Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Mar 6 Juin - 23:04 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.


Les messages font tous partis des ENTRETIENS de Juin 2017
Ils ne sont pas dans l'ordre de réception, mais d'importance pour le moment présent et la fin des Théophanies programmées
Donc, les 6 premiers seront à lire rapidement avec pour les 3 derniers des protocoles ou attitudes (pour Thérèse) à mettre en pratique rapidement



ENTRETIENS de JUIN   



Nouvelle Tri-Unité : Pentecôte 4 Juin
CHRIST OK
MARIE OK
MIKAËL OK
-----
Maître Ram OK
Un Ami OK
Thérèse de Lisieux OK
URIEL OK
FRÈRE K OK
Yvonne Aimée de Malestroit OK
L'Ancienne des Jours OK
OMA - Q/R 1 OK
OMA - Q/R 2 OK
OMA - Q/R 3 OK
OMA - Q/R 4 OK



LIENS de téléchargement pour le PDF des ENTRETIENS de Juin 2017 :

Sur Sendspace : http://www.sendspace.com/file/wm4sdd

Sur WE TRANSFER : Valable uniquement jusqu'au 1er Juillet : https://we.tl/mZI7m0IPm5



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Dim 25 Juin - 00:18 (2017); édité 16 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 6 Juin - 23:04 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Mar 6 Juin - 23:09 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


Pentecôte 4 Juin : La Nouvelle TRI-UNITE

CHRIST



Que ma Paix soit en chacun de vous.

Frères et sœurs en Éternité, recueillons-nous un instant en la Grâce du cœur. Je bénis chacun de vous en sa flamme Éternelle. En ce jour de Pentecôte, que l’Esprit de Vérité vous comble de ses bienfaits. En l’Amour, j’honore chacune de vos Présences.

… Silence…

Comme cela vous a été dit, l’Ascension de la Terre à proprement parler a débuté le 8 mars 2017. Progressivement, la Confédération Intergalactique des Mondes Libres ainsi que Marie vous ont proposé de vivre cette forme de communion à votre Éternité nommée Théophanie, venant vous rappeler le Serment et la Promesse avant même l’Appel de ma Mère. Où que vous soyez sur cette terre, et de quelque origine que vous veniez, sur le plan de l’éphémère comme sur le plan de l’Éternité, vous êtes chaque jour plus nombreux à vivre la Vérité, vous faisant découvrir que votre Royaume n’est pas de ce monde, que votre Royaume est au-dedans de vous.

En ce jour de Pentecôte, et par la Grâce de la Nouvelle Eucharistie, je dépose au cœur de votre tête l’Esprit de Vérité, le Paraclet. En tant que premier terme de la Nouvelle Eucharistie, aujourd’hui, dès ce jour, le cœur fusionne avec votre tête, mettant en branle chez certains d’entre vous, et chaque jour plus nombreux, le véhicule ascensionnel, vous donnant à manifester, à vivre au sein même de ce monde, les charismes de l’Esprit auxquels, vous le savez, il ne faut pas s’attacher, mais qui sont les témoins indélébiles de votre Présence éternelle à la surface de ce monde.

Je salue ceux d’entre vous qui ont osé franchir les ultimes portes, abandonnant alors tout connu et vivant d’ores et déjà leur résurrection. En ce jour de Pentecôte, la petite Couronne de votre tête, le joyau, se déploie au sein même de l’éphémère, ne donnant plus seulement à voir, ne donnant plus seulement à entrer en relation avec les mondes invisibles à vos yeux de chair. La descente de l’Esprit saint, de l’Esprit de Vérité, vient magnifier la Béatitude et la Félicité de votre renaissance en l’Éternité.

Ma Mère vous l’a dit voilà quelques jours, les tribulations humaines sont en train d’arriver à votre conscience, permettant à la révélation finale de se mettre en place. Chacun de vous est appelé, par la Grâce de l’Esprit Saint, à vivre sa résurrection. Où que vous soyez situés, plus ou moins loin de votre cœur, la même Grâce de la descente de l’Esprit se réalise chaque jour chez un nombre de plus en plus important de frères et de sœurs. Nombre d’entre vous vivez d’ores et déjà la Théophanie de l’Esprit, Théophanie perpétuelle, venant émerger de votre Cœur du Cœur au sein même de ce monde. Là est la Paix, la seule qui soit vraie ; là est la Félicité, la seule qui soit authentique.

Je viens en ce jour frapper à votre porte, accompagnant l’Esprit de Vérité et la Théophanie. Comme vous le savez et comme vous le vivez, ce qui se vit actuellement est la fin d’un monde et la Résurrection en les demeures de l’Éternité, en les demeures de la Félicité. Votre cœur s’élève et ascensionne, vous faisant communier à cet Esprit de Vérité où ne peut subsister la moindre interrogation, le moindre questionnement. Pour nombre d’entre vous, les divers charismes vont entrer en manifestation, vous donnant en quelque sorte à asseoir votre Éternité en cet éphémère qui s’éloigne.

Je suis venu vous inviter en ce jour à rendre toutes les armes de l’ego, à vous insérer en la douceur de la Paix et en la Félicité de l’Éternité. Je viens en ce jour, accompagnant le Paraclet, pour délivrer en vous, si vous m’accueillez, ce qu’il peut rester d’hésitation ou d’incertitude quant à ce que vous êtes en vérité. Car en vérité je vous le redis, ce que j’ai fait voilà deux mille ans, vous en ferez de même et de bien plus grandes encore.

L’ensemble des sociétés de la terre, à travers les cultures différentes, les origines différentes, quelles que soient les croyances, quelles que soient les religions, quels que soient les peuples, je donne à chaque partie de ce monde la possibilité de vivre la délivrance de l’enfermement, de la souffrance et de l’illusion. Je viens vous donner cela dès l’instant où vous acceptez la petitesse de tout éphémère, dès l’instant où vous ne regardez plus en arrière de vous, ni en avant de vous, mais bien exclusivement à l’intérieur de vous, afin d’y découvrir votre majesté, votre grandeur, votre vérité.

Le temps est à l’union mystique avec ce que j’ai porté et accompli pour chacun de vous à la surface de ce monde. En vérité, nul ne peut me connaître s’il ne renaît de nouveau en son Éternité. Être libre, c’est déjà accepter le principe de la Liberté, accepter l’éventualité que rien de ce que vous vivez à la surface de ce monde est véritable, que rien de ce qui vous est connu ou connaissable ne peut être d’aucune utilité pour vivre ce que vous êtes. Ce que vous êtes n’a besoin ni de conditions, ni de croyances, ni d’une forme, ni d’un temps quelconque. Vivre et découvrir la Liberté, c’est être en permanence dans la Félicité et la joie du cœur, sans objet et sans sujet, sans intention, et sans jouer aucun rôle à la surface de ce monde.

Chaque jour dorénavant, je frapperai aux portes de votre Éternité, que cela soit par la Porte KI-RI-STI, que cela soit par la petite Couronne de votre tête, que cela soit directement lors de certaines Théophanies. Je viens inviter chacun de vous à laver ses robes, à se régénérer, à oublier les souffrances, à oublier les deuils, à oublier les résistances, à oublier les influences subies au cours de vos pérégrinations dans cet enfermement.

Il n’y a que vous qui pouvez vous sauver vous-mêmes, dès l’instant où vous vous reconnaissez en me reconnaissant, non pas à travers des rites, non pas à travers des données historiques, mais simplement en votre cœur, en la Liberté. Et rappelez-vous surtout qu’il n’y a rien à sauver au sein de l’illusion, il vous faut effectivement, comme je l’avais dit, redevenir comme un enfant, innocent et pur, quelles que soient les taches présentes en vos vies, quels que soient les déséquilibres. Cherchez votre Royaume qui est au-dedans de vous, et tout le reste découlera de là.

Cela nécessite, pour nombre d’entre vous, de ne plus s’intéresser aux va-et-vient de ce monde, aux jeux de l’ombre et de la lumière présents depuis trop longtemps en ce monde – qui fut libre voilà bien longtemps. C’est en trouvant la vérité de votre Cœur que vous vous libérez et que vous libérez le monde. En me reconnaissant, vous vous reconnaissez, bien en amont de ma présence sur cette terre et de mon histoire, bien en amont de votre toute première fois en incarnation.

La Vérité est simple, tellement simple que tout a été fait au sein de ce monde pour vous en éloigner, pour vous en priver. Aujourd’hui il n’y a plus aucun alibi qui tienne au sein de ce monde, au sein de la société, comme au sein de votre éphémère, pour s’opposer à l’Amour.

Je vous invite à donc déposer vos derniers fardeaux à mes pieds, je vous invite aujourd’hui, par la Grâce de l’Esprit Saint, à vous alléger en tournant votre regard vers l’essentiel. Cela mettra fin, si ce n’est déjà fait, à votre soif de ce monde, à votre soif d’illusions. Il est temps de vous rendre compte, si ce n’est déjà fait, qu’il n’y a strictement rien que vous puissiez connaître des lois de ce monde, qui puisse vous permettre d’y échapper.

Les choses sont dorénavant différentes parce que les Théophanies, quelles que soient les étapes que vous ayez pu vivre jusqu’à présent, et ce depuis trente années, viennent vous démontrer la vérité de l’Amour, la vérité de l’Éternité, et la fausseté de l’amour de ce monde. En effet, il ne faut pas confondre l’Amour de la Vie et l’amour de ce monde, même si nombre d’entre vous avez été séduits par les sirènes de ce monde au travers d’une spiritualité altérée et incomplète, et pour cause. Il est temps de vous découvrir libres, ne dépendant en rien de ce qui a fait votre personne en ce monde, ne dépendant d’aucune de ses règles, d’aucune de ses lois, afin de vous placer, le cœur léger, en la loi de Un.

En quelques semaines surviendra ce qui est nommé le solstice d’été, fête de la Saint-Jean, moment où le soleil rentre, pour vous, en occident et dans l’hémisphère nord, en son règne. Ce règne du soleil nommé « été », va prendre un relief particulier durant cet été de l’année 2017. Ma Mère vous a annoncé le début formel des tribulations humaines. Acceptez cela mais, de grâce, tournez, chaque jour qui va passer jusqu’au solstice d’été, votre regard vers la Vérité, car aucun élément de ce monde au sein de l’éphémère n’est capable dorénavant de vous traduire, d’une manière ou d’une autre, cette Vérité.

La matrice archontique, vous le savez, touche à sa fin – elle est irrémédiable et définitive. Je sais, bien sûr, que nombre de mes frères humains se sont détournés de la finalité de ce monde, croyant avoir à mener une quelconque rédemption dans la perpétuation de ce monde. La Vie éternelle – ce que vous êtes – ne pourra jamais s’accorder avec ce qui est faux, avec ce qui est limité.

Le règne des contrôleurs est terminé. Que vous en soyez conscients ou pas, que vous le refusiez ou l’acceptiez ne change rien à cela, car vous allez découvrir en vérité, si ce n’est déjà fait, que tout est en vous, en votre Demeure de Paix Suprême, en cette Éternité et en cette Théophanie. Tout le reste ne fait que passer et va s’éteindre définitivement, vous apportant la Joie éternelle et définitive. Aucun plaisir de ce monde, aucun gain au sein de ce monde ne pourra jamais vous satisfaire au-delà de votre vie éphémère.

Ce que je viens vous proposer, en cette Pentecôte, c’est de ne plus être affectés par quelque illusion que ce soit, et de laisser l’Amour fleurir en vous en chaque regard, en chaque mot, en chaque circonstance, ne tenant plus aucunement compte de ce qui appartient à ce monde.

Je vous l’ai dit à d’innombrables reprises : vous êtes sur ce monde mais vous n’êtes pas de ce monde. Oubliez ainsi toute culpabilité, toute rétribution nommée karmique ; vous êtes libres de toute Éternité. Très peu d’entre vous ont eu l’occasion, en ce cycle-là, de le vérifier et de le vivre. Aujourd’hui cela concerne la multitude, avec un nombre croissant de frères et de sœurs. Chaque jour qui passe, chaque jour qui s’écoule, vous rapproche collectivement de la Liberté.

Les circonstances humaines de ce monde, en ce mois de juin, vont vous amener à lâcher vos certitudes de sécurité de quelque nature que ce soit, venant vous montrer et vous démontrer que la seule sécurité est en votre Éternité, et cela ne peut s’acheter avec aucun billet, avec aucun sourire, avec aucun rôle, avec aucun appui sur votre personne et sur les lois altérées de ce monde duel.

L’ensemble des religions, l’ensemble des mouvements spirituels organisés en ce monde, ne sont que des travestissements ; la seule Vérité ne peut s’appuyer que sur chacun de vous et intérieurement. Dès l’instant où votre conscience s’appuie sur quelque élément présent en ce monde, vous n’êtes pas libres, vous êtes enchaînés à la loi de karma, vous êtes piégés dans cette matrice qui se défait. La matrice Christique, et cela vous a été dit, est la matrice de Liberté où rien ne peut être enfermé – ni même l’Unité –, en aucune manière. Vous êtes parfaits de toute Éternité, en votre Éternité ; vous serez toujours imparfaits en quelque personne que ce soit, que cette personne soit la plus sainte possible, que cette personne m’ait épousée consciemment, et certaines sœurs Étoiles vous en ont parlé. La seule Vérité ne dépend d’aucune circonstance de ce monde.

En cette Pentecôte, je vous invite à laisser fleurir les fleurs et les Grâces de l’Amour, à laisser apparaître, transparaître, et émerger enfin le Feu Igné au sein de ce monde.

Ce que vous nommez vos champs d’énergie vont se transformer, vous donnant à vivre en conscience comme dans la chair ce qu’est d’être la Voie, la Vérité et la Vie, non pas comme un idéal ou un objectif mais comme une vérité qui s’assène à chaque respiration de votre cœur en vous. Alors je vous le redis aujourd’hui avec d’autant plus de fermeté : « Laissez les morts enterrer les morts. » La seule aide que dorénavant vous pourrez apporter à ce monde, dans sa Libération ou son Ascension, ne peut venir aucunement de l’éphémère. Que cela soit un billet, que cela soit un sourire, que cela soient des mots, ils vous sembleront bien fades et bien inutiles face à la puissance de votre cœur.

Il est temps maintenant de mettre fin à tout jeu au sein de l’éphémère ; il est temps, en ce jour, de finaliser votre liberté ; il est temps aujourd’hui de laisser apparaître ce que vous êtes. Et ce que vous êtes n’a pas besoin de sourires, ce que vous êtes n’a pas besoin de mots, ce que vous êtes n’a pas besoin de justifications ni de démonstrations, car vous êtes la preuve vivante de la Vérité. Rien d’autre ne pourra altérer cette Vérité-là dès l’instant où vous l’accueillez, car c’est vous-mêmes, en définitive, que vous accueillez.

En chaque Théophanie que vous réaliserez avec une intention envers une personne, je serai en vous, venant magnifier et éclairer encore plus la vérité de votre cœur. Alors je le redis aujourd’hui : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. » Le jugement, vous le savez, appartient à la personne et à ce monde, et aux lois de ce monde. Vous ne pouvez pas juger et être libres, car vous ne voyez pas la Vérité au-delà de vos sens et au-delà de vos perceptions.

Vivre la Résurrection en cette période bénie de tribulations, est un espoir et une chance inouïe, non pas en un quelconque avenir mais bien pour vivre cette Félicité ne dépendant d’aucune circonstance, et surtout pas de vos connaissances ou de vos acquis au sein de ce monde, même qui vous semblaient jusqu’à ce jour les plus spirituels et les plus lumineux qui soient, car toutes ces expériences que vous avez menées, toutes ces rencontres que vous avez vécues, n’ont été qu’une préparation à vivre la Vérité qui n’est pas de ce monde.

En ce jour de Pentecôte et en les jours suivants, plus rien ne pourra être travesti ou caché, en vous comme à l’extérieur de vous, mettant bas tous les systèmes de défense, de prédation et d’asservissement résiduels existants.

La fin de la Société des Nations, la fin de la pseudo-harmonie entre les peuples, qui n’est en fait qu’un équilibre entre les avidités de chacun, n’aura plus cours. Le seul recours sera au-dedans de vous. Je vous invite déjà en ce jour, par avance et de manière solennelle, à rejoindre ce que vous êtes et qui ne passera jamais, car tout le reste va passer et s’effacer, laissant l’Amour nu, ne dépendant d’aucune forme, d’aucune personne, d’aucune histoire, ni même d’aucun monde.

La Théophanie de l’Esprit et la Théophanie perpétuelle, comme les Théophanies avec intention, vont rejoindre, comme je vous l’ai dit, la sensibilité à ma Présence en votre cœur, mettant fin de manière forte à tout ce qu’il peut rester de croyances, d’adhésions, d’espoirs présents sur ce monde.

La Vérité se révèle, non plus de manière progressive mais, pour chacun de vous, avec une forme de fulgurance, une forme d’évidence, où il n’y a plus de place pour le moindre mensonge. Or ce monde est un mensonge permanent.

Vous êtes la Vie, mais vous n’êtes pas ce monde ; vous êtes la Vie, mais vous n’êtes aucun attachement à ce monde, en quelque lien que ce soit ou en quelque plaisir éphémère de vos pérégrinations. Mais je précise aussi que chacun de vous est libre de s’établir dans des mondes denses ou de vivre l’Absolu, ou de vivre ce que vous voulez, mais non plus en ce monde, et non plus sur ce monde qui redeviendra le monde de la Lumière dès l’instant où la Terre libérée sera installée en sa nouvelle dimension. La plupart d’entre vous ne seront plus présents sur cette terre, certains d’entre vous y resteront en tant que gardiens de l’Éternité.

Je sais, parce que je le vois, qu’un nombre toujours plus grand d’entre vous n’aspire qu’à une seule chose : c’est le retour en son Éternité. Je vous le dis, celui qui est attaché à ce monde ne peut pas être en la Vie éternelle. Il faut être attaché à la Vie parce que vous êtes la Vie, et quels que soient vos plaisirs, quels que soient vos parcours, quelles que soient vos satisfactions en ce monde, en définitive, pour celui qui est libéré, cela ne représente que des fariboles et des pertes de temps. Vous êtes hors du temps.

Alors je vous le dis aujourd’hui : osez rompre les derniers attachements à l’illusion de ce monde, afin d’être en Vie et en Vérité ; il n’y a pas d’autre voie que celle-là. Mais la Lumière et l’ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, vous rendant à votre liberté, vous laissent libres de vous établir en les expériences que vous souhaitez, mais en aucun cas celles-ci ne pourront se dérouler sur ce que vous avez connu jusqu’à présent.

Nombre d’entre vous qui jusqu’à présent étaient dans le déni et la colère vont retrouver le sourire, parce que ces dénis et ces colères, même si elles ont été éprouvantes pour certains d’entre vous, se dissolvent avec de plus en plus d’évidence pour laisser place à ce qui a toujours été là.

Ne plus être attaché à quelque scénario ou quelque histoire, ou quelque karma, vous affranchit aujourd’hui des lois de la matrice, des lois des archontes. Quelles que soient les apparences de ce monde, quelles que soient ses sirènes, quelles que soient vos possessions, quelles que soient vos expériences, quelle que soit l’intensité de ce que vous semblez avoir vécu, cela ne représente rien au regard de l’Éternité que vous êtes. Alors je vous invite, en ce jour, à vous tourner définitivement en la vérité de votre Cœur, en la vérité de la Vie. La vie à la surface de ce monde est possible, bien sûr, grâce à l’Amour, malgré l’enfermement.

À l’heure où nombre de nos frères et sœurs incarnés dorment toujours, ignorant ce qu’ils sont, il est temps maintenant de venir ébranler l’ensemble de l’humanité au sein de ses certitudes, au sein de ses carcans spirituels enfermés. Nombre d’enseignements vous ont été donnés ; ces enseignements ne visaient qu’à une seule chose : arriver à cet instant le plus disponible possible, le plus authentique possible. Vous êtes dorénavant suffisamment nombreux à avoir vécu cela, et vous serez encore plus nombreux à le vivre par la Grâce des Théophanies dans les jours et les semaines de ce mois de juin qui arrivent.

Rappelez-vous qu’en quelque circonstance que vous ayez à traverser au sein de ce personnage éphémère, que la seule chose qui pourra éteindre votre soif, comme éteindre toute douleur ou toute souffrance, sera votre Cœur et votre Éternité.

Toutes les interactions nommées relations sociétales, relations affectives, relations filiales, relations au système quel qu’il soit, prennent fin. Je vous invite donc à la Paix, à la seule Paix véritable et valable, celle qui est au-dedans de vous, ne dépendant d’aucune circonstance de ce monde, d’aucune aisance, d’aucun confort comme d’aucun inconfort.

Je vous invite à l’Éternité, cette Éternité qui ne peut s’accompagner d’aucune restriction, d’aucune naissance comme d’aucune mort, où aucune souffrance ne peut vous affliger, où aucun doute ne peut se manifester, où tous les choix sont possibles parce qu’il n’y a aucun choix, si ce n’est celui d’être Amour et Lumière. Tout le reste ne sont que des jeux de la conscience.

En ce jour de Pentecôte, je vous invite à la Paix, non plus seulement à la rédemption ou au repentir mais simplement à l’oubli de tout ce qui n’a fait que passer et qui passera définitivement. Ce monde passe mais la Vie ne peut passer, ce monde se clôture, c’est le début de la vraie Vie, le début de la vraie Joie, de la vraie Félicité, le règne de l’allégresse. Celle-ci est intérieure, elle ne peut être comparable à aucune joie de ce monde et à aucun amour de ce monde, qui n’est que travestissement de la Vérité.

Alors je vous redis : « Je vous donne ma Paix », alors je te redis : « Laisse ce qui est mort et ce qui va mourir se détacher de toi, car rien de ce qui meurt ne peut être vrai. » Il en est de même pour votre forme, il en est de même pour tous vos liens et toutes les relations que vous avez établies au sein de ce monde. La seule relation vraie est dorénavant celle de votre cœur à cœur, par la Théophanie, par la Voie de l’Enfance, par le fait de disparaître de plus en plus fréquemment à ce monde. Cela n’est pas triste, ce n’est pas une perte, mais cela est la Vérité qu’il vous appartient de vérifier par vous-mêmes.

Au fur et à mesure que vous disparaissez, au fur et à mesure que vous voyez les illusions de ce monde, vous constatez avec évidence que votre cœur est là, que la Paix est là, que ce cœur à cœur est la seule Vérité. Il n’y a que vous qui pouvez le vérifier. Je viens non pas vous sauver, car il n’y a rien à sauver en l’Éternité, tout est déjà sain et sauf. Seule la personnalité peut encore croire et espérer sauver quoi que ce soit de l’illusion, de la croyance en une évolution de ce qui est parfait en toute Éternité. Voyez le subterfuge des archontes qui a été de vous faire croire que vous étiez imparfaits, que vous deviez réparer, alors que vous êtes la Vie, alors que vous êtes la Vérité. Il est temps maintenant de cesser toutes ces mascarades et de jouer le jeu de la Liberté et de la Vérité, qui n’est pas de ce monde.

En ces temps, et comme je l’avais dit, tous ceux qui tiendront à leur vie au sein de l’éphémère la perdront, tous ceux qui tiennent à la vraie Vie en l’Éternité sauveront ce qu’ils ont trouvé, qui n’a rien à voir avec les lois de ce monde, avec les formes de ce monde, excepté peut-être pour ce que vous avez pu rencontrer au sein de la nature et qui n’a pas été affecté par l’enfermement de l’humanité et par l’enfermement de la Terre.

Alors je vous redis une troisième fois : « Paix à chacun de vous, Paix en la Vie éternelle. »

Le Feu du Cœur, le Feu de la Vérité, le Feu de la Joie entrent en manifestation. Les charismes, quels qu’ils soient, qui vont se manifester ou se manifestent déjà, ne peuvent en aucun cas vous rattacher à ce monde, mais ne peuvent que vous permettre d’être en quelque sorte ancrés en l’Éternité, en la vraie Vie.

Alors, en ce jour, mon cœur exulte, comme le vôtre, de cette Vérité annoncée et retrouvée.

Voyez tous ceux qui maintiennent les fils de ce monde pour ce qu’ils sont : des êtres leurrés par la puissance et le pouvoir de la tête, et qui ont perdu leur Autonomie et leur Liberté. Ils ne sont pas condamnables ni jugeables, car ils pourront dire eux aussi, comme je l’ai fait moi-même : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils ont fait. » Aucun de vos frères humains, aucun de mes enfants porteurs d’une âme au départ, ne peut être jugé. Il peut juste simplement se réadapter à ce qu’il est durant ces quelques mois que Marie vous a annoncés depuis fort longtemps. C’est en cela que vous ne pouvez connaître les tenants et les aboutissants d’un frère ou d’une sœur qui vous semblerait le plus opposé à la Lumière, car vous ne le connaissez pas, car si vous voyez cela, cela veut dire que vous n’avez pas vu au-delà des apparences, ça veut dire que vous ne voyez pas vrai, car sinon il y aurait en vous le même Amour pour chaque conscience, en quelque apparence qu’elle soit, en quelque prétention qu’elle se présente à vous.

L’enfermement ne vient pas des humains, vous le savez, même si certains y ont contribué en jouant le jeu de la prédation, le jeu de l’appropriation, qui n’est rien d’autre qu’une forme d’égoïsme dissimulé. Cela vous avait été expliqué à de nombreuses reprises au travers de toutes les fausses spiritualités. Que cela soit les religions, que cela soit les organisations, que cela soit les mouvements dits spirituels, ils sont tous reliés, sans aucune exception, à ce monde, et donc à l’illusion nommée Luciférienne.

Car à chacun de vous aujourd’hui je peux dire : « Tu es pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église », qui est l’Église intérieure, l’Église extérieure n’étant qu’un succédané qui vous possède dans ses rets, dans ses illusions, dans son travestissement. Il est temps aujourd’hui que je vienne mettre bas, comme je l’ai fait voilà plus de deux mille ans, tous ces marchands du temple, tous ces marchands d’illusions, tous ces marchands d’espoirs, tous ces marchands de rêves qui ne sont pas la Vérité.

Il vous appartient à chacun aujourd’hui, par la Grâce des Théophanies, de ne plus croire et de ne plus adhérer à ces fariboles. Il est temps d’être vrais, plus par moments mais dans la permanence de l’Amour, sans rien chercher à comprendre, sans rien chercher à discriminer. Aimez, aimez par-dessus tout, surtout quand vous ne comprenez pas, surtout quand vous ne saisissez pas, parce que là est l’Amour le plus pur, qui ne tient compte d’aucun préalable, d’aucune condition ni d’aucun objectif. Là est la Vérité, tout le reste ne sont que des travestissements, et en définitive, vous le savez.

Mais l’oubli et la peur vous ont conduits à ces stratégies. Le monde, et la société, régi par la compétition et la prédation, vous a contraints et forcés à vous ménager un espace illusoire de protection ; cela est dorénavant fini. Quel que soit votre âge, quelles que soient vos possessions, vous n’êtes libres que si vous acceptez de laisser mourir et s’éloigner ce qui est destiné à mourir.

Certains intervenants vous l’ont dit, vous n’êtes pas ce corps, vous n’êtes en rien ce qui appartient à ce monde ; il est temps de le vivre avant qu’il y ait des grincements de dents, qui eux aussi, de toute façon, passeront.

Laissez votre cœur être, ne le raccrochez à rien de ce qui appartient à votre personne ou à l’histoire. C’est ainsi que vous êtes libres, c’est ainsi que vous êtes dans la Joie véritable et dans la Félicité. Quoi que vous dise votre personne, quoi que vous disent vos proches, quoi que vous disent vos lois, quoi que vous disent les règles de ce monde, tout cela est faux, tout cela n’existe pas, c’est un songe et un rêve. Alors sortez du rêve et voyez, voyez la magnificence, voyez la beauté de ce que vous êtes et qui jamais ne pourra transparaître au travers de la personne que vous jouez en ce monde.

Alors en cet instant, où que vous soyez, quel que soit le jour où vous entendrez mon intervention de Pentecôte, quel que soit le lieu, qui que vous soyez, je vous donne ma Paix éternelle, je vous donne le pardon, je vous donne ce que vous êtes : cette Paix, ce pardon, cet Amour. Ne vous laissez plus emporter par les sirènes de la spiritualité de ce monde, ne vous laissez plus emporter mais demeurez en la Félicité, tout le reste ne fait que vous encombrer. Voulez-vous la Paix, voulez-vous la Vérité ? C’est celle-là, il n’y en a pas d’autre.

Permettez-moi enfin, en quelque jour et en quelque lieu que vous soyez, de réaliser maintenant, à l’heure de votre écoute, à l’heure de votre lecture, la Théophanie du Christ, accompagnée par l’Épée de Mikaël, accompagnée par la douceur de ma Mère. Daignez accepter l’offrande de la Paix, l’offrande de la Liberté, l’offrande de l’Amour. Prions ensemble, non pas pour demander, car tout est déjà là, mais pour rendre grâce et pour la joie de la Félicité, pour la joie de l’Éternité.

… Silence…

Donnez-vous la Vie, la Vie éternelle où nulle soif ne peut apparaître.

Que ma Paix soit en chacun de vous dès cet instant. Je rends grâce à votre présence, à votre écoute, à votre lecture, je rends grâce à votre Éternité. Je rends grâce, en cette fin des temps de la Terre, à la Vie qui coule en vous, qui est vous.

… Silence…

Accueillons ensemble et célébrons la Nouvelle Eucharistie.

… Silence…

Je vous donne ma Paix, et je vous absous de tout ce que vous pouvez considérer comme un péché, car le seul péché est de croire à l’illusion de ce monde, vous privant de la Vie éternelle et de l’Amour.

… Silence…

Que l’Amour infini de la Vie se révèle en vous et mette fin au moteur de la souffrance, au moteur de l’illusion.

… Silence…

Il est temps maintenant que je me taise et que chacun de vous reste dans ce même silence, en cette Théophanie qui n’a besoin d’aucun mot ni d’aucun support.

… Silence…

Au nom de la loi de Un, au nom de la Vérité, au nom de la Vie, j’honore chacun de vous, surtout ceux d’entre vous qui se sont détournés de ma face, aigris par les mensonges des religions, détournés de la foi par le diable qui n’est rien d’autre que Dieu.

… Silence…

Je vous rends grâce et je vous remercie.

… Silence…


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Mar 6 Juin - 23:16 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


Pentecôte 4 Juin : La Nouvelle TRI-UNITE

MARIE



Je suis Marie, Reine des cieux et de la Terre. Enfants bien-aimés, en ce jour de Pentecôte, permettez-moi de recouvrir chacun de vous de mon Manteau Bleu de la Grâce et de m’installer en votre Canal Marial. J’interviens en ce jour en tant que deuxième terme de la Nouvelle Tri-Unité.

Après vous avoir accompagnés durant le mois de mai écoulé, je viens aujourd’hui pour confirmer ce que vous a énoncé mon Fils.

Je viens, en tant que Mère, vous recueillir dans mes bras, ceux d’une mère aimante ne voulant que le meilleur pour chacun de ses enfants – et le meilleur ne peut être qu’en l’Amour et la Vérité.

Pour beaucoup d’entre vous, les Théophanies vous ont rapprochés de cette Vérité essentielle, de cet Amour infini que vous êtes.

Comme mon Fils vous l’a dit, son bras ne peut plus être retenu.

Que les signes du ciel se déroulent en ce mois ou pas, n’y changera rien, car le temps est réellement venu, maintenant, de mettre fin à toutes les mascarades, à toutes les faussetés, à toutes les souffrances, à toutes les errances.

J’accueille chacun de vous en mon cœur.

En cet instant où vous m’entendez ou m’entendrez, je viens communier à vous au travers de mon cœur de Mère. Je viens vous recouvrir du don de la Grâce, du don de la Vérité, du don de la vraie Vie. Je vous invite, moi aussi, à déposer tous vos fardeaux et toutes vos incertitudes à mes pieds. Je vous invite à être consolés, en quelque peine qui vous afflige, en quelque souffrance que vous puissiez vivre. Je viens y mettre le baume de l’Amour, le baume de la Joie et le baume de l’Éternité.

Mes mots, en ce jour, ne seront pas nombreux car ce qui est important, c’est votre nombre à vous, ce qui est important, c’est ce qui se vit en le silence de votre cœur, en votre intimité, qui ne souffre aucun rapport et aucun support au sein de ce monde. Je viens vous confirmer votre liberté.

Je viens consoler ceux d’entre vous encore attachés aux illusions de ce monde.

… Silence…

Je viens vous soutenir dans la découverte de votre Éternité, dans la découverte et le vécu de plus en plus intense de cet Amour inconditionné qui n’est pas de ce monde et que pourtant il vous faut manifester en ce monde.

Lors de ma dernière intervention solennelle, j’en ai peut-être ébranlé un certain nombre parmi vous, et cet ébranlement fut nécessaire et salutaire.

Je m’adresse à vous aujourd’hui en tant que Mère. Même s’il existe des analogies pour toute mère sur cette terre, cela s’arrête là car vous êtes tous porteurs de ma Vie éternelle, car il y a en chacun de vous la même Vie éternelle et la même Vérité.

Cette Vérité qui ne connaît ni histoire, ni souffrance, ni personne, mais qui est la Vie.

Au sein de la Théophanie de l’Esprit et de la Théophanie perpétuelle, je vous offre le don de la Grâce éternelle qui accompagne votre résurrection en les domaines de l’Éternité, en les demeures de la Félicité.

… Silence…

Je viens vous inviter à vous nourrir de Lumière, à vous abreuver à la Vérité.

… Silence…

Je viens vous inviter à ce qui ne peut être connu au sein de ce monde, et que pourtant vous vivez en votre cœur.

… Silence…

Je viens vous inviter, en cette période de Pentecôte, à être vrais, sans faux-fuyants et sans faux-semblants, afin que tout ce qui peut encore résister en vous, à l’ineffable, puisse être consumé par le Feu de joie de l’Amour.

Je ne vais rien vous demander aujourd’hui, je viens simplement vous offrir mon don de Mère, mon don de Grâce.

… Silence…

Car c’est au sein de cette Grâce que vous pouvez aimer chacun, quel que soit son chemin, quelle que soit sa position au sein de ce monde.

Je viens vous inviter à l’Amour, non seulement inconditionné mais qui aussi ne dépend d’aucune circonstance, d’aucune forme, et surtout qui ne dépend d’aucune personne.

Je viens vous inviter à être en vie, en abondance, en plénitude.

Mes sœurs et moi-même, Étoiles, nous vous invitons à nous inviter, à célébrer avec nous, dès que vous le pouvez, la Résurrection et la Libération.

Par mon Manteau Bleu de la Grâce et par ma présence en votre Canal Marial, par le don de la Théophanie, je vous invite en quelque sorte à la communion perpétuelle à votre Éternité. Cela ne souffre aucun délai, cela ne souffre aucune excuse.

Il y a urgence, au-delà de tout temps et de tout calendrier, à être la Vérité. Il y a urgence à être vrais, il y a urgence à ne plus porter aucun masque, il y a urgence à ne plus être en représentation.

Il y a urgence pour l’humilité, il y a urgence à l’Amour.

Tout le reste vous apparaîtra de plus en plus comme une vaine fatuité, non seulement illusoire mais dégradante pour votre condition éternelle.

Je vous invite à être Ici et Maintenant, je vous invite à voir clair, et je vous invite, comme mon Fils, à la Paix éternelle.

… Silence…

Je vous invite à vous accueillir en votre temple intérieur, à vous reconnaître, à laver vos robes.

Je vous invite, enfin, à ce Féminin Sacré.

… Silence…

Je vous invite à être ce cœur libre, ce cœur en feu, ce cœur en Amour.

… Silence…

Je vous invite à laisser émaner au sein de l’illusion la réalité de votre splendeur, la réalité de votre Amour.

… Silence…

Mon Manteau Bleu de la Grâce vous est acquis, en ce mois de juin. Il est votre sauf-conduit, il est votre rempart contre l’illusion de ce monde, il est surtout votre plénitude.

… Silence…

En chaque mot et en chaque silence que je prononce, se vit cette Communion en Esprit, cette Théophanie, ces signes indubitables que la Lumière est là. Quelles que soient les apparences que joue votre monde, quelles que soient les scènes de théâtre qui proclament la victoire de l’éphémère, ne vous laissez pas leurrer, ne vous laissez pas abuser par quelque sirène de ce monde. Laissez-vous emporter par la joie éternelle de l’Amour. Ne regardez pas derrière vous, ne regardez pas au-devant de vous, ne soyez effrayés par aucun bruit de ce monde, car aucun bruit de ce monde ne peut atteindre votre cœur.

… Silence…

Je vous invite à célébrer ces Théophanies, même si elles sont spontanées en vous, de les poursuivre à chaque instant. Il s’agit d’une Communion perpétuelle à la Vérité. Bénissez-vous les uns les autres, aimez-vous les uns les autres, et aimez surtout ceux qui sont encore égarés et séduits par les sirènes de ce monde.

… Silence…

C’est dans le silence que se révèle ce qui est, c’est en cet instant que la Grâce vous délivre. L’heure est venue de ressusciter en l’Esprit. N’attendez pas mon Appel collectif pour être cela. Cela fait partie des Grâces, comme la Théophanie, décidées par l’Intelligence de la Lumière elle-même, et que nous, de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, soutenons et accompagnons.

… Silence…

Osez. Osez rompre le cercle vicieux de la souffrance et des illusions. Osez être, sans freins ni délai. Osez être.

… Silence…

Cessez d’avoir et de croire.

Cessez vos concepts afin de laisser le cœur libre de s’établir.

… Silence…

Je vous invite aussi au miracle de la Résurrection, au miracle de la vraie Vie au sein même de cette fausse vie, et c’est ce monde qui a été altéré et qui sera rendu à sa virginité première.

Je viens aussi quémander de votre part une attention pour votre Mère, non pas que cela soit indispensable mais cela concourt, de manière indiscutable, à forger votre joie et votre liberté en les demeures de l’Éternité.

Mes enfants bien-aimés, les quelques remontrances et les quelques éléments que je vous ai donnés lors de ma dernière intervention, trouvent aujourd’hui toute leur justification de par l’urgence de la Vérité, de par l’urgence de l’Amour.

La plus belle des actions, en ces temps de la Résurrection, est celle de laisser émaner votre Présence, en silence, sans aucune réaction à ce monde et à ses souffrances. Affirmez votre liberté, affirmez votre Présence, affirmez votre Éternité en étant ce que vous êtes. Là, il n’y a rien à faire de plus ; il n’y a ni travail ni effort, il y a juste un réconfort et une certitude venant effacer tous les conditionnements illusoires de la matière, de ce monde, afin que la vraie Vie retrouve sa place authentique par l’Ascension de la Terre et par votre libération.

… Silence…

Je ne viens rien vous demander pour moi, ou pour la Lumière, ou pour la Confédération ; je viens juste solliciter votre Amour et votre Présence parce que c’est ainsi que vous êtes justes et vrais, parce que c’est ainsi que se forge votre Pilier de Lumière et que se dévoile votre Éternité.

… Silence…

Quelle que soit la gravité illusoire qu’a à vivre ce monde, regardez comme il vous arrive de plus en plus fréquemment, parfois avec surprise, de vivre ce cœur et sa Paix, contrastant peut-être de façon de plus en plus évidente avec votre vie d’avant, avec votre histoire au sein de ce monde. N’est-ce pas là le seul baume véritable ? N’est-ce pas là le seul Amour digne et véritable ? Tout le reste n’a toujours fait que passer, naître et s’éteindre. Vous n’êtes pas concernés par cela. Mon Fils vous l’a redit : « Laissez les morts enterrer les morts et soyez vrais. » Cela ne veut pas dire de vous détourner de vos frères et sœurs qui sont en souffrance ou en opposition, ou en ignorance de ce qu’ils sont, mais c’est ainsi que vous les aiderez, en étant vous-mêmes, en les prenant dans votre cœur, dans le silence, et non pas par des mots, parce que les simples réconforts de l’éphémère n’y suffiront plus – ils n’y suffisent déjà plus.

Votre présence aimante, vos Théophanies, qu’elles soient spontanées, qu’elles soient rares encore, sont des occasions privilégiées de réaliser que même ce que vous pourriez nommer, au sein de l’éphémère, votre pire ennemi, n’est en fait qu’une des facettes de ce que vous êtes. Il ne s’agit pas d’un concept, il ne s’agit pas d’une croyance, mais il s’agit de la Vérité, qu’il vous appartient d’éprouver et de vivre.

… Silence…

Que vous soyez éveillés, que vous soyez libérés, que vous soyez endormis, que vous soyez détournés de ma face, ne change rien. Vous êtes et nous sommes aujourd’hui suffisamment nombreux par notre Présence, par notre Radiance, pour alléger le poids de ce monde et pour redresser, par notre simple présence aimante, l’axe de la Lumière et la vérité de la Lumière, non pas celle de la tête, qui n’est qu’une illusion, mais celle du cœur.

… Silence…

Les tribulations humaines, je vous l’ai dit, mon Fils l’a confirmé, sont en vous. Et c’est au travers de la perte de vos repères habituels – qu’ils soient intimes, proches ou généraux sur la terre –, que vous vous découvrez en lâchant ce qui est mort, ce qui meurt. Vous n’êtes rien de ce qui meurt, vous êtes la Vie, mais cette vie n’a pas à être amputée de votre Esprit, comme c’est le cas en ce monde. Vous n’avez rien à payer, la Vie est don. Il vous suffit de vous donner à la Vie pour mettre fin et solder tous comptes, parce que vous ne devez rien à l’illusion, parce que vous devez tout à ce que vous êtes.

… Silence…

Je viens aussi vous inviter à la générosité du cœur qui émane et rayonne comme le Soleil, sans distinction de forme. Le Soleil abreuve chaque conscience de la Terre, il ne juge pas de ce qui est digne ou indigne de le recevoir. Il donne sans compter, et de manière égale.

De la même façon, en la Félicité de votre cœur et en la Théophanie, vous vous donnez vous-mêmes à parts égales entre chacun de vos frères et sœurs, ne faisant aucune différence entre chacun de mes enfants, ne faisant aucune différence selon la valeur de chacun. Car en définitive, malgré toutes les apparences, chacun a la même valeur, celle de l’Amour, qui ne peut se mesurer et qui ne peut se jauger.

… Silence…

Comme je vous l’ai dit la dernière fois, je reviendrai – et l’annoncerai d’ailleurs – quand cela sera utile pour vous, que cela soit en rapport avec les évènements humains, ou les évènements célestes, ou les évènements de la Terre, afin de vous inviter, dans ces moments particuliers qui se produiront, à demeurer fermement dans la Joie et la Félicité car c’est ainsi que vous aidez le mieux, car c’est ainsi que l’Amour devient un baume, même pour celui qui s’en est détourné ou qui le refuse.

… Silence…

Aujourd’hui, en tant que deuxième terme de la Tri-Unité, c’est exclusivement mon cœur de Mère qui parle.

… Silence…

Je viens vous redire et vous affirmer que les temps sont accomplis, que le temps est venu d’annihiler le temps.

C’est en cela que mon Appel vous cueillera, je l’espère pour un nombre toujours plus grand, en un état de Communion et de Félicité où nulle peur de l’inconnu ne peut vous figer, ne peut vous limiter.

… Silence…

Alors oui, célébrez.

… Silence…

Chantez et riez et dansez, pour la joie de votre résurrection et de la Vie éternelle.

Je viens vous inviter au silence intérieur, de la prière du cœur, une prière d’action de Grâce et d’état de Grâce qui chante les louanges de la Lumière et de la Vérité, ne se préoccupant pas des circonstances particulières parce que la Lumière est comme le Soleil, elle abreuve chacun avec la même intensité. Le résultat en est différent pour l’instant, tant que mon Appel n’a pas eu lieu, mais cela changera très vite, car le plus grand des prédateurs ne pourra que redevenir l’agneau innocent.

Ne mésestimez pas la puissance de la Lumière dans son action de rédemption finale. C’est en cela qu’il ne vous appartient pas de juger quoi que ce soit ou qui que ce soit mais simplement de voir clair. C’est ainsi que vous retrouvez, vous aussi, votre Féminin Sacré maintenant. Il ne s’agit plus d’un acte de cocréation consciente mais d’un acte de mère, car vous êtes en effet à la fois mes enfants mais aussi les parents, responsables de chaque Lumière sur cette terre – qui est en vous, je vous le rappelle.

Soyez aimants, même si cela vous coûte et même si cela vous échappe. Ne pensez à rien d’autre qu’aimer ; tout le reste s’effacera de lui-même, tout le reste disparaîtra. Ne cherchez pas à comprendre les tenants et les aboutissants ; soyez dans cet Amour sans cause et sans raison, envers la nature, envers les fleurs, envers chaque frère, chaque sœur, chaque inconnu, et envers chaque frère ou sœur qui vous semble servir ce qui est opposé à la Lumière, mais qui, en définitive, sert tout comme vous la Lumière, même si vous ne le voyez pas.

… Silence…

Mes enfants, l’heure est à la Vérité, l’heure est au Vrai. L’heure n’est plus au leurre, aux illusions, aux fantasmes et aux rêves, l’heure est à la densité de la Lumière, vous amenant à la Légèreté, qu’aucun poids ne peut alourdir, qu’aucun mensonge ne peut altérer.

… Silence…

Ma Présence en ce jour n’est pas destinée à vous abreuver de mots, ni à vous mettre en garde, ni à vous prévenir, mais simplement à vivre l’Amour ensemble, dans le cœur de chacun.

Il est temps maintenant de vous détourner dans une large part, si cela vous est possible, de tout ce qui concerne ce monde, que ce soit le spectacle de ceux qui s’opposent à la Lumière et veulent vous maintenir dans les rets de l’Illusion, que cela soit le spectacle des agitations, en différentes nations. La Lumière vous invite, et elle vous invitera de plus en plus fortement, à être vous-mêmes, à ne rien projeter en ce monde et seulement d’émaner votre Lumière, à ne rien attendre pour être ce que vous êtes.

Il est temps d’être vrais. Il n’y a aucune porte de sortie vers le mensonge, il n’y a qu’une seule porte, et c’est celle de l’entrée en la Vérité. Où que vous vous tourniez, vous ne pouvez échapper à la Vérité ; où que vous soyez, vous ne pouvez échapper à ce que vous êtes en vérité.

Mon cœur de Mère, en ce jour et au moment et au lieu où vous me lirez ou m’entendrez, se réalise la même bénédiction, la même Lumière, le même Amour, parce que cet Amour-là n’est pas contingenté, ni par le temps, ni par l’espace, ni par la distance, ni même par l’erreur.

… Silence…

Alors nous prions ensemble, chacun de nous, dans la même Unité et dans la même Vérité.

… Silence…

Laissez votre cœur se consumer d’Amour ; laissez-le consumer ce qu’il peut rester de souffrances, de croyances, ou d’illusions.

… Silence…

Je suis avec vous, maintenant et toujours, en l’Éternité.

… Silence…

Je tairai là maintenant mes mots et laisserai dans quelques instants la parole à l’Archange Mikaël. Il vous avait annoncé labourer la Terre et ensemencer les eaux, il est temps maintenant d’ensemencer votre Terre et vos eaux, réalisant la fusion des Éthers, finalisant l’allumage du corps d’Êtreté et l’allumage de ce véhicule interdimensionnel, qu’il apparaisse au sein même de l’illusion, concourant à mettre fin à ses voiles illusoires.

Je bénis chacun de vous en cet instant.

… Silence…

Je suis Marie, Reine des cieux et de la Terre.

… Silence…

Et je me joins à mon Fils, je me joins au Christ, pour vous apporter notre bénédiction commune au sein de nos Cœurs unis, celui du Fils et celui de sa Mère, car là est la perfection, même encore au sein de ce monde, même si cela est illusoire, car elle est le reflet de cette vérité de la Lumière.

… Silence…

Allez en paix.

… Silence…

Vous êtes la Paix.

Je suis Marie, Reine des cieux et de la Terre, et je vous préviendrai avant de revenir vers vous dans un autre cadre.

… Silence…

Je suis avec vous pour toujours. À très bientôt.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Mer 7 Juin - 13:57 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017



Pentecôte 4 Juin : La Nouvelle TRI-UNITE



MIKAËL



Je suis Mikaël, Prince et Régent des Milices Célestes. Bien-aimés enfants de la loi de Un, que la Paix et le Feu de l’Amour soient en vous.

… Silence…

J’interviens en ce jour de Pentecôte en tant que troisième terme de la nouvelle Tri-Unité. Comme je vous l’ai annoncé, voilà de nombreuses semaines que sont ensemencées les eaux de la Terre et que la Terre elle-même est labourée. Aujourd’hui, en ce jour de Pentecôte, par la grâce de l’Esprit Saint, par la grâce du Paraclet, par la grâce de la nouvelle Tri-Unité, j’ensemence vos codes vibraux en résonance à l’Éternité de votre Présence en ce monde.

Le temps est venu de laisser s’éloigner ce qui n’a fait que passer. Le temps est venu d’accueillir l’Esprit de Vérité, accompagné de mon Épée venant trancher et éclairer ce qui aurait encore besoin de l’être au sein de votre Présence.

Accueillons ensemble, si vous le voulez bien, l’Esprit de Vérité, générant alors en ce jour et en les jours suivants une puissance inégalée de perception du Feu Igné, en votre poitrine et en l’Esprit de votre tête descendant au Cœur du Cœur, réalisant la jonction terminale de l’éphémère et de l’Éternel en votre Présence.

Les règles et la dualité inhérentes à ce monde se trouvent aujourd’hui en voie de transformation, du fait de l’intensité de l’Esprit présent sur terre et de l’intensité des particules adamantines ayant conduit, jusqu’à votre intimité, le Feu de l’Esprit.

L’Unité, principe de toute vie libre, se manifeste au sein même de la dualité résiduelle de ce monde en extinction, afin de laisser place à la vraie Vie en l’Éternité. Ce qui se déroule en votre terre, c’est-à-dire votre corps physique, est aujourd’hui directement lié et relié à l’action des quatre Éléments déjà présents depuis de nombreuses années en vous, mais auxquels s’est adjoint dorénavant l’Éther primordial, réalisant l’étape ultime de la fusion des Éthers au sein même de votre corps de chair. Ainsi, la transsubstantiation cellulaire, matérielle, est en cours chez nombre d’entre vous, permettant à la Lumière de ne plus être freinée par l’existence de votre matière, indépendamment de toute notion liée à vos enveloppes subtiles.

La perforation des couches isolantes de votre corps s’achève en ce jour, donnant à chacun la libre possibilité de s’en remettre à l’Esprit de Vérité, afin de laisser en totalité et en exclusivité la Lumière guider vos pas et votre vie.

En cette étape, en ce jour et en les jours suivants la Pentecôte, se réalise en vous, par cette transsubstantiation, l’émergence des nouvelles lois appelées lois de Un, ici même en ce monde où vous êtes, vous donnant à percevoir, à vivre, à ressentir, ce qu’il se produit en ce corps de chair selon que vous êtes alignés à l’Esprit de Vérité ou alignés à votre personnage.

Cette forme de confrontation est une résolution des derniers antagonismes parfois présents encore en certains de vous, correspondant à l’habitude et à l’adhésion à ce monde, de quelque manière que ce soit. Ce regard nouveau, cet état ultime de la conscience manifestée en ce monde, vient littéralement consumer les derniers obstacles à l’émergence de la Lumière au sein de votre chair, comme de votre cœur.

Ainsi se réalise la totalité de la Nouvelle Eucharistie, faisant disparaître une forme illusoire, la remplaçant par la forme éternelle du corps d’Êtreté. Les manifestations liées à cette alchimie se déroulent en votre corps avec une intensité qui n’avait jamais été observée jusqu’à présent. La modification des besoins liés à la corporéité de chair disparaissent les uns après les autres, afin de permettre au cœur de prendre toute la place et tout l’espace de votre Présence.

Par la grâce du Feu Igné et par la grâce du Paraclet, ce processus alchimique touche maintenant l’ensemble de votre vie éphémère, que cela soit dans votre corps, dans vos enveloppes subtiles comme en votre environnement.

Ce changement de règles et de manifestations, au sein même de l’éphémère et avant l’Appel de Marie, vous offre la possibilité de voir clair en ce qui n’avait pas encore été vu pour nombre d’entre vous. Il s’agit là aussi, comme cela a été spécifié lors des Théophanies, d’un ajustage extrêmement fin permettant pour, nous l’espérons, le plus grand nombre d’entre vous présents dans la chair, de vivre ce passage dans les conditions les plus tranquilles, les plus légères et les plus joyeuses qui soient.

Rappelez-vous qu’en ces temps de Grâce et de Théophanie, il n’est plus temps de travailler sur l’histoire personnelle de quelque façon que ce soit, mais de réaliser votre Cœur. Il n’y a plus lieu de chercher la moindre cause pour l’émergence du nouveau qui ne dépend, je vous le rappelle, d’aucune cause ni d’aucune réaction mais est l’expression du libre jeu de la conscience, ici même en ce monde vivant, ce mois-ci, ses ultimes soubresauts de résistance de ce qui est duel.

Vous êtes invités, en ce jour de Pentecôte et durant tout le mois de juin de cette année 2017, à laisser mourir ce qui s’éloigne de vous. Il n’y a rien à perdre, il y a juste à gagner la vérité de l’Éternité, sans effort, dès l’instant où n’existe en vous aucun questionnement ni aucune interrogation sur la réalité de la Lumière et la vérité de ce que vous en vivez.

Remettre son Esprit entre les mains de l’Éternité, c’est accepter, sans regarder en arrière, le neuf et l’Inconnu, qui n’est pas un espoir ni une espérance mais bien déjà, pour nombre d’entre vous depuis de très nombreuses semaines, une vérité inébranlable et inaltérable qui se dévoile à votre rythme. Ce rythme que vous avez vécu, qui était le vôtre durant les Théophanies et jusqu’à ce jeudi inclus, seront remplacées, progressivement ou brutalement selon l’avancée et la synchronicité du déroulement de la scène finale, concernant les signes célestes, les signes terrestres et les signes humains.

Il vous appartient, dès la fin des Théophanies programmées par la Confédération Intergalactique des Mondes Libres et par Marie elle-même, de vivre en Théophanie permanente et perpétuelle. Vous constaterez, si vous adoptez cette règle d’être en Théophanie perpétuelle, que l’allègement, la légèreté, la sérénité et la fluidité deviendront votre lot quotidien dont vous ne pourrez plus vous passer, faisant en sorte que plus rien de ce qui est passé ne puisse attirer votre conscience, de même qu’aucune projection en un futur hypothétique ne gêne la réalisation de l’Éternité au sein de votre Instant Présent.

S’il vous semble exister, malgré la présence du Manteau Bleu de la Grâce et de Marie en votre Canal Marial, des résistances encore présentes, que celles-ci soient manifestées à l’échelon du corps de chair ou manifestées au sein de vos pensées ou émotions, il vous appartient alors de demander mon aide ainsi que celle de l’Archange Uriel pour alléger ce qui doit être allégé.

Les Théophanies réalisées sur demande avec l’Archange Uriel ou avec moi-même seront, dès le 10 juin de cette année, des puissances qui vous seront apportées afin d’aider, si je peux dire, à laisser s’évacuer ce qui est déjà mort. Il vous a été spécifié que le mécanisme final ascensionnel de la Terre a débuté voilà quelques mois, au début du mois de mars. Les Théophanies réalisées depuis neuf semaines, arrivant dans quelques jours à leur terme, signent l’installation spontanée, en chacun de vous, de la possibilité de se tourner vers son cœur sans être retenu par quelque souffrance, quelque croyance ou quelque illusion que ce soit.

Si cela ne vous semble pas facile, ou évident, il vous appartient de vous placer sous la protection de votre Mère et il vous appartient d’appeler Marie, et il vous appartient de réaliser une Théophanie avec le Christ et aussi avec l’Archange Uriel et moi-même. C’est en ces appels et en ces demandes, au-delà même des Théophanies spontanées, que vous vivrez cet allègement avec le plus grand des sourires et la plus grande des joies.

C’est à chacun de vous qu’il appartient de vérifier mes dires, de vérifier l’action de l’Esprit en vous, de vérifier la transsubstantiation de votre corps de chair. Ainsi que vous le constaterez aisément, il n’existera plus d’excuses valables, quel que soit ce que vous avez à mener encore au sein de ce monde, selon que vous avez profession, famille, obligations. Ces obligations, et parfois les fardeaux que vous semblez porter encore, s’allègeront d’eux-mêmes devant l’évidence de ces Théophanies, devant l’évidence de l’installation de l’Éternité, et ce, quels que soient les événements liés aux tribulations humaines.

Je vous invite donc, dès le 10 juin, à vous engager fermement sur ce qui vous est offert et que vous vous êtes offert : la capacité de vivre l’Éternité alors que vous habitez encore un corps éphémère. N’oubliez pas que le corps d’Êtreté est dorénavant présent, que vous le perceviez ou pas, que vous le viviez ou pas. Il vous appartient donc, en quelque sorte, si vous ne vivez rien de cela, d’adopter au niveau personnel une attitude d’esprit où la seule obsession, si je peux dire, présente à votre conscience, est la Lumière, le Cœur, et l’Amour, au-delà même des représentations que nous assumons en tant que nouvelle Tri-Unité.

Vous allez donc découvrir, parfois avec stupéfaction, parfois avec bonheur, mais toujours en acquiesçant, la vérité de l’Éternité, pour ceux d’entre vous qui n’y ont encore pas eu accès. De votre capacité à tourner votre conscience et vos pensées sur la permanence de la Lumière en vous, découlera une facilité plus ou moins grande à vivre cette période du mois de juin. En quelque pays que vous viviez, en quelque endroit de la planète où vous êtes, il faut bien accepter que les tribulations humaines concernent l’ensemble de l’humanité, même si le territoire où vous êtes n’est pas touché directement dans sa matérialité.

Cette transsubstantiation concerne l’ensemble du collectif humain comme l’ensemble de la Terre. Il n’y a aucun lieu, aucun espace où vous réfugier pour tenter d’échapper à l’inévitable qui est, je vous le rappelle, la Joie et la Félicité de l’Éternité.

Dès l’instant où vous aurez entraperçu le Cœur du Cœur, même sans jamais avoir vécu la totalité des Théophanies proposées et réalisées par vous-mêmes, cela ne fera aucune différence, illustrant encore une fois de plus ce qu’avait dit le Christ lors de sa venue : « Les derniers seront les premiers » à se presser vers l’Éternité. En effet, certains humains incarnés dans la chair étaient en sommeil pour ce moment. Nous vous avons toujours dit, nous Archanges, ainsi qu’Étoiles et Anciens, que même si vous n’aviez jamais vécu les processus de montée vibratoire, cela allait changer, et le temps est venu de vivre cela.

Ainsi donc réjouissez-vous, ceux d’entre vous qui jusqu’à présent, malgré leur foi, malgré leur certitude, qui n’ont jamais eu accès à la vérité du Cœur, de pouvoir enfin le découvrir et vous y installer avec aisance et facilité. Il est juste nécessaire et indispensable de simplement tourner le plus souvent possible, à compter du 10 juin 2017, vos pensées sur la Lumière. Penser à la Lumière ne veut pas dire comprendre ou expliquer quoi que ce soit, c’est simplement un acte d’allégeance à la Vérité, d’allégeance à la Lumière et d’allégeance à votre Éternité.

Il ne s’agit pas de prier, il ne s’agit pas de répéter des litanies, mais réellement et concrètement que votre conscience, vos pensées, votre tension vers l’Abandon, soient uniquement dirigées vers la Lumière authentique et véritable, celle qui n’est jamais visible sur l’écran intérieur, excepté parfois par le Blanc. Celle qui jamais, pour nombre vous, n’a jamais été vécue, se révèlera une vérité inébranlable dès la fin des Théophanies de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres.

Rappelez-vous qu’à partir du 10 juin, l’achèvement de ma mission et de mon rôle qui, je vous rappelle, est aussi de céder la place, en cet ultime retournement, à l’Archange Uriel, ange de la Présence et Archange du Retournement. Je suis en quelque sorte, à partir du 10 juin, celui qui vous facilitera l’œuvre de vous abandonner en totalité à votre Éternité. Peu importe la façon dont vous procédez, vous n’avez pas besoin d’invocations, vous n’avez pas besoin de litanies, vous n’avez pas besoin d’autre chose que de votre propre conscience tournée vers la Lumière et vers nous, sans rien demander, sans rien attendre, simplement de diriger votre pensée et votre conscience aussi souvent que possible au sein de vos journées, le soir, au sein de vos nuits si vous vous réveillez, ce qui sera pour beaucoup d’entre vous le cas, illustrant alors à la perfection la phrase du Christ : « Veillez et priez. »

Certains d’entre vous, depuis déjà de nombreuses semaines, vivent de façon certaine ces processus de transsubstantiation. La transsubstantiation se produit dès l’instant où le Lemniscate Sacré, par l’intermédiaire des Théophanies, réalise l’émergence du cœur, si je peux dire, au niveau de la tête, au sein de la petite Couronne où se réalisent la fusion des Éthers et la fusion de l’Éther.

Dès l’instant où votre cœur sera connecté de manière permanente à votre tête, par la perception, cette fois-ci – même pour ceux d’entre vous qui n’ont jamais rien vibré –, de la petite Couronne de la tête, ou d’une douleur dans la zone du sommet du crâne, couplée à une sensation quelle qu’elle soit en votre poitrine, signe pour vous, à ce moment-là, l’obligation de vous établir en cette Éternité. Et vous constaterez d’ailleurs, dès ce moment-là si ce n’est déjà fait, que tout intérêt concernant ce monde disparaîtra instantanément devant l’allégresse du cœur retrouvé, éloignant de vous les préoccupations quotidiennes, les obligations quotidiennes, les croyances habituelles et aussi, éloignant de vous les ultimes résistances, les ultimes illusions.

Cela n’est pas remplacé par un néant mais bien plus par une plénitude et une joie de votre Présence, et ce, je le répète, quelles que soient les contingences de votre éphémère, qui passeront de manière fort naturelle au second plan, et ensuite en arrière-plan. La Lumière, vous l’avez compris, prend donc toute sa place en vos corps de chair. Il n’y a aucune échappatoire. Il ne sert à rien de tenir à quoi que ce soit que vous connaissez, il ne sert à rien de vouloir préserver quelque illusion que ce soit, car aucune illusion ne pourra tenir dans le champ de votre conscience dès la dernière Théophanie programmée achevée. Certains d’entre vous en ont vécu les prémices, éveillés, libérés ou endormis.

Il y a donc un réel soulagement de ce qui est éphémère concernant votre conscience éphémère, devant l’intensité de la Lumière et la révélation vécue en chaque fibre de votre conscience, en chaque fibre de vos corps physiques et subtils, ne laissant place à aucun doute ni à aucune interrogation.

Si toutefois il existait encore des doutes ou le sentiment d’avoir un quelconque choix, c’est dans ces moments-là qu’il convient que votre pensée et votre conscience soient tournées de manière la plus juste et la plus droite vers votre cœur, vers l’Éternité, car à ce moment-là, dès le 10 juin, la Lumière suivra le cours de vos pensées et le cours de votre conscience. Il s’agit là de l’actualisation du Masculin et du Féminin Sacrés, vous faisant rejoindre de manière évidente, au-delà de la vibration perçue par certains d’entre vous au niveau de ce qui a été nommé le 12ème corps ou Androgyne Primordial… cette évidence-là mettra fin, comme je l’ai dit, à toute interrogation et à tout doute.

S’il vous semble ne pas le vivre après le 10 juin, et être encore en interrogation et en questionnement, n’oubliez pas de me demander, n’oubliez pas d’appeler Marie, et n’oubliez pas de tourner avant tout vos pensées et votre conscience sur la Lumière, même si vous ne la connaissez pas, même si vous ne l’avez pas encore vécue. Pour ceux d’entre vous vivant, récemment ou depuis longtemps, les processus et les mécanismes vibraux correspondant à la descente de l’Éternité au sein de ce monde, vous constaterez par vous-mêmes que quel que soit l’endroit où vous vous situez encore aujourd’hui, il n’en sera plus de même au matin du 10 juin.

Ce cadeau-là est destiné avant tout à vous permettre de vivre la tribulation humaine collective sans en être affectés en aucune manière au niveau de votre Éternité. Vous constaterez d’ailleurs avec aisance que plus le tohu-bohu de la terre augmente, plus vous serez en paix et plus vous serez en joie, non pas la joie de celui qui peut voir détruire quoi que ce soit, mais une joie saine, vous montrant la vérité de votre cœur, prévalant et effaçant sur toutes les illusions encore présentes en ce monde.

La Lumière va vous enjoindre, que cela soit en rêve, que cela soit par intuition fulgurante, que cela soit par la voie extérieure d’un ami, d’un frère ou d’un être de Lumière, de vous décider, parce que très bientôt vous ne pourrez plus mener de front et dans le même temps les activités éphémères et l’état d’Éternité. À vous de voir, à vous de décider, à vous de choisir où est la vérité pour vous. Est-elle dans la Vérité immuable du cœur ou est-elle dans l’attraction de la matière et de la vie au sein de cette dimension ?

Vous avez, vous le savez, une liberté totale d’établissement en ce qui vous semble être votre vérité. Toutefois, et vous le savez, l’Appel de Marie viendra nécessairement mettre fin à tout éphémère de manière temporaire, réalisant réellement et concrètement ce qui fut nommé la stase, et qui en réalité est une vraie mort suivie d’une vraie résurrection, soit accompagnée de votre corps de chair transmuté, soit directement au sein de votre corps d’Êtreté, soit au sein de l’Absolu, ne dépendant plus alors d’aucun monde, d’aucune forme ni d’aucune dimension.

Là est votre liberté, mais comme en tout passage, quel qu’il soit au sein des mondes enfermés, la naissance comme la mort sont aussi difficiles l’une que l’autre. Il ne s’agit ni d’une naissance ni d’une mort mais bien d’une résurrection, c’est-à-dire qu’il n’y a rien de nouveau à proprement parler à découvrir, mais juste ce que je pourrais nommer, sans aucune notion temporelle, ce qui a toujours été là, l’Ancien, cet Ancien des Jours et cet Ancien des Nuits qui ne sont en fait que votre Éternité n’étant brimée ni opprimée par aucune servitude ni aucune limite.

Comme vous le savez déjà pour l’avoir expérimenté pour nombre d’entre vous depuis quelques années, la nature, les peuples de la nature, la Confédération Intergalactique maintenant, les Archanges, sont des aides inestimables pour maintenir et nourrir, si je peux dire, cette Éternité, sans faire appel à quelque élément personnel ou du connu.

La Lumière vous appellera de plus en plus précisément. Cela ne deviendra pas simplement une injonction de la Lumière mais l’évidence de la Lumière et de la Grâce, dès l’instant où votre pensée, votre conscience se tournent vers elle. Il suffit simplement d’avoir une pensée pour la Lumière authentique et véritable, une pensée vers moi, une pensée vers Marie, une pensée vers Uriel, pour constater, au-delà de tout protocole et de toute montée vibratoire, la réalité de notre Présence et la réalité de votre Éternité.

Bien sûr, durant ce mois de juin, excepté si l’Appel de Marie survenait avant la fin de ce mois, vous aurez la possibilité de constater par vous-mêmes les différents emplacements de votre conscience, de vos idées et de vos pensées. Dans un cas, vous sentirez l’allégresse et la légèreté, dans d’autres cas, vous sentirez la pesanteur, le malaise et la douleur. Il vous appartiendra alors fort naturellement de décider là où vous êtes le mieux, au-delà de toute entité. C’est un problème intime à résoudre seul à seul, même si nous sommes là, à vos côtés. Car encore une fois, et de manière très actuelle aujourd’hui, il n’y a que vous qui pouvez réaliser cela. Ni le Christ, ni la Source, ni aucun Archange, ni même Marie, ne peut le faire à votre place.

C’est à vous de constater et de vivre ce qu’il se déroule quand vous pensez à la Lumière. C’est à vous de constater et de vivre ce qu’il se déroule si vous retombez dans le fonctionnement habituel de la personne et de votre histoire. Pour chacun de vous, même installé dans la Liberté totale du Libéré Vivant, comme pour celui qui dort, de la même façon, il vous sera donné de constater avec une évidence formelle la différence entre le cœur et ce qui n’est pas le cœur, entre l’Éternité et l’éphémère. Vous n’avez pas besoin d’interroger ni votre mental, ni les cartes, ni un pendule, ni un frère, ni une sœur. Ce qui sera important à ce moment-là, c’est justement cette notion d’évidence.

Ainsi, si je peux le dire, vous aurez en main durant ce mois de juin toutes les cartes qu’il est possible d’avoir. C’est à vous de voir si vous voulez être dans la Fluidité de l’Unité, dans l’évidence de l’Éternité ou dans la résistance personnelle, qui entraînera nécessairement déni et colère à un stade que vous n’avez jamais vécu jusqu’à présent. Il sera alors possible, nous pensons, pour la plupart des humains incarnés, éveillés ou endormis, de choisir ce qu’il leur correspond.

Il vous reste donc, en termes humains, un maximum de trois semaines à compter du 9 juin ou du 10 juin pour établir la vérité de ce que vous êtes. C’est en cette période, durant les tribulations, que se produisent effectivement les plus grandes grâces, parce qu’il n’y aura plus rien à quoi tenir en ce monde. Je n’annonce pas par-là des mécanismes de dissolution catastrophiques. Si ceux-ci se produisent, l’installation de votre conscience dans votre Cœur de manière perpétuelle fera en sorte que rien ne pourra vous affecter, en quelque perte apparente que ce soit, en quelque situation apparente que ce soit.

Rappelez-vous de cela, et ceci est effectivement le plus important : si votre pensée, vos idées, vos actes sont tournés vers la Lumière, alors la Lumière vous comblera ; si vos pensées, vos idées et votre conscience sont tournées vers votre personne, alors la Lumière vous semblera absente et cela se traduira, comme je l’ai dit, par douleurs, résistance, colère ou déni.

Ne demeurez pas dans le déni mais testez par vous-mêmes, réellement et concrètement, même le fait d’essayer, pour ceux qui sont réveillés, de sortir de la Lumière, de re-rentrer dans le personnage, et vous verrez. Vous constaterez par vous-mêmes là où est l’évidence, là où est votre vérité. Ne vous contentez pas de ce que je dis, ne vous contentez pas d’y croire ou de ne pas y croire, je vous invite, ainsi que Marie l’a fait, à vérifier cela par vous-mêmes, car il n’y a que vous qui pourrez savoir et vivre cela, et vous placer. Personne ne pourra le faire à votre place, et vous ne pourrez le faire non plus pour personne, même pour vos plus proches autour de vous.

Il ne s’agit pas d’un moment de solitude mais bien réellement de moments de plénitude, surtout pour ceux d’entre vous qui jusqu’à présent se lamentent de ne pas avoir vécu les processus vibratoires, parce que pour eux cela représente la fin de l’attente, la fin de la croyance et le vécu direct de la Lumière.

Rappelez-vous aussi que s’il y a « personne » et « personnage », il y a, d’une manière ou d’une autre, souffrance et incomplétude. Dès qu’il y a Éternité, il y a Joie, Légèreté et Félicité. Cela n’est pas un concept, il ne suffit pas de dire « je suis dans le cœur », parce que cela ne veut rien dire, ce sont des stratagèmes de l’ego. Il faut vérifier, et il faudra vérifier, dans votre conscience et dans votre chair, quoi que vous dise votre mental et quoi que vous dise votre personnage, si réellement la Félicité est là ou si elle n’est pas là, et de vous ajuster en conséquence.

N’oubliez pas non plus que nous pouvons impulser l’aide initiale mais que une fois cette aide initiale de nos Présences à vos côtés, c’est vous seuls et vous seuls qui faites en quelque sorte cette expérience qui est bien plus qu’une expérience, qui est réellement et concrètement la finalité de la compréhension intime, au-delà de tout mental, de ce qu’est l’Éternité et de ce qu’est l’éphémère. Nous ne sommes pas seulement, maintenant et dorénavant, dans des processus d’Éveil, de vibration, d’expansion de conscience, mais nous touchons là, avec vous, dès le 10 juin, la partie la plus intime et la plus véridique de ce qu’est la Vie et de ce qu’elle n’est pas.

Profitez aussi, bien sûr, des Théophanies spontanées, qu’elles soient rares ou qu’elles soient permanentes, pour tourner – durant même ces Théophanies spontanées, et même programmées – votre conscience, non pas sur la perception de la Lumière par la vibration mais directement sur ce mot : « Lumière ». Si ce mot vous gêne parce qu’en vous il n’évoque rien, si ce n’est la Lumière du jour, alors pensez simplement à « Lumière-Amour ». Ne cherchez pas à comprendre, ne cherchez pas à diriger. Rappelez-vous ce que j’ai dit : la Lumière suit la pensée et suit la conscience. C’est ainsi que vous vous démontrez en quelque sorte à vous-mêmes ce qu’est la Vérité et ce qu’elle n’est pas, au-delà de tout concept, de toute croyance, de toute perception, de toute vision.

Ce mécanisme-là participe en quelque sorte, non plus seulement à l’établissement de l’Ultime ou Infinie Présence, mais directement à l’effacement du Soi et au vécu de ce que vous êtes, c’est-à-dire l’Absolu.

… Silence…

Bien-aimés enfants de la loi de Un, en ce jour de Pentecôte, en cette semaine de Pentecôte, quel que soit le moment où vous entendrez ou lirez ces mots, je vous invite maintenant à laisser le Paraclet bénir le sommet de votre crâne et s’épanouir en votre Cœur du Cœur, et laisser la Lumière et la Joie prendre toute la place.

… Silence…

Je suis l’Archange Mikaël, Prince et Régent des Milices Célestes. Que le Paraclet et la fusion des Éthers soient ma bénédiction en vous.

… Silence…

Je suis Mikaël, Prince et Régent des Milices Célestes. Bien-aimés enfants de la loi de Un, allez en paix en votre Éternité. Vous êtes bénis, nous sommes avec vous, et affirmez et démontrez, par votre simple Présence, votre Autonomie et votre Liberté.

Je rends grâce à votre écoute, je rends grâce à votre accueil, je rends grâce à la beauté de la Lumière.

À très bientôt.

… Silence…



* * * * *  




 

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano

Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Mer 7 Juin - 16:33 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


Maître RAM



Je suis Maître Ram. Sœurs et frères en humanité, communions ensemble, dans le silence et la Paix du cœur, quelques instants.

… Silence…

Voilà fort longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de m’exprimer parmi vous. Tout d’abord aujourd’hui, avant de délivrer ce que j’ai à vous délivrer, permettez-moi de préciser ce que fut mon identité sur cette terre : je fus un fondateur d’une forme de yoga que j’ai remis au goût du jour à mon époque, qui a essaimé surtout en Occident car cette forme de yoga fut particulièrement adaptée au monde occidental et à sa prédominance du mental. Mon vrai nom est Ram Chandra Babuji, pour ceux qui ne m’auraient pas reconnu voilà quelques années. Je ne viens pas vous parler de ce yoga, bien que j’en aie donné quelques éléments à l’époque, concernant le silence et l’introspection de vos journées.

Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé pour vous, et la chose la plus importante concerne bien sûr le processus nommé par Marie « Théophanie », celui qui concourt à vous installer de manière définitive en votre Cœur et en l’Éternité.

Je ne viens pas aujourd’hui vous demander de faire le silence, vous le savez. Je ne viens pas non plus vous demander de regarder vos journées, car cela concerne la personne. Je viens attirer surtout votre attention aujourd’hui sur la quantité de Lumière présente sur la terre. Cette Lumière, vous le savez, est aussi présente en vos Portes, en vos corps physiques et subtils, et en votre conscience.

La Lumière, avant de s’organiser en vous pour restituer votre corps d’Êtreté ou créer les portails interdimensionnels qui apparaissent partout sur la Terre, que cela soit au sein de certains peuples de la nature ou encore sur certaines de vos grandes villes, il vous faut comprendre que la Lumière, avant de s’organiser par son Intelligence, se présente libre, comme des molécules, si je peux dire, dans l’air. Or cet air que vous respirez est aujourd’hui lui aussi chargé de Lumière. Il est donc temps de vous donner quelques éléments qui vous permettent, grâce au souffle, à l’absorption de l’air, à la respiration, de saturer vos corps physiques et subtils de Lumière, afin d’accroître et d’amplifier, si je peux dire, le processus de découverte, de révélation, ici même en incarnation, de votre Éternité.

Aujourd’hui, le souffle ne conduit pas seulement l’air, il conduit, dans l’échelon total de votre poitrine et votre abdomen, les particules adamantines. Ainsi donc, de manière fort logique, si votre amplitude respiratoire devient plus forte, la quantité de particules adamantines ingérées et respirées devient lui aussi plus fort et plus important. Alors bien sûr, il n’est pas question de faire de la respiration une nouvelle panacée d’accès et d’installation de l’Éternité, mais bien plus de fournir les conditions les plus idéales, si je peux dire, de faciliter la disparition de la personne et de vous reconnaître en votre cœur.

La respiration habituelle, je ne parle pas de certaines méditations utilisées dans certaines formes de yoga comme le Pranayama, je parle de votre respiration normale, celle qui est effective quelles que soient vos activités et même dans votre sommeil. Aujourd’hui, il vous est possible d’accroître, si je peux dire, la perception et le vécu de la Théophanie, simplement en respirant de façon plus ample que votre habitude. Les inspirations profondes et expirations profondes, amples, intéressant le ventre, une respiration donc ventrale, profonde et ample, est à même de faire pénétrer dans vos poumons et dans votre ventre encore plus de Lumière.

Jusqu’à présent, les particules adamantines suivaient une certaine logique, et en particulier sur les endroits de votre corps où se situent ce qui a été nommé Étoiles et Portes. Les Théophanies ont permis de faire passer ces particules adamantines de façon plus importante au niveau du cœur, ce qui a été nommé le Feu Igné. Ce Feu Igné, ces particules adamantines, aujourd’hui s’organisent en vous pour allumer, et je crois que cela vous a déjà été énoncé par l’un des membres de la Tri-Unité, consiste à favoriser l’établissement, dans la tête, du cœur, c’est-à-dire que le mental lui-même devient illuminé par la Lumière du cœur.

Cela veut dire aussi que si vous respirez de manière plus ample qu’à votre habitude, avec une respiration ventrale, entrecoupant quelques inspirs et quelques expirs avec une pause respiratoire à la fin de quelque inspir et expir, c’est un nombre qu’il vous appartient de vérifier par vous-mêmes mais il n’y a pas à faire une pause entre chaque inspir et chaque expir, mais de respirer amplement, de manière ventrale et profonde, quelques respirations, et de faire après, une pause respiratoire. Que cela soit à la fin de l’inspir ou à la fin de l’expir ne fait pas de différence, il vous appartient simplement de trouver le rythme adéquat, si je peux dire. Vous allez donc canaliser la Lumière elle-même à l’intérieur de votre corps, non plus seulement sur les Portes, les Étoiles et les structures nommées chakras ou Couronnes, mais directement dans l’organe cœur et dans ce qui a été nommé le Cœur du Cœur.

Vous vous doutez bien que cette technique respiratoire fort simple, par l’accumulation de Lumière à l’intérieur de votre poitrine et de votre ventre, va faciliter, si je peux dire, les passages de l’ego au cœur, c’est-à-dire la mise en action, en service, des 8ème et 9ème corps. Et cela donc facilitera la réalisation de vos Théophanies, et donc facilitera aussi l’accès au Cœur du Cœur et à la Félicité du cœur.

Pour nombre d’entre vous, vous découvrirez que la respiration aujourd’hui n’est pas seulement un acte, comme dans le Pranayama, de la libération de certaines tensions, mais bien plus permet avec plus de facilité d’installer la conscience au sein de l’Éternité et de la disparition.

C’est dans cette respiration que le silence intérieur se fait et que vous constaterez avec plus d’aisance peut-être, que les pensées, les émotions, le corps, sont moins présents dans ces moments-là, s’éloignent de vous. En fait, c’est simplement votre conscience ordinaire, qui est assujettie à ce corps, qui se déplacera et se concentrera dans l’ensemble de votre poitrine. À ce moment-là, vous constaterez aisément que la Félicité s’installe avec plus d’évidence, plus de profondeur, plus de silence, et aussi, en définitive, avec plus de spontanéité.

Cette respiration peut se faire aussi bien par le nez que par la bouche, cela ne fait pas de différence car il ne s’agit pas ici de mettre en œuvre des circuits alternés du Pranayama mais bien plus de faire rentrer, en quelque sorte, un maximum de particules adamantines à chaque souffle, suivi par un temps de pause. En général, il faudra effectuer entre 4 et 8 cycles respiratoires inspir-expir avant de faire la pause respiratoire. Cette pause n’a pas besoin de durer longtemps. Là aussi le temps est variable, mais je dirais, d’une manière générale, que quelques secondes de silence respiratoire suffisent, afin que les particules adamantines ne fassent pas que rentrer et sortir en vous, mais de par leur quantité plus importante inhalée et ingérée, celles-ci aient le temps de se métaboliser, de se fixer sur vos structures d’Êtreté.

Ceci est réalisable maintenant et sera d’autant plus évident pour vous après la dernière Théophanie programmée. Mais d’ores et déjà, vous pouvez vérifier par vous-mêmes, comme toujours, les effets qui se produiront et les modifications sur vos corps physiques et subtils, mais aussi sur votre conscience.

Cet outil, ce moyen que je vous communique aujourd’hui, est la suite logique de ce que j’avais appelé à l’époque « la réponse du silence ». Cette fois-ci, cela vous conduira à expérimenter la réponse de la Lumière. La Lumière authentique ne répond pas en vision, elle peut répondre en vibration, mais elle répondra surtout par la qualité de votre félicité, de votre béatitude, dans ces moments-là.

Vous pouvez faire cela aussi bien assis que couchés, mais vous pouvez aussi faire cela en activité éphémère quelle qu’elle soit. Vous en constaterez d’ailleurs les effets aussi sur l’extérieur. Quant à la fréquence, c’est à vous aussi de décider. Il est bien évident que quand la perception de la Félicité, l’état de Félicité sera permanent, la respiration, vous l’observerez, se modifiera d’elle-même pour adopter en quelque sorte ce cycle que je viens de vous expliquer, avec des respirations qui deviendront spontanément ventrales et spontanément plus amples.

Certains d’entre vous seront amenés à répéter cela plusieurs fois par jour pour en sentir les effets, d’autres n’en auront pas besoin, et d’autres encore n’auront besoin que de le réaliser une fois, pour voir les mécanismes qui sont à l’œuvre et que ceux-ci se reproduisent spontanément, sans intervention de la direction et de l’amplitude de votre souffle.

Vous remarquerez aussi qu’à ce moment-là, ce qui a été nommé les « charismes innombrables » liés à l’Éternité, feront de vous quelqu’un qui s’exprime librement, sans réflexion, sans cogitation. Là est la spontanéité de l’expression du cœur, qui ne fait aucun calcul, qui ne prépare rien, qui n’anticipe rien et se contente de laisser sortir le souffle, le Verbe, et donc l’Esprit du Soleil.

Que cela soit dans le silence ou dans l’expression de vous-mêmes, en quelque situation que ce soit et en face de quelque personne que ce soit, vous sentirez alors, sans le désirer et sans le vouloir, que la Théophanie se réalisera d’elle-même sur une situation, sur la personne avec laquelle vous entrez en interaction ou en transaction, de façon naturelle.

Ceux d’entre vous qui ont eu l’occasion de vivre ce qui fut nommé à l’époque des « décorporations », des voyages dits astraux ou, plus proche de vous, dans les années des Noces Célestes et suivantes, les processus de délocalisation de la conscience et de communion, vous seront donnés d’être vécus dans la chair, sans sortir de ce corps, mais c’est exactement le même processus que vous avez peut-être vécu voilà quelques années, simplement celui-ci se produit directement dans votre corps. Vous n’avez pas besoin d’être allongés, vous n’avez plus besoin de méditer, vous êtes, pour la plupart, déjà à l’intérieur de votre cœur, même si ce n’est pas de façon définitive et que, comme vous l’a dit la petite Thérèse (*), vous observiez de manière de plus en plus flagrante les différences entre les conduites de la personne et les conduites de votre cœur.

… Silence…

Voici la réponse maintenant, non pas à vos questions mais la réponse à votre mental, de ce qu’est ce souffle de vérité, ce Verbe et cette respiration.

… Silence…

Je vais donc vous demander maintenant, à vous aussi qui lisez, qui écoutez, qui êtes présents, de réaliser ensemble, chacun à son rythme propre, cette respiration :

Le ventre se gonfle à l’inspiration avant les poumons, de manière beaucoup plus ample que ce que vous réalisez spontanément comme respiration. Vous ne faites pas d’arrêt entre l’inspir et l’expir ni entre l’expir et l’inspir. Faites cela quelques fois. Au bout de quelques respirations, vous allez sentir le besoin qu’impulse votre corps, de suspendre votre inspir et votre expir.

… Silence…

Vous pourrez d’ailleurs constater que lorsque la respiration se suspend, celle-ci peut être suspendue pendant un temps beaucoup long que ce que vous pouvez faire par vous-mêmes. Je ne parle pas bien sûr de quelques minutes, mais d’un intervalle beaucoup plus long que ce qui pourrait se produire spontanément, si vous le décidiez. C’est à ce moment-là que les particules adamantines passent la Porte OD et s’installent dans le cœur en activant la Porte ER et aussi la Porte KI-RIS-TI. C’est là que se vit la Félicité du cœur.

Ceux d’entre vous qui vivent cette Félicité du cœur de manière quasi constante et permanente pourront aussi trouver, à travers cet exercice, une amplitude plus grande d’éloignement du personnage, ainsi qu’un renforcement de la puissance de cette Félicité. De plus, et dorénavant, la respiration sera un des éléments qui vous permettra d’éviter, si je peux dire, la disparition complète qui se produit chez nombre d’entre vous lors de vos alignements, de vos Théophanies, ou encore en nous lisant ou en nous écoutant. Vous demeurerez lucides, au seuil, si je peux dire, de l’Absolu, dans l’Ultime Présence, qui permettra alors, lors du retour en vos activités, si vous faites cette expérience dans le silence, c’est-à-dire non en relation ou en transaction avec une situation ou personne, qu’à ce moment-là tout ce qui appartient à l’éphémère vous semble très lointain, comme de vagues souvenirs, même ce corps physique vous semblera tellement loin de ce que vous êtes et pourtant, vous serez en plein Cœur du Cœur de ce corps physique.

Vous constaterez bien sûr les effets sur le déroulement même de votre vie de l’éphémère où la Fluidité de l’Unité et l’installation de la Lumière-Christ en Unité et en Vérité se fera avec plus d’acuité et plus de manifestation.

Vous l’avez compris, depuis les Théophanies, les particules adamantines ne sont plus seulement au niveau des Portes, au niveau des Étoiles, sur les chakras ou en certains lieux de votre corps. D’ailleurs nombre d’entre vous, indépendamment des piliers de Lumière, vivez lors des Théophanies ou en dehors, des manifestations énergétiques au niveau des jambes, mais aussi au niveau des bras, qui traduisent simplement la disparition de cet éphémère, remplacé concrètement par la Lumière.

Nombre d’entre vous, d’ailleurs, ont déjà eu la surprise, et l’auront, de voir en surimpression de leur corps physique, s’ils ouvrent les yeux, leur propre corps d’Êtreté. Vous pourrez même avoir la surprise de constater que votre bras physique ne bouge pas, mais que votre bras d’Êtreté peut se déplacer librement. C’est ainsi que se transfère la conscience du corps éphémère au Corps éternel au moment de l’Appel de Marie et au moment de votre libération, que celle-ci ait lieu durant l’Appel de Marie, durant les tribulations ou, in fine, sur les Cercles de Feu.

Il existe donc un processus réel et concret de ce qui est nommé la mort, mais s’accompagnant d’une lucidité de ce passage qui fait toute la différence par rapport à ce qui est nommé la mort depuis toujours, parce que là il ne s’agit pas d’une mort, il s’agit d’une résurrection. Le corps de gloire, le corps immortel, le corps sans couture comme vous le nommez en Occident, sera donc visible, quel que soit le devenir de ce corps et ce, dès la dernière Théophanie achevée.

La respiration vous donnera accès, donc, au passage de l’éphémère à l’Éternel, par l’intermédiaire de la Porte Étroite ou Porte OD, de manière évidente, et c’est justement en vivant cela de cette façon, sans disparaître, que vous saisirez et vivrez les mécanismes à la fois de la Félicité et de la présence de l’Éternité. C’est ce qui mettra fin, avant même l’Appel de Marie, chez nombre d’entre vous, à toute souffrance, à tout questionnement, à toute interrogation, car vous aurez l’intime preuve que vous êtes devenus cette Éternité et qu’il n’y a rien à retenir de l’ancien, rien à garder, rien à conserver.

Exercez-vous à cet exercice fort simple en différentes occasions et circonstances, jusqu’au moment où votre cœur deviendra Félicité dans votre conscience. Ces mécanismes de la Liberté et de la Libération sont différents des étapes préalables que vous avez peut-être vécues depuis quelques années ou plus récemment. Toutefois, ce processus vous donnera à vivre une acuité que vous n’avez pas encore vécue, surtout pour ceux d’entre vous qui ont l’habitude de disparaître quasi instantanément et d’avoir parfois la frustration de ne rien ramener de ce qui ne peut être connu et qui est inconnu.

En cette semaine de Pentecôte telle que vous la fêtez en Occident, cette nouvelle possibilité va s’ouvrir progressivement parmi l’ensemble de l’humanité, éveillée ou pas. Vous aurez la surprise de constater que certains frères et sœurs humains adoptent spontanément cette respiration, sans même avoir vécu quoi que ce soit concernant les mouvements de la conscience, l’énergie ou le Vibral, que nous nommons, nous, le plan de la Citta, c’est-à-dire l’énergie Supramentale.

Ainsi, vous avez à disposition, au-delà du Yoga de l’Unité et de la Vérité tel qu’il vous avait été délivré par Un Ami, une technique maintenant beaucoup plus directe pour maintenir en quelque sorte l’Éternité, en éloignant de vous le personnage, la personne, et l’histoire. Il vous appartient de vérifier mes dires, c’est ainsi que vous aurez en quelque sorte la preuve de votre propre Éternité en manifestation, en incarnation et en révélation.

Nous sommes ici dans quelque chose qui n’est pas adapté à ce monde. Il ne s’agit pas d’un yoga pour trouver une place au sein de la personne et un bien-être, il s’agit simplement de découvrir la véracité de l’Éternité, du corps d’Êtreté et de la Félicité du cœur.

Vous constaterez, comme je l’ai dit, au moment où la respiration s’arrête d’elle-même, pas dans les premières expériences mais un peu plus tard, ce qui peut être très rapide, que vous avez cette Félicité qui est là et que le souffle lui-même n’est plus ample, ni profond, ni ventral, mais devient extrêmement lent, ralenti à l’extrême. Il en sera de même, je vous en préviens car vous pourrez le constater, au niveau du rythme cardiaque qui ralentira lui aussi. Vous savez d’ailleurs que ce sont des exercices qui sont prônés dans différentes formes de yoga, puisque certains yogis arrivent, par la volonté, à arrêter aussi bien la respiration que le cœur.

Vous constaterez alors, au moment où vous mènerez ces expériences mais aussi après, de manière plus durable, que votre souffle et votre manière de respirer a changé, que les battements du cœur se modifient et deviendront, d’une manière générale, beaucoup plus lents ; même si vous absorbez du café, si vous fumez, et vous savez que dans ces cas-là le cœur est plus rapide, il ralentira là aussi. Ne soyez pas inquiets, et vous le ne serez pas d’ailleurs, car au moment où le cœur ralentira et la respiration passera en un souffle très fin, la Félicité émergera. Il n’y aura aucun doute possible au moment où vous le vivrez. S’il existe le moindre doute à l’issue d’un exercice, c’est que vous n’y êtes pas arrivés.

Je vous rappelle que la Félicité, la Béatitude du cœur, est notre nature profonde, notre véritable et unique Vérité. C’est cela qui va vous être proposé de vivre durant ce mois de juin, et peut-être un peu plus longtemps selon, bien sûr, et vous le savez, les signes célestes et ce qui a été nommé l’Appel de Marie.

Mettez à profit chaque jour qui passe pour installer votre Éternité et laisser disparaître vos souffrances, vos maladies, vos peurs, votre mental, et vos émotions, et vous découvrirez alors la plénitude de la Joie, ce que j’ai nommé Félicité ou ce que nous nommons ensemble la Béatitude de l’Esprit révélé.

Cela participe aussi et va dans le même sens que ce qu’a éclairé et vous a dit Thérèse de Lisieux (*).

Voici maintenant ce que vous dit le Verbe, le souffle de l’Esprit :

… Silence…

J’arrête là mes mots parce qu’ils n’ont pas besoin de plus d’explications. S’il existe en vous, à la suite de vos premières pratiques, des questionnements qui surgissent, si cela est le cas, je vous invite à confier ces questionnements au Commandeur quand il sera avec vous, pour y répondre.

Quant à moi, je vous propose simplement de nous installer dans cet état si paisible de la Félicité. Cela est notre façon commune de nous saluer, ici comme partout.

… Silence…

Je suis Maître Ram, je salue votre Éternité, je vous donne ma Paix et j’accueille votre Éternité, et j’accueille votre Paix. Maître Ram retourne lui aussi, maintenant, au silence.

Au revoir.

… Silence…


* * * * *


(*) Ndr : la canalisation de Thérèse suivra.




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Jeu 8 Juin - 01:32 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.

Entretiens de Juin 2017


UN AMI



Je suis Un Ami. De mon cœur à votre cœur, la Paix et la Joie.

… Silence…

Je rends grâce à votre présence et à votre accueil.

… Silence…

Mon intervention de ce jour s’inscrit dans la suite logique de ce que vous a dit l’Étoile Thérèse (*), ainsi que Maître Ram. Voilà de nombreuses années, je vous ai communiqué un certain nombre de yogas. Aujourd’hui je me propose de vous communiquer un certain nombre d’éléments qui sont d’ailleurs directement issus de ce yoga de l’Unité et de la Vérité, afin de vous assister par vous-mêmes, en votre Éternité.

Ainsi que l’a dit Maître Ram, les particules adamantines sont présentes dans l’air. Elles sont présentes en vos Portes et vos Étoiles, elles sont présentes dans l’air que vous respirez, et dans une certaine mesure aussi, en les aliments que vous absorbez, certains d’entre eux bien sûr. Je parle bien sûr de ce que vous nommez culture biologique, et aussi en ce qui concerne les aliments végétaux cultivés à la lumière du soleil, sans interposition de voiles, de vitres, bref, de ce que vous nommez serres.

Mon but est de vous permettre, de la même façon que ce que vous a dit Thérèse (*) ou Maître Ram, de vous permettre d’assoir là aussi votre Éternité au sein même de cet éphémère. Les particules adamantines, au niveau de votre corps physique, ne sont plus seulement localisées au niveau des Portes et des Étoiles mais commencent à alchimiser, si je peux dire, votre propre corps éthérique et votre propre corps physique.

Jusqu’à présent, le Yoga de l’Unité utilisait gestes et postures permettant de laisser passer la Lumière. Depuis les Théophanies, il va vous être possible, en vous servant simplement de vos mains, et dans le silence, en les plaçant à certains endroits, d’assoir si je peux dire votre Éternité. La première étape va consister à réaliser la jonction, vibrale, entre les Portes nommées Précision et Profondeur situées dans vos plis de l’aine, et les Portes AL et Unité situées à votre poitrine.

Vos mains abritent un certain nombre de particules vibrales, ce qui n’était pas le cas au moment où je vous ai dévoilé le Yoga de l’Unité et le Yoga de la Vérité. Vous avez donc aujourd’hui la possibilité, avec vos propres mains, de drainer la Lumière, si je peux dire, jusqu’à votre cœur. La métabolisation de l’énergie vitale, vous le savez, se fait préférentiellement par ce qui a été nommé le chakra de la rate, et qui a été nommé par nous, la Porte Attraction.

L’énergie vibrale pénètre sur l’ensemble de vos Portes. Les Portes des plis de l’aine nommées Précision et Profondeur vous donnent un regard plus lucide sur l’Éternité au sein même de votre personnage et de votre personne. Ainsi donc, placer les mains successivement sur ces plis de l’aine et les ramener ensuite au niveau des Portes AL et Unité, en évitant cette fois-ci les Portes Attraction et Vision, permet de canaliser l’énergie des profondeurs et leur fonction d’accès à la Profondeur, non plus au niveau du corps de chair mais directement au niveau du cœur.

Ainsi, en plaçant vos mains tout d’abord sur Précision et Profondeur, en les laissant appliquées sans rien faire d’autre – en un temps qui est aussi là très variable et qui dépend de votre propre perception et de votre propre vécu –, et en les amenant ensuite sur AL et Unité, vous allez entraîner, si je peux dire, la Précision de l’Esprit et la Profondeur de l’âme à se révéler au sein de votre personnage. Il suffit donc de placer les mains aux deux premiers endroits, Précision et Profondeur, et de les placer après sur AL et Unité. Ceci est le premier geste.

Le deuxième geste qui complète ce Yoga de l’Éternité, si je peux dire, va consister à placer votre paume de main gauche à la pointe du sternum sur la Porte OD, tandis que votre paume de main droite viendra, elle, se poser à plat sur la Porte ER, au-dessus du chakra du cœur. En faisant successivement ces trois postures de vos mains, vous allez drainer l’énergie vitale et vibrale en votre cœur, permettant alors de vous éloigner là aussi de votre personne et de l’éphémère.

Ceci est une aide. Ceci ne va pas, bien sûr, réaliser la Libération mais va vous fournir, de même que la respiration et la Voie de l’Enfance, telles qu’elles ont été exprimées, des opportunités supplémentaires et complémentaires qui permettront à nombre d’entre vous de stabiliser le Cœur d’Éternité, le corps d’Êtreté, votre Infinie Présence, et de vivre avec peut-être plus d’évidence le processus nommé Théophanie.

Vos mains devront être au préalable passées sous l’eau, je dirais depuis les coudes jusqu’à l’extrémité des mains, l’eau devant descendre de vos coudes jusqu’aux extrémités des mains. Il n’y a pas besoin de savon, il y a besoin juste d’une eau qui coule, quelle que soit cette eau, ce qui permettra d’activer, sans rentrer dans les détails, les circuits de distribution de l’énergie vibrale en la périphérie de vos membres. C’est ensuite qu’il conviendra de poser les mains aux endroits que je vous ai donnés et dans cet ordre successif.

Je ne peux pas préciser la notion de temps, car cette notion de temps est très variable et très différente pour chacun, et je dirais même pour chacun chaque jour. C’est à vous là aussi, comme l’a dit Maître Ram, de vérifier ce qu’il se produit simplement en plaçant vos mains à ces endroits successivement.

Les Portes Précision et Profondeur sont bien évidemment en rapport, de par leur localisation, avec les Portes situées autour du sacrum. Il s’agit donc de faire rejoindre le Feu Vibral de la Terre, et de l’adjoindre au Feu Vibral Igné de votre cœur, permettant en quelque sorte de ramener l’ensemble de la vibration, l’ensemble de la Lumière adamantine, par ces simples gestes, à votre cœur, de la même façon que par le souffle – qui pourra d’ailleurs y être couplé de la façon dont vous a décrit Ram –, vous permettra de sentir, concrètement, votre cœur organe, mais aussi votre cœur d’Éternité.

Vous constaterez aussi qu’il y a une facilitation et une intensification des Théophanies que vous connaissez peut-être d’ores et déjà. Je dirais qu’une durée moyenne d’une dizaine de minutes pour la totalité devrait amplement suffire, mais encore une fois, ce n’est qu’une moyenne et ce n’est pas une règle qui peut être appliquée à chacun.

De la même façon que vous avez probablement observé que chez nombre d’entre vous, à de multiples reprises, vous avez l’impulsion ou le besoin de placer votre main sur votre cœur. Ce geste spontané que nombre d’entre vous réalisent, vise aussi, sans que vous le sachiez, à renforcer la présence de la Lumière, la présence de votre Éternité au sein même de votre personne. L’action latérale partant des Portes Profondeur et Précision va réaliser une alchimie très particulière au niveau de votre poitrine, entre le cœur organe et le Cœur d’Éternité qui vous a été nommé comme le tétrakihexaèdre. Vous allez non seulement créer un afflux de particules vibrales dans votre cœur, mais en plus permettre au cœur physique de ralentir et au cœur d’Éternité d’entrer en vibration et en rotation, ce qui amplifiera de façon nette et rapide votre capacité de perception de la Lumière sous quelque forme que ce soit, mais aussi de percevoir en votre corps physique l’action de la Lumière comme peu d’entre vous ont eu l’occasion de le percevoir jusqu’à présent.

En effet, le retour à l’Éternité lié à l’Ascension de la Terre se déroule en chacun de vous, que vous en ayez conscience ou pas, que vous ayez l’impression de le vivre ou pas. Seule la facilité avec laquelle cela s’installe donnera un résultat différent. Si vous êtes transparents, si vous êtes en voie de disparition ou avez déjà disparu d’une manière ou d’une autre, vous constaterez alors que là aussi il existe une forme de persistance, préalable à la disparition, qui rendra lucides et conscients les mécanismes qui pour vous ne pouvaient être qu’un endormissement en différentes occasions spontanées, ou provoquées, que cela soit par des lectures, par des alignements, des communions, des Théophanies, ou autres.

À ce moment-là, le Feu Igné deviendra plus sensible, et vous vous apercevrez aussi de diverses façons, liées d’ailleurs aux charismes de l’Esprit Saint tel que vous le nommez dans votre tradition, d’entrer en manifestation, et viendront alors, par l’évidence de ses manifestations, faire taire, faire cesser et faire éliminer tout ce qui peut résister, tout ce qui peut être des habitudes au sein de votre personne et qui n’ont pas eu la possibilité d’être vues pour nombre d’entre vous.

Ces résistances, vous le savez, ne sont pas des mémoires, ni des blessures. Il s’agit le plus souvent d’habitudes qui prennent leur source, non pas dans les habitudes prises dans cette vie mais, je dirais, des habitudes qui sont en résonance très forte avec certaines des lignées qui sont présentes chez vos frères et sœurs humains incarnés.

Pratiquer ce qui vous a été dit, c'est-à-dire la Voie de l’Enfance, de l’Humilité, ce yoga particulier du souffle, ainsi que les gestes du Yoga de l’Éternité que je viens de vous donner, sont à même de vous fournir ce qui est amplement suffisant à l’intérieur de vous pour vivre ce qui est à vivre avec plénitude, avec réjouissance, et surtout avec plus de facilité. Le cadre de mon intervention aujourd’hui n’aurait pas pu voir le jour avant les Théophanies. Il fallait en effet attendre que non seulement chez nombre d’entre vous, les Portes du corps soient toutes activées, mais aussi que la stabilité du cœur soit enclenchée par le processus de la Théophanie.

Ce que vous sentirez à ce moment-là correspond exactement et point pour point à ce qui vous a été exprimé par Maître Ram concernant la modification du souffle, la modification du rythme cardiaque, mais aussi la capacité à maintenir une conscience libre de l’attachement à cette personne. Ceci se traduira pour beaucoup de vous… et c’est déjà le cas depuis quelques semaines de ce temps terrestre de la Terre où certains d’entre vous commencent à vivre, comme dans un rêve, des mécanismes où ils voient leur corps et ils sont donc sortis de leur corps dans leur corps d’Éternité, et non pas dans un quelconque corps astral. Il n’y a d’ailleurs, le plus souvent, aucun souvenir d’un voyage quelconque, mais simplement la conscientisation, réelle et concrète par l’expérience, que vous n’êtes absolument pas ce corps et absolument pas sur ce monde, ni de ce monde, dorénavant.

C’est ainsi que dans ce laps de temps – que nous ne connaissons pas, tout comme vous –, qui précède la visibilité des signes célestes et l’Appel de Marie, vous donnera à vivre une béatitude plus franche, une reconnaissante de votre Éternité et la reconnaissance, si ce n’est déjà fait, de l’illusion totale de ce monde, qui n’est, comme vous le savez, qu’une matrice binaire enfermée.

Ainsi se réalise en vous la nouvelle Tri-Unité, nommée Nouvelle Eucharistie, de façon complète, totale et définitive.

Rappelez-vous qu’au travers de ces gestes, vous conduisez la Lumière en votre cœur. Votre corps, même éphémère, devient donc l’agent et le porteur de Lumière, vous amenant à vivre votre Éternité, par des mécanismes où vous n’êtes plus liés en aucune façon à ce corps. Cela se produira dès l’instant où vous vivrez de manière consciente, même à travers ce qui peut vous apparaître comme un songe – parce que bien évidemment cela se produira plus aisément la nuit quand vous dormez –, et vous constaterez que vous pourrez voir votre corps physique en train de dormir depuis au-dessus de lui.

C’est ainsi que nombre d’entre vous vont enfin prendre conscience de l’illusion totale de tout ce qui concerne ce monde et cette personne, et cette vie, et l’ensemble des vies que vous avez vécues. Je répète : vous ne sortez pas dans un quelconque corps intermédiaire subtil de ce monde, mais vous sortez réellement et concrètement en ce corps d’Êtreté, même si dans un premier temps vous ne le verrez pas. Vous aurez simplement l’impression d’être une conscience qui n’a pas de forme.

Au fur et à mesure des expériences qui vous seront proposées par la Lumière, la nuit, mais aussi par les exercices que je vous ai donnés et les techniques respiratoires qui vous ont été communiquées par Maître Ram – surtout si vous réalisez cela le soir, au moment de votre coucher –, cela augmentera, si je peux dire, la probabilité d’être libérés par la vision de l’éphémère tel qu’il est, en sa fausseté et sa déformation. À ce moment-là pour vous, vous serez libérés, il n’y aura plus aucune difficulté d’aucun ordre à vivre durant l’Appel de Marie, après l’Appel de Marie ou même, je dirais pour certains, jusqu’à l’Appel de Marie.

Ce qui veut dire que vous constaterez avec bonheur la disparition de certains troubles situés soit au niveau du corps physique, soit au niveau des émotions, soit au niveau du mental. Vous vous retrouverez le lendemain matin, pour ces exercices que vous réaliserez le soir, comme neufs, c’est-à-dire avec un sentiment de clarté de votre mental, de pacification de vos émotions et de la disparition de certains symptômes, l’important n’étant pas cela, mais je vous le dis afin que vous ne soyez pas étonnés. Et d’ailleurs cela s’est déjà produit durant ces semaines écoulées, avant même que vous soit communiqué ce qui fait suite à la fin des Théophanies telles qu’elles ont été organisées par la Confédération Intergalactique et Marie.

Il y a bien sûr d’autres effets. Ceux-ci concernent la disparition des mécanismes liés à la conscience ordinaire, liés à la peur de la mort, la peur du manque, l’interrogation, le questionnement, favorisant alors d’autant plus la présence de votre cœur, la conscience de l’Éternité, la Paix, la Joie, la Béatitude et la Félicité. Il n’y a rien à penser, il n’y a rien à demander, il y a juste à placer ses mains, à respirer éventuellement tel que cela vous a été communiqué, et simplement de constater ce qui se déroule aussi bien dans vos nuits que dans les journées suivantes.

Bien sûr, vous avez toute liberté pour réaliser ces gestes, comme cette respiration, à tout moment que vous jugerez opportun, d’autant plus que cela ne prend pas beaucoup de temps sur quelque emploi du temps qu’il puisse vous rester dans vos obligations. En l’espace d’une dizaine de minutes, l’ensemble de ce qui doit être transféré, si je peux dire, comme Lumière depuis le bas jusqu’au haut du corps, sera effectif.

Très rapidement, et dans d’autres cas plus lentement, vous observerez que vous n’aurez même plus besoin de vous servir de vos mains et que le simple fait de penser à ces Portes latérales et ces Portes centrales suffira à enclencher le processus et à modifier votre respiration, le rythme cardiaque et votre conscience, tout cela dans le même temps et avec évidence. Les fruits, au-delà de l’expérience de vos nuits et de vos jours seront surtout de constater que votre personne a moins de prise, moins d’attaches et moins de liens à ce qui constitue la vie en ce monde, vous donnant à vivre ici même la Vie éternelle et la Paix de l’Esprit.

Beaucoup de mécanismes de fonctionnement, au niveau de vos comportements, de la façon de parler, de la façon de se vêtir, de la façon de manger, de la façon d’entrer en relation, seront pour beaucoup d’entre vous inédits et inconnus. En effet, avant même l’Appel de Marie, il s’agit donc d’une conscientisation de plus en plus collective de ce qu’est l’Éternité, permettant si je peux dire de rompre les amarres avec aisance et facilité avec ce qui ne fait que passer, c’est-à-dire l’éphémère, votre corps et vos enveloppes subtiles.

Ceci a été rendu possible, je vous l’ai dit, par l’instauration des Théophanies, mais aussi par les conditions de proximité de la libération finale de la Terre, et de l’Appel de Marie, donc, quelques mois auparavant. Je vous invite à vérifier par vous-mêmes et à voir ce qu’il va se dérouler. Je précise que ce qui sera constatable au niveau de la conscience n’est absolument pas dépendant d’un préalable quelconque, comme cela avait été signifié jusqu’à encore il y a quelque temps, c’est-à-dire les processus d’expansion de conscience, les processus de perception des différentes Couronnes, du Canal Marial ou de l’Onde de Vie.

C’est quelque chose de nouveau et qui n’a aucune condition préalable pour être vécu. C’est d’ailleurs grâce à la conjonction de la respiration et de ces gestes que nombre de frères et sœurs endormis, et qui pourtant sont à l’affût, si je peux dire, de la Vérité, trouveront leur Vérité. Attendez-vous donc à voir des changements radicaux, aussi bien chez vous que dans votre environnement proche, qu’au niveau des règles de la société, et des règles morales ou des règles de comportement, et ce quel que soit le point de départ. La transformation sera suffisamment évidente pour être perçue à l’échelon individuel, à l’échelon relationnel et à un échelon plus global, et ceci très rapidement.

Parallèlement à cela et comme cela a été annoncé, vous observerez une augmentation du désordre humain, une déstructuration du mental avec des actes insensés provenant d’êtres qui auparavant étaient, comme on pourrait le dire, tout à fait normaux. Ne vous en alarmez pas. Les voies de la Lumière sont parfois impénétrables à votre conscience éphémère, mais pas du tout à votre conscience éternelle. Ce qui veut dire que dès l’instant où vous vous serez vus hors de votre corps, vous constaterez, comme je l’ai dit, dès le lendemain, que tout change en vous. La perception de votre corps, la façon de vous exprimer, comme je l’ai dit tout ce qui concerne l’éphémère, se modifient. D’ailleurs, nombre d’entre vous depuis de nombreuses années ont constaté des changements progressifs. Ceux-ci vont devenir plus intenses, plus percutants si je peux dire, sur votre conscience.

Ceux d’entre vous qui n’ont pas eu accès de manière intelligible, si je peux dire, au témoin ou à l’observateur, vérifieront alors par eux-mêmes qu’ils ne sont que le témoin de ce qui se déroule sur la scène de théâtre de ce monde, qu’ils en sont simplement le spectateur, avant de s’apercevoir qu’il n’y a jamais eu de scène de théâtre, jamais eu de spectateurs, comme il n’y a jamais eu de théâtre. Vous sortez donc du rêve, de manière définitive, de manière violente ou progressive, qui permettra à un nombre toujours plus grand de frères et de sœurs humains incarnés sur la Terre de participer par leur présence, même s’ils ne sont pas munis des piliers nommés par Métatron et définis par Métatron, d’apporter leur soutien à la Lumière lors de l’Ascension de la Terre qui a démarré depuis plusieurs mois.

L’intensité des processus qui sont à vivre, que cela concerne le personnage et ses désagréments, que cela concerne l’Éternité et sa Paix, vont vous devenir une évidence, si ce n’est pas le cas jusqu’à présent, venant en quelque sorte dévoiler, comme je l’ai dit, le témoin et l’observateur, et en définitive couplé à la sortie hors du corps en Êtreté, non pas pour y demeurer en dehors de ce corps, puisque je vous rappelle que l’alchimie et la transsubstantiation finales se passent dans ce corps physique tant que vous êtes présents sur terre, et non pas ailleurs. C’est la transsubstantiation de la matière qui est importante, même si celle-ci doit disparaître, car quand ce corps disparaît par l’action de la Lumière, il brûle bien sûr l’ensemble des mémoires, des attaches, des liens ou des désirs liés à cette dimension enfermée.

Il s’agit donc d’une nouvelle forme de contact, non plus avec les êtres de la nature, non plus avec nous, avec les plans de la Lumière libre, mais aussi avec votre Éternité de manière beaucoup plus visible, beaucoup plus sensible et encore une fois tellement évidente pour nombre d’entre vous.

Je tiens à rassurer nos sœurs et nos frères humains incarnés qui pourraient tomber sur mes mots, les entendre ou même les vivre, mais qui surtout n’ont rien vécu jusqu’à présent. Ceci ouvre les portes à l’échelon collectif. La Porte Étroite est enfin ouverte. Comme le Christ vous l’avait dit, il était déjà installé chez certains d’entre vous. Il va devenir de plus en plus évident que vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie, ou si vous préférez des Ki-Ris-Ti.

À ce moment-là, il ne sera plus possible d’hésiter entre l’éphémère et l’Éternité, concourant alors à éloigner tout ce qui appartient à l’éphémère de votre conscience, avec élégance, avec grâce et avec facilité. Les derniers éléments saillants de votre personnalité liés aux habitudes, liés aux lignées, s’évanouiront sous vos yeux, au-delà de toute compréhension, simplement parce que cela sera l’évidence.

En cette période, et jusqu’à l’apparition des signes célestes et de l’Appel de Marie, vous constaterez par vous-mêmes que votre soif d’Éternité prendra le pas sur toutes les soifs et désirs de ce monde, ainsi que sur toutes les règles de l’incarnation en ce monde. Vous serez alors non seulement des Ki-Ris-Ti mais des êtres aimants, éternels, ici même dans ce corps, quoi que devienne ce corps à l’issu de l’Appel de Marie.

Ce que nous vous donnons aujourd’hui les uns et les autres, depuis cette Pentecôte comme vous la nommez en Occident, est essentiel pour servir la Lumière et pour servir l’autre, qui n’est que vous. C’est ainsi que la conscience se positionne tout à fait autrement que ce que vous avez pu vivre jusqu’à présent. Il n’est plus question d’expériences, comme l’a dit Maître Ram, il est question d’état définitif et permanent. Nombre d’entre vous, depuis les Théophanies et je dirais même avant ces Théophanies, ont l’opportunité si je peux dire de ressentir des piques, des douleurs sans aucun traumatisme, qui se manifestent en certains endroits de votre corps. Ceci correspond bien évidemment au déploiement de la Lumière Vibrale, au-delà des Portes et des Étoiles, sur l’ensemble de votre corps éthérique, mais aussi de vos cellules.

La conscience ainsi, pour nombre d’entre vous, s’habituera au véhicule d’Éternité. L’habituation à ce corps d’Éternité, vous le savez, sera peaufinée si je peux dire par l’ensemencement des dernières Clés Métatroniques au sein des Cercles de Feu, pour ceux qui devront y séjourner. D’autres, bien sûr, parmi vous, n’auront plus besoin de séjourner nulle part, ne dépendant plus d’aucune forme ni même de leur propre corps d’Êtreté.

Ceci est une autre étape, c’est-à-dire que viendra une étape que je ne dévoilerai pas aujourd’hui, qui peut être très rapide à s’installer comme survenir uniquement dans les jours précédant l’apparition des Trompettes du ciel et de la Terre. Vous constaterez que non seulement vous voyez votre corps d’Êtreté, vous le sentez, que non seulement vous êtes capables de résider en celui-ci, mais qu’en plus votre conscience est indépendante de toute forme et même de ce corps d’Êtreté. J’attire simplement votre attention car cela peut arriver, je dirais, spontanément chez un nombre très limité de vous, où à ce moment-là, en sortant de votre corps la nuit, vous ne verrez pas le corps d’Êtreté, vous ne verrez aucun autre corps que l’environnement physique où vous êtes. Vous ne pourrez pas vous regarder. Vous serez à ce moment-là l’Absolu en totalité.

Les modifications survenant lors de ces nuits entraîneront des bouleversements dans vos vies. Ces bouleversements ne sont pas impulsés par une quelconque volonté, mais bien pour être en conformité et en rectitude avec ce que vous vivez en votre Éternité. Ne vous alarmez pas des changements car ils ne sont aucunement décidés par votre volonté, mais uniquement par votre Éternité. À vous de suivre, là aussi, les lignes de moindre résistance. Rappelez-vous que la Lumière est simple et évidence, et quand un changement abrupt est induit par la Lumière, par votre Éternité, alors tout se passe avec aisance et facilité, en quelque situation d’attachement que cela puisse exister.

Il y a donc effectivement des bouleversements intérieurs et extérieurs qui sont conjoints, mais non liés. Dans un cas, votre transformation est liée à la Lumière, alors que ces événements conjoints qui concernent le Choc de l’humanité, mais plutôt les tribulations humaines avant le Choc de l’humanité, elles, ne sont que des résistances à la Lumière. Dans votre cas, si vous le vivez, vous constaterez alors que quelles que soient les altérations de votre pays, de votre ville, de vos proches, vous demeurerez présents, impassibles, en Amour, sans questionnement. Une force nouvelle, si je peux dire, impulsera en vous le courage de l’Éternité d’affronter et de vivre avec sérénité les changements que la Lumière déclenche dorénavant.

Vous n’avez pas à décider quoi que ce soit. Rappelez-vous ce que disait le Christ en votre Occident : « Celui qui voudra sauver sa vie la perdra. Celui qui acceptera de la perdre trouvera la Vie éternelle sans difficulté. » Ceci se passe dès maintenant. Il ne peut y avoir de meilleures preuves de votre emplacement, de qui vous êtes, que les processus que nous vous avons décrits, Thérèse (*), Maître Ram et moi-même. Le marqueur de cette Éternité, quelles que soient les manifestations que vous en vivez, ont un seul et unique marqueur qui sera visible dans toutes vos journées, dans toute votre vie, dans toutes vos relations, quels que soient les événements de ce monde, c’est-à-dire un état de Paix, un état de Félicité, un état immuable que rien ne peut venir altérer ou déplacer. Là, vous serez effectivement, et c’est l’expression que j’ai employée, assis dans votre cœur, posés dans votre cœur en compagnie du Ki-Ris-Ti, du Christ, de la Lumière Vibrale authentique.

Cette possibilité est offerte de par les différents éléments en présence actuellement sur terre, et qui correspondent, vous le savez, à l’Ascension de la Terre et à votre libération. Ainsi donc, certains parmi vous seront libérés de cette façon-là, comme l’ont été certains autres d’entre vous par l’Onde de Vie quand elle est née.

Rappelez-vous qu’il n’y a aucun effort à faire. S’il vous semble devoir faire un effort, ce n’est pas la Vérité. S’il vous semble devoir hésiter ou avoir à choisir, ce n’est pas la Vérité. L’évidence de la Lumière interviendra dans le déroulement de votre vie, indépendamment de tout désir, indépendamment de toute volonté. Alors à ce moment-là, vous saurez avec certitude absolue que vous avez vécu la Libération de la personne et qu’il n’existe plus aucun frein à votre Éternité, et ce, avant même l’Appel de Marie.

Toutefois je vous rappelle que le moment n’est pas venu – sauf si c’est le cas à titre individuel pour vous – de quitter ce plan, mais bien d’y être plus que jamais présents, même si les circonstances de vos vies deviennent profondément différentes. Car c’est dans ces situations, qui s’annoncent durant ce mois, que vous trouverez le plus de possibilités pour rentrer à l’intérieur de vous, rentrer à la maison.

De toute façon, vous constaterez aisément que quand vous aurez vécu, si vous le vivez, ce processus de décorporation au sein du corps d’Éternité, ou même de la Conscience pure, sans forme, qui est le préalable de la disparition de la forme, à l’établissement au sein de l’Absolu que vous êtes, vous aurez donc ainsi, par le vécu, non pas une conviction… mais en ayant vécu l’Éternité avant même l’Appel de Marie et avant même la stase.

Ceci vous permettra, lorsque vous aurez vécu ces quelques expériences, de ne pas les revivre. Et d’ailleurs vous constaterez que très vite, il y aura pour ceux qui ont vécu cette délocalisation de la conscience et cette sortie hors du corps dans le corps d’Éternité, qu’il vous semble retrouver les fameux liens aux chevilles et aux poignets. Je vous rappelle qu’une ou quelques expériences suffisent la nuit, il n’y a pas besoin de répéter cela, d’autant plus que vous devez rester à l’intérieur de ce corps jusqu’au moment adéquat. C’est juste une opportunité qui a été ouverte par la réalisation des Théophanies depuis neuf semaines et demie.

Beaucoup d’entre vous, d’ailleurs, vivront ce processus de sortie hors du corps sans même savoir de quoi il s’agit, mais en auront la réminiscence de ce qu’il s’est passé durant la nuit, non pas au réveil, contrairement à certains rêves, mais beaucoup plus tard dans la journée, voire même de nombreux jours après, ce qui vous permettra alors de relier les changements que vous observez peut-être en votre corps, en vos pensées, en vos émotions, en vos relations, et de les relier justement à ce souvenir qui reviendra, que vous êtes sortis de votre corps en l’Éternité de la Lumière.

Si cela ne se produit pas pour vous, c’est-à-dire si toutefois vous sentez, dans vos premiers exercices ou les premières nuits, le sentiment de liens aux chevilles et aux poignets, cela veut dire que pour vous ce n’est pas le moment. Il n’y a ni punition ni retard, mais simplement une adéquation totale avec l’Intelligence de la Lumière. Rappelez-vous : vous ne décidez rien, si ce n’est de respirer de telle façon et de mettre vos mains à tel endroit.

J’espère avoir été assez clair dans mes expressions. Il m’est permis, si vous avez des questionnements par rapport à ce que je viens de dire, quant à la technique et à la pratique de cela, d’y répondre.

Question : les mains doivent-elles être posées directement sur la peau ou à travers le vêtement ?

Est-ce que les vêtements arrêtent la Lumière ? Vous n’êtes pas dans du magnétisme.

Question : vous avez parlé de trois étapes. La première : Précision, Profondeur, AL et Unité ; la deuxième : OD et ER. Où est la troisième ?

Pas du tout. La première est les mains posées sur Précision et Profondeur. La deuxième est les mains posées sur AL et Unité. La troisième est la main gauche posée sur OD et la main droite sur ER. Ça fait bien donc trois.

Question : faut-il attendre la fin de la dernière Théophanie ou peut-on commencer tout de suite ?

Vous pouvez commencer quand vous voulez, mais cela sera plus efficace, si je peux dire, après l’ultime Théophanie dirigée par Marie, et la dernière Radiance aussi.

Si vous êtes attentifs, vous avez dû remarquer que ce qui se déroule durant les Théophanie du jeudi n’est pas exactement le même processus qui se déroule dans les Radiances Archangéliques qui suivent. Les Radiances Archangéliques ont permis de libérer les ultimes attachements par la perception, chez nombre d’entre vous, d’une énergie ou d’une conscience partant des pieds et remontant jusqu’au petit bassin. D’ailleurs nombre d’entre vous avez expérimenté ces dernières semaines ou ces derniers mois, des événements traumatiques survenant du côté droit du corps, préférentiellement sur les membres inférieurs droits ou sur les épaules, et surtout la droite. Ceci était un travail préalable à ce qu’il s’est produit lors des Radiances Archangéliques.

Les Radiances Archangéliques ont inversé en quelque sorte le flux de l’âme collective vers la matière et ont retourné ce flux vers le haut du corps. Ce flux, qui est à la fois de l’énergie et du Vibral, n’est pas tout à fait l’Onde de Vie même si elle en suit les mêmes circuits et les trois composantes – le but étant effectivement de retourner l’âme collective de la Terre vers l’Éternité, chose qui est accomplie par les Théophanies.

La Radiance Archangélique a donc permis de faire refluer l’énergie d’attachement à ce monde vers un détachement de l’âme et une attraction de l’âme vers l’Esprit. Ce processus, qui pouvait être vécu de manière individuelle lors du processus de la dissolution de l’âme, a vu un retournement majeur de l’âme collective de l’humanité, si je peux dire. Cette âme collective de l’humanité n’est rien d’autre que ce qui fut nommé l’inconscient et le subconscient. C’est aussi à ce niveau que se localisait ce qui fut nommé par le Commandeur, voilà fort longtemps, le système de contrôle du mental humain.

Ce mouvement de conscience et d’énergie réalisé par les Radiances Archangéliques a permis d’alimenter, vous vous en doutez, le cœur. Ce que je vous propose donc est donc d’amplifier ce mouvement, non plus en bénéficiant de ce qu’il se produit durant les Radiances, mais de le réaliser vous-mêmes, de manière évidente, simple et parfaite.

Avez-vous d’autres questions ?

Question : les frères et sœurs n’ayant pas pratiqué de protocoles jusqu’à présent peuvent-ils pratiquer les exercices de respiration de Ram et le protocole d’Un Ami ?

J’ai même dit que ça serait pour ceux d’entre vous qui sont les plus neufs, par rapport à la Lumière, que cela se produira avec le plus d’évidence. Si vous avez la chance des connaître des frères et des sœurs englués dans des mouvements, dans des croyances, dans des spiritualités liées aux religions, c’est le moment de leur proposer cela parce que cela se passe de mots, cela se passe de mental, cela se passe de réflexion, et c’est donc très facile.

… Silence…

Nombre d’entre vous, ici et ailleurs, ont eu l’occasion de pratiquer certains protocoles voilà fort longtemps, d’activation des nouveaux corps. Aujourd’hui il s’agit, si je peux dire, d’une activation de votre Éternité au sein de l’éphémère, participant au mouvement de fusion des Éthers tel que décrit par la nouvelle Tri-Unité, faisant monter le cœur à la tête au niveau de la petite Couronne. Le véhicule Ascensionnel est à ce moment-là parfaitement fonctionnel. C’est ce qui vous permet de vivre l’expérience hors du corps, de sortie du corps, non pas en corps astral mais directement en le corps d’Éternité, sans avoir besoin pour cela de vous rendre dans le Soleil comme nous l’avions espéré voilà de nombreuses années.

Question : est-il préférable d’utiliser de l’eau froide ou chaude pour le rinçage des coudes aux mains ?

De l’eau courante quelle qu’elle soit, l’important étant de drainer. Je vous rappelle que vous agissez en ce monde, le plus souvent, avec vos mains. Or en agissant en ce monde avec vos mains, vous activez bien sûr l’énergie vitale. Il est donc nécessaire de rincer cette énergie vitale pour laisser la place aux particules adamantines en plus grand nombre. L’eau peut être tiède, plutôt que bouillante ou plutôt que froide.

… Silence…

Il n’y a plus de questions.

Alors bien-aimés, enfants de la loi de Un comme aiment à le dire les Archanges, de mon cœur en votre cœur, que la Paix éternelle soit en vous, maintenant et pour toujours.

Je suis Un Ami. Je vous donne ma Paix.

En le silence et en la Lumière de Vérité, je vous salue.

… Silence…

Au revoir.


* * * * *


(*) Ndr : la canalisation de Thérèse suivra.




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Jeu 8 Juin - 22:05 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.

Entretiens de Juin 2017


Thérèse de Lisieux



Je suis Thérèse de Lisieux. Sœurs et frères en humanité, c'est pour moi une grande joie de venir m'exprimer parmi vous. Permettez-moi tout d'abord de m'établir en votre cœur, par la Grâce de la Théophanie, avant de commencer à m'exprimer en tant qu'Étoile.

… Silence...

Il m'a été proposé aujourd'hui, dans le cadre de l'Ascension de la Terre qui a démarré, de venir continuer, en quelque sorte, ce que j'ai eu à vous dire, et en particulier sur la Voie de l'Enfance. Aujourd'hui, vous êtes toujours plus nombreux à vivre certaines expériences, et de très nombreux nouveaux frères et sœurs, si je peux dire – par leur réveil –, se joignent à vous qui en avez vécu les vibrations, les différentes états préalables.

Comme vous le savez, j'ai eu la chance très jeune, avant l'âge de sept ans, de vivre ma rencontre avec Marie et de savoir alors instantanément, à ce moment-là, que c'était mon seul but, mon seul objectif, et que tout ce qui était au sein de ce monde me semblait tellement vain, tellement inefficace, que seule la prière dans mon cœur pouvait aider, d'une si petite façon, le Christ à être présent.

Aujourd'hui, vous êtes un peu dans la même situation. Vous retrouvez pour certains, par moments, de manière plus fréquente, cette dimension de la Voie de l'Enfance. Bien sûr, tout n'est pas de tout repos car vous êtes innombrables à constater les différences qui peuvent exister, selon que vous êtes dans cette Voie de l'Enfance, dans le cœur, et selon que vous retournez à vos préoccupations et occupations journalières, celles de ce monde. Et vous commencez, toujours plus nombreux, à faire la part des choses, si je peux dire, entre ce qui relève de la félicité, de la Joie du cœur et ce qui relève de ce monde.

Nombre d'entre vous commencent à vivre que seul le cœur peut vous combler, que seul le cœur peut mettre fin à votre soif, à votre recherche de plaisir, à vos frustrations comme à vos désirs, et même à vos plaisirs. La Joie du cœur met fin à tous les plaisirs éphémères parce que ce plaisir-là, si c'en est un, est alors permanent.

La Voie de l'Enfance que j'ai vécue, que j'ai traversée, doit être pour vous aujourd'hui une forme de balise, parce que vous constatez tous, avec des amplitudes certes variées, qu'il y a des moments où vous êtes vraiment dans le cœur, parce que vous êtes en paix et en joie, et à d'autres moments, qui sont d'autant plus désagréables, vous retournez en ce monde et ses préoccupations, et vous êtes à ce moment-là capables de faire la part des choses entre ce qui est vrai et ce qui ne fait que passer, ce qui est faux.

Aujourd'hui plus que jamais, avec les Théophanies, cela vous est grandement facilité, et vous êtes aussi nombreux à voir que vous n'êtes pas toujours en cet état d'enfant intérieur, d'abandon dans le cœur, parce que vous êtes rattrapés par les diverses problématiques de ce monde.

J'ai eu la chance, comme vous le savez, de rentrer très jeune au Carmel, et donc d'être d'une certaine façon protégée du monde extérieur, même si je me tenais informée avec les moyens de l'époque, pour pouvoir prier pour ceux qui en avaient besoin, pour tout ce que je nommais, à l'époque, les pêcheurs. Je demandais à Jésus de les sauver, de les mettre sur le droit chemin. Cela faisait partie de mes convictions d'alors. Aujourd'hui, il en est de même, d'autant plus qu'aujourd'hui, il vous est beaucoup plus facile de sentir, en conscience, ce qu’il se déroule sur votre propre conscience quand vous êtes dans le cœur, et ce qui se déroule quand vous revenez aux préoccupations de l'éphémère. Ceci ne doit pas vous alarmer mais bien au contraire être un stimulant qui vous permet de voir clairement ce que vous êtes. Et n'oubliez pas que celui qui voit ça, ce n'est ni votre personne ni l'âme, mais c'est l'Esprit de Vérité qui est en vous.

Christ, Marie et Mikaël vous ont d'ailleurs annoncé un certain nombre de processus que moi je n'ai pas connus, que vous nommez vibrations. Ces processus visent à faire fusionner, si je peux m'exprimer ainsi, la tête et le cœur. L'énergie de la tête est descendue dans le cœur, et l'énergie du cœur remonte maintenant dans la tête, baignant votre tête de cette Lumière véritable de l'Amour, celle du Christ, celle de Marie, celle de la Vérité, enfin. Et vous commencez à percevoir très nettement, parfois comme vous l'a dit le Commandeur, avec fracas, pour votre corps ou pour votre conscience, les moments où vous êtes dans le cœur et les moments où vous en sortez.

Alors bien sûr, il est toujours possible de trouver des prétextes, de savoir que si vous en êtes sortis, c'est la faute des circonstances de votre vie éphémère, d'un mari, d'une femme, d'un enfant ou d'une situation qui vous éloigne de votre cœur. Vous savez que ceci n'est pas vrai. Vous savez que ce ne sont que des prétextes, parce que dès l'instant où vous êtes dérangés, quel que soit l'agent extérieur, c'est nécessairement qu'il y a en vous cette faille qui a permis à cet agent extérieur de venir vous troubler au sein de votre personne. Et c'est justement à travers ces divers troubles que vous pouvez vivre – dans le corps ou dans le mental, ou dans les émotions –, que vous allez renforcer, si je peux dire, votre éternité, lui permettre de se manifester de façon de plus en plus large et de plus en plus évidente pour chacun de vous. Vous en êtes le témoin fidèle au sein de l'Esprit.

Votre personne même, se rend compte des moments où elle n'est pas en accord, si je peux dire, avec la volonté du Christ, avec la volonté de l'Éternité, où votre volonté prend le relais, et ceci, vous le savez, vous le sentez, vous le vivez, entraîne nécessairement une certaine forme de souffrance. Qu’elle soit dans le corps, qu’elle soit dans votre état, qu’elle soit dans vos larmes, qu’elle soit dans les contrariétés, peu importe. C'est justement à travers les expériences que vous menez dorénavant qu'il vous est possible de vous réaligner au plus vite, et d'aller là où tout est évident, là où tout est facile, et là où tout est repos et silence, qui est la seule Vérité. C'est là, que vous rencontrez le Christ, et nulle part ailleurs à l'extérieur de vous, quels que soient les rituels que vous fassiez, quelles que soient les rencontres que vous meniez de par le monde.

Ainsi, je viens en tant qu'Étoile vous inviter à toujours plus de profondeur, à tourner votre regard, comme les Anciens vous l'ont dit, de façon de plus en plus intime et profonde au-dedans de vous, là où il n'y a personne, là où aucun ego, aucune revendication ne peut apparaître, là où il n'y a besoin de nulle explication ou de nulle justification. Il vous reste à le mettre en pratique. Cela ne dépend pas d'un rituel mais réellement du sacrifice de votre personne, c’est-à-dire le moment où vous réalisez que vous ne pouvez être libres et être en joie, de manière indélébile et permanente, que dès l'instant où votre personnage a disparu et s'est effacé pour laisser place à la Grâce, pour laisser place à la Théophanie. Il vous a été dit d'ailleurs que dans peu de temps vous ne pourrez plus vous servir de vos habitudes, de vos comportements, de vos acquis, de vos connaissances, de tout ce qui est humain, pour demeurer en votre Éternité.

Vous vous doutez bien que l'accentuation de ce processus au niveau collectif, avec le réveil toujours plus important de frères et de sœurs, est vraiment l'élément essentiel pour vous permettre aujourd'hui de vivre par vous-mêmes que la seule Vérité dépend de votre cœur et non pas de ce monde, ni même d'aucun monde. C'est une affaire entre vous et votre cœur, entre vous et le Christ, entre vous et Marie, entre vous et la Lumière. Rien d'autre ne peut interférer avec cela et c'est en cela, justement, que vous sentez une forme de dérangement quand spontanément, ou à cause d'un événement, comme vous dites, vous en sortez. Et alors vous constatez par vous-mêmes que la Joie vous a quittés. Vous rentrez dans des schémas de fonctionnement qui existaient bien avant que vous ne viviez vos premiers états de Grâce, vos premières Grâces. Que celles-ci aient été réalisées par ce que vous avez nommé l'Onde de Vie, par le Feu du Cœur ou par le Feu Igné, par le Canal Marial ou par vos contacts avec la nature, cela ne fait aucune différence.

Alors je sais pertinemment que certains Anciens développent toujours ce qui est en rapport avec cette Êtreté, et continueront à le faire pour vous donner des repères. Il ne s'agit plus de rituels ni de techniques mais bien de ce qui va mettre en conformité, si je peux dire, votre corps, votre mental, vos émotions, votre conscience même, en harmonie définitive. Parfois, cela passe effectivement par certaines souffrances. Beaucoup d'entre vous les ont vécues depuis quelques mois ou depuis quelque temps, jusqu'au moment où vous accepteriez réellement de remettre votre Esprit entre les mains du Père, de la Source, du Christ, de Marie, afin que plus jamais votre personne et ses limites ne viennent encombrer ce que vous êtes.

Aujourd'hui, c'est beaucoup plus facile, vous le savez, parce que vous le vivez et parce que l'intensification de la Lumière sur la Terre vous montre cela. Alors bien sûr, vos yeux de chair peuvent voir tout à fait autre chose, que cela soit dans votre famille, avec vos amis, avec la société, avec le monde, même. Bien sûr, ce que vous observez ne sont que des résistances à la Lumière, les vôtres comme celles du monde. Vous le savez, la Terre est libérée depuis déjà quelques années, il lui reste à parachever, si je peux dire, son ascension – que vous accompagnerez par votre libération et par l'Appel de notre Mère –, tout cela vous a été expliqué très longuement.

Mais les explications ne remplaceront jamais le vécu de ce qui se déroule dans votre intimité, dans le silence de votre personnage, dans le silence du cœur. Faire le vide, ce n'est pas méditer et prier, c'est se vider que tout ce qui est personnel, d'avoir, comme disait ma sœur Hildegarde, qu'un seul objectif présent en votre cœur, mais qui est aussi une forme de quête intérieure. Cette quête intérieure ne peut pas être menée à travers les connaissances, celles-ci découlent de la Vérité trouvée dans le cœur. Tandis que les connaissances qui n'ont pas d'abord été éprouvées et forgées dans la Vérité du cœur ne sont que des connaissances issues de ce monde et qui ne vous apporteront strictement rien pour trouver réellement et définitivement qui vous êtes.

Aujourd'hui plus que jamais, donc, vous observez ces passages, si je peux dire, d'un état de conscience à un autre état de conscience. Certains états de conscience mettent une joie qui ne dépend d'aucun objet, d'aucun support ni d'aucun objectif, et à d'autre moments, parfois une forme d'exaspération, de désespérance, d'interrogation, de questionnement. Si cela se produit, vous êtes sûrs qu'à ce moment-là vous n'êtes plus dans votre profondeur, vous êtes déjà dans l'extériorisation de quelque chose qui ne concerne pas ce que vous êtes en vérité. C'est cela qu'il faut voir, c'est cela qu'il faut vivre. Car c'est ainsi que vous vous positionnerez en accord avec la Lumière, avec ce que vous êtes, et surtout avec la Vérité.

Et d'ailleurs vous le constatez tous, à divers degrés, que quand vous êtes réellement, concrètement, dans le cœur, dans la Théophanie, alors votre vie se déroule, quelle que soient les douleurs, quelles que soient les contrariétés au sein de ce monde, avec une évidence et une facilité. Parce que c'est cet état-là de votre conscience, c'est celui qui est en profondeur de votre cœur, dans ce qui a été nommé, je crois, le Cœur du Cœur ou l’Infinie Présence, et de plein d'autres termes encore. Mais les termes ne sont que ce qui va permettre, en quelque sorte, de clarifier quelque part vos pensées, vos idées, vos croyances, de vous mettre à nu, dites-vous aujourd'hui.

Moi, j'ai eu la chance d'être mise à nu très très jeune. N'ayant pas, à cet âge-là, vous le savez, de structure constituée au niveau des émotions, de la pensée, du mental, il m'était très facile à cet âge-là de demeurer dans cet état de pureté. Bien sûr, vous le savez, j'ai eu une vie familiale, j'ai eu de nombreuses sœurs, celles-ci m'ont précédée ou suivie au Carmel. Donc j'avais quand même une relation familiale, mais mes sœurs n'étaient plus mes sœurs, elles étaient elles aussi des épouses du Christ et cela change tout, parce que dans ces cas-là, il ne pouvait plus y avoir ni la moindre animosité, ni la moindre compétition, ni la moindre différence. En particulier ma sœur qui a été nommée sainte Geneviève de la Sainte-Face, qui m'a suivie, a vécu bien sûr, même si cela n'a pas été connu, les mêmes processus que moi.

Je ne vais pas vous parler trop longtemps de ce que j'ai vécu quand j'étais parmi vous, mais là où je veux en venir, c'est que plus vous êtes spontanés, plus vous êtes innocents, plus vous êtes confiants, plus vous avez cette foi inébranlable, non pas en un quelconque scénario lié aux écritures ou à quoi que ce soit d'autre, mais confiants en ce qui se vit en votre cœur, plus vous accordez votre confiance à votre cœur, à cette Joie qui est là, plus le reste s'évanouit et disparaît. Vous remarquez d'ailleurs que si vous vous emparez d'un problème quel qu'il soit, vous observez par vous-mêmes qu'il ne peut pas se résoudre, que seul votre cœur le peut, que seul votre sacrifice conscient en tant que personne, peut le permettre. Sinon vous êtes sans arrêt dans l'interrogation, dans la lutte, et je dirais même, quelles que soient les vibrations que vous avez vécues, quelles que soient les expériences que vous avez menées.

Le vécu de la Théophanie est profondément différent. Quelles que soient ces formes de Théophanies, elles sont toutes là pour vous faire aller en profondeur et ne plus être abusés par les circonstances éphémères de votre vie, de ce monde, de cette société. C'est ainsi que vous trouvez la Paix éternelle, la Paix du Christ, celle qui ne peut être comparable à aucune autre. Parce que celui-ci est à la fois, et était à la fois mon Époux, mon grand-frère, mon enfant ; il était tout cela à la fois. Et d'ailleurs, vous le savez peut-être, pour ceux qui ont lu ma vie, je parlais souvent de l'Enfant Jésus, parce qu'il me plaisait alors de considérer Jésus dans son enfance, pas encore investi de sa mission de Christ mais cet enfant qui portait déjà tant de choses en lui, et qui pourtant fut un enfant qui jouait comme vous et moi quand nous étions enfants, et qui pourtant a maintenu sans effort ce qu'il était avant de retrouver le Christ. D'ailleurs, vous le savez, Jésus est aujourd'hui l'un des Anciens. Certains d'entre vous l'ont reconnu d'ailleurs, mais je le laisserai lui-même vous le dire, s'il en a l'intention, peu importe.

C'est-à-dire qu'il existe en quelque sorte un terreau plus ou moins fertile à l'éclosion de la Vérité en vous. Cela dépend bien sûr, et cela vous a été expliqué, surtout par les Anciens qui ont une origine orientale, tout ce qui est lié au désir, à l'attachement, au besoin de posséder, au besoin de se prémunir et à la peur. Vous ne pouvez résoudre aujourd'hui vos peurs par vous-mêmes, il faut aller dans les profondeurs de votre cœur, et l'Amour, à ce moment-là, viendra expulser, chasser, magnifier et transcender tout ce qui peut rester de peurs en vous.

Aujourd'hui, c'est le seul obstacle au Christ, c'est le seul obstacle à la Vérité. C’est votre personnage, vos croyances, vos adhésions, vos peurs, qui sont liées non pas à une quelconque faute, rassurez-vous, mais simplement à la matrice de ce monde, qui en permanence vous suggère de vous prémunir, de vous assurer, de vous protéger, d'être dans la raison, de suivre les lois, de suivre la morale, et surtout de ne pas voir ce qui se déroule en vous.

Et cela, vous le savez, c'est le grand piège de l'adversaire, comme il se nomme, celui qui vous emmène dans la raison, dans le besoin d'explications, de compréhension, celui qui vous fait saisir les concepts, les idées, les mots, et ramène tout à vous, ramène tout à votre personnage, dans l'éclairage de votre personnage. Il ne peut y avoir aucun cœur là-dedans, si ce n'est le cœur de l'intellect, le cœur des émotions, mais cela n'a aucune profondeur – d'ailleurs il n'en résulte aucune joie, il en résulte juste une espèce de soulagement éphémère. Et ça vous le vivez aussi bien à travers votre conscience qu'à travers votre corps.

Tous, à différents degrés, il existe pour tout un chacun, même le Christ quand il fut présent sur terre, des inconforts au niveau du corps, parce que l'inconfort de ce corps est inscrit du fait même de la déviation de la Lumière en ce monde. D'ailleurs, je crois que certains Anciens vous ont exprimé cela bien mieux que moi. Mais aujourd'hui, c'est même pas la peine, je dirais, de philosopher ou d'expliquer cela, il vous suffit simplement de faire une fois l'expérience de la Théophanie et de constater la différence. Mais aussi, parfois, d'être en colère, de constater que vous revenez au naturel de votre éphémère, très vite, et vous n'êtes pas responsables, c'est les conditions mêmes de vos vies qui font cela.

N'oubliez pas que vous êtes enchaînés, par l'électricité, par l'électronique, que tout est fait dans ce monde aujourd'hui, beaucoup plus qu'à mon époque, pour vous tenir muselés dans l'apparence, muselés dans l'incapacité à pénétrer votre propre profondeur. Que cela soit vos images, que cela soit vos écrans, que cela soit les ondes qui se propagent de partout sur la terre, tout cela est un maillage bien plus subtil que les prédations qui pouvaient exister auparavant, parce qu'elles sont invisibles, elles ne se voient pas, elle ne se sentent pas. Et pourtant, elles modifient tellement, elles altèrent la Vérité, elles la déforment, elles vous empêchent même de la voir. Et tant que vous êtes tournés vers l'extérieur, ce qu’il faut, je dirais, c'est plutôt bien prendre conscience de l'illusion de ce monde. Et une de mes sœurs Étoiles, d'ailleurs, fait cela à merveille. Cela vous donne à voir simplement l'illusion de ce monde et cela relâche les liens que vous avez à ce monde, non pas pour fuir votre famille, fuir votre profession ou fuir quoi que ce soit, mais pour aller encore plus en profondeur et voir cette Joie qui est déjà là, installée, et qui n'attend que vous.

Le Christ vous l'a dit, pour nombre d'entre vous, il est déjà installé dans votre cœur. C'est à vous de le trouver, non pas en cherchant à l'extérieur dans le monde, dans des temples, dans des églises, dans des rituels, dans des prières, mais en vous. Parce que si vous voulez aimer et servir, vous ne pouvez pas aimer et servir vraiment si vous ne vous êtes pas trouvés vous-mêmes, non pas au niveau de l'ego, de l'analyse de la personne, mais trouvés ce que vous êtes dans votre cœur.

Comment voulez-vous œuvrer en accord avec votre cœur si la Théophanie, si le sentiment de Joie, de Félicité, disparaît ? C'est impossible. Parce qu'à ce moment-là, cela sera nécessairement altéré par l'énergie vitale. Vous ne serez plus réellement dans le cœur, même si vous le pensez, même si vous le croyez. Rappelez-vous, c'est l'évidence de la Félicité qui est le témoin direct que vous avez laissé le Christ apparaître et s'exprimer, par le Verbe, par votre Présence, par votre radiance de cœur, sans aucune volonté, sans aucune interférence au sein de la personne. C'est comme ça que vous êtes vrais. Nous avons essayé de vous le dire par tant de moyens, par tant de techniques, en particulier en ce qui concerne les Anciens.

Mais vous savez très bien que pour une femme, c'est beaucoup plus facile d'aller en profondeur, parce la femme a l'habitude d'accueillir en elle la Vie. Vous le savez, le Féminin, qu'il soit profane, et le Féminin Sacré, surtout, c'est là que se situe la recréation permanente de la Vie, de l'Éternité. Le Féminin Sacré est ce qui permet de dégager les voies qui vous obstruaient pour aller à l'intérieur de vous.

Aujourd'hui, Marie, vous le sentez et vous le vivez, est beaucoup plus présente à vos côtés. Oh pas seulement par les mots qu'elle peut vous dire, mais réellement présente en votre Canal Marial. J'ai moi-même ouvert parmi vous certains canaux, si je peux dire, à ma Présence, à ma radiance, non pas pour exaucer vos souhaits matériels quel qu'ils soient, mais aujourd'hui bien plus, comme je l'ai dit de mon vivant, je passerai mon Ciel à faire du bien sur la terre. Mais le bien d'aujourd'hui n'a rien à voir avec « être bien sur la terre », mais c'est surtout être bien avec votre cœur, être bien avec la Vérité, être en harmonie totale avec le Christ. N'avoir aucun regard, aucun mot, aucune pensée qui puisse blesser ou offenser ni vous-mêmes ni l'autre, quoi qu'on vous dise, quoi qu'on vous fasse, quoi que vous ayez envie de réagir, de répliquer. Rentrez d'abord en vous et laissez faire ce que vous êtes, oubliez les mots.

Rappelez-vous que la conscience suit l'intention, et je dirais que depuis le mois de mars, la Lumière suit aussi vos pensées, et si vos pensées sont contraires à la Lumière, alors va se manifester au sein de votre corps, comme de votre conscience, des blocages, des ruptures, des choses qui ne peuvent pas être en conformité avec la Lumière. Oh, rassurez-vous, ce n'est pas la Lumière qui vous punit, c'est simplement votre personne qui, par son contrôle, a essayé de vous rattraper. Mais une fois que l'accident, la blessure, la contrariété a eu lieu, il vous appartient de chercher en profondeur.

Cela ne vous empêche pas, bien sûr, d'agir sur ce corps de manière mécanique, en aucune façon, mais c'est l'emplacement de votre conscience qui doit changer dans ces cas-là. Même si il est nécessaire de travailler matériellement sur ce corps, sur vos pensées, sur vos émotions, le plus important n'est pas là. Le plus important, c'est que vous réalisiez que seule la félicité peut vous maintenir dans la béatitude, dans l'état de Grâce, dans la Théophanie, et surtout dans la Vérité.

De plus en plus, d'ailleurs, vous constaterez, et cela a été dit, je crois, que les plaisirs, les désirs, les revendications personnelles, l'assouvissement des fonctions pourtant considérées comme normales au sein de ce monde, vous apparaissent bien ternes. Ceux qui étaient gourmands perdent leur gourmandise, ceux qui étaient avides d'argent perdent l'avidité, ceux qui avaient besoin de se prémunir acceptent de ne plus être prémunis. Vous êtes en route vers la spontanéité du cœur. C'est une évidence, il ne peut pas y avoir autre chose. C'est à vous qu'il appartient de voir cela. C'est là où ce qui fut nommé, je crois, le témoin ou l'observateur par la grande voix, c’est-à-dire Bidi, vous a montré et vous a donné des comportements qui vous permettaient déjà, voilà de nombreuses années, de vous rapprocher de cela. Bien sûr, il a existé des processus que vous nommez vibratoires, qui vous ont aidés en cela, et qui ont même libéré certains d'entre vous, parce que la personne était déjà presque effacée.

Aujourd'hui, je dirais que c'est une nouvelle vague, en quelque sorte. Il y a eu ce que vous avez nommé les Libérés Vivants, voilà quelques années, il y a eu ceux qui ont pu fusionner avec le Canal Marial, ceux qui ont vécu le Feu Igné, et il y a ceux aujourd'hui qui vivent les Théophanies. Cela peut être les mêmes, bien sûr, mais souvent vous avez des sœurs, des frères, qui vivent ces Théophanies sans même savoir ce que c'est, sans même savoir… sans rien avoir demandé, et même chez des frères et sœurs qui se nommaient athées ou incroyants. Oui, mais parce qu'ils ont su garder en eux cette dimension d'enfant intérieur ; quelle que soit leur position sociale, quelle que soit leur richesse, ils ont gardé cette âme d'enfant.

Si cela vous intéresse, bien évidemment, celui qui était cela, de mon vivant, était mon père. Et pourtant il avait ce que vous nommez de l'argent, il avait une carrière, mais il était d'une telle simplicité. C’était mon modèle, effectivement, comme tout enfant, surtout une fille prend modèle sur son père. Et puis j'ai compris que mon père, finalement, n'était que l'image du Christ, une autre forme, un autre visage, une autre fonction, mais je voyais le Christ en lui. Et alors j'ai préféré m'adresser à Marie parce que Marie, pour moi, était plus accessible que le Christ. Elle était ma mère, et cela je l'ai vécu très jeune.

Aujourd'hui vous avez la chance, pour nombre d'entre vous, même avant son Appel, d'avoir vécu, à différentes occasions même, le fait que Marie soit notre Mère à tous. Que cela ait été une brise, un contact avec elle, que cela ait été ses mots, que cela soit une conviction intérieure, ne fait pas de différence. Elle vous a invité à vous abriter sous son Manteau Bleu, à être revêtus vous-mêmes du Manteau Bleu afin que réellement votre cœur rejoigne votre tête, afin que la petite Couronne de gloire de votre tête s'illumine. Mais cette illumination-là ne vient pas de la tête, elle vient du cœur, et elle ne s'accompagne pas nécessairement de visions, même de vision intérieure ou de vision du cœur, mais elle s'accompagne ou se traduit, surtout, de cette Paix qui ne peut être comparée à rien d'autre, à aucune satisfaction de ce monde.

Alors vous pensez bien qu'ayant vécu cela avant mes sept ans, je ne pouvais pas avoir d'autre but que de rejoindre mon Époux et ma Mère. Voilà pourquoi je suis partie si jeune, voilà pourquoi ce qui est bien plus important, c'est mon passage au Ciel, et je le savais en étant très jeune. Je savais que j'aurais l'occasion de réaliser d'innombrables grâces, dès ma mort, et que aujourd'hui, il m'est encore plus facile de vous toucher, d'être avec vous dans votre cœur et de vous faire acquiescer à cette Voie de l'Enfance, cette voie où on se donne soi-même, on donne tout, où on considère n'être rien, parce que c'est en n’étant rien au sein de ce monde que vous êtes Tout.

Vous ne pouvez pas revendiquer, quel que soit votre âge, quoi que ce soit au sein de ce monde et être dans le cœur. C'est aujourd'hui d'autant plus vrai. Il ne peut plus y avoir, et je crois que le Commandeur vous en a parlé de façon humoristique à de nombreuses reprises, il ne peut plus y avoir, à la fois la chenille et le papillon. Il ne peut plus y avoir de chaise. Vous ne pouvez plus osciller de l'un à l'autre. C'est que ce vous faites, pourtant, je vous l’ai dit, mais vous en constatez les effets très rapidement.

C'est une invitation à aller encore plus en profondeur. De laisser tomber tout ce qui est réaction, tout ce qui est adaptation à ce monde. Et d'ailleurs, je sais que vous êtes de plus en plus nombreux à être, comment dire, totalement inadaptés à ce monde. Non pas parce que vous rejetez ce monde mais parce que vous avez trouvé la Paix du cœur, et en trouvant la Paix du cœur, comment voulez-vous continuer à nourrir quoi que ce soit d'illusoire en ce monde. Cela vous donne la Liberté, cela ne vous empêche pas de mener à bien vos responsabilités, mais vous n'êtes plus le même parce que vous conservez la Joie. Et d'ailleurs, je peux même vous dire que dès l'instant où vous n'êtes pas en joie, c'est que vous êtes dans la personne. Si vous êtes dans le cœur, comme vous dites, il ne peut y avoir que de la Joie, et rien d'autre.

Il n'y a pas d'espace pour autre chose que ce sentiment, ce trésor, de savoir que vous êtes chez vous, alors que la personne n'est jamais chez elle, quel que soit le lieu, quels que soient les moyens, quel que soit l'argent, quel que soit le mari, quels que soient les enfants. Tout cela, vous le savez, même si il y a des satisfactions qui vous éloignent de ce que vous êtes. Alors aujourd'hui mon discours sur cette Voie de l’Enfance change un peu parce que maintenant, il n'y a plus de demi-mesure, il n'est plus possible de transiger, il n'est plus possible de négocier, et vous allez le vivre, vous le vivez déjà. C'est l'un ou l'autre, et ça ne pourra plus être l'un et l'autre. À vous de voir.

Et cet éclairage de la Théophanie est quelque chose d'inouï car vous vivez peu à peu, brutalement, progressivement, ce qu'ont vécu les plus grands mystiques de la terre. Et vous le savez, même dans l'ancien temps, que cela soit à travers certains écrits, certains témoignages que vous ont donnés mes sœurs Étoiles, que vous ont donnés certains Anciens, il est facile de comprendre que vous ne pouvez plus nourrir à la fois la personne et à la fois le cœur. À vous de voir, en votre âme et conscience, comme on dit, là où est la Vérité et là où vous vous sentez en paix, en joie, en félicité, en extase, en béatitude, tous ces mots qui ont été employés pour essayer de vous faire approcher cette Vérité que vous vivez pourtant et que votre personnage, s'il est trop présent, empêche de voir, de vivre avec sérénité. C'est cela qui se joue sur l'écran de votre conscience en ce moment. C'est ce qui se joue aussi sur l'écran du monde.

Vous le voyez, plus il y a de Lumière, plus le Christ et Marie s'expriment, plus le tohu-bohu augmente. Pouvez-vous dire pour autant que c'est la Lumière qui provoque cela ? Non. C'est le refus de la Lumière qui provoque cela, le refus de l'Évidence, le refus de l'Amour, le refus de l'Éternité. Et comme le Christ, vous pouvez dire: « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font, parce qu'ils ont oublié. » Le plus grand des pécheurs, s'il est vêtu d'une âme, n'a rien à craindre au moment de la Libération, car comment la Grâce, l'Amour et la Lumière pourraient châtier votre Éternité ? Ce qui est châtié, si vous voulez employer ce mot, c'est ce qui n'est pas conforme, c'est votre personnage, votre personne, les liens de la société, de la vie en ce monde.

Au niveau du cœur, il n'y a rien à trancher, tout est parfait. Et ça ne dépend que de vous, il n'y a aucune circonstance extérieure qui puisse gêner. Ce ne sont que des prétextes, surtout aujourd'hui, ce ne sont que des alibis pour ne pas être dans la Vérité, pour ne pas être dans la Paix, pour ne pas être dans cette extase de l'Enfance. Cela s'installe. Si vous ne le vivez pas encore, je peux vous garantir que vous allez le vivre durant ce mois. Alors d'un côté, vous aurez la Paix, la Félicité, le Cœur ; de l'autre, quelles que soient vos expériences vécues, même au sein de la nature, vous constaterez qu'il y a des difficultés, des souffrances, des chutes, des douleurs, des impatiences, des colères.

Le cœur ne connaît rien de tout ça, et vous ferez très vite la part des choses, quand vous vous mettrez en colère, quand vous accuserez une situation, un frère, une sœur, de votre propre état. Le retour en vous-mêmes sera fulgurant et instantané, c'est en cela que nous avons toujours dit de ne pas juger. Cela ne veut pas dire ne pas voir clair, cela ne veut pas dire fermer les yeux, mais s'occuper de votre cœur et être ce cœur, non pas en pensée mais réellement en vérité, c’est-à-dire être, comme le Christ, la Voie, la Vérité et la Vie, où aucune fausseté ne peut être acceptée et où il n'y a plus aucune place pour votre personnage, votre histoire, vos acquis, vos connaissances, vos expériences. Il y a l'Amour pur.

Je crois que mes sœurs orientales appellent ça Sat Chit Ananda, la Demeure de Paix Suprême, la demeure de Félicité. Quand vous êtes là, vous n'avez vraiment plus envie d'en sortir, quoi qu'il arrive, et c'est d'ailleurs ici que se trouvent toutes les nourritures. Je vous ai parlé de la gourmandise. Certains d'entre vous sont encore plus gourmands, mais vous voyez que d'autres parmi vous n'ont plus aucune gourmandise. Les besoins dits vitaux disparaissent parce que vous êtes nourris par autre chose que ce qui appartient à l'éphémère. C’est aussi cela qui se voit en ce moment.

La nourriture du cœur est surabondante. Il ne peut exister le moindre manque, la moindre peur, le moindre déficit. En la personne, quelle que soit votre opulence à quelque niveau que ce soit, vous serez toujours dans la peur, vous serez toujours dans les questionnements, vous serez toujours dans l'interrogation. Non pas sur votre vie, puisque qu'elle est sûre, mais sur la spiritualité, pour savoir si vous êtes arrivés ou pas. Mais le simple fait de vous poser la question prouve simplement que vous n'y êtes pas, car si vous y êtes, seule la Paix est là. Tout le reste disparaît, disparaîtra ou a déjà disparu. Les interrogations, savoir si vous êtes libérés, savoir quoi que ce soit d'extérieur, de connu en ce monde, ne vous apporte plus rien. Seule la béatitude vous nourrit, et vous le constatez et le constaterez de plus en plus, sur les besoins de sommeil, sur les besoin de distraction, sur les besoins quel qu'ils soient, qui appartiennent à l'éphémère. Ceux-ci disparaissent, et remplacés avantageusement par la nourriture du cœur.

À vous de reconnaître cela. Le reconnaissant, je pense que vous n'aurez aucune difficulté ou aucun état d'âme à vous placer de manière définitive dans cette béatitude qui met fin à tout désir, à toute histoire, à tout personnage, même si votre corps demeure encore ici jusqu'à l'Appel de Marie. Vous voyez, c'est extrêmement simple.

Moi, je ne viens pas vous donner les concepts que vous ont donnés les Anciens, je ne viens pas vous donner les exercices que vous ont donnés certains Anciens. Ce fut utile, c'est d'ailleurs encore utile pour certains de nos frères et sœurs qui dorment, mais vient un moment donné où il faut accepter la crucifixion en tout état de connaissance, en parfaite conscience. Là est votre Joie, là est le baume définitif, mais comme nous vous l'avons dit, il n'y a que vous qui pouvez le faire. Appuyez-vous sur Marie, appuyez-vous sur moi, appuyez-vous sur l'Archange Uriel, car il pourra vous assister. Non pas réaliser le passage mais simplement être présents, par leur Amour et leur radiance, pour vous permettre de ne plus être attachés à ce qui appartient au passé, à ce qui appartient à un quelconque futur, à une quelconque blessure, à une quelconque habitude.

Vous voyez, vous avez réellement toutes les cartes en main. Le cœur est ouvert, le Christ s'installe. Même si vous n'avez jamais senti la vibration du cœur, que cela soit le chakra du cœur, comme vous le nommez, que cela soit les différentes Couronnes, aujourd'hui c'est possible aussi pour vous. Je crois d'ailleurs que Marie vous en a parlé. Alors qu'attendez-vous ? Quelle preuve avez-vous besoin à l'extérieur ? Vous attendez le signe du ciel ? Vous attendez un signe du ciel pour vous ? Mais il est déjà là, à l'intérieur de vous. Alors n'hésitez pas, je crois d'ailleurs que certains Anciens viendront après moi. Oh non pas pour des techniques, mais pour vous rafraîchir peut-être la mémoire, de certains exercices qui avaient été donnés, et qui aujourd'hui, de par la présence de la Lumière, vont voir leur efficacité, si je peux dire, décuplée. Que cela soit la respiration, les mécanismes d'introspection concernant la pensée et le vécu de chaque jour. Mais je laisserai les Anciens faire leur cuisine. Quant à moi, je reviens à cette profondeur, à cet essentiel.

Je veux dire par là qu'aujourd'hui, sans innocence et sans enfance, vous ne pouvez lâcher ce à quoi vous tenez. Surtout si vous êtes, je dirais, d'un certain âge. Si vous êtes un vieux routard de l'incarnation sur cette Terre, cela vous est beaucoup plus difficile que celui qui n'est jamais venu et qui découvre la Joie du cœur, parce qu'il n'y a aucun acquis antérieur, aucune recherche extérieure de connaissances. Ce sont des gens, des frères, des sœurs, qui ont simplement vécu leur vie du mieux qu’ils le pouvaient, sans se poser la moindre question – sur l'Esprit, sur l'Amour – et qui pourtant étaient tout amour dans leur comportement. Alors oui, pour eux, ils sont les premiers parce qu'ils sont les derniers, parce qu'ils ont conservé leur innocence. Et vous savez bien, quels que soient vos âges, que ce n'est pas votre cas, parce que vous avez suivi tellement de voies.

Alors bien sûr, les phénomènes vibratoires ont servi la terre, ils vous ont servi aussi à expandre votre conscience jusqu'à ce qui est nommé le Supramental, je crois. Mais ne vous arrêtez pas au Supramental. Il y a, je crois que vous nommez ça l'Absolu, moi je le nomme le Rien, le Tout, là où il n'y a plus besoin d'aucune idée, d'aucune pensée, d'aucune émotion, d'aucune respiration. Voilà pourquoi je désirais tant partir de ce monde, non pas pour le fuir – parce que j'y étais bien, même dans la souffrance –, mais surtout pour être avec mon Époux et Marie. C'était mon seul but. Est-ce que c'est votre seul but ? Ou est-ce que votre but aujourd’hui est encore d'amasser, de profiter, de vivre des expériences, de vivre des états qui confortent, finalement et en définitive, votre personne, la faisant passer pour importante, croyant jouer un rôle ?

Il n'y a pas de rôle à jouer, aujourd’hui il faut être vrais. Oubliez tous les rôles, toutes les fonctions, soyez vrais. Et s'il existe des rôles que vous avez à jouer parce que ce sont vos responsabilités, alors vous les jouerez à la perfection, parce que vous saurez insuffler, par l'Esprit de Vérité, par le Souffle divin, par la Lumière. C'est en ce que vous vivez aujourd'hui, les uns et les autres, quel que soit votre emplacement, que vous vous éprouvez. Si les colères sortent, même si vous vivez l'extase au moment des alignements, ça veut dire que vous n'êtes pas vrais, c'est aussi simple que cela.

Je ne vous demande pas de vous sentir coupables, je ne vous demande pas de vous flageller, je vous demande simplement à le reconnaître avec votre cœur, et à ce moment-là, la Grâce agira. Mais vous ne pouvez pas prétendre vivre des expériences et continuer à jouer le jeu de la personne avec ses réactions, avec ses colères, avec ses tristesses, avec ses pleurs. C’est que vous êtes encore soumis à cela. C’est cela que vous allez voir. Effectivement parfois avec une certaine dureté au niveau du corps, au niveau des maladies, mais quelle importance, cela concerne l'éphémère. Bien sûr, occupez-vous de votre corps mais voyez pourquoi cela se produit, et voyez-le à l'intérieur de vous, non pas dans un prétexte extérieur de quelqu'un qui vous a fait du mal, ou d'une colère qui s'est échappée de vous.

Si vous êtes dans le cœur, vous n'avez rien à contrôler ; si vous avez besoin de contrôler vos émotions, vos pensées, c'est que vous êtes encore dans la personne, et que vous êtes encore inscrits dans l'éphémère et que votre cœur n'a pas rejoint son Éternité. Il s'est entrouvert, vous l'avez vécu, vous le savez en tant que personne, mais vous êtes-vous effacés réellement et concrètement ? Avez-vous compris et vécu que l'autre, même le pire ennemi, n'est que vous ? Avez-vous accepté cela ? Avez-vous accepté ? Non pas pour fuir mais pour voir tout ce qui est faux.

Alors soyez justes mais surtout soyez vrais avec vous-mêmes, soyez intransigeants avec votre personne. Pas par la contrainte, vous ne le pouvez pas, mais simplement en vous plaçant dans votre cœur, vous devenez intransigeants. Vous ne laissez plus rien passer, non pas parce que vous contrôlez une quelconque situation, une quelconque relation, mais parce que justement vous vous démontrez à vous-mêmes que la Lumière est agissante, au-delà de toute revendication et de toute volonté personnelle. Alors bien sûr c'est exactement contraire à ce qui est prôné, je dirais, en ce monde aujourd'hui, où on pourra vous traiter de naïfs. Bien sûr, ceux qui ne le vivent pas, ne peuvent pas le comprendre et encore moins l'accepter. Mais est-ce que vous êtes encore dépendants du regard de l'autre, fût-il votre mari, votre femme, votre enfant, ou est-ce que vous êtes avec le Christ ? À vous de voir. À vous de le vivre, de l'éprouver. C'est comme ça que se forge cette Éternité, cette Théophanie.

La Théophanie a été des expériences, aujourd'hui c'est l'état de celui qui est libre de toute personne, de tout personnage et de toute histoire. Et vous avez la Grâce inouïe de pouvoir vivre directement, sans vous poser des questions, en voyant ce que vous vivez, car quand vous êtes dans le cœur, vous êtes en paix. Vous n'avez pas besoin de dire « je suis dans le cœur », vous n'avez pas besoin de contrôler quoi que ce soit, parce que l'évidence de la Lumière, la Grâce, sa fluidité, est synchronicité. Tout est harmonieux, tout est paisible, même en les contrariétés. Vous ne perdez plus votre calme, vous restez en votre cœur, là où est la solution. Une solution définitive, qui sera bien réelle pour vous au moment de l'Appel de Marie.

Alors chaque jour qui passe doit être mis à profit pour aller encore plus en profondeur, pour voir ce qui est important, ce qui est vrai et ce qui n'est pas vrai. Votre personne ne peut pas être vraie, parce qu'elle est toujours conditionnée par des croyances, par les expériences, par le vécu, par les émotions, par vos rôles et fonctions au sein de ce monde, de votre vie professionnelle si vous en avez une. L'attrait de la solitude, l'attrait de la nature, l'attrait aussi de vos communions, de vos rencontres entre frères et sœurs ouverts est fondamental, parce qu'elles vous donnent une image de la Paix, elles vous donnent et vous renforcent, en quelque sorte, dans l'accès à cette profondeur.

Je sais que beaucoup parmi vous ont senti le travail sur les Portes qui correspondent à ma fonction d'Étoile, au niveau des aines et aussi au niveau du sacrum maintenant. Il vous a été expliqué d'ailleurs longuement par le Commandeur ce qui correspondait aux manifestations latérales du corps. Mon but n'est pas de rentrer là-dedans mais bien d'attirer votre conscience sur ce qui est vu, sur ce qui se manifeste tout simplement dans votre vie : la colère, la tristesse, la douleur, la maladie, et à l'inverse, la Félicité. Vous savez, il y a eu de nombreuses sœurs Étoiles qui ont passé leur vie à vivre des maladies terribles. Je crois d'ailleurs que sœur Yvonne-Aimée, Étoile Ki-Ris-Ti, vous en a parlé longuement. Ce qu'elle a vécu est tout à fait vrai mais est-ce qu'une seule minute, même à l'agonie de ses différents comas, est-ce que le Christ l'a quitté ? Jamais. Vous voyez, le problème n'est pas la maladie, le problème, c'est la personne qui empêche justement la Lumière de faire son œuvre.

Bien sûr, quand le corps est malade, il faut s'en occuper, mais il faut aussi s'occuper de votre cœur car le véritable baume, celui qui met fin à la souffrance, celui qui met fin à la douleur, c'est celui-là. Tout le reste ne sont que des palliatifs, que des moyens de remettre en ordre une mécanique, qu'elle soit physique, émotionnelle ou mentale, mais jamais cela ne fera disparaître la personne, l’émotionnel et le mental. Il vous faut plonger dans votre cœur, maintenant plus que jamais, par la Grâce de la Théophanie, par la Grâce de nos contacts aussi. Cela va devenir chaque jour plus évident, et c'est vous, encore une fois, qui décidez.

Alors soit vous êtes influencés par ce qu'il reste de personne, par ce qu'il reste de la sphère relationnelle, sociétale, amicale, affective, et vous savez très bien que vous ne pouvez plus changer les autres par les mots, vous ne pouvez plus les convaincre, c'est aussi respecter la liberté de chacun. Mais vous avez la possibilité de prier pour eux, non pas pour les sauver de quoi que ce soit mais prier pour la vérité de leur cœur, là oui. Et priez aussi pour vous, pour la vérité de votre cœur. Appuyez-vous sur votre cœur, non pas dans un sens moral mais dans le sens de la félicité que confère le cœur. Ailleurs, il n'y a que de la peur. Ailleurs que dans le cœur, il n'y a que des hésitations, il n'y a que l'alternance de souffrances et de joies. Il n'y a pas la vraie Joie, il n'y a que des succédanés de la Vérité.

Alors, n'oubliez jamais la petite Voie de l’Enfance de Thérèse, parce qu'aujourd'hui elle prend tout son relief et toute sa vérité pour chacun de vous, où que vous soyez à présent. Que vous soyez dans le Soi, que vous soyez dans le déni, dans la colère, dans la négociation, ça ne fait pas de différence. Laissez tomber tout cela et allez à l’essentiel. Rentrez en vous, voyez-vous, tels que vous êtes en éternité, là où il n'y a rien à voir que la béatitude, là où vous ne dépendez d'aucune forme, d'aucune histoire, d'aucun alibi. C'est ça qui met fin à ce qu’il peut rester de personnage et de personne. Vous ne pouvez plus maintenant et dorénavant, mettre fin à votre personnage par vous-mêmes. Le cœur remplace tout le reste.

Vous n'avez pas besoin de savoir aujourd'hui ce qu'il peut rester encore de résiduel. Occupez-vous de votre cœur. Soyez ce cœur aimant, soyez cette Félicité, et tout le reste vous apparaîtra tellement anodin, tellement futile, tellement inutile même. C'est comme ça que vous arrêtez de jouer le jeu de la dualité, parce que vous ne pouvez pas trouver l'Unité, le Christ, Marie, au sein de la dualité, même au sein des histoires dites bibliques. Ce ne sont que des paravents, la Vérité est intérieure. « Cherchez le Royaume des cieux qui est au-dedans de vous et le reste vous sera donné de surcroît. » Par contre, si vous tournez votre conscience vers l'extérieur, vous constaterez que cela vous sera de plus en plus difficile, en toute activité, en tout maintien, quelque part, d'une illusion quelconque.

Et par contre la Lumière peut vous envoyer des choses à résoudre. Ces choses à résoudre ne sont pas des obstacles à proprement parler, mais des choses qui sont à voir en vous et qui attirent votre attention sur les ultimes failles de votre personne qui ne laissent pas pénétrer la Lumière. C'est ainsi que vous les voyez. Non pas en y réfléchissant, non pas en remontant l'écheveau des causes karmiques ou psychologiques. Bien sûr qu'elles existent, mais elles concerneront toujours la personne et ne vous donneront jamais accès à la Vérité. La Vérité n'est pas de ce monde, la Vérité est dans votre cœur, et nulle part ailleurs. Elle n'est dans aucun rite, dans aucune religion, dans aucune adhésion à quoi que ce soit concernant ce monde. Elle est uniquement dans votre vécu en le cœur, et ce vécu en le cœur, c'est avant tout la félicité, maintenant.

Bien sûr que vous pouvez en sentir les vibrations, bien sûr que vous allez sentir aussi de plus en plus le travail de la Lumière, que cela soit au niveau de ce que vous nommez les Couronnes, dans cette fusion du cœur et de la tête, qui est liée je vous le rappelle, à l'allumage de ce qui a été nommé le Lemniscate sacré, l'allumage de votre Merkabah. Tout ça, ce sont des mots, parce que vous avez besoin de mots, mais aucun mot ne vous fera vivre la Vérité. Il faut vous l'éprouver à l'intérieur de vous-mêmes, sans ça vous êtes à côté, vous n'êtes pas dedans. C'est simple, il n'y a pas à juger, il y a juste à constater.

Le cœur est Félicité. Auparavant, nous vous disions que le cœur était vibration, comme la conscience était vibration. C’est vrai, mais vous êtes au-delà de la conscience, et pour cela il n'y a pas de vibrations, même si elles sont présentes. Il y a juste cette Félicité qu'aucun mot ne peut décrire, qu'aucun adjectif ne peut traduire, mais quand vous le vivez, vous le savez instantanément. Quand vous l'avez vécu une fois, vous passez votre temps et vous passerez votre temps à essayer de le revivre. C'est simplement l'emplacement au sein de la personne qui veut, qui empêche de le vivre. Il vous faut sacrifier votre personne, accepter que vous n'êtes rien du tout, que tous vos affects, tous vos liens de ce monde, passeront au moment de la mort – en fait la Résurrection.

Alors quelle importance ? Qu'avez-vous à perdre ? Que craignez-vous ? Posez-vous réellement la question, voyez-vous sans faux-fuyants. Que préférez-vous, la félicité du cœur ou tout le reste ? Ça ne peut plus être l'un et l'autre. Si vous êtes en Félicité du cœur, en Théophanie, alors tout le reste y est inclus, est en vous, mais pas avant. Avant, ça va devenir de plus en plus dur. Je vous l'ai dit, la Lumière fait son œuvre. Le tohu-bohu, Marie vous l'a dit, s'installe durant ce mois de juin, que le signe céleste soit présent ou pas, d'ailleurs. Parce que vous le savez, les signes célestes avancent vers vous selon ce qu'elles rencontrent, selon vos agissements, selon votre comportement, selon l'adhésion à l'illusion des humains-âmes à l'illusion de ce monde. Vous ne pouvez plus aider avec des mots, ni vous aider avec des mots, vous ne pouvez plus vous fuir, vous ne pouvez qu'être vrais. Et c'est cela que la Vie, en cette période, vous montre.

Si vous êtes vrais, alors c'est la Félicité. Si quelque part vous êtes faux ou en dissonance, alors vous êtes en colère, vous êtes serrés, le corps fait mal, le corps se casse, pour vous aider à trouver ce que vous êtes. N'oubliez pas que le silence est fondamental. Je ne parle pas de méditation ni de prière mais de silence. Voir ce qui se déroule quand il n'y a ni pensée, ni émotion, ni perception du corps, et pourtant vous êtes présents. C'est ce qui précède, je crois, ce qui est nommé la disparition.

C'est ça qu'il faut voir, parce que vous êtes très nombreux, effectivement, déjà à avoir disparu rien qu'en nous écoutant, rien qu'en nous lisant, rien qu'en méditant, et au retour vous constatez que quelle que soit l'intensité de cette disparition, la béatitude petit à petit s'éloigne, se reproduit quand vous décidez de faire une Théophanie, mais vous êtes obligés de le décider ou de le penser. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que vous avez trouvé votre cœur mais que celui-ci n'est pas encore apparu au sein de la personne. C’est cela qui se vit maintenant, et c'est une grande joie. Aucune joie de ce monde ne peut vous apporter cela, aucun être humain de cette planète ne peut vous apporter cela. Aucune satisfaction professionnelle, affective, aucune bonne santé, ne peut vous apporter cela. Seul le cœur le peut, parce que c'est ce que vous êtes, parce que c'est ce qui est vrai.

Alors qu'attendez-vous, vous tous qui avez vécu des Couronnes, qui avez vécu ne serait-ce qu'une petite Théophanie, une seule fois ? Voyez que c'est justement votre personne qui empêche de le vivre, qui empêche de vous installer. Et plus vous le cherchez, et plus vous le voulez, plus cela s'éloigne parce que vous ne pouvez le tenir. Il faut être libres pour vivre la félicité du cœur. Rassurez-vous, ne culpabilisez pas, cela vous est promis au moment de l'Appel de Marie. Mais je vous rappelle quand même que les tribulations humaines, elles, ont déjà commencé. Elles ne peuvent que s'intensifier, quelle que soit la date de visibilité du signe céleste, quelle que soit donc la date de l'Appel de Marie.

Et c'est justement dans cette période, qui peut sembler à beaucoup d'entre vous, même éveillés, délicate, si je peux dire, que se trouvent les plus grandes opportunités de vous rejoindre, d'être vrais, tout le temps, non pas seulement à certains moments, et après de revenir au sein de la personne qui porte son masque, qui joue un jeu, qui joue un rôle, et qui n'est pas vraie. À vous de décider. Et encore une fois je vous le redis, il n'y a que vous qui pouvez le décider. Aucune Lumière extérieure ne le peut. Elle peut vous faire vibrer, elle peut activer les Portes et les Étoiles, elle peut faire vivre l'Onde de Vie, elle peut vous faire percevoir le Canal Marial, elle peut même vous faire percevoir la Couronne radiante du cœur, qui signe, vous le savez votre liberté.

Mais qu'est-ce qui vous empêche d'être libres maintenant ? Qu'est-ce qui vous bloque ? Qu'est-ce qui existe, au sein de la personne et de l'histoire, qui fait encore écran, parce que vous l’avez pourtant vécu? C'est vous-mêmes. Il n'y a aucune situation extérieure, aucun être qui peut vous empêcher d'être vous-mêmes aujourd'hui. Alors profitez de ces grâces, faites-en l'expérience et surtout vivez-le en permanence. Effacez-vous, oubliez tout ce que vous avez appris, oubliez tout ce que vous avez expérimenté, oubliez même, je dirais, tout ce qu'il se produit sur la scène de théâtre de ce monde, parce qu'il deviendra de plus en plus tourneboulé, si je peux dire, de plus en plus altéré.

La seule certitude et la seule protection est votre cœur. Tout le reste ne sont que des balivernes, que des occupations, des passe-temps. Il n'y a plus de temps à passer maintenant, il y a à être vrais. Alors pas de faux-semblants, pas de faux-fuyants. Quand il y a une tristesse, une colère, une peur, acceptez-les. Vous ne pouvez pas dire qu'elles ne viennent pas de vous, elles viennent de votre personne, et ça signifie simplement que vous êtes encore cette personne, même si vous avez vécu le cœur. Vivre le cœur et être le cœur, il y a une petite nuance. Être le cœur, il n'y a plus de fluctuations, il y a une permanence de la Félicité, quoi qu'il vous arrive. Si la personne est encore là, vous sortez du cœur très vite, vous vous emparez des problèmes et vous avez encore l'impression de pouvoir tout contrôler, tout diriger. C'est une erreur funeste.

Je vous engage à aller vraiment dans la profondeur et de voir ce qui s'y tient. Et de demeurer là, parce que c'est facile aujourd'hui, quelles que soient les circonstances du monde. La Lumière a gagné, vous le savez, elle est plus présente que l'ombre sur la lumière. Et pourtant, quand vous ouvrez vos yeux, vous ne voyez que l'ombre à l'œuvre. La seule solution est votre cœur.

Voilà ce que j'avais à vous délivrer. N'oubliez pas que quand il vous semble sortir du cœur, par la manifestation de votre personne, par les émotions, par le mental, par les questions, faites appel à moi, afin de retrouver la spontanéité de l'enfance. Je serai là, vous apportant ma radiance et peut-être que cela vous facilitera ce retournement, qui n'est pas une tâche mais qui est bien cet abandon total, cette foi totale en l'Éternité, et certainement pas en les circonstances de votre personne.

Permettez-moi, avant de vous quitter, de m'installer en votre cœur et de vivre, où que vous soyez, à quelque moment que vous lisiez cela ou l'entendiez, de vous poser maintenant, de fermer les yeux, et de nous accueillir les uns les autres, par la grâce de la Théophanie.

… Silence....

Je suis votre petite Thérèse et je vous aime, au-delà de ce que vous pouvez penser et imaginer ou croire. Je vous dis à toujours, en l'Éternité. Je vous dis aussi à bientôt pour certains d'entre vous ; au sein des Cercles de Feu, je serai avec vous. Tout mon Amour et toute ma Présence est inscrite en vous. À très bientôt.



* * * * *



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Dim 11 Juin - 08:39 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


URIEL



Je suis Uriel, ange de la Présence et Archange du Retournement. Bien-aimés enfants de la loi de Un, communions ensemble, quelques instants, en le silence du cœur et de l'Éternité.

… Silence…

Aujourd'hui je viens à toi, dans le silence de ton éternité, t'aider à te découvrir, te montrer ce que tu es, afin que tu le sois, et ce, pour toujours. Alors écoute-moi et entends-moi en le silence de ton cœur. Je viens déposer la gloire de l'Un, là où tu te tiens de toute Éternité et là où tu n'as jamais ni apparu ni disparu, là où est ta vérité. Accueille-moi comme je t'ai accueilli dans les demeures de l'Éternité.

Repose-toi en ton sein, repose-toi en les profondeurs de ce que tu es, là où il n'y a nulle fin, là où il n'y a nul début et où tout n'est que Joie, Félicité et extase. A cet instant, où que tu sois, je t'invite à être toi-même au-delà de toute apparence, de toute chair et de toute forme.

Je viens chanter le chant de ta résurrection, celui qui accompagne le sacrifice de cet éphémère qui t'a tant fait espérer et en même temps tant leurré sur la finalité de ce que tu vis en ce monde. Ouvre-toi, ouvre en grand ce que tu es et laisse être ce qui n'a pas besoin de paraître, et laisse être ce qui jamais ne peut disparaître.

Alors, en le temple de l'Unique, en le temple de chaque Un, je dépose le chant de la Joie, le chant de la Résurrection, ainsi que l'annonce de ta délivrance. Alors regarde là où je me tiens, là où tu es avec moi et là où tu es l'Unique, là où seul l'Amour est présent, l'Amour qui est tout, en tout monde comme en toute vie, même ici au sein où tes pieds sont encore posés, en cette dimension.

Je viens donc chanter le chant de la Résurrection qui précède de peu l'annonce faite par le ciel et la Terre de ta délivrance. Les temps sont accomplis et le temps est venu de mettre fin au temps, de mettre fin à l'illusion de son déroulement.

Toi, qui ne connais nul temps, nul espace, étant à la fois tout temps et tout espace en quelque demeure que tu te situes, reconnais-toi en ce chant d'Amour et de Résurrection, reconnais-toi en la vérité de ta délivrance. Et chante, chante le chant du Silence, et danse la danse de l'immobilité, celle qui te permet d'être à la fois ici et ailleurs et de partout en même temps, sans être fixé nulle part, étant présent en chaque conscience, en chaque monde comme en chaque dimension, transcendant alors le principe de la forme, rejoignant l'essence de ce que tu es. Alors, je peux te le dire, toi l'ami et l'aimé, rejoins-toi là où tout n'est que beauté, là où tout chante la gloire de la Vie, la gloire de la Vérité et la gloire de l'Éternité.

Accueille-toi comme je t'accueille en moi, accueillons-nous chacun où que nous soyons, de quelque dimension que nous venions, car nous sommes la même essence, la même danse et la même vie. Entre nous, il n'y a point de barrière, entre nous il n'existe nulle limite car tout y est infini, tout y est vaste, au-delà de toute perception de distance. Tout est ici, là où je me tiens et là où tu te tiens. En cet espace, il n'y a pas de place pour la moindre différence, il n'y a pas d'espace au sein de cette vastitude pour la différence, il n'y a pas d'espace pour la souffrance. Là où est l'Essence, là est la Vérité que tu es, au-delà de toute apparence, au-delà de toute souffrance.

Reconnais-toi. Le temps est venu de répondre à l'appel, le temps est venu de retrouver ton éternité, le temps est venu de ne plus te retourner en arrière de toi, car aucun passé ne peut te freiner, car aucune condition ne peut te limiter dès l'instant où tu acceptes de voir ce qui est vrai. Tu n'as besoin ni de ton cerveau, ni de tes sens, tu as juste besoin d'être là, en toute transparence et en toute évidence.

Je t'accueille au plus profond de mon cœur, comme tu m'as accueilli au plus profond de ton cœur. Nous nous rejoignons ainsi dans le cœur de l'Unique, nous nous rejoignons ainsi pour l'Éternité, pour la gloire de la Vie et pour la gloire de la beauté. Ainsi est le chant de l'Amour, ainsi est la Vérité. Elle ne souffre aucune incomplétude, elle ne souffre aucune différence et pourtant, il y a tant de formes dans les vastes mondes, dans les vastes univers et multivers que tu es appelé à retrouver, mettant fin à la souffrance et à l'illusion, mettant fin aux apparences, aux faux-semblants et à l'illusion.

Alors réjouis-toi, de la joie de l'enfant qui ne se pose pas de questions sur demain et qui jamais ne regarde derrière, immergé dans l'instant, immergé dans l'Éternité. Tu es là et je suis là. Nous sommes Un, unis et ensemble. Il n'y a pas de distance, il n'y a pas de différence, il y a juste l'évidence de notre danse Une, il y a juste l'évidence du silence. Rejoins-moi afin de te rejoindre, afin que je t'acclame lors de ton passage, afin que je sois le phare de tes nuits illusoires, te donnant à vivre la Vérité du jour infini et non terminé et qui ne terminera jamais, là où l'aube n'a pas besoin de se lever et où la nuit n'a pas besoin d'apparaître, là où le cycle des planètes n'interfère pas sur ta liberté et ne vient pas te limiter à quelque expérience que ce soit, mais t'offrant dans la même danse et la même ronde la plénitude de ce que tu es.

Alors toi, l'ami et l'aimé, rejoins, rejoins ce que tu es. Nous t'attendons tous. La Création entière chante le chant de ta délivrance avec toi, les anges se penchent chaque jour et à chaque instant à ton chevet, au chevet de ton cœur qui ne connaît personne, qui ne reconnaît que l'Amour, qui ne vit que l'Amour et qui est Amour.

Entends, entends ce qui est, entends ce qui vit, entends ce que demande ton Éternité à ton éphémère, et ne tiens plus compte des demandes de ce monde. Rejoins, rejoins-toi là où tout est facile et tout est légèreté. Éloigne-toi de ce qui est pesant et lourd. Transforme-le par ton éclat et ta Lumière, par ta vérité et ton chant. Laisse-toi élever en les demeures de l'Éternité. Rien ne peut résister à cette Ascension et à cette Liberté. Rien ne peut s'opposer au vrai et au véritable.

Écoute, écoute ce que te dit ton cœur en cet instant. Écoute ce que je chante en toi qui n'est rien d'autre que le chant de ta délivrance, le chant de ton Éternité. Le Verbe anime ce qui longtemps était inapparent et semblait être à chercher tout autour de toi au sein de ce monde et pourtant, tu l'as vécu, tu n'as trouvé aucune issue au sein de ce que tu vis en ce monde et pourtant, tu as tant cherché.

Aujourd'hui, je te le dis, l'heure est à la délivrance. Il n'y a plus rien à chercher, il n'y a plus rien à espérer, il y a juste la célébration de la Joie, la célébration de l'Amour, la célébration de l'Éternité. Ne te retourne pas ailleurs qu'au-dedans de toi. Ni passé ni futur, tous les temps sont inscrits en cet instant, là où se résout l'équation, là où se résout l'improbable devenant certitude et évidence. Je t'invite à cette danse, où que tu sois sur cette planète. Il n'y a pas d'obstacles, il n'y a pas de frontières, si ce n'est dans ta tête. Il n'y a pas de distance entre les univers et les multivers, il n'y a pas de cloisonnement dans la Liberté. Il y a juste ce que tu es, et ce que tu as envie de créer, et ce que tu as envie de dé-créer en la liberté totale de ce que tu es.

Alors, n'hésite pas, laisse-toi faire, laisse-toi être afin que plus jamais ne roulent des larmes de pleurs ou de peine sur ton visage. Ton visage de gloire ne connaît pas cette humidité. Il ne connaît que la chaleur du cœur et le Feu du cœur, là où la Vie danse en toute liberté et n'est comprimée par aucun élément, d'où qu'il soit ou d'où qu'il vienne. Je t'invite à la Joie, au banquet et au festin de la Joie, là où ne peut exister la moindre incomplétude, là où ne peut exister la moindre question, car en toi, tu es la réponse au même titre que tu es la Voie, la Vérité et la Vie.

Je t'invite à être au-delà de toute apparence. Je t'invite à être au-delà de tout mot, au-delà de tout discours, au-delà de toutes tes idées, au-delà de toutes tes espérances, car même dans tes espérances les plus folles, jamais tu n'as pu te douter que la Vérité est bien plus grande que le plus grand de tes espoirs.

Alors ne désespère plus jamais, car tout est accompli. Le temps est venu de sortir de ce qui souffre, le temps est venu de sortir des faux-semblants, le temps est venu de ne plus être limité par une forme ni par une identité, car comme tu le vis peut-être ou comme tu le vivras, tu es toute identité, d'où qu'elle vienne et d'où qu'elle soit. Le monde est en toi et le monde est toi. Bien-sûr je ne parle pas de ce monde, mais du monde de la Vérité, du monde de la beauté et du monde de l'Éternité, où toutes les formes sont possibles et aucune ombre ne peut être projetée et aucune ombre ne peut y apparaître, car tout y est Lumière, tout y est abondance et tout y est perfection.

Où que soit ta demeure, en ce qui est à vivre par-delà ce monde, sache que ta demeure est la demeure de chacun, qu'il n'y a pas de propriété, qu'il n'y a pas d'appartenance. Il y a juste des résonances qui viennent de tes lignées, de ton origine, mais celles-ci aussi s'harmonisent et s'unifient au sein de la fusion des Éthers, au sein de l'Unique.

Toi, Fils Ardent du Soleil, écoute, écoute le chant de ton être, écoute le chant de ta planète, qui se lève par endroit afin de s'élever vers le ciel et de rejoindre ce qui vient et ce qui est. Pose-toi, et surtout repose-toi. Ne souffre plus, ne t'interroge pas, sois simplement présent, simplement là, où est ta vraie place qui est toute place. Ne sois limité par rien de ce qui vient de ce monde où tu es encore posé, car bientôt tu te reposeras au-delà de ce monde, là où est la Vérité. Qu'as-tu à mener ? Qu'as-tu à chercher au sein de cette Vérité qui ne soit déjà révélé et déjà acquis ? Il te suffit simplement de tourner ton regard vers ce qui a toujours été et qui sera toujours.

Alors, en cet instant, je nomme pour toi le Paraclet, j'appelle l'Esprit de Vérité, j'appelle ton Esprit à être ce que je suis, afin d'être ce que tu es. Ne mets pas de distance, ne mets plus de différence, ne nomme plus, car tu n'as pas besoin d'être nommé, tu as juste besoin de te reconnaître, au-delà de toute idée, de toute forme et de toute question.

En cet instant, où que tu sois, je t'invite à laisser partir ce qui est parti et ce qui ne peut demeurer au sein de l'Éternité. Je t'invite à remercier la Vie, je t'invite à remercier l'Amour parce que tu es cela. Alors, rends-toi grâce à toi-même, pardonne-toi ce que tu penses encore avoir à pardonner à toi-même ou à chacun de ce monde. Accorde ton pardon et accorde ta paix à tout ce que ton regard croise, à tout ce que tes pas foulent. Ne fais pas de différence entre les formes, entre les règnes, ici-même en ce monde.

Alors, toi l'ami, toi l'aimé, regarde, regarde là où il n'y a pas besoin d'yeux, là où il n'y a pas besoin de sens, là où il y a juste l'Evidence. Nourris-toi afin de ne plus avoir jamais faim. Désaltère-toi afin de ne plus avoir jamais soif, afin de n'avoir nul besoin, car tout est déjà assouvi, avant même que tu l'exprimes, en les demeures de la Liberté. Comment veux-tu encore, vivant cela, l'entrapercevant ou l'installant, encore demeurer au sein de l'illusion ? Reste quand même en ce monde jusqu'à la fin de l'illusion, mais l'illusion a pris fin pour toi dès l'instant où ton cœur a résonné en la Théophanie, dès l'instant où ton cœur s'est élevé vers la Vérité.

Regarde, bientôt tu auras la possibilité de voir d'un autre emplacement ce qu'est ce monde, ce qu'est ta personne car rien ne doit demeurer caché afin que tu t'établisses en l'Éternité le cœur léger, sans remords ni regrets, sans attachements, et surtout en la Liberté. Arrête, arrête de chercher, arrête de parcourir les sentiers inutiles de la connaissance car tout est déjà déposé en toi et est demeuré intact depuis le commencement de ce monde, depuis le commencement de cette illusion.

Rappelle-toi : tu n'as rien à faire, tu n'as rien à posséder, tu n'as rien à connaître qui ne soit déjà présent en toi. Il te suffit simplement de regarder en ta profondeur, il te suffit simplement d'être juste et d'être vrai, non pas en ce que tu crois, mais dans la qualité et la quantité de l'Amour qui émane de toi naturellement. Ainsi, tu irradies la splendeur et la beauté, sans aucun désir et sans aucune volonté, parce que cela est ta nature et cela est ton essence. Je t'invite à sortir de tous les phénomènes afin de rentrer dans le noumène, afin de rentrer en ton éternité, sans retour possible et sans regard en arrière sur ce qui est mort et ce qui est faux.

Je t'invite à la plus grande des légèretés. Je t'invite à ne pas te laisser abuser par ceux qui t'enchaînent dans les circonstances et les habitudes de ce monde, je t'invite à être debout, je t'invite à être humble, je t'invite à être petit, afin de devenir l'immensité, afin de devenir la totalité de la Vérité.

Alors, qu'attends-tu, qu'attends-tu pour être la Vérité ? Qu'attends-tu pour ne pas dépendre de quoi que ce soit venant de tes pensées, de quoi que ce soit venant de toute histoire, de quoi que ce soit venant de tes habitudes ? Je t'invite à la légèreté à nulle autre semblable, qui jamais ne peut être comparée, qui jamais ne peut se trouver au sein de ce monde en quelque plaisir que ce soit et en quelque réussite que ce soit. Là d'où tu viens et là où tu es, en profondeur et en vérité, il n'y a rien à conquérir, il ne peut y avoir de manque, il ne peut y avoir autre chose que la Vie, il ne peut y avoir autre chose que la Vérité.

Alors, je dépose en toi tout ce qui y est déjà, l'éclairant peut-être avec acuité et avec intensité. Toi, l'ami, l'aimé, celui qui est à l'heure du réveil du Serment, celui qui est à l'heure de sa résurrection, ne peut ignorer ce qu'est la Vérité. Il ne tient qu'à toi de te détourner de ce qui ne fait que passer, afin que plus jamais toi-même ne passes dans les grilles de la souffrance, dans les grilles de l'enfermement. Plus jamais cela ne te sera imposé. Plus jamais tu ne referas ce que tu as fait car enfin tu retrouves la Liberté et découvres que tout a toujours été parfait, au-delà des jeux, au-delà des souffrances de ce monde. Retrouve-toi, apaise-toi, pose-toi. Je suis là, je te regarde.

Laisse-moi être là, simplement là, en ton cœur et en ton sein. Laisse-moi chanter avec toi le chant de ta délivrance. Laisse-moi chanter avec toi le silence de ton éternité.

Toi, qui étais déjà présent avant toute forme en quelque dimension que ce soit, toi qui as toujours été vivant, je m'adresse à toi. Tu es vivant, tu es re-né. Sens, sens cette joie et une vie nouvelle qui monte en toi, qui ne peut être comparée à aucune vérité de ce monde qui ne fait que passer, comprenant ainsi et vivant ainsi que là est la seule Vérité. Ne te laisse plus abuser par les déliquescences de ce monde. Retourne définitivement ton regard en toi, là où l'éclairage de ce monde t'apparaîtra pour ce qu'il est : des ors et des paillettes qui ne sont que en toc et qui ne peuvent que séduire et jamais convaincre, quelles que soient les apparences.

En ce corps est le temple de l'Éternité. En ce corps où tu es encore placé, ta conscience sait déjà qu'elle a toutes les places et ne peut être figée à aucune place et ne peut être limitée à une dimension donnée.

Écoute, écoute et entends ce que je te dis. Écoute-le et entends-le directement en ton cœur. Et là, ton cœur se tend en l'infini de notre Présence Une afin d'être relâché et afin d'être parfait, car toujours il l'a été, car toujours est ainsi dans l'Éternité. C'est ce que tu es, ce que tu as été et ce que tu seras, quelles que soient les souffrances que tu as pu expérimenter en ce monde. Je t'invite à l'Amour qui ne dépend d'aucune forme, ni d'aucun lien. Je t'invite à l'Amour qui se trouve en toi et qui est toi. Je t'invite à être, au-delà de toute apparence, je t'invite à être, au-delà de toute condition. Je t'invite à être, au-delà de toute histoire. Je t'invite à être, au-delà de tout scénario. Je t'invite à être, au-delà de tout avoir. Je t'invite enfin à être la Vérité que tu es.

N'écoute pas ce que peut encore te dire ta tête par moments et suis ton cœur, en ce qu'il te propose et te démontre, en ce qu'il te montre, en ce qu'il te donne à chaque souffle. Ne te laisse plus abuser par quoi que ce soit appartenant à ce monde. Vis ta vie du plus profond que tu puisses la vivre, et regarde comme ce que tu es même au sein de ce monde arrive à se transformer, sans vouloir et sans effort, sans difficulté, avec évidence, dès l'instant où tu te tiens avec assise et avec solidité là où tu as toujours été.

Je t'invite à te rejoindre pour toujours, je t'invite à ne plus paraître, ici-même, à demeurer fermement établi ici-même, mais simplement en ne voyant plus de différence entre chaque Un. Vois, vois en ton cœur que chacun y est présent. Vis-le, perçois-le et ressens-le, te montrant que l'autre est aussi important que toi, même dans le dénigrement, même dans l'opposition. Tout cela n'est qu'un jeu, tout cela n'est que souffrance qui passe, tout cela n'est que le jeu de la conscience enfermée.

Aujourd'hui, tu découvres qu'il ne pourra y avoir le moindre enfermement en la liberté d'être, en la liberté de ton cœur. Cela est à l'opposé de ce que tu as vécu en ce monde, cela est à l'opposé de ce que tu as pu expérimenter. Les temps sont accomplis, les temps sont venus, le temps est aboli.

Tu as la capacité de le vivre en toi, sans délai et sans attendre. Alors qu'attends-tu pour être là en totalité ? Alors qu'attends-tu ? Souris avec moi. Que ton regard brille de la Lumière de ton cœur. Que tes mains portent ton cœur en chaque geste, que tes mots portent le Verbe en chaque expression. Que ton corps soit ce temple qui irradie la Lumière transmutée et régénérée, te donnant accès à ton autre corps, celui qui jamais ne te quittera et te permet d'expérimenter chacun en chaque dimension, chacun en chaque monde.

Laisse exulter ton cœur, ne réprime pas ce que tu es. Ne sois plus abusé par les dernières sirènes de ton mental, par les dernières revendications de ta personne. Il n'y a plus rien à chercher car il n'y a rien à trouver ailleurs qu'en toi. A l'extérieur ne se trouve que l'apparence, la pacotille, les ors et les dorures qui peut-être t'ont séduit, et qui pourtant ne sont rien en regard de l'or de ton cœur, en regard de l'or de l'Amour. Le temps est venu de rentrer en toi, le temps est venu de rentrer chez toi, le temps est venu de Celui qui vient, le temps est venu de Celle qui t'appelle, le temps est venu de te retrouver en ton entièreté, en ta totalité.

Alors, l'ami, l'aimé, accueille-moi encore toujours plus, ne ferme rien, laisse-toi traverser dans la transparence et l'Évidence, laisse-toi porter par ton cœur, laisse-toi vivre par la vie de l'Eternel. Là où tu es, en ce Cœur du Cœur, il n'y a aucun contrat, il n'y a aucune limite, il n'y a aucun engagement, si ce n'est celui d'être vrai, quoi que tu fasses et quoi que tu vives. Que tu te reposes en amont de la Source, que tu deviennes la Source ou que tu deviennes quelque forme que ce soit, en quelque dimension que ce soit, tout cela est Unique, tout cela est Un, contrairement à ton monde, qui n'est pas le tien et qui t'a enfermé.

Alors toi, l'ami et l'aimé, laisse-toi dévorer par le Feu de la passion d'Amour, laisse-toi dévorer par la Joie éternelle, laisse se consumer ce qui doit disparaître. Laisse-toi être.

Alors l'ami, l'aimé, vis, vis ce que ton cœur est, sans limite, sans frein. Ose, ose enfin apparaître dans ta nudité, dépouillé de tout acquis, dépouillé de tout avoir, dans la nudité de l'enfance, dans la nudité de la virginité qui ne connaît nulle souillure et n'a nulle idée de ce qui est contraire à la Vérité.

Je t'invite aussi à m'appeler, à me nommer, à m'accueillir chaque jour, moi qui porte le message de ta résurrection, et vient regarder ce qui se déroule en toi à chaque minute, à chaque souffle de ce temps qui finit.

Pose-toi encore plus profondément, dépose tes fardeaux sur ce monde. Là où tu es, là où tu te diriges, il n'y a aucune possibilité de fardeau, de poids ou de bagages, puisque tout est en toi. Il n'y a rien à penser, il n'y a rien à préparer, il y a juste à être au-delà de toute apparence et au-delà de tout désir.

Alors, le Verbe de Vie prend naissance depuis ton cœur et souffle en silence à la face de ce monde la Vérité ineffable. Nul ne peut s'y opposer, nul ne peut s'y soustraire.

Toi, l'ami et l'aimé de toute Éternité, toi, l'ami et l'aimé de chaque instant, de chaque présent, souris du sourire du juste, souris de la joie de ton cœur, souris à ce qui s'éloigne, sans regrets et sans remords. Allège-toi, car l'Amour est léger. Sois souriant, car la Lumière est sourire. Laisse-moi vivre avec toi le cœur à cœur au Cœur du Cœur. Laisse-moi être à ta place comme je te cède ma place car entre ma place et ta place, il n'y a pas de distance, il n'y a pas la moindre différence ; et pourtant, chacun a sa place. Cela, tu ne peux le comprendre, cela tu ne peux t'en saisir, tu ne peux que le vérifier, tu ne peux que l'accomplir car cela est accompli de toute Éternité.

Alors, élève-toi au-dessus de toute apparence. Alors, élève-toi au-delà de toute forme. Demeure ici, et pourtant, cela se vit, parce qu'en le cœur tu n'as pas besoin de tes repères en ce monde, car il n'y a ni haut, ni bas, ni dedans, ni dehors, ni extérieur, ni intérieur. Le temps ne s'écoule pas, le temps ne se déroule pas, le temps n'avance pas, car le temps est inconnu, car l'espace est inconnu, dès l'instant où tu acceptes cela.

En ton cœur est le tout, dès l'instant où ta personne n'est rien. Laisse-toi être, lâche tout avoir, laisse derrière toi toute connaissance qui ne peut que t'encombrer et te ralentir. Regarde, regarde ce qui est, regarde la félicité de l'Amour, qui est ton cœur et qui est toi.

… Silence…

En le silence de cet instant, je t'invite à être vrai, toi qui es véritable, toi qui es là en l'Éternité, toi qui es là avec moi. Alors, je te couronne du chant de la Grâce. Alors je te couronne de la couronne de gloire.

Toi, l'ami et l'aimé, ressens la douceur et la puissance de la Vérité, ressens l'intensité de cet Amour sans fin qui ne peut être attaché ni limité. Viens avec moi, je t'emmène à toi. Tu es ranimé de la nouvelle vie dès cet instant. Accepte-le car cela t'appartient, c'est ce que tu es. Laisse l'ardence de ton cœur se communiquer à chacun autour de toi. Laisse l'ardence de ton cœur consommer les dernières réticences en toi comme autour de toi. Tu es cette félicité, tout le reste ne représente rien d'autre que les illusions et que des souffrances en attente.

Toi, tu n'as rien à attendre. Tout est déjà parfait en ce que tu es, au-delà de tout avoir et de toute apparence. Alors écoute-moi. Ce que je te dis maintenant, ce que je dis à ton cœur, cela n'a pas besoin de mots, cela n'a pas besoin de phrases, cela est, simplement, en cet instant.

… Silence…

Mon ami, mon aimé… mon ami, mon aimé, entends ce que je te dis en ton intime, en ta présence.

… Silence…

Alors, en ton cœur, descend l'Esprit de Sainteté, le Chœur des Anges, au loin, dans ce silence. Ton cœur s'élève en les demeures de l'Éternité, en les demeures de l'Éther vrai.

A quoi peux-tu encore être attaché si ce n'est à ta liberté ? A quoi peux-tu être enchaîné si ce n'est à tes illusions, à ce qui ne fait que passer ?

Mon ami, mon aimé, souris. Je suis avec toi, Ici et Maintenant. Ouvre tes mains et reçois ton dû.

… Silence…

Que peux-tu avoir besoin de plus en ce qui est là ? Que peux-tu chercher, puisque tu t'es trouvé ? Tu es là où tout est complet, où tout est parfait, où tout est vrai. As-tu besoin d'autre chose ? Pose-toi cette unique question : que peut-il manquer en cet Amour-là ?

… Silence…

Mon ami, mon aimé, toi qui es l'ami et l'aimé, l'Esprit de Vérité te remplit sans discontinuer. L'Esprit de Vérité est l'allégresse de ton cœur.

… Silence…

Toi, enfant de l'Unique, il est temps maintenant que je me taise, afin de laisser parler mon cœur en ton cœur, là où tout est signe, là où tout est Évidence. Le reste est sans importance.

Je te bénis par trois fois, au nom du Christ, au nom de Marie, et au nom de Mikaël.

Je suis Uriel, ange de la Présence et Archange du Retournement, et en ton cœur, je suis toi.

Sois béni, et va en Paix en la Liberté.

Au revoir, à toujours. Je reste là, en ton cœur.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Dim 11 Juin - 08:49 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


FRÈRE K



Je suis Frère K. Sœurs et frères en humanité, posons-nous ensemble, si vous le voulez bien, et accueillons-nous. J’honore et je salue votre Présence.

… Silence…

Ainsi que nombre d’intervenants vous l’ont dit, vous êtes rentrés de plain-pied dans la période de résolution de l’équation de ce monde, si je peux dire. Permettez-moi tout d’abord, dans cette période de révélation, de révéler à ceux d’entre vous qui ne m’auraient pas reconnu, qui j’ai bien pu être au sein de ma dernière incarnation parmi vous. Je fus en effet Jiddu Krishnamurti. Bien avant, je fus celui qui fut nommé Jésus.

Ainsi, comme vous le savez peut-être si vous connaissez mon histoire au cours de ma dernière vie, je fus reconnu, si je puis dire, très jeune, par certains êtres qui ont vu, bien sûr, au-delà des apparences, qui j’étais. Comme vous le savez aussi peut-être, j’ai renoncé très vite à faire partie d’une organisation quelle qu’elle soit. Ayant eu la chance de vivre un deuil terrible en mon jeune âge, les voiles, non pas de la mémoire mais les voiles qui me masquaient la Vérité ont été supprimés à cette occasion. J’ai bien évidemment toujours refusé, dans ma dernière incarnation, cet héritage, non pas parce que je ne le connaissais pas mais bien plus pour ne pas fausser, si je peux dire, cette espèce de vénération et d’adoration qui était fort gênante par rapport à ce que je voyais.

Ainsi peut-être, si vous avez eu l’occasion de m’entendre ou me lire lorsque j’étais incarné, j’ai toujours tenté de sortir de tous les conditionnements possibles et de tous les connus possibles. Bien sûr, ce que j’ai réalisé était une préparation à ce qui est là maintenant et ce qui se déroule sur cette terre depuis que j’en suis parti. Alors ce que j’ai à vous dire sera peu long, par contre il m’a été demandé aujourd’hui de répondre à vos interrogations concernant justement cette réalité historique qui a tant été déformée par ceux qui, justement, ont créé les organisations après ma venue.

Tout d’abord, ainsi que cela vous a été énoncé à de multiples reprises maintenant depuis très exactement trois mois, il vous a été donné de vivre, de comprendre, d’accepter ou de refuser, que la Terre vit très exactement ce qui vous a été énoncé et annoncé depuis des temps immémoriaux. Comme vous le savez, tout a été fait sur cette terre pour vous faire oublier, non pas seulement ce que vous êtes, mais aussi toutes les bribes de l’histoire qui pouvaient vous donner un fil conducteur et vous ramener à la Vérité. Je viens donc, pour ceux d’entre vous pour qui cela est nécessaire aujourd’hui, rétablir la vérité de cette incarnation que je fus.

Ce que vous avez à vivre est effectivement ce qui a été illustré par ma mort et ma résurrection, c'est-à-dire la crucifixion. C’est-à-dire de saisir, de vivre, la vanité de ce monde, et de croire ou d’espérer que les Royaumes célestes avaient une place dans les conditions d’enfermement de la Terre. Bien évidemment cela est impossible parce que le monde est intérieur, et que ce que vous observez sur l’écran de votre vie n’est en définitive que l’interaction des mondes personnels et individuels, ne dépendant pas de l’ego mais de la présence de l’Esprit, et aussi de l’âme jusqu’à présent.

Ainsi, de manière progressive, l’oubli est apparu et a été remplacé par une organisation où heureusement certains frères m’ont tellement imité qu’ils sont devenus moi, non pas en tant que Jésus mais en tant que Christ. Cela était, au sein de l’Occident, ce que vous avez nommé les saints, qui tout en étant au sein de certaines organisations, ont toutefois réussi à trouver leur cœur et la Vérité au sein de ces organisations. Bien évidemment leur message aussi a été relativement modifié, de façon à ne pas permettre une identification de chacun de vous au Christ. C’est en cela qu’est apparue la notion d’un sauveur extérieur à vous, d’un sauveur tout court, qui devrait revenir à la fin des temps pour vous sauver.

Vous savez pertinemment qu’il n’en est rien, et il n’y a que vous qui pouvez vous sauver vous-mêmes, si tant est que vous croyiez encore qu’il y ait quoi que ce soit à sauver. Ce qui est à sauver ne peut pas être perdu, il a toujours été là, c’est l’Esprit de Vérité, il était simplement occulté, étouffé par l’histoire qui a été altérée par l’enfermement du monde. Et malgré l’ensemencement de la Terre par la Matrice Christique, lors de ma mort sur la croix et ma résurrection, il a été extrêmement facile de tromper l’ensemble de l’humanité et d’égarer les chercheurs à travers des scénarios improbables et des histoires extérieures qui n’ont rien à voir avec la vérité de ce que j’ai pu dire.

Bien évidemment, que cela soit dans les Évangiles que vous connaissez ou dans les Évangiles apocryphes, il existe nombre de descriptions tout à fait réelles de ce qui a été vécu à cette époque, mais qui néanmoins sont travesties quant à la finalité. Rappelez-vous que les forces opposées à la Lumière ne peuvent rien créer, elles ne peuvent que détourner à leur profit quelque manifestation que ce soit au sein de ce monde, de la Lumière ou de la Vérité, afin d’entraîner une distorsion de perception, entraîner ce que vous nommez aujourd’hui une dissonance cognitive, faisant que jamais vous ne pouvez vous trouver. Il en est ainsi aujourd’hui dans votre monde moderne, non plus des religions mais de ce qui est nommé « les distractions ». J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer, voilà de nombreuses années, ce qu’est l’image représentée par vos écrans, qui fait réellement, comme je l’avais dit, écran à la Vérité.

Les forces en présence actuellement sur la terre se révèlent en totalité, nul ne pourra cacher ce qu’il est, nul ne pourra se soustraire à la Vérité, je le confirme encore aujourd’hui. Il vous appartient donc, à l’intérieur de vous et non pas en analysant les faits extérieurs, de retrouver cette fausseté. Ceux d’entre vous qui ont vécu, que cela soit les processus vibratoires que nous avons accompagnés, ou plus récemment ce qu’il se produit avec les Radiances Archangéliques nouvelles ou avec les Théophanies, vous a amenés, même si vous ne pouvez encore y placer, pour certains, des mots ou des explications, à vivre de l’intérieur cette vérité du cœur.

En vivant la vérité du cœur, vous constatez que quelles que soient les histoires menées en apparence au sein de ce monde, aucune de ces histoires ne vous permet de trouver votre cœur. Que cela soit en suivant le Bouddha, que cela soit en suivant le Christ, en suivant quelqu’un, vous n’êtes pas vous-mêmes. Devenir le Christ n’est pas suivre le Christ, c’est réellement disparaître pour laisser toute la place à celui qui s’est sacrifié pour vous, pour vous donner la Voie, la Vérité, et la Vie. Quand je disais que j’étais la Voie, la Vérité, et la Vie, il n’a jamais été question à mes yeux de créer un culte de ma personne, de mon histoire, surtout pour me représenter dans la souffrance de la croix plutôt que de me représenter en Christ glorieux.

Toutes ces images se sont imprégnées en vous, que vous le vouliez ou non, depuis des millénaires, depuis 2.000 ans. Elles vous ont conduits à des erreurs de positionnement, à des compréhensions faussées qui jamais ne vous ont permis ni ne vous permettront de trouver la Vérité essentielle, qui est ce qui se déroule en votre intimité et aucunement dans aucun livre d’histoire, dans aucun livre racontant et narrant des évènements qui se sont produits voilà fort longtemps.

Seule l’Apocalypse dite « de saint Jean » a été rédigée sous ma dictée et est conforme en tout point de vue, que cela soit au niveau des évènements que vous vivez actuellement, que cela soit au niveau de l’aspect purement Vibral, vous amenant, comme cela avait été expliqué lors de la révélation des premières Clés Métatroniques, de vous permettre de retrouver, si je peux dire, le fil conducteur de votre Éternité.

Aujourd’hui les choses sont différentes car rien ne doit rester caché, parce que l’Esprit de Vérité est là. J’ai amené nombre d’entre vous, malgré leur incompréhension, lors de ma dernière incarnation, à se questionner peut-être de façon plus intense. Vous le savez peut-être, mes auditeurs étaient captivés, même s’ils ne saisissaient pas à proprement parler le sens de mes mots. Les conditions, bien sûr, sont profondément différentes aujourd’hui et mes discours de l’époque en tant que Krishnamurti ont préparé le terrain, de la même façon que les Anciens, de manière générale, comme les Étoiles, ont aussi préparé le terrain de votre résurrection.

Il est temps maintenant de dévoiler les usurpations qui ont eu lieu, elles sont innombrables. Elles sont encore présentes aujourd’hui au cours de certains enseignements spirituels où certains me nomment d’un nom qui n’a rien à voir avec la vérité. Rappelez-vous que pour les forces opposées à la Lumière, le nom est ce qui va s’imprimer en vous. Si ce nom est couplé à des histoires, les histoires, que vous les acceptiez ou pas, s’impriment, non pas peut-être en vous mais dans le fonctionnement collectif de l’humanité, et viennent enfermer toujours plus l’être dans l’ignorance et dans l’incapacité de se retourner vers soi-même. Il en est ainsi de l’industrie du spectacle, il en est ainsi de tout ce qui vous est donné à voir sur quelque image que ce soit. Aucune image, aucune intellectualisation, aucune compréhension, ne peut remplacer la Vérité.

La Vérité est un pays sans chemin, je le disais, il n’y a rien à parcourir d’autre que ses territoires intérieurs. Tout ce que vous captez à l’extérieur, tout ce que vous comprenez à l’extérieur, en définitive et en vérité, ne sont que des obstacles mis sur votre chemin, des détournements qui vous empêchent de voir qui vous êtes. Tout cela est terminé. Vous le savez, la Lumière adamantine, depuis la Libération de la Terre, se propage de manière extensive à tous les échelons de cette terre. Un seuil a été franchi le 8 mars, un autre seuil sera franchi demain, c'est-à-dire le 7 juin précisément, permettant alors de découvrir un certain nombre d’éléments au travers du début de dissolution de l’organisation sociétale humaine, dans ses aspects faussés, dans ses mensonges, et dans ses travestissements.

La seule façon de faire face à cela, vous le savez, est de rentrer en vous, en votre intimité, et de ne pas être détournés, attirés ou perturbés par ce qu’il va se dérouler. Le seul sauf-conduit est votre cœur, il l’a toujours été et le restera en ces temps particuliers, avec une acuité bien plus évidente que ce qui était le cas, même pour ceux d’entre vous qui ont vécu les processus vibratoires de descente du Supramental.

Le bien-aimé Jean, vous le savez, était celui que vous nommez, qui se nomme aujourd’hui Sri Aurobindo ; celui-ci était mon scribe bien-aimé. Celui-ci, lors de sa dernière vie, en tant que Sri Aurobindo, a aussi préparé l’humanité à ce qu’il a nommé « la descente du Supramental », à travers ses écrits, à travers son vécu, même s’il y a eu, je dirais, quelques petites erreurs, mais normales à cette époque où il vivait dans sa dernière incarnation, en envisageant lui aussi, comme d’ailleurs la plupart des Anciens, une perpétuation d’un monde qui n’a pas lieu d’être. Mais cette erreur n’est pas importante. L’important, c’est d’avoir annoncé la descente du Supramental et d’avoir stipulé lui-même, au moment de son départ, qu’il reviendrait lorsque le Supramental serait sur terre, à l’intérieur de certains individus, pour accompagner l’installation du Christ. C’est exactement ce qu’il s’est produit, c’est exactement ce que nombre d’entre vous vivez depuis les Noces Célestes ou bien avant, depuis la première descente de l’Esprit saint.

Il est temps donc de rendre à Jésus ce qui est à Jésus, si l’on peut dire. Il est temps aujourd’hui de voir tout cela, non pas sur la scène du monde mais en votre cœur, comme cela vous a été tellement de fois énoncé. Personne, dès demain, ne pourra dire qu’il ne savait pas, car vous verrez par vous-mêmes que la seule solution, la seule échappatoire aux conditions de ce monde, ne se trouve pas dans le changement quel qu’il soit de ce monde, parce que tout changement que vous constatez depuis 2.000 ans ne fait que vous faire progresser vers le règne de l’ombre.

Le règne de l’ombre s’est achevé, quoi qu’en paradent encore certains, à la date précise et spécifique du 13 mai 2017. C’était l’intervalle de temps qu’il fut accordé aux forces de l’ombre pour essayer de séduire et de travestir la vérité selon des accords mémorables et extrêmement anciens qu’il n’est pas souhaitable ni même nécessaire aujourd’hui de connaître. Toutefois la mascarade, l’illusion, l’enfermement, la déviation de la Lumière, la déviation de l’Esprit, tout cela est terminé. La Lumière reprend sa place, sa véritable place en chacun de vous ; que vous le refusiez, que vous le viviez, que vous l’acceptiez ne change rien. En effet, comme vous le savez, cela ne dépend plus de vous ni de nous mais simplement, en restant très vague, de ce que je nommerais une mécanique de la Lumière, ou une mécanique céleste, si vous préférez.

Ainsi donc, la seule vérité possible afin d’échapper aux maillages des histoires et des images, est réellement et concrètement de regarder au-dedans de vous, non pas pour analyser votre personnage, non pas pour connaître ou savoir quoi que ce soit concernant quelque passé, mais en vous immergeant de façon radicale en l’éternel présent, en Hic et Nunc je crois, comme vous disait l’Archange Anaël, parce que réellement et concrètement, la seule Vérité est là. C’est dans les moments où vous disparaissez que la Vérité se découvre ; certains d’entre vous, d’ailleurs, disparaissent, mais n’ont pas pour autant découvert la Vérité, parce que le moment n’était pas encore suffisamment intense, si je peux dire, pour le réaliser, le concrétiser, et le manifester.

Les choses ont profondément changé, non pas à titre individuel mais réellement à titre collectif. Ainsi, dès l’instant où votre regard sera tourné vers l’intérieur, vous constaterez dans les jours et les semaines qui viennent une plus grande aisance à demeurer dans la Joie et dans la Paix, mais à constater aussi certains désagréments, certaines souffrances, dès l’instant où ayant trouvé le cœur réellement et concrètement, vous en ressortez. Vous savez, il n’est pas question, et cela a été répété à d’innombrables reprises, de culpabilité ou de payer quoi que ce soit, mais simplement d’être vrais. Vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie, nous vous l’avons répété suffisamment de fois, je l’ai suffisamment répété lors de ma dernière incarnation, comme lorsque je fus Jésus de Nazareth.

Beaucoup de choses ont été travesties, on m’a fait appartenir à certains Ordres, on m’a prêté des vertus particulières, certains ont dit que j’étais un prophète, d’autres ont dit que j’étais un escroc. Quelle importance ? L’important n’est pas ma vie, l’important est simplement ce que j’ai permis de réaliser en m’abandonnant totalement au Christ dès mon baptême dans le Jourdain, et surtout au moment de ma crucifixion. C’est à ce moment-là que j’ai ensemencé la Terre par mon propre sang mêlé à la Lumière du Christ, la Terre elle-même préfigurant et permettant ce qui se déroule aujourd’hui.

Aucune organisation de cette terre ne peut vous être d’aucune utilité pour vous trouver, vous retrouver, bien au contraire. Il vous faut aujourd’hui, comme je l’ai dit déjà dans ma dernière incarnation et comme j’ai eu l’occasion de vous en parler à d’innombrables reprises, retrouver l’Autonomie et la Liberté intérieure, c'est-à-dire ne pas dépendre de concepts, ne pas dépendre d’idées, ne pas dépendre de votre histoire, ne pas dépendre d’aucune histoire de cette terre, simplement retrouver l’essence de votre être qui est l’essence de mon être. Que vous me nommiez Jésus, que vous me nommiez le Christ, que vous me nommiez Frère K, ne fait aucune différence.

Ce que j’ai réalisé à cette époque-là, aujourd’hui vous le réalisez, chacun de vous est appelé, dès qu’il regarde à l’intérieur, à redevenir ce que j’étais, à redevenir lui-même au-delà de tout monde, et en particulier au-delà de ce monde. Comme je l’avais dit aussi : « Nul ne peut servir deux maîtres à la fois. » Soit vous servez ce monde, soit vous servez l’Éternité. En servant l’Éternité, vous servez le monde bien mieux que si vous ne cherchiez simplement qu’à servir le monde ou servir vos frères et vos sœurs, parce qu’à ce moment-là vous ne faites pas de différence entre celui que vous voyez, qui vous est proche, et l’inconnu qui meurt de faim, de maladie ou de souffrance à l’autre bout de la planète. C’est en ce sens que quand je fus Jésus, j’ai pu dire : « Ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites. »

De la même façon aujourd’hui, ce que vous faites au plus petit d’entre vous, vous le faites à vous-mêmes. Tout est Un, vous le savez, nos frères orientaux l’ont parfaitement expliqué, parfaitement vécu, dégagés de toute histoire, de toute tradition. Aujourd’hui il en est de même pour vous. Quel que soit votre état initial, à partir de demain, que vous soyez libérés vivants, que vous voyez endormis, que vous soyez éveillés, que vous soyez vibrants ou que vous ne perceviez rien, vous verrez très rapidement que tout cela va changer de manière brutale et extrêmement rapide, au fur et à mesure de l’intensification des évènements humains.

C’est donc, non pas quelque chose de paradoxal mais bien plus d’évident pour celui qui acquiesce à la Lumière. Le tohu-bohu de ce monde n’est que le reflet de sa fausseté. Ainsi donc, quand la Lumière éclaire, elle met bas toutes les prétentions de ce qui veut l’altérer, de ce qui veut l’enfermer, de ce qui veut la tromper. Cela vous concerne aussi bien au niveau individuel qu’au niveau collectif et global. Cela ne concerne pas seulement, à partir de demain, la conscience humaine, mais toute conscience en quelque dimension qu’elle soit, présente dans l’environnement de la Terre. Cela concerne aussi bien les insectes, les fleurs, les végétaux, les peuples de la nature, même qui ne sont pas concernés directement dans le processus de Libération de la Terre, mais néanmoins tout ce qui est conscient ou inconscient au niveau de cette terre vivra cette transformation salutaire qui est simplement de tourner son regard à l’intérieur.

Les Théophanies quelles qu’elles soient, réalisées avec vous-mêmes comme réalisées avec le Soleil, avec une situation, avec l’Esprit du Soleil, avec moi, avec le Christ, sont là pour justement vous aider à franchir seuls l’ultime porte. Il n’y a pas de condition plus adéquate et plus parfaite que dans le tohu-bohu de ce monde pour réaliser la totalité de votre éternité, ici même en incarnation.

Comme cela a été dit, beaucoup de charismes sont appelés à se manifester, mais ces charismes ne sont que le témoignage de la Vérité. Ils ne doivent pas, en aucune manière, permettre de faire perdurer quoi que ce soit d’illusoire, sinon, et cela a été aussi dit, vous sentirez parfaitement et concrètement la différence entre les moments où vous demeurez dans la Paix et la Félicité et les moments où vous sortez de cela. Cela deviendra vraiment évident, sans difficulté, sans effort, sans questionnement. C’est en cela que se trouve l’ultime retournement, l’ultime sacrifice et la véritable Résurrection, et ce pendant le laps de temps que nous ne connaissons pas, entre le début des tribulations humaines et l’arrivée du signe céleste. Chaque jour qui passera verra le tohu-bohu augmenté, et la Paix augmentée en chacun de vous qui avez tourné le regard vers l’intérieur. C’est ainsi que vous démontrez à vous-mêmes votre Autonomie, votre Liberté, et le vécu direct que vous n’avez rien à faire au sein de l’enfermement.

Il n’y a pas de marches à gravir, il n’y a pas de montagnes à ascensionner, il n’y a pas de vibrations plus importantes que celles que vous avez vécues, il y a juste la réalisation de qui vous êtes à partir du moment où les derniers voiles et les derniers ultimes voiles personnels et collectifs vont s’effacer. La Paix est au dedans de vous, elle sera de moins en moins trouvable, dans sa fausseté, à l’extérieur. Ceci vous a été dit, c’est tellement simple et tellement évident, et pourtant nombre d’entre vous n’avez toujours pas compris ce qui est à comprendre et qui tient en deux mots ou deux phrases : « Regardez au-dedans de vous ».

Je ne parle pas de méditation, je ne parle pas de vibrations, je parle simplement de faire cesser tout regard extérieur, tout lien extérieur, non pas de manière durable mais l’espace d’un instant. Cet instant très court, dès demain, suffira à vous faire réaliser cela et à vous permettre de vous établir avec facilité et avec de plus en plus de constance dans ce que nous avons nommé la Félicité, la béatitude, l’extase, le Royaume de la Demeure de Paix Suprême, les Royaumes d’Éternité, les Royaumes de la Lumière, vous donnant à vivre l’antagonisme complet entre tout ce qui peut se vivre extérieurement en ce monde, dans quelque domaine que ce soit, et ce qui peut se vivre à l’intérieur de vous-mêmes.

Il n’y a, vous le savez, aucune solution de continuité. En ma dernière incarnation, quand on me posait des questions sur ce qui concernait la linéarité de ce monde, les spiritualités de ce monde, je répondais très souvent que celui qui me posait cette question n’avait pas été de l’autre côté de la rive pour vérifier. Il vous appartient de faire le voyage. Ne croyez pas ce que vous dit votre tête, ne croyez pas ce que vous disent vos perceptions, ne croyez pas non plus ce que vous disent vos vibrations. Ne croyez pas non plus en quelque histoire que ce soit car il n’y a aucune histoire, il n’y a que des enfermements, à la surface de ce monde. C’est pour ça que je disais que mon Royaume n’était pas de ce monde, et c’est en cela que je fus en opposition frontale avec les gardiens du Temple qui se prenaient et qui n’avaient jamais compris ni vécu la moindre once de l’intériorité. Voilà à quoi aboutit le manque d’intériorité, à un travestissement, à la guerre, au conflit, à l’opposition, au meurtre, à la guerre.

La seule Paix véritable est à l’intérieur de soi, nombre de grands êtres vous l’ont dit – je ne vais pas les citer, ils sont innombrables –, et pourtant l’ensemble de l’humanité a continué sur la voie de la distraction, sur la voie de la recherche spirituelle extérieure, de compréhension de ce monde plutôt que de vécu de l’Éternité. Il en est ainsi parce que cela est le propre de ce qui est nommé « ego », il en est ainsi parce qu’il existe, dès que vous naissez en ce monde, la peur de la mort qui est inscrite en l’intimité de ce corps. La falsification, l’illusion et l’enfermement n’ont pas touché, bien sûr, que la conscience, ils ont avant tout et en priorité touché l’organisation de votre structure biologique, faisant que cette structure biologique ne peut pas répondre à l’influx de la Lumière. C’est en ce sens que la préparation fut extrêmement longue lors du retour de la Lumière en cette fin de cycle, en cette fin de révolution zodiacale, un cycle long qui correspond, comme vous le savez, à plus de 50.000 ans.

Les choses sont profondément différentes depuis trente ans, même si peu de frères et sœurs humains incarnés l’ont vécu, mais avec le temps, se sont réalisés nombre d’éléments qui permettent aujourd’hui de vivre cette intériorité dès l’instant où vous lâchez tout ce qui concerne l’extérieur. Il n’y a pas d’autre porte de sortie, nous l’avons toujours dit, la seule sortie est le cœur, le don de soi, de don de sa vie en ce monde pour retrouver l’Éternité. Tout ce à quoi vous tenez, vous le savez, vous tient aujourd’hui beaucoup plus fermement que l’histoire de ce monde, même si vous vous en êtes détournés. Alors je vous demande humblement de regarder en vous, sincèrement et objectivement avant de voir quoi que ce soit concernant l’état de la Lumière – de vous regarder honnêtement et franchement.

Il n’y a ni punition ni peur à avoir, mais simplement reconnaître, à la fois reconnaître les erreurs et reconnaître qui vous êtes. Mais tant que vous ne reconnaissez pas vos erreurs, tant que vous reconnaissez quelque chose de vrai en ce monde, vous ne pouvez pas vous reconnaître. Le temps n’est plus aux tergiversations, le temps n’est plus aux hésitations, parce que comme nous vous l’avons dit, les temps sont accomplis, l’Ascension de la Terre a commencé, votre Libération a commencé aussi, de manière collective.

Vous le savez, et Jean d’ailleurs vous l’avait dit, il y a aura un certain nombre de chocs à assumer, mais ces chocs concernent l’extérieur et absolument pas votre être intérieur, votre être d’Éternité. C’est en cela qu’il deviendra plus facile et plus évident de vous tourner à l’intérieur, car quand vous ne pouvez plus être distraits par l’extérieur, quand vous ne pouvez plus être enchaînés à vos activités, même les plus honnêtes et les plus logiques au sein de ce monde, alors vous êtes réellement et concrètement disponibles. Seul celui qui tient à cet extérieur qui disparaît souffrira, celui qui trouve son cœur ne pourra pas souffrir, aucun cheveu de sa tête ne pourra être touché parce qu’il sera dans la Vérité, parce qu’il a compris que la Vérité n’a pas besoin de se protéger, n’a pas besoin d’être travestie, n’a pas besoin d’être interprétée, ni même d’être comprise.

C’est à cette révolution intérieure, cet ultime passage, que je suis aujourd’hui venu vous réinviter. Il a été aussi décidé, parmi l’ensemble des Anciens, d’apporter des éléments de réponse pour ceux qui se posent des questions encore sur la vie de Jésus ou sur la vie du Christ. Alors mes mots s’arrêteront là aujourd’hui, et je me tiens à votre disposition pour répondre à vos interrogations, que celles-ci concernent, comme je l’ai dit, ma vie dite « historique » ou encore les mécanismes que j’ai évoqués aujourd’hui concernant cet ultime passage.

… Silence…

Là aussi, n’hésitez pas, soyez francs et spontanés, ne retenez rien, laissez libre cours à l’Esprit, laissez libre cours à ce qui émerge comme questions. Quel que soit l’endroit où elles prennent sa source, en l’Esprit ou en votre personne, j’y répondrai.

Question : notre corps physique est appelé à disparaître, le vôtre a été ressuscité. Il y a donc une différence entre votre corps et le nôtre.

Je vous signale que vous allez tous ressusciter sauf ceux qui mourront réellement et concrètement parce qu’ils n’auront aucune raison d’être encore dans le scénario d’une histoire de ce monde ou d’un monde futur, ou qui ont besoin de parfaire un certain nombre d’éléments vibratoires, de codages, concernant le retour à leur dimension d’origine ou à leur Éternité. Ainsi donc la Résurrection, vous allez la vivre vous aussi. Au bout de trois jours de stase, vous sortirez du tombeau, avec ou sans ce corps. Celui qui vit l’Esprit ne peut en aucune manière être assujetti à quelque matière carbonée que ce soit ; je ne parle de 3ème dimension dissociée mais je parle bien de matière carbonée, au sens où vous l’entendez. Seuls certains frères intergalactiques vivent et évoluent au sein de ce que vous nommez 3ème dimension unifiée parce que les règles de leur monde, l’influence du rayonnement de la Source n’est pas du tout le même que ce qu’il est sur terre.

La question du corps de chair que tu poses ne fait que refléter l’ignorance du vécu de ce qui est vivre en Éternité. L’Éternité n’a besoin, vous le savez, d’aucune forme, d’aucune dimension, même si le jeu de la conscience vous permet d’expérimenter librement tous les mondes, toutes les expériences. Cela fait partie de votre liberté d’êtres d’Amour.

Si tu poses cette question, alors je peux t’affirmer que tu ne connais pas l’autre rive et que tu cherches, au niveau de ta tête, à comprendre quelque chose pour accepter de le vivre. Là est l’exemple typique de ce qui est nommé ces fausses spiritualités qui lient formellement ce que vous êtes en vérité à ce monde, alors qu’il n’y a aucune corrélation possible, sauf, excepté bien sûr au niveau de l’âme tournée vers la matière et qui ne connaît pas, qui n’a pas reconnu l’Esprit.

De toute façon, rends-toi bien compte qu’au travers de cette question se pose le problème de la mort de l’ego. Quel que soit ton âge, tu sais pertinemment que de toute façon la mort est proche, même s’il n’y avait pas la fin collective. Le problème et la problématique est exactement la même lors de chacune de vos incarnations, parce que chaque incarnation qui ne vous a pas permis d’être vrais vous enferme encore plus dans le libre-arbitre et dans la loi de karma.

Si ta conscience aujourd’hui s’est tournée vers ce passé et vers ces passés, à aucun moment tu ne peux être libre, quoi que te dise ta tête. Il faut laisser tomber littéralement et concrètement toute connaissance qui t’est présentée par ta tête. Seul le cœur, et quand je parle du cœur, ce n’est pas un concept mais la perception réelle et concrète de la félicité de ce qui se passe quand tu es arrivé dans ton cœur. Celui qui est arrivé dans son cœur, réellement et concrètement, n’a que faire des jeux de l’illusion. Il a vu la Vérité, il est allé sur l’autre rive, il en est revenu, il ne peut plus être abusé, alors que là, au travers de ta question, tu es abusé par ton propre mental qui dirige ta conscience et dirige ta vie. Il est temps, mon frère, de laisser tomber toutes ces inepties, toutes ces stupidités qui t’éloignent de la beauté de ton cœur.

Alors je t’en conjure, je réponds à ta question : quelle importance ce que devient ton corps ? Es-tu ce corps ? Es-tu cet éphémère qui se poursuit de vie en vie et qui souffre de vie en vie ? Sois honnête et sois vrai, de quoi as-tu peur si ce n’est de perdre une forme qui de toute façon est destinée à périr ? Il y a eu sur la terre très peu d’êtres qui ont été capables d’emmener leur corps en la Lumière, leur corps de chair. Cela n’est pas la finalité mais ça correspondait à un objectif précis. Ce fut mon cas, ce fut le cas de Marie, ce fut le cas d’Énoch, ce fut le cas d’Élie.

La formulation même de ta question montre ton attachement viscéral à la matière, il n’y a aucun cœur là-dedans si ce n’est le cœur du mental qui te fait prendre des vessies pour des lanternes. Comprends bien que je ne t’accuse pas, que je ne te récrimine pas, mais que je t’aide à voir la Vérité. Tant que tu es intéressé par le passé, tant que tu es intéressé par ton corps et son devenir, il est logique de s’occuper de son corps pour le maintenir en fonctionnement correct, il est totalement illogique de relier ce corps à la spiritualité, de quelque façon que ce soit.

Le problème majeur, c’est les histoires qui ont été engrammées en vous au fur et à mesure de vos vies, et plus particulièrement en cette période de fin des temps, comme j’ai eu l’occasion de le dire, au travers des images, de la séduction de vos yeux, de la séduction de vos sens, de la séduction de vous croire immortels au sein de votre personnage, au travers de la réincarnation. Alors maintenant je te le dis, il est temps de cesser toutes ces errances, il est temps de rentrer au-dedans de toi et de te voir au-delà de tout jeu. Tant que cela ne sera pas fait, tu erreras de question en question, de questionnement en questionnement, et progressivement de peur en peur, de souffrance en souffrance. Est-ce cela que tu veux ou est-ce la vraie Lumière ?

À partir de demain, nul d’entre vous ne pourra dire qu’il ne savait pas, même s’il n’a pas entendu nos mots, même s’il ne s’est jamais intéressé à quoi que soit d’autre que sa vie matérielle. Rendez-vous compte, en tout cas en Occident, vous êtes encore innombrables à être persuadés que la mort est la fin, qu’il n’y a rien d’autre après. N’est-ce pas le pire des oublis ? N’est-ce pas la cause première de vos souffrances ? Alors bien sûr, dès que vous découvrez la spiritualité, vous allez explorer un certain nombre d’évènements, ensuite vous vous intéressez à votre enfance, ensuite vous allez chercher dans votre passé des justifications à votre présent. Ces justifications à votre présent ne sont que des fariboles qui jamais ne pourront te permettre de vivre ce que tu es. Accepte cela et vérifie-le en toi. Je ne te demande pas de me croire, je te demande de l’éprouver.

Se poser la question de la mort de ce corps est un déni de l’Esprit. Accepte-le, il n’y a ni jugement ni condamnation, il y a simplement la Vérité pure. Nous ne pouvons discourir de cette Vérité tant que quelque part tu es identifié à ta personne, à ton corps, à ton personnage, et cela sera vu très rapidement pour chacun de vous. Nul ne pourra dire qu’il ne savait pas. C'est-à-dire que dès demain, la phrase que j’ai employée lors de ma crucifixion n’aura plus lieu d’être, car aucun de vous ne pourra demander ce qu’il n’a pas voulu voir, il devra passer par la Porte Étroite afin de retrouver ce qu’il est, et de mettre fin à toutes ses illusions par l’Amour et en l’Amour, non pas celui de ta personne, non pas l’amour de ce monde, non pas l’amour du passé ou du futur, mais l’Amour de la vraie Vie. Tu es la Voie, la Vérité et la Vie en l’instant présent, et nulle part ailleurs.

… Silence…

Si je vous ai proposé de répondre à vos questionnements sur la vie de Jésus, ce n’est pas pour renforcer l’histoire mais pour vous permettre, s’il y a encore des interrogations par rapport à cela, de ne pas être dupes de certains écrits, de certains conditionnements présents au sein de ce qui est nommé l’Église extérieure, qui plus que jamais n’est pas mon Église.

Mon Église est à l’intérieur de vous, c’est ce que je disais au temple : « Détruisez ce Temple, mon corps, et je le reconstruirai en trois jours. » C’est exactement ce que vous allez vivre, enrichis de l’Appel de Marie.

Et voyez comment cela a été compris. On vous parle de résurrection des morts, mais c’est une résurrection de la Vie et non pas de ce qui est mort et qui de toute façon meurt. Vous voyez comme quoi l’inversion, la falsification, avec les mots, avec les écrits, est extrêmement facile. Vous n’êtes pas responsables de cela, ce qui en est responsable, c’est votre structure cérébrale elle-même sur laquelle s’imprime votre conscience. Il ne peut donc y avoir, au sein de cet enfermement, aucune solution de Liberté.

… Silence…

Avez-vous d’autres questions ?

Question : une amie vit depuis un an une transsubstantiation. Elle dit être morte mais est toujours en vie, il semble que son corps se régénère. Qu’adviendra-t-il si on doit tous quitter notre corps ?

Mais la régénération de certains de vos proches, que vous observez chez certains frères et sœurs, est liée à l’acception de la Lumière, à rien d’autre. S’il y a acceptation de la Lumière et que la Lumière commande en ce corps, cela veut dire aussi que les structures cérébrales ont changé, et il me semble d’ailleurs que nous vous avons enseigné la correspondance entre les 12 Étoiles, les fonctions spirituelles qui sont situées au niveau de la tête et qui agissent donc sur le cerveau.

Donc la transsubstantiation, avant la stase, vous le constatez, soit vous êtes souffrants, soit vous constatez l’apparition de maladies, soit vous êtes régénérés dans ce corps. Et cela se voit, et cela se vit, cela se sent. C’est l’effet de la Lumière, donc le « à quoi bon ? » n’a rien à voir là-dedans. C’est justement la conscience de l’Éternité qui se déploie, qui régénère ce corps qui pourtant va disparaître. Quand le seuil de la Lumière sera atteint, au moment de ce que le Commandeur a nommé le grille-planète final, la matière carbonée disparaîtra, il n’en restera nulle trace.

Donc il est tout à fait normal, puisque la finalité est commune, que certains d’entre vous ayant déjà reconnu la vérité de la Lumière, et l’accueillant et la vivant en Paix, en félicité et en Joie, voient leur corps se transformer, rajeunir, fonctionner avec légèreté. Là est la Liberté, là est la véritable nourriture des corps, où qu’ils soient situés dans les dimensions.

Je vous rappelle que même certains de nos frères venant de Véga et que j’avais nommés les Anges du Seigneur, ont un corps biologique mais ils n’ont pas besoin de manger, ils n’ont pas besoin de se reproduire, et pourtant c’est un corps biologique. Vous êtes tellement conditionnés que vous êtes persuadés que quelle que soit la 3ème dimension, j’en suis sûr, vous êtes persuadés qu’il faut manger, qu’il faut faire l’amour, qu’il faut avoir un toit. Mais tout ça ce sont des conditionnements de la matière enfermée et non pas de la matière libre. C’est pour ça qu’il faut vous déshabituer, vous désincruster de tout ce qui est connu. Vous n’avez aucun point d’appui et aucun repère en quelque histoire que ce soit ou en quelque vécu que ce soit, seul le cœur vous fait découvrir la Vérité. Tout le reste ne sont que des détournements, sans aucune exception.

Ce que vous avez nommé saints ou mystiques, que cela soit au sein de l’Église catholique ou ailleurs de par le monde, sont en fait des êtres qui ont découvert leur cœur. Alors bien sûr, l’influence culturelle va jouer pour traduire cela, selon l’origine, selon la culture, selon l’éducation, mais ce ne sont que des colorations, un habillage qui évite l’aspect déroutant de cette Lumière pour celui qui est enferré et enfermé dans son ego.

… Silence…

La Lumière, quand elle est accueillie dans le cœur en totalité, par la conscience, est capable de régénérer n’importe quel corps, vous le savez d’ailleurs. Certains corps de certains saints qui ne sont en fait que ceux qui ont été revêtus du Christ, comme je l’ai été voilà 2.000 ans, prouvent par leur incorruptibilité de la chair, la sainteté. L’impact de la Lumière et du cœur a été tel que la matière ne peut pas se dissoudre, elle sera dissoute bien sûr, cette matière, au moment du grille-planète final. Si vous êtes en colère, si vous n’y croyez pas, alors je peux vous assurer que vous n’avez jamais rencontré votre cœur, et il ne sert à rien d’y croire, il faut le vivre.

… Silence…

La structure de votre cerveau vous oblige à adhérer à des concepts, à des idées, à des pensées, mais qui pense, qui a des idées, qui a des concepts ? D’où viennent ces idées, d’où viennent ces pensées, d’où viennent ces concepts ? C’est l’une des premières questions que je me suis posées avant de me reconnaître.

Vous redécouvrir vous met dans une Joie et dans une Paix qu’aucun acquis de ce monde ne peut vous procurer, même dans les évènements les plus joyeux, parce que ce n’est pas comparable, ce n’est pas mesurable.

… Silence…

Avez-vous d’autres interrogations ?

Question : Jésus a-t-il été marié ?

Oui, j’ai été marié et j’ai eu trois enfants. Il n’y a rien de pire pour un occidental que de rester seul. Autant, chez nos frères orientaux, cela ne pose pas de problème parce que la structure cérébrale n’est pas la même. C’est en cela que l’hérésie de l’Église, ayant interdit le mariage, est une erreur monumentale. Je vous rappelle d’ailleurs qu’au sein de l’orthodoxie, qui est bien plus proche de mon cœur, qui l’était en tout cas, le mariage était fortement conseillé parce qu’il y a pas d’autre façon d’équilibrer, sur l’écran extérieur, que d’être avec le sexe opposé. Mais bien sûr, vous le savez, les relations humaines ont tellement été faussées, tellement altérées, qu’aujourd’hui, et vous le voyez, la plupart des couples se sépare très vite, de plus en plus vite, parce qu’ils cherchent en l’autre ce qu’ils ne peuvent trouver.

Alors oui, Marie-Madeleine était mon épouse, légale et officielle, tout cela a été retiré bien sûr. Alors oui, j’ai eu trois enfants qui sont venus sur ce sol de la France, ainsi que mon épouse, alors que ma mère, elle, allait de l’autre côté de la Méditerranée, accompagnée de mon bien-aimé Jean. Marie avait parfaitement compris cette phrase que je lui ai dite avant de rendre le dernier souffle « Mère, voici ton Fils. Jean, voici ta Mère ».

… Silence…

Autre interrogation parmi vous ?

Question : que sont devenus vos enfants ? Qui sont-ils ?

Ils ont procréé et se sont multipliés. Certains d’entre eux vous ont été connus, ils ont été les premiers rois de France. Leur royauté était connue et reconnue. Certaines lignées sont donc apparues sur le continent européen, mais cela appartient encore à l’Histoire. Aujourd’hui cela n’offre que très peu d’intérêt.

C’est en ce sens, d’ailleurs, que la France a été nommée la fille aînée de l’Église, c’est en ce sens qu’aujourd’hui ce pays est devenu le royaume de l’Antéchrist, c’est en ce sens qu’il devra être mis à bas aux yeux du monde. Il ne s’agit pas d’un combat, puisque mes Témoins n’ont aucune intention de combattre quoi que ce soit, mais simplement de prouver, par leur résurrection, la primauté du cœur sur toute expérience terrestre.

… Silence…

Question : que fut le vrai rôle de Judas ?

Ce fut le rôle qui vous est connu. En étant revêtu du Christ en mon cœur, je voyais bien évidemment au-delà de toute apparence, et ce que l’Église a jugé, en racontant cette histoire, est effectivement la vérité, mais le regard et le point de vue que j’en avais, c’était celui qui devait accomplir la volonté de la Source. C’est en cela que je vous dis encore aujourd’hui de ne pas juger, même celui qui est votre pire ennemi. Cela, c’est de l’apparence. La seule Vérité unique, si vous ne le voyez pas encore – et quand vous le verrez, vous en serez confortés –, c’est que absolument tout ce qui se déroule maintenant, malgré les vicissitudes, malgré les chants de gloire des forces opposées à la Lumière, le cœur, et rien d’autre, c'est-à-dire tout, sans rien limiter, sans rien exclure. Judas a joué parfaitement son rôle. Mon but n’était pas d’établir un royaume sur terre, ce qui est impossible, parce que tout royaume établi sur la terre appartient à Satan et n’est pas de moi.

En ma dernière incarnation, je fus très doux et très posé, ainsi que je l’ai été avec vous depuis de nombreuses années, mais devant l’intensité de la Lumière aujourd’hui, cette douceur n’a plus lieu d’être parce que la Vérité est forte, elle ne souffre aucun compromis dorénavant parce que tout est révélé. La véritable douceur, elle est dans votre cœur, elle ne peut pas être dans les mots qui touchent votre personne, car ce que je touche aujourd’hui est, comme vous le vivez peut-être depuis les Théophanies, c’est le cœur. Et dans le cœur, il ne peut y avoir aucun mensonge, aucune altération, aucun concept, aucune histoire.

D’ailleurs, regardez ce qu’il se passe depuis toujours sur cette terre, avec une acuité plus grande durant le siècle passé, les guerres dites mondiales, l’interaction des pays, les communications, tout cela ne vous montre que la compétition et la guerre. Où est la Vie ? Où est la Vérité ? Elle est absente de tous ces jeux. D’ailleurs regardez, avec tout ce qui est fait comme violence au nom de Dieu, je ne pense pas qu’il reste beaucoup de travail à Satan, Dieu s’en occupe très bien en son nom. Regardez les tueries, regardez les guerres, liées à l’avidité, liées simplement aux concepts de gens qui ne vivent rien. Sinon, si vous vivez le cœur, peu importe votre religion, vous ne pouvez ôter aucune vie, vous ne pouvez blesser personne, vous ne pouvez pas aller à l’encontre de la Vie. Regardez ce qu’ont fait les religions, d’où qu’elles soient.

… Silence…

Question : quand vous avez dit : « Père, je remets mon esprit entre tes mains » et « Père, que ta volonté soit faite », ces phrases sont-elles des paroles d’abandon ?

Je n’ai pas saisi ce qui est demandé. Les phrases que j’ai prononcées sont exactes, telles que tu les as redites. Et alors ?

… y-a-t-il un degré d’abandon ultime entre ces deux phrases ?

Elles sont concomitantes et correspondent à la même vérité énoncée. Je ne suis pas sûr d’avoir compris non plus ce que tu veux poser comme question.

… je répète souvent ces phrases. Y en a-t-il une des deux qui ait une intensité d’abandon plus importante que l’autre ?

Ma chère sœur, tu peux répéter cette phrase toute ta vie que ça ne changera pas d’un iota ce que tu es, tant que tu n’es pas dans le cœur. Il faut d’abord être dans le cœur avant d’asséner des phrases qui ont un sens pour celui qui l’a vécu, mais qui n’ont aucun sens et qui n’ont aucun effet tant que tu n’es pas dans le cœur. Tu peux répéter toutes les prières que tu veux, tu peux y passer, et certains d’entre vous l’ont fait, des vies entières à répéter les mêmes prières, et le cœur reste sec. Le cœur est la Paix, le cœur est la Joie, le cœur est la Vérité, et n’a pas besoin de mots.

Et d’ailleurs le plus souvent, quand vous répétez ces phrases avec cœur, avec certitude, mais que vos agissements sont à l’opposé, où est la réalité de votre abandon ? Où est la disparition de votre personnage, de votre personne, de votre histoire ? Vous ramenez cette phrase de vérité de celui qui est sur la croix et qui vit l’abandon réel par la crucifixion à votre propre personnage, à votre propre scénario. C’est un travestissement. Tu peux répéter extérieurement tout ce que tu veux, cela ne changera pas un pouce dans l’emplacement de conscience.

Le cœur est Évidence, il ne pose jamais de questions, il suit l’évidence de la Lumière, il accepte tout, il endure tout. Quand tu parleras la langue, celle des hommes et celle des anges, s’il te manque l’Amour, tu n’y gagnes rien. Quand tu auras tous les pouvoirs, s’il te manque l’Amour, tout cela est faux, il te manque à ce moment-là l’essentiel. Quand je dis « toi », je ne m’adresse pas à toi mais à chacun de vous. Cherchez le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous et tout le reste vous sera donné de surcroît, mais ne faites pas l’inverse, sans ça vous ne trouverez jamais le cœur. Et n’interprétez pas ce que je dis par rapport au cœur, « avoir bon cœur » n’est pas « être dans le cœur ».

… Silence…

Question : l’Étoile Gemma Galgani m’a proposé de vivre l’Union Christique. Cela s’est-il réalisé ?

Qui peut le savoir mieux que toi ? Pourquoi attendre une confirmation extérieure ? Rends-toi compte : dès que cette question émerge, cela veut dire que cela n’est pas réalisé. Qui pose la question, ce genre de question, si ce n’est le mental ? Le cœur est Évidence, je le répète, il ne peut laisser subsister aucun doute, aucune interrogation, aucun questionnement. Dès l’instant où tu t’adresses à l’extérieur, fût-elle en une voix autorisée, fût-elle en une voix venant des Demeures de l’Éternité, cela te renvoie à toi-même. Le vécu du cœur réel ne peut laisser planer aucun doute, ne peut laisser émerger aucune question. Ce qui veut dire en contrepartie que dès qu’une question arrive concernant cela, cela veut dire que cela ne s’est pas produit. C’est en ce sens que je te répète, il n’y a que toi qui peux le savoir, quoi que je voie et quoi que je dise.

Si je te réponds « non », tu seras frustrée, si je te réponds « oui » tu seras satisfaite, mais ce n’est pas la réponse qui doit te satisfaire, c’est ta conscience elle-même, non pas ton mental. Mais es-tu dans la Félicité ? Observes-tu cette Félicité depuis ton premier réveil du matin jusqu’à ton dernier regard sur l’extérieur avant de t’endormir ? Si la réponse est oui, alors tu es dans le cœur, non pas dans le mental mais tu es le cœur, sinon, à toi d’en conclure la vérité.

Encore une fois, vivre l’Éternité et être libéré vivant ne laisse place à aucune question concernant l’Esprit. Bien sûr il existera toujours des questionnements sur le déroulement de sa vie, des choix à mener, des décisions à prendre, mais en aucun cas cela ne peut concerner l’Esprit. Je vous invite tous à reconsidérer la vérité. Il ne sert à rien de se mentir à soi-même ou d’interroger l’extérieur, celui qui vit le cœur ne peut avoir aucun doute ni aucune fluctuation de sa présentation, de son humeur, de son sourire, quel que soit ce que la Vie lui présente.

Le questionnement spirituel, le questionnement sur l’Esprit ne peut venir que de l’ego ; l’Esprit est évident quand il est révélé et vécu, il ne peut exister le moindre doute sur l’Esprit. Il pourra par contre toujours exister des hésitations et des doutes dans les choix à mener dans sa vie la plus ordinaire, savoir ce que vous voulez manger, savoir où vous voulez partir en vacances, mais pourquoi mêler l’Esprit à cela ? L’Esprit vous donne cette Paix et cette sérénité ; cette félicité, c’est l’Amour. Aime et fais ce qu’il te plaît, mais ne fais pas ce qu’il te plaît si tu n’aimes pas.

… Silence…

Question : pourquoi votre sacrifice sur la croix à la face du monde, à 33 ans ? Quels en étaient le message et le but réels ?

Mais je l’ai dit : ensemencer la Terre par mon sang, de la matrice nouvelle de Vie qui a été nommée, je crois, Matrice Christique. Tout le reste n’a servi que l’intérêt de l’image, et donc de l’illusion, et à organiser une religion, et à vous faire croire que j’allais venir vous sauver. Vous sauver de quoi ? De vous-mêmes ? Qu’y a-t-il à sauver ? Soyez logiques, qui croit avoir besoin d’être sauvé, vous qui êtes Éternité ? Rendez-vous compte de l’ineptie de ce genre de croyances véhiculées par cette religion, comme d’ailleurs des religions plus anciennes ou plus récentes qui ne sont là que pour vous asservir, excepté certains frères et sœurs qui ont été suffisamment éclairés de l’intérieur et qui, malgré la falsification, ont réussi à m’imiter, à devenir moi, non pas en tant que Jésus mais en tant que Christ de l’époque.

Soyez vides de tout concept. De grâce, oubliez tout ce que vous dit votre tête. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas m’interroger, mais réellement vois la source de vos questions. Le cœur n’a pas de question, le cœur est évident et Évidence ; cela vous a été dit, il est Félicité, béatitude, extase. Que peut-il y avoir besoin d’autre quand vous vivez cela ? Regardez nos sœurs Étoiles, qu’elles soient d’Orient ou d’Occident, qu’elles aient vécu longtemps sur terre ou qu’elles soient parties très tôt, regardez leur chemin, leurs témoignages. Que peut-il y avoir besoin de plus dans l’extase ?

Celui qui est le cœur, qu’il soit Étoile, Ancien ou inconnu aujourd’hui, car vous êtes innombrables, n’a pas besoin de se référer à quelque passé car il a découvert le trésor, et le trésor met fin à tout manque. Je ne peux que vous inviter aujourd’hui, en cette veille du 7 juin, qu’à vous retrouver par-delà tout concept. Tout ce qui a été vécu, même dans vos expériences mystiques, même dans vos vibrations, ne gardez que la Théophanie, ne gardez que ce que vous a donné un Ami et Maître Ram. Regardez les conseils que vous a donnés récemment Thérèse de Lisieux.

L’ego fera toujours tout, tout ce qui est en son possible pour vous empêcher de vivre le cœur. Quoi que vous disiez et quoi que vous en pensiez, là est l’inversion qui vous fait croire que plus vous possédez de connaissances, plus vous vivez d’expériences, plus vous vous rapprochez. Ce sont des béquilles mais à un moment donné, il faut lâcher ces béquilles sinon ces béquilles ne vous font plus avancer, elles vous obstruent définitivement la porte du cœur jusqu’à ce que vous les rejetiez.

Rappelez-vous que l’ego et la personne sont toujours sous-tendus par la peur. L’ego se croit immortel, il se raconte des histoires, il vous raconte des histoires. L’enfermement vous a alourdis, vous a progressivement, au cours de ce cycle, fait toujours plus descendre dans les profondeurs de la noirceur et non pas dans les profondeurs du cœur. D’ailleurs nos frères orientaux appellent cela l’âge noir, l’âge sombre, le Kali Yuga. Comment voulez-vous qu’il y ait quelque vérité là-dedans car tout y est travesti, l’organisation même de la société est travestie. Où est le partage ? Où est la Vérité ? Regardez ce que vous avez fait avec l’argent. Y a-t-il la moindre liberté dans ce que vous nommez « la société » ? Y a-t-il le moindre espace de liberté en ce monde puisque vous êtes limités par ce corps, limités par la naissance et la mort ? Est-ce que ce qui passe est vrai ? L’Éternité ne passe jamais, elle a toujours été là.

Acceptez les erreurs, acceptez vos errances, pardonnez-vous à vous-mêmes et surtout, comme je l’ai dit : « va et ne pèche plus ». Il n’y a pas de péché si ce n’est celui contre l’Esprit, il n’y a aucun péché mortel, ce sont des fariboles que les hommes de l’Église ont créées de toutes pièces.

… Silence…

Question : concernant les paroles qui ont été écrites : « si cette coupe peut passer loin de moi sans que je la boive, sinon que ta volonté soit faite »

J’ai répété cette phrase au jardin de Gethsémani, trois fois, c’est effectivement vrai, parce que tout être humain, même libéré vivant, sait qu’il n’est pas ce corps mais il existe, comme je vous l’ai dit, une structure biologique qui vise à la préservation du corps. C’est cette structure biologique dans votre cerveau qui vous fait croire que vous êtes une identité, une personne et une histoire, et bien sûr je n’ai pas échappé à la règle. Au moment de votre dernier souffle, vous aurez un avantage sur moi, énorme, Marie sera venue vous l’annoncer. Moi, Marie était au pied de la croix, elle souffrait en tant que mère humaine.

Je suis d’ailleurs étonné que personne parmi vous ne me pose la question de l’Immaculée Conception, ça aussi ce sont des fariboles. Marie était effectivement vierge, mais ce n’est pas le Saint-Esprit qui l’a mise enceinte. Il a bien fallu un matériel génétique qui n’est absolument pas le matériel génétique de Joseph, mais qui est effectivement une intervention de la Lumière, ainsi que l’Archange Gabriel l’a énoncé.

Je ne suis pas né de rien, seule la Source peut le faire, vous le savez, elle vous l’a d’ailleurs exprimé, elle peut faire apparaître n’importe quel corps, mais je suis né de la chair et de l’Esprit. L’ensemencement de Marie a été réalisé par une technique que vous nommeriez aujourd’hui insémination artificielle, avec des peuples qui n’ont rien à voir avec l’humanité. Il a fallu apporter, de par ma structure biologique en tant que Jésus, avant même que le Christ ne vienne rompre, et ce dès la conception par le matériel génétique, le principe d’enfermement présent au niveau du cerveau. Il fallait donc un sang extérieur – quand je dis un sang, vous m’avez compris –, il s’agit de matériel génétique extérieur à la Terre et pourtant humain, mais humain qui n’est pas de la Terre.

… Silence…

Alors vous voyez, ma mère enceinte par l’opération du Saint-Esprit est un leurre monumental. Il fallait que la structure biologique dans laquelle je suis arrivé puisse supporter, c’est bien le mot, la Présence du Christ.

Vous vous êtes aperçus par vous-mêmes, pour certains d’entre vous, des étapes qui ont été à passer pour ceux d’entre vous qui se sont ouverts, si je peux dire, voilà des dizaines d’années. Alors imaginer qu’en trois ans une structure biologique puisse supporter le Christ au sein de l’enfermement est tout bonnement impossible.

… Silence…

Je sais pertinemment que nombre d’entre vous, en lisant ces mots ou en les écoutant, entreront dans un refus ou un déni. Quelle importance ? Demain est la vérité du cœur.

… Silence…

Je crois qu’il va être temps pour moi maintenant de me retirer. Permettez-moi alors de vous offrir la bénédiction de Jésus-Christ, une Théophanie, non pas seulement avec Frère K, non pas seulement avec Jésus, et au-delà même de l’Histoire, une Théophanie avec le Christ. Chères sœurs et frères en humanité, cela a été un moment important de vous révéler ces quelques éléments.

Alors, au nom de la Vérité, vous êtes bénis.

… Silence…

Je suis Frère K.

… Silence…

En l’Amour, je vous salue. En l’Éternité, je vous rends grâce.

… Silence…

Au revoir. J’adresse à chacun de vous le baiser du Feu, le baiser de l’Amour.

… Silence…

Je vous laisse maintenant.


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Lun 12 Juin - 16:04 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


Yvonne-Aimée de Malestroit



Je suis sœur Yvonne-Aimée de Malestroit, Étoile KI-RIS-TI. Sœurs et frères, daignez accueillir la Paix du Christ.

... Silence…

Je viens aujourd'hui parler à votre cœur. Je viens aujourd’hui, afin que vous vous reconnaissiez, au-delà de toute identité, en la beauté de votre Éternité. Je pense que nombre d’entre vous ont peut-être lu, et j’ai eu l’occasion d’en parler, de ce que j’ai eu à vivre dans le pays nommé France, à Malestroit.

J’interviens aujourd’hui en tant qu’Étoile KI-RIS-TI, comme je vous l’ai dit, en tant qu’épouse du Christ ayant manifesté à l’extérieur aussi, en ce monde, la totalité du Christ lui-même. Je n’ai pas été seulement l’épouse mystique du Christ mais celle qui a été chargée de l’émaner à l’extérieur, afin de laisser témoignage de l’Amour. Vous le savez peut-être, dans ma vie incarnée, j’ai été atteinte de très nombreuses maladies. Ces maladies mortelles ne m’ont pas fait mourir ; c’est le Christ lui-même qui, à chaque fois, intervenait depuis mon cœur afin que ma vie soit le témoignage direct de sa Présence en chacun de nous. Les temps sont venus aujourd’hui de manifester pour vous les mêmes choses, à l’intérieur de vous et à l’extérieur de vous.

Nombre d’entre vous ont déjà été appelés de manière individuelle par Marie ou par l’une de mes sœurs. Le terrain, si je peux dire, a été préparé pour ce qui se déroule maintenant. Vous êtes innombrables, dorénavant, à en avoir vécu une approche, à en avoir vécu certains stigmates de la réalité et la vérité du Principe Christique.

Le temps est venu de renaître à la Vérité, de ressusciter en l’Esprit de Vérité, là où quoi qu’il arrive au sein de ce monde et de votre matière, le cœur persiste et demeure dans la Joie du Christ, dans la Joie de l’Esprit retrouvé. C’est exactement le même processus qui s’installe dorénavant de partout sur cette terre, vous donnant soit à résister, soit à accueillir le Christ. J’espère que pour vous cela est clair que ce Christ est un état intérieur, même s’il a été un personnage qui a parcouru comme moi, et comme vous, de ses pas cette terre.

Le cœur et le Christ vous confèrent une invulnérabilité totale, non pas de ce qui passe mais de ce qui est éternel. D’ailleurs, et je pense que cela vous a été aussi délivré durant ces entretiens, nombre d’entre vous sont amenés à manifester très rapidement les charismes de l’Esprit. L’un d’entre eux vous a été explicité, il concerne le processus qui fut nommé, voilà encore quelque temps, la bilocation. Le fait de vivre à la fois dans le corps physique et le corps d’Éternité en superposition, à l’heure actuelle, vous donne la possibilité, qui deviendra de plus en plus apparente, de vous voir en dehors de ce corps, non pas dans un quelconque corps astral mais directement dans votre corps de Gloire ou corps sans couture, que vous nommez le corps d’Êtreté ou d’Éternité.

Là est la preuve infaillible de ce que vous êtes. Aucune preuve ne peut être obtenue à travers votre vie, la seule preuve véritable, qui jamais ne s’éteint, est celle-ci, justement la capacité de voir ne pas être ce corps. Non pas pour le fuir mais pour le voir en tant que véhicule de votre matérialité. Cela créera un détachement, non pas de votre forme mais un détachement en la croyance en l'identité de ce corps, en la croyance en l’illusion de ce monde.

Vous l’avez compris toutes les croyances qui peuvent rester seront mises à bas par la Vérité et non pas par votre recherche. Cela vous a été énoncé, cela vous a été annoncé, et cela n’est pas un processus qui est décalé dans le temps mais c’est un processus bien actuel et bien réel.

La certitude de ne pas être ce corps, de ne pas être cette vie et cette histoire vous rendra à la Vie éternelle, car il ne pourra plus alors rester le moindre lien, le moindre attachement à quelque illusion que ce soit – la première illusion étant de vous croire ce corps, de vous croire cette histoire.

Vous le savez déjà fort bien, même sans parler de bilocation, puisque les expériences nommées de mort imminente se reproduisent chez un nombre toujours plus croissant de sœurs et de frères, donnant à vivre la vérité de ce qui a été nommé l’au-delà. Je ne rentrerai pas dans des descriptifs et dans des aspects de différence entre le corps astral, le corps d’Êtreté. Bien sûr cela est important, mais la chose encore plus importante, c’est de réaliser – réellement et concrètement et non plus par la réfutation, tel que cela fut présenté par Bidi – de réaliser que ce corps, véhicule de la vie, n’est pas la Vie, puisqu’il est altéré dans sa conformation.

Cet évènement, qu’il se soit déjà produit ou qu’il se produise dans les heures, les jours ou les semaines qui sont à passer, vous apportera la preuve indubitable que vous n’êtes rien, que vous n’êtes surtout pas ce corps et surtout pas cette vie. Cela entraînera avec beaucoup plus d’évidence, au niveau collectif, une capacité de ne pas résister et accueillir l’Appel de Marie en totale gratitude, en total abandon, en totale confiance, nous l’espérons pour un nombre toujours plus grand d’entre vous.

Les Théophanies ont préparé cela, les Radiances Archangéliques aussi, qui ont été relayées jusqu’à vous par l’Archange Métatron durant cette période, permettant à Mikaël de passer le relais à Uriel. Vous faisant découvrir et vivre ce qui est au-delà, effectivement, de tout mot, de tout discours, car aucun mot ne peut traduire la vérité ineffable de l’Amour, car le moindre mot qui en exprimerait quelques éléments ne serait là aussi qu’un travestissement. Seul le silence, et le vécu de cela, vous fera changer de regard maintenant et vous permettra de parcourir ce monde, de demeurer présents sans être affectés par ce qu’il peut se produire en votre vie, en votre corps, et en votre conscience.

Quand le Christ disait : « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie » et quand il vous dit encore aujourd’hui, comme ces jours passés, que vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie, il attire votre attention et votre conscience sur le piège de l’identification à la personne, à ce monde, à la souffrance ou aux joies de ce monde. C’est donc bien la Vérité qui se déploie et se dévoile sans fards ni faux-semblants. Cette Vérité-là se vit dans le silence de votre cœur, dans le silence des mots, en votre intimité et ne peut pas être partagée, excepté lors des moments de communion, de Théophanie.

Le silence et l’Instant Présent, l’humilité, la simplicité, la Voie de l’Enfance et la spontanéité sont les maîtres-mots qui permettent d’ajuster votre personne par vous-mêmes. Le reste ne dépend pas de vous-mêmes, il ne dépend, vous le savez, que de votre capacité à vous effacer totalement et entièrement pour laisser place à l’Inconnu et au nouveau.

Le fait de pouvoir vivre, pour nombre d’entre vous, ce processus, avant même l’Appel de Marie, créera une liberté à nulle autre pareille, une joie qui ne peut être comparable à rien que vous connaissiez déjà. Découvrant ainsi la Vérité, au-delà de l’expérience des bilocations, alors vous aurez affermi dans votre cœur, stabilisé. Aucun élément de votre personne persistant ou résiduel ne pourra dévier, même en le voulant, la Vérité, mettant fin à l’attraction de ce monde et la remplaçant en l’attraction de l’Esprit. C’est à cette occasion que nombre d’âmes vivent leur retournement et leur dissolution dans le Feu de l’Esprit.

Il a été extrêmement insisté sur la notion de tranquillité, de paix, de félicité, de béatitude, d’extase. C’est la vérité. Être dans le cœur est une joie indicible qui ne souffre aucune comparaison avec les joies de ce monde. Vous êtes invités à cela de manière de plus en plus pressante, si je peux dire. Il vous faut, si vous le voulez, accueillir la totalité de ce qui se présente, et surtout ce que vous ne comprenez pas, et surtout de ce que vous ne pouvez expliquer. Faire le silence, pas seulement des mots, pas seulement des mouvements, mais le silence sur tout ce qui appartient à ce monde.

Les conditions actuelles de la Lumière permettent dorénavant cela avec aisance, dès l’instant où vous acceptez de laisser s’éloigner tout connu, toute expérience, toute revendication, toute interrogation. Être disponibles pour cela et de moins en moins pour autre chose. Rappelez-vous ce que disaient certaines de mes sœurs, que cela soit Gemma, que cela soit Thérèse, que cela soit moi et d’autres, ou encore Hildegarde qui vous a parlé de la tension vers l’Abandon. Il ne s’agit pas de croire, il s’agit d’autre chose même que la foi, il s’agit d’une espèce de tension totale et permanente vers l’Inconnu.

C’est dans cet état d’esprit que vous devez aborder ce qui se présente à vous. Beaucoup d’éléments déroutants, beaucoup d’évènements sortant du cadre habituel de la vie que vous connaissez en ce monde, s’altèrent, se transforment. Que cela soit au sein des animaux, des peuples de la nature, de votre conscience elle-même, mais aussi de ce qui vous est donné à voir autour de vous, à voir sur ce monde et aussi en vous, vous donnant à vous placer, selon vos possibilités, au plus proche de la Vérité et dans la Vérité.

Vivre cela en les jours qui se présentent à vous viendra renforcer la présence de l’Esprit, la présence de la Vérité et éloignera, sans effort, ce qui est déjà mort et qui est destiné à mourir, à disparaître. Cela concerne aussi bien les souffrances que les douleurs, que les croyances, que les ultimes adhésions à l’illusion de ce monde, qui, comme cela vous a été dit à d’innombrables reprises, ne sont que des habitudes.

La Liberté ne peut s’accompagner d’aucun poids au niveau de l’Esprit, quel que soit le poids de votre corps ou de votre vie en ce monde. Remettre votre Esprit entre les mains du Père, de la Source, c’est consentir au sacrifice de l’éphémère. C’est prouver à vous-mêmes et à la Lumière que vous êtes Lumière, de vous reconnaître enfin au-delà de toutes les vicissitudes de ce monde, de tous ses enfermements ou de toutes ses limitations.

Je vous ai parlé de mes maladies, j’ai eu en effet ce que vous nommez plusieurs cancers. Eh oui, ma structure biologique était un peu déficiente mais la Lumière a, à chaque fois, restauré ce qui devait l’être. J’ai eu à d’innombrables reprises l’occasion de constater que lorsque mon estomac fut touché, que je vomissais du sang et que ce sang ne restait pas du sang, il se transformait en fleurs. C’était matériel, concret et physique. Je ne vais pas revenir sur ma vie, tout cela a été parfaitement décrit.

En le Christ, vous avez la sécurité. En le Christ, vous ne pouvez plus être aliénés à quoi que ce soit. Ainsi donc, cela n’est pas tout à fait la position d’un sauveur mais d’un ami qui s’installe en vous dès que vous lui laissez la place complètement, sans aucune peur et sans aucune restriction. Alors, à ce moment-là, vous êtes comblés, quoi qu’il advienne, quoi que vous ayez à accomplir comme tâche que la Lumière vous propose, que la vie vous donne. Vous demeurez dans le cœur, dans la Paix, dans la Félicité, quelle que soit la souffrance. La souffrance et la douleur, quelles qu’elles soient, que cela soit dans le corps, que cela soit dans la tête, ne sont liés qu’à des manques. Manque d’éclairage, manque de Christ. Je dis bien en toute maladie, en toute douleur.

Accepter le Christ qui vient comme un voleur dans la nuit, c’est lui laisser toute la place au-delà de toute notion historique. Vous n’avez pas besoin de connaître l’histoire du Christ. C’est quand vous vous sentez incomplets, quand vous vous sentez souffrants, que vous laissez le plus d’éventualité à quelque chose d’autre d’inconnu de venir à vous et en vous, et d’œuvrer pour vous révéler à vous-mêmes. L’Esprit, vous le savez, était raréfié sur la Terre. Cela n’est plus le cas depuis la Libération de la Terre. Cela n’est plus le cas depuis la Libération de la Terre et surtout, depuis son Ascension qui a commencé.

En tant qu’Étoile KI-RIS-TI, je vous offre aussi ma Présence dès aujourd’hui. Cette Présence vous met en présence du Christ, avec toutefois une petite différence, c’est que j’étais une femme et donc porteuse du Féminin Sacré fécondé par le Christ. Le Féminin Sacré fécondé par le Christ et extériorisé au sein de ce monde, comme je l’ai vécu ou comme l’a vécu, par exemple, ma sœur Hildegarde, sont d’une portée importante pour les temps que vous avez à vivre. Là est votre rempart, non pas de votre personne mais le rempart vous faisant transmuter la souffrance quelle qu’elle soit, la vôtre comme celle du monde, en Amour et en Vérité. Vous savez, de nombreux mystiques ont dit qu’il y avait très peu de différence entre la souffrance extrême et l’Amour. L’Amour est un feu dévorant qui crée, comme disaient certaines de mes sœurs, une divine souffrance qu’on ne voudrait voir jamais s’arrêter.

Ainsi, dans cette période de tribulations humaines, rappelez-vous de cela, que les souffrances éventuelles qui peuvent venir à vous sont des moyens, des outils, non pas pour souffrir mais pour lâcher, pour accueillir le Christ. Heureux les simples d’esprit, le Royaume des Cieux leur appartient et ce Royaume des Cieux, qui est au-dedans de vous, émerge. En émergeant, il peut effectivement rencontrer certaines résistances, certaines réticences, certaines peurs. Si vous vous tenez tranquilles et observez cela calmement, alors vous constaterez effectivement que la souffrance, même la plus terrible, vous amène non seulement à lâcher mais vous apporte aussi aux pieds du Seigneur, aux pieds du Christ.

Cette souffrance-là ne vient pas de vous, quelles que soient vos fautes – qui n’existent pas dans l’Esprit –, mais ces souffrances-là vous permettent d’aller à l’essentiel, d’appeler quelque chose que vous ne connaissez pas, comme un enfant qui souffre et qui appelle sa mère ou qui crie maman quand il a mal. Dans les conditions de ce monde, de ces tribulations actuelles, s’en remettre à cet Inconnu vous fait vivre la Joie. Il vous faut simplement oser, oser être vous-mêmes. Je parle bien de « oser » et non pas de volonté. Osez vous vider afin d’être le réceptacle de la perfection. À ce moment-là, il n’y aura plus aucune attache à votre corps, il n’y aura plus aucune identification possible, et pour certains d’entre vous, avant même l’Appel de Marie, dès demain, d’être libres de tout esclavage, quelle que soit la permanence de ce corps jusqu’au processus final.

Ainsi ce qui vous est offert, c’est la Liberté malgré la chair et la Liberté malgré le monde. Cela fait partie aussi de ce qui a été nommé par Lord Métatron, pour ceux d’entre vous qui deviendrez ses Piliers de Lumière. À ce moment-là vous serez la Voie, la Vérité et la Vie et vous êtes, quoi que vous fassiez et quoi que vous disiez, et surtout dans le silence, le phare dans la nuit.

Le phare éclaire et balaye autour de lui. Il n’a pas besoin d’émettre de pensées ou de diriger quoi que ce soit, c’est purement mécanique, électrique, motorisé, cela se fait tout seul. Il en est de même quand vous accueillez l’Inconnu, il en est de même quand vous ne donnez plus cours à la croyance de l’identité en le corps ou en l’histoire, mais quand vous laissez œuvrer la Lumière. Laisser œuvrer la Lumière, c’est déjà disparaître à l’ego et au Soi. C’est de n’être rien d’autre que cette tension vers l’Abandon, que cette litanie, cette soif de l’Esprit jusqu’à tant que vous soyez rassasiés, non pas en cherchant à l’extérieur de vous, dans votre histoire, dans vos connaissances, mais en plongeant en votre poitrine, en vous immergeant totalement, par votre disparition à ce monde, dans le cœur.

Vivre cela, c’est accepter que tout ce qui se déroule sur l’écran de votre corps comme de votre conscience participe, quel que soit l’élément, à la Libération, surtout si vous n’en comprenez pas ou n’en vivez pas les éléments.

Je vous propose mon aide. Appelez-moi comme certaines de mes sœurs vous l’ont dit, non pas pour guérir, non pas pour comprendre, non pas pour solutionner quoi que ce soit au sein de ce monde, mais pour vous aider, comme l’Archange Uriel, à laisser tomber tout ce qui vous gêne et vous freine. Après m’avoir appelée, demeurez dans le calme et le silence. Quels que soient les processus qui se manifestent dans votre corps ou dans votre conscience, ne cherchez même pas à les observer, pensez simplement à votre cœur, à mon nom dans la forme, quand j’étais incarnée. Ne demandez rien. Tendez-vous simplement vers moi, je me tendrai alors vers vous et le Christ vous fécondera.

Que cela soit par les mots que Marie vous a donnés, que cela soit par l’appel d’une de mes sœurs Étoiles ou de moi-même, vous constaterez infiniment rapidement, et vous constaterez par vous-mêmes tout ce que mes sœurs Étoiles ainsi que les Anciens et les Archanges vous ont dévoilé. Cela deviendra un vécu réel se passant de mots.

Alors bien sûr, cela n’est pas promis à tous mais cela sera efficient chez un nombre important d’entre vous, parce que les temps sont venus tout simplement, et qu’il n’est plus temps maintenant de mener de front une vie éphémère et une Vie Éternelle, puisque, comme vous le savez, la vie éphémère s’évanouit et s’éloigne de vous. Alors bien sûr, pour chacun cela est différent parce que certains d’entre vous ont effectivement des responsabilités importantes, que cela soit par rapport à des enfants, à une famille, à une profession. Mais cela ne gênera en rien, parce que dès l’instant où vous n’aurez rien décidé par vous-mêmes mais où le Christ vous parlera, dans le silence de votre cœur, vous n’éprouverez ni remords ni contradiction à tout lâcher pour être vrais.

Mais ce n’est pas vous qui décidez, alors ne prenez pas les devant. Soyez là où la vie vous place, et si le Christ vient à vous, alors, à ce moment-là, pliez-vous à la volonté de l’Esprit et oubliez toute volonté personnelle. Il vous sera donné alors de vivre une joie inouïe qui sera votre certitude inébranlable de ce qui est en train de se dérouler. Ainsi, et comme cela a été dit, aucun de vous ne pourra dire, pour ceux qui le vivront, qu’il ne savait pas.

Ceci est rendu possible, vous le savez, avant l’Appel de Marie, par la Grâce des Théophanies qui ont eu lieu et qui se terminent bientôt, mais surtout parce que l’écran de ce monde s’éclaire de plus en plus et vous donne à voir effectivement la Vérité. C’est que l’illusion elle-même a été encore plus détournée de la Lumière en ce dernier siècle qui vient de s’écouler, mais vous le savez, dès qu’il y a la fin d’un cycle, la fin d’une vie, les choses deviennent plutôt exubérantes, anarchiques, tressaillantes, et c’est justement cela qui, chez nombre d’entre vous, vous fait vivre la Vérité.

La Lumière est aussi Évidence, et en cette Évidence-là, il n’y a pas de place pour votre avis, pour votre décision, pour vos choix. En vérité, en cette Évidence-là vous n’avez plus le choix, vous êtes totalement libres et plus rien de cette matrice illusoire ne pourra vous affecter, plus rien venant de votre corps ne pourra vous perturber, parce que la Joie prendra tout l’espace de votre conscience comme tous les interstices de votre corps.

Cela se produit et s’est déjà produit pour quelques-uns d’entre vous, et cela va devenir extrêmement contagieux. Là aussi cela ajoutera, et Frère K vous en a parlé, une espèce de contradiction apparente entre le tohu-bohu du monde et la Joie de votre Éternité. Et plus la Joie grandira, plus le tohu-bohu grandira, et plus le tohu-bohu s’amplifiera et plus vous serez sereins et plus vous serez dans la fFlicité. Cela ne dépend pas de vous, cela dépend simplement de l’Intelligence de la Lumière.

Je suis donc venue vous inviter à vous engager à être vrais, et la seule vérité est dans votre cœur, elle n’est dans aucun discours, n’est dans aucun regard. Elle est dans l’émanation spontanée de votre radiance, en votre capacité à être en communion et en communication avec la Lumière et avec ses habitants. De la même façon que les peuples de la nature vous apparaissent et vous font vivre certaines choses, l’installation de la Lumière, la fin de l’éphémère, vous fait vivre d’autres choses bien plus fortes encore, bien plus évidentes que tout ce que vous avez pu vivre jusqu’à présent.

... Silence…

C’est cela que je vous annonce aujourd’hui.

... Silence…

Recueillons ensemble avant que je ne poursuive. Recueillons, en nous, ce Silence et cette Présence.

... Silence…

Paix en vous, Paix à vous. Soyez comblés.

Que peut-il exister, au sein de l’éphémère, de plus important que cela ? Qu’avez-vous à mener en ce monde pour vous éloigner de cela ? Qu’avez-vous à craindre quand vous êtes vrais et que cela est là ? Quels que soient vos doutes, quelles que soient vos inquiétudes, quelles que soient vos interrogations, n’oubliez pas que toutes les réponses sont déjà en vous mais ne demandent maintenant qu’à apparaître à votre conscience.

Alors pendant que je continue cette communion avec vous, je vais laisser émerger certains mots. En ces mots, il n’y a rien à comprendre ni rien à attendre, il y a simplement à être là avec moi, comme je suis avec vous.

Là où nous sommes est la Vérité, là où nous sommes, vous et moi, il y a la Légèreté. Il y a cette soif d’Amour qui est comblée à chaque minute et qui ne laisse aucun manque. En cela, nulle souffrance ne peut vous atteindre, quelle que soit la souffrance que vous portez. En cela, il ne peut rester ni doute ni illusion, en cela il n’y a pas besoin de mots, en cela, il y a juste à être, et cela est spontané. Et cela met fin à ce qui ne peut que finir et s’évanouir devant la majesté du Christ et la majesté de qui vous êtes, qui est la même. La même majesté, la même vibrance, la même reliance, la même Éternité. Il n’y a qu’un seul cœur, il n’y a qu’une seule loi.

... Silence…

Laissons-nous emporter ensemble au cœur de la Source, au cœur de l’Éternité et là, le Christ nous bénit. Et là, vous êtes disponibles, vous êtes vrais, vous êtes uniques. Là est votre contentement qui jamais ne peut s’éteindre ni même disparaître, et là, vous le voyez, vous le sentez, il n’y a pas de place pour l’ego, il n’y a pas de place pour le mental, il y a la place pour la Vie, il y a la place pour la Vérité.

... Silence…

Là, tout est Évidence, tout est paisible. Vous êtes chez vous, enfin. Vous êtes en vous.

... Silence…

Dans ce Silence, ce qui doit se produire se produit.

... Silence…

Je suis avec vous. Et là, nous n’avons plus besoin de mots, nous avons juste besoin du Silence.

... Silence…

Alors, en ce Silence, en cette Présence, en ce qui est là, je vous rends grâce et je m’installe en vous.

... Silence…

Dans ce Silence, je vous salue et je vous honore. Et je vous aime.

... Silence…

Je suis sœur Yvonne-Aimée de Malestroit, je suis vous, je suis chacun de vous. Je me reconnais en chacun de vos cœurs, en le cœur de l’Un, en la Présence du Christ.

Bien-aimés sœurs et frères en Christ et en Éternité, réjouissez-vous, je suis venue vous annoncer la bonne nouvelle.

... Silence…

Que la Paix du Christ soit en chacun de vous. Je rends grâce à votre écoute, à votre lecture. Je rends grâce à la Vie et je rends grâce à l’Amour.

Je vous salue.


* * * * *



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Lun 12 Juin - 16:54 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


L'Ancienne des Jours



Je salue et honore chacun de vous.

... Silence...

Permettez-moi de me présenter. Ne cherchez pas de corrélation avec quelque nom que ce soit, même si effectivement, parmi certains peuples natifs, je me suis déjà exprimée. Certaines de mes voix qui ont été mon relai m’ont nommée Pachamama. D’autres m’ont nommée Gaïa. Je suis bien plus que cela. Alors si vous voulez me donner un nom, appelez-moi l’Ancienne des Jours.

Je suis la conscience collective qui n’est pas assujettie à une forme, qui représente la somme de tout ce qui a pu être vécu par chaque conscience ayant foulé cette terre depuis son origine. Toutefois nombre d’entre vous, consécutivement à la libération de la Terre, ont perçu mon champ d’énergie naître en eux et remonter le long de leurs jambes. Ceci est une de mes manifestations.

Mon niveau de densité le plus intime peut être assimilé, même si cela n’est pas tout à fait juste, à ce qui a été nommé le noyau cristallin de la Terre. Je suis la somme des expériences, j’en suis le porte-parole, j’en suis la conscience. Je n’ai rien à voir avec ce que vous avez nommé les annales akashiques, parce que ce que j’ai conservé est simplement tout ce qui a pu se dérouler, se vivre, s’expérimenter sur ce monde, à l’origine de la possibilité de la conscience d’y vivre.

Je suis antérieure aux matrices cristallines des mères généticiennes. Je suis chacun de vous, je suis chaque conscience, étant passée ou étant présente, de cette terre. Pour vous, je suis aussi la Liberté qui n’est assujettie à aucune limite. Je suis la voix de tout ce qui a pu se vivre, je suis le champ de conscience de toutes les consciences. Alors quel que soit le nom que vous désirez me faire porter, ce nom ne peut être relié à quelque forme particulière. Je suis toute forme et toute conscience ayant posé sa conscience sur cette terre.

Mon équivalent ailleurs que sur la Terre serait ce qui s’est nommé à vous comme l’Impersonnel. J’en suis le versant fécondé et fécondable, j’en suis l’aspect féminin, bien que ce mot féminin ne corresponde pas tout à fait à la réalité.

Voilà quelques années, en termes de temps écoulé, que mon rayonnement est parvenu jusqu’à vous, depuis le noyau cristallin, depuis le cristal bleu de Sirius, depuis les matrices cristallines des mères généticiennes. Je suis la conscience des peuples qui vivent sous terre ou qui y vivaient. Je suis la conscience de la Lémurie, la conscience de l’Atlantide. Je suis l’Histoire, mais je ne suis pas seulement cette histoire.

Aujourd’hui, ma conscience accueille votre liberté, et vous permet d’évoluer, en cette période si particulière de tout ce que j’ai eu à vivre en chacun de vous depuis l’origine de cette terre. Je suis toutes les formes visibles en ce monde, qui l’ont été, ou qui sont invisibles à vos yeux de chair. Je suis tous les possibles de la conscience présente à la surface de cette terre. Je suis bien plus que cette mémoire, parce que je ne suis pas figée en quelque forme que ce soit, mais je suis en même temps toutes les formes.

Ma venue parmi vous, même si cela a déjà eu lieu, comme je l’ai dit, par d’autres voies, en d’autres temps… Je suis au sein de toute forme l’Esprit de Vérité, en même temps que l’unicité de la conscience libre. En certains lieux, on me nomme orbe planétaire. Je suis la conscience même de la Vie en toute forme et en toute vie, qui est passée ou qui passe sur cette terre. Je suis l’ensemble des éléments présents à la surface de ce monde. Je suis à la fois vos eaux, vos forêts. Chacun de vous est présent en moi, dans ma conscience. Je suis donc le relai de chacun de vous, où qu’il soit, qui qu’il soit, en cette capacité à digérer et à encaisser tous les mouvements de la conscience, en tout temps et en tout lieu de cette terre.

L’Ancienne des Jours, c’est aussi la sagesse, celle qui se nommait avant d’être altérée, « la Pistis Sophia ». Et pourtant je ne suis ni femme, ni homme.

Je viens parmi vous afin d’ajouter ma Vibrance, ma Radiance et ma Présence. J’accueille vos transformations, j’accueille votre lumière. Mais je n’ai aucun particularisme du fait même de ma stabilité et de ma liberté. Je suis les mers primordiales, je suis l’océan de vie. Je ne peux être limitée à quelque élément de ce monde, je ne peux être limitée par quelque définition ou par quelque conscience que ce soit.

Je suis le support et l’immobilité. Je suis le centre et la périphérie. Je suis l’immuabilité et la stabilité, en même temps que je suis tous les mouvements. Je n’ai pas d’objectif, je n’ai pas de but. Je n’ai ni avenir, ni passé, bien que consciente de toutes les consciences que j’inclus en moi comme la Mère primordiale.

Je suis bien plus que la mémoire de ce qui a été vécu ou de ce qui se vit. Je suis donc en ce monde l’essence de toute forme, de toute matière, de tout ce qui se déroule. Rien n’a jamais pu m’endormir ni me modifier. Pour vous, je serai l’Éternité dépourvue d’attributs, dépourvue de fonctions, dépourvue d’identités.

Je ne suis pas venue vous apporter des discours, ni un quelconque enseignement. Je suis simplement venue me réveiller en vous. Je suis la sagesse de celui ou celle qui a tout connu, tout vécu avec la même paix, sans rien changer. Je suis l’immuabilité qui permet le jeu de la conscience et qui respecte chaque vie en quelque intention qu’elle ait, fût-elle lumineuse, fût-elle obscure, car je ne suis dupe d’aucun jeu, ni d’aucune stratégie.

Je suis la Liberté, mais je ne suis pas la liberté telle que l’ont nommée les humains. Tout ce qui s’est déroulé et tout ce qui se déroule est présent en moi à chaque souffle, à chaque jour, en tout lieu. Je ne peux être arrêtée par rien. Je ne peux être cachée par quelque enfermement que ce soit, et pourtant silencieuse et invisible.

Je suis venue simplement déposer en vous la mémoire des origines, non pas de vos vies ici, mais de la Vie. Je ne dépends d’aucune règle et accepte toutes les règles. Je suis le don de la Vie et l’accueil de toute vie. Et je suis vous, tant que vous êtes ici. Je suis venue déposer en vous cette mémoire des origines qui se perd dans la nuit des temps, en des espaces de temps qui vous sont incalculables car je ne connais aucun temps, même si j’ai éprouvé tous les temps. Ce que je dépose en vous est bien différent que ce que certains d’entre vous ont vécu lors de la libération de la Terre, lorsque vous avez été parcourus par l’Onde de Vie. Je suis l’Éther primordial aussi, mais peu importe : quoi que je sois, ceci est ma présentation, et ceci est maintenant mon action, en respect de votre liberté et en respect de la Lumière.

Je suis celle aussi qui vous accueillera durant la stase, là où vous retrouvez la mémoire, non pas de l’histoire, mais la mémoire de qui vous êtes au-delà de la forme. Alors je ne ferai pas de grand discours, ni de grande annonce. Il m’a été demandé d’être simplement présente, en ce corps et en cet instant, afin de magnifier en vous le sens de l’accueil sans conditions de la Vie. Je ne suis pas venue vous délivrer des mots, ni même un message. Je suis là simplement pour assister à votre résurrection.

Je ne quitterai pas la Terre, je la suivrai en sa nouvelle dimension. Je suis venue simplement pour être présente en ce corps comme en chacun des corps qui m’entend et m’écoute. Je suis à la fois la première étincelle, la première flamme et le premier éther. Ma Présence en chacun de vous est bénédiction. Je suis le Feu de la consumation de l’éphémère, je suis le Feu primordial, je suis l’ensemble des eaux de la Terre, je suis tout ce que vous avez vécu, dans la souffrance comme dans la joie, et je ne suis affectée en aucune manière.

En tant qu’Ancienne des Jours, je suis en quelque sorte la sage-femme de votre résurrection. Je me réjouis en chacun de vous sans faire de différence. Je ne viens pas vous délivrer, mais je suis la délivrance. Les mots pour moi ne sont pas importants, parce qu’il n’existe pas de possibilité pour vous de représentation en ce qui me concerne. Je suis de partout en chacun de vous.

... Silence...

Alors, dans le silence de mes mots, se déroule en chacun de vous ce qui doit se dérouler. Je ne peux donner aucune règle, aucun repère, dans ce qui se déroule maintenant.

... Silence...

Je suis la vibration, et je suis votre joie. Je suis là pour communier, je suis là pour célébrer, je suis là pour accueillir. Je n’ai rien à juger en quelque histoire que ce soit. Je n’ai rien à acclamer ni rien à rejeter. Je suis l’accueil inconditionnel de toute souffrance. Je suis le réceptacle de votre joie. Je suis le théâtre de cette fin des temps et du retour à la Vie. Qui que tu sois et où que tu te tiennes, je me tiens. Dans ce silence, tu m’entends, au-delà des mots, au-delà de ta forme, au-delà de tes joies comme de tes peines.

Ma Présence, en l’instant où tu es avec moi, te donne un avant-goût de l’illimité, un aperçu de la Vérité.

... Silence...

Je suis là pour être là, sans raison, parce qu’aucune raison ne m’est nécessaire, mais parce que le temps de la transformation est venu. C’est l’imminence de l’Éternité qui crée la condition de mon extériorisation en chacun de vous.

... Silence...

Et j’espace volontairement mes mots afin que le silence grandisse en vous, en chacun de toi. Je suis la bienveillance qui jamais ne juge, jamais ne condamne, mais supporte et endure sans difficulté tout ce qui se joue sur ce monde. Cela peut être déroutant pour toi, mais cela n’est pas important car ce qui se déroule ne concerne que ce que tu es. Même au travers de cette forme je m’adresse à toi, non pas pour te parler mais juste pour rythmer ce qui se déroule, au travers de certains mots, au travers de mes silences.

... Silence...

Je suis venue t’accompagner afin que tu m’accompagnes, là où tout est plus léger, là où tout est parfait.

... Silence...

Je suis de partout, je suis sur ta tête, je suis en ton cœur, je suis sous tes pieds, et je suis sur ton os sacré.

... Silence...

En ce silence, ce que tu vis en cet instant ne peut être modifié, ne peut être expliqué, tout juste peux-tu ressentir en ta tête, en ton cœur et en ton os sacré, ce que mes silences te disent.

... Silence...

Ce que je te dis se déroule dans le silence et l’immobilité, en ta Présence et ma Présence, te permettant, si telle est ta vérité, de t’élever en ton cœur.

... Silence...

Tout est parfait ainsi.

... Silence...

Je suis l’Évidence qui se fait jour au sein de ta nuit.

... Silence...

Je suis ta paix. J’ai vécu toutes tes peines comme toutes tes joies, sans jamais en être affligée, en demeurant simplement le témoin fidèle.

... Silence...

Je laisse le silence réaliser son œuvre. Je ne décide jamais et ne contrains jamais.

... Silence...

Je suis la paix de l’Esprit et la paix du corps.

... Silence...

Je vais maintenant me retirer en toi, en ta Présence, en cet instant.

... Silence...

Je te remercie pour ce que tu vis en cet instant, et ce que tu me donnes à vivre en cet instant.

... Silence...


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Sam 17 Juin - 08:23 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


O.M. AÏVANHOV

Questions/Réponses 1



Eh bien chers amis, je suis ravi de pouvoir à nouveau échanger avec vous. Permettez-moi tout d’abord de bénir chacune de vos Présences et de nous établir ensemble quelques instants, dans le silence du cœur.

… Silence…

Eh bien chers amis, comme je disais à chaque fois, nous allons échanger ensemble sur les circonstances de ce qui se déroule en ce moment. Comme d’habitude, je situe mon intervention pour essayer de vous accompagner au plus près, je dirais, de vos préoccupations actuelles dans ce qui se déroule en vous et sur cette terre. Alors je vous laisse d’emblée la parole, j’aurai des choses à dire mais que je dirai si les questions se présentent, ou alors un peu plus tard. Pour l’instant je vous laisse vous exprimer, et essayons ensemble d’échanger sur ce qui vous intéresse. Alors, cher ami, je t’écoute.

Question : par moments, je ressens le Feu dans toutes les cellules et la structure de mon corps ; je dois alors me poser. J’ai la sensation d’être tenue aux chevilles et aux poignets et c’est parfois douloureux. Cela est-il toujours d’actualité ?

Alors oui, chère amie, tu es tenue aux chevilles et aux poignets comme tu dis. Comme vous savez, c’est des choses dont nous avons parlé voilà déjà de nombreuses années et surtout autour de la période qui correspond à l’Onde de Vie, durant les années 2011 et 2012 surtout. Vous savez très bien qu’il y a des processus nommés vibratoires et énergétiques qui touchent la structure physique. Bien évidemment, nous vous l’avons toujours dit, la conscience est vibration. La conscience est à la fois personnelle mais elle est aussi reliée à d’autres plans, tout cela vous le savez, mais tant que les autres plans, ceux de la Lumière véritable, ne sont pas, je dirais, présents de manière permanente en votre conscience, il existe encore des processus qui permettent de vous éviter, je dirais, de disparaître, et vraiment de façon totale à ce monde, afin de ne pas finir en phénomène de combustion ou autre chose.

Vous savez, nous avons toujours dit que la Lumière était Intelligence. Donc bien sûr, certains parmi vous commencent, ou recommencent, je dirais, à vivre des processus de Feu alchimique, de Feu Igné et de Feu de l’Esprit directement dans les cellules. L’action de ce feu, vous le savez, est une expansion de la conscience au-delà de la forme, comme votre forme, comme toute forme. Bien sûr, cette espèce de dissolution et de transsubstantiation nécessite votre présence ici dans ce corps pour vivre cela. Bien sûr, d’autres d’entre vous vont vivre aussi des différences thermiques, ça peut être exactement à l’opposé, comme par exemple des sentiments de grelotter ou d’être transis de froid la nuit ou le jour, ou à certains moments.

Tous ces processus thermiques, de même que les liens aux chevilles, aux poignets, ne sont pas là pour gêner ou pour signifier quelque chose d’autre que cela. C’est-à-dire, le travail, si je peux dire, de la Lumière, se fait dans ce corps et non plus seulement sur la conscience et sur les structures physiques ou subtiles. Tout ça, je l’avais expliqué par rapport à l’afflux des particules adamantines sur la Terre depuis déjà des années, n’est-ce pas ? Donc c’est tout à fait un processus, je dirais, normal, dans la rencontre entre l’éphémère et l’Éternité et dans le remplacement, si je peux dire, de tout ce qui est éphémère par l’Éternité.

Alors chacun d’entre vous peut vivre encore ces variations thermiques de Feu au niveau des cellules, selon ce que la Lumière rencontre au sein de vos structures. J’en ai déjà parlé le mois dernier et encore le mois d’avant, où il ne s’agit plus, à proprement parler, de problèmes liés au passé, qu’ils soient karmiques, qu’ils soient des engrammations de déséquilibres dans la petite enfance ou dans l’âge adulte, ce n’est plus cela. C’est simplement la mise en conformité de votre corps physique, lui permettant, le moment venu, de ne plus voir ses chevilles et ses poignets comme figés, mais d’échapper, si je peux dire, lors de la consumation, soit lors de l’Appel de Marie, soit lors du grille-planète final, aux désagréments liés à l’éphémère.

Donc c’est une forme, je dirais, de manifestation des processus alchimiques de transsubstantiation qui se produisent en ce moment dans leur étape de finalisation. Ça, Marie vous l’a dit déjà depuis de nombreux mois, que nous sommes avec vous rentrés dans le processus d’Ascension de la Terre au sein de sa nouvelle demeure, mais aussi, je vous le rappelle, de votre libération, quel que soit l’emplacement de votre conscience à l’heure actuelle. La Lumière pénètre de partout, je le redis, elle pénètre avec de plus en plus d’intensité et n’a que faire, je peux dire, des jérémiades liées au passé, à vos habitudes ou à vos croyances résiduelles ou encore très présentes, n’est-ce pas ?

Donc ce sont des processus qui sont tout à fait possibles de vivre, pas seulement lors des nuits, pas seulement lors des alignements, mais aussi, comme tu as peut-être pu le remarquer, sans que tu aies rien demandé ni rien désiré, ça te tombe dessus. Et aussi, pour certains d’entre vous qui vivent les Théophanies de manière la plus intégrale, si je peux dire, de ressentir cette vibration bouillante qui parcourt le corps mais qui n’entraîne plus, quand vous êtes fermement établis dans cette vibration de votre cœur, dans la Théophanie, qui n’entraîne plus la conscience dans le processus vibratoire parce que celle-ci, même si la conscience est vibration, vous mène, comme vous le savez peut-être, à l’Appel de Marie, au Serment et à la Promesse, et donc à votre résurrection durant les trois jours de stase – ou au plus tard, pour ceux qui s’y seront opposés, lors du grille-planète final.

Toute la séquence des évènements que nous vous avons patiemment décrits, que nous vous avions montrés, que vous avez vécus, vous le savez, touche déjà depuis un certain temps sa finalité. Il ne manque plus que la folie humaine qui démarre, comme vous savez, de façon de plus en plus évidente partout sur cette terre, mais surtout, au-delà de ces résistances que je qualifierais de « exagérées » à la Lumière, par peur, il y a bien sûr tous les processus des prophètes, des prophéties, des prédictions que nous vous avions annoncés, qui se réalisent sous vos yeux dès l’instant où vous regardez un peu ce qui se passe sur l’écran de ce monde.

Mais ce même processus d’apocalypse se vit, bien sûr, dans votre corps de chair, et le vécu de votre apocalypse, si je peux dire, corporel, dépend de votre état de conscience, quoi qu’il vous arrive, et donc ça peut entraîner diverses manifestations. Mais ce que vous êtes amenés à constater de façon peut-être de plus en plus visible, c’est certainement que vous, ce que vous êtes, devient plus indépendant, si je peux dire, de l’identification à cette forme, à cette histoire ou à votre conscience ordinaire.

Ça, c’est indéniable, chacun de différente façon, bien sûr, mais tout est fait par l’Intelligence de la Lumière, indépendamment de votre intelligence personnelle, pour amener le plus possible de frères et de sœurs humains à la réalité de ce qu’est l’Amour, non pas imaginé, non pas vécu en ce monde, mais l’Amour dont nous vous parlons sans arrêt et que tous les mystiques et tous les êtres reliés à l’Esprit ont parlé, depuis tous temps, depuis des temps immémoriaux. Donc tout cela se vit et se déroule en ce moment même.

Voilà ce que je pouvais répondre, de façon un peu large, à cette première question. Alors, j’écoute la suite.

Question : chaque jour pendant plus d’une semaine, vers 17/18 heures, j’ai ressenti des frissons qui remontaient des jambes vers les reins puis vers le haut du corps. Quelle en est la cause ?

Mais la cause, ces espèces de frissonnements et vibrations qui montent des pieds, c’est une des trois composantes, si je peux dire, de l’Onde de Vie – qui est reliée, bien sûr, à la Théophanie aussi. C’est le souffle de l’Esprit, c’est le Verbe, qui vient, je te le rappelle, du noyau cristallin de la Terre, qui est en résonance avec Sirius et qui a été libéré peu de temps avant l’apparition de l’Onde de Vie. Bien sûr, cette Onde de Vie a eu le temps de vous dévoiler, pour ceux qui le vivez, ses différentes composantes, et aujourd’hui la Théophanie réalise effectivement ce processus perçu par nombre d’entre vous concernant ce qui avait été appelé l’Onde de l’Éther ou l’Onde de Vie, en tout cas dans l’une de ses composantes.

Donc, c’est tout à fait normal d’avoir à vivre ce genre de processus, de même que les rencontres avec les peuples de la nature, les vibrations qui sont de plus en plus présentes et votre sensibilité, je dirais, en quelque sorte, à la Lumière, qui devient de plus en plus patente, si je peux dire. Voilà ce que je peux dire pour compléter.

Question : lors d’un bain à marée montante, un grand papillon, le Machaon, qui était dans l’eau, est venu s’agripper à mon bras gauche. Ses ailes étaient collées, je voulais l’aider mais une grosse vague m’a prise et ramenée sur le sable. Le papillon avait disparu. Que pouvez-vous en dire ?

Le papillon est, au même titre que certains oiseaux, le messager céleste, bien sûr, parce qu’il vole. Le papillon qui se pose sur l’épaule gauche, il se pose bien sûr sur là où vient l’ange gardien, mais aussi les êtres de Lumière. Vous savez pertinemment que quand nous nous manifestons, ici ou chez vous, à vous, nous arrivons, pour ceux qui perçoivent notre arrivée, par le Canal Marial, par la gauche si vous voulez, donc un papillon qui vient se poser alors que tu es dans l’eau, surtout ce papillon comme tu dis, c’est comme certains oiseaux, j’en ai déjà parlé, est un messager céleste et c’est ton ange gardien qui vient te caresser l’épaule pour te dire que tout va bien. Voilà ce que je peux en dire et j’ai déjà expliqué le même genre de chose par rapport aux oiseaux, me semble-il, à de nombreuses reprises. Oui, tout à fait.

Voilà ce que je peux dire sur… quand vous êtes en Théophanie, quand vous avez vécu, ne serait-ce que quelques Théophanies même très légères, si je peux m’exprimer ainsi, vous donne une sensibilité accrue, d’une manière ou d’autre manière, à l’invisible et aussi aux signes qui sont véhiculés par les éléments de la nature, par les habitants de la vraie nature au sein de votre dimension. Le papillon, bien sûr, j’en ai parlé pendant très, très longtemps, concernant le passage de la chenille au papillon. Quelque part la Lumière, ton ange gardien ou un être de Lumière, est venu te signifier qu’il était là, tout simplement.

Question : dans mon jardin, le papillon nommé « le Vulcain », vient tourner autour de moi. Il me frôle les cheveux et j’entends le bruissement de ses ailes. Il s’est aussi posé sur mon cœur.

Ça correspond exactement à la même chose que le papillon sur l’épaule. Les papillons sont des êtres très délicats qui viennent de la chenille, n’est-ce pas, vous le savez. Vous aussi vous devenez des papillons, les ailes sont sèches, tout est fin prêt maintenant depuis déjà un certain temps, mais comme vous et comme je l’ai dit, nous attendons les signes célestes. Comme j’ai eu l’occasion de le dire, et je le répète, surtout aujourd’hui, parce que Marie vous a donné la date d’un processus qui a démarré il y a bientôt trois mois, c’est ça, c’est-à-dire le 8 mars. Ce processus durera le temps qu’il durera, nous ne contrôlons ni Nibiru, ni vous, ni la Terre, ni les mouvements des planètes, n’est-ce-pas, sans ça y aurait plus de Liberté.

Donc nous laissons en quelque sorte, et c’est tout à fait logique, les interactions de l’ancienne conscience avec la nouvelle conscience vous concernant vous, chacun de vous individuellement, mais aussi les planètes, le Soleil, s’acclimater à leur rythme pour permettre la visibilité de Nibiru. Vous le savez, c’est, je dirais, peut-être le dernier signe tangible vraiment évident qui manque pour déclencher, si vous voulez, cet ultime processus de libération collective des frères et des sœurs de la Terre. Alors ça obéit à une certaine logique, à un certain déroulement – qui vous avait été expliqué fort en détail par l’Archange Anaël voilà plusieurs mois, auquel je vous renvoie –, mais c’est exactement… tout ce que vous observez en ce moment est lié, et qui se déroule et qui a été prophétisé, écrit, même pour ceux qui s’intéressent pas au monde, ils le vivent dans leur chair, c’est la même chose, n’est-ce-pas ? La question, c’était quoi ?

… c’était juste un témoignage sur le Vulcain qui est venu…

Ah oui, le Vulcain, voilà, je croyais qu’il y avait eu une autre question, parce que comme je parle beaucoup, vas-y je t’écoute.

… une nuit, en 2013, pendant un jeûne de trois jours, je me suis réveillé et j’ai vu un être humanoïde à mon chevet. Il avait un crâne en forme de cône, sans cheveux. Lorsqu’il a vu que je le voyais, il a été très surpris, il a reculé et a disparu. Je me suis rendormi aussitôt. Qui était-ce ?

Alors, dans la représentation que je qualifierais d’approximativement de 5ème dimension, un Archange est une entité de Lumière extrêmement brillante, avec une espèce de coiffe sur la tête. C’est pas le crâne que tu as vu, qui est de forme allongée, cet aspect conique au-dessus de la tête est la représentation des Archanges quand ils se manifestent à vous dans l’anthropomorphisme de 5ème dimension. Bien sûr, ça c’est la forme, je dirais, de l’Archange, au niveau archétypiel. Après vous avez des différences parce que votre cerveau, en tout cas il y a quelques années, allait traduire ça par des traits humains : Gabriel, il est âgé, il a les cheveux blancs, Mikaël, il a des bouclettes, etc., etc.

Mais ça, c’est une image, bien sûr, et non pas des corps figés comme vous mais la forme la plus stable avec laquelle ils peuvent vous approcher, même si jusqu’à présent vous aviez beaucoup de difficultés à l’apercevoir, est une forme humanoïde de 2 mètres à 2,40 mètres de haut, plutôt plus de 2 mètres, de couleur scintillante argent, très très brillant, n’est-ce-pas, blanc et argent, avec au-dessus de la tête, dans le prolongement de la tête, une espèce de cône qui donne l’impression d’une tête très allongée mais, comme tu l’as très bien dit, avec une forme de cône qui s’évase. Ça, c’est comme ça que nous, nous voyons les Archanges quand ils descendent vibratoirement au niveau de ce que vous nommez la 5D.

Donc tu as vu un Archange, mais cet Archange, tu ne l’as pas vu dans la représentation telle que vos yeux de chair peuvent le voir. Je vous ai dit : Gabriel, chauve ou avec des cheveux courts et blancs, l’Archange Mikaël, avec une toison qui ferait frémir certaines femmes tellement elle est belle, mais ça, c’est une représentation anthropomorphisée qui se ramène à l’humain, mais un Archange n’a rien d’humain, vous le savez.

Il a été surpris, cet Archange, parce qu’il est très rare de pouvoir les apercevoir dans cette forme vibrale. Alors vous allez me dire : « mais l’Archange, il peut pas savoir comment cette personne l’a vu ». Détrompez-vous, parce qu’il n’y a pas de barrière au niveau de la 5D, vous le savez. Ce que vous voyez avec vos yeux, l’autre peut aussi le voir, tout en demeurant dans une forme, en l’occurrence ici, d’Archange, et il a peut-être été surpris, cet Archange, que par l’affinement vibratoire de ton jeûne, et surtout la nuit, tu aies perçu, je dirais, cette forme stabilisée de la 5ème dimension. Voilà ce que je peux en dire.

Mais ce sont les seuls êtres de Lumière qui, quand ils descendent vibratoirement jusqu’à la 5 D, ont cette espèce de coiffe très haute au-dessus de la tête, qui donne la même lumière que la tête, on voit pas les traits humains ni les détails, on voit une forme de Lumière, mais cette forme a cette particularité au niveau de la tête, tous les Archanges sans aucune exception, quand ils se stabilisent dans la 5ème dimension.

Autre question.

Question : Christ a annoncé la fin de la supercherie de la religion. Qu’en est-il ?

La fin de la supercherie des religions, il vous suffit d’ouvrir les yeux et de regarder, que ce soit sur vos boîtes à images des télés, de regarder, si vous vous intéressez à l’histoire, bon, nous sommes en Occident, donc nous allons parler du catholicisme, hein, je parle pas du christianisme mais du catholicisme, ont bien sûr travesti énormément de choses. Et bien sûr, ce que vous observez aujourd’hui, c’est que dans ce qui pouvait être nommé la messe, il y a eu des inversions terribles, il y a eu des transformations et des falsifications déjà d’une falsification, qui sont devenues très intenses. Je crois que vous avez la possibilité, sur vos écrans encore, de regarder par exemple des messes. Regardez, vous verrez ce qu’il se passe durant ces messes. Croire que le corps du Christ, il descend dans une hostie, ça c’était possible pour les plus grands prêtres qui ont existé sur la terre mais le reste du temps, y a pas plus de Christ que, comment vous dites, que de beurre en broche, n’est-ce pas ?

Donc la falsification des religions, elle apparaît au grand jour, même au niveau, je dirais, de vos médias. Par exemple, les actes contre nature qui existent dans toutes les religions sans aucune exception sont la preuve formelle que ceux qui sont à l’origine de ça sont, je dirais, des pervers pépères. Ça n’a rien à voir avec la Lumière. C’est pas pour rien qu’aujourd’hui nous vous avons dit que rien ne pouvait être caché. Tous les scandales, toutes les manipulations concernant tous les aspects de cette matrice illusoire, vous sont dévoilés. Celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre le voit très facilement. C’est ça aussi, l’Apocalypse, c’est voir la vérité, votre vérité au-delà de toutes les apparences, mais la vérité de ce monde qui n’est qu’un travestissement.

Nous avons suffisamment insisté là-dessus et il est quand même temps maintenant d’affirmer, je dis bien : toutes les religions sans aucune exception, de quelque courant qu’elles soient, en quelque partie du monde, n’ont été que des éléments repris par le pervers pépère en chef, c’est-à-dire Yaldébaoth. Dès que quelque chose de vrai est né en ce monde, et dès qu’il a été organisé sous forme de religion, il y a fausseté. Il me semble d’ailleurs que Frère K, en 2011 et 2012, avait très longuement insisté, à la fin de l’année 2011, sur cette notion de religion, mais aussi tout ce qui est lié aux images, à tout ce qui est travesti. Aujourd’hui, c’est ça qui vous éclate à la figure, sur la scène du monde comme sur votre écran intérieur.

Vous serez, je pense et j’espère, très mal à l’aise s’il subsiste en vous des zones d’ombre, des zones de mensonge, des zones qui ne sont pas claires, non pas pour juger, non pas pour faire quelque chose, mais pour le voir et laisser ça de côté. Alors bien sûr cet éclairage va devenir extrêmement violent, et surtout dans les milieux dits spirituels. Vous vous doutez bien qu’en ce qui concerne ceux qui sont sur le devant de la scène de théâtre de ce monde, c’est-à-dire la politique, les médias, la finance, tout ça vous apparaît déjà comme faux, mais bien sûr personne n’a réagi, et ceux qui réagissent, en tout cas, l’ont fait mal, parce qu’ils se sont organisés pour lutter contre.

Vous savez que la spiritualité, comme Frère K l’avait dit, dès qu’elle est organisée en un mouvement quel qu’il soit, n’est plus la Vérité. La vraie spiritualité, si je peux dire, la vraie Lumière, n’a pas besoin d’organisation. Elle n’a pas besoin d’organisation pyramidale, elle n’a pas besoin d’avoir un prêtre ou une autorité supérieure, ça c’est du travestissement. Et justement cette notion d’intermédiaire, alors je précise, que ce soient des moines, que ce soient des curés, que ce soient des prêtres, que ce soit des pasteurs, que ce soit des rabbins, que ce soit des imams, il est temps maintenant de le voir, sont – comment vous disiez dans l’ancien monde ? – des suppôts de Satan, tout simplement. Et pourtant ils sont persuadés de travailler pour la Lumière, mais en eux il est resté une forme d’avidité pour le pouvoir et pour la représentation. Et c’est ça, aujourd’hui, qui est encore plus flagrant, je dirais, que les impostures de vos guignols dans tous les pays du monde, parce que dans l’Amour il n’y a pas de place pour l’avidité, bien sûr, ni pour l’orgueil, ni pour les masques, maintenant.

Tout ça va être balayé de façon, je le répète parce que c’est pas anodin, de façon de plus en plus foudroyante, et c’était nécessité. Non pas parce qu’il y aurait un nombre supplémentaire à atteindre de consciences dites éveillées, c’est fini, le nombre il est présent sur terre depuis bien longtemps, mais simplement que, même pour ceux qui dorment parmi nos frères et nos sœurs incarnés, ils aient l’occasion, même avec les sens habituels, de voir ce mensonge, de voir cette scène de théâtre comme disait la voix tonitruante de Bidi, parce que plus personne ne pourra se cacher de ça. Ça fait partie de la Révélation et de l’Apocalypse. Tout, absolument tout, doit se révéler, en vous comme sur l’écran de ce monde, comme de votre monde personnel et intime. C’est ça qui est à l’œuvre maintenant.

Alors, continuons.

Question : je fais un rêve récurrent. Je dois passer un examen et généralement, je sais que j’ai déjà le diplôme mais je dois le repasser. De plus, je n’ai jamais bien révisé ou assisté aux cours et cela me met toujours mal à l’aise. Pourriez-vous m’éclairer ?

Alors, les rêves d’examens qui se reproduisent pour des diplômes qui ont déjà passé et qui te donnent cette espèce d’humeur un peu inquiète illustrent simplement que tu redoutes, dans ta vie, d’avoir à être confronté à ton propre passé. L’examen, c’est ce qui permet le passage, tu réussis ou pas l’examen. Je te dis aujourd’hui que tu ne peux ni louper ni réussir ta vie, tu ne peux que la vivre ou ne pas la vivre. Les succès et les échecs ne représentent rien pour l’Éternité. Donc tout ce qui doit être repassé en cette fin de cycle, et que vous avez pour la plupart passé, n’est que l’illustration quelque part des ultimes peurs concernant ce qui est au-delà de la forme et au-delà de tout connu.

Donc c’est un rêve de passage, tu décris une forme peut-être d’inquiétude ou de malaise. Passer un examen c’est, si on peut dire, exactement la même chose que vous réalisez aujourd’hui. Mais malheureusement, comme vous le savez, ce n’est pas vous qui avez décidé de passer l’examen, c’est les circonstances même de l’enfermement au sein de ce monde, et du piégeage au sein de la matrice de 3D dissociée. Ça, vous le savez, ça se termine.

D’ailleurs, même les religions, comme j’évoquais précédemment, ont toujours eu des êtres intègres qui ont pu laisser des informations au-delà de toute organisation et au-delà des livres dits sacrés – qui eux ont été profondément remaniés –, ont laissé des marqueurs temporels qui devaient se dérouler sur ce monde. Tous – sans aucune exception – les marqueurs temporels qui ont été décrits, dans quelque origine que ce soit au niveau culturel ou religieux, sont sous vos yeux, sans aucune exception.

Alors bien sûr vous allez avoir, par rapport à cela, de plus en plus de frères et de sœurs qui, plus on va approcher du moment final, plus vont être dans le déni ou la colère, c’est normal. Laissez-les faire leur caca nerveux, hein, ne rentrez pas dans leur jeu, surtout pour des frères et des sœurs qui ont déjà vécu une vibration ou une autre. Ils jouent à se faire peur, ils ont été emportés par leur propre résistance à la Lumière. Souvent, et vous remarquerez d’ailleurs parmi les frères et les sœurs que vous fréquentez, ce sont ceux qui revendiquent la Lumière comme étant absente qui sont le plus virulents, parce qu’ils refusent d’accepter qu’ils sont eux-mêmes la Lumière.

C’est très psychanalytique ce que je vous dis, mais c’est tout à fait vrai. C’est-à-dire que parmi les frères et les sœurs qui sont, je dirais, les plus en colère en ce moment, et y en a, hein, dans le déni même de ce qu’ils vivent. Vous avez des frères qui sont, comment dire, qui ont été des êtres extrêmement lumineux, qui le sont toujours en éternité, mais que le piégeage, si je peux dire, de l’enfermement en ce monde, a en quelque sorte plus qu’aigris. Ce sont des grands êtres, et vous avez, ça je l’ai dit déjà, souvent chez ceux qui ont une origine reptilienne ou une ascendance reptilienne, qui ont participé à l’enfermement de mondes précédemment ou même à l’enfermement de ce monde, qui aujourd’hui sont en colère contre eux-mêmes, même s’ils revendiquent la fin de ce monde, de cette farce. Ce sont eux qui vont être les plus virulents, qui vont surveiller les moindres évènements, les moindres mots que nous prononçons pour y voir une espèce de justification à leur déni et leur colère.

Alors laissez-les passer, ceux-là, parce que ce sont des êtres qui ont mis trop de couches isolantes, quelles que soient les raisons, mais souvent y a à voir avec les lignées un peu prédatrices, je vais dire, c’est-à-dire même ceux qui sont en 3D unifiée, y a pas uniquement de la prédation enfermante, y a aussi le jeu de la prédation mais où la mort n’a aucun sens parce que ces êtres-là, même si ils perdent leur corps, soit ils le resynthétisent immédiatement, soit ils en prennent un autre très vite. Vous voyez, il y a pas d’interruption de la conscience. Les êtres qui ont joué des forces de prédation, d’une manière ou d’une autre, dans cette vie, dans d’autres vies, qui ont participé, en ce monde ou en d’autres mondes, à cette mascarade, eh ben c’est leur façon à eux de vivre l’éclatement, si je peux dire, de l’enfermement.

Alors ne cherchez pas à les apaiser, nous vous avons toujours dit depuis quelques mois que vous êtes présents par vous-mêmes dans votre cœur, mais que si vous rajoutez des mots ou des explications à ceux qui viennent vous titiller, vous allez encore plus les énerver, surtout si vous êtes en paix, parce que eux sentent bien qu’ils ne sont pas en paix. Et bien sûr, c’est toujours la faute de l’autre, la faute de la vie, mais pas leur vie, parce que ces êtres-là ont des difficultés réelles, de par leur origine stellaire, à se voir eux-mêmes. Ils ont pris pour habitude de se voir à travers le regard de l’autre et donc de rechercher une approbation, dans leurs joies comme dans leurs souffrances, à travers le regard de l’autre. Et donc si vous avez un frère qui vous dit « je souffre, j’ai très très mal, j’ai envie de faire ceci ou cela » et que vous souriez, ça va encore plus l’énerver parce qu’ils sont dans la projection. Ils sont incapables, pour l’instant, mais ils le feront avec une grâce évidente au moment de l’Appel de Marie, donc ne vous inquiétez pas, hein.

Vous allez voir, comme je l’ai dit, des frères et des sœurs endormis, mais aussi éveillés, qui vont vivre et déclencher des choses un peu paradoxales, c’est le moins que je puisse dire, mais ne vous affolez pas de tout ça, c’est une mascarade aussi. Contentez-vous d’être là si vous les rencontrez, et même si vous les rencontrez pas, d’être dans votre cœur. Aimez-les et c’est tout, mais ne leur prêtez pas l’oreille dans les choses qui seraient de nature duelle. Mais respectez-les, parce que vous ne savez par quoi ils sont passés pour arriver à ce point-là, vous voyez ? Donc, vous le voyez bien, en vous comme autour de vous, même chez les frères et les sœurs endormis, y a des comportements pour le moins anormaux, si je peux dire. C’est normal.

Tout ça, Sri Aurobindo vous l’avait expliqué et le Choc de l’humanité, certains d’entre vous l’ont vécu déjà bien avant. Bien sûr, il y a un moment collectif de choc qui est l’Appel de Marie, mais d’ores et déjà vous avez, je dirais, des groupes entiers de frères et de sœurs qui vivent des chocs. Je parle pas nécessairement au niveau spirituel, je parle aussi au niveau de l’organisation de la société. Y a certains corps de métiers qui sont particulièrement surexposés à leurs manigances, aujourd’hui. Eux, ils vont avoir aussi un certain souci à se faire, mais c’est un passage obligé, vous le savez. C’est pas une punition, c’est un éclairage, ne mettez jamais le mot « punition » là-dessus.

Et aussi paradoxal que ça puisse paraître, l’éclairage total que vous vivez en ce moment peut, chez certains frères et sœurs humains ayant à voir, d’une manière ou d’une autre, avec les reptiles et même avec les dragons, qui se trouvent à vivre des traumatismes, à tomber, à chuter, à disparaître, à faire des infections, à piquer des colères, c’est tout à fait normal. Riez d’eux, pas devant eux hein, mais riez d’eux parce qu’ils sont dans cette espèce d’égarement qui n’en est pas un, c’est les derniers éléments qui les ont figés ou qu’ils ont eux-mêmes figé chez les autres, qui cherchent à s’extirper de sa gangue, vous voyez ? Il faut relativiser par rapport à cela.

Mais le principal, vous le savez, vous avez la Théophanie. Vous n’êtes pas obligés de le dire à ces frères et sœurs, faites des Théophanies sans arrêt, même s’il est encore plus en colère ou même s’il devient de plus en plus fou. L’important, c’est la Liberté et l’Amour, la Lumière, et pas les récriminations et les gesticulations de ceux qui se sont ré-enfermés, si je peux dire, dans leur petit ego et leur petite personne. Ça leur passera. Mais je vous préviens, durant le mois de juin, Marie vous a parlé des tribulations humaines et y a aucune raison, même si ça va très bien dans ce que vous êtes et ce que vous vivez, que vous ne soyez pas sous ces tribulations, ne serait-ce qu’avec les membres proches, amis ou famille. Vous allez voir, ça va dépoter dès lundi après Pentecôte, c’est normal. Chacun doit jouer son rôle jusqu’à la fin, et pour certains, jusqu’à la lie.

Autre question.

Question : j’ai vécu le refus d’incarnation à la conception et à l’accouchement. J’ai une lignée reptilienne. Vous avez parlé du problème de contrôle rencontré par des personnes ayant cette lignée. La peur et la colère ont toujours été présentes, j’ai lutté pour exister, ne me sentant à ma place nulle part. Les trois dernières années ont été plus paisibles, pourtant la peur et la colère ressurgissent avec force…

Qu’est-ce que j’avais dit ? Vous voyez un premier témoignage, vous allez en avoir sans arrêt des choses comme ça.

… bien que je ne refoule pas ces émotions, que je les regarde et que je les accueille afin qu’elles se dissolvent d’elles-mêmes, elles ont encore de l’emprise sur moi…

Eh oui, c’est-à-dire que là, ce frère ou cette sœur, je sais pas si c’est un frère ou une sœur…

… une sœur.

N’oubliez pas que dans ce monde illusoire, la loi qui prévaut, c’est la loi d’action-réaction. Ce que tu as fait au plus petit de tes frères, c’est au Christ que tu l’as fait. Il est normal que tu éprouves la même chose, et il vaut mieux l’éprouver maintenant qu’au moment de l’Appel de Marie. Ça correspond tout à fait à ce que j’ai dit précédemment, que ce frère ou cette sœur ait lui-même des lignées reptiliennes ou pas, ça veut dire qu’il a eu affaire avec ce type d’énergie-là, vous voyez ? Et ça, ça doit s’évacuer, or vous ne pouvez pas l’évacuer tant que vous ne l’avez pas vécu ou bu jusqu’à la lie. Le Christ disait bien : « Éloignez de moi ce calice », la coupe amère qu’il ne voulait pas boire.

Alors quand vous vivez cela, pour ceux qui doivent le vivre durant le mois de juin, le seul conseil que je puisse vous donner, c’est de rester tranquilles. Faites ce que vous avez à faire dans votre vie mais surtout n’écoutez pas tout ce qui se dit en vous parce que ça ne vient pas de la Lumière, ça vient de votre propre ombre, et vous devez vivre ce que vous avez fait vivre aux autres parce que c’est les lois de ce monde.

Vivre l’Unité, c’est transcender l’action-réaction, par l’Êtreté, par l’Infinie Présence, par l’Absolu, bien sûr, mais tant que vous êtes insérés et piégés dans ce monde et que vous n’avez pas été libérés vivants, que ce soit par l’Onde de Vie, par le Canal Marial ou par les Théophanies, vous devez, j’aime pas trop ce mot mais je dirais, dans le jeu de la matrice, ça s’appelle expier et payer. Donc c’est pour ça que je dis qu’il faut en rire parce que expier et payer, ça concerne la personne, ça concerne pas l’Éternité que sont ces frères et ces sœurs, donc ça prouve simplement qu’ils sont encore inscrits dans la personne et donc dans la dualité.

Et tous ceux d’entre vous qui ont eu maille à partir, et vous êtes innombrables d’ailleurs, avec les reptiles, ou qui avez une origine stellaire ou une lignée liée à ces mondes-là, même si vous-mêmes n’avez jamais participé à un quelconque enfermement de monde, vous êtes assujettis aux énergies qui prévalent de ces lignées sur ce monde et ça sera comme ça, libérés ou pas, jusqu’à l’Appel de Marie. Je l’avais pas dit avant parce que sans ça y en a qui auraient été désespérés, y a plusieurs années.

… j’ai peu de ressentis, le Feu parfois, je n’arrive pas toujours à écouter les interventions en totalité. Celles, récentes, de Marie me paniquent presque et me dépriment. Lorsque j’essaie d’être dans le cœur ou consacrer du temps à Marie, je ne tiens plus en place, le mental réagit.

Eh oui, Marie, vous avez vu la dernière intervention de Marie, elle est tout amour toujours, mais là c’était très incisif, c’était le rappel à l’ordre de la maman envers ses enfants. Bien sûr, on rejoint exactement ce que j’explique depuis tout à l’heure, donc comme tu le dis, n’écoute pas ton mental, et heureusement que dans ce laps de temps qui s’est étalé, si je peux dire, depuis déjà de nombreuses années, vous avez eu, pour beaucoup, la possibilité d’ajuster, encore plus proche de la Lumière, votre Présence. C’est ce qui se produit aujourd’hui.

Mais si vous avez laissé libre cours à ce que j’avais nommé les tournicoti-tournicota ou le Soi, l’orgueil spirituel, mais bien sûr vous devez résoudre ça ici. Ce qui a été lié sur la terre sera délié sur la terre, ce qui a été lié au ciel sera délié au ciel. Vous ne pouvez pas y couper, mais vous avez, pour cette sœur ou parmi d’autres, parmi ceux qui sont ici ou ailleurs, vous avez eu la possibilité de vivre, comme le dit d’ailleurs cette sœur, des vibrations, même très peu. C’est à ça qu’il faut vous raccrocher et pas à ce que vous dit votre mental, vos peurs, vos émotions.

Et bien sûr, si vous voulez, l’analogie, elle est troublante, c’est l’histoire de la maman avec son enfant qui lui dit : « Fais pas ci, fais pas ça » ; l’enfant, bien sûr, désobéit, et puis à un moment, il arrive une catastrophe. La mère est obligée quand même de faire au minimum une remontrance plus sévère, n’est-ce-pas ? C’est exactement ce que vous a dit Marie lors de sa dernière intervention du mois de mai. Elle vous a dit aussi que la tonalité du mois de juin qui vient de débuter sera profondément différente. Vous êtes dans une espèce de confrontation finale où tout est vu, de l’ombre comme de la Lumière, en vous comme à l’extérieur de vous.

C’est donc l’éclairage de la scène finale qui durera le temps qu’il durera, ça peut durer une journée, ça peut durer quelques semaines, quelques mois, avant d’entamer les 132 jours qui n’ont pas encore commencé bien sûr, vous le savez. Y a les signes célestes, c’est ceux-là qui vous manquent. Les signes humains, ils sont là, rassurez-vous, dès ce mois-ci et de façon très particulière, mais quels que soient ces évènements humains, collectifs ou concernant certains pays, il manque les signes du ciel, non ? Même si tous les vaisseaux de la Confédération Intergalactique se montrent de façon de plus en plus évidente au-dessus de vos villes, il manque l’essentiel, c’est-à-dire le signe céleste, les Trompettes et l’Appel de Marie, et la visibilité de Nibiru. Les choses seront profondément différentes après ça.

Mais là, maintenant, ce que je peux dire, autant nous avions dit jusqu’à l’année dernière que c’est ce temps qui avait été accordé par les circonstances, qui a permis de peaufiner et d’ouvrir toujours plus de frères et de sœurs – c’est les circonstances qui ouvrent, hein –, et aujourd’hui je vais vous dire quasiment l’inverse. Vu l’intensité de la Lumière, plus le temps passe, plus ça va être terrible pour la personne, plus ça sera extraordinaire dans l’Éternité, et ça pour tout le monde.

Donc là je ne peux plus vous dire que c’est une aubaine, si je peux dire, d’avoir eu tout ce temps, je ne peux que vous dire, et nous sommes avec vous dans cela, que cela maintenant aille très vite, si je peux dire, et ne traîne pas dans des longueurs exagérées, parce que là, la folie humaine risque de prendre des proportions qui changeront rien, bien sûr, à l’acte final, mais, c’est pas la peine, quand on vit la Lumière, quand on vit une vibration, quand on vit le Feu, d’avoir à assumer les délires, si je peux dire, et les folies de nos frères et sœurs qui sont affiliés quelque part avec les reptiles, ou qui l’ont été. Et je dis bien, même dragons qui n’ont rien falsifié, qui sont demeurés purs, si je peux dire, parce que la vibration reptilienne sur ce monde, elle est falsifiée, et donc si vous avez une lignée reptilienne, vous êtes en confrontation avec vous-mêmes et avec la Lumière, mais avec vous-mêmes en tant qu’être de Lumière par rapport à votre éphémère.

Il y a beaucoup de difficultés, sur ce monde, en 3D dissociée résiduelle, d’accepter, pour la lignée reptilienne, de reconnaître ses erreurs. C’est pas une question de fierté, c’est une question d’incapacité de voir les choses. C’est pas qu’ils ne veulent pas voir, ces frères et ces sœurs, c’est qu’ils n’ont pas la possibilité de le voir en eux. Ils le voient très bien à l’extérieur mais ils sont incapables de le voir en eux parce que c’est une anomalie structurelle ; même si ils vivent les vibrations, l’éclairage ne peut pas être complet. Sur l’écran du monde, il peut être complet, mais sur leur intimité à eux, non ; ils ne font pas exprès, ils souffrent, les pauvres.

Alors aimez-les, mais n’engagez pas de conversation tant qu’ils sont dans cet état. C’est pareil dans vos familles, hein, si vous voulez avoir la paix dans les chaumières, c’est pas la peine d’aller titiller l’enfant ou le mari ou la femme qui ne vit pas la même chose que vous, parce que là, il va vous rembarrer et ça risque de faire mal, n’est-ce-pas ? Vous le constatez d’ailleurs, même dans la rue, si vous commencez à être tout sourire et à aller avec le cœur sur eux, dans un magasin, vous pouvez être soit très bien pris, si quelqu’un inconsciemment perçoit quelque chose d’agréable, et celui qui va s’opposer, qui va vous rembarrer et vous envoyer promener. Ça, vous le voyez tous les jours partout, c’est pour ça que je vous ai dit et je vous répète aussi aujourd’hui : soyez tranquilles, voyez les frères et les sœurs, allez là où c’est le plus facile, mais évitez de vous confronter aux situations, aux frères et aux sœurs quand vous voyez qu’il y a difficulté.

J’avais expliqué ça y a trois ans par rapport à la réponse du cœur, par rapport au choix des aliments. Eh ben là c’est même plus la réponse du cœur, vous n’avez même plus besoin de vous poser la question, vous voyez clairement les frères et les sœurs, même dans le silence, avec lesquels tout se passe à merveille, même sans rien dire, et vous voyez clairement les frères et les sœurs, éveillés pourtant, qui sont dans une espèce de colère. Vous en avez d’ailleurs ici, vous en avez vu tous les mois. Ces pauvres frères et sœurs n’ont pas les moyens, au niveau de leur conscience, de se rendre compte de leur erreur, et ça sert à rien de leur dire, bien sûr.

Donc c’est à ça que vous allez être confrontés, je dirais, à titre individuel, avec vos proches, avec la famille, avec les amis, à l’échelon d’un groupe social ou d’une entreprise par exemple, ou d’un groupe spirituel. C’est tout à fait logique et ça tient vraiment à cette seule et unique chose, c’est-à-dire une origine stellaire parmi les Dracos ou une lignée qui est en rapport avec les Dracos, même si vous-mêmes n’avez jamais participé à la moindre prédation envers ce monde ou envers d’autres mondes.

Eh oui, parce que je vous rappelle quand même que vous avez des frères et des sœurs éveillés aujourd’hui, sous forme humaine, qui, dans d’autres mondes, ont enfermé et fait souffrir les frères et les sœurs ; ils sont en rédemption. Vous savez, quand j’ai dit à l’époque qu’on recrutait, j’ai pas dit qu’on recrutait seulement les prochains Melchisédechs, les prochaines Étoiles. Au-delà de ce recrutement, y a aussi une forme d’assignation, pour certains frères et sœurs, qui devront, non pas vivre un enfermement à nouveau, c’est hors de question de leur rendre la pareille, mais néanmoins de passer par certaines épurations. Elles devaient se passer, je dirais, après les trois jours, et il faut remercier la Lumière parce que pour ces frères et sœurs, elle se passe maintenant, pour la plupart d’entre eux. Vous voyez ? La Lumière fait toujours très bien les choses.

… Je termine la question de la sœur…

C’est très cohérent ce qu’elle dit, oui continue.

… je vis un paradoxe. Je suis heureuse des évènements annoncés et paniquée de ne pouvoir vivre le cœur. Je suis épuisée, j’ai besoin de votre éclairage.

Eh ben j’ai déjà pas mal donné l’éclairage, hein, mais c’est toujours la même chose. Que ce soit pour les Théophanies, pour l’Onde de Vie, pour les Couronnes radiantes, pour les Portes, pour les Étoiles, tant que vous êtes inscrits dans une personne et que vous ramenez ça à votre personne, vous vous enfermez vous-mêmes, donc vous faites acte de prédation envers vous-mêmes, et ça c’est un naturel qu’on va retrouver chez tous les organisateurs et les administrateurs de mondes. Ça concerne pas uniquement les Dracos, ça concerne aussi par exemple ce que j’avais nommé les Hayot Ha Kodesh, la civilisation des Triangles, les Keroubim, qui sont des êtres d’une grande droiture de Lumière, qui, je vous le rappelle, agencent les mondes, les organisent, ne les créent pas mais permettent qu’ils soient toujours en harmonie.

Vous imaginez bien que c’est une responsabilité énorme. Or, vous le savez, tant que vous cherchez à contrôler quoi que ce soit, c’est vous qui êtes contrôlés et vous êtes contrôlés par quoi ? Par votre origine stellaire ou par votre lignée, c’est-à-dire par les lignes de prédation, non plus collectives – qui ont été dissoutes déjà depuis de nombreuses années, même si les Guignols essaient d’en recréer chaque année des nouvelles – mais ça tient pas, ça peut pas tenir, mais ils essaient, ils continuent jusqu’au bout.

Et ces frères et ces sœurs, et cette sœur en particulier, c’est effectivement à la fois une jouissance de voir que ça se termine, mais en même temps une peur. Et la peur, elle est pas parce qu’il y a un manque d’amour ou qu’elle sent pas assez le cœur, c’est parce que, inconsciemment, elle a l’information par rapport à tout ce que j’ai dit, par rapport à l’origine, aux lignées, par rapport aux vies passées, tout ce qui est inscrit au sein de l’illusion.

Vous savez, vous avez des frères et des sœurs, quel que soit le nombre de vies qu’ils ont passées sur cette terre et ont maintenu, je dirais, une certaine forme d’intégrité, malgré tout. Pour eux, c’est très facile, c’est tous ceux qui aujourd’hui s’ouvrent sans avoir rien demandé à personne et qui vivent le cœur, alors que certains d’entre vous essaient déjà depuis de nombreuses dizaines d’années. Ben oui, mais eux ils étaient prêts déjà et vous, vous n’étiez pas prêts, surtout selon vos origines ou vos lignées.

Mais de grâce, ne jugez pas, parce que les frères et les sœurs qui se comportent comme ça ou qui sont dans l’agression, dans la colère, et qui ont vécu une des Couronnes ou l’Onde de Vie, ils n’ont pas les moyens de se rendre compte, et ça sert à rien de leur dire, ils le savent que trop bien qu’il y a un malaise, si je peux dire. Interrogez autour de vous, vous verrez que vous avez quand même, surtout maintenant, c’était pas vrai encore y a quelques mois, mais du fait des Théophanies, ceux d’entre vous, même libérés vivants, qui sont porteurs, même sans aucun enfermement de monde, ils sont pas concernés. Ils sont concernés collectivement par cette origine ou cette lignée qui vient de la prédation, et comme j’ai dit, y a pas que les dragons, hein, y a pas que les reptiles, y a aussi, même s’ils n’ont pas enfermé de mondes, si vous avez par exemple de l’Arcturien en vous, ça donne un petit côté autoritaire, têtu, et aujourd’hui, ce côté autoritaire et têtu va prendre des proportions énormes, je vous préviens.

C’est la résolution de ces antagonismes que vous portez dans la structure de chair. Mais rappelez-vous que vous avez tous, dans la structure de chair, comme nous tous quand nous sommes passés sur terre, la présence de Marie puisque votre ADN, notre ADN, sans aucune exception, même si nous n’avons jamais mis les pieds sur terre avant cette incarnation, enfin vous qui êtes présents sur terre, en naissant vous précipitez l’ADN de Marie en vous, et aussi, même si vous n’avez pas de lignée liée à la prédation ou d’origine liée à la prédation, vous avez quand même une structure de cerveau qui a dévié la Lumière.

Donc ce mois de juin, c’est à la fois l’allégresse de la Théophanie et le paradoxe, comme ça a été dit, de certains évènements dans votre cercle intime, hein, je parle pas des cercles collectifs. Il faut assumer. Je vous ai parlé des problèmes sur le corps qui permettaient d’éliminer, hein ; les problèmes étaient surtout du côté droit, vous allez constater maintenant que les problèmes ne sont plus latéraux, ils vont frapper sur l’axe médian, c’est-à-dire avant, vous vous faisiez mal aux chevilles, aux jambes, aux bras, aux épaules, maintenant ça va être sur l’axe central. Y a pas beaucoup de choses sur l’axe central, vous savez, vous avez bien sûr la colonne vertébrale, mais surtout, antérieurement, vous avez le pubis, vous avez le sternum et vous avez la tête.

Donc, c’est ces endroits-là qui vont souffrir, c’est-à-dire qu’il va y avoir des ébranlements, il va y avoir des traumatismes physiques, ou émotionnels et mentals, mais vous avez vécu, pour ceux d’entre vous à qui ça arrive ou ça arrivera, rappelez-vous ce que vous avez vécu quand vous étiez dans la Lumière. C’est à vous de choisir et c’est à vous de laisser s’évacuer cela, et vous n’avez aucun moyen d’action là-dessus. Et comme par hasard, ce sont ces lignées ou ces origines qui sont dans le contrôle et la prédation, qui veulent contrôler et qui donc vous empêchent d’être libres. C’est ça qu’il faut voir, mais rassurez-vous, très bientôt vous en rirez ; que ce soit l’Appel de Marie durant le mois de juin ou que ce soit le mois de juin qui s’achève sans Appel de Marie, la folie humaine vous aura permis, pour nombre d’entre vous, de vous réajuster sur la fréquence de la Lumière originelle.

Mais c’est un éclairage, hein, rappelez-vous cela, même si ça vous semble noir, même si ça vous fait peur, même si ça fait mal, ce n’est qu’un éclairage.

Autre question.

Question : où en sont les Cercles de Feu ? Est-il conseillé d’y aller en ce moment ? Comment vibrent-ils ?

Mais déjà, il faut savoir où ils sont, parce que jamais nous ne les avons communiqués. Sauf certains d’entre vous, bien sûr, qui savent où ils sont dans certains pays, mais c’est pas une information qui a été diffusée. Vous savez que les Cercles de Feu ont été réactivés au 15 août de l’année 2009, où ils ont reçu les Clés Métatroniques qui les a conduits jusqu’au noyau de la Terre en l’espace de deux années et demi, trois ans, pour libérer le noyau cristallin de la Terre qui permet, non seulement la Libération de la Terre mais son Ascension dans sa nouvelle dimension de vie. Vous savez aussi que tous vous êtes libérés, mais qu’il n’a jamais été dit que vous ascensionnerez en même temps, ni que vous ascensionnerez à cette occasion-là. Par contre, libérés, oui, ça c’est sûr, mais la destination finale, elle est individuelle, dans ce processus collectif.

Donc les Cercles de Feu, ils vibrent de plus en plus. D’ailleurs, pour ceux d’entre vous qui s’amuseraient à mesurer les différents rayonnements, cosmiques, solaires, le niveau vibratoire de la Terre, du Soleil, vous constatez que vous atterrissez à des niveaux qui n’ont, tout simplement, jamais, jamais existé sur la Terre. Et pourtant vous avez encore des frères et des sœurs qui continuent leur petit train-train sans se douter d’absolument rien. Mais rappelez-vous que parmi toute cette masse d’humains, y en a quand même un certain nombre qui n’ont rien d’humain et qui sont simplement des portails organiques. Je vais pas revenir dessus, nous en avons parlé très, très longuement.

Et vous avez de plus en plus de chercheurs de vérité. Je peux pas parler de chercheurs spirituels, vous savez que c’est une hérésie, mais de chercheurs de vérité qui font ces constats-là en ce moment, et qui découvrent cela. Donc les Cercles de Feu vibrent de plus en plus. Y aller – faut déjà savoir où c’est –, je vois pas ce que ça pourrait apporter de plus. Je vous rappelle, d’autant plus que j’ai fait état des portails et des vortex interdimensionnels, que ce soit chez les elfes, que ce soit sur les lignes elfiques ou en certains endroits de la nature, mais que vous-mêmes êtes devenus un vortex, donc c’est pas la peine de se déplacer extérieurement. Il faut peut-être se déplacer intérieurement pour s’ajuster au plus près du Cœur du Cœur. Ça, c’est la Théophanie qui vous donne cet éclairage et ce vécu.

Donc les Cercles de Feu, ils vont très bien, ils assument déjà leur rôle depuis les Clés Métatroniques en août, le 15 août de l’année 2009, et encore plus depuis la Libération de la Terre. Mais leur spécificité, vous le savez, ce sont des lieux qui ont permis à la Lumière de rejoindre, à chaque fin de cycle, le noyau cristallin de la Terre, depuis que les Néphilim les ont créés, y a… les géants, depuis qu’ils les ont créés y a plus de trois cent mille ans, n’est-ce-pas ? Et aller sur un Cercle de Feu, vous trouverez la même conscience et la même vibration si vous tombez sur un village elfique avec un arbre-maître. Adossez-vous à l’arbre, prenez quelques moments à l’orée des villages des elfes, si vous en connaissez, vous aurez la même énergie que dans les Cercles de Feu, exactement la même.

Donc vous n’avez pas besoin de vous y déplacer, même si vous savez où ils sont, ou alors faites le déplacement pour vérifier par vous-mêmes qu’il y a la même qualité de Lumière à l’orée d’un village elfique, dans un village de dragons, près des gnomes, ou encore près d’un frère ou d’une sœur qui est porteur, comme vous l’a expliqué Métatron la dernière fois, comment il a dit, du Pilier de Lumière qui se réalise entre la tête, le cœur, et le sacrum, qui n’est pas une spécificité de tout le monde. C’est la réalisation de la croix à l’intérieur du corps, à travers l’axe KI-RIS-TI, centre du chakra du cœur et Porte ER, et de l’autre côté, entre le sommet du crâne, la Porte ER et les points le plus bas, au niveau des portes du sacrum. C’est la même chose. Tout ça se croisant dans l’axe haut-bas et antéropostérieur et en plein milieu de ce qui a été nommé le Cœur du Cœur et qui est relié, bien sûr, au Christ.

Allez, on continue.

Question : que signifient aujourd’hui des douleurs à type de coups d’épée dans la tête, au cœur, sous les pieds, de temps en temps ?

C’est l’épée de Lumière. Ça signifie, et vous avez… là ce frère ou cette sœur parle de la tête, ça peut être le cœur, ça peut être le sacrum, ça peut être les pieds, mais ça peut être… vous avez eu l’occasion de constater que des fois vous avez des coups d’épée ou des coups de poignard ou des coups d’aiguille à des endroits incongrus, à l’extrémité d’un doigt, l’extrémité d’un pied, pas seulement sur les Portes ou les Étoiles. Tout ça, c’est le travail d’alchimie de la Lumière qui met fin à l’éphémère, rien de plus et rien de moins.

Et je vous ai dit que les manifestations de la Lumière, comme les manifestations corporelles liées à ce qui n’a pas été vu, vont devenir de plus en plus… elles sont de plus en plus violentes, parce que nous sommes déjà au mois de juin. Et vous allez constater un accroissement, si je peux dire, aussi bien des processus de disparition, pour ceux qui disparaissent, des processus de feu pour ceux qui vivent le Feu, un accroissement de la vibration pour ceux qui vivent la vibration, un accroissement du déni et de la colère et de la haine pour ceux qui sont, je dirais, soumis à leur influence reptilienne propre, et tout ça, vous allez le vivre et le voir.

Donc, la tête, le cœur, le sacrum – ou à la place du sacrum, les pieds –, c’est l’installation du Pilier de Lumière qui fait de vous, non seulement un porteur de Lumière, comme nous l’avons dit, non seulement un semeur de Lumière, mais un porte-étendard de la Lumière. Et vous savez très bien que ce monde n’aime pas la Lumière. Même les spiritueux qui disent qu’ils veulent aller vers la Lumière ont une sainte horreur de la Lumière. Eh oui, sans ça ils seraient déjà Lumière. Qu’est-ce qui les en empêche, si ce n’est eux-mêmes ?

Donc les processus de perception de la Lumière, plus seulement dans les villages elfiques, sur les portails, sur les vortex, dans les canalisations en nous écoutant, en faisant des Théophanies avec d’autres frères ou sœurs, mais ces manifestations vont devenir de plus en plus perceptibles. Alors, quand ça concerne le corps, faites attention à ne pas rentrer dans un mental négatif, à vous dire qu’est-ce que c’est comme maladie, encore, qui apparaît. C’est plus comme le début de l’année, quand je vous avais dit que ça cristallisait à la gorge ou latéralement. Là, c’est l’axe central, et plus vous êtes touchés au niveau de l’axe central, ça veut pas dire que vous êtes malades, que vous êtes résistants ou que vous avez une lignée reptilienne, ça veut dire que la Lumière prend concrètement et effectivement toute sa place, et dégage ce qui n’a plus rien à faire dans ce corps éphémère, par rapport à la Lumière.

Et l’Appel de Marie, pour ceux d’entre vous qui disparaissent ou ceux qui ont été appelés déjà par Marie voilà de nombreuses années, vous verrez que ça se passera comme une lettre à la poste. L’influence, par exemple, des lignées reptiliennes présentes soit en origine, soit en lignée, en vous, donne un déni total de la Lumière, mais ce sont ces êtres qui serviront la Lumière qu’ils sont devenus après l’Appel de Marie, avec force. Mais bon, il faut passer par le chas de l’aiguille, donc, il faut quand même leur enlever certaines richesses, si je peux dire. La question, c’était quoi ?

… des douleurs de type de coups d’épée dans la tête, le cœur, sous les pieds.

Ça veut dire que la Lumière est à l’œuvre.

Alors, question suivante.

Question : lors des Théophanies, au moment où je tourne ma conscience vers la poitrine, il arrive souvent que ma gorge se serre s’accompagnant parfois de brûlures ou de picotements avec la sensation d’un flux qui remonte la gorge. La nuit suivant la Théophanie de l’Esprit, j’ai fait un rêve où des débris de mucosités s’étaient soudain évacués de ma gorge par la bouche. Qu’en est-il ?

Alors, cher ami, ça correspond exactement à ce que j’explique déjà depuis le début de mon intervention, mais surtout, qu’est-ce que c’est que la gorge ? C’est lié, bien sûr, à l’expression, à la communication, que ce soit la communication humaine ou, par l’intermédiaire du 10ème corps, avec la Lumière, communication avec le Divin, mais c’est aussi le lieu du corps causal, c’est-à-dire de tout ce qui est karmique. Et que, comme le dit si bien cette personne, elle se met dans le cœur et parfois ça serre à la gorge. Mais c’est normal, c’est complètement en rapport avec ce que j’ai dit précédemment : le cœur ne peut pas laisser persister quoi que ce soit qui n’est pas Lumière. Donc, si ça se noue à la gorge au moment où tu te places dans le cœur, remercie, c’est-à-dire que la Lumière agit déjà au niveau des croix de l’âme, c’est-à-dire du basculement de l’âme, du retournement de l’âme et de la dissolution de l’âme pour laisser la place à l’Esprit. Donc, tout va bien.

C’est ce que je disais par rapport aux frères et aux sœurs qui sont dans le déni et la colère, tout va bien aussi. Même si ça peut paraître effrayant, vu de l’extérieur, ou de l’intérieur, comme pour cette personne qui vit cet étranglement, elle le dit elle-même d’ailleurs, c’est des mucosités qui sont dans la gorge, c’est les mémoires. La gorge, c’est le nœud aussi des émotions, c’est le lieu du deuil, et accéder à l’Inconnu par la Théophanie, c’est faire le deuil de la personne. Donc, le deuil, il se passe toujours au niveau de la gorge. Et c’est aussi le corps causal, bien sûr. Bon, je vais pas répondre plus à cette question, parce que tout ce que j’ai dit avant, aussi, correspond à cette question.

Question : après le message de Métatron et la Théophanie qui a suivi, j’ai senti à ma gauche une force latérale qui m’a contourné et est venue se loger dans ma colonne vertébrale en faisant comme un choc. À quoi cela correspond-il ? Est-ce ce que l’on appelle le retournement ?

Ce que j’ai pas compris, c’est l’expression « contourner ». Parce que, après je comprends, mais qu’est-ce qui s’est passé exactement ? J’arrive pas à saisir. Qu’est-ce qui est contourné, le corps ? Ça vient de devant, ça vient de derrière ? C’est quoi ?

… une force latérale qui a contourné mon corps.

Mais je comprends pas ce que ça veut dire « contourner le corps ». Une force latérale à gauche, à droite, devant ?

… elle est venue se loger derrière, dans la colonne vertébrale.

Oui mais cette force qui est dans la colonne vertébrale, c’est ce que Métatron a expliqué : certains d’entre vous allez réaliser cette croix entre le point central du cœur, ER et KI-RIS-TI derrière, et ER de la tête et le point en bas du sacrum. C’est exactement cela. C’est l’installation du Pilier de Lumière, voilà.

Question : lors de la Théophanie avec Marie et le Soleil, j’ai eu des visions : avec Marie, je me suis vue arriver de la gauche, vêtue d’une longue robe safran. J’étais aussi de couleur safran. Un rayon allait de mes pieds au Soleil, tout était de couleur safran. Une autre image est apparue : un vieux monsieur avançant vers moi, vêtu d’un costume gris, un chapeau, et une canne à la main gauche. À mon niveau, il s’est écroulé, j’ai compris qu’il devait être mort. Durant la Théophanie avec le Soleil, je me suis sentie gonfler jusqu’à devenir une sphère. Il n’y avait que les pieds et mains qui dépassaient. Pourriez-vous développer ?

Alors, autant je peux interpréter des rêves, autant durant une Théophanie, quoi qu’il se produise, je dirais que ce ne sont que des intercurrences ou des interférences. Quelle que soit la signification, quelle que soit la beauté de ce qui est vu, dans la Théophanie, si je peux résumer ça ainsi, il n’y a rien à voir. Si vous voyez quelque chose, c’est que votre conscience n’est pas dans le Cœur du Cœur, quelle que soit la beauté de ce qui est vu. Donc bien sûr ça a une signification, mais elle ne fait que t’éloigner de ton cœur. Dans la Théophanie, y a pas d’images. Dans la Théophanie, si apparaissent des processus, même de vos vies passées, des mémoires, des pensées, des émotions ou des visions, c’est que vous n’êtes pas installés dans la Théophanie, vous êtes à la lisière de la Théophanie, parce que je vous le rappelle, dans la Théophanie, ainsi que ça a été exprimé, y a aucune utilité, liée à une forme quelconque, à une vision quelconque, à une anticipation quelconque de quoi que ce soit.

Autant dans les rêves, c’est un message qui est apporté et je vous en ai donné suffisamment de tentatives d’explication, autant dans la Théophanie, quand il arrive des mécanismes de vision intérieure, ne vous intéressez pas à ça parce que vous perdez à ce moment-là, si je peux dire, la réalité de la Théophanie. Vous rentrez dans la projection de la conscience, puisque vous voyez des formes, des images, des scénarios. Dans la Théophanie réelle, telle qu’elle est vécue, il y a juste la béatitude. Il peut y avoir les vibrations, bien sûr, ou l’Onde de Vie, mais surtout pas de visions. Si cela se produit, ne leur accordez aucune importance parce que la vision, dans ce cas-là, n’est là que pour vous détourner de la Théophanie. Y a aucun avantage, visuel, à recueillir dans la Théophanie, y a aucune information concernant l’éphémère, c’est l’Éternité, pure, sans bavure, sans images, sans visions, sans scénario. Donc, je n’interprèterai pas ces visions.

La Théophanie doit vous mettre dans la vacuité. Tout au plus, vous pouvez avoir une impression de Lumière blanche diffuse, mais y a pas de forme. Dès qu’y a apparition de la forme, d’une émotion, d’une vision, d’une pensée, d’une manifestation du corps, vous n’êtes plus dans la Théophanie. Bien sûr qu’y a la vision de départ ; si vous faites une Théophanie dirigée vers Marie, vous pensez à Marie avec une représentation, vous pouvez avoir l’impression de voir Marie, mais c’est une projection de votre conscience, c’est un alibi, si vous préférez. Mais la véritable Théophanie est libre de toute image, de tout scénario et de toute perception autre que la Lumière Blanche, si toutefois vous la voyez, parce d’autres sont dans le noir total. Mais vous sentez, si vous avez pas disparu, cet état de béatitude.

Dès qu’il y a vision, même agréable, ou désagréable, ça veut dire que vous n’êtes plus dans le Cœur du Cœur, vous êtes dans la projection de la conscience du cœur. C’est pas tout à fait la même chose. C’est pas négatif, hein, j’ai pas dit ça, mais je dis simplement que ce n’est ni le but, ni la finalité, ni une justification de la Théophanie.

Alors, poursuivons.

Question : est-il compatible de faire une Théophanie au sein d’un groupe qui pratique la méditation transcendantale de Maharishi Mahesh Yogi ? J’ai ressenti alors une forte pression sur la tête alors que dans les Théophanies pratiquées seul, tout se passe dans le cœur.

Eh oui. Ça veut pas dire qu’il faut pas le faire mais vous avez, je pense, tous testé les Théophanies, avec un président de la République, avec un acteur, avec un frère, avec un ennemi, et vous voyez les différences par vous-mêmes. Soit la Théophanie se vit dans le cœur, et vous l’avez tous constaté, par moments elle semble se vivre dans la tête. Ça veut dire simplement que vous n’êtes plus dans le cœur dans ce moment-là. Alors bien sûr, si cela se produit avec quelqu’un de connu, si vous avez fait les expériences et que ça arrive à la tête, c’est pas la peine de poursuivre.

La Théophanie se passe dans le cœur, au niveau de la perception, même si y a, comme j’ai dit, l’Onde de Vie, les vibrations, le Feu, ou la Couronne, mais c’est le cœur qui doit être sur le devant. Si la vibration ou la perception du cœur est remplacée par la tête, eh bien, ça veut dire que la Théophanie n’a pas été reçue, mais qu’elle a été vécue en retour pour vous, c’est-à-dire vous avez envoyé quelque chose avec une cible, la cible n’a pas été touchée et ça revient par ricochet, pas dans le cœur mais ça repasse par la tête avant d’atterrir au cœur.

Ça veut dire que quand vous réalisez une Théophanie, qu’elle soit une Théophanie avec un frère ou une sœur, avec un inconnu, avec une situation, pourquoi pas, avec un animal, ou avec même Yaldébaoth, pourquoi pas – eux aussi sont dignes de cet Amour, quel que soit ce qu’ils aient fait –, si vous vous mettez dans le cœur, si ça passe, ça reste le cœur. Si ça passe pas, ça repasse au retour par la tête. C’est pas la même chose que de sentir le cœur en même temps que la tête, que le sacrum ou que l’Onde de Vie – ça, c’est le Pilier de Lumière, lors des Théophanies aussi. Vous voyez la différence ?

Donc si vous vivez, lors d’une Théophanie, ce sentiment que ça se déplace à la tête, ça veut dire que la Théophanie n’a pas touché, si je peux dire, ce qui devait être touché, mais vous touche vous, et c’est très positif. Par contre si, lors d’une Théophanie, vous vous mettez à sentir en même temps la tête, les pieds, ou la tête, le sacrum et le cœur, ou la tête, le cœur et les pieds, ça veut dire que vous êtes en train de reconstituer ce que l’Archange Métatron vous a dit voilà quelques semaines.

Question : pourquoi les Théophanies sont-elles difficiles à vivre dans les grandes villes ?

Oh ça faut pas en faire une généralité. Bien sûr que c’est plus agréable, si je peux dire, dans la nature, chez les elfes, chez les dragons ou chez les gnomes, c’est plus agréable chez soi. Mais les grandes villes, je vous rappelle que déjà depuis, allez on va dire un an, mais de façon plus visible maintenant, les forces de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, c’est pas simplement pour éveiller le plus de personnes au-dessus des cités mais c’est aussi pour mener des actions. Et d’ailleurs, si vous cherchez des images de votre monde, vous allez vous apercevoir que vous avez des vaisseaux qui émettent eux-mêmes des Piliers de Lumière au sein des villes. Donc, c’est pas plus dur en ville. Si tu as l’impression que même, effectivement, je te concède que c’est tout à fait vrai, vivre une Théophanie dans la nature, c’est quand même plus agréable que de la vivre dans un lieu religieux, on va dire, par exemple. Vous constaterez la différence très aisément. Mais encore une fois, la différence que vous éprouvez, parfois de façon gênante, elle vient de où ? Elle vient de vous.

Celui qui est libéré ou qui vit les Théophanies complètement, il n’a pas besoin d’environnement particulier pour les vivre. Vous voyez ? Donc, si vous percevez, non pas la différence de retour par la tête mais l’impression de difficulté à vivre cette Théophanie dans un environnement pollué comme une ville, c’est que vous êtes encore dépendants de cette pollution, et vous êtes quelque part encore dans la dualité. Alors dans ces cas-là, ne vous cassez pas la tête, essayez de réaliser vos Théophanies là où c’est plus facile, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que le lieu importe peu. Le lieu importe peu dès l’instant où le Pilier de Lumière entre la tête, par le Canal de l’Éther (le canal médian tapissé de Lumière), est connecté, pas seulement par l’Onde de Vie qui est remontée, pas seulement par la descente de l’Esprit saint, mais directement par le cœur donc par l’axe antéropostérieur entre le cœur et KI-RIS-TI, et ER devant, au-dessus du cœur ; à ce moment-là vous devenez le pilier de Lumière. Et ce que décrit ce frère ou cette sœur, c’est la même chose.

Simplement, être sensible à l’environnement pour vivre une Théophanie, montre tout simplement que tu es encore dépendant de l’environnement. C’est pas grave. Et au fur et à mesure que les Théophanies vont se vivre de manière plus extensive, plus intense, plus vous constaterez que vous êtes indépendants, du bruit, du lieu, de la vibration du lieu, du frère ou de la sœur qui est à côté. À ce moment-là, ça sera le témoin que vous n’avez quasiment plus rien qui émerge de vous au sein de la dualité, et que la totalité de votre Présence, l’intégralité de votre conscience, est passée en l’Éternité.

Question : je n’arrive pas à vivre de Théophanies spontanées. Pourquoi ?

Les Théophanies spontanées peuvent se vivre ou pas. Je vous signale quand même que Marie avait d’abord parlé de Théophanies à diriger vers le Soleil, avec elle, vers elle, vers les frères et les sœurs. Y avait quand même une espèce d’intention et d’un minimum de volonté. La Théophanie spontanée se vivra au moment le plus adéquat pour toi. Contente-toi des Théophanies dirigées vers Marie, le Soleil ou les Théophanies de l’Esprit, mais les spontanées, qui sont la Théophanie perpétuelle comme disait Marie dans le titre d’une de ses interventions, c’est quelque chose qui ne dépend pas de toi. Certains vont vivre une seule Théophanie dirigée et vont vivre après des Théophanies spontanées. D’autres vont faire des Théophanies, comment vous dites, à répétition, un certain nombre de fois avant de s’apercevoir qu’ils vont vivre les Théophanies spontanées. Et d’autres ne les vivent pas encore. Y a pas de différence de niveau ou de hiérarchie de quoi que ce soit, ou de punition ou de rétribution.

La Lumière s’adapte à votre canevas, si je peux dire, à votre Lumière et à votre idée même de ce qui est en vous une progression. Celui qui n’est plus du tout dans la notion d’évolution ou de progression, il est dans le cœur de l’enfant, dans la spontanéité, et là, dès qu’il a réalisé qu’il pouvait placer sa conscience dans le cœur pour vivre quelque chose, ça va se vivre de plus en plus facilement.

Donc, si y a pas de Théophanies spontanées, arrange-toi pour réaliser, si je peux dire des Théophanies avec ce qui te semble le plus juste, que ce soit Marie, le Soleil, l’Esprit, tel frère ou telle sœur, tel Archange, telle entité quelle qu’elle soit. Choisis celle qui te semble la plus évidente à vivre et la Théophanie spontanée naîtra au moment où elle doit naître. Mais vous remarquez, comme ça a été dit, je crois, dans cette question ou la question précédente, que cette notion d’horaire, de la même façon quand y a eu les Noces Célestes, qu’y avait les alignements à 19 heures, vous vous rappelez peut-être, pour les avoir vécues. Aujourd’hui vous constatez que les Théophanies, cet appel de la Lumière, se réalisent maintenant bien avant les rendez-vous du jeudi soir, et vont se poursuivre indépendamment de tout rendez-vous, soit quand vous le souhaiterez, soit spontanément.

C’est à vous, là, de porter votre conscience, si je peux dire, sur le cœur. Aidez-vous de votre main, frappez-vous la poitrine. Certains vont être frappés, d’ailleurs, sur la poitrine, à travers des chutes, pour les faire placer au Cœur du Cœur, ne plus jouer le jeu de la projection. Vous voyez ? Et arrêtez tous ces jeux maintenant. Ça ne veut pas dire qu’il faut plus aller dans la nature, ça veut pas dire qu’il faut pas faire ce que vous avez envie de faire, mais ça veut dire simplement qu’il faut être vraiment lucides. La Théophanie n’a rien à voir avec un protocole. La prière que vous a donnée Marie n’a rien à voir avec une prière qu’il faut répéter pour se convaincre de quelque chose ou en faire un mantra. C’est, je dirais, une déclamation à la Lumière, passant par une forme, certes, qui est Marie, mais qui a son utilité dans les matrices libres.

Autre question.

Question : c’est un rêve. Des pierres orange, incandescentes, tombent du ciel. Il y a beaucoup de monde, des personnes courent, affolées. Je ne cours pas mais je sens le feu arriver. Certains vont sans courir dans la même direction et je sais que je dois les suivre. Ils arrivent à un lac, entrent dans l’eau jusqu’à être totalement immergés ; je fais de même. Sous l’eau, nous nous regardons et nous conversons, puis nous sortons de l’eau lentement. Le ciel est bleu et pur, et tout est paisible.

Ah, voici illustrée dans ce rêve la totalité du processus de l’Ascension de la Terre et de la Libération. Les pierres de feu, c’est quoi ? Mikaël. C’est tous les cortèges des cailloux, si je peux dire, qui accompagnent la visibilité de Nibiru et qui se poursuivront, eux, bien après le passage de Nibiru. Qu’est-ce que tu fais ? Tu suis des gens, tu rentres dans l’eau et quand tu ressors, le ciel est bleu. Rentrer dans l’eau, c’est quoi ? L’eau c’est l’inconscient, c’est Marie, c’est les eaux d’en bas, c’est les Eaux d’en haut. C’est tout ce qui est lié à l’alchimie, tout ce qui est lié à la fécondité mais aussi à la transmutation.

Là, comme tu le dis toi-même dans ce rêve, tu ne finis pas sous terre, enterrée, tu ne finis pas consumée par Mikaël, mais tu pénètres dans l’eau, tu continues à vivre sous l’eau et quand tu ressors, tu es re-née de nouveau. Tu vis donc… t’est annoncé, en rêve, ta propre Résurrection. Bien évidemment y a des éléments réels comme les pluies de feu du ciel, et des éléments plus symboliques comme le fait de pouvoir respirer sous l’eau, mais qui te renvoient à Marie. Donc, il t’a été montré et il t’a été donné de vivre le processus de ta libération.

L’eau a une place importante, hein, dans l’imaginaire, et aussi dans les plans des archétypes. L’eau, c’est bien sûr l’inconscient, c’est aussi ce qui est nécessaire à la vie. C’est l’élément le plus féminin, le plus plastique, le plus réceptif, si je peux dire. Et vous savez, je l’ai dit, y a les Eaux d’en haut, qui sont les Eaux du Mystère et les eaux d’en bas, qui sont les eaux matricielles.

Beaucoup de frères et sœurs, depuis déjà des années, vivent des rêves où y a des tsunamis qui emportent tout. Dans le rêve qui m’a été présenté, les gens avancent tranquillement dans l’eau. C’est eux qui vont à la rencontre de l’eau et c’est pas l’eau qui vient à leur rencontre. Le tsunami et les rêves de tsunamis vont devenir très importants. Ça veut pas dire qu’y a des tsunamis réels et physiques, même si y en aura vraiment, mais ça veut dire surtout que le Féminin sacré, l’énergie Mariale, au travers de son Appel, va tout balayer, va tout faire disparaître, de tout ce qui est connu, en conscience, avant que ça ne disparaisse de la matière elle-même. Ça, c’est le grille-planète final. Donc vous avez effectivement beaucoup de frères et de sœurs qui font des rêves où l’eau est présente. Pour d’autres, ça va être le feu, ou les deux, comme dans ce cas-là.

Question : je comprends parfaitement quand vous nous expliquez comment et pourquoi nous devons être délivrés. Je sais que je dois maintenir cette conscience ; j’y arrive quelque temps et je suis en paix, mais très vite la personnalité réapparaît.

Là mais c’est normal. Tu dis « maintenir », « maintenir », rends-toi compte des mots que tu emploies. Tu es encore la personne qui veut maintenir quelque chose. Et quand tu emploies le mot maintenir, tu t’aperçois que t’es encore une personne, ça me paraît très logique. Il est où l’Abandon à la Lumière, là-dedans ? Qui décide : la Lumière ou toi ? C’est vous qui décidez pour les Théophanies que Marie vous a proposées, c’est vous qui décidez quand vous portez votre conscience sur le cœur pour vivre une Théophanie, mais à un moment donné, vous n’avez plus rien à décider. Tant que vous voulez décider, ça prouve que vous voulez maintenir, donc contrôler. Et vous exercez quoi ? De la prédation.

Il est important de initialiser un processus pour le vivre, mais après, il faut que vous disparaissiez pour le laisser se vivre. C’est pas vous qui allez diriger cela, même si c’est le cas au début. La finalité, c’est pas de diriger et de maintenir l’état de Théophanie vingt-quatre heures sur vingt-quatre par la personne, puisque la Théophanie fait disparaître la personne. À un moment donné, il faut arrêter de vouloir maintenir quoi que ce soit, surtout si vous l’avez vécu avec Marie déjà depuis de nombreuses semaines. Marie vous l’avait dit, ça durerait au maximum dix semaines. Bon, la dixième semaine n’est pas encore achevée, elle approche, mais, quand on parle de Théophanie spontanée, comment veux-tu accoler le mot « maintenir » et « spontané ». Tu vois l’antinomie de cela ?

Y a un moment donné, c’est comme pour les vibrations, comme pour les Triangles, comme pour les Portes, on vous a fait travailler dessus pour les activer, mais aujourd’hui, est-ce que vous avez besoin de penser à une Étoile ou à un Triangle pour qu’il s’active ? Ou pour sentir les Portes ? Non, absolument pas. C’est pareil pour la Théophanie. Il faut distinguer le processus d’apprentissage du vécu de la Théophanie sous ses différentes formes, et après faut laisser la spontanéité s’établir. Sans ça, c’est l’ego qui veut à tout prix maintenir quelque chose. Rendez-vous compte de cela.

Question : ce va-et-vient est épuisant. Comment faire pour demeurer dans la bonne conscience et ne pas perdre la bonne mémoire en permanence ?

Quand tu seras suffisamment épuisée, tu arrêteras de vouloir contrôler quoi que ce soit, tu le vivras naturellement. Vous avez, à travers les mots que vous employez, vous voyez très bien ceux qui veulent diriger et contrôler la Lumière, c’est-à-dire qui sont encore inscrits dans une personne, et ceux qui ne sont plus du tout dans une personne. C’est comme si vous me disiez : « je vais contrôler l’Onde de Vie ». La Lumière ne se contrôle pas, elle s’apprivoise dans un premier temps pour faire connaissance et c’est tout. Dès que vous avez une idée qui vous traverse, de vouloir contrôler la Lumière, je peux vous dire que c’est votre ascendance reptilienne qui se manifeste, rien de plus et rien de moins. Alors laissez tomber cela. Bien sûr, une fois que vous avez passé l’apprentissage.

Ça veut dire quoi « avoir passé l’apprentissage » ? C’est d’avoir réalisé quelques, ou quelques dizaines, quelques milliers de Théophanies, et de constater qu’elles se réalisent indépendamment même de votre intention. Mais si vous voulez à tout prix maintenir, par l’intention, la Théophanie, vous êtes encore dans un besoin de contrôle de la Lumière et vous êtes, pas le témoin, vous êtes la personne, qui veut agir. Et la personne, elle a agi au début, ça vous a été demandé pour les Théophanies, pour le Yoga de l’Unité, pour l’activation des nouveaux corps, mais à un moment donné, il faut arrêter de contrôler, de vouloir penser diriger la Lumière, surtout depuis la personne.

Celui qui est pas inscrit dans la personne ne se pose pas la question de diriger ou contrôler la Lumière. Il accueille tout ce qui se présente, comme tout ce qui ne se présente pas. Voyez à travers les mots que vous employez, là où vous êtes situés. Donc y a pas de meilleure chose à te dire et à voir que cela. La Théophanie spontanée, bah vous pouvez pas la maintenir, puisqu’elle est spontanée. Faut être logiques.

Marie fait une Théophanie avec chacun de vous le jeudi soir, la Confédération Intergalactique aussi, plus les Radiances Archangéliques. Vous avez testé les Théophanies avec un frère ou une sœur, qui sont beaucoup plus que les communions de conscience qui avaient été évoquées dans les années 2010 et 2011, surtout. Là c’est une autre octave, si je peux dire, mais là vous ne pouvez rien contrôler, ni même maintenir. Avoir l’idée déjà de maintenir cet état qui est spontané et naturel, dorénavant, est une preuve de prédation exercée envers la Lumière. Vous êtes encore, dans certains cas, mais c’est pas grave, dans un processus d’appropriation de la Lumière. Or vous vous appropriez ce qui n’est pas vous. Vous ne pouvez pas vous approprier ce que vous êtes, et donc si vous êtes Lumière, vous n’avez rien à maintenir, vous n’avez rien à décider. Ce qui ne vous empêche pas de décider de faire une Théophanie à un moment donné. Mais vous constatez que la Théophanie est là, sans rien vouloir.

Et par contre, comme tu le dis si bien, dès que tu veux maintenir quelque chose, ça disparaît, et c’est normal. La Lumière, elle est pas faite pour être, comment diriez-vous, domestiquée, apprivoisée, dirigée, puisqu’elle est Intelligence, elle est Liberté, et c’est ce que vous êtes. Donc, quand vous dites « je n’arrive pas à maintenir », bien sûr que c’est la personne qui parle, et cette personne n’arrivera jamais, jamais, à maintenir la Lumière. C’est pour ça d’ailleurs que de manière collective, il y a la stase des trois jours.

C’est le propre, je dirais, de la nature humaine, enfermée, de vouloir se saisir, de vouloir comprendre, de vouloir expliquer, de vouloir justifier, de pouvoir relier. Mais est-ce que la Lumière a besoin de cela ? Non. Votre personnage, oui. Ça a été dit, quand vous êtes en Théophanie simple, qu’elle soit celle de l’Esprit ou qu’elle soit l’installation du Pilier de Lumière, ce qui est important, c’est pas ce qui est à voir, puisqu’y a rien à voir, j’ai dit, c’est pas la vibration que vous êtes en train d’analyser, c’est l’état de la conscience qui est dans la béatitude. Le reste, vous ne le contrôlez pas. Et dès que vous décidez : « je vais rester dans cet état », eh bien, ça disparaît, parce que c’est la personne qui est intervenue.

Celui qui va vivre ou qui vit déjà, soit l’Onde de Vie en totalité, qui a été libéré vivant, ou celui qui va vivre la Théophanie perpétuelle et spontanée, comme disait Marie, il peut pas y avoir le moindre avis sur comment maintenir quelque chose qui est là en permanence, ni surtout de vouloir le diriger, même vers quelqu’un de précis, comme Marie l’avait dit. Pour l’instant, vous êtes habitués aux Théophanies de Marie, aux Théophanies avec le Soleil, avec les frères et les sœurs, avec vous-mêmes, mais très vite maintenant, y en a certains qui le vivent déjà, vous avez la disparition de toute intention, c’est-à-dire que là, ça devient réellement spontané. Cette spontanéité est directement reliée, vous le savez, au point ER, en plus du chakra du cœur, c’est-à-dire la Porte ER qui est nommée le 9ème corps, ou corps de rayonnement du Divin, ou de la Source, si vous préférez.

C’est cela qui se vit, et ça ne dépend pas de vous. Une fois que c’est ouvert et que ça a été expérimenté, après ça s’installe naturellement, mais y a pas de technique pour arriver à la Théophanie spontanée. Alors réalisez des Théophanies avec Marie, avec le Soleil, avec vous, avec le frère et la sœur, jusqu’au moment où vous constaterez, et c’est le cas pour beaucoup de frères et de sœurs qui ne vivent rien de tout ce que vous avez vécu auparavant, qui découvrent la spontanéité du cœur et l’état de Théophanie permanent, qui n’a pas besoin de raccrocher ça à un dieu, à une entité, ou même à Marie, même si ça en a été, je dirais, l’initiatrice.

… Silence…

Autre question.

… Il n’y a plus de questions écrites.

Alors allons-y pour les questions orales.

Question : y a-t-il une différence entre faire la Théophanie couché ou assis, par rapport à la colonne de Lumière ou la Croix ?

Dans un premier temps, tu peux trouver une différence entre le fait d’être assis ou allongé. Choisis celle qui t‘est le plus agréable. Moi j’aurais tendance à dire « allongé », mais tu peux constater un changement, c’est-à-dire qu’à un certain jour tu auras besoin de le faire assis. Surtout, justement, quand le Pilier de Lumière se déploie, s’il doit se déployer, hein. Métatron avait bien dit que c’était pas obligatoire, même chez tous les éveillés, mais que ça concernait certains frères et sœurs seulement. Mais c’est à toi de faire l’expérience : comment tu es en Théophanie, assis, comment tu es en Théophanie, allongé. Et tu peux même, au cours de la même séance dirigée par Marie, puisqu’il en reste encore une, décider de commencer assis, puis de t’allonger et de voir la différence.

Maintenant, pour les Théophanies spontanées, tu te doutes bien que ça n’a plus aucune importance, et pour les Théophanies que tu vas diriger soit vers Marie, le Soleil, un frère, une sœur, une situation, c’est à toi de vérifier qu’est ce qui est le mieux pour toi : assis ou allongé. Mais rappelle-toi que le but, c’est que ça devienne spontané, et là, ça se produit dans la journée, que tu sois debout, assis, couché, en train de marcher, de manger ou d’être au cinéma. C’est à toi d’essayer.

Autre question.

Question : pendant un mois, j’ai brûlé au point de vue vessie, la nuit, et je ne pouvais pas dormir. Là, je suis tombée sur le sternum et j’ai très mal. Cela va-t-il durer tout le mois de juin ?

Alors là, chère amie, j’ai dit que ça allait s’accentuer. Chaque jour après l’autre, de plus en plus fort, jusqu’au moment où tu auras vu.

… où j’aurais vu ?

Jusqu’au moment où tu auras décidé de voir, ce qui pour l’instant n’est pas vu, et que je peux pas te dire de l’extérieur, ça sert à rien. Ils vendent de très belles armures dans les musées.

Je peux traduire ça autrement, si tu veux, pour t’aider à voir un petit peu plus clair. J’ai parlé tout à l’heure des frères et des sœurs qui avaient des ascendances reptiliennes ou des lignées prédatrices. Je vous ai dit que ces frères-là et ces sœurs-là, il leur arrive pas nécessairement quelque chose au niveau du corps mais ça s’exprime plutôt directement par la parole et la conscience, avec la colère, le déni. Mais y a aussi, je te rappelle que ce corps dans lequel tu es, est un corps qui est, par sa structure cérébrale, empreint de prédation, que tu le veuilles ou pas. Si se conjugue à ça – ça c’est pour tous les humains, hein, à lignée ou pas, reptilienne ou prédatrice –, bien évidemment s’il existe en toi une ascendance par rapport à cela, ou une lignée ou une origine par rapport à cela, parfois c’est la conscience qui trinque, mais parfois, c’est quoi ? C’est le corps. Dans ton cas, c’est le corps.

Ça veut dire que quelque part en toi, il reste un attachement à ton petit corps, et qui n’est pas vu. Encore une fois, ça veut pas dire qu’il faut négliger, bien au contraire, ou ignorer le corps. C’est un problème de positionnement de la conscience qui s’identifie à ce corps, surtout pour ceux d’entre vous qui avez soit une ascendance, on va dire, de prédation, soit qui avez vécu depuis longtemps les énergies, les vibrations. Vous avez tellement pris l’habitude de sentir les Présences, les entités, que vous êtes, quelque part, un peu figés dans la notion de forme et de corps. C’est pour ça que dans ton cas on casse le corps, pas la conscience, y a pas besoin. La conscience éphémère, hein, je parlais. C’est-à-dire que ton corps n’a pas suivi ta conscience en totalité et que à l’occasion de ce que tu as vécu déjà et ce que tu vas vivre, va être donnée l’opportunité de réaliser qu’au-delà de toutes les expériences et les contacts que tu vis, et que tu vis de façon de plus en plus nette, il y a quelque chose qui n’est pas concerné : c’est ce que tu es.

C’est-à-dire que y a une tendance à t’identifier à ce qui est vécu au sein des mondes subtils, que ce soit dans la nature, dans les rêves, dans la perception des vibrations ou des énergies. Je te rappelle que tu n’es pas cela. Et donc dans ce cas-là, c’est pas un problème de conscience, c’est pas un problème d’attachement, à proprement parler, à la matière, mais un attachement à la forme. Tu as encore besoin d’une forme. Donc dans ces cas-là, c’est la forme qui va être tapée, et je vous l’ai dit que ça allait taper de plus en plus sur l’axe médian maintenant, hein, c’est plus... ça peut être encore latéral, les épaules, les pieds, les jambes, les hanches, mais c’est surtout ce que j’ai expliqué : le sternum, la colonne vertébrale, le pubis et la tête. Les zones médianes, osseuses. Mais ça, vous n’y pouvez rien, c’est le travail normal de la Lumière dans cette phase d’éclairage total.

Question : ces dernières semaines, j’ai une recrudescence importante d’impatiences dans les jambes, ce que l’on appelle la maladie des jambes sans repos…

Les mécanismes d’impatience, surtout nocturne, c’est ça dont tu parles ?

… oui, surtout nocturne.

Alors, les impatiences nocturnes traduisent quoi ? Traduisent une difficulté, conjoncturelle peut-être, ou dans ta conscience, à aller au plus profond. C’est-à-dire, là aussi, comme dans la question précédente, quelle que soit la qualité de ton cœur, quel que soit le vécu, y a une certaine forme d’habitude ou de propension à toujours tourner la conscience vers l’extérieur. C’est normal en ce monde, vous allez me répondre. Oui, mais c’est plus normal dans cette phase-là des Théophanies.

C’est une invitation de la Lumière à ne plus dépendre d’une vibration, d’une perception, d’une forme, d’un corps, d’une idée, d’une pensée, d’une projection, quelles qu’elles soient. C’est s’installer dans ce qui avait été nommé, d’ailleurs, par Ma elle-même, Sat Chit Ananda, la Demeure de Paix Suprême, qui n’est contingentée par aucun élément, aucune pensée. Et au travers des traumatismes du corps, à travers ses symptômes, les impatiences nocturnes, c’est la difficulté à retourner au centre. Alors, comme je te l’ai dit, ça peut être conjoncturel si y a eu des traumatismes…

… c’est le cas.

Alors c’est le cas, mais dans certains cas, ça peut être aussi la difficulté à aller en profondeur de soi. Ça peut se voir, par exemple, dans ce que tu nommes le syndrome, je crois, des jambes sans repos, qui est très fréquent aujourd’hui sur cette terre, mais ça peut être aussi le cas pour d’autres anomalies, bien sûr. Ça peut être les phénomènes de douleurs musculaires. Mais encore une fois, comme je l’ai dit, c’est plus maintenant latéral, c’est plus comme c’était depuis plusieurs mois, le côté droit, ça va être le centre ou alors bilatéral, comme tu dis, si ça touche les deux jambes, hein.

Donc, c’est fondamentalement une difficulté, pour l’énergie vitale, de rentrer en profondeur, mais aussi pour ta conscience, d’aller au plus profond. Donc c’est un travail qui se fait, hein, qui n’appelle pas de ta part quelque chose à faire, le travail se fait tout seul. Bien sûr, tu peux trouver des moyens pour limiter l’influence de ces symptômes, au niveau de techniques, ou des cristaux, ou des médicaments que tu peux connaître, mais ce que ça traduit, c’est ce que je viens d’expliquer.

Question : est-ce la même chose pour les crampes ou la sensation de disparition des membres ?

Oui, tout à fait… Non, disparition des membres et crampes, ça n’a rien à voir. Ce qui est la même chose, c’est les crampes. Par contre, le sentiment d’engourdissement du bras ou des jambes, comme si on le sentait plus, vous savez quand vous restez immobiles un certain temps, c’est engourdi. Non, ça, c’est la vraie disparition. C’est ce que vous sentirez dès les premiers moments de la stase, le corps ne répondra plus, il deviendra lourd et engourdi. Ça, c’est la disparition, c’est le Serment et la Promesse. Les crampes, c’est différent, bien sûr. Les deux sont différents. Les crampes, c’est la même chose que j’ai expliqué avant, par contre les engourdissements avec impression de perte de sensibilité des bras ou des jambes, c’est la disparition elle-même.

… Silence…

Autre question.

Question : avoir des crampes puis s’évanouir de douleur, est-ce une fuite de quelque chose ?

J’ai répondu, c’est pas une fuite, c’est quelque chose qui n’a pas été vu et que tu ne peux pas voir. Or les phénomènes corporels, les coups dont elle parlait, les crampes dans ce cas-là, sont des moyens de dépasser et de voir ce qui doit être vu. C’est pas une punition, c’est une opportunité.

Mais tu constateras par toi-même que au moment de la crampe, ça surprend : y a une crampe. Si tu as la présence d’esprit, si je peux dire, de réaliser une Théophanie avec toi-même, avec Marie, avec le Soleil, à ce moment-là, tu devrais assister à une sédation de cette crampe. Si tu en as l’opportunité, parce que je sais que les crampes ça peut faire très, très mal et qu’on a qu’une envie, c’est que ça disparaisse le plus vite. On n’est pas vraiment dans l’état de se mettre dans le cœur, et pourtant, c’est ce qui risque d’être le plus efficace. C’est pas des résistances, encore une fois. C’est pas des karmas, c’est pas des résistances, c’est pas des blessures, c’est des choses simplement qui n’ont pas été vues, de par tout ce que j’ai expliqué auparavant.

Question : de plus en plus, c’est comme si je perdais la conscience de l’instant, en étant debout. Rien ne se passe, comme si j’allais tomber. Est-ce un phénomène normal en ces temps ?

Mais ça peut être tout à fait normal à condition, bien sûr, d’éliminer tous les problèmes médicaux qui sont pas de mon ressort. Mais vous savez que les disparitions et l’écran mental vide, c’est le but, quand même, c’est-à-dire que là, toutes vos habitudes de questionnement, d’interrogation, des jeux que vous jouez aux niveaux sociaux pour certains d’entre vous, deviennent impossibles, parce que vous perdez le fil. Donc, et je disais, heureux ceux qui disparaissent ; je dis aussi, heureux ceux qui constatent que le mental est vide. Bien sûr, je conçois que ça puisse être gênant par rapport aux habitudes, je vais dire, des échanges avec les frères et les sœurs, mais c’est la spontanéité, c’est normal. Le cœur, il est silencieux. Il a pas besoin de se représenter, de se justifier, de jouer un rôle ou une fonction. Donc, plus les Théophanies se réalisent, même si tu ne les sens pas, plus tu bénéficies sur la terre des effets de ces Théophanies, qui est la disparition de la tête, et l’installation dans le cœur.

Rappelez-vous : tout ce qui vient du cœur est léger, tout ce qui vient du cœur est Évidence et Grâce, tout ce qui vient de la tête est heurté, et maintenant casse votre corps. C’est quand même un moyen appréciable pour savoir si vous êtes dans la tête ou le cœur. Donc, le fait qu’y ait des blancs, que tu disparaisses, c’est contrastant pourquoi ? Celui qui est habitué à ça, il y pense même pas ; le silence, c’est sa deuxième nature. Ça veut pas dire qu’il ne parle pas, mais il est en silence intérieur. Vous pouvez très bien parler et être en silence. De même que vous pouvez être en silence et être envahis par votre mental. Ce qui te semble étonnant est profondément naturel, mais ça ne correspond pas à ta nature habituelle. Va falloir s’y faire.

… Il est l’heure maintenant.

Alors si il est l’heure, je vais vous laisser faire ce que vous avez à faire. Moi je vais faire ce que j’ai à faire et je vous dis à dans très peu de temps. À tout à l’heure.



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Sam 17 Juin - 21:05 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


O.M. AÏVANHOV

Questions/Réponses 2



Eh bien chers amis, nous allons pouvoir continuer à répondre et à échanger à tout ce qui se présente à vous en questionnements. Je t’écoute.

Question : j’ai des problèmes de moelle osseuse qui ne produit pas assez de globules blancs et rouges, et de plaquettes. Est-ce dû à la période actuelle et ce que je dois vivre actuellement ?

Bien-aimé, il est clair que jamais la Lumière ne va, comment dire, entraîner des troubles au niveau de la moelle osseuse. La moelle osseuse est la substantifique moelle des os, c’est lié à la pérennité, c’est lié au sang, c’est lié à l’âme, bien sûr, mais en aucun cas ce genre de trouble ne peut être à mettre en liaison ou en relation avec la Lumière. Donc il s’agit de tout autre chose survenant au niveau de la physiologie de ton corps, n’est-ce pas ? La Lumière peut être responsable de beaucoup de choses, nous avons parlé des traumatismes du côté droit, des atteintes des différents organes, nous avons parlé de beaucoup de choses depuis quelques mois, mais ne mettez pas tout sur le dos de la Lumière, ni même de réaction à la Lumière ou d’opposition à la Lumière.

Vous savez pertinemment que ce corps est faillible et qu’il n’est pas prévu pour durer l’éternité, n’est-ce pas, donc y a aussi une physiologie qui évolue et qui n’a pas nécessairement de liens, formels ou informels d’ailleurs, avec la Lumière, et les causes peuvent être innombrables. Faites attention de ne pas tout relier à l’action de la Lumière durant cette période. Je vous ai parlé des traumatismes, des atteintes latérales du côté droit essentiellement, maintenant de l’axe central, mais les pathologies que vous nommez systémiques, métaboliques, ou qui touchent des fonctions comme ça au niveau de la moelle osseuse, n’ont pas vraiment de rapport, ni avec les processus actuels ni avec l’activation des Portes, bien évidemment.

Vous savez que vous avez vécu des activations des Portes depuis de nombreuses années, au niveau des Portes du corps, qui peuvent occasionner des troubles ou des symptômes locaux, mais là, une pathologie de moelle osseuse touche l’échelon global du corps, donc c’est pas du tout le même processus. La cause est à chercher ailleurs, bien sûr, donc dans ce que vous nommez une pathologie et non pas une adaptation plus ou moins réussie à la Lumière de l’Éternité. Voilà ce que je peux dire, je n’entrerai pas dans des détails médicaux, ça ne me concerne pas. Mais c’est plus lié au médical qu’à la Lumière, ça me semble évident, dès l’instant où ce qui est touché n’est pas un mécanisme douloureux mais plutôt, là, dans ce cas-là, un mécanisme qui touche un système qui est la régénération des cellules, ça n’a rien à voir.

Autre question.

Question : j’ai des problèmes cardiaques, arythmie, palpitations, et aussi trop de globules rouges. Cela peut-il être le travail de la Lumière ? Y a-t-il quelque chose à faire ou faut-il laisser faire ?

L’excès de globules rouges non plus, là vous êtes dans un problème de système. Au niveau du cœur, cela peut être différent, mais je te rappelle toutefois que s’il y a trop d’éléments dans le sang, le sang est moins fluide et donc peut occasionner des tas de troubles. Maintenant les symptômes cardiaques qui sont à type de arythmie, peuvent tout à fait être liés à la Lumière mais peuvent aussi être liés à ce que tu signales par rapport à l’excès de globules rouges, n’est-ce pas ? Donc bien sûr la Lumière va être responsable, mais n’oubliez jamais que je vous ai donné quand même des éléments précis de ces actions de la Lumière au niveau de divers symptômes.

Mais dès que vous touchez des symptômes dits métaboliques, ou que vous touchez le sang ou un système complet et non pas une zone du corps, là vous avez affaire à une pathologie au sens médical du terme. Donc c’est à vous de voir. Mais dans ce cas précis où y a aussi des arythmies cardiaques, si bien sûr on élimine les causes cardiologiques, les troubles du rythme, quelle que soit la teneur, si ceci a été éliminé et que y a pas de cause retrouvée au niveau organique médical, bien sûr que ça peut être lié à la lumière, parce que là vous êtes dans le rythme cardiaque. C’est le même principe que les vibrations que vous avez senties sur certaines Portes ou sur certains organes qui sont reliés aux Portes.

Et là au niveau du cœur, vous savez très bien qu’au-delà du cœur organe, il y a le thymus, il y a le 9ème corps, il y a le Triangle de la Nouvelle Eucharistie, il y a l’activation, chez certains, du pilier de Lumière entre le centre du chakra du cœur, le point ER et le point KI-RIS-TI, qui peut aussi occasionner des irrégularités de rythme cardiaque. Mais si c’était le cœur organe, non pas dans son rythme mais une atteinte de type coronaire, là bien sûr, ça n’a rien à voir avec la Lumière mais ça a plutôt à voir avec des anomalies de votre physiologie. Donc les deux peuvent être, je dis bien « peuvent être », dans ce cas-là, intriqués.

Pour le sang, là aussi, comme pour la moelle osseuse, je n’ai pas de réponse. Il faut savoir ce que c’est au niveau purement physiologique ou physiopathologique, comme disent les médecins. Mais au niveau des anomalies, accélérations cardiaques, si on élimine réellement et concrètement les causes médicales, cela peut être relié à l’interaction de la Lumière, surtout au niveau de ce que je viens de nommer, toutes les structures vibrales qui sont présentes dans cette région et qui sont effectivement très actives en cette période.

Mais si vous prenez l’exemple de certains mystiques, qui ont été étudiés, je peux dire, par la science, il est évident que par exemple des mystiques qui ont vécu au vingtième siècle, si je prends l’exemple parmi les Étoiles, comme par exemple, qui c’est qui vous a parlé des anomalies au niveau du cœur ? Vous avez sœur Yvonne-Aimée qui en a parlé, vous avez Gemma Galgani aussi qui vous a évoqué certaines choses au niveau du corps.

Mais encore une fois, ne cherchez pas à tout rattacher à la Lumière parce qu’il y a aussi des pathologies qui malheureusement sont encore bien présentes sur cette terre et qui sont de tout autre ordre que l’action de la Lumière, que ce soit le vieillissement, des atteintes liées aux virus, aux bactéries, ou aux anomalies émotionnelles et mentales bien sûr. Et le cœur est directement relié, en tant qu’organe bien sûr, au sympathique et au parasympathique, et vous savez qu’il y a un lien entre les émotions, bien sûr, et le cœur, au niveau des symptômes que peut manifester celui-ci. Ou le mental, puisque le chakra du cœur correspond pas uniquement à l’Amour, il est subdivisé en deux, la partie inframentale, on va dire, la partie supramentale. La partie mentale qui est liée à l’intellect et au fonctionnement de tout ce qui est organique et énergétique, et éthérique, mais aussi les émotions et surtout le mental.

Donc là encore une fois je peux pas trancher. Mais faites bien la différence entre ce que j’ai parlé au niveau des douleurs latérales ou des douleurs centrales, qui sont des mécanismes le plus souvent traumatiques, d’une maladie constituée qui renverra toujours, si vous voulez, à un facteur causal, que celui-ci soit émotionnel, soit d’ordre éthérique ou mental. D’accord ? C’est pas du tout la même chose. Autre question.

Question : je ressens parfois subitement de gros coups de fatigue. Si j’arrête toute activité, je ressens alors dans la poitrine, une grande joie et la fatigue disparaît. Est-ce assimilable à une Théophanie spontanée ?

C’est surtout un emplacement au Cœur du Cœur, mais dans le contexte actuel, c’est bien sûr une Théophanie spontanée, et la fatigue que tu ressens avant, telle que te le présentes, est subitement un appel ou une injonction de la Lumière à être dans le cœur. Et petit à petit, tu constateras que si tu te sors de l’activité qui t’est présentée ou de la fatigue, en te posant dans le silence et dans l’immobilité, que c’est à ce moment-là que tu vas sentir cette joie dans la poitrine. Et là oui, bien sûr c’est la Théophanie. Et vous voyez vous-mêmes à travers cet exemple, ce que je disais tout à l’heure, que vous allez voir franchement et concrètement, sans aucune interrogation, les moments où vous êtes ce que vous êtes en éternité et les moments où vous en sortez pour vous replacer au sein de l’éphémère.

L’éphémère, c’est la tristesse, c’est la colère, c’est le temps qui est altéré, c’est les contrariétés, et quand vous êtes dans la Théophanie, dans le cœur, y a que la Joie, y a plus rien d’autre. À vous de choisir. Mais bientôt ces appels, ces injonctions de la Lumière, comme je les ai nommées depuis quelque temps, vont devenir éclatantes. Vous ne pourrez plus dire, par exemple, bon ben je remets ça à dans une heure ou à demain, là j’ai pas le temps, j’ai autre chose à faire. Ça vous avait déjà été expliqué, c’est-à-dire que les appels, les injonctions, comme ça a été nommé, de la Lumière, vont devenir de plus en plus percutantes et vous plaçant face à un choix. Le choix de continuer l’éphémère et ses contrariétés, ou le fait de demeurer dans la Théophanie de votre cœur, dans votre béatitude si vous préférez maintenant, plutôt que le Cœur du Cœur.

Ça se fait de plus en plus avec évidence et facilité, en tout cas pour ceux qui ont vécu les Théophanies de manière régulière. J’ai pas dit pas toutes les semaines, mais qui ont vécu ces manifestations de façon répétée, que ça ait été quelques fois ou des dizaines de fois, peu importe. Mais à partir d’un certain seuil, si je peux dire, qui est différent pour chacun, vous allez constater que ça sera soit l’un ou l’autre. Y a deux ans, l’année dernière, je disais : la peur ou l’Amour, la personne ou l’Éternité, la Lumière ou la non-Lumière. Et vous le constaterez de manière très directe, de la façon dont vous vous sentez. Comme le dit ce frère ou cette sœur, quand elle est dans le cœur, il y a la Joie. Elle cherche pas à se placer, elle sent simplement que quand elle arrête de donner cours à la fatigue en se posant tout simplement, alors le cœur peut apparaître et la Théophanie se réaliser.

Mais ça, vous allez le constater, je dirais, même au décours de vos activités les plus ordinaires, habituelles. Parfois la Lumière va vous appeler et vous ne pourrez pas résister. Ou si vous résistez, vous sentirez effectivement, comme dans ce cas, une impression de fatigue, pas de disparition mais de lassitude. Si vous arrêtez tout, que vous faites silence et que vous attendez, sans émotion et sans pensées, sans vouloir méditer, sans vouloir quoi que ce soit, vous constaterez alors que la vibration du cœur, le Cœur Ascensionnel, le Feu Igné est présent, et que surtout cela se traduit, comme cela a été dit, par une joie comparable à rien d’autre. Là est la vérité, et nulle part ailleurs.

C’est-à-dire que dorénavant vous ne pouvez plus vous abreuver de concepts, de croyances, de scénarios, d’histoires, fussent-elles les plus prestigieuses, vous devez être totalement disponibles dans l’Ici et Maintenant, dans l’Instant Présent et dans votre Présence. Et ça va prendre de plus en plus de temps par rapport à votre emploi du temps habituel, mais c’est à vous de décider. Qu’est-ce qui est le plus important ? Mener à bien une tâche éphémère ou laisser s’installer l’Éternité ? Mais ça, vous le verrez tous, si vous ne l’avez pas encore vu.

Et ça sera pareil, par exemple si vous vous mettez, durant ce mois de juin, à avoir une pensée qui arrive, de médisance, de jugement ; si vous étiez dans le cœur avant, ça va disparaître instantanément, et si vous arrêtez de juger ou de médire, à ce moment-là le cœur sera instantanément présent. Quelle preuve vous faut-il de plus que cette Grâce des Théophanies qui se vivent maintenant ? Vous avez ainsi la preuve absolue de où est la Joie et où elle n’est pas. Je parle pas des joies éphémères qui passent, ou des satisfactions de l’ego, ou des désirs, je parle de la Joie du cœur.

Je vous renvoie à tout ce qui a été dit par les sœurs Étoiles durant toutes ces années, concernant leur propre vécu. Croyez-vous que par exemple une Gemma Galgani ou une sœur Yvonne-Aimée qui vivait ces extases avec le Christ, peut être interrompue par une préoccupation quelle qu’elle soit, éphémère ? Non, bien sûr. C’est face à cela que vous êtes maintenant. Il n’est plus question de chercher la Lumière, elle est là, que vous viviez les Théophanies ou pas. Par contre, vous allez tous sentir la différence extrêmement nette, et de plus en plus nette, je dirais, entre les moments où vous êtes installés dans votre éternité et les moments où l’éphémère a pris le devant. C’est comme ça que vous choisissez réellement votre emplacement et que vous vous démontrez, si je peux dire, à vous-mêmes, la réalité de votre Amour, de votre état d’être.

Et rappelez-vous aussi, pour ceux qui ont l’habitude de porter des masques sociaux, je vais dire, de présentation selon les circonstances, que vous ne pourrez pas, quelle que soit l’intensité des vécus de vos Théophanies, plus ou moins permanentes, plus ou moins installées, que vous ne pourrez pas maintenir la Théophanie spontanée dès l’instant où vos pensées, vos mots, sont dans le jugement ou dans la médisance. Il y pas de meilleur moyen de vous corriger vous-mêmes et de manière de plus en plus immédiate. C’est comme ça que votre éternité se vit en ce monde, jusqu’à l’Appel de Marie. Dans la douleur des chocs ou dans la Paix du cœur. C’est la même chose, à un autre niveau, que ce que je disais, la peur ou l’Amour. Et vous ne pourrez pas y échapper parce que ce n’est plus mental ou intellectuel, mais ça s’imprime dans votre vécu corporel comme dans votre conscience habituelle.

Question : c’est un rêve. Je suis dans une pièce, un homme tient un dossier. Je parle avec une femme avec qui j’ai cheminé et dont j’ai suivi les enseignements des maîtres ascensionnés et de la mère cosmique. Elle me dit que je dois laisser mon corps à une entité et que je dois quitter cette vie. Que ce soit une demande extérieure et non une évidence intérieure me gêne. De plus je n’ai pas confiance. Je lis, sur le dossier de l’homme : « archéo-astrologie ». Une forme est dessinée, bleu scintillant, un assemblage de triskèles. Quels éclairages pourriez-vous donner ?

Oh bah c’est très riche, mais je crois qu’on peut résumer ça, surtout à partir des premières phrases que tu as dites. Cette amie canal canalisait les maîtres ascensionnés. Donc tout ça, j’espère que tu sais que c’est du pipeau, que les maîtres ascensionnés, on les a rédemptés à l’automne, à la Toussaint 2010, la plupart. Donc tous ceux qui prétendent canaliser des maîtres ascensionnés ne canalisent en fait que leur ego. Parce que ces maîtres ascensionnées, dont les noms vous sont pour la plupart connus à travers l’enseignement d’Alice Bailey, sont des guignols, ils se sont enfermés eux-mêmes dans l’astral en étant persuadés d’être arrivés. Ils sont manipulés par Yaldébaoth. Donc un conseil venant de cette femme avec laquelle tu as pourtant cheminé, doit effectivement, et tu l’expliques très bien, entraîner un certain nombre de réticences par rapport à ce qu’elle te demande, et tu l’exprimes parfaitement.

Maintenant, par rapport à l’archéo-astrologie, je ne sais pas quoi, ce que tu as dit, mélange d’astrologie et d’archéologie, vous vous rappelez quand même que quand nous avions parlé des lignes de prédation, nous avions dit les uns et les autres, enfin ceux qui ont parlé de ces lignes de prédation auprès de vous, au niveau des intervenants, vous ont bien spécifié qu’ils reproduisaient au niveau de l’architecture, les constellations. Vous avez l’exemple le plus flagrant en Égypte, bien sûr, avec les trois pyramides, Kephrem, Khéops et Mykérinos, qui sont directement aux proportions exactes de la ceinture du bouclier d’Orion. Mais vous n’avez pas que ça, vous avez sur tous les lieux antiques, une référence à l’agencement du ciel. Que ce soit chez les Mayas, que ce soit chez les Aztèques, que ce soit chez les Sumériens, chez les Assyriens, tout ça se retrouve de façon formelle puisque l’homme était en connexion avec l’astrologie et il y avait une superposition totale, parce que reproduire, dans l’architecture, une forme de constellation, est bien évidemment un acte opératif.

Bien évidemment, c’est pas de l’énergie au sens où vous la sentez circuler, c’est ce qui est nommé une onde à effet de forme, ou effet de forme, ou onde de forme, qui est agissante dans le temps en impliquant des lignes directrices à la matière, qui sont toujours reliées à l’enfermement. C’est le cas pour les bâtiments qui ont existé en Égypte ou dans d’autres civilisations, et qui sont encore debout aujourd’hui, si je peux dire, et qui ne sont que des… c’est pas symbolique, c’est quelque chose qui est très efficient, mais sur une échelle de temps qui n’est pas la même que l’énergie. L’énergie, la vibration, vous savez ce que c’est, vous la vivez, mais l’onde de forme, vous ne la sentez pas.

L’énergie ou l’effet de forme, parce que le mot énergie est gênant, on peut le voir à travers certaines technologies qui vont mettre, électrifier la forme et vous montrer la forme de l’énergie autour de la forme architecturale, par exemple les lettres hébraïques, c’est tout à fait possible, mais le but de l’architecture, c’est de matérialiser sur terre les forces archétypielles liées aux constellations. Et vous savez, vous vous rappelez peut-être, quand nous vous avons donné les premières Clés Métatroniques et nous avions parlé du langage Vibral originel, du Gina Abul sumérien, que la vibration précède la forme et que le cosmos que vous voyez avec vos yeux n’était qu’une illusion de plus, parce qu’il y a une peau de serpent.

Je vous rappelle que « cosmos », ça vient du sumérien Kusmus, qui veut dire « la peau de serpent ». Donc incarner sur terre, sur les plans visibles, des monuments architecturaux de forme précise, et surtout si ça reproduit des constellations, c’est destiné à drainer, si je peux dire, des énergies, mais pas les énergies ou la vibration que vous connaissez, mais à drainer l’énergie mentale pour la faire cristalliser dans un but caché, et le plus souvent d’asservissement et d’enfermement. La question était quoi, parce que je me suis perdu.

… il y avait aussi un assemblage de triskèles.

Oui, l’assemblage des triskèles, là, je vois pas bien ce que ça vient faire là-dedans, de même que... ce qui est important, c’est le sens général, parce que là il y a une mer de détails, mais le plus important risque de pas être vu, et le plus important, c’est ce que décrit la personne dans ce rêve, elle est pas d’accord. C’est ça le plus important. Ça veut dire qu’elle a vu clair.

Maintenant je reviens à cette question, qui était ?

… quels éclairages pouvez-vous apporter à ce rêve ?

Ah ben je l’ai dit, je peux rien apporter de plus. Je croyais qu’il y avait eu une autre question. Excuse-moi.

Question : quel est le marqueur de l’Infinie Présence ? Quand on parle d’écran blanc, entend-on écran de Lumière Blanche ou écran vide ?

C’est bien écran blanc. L’écran vide, ça peut être soit le vide, soit l’Absolu. Mais attention, n’allez pas faire des phénomènes visuels la certitude de votre Infinie Présence ou de votre Absolu, parce que aujourd’hui, c’est pas une question de vision, même de vision du cœur comme parlait No Eyes. C’est pas la vision intérieure, c’est, cette fois-ci, l’absence de vision. La seule vision possible au sein de l’Infinie Présence, c’est pas des formes, c’est la Lumière Blanche. Maintenant les Théophanies, je l’ai déjà dit, y a pas de visions. C’est un état de Joie, de Félicité et de béatitude qui ne dépend d’aucune vison, d’aucune forme ou d’aucune conscience.

Donc le marqueur, c’est pas ce qui se vit au moment où tu le vis, c’est surtout, à ton retour au sein de l’éphémère, comment tu es. Est-ce que la Joie est là ? Est-ce que le mental est là ? Est-ce qu’y a des émotions ? Est-ce qu’y a des colères ? Est-ce qu’y a des dénis ? Est-ce qu’y a des fatigues ou est-ce qu’y a la plénitude de la Joie du cœur ? Donc c’est très simple, il faut plus vous gargariser de mots, même si nous, nous avons employé beaucoup de mots parce qu’il fallait pénétrer dans votre mental. Mais maintenant y a plus d’alibi possible à travers les mots. Vous êtes en joie ou vous n’êtes pas en joie. Et ça, pas uniquement dans les Théophanies, mais dans la vie la plus ordinaire. Est-ce que votre humeur est régulière ? Est-ce que tout vous semble facile ? Est-ce que le corps fonctionne quel que soit son âge, sans altérer votre conscience, même avec une douleur, ou pas.

Y a pas de meilleur témoin que votre comportement de tous les jours. Parce que si vous pensez que vous allez pouvoir vivre des Théophanies exceptionnelles avec le Christ, avec le Soleil, et après revenir dans la personne et continuer vos petites affaires, vous vous trompez lourdement. C’est fini. Entendez bien ce que je vous dis. Vous ne pouvez plus tricher, ou alors ça sera à votre détriment et vous allez le voir extrêmement vite, je l’ai dit, durant ce mois de juin, et Pentecôte n’est pas loin. Ça ne sert à rien, en plus, de tricher, ça ne sert à rien de se mentir à soi-même, si ce n’est à s’éloigner de la Vérité. Ça ne sert à rien de coller à son ressentiment, à sa colère ou à ses émotions. La Théophanie vous montre justement cela, avec une acuité certainement beaucoup plus grande qu’avec l’activation des Étoiles, des Portes, ou encore l’Onde de Vie ou le Canal Marial. Parce que là vous dépassez toute notion d’identification de la conscience au sein d’une forme, la vôtre, ou d’une entité, même la plus lumineuse. Vous sortez réellement… c’est une préparation intense à l’Appel de Marie, c’est-à-dire au Serment et à la Promesse et au retour à ce que vous êtes durant trois jours, et à votre résurrection.

Mais c’est plus l’heure maintenant de tergiverser, de changer une assignation, c’est l’heure d’être vrais avec vous-mêmes et avec tout le reste. Si vous n’êtes pas vrais, comment voulez-vous vivre le cœur ? Et quand je dis vivre le cœur, c’est pas seulement le cœur en feu que certains ont vécu avec le Soi, c’est surtout cette Paix que vous constatez à chaque minute de votre vie. Le mental, même s’il est nécessaire, ne vient plus vous embêter. Les émotions, elles passent, elles ne cristallisent pas et elles ne peuvent pas rester. Le corps, il se restaure lui-même ou en tout cas, s’il ne se restaure pas, votre conscience n’est plus affectée par quelque douleur que ce soit. Là est le cœur. Tout le reste c’était de la pédagogie, c’était des mécanismes de la conscience, vibratoires, que nous avons accompagnés en vous donnant des éléments pour vous repérer.

Mais aujourd’hui, y a plus de faux-semblants. Vous avez des frères et des sœurs qui vivent, qui ont vécu les vibrations, et comme je l’ai dit tout au début, qui se retrouvent dans la colère ou dans le déni, ou dans quelque chose qui n’est pas la Joie. Comment est-ce possible? Ça rejoint ce que j’avais expliqué pour ceux qui s’étaient approprié, dans l’orgueil spirituel, le Soi. Vous devez voir ça, c’est pas un effort, c’est là aussi un relâchement. Arrêtez de tenir ce à quoi vous tenez. Lâcher ne veut pas dire fuir mais faire face, non pas pour s’opposer mais pour être traversé. Il n’y a pas d’autre façon d’être dans cette Joie qui ne dépend d’aucune cause, y en a pas d’autre. Vous pourrez vous raconter toutes les histoires que vous voulez, mais rappelez-vous que vu l’éclairage de la Lumière et vu votre propre éclairage éternel, vous ne pourrez plus utiliser des faux-semblants.

Vous ne pourrez plus vous interroger, parce que la Joie du cœur est quelque chose qui est tellement évident, comme l’Absolu pour celui qui a été libéré vivant, qui ne peut plus être leurré par quelque histoire que ce soit ou quelque personne que ce soit. Il a réalisé qu’il n’est pas de ce monde et que ce monde est un décor de pacotille. Mais celui qui ne l’a pas vu, bah il peut pas y croire, bien sûr, puisque sa conscience y est insérée. Donc la Joie est le marqueur de votre Liberté. Donc c’est à vous de regarder honnêtement : est-ce que vous êtes en joie au premier réveil du matin jusqu’à votre dernière respiration consciente avant de dormir, quoi qu’il vous arrive ? Sans ça vous vous mentez à vous-mêmes.

Si vous êtes en train de chercher des dates, si vous êtes en train de chercher à contrôler quelque chose, vous n’êtes pas dans la spontanéité ni dans la Joie, et vous allez le sentir. C’est pas un jugement, parce que quand vous êtes dans la Joie de la Théophanie du cœur, quelle que soit l’intensité que vous ayez vécu, vous savez que c’est vrai, quand vous le vivez. Y a une telle évidence. Et quand vous en sortez, ça sera aussi évident que vous en êtes sortis. À partir de là, y a que vous, si je peux dire, qui peut se rectifier, y a que vous qui pouvez vous rectifier. Vous pouvez pas avoir une question pour savoir où vous êtes, puisque justement, dans un cas vous êtes dans le cœur, c‘est-à-dire que vous êtes en Joie, quoi qu’il arrive, et dans l’autre cas vous êtes dans la personne avec ses contrariétés.

C’est une question d’observation quotidienne, c’est pas une dissertation mentale ou une cogitation, ou mes réponses, qui vont vous donner la réponse, c’est l’état de votre cœur. Si vous êtes dans le cœur, vous n’avez pas besoin de morale, vous n’avez pas besoin de règles sociales, vous êtes vrais tout le temps. Par contre dès que vous sortez de cette vérité, eh ben y a plus la Joie et là vous vous retrouvez orphelins de la Joie, et ça crée un choc, bien sûr. Parce que vous voyez – vous vivez – maintenant la différence entre le cœur et ce qui est un succédané du cœur, élaboré par la personne.

C’est votre meilleure garantie d’être au Cœur du Cœur, et certainement pas des visions ou de savoir si c’est un écran blanc ou de la Lumière Blanche. Vous cherchez, remarquez, à travers les questions, à vous raccrocher à vos expériences vécues. C’est fini ça, vous êtes vrais ou vous n’êtes pas vrais. Et c’est à vous de corriger ça, nous ne pouvons pas le corriger. C’est votre liberté et voulez-vous être libres ? Sans condition ou avec condition? Vous allez le voir et vous le voyez, même si vous le refusez, dans votre vie. Vous voyez bien les journées où vous avez passé dans le cœur comme on dit, c’est-à-dire dans la Joie, quoi qu’il arrive, et d’autres jours où vous pensiez être dans la Joie, dans la Paix et le Silence, où une simple voix va vous faire sortir de cet état. Qu’est-ce que c’était que ce cœur-là ? Un cœur de pacotille.

Réfléchissez bien au sens de mes mots parce que là, maintenant, y a plus d’erreur possible. Aucune erreur n’est possible ; l’erreur, elle vient toujours de la personne, pas de votre Joie et de votre Cœur, de votre Éternité, si vous préférez. Alors bien sûr, comme je l’ai dit, il va y avoir des ultimes réajustements de votre corps et de votre conscience éphémère – si l’Appel de Marie ne survient pas avant – durant ce mois de juin. Alors profitez de ces heures, ou de ces jours, ou de ces semaines, ou de ces mois, pour vraiment vivre la Joie, parce que si vivez le cœur et qu’après vous en sortez selon vos convenances personnelles, ça prouve quoi ? Que vous vous mentez, vous trichez. C’est pas une critique ni un jugement, c’est un état de fait.

Vous n’êtes plus dans l’époque de l’Onde de Vie qui créait des Libérés Vivants, vous êtes l’Éternité ou pas, ici même, dans cet éphémère, dans ce corps, dans votre vie, quel que soit votre âge, quels que soient vos problèmes. Parce que si vous dépendez d’un problème, il est où votre cœur, là ? Vous en avez fait l’expérience mais il est pas stabilisé, il est pas émergent au sein de ce monde. Mais encore une fois, y a pas de punitions. C’est justement des opportunités, encore une fois, exceptionnelles, qui vous sont données pour vivre la Grâce. Mais vous allez constater que c’est l’un ou l’autre. Je disais à l’époque, dans d’autres circonstances, que c’était tournicoti-tournicota, avoir le c-- entre deux chaises, jusqu’à temps que vous aviez constaté qu’il y avait ni chaises ni c--.

Aujourd’hui tout ce qui se déroule sur l’écran de la conscience n’est qu’une parodie, un jeu si vous préférez. La vraie Joie ne peut pas venir de la conscience. La Joie éternelle, la Félicité telle que vous l’a décrit Ma Ananda, ou d’autres comme Gemma, est uniquement vivable si la personne n’est plus là. Bien sûr le corps, il est là, mais qu’il y a une espèce de acceptation, d’acquiescement total à la Lumière, sans aucune restriction, sans aucune condition préalable, quel que soit votre âge, quelles que soient vos croyances ou pas, et quelles que soient vos certitudes. Donc c’est très simple en définitive. Il vous faut maintenant… bien sûr vous avez des frères et des sœurs qui découvrent les Étoiles, les Portes, tous les jours, et ça les rassure, mais vous qui avez vécu tout ça, pour certains d’entre vous depuis longtemps maintenant, vous êtes la Joie, et si vous n’êtes pas la Joie, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que vous êtes faux quelque part.

Et je dis pas par expériences, je parle d’un état qui dure vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ça veut pas dire être un légume, ça veut pas dire ne pas réagir, mais ne pas être emportés par les réactions, par le mental ou par la personne. C’est comme ça que vous vous voyez et c’est comme ça que tous vos frères et sœurs incarnés vous voient. Vous avez beau dire, prendre quelqu’un dans vos bras et dire « je suis dans l’amour», mais l’autre, il va sentir si vous êtes dans la Joie ou pas. Vous n’êtes plus dans les concepts, vous n’êtes plus dans les vibrations, même si elles sont présentes. La source de la béatitude et de la Félicité, c’est pas la conscience, c’est la A-conscience comme disait Bidi, or la Joie est le témoin indéfectible de la Liberté. Je précise : quoi qu’il arrive à votre corps, quoi qu’il arrive à votre vie.

Si vous ne le vivez pas encore, j’espère que vous aurez le temps de le vivre durant ce mois de juin, contraints et forcés – par votre Éternité, pas par la Lumière. La Lumière vous laisse libres, mais vous ne pouvez pas être en joie si vous n’avez pas laissé la Lumière libre d’être totalement en vous, d’être ce que vous êtes, en définitive. Et là je vous préviens, je vous ai déjà prévenus depuis de nombreux mois, vous ne pouvez plus tricher, ou alors vous allez voir votre corps se désagréger et vous allez voir votre conscience vous jouer des gros tours. Retenez bien ça, la chose que vous avez à vous demander, c’est pas de savoir si vous êtes alignés, si vous faites bien vos Théophanies, si vous faites bien vos protocoles quels qu’ils soient, ou si vous êtes humbles quand vous vous adressez aux autres ou quand vous évitez de penser et de juger.

C’est déjà très bien mais si vous êtes vrais, la Joie du cœur elle est là, la Félicité elle est là ; si vous n’êtes pas vrais, y a pas de Félicité, c’est aussi simple que cela maintenant. Voyez, ça évitera les interrogations, « où est-ce que je suis ? », « où j’en suis ? », « qu’est-ce que je vis ? » Il y a la Joie, la Félicité, ou il n’y a pas la Félicité. Ça va devenir extrêmement simple et parfois extrêmement compliqué pour celui qui est dans la personne. Mais ça, nous vous avons progressivement prévenus, en sachant encore une fois que même tout ce qui peut vous sembler gênant aujourd’hui, si vous avez vécu l’une des vibrations, ou l’une des Couronnes, vous êtes sûrs qu’au moment de l’Appel de Marie, vous serez libérés sans aucune difficulté. Mais ça sert à rien de vous promettre 132 jours de galère de plus ; vous avez assez souffert, me semble-t-il, nous avons tous souffert sur ce monde.

Je vous rappelle que la souffrance est inconcevable, même en 3D unifiée. Donc êtes-vous dans la douleur quelque part ou êtes-vous dans la Joie ? Vous avez pas besoin de vous poser la question. Soit vous êtes dans la félicité, et c’est pas une Félicité que vous allez acquérir par une méditation ou par une vibration, c’est le marqueur que vous êtes la Lumière, vous êtes le Christ, vous êtes Ki-Ris-Ti. De la même façon que vous sentirez, si ce n’est pas déjà le cas, que dans certains cas les mots sortent de vous sans que vous y pensiez. Vous arrivez même à vous demander qui pense ou qui parle. Ça, c’est la Joie du cœur. Et puis des moments vous vous apercevrez aussi que vous jouez des conventions relationnelles ou sociales. Quelqu’un va vous demander : « Vous allez bien ? ». Vous allez faire un grand sourire en disant : « Tout va bien », le prendre dans vos bras, alors que vous savez pertinemment que vous êtes en souffrance. Elle est où la Joie là-dedans ? Ça, ça s’appelle tricher.

Et ne me parlez pas des conventions sociales, morales, relationnelles ou affectives. C’est vous qui êtes concernés, c’est pas la relation à l’autre de se présenter sous le meilleur jour, puisque l’autre, de toute façon, si il est éveillé aussi, il a pas besoin que vous manifestiez quoi que ce soit parce qu’il sait la vérité instantanément, il a même pas besoin de se poser la question. Alors à vous de savoir si vous voulez continuer à jouer à poker menteur ou à étaler la vérité. Si vous voulez vivre la Félicité, vous devez être vrais du matin au soir. La Vérité, d’ailleurs, pour ceux qui vivent ces Théophanies spontanées maintenant, ou qui ont vécu l’Onde de Vie à l’époque, elle ne peut pas souffrir d’écart, parce que sinon, ça met le frère ou la sœur qui fait cet écart dans un état très mal.

Donc c’est vous avec vous-mêmes, même si y a Marie, même si y a Uriel qui est maintenant là, qui est à l’œuvre, c’est en vous en premier. Mais vous constaterez de plus en plus aisément que vous ne pourrez plus jouer si je peux dire, sur les deux tableaux, sinon vous aurez des atteintes comme je l’ai dit, au niveau de votre conscience ou au niveau corporel. Alors c’est pas la peine de chercher midi à quatorze heures et de dire « c’est la faute du diable », « c’est la faute de l’autre ». Non, vous êtes unique responsable : c’est vous. Vous ne pouvez pas maintenir la triade infernale de dire : « c’est la faute de l’autre », saisissez bien ça.

D’ailleurs vous avez le marqueur du cœur, et là je parle de la Joie, je parle pas de la vibration de la Couronne Ascensionnelle ou du Feu Igné qui est dans tout le corps, je parle simplement, la conscience qui est en Joie sans chercher quelque explication. Cette Joie-là ne peut être aucunement superposable aux joies ou aux plaisirs de ce monde. C’est la Félicité spirituelle, c’est la béatitude. Alors bien sûr, pour celui qui est dans l’ego, la béatitude, c’est celui qui est plus sur terre, mais c’est faux, c’est eux qui y sont pas, dans la Vérité et dans le cœur. Est-ce que vous croyez que celui qui vit la Félicité de l’extase, joue ? Regardez Ma Ananda Moyi, regardez Gemma. Ils sont vrais, ils ne jouent plus.

Alors à vous de voir. Voulez-vous jouer ou voulez-vous être vrais ? C’est-à-dire vous êtes en joie ou vous n’êtes pas en joie ? Soyez très fins dans l’observation de vous-mêmes, non pas pour cogiter mais pour bien voir. Regardez votre journée le soir, en revue ; je crois que Maître RAM en avait parlé avant ou au tout début des Noces Célestes, c’était l’examen de conscience. Passez votre journée en revue, non pas pour vous juger, non pas pour corriger, mais pour bien voir quand est-ce que vous étiez en joie, quand est-ce que la Joie a disparu, quand est-ce que vous étiez en colère et qu’est-ce qui s’est passé à ce moment-là.

Le Libéré, celui qui vit la Théophanie spontanée, est dans cette Félicité, quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, c’est-à-dire que même s’il voulait en sortir pour retourner dans la personne et agir contrairement au cœur et à l’Amour, il ne peut tout simplement pas, même si il le veut. Parce que la Joie et la Félicité est telle qu’il ne peut pas envisager une seconde de quitter cela, c’est même pas imaginable. Alors que pour celui qui vit les Théophanies, qui vit pas encore les Théophanies spontanées mais des Théophanies magnifiques avec le Christ, avec Marie, avec le Soleil, avec Uriel, avec un frère, et puis vous allez vous apercevoir que quand vous sortez de la Théophanie, vous avez du ressentiment, pour d’autres raisons hein, vous allez avoir des colères, vous allez avoir le mental, des douleurs. Ça prouve simplement que vous n’êtes pas dans le cœur.

Le cœur, c’est pas une attitude mentale, le meilleur marqueur aujourd’hui, c’est cette Félicité. Et si vous vous posez la question de la Félicité, c’est que vous ne l’avez pas vécue. Il suffit de vivre une fois cette Félicité, c’est pas comme l’Onde de Vie si vous voulez, qui devait franchir certains niveaux pour ressortir par le haut. Certains se sont arrêtés sur les deux premiers chakras, d’autres au cœur, c’est pas grave. Mais là, y a pas tout ça. C’est très simple, je le répète, Félicité ou pas. Si le moindre évènement de votre vie vous fait sortir de la Félicité, ça veut dire que vous n’êtes pas dans le cœur définitivement. Vous savez ce qu’est le cœur, mais y a encore une distance.

Et c’est pas un effort. Ne pensez pas qu’il faille faire des efforts pour contrôler ses mots ou contrôler ses pensées. Non, c’est exactement l’inverse, ne rien refréner de ce qui vient du cœur, ne pas mettre d’écran, ne pas transformer les choses. C’est être vrais, être spontanés, c’est l’humilité, la simplicité, la Voie de l’Enfance, tout ce qui vous avait été expliqué au préalable, l’année dernière.

Autre question.

Question : lors d’une Théophanie avec un chef d’état…

Quelle idée…

… un bouc blanc avec deux cornes s’est présenté à moi en vision intérieure. Que pouvez-vous en dire ?

Je peux en dire certaines choses. On vous a dit que vous pouviez réaliser des Théophanies avec ce que vous voulez, n’est-ce pas ? Mais si vous vous mettez à choisir Yaldébaoth, des monstres infernaux et des chefs d’état qui n’en sont pas loin parce qu’ils sont possédés, ils sont chapeautés par ces êtres adverses… Rappelez-vous ce que je disais sur les religions sans exception. Même un prophète qui reçoit une vraie révélation va être très rapidement falsifié par Satan, par Yaldé, c’est constant, et ça a toujours été comme ça. Donc ça veut dire quoi ? Que plus vous êtes spontanés, plus vous êtes vrais, plus vous êtes dans la Félicité, moins y a de prise pour l’illusion.

Alors maintenant, revenons à ces chefs d’état. Vous vous doutez bien que ce que vous nommez chef d’état, même si c’est vous qui croyez les élire, ce ne sont que des guignols qui ne font que obéir à une main invisible, sans aucune exception, dans aucun pays de cette planète à l’heure actuelle. Donc tout est contrôlé. Vous croyez choisir, mais pas du tout. On vous fait croire que vous avez choisi, on vous fait croire que vous avez nommé telle personne plutôt que telle autre personne, mais entre l‘une et l’autre des personnes, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. C’est-à-dire, ce sont des êtres qui sont soumis. Ils sont soumis aux forces obscures et il n’y a aucune exception à cette règle.

Celui qui cherche le pouvoir, que ce soit le pouvoir dans le couple, que ce soit le fait d’être élu politique, a nécessairement vendu son âme au diable, et je ne plaisante pas, surtout aujourd’hui. Je n’aurais pas dit ça quand j’étais incarné, parce qu’il y avait encore des valeurs honnêtes et vous en avez connus, dans certains pays, je vais pas revenir sur l’histoire, mais dans les années 60, 70, vous aviez encore une certaine forme d’intégrité. C’est fini. Tous ceux qui se dirigent vers ces postes d’asservissement, de contrôle et de pouvoir, sous prétexte d’humanisme ou de gouvernement… mais depuis quand l’être humain libre a besoin d’un gouvernant ou d’un gouverneur ?

Donc les êtres qui sont amenés sur ces voies-là sont nécessairement soumis à une main invisible, parfois en personne, c’est-à-dire ils sont chapeautés ou possédés. Donc si tu réalises une Théophanie avec un chef d’état quel qu’il soit, soit il se passe rien, soit la Théophanie ne fonctionne pas et tu sens le retour, comme j’ai expliqué, par ta tête l’énergie te revient, soit tu vas avoir des choses un peu spéciales comme ce que tu décris là, c’est-à-dire que le chef d’état auquel tu as adressé une Théophanie, tu as dérangé le bouc, c’est-à-dire tu as dérangé une des images de Yaldébaoth qui est venu te voir pour qui a eu l’affront de lui envoyer de l’Amour. Mais il ne peut rien contre toi, mais ça te prouve simplement que ce chef d’état, et comme tous les autres chefs d’état, sont sous la possession de Yaldébaoth.

Vous le savez très bien, vous voyez bien les mensonges qui s’étalent sur vos écrans toute la journée. Vous voyez bien la falsification, elle est très éclairée maintenant. Même ceux qui ne croient en rien, la voient. C’est l’éclairage de la Lumière. Donc le bouc qui est revenu, c’est simplement Yaldébaoth en personne qui est venu voir qui s’amusait à lui envoyer de l’Amour. Et d’ailleurs, tu n’as pas dû avoir, je dirais, de conséquences, tu n’as pas après été parasité ni rien, c’est une vision éclairante. Mais Yaldébaoth est réellement venu.

D’ailleurs vous allez voir, quand je dis que vous allez voir de plus en plus l’invisible, vous voyez déjà pour vous-mêmes, la nuit, quand vous avez des visiteurs qui viennent vous rendre visite. Mais vous allez voir, chez tous les frères et les sœurs, si ils sont accompagnés de leur ange gardien ou d’un démon. Pas pour juger, pas pour condamner, mais pour voir et traverser cela, parce que ce sont des jeux de scènes de théâtre, rien de plus, pour celui qui est dans la Félicité. Nous vous avons toujours dit que la porte de sortie était le cœur, qu’il n’y en avait pas d’autre.

Alors bien sûr, nous savons que nous avons énormément de frères et de sœurs qui se nourrissent de ce que nous donnons, intellectuellement ou vibratoirement, mais c’est pas suffisant ça. Devenez vous-mêmes votre propre nourriture. Montrez-vous à vous-mêmes que vous êtes libres et autonomes, et surtout dans la Félicité. N’oubliez pas que la transsubstantiation qui vient, le passage de la chenille au papillon, n’offre aucune solution de continuité avec l’ancien. Aucune. D’ailleurs nous sommes les seuls à vous le dire. C’est pas les maîtres ascensionnés qui pouvaient vous parler comme ça. Ils vous parlaient de l’âme, ils vous parlaient de comprendre les lois de ce monde, mais aucune compréhension d’aucune loi de ce monde ne vous fera accéder à la Vérité.

Jophiel, l’Archange, l’avait très largement explicité ; je vous renvoie à cette année-là, avant les Noces Célestes. Relisez ce qui a été dit. Mais vous savez, y a rien de pire que soit l’humain qui est soumis à des influences, comme je disais, par exemple reptiliennes, où il n’a pas la capacité de voir, ou encore d’être soumis au mensonge que nous pratiquons tous quand nous sommes incarnés, dans différentes occasions. Aujourd’hui, c’est plus la même époque, vous ne pouvez plus vous mentir à vous-mêmes et à l’autre, plus du tout.

Et le seul mot, Joie ou pas Joie, ou si vous préférez, Félicité et Extase ou pas Félicité et Extase, quelque chose qui se passe là dans la poitrine. Si ça se passe pas, ne culpabilisez pas, ça veut dire simplement que vous êtes encore inscrits dans la personne. Et rassurez-vous en vous disant que vous avez peut-être vécu la vibration ou le Feu du Cœur, ou la Couronne de la tête, ou l’Onde de Vie, à un moment donné et que ça, nous vous l’avons toujours dit, c’est le garant de votre liberté. Mais je pense qu’il est quand même plus souhaitable pour nombre d’entre vous, de réaliser cela avant l’Appel de Marie, pour être tranquilles durant ces 132 jours si je peux dire. À moins que vous ayez déjà disparu avant, hein. Mais encore une fois, vous êtes libres de vous placer où vous voulez, mais c’est pas votre personne qui décide. Soit vous considérer que vous êtes sous le libre-arbitre, action-réaction, soit vous considérez que vous êtes dans l’action de Grâce. C’est pareil pour ça, pour la Félicité du cœur, la Félicité de qui vous êtes.

Allez, autre question.

Question : lors des Théophanies, je sens légèrement le cœur et ensuite le son de l’univers remplit tout et fait danser toutes les cellules de mon corps. Est-ce bien la Théophanie que je vis, car par ailleurs, le son et la danse des cellules sont là dès que je rentre en profondeur, hors Théophanie ?

Oui, même en Théophanie, qu’est-ce qui va se passer ? Vous allez constater pour beaucoup d’entre vous qui avez vécu quelques Théophanies ou d’innombrables Théophanies, que quand vous allez vous allonger pour dormir, vous allez sentir une ondulation ou un crépitement, enfin les mots sont différents selon chacun mais c’est le même processus qui est à l’œuvre, qui s’apparente aux Théophanies effectivement. Si vous êtes attentifs à votre endormissement, si vous faites la sieste l’après-midi, par exemple, vous allez sentir, avant de vous endormir, soit des vibrations, soit des pulsations, soit des ondulations, soit ce que cette sœur décrit, c’est-à-dire ce pétillement des cellules, c’est le Feu Igné.

Mais encore une fois, je te précise et je te reprécise que la seule certitude, c’est pas que je te le dise, c’est : « Es-tu en Félicité ou pas ? » La réponse, elle est là. Si tu es en Félicité toute la journée, tu es en Théophanie perpétuelle. Si par contre quand tu reviens à l’état normal de personne, donc en dehors des vibrations et des pétillements de tes cellules et de la perception du cœur, si t’es plus dans la Félicité, eh bien tu es encore dans le processus alchimique du Feu Igné mais pas dans la Théophanie à proprement parler. La Théophanie, au-delà de toute analyse de vos sensations et de vos perceptions, est réelle, totale et accomplie quand vous demeurez dans cette Félicité, dans cette Béatitude, dans cette Joie.

Mais le mot Joie me gêne un peu parce que vous avez tendance, même inconsciemment, vous allez avoir tendance à rapprocher ça aux joies que vous connaissez. Si j’emploie le mot Félicité ou Béatitude, c’est parce que vous vous doutez bien que ça peut pas être assimilé à la joie, même avec un grand J, c’est plus discriminant. Et cette Félicité, il vous suffit de le vivre une fois pour savoir ce que c’est, hein, c’est comme la Théophanie ou la vibration des Couronnes.

Mais n’oubliez pas, à travers ce que je dis, encore une fois gardez ça très présent, ce n’est pas un effort, ce n’est pas un travail, c’est une crucifixion, votre résurrection. C’est « Père, je remets mon Esprit entre tes mains ». Je ne dirige plus rien. Bien sûr quand j’ai besoin de ma personne pour contrôler mon compte en banque, c’est pas la Lumière qui va le faire, mais en ce qui concerne ce qui est directement lié à la Lumière, c’est la Félicité. Et dans cette Félicité-là, vous constaterez, si elle s’installe, si c’est pas déjà fait, que le mental ne peut plus prendre le devant, que les émotions ne peuvent plus vous entraîner à une réaction, que le corps, même s’il est douloureux, ne peut plus altérer votre conscience. Là vous êtes libérés vivants, au même titre que Ma Ananda Moyi.

Alors y a-t-il d’autres questions par rapport à cela parce que c’est très important cette notion de Félicité et de Joie.

… Il est l’heure.

Quoi, j’ai déjà fini mon temps ? Alors je reviendrai, bien sûr, le dernier jour, hein, c’est tout pour moi cette fois-ci.

Alors nous écoutons une petite dernière.

Question : il y a une tête de bouc accrochée dans cette pièce, cela pourrait-il être une caméra, un observateur ou autre ?

Mais quel observateur peut tenir devant la Lumière ? Même Yaldébaoth, il est obligé de courir et de s’enfuir. Tu plaisantes, je crois. Est-ce qu’une énergie, même polluée, et même si y avait un Archonte dans cette pièce, vous croyez que ça me gênerait et que ça vous gênerait ? Celui qui est dans la Félicité ne peut même pas être dérangé.

… mais ça pourrait être une tentative…

C’est pas parce qu’il y a une question sur le bouc qu’il faut voir une tête empaillée comme porteur de je ne sais quoi. Là, la question a bien été à propos d’une vision intérieure de ce bouc, mais ne faites pas porter aux objets, vous imaginez les pauvres chèvres et les pauvres boucs, tout le poids qu’ils portent depuis ces millénaires. Bon d’accord ça sent pas très bon, le bouc, mais quand même.

Alors je vous transmets toutes mes bénédictions, mais avant de me retirer, avant même les bénédictions, je vous précise donc que je reviendrai le dernier jour, le dernier jour pour nous ici, et que entre-temps vous aurez bien sûr Christ, Marie et Mikaël, toujours dans la même séquence, comme les deux derniers mois, et qu’après vous aurez des précisions qui seront apportées sur ce que j’ai commencé à évoquer à travers vos questions, concernant cette Félicité, cette Béatitude et ce Cœur, par certaines sœurs Étoiles mais aussi par certains Anciens.

Et bien sûr vous aurez toujours un ou deux intervenants adaptés correspondant aux peuples de la nature et en particulier certains émissaires de peuples de la nature qui vous sont encore inconnus. La dernière fois, vous avez eu une fée, mais y a d’innombrables peuples de la nature, vous savez. Et vous en avez d’autres qui vous sont encore totalement invisibles, sauf pour certains. Nous parlerons donc de ça, pas moi mais ces peuples-là viendront vous parler aussi.

Sur ce, je vous transmets toutes mes bénédictions, je vous souhaite la plus belle des Félicités, le plus grand des Amours magnifiés. Et je vous aime, et je vous dis, à très bientôt.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Jeu 22 Juin - 15:55 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


O.M. AÏVANHOV

Questions/Réponses 3



Eh bien chers amis, je suis extrêmement content de pouvoir faire la clôture, n’est-ce-pas ? Comme vous le voyez déjà depuis longtemps, je suis toujours là au début et à la fin, afin de vous aider à mieux préparer, si je peux dire, et vivre, tout ce qui vous a été donné, et que vous vivez d’ailleurs déjà peut-être. Alors nous allons commencer par faire un moment de silence, afin de vivre une Théophanie tous ensemble, mais très rapide, hein, parce que je pense que vous avez beaucoup de questions.

… Silence…

Eh bien dans cette atmosphère-là, nous allons écouter vos premières questions.

Question : concernant les âmes humaines incarnées et éveillées sur ce plan en ces temps, leur positionnement dans le Cœur du Cœur permet-il à la Lumière authentique de descendre afin de faire basculer les nœuds et lignes temporelles de cette matrice ?

Alors, sur le plan purement mécanique, ceci est vrai dès l’instant où vous avez reçu la triple radiation qui active la Couronne de la tête. Bien sûr j’avais dit, et ça a été répété à d’innombrables reprises, que une fois que l’énergie était perçue dans la tête, elle devait descendre, bien sûr, et parcourir tout le corps au moins jusqu’au sacrum. Mais bien sûr, la certitude de la Libération est effectivement reliée à une activation de Couronne, quelle qu’elle soit. Vous savez aussi que quelles que soient les Couronnes, que vous ayez vécu le Soi ou que vous ayez rien vécu, ne change rien à la finalité ; vous le savez, depuis toujours, je ne vous ai pas caché cela.

Ce qui est important, c’est de comprendre que c’est juste… les différences, elles se font dans la période que vous vivez. C’est-à-dire vous n’êtes plus dans les ajustements, l’assignation vibrale, la possibilité, comme je disais, de faire appel, mais vous êtes devant l’évidence de ce que vous êtes en conscience. Et cette évidence que vous êtes résulte, je dirais, du degré de propagation de la Lumière jusqu’au Cœur du Cœur. Mais bien sûr, et vous le voyez vous-mêmes, que avoir les vibrations sur toutes les Couronnes fait de vous quelqu’un qui a vécu soit l’Infinie Présence, soit qui est Absolu, mais cela ne vous préserve pas de ce que nous avons nommé les habitudes, parce que les habitudes ne viennent pas des mémoires d’enfermement, mais c’est simplement des répétitions que vous menez. Les habitudes les plus courantes, comme les habitudes spirituelles, que vous avez l’habitude de faire automatiquement, parce que c’est dans la présentation que vous avez adoptée, si je peux dire, dans votre conscience ordinaire.

Mais ça fait pas de différence. La seule différence, c’est quand ça fait mal dans le corps ou que ça fait mal dans la tête, parce que vous n’êtes pas encore stabilisés dans cette Félicité, cette Joie et dans le Cœur du Cœur, tout simplement. Mais le moment venu, et surtout si vous voyez, dans cette période, des choses qui vont crescendo depuis quelques mois – le début de l’année, mais de façon plus évidente depuis le mois de mars –, vous pouvez très bien avoir vécu une paix et un état de sérénité antérieur, et puis d’un coup, vous vous retrouvez avec des manifestations corporelles, émotionnelles et mentales qui semblent un peu déroutantes, dans la mesure où vous aviez vécu, réellement et concrètement, l’Infinie Présence et découvert, entre guillemets, l’Absolu.

Simplement, y rester au niveau de vos habitudes et non pas des mémoires seulement, mais bien plutôt ces habitudes qui n’ont pas été vues. Et c’est pour ça que le corps se manifestait parfois violemment, ou que vous avez parfois l’impression de revivre des scénarios – des scénarii, on dit, hein – qui se sont déjà produits dans le passé et qui vous semblaient résolus, si on peut dire. Ils sont résolus mais l’éclairage n’a pas été suffisant.

Donc quoi qu’il se produise, surtout si c’est violent, je dirais que c’est un bon signe, c’est-à-dire vous avez reçu la fessée et maintenant vous vous tenez sur vos gardes pour ne pas recevoir une autre fessée. C’était tout à fait le but voulu, c’est-à-dire vous faire sortir de vos dernières illusions et devenir un observateur très fin de ce qui se joue sur la scène de votre conscience et de votre vie, comme de votre corps d’ailleurs.

Donc aucune inquiétude à travers même des manifestations qui peuvent être perturbantes, en particulier au niveau du corps, parce que ces trucs, ces évènements qui peuvent subvenir à votre corps, ne sont que des moyens de rester tranquilles, c’est-à-dire de vous occuper de vos fesses, comme je disais, c’est-à-dire de soigner votre corps et de ne pas être dans les habitudes, tout simplement. Et c’est quelque chose qui est très, très efficace, bien sûr, et ça, vous ne le savez que quand vous en êtes sortis. Donc ne vous inquiétez pas, soignez-vous comme il faut, même si le corps est touché par l’interaction des résistances ou des habitudes et de la Lumière, et tout se passera à merveille. Voilà ce que je voulais dire.

Mais par rapport à ta question, il est clair que vivre le Cœur du Cœur doit aussi, non pas simplement être une expérience un jour ou l’autre, qui vous donne la certitude de la Libération à venir, mais vous devez aussi voir que malgré ce qui a été vécu, et j’ai déjà eu l’occasion d’en parler, vous aviez des frères et des sœurs qui vivaient le Soi à la perfection et qui sont retombés sous l’influence de l’ego ou de l’orgueil spirituel. Mais je vous ai expliqué pourquoi, ça a été dit cette semaine aussi, mais c’est surtout selon les habitudes. Et ces habitudes ne viennent pas de phénomènes mémoriels, c’est des habitudes courantes, mais qui sont dictées de manière totalement invisible par, soit votre origine stellaire, soit vos lignées, surtout quand cette origine ou ces lignées sont liées, de quelque façon que ce soit, à la notion de prédation. La prédation dans ce monde, bien sûr, qui est extrêmement néfaste.

Donc ce qui veut dire que vous avez des origines galactiques ou des lignées stellaires qui sont en rapport avec des mondes libres, mais où les comportements de ces frères et ces sœurs, parfois non humains, dans leur liberté, est de jouer à la prédation, mais y a jamais de prédation réelle. C’est par exemple tous les combats cérémoniels que font les Arcturiens, hein, mais vous avez d’autres peuples, comme les Végaliens, qui eux ne penseraient jamais à faire des joutes, comment dire, des combats, parce que d’abord ils n’ont pas la force, au niveau de la 3 D unifiée, pour faire comme font les Arcturiens ; ils n’ont pas la même constitution, même si c’est la même Liberté.

Bien sûr, la forme, quelle que soit la dimension où vous êtes, une forme détermine des fonctions. Par exemple, la civilisation des Triangles qui est au-delà de tout anthropomorphisme, n’est-ce-pas, c’est une forme rudimentaire, comme on dit, mais néanmoins, au niveau des Triangles, vous n’avez pas de prédation. Vous avez de la prédation même libre, si je peux m’exprimer ainsi, chez les Arcturiens, chez les insectoïdes, etc., etc., mais c’est pas du tout du tout la même prédation que celle qui est présente sur terre. Mais étant porteurs de cette lignée, bien évidemment cette lignée se trouve en résonance directe avec l’enfermement archontique, ce qui explique que les frères et les sœurs qui ont ces lignées prédatrices en eux, même si eux n’ont jamais participé à une prédation, c’est-à-dire d’enfermement de mondes, donne des comportements qui sont pas, sur ce monde, tout à fait en accord avec la Lumière Vibrale authentique.

Donc ce qui explique que même des frères et des sœurs qui vivraient le Soi depuis longtemps, qui ont découvert leur cœur, qui ont vécu, enlevé tous les voiles et ont vécu l’Absolu, peuvent se retrouver avec des petits soucis dans cette période. Mais c’est simplement lié à ces habitudes et la cause première, vous ne pouvez rien changer à cela, même en étant dans le cœur. C’est la période qui vous fait traverser ça afin de retrouver votre intégrité totale d’Éternité, n’est-ce-pas ? Et il faut garder la maison propre, et la maison se nettoie, tout simplement.

Donc bien sûr, tous les frères et les sœurs qui, en ce moment, vivent des choses difficiles, c’est pas parce qu’ils ont fait des fautes – dans certains cas oui, par rapport à la Lumière, mais c’est toujours pas grave –, mais c’est souvent lié à des origines ou des lignées qui ont participé, même si vous vous ne l’avez jamais fait, ou qui résonnent en tout cas, sur ce monde, avec la prédation de l’enfermement.

Mais même si c’est très spectaculaire dans les manifestations, ne vous inquiétez pas, et c’est justement l’accident, le traumatisme, la perturbation émotionnelle ou mentale qui va vous permettre de résoudre ce que vous ne pouvez comprendre, même si je vous le dis, ni même résoudre par vous-mêmes. Il faut que ces cercles d’habitudes, non pas pour vous puisque vous êtes libérés, mais dès l’instant où vous avez une Couronne qui est active, nous vous avions dit déjà à l’époque, après les Noces Célestes, que vous étiez des ancreurs de Lumière, pas pour vous mais pour l’ensemble de la Lumière qui est entrée en manifestation sur ce monde. Vous voyez, c’est très simple.

Alors, autre question.

Question : pouvez-vous approfondir l’esprit de précision concernant la tension à la Lumière ?

L’esprit de quoi ?

…de précision.

Qui c’est qui a employé ce mot d’esprit de précision ? Je sais pas ce que ça veut dire. L’Étoile Précision, mais l’esprit de précision, ça veut rien dire pour moi. Bon bref, disons, répète la question.

… pouvez-vous approfondir l’esprit de précision concernant la tension à la Lumière ?

Bah d’abord, c’est pas la tension vers la Lumière, c’est la tension vers l’Abandon, cette tension vers l’Éternité, vers l’Inconnu. Ensuite, esprit de précision, je vois pas trop bien ce que ça peut vouloir dire. Si la personne est présente, il faudrait qu’elle précise parce que… je vois pas, parce que l’esprit… y a l’Esprit du Soleil, l’Esprit de Vérité, mais l’esprit de précision… C’est peut-être la quintessence de l’Étoile Précision. Mais je peux pas répondre là, parce que je ne sais pas ce que veut dire cette personne.

… je ne sais pas si elle est présente ou pas.

Alors, on la passe pour l’instant, parce que je vois pas ce qui est demandé.

Question : mon fils s’est suicidé en 2007. Avant sa mort, il disait se sentir comme si on l’avait vidé à l’intérieur, organes, cerveau... Est-il possible qu’on ait pu attraper ou enfermer son âme ?

Si c’était avant les Noces Célestes, certainement pas. Il a suivi le circuit normal, si je peux dire, et y a toute chance qu’il soit déjà réincarné, puisque sa mort n’est pas survenue à partir du moment où nous avons accueilli personnellement toutes les âmes qui se libéraient de ce plan, en remplacement des Archontes. Mais avant 2009, non, il a suivi le schéma habituel. Et en cette période, il est préférable que toutes les âmes qui étaient en errance, si je peux dire, après leur mort, avant l’année 2009, ou 2010 pour certains, ont été poussées à se réincarner très vite.

Mais une fois que les Noces Célestes ont été réalisées, dans les mois qui ont suivi, nous interceptions, si je peux dire, toutes les âmes, avant que le scénario des Archontes leur joue leur pièce de théâtre là-haut dans l’astral. Et donc nous les avons préservés, en attendant qu’ils vivent, eux aussi, dans les structures éphémères, même si y a plus de corps physique et de corps éthérique, ils sont morts en emportant le corps astral, vous êtes d’accord, avant les Noces Célestes, donc nous les avons… pour la plupart, ils ont été réincarnés par les Archontes eux-mêmes mais aussi par nous, avant les Noces Célestes. Mais après les Noces Célestes, non, y avait plus de réincarnation.

Ceux qui descendent aujourd’hui sont tous ceux qui ont été chassés de l’astral par la dissolution de l’astral planétaire, mais aussi les Archontes, de leur côté, ne sont pas restés sans rien faire, les bras croisés, ils ont précipité des corps de synthèse, c’est-à-dire des sans-âmes. Toutes les fécondations qui se sont produites sur terre, excepté pour, je dirais… je peux pas vous donner de pourcentage parce qu’y a pas de précision à ce niveau-là, mais disons qu’une partie des enfants qui sont nés depuis 2009 sont des portails organiques, et une autre partie sont des êtres très, très lumineux et qui ont accepté le sacrifice de l’Éternité parce qu’ils savaient qu’ils n’auraient pas à être pris dans le piège, mais que leur présence en tant qu’enfant était extrêmement importante aussi, dans les processus de la Confédération Intergalactique de libération de la Terre. Donc, y a toute chance que cette personne qui s’est suicidée en 2007 soit, bien sûr, réincarnée.

… cet enfant sentait comme si on l’avait vidé dans son intérieur, organes, cerveau… N’y aurait-il pas eu une forme de prédation avant son suicide ?

Alors quand un être jeune se suicide, surtout quand ça survient dans la période après l’adolescence, dans la période, vous savez, où peuvent se situer les délires qui sont liés à certaines maladies graves, là effectivement certains êtres, avant de se suicider, sentent ce vide. Ça veut pas dire qu’ils ont un Archonte, ça veut dire que leur âme s’était déjà retirée. Le vide vient de là, c’est pas une possession.

Et n’oubliez pas que votre point de vue et notre point de vue, quand on est incarnés, la mort, c’est un drame, mais pour celui qui meurt, c’est absolument pas un drame. Le seul drame, c’est pour celui qui est attaché à la forme ; et si c’est un enfant, c’est encore plus compréhensible. Mais pour celui qui décrit ce processus, chez les adultes jeunes, je sais pas quel âge avait ce jeune homme ou cette jeune fille, mais en tout cas – elle a dit fils, donc je pense que c’est un homme, mais je sais pas quel âge il avait. Mais, en tout cas, jamais un Archonte ou une entité négative ne va vous pousser au suicide, sans ça elle perd sa proie, elle perd sa nourriture. Elle n’a aucun intérêt à vous pousser au suicide ; le suicide vient de soi-même, mais en l’occurrence c’est pas toujours lié à un Archonte ou une possession. Ça peut être aussi l’âme qui a décidé de se retirer parce qu’elle était mal pour des raisons qui lui sont propres. Vous voyez la différence ?

Mais en tout cas, que ce suicide soit lié à un retrait de l’âme, c’est antérieur à 2009 et je peux te certifier que toutes les âmes qui sont décédées, enfin tous les corps qui sont décédés, les âmes sont déjà réincarnées, pour la plupart. C’est pas la même chose, encore une fois, depuis fin 2009 ou début de l’année 2010, où la plupart des âmes que nous récupérions étaient placées en léthargie dans nos vaisseaux, dans un de nos vaisseaux, jusqu’au moment de l’Appel de Marie, mais surtout du grille-planète final.

Autre question.

Question : pourquoi ce monde de 3ème dimension enfermée a-t-il autant asservi la femme ? Pourquoi a-t-il fallu attendre plus de 2000 ans pour être délivrés ?

Mais parce que les forces opposées à la Lumière, la prédation, ne veut pas reconnaître ce qu’est la femme, alors que c’est la femme qui est la créatrice, nous l’avons déjà dit. Y a pas de Dieu – Dieu, c’est le diable –, y a pas d’entité qui gouverne quoi que ce soit. Y a la Source qui donne sa Lumière, y a le principe qui est en amont de la Lumière, qui est d’où vient toute création de conscience, mais y a pas un personnage barbu qui se tiendrait quelque part – c’est la Source. C’est pour ça que nous avons supprimé ce terme de Dieu. Je vous ai toujours dit que Dieu et Diable, c’est la même chose, c’est la même entité. Alors bien sûr, quand j’étais vivant, on n’avait pas d’autre mot et on n’était pas nécessairement au courant de cela, parce qu’on l’avait pas vécu, mais aujourd’hui, c’est une certitude pour beaucoup d’entre vous, et tous les Anciens ont parfaitement compris et vécu cela, heureusement. Vous voyez ?

Et la question, c’était quoi ? J’ai dévié, comme d’habitude.

… pourquoi ce monde de 3ème dimension enfermée a-t-il autant asservi la femme ?

Parce que la femme est l’ennemie. La femme porte la vie, la femme porte la liberté. Elle est la co-créatrice de toutes les dimensions, pas uniquement les Maîtres généticiens, vous en avez d’autres. Dans l’histoire de la Terre, c’est les mères généticiennes, mais c’est toujours une polarité féminine qui s’exprime lors de la création d’un champ d’expérience de conscience.

… et pourquoi a-t-il fallu attendre 2000 ans pour…

Oh, c’est pas 10.000 ans.

… 2000 ans.

Ça fait 300.000 ans que ça dure.

… 2000 ans par rapport au moment où le Christ a été crucifié et où la Matrice Christique est venue sur terre.

Mais parce que y faut qu’y ait un changement d’orientation de la conscience éphémère vers l’Éternité, même sans le vivre, parce que sans ça, la souffrance de la personnalité est telle que y a des dégâts qui sont causés. Donc ça peut pas se faire, et c’est le principe même de l’enfermement archontique par ce vaisseau de ferraille, qui est de ne pas permettre une libération, sauf au moment où le Soleil est rétabli dans son unité, c’est-à-dire quand il retrouve son double, lui aussi. Comme vous, vous avez retrouvé votre double, c’est-à-dire soit le corps d’Êtreté ou le corps d’Êtreté lié à votre double monadique, c’est pareil.

Donc la femme a toujours été placée à l’écart dans ce monde, et pas seulement dans ce cycle-là. Bien sûr qu’en Atlantide, y avait peut-être plus de prêtresses, si je peux dire. Un peu comme à l’époque du christianisme, vous aviez encore certaines cultures où c’était les femmes qui officiaient. Par exemple vous avez, dans les berceaux de l’humanité, de cette civilisation qui est en Grèce, au bord de la Méditerranée, vous aviez des temples qui étaient tenus par les femmes. Aujourd’hui, les femmes, on vous les a enfermées dans des couvents.

Et d’ailleurs y en a d’autres qui les enferment à travers des vêtements. Et puis les femmes qui sont soi-disant libérées, en fait elles ont pris la polarité masculine mais elles n’assument pas du tout leur Féminin Sacré. Et la place de la femme est majeure, or les Dracos ont une fâcheuse tendance à considérer, même chez eux hein, les femmes, un peu comme du bétail. C’est leur conception. En tout cas pour ceux qui ont été falsifiés ou qui ont accepté l’enfermement, pas pour les autres, hein. Voilà, donc c’est… dans tous les systèmes enfermés – qui ont été enfermés, qui sont libérés –, toujours le rôle de la femme a été étouffé et relégué à la procréation ou alors à des tâches dites subalternes, mais jamais dans son rôle de prêtresse sacrée. S’il devait y avoir un Dieu, ça serait une femme, ça pourrait pas être un homme.

Question : quel est l’Évangile le plus fidèle dans la retranscription des paroles du Christ ?

Aucun de ceux que vous connaissez. Ça correspond surtout, je dirais, aux Évangiles apocryphes. Vous savez que le seul texte qui est vrai, à la virgule près, au niveau vibratoire et au niveau factuel, si vous voulez, c’est l’Apocalypse de Jean. Bien sûr, tout ce qui est paraboles et paroles du Christ est gardé à peu près authentique, mais toute l’articulation, même le descriptif de la vie a été, bien sûr, altéré. Même pas nécessairement par les Archontes. Vous savez très bien que quand y a une tradition orale et que s’écoule un certain temps, ce qui a été vécu est toujours transformé, parce que la mémoire, même si elle est parfaite, transforme toujours le factuel en fonction des sentiments, des émotions et des concepts.

Voilà, donc les Évangiles apocryphes sont beaucoup plus vrais, mais si vous voulez connaître la vérité de l’enfermement, il vous faut vous pencher – au-delà de votre vécu, si vous avez besoin de lire –, sur les écrits de Nag Hammadi, sur les écrits gnostiques par exemple, où là vous avez une grande vérité. Mais cette grande vérité est et restera toujours intellectuelle. Donc, vous avez des gnostiques qui sont devenus Illuminati, d’ailleurs, et les Illuminati viennent des gnostiques. Donc ils connaissaient intellectuellement la falsification, et ils ont cherché à résoudre cette falsification dans leur tête mais jamais ils ne vivront le cœur. C’est toute la différence.

Donc, ce que vous nommez les Illuminati, que moi je nomme les guignols, au départ c’était des êtres qui étaient des gnostiques, qui étaient au courant de l’enfermement, mais Yaldébaoth les a trompés en se faisant passer pour l’Archange Lucifer, rédempté en plus. Voilà pourquoi ils vouent un culte à Lucifer. Ils croient vouer un culte à Lucifer, mais le Lucifer rédempté, le « porteur de Lumière » qui n’enferme rien, et en fait c’est Yaldébaoth qui s’est substitué. Vous savez, ce sont des excellents imitateurs. Vous savez que certains d’entre eux, quand ils ont pris un corps, sont capables de prendre n’importe quelle apparence, même l’apparence de la Lumière. Donc le principe, il est à ce niveau-là.

Allez, on continue.

Question : il a été dit : tout ce qui a été lié sur cette terre sera délié sur cette terre…

C’est ce que vous faites en ce moment.

… et tout ce qui a été lié au Ciel sera délié au Ciel.

Oui, bien sûr.

… pouvez-vous nous éclairer ?

Alors ce qui est lié sur terre, vous le connaissez, c’est la loi de karma, d’action-réaction et de dualité. Et si, effectivement, c’est si long, comme vous dites, qu’il faut attendre le retour des vaisseaux Archontiques – la proximité de Nibiru aussi, c’est-à-dire du jumeau du Soleil –, pour déclencher les évènements qui doivent se déclencher, c’est-à-dire la Libération… ce n’est pas nous qui vous libérons, ce n’est que vous, à l’intérieur de vous-mêmes, mais pour libérer un système enfermé et non pas des individus, il faut certaines conditions préalables. L’ensemencement du Christ en fut un, les Noces Célestes et la descente de l’Esprit Saint, qui est bien antérieure, en furent d’autres. Et ce qui est lié sur terre doit être vu sur terre. Et important aussi, ce qui est noué au Ciel, c’est quoi ? C’est justement le principe d’enfermement.

C’est pour ça que le Christ a bien différencié ce qui est de la terre et ce qui du Ciel, ce qui est de l’éphémère et ce qui est de l’Éternité. C’est-à-dire que si vous êtes libérés maintenant, vous allez rire même des protocoles que vous avez faits, des cristaux que vous avez utilisés, de tout ce que nous avons dit. Oui mais il a bien fallu passer par là auparavant et trouver, je dirais, des lignes de passage de la Lumière, plus aisées, sans entraîner… Vous imaginez bien que le Feu igné, quand il se déploie chez quelqu’un, il faut qu’il rencontre quand même une certaine souplesse. C’est pas une question d’âge, c’est une question d’abandon, c’est une question d’humilité, de transparence, de capacité à s’effacer et à laisser œuvrer la Lumière. Ça, nous vous le répétons sans arrêt.

Or le plus souvent, que font nos frères et nos sœurs, et que nous avons tous fait, même moi quand j’étais incarné, quand j’étais jeune ? On voit la Lumière, en méditation, en prière, avec son maître, peu importe ; après, qu’est-ce que vous considérez ? Que la Lumière est votre trésor, et le simple effet de considérer ça, vous enfermez la Lumière en vous. C’est ce qu’ont fait les guignols que j’avais appelés les maîtres ascensionnés, c’est ce que chaque frère et sœur fait dès qu’il vit la Lumière, il se l’approprie. Il se contente dans cette Lumière sans voir que c’est lui-même ; il considère la Lumière comme extérieure et ça suffit à bloquer tout le processus.

Donc c’est normal qu’il faille attendre des circonstances collectives. J’avais parlé, à l’époque, de la prédation qui se situait au niveau de la 4ème dimension, qui n’est pas un lieu de vie, qui correspond à peu près, au niveau individuel, à votre corps mental. Et au niveau collectif, nous l’avions nommé le système de contrôle du mental humain. Donc tant que ce système de contrôle du mental humain est actif, même si vous vous êtes libérés, quelque part, même si vous vous laissez traverser, vous êtes quand même dans le bain de la prédation. Et tant que c’est pas stabilisé, ben vous avez l’impression de perdre quelque chose.

Et c’est ça qui est en train d’être résolu maintenant, pour beaucoup de frères et de sœurs qui, durant les années entre 2012 et cette année, ont joué à tournicoti-tournicota. C’est plus possible. Parce que maintenant, le moment collectif est extrêmement proche. Nous ne savons pas quand, mais tout ce que nous pouvons dire, c’est que c’est maintenant. Alors le « maintenant », pour nous, peut durer une semaine, allez, comme six mois. Mais comme les évènements humains, ça été dit, démarrent durant ce mois, je crois que Marie, d’ailleurs, avait fait des cachoteries parce qu’elle connaissait la date du 7 juin, et le Christ vous en a révélé une autre, date, qui est le 21 juin, le solstice d’été.

Bien sûr que dans cette matrice, vous comme nous sommes dépendants des influences astronomiques et des influences résiduelles du système de contrôle du mental humain. Même si les lignes de prédation ont pour la plupart disparu, il faut pas oublier qu’au-delà des mémoires, au-delà des blessures, vous avez l’habitude qui est là. L’habitude d’avoir un corps, l’habitude d’avoir un cerveau, l’habitude de réagir. Dans les lois de dualité, vous êtes tout le temps obligés de réagir, d’entrer en relation ou en réaction, même si vous vivez l’Infinie Présence depuis des années. Hein, vous n’êtes pas tous destinés à faire comme Ma Ananda Moyi, à vous mettre en extase et attendre la fin tranquillement, vous devez continuer à vivre votre vie, quelle qu’elle soit, sauf si la Lumière entraîne une cassure par rapport à certains environnements, mais c’est pas vous qui décidez. C’est l’interaction entre ce qu’il reste d’habitudes, et donc d’illusion, et votre Éternité, qui déclenche tout ça.

De même que la folie du monde vient du refus de la Lumière. Or la Lumière, vous pouvez la refuser émotionnellement, vous pouvez la refuser mentalement, vous pouvez la refuser avec votre âme, mais votre matière ne peut pas la refuser. C’est pour ça que maintenant vous avez eu les interventions de Un Ami et de Frère K, et aussi de Ram. Pourquoi ? Mais parce qu’il est important, si vous voulez, de vous donner des moyens de voir cela. Parce que ça sera plus facile, le moment venu, pour vous, afin de casser les dernières habitudes. C’est pas des peurs, c’est simplement des habitudes. C’est des choses que vous voyez pas, que vous faites spontanément, comme par exemple conduire une voiture, mais là, ça concerne votre corps et votre comportement à la surface de ce monde.

Donc ça sert à rien d’aller renvoyer ce que vous vivez, quand c’est pénible, à une cause première, à votre enfance. La seule cause, c’est l’intégration de l’Éternité, qui en pénétrant en vous, aussi par la bouche, par vos propres mains que vous allez placer sur le corps, vous allez éclairer ces dernières habitudes. C’est comme ça que vous êtes libres, avant même l’Appel de Marie. Et comme il reste de moins en moins de temps, bien évidemment, et comme je l’ai dit le mois dernier, ça va devenir de plus en plus chaud et brutal, mais c’est pas grave. Ou alors, si vous considérez que c’est très grave, c’est que vous êtes encore attachés à l’éphémère, à votre corps, à vos émotions, à votre histoire.

Mais cet attachement ne résulte pas de blessures, il résulte simplement, comme je l’ai dit et ça a été répété d’innombrables fois, aux habitudes que vous avez prises. Vous voyez ? Là c’est pas vous qui voulez pas lâcher, c’est tout simplement les habitudes. Et j’ai dit que ces habitudes étaient colorées, bien sûr, par les lignées et les origines stellaires, et vous pouvez pas vous débarrasser de vos lignées, c’est le fondement même du corps d’Êtreté. Mais faut que ces lignées soient pacifiées par rapport à la Lumière Vibrale authentique et pas à la lumière falsifiée de ce monde, concernant les lignées prédatrices.

Je t’écoute.

Question : être vrai, c’est exprimer ses émotions, ressentis, pensées, intentions, être sincère...

Oh ça va se résumer en trois phrases. Mais termine, vas-y.

… pourriez-vous en repréciser la signification par rapport à l’Éternité ?

Oh bah, être vrai, c’est très simple, hein. Être vrai, c’est seulement être vrai, c’est-à-dire qu’il doit y avoir une concordance totale entre vos pensées et ce que vous dites. Si vous êtes face à un frère, que vous pensez telle chose et que vous dites autre chose, vous n’êtes pas vrais, c’est aussi simple que ça. Et ça on le connaît tous, vous êtes en face de quelqu’un, vous faites un grand sourire et dedans vous vous dites : « Bon, celui-là il commence à m’emmerder. » Vous voyez ? C’est commun chez tout le monde, ça. Là, y a pas de concordance, y a pas de vérité. Donc l’écran mental, les pensées, faut déjà savoir d’où elles viennent. Les pensées, elles ne viennent pas de vous. Si vous croyez que c’est vous qui élaborez vos pensées, vous vous trompez. Vous ne faites que capter ce qui est présent dans l’atmosphère, autour de vous, mais aussi dans vos connaissances et vos habitudes.

Mais aucune pensée, si vous êtes libérés, aucune pensée ne peut naître sans votre accord. Et vous les voyez ces pensées, apparaître, et vous savez que ce n’est pas vous. Donc il devient très facile, soit de laisser libre cours à ses pensées, si elles sont des pensées lumineuses, mais de ne pas les laisser émerger. Mais si vous parlez et que vous dites l’inverse, vous n’êtes plus vrais déjà, donc dans ce cas-là, qu’est-ce qui est le mieux par rapport à ce que avez perçu de vos pensées ou des interactions ? C’est le silence.

Donc, être vrais par rapport à l’Éternité, c’est être en adéquation complète corps-âme-Esprit, c’est ne plus jouer le jeu de la personne parce que aucune personne ne peut être vraie. Elle a toujours une histoire, elle a toujours des choses cachées, comme ses pensées, ses émotions, qui ne sont pas nécessairement exprimées. Mais y a aucun intérêt, si vous ressentez une colère, à exprimer la colère. Ça, c’est pas être vrai. C’est vrai avec la personne, mais c’est pas vrai avec l’Éternité parce que dans l’Éternité, y a pas de colère. Je vous ai dit que des fois, nous avions, nous, des discussions entre nous, mais ça peut pas être assimilé à de la colère parce que nous, y a pas ces mouvements d’énergie, même quand nous sommes pas d’accord. C’est toute la différence. Tant que vous êtes une personne, vous ne pouvez pas être vrais. Vous êtes vrais, même si vous êtes honnêtes, le plus souvent, mais si les pensées viennent de la personne, ce qui est toujours le cas, comment voulez-vous être vrais ?

C’est pareil pour tout. L’exemple qu’on peut prendre, c’est aussi les mots que vous employez. Quand vous dites « je suis dans le cœur », ça veut dire que vous n’y êtes pas. Parce que celui qui est dans le cœur n’a pas besoin de dire qu’il est dans le cœur, il sait ce qu’il vit. Y a pas de pensées qui accompagnent ça. Par contre, quand vous en sortez, vous le savez maintenant de plus en plus facilement parce que d’un coup, comment vous dites, ça vous plombe. Vous êtes légers et vous vous retrouvez mal. Qu’est-ce que vous avez envie ? C’est de revenir légers, bien sûr, et c’est ça qui crée cette tension que vous vivez, entre l’Éternel et l’éphémère, en cette période. C’est pas grave, c’est pas des choses sur lesquelles il va falloir travailler, résoudre, expliquer. C’est éclairé, et comme nous l’avons dit, ne retenez pas ce qui se manifeste parce que sans ça, vous allez le nourrir. Même si c’est très désagréable à vivre et que ça revient.

Si ça revient, c’est parce que vous êtes sans arrêt en train de vous soumettre à ces pensées, et vous croyez que c’est vous, surtout si ça vous renvoie à ces fameuses habitudes, ou pire encore à des évènements déjà vécus qui pourtant sont effacés de vos mémoires, et qui pourtant se manifestent à cause de l’habitude. Et là, vous êtes très mal parce que… d’autant plus si vous faites la différence avec ce que vous aviez vécu quand vous étiez dans la vibration du Cœur ou des Couronnes, et l’instant où vous éprouvez cette contrariété émotionnelle ou mentale, ou cette tristesse, ou cette peur de quoi que ce soit. Ça vous montre que vous êtes encore identifiés, que vous n’êtes pas l’observateur parfait parce que l’observateur parfait, même d’une souffrance qui apparaît, même s’il doit s’en occuper, n’est pas concerné. Il sait pertinemment que ce n’est pas lui. C’est valable pour le corps comme pour les émotions, comme pour le mental.

Autre question.

Question : c’est un rêve. Je suis sous la charpente d’une grange, dans la ferme de mon enfance. La grange est vieille et le toit, prêt à s’écrouler. On m’a toujours défendu d’y jouer car c’était dangereux. Il y a mon mari, mon beau-père, ma fille et moi. Mon beau-père et moi sommes du côté le plus solide, mon mari en face. Tout à coup, je dis fermement : « Ça suffit. Vous verrez, on m’a toujours dit que ça s’écroulerait, et c’est maintenant. » Mon mari me tend la main et je l’aide à traverser. À ce moment, son père est de l’autre côté, mais il revient rapidement. Tout s’écroule et je dis : « Ça y est, j’en ai fini avec mon passé » et nous repartons joyeux, ma fille sautillant devant. Pouvez-vous m’éclairer notamment sur la présence de mon beau-père et mon mari ?

Oh le beau-père, c’est simplement parce que c’est le père de ton mari, donc si tu veux, il est porteur des mémoires transgénérationnelles. Par contre, ce qui est intéressant, que ce soit une maison moderne ou une vieille grange, le grenier sous la charpente, c’est quoi ? C’est la tête. Et on te montre là que ceux qui étaient dans la tête ne peuvent plus être dans la tête, en l’occurrence ton mari, parce qu’il te donne la main et il te rejoint à l’endroit où c’est solide. Ça veut pas dire que la tête est solide, ça veut dire simplement que tu n’es pas concernée par ce qui se produit au niveau de la partie solide, et que la partie qui devait s’écrouler, puisqu’on te l’avait déjà dit enfant, dans ton rêve s’écroule. Pourquoi le beau-père, ça je te l’ai dit.

Et comme tu le dis, la fin du rêve, c’est que tu sors de là et que vous êtes joyeux, si je peux dire. Vous souriez, c’est comme un nouveau départ. C’est-à-dire que le mental de ton mari comme de ton beau-père que tu as vus, à ce moment-là, dans ce rêve, fait une transformation radicale qui identifie le mental pour ce qu’il est, c’est-à-dire non pas quelque chose qui est vous et qui donc, petit à petit, vous détruit, mais qu’il est vu comme quelque chose d’extérieur à vous, dont on doit se servir pour mener à bien la vie dans ce monde mais qui n’a pas à être mêlé à aucun de vos états intérieurs.

C’est pour ça que nous vous disons toujours, quand vous vivez des expériences, vous pouvez poser les questions après mais quand vous vivez quelque chose, et surtout avec les Théophanies, ne cherchez pas à expliquer, à comprendre, à retenir ce qui se vit. Profitez de la Joie, de la Béatitude, ne vous intéressez pas à autre chose, même si après vous pourrez revenir et jouer avec votre mental pour trouver quelque information ou explication. C’est la spontanéité de l’expérience qui fait sa durabilité et sa persistance, parce que dès que vous faites intervenir le mental pendant l’expérience, vous trafiquez l’expérience.

C’est pour ça que les processus qui sont à vivre – ils vous ont été développés, je crois, durant cette semaine – se passeront pour beaucoup la nuit, parce que là, votre mental, il fait dodo. Alors bien sûr, vous direz « c’est un rêve », au réveil, mais c’est absolument pas des rêves. Voilà ce que je peux rajouter. Donc le fait que ce soit une grange de l’enfance, c’est aussi tout ce qui est lié à la mémoire de ce monde.

Question : que signifie avoir un phœnix sur soi, sur les épaules et dans le dos, un long moment ?

Ah, j’aimerais savoir comment cette personne peut voir que c’est un phœnix. Je comprends pas vraiment.

… la sœur n’est pas présente.

Ah, parce que le Phœnix, c’est une représentation, quand même, liée au Feu Igné. Donc porter un Phœnix dans le dos avec un corps de chair, je crois pas qu’elle pourrait en témoigner, elle serait consumée instantanément. Donc c’est peut-être plus symbolique, c’est-à-dire que c’est le Feu de l‘Esprit qui la recouvre maintenant. L’impulsion Métatronique, le Feu Igné, le Paraclet et l’impulsion Ki-Ris-Ti qui est, si vous voulez… Le Phoenix, c’est le symbole de la résurrection, bien sûr, parce que l’animal renaît de ses cendres, c’est un être de Feu. C’est directement relié, le Phœnix, à ce qui a été appelé les Néphilim.

D’ailleurs, vous retrouvez les mêmes consonnes, les mêmes prononciations au milieu, c’est normal, ça vient du sumérien. Néphilim, c’est de l’hébreu, et Phœnix, c’est beaucoup plus ancien, et dans « Phœnix », « Néphilim », vous voyez bien qu’y a le « F », et cette lettre « F » est très importante. Donc les Néphilim, ce sont les torches de feu ; le Phœnix, c’est simplement la forme d’un oiseau, mais c’est aussi du Feu Vibral. Donc, il me paraît difficile de porter un vrai phœnix.

Je pense que c’est symbolique, simplement. Ça signifie que le Supramental, le Feu Igné, est là. Alors bien sûr, le phœnix, c’est aussi un archétype, un symbole si vous préférez, mais là, il faut pas le prendre au sens littéral parce que un Phœnix agrippé dans le dos, y aurait plus personne en trente secondes, même libéré vivant.

Question : la nuit de la Pentecôte, debout près de mon lit, je regardais mon corps étendu sur le lit. Apparaît alors une petite porte dimensionnelle, à un 1,50 mètre de mon corps, débouchant sur un espace noir, sans forme. Je vois mon corps se mettre en lévitation et se diriger vers cette porte. Parallèlement à cela, je voyais aussi la scène depuis mon corps, sur le lit. Pouvez m’éclairer ?

Oh oui, c’est pas un rêve, c’est une bilocation réelle. Et rappelez ce qui a été dit par Uriel, je crois, par d’autres aussi, les processus nocturnes vont prendre une sacrée importance parce que c’est le moment où votre mental n’est pas là, et donc tout ce qui se produit la nuit… Bon, bien sûr quand c’est des rêves, c’est des rêves, mais là c’est pas un rêve, même si le souvenir est celui d’un rêve, c’est-à-dire que ton corps physique sera emmené sur les Cercles de Feu et vivra l’Absolu au travers de la chair. Et la bilocation te donne la certitude, même si ton mental te dit que c’est un rêve, c’était pas un rêve.

Et d’ailleurs tu constateras que depuis ce rêve qui a été fait, ta posture de corps, comment tu te sens dans ton corps, dans ta tête, dans tes émotions, est profondément différente. Alors, je sais pas si la sœur est là, mais on pourrait demander. Mais c’est tout à fait comme ça que ça va se passer. Vous allez vous réveiller le lendemain avec un souvenir vague, voire plusieurs jours après – et pas au réveil –, qu’il s’est passé telle chose. Alors votre mental vous dira « c’est un rêve ». Et si vous regardez comment vous vivez depuis ces quelques jours écoulés, vous constatez que vous êtes différents dans votre corps. Vous vous sentez différents parce que c’est réellement un processus mystique qui fait partie des charismes dont le Christ vous a parlé, et la bilocation en est un, de ces charismes. Quand le Christ vous disait, y a quelques jours, que vous ferez des choses bien plus grandes qu’il faisait, oui, c’est évident.

Donc c’est pas un rêve que t’as vécu, même si tu le présentes comme un rêve, c’est une expérience réelle, et la meilleure preuve est que ton corps, ta conscience, tes émotions, tes pensées, tu as dû constater un changement. Rappelez-vous que dès que vous voyez votre corps, donc que vous êtes en dehors, que ce soit dans un corps d’Êtreté, que ce soit en conscience, vous êtes libérés de la peur de la mort, pas de la souffrance mais de la mort en tout cas. C’est ça qui est le plus important, parce que là vous vivez consciemment que vous n’êtes pas ce corps. Avant, vous ne pouvez que l’imaginer. Et ça, vous allez en voir et en vivre à la pelle durant ce mois-là. Ça a été expliqué, hein, durant toute cette semaine.

Question : depuis plusieurs mois, je suis réveillé la nuit par un froid intense allant jusqu’aux os, qui me fait trembler et me coupe la respiration, j’ai l’impression de mourir. Il suffit de me concentrer sur les mots : « Qu’il en soit fait selon ta volonté et non la mienne », pour que ça disparaisse et que je me rendorme. Est-ce une agression ou une invitation à partir ?

Vous voyez, l’habitude, c’est tout à fait ça : dès qu’il se passe quelque chose qui sort de votre connu, la première chose qui vous vient à la tête, surtout si vous êtes mal, c’est une agression, une entité. Vous voyez les habitudes comme elles ont la peau dure ? C’est ni l’un ni l’autre. C’est les processus mystiques qui ont démarré au mois de mars et qui maintenant sont suffisamment présents chez des frères et des sœurs en nombre important pour que nous puissions vous donner les explications. C’est la même explication : y a ni départ, ni entité, ni possession, ni rien, c’est ton Éternité et ton éphémère qui se marient.

Alors bien sûr, la personne est, de par sa structure, même si vous, vous n’avez plus d’ego, est une structure physique qui fonctionne selon les principes de l’enfermement. Et ces sensations de froid, de vertiges aussi pour beaucoup, quand vous êtes allongés, l’impression de tourner (qui est très désagréable, je le conçois), c’est aussi le même processus. Alors bien sûr, qu’est-ce que vous faites dans ces cas-là ? Vous pensez qu’y a une entité, que vous êtes possédés, que vous résistez. Mais non, pas du tout, c’est exactement le même processus.

Si c’est dans la journée, ça va casser quelque chose. Si c’est la nuit, à moins de casser le lit, je vois pas comment on peut casser quelque chose, hein. Donc, qu’est-ce qui va se passer ? Vous allez vivre des manifestations, parfois agréables comme dans le rêve précédent, parfois détestables, dans ce rêve, mais qui sont exactement la même chose. D’ailleurs, ce frère ou cette sœur le dit, il suffit qu’il dise ces quelques mots : « Que ta volonté se fasse et non la mienne » pour que tout se passe bien. Ça fait pas arrêter le processus, ça veut dire que ta conscience, au travers de cette phrase, est passée dans l’Éternité, et donc tu te rendors tranquille, quasiment immédiatement.

Les changements devraient être aussi constatés dans les journées, et c’est là où ça va poser problème, parce que pour la personne et les habitudes, vous allez vous dire : « Je comprends pas, dans la journée, je vais bien, alors que j’ai vécu des choses terribles la nuit. » Donc, vous constatez que vous changez, même par rapport à avant, et ça vous égare parce que vous, vous êtes obligés de réfléchir par rapport à ce que vous connaissez, les entités et tout ça. Mais ce n’est rien de tout ça, c’est juste les processus que nous vous avons décrits cette semaine qui sont à l’œuvre. Alors comme quelque part, même si vous êtes libérés, y a encore une conscience ordinaire, eh ben, c’est cette conscience ordinaire qui est déroutée et qui peut se poser des questions, bien sûr.

Donc aucune inquiétude dans les processus nocturnes, hein. Vu ce qui se déroule sur terre, vous n’avez, sauf cas précis, hein, mais de manière générale y a aucune possibilité pour être agressé la nuit. Parce que la Lumière est trop importante, sauf bien sûr si vous avez certaines configurations d’origine stellaire, de lignées, ou certaines configurations de peur ou de souffrance qui peuvent entraîner ce genre de manifestations. Mais le plus souvent, c’est uniquement les processus d’adéquation entre l’éphémère et l’Éternel, ça participe du processus de Libération. Alors, je comprends que se sentir glacé, c’est pas très agréable, de même que de se retrouver avec un vertige en s’allongeant, c’est pas très agréable.

Question : quelle est la signification de tomber et de se casser trois côtes du côté droit ?

Tout ce qui est du côté droit, je l’ai déjà dit, c’est quelqu’un qui n’a pas vu ce qui est à voir, et ça fait partie de tous vos traumatismes que vous avez vécus. Je crois que même ici, vous en avez certains qui ont eu des petits ou des gros traumatismes. Ne cherchez pas midi à quatorze heures, ne cherchez pas de cause noire ou d’entité, ou quoi que ce soit d’autre, puisque ça fait partie, justement, de l’installation de la Lumière. Changez de point de vue là aussi. Si dès qu’il se passe quelque chose que vous ne connaissez pas, vous dites « c’est le Diable » ou « c’est pas bien », vous risquez pas d’en sortir, parce que les choses bizarres, il va s’en produire, comme nous vous avons prévenus, de plus en plus, et faut bien vous acclimater à cette Éternité, avant même l’Appel de Marie.

Les portes sont ouvertes, donc c’est normal que vous voyiez les choses, mais s’il vous plaît, ne mettez pas tout sur le noir, ou sur les blessures, ou sur des cristallisations, puisque c’est exactement l’inverse. Le problème, c’est que l’ego croit que quand y a la Lumière, la Lumière doit faire en sorte que tout aille bien. Mais y a rien de plus faux, puisque c’est justement l’interaction entre la Lumière et votre personne qui déclenche ces cassures, ces traumatismes ou autre. Le gril costal droit veut dire qu’y a une anomalie au niveau du cœur. Pas le cœur organe, hein, mais c’est quelqu’un qui joue à l’Amour, qui est peut-être Amour, mais qui considère ça comme quelque chose de moral ou de social, mais qui a pas vu la vérité de l’Amour de son propre être. C’est quelqu’un qui ne s’aime pas suffisamment et qui a tendance, de manière générale, à jouer un rôle, d’être très gentil, très convivial, très social.

Le fait que ce soit le gril costal du côté droit, qu’est-ce que vous avez du côté droit, même si c’est les côtes inférieures ? Vous avez la Porte Vision et vous avez l’âme, la Porte AL. Donc, c’est quelqu’un qui est pas noir, c’est pas quelqu’un qui a fait des fautes ou des erreurs, c’est quelqu’un qui ne voit pas ces fameuses habitudes de comportement qui gênent la Lumière. Et y a pas de manière plus directe, je dirais, de casser les habitudes, que d’agir sur les os. Mais c’est pas la Lumière qui décide de le faire, ça se produit comme ça quand il y a ce que je viens de dire, par exemple quelqu’un qui est tellement dans l’habitude, quelle que soit l’habitude, qu’il n’a pas la capacité de voir. Et ça renvoie, bien sûr, à des choses plus archaïques. Mais dans l’intérêt du moment, c’est pas ça, et c’est toujours, surtout quand y a cassure, hein, c’est surtout une libération.

D’ailleurs ceux qui ont été cassés, quelque part, ou qui ont eu des entorses ou autres, peuvent vous le dire, malgré les tracas, les douleurs et tout, que leur conscience se repositionne, chose qu’ils n’auraient pas pu faire eux-mêmes, aussi bien en tant que personne que depuis le Soi. C’est le même principe, tout dépend du point de vue. Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle naissance. Donc, si vous êtes chenille, ben vous réagissez comme ça. Si vous êtes papillon, vous savez que c’est la naissance. Et comme vous avez fait le yoyo de l’un à l’autre et que maintenant c’est plus possible, ça se résout de cette façon. Donc, en aucun cas c’est des cristallisations, en aucun cas c’est des erreurs.

Et c’est la Lumière qui fait ça, non pas de manière vicieuse mais lors de l’éclairage. C’est une invitation, quand il vous arrive quelque chose comme ça, à voir clair, et c’est la cassure qui vous permet de voir clair ; la cassure, ou l’entorse, ou le blocage d’un organe aussi, c’est exactement la même chose. Donc l’habitude veut que quand vous avez quelque chose et que vous êtes spirituels, comme on dit, vous allez toujours chercher une cause ailleurs, c’est-à-dire dans votre histoire, dans le karma, dans ce que vous voulez. Mais c’est une erreur d’aller chercher ça, il faut accepter et voir.

Et d’ailleurs, si vous vous posez calmement et que vous observez comment vous êtes après, ben vous allez voir que ça vous fait redescendre illico dans l’humilité, hein. Et surtout, ça vous met au repos parce qu’y en a parmi vous, quand même, pour qui la Lumière a besoin qu’y ait plus de temps consacré à la Lumière qu’à leurs activités, maintenant. Pour eux, pas pour une quelconque punition, ou une quelconque résistance, bien au contraire. C’était le cas pour les douleurs des épaules, c’était le cas, quand j’ai parlé du membre inférieur droit, mais maintenant j’avais dit que ça allait toucher l’axe central, et en particulier au niveau des Portes. Donc si vous êtes tapés ou que vous vous tapez sur une Porte, remerciez, et ne laissez pas vos habitudes mentales prendre le dessus pour vous dire « qu’est-ce que j’ai fait comme bêtise ? ».

C’est pas des bêtises que t’as fait, simplement des habitudes qui étaient un peu trop tenaces. Des habitudes que vous aviez peut-être prises, indépendamment de tout cheminement spirituel, ne serait-ce que pour vous faciliter la vie, or l’habitude, sur un plan archétypiel, la routine, c’est ce qui empêche le neuf, c’est ce qui empêche la spontanéité. Ça vous fait gagner du temps parce que c’est automatique, mais ça fige certaines choses. Et d’ailleurs, toutes les habitudes que certains parmi vous conservent, comme par exemple de manger à telle heure, d’aller dormir à telle heure, de faire les choses à telle heure… Ça aussi, c’est des habitudes un peu vicieuses – parce que c’est pas des mémoires, c’est quelque chose que vous ne voyez pas –, qui vous simplifient la vie ou qui vous donnent l’impression d’être bien, mais qui figent votre liberté.

Donc dans ces cas-là, ben vous allez faire des maladies. C’est pas une punition, vous voyez la différence ? C’est la façon dont vous voyez ce qui vous arrive qui est fausse. C’est une invitation de la Lumière à être plus tranquilles, à ne pas être conditionnés, même par vos habitudes qui pourtant vous ont fait du bien. Ça va être, pour un végétarien, de manger une côte de porc, par exemple, d’un seul coup, comme ça, une lubie. C’est ne pas être rigides – la Lumière n’est jamais rigide. Bien sûr, il faut une certaine… comment dire, une certaine discipline, mais la discipline, c’est pas de la rigidité. Déjà, de mon vivant, combien de fois je me suis énervé, quand je faisais quelque chose, d’autres en faisaient un rituel, derrière, et ils rentraient dans l’habitude. L’habitude, c’est très satisfaisant parce que le corps, il aime bien ça, mais par contre ça entraîne une léthargie de la conscience parce que la conscience, étant dans l’habitude, même si c’est rassurant pour votre corps, pour votre vie, c’est un obstacle pour la Liberté. Parce que ça vous conditionne et ça rigidifie.

Être libres, c’est pas respecter un horaire, quel qu’il soit. Bien sûr, quand c’est une interaction et un rendez-vous, faut être à l’heure, mais quand ça vous concerne vous tout seuls, ne vous mettez pas des barrières vous-mêmes, ne créez pas des habitudes qui vont vous rendre esclaves dans cette période de libération. Que ce soit de sommeil, de manger, de comportement ou de quoi que ce soit. Soyez spontanés : vous avez faim, vous mangez ; c’est l’heure de manger, vous n’avez pas faim, vous ne mangez pas. Votre corps ne s’en portera que mieux. Vous avez l’habitude de faire votre méditation à 7 heures tous les soirs, parce qu’y en a parmi vous qui ont gardé cette habitude, sortez de cette habitude. Mettez votre réveil à 2 heures du matin et faites ça à 2 heures du matin, pour casser le cercle vicieux des habitudes.

Les habitudes, c’est bon pour la matière. Quand vous conduisez votre voiture, ben y vaut mieux avoir l’habitude de voir la première où elle est, mais en ce qui vous concerne, personne n’a jamais dit d’être réguliers dans cet esclavage des habitudes. L’habitude, effectivement, bloque la Lumière. Si vous êtes spontanés, je parle pas de laisser exprimer les émotions, mais si vous êtes spontanés pour vivre la Lumière, votre corps, votre conscience, vous donneront les bons signes, et vous mangerez à l’heure que vous voulez, vous ne serez pas tributaires de ces rythmes de temps.

Ce que je veux dire par là, c’est que si vous vous imposez des rythmes… y a déjà suffisamment de rythmes à suivre par rapport à la journée : se lever le matin, aller travailler, payer ses impôts, tout ça c’est les habitudes aussi, mais au niveau de votre comportement avec vous-mêmes par rapport aux habitudes que vous avez peut-être prises, il serait bon de voir dans quoi ça vous enferme. Vous ne pouvez pas être légers, même si vous êtes libérés, si vous avez des habitudes trop rigides. Hein, vous savez, les frères et les sœurs qui disent : « ça doit être comme ça ». Qui est-ce qui dit « ça doit être comme ça », si ce n’est les reptiles ? La Lumière, elle dit jamais « ça doit être comme ça ». C’est comme c’est, quoi que vous en pensiez. C’est la Liberté.

Dès que vous laissez libre cours à des habitudes, parce qu’elles vous facilitent la vie, que ce soit même pour les couleurs des vêtements, que ce soit… par exemple vous voulez porter que du blanc ou que du noir, et vous portez une autre couleur, vous êtes stabilisés. Mais ça, il faut rompre ces cercles vicieux. C’est pas grave, mais ça représente quand même des petites gênes. La Lumière, elle est totalement spontanée dans ce qui sort de vous. Vous êtes capables de faire la différence, par exemple, entre un être qui cogite et qui va exprimer le résultat de ses cogitations, et celui qui s’exprime dans la spontanéité, sans penser, sans réfléchir – c’est le Verbe. Mais si vous-mêmes vous conservez vos petits tics, vos petites habitudes, parce que c’est confortable, ben vous vous privez de la Liberté aussi à ce niveau-là.

Bien sûr, vous pouvez pas vous réenfermer, mais la clarté intérieure doit vous permettre de voir ça, sauf que comme je disais, quand c’est des habitudes, vous les voyez plus. Vous le faites parce que c’est comme ça et que ça doit être comme ça. Mais qui dicte ça, si ce n’est votre personne ? La Lumière, elle n’a que faire de cela. Le corps, il n’a pas besoin, contrairement à ce qu’on vous a dit, d’être nourri à heures fixes. Bon, bien sûr, je faisais ça de mon vivant, mais les circonstances sont pas les mêmes. Ne faites pas perdurer ce qui n’a pas lieu de perdurer. C’est pas parce qu’un jour il était vrai que telle chose devait être à tel endroit et que vous, vous deviez faire telle chose à telle heure, qu’aujourd’hui c’est vrai, bien au contraire. Sans ça elle est où votre spontanéité ? Il est où votre Abandon à la Lumière et à la volonté de la Lumière, que ce soit pour manger, pour parler, pour n’importe quoi ?

Alors bien sûr, je vois d’ici des pensées reptiliennes qui me dit « mais on a quand même besoin d’ordre ». Mais l’ordre de la Lumière ne te suffit pas ? Qu’est-ce que vous risquez ? La plupart des habitudes sont des stéréotypes, si vous voulez, qui n’ont plus lieu d’être, et vous, vous vous figez dans le fait de faire ça à telle heure, ça à telle heure, dans votre vie intime, je parle pas des rendez-vous. Quand on vous donne les rendez-vous à telle heure, il faut être là parce que ça concerne tout le monde, mais quand ça vous concerne vous, individuellement… Regardez vos habitudes, ou vos goûts ou vos dégoûts, ils ne font que traduire cela.

Laissez libre cours, ça a été dit, à la spontanéité. Et d’ailleurs votre corps, aujourd’hui, qui se remplit de particules adamantines, il a horreur, même en étant encore dans l’éphémère, de tout ce qui est habitude. Chaque instant est neuf dans la Liberté, chaque instant est créé instantanément et il n’y a aucune habitude. C’est ce que je disais : « Aime et fais ce qu’il te plaît. » C’est pas le plaisir de la personne. Si tu aimes, tu es plus une personne, et quand je dis : « fais ce qu’il te plaît », c’est : accueille les symptômes de ce qui se présente : j’ai faim, j’ai soif. Et pourquoi pas dormir la nuit, si t’as très sommeil, d’attendre le soir pour aller te coucher ? Fais ta nuit à 2 heures de l’après-midi, y aura d’autres choses intéressantes à faire la nuit.

Mais non, vous êtes tellement, et nous sommes tous conditionnés, que nous dormons la nuit, il faut dormir à telle heure. Et je le disais aussi quand j’étais incarné : la meilleure énergie, c’est si vous dormez avec le coucher du soleil et que vous vous levez avec le lever du soleil. C’était vrai mais ce n’est plus vrai, parce que vous n’êtes plus dans des circonstances ordinaires. Alors, c’est la Lumière qui décide ce que vous êtes ou les habitudes que vous avez prises ? Cela vous soulagera, pour beaucoup, d’un grand poids. Et je parle des habitudes même les plus dérisoires, parce que vous allez rendre plus plastique le fonctionnement de votre cerveau, vous allez limiter l’influence du cerveau archaïque, et vous allez être libres, vous allez renforcer cette liberté.

Y a rien de pire, même dans la spiritualité, par exemple, même si nous vous y invitons en certaines occasions maintenant, quand Marie est venue, ou les Théophanies ou les Radiances du jeudi. Mais on ne veut pas vous faire rentrer là-dedans, d’abord parce que c’est plus le moment, mais parce que ça sert à rien de faire des choses qui se reproduisent, comme ça, trop longtemps. Comme ça, vous en faites une habitude, et quand vous en faites une habitude, c’est devenu routinier, y a plus de neuf, y a plus de spontanéité là-dedans. Ça concerne n'importe quoi, même les faits les plus insignifiants que vous vivez en ce monde.

Autre question.

Question : avec une chorale, nous préparons un concert ayant pour thème l’amour dans la poésie et la musique. Amour humain et amour dédié au Divin avec l’Evening Service de Purcell et l’Alléluia du Messie de Haendel. Avez-vous des remarques par rapport à ce répertoire dit sacré ?

Des remarques ?

...Il y a une deuxième question qui fait suite.

Parce que là je vois pas quoi répondre à ça.

… peut-on demander à la Lumière d’illuminer ces œuvres pour chanter en toute sérénité ?

Oui, et si ils sont opposés à la Lumière, tu vas te prendre un retour terrible. C’est la même chose que de pas parler à vos proches de la fin des temps, s’ils veulent pas en entendre parler. Vous ne pouvez sauver personne. Et d’ailleurs, y a une question qui a été posée là-dessus à laquelle j’ai répondu en début d’entretien, concernant une Théophanie sur les chefs d’états. C’est la même chose. Soyez vous-mêmes la Lumière et arrêtez de vouloir projeter la Lumière. Qui est-ce qui projette la Lumière ? C’est Lucifer, avant qu’il soit rédempté, le « porteur de Lumière ». Vous n’êtes plus simplement des semeurs, des ancreurs de Lumière, ni même des porteurs de Lumière, parce que quand vous projetez de la Lumière, c’est encore un acte de volonté égotique.

Celui qui est la Lumière, il se contente d’être là, il a aucune intention, et pour ce concert, se produira ce qui se produira, mais si tu commences à vouloir mettre de la Lumière sur quelque chose qui n’en veut pas, en l’occurrence des frères et des sœurs, tu violes leur liberté. Pourquoi vouloir que les autres soient Lumière ? Laissez-les libres. De toute façon vous serez tous Lumière, donc y a pas à s’inquiéter.

Rendez-vous compte, quand vous dites « je projette ou j’envoie la Lumière », c’est-à-dire que vous considérez que vous envoyez quelque chose d’extérieur à vous. Mettez-vous dans le cœur, réalisez une Théophanie avec la situation ou la personne, accueillez tout ça dans votre cœur, mais c’est pas un mouvement d’extériorisation de la conscience, c’est un mouvement qui va dans le sens vers l’Éternité. Tout ce que vous faites entrer en manifestation, dans un but avoué, ou pas, c’est encore l’ego qui parle.

Si tu es Lumière, tu vas constater par toi-même que tout est Grâce autour de toi, et en toi. Tu n’as pas besoin d’entreprendre quoi que ce soit, tu as besoin d’être en paix, en félicité et en sérénité. C’est tout. Ces travers-là étaient encore possibles y a un an ou deux, mais c’est fini tout ça, et vous devez vous en rendre compte par vous-mêmes à travers les expériences que vous menez dans cette période. C’est pareil que pour les fractures, c’est pareil pour les traumatismes du corps, ou les traumatismes familiaux, affectifs ou autres, pour ceux qui en vivent.

Autre question.

Question : que pensez-vous de la voie de la connaissance de soi initiée par Douglas Harding, appelée « la vision sans tête », et des exercices qu’il a mis au point consistant à retourner la flèche de son attention de 180 degrés pour découvrir ce que je suis au centre ?

Oui, c’est l’observateur, tel que le disait Bidi, c’est exactement la même chose. Mais rappelez-vous, l’observateur doit aussi disparaître. Il faut voir l’observateur, se vivre l’observateur, et comme Bidi le disait, jusqu’à vous apercevoir qu’y a ni scène de théâtre, ni spectateur, ni théâtre. Le risque, pour tous ces gens qui ont donné ces techniques, et d’ailleurs même sur les enseignements spirituels beaucoup plus structurés que ce qu’a donné ce monsieur, vous avez des vérités qui sont énoncées, mais rappelez-vous que toute vérité, sans connaître la finalité, ne sert à rien. Elle ne fera, en définitive, que vous enfermer. C’est ce qu’ont fait toutes les religions et c’est ce qu’ont fait la plupart des maîtres spirituels présents sur cette terre. Même des grands êtres, même nous, Anciens. Vous savez, les êtres réellement libérés, de mon temps, mais y en avait un par siècle. Aujourd’hui, vous êtes des millions à vivre ça.

… cela peut-il être une aide pour ceux qui sont encore identifiés au corps et à la personne ?

Bah ça va être compliqué parce que, comme je viens de dire, l’histoire de cette vision sans tête vous fige à une étape. Si vous avez accepté, par contre, que ce monde (vous le voyez, ou pas) va disparaître, parce que vous voyez bien les évènements qui s’y déroulent, que j’avais annoncés déjà depuis très longtemps ; d’ailleurs Peter Deunov, qui s’appelle Orionis, aussi avait décrit le Feu du ciel qui arrivait. Tout sera régénéré, mais pas dans la même dimension, c’est là l’escroquerie. Donc, si vous dites pas, si vous n’êtes pas au courant, si vous n’acceptez pas la fin – votre fin –, mais la fin de ce système, comment voulez-vous trouver l’Inconnu ? Vous restez dans le connu. C’est toujours pareil, un enseignement vrai, dont la finalité n’est pas dite ou s’arrête en chemin, aujourd’hui est autant une falsification que le reste.

Mais ceci dit, c’est déjà bien d’arriver au Soi, c’est-à-dire que jamais la vision sans tête vous fera disparaître. D’ailleurs, quand vous disparaissez, c’est bien beau, vous le voyez bien qu’y en a parmi vous qui disparaissent depuis des années en écoutant, et nous avons toujours dit que c’était le meilleur témoin de votre libération à venir et de votre liberté à venir, mais si vous vivez réellement le cœur, vous n’avez pas à attendre d’être libérés par l’Appel de Marie. Donc ça doit se traduire dans votre vie, surtout maintenant qu’y a les Théophanies. Et ça se traduit comment pour celui qui est libéré maintenant avec les Théophanies ? Avec une Paix, une Béatitude, une Félicité que rien ne peut venir déplacer, quels que soient les évènements. Donc si vous êtes comme ça aujourd’hui, vous êtes libres, quelles que soient les vibrations, l’Onde de Vie, le Canal Marial ou autre. Sans ça, vous êtes libérables à l’Appel de Marie, ou après le grille-planète final.

Donc ne vous arrêtez pas en chemin. Ce qui fera la différence, c’est l’acceptation, ou pas, de la disparition de la personne, c’est-à-dire ce qui a été nommé la stase mais qui en fait est votre mort – et votre résurrection. Si vous n’avez pas accepté votre mort, vous ne pouvez accéder et accepter la résurrection, c’est aussi simple que ça maintenant. C’est pas une question de vibrations, d’expansion de conscience, c’est parce que vous n’êtes plus dans les temps où il fallait installer ce Soi, changer les choses, vous êtes en période où y a plus de choses. Nous vous le disons : l’Appel de Marie peut survenir très vite, c’est plus le moment de jouer avec ça. Sans ça, vous vous fixez encore un but et un objectif et, donc vous sortez vous-mêmes de la Vérité parce que vous considérez que vous avez un objectif ou un but, alors que tout est là. C’est un défaut de positionnement de la conscience et du point de vue.

Par contre, dès que vous avez acquiescé, en votre âme et conscience je veux dire, à votre propre finalité et à la finalité collective, soit parce que vous le voyez autour de vous et que vous avez les connaissances scientifiques réelles, et vous savez ce qui se déroule, et, comme je l’ai dit, c’est un processus d’extinction global, c’est pas simplement l’arrivée de Nibiru, l’arrêt de rotation de la Terre, et tout repart comme avant. Y a rien qui repart. Ça repart pendant 132 jours et c’est tout. C’est pareil que quand vous mourez, de maladie – de longue maladie, pas d’accident, parce que là vous avez pas le temps –, vous savez très bien que tous vos proches qui sont morts, le plus souvent s’accrochaient à la vie et étaient dans le déni ou la colère, ou la négociation : « Oh, ça serait bien si je partais pas maintenant mais que ça attende quelques mois ». C’est fini tout ça.

Donc essayez, si possible, surtout par rapport à ce que vous êtes, de ne pas vous mettre d’objectifs décalés dans le temps ni de but à poursuivre, parce que là vous re-rentrez dans la recherche spirituelle ou la recherche d’Éternité. L’Éternité ne peut pas se chercher ; elle se découvre en soi, ou elle ne se découvre pas. Ce principe d’acceptation de votre finalité et de la finalité collective de ce monde est indispensable. En plus, c’est quelque chose avec lequel vous ne pouvez pas tricher. Autant vous pouvez dire « je suis dans le cœur » et être dans l’apparence, mais accepter la finalité de votre corps, de cette conscience éphémère, et de ce monde, c’est un sacré remue-ménage.

Parce qu’y en a qui veulent y croire, et puis ils y ont tellement cru qu’ils ont vu qu’il s’est rien passé durant ces années ; maintenant, ils deviennent à l’opposé de la Lumière – parce que c’est eux qui attendaient la fin, qui étaient pressés d’en finir. Mais maintenant, il faut accepter avec lucidité. Vous avez suffisamment de marqueurs dans votre vécu, par les disparitions entre autres, vous avez suffisamment de marqueurs au niveau des volcans, au niveau de ce qui se passe en ce moment même, ces jours-ci, là, aujourd’hui, à cette heure où je vous parle. Regardez ce qui se passe en Antarctique, vous verrez bien. Et comment… y a une expression populaire que j’aimais bien, qui existe déjà depuis certaines années, quand vous dites que « tout part en sucette ». C’est exactement ça. Vous n’aurez rien où vous raccrocher de ce qui est connu. C’est exactement ce qui se passe quand vous mourez, non ? Vous pouvez pas emporter votre corps, vous pouvez pas emporter votre porte-monnaie, votre chéquier, votre maison, votre mari, vos enfants. C’est seul que ça se passe.

Et nous vous disons que le processus de la stase, qui est une extase, c’est aussi la mort du corps, et la résurrection du corps. C’est pour ça que je riais bien, quand y en a parmi vous qui se demandaient comment ils allaient faire pipi, ou manger, ou éviter qu’ils soient mangés. Mais ça a aucune importance puisque vous êtes morts et que nous vous avons bien dit que c’était pas tout le monde qui récupérait un corps physique, après, au moment de la résurrection. Et que ça ne faisait aucune différence, que votre conscience soit totalement dans le corps d’Êtreté et que votre corps ait disparu, c’est-à-dire que vous allez vous réveiller, vous allez vous lever, vous allez vous retourner, vous allez essayer de vous palper et vous allez dire « mais il est où mon corps ? ». Ah bah il a disparu. Qu’est-ce que vous faites dans ces cas-là ? Vous pleurez sur quelque chose alors que vous êtes toujours vivants ? C’est pas une image, hein, ce que je vous dis, c’est la réalité.

Y en a qui se voient, maintenant, dans les processus nocturnes. La différence, par rapport aux premières questions sur le rêve de celle qui vit cela de manière paisible et l’autre personne qui a des frissons, qui est glacée la nuit. Et pourtant, c’est le même processus, tout dépend de là où vous êtes en conscience. C’est pour ça qu’il était extrêmement important de vous parler du processus final, et ce, depuis le début. Parce que, bien sûr, vous pouvez toujours douter, vous avez même pu faire demi-tour l’année 2012, quand vous n’aviez pas vécu la fin de ce monde, comme certains le projetaient, au 21 décembre. Mais moi, je vous avais déjà dit, dès septembre, que vous auriez des soucis.

Le processus était finalisé bien avant 2012, au niveau de la Terre. Il a été finalisé au moment de la Libération de la Terre, il restait juste à l’actualiser. Et maintenant, vous êtes… combien d’années ? Presque cinq années après, tout est fini, et pourtant votre corps, il est encore là. Il faut vous habituer à l’Éternité, avant de mourir si possible – et de renaître. Mais vous imaginez bien que si nous avions dit que la stase, c’était l’arrêt de toutes les fonctions corporelles et donc, sur un plan strictement de ce plan où vous êtes, ça s’appelle la mort. D’ailleurs il est fait état, dans la Bible, de ce qui est nommé les deux Témoins, qui eux aussi doivent passer par la mort durant les trois jours, dans des circonstances particulières. Mais vous aussi, vous mourez tous, et vous renaissez dans votre corps d’Éternité, que le corps physique soit là ou pas.

Mais si je vous avais dit ça… au moment où je parlais du grille-planète, c’était déjà assez affolant pour beaucoup, mais nous savons ce que nous faisons, nous ne faisons rien par hasard. Si vous regardez maintenant tout le chemin qui a été parcouru depuis toutes ces années pour vous, à travers tout ce qui a été délivré, vous en voyez l’architecture, la finesse. Mais ça, vous ne pouvez le voir que maintenant. Vous voyez d’ailleurs que des choses qui vous ont été dites, y a sept ans, y a dix ans, trouvent aujourd’hui toute leur résonance, et pas à l’époque, parce que votre point de vue n’était pas le même.

Et d’ailleurs je vous rappelle que beaucoup de frères et de sœurs qui ont fait des expériences de mort imminente, quand ils sont ramenés à la vie, ils vous disent qu’y a un seul enfer : c’est ici. Quand ils rentrent dans leur corps, ils ont l’impression de rentrer dans un cadavre, même par rapport au corps astral, quelque chose qui est gluant, qui est froid, qui est figé, qui bouge pas. Et les processus qui se passent la nuit, agréables ou désagréables, vont vous donner une nouvelle légèreté, je l’ai dit.

L’ego, la personne, et surtout chez les occidentaux, la mort, c’est quelque chose de terrible parce que vous avez perdu l’aspect collectif. Par exemple pour les bouddhistes, pour les Japonais, la mort n’est rien, c’est pour ça qu’ils se faisaient hara-kiri sans problème, mais pour un occidental, la mort, faut voir de quoi c’est entouré. Il faut pas souffrir, faut pas être angoissé pour mourir. Mais moi je vous dis, c’est exactement l’inverse. Et tant mieux si vous vivez cette angoisse maintenant, tant mieux si vous êtes saisis d’effroi. Et tant mieux même, je dirais, si vous vous êtes détournés, parce que vous l’avez entendu ; même si vous reniez tout ça, c’est inscrit en vous et nous n’avons aucune inquiétude pour ces frères et ces sœurs. Nous n’avons d’ailleurs aucune inquiétude pour personne. Mais bon, c’est dommage de passer 132 jours en maison de correction, quand même.

Allez, autre question.

Question : question d’un frère : je vois clairement la peur de ne plus voir mon fils et mon attachement à lui. Cela entraîne une forme de soumission à sa mère. Comment transcender cela ?

Ah c’est une sœur, c’est-à-dire c’est une mère. Mais malheureusement, une mère, et vous l’avez chez les animaux, chez les insectes, c’est ce qu’on appelle l’instinct maternel, et vous ne pouvez pas lutter contre ça parce que cet instinct maternel fait partie de l’enfermement. Marie, bien sûr, est notre mère à tous et elle a une responsabilité par le fait qu’elle crée l’expérience sur cette terre, de la conscience. Je vous l’avais dit, une conscience créatrice accompagne sa création tout le temps que dure l’expérience, même si y a des évènements intercurrents comme ce qui s’est passé y a 300.000 ans. Ça fait partie de la responsabilité de la création.

Bien sûr, Marie n’a pas créé votre âme ni votre Esprit, mais elle est votre mère tant que vous êtes dans la chair, parce que vous êtes porteurs de son ADN, tout simplement. Mais quand vous n’avez pas d’ADN, au-delà de la 3D, et qu’y a que de la Lumière, vous n’avez ni papa, ni maman, ni parents, ni grands-parents, ni quoi que ce soit. Vous voyez que ça vous est inconnu. Vous pouvez pas adopter les règles de ce monde pour l’autre côté, sans ça, vous vous trompez lourdement.

Maintenant, je suis désolé, mais cet instinct maternel fait partie de votre constitution en ce monde. D’ailleurs c’est pour ça que la plupart des mystiques, dans l’ancien temps, c’est-à-dire avant l’arrivée de l’Esprit Saint, n’envisageait pas d’avoir mari, femme et enfants, parce que c’est un enchaînement, un enfermement, de leur point de vue. Bien sûr, pas du point de vue de la maman qui a un enfant. Donc bien sûr que à ce niveau-là… mais c’est pas pour rien si vous arrivez dans les processus qui sont à vivre aujourd’hui avec un enfant et cet attachement. C’est justement là ce qu’il faut résoudre, c’est pas par hasard.

Mais je suis parfaitement conscient, mais je vous l’ai dit tellement de fois que « vos enfants n’étaient pas vos enfants ». Mais malheureusement vous ne pouvez rien y faire parce que c’est inscrit dans la structure des mammifères. Jusqu’à preuve du contraire, quand nous sommes incarnés, nous sommes des animaux, porteurs de Lumière à l’intérieur mais le véhicule est un véhicule animal avec toutes les règles de ce monde. Et certaines règles de ce monde ne peuvent pas être transformées jusqu’à l’Appel de Marie, cet exemple de l’attachement aux enfants en est un.

Donc, j’ai aucun conseil, faut assumer. Ou alors accepter que tes enfants ne sont pas tes enfants et leur accorder leur liberté. Parce que souvent, même si une maman, surtout quand les enfants grandissent, hein, elle a l’impression qu’elle est attachée à son enfant, qu’elle doit l’aider et tout, mais c’est souvent la mère qui crée cette empreinte à la fille, ou au fils. Rappelez-vous : c’est celui qui dit qui est. C’est-à-dire que quand une sœur dit qu’elle est attachée à ses enfants et qu’elle sait pas comment elle va faire, oui, c’est elle qui a créé le lien d’attachement, c’est pas l’enfant, et vous assumez ce lien que vous avez créé, qui va bien au-delà de l’instinct maternel, c’est-à-dire que vous considérez encore que vos enfants vous appartiennent. Le corps, oui, tant qu’ils sont enfants.

Comment voulez-vous rendre autonomes et libres ces enfants, par vos comportements, de manifester encore un tel attachement. Alors pour un bébé, c’est normal, puisque l’instinct maternel est présent chez tous les mammifères. L’avantage de l’animal, c’est que un animal reconnaît son enfant tant qu’il est petit, mais dès qu’il devient mature, la notion d’enfant ne s’inscrit plus dans son cerveau, ce qui est pas le cas pour l’humain. Eh oui, mais je vous ai toujours dit que quand vous allez dans la Liberté, au-delà de ce plan, mais vous n’avez ni parents, ni enfants, ni personne avec qui vous êtes en lien héréditaire. C’est spécifique au monde enfermé, ça. C’est pour ça que ça me faisait bien rire, à plusieurs reprises, quand vous posez des questions par rapport à votre rôle en ce monde. Vous devez le jouer jusqu’au bout, mais une fois que vous êtes libres, y a rien qui tienne, y a aucun attachement qui tienne.

L’instinct maternel, tout aussi magnifique soit-il, appartient à la personne, au corps de chair et donc à l’ego. Et la plupart des mères affectives, protectrices et tout, n’ont en fait qu’un problème à leur propre féminin. Alors bien sûr, c’est présenté de manière plus agréable : c’est l’instinct maternel, le besoin d’aimer, de protéger, de servir, d’aider, mais derrière ça il se cache d’autres choses. Ça vous renvoie nécessairement, mesdames, à vos blessures vécues vous-mêmes dans l’enfance, dans la relation à votre propre mère, même si c’est pas transgénérationnel, et surtout à ce qu’est le féminin – et surtout le Féminin Sacré. Vous avez des poètes qui vous l’ont dit bien avant moi : « Vos enfants ne sont pas vos enfants. » Parce que ce poète-là voyait derrière les apparences, et derrière les conventions de la matière, des liens familiaux, comme vous dites.

Et d’ailleurs, expliquez-moi comment vous allez faire. Imaginez que vous ayez un couple avec des enfants adultes, qui se retrouvent, avec ou sans le corps, sur les Cercles de Feu. Y en a un qui vient de tel endroit et l’autre qui vient de tel endroit. Vous croyez que vous allez avoir des difficultés à vous quitter ? Absolument pas. Et d’ailleurs vous avez certains, parmi vous, qui ont des enfants d’un certain âge, et ils vous remettent d’ailleurs à une place, hein. Ils veulent pas de vos histoires d’éducation, de parents, d’ordre, d’autorité. C’est fini, surtout si ils ont dépassé les quatorze ans. Pourquoi est-ce que vous voulez encore fonctionner à l’ancienne ?

Vous ne leur rendez pas service, à vos enfants que vous aimez et chérissez tant. Vous les maintenez dans l’esclavage, dans le lien. Vous appelez ça… alors bien sûr quand ils sont petits, c’est l’instinct maternel, et puis après y a les habitudes liées au corps de chair, et si vous y mêlez votre conscience, même si vous avez l’impression d’aimer, de servir et d’aider, vous tissez des liens qui sont des poisons pour après. Peut-être pas pour vous, si vous êtes libérés, mais pour ceux que vous avez nourris de cette façon-là. C’est ce que vous voulez ? C’est pareil pour les maris et les femmes, hein, pour les amis aussi.

Une fois l’Appel de Marie passé, surtout si vous êtes sur les Cercles de Feu, si vous êtes partis avant parce que votre corps est mangé, ou que vous êtes Absolus, y a plus de problème, mais sur les Cercles de Feu, même si vous vous retrouvez en famille, si je peux dire, vous verrez bien que vous n’avez plus les liens. Vous n’y penserez même plus. C’est pour ça que vous ne pouvez pas vous fier à ce que vous connaissez pour anticiper l’Inconnu ou pour le préparer, vous ne pouvez que le vivre. Mais projeter que vous allez vivre avec votre mari, ou continuer à vous retrouver de l’autre côté quand vous serez libres, c’est une hérésie. Y a aucun lien qui tienne dans la Liberté, c’est que la personne qui a besoin de ça : la famille, les enfants, le mariage, la sexualité, le fait de manger et tout. C’est ce que j’ai parlé, c’est les fameuses habitudes sur lesquelles vous ne pouvez rien, parce que c’est les habitudes de la matière et de l’enfermement.

Autre question.

Question : le dimanche de Pentecôte, avant de me lever, j’ai réécouté Bidi. Sa voix me berçait, j’étais dans la Lumière sombre. Je me sentais flotter sans bouger, le mental ne s’est pas manifesté. Cela a duré longtemps car Bidi avait cessé de parler. J’ai senti le côté gauche de mon corps se compresser vers la droite. Je me suis abandonné à cela, rien ne perturbait ce présent vide et je me sentais en plénitude. Je me sentais vraiment chez moi, l’Amour remplissait tout…

Bah oui, c’est tout à fait ça…

… lorsque j’ai ouvert les yeux, cette plénitude était toujours présente, avec un mental totalement absent. Pas une seule pensée de la journée. Depuis, la sérénité est présente et j’observe mon mental qui vient de temps en temps, sans s’installer vraiment. Quels éclairage pouvez-vous apporter sur ce vécu, et conseils au regard du mental qui revient parfois ?

Mais le mental, il sera présent jusqu’à ton dernier souffle, hein, chère sœur ou frère. Heureusement, sans ça comment voudrais-tu faire les choses de ce monde ? Sans mental, c’est pas possible. Mais, le fait de le voir, signe que tu n’es plus identifié à ton mental. Et ce que tu décris comme expérience, c’est l’Absolu, qu’est-ce que tu veux que ce soit ? Surtout qu’en revenant, tu gardes cet état. C’est pas une expérience, c’est l’Absolu. Voilà. Donc ça a été suffisamment clair, et éclairant, ce qui a été vécu, puisque tu constates les effets, au retour, qui durent. Ce qui te permet de voir ton propre mental. Mais nous n’avons jamais dit que le mental doit disparaître pour ne plus réapparaître, il disparaît pour vous laisser vivre l’Éternité, mais après c’est plus le mental qui commande et vous dites à ce moment-là que vous voyez votre mental à l’œuvre parce que vous n’êtes plus le mental. Si vous êtes le mental, vous ne pouvez pas le voir. Vous voyez la différence ?

Alors le mental, il a une fâcheuse tendance à s’approprier ce qui est vécu, mais dans ce cas-là, le mental s’est pas approprié, puisque ce frère ou cette sœur nous dit qu’elle voit son mental quand il revient. Mais il faut que tu sois rassuré, le mental il sera toujours présent, et c’est un avantage. Si y avait pas de mental du tout, vous seriez comme Ma Ananda Moyi, allongée ou assise en extase, tout le temps, mais, c’est pas la fonction que vous avez. C’est toute la différence entre le frère ou la sœur, qui va s’approcher de la Lumière, qui va vivre le Soi, qui vit des formes, des couleurs, des vibrations. La conscience s’expand. À un moment donné, l’expansion de cette conscience va déboucher sur une porte ; dans le Soi vous voyez une porte. Soit la porte est ouverte, comme dans le rêve de tout à l’heure, soit vous pénétrez, lors de la disparition, sans voir de porte, sans rien sentir et peut-être, excepté le phénomène de basculement du corps entre la gauche et la droite, sentiment d’un côté plus rétréci, ou plus ample, ou plus vivant que de l’autre côté, et là vous basculez dans l’Infinie Présence.

Mais le résultat est profondément différent selon que vous viviez cette Infinie Présence et que vous l’acceptiez. À ce moment-là, vous constatez au retour que vous n’êtes pas le mental quand il se manifeste, que vous n’êtes pas le corps, bien sûr. Alors que dans l’autre cas, qu‘est-ce qui va se passer ? Vous allez vous approprier les expériences au profit de l’ego, et vous ne voyez pas votre mental. Vous êtes persuadés que vous êtes vos pensées, vos idées, vos discours et vos mots. C’est toute la différence entre les deux, hein. Dans un cas vous êtes légers et sereins, dans l’autre cas, vous êtes lourds, au sens figuré comme au sens propre, hein.

Question : c’est un rêve : avec des amis, je vais chez un homme qui habite une maison en forêt. Dans la maison, les finitions ne sont pas de qualité. Sur l’escalier, sont collés des masques vénitiens, mal finis et pas esthétiques ; la décoration semble avoir été bâclée. Mes amis partent, je reste avec le propriétaire et nous parlons de la maison. Il me rappelle que c’est moi qui aie fait les travaux intérieurs ; je l’avais oublié. Je pars et reçois un appel de ma femme m’informant qu’elle ne peut pas garder notre enfant cette semaine. Je lui réponds que je ne pourrai pas non plus. Quels éclairages pouvez-vous m’apporter sur ce rêve ?

Oh c’est très confus, y a énormément d’éléments. Je me rappelle même pas ce que tu as dit au début, un petit peu. J’ai retenu la notion de forêt, et ce qui est surprenant dans ce rêve, c’est que la personne observe les malfaçons, alors que c’est elle qui a fait les malfaçons, c’est merveilleux. Or, la maison, c’est quoi ? C’est l’intimité. La maison dans la forêt, puisque c’est une forêt, la forêt, c’est le lieu de la vie mystérieuse cachée et l’origine de la vie. C’est là où les animaux se cachent, c’est là où est le mystère ; la maison est dans la forêt. Ce que j’arrive pas trop à saisir, c’est cette notion de défauts qui sont vus. Les défauts de la maison, c’est les décors, comme ça a été dit, l’apparence, la décoration, c’est ce qui va enjoliver, n’est-ce pas ? Et qu’est-ce qu’elle s’aperçoit : c’est que c’est elle qui a fait les travaux.

Donc, ça veut dire que dans sa maison et dans sa présentation, cette personne s’est elle-même présentée sous un jour un peu plus agréable que la vérité. Donc, y a eu… et d’ailleurs elle a parlé de masques vénitiens. Le masque, c’est l’ego. Même si le masque est beau, il n’est pas la vérité, c’est quelque chose qu’on porte pour ne pas être reconnu.

Donc là, y a un éclairage qui est en train de se faire. En plus, il est fait état d’un enfant à garder, c’est l’enfant intérieur. C’est pas le fils ou la fille, c’est vraiment l’enfant intérieur. Et là vous voyez, dans le couple, ils veulent tous les deux se débarrasser de l’enfant l’un vers l’autre. Ils ont tous une bonne justification pour ne pas garder l’enfant intérieur. C’est la même chose que le masque, c’est-à-dire c’est un frère ou une sœur à qui il est montré que dans sa vie, elle est toujours dans l’apparence, qu’elle a toujours essayé de se montrer avec un masque. Je suis désolé mais c’est exactement ce que ça veut dire, surtout avec la maison dans la forêt.

Donc ce rêve t’invite à laisser tomber tous les masques, à ne plus jouer des rôles, quelque part, de séduire à travers des apparences, à travers des décors. C’est ça qui t’es montré. Donc, c’est une invitation à lâcher tous les masques, à lâcher tous les décors, à se présenter nu et vrai, et donc pour cela, il faut accepter de garder l’enfant intérieur. Même si l’enfant a les traits d’un enfant qui existe réellement, dans le rêve, c’est toujours l’enfant intérieur.

Donc le rêve, là, ici, te traduit des choses que tu n’as pas vues, c’est-à-dire tous tes décors, toutes tes breloques, tous tes bijoux, tous tes mots, tous tes gestes, qui sont toujours colorés par une forme d’artifice. C’est pas l’autre qui est en cause, c’est toi. Donc encore une fois, c’est pas grave, puisque ça a été vu, même en rêve. C’est une invitation à la spontanéité de l’enfant, à l’innocence de l’enfant. Voilà ce qui t’est montré dans ce rêve.

La maison est dans la forêt, c’est-à-dire le lieu où la vie est cachée, et dans cette maison, y a des masques sur les marches, vous vous rendez compte ? Des masques vénitiens. C’est que quelque part, dans l’inconscient hein, c’est pas conscient du tout, ça veut pas dire que ce frère ou cette sœur, fait exprès mais elle a toujours considéré que il fallait porter des masques, et en croyant que c’était elle. C’est pas elle qui se met un masque, c’est elle-même le masque, qui l’empêche de voir la vérité, de voir son enfant intérieur qui hurle. Alors il y aurait d’autres choses, mais là après je rentrerais dans des choses trop intimes et trop personnelles concernant le couple, entre guillemets.

Alors, on continue.

Question : une nuit, j’ai eu de violentes crises d’angoisse, mon mental s’emballait dans des scènes de panique, mon cœur battait de façon sourde, comme des coups de masse. Au bout de trois crises, j’ai amorti ces coups par un mouvement de rotation de haut en bas, en moi, ce qui m’a permis de calmer le mental et de trouver un apaisement. Est-ce la bonne solution et ce qui est nommé le retournement ?

Oui, tout à fait, mais vous avez vu, à travers d’autres rêves qui ont été expliqués ou de phénomènes d’accès à la bilocation ou de l’Éternité, c’est exactement la même chose ici. Selon où vous êtes, ça vous dit où vous êtes. Y a une grande différence entre celui qui voit son corps, qui voit la porte interdimensionnelle, qui voit son corps léviter, tout ça se passe en douceur, et puis ceux qui ont des frissons glacés la nuit, ou qui font des rêves de forêt, ou qui décrivent ça, c’est exactement la même chose. Ça vous montre où vous êtes situés : encore dans la personne, et ça va vous donner des manifestations pas très agréables, ou déjà présents dans le cœur en totalité, et vous vivrez ces choses comme le premier rêve, qui sont surprenantes pour votre mental mais qui traduisent la Vérité, la Vérité de votre cœur, alors que les autres rêves traduisent encore une certaine forme d’illusion de vérité. Parce qu’y a cette notion de souffrance, de frissonnement, d’effroi, d’angoisse, d’excès du mental, ou de rêves comme ça, très riches. Ça vous montre où vous êtes. Il faut l’accepter, c’est pas un jugement, parce que dès que vous l’acceptez et que vous le voyez, tout change. Mais si d’emblée vous pensez que vous avez été possédés la nuit, ou autre, ça risque pas de changer.

Autre question, j’irai pas plus loin sur cette réponse-là. Mais globalement, à travers des rêves maintenant, même si y a une explication symbolique, même si y a une explication dans votre vie, le plus important c’est ça, à travers les processus qui se déroulent maintenant la nuit, parce que c’est plus facile la nuit. C’est pas plus facile pour votre personnage, mais c’est plus facile pour la Lumière, pour votre Éternité.

Question : « Le marquage ou signe au front de la bête sera visible ». Qu’est-ce que ce marquage ? Que sera-t-il exactement et qui concernera-t-il ?

Mais ça correspond à ce qu’avait dit saint Jean : « Il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus. Les appelés seront marqués au front. » Là, je crois que la personne, elle attend qu’il y ait un tatouage qui apparaisse ou quelque chose de physique, mais « être marqué au front », c’est sentir son front, c’est l’activation de la Couronne de la tête, rien de plus et rien de moins. Le signe de la bête, il sera mis dans la main. Être marqué au front, c’est là où vous êtes oints par le Seigneur, le signe de la bénédiction avec l’huile sainte. Ça fait de vous un appelé, la Lumière a frappé à la porte. Alors vous avez peut-être ouvert la porte de la tête mais après, vous savez, faut ouvrir la porte du cœur, que ce soit par l’Onde de Vie, par le Canal Marial, par le Feu Igné ou par les Théophanies.

Donc être marqué au front, c’est un processus énergétique. Ceux qui ont ouvert les chakras du haut, la Couronne, avant même que ça devienne la Couronne, vous sentez le front, la vibration sur le front. Certains s’enferment là-dedans, c’est l’illusion Luciférienne dans le pouvoir, la prédation et, comment ils appellent ça les Hindous, ils appellent ça les pouvoirs de l’âme, les siddhis. Mais tout ça, Bouddha vous disait bien : « Sauve-toi vite quand tu rencontreras ça », pour ne pas être piégés par l’ego spirituel. Donc le signe de la bête, il sera aussi au front ou dans la main, mais là ça sera physique et ça n’a rien à voir avec le spirituel, c’est tous ceux qui accepteront d’être pucés. Mais vous n’aurez pas le temps d’être pucés, heureusement.

… Il n’y a plus de questions écrites. Il reste un peu de temps pour des questions orales.

Ah, d’accord. Alors, allez-y, exprimez-vous.

Je crois qu’ils sont tous en dodo, hein… Non, j’en entends rire. Ça va.

Question : pourquoi l’Ancienne du Jour s’est-elle présentée seulement hier ?

Parce que ça fait partie de ce qui est à vivre maintenant. Le niveau de conscience de l’Ancienne des Jours, qui n'est pas une conscience isolée, elle vous l’a dit, hein, c’est l’ensemble des consciences qui s’exprime, c’est le Grand Esprit, si vous voulez, des indiens. Mais voyez, même eux ils ont appelé ça Grand Esprit, alors que c’est une Grande Esprit, c’est pas masculin. Alors elle a choisi ce nom, comment t’a dit : Ancienne des Jours ? C’est bien trouvé ça. Au moins, vous pouvez pas vous référer à quelque chose de connu.

Alors bien sûr, y en a qui connaissent les enseignements anciens, qui vont nous dire : « Oui, mais ça existe pas, y a que l’Ancien des Jours ». Mais justement, elle s’est appelée comme ça, pour ça. Elle a jamais dit qu’elle était l’Ancien des Jours, mais bien l’Ancienne des Jours. Alors si vous voulez l’appeler l’Éternel Féminin, le Féminin absolu, on peut trouver des dizaines de noms, mais l’important était de vous faire vivre cette espèce de densité. Vous l’avez vécu. C’est quelque chose de différent. La perception que vous avez eue, hier, c’est une des dernières perceptions qui survient quand vous êtes dans l’Infinie Présence et que vous basculez, si je peux dire, dans la Béatitude Éternelle. C’est la même qualité de conscience, la même qualité de vibration et d’énergie.

Voilà pourquoi elle n’est venue qu’hier. Il fallait attendre que certains processus enclenchés depuis le 8 mars arrivent à leur finalité, c’est-à-dire les Radiances Archangéliques et puis ensuite les Théophanies. Et après la Pentecôte, bah bien sûr c’est la semaine de Pentecôte où tout s’achève. Donc, elle ne pouvait intervenir qu’à ce moment-là. Parce que parler, c’est toujours facile, mais ce qui est important, vous le savez, c’est pas les mots, c’est la vibration. Or la vibration de cette très vieille conscience est ce qui se rapproche le plus de l’ultime écran visible en l’Infinie Présence, juste avant le basculement dans le noir. Et là, vous êtes chez vous.

Question : ce jeudi a lieu la dernière Théophanie Mariale. Est-ce aussi le dernier jour des Radiances Archangéliques ?

Mais oui, bien sûr, c’est fini après ; vous êtes autonomes, débrouillez-vous. Je sais même pas si nous aurons l’occasion de revenir… soit dit en passant.

Question : depuis une semaine, j’entends dans l’oreille gauche un son lointain, comme un tam-tam. Cela a-t-il un rapport avec l’Ancienne des Jours ?

Non, ça a un rapport avec les Trompettes qui arrivent. Vous avez remarqué, tous, que le son s’est modifié dans vos oreilles, pour ceux qui entendent le son de l’âme et de l’Esprit. Et de façon quasi permanente maintenant. Non, et les tam-tams que tu entends au loin, c’est pas l’Ancienne des Jours, hein, c’est les Trompettes. Alors bien sûr, c’est la mémoire de la Terre, elle vous l’a dit, je crois, mais de là à dire que ça vient d’elle, non. Ça vient de la Terre, et du ciel.

Question : pouvez-vous donner d’autres exemples d’habitudes en fonction des lignées, en dehors des Arcturiens ou des reptiliens ?

Oh bah c’est très simple. Oh ceux de Sirius, vous les reconnaissez : ils sont mielleux, ils sont toujours sensibles, ils sont toujours prêts à aider, ils sont toujours délicats, si je peux dire, parfois même un peu exaspérants dans leur délicatesse. Les reptiles, c’est l’inverse. Ils ont besoin, même si c’est totalement anodin, de toujours tout contrôler autour d’eux. Il va vous demander si vous vous êtes occupé de votre animal, il va vous demander si vous avez fermé le gaz. Il a besoin de contrôler et de vérifier. Alors si c’est votre mari ou votre femme, c’est très, très énervant, hein, mais c’est une constante.

Alors bien évidemment… qu’est-ce que je peux vous donner d’autre comme exemple pour des lignées importantes, hein ? Je vais pas prendre des lignées rares, mais par exemple ceux qui sont Végaliens. Les Végaliens sont des pédagogues, donc ils sont un peu comme les Arcturiens, ils ont besoin de comprendre, de tout démonter, en eux, les mécanismes, ou de démonter les machines qui leur tombent sous la main. Ils aiment bien connaître les mécanismes intérieurs. Les Végaliens, eux, sont plus tournés, quand ils sont incarnés sur terre, sur le besoin d’enseigner, le besoin de mettre en forme les choses qu’ils vont dire.

Alors qu’est-ce qu’on a d’autre… Les êtres qui ont une lignée qui vient d’Altaïr, par exemple, sont des êtres qui ont tendance à avoir une vision globalisante. Ils sont moins dans les détails que les Arcturiens, c’est-à-dire qu’ils perçoivent les détails à travers le tableau global alors que les Arcturiens, eux, ils rentrent dans tous les détails, ils vont pinailler tant qu’ils n’ont pas tout compris, vous voyez.

Sirius, c’est l’Eau le plus souvent, donc c’est l’émotion. L’émotion magnifiée mais quand même l’émotion. C’est la mère poule, par exemple, en plus les mères généticiennes viennent de là. Les reptiles, c’est ceux qui vont contrôler, qui ont besoin de toujours tout vérifier, et puis subrepticement, de toujours donner des ordres. C’est toujours présenté, parfois avec élégance, mais ce sont en général des êtres qui ont toujours une voix de commandement et ils s’en servent sans s’en apercevoir, ce qui est très déstabilisant.

Alors après, qu’est-ce qu’y a d’autre… Les Arcturiens, les Végaliens, je vais pas parler des choses très rares, hein, je suis désolé, on n’a pas vraiment le temps. Là, je vous donne les grandes lignées. Et en plus, si vous voulez, comme sur cette terre, vous avez tous, nous avons tous quasiment, pas une origine mais une lignée de Sirius, bien sûr, même si c’est pas notre origine stellaire, vous avez quand même un sacré paquet, j’ai pas de chiffre, mais qui portent les gènes reptiliens, même rédemptés, mais ils peuvent pas s’empêcher de tout contrôler. Ils aiment bien l’ordre, surtout pour les autres, hein, pas pour eux, donc ils aiment bien donner des ordres, ils aiment bien s’occuper. C’est eux les maîtres de maison, enfin ils le croient. Voilà, ça c’est des traits très caractéristiques. Vous avez d’autres systèmes solaires à me soumettre ?

… les Pléiadiens ?

Ah, les Pléiadiens. Les Pléiadiens, c’est des êtres de parole. Ils ne supportent pas qu’on ne respecte pas les paroles. Ils sont très diplomates. Ils cherchent toujours à arrondir les angles, des fois au détriment d’eux. Ils ont un côté, parfois, très lumineux mais un peu masochiste, hein. Ils ont le sens de la mission.

Quoi d’autre ?

… les Orionais.

Les quoi ?

… Orionais, les êtres d’Orion.

Et qui est-ce qui t’a dit que les êtres d’Orion s’appelaient des Orionais ? C’est quoi encore cette affabulation ? Mais les êtres d’Orion, ça dépend d’où. Parce que Sirius, vous savez que vous avez déjà trois soleils. Orion, c’est une constellation, c’est pas un soleil. Sur Orion, vous avez aussi bien des reptiles, des Gris, que des Néphilim, que des Élohim. Parce que vous, ce que vous appelez Orion, c’est ce que vous voyez d’ici, mais faut préciser. La constellation de l’Aigle, par exemple, c’est l’étoile principale, c’est tout. Par contre, pour Orion, vous avez des étoiles qui sont très éloignées. Vous ne pouvez pas dire que vous venez d’Orion. Si, vous pouvez dire que vous venez d’Orion mais ça vous donne pas d’indication, selon que vous veniez de Bételgeuse, d’Alnilam, de Mintaka, ou de Rigel. Y a pas une caractéristique commune.

Parce que par exemple, je vous avais dit que les Néphilim qui ont laissé les Cercles de Feu, ils venaient d’Orion. Mais c’est profondément différent des Dracos d’Orion. Et vous voyez l’amalgame ? Vous avez aujourd’hui des gens qui vous disent que tout ce qui vient d’Orion, c’est reptile, mais ils ont rien compris. Et d’ailleurs, vous avez des tas d’humains qui écrivent en ce moment que Orion c’est noir, c’est négatif, c’est que des êtres noirs, mais pas du tout. Donc je peux pas répondre, ça dépend de où, d’Orion. Si vous venez de Bételgeuse, vous étiez un Néphilim. Ça veut dire, entre parenthèses, que vous êtes là depuis 300 000 ans. Bon courage.

… et ceux d’Alcyone ?

Alcyone, c’est les Pléiades, ma chère. Y a six étoiles, les sept sœurs des Pléiades. Et y a des différences entre chaque étoile. Donc c’est pareil, quand vous dites « j’ai une origine pléiadienne », oui, mais d’où ? J’ai donné la caractéristique globale des Pléiades parce que c’est sept sœurs, donc elles sont à peu près identiques, contrairement à Orion qui sont situées dans des dimensions et à des distances faramineuses, même si elles vous apparaissent, depuis le point de vue de la terre, très proches, par exemple dans le baudrier d’Orion. Mais vous les voyez comme ça, mais vous savez pas si elles sont à côté. Par contre pour les Pléiades, c’est différent, parce que là, elles sont toutes dans le même, comment vous dites, cluster énergétique, ce qui est pas le cas pour Orion.

Donc je peux rien dire de plus pour les Pléiades. J’ai dit tout à l’heure une généralité, parce que c’est sept sœurs, mais venir d’Alcyone ou autre, des autres sœurs, ça change pas grand-chose, contrairement à Orion.

… les Andromédiens ?

Ah Andromédien, c’est très, très proche de l’humain, mais libre. Ils ont les mêmes caractéristiques physiques que nous, humains, quand nous sommes incarnés, un peu plus grands, hein. Mais ils sont dans les 3D unifiées. C’est d’ailleurs un lieu d’accueil important pour ceux qui n’ont rien à faire chez les Arcturiens, parce qu’ils ont des mémoires à décharger, ou chez les Végaliens, parce que c’est leur origine stellaire. Mais les Andromédiens sont énormément concernés, après l’Appel de Marie, pas avant hein, ils sont pas encore intervenus comme les Végaliens ou les Arcturiens qui interviennent de manière journalière maintenant.

… Aldébaran ? Quelles sont les habitudes des Andromédiens ?

Aldébaran, vous êtes sensiblement dans les mêmes caractéristiques que l’humain de la Terre, y a pas vraiment de marqueur. Les plus marqueurs, retenez, c’est ceux dont j’ai parlé en premier : le reptile, parce qu’y en a beaucoup, donc vous voyez très bien le prédateur à l’action, avec sa voix de commandement, et qui est toujours en train de faire semblant de s’intéresser à tout ce que vous faites, pour vous posséder quelque part, hein. Vous avez les lignées reptiliennes aussi, c’est très simple à voir. Indépendamment de ce côté très gentil, très affable, mais qui cache le fait qu’ils se mêlent des choses qui les regardent pas. Et surtout, essayer de prendre l’ascendance.

Alors c’est moins marqué chez les femmes. Chez les femmes, ça va être plus subtil : elles vont essayer d’attirer votre attention, d’attirer votre conscience… parce que le reptile a toujours besoin d’être admiré. S’il est dans un corps humain aussi, avec une origine comme ça, il a besoin de se faire voir. Il a besoin, parce qu’il se voit dans le regard de l’autre, et s’il ne se voit pas dans le regard de l’autre, surtout si c’est une femme, c’est terrible. Elle croit qu’elle est pas aimée, qu’elle est pas digne d’intérêt. Donc ce sont des êtres qui sont dans une forme de manipulation. Vous savez, ils vont vous prendre par le bras, vous emmener à part, ils vont sans arrêt essayer d’attirer, par des mots, ou des regards, ou une tenue, votre attention. Chez l’homme, c’est différent, c’est plutôt la voix de commandement. Et Sirius, homme et femme, aussi, c’est différent.

Je crois que j’ai mon ami de Sirius, là qui est devant. Vous savez, c’est ceux qui toujours vivent des choses incroyables mais veulent toujours les ramener à leur petite personne. Et puis les reptiles, par contre, eux, c’est autre chose. Ils ont une espèce de fascination pour les dragons. C’est normal, c’est les mêmes familles. C’est pas une famille au sens humain, je l’ai dit tout à l’heure, mais c’est une filiation, une résonance, si vous préférez. Voilà, mais comme les lignées les plus fréquentes, c’est celles, quand même, dont j’ai parlé au début, vous avez déjà un beau tableau de ce qui vous entoure.

...Le temps est écoulé.

Le temps est écoulé. Donc, je vais vous laisser faire votre pose. Je vous dis pas au revoir, je vous dis à tout à l’heure pour la suite.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 449

MessagePosté le: Ven 23 Juin - 16:20 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF Répondre en citant

.
Entretiens de Juin 2017


O.M. AÏVANHOV

Questions/Réponses 4



Eh bien chers amis, nous allons pouvoir continuer vos différentes interrogations et discuter ensemble. Alors reprenons ce que vous avez à demander.

Question : Frère K a mentionné que Marie avait été fécondée par une semence humaine non terrienne. Pourriez-vous préciser à propos de cette origine humaine non terrienne, et quelle est l’origine galactique de Jésus ? Est-ce la même que celle de Marie-Madeleine ?

Non, la même que Marie bien sûr. Mais comme Marie, vous le savez, les mères généticiennes, elles sont pas vraiment dans la 3ème dimension, il a fallu retrouver des relais génétiques issus de Marie, mais qui se trouvaient ailleurs, qui se trouvaient parmi les peuples humains – et pas humanoïdes – dans des mondes libres. Mais maintenant, ça ne servirait à rien que je vous dise si c’est Andromède ou les Pléiades ou autre chose, mais vous vous doutez bien que ça a un lien avec, on va dire, un système solaire de 3D unifiée, mais si possible qui était effectivement le plus proche de la Source, c’est-à-dire les Pléiades.

Question : suis-je dans la prédation si je tue un moustique qui essaie de me piquer ou si j’arrache des herbes dans mon jardin ?

Mais c’est n’importe quoi là, hein. Et quand vous mangez un légume aussi, c’est de la prédation. De toute façon, la prédation est généralisée sur ce monde, donc tout est acte de prédation. Tout ce que vous menez au sein de la dualité est nécessairement dans l’action-réaction, et l’action-réaction conduit systématiquement à la prédation, donc tout est un acte de prédation, si vous voulez aller jusqu’au bout. Même le fait, effectivement, de tuer un moustique est un acte de prédation, mais il faudrait vraiment être stupide pour se laisser piquer. Vous êtes obligés de vous adapter. Ce dont je parlais tout à l’heure, c’est surtout dans les relations humaines, mais la prédation, elle est présente dès que nous sommes incarnés, c’est la dualité inexorable de ce monde.

Donc la prédation, vous n’avez pas à vous priver de manger, pourtant vous savez très bien que la plupart des habitants de la 3D unifiée, soit n’ont pas de système digestif, et d’ailleurs les delphinoïdes, Ramatan vous avait bien expliqué qu’ils conservaient un repas rituélique, c’était un banquet, des agapes une fois par semaine, mais ils ont aucunement besoin de manger. Mais ils ont un système digestif. Et faut pas croire qu’il y a nécessité de manger dès que vous êtes dans la matière, mais cette matière carbonée est enfermée, c’est ça qui est responsable de la prédation, mais tout est acte de prédation. Il peut pas y avoir d’harmonie, d’équilibre, d’amour et de paix dès l’instant où même pour survivre, ou vivre, vous ingérez quelque chose.

Donc vous voyez, il faut pas pousser le bouchon trop loin. Déjà si vous résolvez et vous voyez la prédation à l’œuvre entre vous, c’est déjà énorme, mais vous êtes obligés de manger, pour la plupart encore, il me semble. Certains, effectivement, n’ont plus réellement besoin de manger, même pas de prendre le prâna des aliments, parce qu’ils sont nourris directement, cette fois-ci, ça a été dit je crois, pas Frère K mais Un Ami et Maître RAM, puisque quand vous respirez, vous avalez la Lumière, et quand vous avalez la Lumière par l’arbre bronchique, la Lumière, elle est métabolisée et elle vous nourrit, réellement et concrètement.

Comment croyez-vous que les mystiques, aux siècles précédents, comme certains en occident, mangeaient et vivaient avec une hostie par semaine, s’ils n’étaient pas nourris directement par l’Esprit Saint, comme ils disaient, par la Lumière Vibrale. D’ailleurs c’est pour ça, y en a qui se posaient des questions comme je disais, pendant les trois jours, mais rassurez-vous, ceux qui seront sur les structures des Cercles de Feu, on n’a pas prévu à manger ni à boire, même si vous avez votre corps physique, parce que la Lumière a pris le relais sur la digestion et vous digérez la Lumière, et là, c’est pas une prédation. Mais jusqu’à cette période-là, ben vous savez très bien que vous ingérez des choses.

Et je vais même aller plus loin, excepté dans ce qui est nommé la sexualité sacrée, un acte sexuel, même bien conduit, même équilibré, est nécessairement une forme de prédation. Quand vous êtes dans les dimensions unifiées, je vous ai dit, même dans la 3D, qu’il y a des peuples qui n’ont pas besoin de système reproducteur ni même d’organes génitaux. Puisqu’ils ne mangent pas et qu’ils ne boivent pas, ils n’ont pas besoin ni de faire pipi, ni de faire caca quoi que ce soit. Et comme y a pas de sexualité et que la sexualité, comme vous dites, se vit avec le cœur, la sexualité du cœur c’est la fusion des cœurs. Ça vous donne une extase qui est bien plus grande que l’extase sexuelle même la plus aboutie, si je peux dire.

Et quand je vous dis que la Félicité que vous font vivre les Théophanies, quand elles sont installées, vous avez l’impression de réellement jouir comme avec les organes génitaux, mais en permanence. C’est un état qui est un état naturel. Alors bien sûr, tant que vous le vivez pas, vous arrivez pas à comprendre comment trouver son cœur et vivre la Théophanie, mais dans un état d’extase, de Félicité, comme nous disons, qui est largement plus évident que l’acte sexuel. L’acte sexuel, indépendamment du plaisir, même quand il y a une communion importante, ça dure quelques dixièmes de seconde, une minute, quelques minutes. Ceux qui sont réellement et concrètement et définitivement dans cette vibration de la Théophanie, à travers ce qu’ils perçoivent dans le cœur et dans leur conscience, sont en train de se faire l’amour à eux-mêmes et au monde en permanence.

C’est les mêmes énergies qui sont mises en route, simplement dans un cas, ça reste à un endroit – sauf dans la sexualité sacrée – sauf que là, la jouissance, parce que c’est une jouissance quand nous parlons de Félicité, cette jouissance est tout à fait superposable à l’acte sexuel, sauf qu’il y a pas de sexe, y a juste le cœur.

Et d’ailleurs, pour ceux d’entre vous qui sont éveillés et qui ont une sexualité harmonieuse, vous allez, si ce n’est déjà fait depuis des années pour certains, constater que même le contact génital ne se passe plus au niveau génital. C’est le point de départ, mais ça arrive au cœur et à la tête. Alors selon, bien sûr, le tantrisme, y a des positions différentes qui font circuler l’énergie plutôt de l’un à l’autre ou de l’autre à l’un, mais ça c’est la sexualité sacrée, c’est-à-dire que la jouissance, le plaisir, n’est pas un plaisir sexuel, les organes génitaux ne sont qu’un moyen d’arriver au cœur. Bien sûr, c’est loin d’être le cas dans la sexualité normale, hein, puisque les énergies restent en bas. Mais c’est la même chose. C’était quoi la question ?

… la question était par rapport aux moustiques… et aux mauvaises herbes.

Je vois pas comment j’ai pu arriver des moustiques à la sexualité. Mais enfin bon, c’est quelque chose qui pénètre, c’est pareil.

… Il n’y a plus de questions écrites.

Eh bah alors vous avez toutes les latitudes pour poser les ultimes questions, hein.

Question : les Théophanies spontanées allant devenir permanentes, quand on est avec des personnes non informées et qu’une Théophanie se manifeste, quelle est l’attitude à avoir ?

C’est très variable, selon ce que tu observes, ça sera pas toujours pareil. Avec un inconnu, par exemple tu vas faire tes courses, t’as une Théophanie qui se déclenche au moment de payer, ça pourra très bien se passer, mais si c’est par exemple avec des gens qui te sont reliés affectivement, génétiquement, parents je veux dire, ou amis, ou connaissances on va dire, pas l’inconnu comme quand tu vas faire les courses, eh bien des fois ça se passera très bien, l’autre ne sentira rien du tout. Parfois vous allez constater que d’un coup il se met à mettre sa main sur le cœur et à regarder partout pour demander ce qui se passe, et dans d’autres cas, vous allez constater, et ça dépend pas de vous, que l’autre il va se mettre très en colère et changer totalement de comportement avec vous, et vous n’y pouvez rien.

Dans la Théophanie spontanée, vous dirigez rien. C’est le principe, c’est qu’elle se produit à l’emporte-pièce, et vous allez constater par vous-mêmes, comme l’exemple que j’ai donné par rapport au chef d’État, que dans certains cas cette Théophanie, elle vous revient, et je vous ai dit que quand elle revenait, vous sentez que ça passe par la petite Couronne de la tête avant de réintégrer le cœur. Puisque le cœur est présent aussi maintenant totalement, puisque le cœur est monté à la tête, je crois que ça a été dit ça, hein, et donc c’est exactement la même chose.

Les Théophanies spontanées, vous allez observer des gens qui sont totalement insensibles, d’autres qui vont changer de comportement plutôt de façon, sans savoir ce que c’est, plutôt agréable, et d’autres qui vont avoir des idées de meurtre en face de vous. C’est pour ça qu’il faut respecter, dans les Théophanies que vous faites, quand c’est surtout des gens que vous connaissez. Quand c’est un inconnu qui se présente à l’autre bout de la planète, c’est pas gênant, mais quand c’est une connaissance, un ami, la famille et tout, et que la personne est en opposition frontale à la Lumière, vous risquez d’avoir des réactions, hein. Mais vous n’y pouvez rien. D’abord l’énergie vous reviendra par la petite Couronne, et ensuite vous risquez d’observer des choses un peu bizarres. Donc dans ces cas-là, tu te sauves sur la pointe des pieds.

Et surtout ne t’amuse pas à dire à une personne qui est en colère ou dans le déni que c‘est ton cœur qui a fait ça, parce que si la personne est dans le déni, pour elle c’est rien du tout, c’est quelque chose qu’elle ne peut pas voir et qu’elle ne veut surtout pas voir, parce qu’elle est enfermée dans son ego et dans sa personne.

Donc je peux pas répondre de manière unique, ça va dépendre ; à chaque cas il faudra vous adapter. C’est déjà le cas, hein, vous avez tous observé, même sans sentir encore le cœur et la vraie Théophanie, mais que face à certaines personnes que vous connaissez, sans raison apparente, ils changent de comportement, ils vous agressent, ils deviennent en colère. Ou l’inverse aussi. C’est l’action de la Lumière, qui ne dépend pas de vous, parce que vous savez qu’indépendamment même de la Théophanie, dès que vous commencez à être installés dans le cœur, ce rayonnement il est permanent, hein.

Quand vous avez par exemple Ma Ananda Moyi qui est avec vous, ben vous sentez sa Présence avant même qu’elle travaille sur vous, elle rayonne de partout, même si elle concentre son rayonnement, par exemple pour créer un rayonnement, une radiance du cœur, ou un voile de Lumière, ou avec les Archanges quand ils font les Cures Vibrales. C’est exactement la même chose. Et vous ne pouvez pas contrôler la Lumière, surtout quand c’est effectivement spontané. Donc il faut vous adapter à chaque circonstance, par rapport à cela. Mais de toute façon, la Lumière n’est pas perdue parce que si y a un refus, elle vous revient en boomerang, quand c’est spontané, et elle réintègre, cette Lumière qui a été émise spontanément réintègre la source d’où c’est parti, c’est-à-dire le cœur.

Question : la manifestation du Feu Igné peut-elle entraîner des douleurs, par exemple, au niveau du cœur, des douleurs de type angine de poitrine ?

Pas tout à fait, parce que si vous avez des douleurs dans la poitrine, c’est tout à fait possible, c’était d’ailleurs le cas quand les Portes AL et Unité sont devenues actives chez certains d’entre vous, ça donne des douleurs. Mais la douleur, elle reste, elle est pas une striction de l’ensemble de la poitrine comme dans ce que tu nommes l’angine de poitrine mais elle va… elle descend pas dans les membres, ça va rester en regard des Portes. Même si ça intéresse par exemple les trois Portes, vous allez sentir le Triangle de la Nouvelle Tri-Unité. Si c’est la Porte Unité, vous allez sentir une douleur sur la Porte Unité, parfois sur la résonance postérieure qui correspond aux ailes, de chaque côté de KI-RIS-TI, ou parfois ça peut un peu remonter vers l’épaule ou aller vers le centre, mais c’est pas les caractéristiques d’une douleur cardiaque, au sens médical.

… la douleur signifie-t-elle résistance ?

Non, pas du tout. Ça peut être l’intensité de la Lumière qui travaille beaucoup à ce niveau-là. D’ailleurs vous sentez des picotements ou des coups d’aiguille qui durent très peu de temps à différents endroits du corps. Ça, c’est pas des résistances à la Lumière, c’est la Lumière qui s’installe, qui élargit les voies de communication au niveau physique et qui transforme vos cellules, vos organes et tout – et les transforme concrètement. Et d’ailleurs les médecins vont y perdre un peu leur médecine. Vous avez par exemple des exemples très connus, hein. Imaginez que vous avez quelque chose qui est très courant, c’est-à-dire une anémie, vous n’avez pas assez de sang. Et vous faites une prise de sang et on vous dit « mais avec ce sang que vous avez, qui est si faible, vous pouvez pas être debout, vous pouvez pas fonctionner ». Et vous fonctionnez, pourtant.

Vous avez aussi par exemple des maladies génétiques qui ont disparu chez certains frères et sœurs, et quand on fait le bilan biologique, on sait repérer cette anomalie génétique, elle est toujours présente et pourtant elle n’est plus manifestée. Pourquoi ? Parce qu’il y a d’autres brins d’ADN dont eux ne tiennent pas compte, qui sont pas encore… ils sont semi-physiques, ces nouveaux brins d’ADN. Vous savez que y a douze brins d’ADN, hein, mais les autres sont efficients. Donc vous pouvez très bien avoir des marqueurs biologiques de quelque chose de connu, très connu en médecine, et ne souffrir d’aucun symptôme de cette anomalie biologique.

D’ailleurs par exemple les frères et les sœurs qui se retrouveraient, ou qui se sont retrouvés durant ces années passées, avec des pathologies graves, c’est-à-dire des cancers, qui théoriquement mettent en jeu le pronostic vital, on s’aperçoit de quoi, et les médecins aussi ? Que ces frères et ces sœurs, leurs patients si vous voulez, sans jamais avoir rien fait, n’ont jamais de métastases, n’ont jamais d’altération de l’état général, même avec une tumeur qui grossit, parce qu’elle reste locale. Les mécanismes de défense, non pas du système immunitaire mais de la Lumière par rapport à la perte de l’intégrité, par rapport à une tumeur, permettent de limiter réellement et concrètement l’expansion de ce genre de pathologie ; même sans les faire disparaître, ça se fossilise et ça meurt. Ça devient cristallisé, donc la tumeur, même si elle bouge un peu, elle ne peut pas essaimer. Vous voyez, ça, c’est très important, parce que c’est pas le système immunitaire, ni la vitalité et la bonne santé, c’est l’action de la Lumière.

Autre question.

Question : une nuit, j’ai fait les protocoles de Maître Ram et de Un Ami. En demi-sommeil, j’ai ressenti comme si des serpents blancs sortaient de mon corps et disparaissaient. Cela a-t-il une signification ?

Oui, bien sûr. C’est une forme symbolique d’élimination des derniers engrammes. C’est un serpent, mais comme tu dis, il est blanc. Donc ça, c’est pas des prédations, c’est ce que je disais par rapport aux habitudes et aux comportements spontanés que vous n’avez pas vus. Donc effectivement, l’éclairage de la Lumière par les petits exercices que vous ont donnés ces deux Anciens, sont tout à fait à même de vous aider, sans travailler sur la personne, en travaillant uniquement sur la Lumière, de constater que des choses qui appartiennent à la personne – qui sont pas des pathologies ou des mémoires mais, comme je l’ai dit, des habitudes –, s’éliminent de cette façon-là.

Question : il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir des crampes et la douleur était telle que je m’évanouissais. Après il m’arrivait des problèmes.

Des crampes où ?

… à l’intérieur des cuisses.

Oui, l’intérieur des cuisses. La partie haute ou jusqu’au genou ?

… jusqu’au genou.

Oui, c’est le trajet des méridiens, des gros nadis, pardon, pas des méridiens, qui sont en liaison avec la plante des pieds, le creux des genoux et les Portes nommées Précision et Profondeur.

… pourquoi je m’évanouis à chaque fois ? Après je m’ouvre le cuir chevelu, là je suis tombée sur un lavabo sur la Porte ER.

Bah parce qu’il vaut mieux que tu disparaisses pour laisser se vivre ce qu’il y a à vivre.

… avant, chaque fois que je revenais à moi, on me disait : « tu vois, le passage est facile ».

Ben oui, il est facile, dès que tu as disparu.

… la dernière fois, ils ne l’ont pas dit.

Ils en ont peut-être marre de te répéter la même chose. Et y a rien de plus terrible, sincèrement, que les habitudes toutes bêtes de votre vie. Je dirais, comme c’est des choses qui n’ont pas été vues, que vous considériez comme normales, j’ai parlé des horaires par exemple, mais tout autre chose aussi, mais quand ça s’évacue par l’éclairage de la Lumière, eh ben c’est obligé de passer par des choses qui vont vous ébranler, psychiquement ou physiquement. Donc c’est cet ajustement très fin entre l’éphémère et l’Éternel. Et d’ailleurs, si les processus se passent la nuit ou dans ton cas extrême où tu t’évanouis, c’est parce qu’il est beaucoup mieux que ta personne ait disparu complètement pendant que la Lumière s‘occupe de toi. D’ailleurs, j’ai parlé aussi des vertiges en position allongée, j’ai parlé de toutes ces choses-là.

Hein, le problème, c’est que quand vous revenez, vous allez vous en saisir, bien sûr, comme tout un chacun, pour essayer de comprendre, de relier ça à quelque chose, c’est-à-dire une causalité. Et en mettant en route votre mental par rapport à ça, ben ça va recommencer, parce que tant que vous n’acceptez pas que la chose qui s’est produite n’a pas besoin de votre conscience pour résoudre quelque chose… bien sûr si c’est un problème médical, faut aller voir un médecin, mais si jamais rien n’est retrouvé, surtout dans ce cas que tu décris, parce que là tu décris le circuit d’un nadi par rapport à Précision et Profondeur, ça veut dire quelque part aussi que quel que soit ce qui a été vécu jusqu’à présent, il manque un peu de Précision et de Profondeur, c’est-à-dire de se débarrasser justement de toutes ces habitudes et de toutes ces références, d’être vierge, si je peux dire, par rapport à ce qui se déroule.

Mais bon, je suis bien conscient que quand on est incarné, même si on est réalisé, libéré, on a toujours besoin de savoir, de comprendre, d’expliquer. C’est le mental ça, c’est l’ego, même si vous voyez votre mental à l’œuvre. C’est sa fonction.

… je m’inquiète car cela se répète. N’est-ce pas le cœur qui dysfonctionne ?

Ah bah va voir un médecin. Mais il y a d’autres raisons aux évanouissements que le cœur.

… à chaque fois, ils me disent que je n’ai rien.

Ben si tu reviens et que y a rien, c’est que ça concerne ce que j’ai dit, c’est pas médical.

Bonnes chutes.

Question : quand je pratique la respiration de Maître Ram, au moment de la rétention, je suis prise de quintes de toux. Avez-vous un conseil ?

Quand tu respires amplement, comme a dit Maître Ram, la Lumière pénètre, mais une fois que tu es en pause respiratoire, cette Lumière donc est métabolisée et se dirige là où elle doit se diriger, c’est ça qui occasionne la toux, c’est des choses qui s’éclairent. Par là, il peut t’être montré qu’il y a encore des choses qui sont pas résolues au niveau de l’attachement, c’est-à-dire la gorge. Y a rien à faire, faut laisser faire. Avec l’éclairage mais aussi, si tu veux que ce soit plus doux, tu peux te servir plutôt des gestes qui ont été donnés par Un Ami, plutôt que la respiration.

La respiration, c’est très rapide, hein, et ça diffuse partout. Par contre, quand vous mettez les mains aux endroits qui ont été donnés par Un Ami concernant les Portes Précision-Profondeur, AL-Unité et OD-ER. Là c’est un peu différent parce que vous travaillez sur une concentration de la Lumière au niveau du cœur, alors que la respiration va plutôt faire diffuser cette Lumière et va aller éclairer ce qu’il faut éclairer. Mais les deux sont complémentaires, bien sûr.

Autre question.

Question : quand je suis dans le Cœur du Cœur, je ressens les Portes AL et Unité, mais cela passe par la nuque jusqu’au point ER de la tête.

C’est normal. Le cœur est monté à la tête, donc le cœur que tu sens ici, il est aussi là. C’est tout à fait logique. Et d’ailleurs je crois qu’Uriel, et Mikaël peut-être aussi, vous ont parlé de cette petite Couronne ; c’est la fusion des Éthers, il me semble. L’alchimie du cœur que vous vivez, et d’ailleurs ça a été décrit dans toutes les traditions, vous avez le chapeau de Bouddha avec le 7ème chakra et en son centre, le deuxième chapeau, la coiffe de Bouddha, qui est le cœur. Le cœur est monté à la tête, vous avez mis fin à l’illusion.

Question : après avoir pratiqué, la nuit, les protocoles donnés par Maître Ram et par Un Ami, j’ai rêvé de plein d’hirondelles, et c’était étrange car elles arrivaient tard par rapport au printemps.

Dans un rêve ? Mais quel rapport avec les processus de Ram ?

… j’ai fait ce protocole la nuit, et ce rêve est arrivé. Y a-t-il un lien ?

Ah non, y en a aucun. T’as le droit de rêver indépendamment de ce que tu fais avec ces protocoles. Il faut pas confondre les rêves, comme j’ai dit dans les premières interprétations, qui sont en fait un vécu mais que le mental vous présente comme un rêve parce qu’il peut pas le comprendre, et des rêves ordinaires qui se produisent.

… ce rêve a-t-il une signification, même s’il n’est pas lié aux protocoles ?

Bah l’hirondelle, c’est l’oiseau, c’est le royaume de l’Air, c’est le royaume de la Lumière, c’est beaucoup de choses. Et tu disais que les hirondelles étaient arrivées ou pas arrivées ?

… elles étaient en retard par rapport au printemps.

Oui, c’est en retard, mais je peux rien dire de plus par rapport à cela.

Y a un proverbe qui dit : « Une hirondelle ne fait pas le printemps. » Le printemps, c’est quoi, indépendamment du vrai printemps ? C’est la résurrection, c’est le retour de la Lumière.

Autre question.

… Silence…

Les questions se sont taries.

Question : il y a 320 000 ans, les Archontes ont installé des implants chez tous les humains pour diriger leurs vies tout au long des réincarnations...

Oh ils n’avaient pas besoin d’implants. Dès l’instant où ils contrôlent le système de contrôle du mental humain sur les dimensions intermédiaires, tout le reste se matérialise comme ils le souhaitent, puisque c’est eux qui contrôlaient la précipitation matérielle de ce qui venait d’en haut. Ils interceptaient la Lumière d’abord, par la déviation de la Lumière sur l’axe falsifié, la Lumière dite oblicale et non pas directe, mais ils n'ont pas besoin d’agir sur les individus, jamais. Sauf bien sûr pour ceux qui sont camouflés dans des corps humains, qui sont présents parmi vous, mais pour les Archontes de la falsification directe, ils n’ont pas besoin d’être présents et de travailler sur chaque personne.

Comment voulez-vous imaginer qu’ils mettent des implants sur chaque personne ? Et c’est pas nécessaire puisque votre structure biologique elle-même est marquée par ce sceau reptilien, c’est tout le cerveau archaïque. D’ailleurs, c’est l’un de leurs symboles, c’est l’œil, c’est le fameux troisième œil, vous savez, quand ils vous montrent un seul œil. Ils n’ont pas besoin de mettre quelque implant que ce soit, ça c’est encore des délires de ceux qui imaginent qu’il faut retirer des implants archontiques. Donc ils sont en réaction par rapport à ces implants, je parle pas d’entités, hein, tu as bien parlé d’implants.

Y a pas besoin d’implants puisque c’est déjà implanté directement dans le cerveau et dans les cellules, y a rien besoin de plus. Et la manipulation, elle est pas individuelle, sauf pour certains êtres qui sont chapeautés, on va dire, par des Archontes. Mais eux, ils se nourrissent pas d’une personne, sauf si elle est possédée, ils se nourrissent, dans le système de contrôle humain, de toutes les émotions et de toutes les activités mentales contraires à la Lumière qui sont déversées dans ce réservoir de nourriture, pour eux.

Donc l’histoire des implants reptiliens et tout ça, c’est du business puisque vous pouvez pas changer votre structure biologique. On peut que mettre de la Lumière par-dessus pour changer les modes de fonctionnement de vos cellules et de votre cerveau, mais les noyaux du cerveau reptilien, ils sont toujours présents dans la structure biologique, que vous ayez retiré des soi-disant implants ou pas. C’est pour ça que le cœur doit prendre le relais de la tête, et c’est pour ça qu’à l’issue des Théophanies, beaucoup d’entre vous commencent à ressentir la liaison entre le cœur, et le cœur qui est là (tête). C’est le cœur qui vous avait été retiré de la tête par la falsification. Tout le reste découle de là, sans aucune exception.

Vos habitudes, qui vous gênent maintenant, le besoin de résoudre, de l’action-réaction, de comprendre, d’expliquer. Ça, c’est pas des implants puisque c’est inscrit directement dans votre structure, dans toutes nos structures, même moi, tous les êtres, même Bidi. Simplement, à partir du moment où s’activent les Étoiles IM et IS, y a déjà un éclairage qui se fait, et quand vous êtes dans l’humilité totale et que vous saisissez et vivez que vous n’êtes pas cette personne, réellement et concrètement, le cœur s’allume et vous êtes libres. Mais les structures archaïques, elles sont là tant que le corps biologique sera là.

Ça, c’est le genre d’implant qu’on peut pas retirer, vous vous en doutez bien. Mais c’est pas un implant, je dis ça en plaisantant, c’est la structure. Ah vous savez, y en a qui s’amusent avec ça, y en a d’autres qui s’amusent avec les lignées. Nous avons appris, y a peu de temps, que y a des rigolos qui s’amusent à communiquer les lignées de l’extérieur, et en plus à faire payer. Ils vont avoir des drôles de surprise, eux, très drôles. Mais ça, c’est l’art de la manipulation et de l’inversion des Archontes. Les Archontes, maintenant, ont très bien compris que pour se faire admirer, il fallait parler d’amour et il fallait parler le langage de ex-AD. Ça fait « in », ça fait à la mode. Et en plus comme c’est réel, parce que tout le monde s’en aperçoit, ce que nous vous avons donné depuis tant d’années, même ceux qui refusaient, ils vivent les vibrations. Donc ils sont bien obligés de se rendre compte qu’y a une antériorité qui a été écrite.

C’est pour ça que maintenant vous êtes de plus en plus nombreux, même si y a plus d’organisation, de structure, et tant mieux, à lire, à écouter, à entendre, à suivre, si je peux dire, votre propre chemin, et en corrélant ce que vous vivez avec ce qui a été écrit voilà de très nombreuses années. Et c’était prévu ainsi. Même si y a du retard, si je peux dire, au contraire, c’est une aubaine, et je dirais même que la Lumière est toujours plus intelligente que nous, les plans que nous avons bâtis en tant que Melchisédech et Étoiles pour la libération de la Terre. Nous aussi, nous suivons les lignes de moindre résistance de la Lumière, vous voyez ? Alors bien sûr, rappelez-vous que les forces archontiques sont des parfaits imitateurs, ils peuvent même imiter l’Amour. Ils ont un très beau sourire, ils sont bien habillés, ils emploient un discours que vous reconnaissez. Ce sont des séducteurs, avant d’être des méchants reptiles qui viennent vous sucer le sang.

Et d’ailleurs ils préfèrent ça, parce que pour eux c’est beaucoup plus jouissif de tromper les gens à travers justement, déclencher un élan d’amour envers vous et se nourrir de ça. L’intérêt que vous donnez à ces pseudo-maîtres ou à ces pseudo… je sais pas comment les appeler, les nourrit. Vous les nourrissez doublement ou triplement, avec des espèces sonnantes et trébuchantes, et aussi par le simple regard et attention que vous leur portez. Mais bon, chacun a sa liberté, ils verront bien.

Question : j’avais compris que sur les douze brins d’ADN, deux étaient activés. Faut-il retrouver...

Non, les douze brins d’ADN sont actifs. Vous en avez deux physiques et vous en avez dix éthériques. Vous avez certaines anomalies, en particulier chez les enfants, où on trouve trois ou quatre brins d’ADN physiques. Les autres, c’est de l’ADN codant vibratoirement, mais qui est éthérique. Y a pas de place pour mettre douze brins d’ADN dans une cellule, donc ce sont des forces éthériques qui s’organisent comme l’ADN. Donc y a douze brins : deux physiques et dix éthériques.

… au départ, n’y avait-il que deux brins actifs, les autres étant inactifs ?

Non, ils ont été resynthétisés par la Lumière. Ils n’étaient pas là avant, bien sûr.

Question : lorsque le cœur s’allume, est-il normal qu’il y ait des moments où on ne le sent plus ?

Mais nous avons bien dit que vous étiez en phase d’installation de la Théophanie perpétuelle, nous n’avons jamais dit que tout un chacun devait sentir son cœur en permanence. C’est justement l’effet de sentir ou pas sentir qui va vous faire dire si vous êtes dans le cœur vibratoirement ou si vous êtes dans la personne. Donc si ton cœur disparaît alors que tu le sens, pas par expérience lors des Théophanies mais de manière quasi constante, et qu’à un moment donné il disparaît dans la journée, c’est une invitation à revenir effectivement dans le cœur. Tu peux t’apercevoir que la vibration du Cœur, de la Couronne ou de la Théophanie, c’est une énergie un peu différente mais ça se passe toujours au même endroit. Vous allez constater, si ce n’est déjà fait, simplement une pensée qui n’est pas bonne va éteindre le cœur, ça revient après.

Donc c’est tout à fait normal, jusqu’au moment où ça sera permanent et où ça ne pourra plus s’éteindre parce que y a plus aucune raison que ça s’éteigne. Y a plus de prédation, y a pas de jugement, y a l’humilité, la simplicité. C’est comme ça que vous faites l’apprentissage, pas autrement. Vous pensez quand même pas pouvoir sentir votre cœur qui vibre et qui vit maintenant, et en même temps entretenir des pensées de dualité, des pensées de jugement, des ressentiments et autres. C’est comme ça que vous menez votre apprentissage. Et vous sentez la différence : quand le cœur est présent, c’est léger, vous êtes clairs, tout est précis en vous et tout est facile. Dès que vous en sortez, quand vous l’avez vécu, vous allez voir que ça va vous paraître la mort, en quelque sorte.

Et c’est justement à force de faire ces allées et venues entre l’éphémère et l’Éternel, mais cette fois-ci non plus simplement avec la conscience mais avec le relais du corps de chair, c’est-à-dire que vous le sentez, vous le vivez, c’est pas uniquement la Couronne radiante, ou le Cœur Ascensionnel, ou le Lemniscate, ou le Canal Marial, c’est la réalité de votre vécu. C’est pour ça que être dans le cœur, c’est vibratoire ; c’est pas une idée, un concept ou simplement la bienveillance, c’est bien plus que cela.

Dès que vous êtes spontanés, la Théophanie est là. Vous sortez de la spontanéité, vous réfléchissez avant de sortir une phrase ou vous rentrez dans, par exemple faire la liste des courses que vous allez faire, c’est tout à fait normal que le cœur s’arrête, ou ralentisse. Je parle de la perception, hein. Ça vous permet justement de voir ce qui est de l’ordre du cœur et ce qui est de l’ordre non pas de l’ego mais de l’éphémère tout simplement. Et malgré ça, progressivement, ça va s’installer définitivement. Mais quand ça sera installé et présent définitivement, si vous en avez le temps, vous sentirez aussi des différences, sans décider une Théophanie, en étant donc dans cette Théophanie perpétuelle où vous décidez plus rien. Vous allez bien voir par vos-mêmes que selon les frères et les sœurs que vous rencontrez, ça augmente ou ça diminue, même si c’est toujours présent. Pareil selon vos pensées, selon vos émotions. Si vous faites de la comptabilité, le cœur ne vous sert à rien, hein, sans ça vous allez mettre des zéros partout.

D’autres questions… Sur ce qui vous a été dit durant cette semaine, y a pas d’autres questions ?

Question : le 7 juin a été cité par plusieurs intervenants et on a parlé de tribulations humaines.

Si vous voulez, quand on prend l’exemple des deux guerres mondiales qui se sont passées, y a toujours un évènement déclencheur, on est d’accord ? L’assassinat de l’archiduc, par exemple. Là, l’évènement a été déclenché ce matin, mais il ne concerne pas la France. Vous vous attendez à voir quoi ? Des bombes qui volent au-dessus de vos têtes ? Vous les verrez venir bien à temps. Mais l’évènement déclencheur a eu lieu, renseignez-vous.

Question : quel a été l’évènement ?

Regardez vos journaux. Les tribulations ont commencé ce jour, ce matin. Mais maintenant, vous savez toujours qu’il y a un délai. La guerre, contrairement à ce que vous croyez, pour ceux qui l’ont pas vécue, vous croyez que c’est quelque chose qui démarre comme ça sur une étincelle ? Non, la guerre est décidée à l’avance. Au niveau du peuple, on vous dit que c’est les circonstances, mais c’est pas vrai puisque quand la guerre démarre, et vous constatez d’ailleurs que toutes les forces en présence sont massées, tous les armements modernes sont en place. S’ils sont en place, c’est pas pour éviter la guerre, c’est pour la faire. Donc l’évènement déclencheur a eu lieu. Maintenant on va pas vous donner l’heure précise où vous allez prendre une bombe sur la tête, quand même.

Vous êtes encore dans des croyances stériles, là. Regardez l’histoire de cette terre, regardez les guerres mondiales comment elles se sont déclenchées. Y a un déclencheur, et après ça va pas se faire instantanément, ça prend quelques jours. Allez, maximum quelques semaines, pas plus. Mais le déclencheur n’est reconnu en tant que tel qu’après, dans l’histoire. Mais les tribulations ont commencé, réellement et concrètement, ce 7 juin. Alors elles vont prendre une autre tournure après le solstice d’été, beaucoup plus générale on va dire, partout sur la planète, mais vous n’en êtes pas encore là.

C’est vous qui projetez sans arrêt, regardez par rapport à 2012. Ramatan et Séréti avaient parlé que tout serait accompli au niveau de la transformation astronomique, qu’il avait dit. C’est effectivement ce qui s’est passé. Quand je disais déjà y a dix ans que la ceinture de feu allait se réveiller, mais quand je dis se réveiller, ça veut pas dire être en éruption. Vous voyez, je suis responsable de ce que je dis mais je suis pas responsable des interprétations que vous faites. Alors après, vous dites « Pépère, il raconte n’importe quoi ». Mais il vous faut des années pour vous rendre compte que c’était pas n’importe quoi mais que vous aviez interprété selon vos désirs, selon votre point de vue, et c’est pareil pour tout.

Regardez par exemple ce 7 juin. Les tribulations ont commencé, que vous le vouliez ou non. Tout est en place, et c’est pas dans un an parce que le déclencheur, en général, je vous l’ai dit, c’est quelques jours, quelques heures je crois pas, maximum deux à trois semaines, c’est tout. Qu’est-ce qu’il vous faut de plus ? Vous attendez de voir votre maison, ou d’avoir les supermarchés qui sont vides pour y croire ? Regardez autour de vous, et les évènements qui se sont produits ce matin sont décrits dans la Bible, dans l’Ancien Testament, dans le Nouveau Testament, dans le Coran, dans les prophéties bouddhistes, dans les prophéties modernes. Je sais pas ce qu’il vous faut de plus. Et vous pouvez rester dans le déni ou dans l’interrogation, c’est pas notre problème.

C’est la première fois, ou la deuxième fois, je vais dire, que nous vous donnons une date précise. Non pas de la fin des temps, puisque nous la connaissons pas, hein. Nibiru arrive, mais quand est-ce qu’il va être visible ? Je n’en sais pas plus que vous. Mais les évènements purement physiques ont démarré ce matin. L’Ascension a démarré le 8 mars, ça vous semble peut-être une date abstraite mais d’ici quelques semaines, si vous avez le temps et que vous regardez a posteriori, donc ce qui s’est passé dans cette semaine du 8 mars, vous allez comprendre. C’est comme les prophéties, y a des prophéties qui ont été écrites dans le langage de l’époque, que vous ne pouvez pas comprendre ni analyser, sauf quand ça se produit.

Mais nous, nous n’avons pas triché, tout ce que nous avons dit, que ce soit par rapport aux volcans, que ce soit même quand j’ai parlé, à l’époque, des vents qui allaient dépasser les 300km/h, jusqu’à 400, eh ben ces vents, ils ont démarré. Et vous me dites : « ah, j’ai pas vu les vents ». Ah ben oui mais là et dans les pays occidentaux, vous êtes encore dans votre doux rêve que vous avez un État qui vous protège et qui veut votre bien. Il faut vraiment être occidental pour croire ce genre de bêtise, hein, encore aujourd’hui.

Regardez ce qu’ils vous ont fait faire avec les élections, que ce soit en France ou ce qu’ils ont fait dans d’autres pays, ils continuent. Je vous l’ai dit, c’est la fin du système de contrôle du mental humain mais ils sont obligés, maintenant, de vous faire voir les symboles, non pas parce que c’est la gloriole de vous montrer tout ça, mais parce qu’ils sont obligés de vous programmer maintenant de minute en minute, sans ça leur système de contrôle du mental humain, il peut pas tenir. Donc ils sont obligés de créer des évènements qui génèrent de la peur, de la colère, de la tristesse, des manifestations ou peu importe, dans tous les pays. C’est ce qu’ils font, et de manière de plus en plus visible.

C’est pas parce qu’ils se cachent pas et que la Lumière éclaire seulement, c’est parce qu’ils ont besoin aussi de nourriture, et donc ils vous mettent des images, des scènes, des choses qui sont dans les spectacles, dans les cinémas, dans les films que vous avez vus. Ils vous mettent les même choses, pas pour vous divertir, en plus vous payez pour être programmés, c’est merveilleux. Vous payez pour votre écran qui est à la maison et vous payez pour aller voir des choses. Ils sont très forts, ils vous font payer pour votre propre esclavage.

Mais vous le voyez bien, l’eau est payante, et vous consentez, vous consentez toujours, et en plus, vous savez que vous pouvez pas… Si vous réagissez, de toute façon ils sont gagnants à tous les coups : vous dites rien, ils gagnent, vous réagissez, ils gagnent aussi. Les dés sont pipés. À part le cœur, y a pas d’autre solution. Mais maintenant quand j’entends des questions : « ah on est le 7, j’ai rien vu », mais regardez l’histoire de ce monde qui se déroule tous les jours. Je vais pas vous donner, moi, ce que vous avez sur vos internet partout.

Et vous le sentez à l’intérieur, si vous êtes dans le cœur. Si vous n’êtes pas dans le cœur, vous vous posez des questions. Si vous ne sentez pas, depuis la Pentecôte, l’imminence de ce qui se déroule et non pas la projection de ce que vous voudrez voir se dérouler, eh bien vous allez comprendre que c’est fini. Sauf si vous êtes dans la personne et le déni, donc vous n’êtes pas dans le cœur. C’est le propre du mental, vous croyez que vous pensez des choses et vous allez analyser des choses alors que ce qui a été dit, est pas ça.

… Le temps est écoulé.

Ah, si le temps est écoulé, il est écoulé pour moi, il est écoulé pour vous, n’est-ce pas ? Alors c’est l’heure de partir, ce que tu veux dire, c’est ça ?

… Oui.

Ah, je croyais que tu faisais une prophétie.

Alors chers amis, je vous transmets tout mon Amour, toutes mes bénédictions et je vous souhaite une bonne profondeur et de vous trouver définitivement durant ce mois, c’est préférable.

Je vous transmets tout mon Amour, nous sommes avec vous, même si nous n’avons plus l’occasion de vous parler de manière collective, d’accord ? Nous sommes tous en vous et vous êtes de plus en plus nombreux à nous capter, à échanger avec nous, de différentes manières. Donc je vous transmets tout mon Amour et je crois que Marie quand même reviendra à certains moments, en fonction de ce qui est observable pour nous, hein. Voilà, donc ça sera vraisemblablement autour du solstice d’été, en fonction des évènements humains mais aussi du signe céleste, en fonction de ce qu’on a observé comme progression. D’accord ?

Je vous transmets tout mon Amour et je vous dis, de toute façon, à dans quelque temps, au plus tard. À bientôt.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:16 (2017)    Sujet du message: ENTRETIENS de Juin 2017 : Complet + PDF

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom