Aldébaran, je pense pas qu'il y ait de formes dites animales. Vous savez que les animaux sont des parodies, sur terre, de ce que sont réellement les véhicules d'Êtreté selon les origines stellaires.

Autre question.

Question : une sœur était catholique pratiquante et donnait même des cours de catéchisme…

La pauvre.

… depuis qu'elle écoute vos interventions, une nuit, éveillée, elle a senti une caresse sur la joue gauche et une autre nuit, elle a senti qu'on lui prenait la main gauche…

C'est Marie qui fait ça.

… elle se sent très proche de Marie.

C'est Marie, toujours, qui fait ça. Marie, elle prononce votre prénom très doucement, Marie, elle vous caresse ou vous embrasse la joue, et elle vous tient la main. C’est toujours Marie.

… elle serait heureuse d'avoir votre éclairage.

Eh ben c'est déjà fait.

J'insiste, hein, c'est vraiment Marie. Là, y a effectivement des sœurs qui peuvent passer, des sœurs Étoiles, mais quand vous avez le baiser de Marie sur le haut de la joue gauche, c'est toujours dans cette région-là, c'est pas pleine joue ni sur la bouche, c’est là. Parce que c'est lié directement… alors les autres ils ne voient pas, ceux qui ne sont pas là, c'est la pommette, le haut de la pommette qu'elle embrasse Marie, ou elle caresse, parce qu'elle établit sa vibration dans le Canal Marial, tout simplement ; et après elle prend la main ou elle dit votre prénom. Et quand vous avez vécu ça une fois, vous pouvez plus douter que Marie est Maman, est notre Mère à tous sans aucune exception. Mais je parle pas de l'Esprit, je parle du corps de chair et de l'âme, avant qu'elle soit enfermée.

Vous savez, être Absolu n'est pas nécessairement rejeter Marie, le Christ, Bouddha ou tous les grands prophètes. C’est au contraire trouver une ressemblance, c'est imiter le Christ dans le sens le plus noble du terme, ou imiter Marie. C'est plus facile pour les femmes, le plus souvent. Cette imitation-là, c'est le véritable don du Saint-Esprit. J'emploie volontiers un langage catholique pour cette personne. Vous n'avez pas besoin de curé, vous n'avez besoin que de votre cœur. Vous n'avez pas besoin de maître, vous n'avez pas besoin de guru, sauf bien sûr si c'est un Satguru, comme dirait Bidi, mais c'est tellement rare. Mais même ça, vous n'en avez pas besoin. Il peut vous aider un certain temps, mais y a que vous qui pouvez aller au Centre du Cœur. Et pour ça, il faut dépouiller, hein. Toutes les connaissances, tout ce que vous avez appris, toutes les histoires que vous avez vécues. C’est ça la Crucifixion et la Résurrection, c'est le sacrifice. Donc j'ai répondu à cette sœur.

Question : j'ai eu des expériences où des objets sont apparus dans la forme. Certains ont expliqué ces phénomènes comme appartenant à la loi de la précipitation. Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

Oh vous savez, la matérialisation c'est pas, je dirais, quelque chose d'évident, mais c'est des choses qui se sont toujours produites. Regardez la Source, elle précipite et elle crée un corps. Certains êtres peuvent faire apparaître des objets, c'est pas de la manipulation ou de la magie, c'est la vérité. Et je suis bien placé pour en parler parce que j'ai profondément étudié la magie dans d'autres vies, comme vous dites, et j'en ai une certaine expérience. Mais tout ça, ça sert à rien. N'oubliez pas que chaque jour, chaque événement de votre vie, chaque rencontre que vous allez faire avec un frère et une sœur, de plus en plus vous allez voir : est-ce que c'est quelque chose qui se vit dans le cœur ou dans la tête, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez ? Vous le verrez de plus en plus clairement, hein, si c'est pas encore le cas.

La question, tu peux répéter ?

… j'ai eu des expériences où des objets sont apparus dans la forme. Certains ont expliqué ces phénomènes comme appartenant à la loi de la précipitation.

Moi je dirais que c'est la loi d'Amour, parce que la précipitation ou la création matérielle par un acte magique, ça restera toujours quelque chose de luciférien. Par contre, si c'est la création ou la précipitation comme c'est dit, spontanée par le cœur, là y a aucun acte magique. Donc toute matérialisation n'est pas nécessairement soit de l'ombre, soit de la Lumière, c'est variable.

Question : que faites-vous et où êtes-vous quand vous n'êtes pas parmi nous ?

Les Melchisédech, nous avons aussi des vaisseaux, y en a qui sont venus nous rendre visite. Que faisons-nous ? Eh ben nous passons notre temps à nous engueuler… Non, nous passons notre temps à être alignés et, comment dire, à vivre les Éléments. Vous savez que nous sommes 24, que nous sommes répartis 6 par 6 selon notre emplacement sur un cadre élémentaire, c’est-à-dire nord-sud, est-ouest. Et nous sommes en structure géodésique, c’est-à-dire nous avons une représentation spatiale hexagonale, pour chacun des 6 aux endroits où ils sont. D'accord ? C'est pas sur un plan, comme vous vous êtes assis sur un plan ; nous, nous sommes sur plusieurs plans et nous sommes à différentes hauteurs.

Bien sûr, ceux qui viennent nous voir peuvent parfois nous voir comme ça a été représenté, avec ces 24 vieillards un peu séniles qui sont assis comme ça sur des trônes de pierre. Mais ça, c'est une représentation, n'est-ce pas, telle que votre cerveau peut l'imaginer à votre retour. En réalité nous conversons, nous nous alignons et nous nous laissons traverser par notre qualité élémentaire spécifique. Moi, je suis Melchisédech à tel endroit et donc c'est telle énergie particulière, tel archétype élémentaire, et nous confrontons, mais pas intellectuellement bien sûr, nous alchimisons tout ce qui est vu, perçu, vécu, traversé, afin de suivre, si je peux dire, au plus proche, l'évolution de nos frères et sœurs sur la terre, dans ce processus maintenant d'Ascension. Voilà, c'est tout.

Alors donc nous sommes dans nos vaisseaux, mais nous n'avons pas besoin de vaisseaux. C’est pour ça maintenant que nous venons jusqu'à vous, non pas avec nos vaisseaux, puisque nous sommes dans l'atmosphère de la Terre, mais instantanément : nous nous matérialisons à côté de vous. Alors ceux qui sont très sensibles et qui ont la vue intérieure, vous allez voir toujours le même scénario. Quand vous êtes en position allongée, vous allez voir une boule de différentes couleurs qui apparaît et qui se déploie en une forme. C'est nous. Et quand nous ne sommes pas occupés avec vous, et même quand nous sommes occupés avec vous, nous sommes aussi dans notre vaisseau. Vous voyez, vous n'arrivez pas à comprendre que vous pouviez être à la fois auprès de vous et en même temps dans le vaisseau en train d'échanger les Éléments entre nous. Et c'est pourtant ce qui se passe.

La conscience, rappelez-vous, après les Noces Célestes, en préalable à la Libération de la Terre, il vous avait été donné de vivre des mécanismes de communion, de fusion, de dissolution, afin de vous faire vivre que la conscience n'était pas attribuée exclusivement à une forme. Vous voyez, y a une très grande pédagogie derrière tout ce que nous vous avons délivré durant toutes ces années. C’est-à-dire que nous avons suivi un canevas adaptatif de tout ce qui se déroulait, non pas dans les faits de la Terre mais dans les éléments de la Terre.

Et avec ça, nous sommes situés hors du temps, donc nous connaissons très exactement le scénario de fin, simplement il ne peut pas être daté. Mais bien évidemment que vous vous doutez qu'à travers tous les signes physiques de vos corps, de la Terre, de tous les systèmes en place, que ça se déroule en ce moment même. Et ça va prendre une acuité toujours plus forte chaque jour, que ce soit dans votre apocalypse intérieure ou dans l'apocalypse de la Terre, la Révélation.

Question : il a été dit qu'à la vue des autres nous apparaîtrons comme des légumes. Comment cela se manifestera au niveau des symptômes et cet état est-il possible pour certains dès maintenant ?

Oui bien sûr. Y en a qui sont déjà des légumes hein, ceux qui dorment quinze heures par jour, qui mangent, qui dorment, qui mangent, qui dorment, et qui vivent cette transformation. Je crois que si c'est moi qui avais employé cette expression de légumes, il faut pas la prendre au sens littéral. « Comme un légume », c'est l'expression courante quand vous voyez un frère ou une sœur qui est avachi, qui bouge plus et qui est complètement… un légume – c'est comme ça qu'on dit. Je vois pas ce qui y a derrière la question, alors on peut la relire ?

… il a été dit qu'à la vue des autres nous apparaîtrons comme des légumes…

Oui, je m'en rappelle très bien. Et alors ?

… comment cela se manifestera au niveau des symptômes...

Faut pas confondre celui qui voit le légume et celui qui est le légume. Celui qui est le légume, vous pouvez demander ici à des frères et sœurs, hein, c'est des véritables légumes. Mais ça va pas durer, c'est juste une période. Mais maintenant, celui qui le vit, il se vit pas comme un légume ; il se vit comme rien, il a disparu de l'histoire. Voilà ce que ça veut dire, rien de plus, rien de moins. Vous avez des frères et des sœurs que vous voyez autour de vous, qui ne sont plus affectés par quoi que ce soit. Ils sont établis dans la Paix Éternelle, dans Shantinilaya si vous voulez, ils sont établis dans Sat Chit Ananda. Ils peuvent très bien avoir une vie active mais ils ne réagissent plus ; c'est dans ce sens-là qu'ils sont des légumes aussi. Le Libéré vivant n'a pas à réagir à ce monde ; il est là, on constate qu'il est là, c'est tout. Et c'est d'ailleurs à travers ce non-agir et ce non-faire dans le plan de manifestation de la conscience qu'ils sont les plus efficaces. C'est pas en faisant des bhajans, en prenant les frères et les sœurs dans les bras, que ça va changer quoi que ce soit dans votre vie, c'est en étant ce que vous êtes.

Alors vu de l'extérieur, pour la personnalité, effectivement la personnalité a envie de dire « Mais je suis un légume », ou « L'autre que je vois, c'est un légume ». Il n'est plus dans la réaction, il est dans la vie. Et dans ces moments-là, il est dans la vie du cœur, même s'il a une vie très active à d'autres moments. Je vois pas ce qu'y a d'autre derrière, hein, j'ai pas voulu dire plus, à cette époque, qu’autre chose que ça, c'est tout : « être comme un légume », un légume ça bouge pas, ça pousse sur place. Remarquez, ça peut encore changer peut-être, hein. Le jour où vous verrez les tomates et les courgettes courir, il faudra vous poser de sérieuses questions, hein. Vous imaginez les patates qui sortent de terre toutes seules ? C’est la lévitation de la patate. Non mais ne riez pas, c'est pas pour rien que j'ai pris la pomme de terre. La pomme de terre, c'est pas des racines, c'est un tubercule. Donc il est pas accroché à la terre, ou très peu, par quelques petites racines. C'est l'Ascension des pommes de terre aussi.

Ils sont tous en train de penser à des légumes qui courent…

… ils ont mangé trop de champignons.

Quels champignons ?

… hallucinogènes.

On n'a pas besoin de champignons pour halluciner, hein. Halluciner, c'est pas hallucination au sens médical mais c'est comme quand vous direz « j'hallucine », vous n'en croyez pas vos yeux. Même le plus au courant ne pourra pas en croire ses yeux. Et réjouissez-vous.

Question : je rêve régulièrement de mon ex-époux. Dans ces rêves, j'ai envie de le retrouver…

Ah c’est pas un cauchemar alors, c’est un rêve.

… mais lui garde ses distances. Dans le dernier rêve, il se montre chaleureux, me prend dans ses bras et nous nous embrassons. Je ressens un grand bonheur qu'il semble partager. Notre fille est là et je comprends que nous repartons pour une nouvelle vie ensemble. Nous sommes joyeux et en courant vers ma voiture, l'un de nous lance la clé à l'autre mais elle tombe dans l'herbe. Je suis paniquée car je pense qu'il faut la retrouver si nous voulons reprendre notre route ensemble.

Quel est ce besoin de penser que vous allez reprendre une route quelconque ? Quel est ce besoin de rétablir des liens ? D'où ça vient ? Donc ce rêve attire ton attention, non pas sur la possibilité de vivre une histoire d'amour avec un ancien mais te montre simplement l'attachement. Et d'ailleurs tu perds la clé du véhicule, ça c'est très marrant. Y a pas d'issue, y a pas de futur. Ce rêve-là ne fait que traduire l'inutilité du mari, de la… – ça veut pas dire qu'il faut quitter mari et femme, hein, j'ai déjà dit – mais l'inutilité de toute histoire quelle qu'elle soit. D'ailleurs le rêve est très caractéristique, la clé est lancée, vous égarez la clé, et donc vous ne pouvez pas prendre la voiture.

Il ne sert à rien de faire revivre le passé. En Éternité, y a aucun passé, aucun avenir, aucun projet, y a juste la Liberté et la Vérité. L'Absolu, Parabrahman, on peut employer encore une fois plein de mots, Prakriti et Purusha, on peut aller très loin dans la terminologie, mais c'est pas le but, là non plus. Donc ce rêve-là te met face à quelque chose de matériel, affectif, mais qui renvoie à quelque chose de beaucoup plus profond que ça, c'est-à-dire le désir de vivre une histoire. Et il t'est montré dans ton rêve que c'est pas possible, qu’il y a certes prise dans les bras, c’est-à-dire pardon quelque part, qui est accordé de l'un envers l'autre, mais vous ne pouvez pas partir dans la voiture. C'est une chimère, mais cette chimère est là pour te montrer justement ce à quoi tu tiens, comme le corps, comme les émotions, comme le mental, comme je l'ai dit en préambule.

Autre question.

Question : en 2012, lors d'un stage, je suis sorti après dîner marcher avec une sœur. Il faisait nuit noire. Malgré l’obscurité totale, j'ai vu comme un mouvement de très grandes ailes dans le ciel, comme une apparition en ce monde. Il faisait trop noir, nous avons fait demi-tour et j'ai vu une dame devant nous. Elle était petite, les cheveux noirs tirés en arrière, et portait un sari de couleur bronze. Elle marchait si lentement que nous l'avons vite rattrapée. Je l'ai appelée mais elle n'a pas ralenti le pas ; j’ai voulu lui mettre la main sur l’épaule mais ma main est passée au travers. Elle a alors brusquement accéléré, l'air s'est densifié devant elle en un mur blanc scintillant, elle est passé au travers du mur et a disparu. La sœur qui m'accompagnait n'a rien vu et ne comprenait pas pourquoi j'avais crié « Madame ». Si j'étais resté tranquille, ça aurait peut-être été enrichissant de voir où elle allait m'emmener.

Certainement. Alors d’abord ça attire une petite réflexion. Vous savez que quand nous intervenons à vos côtés, c'est souvent quand c'est la nuit, quand vous êtes allongés, et c'est d'ailleurs dans ce noir que vous allez voir la Lumière. Dans le noir complet, il n'y a pas de noir, il y a la Lumière. La Lumière vient d'où ? Du noir, bien sûr, pas de l'ombre, pas du mal, mais de ce qui est antérieur à la Lumière. Ce qui est antérieur à la Lumière, c'est ce qui est pas encore manifesté ni né mais qui supporte toute la Création. C’est l'Absolu, tout simplement, le néant si vous préférez.

Ce que tu as vécu, du fait qu'il fasse nuit comme tu l'as dit toi-même, donne une capacité plus grande à voir les yeux ouverts, et indépendamment de tout champignon, hein, comme on a dit tout à l’heure, et de tout produit qui fait des visions chimériques comme l'alcool ou tout ça, on est bien d'accord. Le noir vous donne accès, et c'est ce que vous vivez la nuit... Si vous essayez de faire l'expérience, je vous ai dit que la nuit vous voyez beaucoup de choses, y avait les treillis éthériques, y avait les Présences, y avait plein de choses qui se manifestaient, mais si vous restez dans le noir complet complet, vous allez vous apercevoir de quoi, les yeux ouverts ? Que vous voyez, et pourtant y a rien qui peut éclairer quoi que ce soit et pourtant c'est au sein de ce noir que vous voyez les formes lumineuses, voire la Lumière Blanche, c'est normal. Donc tu as eu accès – peut-être parce qu'à ce moment-là y avait des expériences vibratoires qui étaient faites – à ce qui t’est habituellement invisible. Et tu l'as vu dans le noir, et c'est ça qui est important. Maintenant ta question par rapport à cela, c'est quoi ? Là j’ai donné un premier truc par rapport au noir, la nuit.

… il y a eu le mouvement d'air, j'ai eu le sentiment d’une incarnation en ce monde, d’un passage d'un monde à un autre. Puis cette femme en sari bronze, avançant tranquillement devant moi.

Bah oui mais vous savez très bien que y a pas de distance, y a pas d'espace. De la même façon que vous rencontrez des peuples de la nature de manière plus aisée, ou nos Présences de manière plus simple aujourd'hui, mais quand vous allez voir la réalité de ce que nous avons nommé la matrice archontique, vous allez voir ce que c'était la prédation, vous allez voir les démons. C'est pour ça d’ailleurs que dans les apparitions de Marie ou apparitions dites mariales, qui n'étaient pas toujours Marie mais qui étaient quand même particulières, vous ont été données nombre d’informations.

Il avait été dit que pendant les trois jours il fallait fermer les fenêtres et tout, et ne pas s’intéresser à ce qui se passait à l'extérieur. Parce que bien évidemment, dès qu'il n'y a plus aucune protection, toute la matrice archontique (ce qu'il en reste), devient visible : vous voyez les dernières lignes de prédation, vous voyez les derniers liens qui vous unissent à d'autres frères et sœurs, vous voyez tout. Vous voyez ce qui sous-tend. C'est comme si vous étiez, je prends l'exemple des enfants. Au guignol, l’enfant, il regarde Guignol mais il sait pas qu'il y a une main avec des fils. Après il le sait, mais au début non. Et là, c'est ça qui va vous être donné à être vu, que vous voyez déjà, que tu as vu à cette occasion de cette expérience. Tu as vu les autres réalités. Maintenant, je pense pas que tu aies pu passer à travers le portail qu'elle a ouvert devant elle. C'était un portail blanc.

… c'est comme si l'air se densifiait et faisait un mur scintillant blanc.

Elle a changé d'état dimensionnel, tout simplement, et donc de forme. Mais ça, ça s'est manifesté, comme tu le dis, dans la réalité tridimensionnelle, parce que ta conscience avait certainement vécu une ouverture à ce moment-là, qui t'a donné à voir les choses invisibles. Mais vous savez, par exemple ce que vous nommez les ondes électriques, les ondes de vos appareils sans fil, là, maintenant, vous les voyez pas mais elles existent. C'est comme les ondes radio, si vous avez pas le décodeur, l’appareil radio, vous réceptionnez pas, mais pourtant elles sont réelles. C'est tout ça que vous allez voir. Et là, tu as eu l'expérience de quelqu'un qui était pas dans ta dimension, puisque tu es passé au travers, mais qui était sur les mêmes lignes d'espace-temps, dans une autre dimension. Elle a changé de dimension et tu t'es retrouvé tout seul.

Mais ça, c'est une expérience qui est liée à un état de ta conscience, mais quand vous marchez dans la rue, vous rentrez tous les jours dans des milliers de personnages, qui sont pas astraux, qui sont dans d'autres dimensions, c'est pas la même chose, mais vous les voyez pas et vous les sentez pas. Alors maintenant c'est différent, parce qu'avec les modifications et l'intensité de la Lumière qu'il y a, vous voyez même les yeux ouverts, vous commencez à voir des choses même en pleine journée. Mais c'est plus facile à voir la nuit, effectivement. Vous allez voir des formes qui sont pas astrales, vous allez voir des entités qui sont bien réelles, dans leur dimension, qui n’a rien à voir avec la terre, et qui pourtant croisent certaines lignes temporelles de la terre. Je peux pas rentrer dans le détail ce serait complexe, mais c'est des choses que vous allez vivre aussi de plus en plus. Je peux pas t'en dire plus sur l'origine de cette personne.

C’est l’heure de la pause.

Déjà ? Alors chers amis je vous transmets toutes mes bénédictions, restaurez-vous bien et je vous dis à tout de suite, dans pas longtemps.

À tout à l'heure.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 14:53 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017


Omraam Mikaël AÏVANHOV

Questions/ Réponses - Partie 2



Eh bien chers amis nous allons pouvoir continuer avec vos questions et notre dialogue, et nos échanges. Alors je t’écoute tout de suite.

Question : vous avez évoqué les coups de bambou que certains prennent derrière la tête, en lien avec le Triangle de la Terre, le cervelet et la mémoire. Pouvez-vous développer à ce sujet car depuis deux jours, j’ai des douleurs au niveau du Triangle de la Terre ?

Alors, développer, c’est très simple. Le Triangle élémentaire vous savez où il est, il est à l’arrière de la tête. Il correspond au Melchisédech de Terre, à l’une de vos lignées qui est la lignée dite de Terre, de l’Élément Terre, et non pas de la Terre planète, bien sûr, vous l’avez compris.

Il y a, au niveau de l’arrière de la tête, un certain nombre de structures énergétiques liées à l’éphémère, qui sont extrêmement importantes. Vous avez bien sûr le cervelet qui est le siège non pas seulement de l’équilibre, tel que la médecine l’a reconnu, mais de tout ce qui peut être en résonance, en lien, avec l’inconscient, au sens le plus large, et surtout collectif. C’est aussi à ce niveau que se loge ce qui est appelé les mémoires ; les mémoires s’actualisent au niveau du cervelet. Bien sûr cette fonction-là n’est absolument pas reconnue par la médecine, mais elle fait partie de l’enseignement traditionnel.

Alors ce que j’appelle le coup de bambou derrière la tête – qui concerne surtout les méchants garçons, je ne pense pas que notre sœur soit concernée – est directement relié à l’éclairage de ce qu’est la Terre, et l’éclairage de ce qu’est la Vie sur l’Élément Terre. L’Élément Terre, comme vous le savez, est le moins plastique, par rapport à l’Eau, à l’Air et au Feu. C’est l’Élément, je dirais, le plus rigide, qui est lié à la structure mais aussi à la forme, et non pas au mouvement de la forme qui, lui, est lié à l’Eau et à l’Air. Le coup de bambou et le coup de matraque dont je parlais, ou de bâton reçu derrière la tête, a déverrouillé, chez ces êtres opposés à la Lumière, je dirais, un certain nombre d’éléments qui se traduisent par cette notion de honte ou de culpabilité qui va, comme je l’ai dit, vers la contrition et vers la rédemption. Ça, c’est tout à fait normal.

L’activité des Éléments, vous le savez, vous révèle vos lignées. Ça, vous l’avez vécu déjà, pour certains, depuis de nombreuses années. Simplement au niveau des méchants garçons, bien sûr, on ne peut pas parler de lignées parce qu’ils n’ont pas cette révélation, mais on peut attirer leur conscience ordinaire vers la notion de responsabilité, vers la notion aussi… pas de responsabilité mais de respect qui doit exister envers toute forme de vie quelle qu’elle soit, et pas seulement les frères et les sœurs mais, au sein même de cet enfermement, aussi bien les animaux, que les insectes, que tout ce qui vit à la surface de cette terre.

Il y a donc eu, sans nécessairement d’images et de visions, un déverrouillage de cette lignée de la Terre. Je vous rappelle qu’il existe à ce niveau, l’Étoile OD et les deux Étoiles latérales, qui sont reliées, comme vous le savez, à KI-RIS-TI essentiellement. Il y a donc eu, par des mécanismes de radiations cosmiques qui se sont produits voilà quelques semaines, deux semaines exactement, et qui ont permis de créer une forme d’autoculpabilité de la conscience ordinaire limitée, et une conscience que j’appelle prédatrice, d’une manière ou d’une autre, qui sont constantes chez ces frères et sœurs qui exercent des activités de pouvoir dans quelque domaine que ce soit.

Il y a donc eu une libération de culpabilité qui n’est pas liée à l’action de la Lumière, mais ces frères et ces sœurs qui étaient dans la prédation, s’ils ont une âme bien évidemment, sont tout à fait conscients que ce qu’ils font ne va pas dans le sens de la Vie mais va dans le sens du profit, ce qui n’est pas la même chose bien sûr, et c’est ça qui a été révélé, même s’ils n’ont pas eu de visions, même s’ils n’ont pas eu d’éclairage intellectuel, mais y a eu une espèce de prise de conscience qui s’est faite sans visions, sans messages, sans rien, seuls-à-seuls si je peux dire, pour ces êtres-là.

Mais encore une fois, c’est pas parce que tu as eu mal à l’arrière de la tête que ça te concerne, j’ai bien parlé des méchants garçons, à moins que tu sois toi-même un méchant garçon, ou une méchante fille.

Question : je suis revenue habiter une région où j’ai vécu 20 ans, puis me suis absentée pendant 30 ans. Cette région est le siège du bouddhisme tibétain et de plusieurs courants New-Age. Cela m’a amenée à pardonner et à accepter les croyances de chacun. Je ressens malgré tout une lourdeur quand je suis là-bas, et une grande légèreté dès que je quitte la région. Pouvez-vous me donner un conseil en ces temps de Libération ?

Alors bien-aimée, comme tu le dis toi-même, dans cette région où se trouvent des centres bouddhistes, où se trouvent beaucoup de mouvements New-Age, ce qui caractérise le mouvement New-Age, ce qui caractérise le bouddhisme, c’est que l’incarnation ne cesse pas. Bien évidemment, aussi bien les bouddhistes que les New-Age connaissent les cycles, mais pour eux il y a une perpétuation de l’incarnation, d’une manière ou d’une autre ; ils sont incapables d’envisager que la Vérité est ailleurs que dans l’incarnation. Bien évidemment cela recrée, dans ces régions où ils sont très présents, par leurs prières, par leur intention, par leur présence même, une espèce de chape de plomb et d’enfermement qui d’ailleurs peut être visible au niveau de l’Éther, qui se présente comme une forme de coupole ou de dôme plus ou moins brillant, mais surtout sombre. Même si c’est brillant, c’est pas clair, et c’est effectivement les modes de croyances de ces frères et de ces sœurs.

Bien évidemment ton corps est constitué de cette terre, puisque, comme tu l’as dit, c’est une terre où tu as déjà vécu voilà fort longtemps. Bien sûr tu retrouves, pas seulement des racines mais aussi une forme de liberté quelque part, c’est-à-dire tu reviens sur les lieux où tu étais pour régler un certain nombre de choses, non pas par une action délibérée mais par ta simple présence. Bien sûr tu n’es pas la même qu’il y a vingt ans, et de même qu’il y a vingt ans, les énergies de cette région n’étaient pas les mêmes.

Petit à petit se créent des égrégores, ça vous le savez, ces égrégores sont parfois suffisamment constitués non pas pour être opposés à la Lumière mais pour être tronqués, c’est-à-dire être limités à la réalité sensible de ce monde. C’est exactement ce qui se passe au sein de la plupart des courants du bouddhisme, et surtout dans le bouddhisme tibétain, et bien évidemment dans la totalité des mouvements nommés New-Age, qui parlent de la NESARA, qui parlent d’une nouvelle vie dans cette densité-là, ce qui est, comme vous le vivez et peut-être l’avez entendu, totalement impossible par rapport à l’histoire justement de cette terre.

Donc bien sûr, quand tu es dans ces régions, et de la même façon vous avez la même chose dans des lieux qui abritent des structures liées aux méchants garçons, dans certains conseils économiques, dans certaines villes où il y a des représentations, que ce soit de ce que vous nommez l’ONU, que ce soit les forces armées comme l’OTAN, bien évidemment les énergies qui sont présentes dans ces lieux sont dans une certaine mesure isolées, d’abord par leurs croyances elles-mêmes, par les vécus et par leurs intérêts, mais aussi par l’interaction de la Lumière.

Je viens de parler d’une espèce de dôme présent en ces lieux, qui est brillant mais sombre ; ce n’est pas de l’ombre, ce n’est pas du noir, mais c’est simplement un cloisonnement. Ces frères et ces sœurs qui sont dans le New-Age, qui sont dans différents mouvements bouddhistes, sont cloisonnés dans l’illusion de ce monde, c’est-à-dire qu’ils sont persuadés que la spiritualité, c’est non seulement continuer la matière, avec un éclairage de l’Esprit, or la finalité de la Libération et de l’Ascension, c’est la spiritualisation de la matière, ce n’est pas la poursuite de la matière, ça c’est très clair.

Maintenant ils sont, comme l’a exprimé cette sœur, dans leurs croyances. Bien évidemment tu demandes comment ne pas être affectée. Il est une chose de le voir ou de le sentir, et il est autre chose d’en être affectée. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que comme tous les processus que nous vous décrivons depuis plus d’un an, il y a quelque chose à traverser à ce niveau-là, c’est-à-dire être traversée par les croyances et les énergies de ces égrégores, les voir, les percevoir, mais n’en ressentir aucun trouble.

Celui qui est réellement – et de manière définitive – installé dans le Cœur du Cœur, est totalement réfractaire à ce genre de perturbation. Ça ne veut pas dire qu’il ne les voit pas, ça ne veut pas dire qu’il ne les sens pas, mais il est conscient de leur présence mais ne peut en aucune manière être affecté. Donc ce que tu vis est simplement une invitation à te laisser traverser là aussi par ces énergies, par ces informations, mais surtout de ne pas les arrêter, de ne pas les garder au travers de toi. C’est le même principe pour ce qui est vu dans votre vie et qui est à traverser.

Encore une fois, traverser quelque chose et voir quelque chose, ce n’est pas s’y intéresser, ce n’est pas l’expliquer, ce n’est pas le comprendre, mais c’est être justement non affectée par ce qui est limité, que ce soit ton corps, que ce soit tes pensées, que ce soit tes émotions, ou que ce soit les croyances des autres avec ces égrégores qui sont encore effectivement… qui nourrissent non plus les lignes de prédation collectives, parce qu’elles ont été laminées lors de la Libération de la Terre, mais parce que ça maintient une structure illusoire qui est appelée depuis toujours « les égrégores ».

Bon, je pourrais bien sûr te donner des techniques de dégagement, de protection, mais la finalité, elle est pas là, la finalité est d’être ce que tu es, quel que soit ton environnement, c’est-à-dire que le changement que tu perçois, selon que tu es dans la région ou hors de cette région, devrait être perçu bien sûr, mais sans affecter quoi que ce soit dans ta vitalité, dans ton corps, ou dans ta conscience.

Mais c’est justement en faisant, comme tu le dis, ces allers et retours, que tu vas pouvoir, à un moment donné, observer le mécanisme que cela est effectivement réel mais n’a aucune implication sur toi. Là aussi, c’est la répétition de l’expérience, la répétition des oscillations entre bien et pas bien, vitalité-pas vitalité, qui va permettre de voir non pas ce qui existe, mais de voir cette fois-ci le mécanisme qui est à l’œuvre qui te permet de ne plus rien accrocher, de ne plus rien retenir et d’accepter d’être traversée. C’est ce qui avait été appelé l’un des quatre piliers, c’est-à-dire la Transparence. Cette transparence, non plus de toi vis-à-vis de toi-même, non plus de toi par rapport aux frères et aux sœurs, mais tu deviens dans ces cas-là transparente à ce monde, et aucune règle, et aucune loi, et aucun principe de ce monde ne peut plus déstabiliser ce que tu es, ta conscience.

Bien sûr le corps le ressentira toujours, mais sans constater les effets de fatigue ou d’être déstabilisée selon les changements d’endroits. C’est la même chose en face de chaque frère et sœur, vous avez des frères et des sœurs qui sont pourtant dans le cœur, avec qui vous avez plus d’affinités, et d’autres moins d’affinités, c’est humain je dirais. Vous avez des syntonies, des résonances communes, ou pas, mais même ça, ça veut pas dire que vous allez devenir tous les mêmes, ça veut dire simplement que vous êtes capables, et vous allez devenir capables, de traverser ce qu’il y a à traverser dans les relations, dans les lieux, sans en être affectés.

Alors bien sûr y a quand même certaines énergies, certains égrégores qui peuvent affecter de manière importante le corps physique, mais les ressources de la conscience et de la Lumière sont de loin supérieures aux ressources de ton corps physique. Et si tu es en accord avec ce que tu es, de manière large, c’est-à-dire pas uniquement à certains moments privilégiés, mais que ces périodes s’étalent de plus en plus dans la durée, dans la reproduction des mêmes états, alors tu constateras que tu ne seras plus impactée par ce qui te traverse, tu n’arrêteras rien, tu seras à ce moment-là réellement et concrètement devenue transparente.

La Transparence, à ce niveau-là, c’est bien plus que les quatre piliers que nous vous avions expliqués à l’époque et qui étaient à vivre, cette transparence-là est la Transparence de la Lumière, c’est celle qui te donne ce sentiment d’être en Vie, ce Feu du Cœur, cette Onde de Vie, ce sentiment de vacuité ou de plénitude, et aussi de n’être Rien. C’est-à-dire que si tu en es encore affectée au jour d’aujourd’hui, c’est que tu penses encore être quelque chose au sein de ce monde, ce qui ne t’empêche pas de vivre au sein de ce monde, mais change de manière radicale l’expression même et la manifestation même de ta conscience, la plus ordinaire comme la plus Supraconscience. Voilà ce que je peux dire.

Donc bien sûr vous devenez tous, et ça a été dit, de plus en plus sensibles, au Wi-Fi, aux ondes, aux Présences, incarnées ou pas, mais quelle que soit cette Présence, c’est ce que je disais aussi dans une des premières questions tout à l’heure, quoi qu’il se passe, traverse-le, ne cherche rien à arrêter. Même si tu as vu ce dôme qui est sur cette région, ou sur une partie de cette région ou de ce village, ça n’a aucune espèce d’importance, tu n’as pas à être affectée par cela, tu n’as pas à lutter contre cela, sans ça tu pénètres dans la dualité à nouveau, et donc dans l’action-réaction.

Bien sûr c’est vu, bien sûr ça te gêne, mais à un moment donné ça ne pourra plus te gêner dès l’instant où dans ces moments-là, tu ne porteras pas ta conscience sur ton corps avec ses désordres, mais uniquement, de la même façon, sur ton cœur. Parce que le cœur va te fournir réellement et concrètement tout ce dont tu as besoin pour ne pas être perturbée ou altérée par ce qui est ressenti et vécu, et même vu.

Celui qui est le plus souvent, je dis pas de manière définitive encore, en Grâce totale, mais qui est le plus souvent en état de Grâce, même si ça ne dure pas, dans cet état de Grâce vous ne pouvez pas être affectés. Ce qui veut dire que ce n’est pas l’énergie qui te fait sortir de la Grâce, ou de l’endroit où tu repénètres quand tu rentres chez toi, mais que c’est simplement ta conscience qui est attirée par cette manifestation plutôt que ta conscience reste centrée dans le cœur, non pas pour demander à être libérée de cela mais simplement, je dirais, pour la joie d’être dans le cœur, dans le Feu du Cœur, dans le Feu Igné, dans la vibration du cœur, peu importe, appelle cela comme tu veux. Mais dès l’instant où ta conscience n’est plus attirée par la manifestation, tout en la vivant mais en se tournant résolument, volontairement, dans le Cœur, il n’y a plus aucune raison d’être affectée, que ce soit par le bruit – j’en ai parlé la dernière fois où nous nous sommes vus – par exemple, mais c’est pareil pour les énergies de ce type-là.

Il faut aussi, à travers cela, ce que nous vous disons, c’est respecter la liberté et la croyance de l’autre, même si sa liberté et sa croyance est diamétralement opposée à ce que vous vivez. Vous n’avez pas à le juger, et vous n’avez pas non plus à en être affectés. Bien sûr, c’était la règle jusqu’à présent – et jusqu’à ces années qui viennent de s’écouler, c’était une constante –, mais quels que soient les dérangements, si je peux dire, quelles que soient les énergies viciées que vous puissiez rencontrer dans un lieu, dans un égrégore, avec un frère ou une sœur, allez au-delà. Si vous ne pouvez pas aimer, pardonnez dans le silence et passez votre chemin ; ça, c’est bien pour une relation, mais pour un lieu où tu vis, c’est plus difficile, n’est-ce pas ?

Alors bien sûr, ça paraît délicat à accepter et à croire que par ta simple présence dans le cœur, dans quelque lieu que ce soit comme dans quelque relation que ce soit, il y a dans ton cœur toutes les ressources pour ne pas être affectée, malgré la perception de ce déséquilibre. Tout se joue à ce niveau, c’est ça la Transparence qui se vit maintenant et qui rejoint ce que j’ai appelé la Voie de l’Enfance, l’innocence, la spontanéité, tel que ça avait été développé, et aussi la Vérité.

Vous voyez, la liaison avec votre corps était très profonde puisqu’il y a eu identification au corps chez tout le monde. Maintenant, avec le travail de la Lumière, le travail de la Libération, le travail des Étoiles, votre travail en tant que ancreurs de Lumière, semeurs de Lumière, piliers de Lumière, vous avez à vous rendre compte que ça ne sert à rien de dire : « Celui-là, il est noir » ou « Les énergies dans ce lieu sont pas conformes », puisque l’énergie conforme, elle est dans votre cœur et nulle part ailleurs. Vous saisissez ?

Donc dès l’instant où vous faites cette espèce de retournement, de révolution intérieure, plutôt que d’appeler une solution extérieure ou d’être affectée par ce que tu perçois, tu pourras le vivre sans aucun trouble, si je peux dire, sans aucun problème. C’est ça qui est la clé. C’était pas possible y a quelques années mais ça va devenir de plus en plus possible, parce que ça voudra dire que ta conscience est installée de manière quasi définitive dans ton corps d’Êtreté qui est là, je te le rappelle, et non pas dans le jeu de la conscience manifestée en ce monde.

Sers-toi de ta conscience manifestée en ce monde quand tu dois rédiger un chèque, quand tu dois aller discuter avec la banque, là oui, sers-toi de cette personne, et même dans ces circonstances-là, place-toi dans le Cœur, ce n’est pas antinomique. Avant c’était, pas antinomique mais c’était l’un ou l’autre, après on vous a dit qu’il y avait superposition, c’était l’un et l’autre, et maintenant c’est l’éphémère qui s’éloigne et l’Éternité qui s’installe de manière définitive, et donc la conscience inhérente à cette Éternité, le Supramental, la Supraconscience, l’Absolu, l’Infinie Présence, qui sont en action – intérieure –, et qui se traduisent à l’extérieur.

Vous saisissez le mouvement de la conscience ? C’est-à-dire que jusqu’à présent, en tant qu’êtres sensibles, ouverts, éveillés, ayant allumé l’une ou l’autre des Couronnes, vous aviez remarqué déjà depuis longtemps que vous sentiez tout, mais rappelez-vous que j’avais dit déjà à cette époque : « C’est celui qui dit qui est », « L’amour ou la peur ». Alors bien sûr, il y a à ce niveau-là des réflexes, des habitudes, des conditionnements, qui ne sont pas de l’ordre des choses graves comme les petits diables, ou encore des blessures ou des cicatrices, c’est simplement non plus un face-à-face avec vous-mêmes mais c’est un face-à-face avec l’Éternité et la Vie, et là, y a que deux positions : Cœur du Cœur ou projection de la conscience, quelle qu’elle soit, que vous soyez dans la conscience la plus ordinaire ou dans le Soi, et vous allez projeter à l’extérieur. Tout ce qui se déroule, ou qui se déroule pas, à l’heure actuelle pour l’ensemble des frères et des sœurs de la terre, est lié à cela.

Faites-vous confiance à l’Éternité que vous êtes, que vous le viviez ou pas, ou avez-vous besoin, si je peux dire, de mettre votre grain de sel dans tout ? Mais si vous mettez votre grain de sel, la conscience est entraînée, alors après vous allez constater effectivement que soit vous êtes moins bien, soit qu’une douleur peut se réveiller dans le corps. Et si à ce moment-là vous faites le retour au cœur, sans rien demander, il est pas question d’avoir, comme je disais y a deux-trois ans, la réponse du cœur, parce que la réponse du cœur vous l’avez déjà à travers le ressenti et les troubles qui peuvent encore apparaître, mais si vous pensez, dans ces moments de trouble, à vous mettre dans le Cœur du Cœur, l’énergie et la conscience vont suivre, et non pas le mental, et non pas le besoin de se protéger.

Bien sûr, à condition de fournir quand même un cadre de manifestation, y a des polluants, par exemple, qui tuent directement le corps, pas le cœur, qui tuent le corps, ça vous n’y pouvez rien, mais dans les conditions actuelles de vos vies, tout ce que vous percevez n’est pas fait pour vous arrêter, pour vous interroger ou pour être expliqué. Allez dans le sens de la Vie. Comme ça a été dit voilà pas longtemps, vous n’êtes pas une personne qui est en vie – c’est ce que vous croyiez ça, jusqu’à présent –, vous êtes la Vie, et la Vie ne se laisse arrêter par rien, elle ne fait pas de différence entre le bien et le mal, elle ne fait pas de différence entre une énergie libre, vibrale, et une énergie enfermante. Elle sait que ça existe, elle est traversée par cela, mais la conscience n’arrête rien. C’est la meilleure preuve que vous êtes en cours d’installation en votre Éternité, et que l’éphémère s’éloigne de vous plus ou moins vite.

Question : à l’âge de la retraite, j’ai eu l’intuition que c’était le moment pour moi d’être au service des autres. Des synchronicités m’ont emmené ici. Comment faire pour être au service des autres ?

Alors y a deux façons d’être au service de l’autre. Y a d’abord, ça avait été expliqué, ce qu’on appelle le Bhakti Yoga, le Yoga de la dévotion. C’est le sacrifice conscient de sa personne au profit des autres, mais tout le monde n’est pas un saint ou un mystique. Bien sûr, vous avez des obligations dans la vie, ne serait-ce que payer la maison, la voiture, la nourriture et tout ça, hein. Le service des autres, aujourd’hui, c’est avant tout être totalement toi-même, ne jamais chercher son avantage personnel. Mais ça, c’est même pas à y penser, parce que dès l’instant où, comme je disais dans la réponse précédente, tu t’installes dans ton cœur, mais c’est pas un acte intellectuel, c’est pas un concept, c’est un vécu, un vécu direct, dès que tu acceptes cela, sans te poser la question, justement, de comment tu vas servir les autres, tout va t’apparaître spontanément, naturellement, sans effort, c’est-à-dire : sois toi-même.

À travers tout ce qui peut te traverser d’agréable comme désagréable, ne fige rien, ne limite rien, écoute ce que te dit la Vie et non pas ce que te dit ta tête. C’est-à-dire qu’il n’est pas question d’organiser ; tu pourrais par exemple imaginer créer une fondation, donner tout ton argent, tout ton savoir, ça servirait à rien. L’important c’est d’être toi-même, car il n’y a pas de meilleure façon d’aider l’autre que de le faire dans l’humilité et le silence, non pas en voulant aider mais en étant soi-même la Vie. En étant la Vie au Cœur du Cœur, il ne peut plus y avoir d’interrogations, tu es dans le service, à ce moment-là.

Vous savez, vous avez, et c’est très fréquent par exemple sur le continent indien, des frères et des sœurs qui se revendiquent ceci, cela, la mère divine, le père divin, Dieu pourquoi pas, d’autres qui font descendre le Supramental à eux tout seuls ; ils jouent des rôles, ils croient aider mais ils n’aident rien. Celui qui aide, c’était par exemple Ma Ananda Moyi, quand elle passait des années en Samadhi ; l’effet sur la terre était autrement plus important que ceux qui vont user leur chemise dans des ashrams pour nettoyer le lieu en croyant servir les autres. Non, ils servent le gourou ceux-là, ils servent le mouvement.

Être soi-même est le meilleur des services que tu peux rendre à l’humanité, et ça c’est indépendant de l’action. Bien sûr tu peux mener des actions, si tu en as la possibilité et si la Vie te le présente, mais la meilleure façon de servir, aujourd’hui, c’est d’être ce que tu es. C’est indépendant des organisations, c’est indépendant des groupes, c’est indépendant de l’argent, et c’est indépendant de toute volonté. Si tu es toi-même, alors tu travailles pour la terre au-delà de tout ce que tu peux rêver, imaginer, penser ou projeter.

Si tu adoptes cette clarté intérieure, cette transparence, cette innocence, cette Voie de l’Enfance, cette humilité, accepter de n’être rien du tout quel que soit le statut social, quels que soient les enfants, quelle que soit la famille, tout en restant dans le milieu. Il n’y a rien à fuir si ce n’est soi-même au sein de la personne. Mais ça, quand je parle de fuite, c’est pas s’en aller, c’est rester ici, totalement présent, te laisser traverser, si tu sens les vibrations, par la Couronne, par le Canal Marial, par le Feu du Cœur, que ce soit la Couronne Ascensionnelle ou le Feu Igné, que ce soit l’Onde de Vie, peu importe, simplement être là, être disponible, et c’est pas une question d’emploi du temps, la disponibilité, c’est une attitude intérieure.

Tu peux très bien être en train de faire quelque chose de très matériel et être disponible, parce que ta conscience reste dans le Cœur, et là, tu es dans le meilleur des services. Après, tout le reste ne sont que soit des projections, soit des opportunités que la Vie te donne d’accomplir cela de manière plus visible, mais le meilleur service à l’autre est strictement silencieux et invisible. Parce qu’il y a toujours, dans le désir de vouloir servir et aider, le risque que l’ego, l’orgueil spirituel, s’empare de ça, alors que si tu restes dans le silence tout en menant tes activités, tout en pensant à ce Cœur du Cœur tout le temps, à chaque minute de ta vie, sans rien vouloir, tu seras dans le service en totalité. Ça nécessite pas d’argent, ça nécessite pas de réflexion, ça nécessite pas de changer quoi que ce soit, si ce n’est le regard de ta propre conscience sur toi-même et l’endroit où se porte ta conscience.

Vous avez, j’ai parlé du continent indien, des frères et des sœurs aujourd’hui qui voyagent dans le monde entier en se prenant pour des mères divines, qui apportent une consolation mais jamais la guérison, or aujourd’hui c’est la guérison définitive qui est apportée. Donc bien sûr parfois c’est utile, si la Vie te met ça devant les yeux, d’aider telle personne spécifiquement, mais rappelle-toi que la meilleure aide et le meilleur service, c’est quand tu es transparent en toi-même, quand tu es installé dans la Demeure de Paix Suprême, c’est-à-dire Shantinilaya.

Alors à ce moment-là, tu es dans le service le plus parfait qui soit. Tu n’as pas besoin de montrer sur les toits que « Moi, regardez, je donne, je donne de moi, je donne de mon temps. ». Non, il faut sacrifier, ça veut pas dire tout donner, ni même rien donner, ça veut dire continuer à vivre et te placer dans le Cœur, et la Vie fera en sorte que ton placement dans le Cœur génère un champ d’énergie, un cocon de Lumière autour de toi qui va devenir tellement vaste que tu n’auras pas besoin de penser à une personne pour qu’elle en éprouve l’aide, la guérison. C’est de ça qu’il est question.

C’est, comme disait le Christ, soit tu donnes des poissons, soit tu apprends à pêcher. Or là, apprendre à pêcher le poisson, c’est demeurer au Cœur du Cœur de plus en plus intensément et de plus en plus souvent, et tu constateras, dans la scène de théâtre de ta vie, que tout change et que tout est chamboulé sans que tu aies émis la moindre idée, la moindre volonté de changement. Tout va être fait par l’Intelligence de la Lumière et l’Intelligence de la Vie pour te montrer là où c’est fluide, là où tout se fait sans effort, sans volonté et sans désir. Là est la plus grande des libertés, là est le plus grand des serviteurs de la Lumière. Voilà ce que j’avais à te dire.

Question : comment se vivront les trois jours de stase pour les Libérés Vivants ?

Ben, de la même façon que pour tout le monde : extinction de la conscience, installation dans ce que la personne appelle le néant, le noir, qui est en fait la source de la Lumière, l’Absolu ; reconnaissance, par le Serment et la Promesse, de la Source durant l’Appel de Marie et la stase. Pendant la stase (après l’Appel de Marie, plutôt), dans cet état qui fera que quand vous reviendrez, quand vous serez ressuscités, vous ne serez plus jamais les mêmes, si toutefois vous revenez. Voilà ce que je peux en dire.

Donc y a pas à se préoccuper puisque de toute façon, il y aura rien à faire, rien à se prémunir, et vous n’aurez de toute façon aucun moyen d’action sur quoi que ce soit, ni votre corps ni votre conscience. C’est pour ça que ça a été appelé la stase, mais qui est en fait une mort ; vous allez passer les portes de la mort. Certains vont ressusciter, pour une fonction précise, j’en ai parlé, que ce soit les Cercles de Feu, pour la rédemption, pour la contrition (pour d’autres), pour le service matériel pour certains frères et sœurs qui ont besoin de cette aide, cette fois-ci, indépendante de toute contingence sociétale, familiale, financière ou autre, parce que ce que vous pourrez donner à ce moment-là, c’est ni des billets ni de votre temps, c’est uniquement vous êtes là ou vous êtes pas là, en face des circonstances de votre vie pour vous.

Voilà. Donc se poser la question de ce qui va se passer pendant les trois jours, mais justement il ne se passera strictement rien, mais vous n’aurez plus de corps, plus de conscience, donc vous retrouverez ce qui avait été expliqué par la Source concernant… et déclamé par l’Archange Uriel sur le Serment et la Promesse, vous reconnectant tous à la réalité de votre Éternité. Que vous le vouliez ou non, que vous en ayez peur ou pas, que vous ayez des préoccupations ou pas. C’est un moment unique, vous le savez.

Donc y a à se préoccuper de rien, et je vous rappelle qu’entre l’Appel de Marie et le début de la stase, les circonstances de la vie vous placeront là aussi au bon endroit. Mais y a un certain temps qui s’écoule entre l’Appel de Marie et le début effectif de la stase, de même qu’il y a un certain temps entre l’apparition des Trompettes partout sur la Terre et l’apparition de Nibiru, qui sera dans les mêmes temps, tout ça est synchrone, si vous voulez. Je ne peux pas vous donner une chronologie très exacte, ponctuelle, mais vous avez les grandes lignes.

Et en plus vous verrez avec Marie, demain, ce qu’elle a à vous dire concernant certains évènements qui sont, je dirais, une sonnerie en quelque sorte, avant les Trompettes. Parce que les Trompettes, je ne sais pas si vous en avez déjà entendu ou écouté sur internet, quand elles sont enregistrées – et que c’est pas des fausses Trompettes, bien sûr, parce qu’il y a des jeunes qui s’amusent à créer des bandes-son qui n’ont rien à voir avec la vérité, mais certaines sont tout à fait véridiques –, vous avez vu ce que ça déclenche, c’est quelque chose qui est… qui vient de très loin, et qui résonne en vous. Que vous ayez peur ou pas ne change rien.

Donc ne vous préoccupez pas d’autre chose maintenant que votre Cœur du Cœur, en chaque circonstance. Et d’ailleurs si Bidi est revenu, c’est aussi pour ça, et si moi-même essaye de vous orienter vers cette absence de question, vers l’évidence de la Vérité, pour vous aider à vous engager à faire le dernier pas. Qu’avez-vous à craindre ? De quoi avez-vous encore peur ? Vous avez tous des frères et des sœurs autour de vous qui sont libérés vivants ou qui vivent ces mécanismes d’Absolu – c’est pas un mécanisme, excuse-moi Bidi, mais disons qu’ils vivent la Vérité –, ils vivent la Vérité en un clin d’œil, et après c’est fini.

Bien sûr la personne peut revenir, parfois y a des petites questions, et après vous en rirez vous-mêmes parce que vous verrez le personnage agir. Vous n’êtes pas la personne, vous n’êtes pas le personnage, vous êtes même pas l’observateur, et encore moins le témoin. Le témoin concerne la conscience et vous êtes la A-conscience, vous êtes toutes les consciences et vous êtes la conscience unique. C'est pas à accepter, ce que je vous dis, ni à croire, c’est ce qui est à vivre maintenant, et c’est ouvert à tout le monde, quelles que soient vos douleurs, quel que soit votre âge, quelles que soient vos croyances résiduelles, quelles que soient vos habitudes encore présentes, quels que soient les conditionnements, quelles que soient vos lignées. C’est ça qu’il faut voir, si je peux dire.

Autre question.

Question : si Marie nous appelle par notre prénom, est-ce obligatoirement une voix féminine car j’entends mon prénom, depuis des années, par des voix masculines ?

Ben en plus, l’Appel de Marie, quand elle vous appelle par votre prénom, elle vous appelle pas pendant des années, elle vous appelle une fois, ça suffit. C’est marqué à vie. Donc des voix masculines qui t’appellent en permanence, je sais pas pour quoi faire, c’est certainement pas des voix de la Lumière. Ça veut pas dire que c’est des voix de l’ombre, ça veut dire que c’est des plans intermédiaires, c’est-à-dire soit des désincarnés… mais parce que un être de Lumière, quand il se manifeste, et moi quand j’interviens pour vous soigner, j’ai pas besoin de mots ni de vous susurrer votre prénom à l’oreille, j’agis. Ce qui agit, c’est la Lumière. Alors bien sûr vous avez besoin de formes, alors vous dites : « C’est OMA », vous dites que c’est telle entité, que c’est le maître Philippe, que c’est Marie, mais en définitive, quelle importance cela a puisque tout cela, c’est vous. Vous comprenez ?

Allez au-delà de la forme, là aussi, soyez dans la Vie qui n’est pas sujette à une forme éphémère, tout en étant présents dans cette forme éphémère, en assumant totalement la condition éphémère et en assumant totalement votre Éternité. C’est comme ça que l’éphémère disparaît complètement de votre champ de conscience, si je peux dire.

N’hésitez pas à interrompre si y a des questions complémentaires, je vous l’ai déjà dit.

Question : pendant le sommeil, j’ai eu la manifestation, au-dessus de ma tête, d’une pyramide qui s’est posée, et juste après, un nautile s’est rajouté en-dessous de la pyramide, quelques secondes. C’était très court et très clair, pouvez-vous m’éclairer ?

Alors tout ce qui arrive, tu as dit que tu as perçu une pyramide, effectivement tu as pu percevoir réellement une pyramide, mais tout ce qui se manifeste au-dessus de la tête et qui arrive par la tête, maintenant, n’est pas lié uniquement à la triple radiation de l’Ultraviolet, de la Source et des radiations Mikaëliques, de la Tri-Unité, ou de Sirius, ou de la Source. Ce qui se déploie maintenant, que toi tu as perçu comme une pyramide, c’est le Vajra, c’est-à-dire la Fontaine de Cristal, qui est le point de jonction le plus haut entre l’éphémère et l’Éternel. C’est ce qui est lié au processus ascensionnel. D’ailleurs certains parmi vous peuvent se sentir comme tirés vers le haut, ou au contraire, à d’autres moments, tirés vers le bas, avec des densités de corps qui deviennent différentes. Ça, c’est l’allumage de la Merkabah interdimensionnelle personnelle.

Quand Marie dit et que je vous dis que l’Ascension a commencé, c’est la mise en route de la Merkabah interdimensionnelle collective : les vaisseaux de Lumière, constitués par des milliers de corps de Lumière, ou de corps d’Êtreté si vous préférez. C’est ce processus-là, collectif, qui est en route. Il est en route parce que suffisamment de frères et sœurs incarnés ont fait le sacrifice de leur personne, ont fait acte de contrition pour ceux qui étaient opposés, mais vivent la réalité de l’Éternité. Et vous verrez autour de vous des frères et des sœurs qui n’ont pas vécu de vibrations jusqu’à présent, qui ne s’intéressaient pas à la spiritualité, qui vont se mettre à vous parler de Lumière, d’Absolu, d’Éternité. Ils savent que c’est eux. Même s’ils n’ont pas les vibrations pour le traduire, même s’ils n’ont pas le langage intellectuel ou spirituel pour l’exprimer, ils le vivent.

Et dans ces cas-là, ça rejoint aussi la question précédente, quand vous sentez à certains moments ce déploiement de la Fontaine de Cristal, qui en fait se déplie sur la petite Couronne et déborde maintenant sur la grande Couronne, et ça fait effectivement, quand vous joignez les douze points, l’impression d’une pyramide, mais en fait c’est pas une pyramide, c’est un cône. Alors si certaines Étoiles, et en particulier la jonction entre les Étoiles et les archétypes des Hayot Ha Kodesh sur les quatre points autour de la petite Couronne de la tête, quand ils se relient, ça donne une impression effectivement de côtés ou de faces, mais c’est pas vraiment une pyramide.

Donc ce processus traduit l’allumage de la Merkabah interdimensionnelle collective, depuis le 8 mars. Y a trois étages à allumer, c’est comme une fusée hein, le premier étage, le checking est passé, c’est bon. Il reste le deuxième et le troisième étage, mais vous allez le vivre bientôt, donc je vais pas vous le développer maintenant, je pense que j’aurai des questions là-dessus la prochaine fois, si on est là.

Question : rêve d’une sœur : je suis dans une sorte d’aéroport blanc, très épuré, très spacieux et lumineux. Je remets deux documents à un homme. L’un représente mon identité, passeport ou carte, le second, je ne sais plus. L’homme les prend, me dit qu’il revient et va vers un grand couloir. Ne le voyant pas revenir, je pars dans le couloir qui arrive à deux ascenseurs. Je ne vois pas l’homme qui devrait sortir des ascenseurs et décide de revenir là où nous nous étions quittés. En marchant, je sens mon corps ralentir, j’ai du mal à avancer. Deux personnes, comme moi, s’arrêtent, figées. La joie m’envahit, je pense que c’est la stase. Cela envahit ma tête, ma conscience s’extrait, puis c’est le silence, la béatitude, juste "rien", "tout". Soudain je me retrouve dans ce corps qui ressent encore cet état, alors que mon mental me dit que je suis revenue dans cette dimension et ce corps. J’ai un pincement au cœur, une pression au plexus.

Mais je crois qu’elle a donné elle-même l’explication, elle a comparé ça à l’Ascension. Si on prend les éléments du rêve, la gare, l’aéroport, en plus où tout est blanc, c’est un lieu de départ, de changement. En plus, l’évènement le plus important, c’est qu’on te prend tes papiers, tu n’as plus d’identité. Donc, et t’as prononcé toi-même, en écrivant cette question, tu as prononcé Ascension, mais c’est effectivement ça, ton cerveau simplement a eu besoin de créer des formes pour coller à ce que tu connais, c’est-à-dire l’aéroport, l’ascenseur, quelque chose de très épuré, de très blanc, et puis après, comme tu le dis, plus rien. C’est un rêve qui t’annonce directement l’Ascension, puisque je te rappelle que celle-ci a commencé le 8 mars. Et là c’est extrêmement précis, hein, c’est pas comme 2012, le 21 décembre, ou au mois d’octobre 2011, là c’est marqué au fer rouge. Donc on t’a annoncé cela. Mais je crois que tu avais certainement compris la même chose, puisqu’il a été prononcé le mot Ascension.

Tu n’as plus besoin d’identité, de papiers. Tu crois que tu en as besoin, d’ailleurs tu cherches tes papiers, ce monsieur, et puis après tout se fige ; c’est la stase effectivement. Et ce qui est merveilleux, c’est que tu décris quelque chose de très blanc, mais bon, je laisserai Marie s’exprimer là-dessus, c’est pas à moi d’en parler. Ce que je veux dire par là, c’est que tu as vécu un scénario avec des images transposées dans ta réalité tridimensionnelle, l’aéroport, l’ascenseur, les papiers, tu vois ce que je veux dire ? Mais c’est exactement cela qui t’a été annoncé.

Vous voyez très bien, d’ailleurs vous avez des frères et des sœurs qui ont peur de perdre la vie parce qu’ils sentent ce qui se passe sur terre, que la guerre est là, que y a des troubles de tous les côtés, que la terre est en train de se réveiller, que les volcans se réveillaient, que les séismes, et tout se modifie, y a un bouleversement total de la terre, et ces gens-là, ben ils vont rêver de quoi ? Ils vont rêver de tsunamis, ils vont rêver de réveils volcaniques, mais c’est aussi l’Ascension, simplement la traduction, dans le rêve, sera différente selon ton point de vue.

Toi tu décris un aéroport, les papiers que tu donnes à quelqu’un, l’ascenseur, et d’autres vont voir des tsunamis, beaucoup de tsunamis et de volcans, mais c’est la même réalité, simplement l’emplacement de la conscience n’est pas le même, et le vécu, la traduction du rêve, si c’est un rêve, sera profondément différente alors que la signification est exactement la même. Mais le vécu, effectivement, sera différent pour chacun, nous vous l’avons dit.

Autre question.

Question : lorsque Marie m’appellera, est-ce par mon nom usuel ou par le nom d’Esprit comme elle l’a fait en 2012 ?

Ça dépend si tu as changé ou pas, ça peut être le nom de baptême, le prénom, parfois le deuxième prénom, mais en tout cas c’est pas important d’entendre tel prénom ou tel prénom. Dès que Marie te chuchote deux mots ou un mot à l’oreille, tu sais que c’est ta maman et tu peux plus avoir le moindre doute là-dessus ; ça s’imprime comme j’ai dit, au fer rouge dans ta conscience. Et la question, c’était par rapport à quoi ?

… lorsque Marie m’appellera, est-ce par mon nom usuel ou par le nom d’Esprit comme elle l’a déjà fait ?

Si elle t’a déjà appelée, y a aucune raison qu’elle te réappelle. Bien sûr, tu entendras comme tout le monde : « Je suis Marie, Reine des cieux et de la Terre, mon enfant… », et après le prénom, mais c’est tout. T’inquiètes pas, y a personne qui pourra te tromper à ce moment-là, parce que le Canal Marial est constitué et ne peuvent descendre à l’intérieur que des êtres de Lumière, bien sûr. L’important n’est pas d’entendre son prénom, l’important n’est pas la qualité de la voix, mais c’est ce que ça déclenche en vous qui est important, et ça déclenche quelque chose, bien sûr.

Elle pourrait aussi t’appeler par ton nom d’Esprit, et tu le reconnaîtras instantanément, mais le plus souvent il faut reconnaître que Marie vous appelle tout simplement par votre prénom, celui que vous portez dans l’identité, le plus usuel. Donc l’important, c’est pas la façon dont elle va t’appeler, c’est de vivre cet appel. Même si elle t’appelle je sais pas comment, d’un prénom qui n’est pas le tien, c’est pas la peine de se dire : « Ah ben elle s’est trompée de personne ». Non, c’est pas vrai. N’oubliez pas, Marie vous appelle par votre prénom parce que c’est usuel, la caresse de la joue ou le baiser sur la joue vous est acquis, la pression sur l’épaule ou la tenue de la main, c’est aussi Marie.

Autre question.

Question : j’ai fait deux rêves.

Il y a peut-être des questions dans les gens qui sont là, aussi…

Alors finissons les écrites, et après on va vous laisser parler.

… en janvier, j’étais dans une maison, ce n’était pas la mienne, où il y avait eu de la violence et de l’alcool. Il n’y avait plus de violence mais encore de l’alcool. J’ai fait deux rêves. Dans l’un, Christ m’est apparu, grand, les cheveux mi- longs, bruns, les yeux bleus. Il portait une robe de tissu grossier et était pieds nus. Il s’est dirigé vers une grosse canalisation et a dévissé une vanne, l’a lancée, et elle a explosé au sol. Il est parti et je voulais le suivre. Je suis allé chercher mes chaussures et quand je suis revenu, il n’était plus là. Le deuxième rêve : je suis dans une église, où comme lorsque j’étais enfant de chœur, j’éteignais les cierges à la fin du truc…

Le truc, ça s’appelle la messe.

… oui. Je suis aidé par Quasimodo. On a presque terminé, et je lui dis qu’il peut partir et que je vais finir. Au fur et à mesure que j’éteins les cierges, apparaissent, sur les bancs, des petits diables serrés les uns contre les autres. Je les chasse, mais plus j’éteins de cierges plus il y en a. J’appelle Quasimodo à l’aide. Depuis, je me suis intéressé au mot Quasimodo, et j’ai vu que c’était le dimanche qui suivait le dimanche de Pâques. On m’a dit que ça correspondait aussi à Thomas.

Et quel est le rapport entre le premier et le deuxième ?

… je ne sais pas.

Et tu veux qu’il y ait un rapport ou pas ?

… je ne veux rien.

Moi non plus, mais tu me présentes deux rêves...

… oui car ils se sont passés dans un temps très proche au même endroit, et pas chez moi.

Le même endroit. Ah voilà, le même endroit, c’est à l’endroit où il y a eu l’alcool.

… oui, et aussi une porte enfoncée.

C’était pas un curé qui habitait là par hasard ?

… non.

Alors le premier rêve, reprenons, parce que là le deuxième est très troublant. On va commencer par le deuxième, si tu veux bien. Qu’est-ce qui se passe ? Tu éteins les lumières.

… j’éteins les bougies.

Oui, t’éteins la lumière, la vraie Lumière, c’est la Lumière de la messe, en fait. Tu éteins la Présence du Christ, les petits diables arrivent. Dans le premier rêve, qu’est-ce que tu vois ? Le Christ. Et le Christ il fait quoi ? Il démonte quelque chose, d’accord ? Donc il ôte quelque chose, tu le dis toi-même, il ôte une canalisation, c’est-à-dire l’endroit où passe quelque chose, de l’eau, de l’air, de l’électricité, peu importe, d’accord ? Donc il retire la possibilité pour des manifestations qu’on appelle de rémanence des lieux, de se manifester. Il démonte en quelque sorte l’endroit, et c’est symbolique, qui permettait à ces énergies dites de rémanence de se manifester dans le lieu et d’entraîner soit de la violence, soit de l’alcool pour les nouveaux occupants. C’est aussi simple que ça.

Tu vois le Christ, en plus. Et dans le deuxième rêve, qu’est-ce que tu fais ? Tu es enfant de chœur, et c’est toi qui es chargé d’étouffoir pour les bougies de la messe. Et à ce moment-là, qu’est-ce que tu constates ? Que la Lumière du Christ n’étant plus là, puisque la messe est terminée, les petits diables sont de retour. C’est une invitation à voir l’action du Christ intérieur à ce que tu es, même si c’est un personnage que tu as vu, même si c’est la messe à laquelle tu as assistée, qui t’engage à l’Unité. Que fait le Christ ? Il enlève la rémanence des murs. Il te suffit d’être dans le lieu, ou même pas, et de dire et de demander au Christ, ou de dire au nom du Christ, tout ce qui est passé dans cette maison est éclairé et disparu par la Lumière. Les deux rêves, effectivement, sont liés. Il y a en toi la même Lumière que la Lumière du Christ, allumée et incorporée, si je peux dire, par les cierges de l’église. Il suffit d’allumer ta Lumière pour qu’il n’y ait plus de petits diables.

… et Quasimodo ?

Quasimodo est lié à quoi ? Il est lié, comme tu l’as dit, à saint Thomas. Il tombe toujours à la même date, c’est toujours après Pâques. C’est un jour important. C’est un jour où la notion de matière ou de forme de matérialité, après Pâques et avant donc l’Ascension et la Pentecôte, doit te permettre de réaliser l’état Christique et te montre aussi que en cet état Christique, toute rémanence ne peut se maintenir. Ça rejoint ce que j’exprimais tout à l’heure par rapport à la maison où il y avait des énergies lourdes. Donc les deux rêves sont reliés. Ils te traduisent tous les deux qu’avec la Lumière du Christ – que tu es –, plus rien ne peut interférer. Voilà ce que te disent tes rêves.

Maintenant, est-ce que ça a une portée réelle, comme je te l’ai dit, de penser à ce lieu, de te relier ou de vivre le Christ au niveau du cœur, permettra effectivement de libérer les rémanences des murs ? Mais peut-être aussi que c’est que symbolique. On te montre que à part la flamme du cierge de la messe, quand tu l’éteins, les diables arrivent, et c’est inéluctable au sein de ce monde. S’en remettre au Christ, devenir le Christ, devenir rien, comme disait notre cher Bidi : « Être rien, c’est être tout », et quand tu es tout, y a pas plus de diable, que de diablotins, que de Dieu. Tout ça, c’est des fantasmes.

… Silence…

Ils dorment tous. Là on n’entend personne parler. Des questions ?

Question : j’ai rêvé qu’on descendait dans des chambres souterraines, il y avait une piscine et des serpents dans l’eau. On prenait les serpents et on les mettait dans le feu…

Alors, avant que tu ailles plus loin dans le rêve, la piscine souterraine, c’est ton inconscient et rien d’autre. Les eaux souterraines, surtout contenues dans une piscine, je parle pas de rivière souterraine mais une piscine souterraine, en plus avec des serpents dans l’eau, évoque simplement les forces qui sont présentes dans ton inconscient et qui t’empêchent, en quelque sorte, d’être libéré de ces manifestations bien-mal. Elles ne sont nulle part ailleurs que dans ton inconscient, indépendamment de la poursuite du rêve qu’on va continuer maintenant. Brûler le serpent, c’est déjà très bien, mais il faut comprendre qu’il n’y a pas d’eau souterraine.

… le lendemain, cela a calmé la zone du ventre, les tensions se sont relâchées.

Ça confirme exactement ce que je te disais, c'est-à-dire que la piscine souterraine, dans un rêve, évoque toujours les forces inconscientes qui sont logées en toi. Elles sont archétypielles, bien sûr, mais elles sont exprimées en toi. Le fait d’avoir brûlé les serpents, les jeter dans le feu, a libéré ces forces inconscientes qui sont des pulsions au sens psychologique du terme. Ces pulsions ne sont pas des pulsions sexuelles ou de prédation, mais sont des pulsions liées à ton propre inconscient qui n’est pas, ici, un inconscient de prédation mais un inconscient de peur du mal. Et d’ailleurs, tu dis toi-même qu’après, la tension de ton ventre s’est libérée. Tu as libéré des forces au niveau… tu as dégagé certains engrammes liés à ce que je viens de dire.

La piscine souterraine, c’est toujours, toujours, l’inconscient, et c’est ton inconscient qui t’es montré. C’est-à-dire tu as exactement la même chose, c’est quelque chose qui est très connu dans l’Advaita : tu vois une corde, il fait nuit, t’es persuadé que c’est un serpent. Tu allumes la Lumière, tu vois que c’était qu’une corde. Et là, c’est pareil pour ton inconscient : tu descends de la colline, tu descends de ton être visible dans des pièces souterraines où il y a une piscine. Là, ça nous signe que tu fais une plongée dans ta propre profondeur, mais pas dans tes mémoires, dans ce qui est là, caché à ta conscience, que tu arrives à trouver, tu retires les serpents et tu les brûles. Tu as donc nettoyé la piscine, et ça s’est traduit au niveau de ton corps.

Rappelle-toi ce que je disais : c’est celui qui dit qui est. Dès l’instant où il existe, en toi comme en chacun de nous, même quand j’étais incarné, la perception de quelque chose, allez, on va dire d’opposé à la Lumière, c’est que cette chose opposée à la Lumière, elle est tout autant en toi et elle est d’abord en toi, sans ça tu ne pourrais jamais la voir, tu vois ? Et là, tu as assisté, et tu l’as vérifié par ton propre corps, tu as nettoyé ce qu’on appelait dans le temps « les écuries d’Augias », c'est-à-dire ton inconscient, c'est-à-dire la piscine, qui en plus, là, est souterraine. Donc c’était des choses qui… c’est pas seulement l’inconscient qu’on peut explorer, c’est un inconscient qui est lié aux archétypes de peur de la mort, de peur de la fin, de peur de ce qui se termine.

Et souvent les gens qui ont peur de quelque chose qui se termine, changent tout le temps. Pas d’humeur ou de conscience, mais essayent de changer les circonstances pour ne pas être pris par la peur de la mort d’une relation, de la mort de ceci, cela. Donc souvent, ces frères et ces sœurs se présentent au contraire comme très détachés, parce qu’ils savent que si ils s’attachent, ils vont souffrir. C’est ça qu’il t’a été donné de voir.

Alors bien sûr, après on pourrait discourir sur la taille des serpents, le nombre de serpents, la façon de les jeter au feu, parce que si tu les jettes dans une cheminée, c’est pas la même chose que les jeter dans un feu qui serait pas dans une cheminée. Tu vois, ça peut aller très loin, mais déjà tu as la trame générale, à travers cela. Et d’ailleurs, le fait de l’avoir vu en rêve t’a libéré quelque chose, comme tu l’as dit, au niveau du ventre.

Question : c’est un rêve : je me promène avec mon ancien compagnon. Je porte un bébé dans les bras et je dois le changer. Je cherche un endroit, j’entre dans un hôtel et je vois une pièce identique à celle-ci. De chaque côté, il y a des baignoires avec des hommes se baignant avec leur bébé.

Et la baignoire est vide, y a pas d’eau ?

… si, il y a de l’eau. Comme il n’y a pas de place pour moi, je repars. Dans la voiture, je pense qu’il faut quand même changer le bébé, car ça risque d’agresser sa peau. Tout à coup le bébé disparaît. Je panique et pense que je deviendrai folle si je ne retrouve pas mon bébé.

Il y a de l’eau dans les baignoires. Là aussi, ça s’adresse à l’inconscient, à un niveau pas aussi important que la piscine. Mais comme tu le dis toi-même, il y a plein de baignoires, où plein de bébés sont en train d’être changés, et toi tu peux pas changer ton bébé.

… il n’y a que des hommes dans les baignoires, qui nettoient leur bébé.

J’ai pas compris. Les hommes sont dans les baignoires et…

… avec les bébés.

Et le caca.

… oui. Ils s’amusent dans les baignoires avec les bébés.

Alors ce rêve parle de ton inconscient, et là, pas de l’inconscient profond mais je dirais plutôt de quelque chose qui est inconscient en toi. Il y a un déséquilibre entre le masculin et le féminin. Ton inconscient t’appelle au secours. Il faut laver les fesses du bébé, mais y a des hommes qui sont déjà en train de s’occuper des bébés, qui ne sont pas les tiens, et puis après, le tien disparaît. Il n’y a plus de bébé. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que – d’abord les baignoires –, qu’il existe de manière non consciente, en ta personne, un déséquilibre entre le masculin et le féminin. On dit souvent que le bébé, c’est l’enfant intérieur. Comme par hasard, ce bébé, tu l’as fait avec l’ancien compagnon. Cet ancien compagnon devait être quelqu’un soit de très autoritaire, soit à l’inverse, il ne t’a pas fourni de quoi te nourrir de l’image masculine. Est-ce exact ?

… oui.

Voilà. Donc effectivement, les expériences de ta vie sur le plan affectif donc, proche, intime, t’ont amenée à être confrontée à quelque chose qui est une masculinité que j’appellerais dévoyée, c'est-à-dire de pouvoir. Tu retrouves cet homme et tu as un bébé. Ce bébé a les fesses sales, tu veux le nettoyer. Tu ne peux pas le nettoyer, il disparaît et tu es très angoissée. On est d’accord ? Ce rêve te signifie simplement qu’il faut trouver en toi l’équilibre entre la gauche et la droite. D’ailleurs, ton corps doit souffrir de manière générale plus d’un côté que de l’autre, n’est-ce pas ? Quand y a des manifestations qui surviennent dans ta vie, tu as dû constater que c’est plus souvent un côté que l’autre ? J’entends pas de réponse.

… ça alterne, hanche gauche, genou droit.

D’accord, donc c’est croisé. Donc là, il y a une dysharmonie entre ton masculin et ton féminin, c'est-à-dire que ta vie, dans cette vie que tu as vécue, ne t’a pas donné la nourriture masculine nécessaire et suffisante pour équilibrer ton masculin, depuis le papa jusqu’à l’ancien compagnon.

Et là, on te montre quoi ? Que tu as vu ce problème et que ce problème disparaît, en l’occurrence ici le bébé ; c’est pas l’enfant intérieur là, hein, c’est un bébé qui a les fesses sales, c’est pas pareil. Donc là on t’a montré, au travers de ce rêve, le déséquilibre entre ta polarité masculine et ta polarité féminine du fait des expériences parfois difficiles que tu as dû vivre avec l’énergie masculine. Alors l’énergie masculine, c’est pas seulement l’homme, hein, bien sûr c’est tout ce qui est actif, tout ce qui était lié à ce que nous vous avions expliqué sur le Masculin sacré. Donc ton rêve t’a signifié qu’il existait, jusqu’à ce rêve, un déséquilibre entre le pôle actif et le pôle passif, le pôle masculin et le pôle féminin, du fait de tes expériences difficiles avec l’énergie masculine, et les hommes d’une façon générale. Ça te parle ?

… oui.

Voilà. Et c’est réglé, y a plus besoin d’y réfléchir.

Et le bébé avait ses fesses sales parce que tu l’as vu ou à l’odeur ? Non, c’est très important, hein.

… au départ, j’ai senti à l’odeur que la couche était pleine.

C’était chaud, voilà.

… ensuite j’ai essayé de le nettoyer car je ne voulais pas que ça brûle ses fesses et je l’ai gardé contre moi.

Tu as donc effectivement éliminé cette problématique. Et c’était un bébé, garçon ou femelle ?

… je crois que c’était une fille.

En plus. Voilà, donc tu as la solution. Ton inconscient, du fait de ta vie et de tes expériences, t’a montré, tu as été confrontée exactement aux hommes qu’il te fallait : papa, amants et autres, pour te permettre de voir en toi ce qui était déficient, c'est-à-dire tout ce qui est lié à la polarité active. Ça veut dire aussi, ça va beaucoup plus loin que ça au niveau de la personne, c’est une tendance à tout intérioriser, à tout garder. Je parle des émotions hein, je parle pas de l’argent, mais au contraire le besoin de se sacrifier, et c’est ce que tu as dû vivre d’ailleurs avec cet homme ; à un moment donné le sacrifice était trop important, tu vois ? Et ton rêve t’a montré exactement tout ça.

… oui, c’est vrai.

Vous voyez, c’est simple. Mais tous les rêves que vous pouvez faire aujourd’hui, même les plus apparemment issus de la journée passée, sont signifiants. Ça veut pas dire qu’il faut se lancer dans une masturbation intellectuelle, mais y a des éléments-clés. On l’a vu : là c’est le bébé, tout à l’heure c’était la piscine avec les serpents, piscine souterraine. Alors bien sûr, le cerveau va agencer ça pour vous faire cadrer ça avec ce que vous connaissez, mais fondamentalement ce rêve te parle de toi. Et tous les rêves vous parlent de vous, même les plus insignifiants maintenant deviennent signifiants. Et ils sont tous, vous allez le constater, en rapport avec ce qui n’a pas été vu, d’une manière comme d’une autre.

C’est pareil pour ton rêve tout à l’heure. Tu es la Lumière, donc aucun petit diable ne peut être présent dans la Lumière. C’est quand tu éteins la Lumière que les petits diables arrivent, mais quand tu éteins la Lumière, la tienne, celle de ton Christ. Et le Christ te dit en plus que tu peux agir par ta présence.

Allez, d’autres questions ?

Question : ces rêves signifiants ont-ils une vertu thérapeutique même si on ne sait pas les interpréter ?

Bien sûr, surtout si vous ne savez pas les interpréter. Bon, je vous donne des clés, mais toi aussi qui viens de parler de ce rêve avec ces bébés qui ont disparu, qui t’ont angoissé, tu as dû nécessairement constater un changement, je dirais, sur ta présentation et ta force intérieure. Quelque chose a changé. Tu as osé exprimer.

… j’ai fait ce rêve il y a deux jours donc je n’ai pas eu le temps de…

Ah oui, c’est quand même très récent, mais ça va changer, tu vas voir. Ta façon de te comporter et de te présenter va être différente. Ça va se traduire pour toi par un sentiment de ne plus avoir des nœuds qui se présentent au ventre ou à la gorge face à certaines situations ou émotions. Tu verras qu’ils n’existeront plus. Ça, c’est pas ton rêve, hein, c’est ce que je vois dans tes cocons de Lumière.

Question : par rapport aux coups derrière la tête… à dix ans, je suis tombé en arrière sur le carrelage, ma tête a frappé au niveau de la nuque. Ce traumatisme a-t-il une signification ?

Tout traumatisme, quel qu’il soit, a toujours une signification particulière. Se casser une jambe n’arrive jamais par hasard. Tout est signifiant, il n’y a rien qui soit insignifiant. Y a des choses qui sont plus importantes que d’autres, mais rien ne peut échapper à cette logique. Alors bien sûr, là, tu parles d’un traumatisme qui est évoqué par rapport à une autre question sur l’arrière de la tête. Mais c’est évident que avec le regard qui va être le vôtre, s’il n’est pas déjà là, vous allez vous apercevoir que l’Intelligence de la Lumière, surtout quand vous ne comprenez rien, est justement quelque chose d’évident. Rien n’arrive jamais par hasard, surtout pour ceux d’entre vous qui sont reliés à ce qu’ils sont, qu’ils le vivent de manière permanente ou pas. Dès l’instant où vous avez une Couronne qui est active, vous rentrez dans ce même schéma général.

En plus, tu as toute la symbolique du corps humain. Comme tu dis toi-même, c’était l’arrière de la tête, donc c’était la matérialité qui a été touchée. Vous avez d’autres frères et sœurs qui se sont cassé une jambe, d’autres un poignet, d’autres qui ont eu des traumatismes à la tête, à d’autres endroits. Mais tout a une utilité, non pas pour vous rendre malades ou pour vous faire souffrir, mais si la Lumière est Intelligence, même au sein de l’enfermement, ce qui est altéré, c’est le mental, les émotions, puisque vous êtes coupés de la reliance à la causalité, et au divin et au spirituel, à l’âtman et au Brahman. Ça, c’est la coupure de l’enfermement, mais tout ce que manifeste le corps peut être vécu et compris dans la symbolique du corps, bien sûr.

Se casser la cheville ou avoir un problème au tendon d’Achille, gauche ou droit, déjà c’est pas la même chose, mais si c’est le genou, c’est encore autre chose. Alors bien sûr, c’est pas, je ne vous engage pas à rentrer dans ce genre de choses, mais dès que vous acceptez que tout ce qui se produit sur l’écran de votre conscience est signifiant, vous n’avez pas besoin d’en avoir la signification. Si vous acceptez le principe de ce signe – marqué dans le corps, puisqu’on parle de traumatisme, là –, vous faites un grand pas, là aussi, vers la Libération, c’est-à-dire dans la reddition ou dans le sacrifice de votre personne à la Lumière. L’important n’est pas la causalité, l’important, comme je l’ai dit, n’est pas la signification ou l’explication, mais sachez que tout évènement est signifiant. Et dans ce signifiant, vous pouvez toujours discuter des causes, des relations entre les causes et les effets, mais le plus important, c’est pas ça, c’est la Lumière qui se fraye un chemin.

N’oubliez pas que ça, vous n’avez pas de moyen, pour la plupart d’entre vous, de l’expliquer ou de le voir concrètement. Mais les choses sont en train de changer très vite, parce que comme je vous l’ai dit, vous allez commencer à apercevoir, non plus seulement le théâtre de guignols, mais les fils qui bougent la marionnette et la main qui tient la marionnette – et qu’est-ce qui est au bout de cette main. Il y a donc un processus d’éclairage et de désidentification, qui n’est pas pathologique mais plutôt une dissolution de l’éphémère au profit de cette Éternité. C’est ce que vous vivez tous, les uns et les autres, de multiples façons, en cette période.

Question : de manière récurrente depuis plusieurs années, en demi-sommeil, j’ai entendu frapper à la porte. Ma peur des voleurs, m’a empêchée de réagir. La dernière fois, il y avait une telle insistance que j’ai envoyé mon père voir ce qu’il se passait. À ce moment, le bruit a cessé.

Et c’est comme ça à chaque rêve ?

… non, je n’ai envoyé mon père que la dernière fois.

Ah bah, t’aurais dû y penser plus tôt.

… c’est récurrent, c’est la troisième fois, les deux premières fois…

C’est une petite récurrence quand même.

… les deux premières fois je n’ai pas réagi et le bruit a continué, et la dernière fois, j’ai envoyé mon père et le bruit a cessé.

Le bruit venait de quoi ? De la porte, de la fenêtre, ou d’un endroit non défini ?

… probablement la porte.

Donc on frappe à la porte la nuit alors que tu es en train de dormir, c’est ça ?

… oui.

Et quel est le sentiment à ce moment-là ? De peur, puisque tu te lèves pas pour ouvrir.

… oui.

Et papa vient au secours.

… la dernière fois car ça frappait avec beaucoup plus d’insistance.

Alors bien évidemment, la chambre, c’est l’endroit où tu dors. La chambre, ça n’a rien à voir avec le souterrain, ou le grenier, ou la cave. La chambre, c’est le lieu de l’intimité. Qu’est-ce qui se passe dans ton intimité ? Tu es dérangée. Et tu appelles l’autorité paternelle pour faire cesser le bruit et voir de quoi il s’agit ; toi, tu as peur. C'est-à-dire qu’il existe en ton intimité, c'est-à-dire non pas dans l’inconscient ou le subconscient, mais quelque chose que tu connais, qui est lié à la peur du masculin. Et pourtant c’est le masculin, en l’occurrence le papa, qui te libère de ce bruit qui te faisait peur.

C’est une invitation, là aussi, mais pas de la même façon que précédemment, dans le rêve très long avec les baignoires et les bébés, là c’est beaucoup plus simple, parce que là, ça touche pas les fondements de la personnalité, ça touche pas l’expérience vécue depuis l’enfance avec les différents hommes, mais ça traduit là quelque chose qui est une dysharmonie. Et au niveau spirituel, il y a comme une inversion, c'est-à-dire qu’au niveau de la vie de tous les jours, de par ce que tu es, de ce que tu as fait, de ce que tu as été, il existe une forme d’autorité masculine, mais qui n'était pas appliquée depuis le centre-cœur mais depuis l’exemple qui avait été donné par le papa.

Donc tu as bâti, dans certains aspects de ta vie, un modèle de force professionnelle, affective, qui en fait n’existe pas, donc c’était quelque chose qui était uniquement de l’apparence. Or ce bruit a été arrêté par le papa, c'est-à-dire que maintenant ton sommeil, ton intimité ne peut plus être dérangée par ce genre de choses qui se sont manifestées souvent dans ta vie, c'est-à-dire être obligée, ce qui est contraire à ta nature, je pense, de te présenter avec un côté masculin. J’ai pas dit autoritaire ou violent, je dis simplement avec une coloration masculine. Non pas de forme, bien sûr, puisque j’entends d’après ta voix, tu es une femme bien sûr, mais ça traduit un besoin de se prémunir et de se préserver. Or se prémunir et se préserver, c’est uniquement mettre sur le devant de la scène, sur la persona, comme disent les Grecs, un aspect beaucoup plus autoritaire et déterminé que ce qui existe en réalité.

Tu as été obligée durant ta vie, dans beaucoup de secteurs, de tenir un certain rôle, que ce soit avec l’homme, avec toi-même, avec la profession. Aujourd’hui cela est dépassé, et donc y a plus de raison d’être dérangée la nuit ou d’appeler le papa. Tu as donc équilibré en toi, et maintenant ce rêve s’est reproduit, comme tu l’as dit, deux à trois fois. Tu as fait appel à la bonne énergie, et ce qui veut dire qu’aujourd’hui tu n’as plus aucune utilité à présenter une persona sous forme autoritaire, c'est-à-dire que tu retrouves, dans ce cas-là, la féminité et la spontanéité naturelle de l’énergie féminine, sans déséquilibre par rapport aux peurs de l’énergie masculine. Mais c’est pas la même peur que précédemment, là c’est autre chose, hein. C’est un besoin vital, non pas de toi mais de la société, de te faire tenir un rôle de quelqu’un de solide, de quelqu’un qui répond à tout, dans le travail et dans le milieu familial. Aujourd’hui, tu n’as plus besoin de jouer ce rôle. Est-ce que c’est exact ?

… oui.

Donc comme vous le voyez, les uns et les autres, vos rêves sont en train de prendre des tonalités, puisqu’on a des rêves, là, qui sont très récents et qui ne sont plus les préoccupations des journées ou des rêves prophétiques ou annonciatiques. Ce sont des rêves qui vous parlent, peut-être en cette période plus que jamais, de vous-mêmes, de ce qui s’est transformé, de ce qui demeure, de ce qui s’élimine. Vous voyez ? Et les rêves comme ça, vous allez en faire bien sûr de plus en plus. Mais ils seront colorés, pour ceux qui rêvent, hein, parce que d’autres n’ont pas besoin de rêver de quoi que ce soit, mais colorés par vos expériences. Alors des fois c’est le papa, l’ancien mari, le compagnon, la piscine, la baignoire, on frappe à la porte de la chambre. Vous voyez ? Tout ça vous renvoie à des choses qui sont en train de se résoudre, quelle que soit la difficulté du rêve quand c’est un rêve.

Question : chez des amis, je me suis levée la nuit et ne connaissant pas le lieu, j’ai chuté violemment sur les chevilles. C’était si douloureux que j’ai appelé Philippe de Lyon et Marie, et la douleur aigüe est partie très vite. J’ai eu mal pendant deux mois, puis j’ai eu l’impression d’avoir des chevilles neuves, très légères, comme s’il y avait eu une transformation due à cette chute.

Je te remercie, mais ça illustre parfaitement ce que je disais lors des derniers entretiens, concernant justement les manifestations douloureuses qui sont résolutoires, c'est-à-dire qu’il y a parfois besoin maintenant de vous secouer de façon un peu plus virulente, et la meilleure façon de secouer, au niveau virulence, c’est de toucher le corps. Mais c’est pas nous qui touchons le corps, ni vous, c’est la rencontre de l’éphémère et de l’Éternel qui peut déclencher ce genre de choses. Et ça aussi, vous le vivez peut-être maintenant plus facilement qu’il y a quelques années, où vous allez constater qu’il vous arrive des choses qui sont extrêmement brutales, rapides, violentes, mais tout aussi résolutoires, hein, le plus souvent.

Mais tout ça, c’est pareil. Tout ça n’est destiné qu’à vous faire modifier l’emplacement de votre conscience. Et quand vous changez d’emplacement de conscience, à travers une maladie ou une douleur quelle qu’elle soit, après vous sentez vraiment la différence. C’est vrai pour les traumatismes, par exemple vous allez vous cogner tout le temps la tête. C’est vrai aussi si vous vous tordez les chevilles ; bien sûr que c’est signifiant là aussi. Je te remercie en tout cas de ton témoignage qui montre qu’effectivement, comme tu l’as dit, tes chevilles ont été libérées.

… elles sont libérées de quoi ?

Elles sont libérées de la lourdeur et de l’attache à la terre. Rappelez-vous : voilà des années, pour ceux qui vivaient le Soi et qui avaient besoin de rester ici sur cette terre, y avait des anneaux aux pieds. Dans ce cas-là, tu dis l’inverse, c'est-à-dire que tes chevilles ont été moins grosses et plus fonctionnelles. Ça veut dire que tu as libéré les derniers attachements à la matière, à la terre, libéré de l’attachement à la terre, à la matière.

Question : depuis 20 ans, j’ai un problème au niveau du bassin pour lequel je dois être suivie, mais depuis 2 ans, je n’arrive pas à le résoudre. Il y a deux pincements au niveau du sacrum, et bien que je sois libérée depuis un mois, cela n’a rien changé. Par moments, j’ai des douleurs quasi insupportables, et d’autres fois il n’y a rien, quelle que soit la position. Je n’ai pas de solution.

Que veux-tu savoir ? Qu’est-ce que tu me demandes ?

… que faire pour ça ? Que signifie le fait de ne pas arriver à résoudre le processus ?

Mais quand tu dis résoudre, c’est s’adresser à une autorité, médicale, ostéopathique, magnétiseur, qui va s’occuper de ça.

… justement, rien ne fonctionne.

Moi, quand je parle de résolution… et en plus tu parles de Libération, mais qui a dit que quand tu étais libérée y avait plus de douleurs ? Personne. Nous l’avons toujours dit qu’il n’y avait pas de corrélation entre le fait d’être libéré et la disparition des douleurs. Simplement quand tu es libérée, les douleurs, mais peut-être pas en une journée, ni même en un mois, c’est justement, là aussi, à travers la répétition des épisodes douloureux qu’à un moment donné tu vas comprendre que tu n’es pas ce corps. Tu as été libérée de ce corps par ce que tu as vécu, mais il reste, là aussi, les mécanismes habituels de fonctionnement du corps, qui eux ne disparaissent pas en vingt-quatre heures.

Maintenant tu me demandes quoi faire, et d’après ce que je vois, le problème n’est pas à ce niveau. Toi, tu souffres d’un endroit, mais la cause est ailleurs. Je parle de ton corps, hein, je parle pas de ta tête, là. Il existe en effet, d’après tes cocons de Lumière, un certain nombre de déséquilibres au niveau dentaire, anciens, qui ont entraîné un déséquilibre sur ton articulation temporo-mandibulaire droite, qui a répercuté sur le bassin. Donc tant que tu touches le bassin et que tu touches les jambes, c’est cautère sur une jambe de bois. Ça va soulager, d’ailleurs t’as dû le constater, que ce soit en magnétisme, avec des médicaments, en ostéopathie, mais ça revient. Mais quel lien fais-tu avec ta Libération ? Je vois pas ; ça, je tiens à éclaircir ça. Parce que dans ta tête, tu pensais qu’être libéré, c’est ne plus souffrir ?

… non, je pensais que j’allais pouvoir supporter la douleur quand elle était là.

Oui, tu vas la supporter, mais comme je te l’ai dit, ça ne se fait pas en vingt-quatre heures. D’autant plus que les techniques employées ne s’adressaient pas à la cause de cette souffrance, qui est un problème mécanique – mais pas ici –, qui est un déséquilibre, d’abord, de ton articulation temporo-mandibulaire, lui-même consécutif à un problème, je ne sais pas si c’est les dents ou les gencives, enfin y a eu des anomalies dans ce coin-là, voilà ce que je peux dire. Et y a d’ailleurs des champs électriques qui sont encore présents, c'est-à-dire que c’est encore actif. Donc là, je peux pas, moi, te soigner ça comme ça, mais encore une fois, la Libération créera, plus ou moins rapidement, un découplage de la conscience par rapport au corps, ce qui ne veut pas dire que tu ne sens plus la souffrance mais que cette souffrance n’affecte plus ta conscience.

Maintenant, si tu veux le traiter, que t’as pas la patience d’attendre, bien sûr, occupe-toi plutôt de l’équilibre, comment vous dites, entre les dents et les cervicales. Je ne sais plus le nom. Ça a un nom qui existe. Comment t’as dit, toi ?

… temporo-maxillaire ?

Oui, mais ça porte un autre nom. L’étude de l’engrenage des dents, voilà. Y a des déséquilibres à ce niveau-là.

… c’est un vertige de Ménière que j’ai eu à l’oreille droite.

C’est exactement la même chose. C’est la même cause qui vient de ces dents. Tu as pris, à un moment donné de ta vie, des produits extrêmement agressifs pour te soigner, qui ont entraîné des déséquilibres à ce niveau-là.

Le temps qu’il a été demandé de respecter est arrivé…

Tu es sûr que tu te trompes pas d’heure, toi ?

On a dépassé d’une minute.

Alors nous allons arrêter, parce que tout à l’heure tu m’as renvoyé beaucoup plus tôt que prévu, hein. On n’est peut-être pas soumis au temps, mais quand je suis là, je connais le temps.

Alors chers amis, je vais vous transmettre tout mon Amour, toutes mes bénédictions, et bien sûr, je reviendrai le dernier jour pour dire d’autres choses. Et je vous transmets toutes mes bénédictions, tout mon Amour, et bonne Ascension à tous. À bientôt.


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Jeu 20 Avr - 19:19 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.
ENTRETIENS AVRIL 2017



BIDI

Questions/ Réponses - Partie 1



Eh bien Bidi est avec vous et nous allons tout d’abord, si vous le voulez bien, nous installer dans le silence, quelques minutes.

… Silence…

Je suis encore avec vous aujourd’hui, dans votre densité, afin d’échanger. Je précise comme d’habitude que je m’adresse toujours à la Vérité qui est derrière la personne. Nous allons maintenant commencer à échanger. J’écoute la première question.

Question : j’ai pris conscience d’être dans le contrôle de moi-même et des personnes de mon entourage. J’aimerais abandonner ces vieux schémas de fonctionnement. Que me conseillez-vous ?

Oublie-toi toi-même. Comme je le dis souvent, ça concerne la personne. La meilleure des solutions n’est pas et ne sera jamais d’améliorer quoi que ce soit au sein de la personne parce que cela concernera toujours la personne, et donc l’éphémère. Place-toi au Cœur du Cœur et ne t’occupe de rien d’autre. Vaque à tes occupations, occupe-toi de ton corps, nourris-le, mais ne nourris rien d’autre. Place-toi en l’observateur, disparais de ces schémas, comme tu le dis, tu n’as aucun moyen par toi-même d’y arriver. Là où tu portes ta conscience, c’est-à-dire sur une résistance, tu crées toi-même une conscience de résistance, et plus tu as conscience du problème, et comme tu le dis, plus tu constates qu’il est là, et plus tu le regardes, plus il est présent. Ne t’occupe pas de ça. Regarde en toi, là où il n’y a plus personne, et alors il n’y aura aucune raison de tenter de contrôler quoi que ce soit. Tu cherches encore à vivre ta vie avec ses plaisirs et ses déplaisirs, mais tu ne laisses pas la place pour la spontanéité.

Se placer dans la spontanéité ne laisse apparaître aucune résistance, cela a été dit. Je te le répète de la façon dont ça a été dit par d’autres intervenants, il faut comprendre, saisir et vivre le fait suivant : tant que tu crois vivre ta vie, tu n’es pas disponible pour la Vie. Exercer un contrôle est indispensable au sein de la matière, pour faire fonctionner la matière, là oui, mais tout ce qui concerne les comportements, ta sphère psychique, n’a aucun intérêt à être contrôlé. Détourne ta conscience de ce dont tu as conscience, et aie plutôt conscience de ce qui n’est pas ta personne, c’est la seule solution envisageable et surtout, qui demeurera pérenne. Tout le reste ne sont que des pansements parce qu’il s’agit, comme tu le dis, d’automatismes que rien, dans ton conscient ordinaire comme ailleurs, ne peut contrôler.

Tout effort qui est fait pour venir à bout de cela ne fera que le renforcer. Il te faut observer la chose, là aussi, comme quelque chose qui n’appartient pas à ce que tu es et qui est quelque chose qui ne fait que passer. Le surcontrôle, comme tu le dis, est une difficulté inhérente à se placer au sein de l’Instant Présent qui ne dépend d’aucun passé ni d’aucune référence au passé. Acceptant, puisque tu le dis toi-même, ce principe de surcontrôle, réalise que ce n’est pas ta personne qui peut s’en débarrasser mais bien justement la disparition de la personne, et donc de l’histoire. Fais cela par étapes, quels que soient les moyens que tu utilises, mais dès l’instant où tu te seras détournée de ton propre personnage, ce personnage n’aura plus aucune raison d’attirer ta conscience dans ce guet-apens.

Ayant vu les choses, il n’est pas nécessaire ni même souhaitable d’aller explorer ton passé. Quand cela survient, dis-toi qu’à ce moment-là tu n’es plus dans l’Instant Présent, parce que ton présent est conditionné par l’expérience passée. Si tu acceptes cela, tu comprendras que tu n’as aucune raison de te saisir de ce qui ne fait que passer, même si cela passe très souvent. Tu t’en saisis à chaque fois, en espérant pouvoir contrôler ton propre contrôle. Rends-toi compte de la stupidité d’une telle conduite. Vouloir mettre fin au contrôle, c’est déjà vouloir contrôler quelque chose pour faire disparaître, soi-disant, le contrôle. Cela ne peut, comme tu le vis, que tourner en boucle et ne proposer donc aucun espace de résolution ou de solutionnement. Accepte ce principe et vérifie par toi-même, en laissant passer cela, ce qu’il se produit alors. Je dirais donc autrement : laisse tomber le besoin de contrôler le contrôle. Qui veut contrôler quoi ? Qui contrôle qui ? Est-ce ta personne qui contrôle ce que tu es, ou ce que tu es qui chapote, sans contrôler, ce qui est vu ?

C’est donc une erreur, fondamentalement, de positionnement. Croire que par toi-même tu vas pouvoir, au sein de la personne, certes cela est possible mais croire que tu vas pouvoir, avec la spiritualité, avec l’énergie, te débarrasser de ça, est impossible, surtout quand c’est vu. Ce n’est pas parce que c’est vu, dans ce cas-là, que cela va disparaître, parce que tu oublies qu’une fois que c’est vu, cela doit être traversé. Cela ne veut pas dire arrêter ce qui est vu mais le laisser apparaître, ne rien entreprendre, et le laisser disparaître. C’est ce schéma, comme tu dis, qui entraîne ta conscience, d’abord dans l’attention, et qui te suggère de trouver une solution au sein de la personne alors que c’est la personne elle-même qui l’a créé, même si c’est inconscient au départ. Vois-tu l’ineptie de cela ? Ne travaille pas sur le contrôle mais travaille sur l’abandon. Tout contrôle, quel qu’il soit, est un manque d’abandon à l’Intelligence de la Vie et à l’Intelligence de la Lumière. Tout ce qui te soucie dans ce cas-là concerne la personne, mais pas toi.

La meilleure des solutions, le meilleur des conseils, dans ce cas-là, c’est justement de ne pas porter ton attention là-dessus. Tourne-toi vers toi, laisse passer ce qui émerge, même si ça passe souvent, ne t’y accroche pas, ne t’y arrête pas et ne t’en saisis pas. C’est ainsi que tu verras cette problématique s’éloigner, il y aura comme un décrochage te permettant de voir de plus en plus lucidement, mais pas en t’en emparant comme tu saisirais un objet pour l’analyser, mais de regarder cet objet qui ne concerne que ce qui ne fait que passer et qui, si tu ne t’y intéresses pas, va disparaître parce qu’il est vu, mais il faut le traverser. Traverser ne veut pas dire s’y intéresser, ça veut dire voir et laisser être la Vie. Fais cela.

Autre question.

Question : depuis quelques années, j’ai lâché certaines choses, mais je ne sais ni quand ni comment. Que faire pour être conscient de savoir comment lâcher ?

Répète la question parce qu’il y a une contradiction là-dedans.

… depuis quelques années, j’ai lâché certaines choses, mais je ne sais ni quand ni comment…

Quelle importance, c’est passé. Ensuite.

… que faire pour être conscient de savoir comment lâcher ?

Mais il n’y a pas à être conscient de savoir comment lâcher parce que ça concerne la personne. Ce que tu me demandes est issu de la personne. Là aussi, arrête de vouloir avec la personne, arrête de vouloir savoir. Tout ce dont tu te saisis te saisit, tout ce à quoi tu tiens te tient. Là où tu portes ton attention, ta conscience éphémère suit. Le vouloir ne peut rien dans cette histoire, parce que ça maintient la personne. Tant que vous voulez vous opposer à une quelconque manifestation de la personne, qu’elle soit heureuse ou malheureuse, vous êtes piégés, vous vous identifiez à la personne qui croit pouvoir agir mais vous n’agirez que sur la personne, pas sur ce que vous êtes.

Le temps vous montre, en ce moment, que vous ne pouvez rien contrôler, vous ne pouvez rien décider, c’est ce que la personne veut vous faire croire. La fin du Kali Yuga est inscrite, comme la certitude de votre mort à la fin de votre vie. Ne vous occupez pas de l’éphémère, gérez votre vie éphémère en ce qui concerne l’éphémère, mais dès que ça touche la conscience, il faut changer de posture, il faut changer de raisonnement, il faut changer d’attitude, et c’est très facile. Arrêtez de vouloir saisir les choses qui passent, vous n’êtes pas ce qui passe, vous ne le serez jamais. C’est une identification illusoire à l’illusion, il n’y a aucune vérité là-dedans.

Ce genre de question montre simplement que la personne veut se saisir d’elle-même et qu’elle n’a pas vu qu’il n’y a rien lié à l’Esprit là-dedans, que c’est toujours le jeu de la personnalité qui cherche à s’améliorer, à se bonifier, à pas souffrir, mais la fin définitive de la souffrance, elle n’est jamais dans la personne, elle est justement quand il n’y a plus personne. Est-ce que vous saisirez une fois pour toutes cela : vous… n’êtes… pas… ce… corps.

Je vous l’ai dit la dernière fois, vous n’êtes pas ce qui passe, vous êtes ce qui est éternel. Arrêtez de vous identifier. Il faut poser cela comme postulat, comme certitude, même en croyance si vous voulez, c’est la seule façon de mettre fin aux croyances, de croire que vous allez pouvoir réguler quoi que soit. Votre corps n’a pas besoin de vous, il a besoin que vous lui donniez la bonne nourriture et c’est tout. Votre personne non plus, vous n’avez pas à vous en occuper, vous avez simplement à vérifier, depuis la position de témoin, que tout se déroule pour lui normalement, mais vous ne pouvez pas changer un équilibre tel que celui-là. Dès que vous interférez, votre conscience éphémère est accrochée, elle est entraînée dans les divagations de la personne, dans la causalité, dans la dualité, dans l’action-réaction. Tant que vous adhérez à ça, vous ne pouvez pas être libres.

Comprenez cela, et vivez-le surtout. Il est toujours séduisant, pour la personne, de comprendre, mais aucune compréhension, excepté pour un chirurgien qui a besoin de connaître les repères, mais en ce qui concerne le jeu de la conscience elle-même, où vous situez-vous ? Restez tranquilles. Quand cela se produit en vous, le besoin de contrôler, le besoin de diriger quoi que ce soit, en ce qui concerne l’Esprit ou la personne, abandonnez toute velléité d’action. Posez-vous, regardez, laissez traverser, ce sont des mots simples. Le mental ne peut pas intervenir quand vous vous conduisez comme cela. Je vois, je ne comprends pas ou je comprends (ça ne change rien), et je laisse ce qui est apparu et qui a été vu s’éloigner de lui-même, mais dès que je mets la conscience éphémère là-dedans, c’est fini, ça ne peut pas partir.

Ce dont je parle en tant que point de vue ou d’emplacement de la conscience n’a rien à voir avec « donner son point de vue », c’est « changer de perspective ». Acceptez déjà que vous n’êtes pas ce corps, comme je l’ai dit la dernière fois, et vous verrez. L’ego est très malin, il vous faire croire que vous pouvez tout améliorer, tout solutionner, quelle que soit la technique, et du coup vous oubliez ce que vous êtes, et vous râlez parce que vous n’êtes pas en paix. Mais il n’y a aucun moyen de trouver la paix, ainsi. C’est une paix de pacotille, une satisfaction de l’ego, mais ça ne dure jamais. Si vous voulez être en paix en permanence, regardez ce que vous êtes et non pas les anomalies de la personne ou de la conscience ordinaire. Endormez-vous. Vous n’avez pas besoin de vous saisir de ce qui est vu – surtout quand c’est vu –, c’est à traverser.

Bien sûr, si c’est inscrit dans la structure, vous pouvez utiliser ce que vous voulez, des cailloux, des prières, des adorations, des dévotions, mais c’est encore des jeux de la personne. La seule Paix éternelle se trouve en vous et elle ne dépend pas de vous, elle est ce que vous êtes. C’est le personnage qui vous entraîne dans des moments où il n’y a plus de paix, dans des moments où vous avez besoin de comprendre. Comprendre, c’est se saisir. Comment voulez-vous lâcher quoi que ce soit si vous avez la prétention, même subtile, de vouloir vous saisir de quelque chose ? Vous renforcez l’identification à la personne et à l’histoire. C’est pourtant simple.

D’ailleurs, tout ce que vous dites vous appartenir, est-ce que c’est vous ? Le fait de dire : ça m’appartient, mon corps, ma voiture, ma maison, ma femme, prouve que ce n’est pas vous, c’est tout simple. Y a pas besoin d’aller chercher des mots en hindou ou dans des langues exotiques, le simple langage courant dans la langue où vous êtes suffit à montrer cela. Quelle est l’anomalie qui fait que quand vous dites : « mon corps », « ma femme », « mon chien », « ma voiture », vous vous identifiiez à cela. Y a pas de différence entre « mon chien » et « mon corps ». Vous n’êtes ni votre corps ni votre chien. Le simple fait de dire « mon » prouve que vous mettez une distance avec la Vérité.

Continuons.

Question : depuis le début de cette vie, je ne sais à quoi j’aspire et je saisis toutes les béquilles. D’un autre côté, je sais que tout ce qui doit arriver arrivera, quoi qu’on fasse ou ne fasse pas. Je suis tiraillée entre les deux. Que faire ?

Est-ce que la personne qui a posé cette question comprend elle-même ce que ça veut dire ? Elle me demande comment faire quelque chose qu’elle sait pertinemment qu’il n’est pas possible de faire. C’est-à-dire que d’un côté il y a une proposition : j’ai compris que je ne suis pas ça, mais quand même, comment je peux faire pour être ça. Vous voyez un peu ? C’est pas spirituel, c’est du bon sens. Dès que vous avez vu, pas votre stupidité, mais la stupidité de ce qui est posé, vous êtes libre. Il faut arriver à ce choc de voir l’ineptie, vous reconnaissez que vous ne pouvez rien changer et pourtant vous me demander comment faire pour changer. Mais de quel changement est-il question ? Y a pas besoin de changer, vous avez besoin d’être là. Vous n’avez pas besoin de bouger quoi que ce soit, de déplacer quoi que ce soit, de comprendre quoi que ce soit.

La solution, elle est là, tout de suite, dans l’instant. C’est la personne qui fait écran, c’est l’histoire qui vous empêche d’être ce que vous êtes. Il n’y a rien à faire si ce n’est dans la vie ordinaire ; sur ce que vous êtes, il y a juste à être. Y a pas de « je », y a pas de mots, y a pas de tien, y a personne, y a l’Éternité, la Joie éternelle. La personne fait obstacle à la Joie, fait obstacle à la Paix, c’est elle qui vous torture, mais vous n’êtes pas cette personne. Cessez de vous identifier à ce corps, à cette personne, à cette histoire, à cette vie. Vous êtes la Vie.

Tout ce qui appartient au monde des formes, où qu’elles soient, n’est pas vrai, c’est quelque chose qui passe, c’est des jeux. Posez-vous, là où vous êtes, quoi qu’il arrive sur l’écran de votre conscience, que ce soit des problématiques, ne vous posez pas la question de quoi faire mais comment être. Dépassez la causalité, dépassez l’action-réaction de ce monde. Vous n’êtes pas de ce monde. Il y a combien de saints qui vous l’ont dit ? Quel est le maître ? Votre histoire, votre personne, votre karma ou la Liberté que vous êtes ?

Vous n’avez pas à chercher la Liberté quelque part en faisant quoi que ce soit. C’est déjà là. Mais comment voulez-vous le voir, le vivre, l’apprécier, si vous êtes en train de cogiter sur vos bobos, sur vos douleurs, sur votre conscience, sur la Libération ou sur quoi que ce soit ? C’est une ineptie. Découvrir ce que vous êtes, ce n’est pas se saisir de quoi que ce soit, ni d’idées, ni de concepts, ni d’appartenance à quoi que ce soit. Vous n’êtes ni un homme, ni une femme, ni un hindou, ni un oriental, ni un occidental, parce que dès que vous vous définissez à travers une forme, une culture ou autre, vous êtes quelqu’un de très violent, c’est-à-dire que vous excluez tout le reste et vous vous enfermez dans votre personne.

Dès que vous déposez une appellation sur vous, vous pouvez le faire, bien sûr, si vous êtes médecin, vous êtes médecin, si vous êtes architecte, vous êtes architecte, et faites ce que vous avez à faire, mais ça ne concerne pas l’Éternité. Si la question se pose par rapport à l’Éternité, au Parabrahman, alors élaguez tout le reste, oubliez tout le reste, ça n’a aucune espèce d’importance. Bien sûr, vous êtes obligés de jouer le jeu, vous êtes arrivés un jour et vous repartez un autre jour et entre temps, l’agencement des éléments, des aliments, vous donnent à voir et à vous manifester selon certaines conditions, mais tout ça ne vous concerne pas. Faites-le parce que vous êtes là et c’est tout. Y a aucune solution dans tout ça. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire, mais vous ne pouvez jamais être dans ce faire-là.

Retenez bien que la personne essaie toujours de se raccrocher, comme ça a été dit, à des béquilles, à des histoires, à des certitudes, à des projections, à des idées, à des concepts, à des émotions. Tout ça est mobile, comme la naissance se termine par la mort, y a rien d’éternel là-dedans. En d’autres espaces-temps, ou au-delà de tout espace et de tout temps, cela n’a aucune importance. Mais vous, rappelez-vous, nous sommes ici, nous sommes arrivés, nous avons perdu la mémoire de qui nous sommes avant de naître. Personne ne se rappelle, et ce « rappelle » n’est pas dans le passé, c’est une interrogation que je qualifie de métaphysique et qui est la seule question valable : « Qui suis-je ? ».

Je ne suis rien de ce qui passe, ni mon corps, ni ma forme, ni mes idées, ni ma vie, ni mon karma, ni la fin du monde, ni la fin de quoi que soit. Vous n’avez ni début, ni fin. Voyez cela, vivez-le dans votre corps, même. C’est votre corps mais ce n’est pas vous. La voiture, vous lui mettez de l’essence, vous l’entretenez, faites la même chose avec votre corps et ça suffit. Ne vous saisissez pas de ce qui passe. Ça vous affecte, certes, mais pour quelle raison ça vous affecte ? C’est que vous y êtes identifiés, rien de plus et rien de moins.

Il n’y a pas ni culpabilité, ni remords, ni plaisir à prendre. Vous le voyez bien, la Paix ne peut pas s’installer dès que vous êtes dérangés par votre histoire. Le Jnani n’est pas libéré par l’histoire, il assume l’histoire mais il se tient tranquille, quoi qu’il fasse, parce qu’il n’est pas dans le faire, même si cela se fait, il est dans l’être éternel et dans le non-être en même temps. Ça ne veut pas dire non plus qu’il n’y a pas de souffrances, qu’il n’y a pas de problèmes, mais cela est à résoudre au niveau où vous êtes, ne mêlez pas l’Esprit à cela.

Il y a une erreur fondamentale d’identité et d‘identification chez tout le monde, et tant que cela existe, vous ne pouvez pas être tranquilles. Y a aucune source de tranquillité là-dedans, y a des satisfactions éphémères, et vous alternez et vous oscillez en permanence entre la joie et la peine. Donc ce n’est pas une joie qui dure, c’est factice, c’est du carton-pâte. Ça n’a aucune substance, ça ne renvoie à rien d’autre que la causalité, et la causalité, vous le voyez bien, est sans fin, tant que le processus, d’une manière ou d’une autre, ne s’est pas arrêté. Vous êtes piégés les uns dans les autres, dans les rêves des uns et des autres, ou dans le cauchemar des uns et des autres, et vous y trouvez une satisfaction, parce que vous comparez l’histoire de l’un et l’histoire de l’autre.

Vous avez des sympathies, des attractions, et toute votre vie se passe dans ce jeu de scène de théâtre, sans jamais vous voir en tant qu’observateurs. Comment voulez-vous voir que le théâtre n’existe pas ? Vous êtes piégés, et vous revendiquez la Liberté et la Paix tout en jouant le jeu de la prison. Cessez toute prétention. Comme ça été dit, ce qui doit arriver arrivera, quoi que tu fasses, alors pourquoi se fatiguer ? Fatiguez-vous pour gagner votre vie, fatiguez-vous pour répondre aux impératifs de ce monde, et c’est tout. En ce qui vous concerne, il n’y a rien à faire ni rien à trouver. La solution est en vous, elle a toujours été là. Seul votre regard vous emmène ailleurs, c’est ça le piège.

Vous avez des opportunités, en cette période comme jamais, de voir la réalité derrière les apparences, que cela soit avec les autres dimensions, que cela soit par les vibrations, et vous continuez à tout ramener à vous. Vous voyez l’erreur ou pas ? Et pourtant, même si vous le savez, ce réflexe est tellement ancré qu’il se reproduit à chaque minute de votre vie. Occupez-vous de ce qui vous appartient, bien sûr, ne serait-ce que votre corps, et ce n’est pas vous. C’est un véhicule, dans tous les sens du terme, qui est constitué d’éléments, et votre conscience aussi, tant que vous parlez au sein de la personne. Le jour où les éléments se disjoignent, c’est la mort, mais vous, est-ce que vous mourez ? C’est pas parce que votre véhicule meurt que vous, vous mourez.

Vous avez une telle identification à votre histoire et à votre personne que aujourd’hui, dans cet âge sombre, plus personne ne peut envisager, penser, conceptualiser autre chose. Alors bien sûr l’occidental s’est rassuré avec le karma, mais le karma, ça concerne la personne, ça concerne pas ce que vous êtes. Arrêtez de vous penser comme une succession de faits causaux, d’actions-réactions et de logique. Vous n’êtes pas ça, vous ne le serez jamais. Donc, c’est bien une erreur d’identité, vous n’avez pas d’identité, vous êtes au-delà de toute forme, au-delà de toute conscience. C’est ça qu’il faut vivre, c’est ça que vous êtes. Que vous le vouliez ou non, que vous le voyiez ou pas, cela ne change rien.

Si souvent j’ai pris l’exemple, et tous les Satgurus ont pris cet exemple, c’est l’analogie entre le Parabrahman et le sommeil. Quand vous dormez, est-ce que vous avez un corps, si ce n’est l’habitude de vous réveiller qui vous fait dire que vous avez un corps ? Mais êtes-vous sûrs de vous réveiller ? Vous ne vous posez pas la question, le soir. Le Parabrahman, c’est ça. Y a pas de monde, y a pas de forme, y a pas de « je », et y a même pas de Soi. Il n’y a pas de concepts, il n’y a ni distance, ni temps, ni espace, rien n’est repérable. Vivre cela, reconnaître cela, procure la paix du corps, la paix de la conscience éphémère et la paix de la vie, et ce n’est pas une paix qui passe, c’est une paix éternelle. Vous avez alors mis fin à l’énigme, il n’y a pas d’autre moyen ou d’autre technique pour mettre fin à l’énigme.

Quelles que soient les histoires, même la plus authentique, le principe de l’enfermement, quels que soient les faits cosmiques qui se soient passés, je ne les nie pas, mais la problématique est toujours la même. Je dis simplement que ça concerne la personne mais pas ce que vous êtes. C’est un problème d’identité et d’identification, tout vient de là, la souffrance ne peut venir que de là. Que ce soit la souffrance du corps, que ce soit la souffrance du mental, que ce soit la souffrance psychologique ou quelque souffrance que ce soit, c’est un problème d’identification. Je ne dis pas de nier la souffrance quand elle est là, mais si vous accompagnez la souffrance, vous n’êtes pas libres, vous n’êtes pas vous-mêmes, vous jouez le jeu de la personne.

Alors bien sûr qu’il faut entretenir le véhicule, mais cela n’a pas à entraîner ce que vous êtes, d’ailleurs vous ne l’êtes plus dès que vous êtes entraînés, vous n’êtes plus au Cœur du Cœur, vous n’êtes plus vous-mêmes. Quand vous êtes vous-mêmes, la vie se passe, les concepts peuvent apparaître mais ils ne sont pas arrêtés, pareil pour les idées. Toutes les mémoires sont alors superflues, sauf les habitudes nécessaires pour conduire une voiture ou ce corps, où là il faut des règles. C’est comme si, en conduisant votre voiture, vous étiez avec les deux pieds sur le frein, et en vous plaignant que la voiture n’avance pas, ou alors vous accélérez mais vous n’avez pas passé la vitesse. Vous voyez ce que c’est, vous voyez comment vous vous comportez et nous nous comportons tous, tant que nous ne sommes pas libres.

Alors bien sûr, je sais qu’il y a une histoire particulière, que ça se termine et tout ce que vous voulez, mais il faut résoudre ça maintenant. Bien sûr que vous aurez des aides, mais c’est toujours vous qui décidez, quelles que soient ces aides, pas vous au sein du personnage historique, pas vous au sein de ce corps, mais vous en vérité. Vous voyez la différence ?

Continuons.

Question : pouvez-vous nous parler de l’ultime abandon de la personne ?

L’ultime abandon de la personne est un moment qui est repérable entre tous, parce que là vous identifierez qu’il y a avant et après. Bien sûr, il n’y a pas de passage, ça a toujours été là, mais dans les premiers temps, vous dites : « Il y a avant et après », et puis après vous conscientisez que ça a toujours été là, c’était vous qui n’y étiez pas. Vous avez toujours été là, mais vous avez été distraits par l’histoire, par le jeu, à tel point que ce jeu est vicié que vous croyez qu’en jouant le jeu vous allez trouver le nirvana, mais vous pouvez jouer longtemps. Vous voyez ce que je veux dire, donc quoi dire ? L’ultime abandon, c’est ce que certains ont appelé le sacrifice. Vous n’avez pas à vous flageller, vous n’avez pas à vous crucifier, c’est une crucifixion intérieure, c’est un fouet intérieur. Laissez votre corps tranquille, laissez vos pensées apparaître et disparaître, ne vous saisissez d’aucun concept, d’aucune idée. Videz tout.

Comme le Christ vous dit de garder votre maison propre, ça veut dire quoi ? Si la maison n’est pas propre, est-ce que le Christ peut rentrer ? Non. Et vous tenez à vos valises, vous tenez à vos karmas, vous tenez à vos possessions. J’ai pas dit qu’il ne fallait rien posséder, mais les voir pour ce que c’est, des objets, comme votre corps, un sac de viande, rien de plus, et vous vous identifiez en permanence à ce qui ne fait que passer : la naissance, la mort, vous fêtez les anniversaires, vous fêtez, si on peut dire, les décès, les naissances, les mariages, les divorces, mais rendez-vous compte de la stupidité de ces conventions, affectives, morales, sociales. Vous vous illusionnez les uns les autres, c’est un cauchemar collectif.

La Vie, ce n’est pas ça, vous le savez à travers vos contacts, vous l’éprouvez. Quand vous êtes en face de l’Amour, vous savez que c’est vrai, vous n’avez pas besoin de concept sur ce qu’est l’Amour, vous n’avez pas besoin d’idée sur ce qu’est l’Amour, sans ça ce n’est pas l’Amour. Y a que quand vous le vivez que vous reconnaissez cet Amour sans condition, sans personne, où vous avez l’impression de plonger dans l’autre, dans l’univers, dans les yeux d’un dragon, dans le cœur d’un frère ou d’une sœur. À ce moment-là vous vous oubliez, parce qu’à ce moment-là, si l’Amour naît, c’est qu’il n’y a pas de désir de posséder, il y a une reconnaissance, une reconnexion à l’Éternité, c’est tout. Et toute expérience ne fait que passer aussi, mais certaines expériences sont susceptibles d’ébranler ces certitudes faussées, ces idées et ces concepts auxquels vous adhérez, le concept et l’idée d’être une personne, d’être le résultat d’un karma. Ça concerne la personne, le véhicule, qui lui, disparaîtra aussi.

Retournez-vous au-dedans, c’est le seul mouvement possible. Alors bien sûr, il y a d’innombrables mots, dans toutes les langues, dans toutes les traditions, mais c’est toujours la même chose. Regardez les soufis, ils tournent sur eux-mêmes pour s’oublier, pour voir par eux-mêmes qu’ils ne sont pas le corps ; ils se servent du corps pour ça, mais ils sont parfaitement lucides, à un moment donné, de ne plus être ce corps, ils sont la Lumière authentique, la Demeure de Paix Suprême. À ce moment-là, vous voyez la vraie Vie et vous êtes réellement en vie. Sinon, le reste du temps, vous vivez dans l’illusion. Comment voulez-vous être ce que vous êtes dans ce cas-là ? L’Amour ne s’accommode d’aucune condition, d’aucune circonstance, d’aucune supposition, et surtout d’aucune projection. L’Amour authentique est seulement dans l’instant présent éternel qui est indépendant de votre forme, de votre âge, de votre fonction, de vos désirs ou de quoi que ce soit d’autre.

Le plus important, quand des concepts arrivent comme ça, des idées, des troubles, faites silence, ne cherchez rien, ne vous opposez pas. Si cela se manifeste, c’est que cela ne fait que passer et si c’est votre vie qui passe, quelle importance ? Vous croyez perdre quelque chose quand vous perdez un amour, quand vous perdez quelque chose, mais en fait c’est vous qui êtes perdus parce que vous attachez de la valeur à ce qui n’est pas éternel, cela ne peut déboucher que sur la satisfaction immédiate et jamais l’installation de la Paix éternelle. Vous le voyez bien pourtant, quels que soient les plaisirs, quelles que soient les satisfactions, quels que soient les honneurs, quel que soit l’argent. Il n’y a aucune solution là-dedans, ce n’est que des stratégies de défense et de peur, d’adhésion aux rêves des autres.

… Silence…

Autre question.

Question : quand on dit : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains », s’agit-il d’une façon d’évoquer l’Absolu en tant que Père ?

Mais dès qu’il y a un qualificatif, que vous disiez « Père », que vous disiez « Krishna », vous êtes déjà dans la forme et dans une histoire. Vous ne pouvez vous appuyer sur rien de ce qui est connu comme concept, comme histoire, comme émotion, comme ressenti, pour trouver la Vérité. C’est encore un raisonnement analogique où vous cherchez des correspondances, des affinités, mais ça ne peut pas être la Vérité. Vous cherchez à vous rassurer en identifiant l’Absolu au Christ, à Krishna, au Père, mais ça, c’est encore une manifestation. Allez au-delà de toute manifestation. Qui êtes-vous avant la manifestation ? Où étiez-vous avant de naître ? Cherchez en vous quand est apparu le premier moment, dans votre enfance, quand vous avez eu le sentiment d’être une personne.

D’abord votre mère vous a donné un nom, on vous a habitués à ce nom et vous êtes persuadés que vous êtes ce nom. D’ailleurs quand on demande comment vous vous appelez, vous donnez votre prénom et votre nom et vous êtes identifiés à cela. Mais dès que vous êtes nommés, vous êtes dans la manifestation, ça vous concerne vous, comme le Père, comme la Source, comme l’Absolu. L’Absolu ne peut pas être défini, lui, c’est le seul concept où vous ne pouvez rien accoler dessus. Dès que vous cherchez à faire une correspondance, une corrélation, une superposition, vous êtes dans l’erreur.

Vous cherchez encore des concepts. Cette question traduit une recherche de concepts, le besoin de se rassurer à travers des concepts, donc de tenir à quelque chose. Voyez-le clairement. L’Absolu n’est pas le Père, ni la Mère. L’Absolu ne comprend pas d’éléments, ni de forme et encore moins d’idées et de concepts, ni même de Lumière, et c’est pourtant la base de l’Amour, la base de la manifestation, mais vous êtes en amont de la manifestation quelle qu’elle soit, la vôtre comme celle du Père, comme celle du Christ, comme celle de Krishna. Tout ça, c’est des histoires. Tout ce qui est soumis au temps n’est pas vrai, tout ce qui est soumis à l’espace n’est pas vrai. C’est une réalité partielle, relative, ce n’est pas la Vérité. Donc arrête de vouloir conceptualiser, comparer, identifier l’Absolu. Vis-le, sois ce que tu es, sans aucune référence à quelque personnage glorieux, à quelque livre que ce soit ou à quelque ressenti que ce soit.

Je suis venu vous ébranler dans vos pseudo-certitudes, peut-être plus que jamais. Donc l’Absolu n’est pas le Père, l’Absolu n’est pas la Mère, l’Absolu ne peut être nommé ni défini par une forme, par une histoire, ou par quelque idée ou concept, et c’est pourtant ce que vous êtes. Donc arrêtez l’identification à tout le reste, que ce soit le corps, que ce soient les concepts, que ce soit le Christ, que ce soit Krishna. Je n’ai pas dit que ça n’existait pas, j’ai dit que ce n’est pas la Vérité – ça ne veut pas dire non plus que c’est faux. Vous êtes libres quand tous les concepts ont disparu. Vous êtes libres quand vous observez ce personnage et que vous n’êtes pas dupes. Vous êtes libres quand vous acceptez ce que la vie vous donne, ou vous prend, sans changer dans ce que vous êtes.

Bien sûr, si on vous prend, vous vous contractez, si on vous donne, vous vous ouvrez. Je parle pas de l’amour mais je parle d’une manière générale, c’est la nature humaine. Et si vous voulez être pleinement humains, ne soyez rien de cela parce que la conscience a besoin de s’éprouver elle-même. L’Amour a besoin de s’éprouver, de se manifester, mais vous n’êtes aucune manifestation, vous êtes antérieurs à la manifestation, antérieurs à toute matière, à toute dimension. C’est que quand, en définitive, vous acceptez de n’être rien, non pas par une fausse humilité mais quand vous voyez concrètement cela, alors vous avez fait, je dirais, l’ultime pas, c’est-à-dire l’ultime abandon. Sans humilité, sans simplicité, sans sacrifice, il n’y a pas de Liberté, il ne reste que le libre-arbitre et une succession de karmas, de plaisirs et de peines.

Ainsi est la nature humaine, vous le voyez, vous le vivez. Quel espace de paix définitif peut-il y avoir là-dedans si ce n’est dans vos rêves illusoires de croire que vous allez améliorer un karma pour être mieux ? Vous mettez déjà une distance entre la Vérité et vous. Comment voulez-vous trouver la Vérité, elle est déjà là. Tant qu’il existe la moindre recherche concernant l’Esprit, vous ne pouvez être la Vérité. Toute recherche, quelle qu’elle soit, est issue de l’ego, de la peur de la mort et de rien d’autre, quels que soient vos alibis, énergétiques, vibratoires ou autres. Il ne faut pas être dupes.

Posez-vous. Se poser ne veut pas dire « faire ». Abandonner ne veut pas dire vouloir abandonner, c’est simplement lâcher. Ne tenez à rien, soyez responsables, soyez autonomes, jouez les jeux sociaux que la vie vous demande de jouer mais ne soyez pas dupes. Vous devez être capables de rester totalement immobiles, quoi que fasse votre corps, quoi que fassent vos concepts et quoi que fassent vos idées, mais aussi vos relations.

Tous les Satgurus vous l’ont dit, dans leur langage, mais ils vous renvoient systématiquement à la même chose. Tant que vous croyez organiser, tant que vous croyez réguler, tant que vous croyez que vous allez trouver un jour ou quelque part l’Esprit, vous êtes à côté de vous. La conscience ultime, c’est justement être débarrassé de l’attrait de toutes les formes, de toutes les idées et de tous les concepts. C’est les voir pour ce qu’ils sont, quelque chose qui a un début et une fin, comme votre corps. Mais vous, vous n’avez jamais eu de début et vous n’aurez jamais de fin, et vous n’avez pas besoin pour cela d’une dimension, d’une forme, d’une histoire ou de quoi que ce soit d’autre. Du fait de l’enfermement de ce monde, il ne peut pas y avoir de position entre les deux. Soit vous êtes l’ego, quoi que vous disiez, quoi que vous viviez, soit vous êtes la Vérité. Et quand vous êtes la Vérité, plus rien n’émerge, la Joie est indélébile, l’Amour est indélébile, il est éternel, quoi que devienne ce corps, quoi que devienne votre mari, quoi que devienne ce monde.

Cessez de vous accrocher à ce qui est faux. Cela ne veut pas dire l’ignorer mais ça veut dire être lucides. Alors, on vous a parlé du Feu, des Feux. Oui, parce que le Feu brûle tout. Le Feu est le premier Élément avant l’Eau, c’est l’Esprit, juste après vient l’Eau. Nous avons la même chose dans la Bhagavad Gita que dans la Bible, vous avez la même chose dans le Coran, vous avez la même chose dans les écrits gnostiques, vous avez la même chose partout, dit différemment, avec des histoires différentes, mais l’histoire est le support de la Vérité, mais elle n’est pas la Vérité.

Vous savez très bien, le Christ l’a dit aussi : « Ce qui est né de la chair procède de la chair, ce qui est né de l’Eau et de l’Esprit procède de l’Esprit. ». Une fois que vous avez compris, une fois que vous avez traversé ça, que reste-t-il de croyances, d’illusions, de suppositions, de projections, d’histoires ? Vous êtes libres, mais déjà le fait d’envisager d’être libérés vous met en distance sur la Liberté que vous êtes de toute éternité et ainsi, à nouveau, vous vous piégez vous-mêmes et vous n’échappez pas à l’action-réaction, vous ne la voyez pas. Vous ne pouvez pas trouver le « Je suis », le Soi, l’Unité, en partant et en vous appuyant sur la dualité.

Vous êtes ni ceci ni cela, neti-neti. Bien sûr, après vous découvrirez que vous êtes aussi cela, mais cela ça ne fait que passer, ça ne vous concerne pas. Il n’y a rien à gagner, il n’y a rien à améliorer, il n’y a rien à perdre, il n’y a rien d’autre à envisager. Le cœur de l’être, le Cœur du Cœur comme vous dites, c’est la vraie Liberté. Y a aucune liberté dans le libre-arbitre de ce monde, il n’y a que des asservissements, des histoires qui tournent en rond, un espoir qui ne sera jamais récompensé, puisqu’il n’y a aucune Éternité là-dedans. La seule Vérité est ce que vous êtes, il n’y a pas de monde, il n’y a pas « d’autre », il n’y a pas d’Archanges, il n’y a pas de Bidi. C’est un jeu qui, à un niveau de densité, peut apparaître comme vrai, mais au niveau de qui vous êtes, ce n’est rien, parce que ça passe. Tout ce qui passe est faux, que cela soit votre vie, que ce soit un système solaire, que ce soit n’importe quoi.

Alors bien sûr, et cela a été dit, il y a des histoires qui sont plus proches de la Vérité et des histoires qui vous entraînent en dehors de la Vérité. Mais à un moment donné, il faut bien voir qu’il n’y a pas d’histoire, que même l’histoire la plus proche de la Vérité n’est pas la Vérité. La Vérité ne peut être mise en mots, elle ne peut être organisée, elle ne peut être décidée, elle est immuable, et c’est ce que vous êtes. Le principe de la réfutation dont j’avais parlé, c’est exactement cela. Vous devez convaincre, si je peux dire, sans rien faire, par la vision directe. Vous devez être certains que vous n’êtes pas ce corps, vous devez être certains que vous n’êtes pas cette histoire, non par une croyance assénée mais par la découverte réelle de ce qui est, et pas de ce qui passe ou de ce que vous avez.

Dès que vous mettez « je », ou « moi », ou « mon », déjà vous êtes en distance. Votre corps vous appartient, comme votre voiture vous appartient, mais jamais il ne vous viendrait à l’idée de vous identifier à votre voiture. Pourquoi le faites-vous pour le corps ? Vous créez sans arrêt, nous créons tous sans arrêt les conditions de notre attachement, de notre enchaînement, de notre manque de Liberté. Il faut le voir, cela.

Allez aussi au-delà de mes mots, quelle que soit la puissance, ne vous arrêtez pas seulement au sens des mots. Laissez-vous ébranler. Que risquez-vous ? À quoi tenez-vous encore ? Vous tenez à votre conscience comme la puce tient à son chien. Ça vous gratte, ça vous démange et vous n’êtes jamais apaisés. Ça, c’est la vie de la personne, en toute vie, en tout karma. Tout ce qui passe est souffrance, tout ce qui est éternel est Joie et il n’y a rien d’éternel en ce monde, sauf vous.

Poursuivons.

Question : vous avez évoqué votre rencontre avec des personnes qui vous avaient connu de leur vivant sur cette terre et ils vous ont remercié.

J'ai rien compris.

… vous avez évoqué votre rencontre avec des personnes qui vous avaient connu de leur vivant sur cette terre et ils vous ont remercié.

Je n'ai toujours pas compris. De quelles personnes parle-t-on ? De maintenant, d'avant ? Quand j'étais dans la chair ou de quoi ?

… ce sont des personnes que vous avez connues dans la chair.

Mais je les ai vues où, ici ?

… non, quand vous êtes parti. Des personnes que vous aviez jetées de votre vivant et qui vous ont remercié après, quand ils ont eu à faire leur transition.

D'accord, je comprends, et alors ?

… pourriez-vous témoigner de votre expérience de désincarnation de votre conscience et de son processus, jusqu'à la disparition en l'Absolu, même si cela reste propre à chacun ?

Non, c'est toujours la même expérience. Pourquoi est-ce que ça serait différent puisque c'est éternel ? Pourquoi voulez-vous qu'il y ait un scénario différent pour chacun ? Vous êtes libres ou vous n'êtes pas libres. Vous êtes piégés par l'identification à l'histoire ou vous ne croyez plus à aucune histoire. La façon dont vous mourez conditionne tout. Donc, si vous partez avec l'idée d'avoir un karma, vous aurez un karma. Si vous partez avec l'idée d'être imparfaits, vous reviendrez imparfaits. Si vous tenez à quelque chose, il va vous empêcher d'être libres. C'est toujours le même processus. Le Jnani n'est pas affecté par la mort et la disparition de la forme, puisque j'avais déjà disparu. C'est la même chose pour la voiture ; quand elle est cassée, vous en changez. Ah jamais il ne vous viendrait à l'idée d'être cette voiture.

Pourquoi voulez-vous que ma conscience vive quelque chose d'extraordinaire, au moment de mon départ en Mahasamadhi ? Je suis resté identique à moi-même, y a juste un véhicule qui est parti. Ça n'a altéré en rien ce que je suis, au-delà de tout être, de toute forme. Pourquoi voulez-vous avoir des éléments pour vous repérer au moment de cette mort ? Je vous l'ai dit juste avant : ce à quoi vous tenez au moment de votre mort vous tiendra, et beaucoup plus encore après. Mais là, bien sûr, les circonstances, elles sont différentes, mais je répète, même aujourd'hui, les conditions de votre mort conditionnent ce que vous êtes après. Êtes-vous libres ou pas ? Si vous êtes affectés à l'idée de votre mort, je ne parle même pas de la peur de la mort, comment voulez-vous être libres ?

La peur de la mort ne traduit que l'attachement à la forme et vous construisez des histoires, des scénarios à n'en plus finir pour éviter de faire face au néant, pour éviter de faire face à la Vérité. C'est des histoires que vous vous racontez vous-mêmes, parce que d'autres avant vous ont raconté des histoires, alors vous y avez cru. Vous avez créé des concepts, vous avez adhéré aux concepts, spirituels comme matériels. Vous vous croyez concernés par le karma, vous vous croyez concernés par une relation, mais ce que vous êtes n'est concerné par rien, et si vous le découvrez dans la chair, la disparition de la chair et la conscience de nourriture ne change rien.

Quand vous partez, vous n'emportez rien, ni corps, ni idées, ni concepts, ni possessions. La peur de la mort, l'interrogation sur la mort, n'est que de l'ignorance, et vous remplacez ça par des guirlandes de connaissances. Vous lisez des livres sur comment mourir, et d'ailleurs les traditions en ont écrit. Mais êtes-vous déjà morts vivants ? C'est ça, le Libéré Vivant, il est déjà mort. Le corps est là, mais il est là. La conscience ordinaire est là, mais elle est là, et alors? Qu'est-ce que ça change à ce que je suis ? Toutes les nuits, le monde, il disparaît. Toutes les nuits, votre personne disparaît. Et pourquoi vous avez peur de la disparition de la mort et pas de la disparition du sommeil ? Parce que vous vous endormez avec la certitude que ça va recommencer. Et qu'est-ce que vous créez au niveau spirituel ? Vous supprimez la peur de la mort parce que vous vous dites que vous allez revenir. Et après, vous passez votre temps à essayer de vous libérer de votre karma, et vous ne faites que le renforcer parce que vous y croyez.

C'est la même chose pour toutes les religions, quelles qu’elles soient. Où que vous regardiez, tous les gens qui sont dans les religions, sauf certains saints qui sont très rares, ne sont là que par peur – de la punition, du karma, de la faute, du mal. Le Jnani a vu tout ça. Il l'a vécu mais il n'est plus affecté. Il ne cherche pas à s'en débarrasser puisque c'est là, mais ce n'est pas lui. Donc, je ne peux pas vous décrire la mort d'un Libéré puisque la mort n'est rien, c'est un non-évènement. Vous n'êtes jamais nés, vous n'êtes jamais morts. La personne, oui. Donc tant que vous êtes identifiés à la personne, vous êtes persuadés d'être nés un jour et de mourir un autre jour. Y a quelle vérité là-dedans ? Quelle satisfaction ?

Le Jnani est vivant, qu'il soit vivant en ce monde ou mort à ce monde ne change rien. Il n'est pas affecté par l'apparition de la forme comme la disparition de la forme, sinon il ne serait pas éternel, sinon il se raconterait des histoires. Le Jnani ne connaît aucune histoire, quelle que soit sa culture. Il accepte le jeu parce que le corps est là et la conscience du sac de nourriture est là, mais c'est tout. Y a aucune implication, y a aucune déduction, y a aucune projection, y a aucune idée, aucune pensée, aucun désir, par rapport à cela. Cela est. Et ça passe, mais vous, vous ne passerez jamais. Vous n'emportez aucun bagage, si ce n'est celui du poids de vos croyances et des culpabilités. Vous aimez bien ça, en Occident, le châtiment éternel, le péché mortel, mais le plus grand péché, c'est de croire que vous êtes ce corps, y a pas d'autre péché. Tout découle de là.

Alors après, les religions ont créé des modèles. Il fallait suivre le Christ, il fallait suivre Bouddha, il fallait suivre tel gourou ou tel autre gourou. Fuyez toutes ces organisations. Dès qu'il y a organisation, il y a mensonge. Vous ne pouvez pas organiser l'Esprit, vous ne pouvez pas organiser ce que vous êtes. Organiser la vie, oui, mais ne vous occupez pas de l'Esprit. Dès que vous cherchez une relation, une correspondance, vous êtes piégés, dans le jeu, vous ne voyez plus le jeu. Vous êtes un acteur qui croit qu'il joue la vérité. Vous ne pensez même plus qu'il y a une scène de théâtre. Vous êtes tellement absorbés dans votre personnage, avec ses joies et ses peines, et vous vous donnez bonne conscience, si je peux dire, en disant « Je cherche l'Éternité et je cherche l'Amour ». Mais vous n'avez rien à chercher, vous l'êtes déjà. C'est l'ego qui vous fait croire cela.

Alors au début, vous méditez, pour trouver la paix. Ensuite vous faites des exercices, ensuite vous créez ou on vous raconte des histoires. Et puis à un moment donné, tout ça, ça doit être lâché aussi, parce que de toute façon, ça disparaîtra. Au moment de la mort, comme au moment du sommeil, vous n'êtes plus concernés par quelque monde que ce soit, vous n'êtes plus concernés par votre personne, sauf dans la conscience de rêve. Mais la vie est un rêve, qui passe, comme tout rêve.

Autre question.

Question : il n'y a plus de questions écrites. On peut laisser place aux questions orales.

Alors on écoute.

... Silence...

Question : il y a un témoignage.

J'écoute.

… une sœur souhaite préciser, par rapport à l’expérience qu’elle a vécu avec vous le mois dernier, que ce qui lui paraît important, pour ceux qui sont prêts, c'est de se laisser porter et traverser par vos paroles, de manière à ce que le mental abdique.

Comme je l'ai dit, je ne m'adresse pas à la personne, même si c'est la personne qui m'entend ; elle a tout à fait raison. Laissez traverser mes mots, ne les accrochez pas, vous aurez l'occasion de les lire ou de les réentendre. Soyez pleinement présents, quelle que soit votre question. En répondant à votre question, c'est pas votre question, c'est pas votre personne que je touche, je fracture votre mental, je fracture vos certitudes illusoires. Je te remercie.

… pour que le mental n'accroche pas.

Tout à fait.

... Silence...

Profitez d'ailleurs du silence, entre vos questions, entre mes réponses, non pas tant pour cogiter mais justement pour vous laisser, là aussi, traverser par ce silence.

... Silence...

En fait, aujourd'hui, comme lorsque j'étais incarné, je viens fracasser vos certitudes mentales.

... Silence...

Je vous l'ai dit, la façon dont vous mourez conditionne tout, pas la façon dont vous naissez.

C'est aussi cela, la liberté de cette conscience dite enfermée, éphémère. Ne vous laissez pas piéger. Il n’y a aucun espace de résolution concernant qui vous êtes dans la personne. C'est simple. Je ne vous demande pas de croire, je vous demande d'accepter une idée ou un concept et de vérifier par vous-mêmes. Il n'y a que vous qui pouvez le vérifier. La Vérité est simple, tellement simple, comment voulez-vous que l'ego l'accepte ? Comment voulez-vous qu'une histoire capitule ? Cessez les identifications, cessez de vous croire ceci ou cela, cessez de vous croire un chercheur qui va un jour trouver quelque chose. Il n'y a que quand le moteur de la recherche s'arrête que vous êtes libres, pas avant. Et l'ego vous susurre que plus il y a des questions et plus vous appréhendez les choses, plus il est rassuré, mais vous construisez comme ça une prison, à chaque minute.

Tout au plus vous avez à définir quelles sont vos priorités. Qu'est-ce qui est important ? Si c'est votre personne, alors occupez-vous de votre personne, si c'est votre karma, alors résolvez votre karma, mais vous demeurerez toujours une personne, toujours enchaînée dans les illusions. Il n'y a aucun espace de résolution là-dedans, il n'y a que des satisfactions de l'ego. L'ego se complaît dans la logique, dans le symbolisme, dans la recherche, dans la satisfaction de lui-même, dans la répétition des expériences. Cette avidité est sans fin parce que qu'elle est le propre de la personne et de l'ego. Le Jnani ne peut avoir aucune avidité, ce qui ne veut pas dire qu'il n’a pas de plaisir, quel qu'il soit, mais il n'y est pas soumis. Son corps est soumis aux lois de ce monde, mais Lui ne l'est pas, puisqu’il n'est pas ce corps, ni cette histoire, ni cette vie.

Question : il nous a été dit de dire : « Père je remets mon Esprit entre tes mains. ». Comment faire s'il n'y a pas de Père ?

Mais tu prends tout au sens littéral, toi. Qu'est-ce que c'est que cette manière de transformer les choses ? J'ai dit que c'est des niveaux de réalités relatives, qui ne feront que passer, je n'ai pas dit il n'y a pas de Père. Le Père est un niveau de réalité puisque tu es son fils ou sa fille, comme le disait le Christ. C'est une attribution, une fonction. Tout dépend du point de vue. Quand tu es libéré, y a pas de Père, y a pas de Mère. Tant que tu n'es pas libéré, tu peux concevoir et adhérer au fait qu'il y ait un Père, un sauveur, un Christ, Marie et ce que tu veux. Ils ont existé, non ? J'ai dit que ce n'est pas Vrai. Est-ce que j'ai dit que ce n'était pas, que ça n'a pas existé ?

Tu vois la technique de projection de ton propre mental qui s'empare des mots et des concepts pour le transformer à sa sauce. Ce n'est pas parce que je dis que tout cela est faux que cela n'existe pas. Exister, c'est être en dehors de la Vérité. Tu es au-delà de l'existence. Et l'expression « Père, je remets mon Esprit entre tes mains », quand c'est vécu et pas conceptualisé, tu es libre, parce que tu as démontré à ce moment-là que tu as été crucifié. Y a pas besoin d'avoir des clous dans les mains. C'est ça le renoncement, c'est ça le sacrifice. Je n'ai jamais dit que le Père était une illusion. Ce monde est une illusion, les histoires sont une illusion, mais la Source, elle existe. Et pourtant, vous êtes antérieurs à la Source. Vous êtes le Tout, mais ici vous n'êtes rien.

La phrase « Père, je remets mon Esprit entre tes mains » est bien évidemment prononcée par la personne, et cette phrase déverrouille, si je peux dire, l'abandon, le sacrifice. Tant que tu crois diriger ta vie, elle te mène par le bout du nez et vous alternez joies et souffrances. Et quand vous êtes joyeux, vous oubliez la souffrance, et quand vous êtes souffrants, vous recherchez la joie. C'est sans fin. Regardez nos vies, quand nous sommes enchaînés, c'est une succession de souffrances et de joies. Qu'est-ce qui est durable là-dedans ?

Quand je dis que ce corps est une illusion éphémère, est-ce que je dis qu'il n'y a pas de corps ? Bien sûr que le corps est là, quand vous êtes incarnés, vous êtes dedans, vous ne pouvez pas l'ignorer. Est-ce qu'il te viendrait à l'idée de dire que tu es ta voiture ? Tu sais, dans ces cas-là, parfaitement faire la différence entre ta voiture et toi. Ton corps t'appartient mais il n'est pas toi.

Le Père est présent dans toutes les histoires, en quelque monde que ce soit, donc il existe. Tu vois comme il est facile de transformer ce qui est dit dès que tu t'arrêtes au mental. Ton mental a arrêté ma proposition et en a fait une compréhension, une interrogation. Donc tu n'as pas été pénétrée, comme le disait notre sœur tout à l'heure, tu n'as pas traversé, tu arrêtes les concepts, tu arrêtes mes mots. Laisse-toi traverser. Je te montre par là même que c'est ton mental qui veut se saisir. Tu analyses, ton ego analyse le sens des mots, en les référant à ce qui a été dit, en les comparant, en les soupesant, en disant « Je comprends » ou « Je ne comprends pas ». Vois-tu l'illusion de cela ?

... oui.

... Silence...

Je reprécise que quand il y a Silence, le vôtre ou le mien, l'Infinie Présence et le Feu de l'Esprit est là.

... Silence...

Vous l'avez déjà vécu, avec autre chose que des formes et des histoires. On vous a appelé ça l'Impersonnel, l'Esprit du Soleil, le Chœur des Anges, justement pour vous faire sortir de l'identité à une forme, à une histoire. Mais vous, regardez bien, le mental, l'ego cherche toujours à comparer, à ramener à ce qui est connu, à ce qui a été vécu par toi ou par d'autres. Mais dès que vous êtes occupés à ça, où est la Liberté ? Où est la Vérité ? La Vérité ne peut pas être inscrite dans quoi que ce soit qui ne fait que passer. Un système solaire n'est jamais éternel. Bien sûr ce n'est pas, apparemment, la même échelle de temps, mais toute création a une fin. Et pourtant la création est infinie, elle est libre. Ce qui veut dire, bien sûr, que tu es en amont de toute création, en amont du Père. Et j'emploie en amont, ne cherche pas une place, c'est une expression. Tu es antérieure à tout concept, à toute idée, à tout monde, à toute création et à toute dimension.

Regarde la phrase du Christ : « Père je remets mon Esprit entre tes mains ». « Moi et mon Père sommes Un. » Tu vois pas la contradiction là-dedans ? Et pourtant dieu sait si ces phrases sont importantes. Regarde ces deux phrases, sers-toi de ton outil mental, là : « Moi et mon Père sommes Un. », « Père, je remets mon Esprit entre tes mains. » Mais si nous sommes Un, qu'est-ce que je peux te remettre ? Qui parle ? C'est l'histoire qui parlait, pas ce qu'il était, pas ce qu'il est. Si ça vous semble cohérent, sur le plan de la logique, de dire : « Moi et mon Père sommes Un. » et « Père je remets mon Esprit entre tes mains », eh bien je suis désolé, pour moi ça n'a rien de logique. Ça ne veut pas dire que ces phrases n'ont pas été prononcées, ça ne veut pas dire qu'elles sont fausses. Elles renvoient, comme je vous l'ai dit la dernière fois : « Je ne suis pas ce corps ». Vous créez une fracture de votre mental. Le Christ a déchiré le ciel et la terre. D'ailleurs il y eut un grand silence, un grand tremblement de terre, lors de la crucifixion. C'est la vérité de l'histoire.

Posez ces deux phrases devant vous : « Moi et mon Père sommes Un. », « Père je remets mon Esprit entre tes mains. » Mais si nous sommes Un, nous avons les mêmes mains, le même Esprit, et pourtant il y a quelque chose d'essentiel là-dedans, mais ne t'arrête pas aux mots. Que ce soit en français, que ce soit en espagnol, que ce soit en latin, que ce soit en grec, que ce soit en araméen, ne vous arrêtez pas aux mots, c'est-à-dire à l'explication, à la compréhension, parce que ces deux phrases-là sont bien au-delà de toute interprétation, de toute exégèse. As-tu saisi ?

Question : y a-t-il une différence fondamentale entre le fait d'être libéré maintenant ou après l'Appel de Marie et les trois jours de stase ?

Vous allez le vivre, donc vous verrez bien. Oui, il y a une différence. Celui qui est libéré a identifié tous les attachements, ils sont dissous. Celui qui vit le Soi ne peut jamais être certain qu'il n'existe pas encore d'attaches, en quelque sorte, de liens, et pourtant la finalité est exactement la même. Mais ce que l'on pourrait appeler ce passage, en quelque sorte, est plus ou moins évident. Mais oui, tu as raison, à la fin, le résultat est exactement le même. Dans un cas, chez le Libéré, il y aura instantanéité, qu'il y ait retour dans le corps ou pas, et pour celui qui n'est pas libéré antérieurement à cet événement, il faudra passer.

Nul ne peut pénétrer le Royaume des Cieux, vous avait-il dit, s'il ne redevient comme un enfant. Est-ce que l'enfant se soucie de demain ? Est-ce que ta personne te donne à voir un enfant qui est spontané, naturel, ou un adulte qui cogite ? Le Jnani est comme un enfant. Il sait que toutes les connaissances, même si c'était un érudit au départ, ne sont que des jeux. Rien ne peut l'attacher.

La finalité est la même, le passage est exactement le même, mais il se fait de différentes manières. Seul le Libéré Vivant a vu toutes les facettes de l'ego, de la personne. Le Soi est vécu dans la personne, même si c'est une transcendance de la personne, mais la personne est toujours là. D'ailleurs, ça avait été expliqué, et je le disais quand j'étais dans mon corps de chair : maintiens fermement le Soi, le « Je Suis », et après, il faut jeter tout cela. Vous n'êtes même pas le Soi. Mais j'ai jamais dit que le Soi n'existait pas, puisque je dis même qu'il faut affermir le Soi. Tout est question de tempo, de rythme. C'est la seule façon de sortir de l'histoire et du rythme, et de demeurer immuable. Y en a pas d'autre, vous le savez. Tant que vous n'êtes pas rien, ici, tant que vous n'êtes pas le plus petit, vous ne pouvez pas être libres. Je vous renvoie à ce qu'ont dit certains Anciens, et en particulier, y a pas si longtemps, le maître Philippe.

Être rien ne veut pas dire être timide et devenir un ermite, ça veut dire avoir reconnu l'illusion et ce qui ne fait que passer, quelle que soit son intensité.

... Silence...

Question : comment ne sommes-nous jamais nés si nous sommes tous les enfants de Marie ?

Mais c'est très simple, vous n'êtes pas liés au temps et à l'espace. Ce corps biologique vient de Marie, c'est la vérité, elle vous l'a dit depuis toujours. Où tu vois un problème encore ? Pourquoi cherches-tu en permanence à confronter des choses ? Tu ne laisses pas les mots te traverser, tu les arrêtes. C'est ça que tu dois voir. Ton mental ne veut pas être fracassé, il est sur le devant de la scène. Quel que soit ton cœur, ton mental fait obstacle, ton mental te limite. Arrête de croire à toutes ces fariboles, tu es libre. Comment peux-tu imaginer être libre ? À un moment donné, il faut bien quitter ses parents et vivre sa vie. À un moment donné, il faut bien quitter ses modèles, il faut tuer père et mère, symboliquement, il faut tuer tous les maîtres. Ne vois-tu pas que tu t'appuies sans arrêt sur ça ? As-tu besoin de ça ? Pour quelle raison ? Le vois-tu ? Regarde pourquoi. Quelle est cette adhésion ? Quel est ce besoin ? Tu es attachée à l'histoire. Je n'ai pas dit que le Christ n'était pas le Christ, je n'ai pas dit que le Père n'existe pas.

… oui, je suis attachée à l'histoire.

Alors restes-y, mais ne viens pas te plaindre. Tu ne vivras jamais la Liberté comme ça. Crois-tu être libre de tes souffrances, de tes affects ? Qu'est-ce que tu cherches ? Pose clairement les choses. Tant que tu aimes l'histoire, tu vivras l'histoire, c'est ta liberté, mais ne viens pas me dire que tu es libre là-dedans. Tu es conditionnée. Tant que tu n'as pas vu qu'il n'y avait pas d'histoire, pas de monde, pas de dimensions, et pas plus que toi, comment veux-tu être libre puisque tu dis toi-même que tu aimes l'histoire ?

… je ne connais que ça donc je m'y réfère.

Mais arrête de te référer à ce que tu connais, oublie toutes les histoires. Tu as besoin de te raccrocher et tu dis que tu aimes l'histoire, mais en même temps tu revendiques quelque chose ou rien. L'histoire est sans fin. La Liberté ne se trouvera jamais dans une histoire, ni dans une forme, ni dans un concept. La Liberté ne connaît rien de tout ça. Le Libéré ne connaît rien de tout ça, il les a vus, il les voit. Il connaît le poids de son corps, le poids de sa vie, mais il n'est pas cela. Est-ce que l'un empêche l'autre ? Est-ce que quand j'étais incarné, je n'ai pas parlé de la tradition d’où j'étais issu ? Je n'ai fait que ça. Ce n'est pas opposé, antinomique ou exclusif, c'est inclusif. Mais tant que tu n'as pas vu cela, tu es liée, enchaînée à l'histoire.

Tu as encore besoin d'aimer en manifestation, que cela soit le Christ, que cela soit n'importe qui, mais t'aimes-tu toi-même ? Tu ne peux pas être occupée à aimer des formes ou des histoires et t'aimer toi-même, ce n'est pas possible. Dès que tu t'aimes toi-même, dès que tu aimes ce que tu es, même si tu ne le vois pas clairement, tu t'apercevras qu'il n'y a pas besoin d'histoires d'amour, de la chair ou de l'Esprit. Ça ne veut pas dire qu'il faut les jeter au loin, ça veut dire qu'il ne faut pas être dupe. Toute connaissance n'est qu'ignorance, et tant que tu n'auras pas compris que la véritable connaissance est ignorance, tu ne vivras pas la Liberté.

Je ne t'ai pas demandé de renoncer au Christ ou de renoncer à quoi que ce soit mais de voir ce que c'est.

Il y a la peur et donc, en conséquence, le manque d'amour de soi. C'est un amour conditionné. Le Libéré Vivant vit l'Amour. Il n'a pas besoin de se raconter des histoires, même s'il connaît toutes les histoires. Il n'a pas besoin de justifier, d'expliquer ; ça c'est bon pour le mental, pour la personne. J'ai bien dit que je m'adressais à ce qui est derrière la personne, ou dedans, appelle ça comme tu veux, si y a besoin d'une représentation.

… Silence…

Tous les frères et sœurs qui aiment un maître, un gourou, un dieu, ne peuvent pas être libres. Ils y trouvent une consolation, de l'espérance, un avenir, un modèle, que sais-je encore, mais tant que tu es occupée à ça, tu ne sauras jamais qui tu es. Et quand je dis savoir, ce n'est pas un acte intellectuel, c'est exactement l'inverse. Tu es antérieure à toute histoire.

… Silence...

Question : avez-vous réussi à convaincre beaucoup de maîtres désincarnés de ce que vous exposez aujourd'hui ?

Une fois transité ?

… oui.

Mais quel intérêt ? Je respecte la Liberté de chacun. Si quelqu'un veut jouer le rôle d'un Melchisédech, eh bien il sera le bienvenu là-bas, vous le savez. Je n'ai personne à convaincre, je ne peux que fracasser votre mental et aller au-delà de vos certitudes, qui ne sont que ses défenses, mais qui ne sont pas le vécu. Vous posez souvent la question : « Est-ce que je suis libéré ? ». Mais si vous êtes libérés, il ne peut pas y avoir ce genre de questions, ni sur vous, ni sur l'histoire, ni sur le karma, ni sur quoi que ce soit.

Je disais, quand j'étais incarné, qu'il faut respecter les croyances de chacun, donc je ne suis pas venu convaincre, je ne suis pas venu imposer, mais je suis venu montrer la Vérité. Je disais : « Mes mots ne peuvent pas échouer », et les gens, les frères, les sœurs qui venaient me voir, la plupart ne comprenait rien. Quelle importance ? Je n'étais pas là pour qu'ils me comprennent ou pour qu’ils se comprennent, mais pour qu'ils laissent tomber cette histoire de compréhension, de connaissance. Vous ne pouvez convaincre personne, vous devez respecter la Liberté. Ce que je fais, c'est éclairer. Quand je dis qu'il faut renoncer aux histoires, je n'ai pas dit qu'il faut se détourner du Christ ou de Bouddha ou de Mahomet, je dis qu'il faut aller beaucoup plus profondément. Mais tout dépend ce que vous cherchez, tout dépend de ce que vous croyez chercher. Si vous cherchez les histoires, elles sont innombrables et elles sont infinies, mais elles ne sont pas éternelles. Vous avez tout votre temps.

Je ne veux pas vous convaincre, parce que convaincre, c'est quoi ? C’est mental. Tant que ce n'est pas vécu, quelles que soient les convictions que tu as, c'est des erreurs.

… Silence...

Question : il y a la vie éphémère où il y a le faire… Quel est l'accès à la vie éternelle de l'être ?

Quel est l'accès ? Ça veut dire quoi ?

… comment y accéder, faire le switch ?

En cessant l'identification au corps, à l'histoire, au personnage. Il me semble que je me suis exprimé des dizaines d'heures, et des milliers d'heures quand j'étais incarné, toujours sur la même chose. Il n'y a pas de solution au sein de l'éphémère. Où que tu te tournes, il n'y a que des culs-de-sac. Accepte déjà cela, et tu comprendras qu'il ne sert à rien de « comment faire ». Justement, ce n'est pas possible. Il faut lâcher la prétention à croire que depuis la personne vous allez trouver ce que vous êtes, l'Impersonnel, le Sans-forme, le Parabrahman, l'Absolu. Il n'y a rien à chercher, il n'y a rien à trouver. Cela est déjà là, c'est juste à voir, et ce n'est pas un « comment faire ». Rien de votre personne ne peut vous libérer. Seul le Sans-forme que vous êtes le peut, le Feu, l'Esprit, le Chœur des Anges, l'Impersonnel. Mais vous, par vous-mêmes au sein de la personne, c'est comme si tu me demandais comment ta voiture peut voler ?

La Vérité n'est pas dans ce corps, tu es dedans, oui, mais à partir de là où tu dis « mon corps », tu sais bien que ce n'est pas toi. Quel est ce principe, encore une fois, d'appropriation de ce qui n'est pas vrai ? Tu constates que le corps est là, qu'il a des besoins, que d'autres corps sont là et qu'il faut organiser cela. Ça, c'est tout à fait juste. C'est pour ça qu'il n'y a pas de meilleure analogie que le sommeil. Si tu en vois l'analogie, comme je viens de dire, alors c'est gagné. C'est toujours la personne qui cherche. Elle cherche quoi ? La Vérité, mais jamais elle ne connaîtra la Vérité, tout au plus peut-elle être le témoin de vous-mêmes qui êtes la Vérité.

C'est pour ça que la méditation, tant que le Soi n'est pas apparu, est primordiale. Mais est-ce que le Libéré a besoin de méditer ? Est-ce qu'il a besoin de se prouver quoi que ce soit ? Rappelez-vous, quand j'étais incarné, avec les conseils de mon maître j'ai mis trois années. Aujourd'hui, en tout cas sur mon continent d'origine, vous avez des frères et des sœurs qui sont libérés, sans rien connaître du karma, de la spiritualité, aussi rapidement que moi. Encore une fois, le problème fondamental est l'identification au corps, il n'y en a pas d'autre.

L’identification au corps, c'est l'identification à une histoire, à des affects, à des possessions, à des relations, fussent-elles au Christ. Mais comme je le disais en étant incarné, même si vous vivez avec le Christ, à un moment donné, il faut bien voir la Vérité. Et les femmes sont plus douées pour ça, parce qu'en tant qu'épouses du Christ, c'est beaucoup plus facile de fusionner, et de disparaître.

D'ailleurs, on le dit, je l'ai dit quand j'étais incarné, ça vous a été dit en d'innombrables occasions : ce n'est pas la personne qui est libérée, c'est vous qui êtes libérés de la personne. Posez ces deux phrases devant vous. Regardez, tout y est. Vous n'avez besoin de rien d'autre, ni du Christ, ni de Bouddha, ni de Marie. Je n'ai pas dit qu'ils n'existaient pas ou qu'ils ne servaient à rien, mais à un moment donné, il faut bien symboliquement tuer le père et la mère. Comment voulez-vous être autonomes ? Comment voulez-vous vous voir ?

... Silence...

...Le temps imparti est écoulé.

M'as-tu parlé ?

...Le temps imparti est écoulé.

Alors Bidi va vous laisser vous reposer les oreilles, et je vous dis à tout à l'heure.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Jeu 20 Avr - 23:00 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017



BIDI

Questions/ Réponses - Partie 2



Eh bien, Bidi est de retour. Et nous allons poursuivre.

Je t’écoute.

Question : j’ai écouté en différé vos interventions du mois dernier. À la première, j’ai été envahie d’une grande douceur et d’une extrême tendresse. Puis j’ai ressenti comme un passage dans un trou d’air mais cela ne m’a pas perturbée. Vos mots étaient comme des caresses. Je suis restée longtemps dans cet état de grâce. À la deuxième intervention, j’ai été surprise et paniquée à la vue d’une flamme blanche jaillissant de mes pieds. La joie s’est installée malgré des sensations bizarres dans le corps. La flamme remontait le long du corps et dissolvait celui-ci à son passage, jusqu’à ce qu’il ne reste plus de corps, mais la joie demeurait. Est-ce les prémices du grille-planète final ?

Mais c’est avant tout la traversée de l’Infinie Présence, bienvenue. Pourquoi as-tu besoin de référer ça au grille-planète ? Bien sûr que c’est la même chose, mais remarque que même en ayant vécu cela, qui est conforme et qui est merveilleux, néanmoins aujourd’hui tu as besoin de savoir si c’est la même chose que ce qu’il se passe quand le Soleil épouse la Terre. Oui, il y a une forme d’analogie, de superposition. Si l’ego est transpercé et s’efface, comme tu l’as vécu, alors il ne reste que la Vérité. Tu as été libérée aux pieds du Seigneur par l’Onde de Vie et le Sharam Amrita. Maintenant, tiens-toi tranquille, vis ce qui est à vivre. Ça a été vécu et c’est toujours présent, là est l’essentiel.

Retiens bien que tu n’as rien d’autre à faire, à entreprendre. Ne pense surtout pas à cette expérience initiale, sinon tu es dans le passé. Ne cherche pas à la reproduire, tiens-toi tranquille, dans tous les sens du terme, et demeure ainsi. Que l’expérience se reproduise ou pas n’a aucune espèce d’importance, tu as vécu la Joie sans corps. L’aspiration dans ce que tu nommes trou d’air est le témoin du switch de la conscience. À partir de là tout est accompli, quelle que soit ta vie, quelles que soient tes expériences.

Aujourd’hui, vous le constatez, je m’exprime plus fort. Le passage n’est plus par les pieds ni par la gorge, il est au cœur. Vous pouvez vous boucher les oreilles, l’effet sera le même. Ce que vous entendez n’est rien. Je l’ai dit, je ne m’adresse pas à la personne, ou alors pour la fracasser et aller au cœur.

Je remercie cette sœur pour ce témoignage magistral. Nous en avions eu d’autres la fois précédente, ici même, il y en aura d’autres. J’avais dit, quand j’étais incarné, que mes mots ne peuvent pas échouer. Ce n’est pas la tournure des phrases, ni le contenu, ni l’intensité – ça c’est pour vous distraire, rien de plus –, l’essentiel, c’est ce qu’il y a derrière, ou dedans, au-delà du masque.

Continue.

Question : j’ai pratiqué assidûment la réfutation. Je me rends compte que je ne suis toujours pas libre et que je reste influencé par les autres, que je fonctionne par mimétisme, ce qui entraîne la question d’être un portail organique. Comment quitter cette prison où je suis dans la confusion ?

Mais le simple fait de poser une question comme ça, prouve que tu n’es pas un portail organique. Un portail organique ne pourrait absolument pas entendre mes mots. Donc, dès l’instant où tu as adopté le principe de la réfutation, ce genre de question ne représente rien. C’est que le moment n’est pas venu pour toi, ne désespère pas. La fois précédente, je vous ai dit : « Répétez-vous : je ne suis pas ce corps. ». Cette négation entraîne, dans votre personnage, une rupture. Vous n’êtes plus dans les temps de la réfutation ou dans l’expression de ces belles phrases, vous êtes dans le vécu. Ce qui t’arrive, au travers de cette question, c’est que tu es dans une recherche. La réfutation n’est pas une recherche, c’est une affirmation.

Après, bien sûr, il y a d’autres éléments qui sont intervenus : l’Onde de vie, le Canal Marial, les structures que vous nommez vibrales. Ne vous arrêtez pas non plus à cela, ce n’est que des témoins, ou des témoignages, si vous préférez, de ce que votre corps vit. Il te manque non plus de réfuter quoi que ce soit, cela a été fait, mais surtout tu es encore identifié à la personne, et nécessairement, ce genre de questionnement sur ce que tu nommes portail organique ne peut en aucun cas être la réflexion d’un portail organique mais bien, comme tu l’as dit, un frère qui est soumis aux idées et aux pensées qui le traversent. Tu as oublié de réfuter les idées, les pensées et les identités. Tu as réfuté tout ce qui était visible mais tu as oublié de te réfuter toi-même. Si nous en avons l’occasion, tu me donneras une réponse une prochaine fois : t’es-tu réfuté toi-même ?

Poursuivons.

Question : à plusieurs reprises tout à lâché, et l’immensité vide s’est présentée. Mon corps à sursauté, cela m’a ramenée. II y a deux jours, cela s’est représenté. Mon corps n’a pas sursauté mais j’ai néanmoins l’impression d’être restée au bord sans plonger. Avez-vous un conseil ?

Comme tu le dis, dans un premier temps, lors des expériences antérieures, tu as vécu réellement et concrètement l’attache de la conscience au corps, malgré la révélation ou l’approche de l’Infinie Présence. Aujourd’hui cela n’existe plus. Donc je dirais, de manière imagée : la voie est libre. Qu’attends-tu ? Dès l’instant où le corps ne se manifeste plus au moment où vous semblez plonger, ou êtes bousculés, ou voir ou vivre le néant, si le corps ne dit rien, alors l’attache au corps, l’identification au corps a cessé. C’est déjà parfait. Ne cherche rien d’autre, acquiesce complètement à ce qui se déroule. Ton corps l’a fait, ton véhicule l’a accepté, ce qui résiste se cache nécessairement au sein des concepts et non plus dans l’illusion d’être ce corps.

Il reste donc en toi un certain nombre d’idées et de concepts qui n’ont pas été évacués. Tu n’as pas à les rechercher, contente-toi d’acquiescer et à ce moment-là, dans la mesure où il n’y a toujours pas d’identité ou d’identification au corps, tu y es. Fais cela, ne cherche même plus à observer, à ressentir, à savoir, à comprendre, laisse la Liberté être, et tu es libre. C’est instantané. Ce n'est pas un lieu qui est quelque part, c’est la Vérité. Bien sûr qu’il y a un point de passage qui est le Cœur du Cœur. Mais même cela tu dois l’oublier. Abandonne tous les concepts et tous les repères. Ton corps l’a fait, il est d’accord. Oublie même l’avidité de vivre cela, le souhait de vivre cela. Sois neutre, totalement. Si cela se reproduit, ne cherche pas à méditer ou à te raccrocher. Ton corps a acquiescé. Il n’y a rien à observer, il n’y a plus rien à sentir quand tu es là, et tu vas te retrouver, sans te chercher. Tu te vois clairement, tu y es.

Et l’expression, quand je dis : « Tu te vois clairement » signifie qu’effectivement il n’y a plus de vision. Ce qui voit, entre guillemets, est l’Esprit, la Vérité, que tu es. Se voir, en quelque sorte, à ce niveau-là, c’est ne rien voir, ne plus être accrochée par une image, par une lumière, par une forme, par une histoire, par un corps, par le monde. C’est effectivement, pour la personne, le néant total. Mais tu t’es approchée suffisamment près, puisque ton corps ne t’a pas rappelée. Tu te montres à toi-même qu’il n’y a plus d’identification possible à croire à être ce corps.

Il n’y a plus d’obstacles, il y a juste quelques concepts qui traînent à la périphérie. Ne cherche pas à les identifier. Supprime tout besoin de voir, de comparer, de te saisir, et tu seras saisie par la Vérité. Toi, tu ne peux la saisir, la Vérité, mais elle, elle peut te saisir, c’est toute la différence. Et en étant saisie par la Liberté et la Vérité, tu seras, dès cet instant, automatiquement libre, et libérée. C’est imminent, c’est maintenant. Ne mets pas de distance, il y a juste une petite distorsion dans ce qui croit être vu. Oublie, il n’y a rien à voir, juste se reconnaître. Et ça ne passe pas par une vision, quelle qu’elle soit. Il n’y a plus de forme, il n’y a plus de Lumière, il n’y a plus de concepts, il n’y a rien, au sens de la personne, mais ce « rien » est Tout.

… Silence…

Une autre.

Question : quand il nous est dit par l’Archange Anaël que nous nous installons en l’Éternité, cela veut-il dire que c’est graduel et pas nécessairement fulgurant ?

Ni l’un ni l’autre, c’est encore un concept. Penser que ça peut être fulgurant ou progressif est déjà un conditionnement. Sois spontané, laisse se vivre ce qui se vit. Ne mets pas d’étiquettes, de concepts, de mots, d’idées, de références. Sois disponible. Ce n’est pas parce que je vais te dire que c’est fulgurant ou que c’est progressif que ça changera quoi que ce soit. Tu dois abandonner même l’idée de savoir si c’est quelque chose de brutal, progressif ou qui se situe dans un temps futur, parce que c’est déjà te mettre en distance par rapport à ce que tu es. Laisse-toi traverser. Là aussi ne retiens rien, sois disponible, et tu ne peux pas être disponible, comme dans le cas du témoignage de la sœur, précédemment, s’il y a des idées, des concepts qui émergent. Mais rappelle-toi que tu ne peux pas chasser les idées et les pensées. Même un Libéré vivant a des pensées, seul le mort n’a plus de pensées. Le sac de nourriture n’est plus alimenté et donc y a plus de conscience éphémère, c’est la mort, de ce corps, de la conscience éphémère. C’est comme ça que tu dois vivre ce qui est à vivre.

S’il n’existe pas de symptôme corporel dans ces états, dans ces expériences, dans ces essais même, on peut dire, alors ce que tu crois être le chemin est accompli. Il te reste juste à accepter de ne pas avoir de points de comparaison, de mots à placer sur ce que tu vas vivre ou que tu vis, d’être, et cela vous a été dit, innocent. Sois pleinement là, mais même pas dans l’observateur, dans le rien, après le Cœur du Cœur. Si cela est fait, cela est. La spontanéité, dont nous vous avons fait état, les uns et les autres parmi les Anciens, est essentielle. S’il n’y a pas spontanéité, il n’y a pas humilité, il y a réflexion, il y a avis personnel. Cela ne concerne en rien ce que tu es. Ne t’appuie pas sur ça, ne t’appuie d’ailleurs sur rien. Sois vierge de tout sentiment, de tout ressenti, de toute intention. Telle est la façon dont tu disparais.

… Silence…

Continue.

Question : nous ressentons l’Amour dans votre voix, mais le volume de la voix attire la conscience sur la douleur dans mes oreilles. Est-ce pour traverser la douleur ?

Tu as tout compris. Ta conscience est portée sur les oreilles. Non pas par le désir d’écouter ou de comprendre mes mots, mais par la gêne occasionnée. Étant centrée sur la gêne, tu ne penses à rien d’autre et là, je peux te montrer ce qui est. La conscience éphémère est occupée par la voix, le mental est occupé par les mots, et pendant ce temps-là ce qui est, est. C’est une distraction, un autre jeu. Mais ce jeu-là est le plus à même de mettre fin au jeu.

Comme tu le dis, malgré le fait que tu en sois gênée, l’important n’est pas la gêne. L’important n’est pas les concepts. Je m’adresse, comme je l’ai dit, au travers de la personne. Ce qui est gêné est la personne, ce qui ressent autre chose que la gêne est ce qui est derrière la personne, ou dedans. En termes de mouvement, parce que c’est la chose qui pourrait le mieux expliquer, la conscience éphémère se fixe sur le sens auditif, l’énergie, la vibration, à ce moment-là votre mental est distrait par mes mots. Vous ne pouvez pas faire autrement, même si vous ne les comprenez pas, mais c’est justement cela qui me permet d’aller au travers de ce que vous mettez devant, le personnage, l’histoire, le mental, la douleur.

Alors, si tu as trop de douleurs, atténue ma voix, mets-toi des bouchons. Je pourrais rester en silence, sans prononcer un mot, le résultat serait le même, il serait tout juste un peu plus long. Mais le fait d’occuper votre mental et vos oreilles vous rend disponibles. Cette distraction, comme je l’ai dit, n’est pas faite simplement pour vous distraire, mais distraire la personne, éventuellement la heurter, par les douleurs, par le volume. Mais au-delà de cette distraction, et grâce à cette distraction, la gravité et la Vérité sont là.

… Silence…

Continue.

Question : pouvez-vous nous donner une indication pour faire le passage ultime, à la dernière seconde, avant le retournement total ?

Oublie-toi, je l’ai déjà dit. Il n’y a pas de technique, cela a été répété tant et tant de fois. C’est le moment où il n’y a plus de repères ni d’adhésion à quoi que ce soit au sein de l’éphémère, qui est vu pour ce qu’il est. Aucune technique. Il n’y a que vous-mêmes qui pouvez accepter de lâcher, de faire cet ultime pas, sans bouger, sans chercher. Vous devez être totalement dans l’Instant Présent, dans le Silence, quelle que soit la puissance de mes mots ; je vous ai dit que j’occupe vos sens et votre tête. Votre conscience éphémère étant tournée vers une tentative de compréhension ou vers une douleur, votre cœur est disponible, pour la Vérité, pour se reconnaître. C’est simple et facile. Tout sentiment de difficulté ne vient que de la personne qui veut accrocher, et obtenir, et se saisir. Vous ne pouvez rien saisir, rien obtenir au sein de la personne. Rien de ce qui concerne la Vérité.

… Silence…

Continue.

Question : il y a quatre ans, après une intervention d’Orionis, j’ai vu mon corps disparaître sous la chaise de la sœur qui était à ma droite. Mon corps rapetissait à toute vitesse. J’ai observé ceci sans émotion, et subitement je me suis trouvé dans mon cœur où j’ai ressenti un immense bien-être. Je n’avais plus de corps. Depuis ce jour-là je n’ai pas dépassé ce stade. Que pouvez-vous en dire ?

De quel stade parles-tu ? Tu as disparu, que veux-tu encore vivre ? Que penses-tu encore avoir à vivre ? Si tu as disparu, c’est fini. Vis ta vie, amuse-toi, aime et sers, spontanément. Ne cherche rien pour toi. La problématique étant que quand vous vivez ce genre d’expérience, ce genre d’état, quelle que soit son intensité, quelle que soit sa joie, c’est acquis. Vous vous êtes trouvés, vous avez arrêté de vous chercher. De quoi as-tu besoin ? Oublie toute demande d’autre chose ou compréhension d’autre chose. Ne pense même plus à ce que tu as vécu. Ne cherche pas à te raccrocher à ce passé, il est indélébile dans le présent. La tentation est toujours présente, pour tout le monde, de vouloir reproduire quelque chose qui s’est passé. Ce qui est passé est passé. Ce qui est, est ce que tu es.

Il y a, comme tu le dis et comme je l’ai dit, un avant et un après, mais saisis bien que le plus important est Maintenant, Hic et Nunc, comme disait l’Archange. Tout le reste est accessoire, tout le reste ne t’est d’aucune utilité. Essaye d’observer, calmement, bien posé, en laissant flotter tes pensées et tes idées pour qu’il y ait un relâchement. Ça s’appelle la rêverie ou le rêve éveillé. Peu importe ce qui est vu, ce qui est pensé, et là tu constateras qu’au fur et à mesure, tout cela s’estompe et s’efface. Tu peux ainsi avoir le sentiment, comme a décrit la sœur, d’être de plus en plus petit, jusqu’à devenir ce point, jusqu’à ce que le corps disparaisse. Que veux-tu de plus ?

Tant que ce corps sera là, tant que l’histoire est là, même si tu n’y adhères plus, que veux-tu faire de plus ou de moins ? Ne fais rien. Sois libre de cette expérience, sois libre de toute attente, sois disponible. Pas pour accueillir une expérience, ou du merveilleux ; le seul merveilleux, c’est ton Éternité. Accepte cela et vois-le. Il n’y a aucun obstacle. Ce que tu as vécu était hors du temps, hors de tout espace et hors de tout concept, c’est ton état naturel, mais dès l’instant où tu penses vivre quelque chose d’autre, tu n’es plus naturel. Tu es déjà ailleurs, dans une projection, dans un désir, dans un espoir. Il n’y a rien à trouver là-dedans, ni rien à chercher d’ailleurs.

… Silence…

Continue.

Question : le Parabrahman est-il notre finalité, notre aboutissement absolu, ou n’est-il que le début d’un nouveau voyage, d’une nouvelle étape ?

Mais en aucun cas l’Absolu peut être cela. Ni fin, ni départ, ni nouveau voyage, en l’Absolu. Ça concerne la conscience, ça concerne l’expérience et pas ce que tu es. Ne tentez jamais de définir l’Absolu parce qu’en le questionnant, ou en le définissant, ou en essayant d’y coller des concepts, vous vous en éloignez. Vous ne pouvez pas procéder ainsi. Ne vous interrogez pas sur la Vérité, parce que l’interrogation va mettre une distance, va mettre une projection, va mettre un espoir, et dès cet instant, cela ne peut être révélé.

L’Absolu est la fin des concepts, la fin des histoires, la fin des voyages, la fin des expériences. Mais comme cela vous a été dit, cela ne vous empêche pas de jouer, mais vous ne serez plus dupes. Je suis sans forme et pourtant je suis là, dans une forme. Il n’y a aucune gêne. Comme cela a été dit, mais n’en faites pas un concept, l’Absolu est toutes les consciences, tout est Un. Il n’y a rien d’autre. Simplement, en ce monde, là où vous êtes, les rêves se mélangent, donnant l’impression des relations, des différences, des formes différentes, des expressions différentes, des sexes différents, des formes de conscience infinies. Il y a la même qualité de conscience dans tout ce qui est manifesté, mais vous êtes antérieurs à la manifestation, et tout ce que vous voyez, ici comme ailleurs, ne sont que des jeux.

L’Absolu n’a pas de projet, il ne peut pas en avoir. Et c’est justement en la Vérité que vous êtes aussi tous les « je » et toutes les consciences, puisqu’il n’y en a qu’une. C’est comme si la cellule du foie demandait à être la cellule du cœur. Bien sûr qu’il y a des fonctions différentes, des chimies différentes, un assemblage de sucs, de nourritures différentes, un assemblage d’éléments différents, il y a même des génies qui préfigurent la forme, mais vous n’êtes rien de tout ça, vous êtes simplement dedans. Mais ce dedans, vous pouvez vous en approcher par le Cœur du Cœur, et seulement par là, mais même ça doit être lâché.

Il y a des ultimes repères de manifestation, mais vous n’êtes aucune des manifestations, vous êtes toutes les manifestations. Vous êtes Dieu, vous êtes la Source, vous êtes le grain de sable. Vous êtes tous les soleils de la création dans quelque univers, multivers ou dimension que ce soit. Vous ne pouvez pas le comprendre ni même l’accepter, c’est impossible, vous ne pouvez que le vérifier. Et une fois que c’est vérifié, vous êtes tranquilles, quoi qu’il arrive. Ce n’est plus vous qui dirigez la vie, ni l’ego, mais c’est la vie qui vous conduit. C’est ça « avoir la foi comme un grain de sénevé ». Je dirais même, et surtout en Occident, que certaines prières ne sont que des éloignements.

Tout le monde n’est pas, au sein d’un personnage, Hildegarde de Bingen, acceptez cela, mais pourtant vous êtes tous les mêmes. Il n’y a pas deux, il n’y a qu’Un. Le deux est le jeu de l’apparence. C’est la conscience qui s’aime elle-même, qui s’éprouve, et je dirais aussi que c’est la conscience qui se joue d’elle-même. Parce qu’il y a réellement, au-delà de ce monde, une jouissance à la manifestation, une jouissance à la forme. Mais vous êtes toutes les formes, tout en étant sans forme. Comment voulez-vous être toutes les formes si vous êtes tributaires d’une forme ou d’une conscience ?

… Silence…

Continue.

Question : vous avez parlé d’urgence ; est-elle liée à la fin du Kali Yuga, et pourquoi ?

Mais l’urgence n’est pas contingentée par la fin de quelque monde que ce soit, par quelque évènement que ce soit. Il y a urgence. Si je vous dis ça, ce n’est pas par rapport au temps, c’est par rapport à l’instant. Ce corps est souffrance, vous le savez tous, nous le savons tous. Un jour ou l’autre il devient souffrance. Il n’est pas éternel. Qu’avez-vous fait pour être dans cette souffrance ? Votre karma ? La réalité de la vie ? Mais ce sont des foutaises. C’est des conditionnements. Tout ça résulte de l’identification au corps, à l’histoire, à la forme.

Au-delà de la réfutation, cette notion d’urgence n’est pas liée au temps, elle n’est pas liée au déroulement d’évènements, parce qu’il n’y a rien de plus urgent et d’essentiel que cela. Quel que soit le jour de votre mort ou le jour de la mort, apparente, de cette Terre. Rien ne meurt, cela vous a été expliqué, par des mots, des concepts. La Terre change de densité, vous aussi, mais là n’est pas l’essentiel, sauf pour celui qui tient à sa personne, à son histoire. Mais c’est la même chose à chaque vie, à chaque fois vous recommencez, la peur de la mort, le déni, et c’est sans fin. C’est en cela qu’il y a urgence. Il y avait la même urgence de mon temps, et cette notion d’urgence disparaîtra seulement quand le monde disparaîtra, comme tout monde. La conscience « je » est un jeu. C’est un jeu qui se joue, partout. Pour la conscience, quelle qu’elle soit, elle ne peut envisager la A-conscience. Seule la Vérité le peut, seul vous, le pouvez. Et pour cela vous êtes seuls, il n’y a personne d’autre, il n’y a pas de gourou, il n’y a pas de sauveur, il n’y a pas de maître.

La Vérité fait peur tant qu’elle est concept, tant qu’elle se résume à des idées, vagues. L’ego, la personne, aura toujours peur. Cela vient de l’identification. Désidentifiez-vous, sans rien refuser, et vous êtes libres. C’est simple, s’il y a effort, ce n’est pas la Vérité. Encore une fois, tout le monde n’est pas capable d’exercer cette tension vers l’abandon d’Hildegarde, ou d’autres sœurs, tout le monde ne peut être une Ma Ananda Moyi en manifestation, mais dès que vous dépassez la personne, les idées, les concepts, les croyances, vous êtes tout autant le Christ, Ma Ananda, que l’univers entier, quelle que soit la présence, ou pas, du corps. C’est en n’étant rien que vous êtes Tout.

Or l’ego a besoin de dire je veux tout, même si c’est dit autrement. Il est avide, il a besoin de repères, il a besoin d’un cadre, d’une histoire, d’une logique, mais vous, vous n’êtes rien de cela. Vous êtes la Vérité ineffable de la Demeure de Paix Suprême, vous appuyant sur l’Absolu pour rentrer en manifestation. L’obstacle, je l’ai dit, c’est la personne, l’identité, l’histoire, les concepts. Soyez libres. Débarrassez-vous de tout ça, ça ne vous sert à rien. Ce ne sont que les témoins de la peur et de l’accumulation des connaissances. Acceptez que votre personne ne puisse connaître la Vérité, à aucun moment.

Vérifiez par vous-mêmes cette attitude. Vérifiez par vous-mêmes ce qu’il se produit quand vous n’adhérez plus aux croyances, au corps, aux idées, aux histoires. Si vous voulez être la plénitude, videz-vous de tout ce qui vous encombre. Le Christ vous l’a dit : « Je viendrai comme un voleur dans la nuit », « Veillez et priez », « Gardez votre maison propre ». Soyez le Temple dans ce sac de viande. Ce Temple, c’est une notion de sacré, n’y voyez pas une construction, c’est le Temple intérieur.

Quand je disais, en étant incarné : « Reposez-vous au pied du Satguru », ce n’était pas une notion d’adorer, d’imiter, c’était vraiment de rester tranquille, car tout se fera naturellement. C’est au-delà de tout mot, de tout concept. Regardez les stratégies de l’ego, de la personne, même affinée, même vibrante. Elle sera toujours en train d’essayer de trouver des repères, des points de comparaison, avec l’autre, avec les expériences passées, avec des écrits, bref, de maintenir coûte que coûte l’histoire. Découvrir la Vérité ne supprime pas votre corps, même quand il disparaît. Ça vous permet simplement de ne pas être affectés ni dérangés par l’illusion, par ce qui ne fait que passer.

… Silence…

Continue.

Question : quand on veut m’imposer quelque chose, je me bloque et n’arrive pas à contrôler ma réaction. Je sais que c’est ma personne et non pas moi ; malgré cela, même en me répétant « je ne suis pas cette personne », cela ne suffit pas à me faire lâcher. Pouvez-vous m’aider ?

Si j’ai bien compris, tu t’es répété « Je ne suis pas ce corps ». J’ai jamais dit « Je ne suis pas cette personne », déjà. Bien évidemment que tu es une personne, puisque tu te présentes au monde avec un visage, une forme. Tu n’es pas ce corps, tu n’es pas seulement cette personne, mais tu es obligé de constater qu’il y a une forme qui est là. Tu es bien obligé de constater qu’un jour tu es apparu, sans avoir rien demandé. Je demandais toujours, quand j’étais incarné : « Allez à la source, qui étiez-vous avant votre naissance ? Qui peut répondre ? ». Personne ne m’a jamais répondu. Mais ce n’est pas pour rien que je posais cette question. C’était pas pour avoir une réponse, puisque vous ne pouvez pas avoir de réponse, c’était pour attirer l’attention sur le fait qu’avant de naître, quel était le sentiment de l’existence du monde ou d’une personne. Le sens et l’idée d’être une personne apparaît entre quatre ans et cinq ans, et disparaît avec la mort, de ce corps, et de la personne.

Ce dont tu parles ici, c’est un réflexe de défense sur lequel tu n’as aucun moyen d’action. Je crois d’ailleurs que vos psychologues savants ont appelé ça l’inconscient ou le subconscient. Et d’ailleurs, dans vos pays occidentaux, vous vous êtes emparés de ce subconscient et d’inconscient pour en faire la cause de tout. Mais non, la cause de tout, c’est le corps, c’est la conscience elle-même. Donc, je ne peux pas t’aider, y a pas de technique. La meilleure des techniques, qui n’en est pas une, c’est : tu vois cela mais tu ne peux rien faire.

Alors accepte que tu n’es pas ce corps, ni cette histoire, et qu’il y a une personne qui joue ce jeu. Place-toi dans l’observateur, sans vouloir agir, sans vouloir faire. Tu as déjà vu, tu as peut-être les explications et, comme tu le dis, c’est toujours là. Donc que faire ? Rien n’est à faire. Juste être, traverser cela. Si tu t’y opposes, surtout que tu l’as vu, tu vas le renforcer. Et c’est ce que chacun de vous voit en permanence, dans la vie, dans toutes les circonstances. Quand le problème est soi-disant inconscient, vous cherchez à l’élucider, c’est-à-dire à le comprendre, parce que vous pensez qu’en le comprenant, c’est élucidé et que ça va disparaître. Mais quand vous résolvez une équation mathématique, est-ce qu’y a quelque chose qui disparaît ? Non, vous obtenez un résultat. Mais le but, là, n’est pas un résultat, c’est le dépassement de l’équation, et tu n’as aucun moyen en toi pour le faire.

Il te faut traverser cela, acquiescer à cela, parce que tout simplement tu n’es pas cela. Ça, c’est éphémère, ça ne peut durer que jusqu’à ta mort. Je conçois tout à fait que cela puisse t’être gênant, en ce qui est à vivre. Tu demandes un conseil, alors que tu dis toi-même que tu te braques dès que tu as un conseil. Si tu vois ça, c’est fini. Accepte le ridicule de cet effet miroir que toi-même prononces. Tu t’es saisi, inconsciemment ou consciemment, tu as vu le problème, et donc tu veux le résoudre. Si tu veux le résoudre au sein de la personne, il y a des psychologues, des thérapeutes pour ça, mais il y aura toujours une personne. Quel est ton objectif ?

Quand tu me dis toi-même que tout ce qui te vient et qui t’est donné de l’extérieur te braque, accepte aussi que tu dois te braquer contre la personne, contre l’histoire et contre ce corps. Non pas en le tapant, non pas en le refusant, mais en le voyant pour ce que c’est. Tant que la personne est là, sur le devant de la scène, il n’y a aucun espace de liberté. Mais le fait de voir ce qui surgit de l’inconscient ou du subconscient, te montre déjà que ta conscience est relâchée. Elle n’est plus figée, accrochée, attachée, à l’histoire. Ça a été vu, tu as vu l’histoire. Tu ne peux pas t’en débarrasser au sein de l’histoire.

Quand je dis qu’il faut traverser, c’est voir et acquiescer. Ça veut dire relâcher la pression de l’attention et de la conscience sur le mécanisme qui a été vu. Bien sûr tu vas le voir revenir et revenir, mais si tu restes tranquille, ta conscience ne sera plus emmenée par cela et tu constateras alors que les manifestations de cela vont s’estomper et s’éloigner. Ta conscience ne sera plus emmenée, ce que tu es, non plus. N’oublie pas que ce n’est pas la personne mais toi qui joues le jeu de la conscience. La personne ne rendra jamais les armes ; jusqu’à la mort, elle est là. Être libéré de la personne veut dire que la personne n’est plus sur le devant. Qui commande ? L’inconscient ? Le subconscient ? L’ego ? Qui dirige ? Non pas pour contrôler, mais qui tient le volant ? Qui es-tu ? En cela tu vois déjà la Vérité.

Quand cette question t’est posée : « Qui suis-je ?», tu ne peux que constater que le seul capital qui existe avant toute connaissance, et préalable à toute connaissance, est le « je suis ». Tu ne peux pas nier que tu es, mais qu’est-ce qui est ? Ce qui est dans ce corps, ce qui est enfermé. Mais toi tu es la Liberté, toi tu es la Vérité, alors comment tu résous l’équation, là ? Tu as vu les termes de l’équation, tu vois le résultat, mais tu dois te situer en amont. Parce qu’en définitive, quelle que soit l’équation qui se résout entre le conscient et l’inconscient, tu n’es ni l’un ni l’autre. C’est simplement des outils de jeu. Tu ne seras jamais ce qui se manifeste en idées, en concepts encore, ou en quoi que ce soit. Tu ne peux te saisir de rien. Tout ce qui est saisi est faux, et ce mot « saisi » est employé dans tous les sens du terme.

… Silence…

Continue.

...Il n’y a plus de questions écrites.

Alors continuons.

Question : j’ai voulu essayer de passer au travers de votre voix, et à un moment, j’ai eu envie de passer au-delà de la voix. Je ne savais comment faire, il s’est passé quelque chose et je me suis retrouvée dans le silence. Le reste de votre intervention, c’était noir devant moi. J’étais dans un état de bien-être et de silence, je ne sentais plus mon corps mais je sentais profondément mon cœur. Depuis je sens toujours le cœur ; même pendant la pause, et en parlant avec les autres j’étais dans un état de joie. Au retour, je voulais refaire la même chose mais ça ne s’est pas reproduit.

Mais là tu es piégée. Dès que tu veux refaire la même chose, tu mets de la distance. C’est toujours pareil avec tous les états.

… je l’ai compris après, quand vous l’avez expliqué. Que s’est-il passé quand j’ai vécu cela ?

Elle veut savoir quoi ?

… ce qui s’est passé quand elle a vécu cela.

Et voilà, tu reviens sur le passé. Sois disponible. Ne cherche pas à reproduire, laisse être. Ça a été vécu, le corps a disparu, y avait plus de concepts, il restait le point central, la Paix, la Joie, le cœur, l’Amour, appelle ça comme tu veux. Tu as donc pu vérifier, par toi-même, que l’Amour n’a pas besoin de forme ni de concepts. Mais là où tu te trompes, c’est en pensant, mais comme tout le monde le fait, pouvoir reproduire cet état. Tu ne peux pas le reproduire, il t’a été montré parce que c’est ce que tu es. Accepte-le mais ne remets pas la personne qui va se saisir de l’expérience pour tenter de la revivre, parce que tu ne la revivras jamais, dans ces circonstances.

Il faut que ce que tu appelles expérience, souvenir, mémoire d’un moment comme ça, soit présent. Pas par la volonté de le reproduire mais par l’acceptation que ce qui s’est produit à un moment donné, est tout le temps là. Y a pas d’effort à faire. Tu as bien vu d’ailleurs, que c’est quand tu cesses tout effort que ça se produit, que ça te tombe dessus. Sois simplement tranquille, ne demande rien, ne cherche rien, n’attends rien. Sans ça il y a projection. Cela est. Si cela a été, une fois, cela est toujours, que vous en ayez la perception, la conscience ou pas. Vous n’avez pas à chercher à reproduire ce qu’il s’est passé avant, vous devez oublier les repères, fussent-ils un moment passé merveilleux. Il est hors du temps, c’est la Vérité. Ce n’est pas une expérience passée, c’est la personne qui dit ça.

Là aussi, c’est le même mécanisme, qui est vraiment malin, c’est de vouloir, quand vous vivez quelque chose, le reproduire. C’est toujours pareil avec la personne. C’est pareil avec l’alimentation, c’est pareil avec le sexe, c’est pareil avec les idées, c’est pareil avec tout. Oubliez ça. L’habitude est liée à la personne. Les habitudes sont bien pour vivre en ce monde, mais pas pour trouver qui vous êtes. C’est un réflexe normal, nous l’avons tous eu, de vouloir se raccrocher à un moment passé. Mais plus ce moment passé s’éloigne dans le temps linéaire, plus vous regrettez, surtout si vous l’avez perdu. Mais c’est justement le regret, parce que vous avez regardé derrière, qui vous empêche de le vivre tout de suite en Éternité. Vous avez figé l’expérience dans le passé et donc, vous l’avez raccrochée à l’histoire. Parce qu’il y a histoire, même s’il y a plus personne. Dès l’instant où vous parlez d’un truc passé, vous êtes piégés, donc pose-toi, reste tranquille, n’attends rien, ne projette rien, ne pense même pas à cela. Parce que si tu penses à cela, tu crées une distance avec cela, or cela est toujours là. Là tout de suite, c'est la personne qui fait obstacle.

… Silence…

Rien de ce qui est vécu à ce niveau-là n’est perdu. Si cela s’est produit en un instant, à un moment donné, cela est toujours présent, que vous en ayez conscience ou pas. C’est pareil pour l’Absolu, c’est pareil pour l’Amour. Que vous le refusiez ou pas, sans Amour, aucune vie, aucune expérience, ici ou ailleurs. Tu ne peux pas sentir ce que tu es, tu l’es.

… Silence…

Autre question ?

Question : un petit clin d’œil : je vous ai commandé un paquet de bidis. Il n’est pas encore arrivé, j’ai donc pas pu le déposer sur cette table.

Je te remercie. Mais faut-il encore que ce corps d’emprunt le supporte.

… quand on est dans l’Amour inconditionnel, quand on est Amour inconditionnel, on ne ressent plus rien, on l’est, tout simplement ?

Bravo. L’Amour inconditionné, vous pouvez le vivre depuis l’Infinie Présence et le Samadhi. Le meilleur exemple que je puisse vous donner, c’est Ma Ananda Moyi. Elle s’occupait exclusivement de ce qu’elle était, mais cela n’est pas possible pour tout le monde. Regardez, moi, j’étais libéré, j’ai eu des enfants, une femme, un travail, des employés, et j’étais pourtant libéré. La question que tu poses est laquelle ? Répète-là.

… si j’ai bien compris, quand on est dans l’Amour inconditionnel, on n’est pas « dans », on « est » l’Amour inconditionnel.

C’est mieux. Merci.

… on est, tout simplement

Oui.

Question : quand vous êtes libéré vivant, vous êtes aussi cet Amour inconditionnel.

Mais tout le monde l’est, le brin d’herbe aussi, y a pas de différence. On vous a parlé, je crois, des devas créateurs.

… quand vous avez vécu, marié avec des enfants, vous reflétiez cet Amour inconditionnel.

Mais bien sûr.

… vous n’aviez donc pas besoin d’être comme Ma Ananda Moyi.

Le Christ a dit : « Cherchez le Royaume des Cieux et le reste vous sera donné de surcroît, qui est au-dedans de vous ». Après, la vie se passe. Que vous soyez une infirmière, une sainte, une femme au foyer, quelle importance ? Aucune. Le jeu de la forme et l’assemblage des Éléments dans le sac de viande est profondément différent pour chaque personne, mais quand tu trouves ce que tu es – en arrêtant de chercher –, la vie continue dans cette forme, et la vie exprimera ce qu’elle a besoin d’exprimer, mais ce n’est plus toi qui diriges, ce n’est plus toi qui décides. Il n’y a rien à décider pour le Libéré. Bien sûr qu’il décide d’aller manger ou de se laver, ça concerne le corps, l’entretien, mais il ne décide rien de sa vie, il accueille tout ce qui se présente. Y a absolument pas besoin de mettre un vêtement orange. Tout ça, c’est de la parade, c’est de la tromperie. Tout ça ce sont des guirlandes, des ornements, des séductions, des besoins d’identité et d’identification : « Lui c’est un Maître », « Lui c’est un balayeur ». Tant que vous voyez ça, vous n’avez pas vu la Vérité.

Tant que vous considérez que Ma Ananda est différente du brin d’herbe, de l’étoile dans le ciel, vous n’êtes pas libres. Vous êtes soumis au conditionnement de la forme, au conditionnement de la manifestation, au conditionnement de l’énergie, de la vibration. Il y a toujours un instant, dans l’histoire linéaire de la personne ou du temps, où la vie vous propose, d’une manière ou d’une autre, de toutes les manières possibles, je dirais, d’être libres. Il n’y a aucune obligation. Sois naturelle, spontanée et libre, ce que tu ne peux pas être dès que tu te mets un but. Et des buts, dans ta vie, et des enfants, de travail, de possessions, ça concerne la personne. Quand je dis que je travaillais, que j’avais une entreprise, est-ce que quand j’ai été libéré ça m’a empêché de travailler, de faire l’amour, d’aller manger ? Est-ce que ça a ôté le besoin de se laver ? Non, c’est des impératifs liés à cette matière, auxquels vous êtes obligés de vous plier, vous n’avez pas le choix. Et c’est justement quand vous voyez cela que vous êtes libres, pas avant.

Vous êtes pris dans le jeu du personnage. Vous avez tellement adhéré au fait d’être un homme ou une femme, qui a une famille, qui a un travail, que cela devient le but de votre vie. Subvenir à vos besoins et aux besoins de la famille, et aussi maintenant aux besoins de l’État, aux besoins de tous ceux qui ont besoin de vous. C’est sans fin, et ça ne peut que mal se terminer, cela. C’est pour ça que ça a été appelé le Kali Yuga, l’ère de la confusion. Parce que tout le monde a perdu ce qu’il est. Il croit l’avoir perdu, parce qu’il est occupé à autre chose, mais vous pouvez très bien être la Vérité et être occupé à autre chose. Mais qu’est-ce qui est prioritaire ? Ce n’est pas parce qu’il y a l’un qu’il n’y a pas l’autre. La conscience est séduite par la manifestation, de la même façon que vous êtes séduits par une énergie, par une personne. Ça, ça ne s’arrêtera jamais. Avec l’âge, y a d’autres séductions, d’autres attraits.

Il n’est pas question de devenir ermite, de s’enfermer, sauf si la Lumière vous appelle à ça, mais ce n’est pas vous qui décidez. Ma Ananda n’a pas décidé de passer et d’être Ma Ananda. Alors bien sûr, ceux qui réussissent leur vie ont l’impression qu’ils ont tout choisi, mais ils ont réussi leur vie, mais pas la Vie. Quel est votre objectif ? Si l’objectif est la Vérité, vous n’avez rien à maintenir comme objectif. Conservez vos objectifs sur ce que vous faites dans ce monde, en sachant que ce n’est pas vous qui le faites. Tant que vous croyez que vous le faites, vous ne voyez pas l’acteur, vous n’êtes pas l’observateur, vous êtes le joueur.

Quand le spectateur, l’observateur, voit le joueur, est-ce que le jeu s’arrête pour autant ? Non, parce que le spectateur peut applaudir, et puis à un moment donné, comme je l’ai dit, vous sortez du théâtre et qu’est-ce qu’il vous apparaît ? Qu’y a jamais eu de théâtre. Donc, vous êtes jamais sortis de ce que vous êtes. Y a ni témoin, ni observateur, ni « je suis », ni soi, ni monde qui tienne. Et là, vous êtes libres. Vous ne vous posez même pas la question de l’Amour parce que c’est ce que vous êtes, comme tu as dit. Passez de la distance à la coïncidence, à la superposition. Il n’y a rien à jeter, puisque être rien, c’est être Tout. Et je dirais : soyez rien, c’est Tout. Ce n’est pas un simple jeu de mots.

...Le temps imparti est passé.

...Je me suis mal exprimée. Je voulais dire que simplement l’Amour inconditionnel avait différents visages, différents modes d’expression, c’est tout.


Merci.

Je terminerai justement en m’appuyant sur ce que tu viens de dire. Il n’y a jamais quelque chose qui est mal exprimé. Si cela s’est exprimé ainsi, c’est que pour toi ça a une signification. Là aussi, allez au-delà des mots et des formules. Voyez ce qu’y a derrière les mots.

Alors mes chers frères et sœurs, Bidi vous salue.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Jeu 27 Avr - 18:47 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017


O. M. AÏVANHOV

Questions/ Réponses - Partie 3



Eh bien chers amis, je me fais à nouveau une joie d’être avec vous en notre humanité, afin d’échanger sur ce que vous avez à demander. Je vous présente tout d’abord toutes mes bénédictions, j’espère aussi que vous avez bien digéré, si je peux dire, tout ce qui vous a été dit dans l’histoire de cette terre et ce qui est en train de se produire, qui a commencé bien sûr. Alors bien sûr Marie vous a donné des éléments importants, je crois que les peuples de la nature aussi, et puis nous verrons si vous avez aussi des questions par rapport à cela. J’aurai quant à moi deux-trois petites choses à dire, mais que je dirai au fur et à mesure des échanges, si vous le voulez bien. Alors avant de commencer, nous faisons quelques instants de recueillement, de communion, de cœur à cœur, en silence.

… Silence…

Eh bien nous allons pouvoir maintenant commencer à échanger. Je t’écoute.

Question : c’est un rêve : je vois une petite araignée suspendue au bout de son fil, je la mets dehors, à nouveau j’en vois d’autres, au bout de leur fil. Je les mets en pleine lumière et elles disparaissent. Je sors dans la rue et je rencontre mon père qui est un SDF. Je rentre chez moi, mon compagnon arrive et il est également devenu SDF. Il passe la nuit avec moi. Cette nuit-là, j’ai dormi avec la Lumière à l’intérieur et je me suis réveillée avec la Lumière en moi.

Et c’est une demande d’interprétation, c’est ça ?

… exactement.

Alors les araignées, surtout suspendues par un fil, c’est tout ce qui encombre le mental, tout ce qui encombre les fonctionnements de la conscience par rapport à des mémoires, des blessures, à des cicatrices. Donc le fait de retirer de sa maison les araignées au bout d’un fil signifie que tu as libéré certains engrammes inconscients qui étaient néanmoins polluants, si je peux dire, au sein de ta vie.

Ensuite, comme tu expliques, en revenant dans la maison, tu vois ton compagnon mais aussi ton père dans la rue, c’est-à-dire que là tu t’aperçois que tu vois une polarité masculine, et ces polarités masculines sont sans maison, tu l’as dit toi-même – c’est des SDF, c’est-à-dire sans domicile fixe –, et pourtant de voir ce masculin… tu sais que dans les rêves, le père, le compagnon, c’est pas toujours le vrai père et le compagnon. Dans ce rêve symbolique, la maison, c’est toi, les araignées, c’est ce qui obstruait quelque part le fonctionnement de ta conscience par des habitudes, des mémoires ou des blessures, et tu t’aperçois que tu retrouves ton Masculin Sacré et à ce moment-là, tu es en Lumière.

Il y a donc une réalisation qui s’est faite, à travers cela, de l’Androgynat Primordial, c’est-à-dire qui a été équilibrer le Féminin Sacré et le Masculin Sacré en toi. Voilà pourquoi y avait la Lumière, et qui était là encore au réveil. Le fait d’avoir débarrassé des engrammes qui étaient là dans l’inconscient te permet de trouver l’équilibre entre les deux pôles, Masculin et Féminin Sacrés. Voilà ce que veut dire ton rêve.

Vous allez vous apercevoir, d’ailleurs je crois que Marie vous en a parlé, vous allez faire des rêves qui sont extrêmement signifiants et éclairants, non pas sur l’avenir, non pas sur ce qui va se passer, même si beaucoup de frères et de sœurs rêvent d’évènements qui concernent la Terre, là c’est des évènements qui vous concernent, c’est-à-dire que votre conscience vous met, quand vous avez disparu, des rêves qui expriment le travail alchimique de l’Êtreté, de la Lumière, cette alchimie qui se déroule actuellement totalement entre tout ce qui est éphémère et tout ce qui est éternel. Donc c’est normal qu’un certain nombre d’éléments, par la Lumière, indépendamment de toute volonté de votre part, soit vus et traversés, et le rêve est le moment où ça peut être vu et où ça peut être traversé sans que le mental s’en saisisse, voilà.

Donc les rêves vont devenir de plus en plus lucides, vous allez même, je peux dire, avoir des visions, des rêves éveillés, c’est-à-dire des images qui vont arriver, qui ne sont pas là pour entretenir une quelconque image mais qui sont directement le témoin de la libération de ces engrammes. Vous voyez ? Et ça, ça fait partie… déjà depuis de nombreux mois, mais là avec une acuité qui, depuis le début de cette semaine qui a commencé, surtout par l’intervention de Marie et de Mikaël, et du Christ, qui sont venus vous donner quand même des éléments essentiels. Donc tout se révèle en vous comme à l’extérieur de vous, dans votre corps aussi, pas… je vous avais déjà prévenus le mois dernier n’est-ce pas ? Alors, autre question.

Question : pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le « parler en langues » ?

Oh, c’est la glossolalie, c’est-à-dire s’exprimer en une langue qui ne vient pas de la structure cérébrale, qui n’est pas repérable par rapport à une langue connue, mais parler en langues sont des syllabes qui sont pas nécessairement référencées dans des langages connus. Bien sûr, y a des parler en langues un peu surprenants, vous avez des êtres qui reviennent d’un état particulier et qui se mettent à parler une langue morte, par exemple. Le parler en langues n’est pas un langage structuré destiné à être entendu par le cerveau et à être décodé en tant que tel – par exemple parler en langues peut être aussi un chant spontané –, c’est des sons qui sortent, qui ont la particularité de mettre en vibration votre cœur. Vous pouvez l’avoir, bien sûr, et vous le savez, avec de la musique, avec des énergies, mais là c’est le Verbe créateur qui s’exprime.

Alors ne cherchez pas d’analogies avec des langues disparues ou une signification au-delà de la résonance vibrale, puisque c’est le Verbe. Le parler en langues n’est rien d’autre que la manifestation du Verbe, donc les sons sont accompagnés de Lumière adamantine dans ce cas-là. C’est ça, le parler en langues, et ça fait effectivement partie des charismes innombrables que vous découvrez en ce moment, comme l’ont vécu les apôtres, sauf que vous, vous le vivez avant même l’Ascension finalisée, c’est-à-dire avant aussi la descente complète de l’Esprit saint qui était représentée (à l’époque hein, je dis pas aujourd’hui) par la Pentecôte ; c’est les langues de feu qui se mettent sur la tête des apôtres. Et d’ailleurs c’est une expression que vous commencez à entendre depuis quelques mois concernant ce que nous nommons « langues de feu », ou flammèches peu importe, c’est encore une fois une représentation, mais ça correspond à la réalité de l’Esprit.

Autre question.

Question : c’est un rêve. Je marchais dans la forêt près d’ici. En haut du chemin, je m’arrête pour admirer le paysage, soudain je vois dans le ciel un grand vaisseau allongé, de couleur chrome brillant, qui se dirige vers moi à toute allure. Il semble très puissant mais je ne bouge pas, et il rentre dans la terre devant moi. Puis je me retrouve flottant dans l’espace. Devant moi un éventail géant m’apparaît comme étant tous les possibles. Je ressens alors une grande paix et une neutralité. Ce rêve a été très intense, auriez-vous une interprétation à me donner ?

Oh, c’est très simple, tu as vécu, durant ce rêve (ce que tu appelles ce rêve), l’Infinie Présence. Le sentiment de Paix que tu décris est le témoin essentiel de l’Infinie Présence, parce que c’est une Paix qui est à nulle autre pareille. Bien sûr elle est sans objet et sans sujet, mais c’est une Paix qui a une qualité, je dirais, sur la conscience, qui est profondément différente. Maintenant, le vaisseau est directement relié à l’influence énergétique, vibrale, comme tu dis, tu vois un vaisseau chrome qui rentre dans la terre – bien sûr ce n’est aucun problème, la matière, dorénavant ; pas auparavant. Vous savez d’ailleurs que les Arcturiens rentrent dans les volcans sans aucune difficulté, les Végaliens aussi, parce qu’ils maîtrisent totalement, même s’ils sont carbonés, le passage du carbone à la silice, c’est-à-dire 3D-5D instantanément, et vous savez bien que la matière ne représente pas un obstacle pour la 5D, n’est-ce pas ?

Donc il y a une résonance avec l’une des lignées qui s’est réveillée ainsi, mais ce que tu as vécu est le plus important, c’est-à-dire comme tu le dis, le vaisseau descend devant tes pieds à quelques mètres sous terre, donc ça renvoie à ta lignée de Terre, et c’est l’activation de ta lignée de Terre qui a permis de vivre l’Infinie Présence, tout simplement. Et d’ailleurs tu dois constater – ah elle est pas là, je crois, la sœur – tu dois constater que depuis que ce rêve a été fait, que tu définis comme très fort, les changements vont être de plus en plus rapides au niveau de la matérialité de ta vie, c’est-à-dire aussi bien ton corps que ton environnement, parce que dès l’instant où l’Infinie Présence est vécue, actuellement – vous savez que c’était pas le cas quand ça a été vécu dans les années 2013-2014, parce qu’à ce moment-là y avait le piège de l’orgueil spirituel, aujourd’hui ce n’est plus le cas –, et dès que vous vivez l’Infinie Présence, c’est-à-dire que votre préparation personnelle à l’Ascension est achevée. Quoi que vous en disiez, quoi que vous en pensiez, c’est spécifique de cela.

Quand tu vois le corps qui diminue, quand tu vois l’éventail de tous les possibles et que la Paix est là, quelle que soit la forme que ça prend, un rêve, autre chose, c’est l’Infinie Présence. Voilà ce que cette sœur a vécu.

Autre question.

Question : est-il nécessaire, pour être libéré, de passer par l’étape où, au centre d’une sphère, nous avons la vision de tous les possibles ?

Non, certains ne la voient pas, ils shuntent, je dirais, l’Infinie Présence et passent d’emblée en Absolu. Mais rappelez-vous que si vous êtes libérés vivants, vous devez observer des changements extrêmement profonds, même de la conscience éphémère. Il ne peut plus y avoir de plainte, il ne peut plus y avoir le moindre jugement exprimé, il ne peut plus y avoir de colère, il ne peut plus y avoir d’état émotionnel exubérant. Y a des témoins, des marqueurs de la Libération.

L’avantage de voir cette sphère, c’est que là vous avez vraiment des effets qui sont plus directs et une certitude plus évidente, si je peux dire, mais même au niveau de l’Absolu, si vous y allez directement comme ce fut le cas à l’époque avec l’Onde de Vie, bien évidemment vous ne pouvez pas dire que vous êtes pareils au retour. Les changements sont permanents et la Libération va aussi libérer, si je peux dire, tous les engrammes qui étaient encore présents au niveau inconscient. Ça se fait pas de manière spontanée, puisque même pour ceux qui ont été libérés vivants durant l’année 2012 ou 2013, les mémoires ne sont pas évacuées tout de suite, elles s’éliminent seulement maintenant, mais ils étaient pourtant libérés vivants.

Aujourd’hui y a pas de durée aussi longue, ça se passe en l’espace de quelques semaines, maximum deux mois et demi, vous voyez, ce qui veut dire qu’avant le solstice d’été, tous les processus de conscience, d’alchimie des deux consciences seront terminés, visibilité de Nibiru ou pas, d’ailleurs. Mais comme cela vous a été suggéré, bien sûr, y a quand même une très forte probabilité que le joli mois de mai, cette année, soit le bon. Je vous avais déjà parlé de joli mois de mai, l’année dernière et l’année d’avant. Maintenant, et comme je l’avais dit l’année dernière, y a des questions de probabilité ; nous avons toujours dit que c’était gagné, et depuis longtemps, mais encore une fois, nous découvrons comme vous au fur et à mesure.

Par exemple Marie vous a parlé du message du Soleil, mais aussi d’un évènement très particulier sur la conscience, n’est-ce pas ? Elle vous a dit que cet évènement devait survenir de manière synchrone, or nous nous sommes aperçus que les méchants garçons ont des moyens de contrer ces rayonnements, du moins en partie, c’est pour ça qu’il a été décidé – mais Marie n’a pas eu le temps de vous le dire, parce que c’était pas le cas – que finalement ce processus de conscience ne serait pas, comme nous l’espérions, subit et concomitant de partout sur la planète, mais concernera les endroits qui sont impactés, parce que la diffusion du message de Marie depuis le Soleil sur l’ensemble de la ionosphère, et nous avons découvert ça hier, a été amputé d’une certaine partie au niveau des radiations qui sont émises par certaines antennes qui sont présentes à la surface de la terre. Alors nous avons procédé autrement, c’est-à-dire qu’au lieu de tout relâcher, quand Marie vous l’a dit, le soir même, nous avons été obligés de faire ce relâchement selon les zones de la Terre qui étaient face au Soleil, afin de réaliser ce qui théoriquement n’aurait dû correspondre qu’à la septième Trompette, comme ça a été expliqué.

Mais même pour le processus de la conscience, certains d’entre vous l’ont vécu en totalité, d’autres ont vécu en partie, que ce soit en rêve, que ce soit par la vibration, que ce soit par le Manteau Bleu de Marie. Vous voyez, nous ne vous mentons pas, simplement nous nous trouvons à chaque fois à nous ajuster à l’énergie de ce qu’il reste de ces vilains garçons, n’est-ce pas ? Mais là, ça a pas été quelque chose d’aussi grave, si je peux dire, que ce qu’il s’était produit après les Noces Célestes concernant le vaccin de la variole et les nouveaux virus qui étaient en cours d’élaboration sur cette terre.

Donc oui, petit correctif à ce niveau-là, le processus ne sera pas simultané, hélas, pour l’ensemble de la planète, mais va généralement concerner des territoires qui seront un peu plus petits que des continents, mais il est indispensable que ça se soit produit partout sur terre avant que l’Archange Mikaël, comme il vous l’a dit, ensemence la Terre.

Si vous regardez le ciel et ce que disent vos observatoires de surveillance des météorites, vous allez voir que les météorites sont légion dorénavant. Et vous savez très bien que les météorites, pour affecter la Terre, n’ont pas besoin nécessairement de toucher la terre, que ce soit la terre ou l’eau, mais en passant à l’intérieur de l’orbe de la Terre, même à des distances plus grandes que la Terre à la Lune, l’effet électrique, lui, est bien présent. Ce qui explique aussi que ces météorites qui, pour l’instant, pour la plupart ne touchent pas terre ou mer, ont des effets sur les continents du fait de la modification de la ionosphère. Les courants électriques passent plus vite et vous allez d’ailleurs constater de manière très nette qu’il y a des pics, cette fois-ci, non pas de rayonnements mais de radiations gamma liées à l’ionisation des particules qui sont présentes dans la ionosphère, pas de manière uniforme sur la terre heureusement, mais en certains endroits et à certains horaires de la journée. Et tout ça est parfaitement normal.

Ce processus qui était déjà enclenché en activant la Merkabah interdimensionnelle personnelle par l’intermédiaire du 13ème corps, aujourd’hui ne passe plus seulement par ce 13ème corps, peut aussi passer sur n’importe quel endroit de votre corps, selon les horaires où vous recevez cela, parce que (c’est très simple à comprendre), vous savez que vous avez des organes qui sont ouverts ou fermés, actifs ou moins actifs selon des horaires précis, et bien sûr, si le rayonnement arrive là où vous êtes, par exemple en plein midi, ça touche le cœur, si ça arrive à quatre heures du matin, ça touche le poumon ; vous voyez, chaque organe est réceptif dans une tranche horaire. Pas seulement le 13ème corps ou les couronnes, mais là, ici, il s’agit littéralement du réveil de ce qui a été nommé les génies, qui préfigurent les organes de votre corps, comme les devas dont il vous a été parlé.

Donc apparemment tout est en train, je dirais, de se superposer. Nous avions déjà dit l’année dernière, et surtout, je crois, l’Archange Anaël avait évoqué le processus en lui-même, tout en vous disant qu’il n’était pas linéaire, ça pouvait être un avant l’autre, c’était la suite logique, telle que nous l’espérions et telle que nous le souhaitions pour des raisons de commodité, mais là ça se produit un peu de façon, pas anarchique mais pas dans l’ordre linéaire où nous l’avons donné. Mais la finalité est toujours la même, bien sûr. Ce qui explique que certains d’entre vous ont commencé à vivre le Manteau de Marie, un certain nombre de processus depuis hier ou cette nuit, mais vous verrez qu’à l’issue de… disons une semaine maximum, parce qu’après c’est la période pascale, vous allez vivre et vous pourrez témoigner les uns envers les autres de vos vécus, et vous verrez qu’il y a une très grande cohérence.

Simplement cette Grâce que nous espérions synchrone, si je peux dire, au niveau de l’humanité, ne peut pas se réaliser comme ça mais se réalise de manière progressive, pays, continent par continent ou pays par pays selon les circonstances. Mais comme vous le savez, dès que nous avons vu ça, nous avons décidé de continuer le processus sur plusieurs jours. La Terre, d’ailleurs, a répondu très favorablement, et les consciences de nos frères et sœurs qui ont été impactées, aussi.

Donc ne cherchez pas, si vous n’avez rien vécu hier ou aujourd’hui, ça veut dire que même là où vous êtes, votre perméabilité – indépendamment de ce qui a été un peu modifié par les rayonnements des antennes des méchants garçons –, est parvenu jusqu’à vous, mais pas nécessairement là où ça devait parvenir, c’est-à-dire au niveau du 13ème chakra ou 13ème corps, mais bien plus sur les zones et les horaires d’ouverture, au moment où ça s’est produit pour vous. Vous voyez ? Et l’heure d’ouverture, bien sûr, elle est la même sur tous les frères et les sœurs incarnés, parce que chaque organe a une fréquence d’activité maximale à certaines heures, mais vous vous doutez bien que chacun de vous n’a pas la même perméabilité, par exemple, sur le foie. Si vous avez des cailloux, si vous avez des problèmes hépatiques, si c’est l’heure du foie où ça vous touche, il va falloir un certain temps, si je peux dire, de l’ordre de quelques heures ou quelques jours, pour que ça émerge à la conscience.

Ça ne change strictement rien à ce qu’a dit Marie ou ce qu’ont dit les peuples de la nature, simplement l’effet de surprise, que nous espérions collectif, est dilué dans le temps, c’est tout. Donc un impact peut-être d’ébranlement de la conscience toujours aussi fort au niveau individuel, mais peut-être un peu moins violent au niveau collectif. Mais ça n’a aucune espèce d’importance parce que peut-être vous l’avez vu, vu que ces rayonnements qui sont émis par les antennes particulières arrivent à bloquer certaines informations solaires, eh bien c’est très simple, parce que ces antennes, elles ne peuvent fonctionner que sur des territoires donnés et pendant un temps donné, eh bah nous, nous passons au travers de ces moments, ils peuvent pas être partout à la fois, mais nous oui. Vous voyez ?

Donc y a ni retard ni délai, mais simplement un agencement un peu différent. Mais vous vous doutez bien, et je l’avais déjà dit l’année dernière quand Anaël vous avait donné une chronologie, que cette chronologie, elle était pas forcément dans l’ordre, n’est-ce pas, et c’est exactement cela qui se produit. Mais néanmoins cela ne change rien à l’échéance Mikaëlique, si je peux dire, d’ensemencement des eaux, parce que l’ensemencement des eaux, a priori, doit se réaliser avant ou pendant la période pascale. C’est une époque importante, vous le savez, et c’est indépendant de toute religion.

Autre question.

Question : je sais que tout est information avant d’être matière ; l’information façonne la matière et en fonction de sa qualité, unit ou divise la matière. Quelle action me conseillez-vous pour déprogrammer la possible matière entachée et la reprogrammer en matière-Lumière ?

On a encore une sœur qui veut agir avec sa petite personne et les énergies, c’est pas comme ça que tu vas y arriver. Abandonne-toi à la Lumière, vois ce qu’il y a à voir et traverse cela, ne t’oppose pas ou ne cherche pas, par la dualité, à vouloir t’opposer à ce qui est entaché, comme tu dis. Tu as employé le mot entaché, mais derrière je perçois une grande peur de l’ombre, une grande peur du noir, une grande peur de ce qui est opposé à la Lumière. Ça n’a aucune espèce d’importance, abandonne-toi à la Lumière, contente-toi de voir, et surtout fais confiance à l’Intelligence de la Lumière, surtout en cette période, et nous l’avons dit, les choses vous explosent à la figure, remontent sans arrêt, tout ce qui a pas été vu remonte. Donc si ça remonte, c’est pas pour s’en saisir avec l’ego, ou avec la peur de l’ombre ou la peur de je ne sais quoi, c’est simplement rester alignés dans le Cœur du Cœur et laisser cela sortir, être vu et s’évacuer.

Alors bien sûr, je crois que vous avez eu nombre d’explications sur tout ce qui était nommé les petits diables, les trucs engrammés, les mémoires profondes. Celles-ci faut leur laisser le temps de remonter d’elles-mêmes, si je peux dire, par l’action de la Lumière. Donc si vous êtes dans l’Abandon à la Lumière et qu’il n’y a plus de peurs, vous n’avez aucune raison d’agir depuis la personnalité sur ce qui se déroule, sans ça vous risquez – j’ai bien dit vous risquez, j’ai pas dit que c’est pas vrai –, parce que y a des fois il faut rentrer dans l’action-réaction pour trouver la cause précise pour agir, mais aujourd’hui la Lumière vous demande surtout d’être à l’écoute de ce qui se produit et de laisser être ce qui est pour que ça sorte.

Bien sûr, si ça sort au niveau du corps, c’est-à-dire un accident, une maladie qui apparaît d’un coup, là il vaut mieux quand même, comme nous disait aussi Bidi, s’occuper dare-dare de votre corps, n’est-ce pas ? Ce qui effectivement, à terme, ne veut rien dire puisque de toute façon ce corps, vous savez qu’il va se dissoudre dans la Lumière, mais pour vivre cette période, je dirais, en toute liberté en quelque sorte, et avec une joie qui là effectivement n’est pas entachée des problématiques, non pas du corps mais de la personnalité, de l’histoire si vous préférez, hein.

Donc n’employez pas, autant que faire se peut, des concepts énergétiques ou autres. Tu l’as dit toi-même d’ailleurs, l’important est l’information, c’est-à-dire ce qui rentre dans la forme, ce n’est pas de faire remonter quelque chose ou traiter quelque chose par ta volonté. À ce niveau-là, vous ne contrôlez plus rien et c’est très bien ainsi, parce que quelle est la meilleure preuve que vous êtes dans le contrôle ou dans l’Abandon si ce n’est de voir par vous-mêmes que vous ne pouvez plus contrôler quoi que ce soit ? Vous pouvez juste palier aux anomalies des corps en le traitant, bien sûr, mais sans aller chercher midi à quatorze heures. L’Amour suffit, la technique est accessoire ; que ce soit de l’ostéopathie, du magnétisme, des cristaux, l’important est la qualité de l’échange et que celui qui émet l’information soit dans le Cœur.

Et d’ailleurs quand vous êtes dans le Cœur, quoi que vous fassiez, les techniques s’éloignent, elles sont peut-être un support de temps à autre mais c’est tout. Vous avez une connaissance antérieure qui peut être utilisée, mais quel que soit ce que vous utilisez, le plus important c’est effectivement l’information, pas l’énergie. Tout ça c’est fini, les histoires d’énergies, d’envoyer la Lumière et tout, c’est encore l’ego qui veut jouer. Donc je te conseille de surtout rien faire pour agir sur ces informations, mais de te mettre en réception de la Lumière, sans rien demander, et éventuellement avec attention pour voir ce qu’il se produit. Mais quand il se produit quelque chose, ne va pas te servir de tes connaissances antérieures ou de tes compréhensions pour poser des mots, des étiquettes ou des diagnostics là-dessus. Profite au contraire de l’action de la Lumière qui éclaire cela pour te nourrir de cette Lumière, et donc ne plus exercer une attention – comme nous parlions y a plusieurs années par exemple, sur les réponses du cœur – mais d’être totalement disponible pour ce qui est à vivre.

C’est ce que nous avons appelé l’innocence, la spontanéité, l’humilité, je vais pas revenir dessus. Parce que au travers de l’humilité par rapport à la Lumière, vous comprenez en définitive que vous êtes la Lumière, mais la Lumière, elle n’a jamais besoin d’agir, elle « est ». Donc si vous vous servez de cette Lumière, sauf si vous êtes thérapeute-canal, à ce moment-là y a pas de problème, mais si vous déviez ça avec vos connaissances, là c’est plus tout à fait de la Lumière, y a quand même une parcelle d’ego qui passe. Vous voyez la différence ?

Alors, autre question.

Question : prendre un médicament par transfert, par exemple en tenant le produit dans la main dominante, est-il aussi efficace que de le prendre par voie orale ?

Ça dépend pour quoi. Si c’est de l’homéopathie, si c’est quelque chose de Vibral, bien sûr qu’on n’est pas obligés de l’absorber, mais si c’est une information portée par une molécule très précise, vous pourrez la mettre dans votre main le temps que vous voulez, je pense pas que ça aura l’effet de la molécule qui est nécessaire dans le corps. Faut pas confondre l’effet de l’information et l’effet de la matière. L’information, comme tout à l’heure ça a été dit, l’information devient matière, mais ne croyez pas que l’information, elle devient matière tout de suite, y a pas encore suffisamment… même si c’est en surabondance, vous êtes en superposition, vous n’êtes pas encore dans la 5D, que vous soyez dans la rue ou sur les Cercles de Feu, hein. C’est pas encore arrivé, me semble-t-il, puisque vous êtes là.

… est-ce aussi efficace que de le prendre par voie orale…

Non certainement pas.

… si oui, quels protocoles suggérez-vous ?

Là j’ai pas de réponse à donner, puisque j’ai dit non. Sauf bien sûr par exemple pour des remèdes homéopathiques, des produits vibratoires, mais le corps, comme dit Bidi, le sac de viande, il a besoin de viande, de nourriture, d’éléments constitutifs, ça vous ne pouvez pas y couper. Y a, même si vous avez des besoins qui ont diminué, par exemple au niveau alimentaire, vous savez, je l’ai dit et je vous le redis, vous avez des frères aujourd’hui qui se goinfrent, mais ça c’est quoi ? C’est les peurs inconscientes. Alors bien sûr ils vont dire qu’ils aiment manger et que c’est agréable, mais ça, c’est que des peurs dans le bide, rien d’autre ; il va falloir le conscientiser un jour ou l’autre, d’ailleurs. Et d’ailleurs vous allez constater qu’avec l’ensemencement des mers et la fréquence qui monte au niveau des radiations, l’intensité des fréquences de la Terre aussi, si vous arrivez à manger, chapeau.

Si vous mangez encore et que vous y trouvez du plaisir, ça veut dire simplement qu’il y a une peur qui est en vous qui n'a pas été vue. Et d’ailleurs vous verrez, si vous poursuivez en disant : « J’ai faim », ou à trouver du plaisir à cela, c’est pas qu’il est interdit de manger, c’est que ce qui se produit en ce moment nécessite que vous soyez légers, à tous les niveaux, mais vous avez le droit d’avoir des émotions, vous avez le droit d’avoir des pensées, mais vous allez observer que vous êtes bien quand y a pas trop d’émotions, quand y a pas trop de bruit, quand y a pas trop de mental et quand y a pas trop de nourriture. Sans ça vous allez être pesants et lourds, ce qui représente une résistance à la Lumière, dorénavant.

Alors bien sûr y aurait plein de choses à dire sur la nature des aliments. Vous savez, à l’époque y'avait Anaël qui avait parlé des aliments aériens. Aujourd’hui c’est pas tout à fait la même chose. Certains d’entre vous ont besoin d’éléments Terre, de viande, d’autres ont besoin au contraire de s’alléger, d’autres ont besoin de certaines couleurs aussi, qui sont d’importants aliments, mais tout ça, c’est différent pour chacun justement selon le degré d’élévation, si je peux dire, vibratoire de vos organes constitutifs. Mais bientôt vous constaterez que si vous continuez à manger, si vous voyez pas de modification de cette alimentation, même si vous digérez très bien, même si vous n’avez aucun problème, ça va commencer à vous poser de sérieux problèmes pour digérer la Lumière. Bien sûr, j’avais déjà dit que c’était très bien de faire des jeûnes, là je parle pas de jeûne, je parle de diminution. Alors bien sûr, ceux qui sont encore gourmands et tout vont vous dire que ils se sentent pas mal parce qu’ils mangent ; je vous détrompe, ça va changer très très vite. Mais c’est pas nous qui décidons, c’est la rencontre de la Lumière avec l’éphémère qui fait ça.

Vous avez vu, d’ailleurs, y a des mystiques qui avaient pas besoin de manger. Vous devenez tous des mystiques, vous vivez tous des choses particulières dorénavant, à votre niveau certes. Vous vous nourrissez de Lumière, ça commence, pas uniquement de prâna mais de Lumière. Par contre, la nourriture de Lumière n’est pas encore suffisamment conséquente et informée, hein ; pour ça, c’est le message du Soleil et le réensemencement de l’eau. Là, à partir de ce moment-là, si vous n’observez pas de changements physiologiques, alimentaires, les besoins, les désirs, le sommeil, vous risquez d’avoir des soucis de digestion de Lumière, on va dire, pas des aliments mais de la Lumière elle-même.

Qu’est-ce qui va se passer à ce moment-là ? Vous sentirez des brutales variations d’énergie. D’un coup l’énergie tombe, comme si y avait des ratés, ça remonte aussi vite, ça c’est les retards à l’allumage, vous vous êtes trompés de carburant. Au lieu de mettre de l’essence vous mettez du diesel, et le moteur, il apprécie pas vraiment, et donc vous aurez du mal à bouger, vous constaterez sur votre corps, des moments de grande légèreté et des moments de lourdeur. C’est pas la stase encore, mais ça correspond à ce genre de déséquilibre-là.

Mais ça, ça va vous tomber dessus très rapidement hein, progressivement ou brutalement mais dès, nous l'espérons, dès la fin de la semaine prochaine, si ce n’est pas déjà le cas. Mais ne vous forcez pas, bien sûr. Si vous mangez et que, parce que je vous ai dit ça, vous arrêtez de manger, vous n’aurez pas résolu le problème. Attendez, continuez comme vous le sentez, et vous verrez ce qu’il y aura à ce moment-là qui émergera de la conscience, soit en rêve, soit directement, soit au niveau des organes, mais c’est avant tout lié à la peur.

Question : à quel pourcentage d’êtres humains éveillés en sommes-nous aujourd’hui ?

Si on exclue les enfants et les portails organiques, comme on avait fait à l’époque, vous êtes, je dirais, 15 à 20 %, c’est énorme. Bien sûr, sur la totalité globale de la terre, ça fait beaucoup moins hein, avec les enfants, les portails organiques, mais au niveau de la conscience humaine des humains-âme, comme nous disons, c’est quasiment presque 20 %, nous sommes à 18 % à peu près, et le seuil de basculement est déjà franchi depuis bien longtemps. Parce que même si les frères et les sœurs qui sont autour de vous ne vivent rien au niveau vibratoire, y a quand même des révélations qui se font par rapport à leur vie, par rapport à leur société, par rapport aux mensonges, en eux et à l’extérieur d’eux, tout ça se déroule en ce moment.

Autre question.

Question : Mikaël a demandé de privilégier le jeûne et l’hydratation en ces temps, est-il mieux de boire beaucoup

Il a dit en ce temps ou il a dit le jeudi ?

… il a dit le jeudi.

Ah, le jeudi, parce que c’est pas « en ces temps », hein, même si certains d’entre vous, effectivement et concrètement, n’ont plus besoin de manger du solide, mais boire de l’eau oui, vous savez que c’est important à travers ce qu’il va se passer. Ça a été dit d’ailleurs, il me semble, par les elfes, de vous laver je crois, mais aussi d’absorber de l’eau.

… est-il mieux de boire beaucoup lorsque l’on jeûne ?

C’est des jeûnes qui correspondent à une journée, vous n’êtes pas dans un jeûne sec ou un jeûne liquide qui va durer une semaine, mais si vous respectez… si vous êtes parmi ceux qui ont réduit déjà l’alimentation – sans chercher à le faire –, vous avez même pas besoin de jeûner, vous êtes déjà prêts. Par contre ceux qui mangent beaucoup, oui, vous avez plutôt intérêt, si vous voulez passer un jeudi soir bien, à effectivement diminuer sérieusement ce que vous rentrez ce jour-là. Mais en buvant beaucoup parce que le Feu Igné, comme le Feu du Cœur, consomme beaucoup d’eau, en tout cas tant que l’eau n’a pas été renouvelée par Mikaël au niveau des Eaux primordiales.

Question : Amma est-elle dans le Soi, l’Ultime Présence ?

Certainement pas, et j’ai déjà dit, hein. Comme dirait Bidi, faut tuer tous les maîtres. La plupart de ces personnes qui se prennent pour des Mères divines, ou pour Marie, encore pire, sont tout sauf des Mères. La vraie Mère, comme Ma Ananda Moyi, comme d’autres, comme les Étoiles, bien sûr y a eu des sœurs qui n’étaient pas des Étoiles et qui ont passé leur vie à recevoir des êtres, mais est-ce qu’elles avaient besoin de déclencher des émotions comme font toutes ces Mères un peu partout en Europe et en Inde ? C’est des fantômes, ces êtres-là, ils vous entraînent dans l’émotionnel. Bien sûr ils peuvent vous traiter, parce qu’ils ont une énergie très forte, mais cette énergie n’est pas de la Lumière, je vous l’assure, et ça aussi vous allez le voir. Et je vous rappelle qu’en cette époque, surtout maintenant, si vous avez besoin de rencontrer une Mère divine, c’est que vous n’avez pas trouvé votre Féminin Sacré, et vous risquez pas de le trouver à travers ces sœurs-là.

Ce sont des êtres qui ont besoin de jouer un rôle, qui ont une avidité spirituelle ou matérielle et qui se présentent avec des vêtements de Mère divine, mais y a aucune réalité substantielle là-dedans, c’est du vent. Mais si vous rencontrez ce vent et que vous adhérez à ce vent, c’est que pour vous c’est nécessaire. D’ailleurs j’espère que vous êtes capables de faire la différence entre l’émotion du cœur et la vibration du cœur, c’est pas du tout la même chose. Parfois vous dites, dans le langage courant : « ah oui, là c’est le cœur. » et vous avez quelque chose qui monte, qui… mais ça, c’est de l’émotionnel, c’est pas du cœur. Le vrai cœur est Vibral, il est pas émotionnel, vous voyez la falsification ? Nous avons insisté pendant tant d’années sur la différence entre l’énergie et le Vibral, à l’heure actuelle tout le monde emploie ce mot « Vibral » et « vibrations » pour tout et n’importe quoi, et à ce moment-là, ben la confusion est totale entre énergie et Vibral. Tout n’est pas Vibral.

Et ça, c’est quelque chose qui a été utilisé par les forces Archontiques chez certains médiums ou canaux pour vous faire croire que les énergies qui se mobilisaient étaient aussi du Vibral ; c’est pas vrai. Mais vous avez toutes les bases de ça, ça a été donné aussi bien dans les enseignements orientaux, j’en ai parlé aussi largement quand j’étais dans mon corps, et c’est quelque chose qui est très connu : dès que vous avez une émotion, vous dites vous vibrez, c’est pas vrai. La vibration n’est pas une émotion, jusqu’à preuve du contraire. Bien sûr vous pouvez avoir une larme qui coule, mais vous n’êtes pas entraînés par quelque chose qui vous déborde, or toutes ces sœurs qui se prennent pour des Étoiles, pour Marie, elles jouent sur quoi ? Sur l’émotion uniquement, elles se nourrissent de vous. Alors vous, bien sûr, y a de tels changements, vous avez eu de telles émotions, vous vous sentez peut-être tellement bien dans cet état, mais ça n’a rien à voir avec le cœur, y a une confusion qui d’ailleurs malheureusement va être de plus en plus grande, entre le Vibral qui est lié à la Lumière pure, et l’énergie qui, elle, n’a rien à voir.

Voyez, y a beaucoup de frères et sœurs qui aujourd’hui sont dans la confusion par rapport à cela parce qu’ils appellent n’importe quelle énergie de la vibration, ça fait plus savant et plus lumineux, mais l’énergie n’est pas une vibration. Une énergie, c’est quelque chose qui circule, une vibration, c’est quelque chose qui est statique, et ça vous l’avez perdu de vue hein, même ici certains d’entre vous. La seule énergie qui circulait, je vous le rappelle, au sens circulation, donc y avait un point de départ et un point de sortie, et des trajets, c’était l’Onde de Vie. Alors ça va être un peu différent avec ce dont vous a parlé Marie quand vous allez recevoir, si ce n’est déjà fait, le Manteau Bleu de Marie. Là, effectivement, y a une circulation qui se fait depuis un point de vibration, qui est parfois le Canal Marial, parfois les épaules, avec une circulation là dans les membres. Mais cette circulation, vous verrez, n’a rien à voir avec de l’énergie, même si le Vibral est accompagné dans ce cas-là par l’énergie, mais c’est totalement différent.

Allez, on continue.

Question : la nuit dernière, j’ai été réveillé vers 4h par une déflagration dans ma tête que j’ai associée au bruit de l’explosion d’une mine. Tout était paisible, je suis resté éveillé jusqu’au matin. Avez-vous une explication ?

Oh j’y étais pas mais ce que je peux dire simplement, ça fait partie des atmosphères que vous commencez à vivre depuis hier soir précisément, hein, en fin d’après-midi en horaire européenne. Et ça, ça va se renforcer, toutes les nuits maintenant il va se passer quelque chose dont vous n’aurez pas nécessairement le souvenir, sauf si vous êtes réveillés au moment où ça se produit, mais vous verrez le lendemain que vous vous sentez différents. C’est pas encore ce qu’a dit Marie, mais ça en est les prémices parce que je vous ai dit que ça avait touché certains endroits de la planète mais pas la totalité de la planète, donc c’est quelque chose qui va se reproduire pendant plusieurs jours, vous voyez.

Question : y a-t-il une lignée éléphant ? En 2013 à Malaga, j’ai eu une vision d’éléphants qui tombaient d’une colline dans la mer, c’était comme un suicide.

Les éléphants, vous le savez, sont des âmes si on peut dire, en cours d’individualisation. Les éléphants sont des animaux sacrés dans différents pays, et bien sûr qu’il existe des lignées éléphant comme il existe des lignées insectes ; oui c’est tout à fait possible. Oh c’est pas des lignées aussi fréquentes que les félins, les Arcturiens, Sirius, les aigles, les dauphins et tout ça, mais c’est possible bien sûr.

Question : pouvez-vous donner quelques exemples de lignées de Terre ?

Les lignées de Terre, par exemple tous les peuples, même qui sont Feu dans leur présentation, qui sont en 3D unifiée, hein, sont peut-être liés au Feu comme les Arcturiens, les lions, mais y a une composante de Terre extrêmement forte. Alors attention à ne pas confondre, par exemple vous pouvez pas attribuer un système solaire, ou une étoile, spécifiquement à un Élément. Regardez Sirius, vous avez l’Eau, mais vous n'avez pas que ça. Vous avez aussi les félins, mais comme Marie est au niveau de l’Eau, bien sûr que Sirius est globalement liée à l’Eau, mais pas exclusivement. Y a pas une adéquation totale entre tel animal ou tel peuple stellaire et tel Élément. En règle générale oui, par exemple Altaïr est liée à l’Air, l’ensemble du système solaire et toutes les dimensions qui y sont contenues, mais ça veut pas dire qu’il y a pas des fois des prépondérances du Feu par exemple, ou de l’Eau, comme sur Sirius.

L’origine… là vous cherchez une corrélation, d’ailleurs je vois pas à quoi elle peut vous servir dans les processus que vous vivez, hein, si ce n’est de la curiosité. Ça ne vous avancera à rien aujourd’hui, même si vous voyez vos lignées. C’était passionnant y a quelques années parce que ça vous donnait un cadre, ça vous donnait aussi des éléments de preuve, mais aujourd’hui la preuve, c’est la Lumière hein, c’est pas l’origine galactique, les lignées, même les Portes, malgré tout ce qui vous a été dit qui se produit actuellement. L’essentiel est et demeurera, et sera de plus en plus la Lumière, et la Lumière, comme vous le savez, n’a pas besoin de formes ni d’histoires, c’est ça qui se révèle.

Donc ne vous raccrochez pas à des histoires. Si elles se révèlent maintenant, c’est que c’est important pour vous, mais là aussi, ce qui est important, c’est pas d’aller chercher le pourquoi du comment. La lignée s’est réveillée, elle s’est montrée à vous, ok, c’est tout. Et surtout si elles se révèlent que maintenant, c’est peut-être pour vous des lignées qui ont occasionné des petits troubles dans votre corps ou dans votre psyché, donc ne vous intéressez pas à ça, contentez-vous de constater que ça se produit, en images, en rêve, en ce que vous voulez, et après passez à autre chose. Ne restez pas scotchés à des choses qui ne font que passer, comme dirait Bidi, hein, vous n’êtes plus là pour ça maintenant.

Tous les cadres de référence, si je peux dire, même au niveau des lignées, au niveau des Portes, des Étoiles, des vibrations, vont s’éteindre, donc ne vous appuyez pas sur ce qui va s’éteindre de manière temporaire, appuyez-vous au contraire sur ce qui ne va plus jamais s’éteindre, c’est-à-dire la Lumière. Là aussi vous montrez à vous-mêmes, selon votre comportement, si quelque part vous êtes encore au sein d’une personne qui est avide et qui cherche, ou au sein de l’Êtreté qui cherche plus rien, qui se contente effectivement – comme ça a été dit par Bidi, comme ça a été dit par d’autres – de laisser la Vie se vivre.

Vous allez comprendre bientôt, si ce n’est pas déjà fait, et comme ça a été dit aussi par Bidi, bien sûr dans ce monde vous avez besoin de régler, contrôler, surveiller tout ce qui concerne la matière. C’est même souhaitable en cette période, hein, sans ça vous risquez d’avoir des problèmes. La vigilance par rapport à la matière, aux relations, est capitale, mais la vigilance ne veut pas dire faire intervenir le mental, les pensées, les idées, les compréhensions ou quoi que ce soit d’autre, c’est repérer ce qui se produit et après, selon ce que vous faites, vous voyez bien si vous êtes en libération, Libérés ou pas.

Si votre ego s’empare de ce qui est révélé d’une manière autre que de laisser traverser les choses, ben vous vous prouvez à vous-mêmes que l’orgueil spirituel, il est encore là. Vous n’êtes plus il y a deux ou trois ans, ou durant les Noces Célestes, hein. Tout le chemin que vous avez fait, mais même si vous ne viviez rien à l’époque, le chemin il a quand même été fait quelque part pour les frères et les sœurs plus nouveaux, y a pas besoin de revenir en arrière. D’ailleurs nous évitons de plus en plus, à part quelques repères parce qu’ils sont communs à tout le monde, de vous parler de choses très particulières pour pas que vous fassiez une… comment dire, une fixation, une crispation sur ça.

Les caractéristiques du Manteau de Marie qui est en train d’arriver est un petit peu différent de ceux qui ont vécu cette manifestation par l’adombrement depuis toutes ces années, mais nous ne vous disons pas, pour pas justement que vous soyez dans des cogitations importantes. Vous ne pouvez pas vivre quelque chose et cogiter sur ce que vous vivez ; si vous ne vous en êtes pas encore aperçus, vous allez vous en apercevoir très vite, de toutes les manières possibles. Et là aussi, ça concerne le corps. Si vous faites mumuse encore – surtout vous qui êtes éveillés, pour la plupart ici, et qui vibrez –, si vous voulez faire mumuse avec les Éléments, essayer de contrôler les choses, vous allez voir votre corps, ça va casser. Pas gravement, mais ça va casser, jusqu’à ce que vous compreniez.

Par exemple si vous avez reçu l’impulsion de rester tranquilles chez vous et que vous êtes toujours à gauche et à droite, eh ben on va vous empêcher, en cassant un pied ou autre, de bouger. Si vous vous rongez les ongles, eh ben on cassera une main, pas nous, la Lumière, et ça vous allez le constater, mais ça va être foudroyant. Je crois ici que certains en ont eu un petit aperçu, modeste, et ça, c’est pas prêt de s’arrêter hein.

J’avais déjà prévenu le mois dernier pour certains frères et sœurs qui ont vu se réveiller ou apparaître des maladies parfois importantes, mais c’est pas une punition, c’est juste ce qui est à voir, quelque chose qui n’a pas été vu, alors le corps sert d’amortisseur. Si c’est lié à vos déplacements, je vous l’ai dit, c’est les membres inférieurs, si c’est lié à votre volonté de toujours être acerbe et juger les frères et les sœurs en leur absence, vous allez voir ce qui va vous arriver au niveau de la tête, hein. Je parlais de coups de matraque ou de coups de bambou pour les méchants garçons, mais rien n’interdit la Lumière de donner des coups de bambou aussi aux êtres qui vibrent, même plus fort pour eux parce que ça, vous n’avez pas le droit. Hein, vous ne pouvez pas vous gargariser de vibrer la Couronne du cœur et vous mettre en colère sur un frère ou une sœur, ou avoir du ressentiment, sans ça vous vous mentez à vous-mêmes.

Quelque part, comme dirait Bidi, vous êtes un escroc envers vous-mêmes, et ça vous allez le voir, hein. Tous les frères qui aujourd’hui n’arrivent plus à contrôler leur colère (y a eu des questions là-dessus), c’est quoi ? C’est des gens qui ont porté un masque. Y a aucune critique ni aucun jugement dans ce que je dis, mais il faut qu’ils voient ce masque. Vous savez, ça peut être le masque de celui qui parle très fort pour commander, ça peut être celui qui est toujours sourire et puis, qui à l’intérieur est complètement noué, vous connaissez tous ça, nous l’avons tous connu. Ça, ça marche plus maintenant, hein, donc c’est à vous de vous réaligner. Et comme je l’ai dit, les rappels à l’ordre vont être extrêmement virulents. Nul ne peut servir deux maîtres à la fois, vous pouvez pas servir en étant vibrants au niveau du cœur, et en même temps jouer à la personne avec une voix de commandement, des colères, des ressentiments. Vous allez payer très cher. Mais quelle importance, c’est un jeu, mais il faut comprendre quand même.

Et là, ce qui est à comprendre, c’est pas d’aller chercher la cause, c’est de voir votre comportement ici même dans cette vie. À quoi ça sert de vivre des extases incroyables et puis de pas ramener ça ici dans l’éphémère, et de se cacher dans la disparition ou l’alignement pour pas affronter ses propres démons ? Et je peux vous dire qu’y a des frères et sœurs qui font ça à la perfection pour l’instant, mais prenez garde parce que là, vu l’intensité de Lumière, vous n’avez plus aucun espace pour vous cacher, même à l’intérieur de vous ou à travers des présentations joviales ou méchantes. Prenez garde à vos pensées, prenez garde à vos comportements, et la meilleure façon de prendre garde, c’est uniquement, non pas de disparaître pour échapper mais d’être pleinement présents ici, vibrants, hein, et de pas contrarier, bien sûr, ce qui sort, mais non plus ne pas jouer le jeu de ce qui sort.

Et c’est dans cette période-là hein, c’est la période de la rédemption. Entre… allez, on peut dire dès le 2 avril jusqu’au mois de mai, y a un certain nombre de semaines, je crois qu’on vous a parlé de dix semaines hein, à propos des radiances, et vous verrez qu’après chaque radiance, si vous faites ces radiances mais que vous espérez, ou que vous n’avez pas vu (hein, faut pas culpabiliser), un comportement aberrant, des voix de commandements parce que vous avez une lignée reptilienne, vous allez payer tout ça. Comment vous allez vous épurer, autrement ? On vous a toujours dit qu’y avait l’assurance de la Liberté in fine, mais rappelez-vous qu’il y a quand même les 132 jours à passer, hein. Je pense que ça, ça doit vous inciter, pas à la peur mais à quand même réfléchir à vos actes, à vos pensées ; tournez la langue dans votre bouche sept fois.

D’ailleurs dès que vous enverrez… je vous ai dit les années précédentes : c’est celui qui dit qui est. Alors c’était un concept, comme dirait Bidi, mais là c’est une réalité aujourd’hui, à vous de voir. Et là c’est vraiment une mise en garde que je fais, si vous voulez que tout se déroule en harmonie. La finalité est la même mais ça sert à rien d’aller déclencher des souffrances, des cassures du corps ou des maladies. Vous voyez, ça sert à rien. D’autant plus que vous pouvez les éviter sans aucun problème.

Mais ça, vous le voyez très bien vous-mêmes pour d’autres frères et sœurs, ici ou ailleurs. Bien sûr ils vivent les vibrations, bien sûr ils vivent tout, et puis y a quand même une distance qui apparaît entre ce qu’ils vivent et ce qu’ils manifestent, vous trouvez pas ça clochant, vous ? Bah c’est simplement qu’ils doivent prendre conscience de cela. Ça sert à rien de leur dire parce que vous allez les énerver encore plus, ces êtres-là. Y a quelque part un ego spirituel qui est très bien caché, souvent c’est des très vieilles âmes qui savent, et qui ont appris bien sûr à se débrouiller dans ce monde au travers de la manipulation, pas toujours consciente d’ailleurs.

La manipulation la plus grave, c’est la prédation, c’est les ouï-dire, c’est susurrer quelque chose à quelqu’un en espérant que ça soit des on-dit qui sont à rapporter et colporter. Si vous participez à ça, eh, je peux vous dire que vous êtes indignes, en l’état actuel de la Lumière et des cadeaux qui vous ont été faits. Ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé, c’est le moment de vérifier cela, sans aucune animosité et sans aucun jugement de ma part, c’est simplement la réalité de ce qui va se dérouler et qui se déroule déjà.

Alors pour l’instant, je vous ai dit, les énergies, elles rentraient des problèmes au niveau des Portes particulièrement. Bien sûr, pour l’instant, on va vous taper sur les doigts ou sur les pieds, mais après ça va se rapprocher d’organes vitaux. Y en a déjà qui ont des problèmes sur les organes vitaux là, hein. Alors ne culpabilisez pas, ça veut dire simplement qu’il faut voir certaines choses. Bien sûr, je le répète encore une fois, la finalité est la même, mais comment voulez-vous traverser cette période ? Dans la joie ? Ou affronter les conséquences de vos comportements, de vos paroles ? Même libérés, même en libération.

Le vrai Libéré Vivant, tout ça il l’a digéré déjà depuis des années, même si y avait des choses à éclaircir parce qu’il faut un certain temps, mais ceux qui sont libérés maintenant, c’est encore plus flagrant. Vous comprenez ce que je dis ? D’ailleurs vous allez le vérifier tous dans vos vies, alors… et vous le vérifiez déjà. Mais attention à ne pas rentrer dans la culpabilité ou dans l’orgueil négatif, c’est-à-dire de passer de l’orgueil spirituel à l’orgueil sombre, hein, et quand je disais « C’est celui qui dit qui est », aujourd’hui vous allez vous en apercevoir directement au niveau de votre corps, hein.

Tout ce qui vous arrive est signifiant, y a aucun hasard dans une maladie, dans un trouble, dans la rupture d’une relation, tout est prévu, nous vous l’avons répété des milliers de fois. Alors n’allez pas dire que c’est l’ombre, que c’est l’autre, parce que là vous montrez quoi ? Que vous êtes en pleine dualité. Tant que vous n’avez pas ramené tous les problèmes manifestés dans votre vie à vous-mêmes, vous allez souffrir, et cette souffrance est aussi une forme de résilience, mais de mon point de vue, c’est pas obligatoire. À vous de voir. Voilà, nous pouvons continuer, j’ai placé ce que je voulais placer par rapport à ce que j’ai pu entendre ou voir.

Question : les licornes sont-elles toujours parmi nous ?

Y en a qui voient des licornes, oui. Y en a peut-être, mais c’est quand même très rare, hein, par rapport aux elfes, aux dragons, aux gnomes. Certainement qu’il y en a, personnellement j’en ai pas vu quand j’étais incarné, mais je doute fort que des personnes puissent en voir. Alors quand elles les voient, est-ce que c’est des rémanences de l’histoire ou est-ce que c’est des êtres réels ? Comme y a pas de temps, ça fait aucune différence ; n’oubliez pas que vous sortez du temps ici. Voilà ce que je peux en dire. Les fées sont innombrables, les peuples élémentaires, c’est innombrable, mais la licorne, c’est quand même un assemblage particulier, c'est comme les croisements – entre guillemets, les croisements, hein – entre les elfes et les Archanges. Ça existe, mais y en a pas partout.

Autre question.

…C’était la dernière question écrite pour le moment, y en aura d’autres dans la deuxième partie.

Alors là, je vous laisse échanger oralement.

Question : cela fait trois fois que je vois mon chien devant moi, il vient de passer et vous regardait. Je ne sais pas si c’est un rêve ou s’il vient vraiment.

Eh alors, il n’a pas le droit de venir dans son corps astral ?

… c’est réel ?

Mais il vous a été dit que vous allez tout voir, non ? Ça commence par les choses qui vous sont familières : un ange, un Archange, un Végalien, un Arcturien, un lion, vos lignées, les animaux domestiques. Mais bientôt vous allez voir, avec stupéfaction, joie et effroi en même temps, que c’est pas que ton animal, là c’est parce que y a une résonance commune, mais vous allez avoir, des fois vous allez voir des êtres invraisemblables. Ils sont partout puisque les dimensions se superposent et que les voiles sont presque terminés. Vous allez voir ce que vous allez voir. Mais même par rapport aux questions, quand je parlais des colères et tout ça, tout à l’heure, et des corps qui cassent, vous allez vous rendre compte de la réalité de ce qu’y a derrière. Il faut tout voir. Et les animaux, bien sûr, voyagent depuis toujours, simplement toi, avant, t’avais pas la vibration pour le voir. Mais ton chien, il vient tout le temps, y a d’autres animaux qui sont là. Y a un chat par ici.

Question : comment réagir quand on se trouve face à un lion ? On le voit et on laisse passer ?

Y a pas à réagir, y a à voir. Après, si l’entité subtile, le corps astral d’un animal de 3D, ou par exemple un frère ou une sœur parfois, qui a un échange à faire, mais l’important n’est pas là, c’est de constater par vous-mêmes que vous voyez ce que vous ne voyiez pas avant. Après, ça dépend des circonstances et des entités. Pourquoi réagir ? Réagir dans quel sens ? Ça veut dire quoi ? Y a pas à réagir. La réaction est du domaine de l’ego. Vivez ce que vous avez à vivre avec l’animal, avec le chien, avec le chat qui est là, et voilà. Et c’est valable pas uniquement pour les animaux en voie d’individualisation. Une fois, ici, y a deux ans, j’avais vu un serpent qui arrivait vers moi. Là, je pourrais vous dire tout ce que je vois, mais à quoi ça vous sert ? Je vois pas que vous. Vous, je vois votre forme d’Éternité, je vois les Archanges que le canal a installé aux quatre coins, là. Y en a, je vois des enfants à côté d’eux, qui sont morts.

Mais si vous, vous voyez pas, à quoi ça sert ? Je ne suis pas là pour vous faire une démonstration de médiumnité, ni personne. C’est vous qui devenez médiums. Bien sûr, le réflexe, dans ce corps, c’est de se dire : « Comment réagir et quoi faire ? ». Mais rien du tout. Ça s’adresse pas à vous nécessairement. L’animal domestique, oui. Le chat, il reste là, par exemple. Mais ça peut être quelque chose qui passe. Ça peut être des désincarnés qui viennent de mourir, qui voient de la Lumière, qui rentrent. Vous allez pas faire un rituel de désenvoûtement ou de dégagement, non ? Vous êtes au-delà de ça maintenant. Sans ça, vous n’avez pas fini avec les formes affreuses que vous allez voir, même accrochées à certains d’entre vous.

Mais c’est à voir, ça aussi, c’est pas à réagir et à faire quelque chose. Si vous le voyez, c’est parce que vous êtes Lumière. Et c’est justement d’être Lumière qui vous fait voir ça. Les règles de fonctionnement, c’est plus ce qu’y avait en 3D d’y a encore quelques années. Toutes les règles de fonctionnement de votre vie sont en train de changer. Les règles de fonctionnement de votre conscience, du sommeil, de la physiologie, votre morphologie aussi change. Vous le voyez bien quand même, tout ça.

Allez, nous pouvons continuer.

Question : il y a trois mois, lors d’un protocole, j’ai vu un Végalien. Je lui ai souri, je lui ai dit bonjour et je ne l’ai pas revu.

C’est bien ce que je dis. Quand vous rencontrez quelqu’un dans la rue, vous lui dites bonjour, vous n’attendez pas à le revoir. Ça veut dire qu’il était pas en mission auprès de toi mais qu’il était dans le coin en mission, et tu l’as vu. Ne croyez pas que ils viennent systématiquement pour vous ; ces Présences, elles ont toujours été là, c’est ce que je viens de dire. Ce n'est pas comme les Végaliens qui venaient vous voir au pied de votre lit, à deux ou trois, pour faire quelque chose pour vous, c’est des Végaliens qui passent. Quand vous les croisez, ils vous voient, vous les voyez, vous vous saluez, comme quand vous croisez un voisin dans la rue, c’est tout. Pourquoi voulez-vous en tirer quelque chose ? Là, maintenant, il faut être vraiment dans l’Instant Présent. Si l’entité que vous voyez a quelque chose à échanger, à donner, à faire, elle vous le dira, mais ne vous attendez pas à taper la conversation pendant des heures avec des entités. Vous pouvez le faire, mais ça n’a aucun intérêt, strictement aucun.

Question : dans les mêmes circonstances, un aigle s’est présenté devant moi.

Bah oui, mais vous avez pas fini d’en voir, des choses, hein ; ça ne fait que commencer, je viens de vous dire. Bon ben certains l’ont vécu y a quelques mois déjà, mais c’est pas les Végaliens qui viennent vous titiller, travailler sur vous ; là, c’est des rencontres que vous faites, c’est tout. N’oubliez pas que vous, vous êtes dans un espace tridimensionnel, vous avez ouvert les portes de la 5D parce que la Lumière est là, et vous allez tout voir. Bientôt vous pourrez même voir ce qu’on appelle les ondes de vos appareils électroniques, les réseaux Wifi, vous pourrez voir les réseaux sacrés, vous pourrez voir… déjà certains d’entre vous voient, depuis des années, le treillis éthérique, n’est-ce pas ? Mais là, c’est tous les habitants que vous voyez. Même les pensées, vous allez les voir, et quand vous allez voir certaines des vôtres accrochées à votre aura… C’est très bien que vous les voyiez, parce que depuis le temps...

Question : lorsque des amis essaient de manipuler quelqu’un de proche, je ne peux m’empêcher de le dénoncer...

Ça, c’est le complexe du sauveteur ou du justicier de la Lumière. Moi je te conseillerais, surtout en cette période, comme je l’ai dit, de fermer votre bouche, hein, parce que tout ce que vous direz sur des êtres qui sont en opposition à la Lumière surtout, et même avec des frères et sœurs qui n’ont pas vu ce qui était à voir, ça va se retourner systématiquement contre vous. Je l’ai déjà dit, il me semble, ça a été dit à de nombreuses reprises. Au nom de quoi vous voulez mettre l’autre dans la Vérité ? Et si sa liberté à lui, c’est justement d’être comme ça. C’est pour ça que ça sert à rien de parler. De toute façon, c’est en train de s’éclairer. Vous savez, y en a qui sont très forts, je ne parle pas de toi, hein, ma sœur, mais y en a qui sont très forts pour mettre leur grain de sel partout en se présentant comme des sauveurs. Mais ne jouez pas à ce jeu, sans ça, c’est vous qui en paierez le prix, hein.

Question : mon problème, c’est que je pensais que c’était un miroir de moi-même et que je devais m’appliquer votre parole : « C’est celui qui dit qui est ».

Ben oui, mais ça, vous devez l’appliquer à vous, pas à l’autre, sans ça vous êtes dans la dualité. Ça concerne vous. L’autre, s’il vous dit quelque chose, mais après ça vous renvoie à vous-mêmes. Lui aussi il peut vous dire ça. Et si les deux disent « C’est celui qui dit qui est », ça se termine comment ? Par un pugilat, et d’ailleurs, c’est ce que tu constates. J’ai jamais dit ça. J’ai dit : « C’est celui qui dit qui est » par rapport à vous, et que si c’est en face de vous que vous le voyez, tu as dit toi-même, t’as un problème. Eh oui, t’as un problème, par rapport à ça.

Le silence est extrêmement important. Contentez-vous d'irradier ce que vous êtes. Si vous commencez à réagir, par rapport à la colère d’un frère, par rapport à une voix de commandement, par rapport à un membre de la famille, qu’est-ce que vous faites ? Vous nourrissez la dualité, vous éclairez rien du tout. Il ne faut pas jouer les redresseurs de torts sauf, bien sûr, s’il y a une demande d’aide qui est formulée. Mais en général, ces frères et ces sœurs, ou cette famille, n’est pas là pour vous demander de l’aide mais plus pour vous casser. Mais si vous, vous rentrez dans le même jeu, ça va casser encore plus fort. Si vous êtes dans la bienveillance et dans l’amour, vous n’avez pas besoin d’arguments ni de pointer du doigt, vous êtes ce que vous êtes, et vous observez les changements en vous et en l’autre. Hein, ne jouez pas les redresseurs de torts.

Vous savez très bien que les enfants disent : « C’est celui qui dit qui est », et si les deux disent ça, ça se termine toujours par une bagarre. C’est deux egos, c’est une confrontation d’egos, et tu vibres ou pas, dans ces cas-là. Et si vous êtes dérangés... Imaginez par exemple que vous voyez, vous êtes libérés, vous voyez sur un frère, vous savez que tout est Un, vous l’avez vécu, et pourtant vous voyez un frère qui est, comment dire, soit parasité, soit dans un comportement qui n’est pas Amour à proprement parler, qu’est-ce que vous faites ? Vous allez lui dire ? Non, vous allez en prendre plein la tête. Vous vous contentez d’être ce que vous êtes. Alors, bien sûr que l’autre peut être encore plus énervé, mais c’est son problème, ce n’est pas le vôtre. Et si vous, vous êtes touchés, c’est qu’il y a encore une faille en vous qui permet d’être touché.

C’est pareil, je l’ai déjà dit la dernière fois, pour le bruit, pour le silence. Si vous avez besoin du silence extérieur pour être en silence intérieur, y a quand même un gros problème, là. Bien sûr qu’il est plus agréable de méditer sans entendre parler ni rien. Et, en plus, si ce sont des frères et des sœurs qui vous disent qu’ils disparaissent et qui, d’un seul coup, vous disent : « Y a trop de bruit, faites silence », ça veut dire quoi ? Ils sont pas capables de disparaître en étant présents ? Au sein de leur personne ? C’est encore la personne qui commande. Y a quand même beaucoup de logique dans ces processus-là.

Et vous voyez bien, d’ailleurs, même dans les couples, ou dans la famille, que les choses comme ça sont sous pression de plus en plus, mais même si y a amour, hein. C’est pas un problème de manque d’amour ou de défaut d’amour, c’est simplement un combat de personnalités. Alors, à vous de voir qui veut gagner et qui veut sortir de la personnalité. Voyez, je vous avais dit : vous êtes testés à travers votre milieu intime, les frères et les sœurs qui vivent avec vous, que vous voyez souvent, le mari, la femme.

Et à travers, d’ailleurs, ce qui se déroule, je pense que vous aurez, par rêve ou immédiatement, de plus en plus fréquemment, ça vous amènera à vous repositionner et à voir ce qui va pas. Comme disait le Christ, c’est toujours plus facile de voir la petite paille dans l’œil de l’autre, que de voir sa propre poutre, hein. C’est dans ce sens-là que je disais : « C’est celui qui dit qui est ». Mais dans cette période de face-à-face ultime intérieur, n’allez pas titiller votre famille, votre mari, votre femme ou les frères et sœurs, ça se retournera systématiquement contre vous. Vous le voyez bien, d’ailleurs.

Parce que si vous tombez sur un frère ou une sœur qui est vrai Libéré Vivant, qui a plus d’engrammes de quoi que ce soit, même d’habitudes, mais il pourra pas réagir. Il va simplement rester avec son Cœur radiant, mais parce qu’il le sent en permanence, il a rien besoin d’autre. Ni de vous critiquer, ni de répondre à votre agression, ni quoi que ce soit. D’ailleurs, y a aucune raison qu’il soit agressé, même si il sent la colère chez quelqu’un. Il se débrouille avec sa colère. S’il a envie de projeter sa colère sur un frère libéré ou sur un autre, sur sa femme, c’est pas votre problème. C’est, je dirais, le sac de nœuds qu’il a à résoudre lui-même.

Et en plus, en général, ça concerne aussi bien les maris, les femmes, les frères et les sœurs, ici et ailleurs. En général, qu’est-ce qui se passe quand vous voyez des choses comme ça qui émergent ? Bah, vous allez essayer de les contrôler. Et plus vous allez essayer de les contrôler et de les réprimer, plus elles vont vous exploser à la figure. Ça veut pas dire qu’il faut laisser sortir la colère ou tuer l’autre, ça veut dire que vous n’êtes pas suffisamment alignés, quoi que vous viviez comme expériences. Y a quelque part une forme de mensonge par rapport à soi-même. Et même en vous disant ça, ceux qui vont lire ça, vous allez avoir des frères qui vont être encore plus en colère. Mais c’est leur problème, c’est pas le mien, ni le vôtre.

Vous ne pouvez pas être libérés, avoir les Couronnes actives en permanence, le Canal Marial actif, votre ange gardien à côté, et puis d’un seul coup retomber au sein de la personne. Ça veut dire que la personne, elle a peut-être vécu réellement tout ça, mais que sa personne elle ne s’est jamais effacée, hein. Et ça, vous allez le voir de plus en plus crûment, c’est normal. C’est pas une punition, c’est des réajustements.

C’est clair ? J’en vois qui cogitent avec les petits vélos là, qui commencent à se rendre compte de certaines choses.

… oui.

Merci, c’est très bien ça.

Question : a-t-on tous un ange gardien à côté de nous ?

Mais bien sûr, depuis toujours, mais vous le voyez pas et vous le sentez pas, mais il a toujours été là. Et je vous rappelle que l’ange gardien, par exemple, vous avez des… ah, je sais pas combien… mais un nombre très important, à l’heure actuelle, de frères et de sœurs qui peuvent avoir un Archange comme ange gardien. Et jusqu’à présent, ils l’ont peut-être entendu une fois, mais ils le voient pas. Mais vous savez que, par exemple, pour un Archange, il peut être dix mille fois présent auprès de dix mille personnes, y a pas de localisation de conscience. Parce que là vous résistez, vous dites : « Si c’est Anaël qui est à côté de moi, il peut pas être à côté de l’autre. », mais c’est faux. La conscience n’est pas localisée, dans les autres dimensions, donc vous n’avez pas de cerveau. Donc l’information qui vous arrive, elle peut venir, elle peut être traitée de milliers d’endroits dans le même instant. N’oubliez pas que les règles de la multidimensionnalité n’ont strictement rien à voir avec ce que vous connaissez.

Mais bien sûr que vous avez tous un petit diable qui vous parle. D’ailleurs ça a été expliqué, je crois. On appelle ça un petit diable, pourquoi ? Mais parce qu’y a effectivement un petit diable qui est visible. Vous, les scientifiques vont vous dire que c’est des anomalies neuronales dans le cerveau qui induisent des trucs. Bien sûr, c’est ce que vous avez vécu, mais c’est justement cette faille et ces circuits aberrants qui font que le petit diable est là.

… je parle d’ange gardien, pas de diable.

Des deux. Vous savez très bien : y a le bon ange sur l’épaule gauche et le mauvais ange à l’épaule droite. Dans toutes les traditions vous l’avez, ça. Ça veut bien dire que, quelque part, y a des êtres qui ont été capables de les voir. Et là, comme aujourd’hui vous voyez vos animaux, vous allez voir les devas, ça vous a été dit, vous allez voir aussi ce qu’il y a autour de vous. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser, non ?

De toute façon, je vous rassure, dès qu’il y a ego, dans cette période, même si vous vibrez le cœur, vous vibrez la tête, vous avez vécu l’Onde de Vie, y a nécessairement une entité qui est en résonance et qui vient vous coller aux basques, comme je dis. Vous allez le voir, vous allez le sentir de plus en plus nettement. Et quand vous aurez vécu ça quelques fois, vous jouerez plus à ce petit jeu-là parce que vous aurez vu clair. Et vous verrez d’ailleurs que si vous entrez en réaction, vous allez renforcer cela. Quand nous vous avions dit que tous les voiles devaient se lever, c’est la stricte vérité. Ça veut pas dire…

La Confédération galactique, bien sûr, elle vient d’arriver, mais vous n’êtes pas les seules consciences à partager le territoire de la Terre, même en d’autres dimensions. Y a pas que des elfes, des dragons, des peuples de la nature ou des peuples intraterrestres. Y en a qui sont à vos côtés, mais dans une autre dimension, et comme y a superposition des dimensions, ben l’un interagit sur l’autre, et vous allez le voir. Mais c’est une grâce incroyable, parce que de voir par exemple une entité qui est accrochée à vous, par rapport à un défaut de comportement ou autre chose, le fait de le voir, vous verrez qu’il disparaîtra. Par contre, si vous rentrez dans la dualité de combat, de peur, vous allez le renforcer. Et quand vous aurez fait l’expérience deux-trois fois sur vous-mêmes, ben vous changerez votre fusil d’épaule, hein. C’est l’expérience qui est à faire, à vivre.

Autre question.

Question : peut-on dire à un petit diable ou une entité indésirable, de s’en aller ?

Mais je crois que t’as rien compris. Y a rien à demander, y a à voir. Tu vois un peu, c’est encore toi, avec ta dualité inexorable. Regarde en toi, cette notion de bien et de mal. Arrête de parler d’entités, ou de frères et de sœurs. Vois-toi toi-même. Quelle que soit la qualité de ton cœur, t’es toujours en train de te raccrocher au bien, au mal, toujours. Qu’est-ce que ça veut dire ça ? C’est ça qu’il faut que tu voies, c’est sûrement pas de dégainer une armée ou de faire un rituel pour dégager. J’ai dit exactement l’inverse et tu me sors la proposition exactement inverse. Fais ton expérience, tu verras. Et il me semble que t’as déjà été cassé à un endroit, y a quelque temps, là. Continue. Y a des fois, la leçon est dure à comprendre.

Question : peut-on dire à son mental de s’arrêter, quand il se met à trop fonctionner ?

Il continue. Il suffit de voir. Quand tu vois, tu vois, et après, elle est où la Lumière ? Elle a besoin de ta petite personne ? De tes conceptions sur la dualité, de tes conceptions sur l’énergétique ? Tu crois ça, toi ? T’as toujours pas compris ce que c’est que l’Abandon à la Lumière. Il te reste à le vivre quand même, même sans le comprendre. Eh, je fais confiance à l’Intelligence de la Lumière pour te le faire comprendre très vite.

J’ai dit et je redis : vous n’êtes plus dans les modes de fonctionnement, surtout, parmi vous, ceux qui sont assez anciens, je dirais, et qui ont connu les combats, les rituels, la dualité. C’est fini maintenant, tu es un enfant. Tu sais ce que ça veut dire ? Tu n’as pas besoin de tes mémoires de dinosaure, de tout ce que t’as vécu sur cette terre. Sans ça, c’est quoi ? C’est l’ego spirituel encore, avec le masque de la bienveillance et de l’Amour. C’est ça qu’il faut que tu vois en toi, tu comprends ? Et tant que tu es dans cette dialectique et ces mots que tu prononces : « Ah, y a des entités, je vais les chasser », tu n’as pas compris ce que j’ai dit, tu ne le saisis pas. Y a rien de pire, parce que même avec tous les efforts de bienveillance et de volonté des frères et sœurs, quand ces choses ne peuvent pas être vues, elles ne peuvent pas être vues. Si c’est pas vu à aujourd’hui, c’est la Lumière qui va s’en charger. C’est comme ça.

Alors bien sûr, je ne vais pas vous faire un cours aujourd’hui. Selon… Vous savez que chaque organe du corps, chaque partie du corps, est lié à un chakra, est lié à un génie, est lié à un comportement, à une fonction symbolique au-delà de la fonction physiologique. Et c’est très simple : si vous avez, je sais pas moi, qu’est-ce qu’on va dire ? Une maladie sur un organe donné, regardez ce que ça veut dire au niveau symbolique, et au niveau réel maintenant, parce que c’est plus simplement symbolique. Ce qui est touché n’a jamais été touché par hasard, dans la conscience ou dans le corps, mais aujourd’hui, c’est une vérité éclatante. Donc, c’est pas la peine de faire intervenir la compréhension, de retrouver des mémoires, il est question de les voir.

On peut pas être plus précis et le répéter d’autant de manières. Et vous voyez qu’y a des frères et des sœurs, qui pourtant sont dans le cœur, qui continuent. Bah vous verrez bien comment ça va s’arrêter. Là aussi, je peux forcer personne, je peux que, peut-être insister, comme je le fais, dans certains cas.

Dès l’instant où tu penses « combat » il n’y a plus d’Amour. Dès l’instant où tu cogites, quel que soit ton cœur, tu ne rayonnes plus, tu te rétractes. Et quand tu constateras, toi-même, que tes propres pensées te rétractent et ferment ton cœur, à ce moment-là, tu comprendras. Mais tous les frères et les sœurs qui ont ce genre de petits problèmes, même tout amour et ouverts, ils n’ont pas les moyens intellectuels de comprendre. Ça veut pas dire qu’ils sont bêtes, ça veut dire que c’est structuré de telle façon, c’est tellement leur habitude, qu’ils peuvent pas le voir. Donc, ça sert à rien d’aller à l’encontre, mais simplement je peux attirer ton attention, de là où je suis, sur ce fait-là.

D’ailleurs, tu ne peux rien faire sur ça. La preuve : c’est toujours présent, quoi que tu fasses et quoi que tu dises. Parce que t’es encore dans une optique intérieure, au niveau de ton âme, de choses à améliorer. Ton âme te susurre tout le temps qu’il faut améliorer telle chose et telle chose. C’est quand que tu restes tranquille ? C’est quand que tu accueilles la Lumière sans rien demander, sans rien faire ? C’est un besoin compulsif d’activité. Apprends à rester immobile. Quand je dis immobile, c’est pas de pas bouger sur un siège et d’être un mollusque, hein, je parle de toutes les activités de la personne : les émotions, le mental, les connaissances, les vies passées, les vibrations, les mesures d’énergie. C’est sans fin ton histoire. Pose-toi. Accepte de regarder dedans, tu risques rien, hein. Allez, on continue.

Question : j’ai un problème récurrent au niveau de la hanche droite. Est-ce d’origine physiologique, ou y a-t-il un problème d’ordre psychologique ?

Ben y a toujours un problème psychologique ou mental, ou émotionnel, ou mémoriel, au départ. Nous vous répétons sans arrêt que rien n’arrive par hasard, alors après, c’est facile de dire « J’ai ma hanche qui vieillit. », mais y a quand même un facteur causal, toujours, quel que soit l’évènement qui touche ce corps. Le vieillissement, il a bon dos, l’usure, elle a bon dos. C’est quelle hanche ?

… droite.

La hanche droite, eh ben ça te renvoie à ton Masculin Sacré et au papa. Donc, tu sais très bien que y a un problème psychologique par rapport à cela.

… oui. Que faire pour améliorer ça ou pour régler le problème, si c’est de mon ressort ?

C’est la sœur de notre frère ou quoi, là ?

… que faire pour améliorer cette situation ?

Dis-moi, quand quelque chose touche la structure osseuse, que cette structure osseuse est vraiment, vraiment plus fonctionnelle – je parle pas des problèmes d’ostéopathie ou d’énergétique –, quand c’est un processus causal, psychologique, qui est descendu dans la matière, à ce stade-là (c’est ce que je vois), tu espères encore guérir par le Saint-Esprit ? Et moi, je vais te répondre autrement : tu tiens beaucoup à ton problème psychologique.

Eh oui. C’est un alibi de la personne, quoi que tu dises. Sans ça, si tu voulais être tranquille, surtout sur une pièce osseuse comme ça, il suffit de changer, de mettre du neuf. Tu te rends compte les douleurs que tu t’infliges depuis tant et tant de temps ? Parce que déjà, y a quelques années, j’avais vu, t’étais là. Mais c’est stupide, tu te rends compte de la stupidité ?

… oui, mais je n’ai pas envie d’une chirurgie, ça me fait peur. Alors que faire ?

Eh ben tu restes avec ta douleur. Y a pas d’autre alternative, si ce n’est le miracle.

… la chirurgie aurait-elle pu régler ce problème, même s’il est psychologique ?

Une fois qu’un problème psychologique est descendu au niveau le plus profond de la matière, en l’occurrence l’os, et que ce n’est pas un problème de respiration, d’ostéopathie ou autre, et qu’y a une destruction totale du cartilage, tu espères quoi ? Le miracle toujours ? Mais bien sûr que si tu traites au niveau physique-organique, c’est un processus, non pas seulement de cristallisation, mais d’évacuation. C’est pour ça que je te dis que tu tiens à ton problème psychologique. Il est en train de s’évacuer totalement dans l’os. Il suffirait d’enlever ce bout d’os, et tu laisses comme ça. À toi de conclure.

Maintenant, si tu as peur… La peur, c’est quoi : c’est du manque d’amour. Ça veut dire que t’aimes pas ton Masculin, et que ça t’arrange bien. Et puis c’est peut-être pas l’endroit d’aller plus dans les détails, mais déjà ce que je viens de te dire devrait t’aider, hein. Eh, c’est quand même différent d’avoir, je sais pas moi, on va dire une fracture, un problème osseux, et d’avoir une colite. C’est pas la même densité vibratoire qui est touchée. L’os, en plus, c’est vraiment la carcasse, c’est la personnalité, c’est le niveau le plus pérenne, puisque les os demeurent après la mort. Donc, ton problème psychologique, il est descendu dans le corps, il s’est cristallisé et il s’est éliminé. Et toi, tu gardes ce qui a été éliminé, en toi, et tu dis, t’as peur d’être opérée, parce que tu veux pas voir ce que j’ai dit et que ça t’arrange bien.

… le seul moyen pour résoudre le problème, serait l’opération ?

Dis, moi, je suis pas chirurgien, mais quand je vois une atteinte osseuse comme ça, y a aucune chance. Alors bien sûr, tu vas avoir, des fois, des thérapeutes extraordinaires, et tu vas crier au miracle, parce que ça va bien. Mais qu’est-ce que tu constates, depuis deux années, c’est que ça revient systématiquement. Ça s’appelle être têtue, hein. Quand t’en auras marre d’avoir mal, eh ben tu passeras sur le billard, peur ou pas peur. À un moment donné, la souffrance devient plus forte que la peur, hein, je vous le rappelle, c’est une constante. Autant vous avez des thérapeutes qui peuvent faire disparaître des kystes, des tumeurs, des cancers, mais là, tu es atteinte dans l’os. C’est pourtant simple à comprendre.

Y a une autre question ?

Question : ce matin, en descendant de la clairière aux dragons, j’ai reçu sur moi le souffle d’un dragon. Cela avait-il un sens particulier ou était-ce pour signaler sa présence ?

Il t’a dit bonjour. Il passait, tu l’as senti. J’ai dit : y a plus de voile. N’en faites pas une affaire personnelle, parce que si vous faites une affaire personnelle, avec toutes les entités que vous allez croiser, ça va vous épuiser. Parce que vous allez croiser des entités qui vont bien être contentes que vous vous intéressiez à elles. À vous de voir. C’est comme quand vous croisez un voisin dans la rue, vous le saluez. Y en a avec qui vous avez des choses à échanger et d’autres pas. C’est plus pareil que y a quelques années, quand vous étiez en affinité avec les dragons, les elfes, vous voyiez les lignées ; là, vous voyez tout, progressivement vous allez tout voir, alors qu’est-ce que vous faites avec ça ? Vous restez dans le cœur, vous laissez vivre ce qui doit se vivre, ou vous mettez en branle la personne, la curiosité, le besoin d’échanger, de dialoguer ?

Dans certains cas, oui, mais si vous cherchez toujours une explication, vous n’êtes pas sortis de l’auberge là, hein, parce qu’en l’espace de ces deux mois et demi, je crois, qui ont été donnés, vous allez en vivre tellement, des rencontres… Alors, je conçois que c’est peut-être merveilleux pour beaucoup d’entre vous de voir tout ça, mais pourquoi voulez-vous que ça ait une utilité ? Avant, y avait un voile, là, y a plus de voile. Ça existait déjà avant, ils sont pas venus vous voir, sauf quand c’est des dragons ou des peuples de la nature que vous allez voir. Là, effectivement, ils vous font des signes.

… Silence…

Question : c’est un rêve : un être de Lumière m’est apparu et m’a téléporté sur un lieu qu’il a nommé Cercle de Feu coronal. Il m’a emmené au centre du lieu où j’ai reçu une énorme descente d’énergie. Puis il m’a emmené dans une cavité. Je me suis assis au milieu et, dans le noir, je voyais tout autour de moi. Sur les parois, se sont dessinées des bandes de couleurs qui ont tourné. L’être a dit : « C’est très bien » et on est ressortis par un autre chemin.

Alors, tu dis toi-même que t’es allé sur un Cercle de Feu coronal, tel qu’il l’a appelé. Je vous rappelle qu’il y avait sept Cercles de Feu, chacun correspondant aux chakras majeurs, en incarnation. D’accord ? Tu es allé au Cœur du Cœur de cette Couronne de la tête. Qu’est-ce qui s’est passé : t’as reçu la Lumière. Après, il t’emmène dans une grotte : dans tes profondeurs. Et là, tu t’aperçois que dans le noir complet, tu vois tout. Il a ouvert la porte à l’accès à ce que j’ai appelé les habitudes ou les inconscients qui sont encore logés en toi. Ça, ça fait partie des rêves éclairants, si je peux dire.

Alors les rêves ne sont pas là pour vous donner des évènements, sauf ceux qui font des rêves un peu prophétiques sur ce qui arrive, mais la plupart des rêves que vous faites, vous concernent au niveau de l’inconscient, de ce qui a pas été vu et de ce qui est à vivre. Et le vivre, c’est déjà merveilleux, parce que ça signe la Libération. Même si tu n’avais pas l’explication, même si je te la donne aujourd’hui, c’est déjà quelque chose qui s’est passé en toi et que tu vois maintenant. Tu as dû constater, à la suite de ce rêve, dans les jours peut-être après, peut-être des semaines, que y avait une compréhension intuitive, je vais appeler ça comme ça, beaucoup plus flagrante qu’auparavant. Mais c’est très cohérent.

C’est comme les autres rêves qu’on a eu aussi les premiers jours où je suis venu, où vous aviez un frère qui voyait une piscine souterraine avec des serpents. Alors, ce frère bien-aimé a compris que le serpent, il était en lui avant tout. Les rêves vous parlent, et ils ne parlent pas dans le langage symbolique des rêves habituels mais ils sont très importants pour le processus qui se déroule en vous maintenant, c'est-à-dire l’effacement de l’éphémère au profit de l’Éternité. C’est ce qui est en train de se passer maintenant, c’est plus la superposition, même si pour certains frères et sœurs, elle n’est pas achevée.

De manière générale, vous vivez la dissolution ; Marie, elle vous l’a dit, il me semble. Alors, bien sûr, cette dissolution, elle est plus ou moins synchrone avec les processus extérieurs, visibles, collectifs, mais ils sont avant tout présents en vous. Ça peut vous conforter, comme a dit Marie, de voir le Soleil, ce qui se passe. Ça peut vous conforter, ou vous faire peur, de voir les séismes sur terre, les volcans, les trous, la folie de l’homme, mais c’est toujours le même processus qui est à l’œuvre, non seulement de superposition maintenant, mais de dissolution.

… Silence…

Question : mon problème de hanche pose-t-il un problème pour ma Libération ?

Absolument pas. Heureusement qu’aucun problème clinique, organique ou psychologique soit gênant pour la Libération. Mais je te rappelle qu’avant la Libération, y a 132 jours plus 9 jours, ou 8 jours. À toi de voir.

… Silence…

Question : depuis des années, je fais un rêve récurrent où mes jambes ne me portent plus et je m’aide avec les bras pour avancer. Il y a deux ans, à Paris, je suis tombée violemment sur les genoux en allant à la Chapelle de la médaille miraculeuse.

Oh, c’est une très belle libération, ça.

… le problème des genoux s’est réveillé il y a quelques mois avec des douleurs intenses qui me réveillaient la nuit, et cela a disparu il y a quelques jours.

C’est éclairé. Mais c’est très fort : t’es tombée en allant voir la Vierge. Elle t’a mis à genoux, avant. C’est très simple à comprendre, il fallait que tu tombes à genoux avant d’aller à sa rencontre et il fallait que tu… alors en langage catholique, ils vous diraient : il fallait que tu expies. Non, moi je dirais simplement que tu devais faire cette expérience pour pouvoir te permettre d’éliminer tout ce qui est très riche, au niveau des rêves que t’as décrits avant, qu’on t’empêche de te déplacer. Maintenant que c’est disparu, tu verras que ce rêve ne peut plus revenir.

… Silence…

Question : pendant la présence de Bidi, hier, j’ai ressenti une forte douleur au niveau du point ER.

La Porte ER ?

… l’Étoile ER.

Oui, c’est très simple. Dès l’instant où la personne n’est plus affectée par le bruit que fait Bidi, il touche l’Éternité, il touche le Cœur du Cœur et il touche aussi le point central ER, bien sûr, qui correspond à la Porte ER, c'est-à-dire le rayonnement du divin, et aussi à la Fontaine de Cristal. Et Bidi, avec sa voix, et il vous l’a dit d’ailleurs, je crois, soit vous êtes dérangés, soit vous avez peur, soit vous arrivez pas à suivre, parce que c’est fort. Si vous lâchez la personne, les douleurs dans les oreilles, les désagréments, vous allez au travers de la personne, et là vous voyez ce qu’y a derrière et vous bénéficiez pleinement de sa Présence.

Effectivement, je vous rappelle que Bidi ne peut intervenir qu’en ultra-temporalité, puisqu’il n’est plus assujetti à aucune forme. Donc la forme de manifestation est, comment dire, une espèce d’alchimie entre l’Impersonnel et les éléments de sa personne incarnée, quand il était incarné. Donc oui, effectivement, c’est très, très fort, sauf si la personne fait écran. Or, ce que tu as vécu montre que la personne s’est abandonnée et a laissé la conscience traverser.

… si le sommeil survient, c’est aussi une forme d’abandon ?

Oui bien sûr, parce que pour dormir avec le bruit qu’il fait, il faut être, soit sourd comme un pot, soit dépasser la personne. Et d’ailleurs, c’est surprenant, y en a beaucoup qui s’endorment avec Bidi : ceux qui n’ont pas fui ou qui sont pas dérangés au niveau des oreilles ou de la gorge, ou d’ailleurs. Ils disparaissent sans aucun problème, malgré le bruit. Parce qu’on peut dire qu’il en fait du bruit, hein.

Question : pouvez-vous développer la notion « d’expier », en relation avec le « Veillez et priez » ?

Holà, y a une théologienne ici, ou quoi ? J’ai pris le mot « expier » pour rire, donc ne compte pas sur moi pour te faire une relation entre les deux. Y a rien à expier. Ça, c’est encore un langage, je dirais, judéo-chrétien culpabilisant. Y a pas d’enfer, y a pas de paradis, y a pas de damnation éternelle. C’est quoi ces conneries ? Donc, compte pas sur moi pour te faire un exposé des vertus théologales de l’expiation. C’est archaïque, ça n’a plus de raison d’être, tout ça. D’ailleurs, ça n’aurait jamais dû avoir la moindre raison d’être, pas seulement maintenant. C’est comme les histoires de péchés mortels. Mais qu’est-ce que c’est que ces bêtises, aujourd’hui ?

Comme disait Bidi : oubliez toutes les histoires et toutes les références passées de votre personne, mais aussi spirituelles, de la Terre ou les vôtres, vous vous en sortirez jamais comme ça. C’est encore et toujours l’ego qui veut comprendre des concepts. Franchement, quand vous vivez le cœur et l’Amour, qu’est-ce que ça peut vous faire, réellement et concrètement, d’être en train d’expier ? Vous vibrez ou vous vibrez pas, ne vous perdez pas dans le mental. Je veux bien expliquer tous les rêves de la planète mais là, ce genre de question, ça traduit quoi : un intérêt pour la connaissance et pour les énergies que nous avions appelées Lucifériennes, donc la dualité bien-mal, masculin-féminin. C’est exactement la même chose que tout à l’heure, pour l’histoire de la hanche. Et qui pose la question, d’ailleurs ? J’ai pas regardé.

… c’est moi qui étais tombée sur les genoux.

Ah, d’accord. T’as déjà expié en tombant sur les genoux, hein.

...Il reste une dernière question avant la pause.

Allons-y.

Question : j’ai reçu un mail d’une personne en grande dépression, avec des tendances suicidaires. Je ne la connais pas mais elle me demande de l’aider pour la soulager. Je ne veux pas rentrer dans le rôle de sauveur et je ne sais pas quoi faire dans cette situation.

Si ce mail est arrivé chez toi, y a jamais d’erreur, tu dois y répondre. Alors, tu n’as pas à y répondre en tant que personne ou avec des avis non autorisés. Qu’est-ce qu’il te reste ? La prière. Tu sais prier, non ?

… oui.

Eh ben voilà.

… je peux lui répondre que je prierai pour elle ?

Eh, c’est ce que je viens de dire. Oui, il faut lui dire.

… même si elle n’est pas branchée…

Adresse-toi à ton ange gardien qui est à côté de toi là, hein. Il est un peu furibard parce que là… Prier, c’est prier. Si tu penses que t’as pas la foi – ce qui n’est pas vrai – pour prier, demande à ton ange gardien. Mais oui, faut répondre à une personne. Elle te demande pas d’argent, elle te demande pas… elle te demande de l’aider. C’est une demande qui vient des profondeurs de l’état où elle est. Que t’aies la connaissance pour pouvoir l’aider ou pas, c’est secondaire, mais rien ne t’empêche de prier pour elle.

Eh, je crois que vous faites le goûter, là, hein, c’est ça ?

… Oui, c’est l’heure.

Alors, chers amis, je vous dis, préparez encore des questions, ça va chauffer. Et je vous dis : à tout à l’heure.



* * * * *






_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Sam 29 Avr - 23:41 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF Répondre en citant

.

ENTRETIENS AVRIL 2017



O. M. AÏVANHOV

Questions/ Réponses - Partie 4



Eh bien chers amis, nous allons pouvoir voir et dialoguer sur vos ultimes questions. Alors, je vous écoute.

Question : comment prier pour quelqu’un ?

C’est la suite de la question de tout à l’heure, comment prier pour quelqu’un ?

...oui.

Mais tu pries avec ton cœur, pourquoi t’as besoin d’une technique. La prière du cœur, c’est la seule prière qui soit efficace. Tu te mets dans ton cœur, tu mets la personne dans ton cœur, et tu demandes ce que tu veux à ton cœur. Ce n'est pas la peine de faire des rituels ou une prière particulière, où qu’elle soit et d’où qu’elle soit. La prière spontanée, y a pas de règle, c’est ton cœur qui doit parler, et le cœur est spontané. Donc ne réfléchis pas à comment tu vas prier ou comment il faut prier, fais-le. C’est le mental qui a besoin d’avoir des références, des cadres et une technique. Vous n’êtes plus dans le temps des techniques, j’ai dit.

Question suivante.

Question : à l’âge de 11 ans, après un traumatisme, j’ai vécu une disparition de la conscience du corps. J’avais l’impression de ne plus exister. J’ai dû me reconstruire sur d’autres bases. Quand le corps disparaît, la personne disparaît-elle aussi ?

… Il y a une deuxième question, liée à la première. Je vous la lis tout de suite ?

Non.

Le problème, tu vois, c’est que cet évènement, comme tu le dis et comme tu l’as vécu – la disparition de la personne –, est survenu, si j’ai bien compris, à l’âge de 11 ans. Or, vous le savez, la structure mentale n’était pas encore apparue. Ce qui veut dire que ces expériences de disparition qui surviennent très jeune peuvent parfois laisser des marques, mais le plus souvent, de la même façon que dès l’âge de 5 ans vous avez oublié que vous étiez Absolus, parce que vous avez créé une personne, et là la personne n’était pas stabilisée et le corps mental, lui, il apparaît après, trois ans après, ce qui veut dire que l’expérience, même si elle a été tout à fait réelle, ne te permet pas d’affirmer qu’aujourd’hui tu es libérée. Voilà ce que je voulais dire par rapport à cette expérience. La deuxième partie ?

… actuellement, et suite à cela, je sais que le corps n’est qu’un véhicule que l’on emprunte mais la conscience de la personne, je la vis comme de la glue dont je ne peux me détacher.

Tu ne peux pas te détacher parce que la conscience, quand je dis qu’il y a d’abord le corps émotionnel, corps astral, qui apparaît à 7 ans, et après, aux alentours de 14 ans, le corps mental. Vous avez des Anciens qui ont témoigné, qui ont vécu l’Éveil très jeune, mais c’était vers 16 ans, là ça dure toute la vie. Par contre ce qui survient avant 14 ans, eh ben comme tu le décris parfaitement, la conscience s’est recollée au corps. Toutes les techniques que nous vous avons données, tout ce que nous vous avons donné, c’est le travail que nous avons fait depuis plus de dix ans, de vous donner les divers moyens de ne plus être identifiés au corps, mais comme tu le décris si bien, l’expérience de 11 ans était totale et néanmoins aujourd’hui, c’est comme si elle n’avait pas eu lieu, parce que c’est survenu, comme je te l’ai dit, avant 14 ans.

Donc j’ai pas de techniques à te donner, les techniques elles ont été employées pendant des années. Tout ce qu’il reste, c’est le sacrifice de la personne, c’est-à-dire que tant que vous croyez, d’une manière ou d’une autre, que vous êtes… même si tu sais que ce corps est un véhicule, ta conscience est reliée à ce véhicule, et c’était indispensable pour nombre d’entre vous. Je vous rappelle qu’il y a encore quelques années, y en a certains d’entre vous qui avaient fait des voyages en Êtreté et qui se sont retrouvés avec des liens aux chevilles ou aux poignets, parce que c’était pas le moment pour eux. Aujourd’hui tout ça c’est plus valable ces règles-là. Là, y a que votre conscience, dans le face-à-face ultime, qui peut réaliser le dernier pas.

Donc, je peux pas te donner de techniques. C’est un sacrifice qui concerne soi-même, c’est-à-dire que quelque part il reste, comme tu dis, des accroches comme de la glue à l’identité, même si tu as vécu, hélas avant 14 ans, ce genre de mécanisme, surtout quand ça survient, et je dirais même… Si c’est avant 8 ans, ça peut rester plus facilement que si c’est entre 8 et 14, mais vous n’avez aucun souvenir de qui vous étiez avant 3 ans. Si vous aviez, ne serait-ce que le souvenir, vous verriez que vous n’étiez pas une personne, même en étant bébé. Le bébé, il est Absolu, il a pas coupé, il a pas fermé les fontanelles et jusque même un an après, le bébé n’a aucune notion d’être une identité ou une personne, c’est juste un sac de viande, comme Bidi le disait. Bien sûr, il reconnaît vaguement le papa et la maman, et c’est justement l’identité de papa et maman qui va le figer dans la personne. Et c’est pour ça qu’on vous dit souvent que dans les autres peuples unifiés, en 3D unifiée, y a pas de parents. Rappelez-vous que vos parents, c’est toujours un karma à porter, à résoudre, au sein de la personne et de l’hérédité de ce monde.

Donc je peux pas te donner de techniques, je peux simplement te dire : monte en vibration, quelle que soit la technique que tu utilises, mais vous n’êtes plus dans cette phase-là, vous êtes dans le face-à-face ultime. Et tu constates que tu es accrochée, ça veut pas dire qu’il faut trouver une technique pour te décrocher, puisque c’est ta conscience elle-même qui se décroche – toute seule – dès l’instant où tu t’es sacrifiée, sans aucune difficulté aujourd’hui pour un nombre qui va devenir, avec l’évènement de Marie qui vous a été annoncé et que certains ont vécu… C’est la seule façon. Et surtout n’oubliez pas qu’une expérience passée, qu’elle ait eu lieu hier, qu’elle ait eu lieu y a dix ans ou cinquante ans ne change rien.

Inconsciemment, vous essayez toujours de faire revivre une expérience passée, ça c’est une erreur parce que en vous penchant sur ce passé, sur une expérience aussi merveilleuse soit-elle, elle vous empêche d’accéder à l’Instant Présent. C’est la nature de l’enfermement, même.
Tu as constaté à 11 ans que tu étais plus du tout ce corps, tu as eu le témoignage direct, et aujourd’hui tu me dis : « Je sais que je ne suis pas ce corps et que c’est juste un véhicule ». Par contre tu constates que la conscience est toujours chevillée au corps.

Maintenant, comme je l’ai dit, c’est plus une question de sécurité, avec les liens aux chevilles et aux poignets, c’est juste une résolution du face-à-face ultime et de la superposition de l’éphémère et de l’Éternel. Il n’y a qu’au moment où l’éphémère est vu comme réellement quelque chose auquel on a sacrifié – pour l’Éternité –, qu’à ce moment-là vous êtes libérés, même dans cette période, avec le Manteau Bleu de Marie ou le message du Soleil, mais pas avant. Sauf bien sûr si tu as été libérée par l’Onde de Vie ou par le Feu Igné, ce qui n’est pas ton cas.

Autre question.

Question : c’est un témoignage : le 2 avril au matin, je faisais le ménage et le mot « abandon » revenait constamment. À un moment, je n’étais plus dans mon corps mais dans le mot « abandon » qui a emplit tout l’espace à l’intérieur et à l’extérieur de moi…

Je te coupe tout de suite pour dire que c’est le 2 avril au matin que nous avons envoyé le premier message, enfin que le Soleil vous a envoyé le premier message, et il a pas atterri partout, sans ça vous l’auriez vécu dès l’instant où il se passait quelque chose dans le Soleil, avant même qu’il arrive sur terre. Ça a été le cas pour quelques frères et sœurs, et d’ailleurs c’est pour ça que Marie n’en a parlé que l’après-midi. Si elle voulait vous le dire juste avant, elle l’aurait dit juste avant, mais l’effet de surprise a été amputé parce que vous n’êtes que certains à avoir vécu l’étape initiale, et effectivement le mot « abandon » correspond complètement à cela. Tu peux continuer.

… puis, un vide abyssal s’est installé dans mon cœur et s’est expansé, j’en ai eu le souffle coupé. Ce vide s’est avéré être rempli d’une paix indescriptible qui a empli tout mon être. Ce que je tenais est tombé de mes mains, j’ai dû m’adosser au mur, le corps tremblant et ruisselant de larmes de bonheur. J’ai senti la présence de Marie en moi et hors de moi. Un cri est sorti : « Marie ! » Le mot « évidence » est apparu, l’évidence de l’abandon au Soi. J’ai ressenti cela comme une reconnexion à moi-même. Je remercie. Je nous aime.

Merci, mais c’est exactement ce que Marie avait prévu pour les jours suivants, qui est étalé maintenant sur plusieurs jours, hélas. Mais effectivement beaucoup de frères et de sœurs l’ont vécu directement au niveau du Soleil, lors des premiers mouvements, c’est-à-dire avant même l’arrivée sur terre des rayonnements, c’est-à-dire les premiers flashs d’impulsion d’éjection de masse coronale et de rayonnements. Et y en a quelques-uns qui l’ont vécu, mais c’est tout à fait ça que vous allez vivre, si vous ne l’avez pas vécu. Alors bien sûr, pas toujours avec la même intensité, ça peut prendre… dans ce cas-là, c’est un mot qui s’imprime, mais vous saurez pertinemment, en vivant cela, que ce soit même pendant le sommeil, vous verrez qu’il y a un avant, comme ça a été dit, et un après. Vous voyez ? Donc, c’est un magnifique témoignage bien sûr, surtout par rapport au jour où il est survenu et à l’heure où il est survenu.

Alors on peut continuer.

Question : c’est un rêve : un chat en position de sphinx me tend sa patte droite de couleur vert jade ; je la touche. Un chevreuil et ses petits viennent se frotter contre mes genoux. Un gros oiseau rouge avec un long cou pourpre vient s’enrouler autour de mon cou affectueusement. Je regarde ses grands yeux, je demande son nom : Phénix. Et là, je me réveille.

Oh c’est très simple, là aussi, vous avez à la fois la fusion de l’éphémère et de l’Éternel, et l’alchimie qui se produit, c’est-à-dire la dissolution. La dissolution de l’éphémère, que vous êtes en train de vivre, met fin à tous les voiles. Comme ça été dit par les peuples de la nature, et comme nous en avons parlé à propos des animaux, en rêve aussi, vous vivez la rencontre avec des animaux sauvages, comme le chevreuil par exemple, mais aussi l’oiseau. Alors bien sûr, y a une symbolique par rapport aux couleurs et au type d’animaux, mais le plus important là, dans ce rêve, c’est pas ça, c’est ce que je viens de dire. Alors bien sûr, après, le premier animal c’est quoi ?

… le chat.

Le chat. Oui, là, c’est directement en résonance avec tes lignées. Vous allez constater, vous savez, les elfes vous ont dit que vous allez voir les animaux s’approcher de vous, dans leur corps de chair ou dans leur corps astral. Bien sûr, là aussi, la notion d’affinité et de résonance vibratoire va jouer. Si vous avez des lignées aériques – Altaïr, des oiseaux –, les oiseaux vont venir. Le chevreuil est lié à la Terre, le chat est lié à Sirius, etc., etc. Là, c’est plus les lignées qui se révèlent, c’est la syntonie, l’affinité vibratoire avec les différents peuples de la nature et aussi des animaux, sauvages ou domestiques, qui va se manifester de cette façon. C’est tout à fait logique.

Allez, on continue.

Question : comment savoir le moment juste pour faire euthanasier son animal ?

Comment savoir ? Mais il suffit d’observer l’animal. C’est pas moi qui l’observe, cet animal, c’est toi. Un animal, quand il va mourir, il se cache, tous les animaux, mais s’il souffre, il va manifester. Laisse-le mourir en paix s’il ne souffre pas. L’euthanasie ne concerne que les animaux qui souffrent, mais les animaux sont tout à fait capables de mourir sans souffrance et dans le silence. À ce moment-là, respectez. Pourquoi l’emmener, faire piquer, alors que… surtout les animaux domestiques, je vous rappelle qu’ils sont en cours d’individualisation et surtout maintenant, les animaux domestiques ou les animaux en cours d’individualisation sont tout à fait capables de partir dans la paix, sans souffrance, comme vous d’ailleurs, vous allez voir.

Donc, c’est pas moi qui dois te donner la réponse, c’est l’observation normale de ton animal. D’abord, est-ce qu’il souffre ? Mais ça il te le dira, l’animal, soit il aboie, soit il gémit, si c’est un chat, il va miauler, il va appeler, et s’il se tient tranquille dans un coin, laisse-le tranquille et partir en paix. Vous savez, ça a été dit plein de fois, ça été répété je crois durant cette période, que la façon dont vous mourez conditionne votre devenir. Pour les animaux, qui eux sont en cours d’individualisation, c’est tout à fait vrai. Donc y a des processus qui peuvent être menés tranquillement jusqu’à la séparation de l’âme, du corps, auquel cas il faut laisser l’animal tranquille. Mais s’il y souffrance, effectivement il faut agir. Donc y a que toi qui peux le voir chaque jour. Y a pas de meilleur moment, chaque animal est différent.

Autre question.

Question : c’est un rêve ancien : un groupe d’inconnus me demande de sauter par-dessus une haie opaque. Je supposais qu’il y avait le vide derrière, et j’ai pensé que j’allais me tuer, mais je constatais que je volais dans l’air avec une grande joie. Qu’en est-il ?

Alors, je comprends rien, parce qu’il y a un mur, une haie, et en même temps tu voles, je comprends pas. Si t’étais au ras du sol, tu franchis la haie ou pas, en l’escaladant, mais si tu voles, c’est ça que je comprends pas. De toute façon, le rêve de vol est toujours significatif d’une décorporation. Maintenant, si tu voles, je vois pas en quoi tu peux être arrêtée par une haie opaque, c’est ça que j’ai pas compris…

… des inconnus lui demandent de sauter par-dessus une haie. Elle ne sait pas ce qu’il y a derrière la haie et elle suppose que c’est le vide…

Oui, mais elle est en train de voler.

… pas tout de suite. Elle pense que c’est le vide et qu’elle va se tuer, et en fait, elle se met à voler.

D’accord. J’ai mieux compris, au niveau de la cinétique. Ça signifie effectivement une expérience hors du corps, un voyage astral ; tous les rêves de vol sont liés à ça. Bon, au niveau de la signification du rêve, ça change rien, hein. Elle a franchi une étape à ce moment-là, c’est tout ce que je peux dire. Parce que dans le corps astral, en réalité, y a pas de vide. Alors bien évidemment, tu me dis que le rêve de vol est après, hein, c’est là la difficulté. Donc là je peux pas conclure de façon définitive, mais le rêve de vol, même en deuxième partie, signifie qu’il y a eu sortie du corps.

Question : c’est un autre rêve : j’entre dans un bâtiment avec une femme. À droite, il y a des étudiants dans un box, à gauche un couloir, et un être portant un long vêtement blanc me fait visiter les salles. Au deuxième box, il n’y a pas d’étudiants mais une sorte de grand aquarium transparent rempli de fils enchevêtrés. L’être me dit : « Regarde, ici est contenue toute la technologie de la lumière ». Je me tourne vers la femme, j’ai envie de crier de joie. Je me réveille.

Bien. Comme tu dis, c’est pas ta maison, c’est un bâtiment où ont lieu, apparemment, des enseignements, puisqu’il y a des étudiants dans le premier box. Ensuite, y a un sage que tu connais pas, qui te montre un deuxième box, où on te montre tout ce qui est lié à la Lumière, à la Liberté, à travers les différents symboles qui sont donnés, voilà. Ça veut dire simplement que tu as fait une incursion (même si c’est très ancien, ce rêve), dans les domaines de la Connaissance. Non pas la connaissance telle que vous la connaissez au niveau humain, mais tu as touché un endroit où certaines choses sont révélées, où on peut étudier certaines choses. Et vu ce que tu m’as décrit, tu as pénétré sous une forme imagée, et non pas réelle, c’est des images projetées par ton subconscient en retour qui correspondent grosso modo à ce qui est nommé les Annales Akashiques, même si c’est pas tout à fait un terme exact, c’est-à-dire le lieu où sont stockées les mémoires. Je peux pas en dire plus.

Question : il y a 25 ans, après avoir mangé un gâteau contenant des substances hallucinogènes, j’ai été contactée par un être depuis un vaisseau spatial. Une force s’est emparée de moi et a fait plier mon corps en avant, et une énergie rouge est sortie par mon chakra coronal. Un dialogue s’est instauré avec cet être, mais la peur était présente. Je me suis assise sous un arbre. Longtemps, de larges panneaux cristallins lumineux sont passés en moi puis tout s’est arrêté. Qu’en est-il ?

Oh oui, je peux éclairer, surtout si tu as mangé des substances hallucinogènes. Tu l’as dit toi-même, c’est des hallucinations. C’est un fantasme, c’est astral, là, c’est pas un rêve et je n’ai aucun moyen de vérifier si c’est une expérience réelle ou qui correspond à ton subconscient. Donc, c’est pas un rêve, je peux pas l’expliquer ça, surtout quand c’est des moyens artificiels comme cela. Vous savez pertinemment qu’il y a des produits qui permettent de faire des voyages chamaniques, bien sûr, ces voyages chamaniques ne sont pas la réalité.

Bien sûr y a des symboles qui apparaissent toujours, le serpent, l’origine du monde, la vue du monde, l’ADN, mais tout ça c’est des franges où se mélangent les forces inconscientes et la réalité. Et en plus, la prise de substances de manière non spontanée, qui ne te fait pas disparaître mais qui fait apparaître des visions, je confirme, c’est des visions hallucinatoires. On ne peut leur accorder aucun crédit, quelle que soit l’intensité. Sauf bien sûr si vous êtes déjà libérés, mais vu que c’est quelque chose qui s’est passé y a si longtemps, je doute fort que tu aies été une personne libérée à ce moment-là. Donc oublie cela, parce que quelle que soit l’intensité des rencontres extraterrestres qui sont effectivement très fréquentes dans l’univers des hallucinogènes – bien sûr ils sont le reflet d’une réalité, mais distordue –, c’est pas la vérité, c’est altéré.

Continuons.

Question : les Radiances Archangéliques sont toujours le jeudi soir ; il y a 45 ans, l’Invisible me fixait rendez-vous le jeudi soir. Pourquoi ce choix ? Y a-t-il une correspondance avec la couleur orange ?

Non, y a une correspondance avec Jupiter, tout simplement. C’est tout. Et que Jupiter, le jovial comme on dit, c’est une énergie très bénéfique.

… Il n’y a plus de questions.

Ah bah si, y a des questions peut-être ici.

… Il n’y a plus de questions écrites.

Bah je m’en fous, y a d’autres questions ici.

Alors, qui prend la parole ?

Question : à propos de la prière du cœur, faut-il toujours avoir l’autorisation de la personne pour laquelle on prie ?

Ah, c’est différent. Tout à l’heure, c’était une demande qui était faite. Maintenant, attention, tu as tout à fait le droit de prier pour qui tu veux, même sans accord, mais à ce moment-là respecte la liberté de l’autre, c’est-à-dire tu ne peux pas faire de demande précise. Tu peux simplement demander à la Lumière de se montrer, par exemple, mais tu peux pas décider l’orientation de la prière, surtout si la personne n’est pas au courant.

Quand j’étais incarné, je priais tous les soirs pour toute la planète, mais aussi pour certains frères qui m’en avaient fait la demande, mais aussi pour certains frères et sœurs qui ne m’avaient rien demandé – mais là, la prière était différente, c’est-à-dire que j’essayais d’être le plus neutre possible, de pas demander une intention spécifique mais plutôt que la Lumière soit, pour ces frères et ces sœurs qui ne m’avaient rien demandé.

Donc tout dépend s’il y a demande ou pas. Mais bon, je dirais, et c’est pas un jeu de mots, veillez et priez d’abord pour vous-mêmes, hein. Et après pour tous les autres. Allez, continuons.

… Silence…

C’est bien ce que je disais, c’est les ultimes questions.

… Silence…

Question : j’ai disparu pendant des années et depuis 2012 je ne disparais pratiquement plus, est-ce normal ?

On va quand même revenir sur ce mot de disparition que vous employez sans arrêt. Vous avez l’impression, quand vous dites : « J’ai disparu », ça y est, je suis libre. Mais la disparition...

… non…

Je parle pas pour toi, mais y a beaucoup de questions qui ont été posées sur les disparitions ou en tout cas des éléments, des frères, des sœurs, qui ont disparu.

La disparition, si elle n’entraîne aucun changement au retour, c’est du sommeil. Bien sûr qu’il y a une analogie entre l’Absolu et le sommeil, mais le fait de disparaître dans le sommeil, sauf ici quand vous nous écoutez, ou ailleurs si vous vous endormez en écoutant, là vous êtes Absolus, mais le problème, c’est que comme je l’ai dit tout à l’heure, vous passez pas toujours par l’Infinie Présence. Or, le témoin, c’est l’Infinie Présence, ce qui veut dire que quand vous disparaissez, ça vous donne la certitude d’être libérés au moment final, mais pas avant. Parce que celui qui disparaît vraiment – il passe par, même si c’est pas obligatoire, par l’Infinie Présence, sauf en rêve –, et quand il revient, il amène avec lui quelque chose, et ce quelque chose qui est ramené, c’est l’Infinie Présence et c’est ça qui change tout.

Et comme tu le dis toi-même, tu disparaissais jusqu’en 2012, et maintenant tu disparais plus, parce qu’il est nécessaire de voir pour toi qu’est-ce qui accroche encore à cette histoire, et ce corps et cette personne, quelles sont les peurs qui sont cachées derrière. Voilà ce que je voulais dire. Donc, quand vous employez le mot « disparition », n’en faites pas une Libération.

Comme j’ai dit aussi tout à l’heure, vous avez beaucoup de frères et de sœurs aujourd’hui qui sont encore capables de disparaître, de s’aligner et de disparaître, et qu’est-ce qu’ils constatent ? Quand ils reviennent, ils sont encore plus en colère, c’est pas normal. C’est une fuite, c’est une disparition... je ne dis pas ça pour toi. Il faut pas confondre la disparition liée à une fuite, un évitement si vous préférez, et une disparition avec un retour dans un état de béatitude que rien n’altère, sans ça c’est une disparition pour rien, qui traduit certes votre Libération finale, mais la personne est encore présente, largement présente. Vous le voyez bien dans vos comportements de tous les jours maintenant. Voilà ce que je voulais dire à propos de la disparition.

Maintenant, pourquoi tu le vis plus depuis 2012, et pourquoi tu l’as vécu avant, c’est parce que avant de disparaître, il faut…, à l’état de veille, de méditation ou d’alignement, il faut nécessairement, contrairement aux rêves ou d’autres circonstances, passer par le témoin de l’accès à l’Absolu, si on peut dire. Le témoin de l’accès à l’Absolu, c’est l’Infinie Présence, c’est le moment où la conscience s’éteint. Mais si vous passez de l’état de veille à la disparition en écoutant les vibrations, ce que nous vous disons, ou en méditation, si vous ramenez pas, à l’aller comme au retour, le souvenir de cette Infinie Présence, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que, comme l’avons toujours dit, vous êtes libérés à la fin. L’Infinie Présence est la disparition du Soi, mais cette disparition du Soi, qui conduit à la A-conscience, elle doit être consciente. À ce moment-là, tu es libéré vivant et pas libéré-mort. D’autant plus que maintenant, vous n’avez plus les liens aux chevilles et aux poignets, c’est très rare.

Si vous avez disparu sans souvenirs, ça veut dire que la personne s’est réinstallée. C’est comme une expérience passée, vous avez très bien pu, par exemple on a eu des sœurs, des frères, qui nous ont raconté des expériences magnifiques, et qui disaient que cette expérience ne s’est pas reproduite. Ça veut dire simplement que l’Esprit, l’âme, la conscience a recollé au corps et est quelque part identifiée à ce corps et à cette histoire.

J’aurais pas pu parler comme ça quand j’étais incarné, parce que moi aussi j’avais peur de l’Absolu. Je savais que ça existait parce que j’ai fusionné avec le Soleil très jeune, et j’ai d’ailleurs dit qu’il y avait quelque chose derrière. Et bien évidemment, pour le Soi, ce qu’il y a derrière le Soi, c’est le néant, l’horreur, même si on sait que ça sous-tend les mondes et que c’est, manière de s’exprimer je dirais, l’origine de l’Amour. Quelqu’un a décrit tout à l’heure cette Paix qui ne peut pas être comparée à autre chose. C’est tout à fait ça. Quand vous pénétrez ça en lucidité, vous savez que vous avez retrouvé votre domicile, le vrai, et plus rien de la personne ne peut figer ça et ne peut vous raccrocher. Il reste juste des habitudes, encore quelques idées, quelques croyances, mais rien ne vous empêche de le revivre à chaque fois en passant par la même étape.

Les disparitions en écoutant les vibrations, les canalisations, en méditant, qui ne passent pas – quand vous êtes conscients, pas endormis – par cette Infinie Présence où vous avez vraiment vu tout ce qu’il y a avant de disparaître, vous donnent la certitude d’être libérés, c’est tout, mais ne vous leurrez pas entre les expériences et l’état définitif de l’Absolu. Y en a beaucoup qui se sont leurrés avec ça, hein.

L’Absolu connaît tous les mondes, c’est bien la conscience qui ramène le témoignage. Donc, si vous passez de la disparition à la personne, vous n’avez aucun moyen, même si vous le produisez tout seuls, d’être stabilisés dans la Liberté pour l’instant. Ça veut dire que vous avez à passer un certain nombre de choses qui se déroulent en ce moment, qu’il est nécessaire de voir, de traverser, et de ne pas cogiter. Sans ça vous n’êtes pas libres, même si vous avez l’assurance et la certitude de la Liberté. Vous voyez la différence ? Et bien évidemment, le vécu n’est pas tout à fait le même.

Dans le cas du Libéré Vivant, y a une personne qui est un véhicule, mais c’est plus la personne qui contrôle, qui dirige, c’est la Vie, alors que celui qui vit le Soi et qui disparaît en écoutant, il est sûr d’être libéré, mais ça veut dire aussi, puisque maintenant y a plus de liens, que vous avez à passer par certaines étapes dans l’éphémère pour pouvoir arriver à cela, avant la stase.

C’est pour ça aussi que je mettais en garde par rapport à cette période. C’est une période magique, exceptionnelle et merveilleuse, je crois que les elfes vous l’ont dit, mais au niveau de la personne, ça risque de ne pas être la même chose. Mais justement, toutes ces expériences dans la nature, au sein même de la conscience ordinaire, vont vous permettre de relâcher, contraints et forcés, heureux ou pas, tout ce qui fait lien avec la personne et l’histoire de ce corps. Ça, ça fait une petite différence maintenant, parce que vous voyez bien autour de vous, et d’ailleurs y a eu des exemples par rapport à certaines questions, que vous avez des frères et des sœurs qui vibrent toutes les Couronnes, mais y a encore une personnalité.

L’activation des Couronnes, la montée de l’Onde de Vie, si elle s’est arrêtée avant de rejoindre la Fontaine de Cristal, le Canal Marial, fait de vous ce que saint Jean appelait les élus, mais les élus de quoi ? De rien du tout. Les élus sont ceux qui ont élu leur domicile en l’Éternité. Les appelés sont ceux qui seront de toute façon élus, mais qui doivent passer impérativement par des étapes. Ces étapes, elles sont maintenant, dans l’éphémère d’abord, dans la vie de tous les jours, et très vite dans les 132 jours.

C’est pour ça que j’attirais votre attention à faire extrêmement attention à ce qui sort de vous, en colères, en jugements, en contrariétés, en asservissement des uns ou des autres, parce que ça veut dire que là vous allez avoir des choses à passer. La médisance, tous ces petits défauts qui sont pas graves puisque vous vibrez le cœur, mais qui justement vous font sans arrêt poser la question entre le Soi et la Liberté. Le Libéré ne se pose jamais la question d’être libéré, il a retrouvé ce qu’il est. Pour lui, même la Libération ne veut rien dire, ni la fin du monde, ni la fin de son corps. Il est là parce qu’il est là, et vous savez très bien que pour passer le chas de l’aiguille, il faut abandonner tous les bagages, le Christ l’avait dit.

Encore une fois, ça veut pas dire prendre ça littéralement, donner tout son argent, hein, ou tout abandonner, ça veut dire voir les poids qui vous encombrent. Et cette différence, dorénavant, entre le Libéré Vivant avec forme et le Soi qui s’apprête à être libéré, va vous apparaître de plus en plus clairement. Vous voyez ? Autre question.

Question : le « Veillez et priez », pour le Libéré Vivant, est la même chose que quand il était dans la personne ou est-ce plus spontané et sans forcément de demande ?

Je suis pas sûr d’avoir compris, c’est mal exprimé là, hein.

… pour le Libéré Vivant, vivre le « Veillez et priez », est-ce spontané et sans demande ?

Mais le Libéré Vivant est une prière permanente, il a pas besoin d’y penser. Le Libéré Vivant est un état de prière et de communion totale. Il vit sa vie mais il a pas besoin de quoi que ce soit. Il est lui-même le témoin vivant de la prière, du « Veillez et priez ». Le Libéré Vivant, de par la montée de l’Onde de Vie ou par le Feu igné, est en permanence en cet état-là, même s’il joue le jeu de la personne, mais lui il est pas dupe.

Regardez Bidi, vous sentez bien la différence entre la colère, si je peux dire, l’expression tonitruante d’un Bidi, même quand il était incarné – d’ailleurs il me faisait peur hein, j’ai jamais voulu le rencontrer. Oui, c’est normal, il fait très peur, Bidi, à ceux qui se glorifient du Soi, hein, qui sont dans l’ego spirituel, c’est normal. Donc, si vous voulez, le Libéré Vivant veille et prie même s’il ne le veut pas ; il a plus de personne, même si il joue à la personne. Sa conscience, présente dans ce corps, est veille et prière. Même s’il n’a pas les stigmates, même si il dit rien, il a réalisé l’état christique. Lui et son Père, ou la Source, sont Un, réellement et concrètement. Donc le « Veillez et priez », pour lui, c’est un état permanent. Ce qui a été dit dans le « Veillez et priez » concerne les futurs libérés, l’ensemble des frères et des sœurs, éveillés ou pas.

Est-ce que c’est clair ?

Question : si on a vécu la montée de l’Onde de Vie jusqu’à la Fontaine de Cristal, on est libérés de la personne, elle ne peut pas revenir ?

J’ai rien compris.

… la personne ne peut pas recoller au corps ?

Mais sans ça, c’est une illusion, si elle recolle au corps. Je comprends pas bien.

… j’ai vécu l’Onde de Vie complètement, mais je n’ai pas eu la sensation d’être libérée.

C’est exactement ce que je disais tout à l’heure, c’est-à-dire que tu es passée de l’état vibratoire à la disparition, mais il te manque l’Infinie Présence. Vous êtes sûrs d’être libérés, mais là tu n’es pas libérée vivant, sans ça tu te poserais même pas la question. Donc nécessairement tu colles à la personne. L’Onde de Vie vous libère dès qu’elle est montée et, je vous rappelle, qu’elle a franchi le cœur. Chez beaucoup elle s’arrêtait au cœur et elle glorifiait le Soi. Faut qu’elle monte jusqu’à la Fontaine de Cristal, mais si t’es montée à la Fontaine de Cristal, tu as nécessairement vu l’Infinie Présence.

… oui, j’ai vu quelque chose mais…

Non, vivre l’Infinie Présence, c’est pas voir quelque chose. Le Libéré Vivant témoigne toujours, quelle que soit sa religion, de par sa culture, des mêmes concepts exprimés. Celui qui est libéré vivant se pose même plus la question de l’Onde de Vie, de la Fontaine de Cristal et de toutes ces vibrations. Mais tu le vois bien dans ta vie. S’il reste des peurs, s’il reste des addictions, s’il reste des comportements aberrants, comment veux-tu être libre ?

Encore une fois, et je vous ai donné cette précision, il est profondément différent de disparaître en nous écoutant ou de disparaître par une montée brutale de l’Onde de Vie, quoique l’Onde de Vie, en général, elle était pas faite pour disparaître, c’est ce mot « disparition » qui vous pose un problème, hein ? Le Libéré Vivant a le souvenir de ce que certains ont décrit en rêve, cette Paix incroyable. Il sait qu’il est ça, donc la personne, elle peut plus coller. Si elle colle, c’est qu’il te manque un élément au niveau de la conscience ultime, qui n’a pas été ramené, si je peux dire. Beaucoup d’êtres ont vécu l’Onde de Vie, et certains se sont fait avoir en disant : « Ça y est, je suis libéré parce que j’ai vécu l’Onde de Vie. ». Non, l’Onde de Vie, elle a pu s’arrêter au premier chakra, au deuxième chakra, au cœur. Ça te donne l’assurance de la Libération – à la fin.

Encore une fois, ça a été dit de multiples fois, hein, par moi, par d’autres : quand vous êtes libérés vous vous posez pas la moindre question sur quoi que ce soit. Dès que vous vous posez la question de savoir si vous êtes libérés, c’est que vous n’êtes pas libérés, c’est aussi simple que ça. Et puis après, si vos comportements ne traduisent pas cette Liberté telle que vous avez pu la voir chez un Nisargadatta, il y a quand même des vidéos qui tournent, sur lui. Vous avez aussi des vidéos de la Source, de Babaji ; regardez ces êtres, vous allez bien voir si vous êtes comme eux ou pas.

D’ailleurs, si vous vous posez la question de la Libération, quand tu dis : « J’ai pas l’impression d’être libérée », ou tu dis : « J’ai l’impression d’être libérée », c’est pas la vérité, ni l’un ni l’autre. C’est-à-dire que tu as disparu, l’Onde de Vie t’a fait disparaître et t’a donné la certitude de ta Liberté. Ah ça ne veut pas dire que tous ces êtres-là vont passer 132 jours dans la nature, parce que vous êtes beaucoup à aller sur les Cercles de Feu, quand même. Mais encore une fois, en finalité, y a pas de différence, simplement les choses à vivre en tant que personne, avant l’Appel de Marie, et éventuellement durant les 132 jours, n’ont rien à voir avec le Libéré Vivant.

Le Libéré Vivant, il peut d’ailleurs décider de se retrouver dans la nature, sur les Cercles de Feu, ou d’abandonner son corps, ou de partir avec un vaisseau, il fait ce qu’il veut. Mais le marqueur de l’Absolu, c’est surtout, aujourd’hui, votre capacité à être dans l’Instant Présent, à être pleinement présents et conscients ici même, à observer par vous-mêmes qu’il y a aucune peur qui peut remonter, qu’il y a aucune appréhension de quoi que soit, qu’il y a aucune préoccupation de quoi que ce soit concernant l’Esprit. Il peut y avoir des préoccupations sur des voyages organisés, sur ce qu’on va manger, sur ce qu’on va regarder comme film, oui bien sûr, mais au niveau spirituel, c’est le calme total. Vous voyez la différence ?

Vous le voyez chez les êtres directement. Si vous avez un Libéré Vivant qui est toujours en colère, qui est toujours en train de critiquer, qui est toujours en train de manifester des comportements liés à la personne, il n'est pas libéré, il vous ment – il se ment à lui-même avant tout. D’ailleurs, demandez à un vrai Libéré Vivant, il pourra jamais vous dire si vous êtes libérés ou pas, il voit au-delà de tout ça. Est-ce que c’est clair ?

Question : pour certains, l’installation en Éternité semble graduelle, ou par étapes. Cela signifie-t-il que l’âme fait toujours des tournicoti-tournicota ?

Non, c’est fini tout ça. C’est fini tout ça, je vous l’ai dit. L’âme est en voie de consumation, ce qui reste, c’est une personne qui a pas tout vu, dans l’incarnation, dans sa personne, pas dans l’Esprit. D’ailleurs aujourd’hui, indépendamment de ce que vous avez suivi avec nous, pour ceux qui ont suivi récemment ou plus anciennement, vous avez énormément de frères et de sœurs qui n’ont rien à voir avec vous, qui sont dans d’autres courants, nous allons dire, et qui ont perçu que l’advaita vedanta c’était quelque chose quand même de très intéressant. Mais ces êtres-là, ils adhèrent à l’advaita vedanta mais ils sont absolument pas Absolus, quoi qu’ils disent. Les mots qui sont employés, même, traduisent leur erreur, mais c’est pas grave puisqu’en finalité ils seront aussi libérés. Bon, certains ont été recrutés parce qu’ils étaient très bons.

Tous les voyages que vous aviez faits, pour certains, quand vous avez eu la possibilité de faire des voyages en Êtreté, de faire des processus de communion, de fusion, tout ça c’était pour vous donner des preuves, et il était suffisant de vivre le Soi pour le vivre. D’ailleurs c’est intervenu avant que Bidi n’évoque la moindre notion. Avant Bidi, nous vous parlions tout le temps de deux choses : dualité, Unité. Avec l’advaita, c’est la non-dualité, mais ça veut pas dire que c’est l’Unité. C’est bien au-delà de ces concepts d’Unité ou de dualité, y a plus de concepts, y a juste l’évidence de cette Paix Éternelle qui a été vécue et qui est vécue en permanence, quoi que dise la personne.

Mais vous ne pouvez pas comparer la colère ou l’amusement d’un Libéré ; l’émanation de celui qui est libéré vivant n’a rien à voir avec l’émanation naturelle de quelqu’un qui vit le Soi. Quelqu’un qui vit le Soi, il va être sérieux, il va tenir à une rigueur ; le Libéré Vivant, mais qu’est-ce-que vous voulez qu’il ait à faire avec ces cadres ? Il fait ce qu’il veut puisqu’il est plus la personne, même s’il y a une personne qui se présente devant. Ça fait quand même une sacrée différence. Le Libéré Vivant n’a pas besoin ni de méditer ni de prier, il est méditation et il est prière, il est Amour. Vous voyez bien Bidi, malgré sa voix et son physique beaucoup moins avenant que le mien, eh bien c’est quand même l’Amour qui sort, non ? Donc, le physique n’a rien à voir là-dedans, heureusement d’ailleurs hein, sans ça il aurait eu du souci à se faire. Bon, il faut arrêter la médisance.

Question : pourriez-vous nous rappeler ce qu’implique le fait d’avoir déjà été appelé par Marie ?

Mais, ça a été dit : certitude d’être libéré, en finalité. Mais va falloir passer par des choses, pas désagréables hein, j’ai pas dit ça, mais conscientiser les points d’accroche que vous avez créés vous-mêmes au sein de la personne, de l’histoire, du karma, de l’historique, des liens qui existent sur cette terre.

Question : j’ai compris qu’il y a presque deux finalités : pendant les 3 jours, il y a des gens qui sont déjà partis ou qui sont sur les Cercles de Feu, et il y a les 132 jours pour la finalité finale.

Mais la finalité finale, c’est le grille-planète total et terminal, d’accord ? Que vous soyez sur les Cercles de Feu, c’est pas une récompense, hein, faut pas croire que vous êtes plus élus que les autres parce que vous êtes sur un Cercle de Feu. Si vous êtes sur un Cercle de Feu, c’est que vous n’avez pas besoin de rester dans l’environnement de 3D, même si vous gardez votre corps, c’est tout. Mais beaucoup auront besoin de cet environnement 3D pour voir ce qui n’a été vu. Pas le Libéré, parce que le Libéré, il fait ce qu’il veut, mais si le Libéré veut rester hors des Cercles de Feu pour aider les frères et les sœurs souffrants, il a la totale liberté, ça changera rien pour lui.

Je comprends pas quelle est la problématique.

… quand vous parlez de la libération finale, ça veut dire la fin, après les 132 jours ?

C’est ça, mais je vous rappelle qu’il reste un certain nombre de jours, de semaines, de mois, plus 132 jours. Et c’est ces conditions-là qui seront profondément différentes. Pour le Libéré Vivant, non ; qu’il quitte son corps, qu’il aille dans un vaisseau, qu’il laisse son corps aux Dracos, qu’il soit sur les Cercles de Feu en tant qu’enseignant ou simplement pour le plaisir, ça n’a aucune espèce d’importance pour lui, mais c’est pas la même chose pour ceux qui vivent le Soi, même si ils ont disparu. Ils sont sûrs d’être libérés, oui, mais tout le monde est libéré, nous vous l’avons dit, à la fin, mais ce que vous avez à passer n’est pas la même chose. Le Libéré Vivant, il n’a rien à passer, rien du tout, il peaufine en cette période les petits éléments, s’il a envie. Le Libéré est libre, il est méditation et prière, il a pas besoin de méditer, il a pas besoin de prier, il a besoin de rien. D’ailleurs, il cherche rien.

Dès qu’émerge une question en vous, là bien sûr on joue le jeu des questions, mais quand vous êtes tout seuls, s’il y a des questions spirituelles, d’ordre spirituel, qui surviennent, tirez-en les conclusions : vous n’êtes pas libres. Vous serez libérés, mais à l’heure d’aujourd’hui, à l’instant présent, ce n’est pas le cas, c’est l’assurance d’être libérés. Bien sûr, les choses seront différentes après les 3 jours, c’est justement ça qui crée l’assignation et je dirais, le travail, si on peut parler de travail, le chemin que vous avez à vivre durant ces 140 jours, je peux dire.

Question : comment sont les cocons de Lumière d’un Libéré Vivant ?

C’est très simple, il a un corps éthérique, il n’a plus de corps astral, plus de corps mental et plus de corps causal. Si vous le regardez et que vous êtes médium, vous allez voir soit une fantastique Lumière Blanche, mais selon certains éclairages, elle peut apparaître dorée, mais l’aura est avant tout blanche. C’est la blancheur immaculée, style Gemma Galgani ou l’Archange Uriel.

Question : si on veut déplacer sa conscience dans un autre lieu, on imagine qu’on y est et on a l’impression d’y être, on voit ce qui s’y passe, mais si l’âme se dissout il sera plus possible d’utiliser l’imagination pour se déplacer…

Tu dis toi-même que tu utilises l’imagination. L’imaginaire et l’imagination n’a rien à voir avec la Vérité, c’est une projection. Imaginer égale projeter. Même si cette imagination est suivie d’effet, c’est pas la Vérité ça, hein. Se servir de l’imaginaire ou de l’imagination pour créer des choses, c’est quoi ça ? C’est complètement astral. C’est pas le monde des archétypes, c’est pas le Supramental. Tu le dis toi-même : image, imaginer.

… oui mais si, après avoir imaginé être dans un lieu, on se transforme en observateur, il n’y a plus d’imagination qui joue…

Mais le Libéré Vivant ou celui qui a réalisé tout ça, il a pas besoin d’imagination, il est relié directement au monde des archétypes. Il a pas besoin d’images, il a pas besoin d’imaginer quoi que ce soit, il a pas besoin de projeter quoi que ce soit. J’attire ton attention, encore une fois, sur l’imagination, qui est de l’astral, du vent.

… mais s’il n’y a plus d’âme, il n’y a plus d’astral…

Ben le Libéré Vivant n’a plus d’âme.

… et si on n’est pas encore libéré vivant ?

Ben oui, mais y a des âmes qui sont en dissolution ; si vous avez disparu, votre âme, elle est en cours de dissolution, alors, pourquoi veux-tu maintenir des images, ou de l’imagination ou de l’imaginaire ? À ce moment-là tu t’opposes, la personne. C’est l’ego ça, c’est l’ego spirituel, typique, subtil mais typique.

Encore une fois, je ne mets aucunement en cause ton cœur parce que je le vois, mais l’ego s’empare de tout et tant que vous n’avez pas vu votre ego, vous prenez les vessies pour des lanternes. Alors vous allez imaginer des choses, une image, un lieu comme tu dis, l’énergie va suivre et tu dis : « Voilà, ça vibre ». Mais non, mais c’est du pipeau intégral tout ça. C’est les mêmes chimères que les vies passées, le karma et tout ça. Je vous rappelle que le karma a été créé par les Archontes, par ce qui a été appelé les Lipika Karmiques, les Seigneurs du Karma. Heureusement que dans ces assemblées, y avait des Archontes mais y avait aussi des Melchisédech, pour veiller à ce qu’il n’y ait pas d’abus.

Mais ceux qui vous dirigent, quand vous partez et que vous revenez, c’est pas la Lumière, hein ? Parce que si vous saviez ce qu’est la Lumière, mais y a pas de karma qui tienne devant la Lumière, parce que vous êtes piégés par le fait que vous croyez avoir quelque chose à améliorer. C’est toujours la même histoire, purifier un karma, améliorer ceci, améliorer cela. Le Libéré Vivant, ça lui est tombé dessus, il a jamais cherché à s’améliorer, bien au contraire, il n’avait qu’un objectif, c’est l’Absolu, ou la Vérité, et la Vérité elle a toujours été là, l’Absolu aussi, nous vous l’avons toujours dit. C’est l’ego qui t’empêche de le voir et de le vivre, toujours.

Alors si en plus, dans cette phase de dissolution de l’âme collective du monde, tu t’amuses à créer des images, à imaginer, mais tu t’opposes à ta propre Liberté, tu es piégé, tu es enchaîné, par des rêveries, par des choses qui ne sont pas la Vérité. Bien sûr elles sont agréables, mais elles satisfont qui ? Certainement pas ce que tu es en esprit, elles satisfont la personne.

… l’âme se dissout toute seule, donc on sera privés de notre imagination sans effort particulier…

J’ai rien compris. J’ai tout entendu mais j’ai rien compris. Je comprends rien, il faut le formuler autrement.

… n’étant pas libéré vivant, si mon âme se dissout toute seule, je n’aurai pas d’effort particulier à faire…

Tout à fait, mais les efforts que tu fais, tu ramènes ton âme vers la matière. Elle s’est retournée et tu la contrains à travailler sur l’image. L’image, ça avait été expliqué, vous aviez Ma Amanda à l’époque, vous aviez Frère K, il faut réviser vos cours, là hein. Parce que tu crois qu’en faisant des efforts avec ton âme qui est là, ça va l’aider à aller vers la dissolution, toi ? Tant qu’il y a des images et des formes, tu n’es pas libre.

… oui, je ne l’aide pas…

Eh ben, alors fais-le. Tu nourris l’âme dans une polarité qui n’est plus la tienne.

Question : peut-on dire : « Heureux ceux qui n’ont pas vécu grand-chose jusqu’à présent. » ?

Eh oui, mais nous vous l’avons toujours dit, les premiers seront les derniers, les derniers seront les premiers, et c’est le cas. Vous allez voir dans les jours, les semaines, vous avez des frères, des sœurs, de la famille qui ne croyaient en rien, qui étaient même totalement opposés à ce que vous viviez, qui étaient insérés dans ce monde, dans la matière la plus dense, qui du jour au lendemain vont être libérés. Alors bien sûr, ça peut poser questions, mais non, c’est normal. Ils ont pas tout le fatras spirituel que vous avez cru depuis, pour certains d’entre vous, des vies et des vies. Je dirais que la matière brute, la personnalité la plus brute est plus à même d’être fracassée, parce que vous, vous avez des bagages spirituels – et vous y tenez, pour certains, à vos bagages, hein. Vous n’emportez rien, hein, quand vous mourez, aucune de vos expériences, aucune histoire. C’était déjà le cas avant.

Question : j’ai fait un rêve dernièrement : j’allais prendre un train, je n’avais pas de bagages, et les portes se sont fermées juste devant moi.

Oh, c’est la peur d’être en retard pour le grand voyage, tu es terrorisée à cette idée. Mais t’as toujours pas compris et entendu qu’au final vous êtes tous libérés. Et regardez comment l’ego se comporte, il vous insuffle de plus en plus de peurs : vais-je y arriver ? Donc le rêve te signifie qu’il ne faut pas rater le train. Donc, c’est ton ego qui dit, là c’est pas quelque chose qui vient de très haut, c’est simplement tes préoccupations quotidiennes qui se manifestent dans ce rêve, les portes se ferment juste sous ton nez. Ça veut dire que tu es pétrie de peur.

… pourtant je n’ai pas de bagages.

Oui, oui, j’ai bien compris que t’avais laissé les bagages, mais le train il part quand même. T’as laissé les bagages spirituels, mais y a d’autres bagages, qui est l’attachement à ta propre histoire et à ta propre personne, et ça, ça se sent. As-tu fait le deuil de ta personne ? Je parle même pas de Libération ou de disparition, là. Consciemment ici, dans ta conscience ordinaire, c’est pas ailleurs que ça se passe. D’ailleurs c’est simple, je l’ai toujours répété : la peur ou l’Amour. S’il y a de la peur, c’est qu’il n'y a pas assez d’Amour, si y a de la peur, c’est que l’Amour n’est pas là.

… pourtant je n’ai pas la sensation d’avoir peur…

T’as pas la sensation d’avoir peur. Qu’est-ce qui se manifeste quand ta gorge se bloque ? C’est de la peur. Elle est somatisée, donc tu la vis pas en conscience parce que c’était trop dur à vivre, mais c’est ton corps qui la vit, c’est une peur cristallisée. J’ai parlé d’évènements violents au niveau des corps, qu’est-ce qui casse ? Les choses que vous n’avez pas vues. C’est les peurs, la peur de la fin de l’histoire, la peur de perdre les enfants, la peur…. De toute façon, cette peur, vous le savez, c’est les cinq étapes du Choc de l’humanité, le déni. Le problème, c’est que maintenant tout descend de plus en plus dans le corps, et effectivement votre conscience, contrainte et forcée, se libère, se désengage si je peux dire, quel que soit l’état de l’âme. Donc, qu’est-ce qui reste au corps pour vous traduire l’attachement au corps ? Les symptômes du corps.

Vous savez très bien que le Libéré Vivant n’est pas affecté par la douleur, il la sent mais ça fait pas mal, c’est toute la différence. Pour celui qui est dans la personne, il est entraîné par la douleur ; le Jnani, comme dit Bidi, n’est jamais entraîné par la douleur. Regardez Nisargadatta, il avait un cancer de la gorge ; si mes souvenirs sont bons, c’est quelque chose qui fait très très très mal. C’est une douleur terrible, le cancer de la gorge, surtout liée au tabac, enfin à ces trucs là, des espèces de mini-cigarettes qui portent son nom, mais c’était beaucoup plus toxique que le tabac, ce truc-là. Ça l’a pas empêché d’être libéré mais le corps, il a bien fallu qu’il en paie les conséquences. Mais comme il n'était pas son corps, ça n’avait aucune espèce d’importance.

Autre question.

Question : après la mort, le corps est dissout, il rejoint la terre, il est recyclé…

Non, pas du tout. Le corps, là, soit il part dans les frigos des Dracos, soit il part dans les Cercles de Feu, soit il part dans les vaisseaux quand y a des mémoires à récupérer, soit le corps, quand nous disons qu’il est dissout, il est carbonisé – c’est du carbone. Les rayonnements gamma, ça brûle, et là ce n'est pas le Feu Igné, c’est un feu physique. C’est pourtant clair, je vous l’ai dit depuis toujours. Il est pas question de souiller la terre avec vos corps, elle est déjà suffisamment souillée comme ça.

… mais, c’est ce qui se passait de par le passé…

Comment ?

L’heure est arrivée.

C’était les ultimes questions. Alors je vous transmets tout mon Amour, j’aurai peut-être la chance de venir vous tapoter la tête cette nuit. Je vais revenir m’amuser un peu. Y en a qui m’ont posé des questions, là, qui méritent un éclaircissement plus direct, je dirais.

Je vous transmets tout mon amour, et pour certains d’entre vous, je vous dis à tout à l’heure.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:53 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS d'Avril 2017 : complet + PDF

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom