Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Jeu 6 Juil - 12:09 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

Les canalisations, ne sortiront pas forcément dans l'ordre - MARIE est Prioritaire

Pour des raisons pédagogiques, il est impératif de lire les textes dans l'ordre
soit d'ERIANE à Sri AUROBINDO



Entretiens de Juillet 2017


O.M. AÏVANHOV - Questions /Réponses 1 OK
O.M. AÏVANHOV - Questions /Réponses 2 OK
MARIE (Prioritaire) OK
BIDI - Questions/Réponses OK
ERIANE OK
GEMMA GALGANI OK
MA ANANDA MOYI OK
ANAËL OK
OSHO OK
SRI AUROBINDO OK
O.M. AÏVANHOV - Questions /Réponses 3
O.M. AÏVANHOV - Questions /Réponses 4





A partir du 9 Juillet Marie et les Etoiles proposent des Théophanies tous les soirs à 20h (voir cana de MARIE)



_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Dernière édition par Ayla le Mar 18 Juil - 21:26 (2017); édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Juil - 12:09 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Jeu 6 Juil - 12:12 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


2 juillet 2017 - 15h


MARIE



Je suis Marie, Reine des Cieux et de la Terre. Enfants bien-aimés, je rends grâce à votre présence. Je suis venue aujourd’hui sans vous l’annoncer de manière préalable, car durant mes paroles et durant cette heure où je vais m’exprimer, se réalisera en chacun de vous une Théophanie, en mon Cœur et en votre Cœur Un.

… Silence…

Permettez-moi tout d’abord d’honorer votre présence en ce début de mois de juillet.

Avant toute chose, j’aimerais à nouveau vous rendre grâce, où que vous soyez sur la terre, pour avoir vécu avec diverses intensités les Théophanies que nous vous avons proposées en cette période de Révélation. Nombre d’entre vous, où que vous soyez, avez réussi, par ces Théophanies justement, à découvrir ce qu’est un témoin ou un observateur, afin de ne plus être enfermés dans l’illusion de ce monde, vous donnant à voir la Vérité, la vérité de l’Amour et de l’Éternité. Chacun d’entre vous vit à sa manière sa révélation intérieure, révélation intérieure à laquelle vous assistez en votre propre corps et en votre propre conscience, vous donnant peut-être à voir ce qui n’avait pas été vu et qui obstruait, si je peux dire, le chemin de votre Cœur et de votre Éternité.

De la même façon, ainsi que vous le constatez de partout dans la société humaine, la révélation est en cours. Elle se traduit non seulement par des éclairages ou des prises de conscience, mais de manière plus discrète certainement pour l’instant, vous invite à vous repositionner au plus proche de la Vérité, au plus proche de votre Cœur d’Éternité. C’est en cela que vous devenez simples, que vous rejoignez la Voie de l’Enfance qui vous permettra, lorsque je viendrai vous appeler, si ce n’est déjà fait, de rejoindre votre Éternité, quel que soit le devenir de ce corps et de ce monde.

Alors qu’aujourd’hui, à la surface de cette terre, l’ensemble des écrits des prophètes se réalise sous vos yeux, il y a une invitation de plus en plus intense et de plus en plus pressante à vous retrouver, à vous reconnaître au-delà de toute apparence, de toute histoire et de toute fonction que vous pouvez encore occuper au sein de ce monde, afin de faire vôtres les paroles de mon Fils : « Votre Royaume n’est pas de ce monde », « Vous êtes sur ce monde mais vous n’êtes pas de ce monde », vous amenant, avec clarté et avec intensité, à vous reposer en votre cœur, en l’Amour qui ne connaît nulle condition et nulle restriction. Tout cela se passe en ce moment même. Vous le voyez aussi en toute partie du monde où les Cavaliers se déchaînent afin de libérer la Lumière et de mettre fin à l’illusion. Tout cela se déroule en vous, comme il se déroule sur l’écran du monde comme au niveau du Soleil.

Je vous avais invités, voilà quelques semaines, au début des Théophanies, à surveiller le Soleil. Aujourd’hui je vous invite à surveiller votre cœur, afin de l’observer et de vous retrouver. Cela est fort simple. Vous n’avez besoin d’aucun élément extérieur, vous n’avez besoin d’aucune connaissance, vous avez simplement à acquiescer, à dire « oui » à la Vérité, cette Vérité qui ne peut apparaître en ce monde et qui pourtant est inscrite en chacun de vous.

Vous êtes la chair de ma chair car je suis présente en chacun de vous, non seulement dans votre cœur mais en chaque cellule humaine présente à la surface de cette terre. C’est en cela que j’intercède pour vous auprès de la Vérité, auprès de la Lumière, c’est en cela que la Grâce se vit. Nombre parmi vous se retrouvent, même sans pouvoir le nommer, dans cet état de témoin et d’observateur, vous faisant assister à votre propre vie comme un rêve, ne vous faisant rien fuir mais au contraire vous densifiant dans la Vérité et mettant fin aux illusions, aux croyances, vous mettant à nu avec vous-mêmes, là où se trouvent la splendeur et la beauté de votre Vérité éternelle. Quoi qu’il se déroule en vous, même si votre corps résiste ou souffre, quoi qu’il se déroule en votre conscience, gardez la confiance en votre Éternité, car là est la solution, vous le savez et vous le vivez.

Nous sommes, nous aussi, membres de la Confédération Intergalactique, à quelque échelon que cela soit, avec vous, autour de vous et en vous, à célébrer votre réveil et à attendre votre délivrance. Vous êtes chaque jour plus nombreux à acquiescer, à dire « oui » à la Lumière, quelles qu’en soient les difficultés apparentes qui ne sont que des obstacles passagers, qui ne peuvent vous encombrer plus longtemps dès l’instant où vous vous tournez vers vous-mêmes, en votre intimité, en cessant d’échafauder et de croire à des histoires quelles qu’elles soient, car vous êtes antérieurs à toute histoire, vous êtes antérieurs à toute forme. Vous êtes la Vérité, vous êtes la Voie et vous êtes la Vie, comme mon Fils vous l’avait dit de Lui ; aujourd’hui vous pouvez le dire, car vous le vivez.

En ce processus de Révélation, effectivement, que cela soit sur l’écran du monde ou en vous, vous observez des réticences, des peurs, parfois, mais dès l’instant où le cœur est vécu, ne serait-ce qu’une fraction de seconde, alors la Vérité vous est apparue. Il vous reste à la laisser s’installer totalement et prendre toute la place, afin que vous soyez en permanence, quel que soit l’état du monde et quel que soit l’état de votre corps, de vos pensées, de vos émotions, dans cette Paix éternelle qui est votre nature, votre héritage et votre vérité en cet instant.

Les illusions de ce monde, comme vos propres illusions et croyances, tombent les unes après les autres. Que cela soit par les mécanismes nommés vibratoires, que cela soit par le retournement de la conscience elle-même, il vous est donné de vous asseoir avec confort en votre Éternité. Retenez que cela est extrêmement facile, et si cela vous semble compliqué ou difficile à atteindre, alors il vous faut changer d’emplacement, de point de vue, cesser de projeter votre conscience en votre histoire ou en ce monde, rentrer en l’intimité de votre cœur, et là faire silence. C’est ainsi que se découvre à nouveau la Vérité, l’Instant Présent, l’Ici et Maintenant, et surtout la Joie, qui ne dépend d’aucun support ni d’aucune satisfaction au sein de ce monde ou au sein de vos croyances.

Tout cela se révèle pour chacun de vous à votre rythme, selon ce que la Lumière de la Vérité rencontre en vous touchant. Vous êtes chaque jour plus nombreux à redécouvrir la vérité du cœur, même si auparavant vous n’aviez jamais été intéressés par quelque élément de spiritualité. Nombre d’entre vous effectivement aujourd’hui sont ce que mon Fils avait nommé les derniers, qui deviennent les premiers parce qu’ils réalisent leur Éternité et sont libérés sans jamais avoir cherché, sans jamais avoir demandé. Tout cela, bien sûr, avec l’œil de la personne, vous ne pouvez le comprendre, vous ne pouvez l’expliquer, mais cela est vérité.

En cet instant et durant la période qui s’ouvre devant vous, je vous réinvite, de manière individuelle, à vous installer dans le Cœur, à en vivre les Théophanies, à en vivre la vérité, la beauté, et surtout cet Amour qui ne dépend d’aucune condition de ce monde, ni même de votre propre condition. C’est ainsi que vous êtes libérés. Ainsi est l’état de Grâce, ainsi est votre Cœur, celui qui ne connaît nulle souffrance et nulle peur, et qui attend – qui attend votre Présence.

C’est en cette Présence que dorénavant vous êtes ici présents en ce monde, tout en n’étant pas de ce monde, pleinement et entièrement incarnés, pleinement et entièrement présents à votre Éternité, là d’où sort tout contentement et toute joie, mettant fin, si vous l’acceptez, aux souffrances, aux résistances, aux illusions, aux adhésions qu’il peut encore rester en vous, à ce monde. Vous retrouvez votre Royaume où nulle tache ne peut apparaître, où nul défaut ne peut se présenter. Tout y est parfait et vous êtes de plus en plus nombreux à le vivre, spontanément, avec légèreté.

D’autres parmi vous, mes enfants, vous expérimentez des douleurs, des souffrances, des résistances, sur lesquelles il ne sert à rien de vouloir agir par votre propre personne, par votre propre connaissance, car même ces souffrances ne sont là que pour vous aiguiller vers l’Abandon à la Lumière, vers le sacrifice et votre résurrection. Vous n’avez besoin de personne, vous n’avez besoin de rien, si ce n’est d’être vous-mêmes, totalement vrais, au-delà de toute histoire, de tout scénario. Là est la vraie Liberté, cette liberté intérieure que nombre d’entre vous avez vécue au moment de la Libération de la Terre par l’Onde de Vie, le Sharam Amrita comme disent nos frères et sœurs orientaux. Les Théophanies, aujourd’hui, réalisent la même chose, mais avec plus de facilité, plus d’évidence.

Et si cela, ce que je vous dis là, ne semble pas vous concerner, n’ayez aucun désespoir, n’ayez aucune recherche, soyez dans la certitude de ce que vous êtes, même sans le connaître, qui ne correspond à rien de ce monde, à aucune forme ni à aucune dimension. Vous êtes la Vérité et la Vie. Cette Vérité, cette Vie, sont éternelles, elles ne dépendent d’aucune naissance, d’aucune mort, d’aucune souffrance, d’aucune condition et d’aucun conditionnement. C’est à cela que vous êtes invités dorénavant par les Théophanies que vous réalisez spontanément, parfois même sans rien demander et sans rien désirer. Alors, à ce moment-là, vous rentrez dans la Grâce de l’Unité, dans le rayonnement de la Lumière qui n’a pas besoin d’effort, ni d’effort de volonté, ni même d’intention, parce que la Grâce est spontanée, elle se déverse de vous sans aucune intention, sans aucun but, parce que c’est ce que vous êtes.

Alors bien sûr, si votre personne porte encore des illusions, des croyances, des souffrances, il ne sert à rien aujourd’hui de vouloir comprendre, expliquer, disséquer, décortiquer, parce que chaque souffrance vous invite simplement à rejoindre avec plus d’évidence votre cœur, siège de la Joie et de l’Amour, siège de la Vérité. Tout le reste est superflu et ne vous sera plus d’aucun secours, car comme vous le voyez autour de vous par l’action des Cavaliers et de la folie humaine, tout se déroule exactement comme les prophètes de la terre l’ont annoncé. Où que vous tourniez vos yeux, vos lectures, ils vous disent tous la même chose, et cela se réalise en ce moment même.

Cette Révélation est quelque chose de très joyeux pour celui qui s’approche de son cœur, et quelque chose qui peut être désastreux pour celui qui maintient l’illusion, accroché à ce monde, à ses connaissances, à ses croyances. Le cœur ne se découvre, en cette phase maintenant de la terre, que si vous déposez toutes les armes de votre mental, de vos acquis, de vos projections, de vos peurs.

Rappelez-vous, l’Amour est spontané, alors soyez vous-mêmes spontanés. Ne mettez pas au-devant les apparences, les justifications, ne mettez pas au-devant vos connaissances, mais mettez-vous simplement vous-mêmes en la nudité de votre cœur, en la puissance de l’Amour et de la Vérité. Tout le reste, je dis bien tout le reste, est superflu et devient même un obstacle à la Vérité.

Nombre d’intervenants vous ont préparés, depuis fort longtemps pour certains d’entre vous, à vivre ces moments en paix, à vivre ces moments dans la Joie. Et rappelez-vous que l’Amour est toujours la Joie, et s’il vous semble manquer de Joie, cela veut dire simplement que vous n’avez pas encore laissé émerger l’Amour que vous êtes et que quelque part en vous, quelle que soit la justesse de ce que vous en pensez, il existe encore des éléments qui freinent cela, des voiles, des résistances, des obstacles, qui tiennent à l’habitude de ce monde et aux croyances, inclus non pas par la société mais par l’ensemble des religions.

Aujourd’hui, vous pénétrez encore plus avant dans la vérité essentielle qui vient mettre bas tous les mensonges, toutes les zones d’ombre qui peuvent être encore présentes en vous ou sur ce monde. Ainsi est la Révélation. Si cette Révélation est acceptée et vécue, alors la Joie en est la conséquence directe. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, si vous n’êtes pas en joie le plus souvent dans votre journée, et pour certains de façon permanente et indélébile, alors il vous reste à voir encore certaines choses. Non pas les expliquer, non pas les comprendre, mais simplement les voir et faire confiance à ce que vous êtes. Il n’est pas question de l’affirmer mentalement, mais il est question de le vivre en conscience et en vérité. Vous ne pouvez tromper ce que vous êtes et vous ne pouvez vous tromper en la Vérité du cœur.

« Cherchez le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous et tout le reste vous sera donné de surcroît. » La Joie, la légèreté, la Paix, la Béatitude, la Félicité vont devenir votre lot quotidien, dès l’instant où vous lâchez, dès l’instant où vous acceptez de vous retrouver, non pas en un quelconque scénario de ce monde ou une quelconque projection d’un avenir quel qu’il soit, mais au sein de l’Instant Présent, de l’immanence de votre cœur et de la permanence de votre joie. Là sont les meilleurs témoins et c’est ainsi que vous rendez le meilleur témoignage de la Vérité que vous êtes. Tout le reste est en train de passer et de disparaître de votre conscience, de votre vue, de vos sens.

Ainsi, paradoxalement, plus le chaos de ce monde se révèle à vous, plus, si vous l’acceptez, la Joie grandit, vous faisant détourner votre regard et votre conscience de ce qui n’est pas essentiel et vrai, de ce qui ne fait que passer.

S’ouvrir à l’Inconnu et vivre l’Inconnu, c’est ne rien imaginer, ne rien supposer, être totalement disponibles en l’Instant présent, là où il n’y a pas de place pour personne, là où il n’y a pas de place pour une quelconque émotion, un quelconque mental, une quelconque justification de croyance ou d’histoire, personnelle ou collective.

D’ailleurs, vous êtes de plus en plus nombreux à vous apercevoir que vous voyez réellement l’invisible, que cela soit le soir dans votre lit, que cela soit dans vos contacts dans la nature ou avec d’autres frères et sœurs humains. Même si vous ne pouvez pas clarifier pour l’instant les choses en vous, vous voyez bien et vous vivez bien que les choses deviennent différentes. L’important n’est pas de le nommer, l’important n’est pas de l’expliquer, l’important, c’est de le vivre en toute humilité, en toute simplicité. Accepter de n’être rien ici pour retrouver cette éternité, cette simplicité, cette légèreté. Aucun élément de vos croyances résiduelles ou de votre personnalité ne peut s’alléger dorénavant, elles ne peuvent être que transmutées par la loi de Grâce et la loi de l’Unité. Votre personne ne peut plus rien sur cela si ce n’est constater la prééminence de la Lumière, la prééminence de la Vérité et la prééminence de l’Amour sur toute chose.

Le temps de l’oubli s’achève, réellement et concrètement. Les innombrables signes du ciel et de la terre, comme ceux de vos corps et de vos consciences, sont flagrants. Seul celui qui est dans le déni ne veut pas voir ou ne peut pas voir. Rappelez-vous qu’après le déni, il y a la colère, dans le Choc de l’humanité, et qu’après cette colère et cette négociation vient l’acceptation de la Vérité, et c’est là où la Joie remplace toutes les émotions, toutes les souffrances, toutes les peurs, toutes les mémoires, est un baume qui s’étale de partout. Sur votre âme, si elle est présente, sur votre corps, dans vos cellules, dans vos relations, avec le monde physique comme avec les mondes plus subtils.

Ainsi donc vos sens, quels qu’ils soient, se sont ouverts à la vérité. Bien sûr, nous savons très bien que parmi vous, qui s’ouvrent en ce moment même, il peut exister encore des craintes. Cette peur de l’Inconnu, cette peur de la Vérité qui est inscrite dans certaines parcelles de votre conscience et de votre cerveau est un garde-fou qui vous empêche de tomber dans l’illusion et vous faisant prendre ce monde pour la vérité. Le retournement de la conscience vous donne à vivre cela, par petites touches ou avec intensité, selon la qualité de votre Présence. Je ne parle pas de vos connaissances, je ne parle pas de vos croyances, je ne parle pas de vos désirs, de vos souhaits, mais de l’acceptation de la Vérité qui se passe de tout mot parce que là est la Joie, là est la conscience qui n’a jamais connu de naissance ni de mort.

Vous constatez d’ailleurs, de plus en plus nombreux, que votre façon de penser change, que votre positionnement sur ce monde, sur la spiritualité, sur ce que vous êtes, change aussi. Bien sûr l’ancien résiste, que vous le vouliez ou pas, parce qu’il ne dépend pas de vous, même s’il vous concerne directement, mais ne dépend simplement que de certains automatismes qui se sont installés au fur et à mesure de votre vie, au fur et à mesure de vos incarnations en tant que personne à la surface de ce monde. Rappelez-vous aussi que chacun d’entre vous peut m’appeler, peut me prier, et je serai là. Que vous le perceviez ou pas ne fera pas de différence car vous en constaterez les effets en votre chair, en votre vie, en vos relations, en vos communications.

Il y a donc une ouverture réelle et concrète qui suit, comme vous le savez, l’approche de mon Appel et l’approche de Nibiru. Beaucoup d’évènements se sont produits déjà, de manière visible ou invisible, depuis le début de l’année 2017, sur cette terre. Nous vous l’avons dit, ils vont toucher très bientôt leur acmé. En cette année, nombre de choses auront passé et nombre d’entre vous vivront leur Cœur. Que mon Appel ait eu lieu ou pas, que Nibiru soit visible ou pas, les effets de sa présence, émergeant du Soleil, se fait sentir et se fait vivre en chacun de vous. Même si beaucoup parmi vous n’ont pas les mots pour comprendre ce qu’il se vit, ni même pour l’expliquer, mais ce n’est pas important parce qu’en vivant cela, vous retrouvez ce que vous êtes, que vous aviez oublié, et cela est une certitude qui ne souffre aucune hésitation, aucun commentaire, et qui met fin d’elle-même à tout le reste, sans effort.

Mais vous savez, mes enfants, vous avez la liberté d’aimer la matière. La Lumière ne vous impose rien. Si vous pensez encore demeurer dans le libre-arbitre, dans le monde de la dualité, cela fait partie de votre liberté. Chacun de vous retrouvera ce qu’il est et sera libre d’expérimenter ce qu’il a besoin d’expérimenter, où que ce soit et en quelque forme que ce soit. Ainsi se réalise le Serment et la Promesse, avant même mon Appel. Voilà un an, l’Archange Anaël vous avait donné un certain nombre d’éléments chronologiques devant se dérouler durant cette période. Cette chronologie-là, il vous l’avait dit, ne suit pas nécessairement l’ordre chronologique dans lequel il vous l’a donné.

La fin des Théophanies organisées a permis de réaliser, pour nombre d’entre vous, le Serment et la Promesse, qui deviendra réel, vous le savez, au moment ultime où le Soleil réabsorbera Mercure et où la Terre s’expansera sur sa nouvelle orbite, dans une nouvelle dimension.

La joie de l’Amour, qui est Liberté, peut aussi vous faire peur. Par vos habitudes et vos comportements au sein de ce monde, nombre d’entre vous avez pris l’habitude de vous prémunir du lendemain, d’obéir à des règles sociales, morales, légales, à des conventions morales et affectives qui ne tiennent plus aujourd’hui, vous le voyez bien. Certains d’entre vous, d’ailleurs, le vivent avec plus ou moins de difficulté pour l’instant, mais cela est indispensable pour retrouver votre liberté. Ce n’est pas vous qui décidez, quoi que vous en pensiez. Même si vous ne vivez pas votre cœur, c’est la Grâce et la Lumière qui décident pour vous.

Il n’y a plus moyen de faire marche arrière, il n’y a plus moyen de reculer, il y a seulement la possibilité de voir la vérité en face et d’acquiescer, de dire « oui » à la Joie, « oui » à la Vérité, « oui » à la Vie. Non pas celle amputée, ici-bas, mais la Vie éternelle, celle qui ne dépend pas des contraintes de ce monde ni d’une quelconque évolution à laquelle vous pouvez encore croire. Ce qui évolue, c’est la personne, mais la personne jamais ne pourra être libre – et pourtant, vous êtes un cœur libre. C’est ça qui se révèle à vous, avec bonheur, avec aisance, parfois avec résistance.

Il n’est plus question aujourd’hui de parler de vibrations, ni même des Couronnes radiantes, ni même du Canal Marial. Allez droit au but, allez en votre cœur, non pas mentalement mais par votre conscience. Regardez votre cœur, ressentez ce qui se déroule à ce niveau-là. Tout le reste, la béatitude, la Félicité, la Libération, ne peut venir que de là. En cela, il vous faut aussi acquiescer que vous n’êtes ni le mari ni la femme de…, que vous n’êtes pas l’enfant de…, que vous n’avez pas telle profession. Tout cela permet de participer à ce monde mais ne participe en aucun cas à l’établissement de la Vérité que vous êtes.

Vous le savez, il vous reste à vous le démontrer, si ce n’est déjà fait, par vous-mêmes, il vous faut oser être, il vous faut oser vous affranchir de toute résistance, de toute souffrance, de toute peur. Non pas en combattant, non pas en luttant, mais en regardant votre cœur. Tout le reste découle de là et se produit naturellement et spontanément, avec beaucoup plus d’aisance aujourd’hui que cela fut le cas voilà de nombreuses années. Faisant que maintenant, en ce début de mois de juillet, l’ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, l’ensemble des Étoiles, des Anciens, l’ensemble des peuples stellaires libres sont avec vous pour assister à votre résurrection, pour célébrer avec vous votre renaissance en la Vérité.

Alors à vous de voir si vous êtes encore attachés aux plaisirs de ce monde, aux désirs de ce monde, ou si vous vivez dans le cœur où tous les contentements sont présents. Je vous le répète : vous n’avez besoin de rien d’autre. Si vous croyez encore avoir besoin de quoi que ce soit, surtout en ce qui concerne ce que vous nommez la spiritualité, alors vous êtes incomplets et vous ne voyez pas clair. C’est le Cœur qui vous éclaire. Vous pourriez parler la langue des anges, déplacer des montagnes, s’il vous manque l’Amour, vous n’êtes rien. Si vous êtes l’Amour, en ce monde, vous êtes petits, et en vérité, vous êtes le Tout.

Pour ceux d’entre vous qui liront ou écouteront mes mots a posteriori, rappelez-vous du 2 juillet à 15 heures. Que s’est-il passé pour vous durant une heure, quoi que vous fassiez à ce moment-là ? Quelles qu’aient été vos occupations, vos souffrances ou vos joies, vous allez vous rendre compte qu’il y aura de plus en plus de ces moments, même sans que je m’exprime. Ces Théophanies sont réalisées dorénavant directement par le Soleil, vous touchant, mettant déjà fin à certaines illusions au sein de la société. Le rayonnement du Soleil, le rayonnement cosmique, permis aussi par le Soleil libéré, occasionne, vous le voyez autour de vous, d’innombrables pannes. C’est normal, cela fait partie de la Révélation.

Vos scientifiques savent déjà depuis de nombreuses années que le comportement du Soleil agit et interagit avec le comportement humain, à titre individuel, à titre collectif. La vibration de la Terre touche un nouvel acmé. La libération du noyau de la Terre, en 2012, a permis au rayonnement d’émerger sous vos pieds – vous le savez, certains d’entre vous l’ont vécu par l’Onde de Vie. Aujourd’hui, ce rayonnement du noyau cristallin a réussi à franchir les couches isolantes résiduelles de la Terre nommées, je crois, la ionosphère et la magnétosphère. Le noyau cristallin de la Terre a recontacté le Soleil et Sirius, faisant que déjà depuis presque un mois, ainsi que le Commandeur l’a stipulé, tout le processus final de l’Ascension de la Terre et de votre liberté est enclenché de façon, maintenant, non plus subtile mais de plus en plus visible à vos yeux qui se dessillent et vous donnent à voir la Vérité, vous donnant à voir la mascarade de certains systèmes organisés.

Que vous nommiez ceux-ci « finance », « politique », « justice », « médias », vous êtes toujours plus nombreux à vous rendre compte des manipulations, des mensonges, de l’enfermement, de la peur dans laquelle ceux qui vous contrôlent vous ont amenés. Leurs contrôles touchent à leur fin. Ils ne sont plus alimentés par les lignes de prédation, ils ne sont plus alimentés par vos émotions parce que vous êtes dorénavant de plus en plus nombreux à dépasser ce stade des émotions et ce stade du mental, découvrant à votre façon la Vérité – en votre vie, en votre corps, sur l’écran du monde, peu importe – et c’est cette découverte-là qui ne permet plus de nourrir la prédation en aucune manière.

Ainsi, pour ceux que le Commandeur avait nommés les méchants garçons, le jeu est terminé. Bien sûr, ils joueront leur partition jusqu’au dernier moment. Vous savez très bien qu’ils ne peuvent pas faire autre chose, mais même à eux, et surtout à eux, ma grâce de Mère leur est ouverte car il n’y a rien qui ne puisse être pardonné. Il n’existe, contrairement à ce qu’ont dit certaines religions, aucun péché mortel. Comment ce qui est immortel pourrait mourir ? Comment pourrait-il y avoir de punition plus forte que celle d’être enfermés en ce monde, privés de Joie et privés de cœur ?

Ainsi donc tout ce qui se déroule dorénavant depuis déjà quelques mois, et surtout depuis le 7 juin, vous donne à vivre cette Apocalypse, cette Révélation ultime de qui vous êtes, et surtout qui vous donne à voir tous les pièges et toutes les illusions de cet enfermement dans lequel ont été créées même les lois spirituelles que vous nommez karma. Ce karma est la suprême illusion pour les spiritualistes, parce qu’il vous emmène en l’adhésion à votre personne, en l’adhésion à un passé, et vous empêche de trouver l’Esprit et de vivre l’Esprit. Rappelez-vous, toute connaissance vous est inutile. Si vous ne l’acceptez pas, vous le constaterez par vous-mêmes, réellement et concrètement. Nul ne peut pénétrer le Royaume de la Lumière s’il ne redevient comme un enfant, s’il n’abandonne tout bagage, toute croyance et toute souffrance.

Vous n’avez rien à payer, vous avez déjà suffisamment payé, et nous avons payé avec vous. En l’Amour, il n’y a pas de paiement, tout est don, tout est spontané, tout est gratuit. Il ne peut y avoir de rétribution autre que la Joie qui émane de vous-mêmes. Toutes les autres rétributions, liées au karma, ne sont que vanité et illusion.

Il vous faut, vous le savez, redevenir autonomes et libres, non pas en quittant qui que ce soit ou quoi que ce soit en ce monde mais en quittant l’illusion de ce monde afin de vous installer là où tout est Paix. Chacun d’entre vous peut le faire, quels que soient ses antécédents, quelles que soient ses souffrances, quelles que soient ses habitudes, quelles que soient ses peurs. Vous avez en vous tout ce qui est nécessaire. Vous n’avez besoin que de votre conscience afin de découvrir que vous êtes à l’origine de toute conscience, en quelque monde que ce soit, en quelque dimension que ce soit et en quelque corps que ce soit.

Quand nos frères et sœurs orientaux nous disent que tout est Un, ils ne font qu’exprimer la vérité de ce qu’ils vivent et non pas un concept ou une croyance à laquelle il faudrait adhérer, sinon cela serait aussi une erreur. Voulez-vous être en Joie ? Voulez-vous être Libres ? Voulez-vous être vrais ? Voulez-vous enfin être vous-mêmes ? Alors ne vous accrochez à rien de ce qui vous est connu, ne vous accrochez à rien, ne soyez tenus par rien. Bien sûr, respectez les lois et les jeux de ce monde mais observez la Liberté que vous êtes, quelles que soient les contraintes de ce monde, quelles que soient les souffrances de votre corps. L’Amour est le baume guérisseur, mettant fin à tout ce qui est faux. Pour cela il vous faut être à la fois dans l’Enfance, dans la spontanéité, dans l’innocence même, et dans l’accueil.

Mon Fils disait de garder votre maison propre car il viendrait comme un voleur dans la nuit. Certains d’entre vous, de plus en plus nombreux, l’ont aussi et déjà reçu. Reposez-vous en ce que vous êtes et laissez s’éloigner de vous ce qui n’a plus lieu d’être. Suivez l’Intelligence de la Lumière, l’évidence de la Grâce. C’est très simple, encore plus simple aujourd’hui, dès aujourd’hui. Ce qui résiste n’est pas la Lumière. En la Lumière, il y a fluidité, il y a légèreté, il y a Joie. Ne prenez pas mes mots comme des discours ou des concepts mais comme des choses que vous devez vérifier par vous-mêmes, en votre âme et conscience, par votre vécu, par votre chair, par votre vie elle-même. Parce que dès l’instant où vous avez dit « oui » à la Lumière et avez lâché toutes vos illusions, alors c’est la Lumière qui dirige votre vie et non pas votre mental, vos connaissances, vos pensées, vos émotions, vos liens de sang, vos liens affectifs, ni vos liens sociaux.

La Lumière va vous enjoindre de plus en plus, au fur et à mesure que l’influence de Nibiru se fera sentir – avant même sa visibilité –, ce qui est déjà le cas, à lâcher ce qui vous encombre, parfois même sans comprendre, sans pouvoir l’expliquer, sans pouvoir le justifier. Allez dans le sens de l’Évidence et assurez-vous que ce n’est pas votre personne qui avez décidé cela, mais bien la Grâce de la Lumière elle-même. À ce moment-là, vous vous apercevrez que vous ne pouvez plus vous revendiquer ni d’une quelconque religion, ni d’un quelconque groupe social, ni d’aucun groupe familial. Vous serez totalement libres, sans pour autant rejeter quiconque ou qui que ce soit, car il y a dans votre Cœur, dès l’instant où il est trouvé et retrouvé, la possibilité d’accueillir même ce qui vous semble opposé à la Lumière.

C’est le cas d’ailleurs pour vous, et c’est comme ça que vous trouvez votre cœur, mais c’est aussi le cas pour chaque être de cette terre. À ce moment-là vous pourrez dire, comme mon Fils : « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Alors, vous aussi, pardonnez. D’abord à vous-mêmes, de pardonner les illusions, les croyances, les adhésions, les souffrances, les peurs, et pardonnez au monde, pardonnez aux Archontes, car ils ont le même cœur que chacun de nous. Aucune vie n’est possible sans la présence d’un cœur, aucune vie ne peut être claire sans être reliée à la Liberté, reliée à la Source et à l’origine de la Lumière. C’est cela que vous vivez, avec plus ou moins de bonheur pour l’instant, mais en tout cas chacun d’entre vous va constater que cela va se magnifier.

Alors bien sûr, pour certains d’entre vous, cela passe par des épreuves. Certains d’entre vous peuvent se retrouver chassés de chez eux, certains d’entre vous peuvent perdre un proche, perdre un travail. Ne voyez pas les inconvénients de cela, voyez cela comme une opportunité pour vous retrouver. C’est à travers cela que vous montrez ce qui est essentiel pour vous. Est-ce votre forme, votre matière, votre confort ou est-ce votre Éternité ? Chercher ce Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous n’est pas une recherche, c’est une acceptation. Tout le reste vous sera donné de surcroît en ces phases particulières de tohu-bohu et de chaos.

Je sais aussi, bien sûr, que nombre de mes enfants sont encore perdus dans des projections dans un futur idyllique, ce que vous nommez le New-Âge. Je vous invite à relire ce que disaient les prophètes; où que vous tourniez votre regard, en Orient, en Occident, en Asie, parmi les peuples primitifs, il n’a jamais été prévu une quelconque amélioration, il n’a jamais été prévu un âge d’or au sein de cette dimension que vous connaissez. L’âge d’or se situe ailleurs, sur cette terre en une autre dimension, ou sur tout système solaire que vous avez envie, par la liberté, d’expérimenter.

Il vous faut effectivement aujourd’hui vous laisser dépoussiérer par la Grâce de la Lumière, il vous faut aujourd’hui vivre ces Théophanies et constater par vous-mêmes l’installation de la Paix, car la Paix, la sérénité, est vraiment le témoin parfait qui vous prouve ce que vous êtes. Aucun mental, aucune interrogation mentale ne pourra vous satisfaire ; d’ailleurs le mental ne pourra pas tenir. Vous le savez déjà, nombre d’entre vous vivent des disparitions spontanées. Les injonctions de la Lumière deviennent de plus en plus évidentes, elles sont déjà très puissantes. Les injonctions de la Lumière vont se déployer de plus en plus.

Le Commandeur des Anciens vous avait dit que la Lumière, maintenant, n’était plus seulement au niveau des lignes elfiques, au niveau des peuples de la nature, mais que les vortex s’installent de partout. Les piliers de Lumière qui vous avaient été annoncés par le peuple des dragons se généralisent sur la terre. Les fléaux des Cavaliers se déploient avec intensité dorénavant. Les Éléments les plus importants en sont pour l’instant le Feu, par les températures, par le feu qui brûle mais aussi par la grêle qui n’est qu’un feu froid, si je peux dire. Cela fait partie des calamités dites bibliques qui commencent à toucher des territoires de plus en plus grands.

Et plus ces territoires s’élargissent, plus vous avez la capacité de vivre la Vérité, parce que dès l’instant où vous n’avez plus aucune certitude, dès l’instant où vous n’avez plus d’éléments connus auxquels vous raccrocher, alors la vérité du Cœur est là, la vérité de la Lumière. Voyez-vous cela, mes enfants ? Vous le verrez de toute façon, sauf bien sûr si vous êtes dans le déni ou la colère, sauf bien sûr si vous êtes attachés – et c’est votre liberté – à la matière, attachés aux conventions plutôt qu’être libres dans le cœur. Mais vous ne pourrez pas tenir l’un et l’autre ; il est temps maintenant de prendre la place que vous avez choisie, je dirais, en votre âme et conscience.

Alors durant ce mois de juillet, il n’est pas question de former un quelconque égrégore, il n’est pas question de former un quelconque groupe, mais durant ce mois de juillet, je vous inviterai, de manière individuelle et collective, à vivre ces Théophanies de façon encore plus intense, si je peux le dire. Vous le vivez d’ailleurs déjà spontanément mais il est agréable, non pas de créer une énergie de groupe mais de vivre la Liberté ensemble.

Alors pour cela, dès le 9 juillet, je serai à vos côtés chaque soir, et je précise, à 20 heures, heure de l’horloge, dans quelque pays que vous soyez. Accordez-moi une demi-heure, je serai là, mes sœurs seront là, afin de célébrer votre résurrection, votre renaissance, afin d’accueillir votre cœur. Car vous le savez, il n’y a que vous qui pouvez réaliser, en votre intimité, ce passage, mais nous pouvons être là, par notre présence aimante. Et vous pouvez être là, les uns les autres, au même moment, non pas pour créer une quelconque énergie, un quelconque groupe, mais simplement pour éprouver la Liberté.

Je sais aussi que certains Anciens vous ont donné encore des techniques, des exercices, des respirations. Si vous en sentez le besoin, ne vous en privez pas, mais n’oubliez pas de retenir quelque part en vous que vous n’avez besoin de rien et que c’est votre personne qui vous fait croire que vous avez besoin encore de quelque chose. Mais n’hésitez pas à vous nourrir de cette façon pour l’instant, si cela vous semble trop ardu. Mais je vous espère chaque soir, à partir de 20 heures, où que vous soyez dans le monde, afin de célébrer votre résurrection.

Vous le savez, la chronologie des évènements annoncés par les prophètes se vivent dorénavant sous vos yeux. Nombre de peuples, dont hélas les occidentaux ne font pas partie, sont intimement au courant de ce qui se déroule et que vos gouvernements, dans tout l’Occident, essayent de vous cacher. Certaines religions ont en effet, malgré leur falsification, été très proches de la vérité, dans leurs prophéties. Des contacts plus modernes, surtout dans les pays européens cette fois-ci, par les manifestations de ma Présence, dans certains cas, ou les apparitions du Christ, quand elles étaient réelles, vous ont fourni des éléments qui ne peuvent laisser aucun doute. Nombre d’Étoiles aussi, lorsqu’elles étaient incarnées, ont laissé des éléments de prophéties. Recherchez-les, par curiosité simplement, si vous avez besoin d’être affermis dans votre cœur. Cela ne vous fera pas rejoindre votre cœur mais vous montrera l’évidence de ce qui se déroule.

J’espère en tout cas, durant ce mois de juillet, et à partir du 9 à 20 heures, vous retrouver de plus en plus nombreux lors de ces célébrations. Il s’agit bien sûr de Théophanies, mais ces Théophanies vont présenter quelque chose de nouveau, parce que nombre d’entre vous, en ayant vécu ces Théophanies, avez compris et vécu la Vérité. Alors à partir du 9 juillet, ce que vous aurez l’opportunité de vivre pendant le temps que vous voulez, ne serait-ce que quelques minutes, ne serait-ce que le temps d’un sourire ou une heure si vous en avez besoin – vous choisissez le temps, vous choisirez la durée, vous choisissez l’intensité.

C’est une occasion d’assister l’ensemble de vos frères et de vos sœurs. Par votre présence aimante en ce moment-là, en ces réunions, vous libèrerez l’Amour inconditionné à la surface de la terre. Vous réaliserez alors votre part du seul travail véritable qui est la Libération, vous donnant à voir avec de plus en plus de clarté et d’évidence tous les rouages de l’enfermement de ce monde, que cela soit au niveau de la biologie, au niveau de la chimie, au niveau de la société, au niveau de la prédation, au niveau des états, des gouvernements, de ceux qui tiennent les rênes de l’information ; vous ne pourrez plus être dupes. Et vous êtes d’ailleurs chaque jour plus nombreux à ne plus être dupes de ce jeu de dupes.

L’ensemble de mes sœurs Étoiles et moi-même nous réjouissons d’avoir l’opportunité de vous assister et de célébrer avec vous, par les Théophanies, ce que je nomme maintenant votre résurrection, parce que c’est de cela qu’il s’agit.

Je vous rappelle aussi que mon Appel peut survenir dorénavant à n’importe quel moment, mais vous savez qu’avant mon Appel, il y aura des signes dans le ciel et des signes sur la terre. Non pas en quelque endroit de la terre ou du ciel mais en tout endroit de la terre et partout dans le ciel. Cela ne pourra laisser aucun doute, excepté bien sûr pour ceux qui resteront dans le déni, jusqu’au moment où ils entendront ma voix les appeler par leur prénom. Ils me reconnaîtront avec évidence.

En cette période, la Lumière vous demande aussi, parfois de manière violente, effectivement, une forme d’allègement, une forme de liberté – intérieure avant tout –, de ne plus dépendre d’aucun groupe, de ne pas dépendre d’une affection, même la plus sublime, de ne dépendre d’aucune croyance. Parce que les préparatifs sont achevés. Je vous l’ai dit : le processus de l’Ascension a démarré réellement et concrètement, de la Terre, le 8 mars. Le 7 juin, les évènements humains se sont enclenchés et s’enclencheront de façon de plus en plus flagrante. Dès le 9 juillet et dès ce jour, les Théophanies vont se généraliser même à ceux qui n’ont rien demandé, et surtout ceux qui ne croient pas en quoi que ce soit sur ce qu’ils sont. Or vous savez que même sans le vivre, il faut d’abord croire à votre Éternité et ne plus croire à ce monde, ne plus croire à rien de ce qui vous est connu, parce qu’être libéré, c’est toujours l’Inconnu, c’est toujours imprévisible – et c’est toujours sublime.

Alors ces rendez-vous, quelle qu’en soit la durée pour chacun de vous, réalisera une Théophanie permanente sur la terre parce que chacun de vous la réalisera à 20 heures, partout sur la terre. Que vous soyez mille, que vous soyez des millions, ne changera rien, il y a le même élan, le même déversement de la Lumière, la même Révélation.

Je pense que maintenant je vais cesser mes mots et vous proposer, en cet instant où je parle et en l’instant où vous me lirez ou m’écouterez, de vivre ces Théophanies nouvelles, parce que cela est mon don et cela est ma Grâce, que je destine à chacun de mes enfants. Alors si vous le voulez bien, accueillez, accueillez.

… Silence…

Je suis Marie, Reine des Cieux et de la Terre. Je bénis chacun de vous. Je vous aime. Vous êtes la Lumière du monde, non pas celle qui éclaire la tête mais celle qui révèle le Cœur et la Vérité. Soyez bénis, où que vous soyez, en quelque jour que ce soit. Et j’espère voir chacun de vous, en nombre chaque jour plus important, fêter et célébrer votre résurrection.

… Silence…

Je suis Marie, Reine des Cieux et de la Terre, et je ne vous quitte plus. À toujours, en l’Amour et en le Vrai. Au revoir.

… Silence…


* * * * *

_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Ven 14 Juil - 08:21 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


O.M. AÏVANHOV

Questions/Réponses 1



Eh bien chers amis, je me réjouis de me trouver à nouveau avec vous. Je vous présente toutes mes bénédictions et si vous le voulez bien, pendant quelques instants, nous allons faire silence pour théophaniser tous ensemble durant quelques minutes avant de laisser libre cours à vos interrogations du moment.

… Silence…

Et je vous remercie pour cet accueil très chaleureux et très cardiaque, n’est-ce-pas ? Alors nous allons pouvoir commencer à avancer ensemble sur tout ce qui peut se présenter en vous comme interrogations. Donc je vais écouter les questions. J’ai des choses à dire mais je pense que j‘aurai l’occasion de les dire à travers vos différentes questions qui ne doivent pas manquer, avec ce mois de juin qui vient de s’écouler. Alors je t’écoute, cher ami.

Question : en revenant après une disparition à la fin d’une intervention, j’ai eu deux flashs. À ma droite, j’ai reconnu une voisine assise sur sa chaise qui s’en allait en marchant dans la salle. À ma gauche, des personnes étaient assises autour d’une table, alors qu’il n’y a pas de table dans la pièce. Quel est ce vécu ? Est-ce une dislocation de la conscience ?

Une quoi ?

… une dislocation de la conscience.

Non, une fragmentation. Pourquoi le mot… fragmentation, c’est bizarre comme mot. Fragmentation signifie explosion. Là, c’est pas tout à fait une fragmentation, ni même le mot qui a été employé. Quand vous revenez, comme ça a été dit par ce frère ou cette sœur, vous avez un moment qui est en général très bref, où vous passez de la disparition, c’est-à-dire de l’Absolu, à la personne. Vous savez qu’il est extrêmement difficile de stabiliser, si je peux dire, la conscience, à la limite de sa propre disparition. C’est là pourtant où se tiennent les preuves formelles de ce qui est vécu. Toutefois, quand vous revenez au sein de la personne, y a effectivement des éléments, en l’occurrence ici avec des personnes connues, un groupe qui est inconnu, qui se manifestent.

Je crois pas que vous puissiez tirer des informations de ce qui se produit à ce moment-là, surtout si ça concerne des voisins, comme là, ou un groupe d’individus. Y a pas vraiment de vision de retour que je qualifierais d’archétypielle ou de grand symbole. Je peux pas te dire ce que c’est mais je pense pas que ce soit quelque chose qui soit extrêmement signifiant de quoi que ce soit. C’est juste une vision qui est apparue au moment de ton retour, comme tu le dis. La scène est très brève, tu dis toi-même que c’est un flash ; un flash, c’est une image et puis plus rien. Je ne pense pas que tu dois rechercher quoi que ce soit par rapport à cela, parce que vous allez constater, et nombre d’entre vous l’ont déjà vécu, qu’effectivement, lors du processus de disparition ou lors du processus de retour, y a un certain nombre d’informations visuelles ou autres qui peuvent se présenter, qui sont des bribes, des fragments comme ça a été dit tout à l’heure, des espèces de fragments de tous les possibles.

Vous ne pouvez pas, comment dire, rattacher cela à votre histoire personnelle ou à quoi que ce soit qui vous soit personnel, parce que les images que vous rapportez à ce moment-là sont des images furtives, c’est-à-dire comme des flashs, qui n’ont pas nécessairement d’explications mais qui correspondent à tous les possibles qui peuvent être vus quand votre conscience est à la limite, je dirais, de la A-conscience, et vous donnant à voir une forme de sphère avec tous les possibles et tous les possibles de toutes les formes et de toutes les consciences. Ça n’a pas nécessairement de traduction pour votre vécu, c’est juste le témoignage que vous êtes restés, même si c’est sous forme de flash, quelques courts instants entre la disparition et le réveil au sein de la personne, au sein de cette Infinie Présence.

C’est tout ce qu’on peut en dire, mais ne cherchez pas, là non plus, surtout dans ces processus que nombre d’entre vous voient se développer de plus en plus, et vont voir se développer de plus en plus, par exemple vous êtes en contact avec les peuples de la nature, vous avez l’habitude de sentir et de voir la présence d’un elfe et de faire la différence avec un gnome ou avec une communauté de dragons, mais là, dans le processus de la disparition comme dans les processus de la nature, vous allez vous apercevoir que vous voyez de plus en plus de choses.

Ne cherchez pas nécessairement à comprendre, à expliquer ou à entrer en relation, parce que vous découvrez en quelque sorte un nouveau monde, qui n’est plus enfermé. C’est la même chose pour votre personne, c’est comme si vous marchiez dans une foule d’une grande ville et que vous essayiez de trouver des signes dans tous les individus que vous allez croiser quand vous marchez dans cette ville, ce qui serait tout à fait illusoire. C’est des facettes de l’Unité à travers des consciences séparées, dans des formes que vous connaissez, humaines, mais ce n’est pas la Vérité, donc ne cherchez pas à comprendre ce qui se produit dans ces moments.

De la même façon dans la nature, vous allez constater, si ce n’est déjà fait, et même chez vous, qu’il y a d’innombrables formes, qui sont pas nécessairement des consciences mais qui sont des formes de Lumière extrêmement variées, et en particulier des formes géométriques qui vous sont totalement inconnues et que vous pouvez même pas fixer parce que la forme est très complexe et ne correspond à rien de connu. C’est le même principe. C’est pas nécessairement pour vous, c’est simplement des choses qui vous traversent en un certain état de la conscience qui est juste antérieur à sa propre disparition.

L’analogie est pareille au niveau, comme je l’ai dit, si vous vous déplacez dans un lieu ; c’est comme si vous rentrez dans une pièce et que vous allez chercher un lien avec vous, avec les différents objets qui sont présents. Je dirais que quelque part il vaut mieux perdre cette habitude afin de ne rien arrêter et, là aussi, de vous laisser traverser par l’expérience ou par la vision, mais de comprendre que vous n’êtes ni cette vision ni cette expérience. C’est la meilleure façon de vous détacher, je dirais, de vos réflexes habituels au niveau des processus énergétiques, vibratoires ou visuels, quels qu’ils soient, de demeurer dans l’observateur, le témoin, dans l’Infinie Présence où il n’y a pas besoin, ni de justifier ce qui est vu, ce qui est perçu, mais de vivre encore plus l’immersion dans l’Éternité de l’Instant Présent. Rien de plus et rien de moins.

Et ces expériences étant amenées à se reproduire de plus en plus souvent, vous imaginez ce que ça va faire si vous vous mettez à essayer d’expliquer, de comprendre ou de vous saisir de ce qui est vu et perçu. C’est une perte de temps. Vivez pleinement ce qui est à vivre, quel que soit le degré de l’information ou l’intensité de la relation, baignez-vous dans ce qu’il se produit et non pas dans des interprétations – même après – ou des besoins de justification.

Autant les rêves, j’ai pris un grand plaisir à vous les expliquer, et je pense que nous en aurons d’autres, bien sûr, autant dans ce genre de processus qui correspondent au passage, si je peux dire, de la Supraconscience à la A-conscience, vous n’avez rien à retenir, même si ce sont des preuves indirectes, non pas de votre fragmentation ou de votre explosion mais de votre capacité de conscience, de votre Supraconscience, à explorer tous les possibles et tous les impossibles. Mais ce ne sont que des expériences, c’est pas ça le plus important, c’est pas l’expérience, c’est comment aujourd’hui vous vous trouvez dans ce que vous avez à vivre à chaque minute, n’est-ce-pas ? Est-ce que vous êtes dans la paix, est-ce que vous êtes dans la sérénité, ou est-ce que vous êtes, pas nécessairement dans la peur mais dans l’interrogation sur ce qui se vit ?

Vous voyez, l’attitude d’esprit, si je peux dire, que vous devez maintenir, c’est la transparence. Et la transparence, c’est pas uniquement être transparent avec l’autre mais c’est aussi être soi-même transparent avec soi-même, c’est-à-dire ne pas arrêter, ne pas conceptualiser, ne pas interpréter, pour rester disponible, non plus pour l’expérience mais pour la permanence de l’état de Paix et de l’état de Félicité. Voilà ce que je peux répondre à cette question. Mais en l’occurrence, d’une manière plus précise par rapport à celle-là, je suis pas certain que ces flashs aient valeur informative pour toi, ce ne sont que des témoignages de l’expansion de la conscience et de sa pseudo-fragmentation.

La fragmentation vous oblige à recoller les bouts, mais recoller les morceaux ne se fait pas par votre volonté ou par votre intellect, elle se fait justement par le fait de ne rien faire, de ne rien comprendre, de ne rien expliquer et de demeurer dans l’Instant Présent. Faites-en l’expérience, si ce n’est déjà fait, et vous vérifierez par vous-mêmes que la Joie, elle est justement quand rien ne peut vous détourner de cette Joie qui est installée, et surtout pas des visions ou des mécanismes spirituels. C’est différent de ce qu’il peut se produire dans vos rêves, n’est-ce-pas ? Parce que dans les mécanismes d’alignement, de méditation, de Cœur du Cœur, de Théophanie, de repos, de non-action, vous allez de toute façon traverser des strates, n’est-ce pas ? Ça peut être vibratoire, ça peut être visuel, ça peut être des sensations de picotements, ça peut être n’importe quoi au niveau du corps ou de la conscience, mais ne soyez pas arrêtés ni freinés par cela, contentez-vous de vous laisser traverser par la transparence de ce qui émerge de la conscience, surtout au moment des disparitions ou des retours de vos disparitions.

Bien sûr que c’est passionnant à voir, mais, comme je l’ai dit, il est extrêmement difficile de demeurer stables dans cette vision totale de ce qu’est le jeu de la conscience, de toutes les consciences, où qu’elles soient situées. Le plus important, c’est pas les jeux de la conscience, vous aurez tout le temps, après votre libération collective, de jouer tous les jeux que vous voulez. Pour l’instant, ce qui est nécessaire, dans cette période de tribulations que vous vivez déjà depuis presque un mois, c’est de demeurer ce que vous êtes et non pas d’être attirés par quoi que ce soit se manifestant, parce que c’est toujours l’ego spirituel qui veut s’emparer de cela. Vous voyez ?

Demeurez neutres par rapport à ce qui vous est présenté, à ce qui est perçu, et vous n’en serez que plus légers et plus libres de vos propres visions. La béatitude, le Cœur du Cœur, l’Infinie Présence, l’Absolu, n’ont pas besoin de s’appuyer sur une quelconque vision, sur une quelconque perception, ou sur une quelconque Présence. Vous voyez, c’est toujours cette espèce de progression dans la liberté que vous vivez, qui se fait. Et rappelez-vous que tout ce qui émerge de la conscience vous est connu, même si vous avez l’impression de pas comprendre, et que l’Absolu est inconnu.

Alors, autre question.

Question : j’ai rêvé par deux fois que mon corps basculait en avant. C’était comme hors du temps et de l’espace, comme un arrêt sur image de la scène et seul le corps était en mouvement, basculant vers l’avant au ralenti. C’était très doux. Est-ce une forme de retournement ?

Tout à fait. Dans le processus de l’alchimie entre vos corps éphémères et le corps d’Êtreté, qui est quasiment achevé pour ceux d’entre vous qui étaient déjà vibrants, si je peux dire, et même pour certains d’entre vous qui n’ont jamais rien vécu, ce processus s’accompagne effectivement d’une perception de quelque chose qui est très clair : il y a le corps et il y a quelque chose d’autre que ce corps, qui bouge – c’est votre corps d’Êtreté. Alors ce basculement ou ce retournement de la conscience peut se faire soit en se retournant à l’intérieur de soi-même, soit en se levant de soi-même vers l’avant et parfois aussi vers l’arrière. Tous ces processus sont simplement le relâchement.

Maintenant que le corps d’Êtreté, pour le plus grand nombre d’entre vous, est présent sur ce plan, il y a eu d’abord une phase d’acclimatation, de pénétration de la Lumière, puis d’ajustement entre l’éphémère et l’Éternel, et puis de dissolution de l’éphémère vous amenant, dans ce processus que vous vivez, à voir l’éphémère et autre chose qui bouge, qui remue, qui se déplace, qui se retourne, qui n’est rien d’autre que votre corps d’Éternité. Vous voyez ?

Donc ça, c’est un processus nouveau qui vous montre que la conscience est tout à fait capable de fonctionner, même sans comprendre, soit dans le corps physique, soit dans une autre forme qui est votre forme d’Éternité. C’est ça qui est important quand vous arrivez à le vivre, sans le chercher – ça se produit spontanément, bien sûr. Et ce retournement ou ce basculement, qu’il soit vers l’avant, vers la gauche, vers la droite, vers l’arrière, ou alors directement vers le haut ou au contraire vers le bas, tous les mouvements de quelque chose qui n’est pas votre corps physique, que vous voyiez ou pas la forme, signe que votre conscience est déjà partiellement, si je peux dire, vivante au sein de votre corps d’Êtreté.

Et si vous vivez ça, ça veut dire qu’au moment de l’Appel de Marie, vous basculerez directement dans le corps d’Éternité et dans l’Absolu sans aucune difficulté. Ça prouve d’ores et déjà que vous n’êtes plus attachés à la conscience éphémère, et surtout que vous n’êtes identifiés ni à la conscience éphémère ni à la conscience d’Éternité, parce qu’en définitive, qui est-ce qui observe cela si ce n’est l’ultime témoin, ne dépendant d’aucune forme, d’aucune conscience ni d’aucune dimension. C’est-à-dire que l’observateur est le Libéré, ce n’est plus votre personne. Donc, si vous mêlez votre personne et votre histoire à cela, vous freinez quelque part, vous limitez l’apparition, au sein de l’éphémère, de la totalité de votre Éternité. C’est exactement cela qui se produit.

Bien sûr, c’est accompagné de processus vibratoires pour ceux qui vivent les processus vibratoires, avec un travail qui se fait plus maintenant, encore un peu pour certains d’entre vous, sur les Portes Profondeur, Précision ou les Portes qui sont autour du sacrum, mais qui concerne maintenant les Portes AL et Unité, et surtout la charnière de passage entre le tronc et la tête, c’est-à-dire ce qui est lié au cou mais aussi à toutes les structures vibrales de la tête. C’est ça qui se vit en ce moment.

Autre question.

Question : c’est un rêve. La scène se passe dans un camion-benne. Au lieu d’un crochet, des couteaux sont attachés ensemble, avec d’énormes lames orientées vers le bas. Une femme est allongée sous les couteaux. Elle semble tranquille et consentante. Puis les couteaux descendent sur elle pour la lacérer. Je ne vois pas ce qui se produit puis j’aperçois la femme, morte, allongée dans son vêtement blanc, sans blessure visible. J’entends « c’est fini » et je me réveille, sereine.

Eh oui, là il t’est montré dans ce rêve les deux aspects : l’observateur qui voit un corps qui n’est pas le sien, d’une femme, tu dis, et tu observes que ce corps va être déchiqueté. Donc, je ferai pas d’humour de mauvais goût en vous disant que c’est les Dracos qui font la viande hachée (parce que c’est meilleur), je dirais simplement que cette personne se retrouve, après elle est morte mais elle est en sérénité, c’est-à-dire qu’elle a accepté, sous une forme violente, le sacrifice de l’histoire personnelle, le sacrifice de l’éphémère. Et d’ailleurs, cette sœur nous dit elle-même qu’elle se retrouve en paix au réveil.

Donc, ça veut dire quoi ? Qu’elle est passée, dans ce rêve, on lui annonce qu’elle passe de l’éphémère à l’Éternité, et d’ailleurs ça se passe très bien, quel que soit le fait que ce corps soit haché menu, c’est-à-dire que l’éphémère est réduit en poussière ou en chair. « Tu es poussière et tu retourneras poussière. » Il n’y a pas d’autre alternative, nous avons suffisamment développé sur cette notion de sacrifice, de passage de l’éphémère à l’Éternité, que cela soit dans le véhicule ou dans la conscience. C’est exactement ça qui a été montré dans ce rêve. Et la façon dont tu réagis par rapport à ce qui pouvait te sembler, voilà encore quelques années comme effroyable, c’est-à-dire la mort, quelles que soient les circonstances, là, et comme tu le dis dans ce rêve, c’est une mort acceptée par la personne qui est étendue et qui va être lacérée, je crois tu as dit, et tu as la surprise, après, de la voir sans aucune lacération ni blessure alors qu’elle est morte.

C’est les peurs de l’ego qui ont été évacuées par l’accès à l’Éternité. C’est cette transmutation de passage entre la conscience éphémère et la conscience éternelle, du corps physique ou des corps subtils au corps d’Éternité. Vous vous acclimatez, si je peux dire, à ce corps d’Éternité, de différentes façons mais c’est une espèce d’acclimatation à ce qui va être vérité, je dirais, très très vite par les évènements dont nous avons fait une énumération. Et en particulier l’Archange Anaël, voilà plus d’un an, où il vous avait donné, non pas l’aspect chronologique mais l’ensemble des évènements qui doivent se produire, avec des chronologies, vous le savez, qui sont pas nécessairement telles qu’elles ont été présentées, même si on doit passer par des étapes intermédiaires qui sont, elles, figées. Donc c’est exactement ce processus qui a été vécu en rêve.

Et donc pour cette sœur, il y a un dépassement de la peur de la mort, consciente, mais aussi du réflexe de survie qui est inscrit, comme vous le savez peut-être, dans votre structure cérébrale. Le réflexe de survie qui est lié, je crois, à ce que disait celui qui parle de temps à autre à ma place, là, et qui exprime certaines choses, et c’est le moment où vous découvrez réellement que vous êtes immortels, non pas parce que vous y croyez mais parce que vous le vivez, même si c’est en rêve. Et d’ailleurs, après ce rêve, cette sœur a dû constater des changements dans sa façon de vivre les choses.

Les rêves comme ça vont être de plus en plus nombreux, de même que vous avez de plus en plus de frères et de sœurs, éveillés ou pas, qui rêvent d’évènements qui se produisent en ce moment même partout sur la terre. Bien sûr, nous vous avons dit que nul ne connaissait la date de l’évènement, c’est-à-dire de la présence de Nibiru, de l’Appel de Marie et de tous les évènements qui ont toujours été donnés par tous les prophètes, mais vous avez à travers ces rêves, à travers ces intuitions parfois, un vécu direct que vous n’êtes pas ni ce corps, ni cette conscience, ni ce qui vit sur l’écran du personnage. Donc c’est une facilitation préalable à l’Appel de Marie, et comme le temps s’étale, durant cette année, comme vous le voyez, ça vous donne une occasion supplémentaire de peaufiner, si je peux dire, votre Éternité, ici même, en présence sur ce monde, avant les éléments fatidiques.

Autre question.

Question : une tendinite bilatérale du talon d’Achille couplée à une tendinite bilatérale des épaules, depuis des mois, peut-elle être en rapport avec l’alchimie en cours et la présence du corps d’Êtreté ?

Ça durerait pas depuis de nombreux mois. Ça peut être très violent, très douloureux, mais en aucun cas ça peut durer aussi longtemps, c’est-à-dire que ce n’est pas une action de la Lumière qui pénètre mais des résistances inconscientes qui sont encore présentes en toi. Donc quand je dis qu’elles sont inconscientes, ça veut bien dire que ton conscient ne peut pas y accéder, alors ça sert à rien d’aller chercher midi à quatorze heures ou d’aller plonger dans je ne sais quoi pour trouver une explication, une compréhension ou une solution – la solution, c’est la Lumière.

Bien sûr, les résistances, elles, qui appartiennent à la personne, sont directement liées à la symbolique du corps. Les tendons d’Achille, c’est le lieu de la fragilité d’Achille, c’est aussi le lieu de l’enracinement au niveau des pieds, c’est les racines, c’est la force aussi que vous puisez dans la terre. Les épaules, c’est la libre circulation dans l’environnement, mais c’est aussi le mental. Donc ça veut dire que dans le cas de ce frère ou de cette sœur, il y a depuis de nombreux mois des mécanismes de survie du mental, inconscients, qui sont toujours présents et qui se traduisent directement dans le corps. Je vous ai dit d’ailleurs que dans le corps, vous aurez de plus en plus de manifestations, soit de guérison, soit de maladie, c’est selon où vous êtes placés. Et ceci afin de vous démontrer à vous-mêmes, en vous-mêmes, qu’il y a quelque chose qui est pas tout à fait en harmonie.

Le réflexe à perdre, à ce niveau-là, c’est le besoin de compréhension. Vous avez le besoin d’être soulagés, quelle que soit la méthode que vous employez, mais cette méthode ne doit pas être liée, même si ça vient réellement de votre passé de cette vie ou de plus loin, n’a pas à être expliquée ni guérie comme ça. Elle doit être transcendée par la Grâce de la Lumière et vous savez que la Grâce de la Lumière, en cette période, c’est la Théophanie. Donc, placez-vous en Théophanie, sans demander quoi que ce soit à la Lumière que vous êtes, et laissez être la Lumière, sans diriger cette Lumière, même sur les lieux douloureux.

Si tu acceptes cela, tu constateras bien évidemment une disparition, surtout que les tendinites correspondent à des inflammations, c’est pas la même chose qu’une fracture où il y a par exemple un temps de récupération et de restauration. Vous constatez d’ailleurs que les manifestations, de manière générale, qui surviennent dans vos corps, soit sont très fugaces, très rapides, vous inquiétant parfois d’autant plus, parce que comment avoir une maladie tel jour et qu’elle disparaisse comme elle est venue, si je peux dire. Ou dans d’autres cas, vous allez, de par votre action de besoin de comprendre et d’expliquer, parce que la conscience et la Lumière suivent l’attention que vous mettez, mais vous avez un endroit qui est en résistance inconsciente par rapport à la Lumière et qu’est-ce que vous faites ? Par votre attention, vous mettez encore plus de Lumière et ça fait encore plus mal.

Détournez votre Lumière de cela, allez voir un médecin si il faut, traitez mécaniquement si il faut, mais n’allez pas chercher midi à quatorze heures pour aller plus loin que éventuellement les endroits qui sont touchés, qui vous renvoient à une symbolique mais cette symbolique, elle est générale, elle est pas spécifique de votre tendinite, hein.

Nous vous avions expliqué qu’il y avait beaucoup de frères et de sœurs incarnés qui avaient des pathologies à différents endroits, et nombre d’entre vous, ici et partout, ont expérimenté cela dans les mois qui viennent de s’écouler. Il est temps maintenant de comprendre que la solution, elle n’est dans rien de connu, ni dans votre personnel, ni dans l’histoire, ni dans le karma. Elle tient de votre emplacement de votre conscience, dans le corps d’Éternité ou pas, et c’est ça qui vous est montré de plus en plus. Donc ne ramenez pas ça à votre symbolique personnelle, à votre historique personnel, voyez-en, si vous voulez, la réalité qui est cachée derrière, c’est-à-dire que le conflit, si je peux dire, entre la Lumière et l’éphémère, se fait jour, et c’est de ce conflit que résulte la résolution, et non pas de votre personne.

Donc là aussi ça peut être, et malheureusement nous faisons tous ça, et je le faisais aussi quand j’étais parmi vous, incarné, c’est le besoin de comprendre, d’expliquer, de trouver une logique. Au sein de la Liberté, il n’y a plus de logique au sens où nous l’entendons quand nous sommes inscrits dans la personne. Donc c’est cette habitude, si je peux dire, qu’il faut prendre, pour remplacer toutes les autres habitudes, c’est d’être conscients que ce qui se vit trouvera de lui-même, c’est-à-dire sans vous – sans vous ne veut pas dire sans traiter –, même chimiquement, avec des plantes, avec ce que vous voulez, avec du magnétisme, mais sans aller plus loin que de vouloir réparer ce qui est à réparer et non pas en cherchant une explication. Parce que quand vous cherchez l’explication, vous drainez maintenant littéralement la Lumière dans la personne, et c’est pas vraiment le but, parce que là, ça va cristalliser encore plus.

Acceptez de voir ce qui est à voir et je dirais, ce n’est même plus vos erreurs, vos fautes ou vos lacunes, acceptez de voir votre Éternité, quelle qu’en soit la manifestation, que ce soit avec les peuples de la nature, que ce soit avec les Théophanies, que ce soit simplement par une paix différente que vous ressentez. La Lumière est tranquille, si vous l’êtes.

Toute la difficulté, pour nombre d’entre vous, est de ne pas laisser le mental s’emparer de ce qui se manifeste pour rétablir en quelque sorte une espèce d’histoire par rapport au passé, par rapport au karma, ou par rapport à une faute commise ou quoi que ce soit d’autre. Il n’est plus temps de vouloir comprendre ce que vous n’arriverez jamais à comprendre, mais que vous pouvez simplement être et vivre, c’est-à-dire que maintenant – déjà depuis le mois de juin, mais à partir de cette période ça va être d’autant plus flagrant –, le mental ne vous sera d’aucune utilité pour résoudre quoi que ce soit. Pour résoudre quelque chose de très matériel, faire un calcul, oui, il vous faut calculer, mais pour ce qui concerne votre vie et votre intimité, le mental va représenter de plus en plus un poids de plus en plus lourd qui va littéralement vous embrouiller la tête, si vous continuez. Et d’ailleurs c’est le cas, hein, y en a certains parmi vous qui sont très embrouillés, ça fait des nœuds partout dans la tête.

Or, dans la progression de la Lumière, nous vous avions parlé et vous l’avez vécu, ce processus d’activation totale des ultimes Portes selon une séquence donnée, depuis le bas du corps jusqu’en haut. Maintenant vous êtes au-dessus des Portes qui sont inscrites dans le tronc, vous êtes au niveau des derniers corps, c’est-à-dire 10ème, 11ème et 12ème corps, et là, y a aucune place possible pour l’interprétation, l’analyse, la compréhension, il y a de la place uniquement pour la spontanéité et la Vérité. Il y a uniquement la place pour l’Éternité et rien d’autre.

C’est comme ça que vous acceptez, ou pas, de vivre le sacrifice et l’accès réel et total à l’Éternité, quoi qu’il reste de matériel, si je peux dire, et d’habitudes au sein de ce monde et de cette société. C’est la façon aujourd’hui – qui n’est plus celle de l’Onde de Vie –, qui vous rend libres, comme les Théophanies, même si vous ne pouvez pas vous repérer et mettre des mots. Le plus important et le témoin de cela, je vous l’ai dit, c’est la Paix, la Félicité, la Béatitude, tout le reste ne sont que des alibis.

Allez, autre question.

Question : j’ai une malformation de naissance. J’ai le thorax en entonnoir, côté droit, c’est-à-dire que le sternum est enfoncé, uniquement à droite. Que cela signifie-t-il ?

Voilà l’exemple typique de ce que je viens de dire avant. L’Éternité que tu es n’a strictement rien à faire aujourd’hui de cette anomalie congénitale, ça veut dire que tu es né avec. Alors bien sûr, si tu es né avec, ça veut dire qu’il y a, à ce niveau-là, une cicatrice, soit karmique, soit, comment vous appelez, transgénérationnelle, mais ça concerne la personne, ça, ça concerne pas ce que tu es. Aujourd’hui il faut le voir, cela. Donc la réponse que j’ai faite pour la question précédente est directement reliée aussi à la réponse que je peux faire à cette question.

Alors là, c’est plus précis parce que c’est un enfoncement de la cage thoracique à droite, n’est-ce-pas ? Tout ce qui est lié à la poitrine et qui touche la structure osseuse, donc, est lié bien sûr à un karma mais le karma concerne la personne et là, aujourd’hui, l’action de la Lumière est telle qu’y a pas besoin de comprendre. D’ailleurs, comprendre le pourquoi du comment de cet enfoncement latéralisé de la cage thoracique, du thorax, ne te fera pas plus progresser, si ce n’est satisfaire ton ego, parce que ça appartient au passé, même si c’est présent aujourd’hui.

Il n’y a aucune possibilité de rejoindre ton Éternité aujourd’hui, pour toi comme pour tout un chacun qui est incarné sur terre, qu’il soit vibrant ou pas, hein, éveillé ou pas, endormi ou libéré, de vous appuyer, et ça va devenir de plus en plus patent parce qu’en ce moment, tous les repères sont en train de tomber. Vous le voyez dans les pays, tous les acquis sont en train de s’écrouler, c’était du vent. Tout ce qui vous maintenait dans une certaine forme de sécurité, que ce soit par votre compte en banque, que ce soit par le fait d’être dans un lieu qui est à vous, par le fait d’être avec votre âme-sœur, votre flamme jumelle, avec quelqu’un que vous appréciez, que vous aimez vraiment, ne peut vous être d’aucun secours au niveau de votre Éternité.

Ah ça veut pas dire qu’il faut rejeter tout ce qui est intime, personnel, affectif ou sociétal, ça veut dire simplement qu’il faut quand même, maintenant, changer complètement de point de vue afin de ne pas être ré-entraîné dans les habitudes de la personne. Ceci dit, vous avez tous, je vous le rappelle, la certitude absolue d’être libérés lors de l’ascension de la Terre qui est en cours, à la finalité de l’ascension de la Terre, mais encore une fois, et je l’ai dit à d’innombrables reprises, comment voulez-vous passer les 132 jours ? Bien sûr, il y a toujours la grâce possible au moment de l’Appel de Marie, et beaucoup d’ailleurs vivront cela, cette grâce ultime de l’Éternité au moment de l’Appel de Marie, mais je m’adresse surtout à ceux d’entre vous qui ont suivi des enseignements spirituels, qui ont adhéré à des philosophies spirituelles : il est temps maintenant de dépasser tout ça et de retrouver, comme Thérèse vous l’a dit, la Voie de l’innocence et de l’Enfance.

C’est ça que vous êtes en train de vivre dans votre vie : soit c’est compliqué, soit c’est simple, dans quelque secteur que ce soit, et même par rapport à votre corps. Si c’est simple, ça veut dire que vous êtes vrais, si c’est compliqué, ça veut dire que vous n’êtes pas encore tout à fait vrais. Y a pas d’autre alternative, y a pas de demi-mesure, ça va devenir de plus en plus apparent dans votre vécu. Je parle même pas des évènements de la Terre mais je parle dans votre environnement proche, simplement. Vous le voyez d’ailleurs. Vous savez très bien que quand votre mental se tait, que vous disparaissiez ou pas, la Paix est là tout de suite, que la Théophanie est là dès que vous appelez la Théophanie et que vous placez votre conscience dans le cœur. Vous n’avez pas besoin de votre mental, ni de visions, ni d’énergies, ni de vibrations.

Les vibrations, on vous l’a dit, c’était la conscience, c’était un support de l’Éternité et un support de manifestation en quelque dimension que ce soit, mais ça, c’est pour après les 132 jours. Là, ce qu’il vous est demandé par la Lumière, par l’Intelligence de la Lumière et par la Grâce, c’est d’arrêter vos enfantillages et devenir vraiment un enfant, c’est-à-dire innocent, spontané, dans l’Instant Présent, ne dépendant d’aucun conditionnement, d’aucune histoire, d’aucune personne et d’aucune projection dans le futur. C’est là qu’est la clé, nous vous l’avons toujours dit, mais vous avez maintenant la possibilité de le vivre sur l’écran de votre vie à chaque minute, et c’est ce que vous vivez à chaque minute, que vous en ayez conscience encore ou pas. C’est fluide ou c’est pas fluide, c’est facile ou c’est difficile.

La Lumière ne demande pas d’effort, ce que vous êtes ne demande aucun effort, c’est l’ego qui croit avoir à fournir des efforts de compréhension, des efforts d’énergie, des efforts de méditation. C’est fini tout ça, je vous l’ai dit. Le 7 juin, vous êtes rentrés dans les évènements de l’Apocalypse au sens littéral, vous êtes rentrés dans les prophéties – qui sont sous vos yeux. Alors soit vous écoutez ce que vous disent les amuseurs, devant votre boîte à images ou dans vos médias-torchon, soit vous rentrez en vous et vous vivez ce qu’il y a à vivre. Et vous comprendrez alors ce qui se déroule, mais pas par la compréhension de votre personne, par votre Éternité elle-même, qui d’ailleurs n’aura plus que faire de tout ce qui se déroule.

La Lumière prend toute la place, c’est une expression que j’ai déjà employée, mais comment voulez-vous laisser toute la place à la Lumière si votre personne a encore une petite place ? Et ça, vous le voyez tous les jours, hein ? Je parle pas de vos alignements-méditations, vous le voyez en faisant le ménage, vous le voyez en faisant à manger. Est-ce que vous êtes immergés dans ce que vous faites, dans la béatitude, même si c’est une tâche qui ne vous amuse pas, ou est-ce que vous êtes en train de penser à tout autre chose ? La différence, elle est là, et ça c’est très pratique, c’est concret, y a pas besoin de savoir si vous avez senti le Canal Marial ou d’expliquer une vision.

Le terrain de la conscience, c’est l’éphémère, même de l’Éternité maintenant, et vous ne pouvez pas, ça été dit et je le répète, vous ne pouvez pas vous leurrer plus longtemps, sans ça vous allez être de plus en plus confus dans votre tête, de plus en plus à cheval, si je peux dire, hésitants, et faisant tournicoti-tournicota alors qu’il n’y a rien à faire, y a juste à se poser. Quand je dis « se poser », ça veut pas dire rester assis et ne plus bouger, ça veut dire laisser littéralement tomber tout ce qui faisait vos habitudes antérieures.

Soyez disponibles pour l’Éternité. Nous avons dit qu’il y avait des appels de la Lumière, j’ai parlé le mois dernier d’injonctions de la Lumière. Et maintenant, je dirais, c’est bien plus que des injonctions, c’est comme si se déroulaient pour certains d’entre vous, ils sont assez nombreux, je dois dire, les deux facettes, la facette éphémère et la facette Éternelle. Et bien évidemment les deux font pas bon ménage tant qu’ils sont pas dissous l’un dans l’autre, ce qui explique que vous pouvez vivre, et vous le constatez, des moments de Félicité, qui ne peuvent pas vous tromper, et des moments où ça va venir vous agacer dans les choses les plus simples de la vie. C’est normal, c’est dans ces jeux-là qui vous sont donnés à voir, que vous voyez la Vérité, non pas en agissant quand vous êtes en Éternité pour demeurer dans l’Éternité, ou quand vous êtes agacés, pour limiter l’agacement. Et c’est pareil pour tout ce que vous avez à mener dans votre vie. Soit vous êtes dans la simplicité de l’enfant, c’est-à-dire un gentil, soit vous êtes dans la résistance.

Votre corps vous parle, votre conscience vous parle, qu’est-ce que vous en faites ? Et ça va parler de plus en plus fort. Et c’est justement le paradoxe, c’est que à travers ces oscillations, on a parlé tout à l’heure de fragmentation, d’éparpillement de la conscience, c’est pas tout à fait ça, c’est vraiment de voir ces choses-là qui vous permet de choisir la paix du cœur. Mais ça peut pas être la paix du cœur et la paix de la personne, y a la paix du cœur quand la personne n’existe plus.

Dans les processus de la Libération par le Canal Marial, ou par la Théophanie depuis quelques mois, vous avez des possibilités qui sont réellement des chances incroyables de vous préparer encore mieux, si je peux dire, et cette préparation ne consiste pas à faire des choses. Vous pouvez effectivement faire le yoga qui vous a été donné, faire la respiration qui vous a été donnée, parce que là le mental n’intervient pas, mais vous pouvez pas vous saisir de ce qui se manifeste pour jouer encore avec votre petite personne. Et ça, les rappels à l’ordre de la Lumière vont devenir de plus en plus virulents et intolérables pour la personne, bien sûr, que ce soit au niveau mental ou au niveau du corps. Pour les émotions, c’est plus rare, parce qu’avec le travail qui a été accompli, vous constatez quand même que même, à part des émotions lourdes comme la tristesse, la peur, mais tout ce qui est colère, tout ce qui est exaltation, tout ça se lève très vite.

Donc posez-vous les bonnes questions, si vous devez vous poser des questions, quand il arrive quelque chose à vivre. Regardez, regardez-vous faire, regardez-vous agir, regardez-vous être, qu’est-ce que vous faites, qu’est-ce qui est à l’œuvre ? La Fluidité de l’Unité, la Grâce de la Lumière, ou votre personne ?

Autre question.

Question : mon épouse et moi, suite à un songe, avons construit et nous sommes installés dans notre maison actuelle, il y a 16 ans. À ce jour, nous aimerions nous rapprocher de nos petits-enfants. Depuis quatre ans nous cherchons à vendre cette maison et malgré nos tentatives, baisse du prix, embellissement du bien et contacts, rien ne se concrétise. Y aurait-il un interdit ou autre ?

Ah c’est pas vraiment un interdit, ni un blocage, ni un envoûtement du lieu par exemple. Si comme ce frère le dit, il a réussi à améliorer le lieu, à ajuster le prix et que rien ne se passe, la réponse, elle est évidente : ce que tu aimes n’est pas ce que tu dois. Ce que tu dois, c’est possiblement, surtout après quatre années, c’est de rester là. Bien sûr, s’il y a pas de problématique purement matérielle, c’est-à-dire par exemple un prix surévalué ou une situation particulière.

La Lumière est facile et évidence, d’ailleurs c’est la Lumière qui décide, c’est plus votre personne et vous le voyez dans votre vie, mais par contre si tu as émis, tu as dit que tu aimerais te rapprocher de tes petits-enfants, si toi tu as émis ce souhait qui est tout à fait légitime, ce souhait, s’il vient de la personne mais s’il est en contradiction avec ton Éternité qui est de demeurer en cet endroit, qu’est-ce que tu crois qu’il va se passer avec l’intensité de la Lumière qui est de plus en plus importante ? Y aura jamais d’acheteur, même si tu donnais la maison.

Bien évidemment, c’est certainement, je dirais, la bonne raison, à condition bien sûr que ça ne soit pas un problème de prix ou autre chose, hein, mais si tout te semble logique et en accord, c’est que tu ne dois pas partir.

Rappelez-vous, l’Intelligence de la Lumière réalise des choses très rapides, à tous les niveaux. C’est souvent même fulgurant, et ça sera de plus en plus fulgurant en ce qui concerne les changements quels qu’ils soient, mais si vous observez que vous êtes en train de tergiverser, un coup c’est oui, un coup vous vous posez des questions par rapport au mari, par rapport à la femme, à la famille, à votre lieu de vie, et d’autres jours, d’autres questions, c’est certainement pas la Lumière. La Lumière a impulsé quelque chose qui a entraîné, si je peux dire, une réaction de la personne. Ce que la Lumière aime n’est pas toujours ce que vous aimez, et des fois même, c’est diamétralement opposé.

C’est là où il faut retrouver aussi l’Enfance et l’innocence et dire « oui » à la Lumière, et de voir ce qui se déroule. La volonté de la Lumière est bien supérieure à votre volonté. L’Intelligence de la Lumière est de loin bien plus développée que l’intelligence de votre mental ou de votre personne. Or vous êtes la Lumière, y a aucun jeu de mots là-dedans. Donc si vous êtes la Lumière, en vérité, tout le reste suit, sans hésitation, sans difficulté, sans tergiversations et même la vente d’une maison se fait dans la fluidité.

Parfois, bien sûr, la Lumière vous veut, si je peux dire, pour elle toute seule, puisque c’est ce que vous êtes, venant mettre fin parfois à des hobbies, à des occupations, à des habitudes, à des comportements. Il vaut mieux acquiescer dans ces cas-là, hein, parce que, comme je l’ai dit, les processus de refus, de négociation, de déni, pas par rapport au Choc de l’humanité mais par rapport à vous-mêmes, dans ce que vous avez à vivre dans cette période, risquent d’être fort déroutants, et je dirais, de plus en plus gênants. Vous ne pouvez pas revendiquer la Lumière et vous conduire à l’inverse de la Lumière. C’était possible encore, je disais, il y a quelques années, vous savez avec les tournicoti-tournicota. Ce n’est plus possible, et cette contradiction entre l’éphémère et l’Éternel va vous exploser à la figure et c’est salutaire, je dirais, c’est une aubaine, parce que ce que vous ne pouvez pas faire par vous-mêmes, du fait de vos hésitations, de vos interrogations, se fera à marche forcée par la Lumière, et vous comprendrez a posteriori, et jamais avant.

C’est-à-dire que vous ne pouvez pas dire « Je suis la Lumière » quand ça vous arrange, et ne plus être la Lumière quand ça vous arrange pas. Vous voyez ce que ça veut dire ? Si vous êtes réellement la Lumière, effectivement la Lumière, l’observateur est soumis à la Lumière – qu’il est – et l’observateur ne peut plus rien faire, et ça, ça s’entrechoque dans la conscience et dans la tête, ça s’entrechoque dans votre corps, ça s’entrechoque dans votre vie, alors que si vous êtes Lumière, tout est facile, tout est fluide, que cela concerne votre corps comme votre vie dans tous ses aspects. Y a plus de demi-mesure, y a plus de tergiversations et y a plus la possibilité de jouer.

De plus en plus, vous allez sentir que vous allez être soit l’un, soit l’autre, et à un certain moment donné, vous pourrez plus bouger de là où vous êtes. À vous de choisir, l’éphémère ou l’Éternel, en sachant que l’Éternel est assuré, mais pas dans les mêmes circonstances, après l’Appel de Marie. Toute la difficulté, c’est de comprendre que la Lumière agit à votre place. Ça veut pas dire que vous êtes fainéants, ça veut pas dire que vous ne décidez plus rien, ça veut dire que vous allez en accord avec la Lumière, que cela soit pour une décision quelle qu’elle soit, c’est-à-dire que la décision ne doit pas être altérée par votre histoire ou la coloration personnelle, par rapport à un quelconque passé ou un quelconque futur, la vraie décision se prend dans la liberté de l’instant, et ne tient pas compte de l’histoire passée ou des projections quelles qu’elles soient dans quelque futur que ce soit. C’est le jeu de la conscience et de la A-conscience qui se déroule sur votre champ d’expérience, sur l’écran de votre vie.

Alors as-tu d’autres questions ?

Question : existe-t-il une différence entre l’Illumination et l’Absolu ?

Bien sûr, la Réalisation n’est pas l’Absolu. L’Illumination, c’est un principe luciférien, c’est la Lumière dans la tête, mais si la Lumière ne trouve pas de voie d’accès au cœur, vous demeurez dans l’illusion luciférienne du troisième œil, vous avez des pouvoirs, vous êtes médium, vous sentez l’énergie, mais vous n’êtes pas dans le cœur. Aujourd’hui, je dirais qu’il vaut mieux avoir l’innocence de l’enfant, être dans le cœur, et n’avoir aucun potentiel spirituel. Ça a été dit et répété : « Cherchez le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous. » Or vous ne pouvez pas le chercher, vous ne pouvez que le reconnaître, parce que c’est réellement et concrètement ce que vous êtes, et vous pouvez plus mener de front les jeux de la personnalité et le jeu de l’Éternité. C’est ça qui pose problème, déjà depuis le mois de juin, et qui va en poser de plus en plus jusqu’au moment où vous allez dire oui, ou non.

Autre question.

Question : pourquoi une forme vivante est-elle toujours la nourriture d’une autre forme vivante ?

Mais parce que ça, c’est uniquement ce qui se produit dans la 3D dissociée. Vous savez très bien qu’en 3D unifiée, certains frères et sœurs n’ont même pas d’appareil ni digestif ni reproducteur et pourtant ils ont un corps carboné – ils se nourrissent de Lumière. D’ailleurs, y en a de plus en plus parmi vous qui se nourrissent de Lumière, que vous le vouliez ou pas. La vitalité est fonction de l’alimentation mais si le Feu Vibral est là, il devient la nourriture, ce Feu Vibral, et vous le voyez d’ailleurs parmi vous, en vous. Soit vous avez un appétit féroce, soit vous n’avez plus d’appétit, mais c’est pas vous qui décidez de jeûner ou de faire ceci ou cela, ça c’est encore de l’ego. Vous voulez contrôler, vous voulez maîtriser, vous voulez accéder, quelque part, mais c’est la Lumière qui décide.

D’ailleurs vous n’avez pas à décider de faire un jeûne ou de vous priver de quoi que ce soit. Soit ça se vit parce que la sensation de faim ou de tout autre chose n’existe plus. Et d’ailleurs, si vous allez à l’encontre de cette absence de faim et que vous mangez, vous allez le sentir passer. D’autres, au contraire, s’empiffrent littéralement parce qu’il y a des peurs, parce que la prédation est omniprésente dans les mondes carbonés enfermés. Comme ça a été dit dans la question, chacun se nourrit du règne qui lui est inférieur, mais dans les dimensions unifiées, hein, la nourriture et la reproduction n’existent pas, donc la notion de famille, elle est où là-dedans ?

C’est une vraie famille de cœur, c’est pas une famille de sang. Les liens du sang sont l’enfermement le plus terrible qu’il peut exister. Le Christ l’avait dit, et je vous l’ai dit aussi à de nombreuses reprises. C’est par les liens du sang, au niveau de l’individu, que les Archontes ont enfermé le monde et votre conscience. Vous imaginez bien qu’au-delà de la 3D, la notion de parents-enfants n’existe pas. Marie est notre mère à tous parce qu’elle a ensemencé ce monde avec son ADN, mais ce lien filial n’est pas un lien de sang, c’est un lien de l’âme et de l’Esprit.

Donc comme je le dis et comme vous le constatez dans vos vies, absolument tout est en train de voler en éclat, au sein de l’éphémère, et si vous êtes dans votre Éternité, vous assistez à cela avec grand bonheur, si je peux dire, et si par contre la personne est sur le devant, eh ben les peurs, les inquiétudes vont à nouveau se présenter. Ça ne sert à rien de vouloir contrôler l’un et l’autre, rejoignez au plus vite la spontanéité et l’Enfance, c’est vraiment le meilleur conseil que je puisse vous prodiguer en ces temps. Toutes les satisfactions viennent et viendront de plus en plus de votre éternité et absolument plus des désirs ou des plaisirs, ou des actions que vous menez en ce monde.

Mais ne vous forcez pas, soit cela est, et vous le vivez, soit cela n’est pas. Et si cela n’est pas, vous n’avez pas à le chercher non plus parce que plus vous le cherchez, plus vous vous en éloignez. Il vous faut être vides, vides de vous, vides d’histoire, vides d’émotions, vides de mental, dans les moments où ça peut se produire, je parle pas dans votre vie de tous les jours parce que la personne est nécessaire, vous le savez, mais qu’est-ce qui domine, qu’est-ce qui est prééminent dans ces activités personnelles et éphémères ? Votre personne ou la Lumière aussi, maintenant ? Le résultat est profondément différent : dans un cas, y a la Paix, la Félicité, quoi qu’il vous arrive, quoi qu’il arrive autour de vous, dans l’autre cas, y a que hésitations, tergiversations et incompréhension. Donc c’est, je dirais, dans cette ultime scène du dernier chapitre du dernier acte qui se joue, et y a vraiment des opportunités de voir ce qui est à voir, comme jamais.

Alors, on continue.

Question : il y a trois semaines dans mon lieu de vie, j’ai vu sur mon côté droit, à hauteur de l’œil, un faisceau de lumière blanche, mouvante, très brillante, vibrante, scintillante comme le soleil. Cela se déplaçait avec moi et le rayon de lumière mesurait plus de deux mètres. Mon cœur était très vibrant et le lieu disparaissait dans une brume légère, blanchâtre et bleutée…

C’est le début du passage final et définitif dans le corps d’Êtreté, où effectivement l’éphémère disparaît, semble comme dans un songe, embrumé, nuageux. C’est comme ça qu’il disparaît, l’éphémère, il disparaît de cette façon-là quand vous mourez aussi. Quand nous mourons tous, nous sortons de notre corps, nous perdons la perception de ce monde qui devient de plus en plus flou, et vous passez dans un autre état. C’est exactement ce que dit ce frère ou cette sœur qui a vécu cela, il y a trois semaines. C’est pas extérieur à toi. N’oublie pas que tout ce que vous voyez, que ce soit dans la nature, que ce soit dans ton lit, que ce soit dans les alignements, est en toi, totalement en toi.

Donc, à partir de là, là, cette question, c’est l’illustration parfaite… d’ailleurs elle le dit elle-même, le cœur vibrait. Dès votre Éternité, votre conscience passe effectivement, pour ceux pour qui c’est possible déjà, de plus en plus aisément en l’Éternité, et dans cette Éternité, la matière de ce monde n’existe plus.

… Après plusieurs minutes cela a disparu et j’ai alors ressenti des vibrations très douces sur tout le visage. Que pouvez-vous en dire ?

Quelle est la question ? C’est la suite logique. Alors pour compléter ce que je viens de dire, cet état-là apparaît par moments. Il est évident que si vous commenciez à passer dans cette brume permanente, dans cet état de cœur permanent, vous vous doutez bien que vous avez la possibilité de quitter ce plan avant même l’Appel de Marie, sans vouloir mettre fin à quoi que ce soit. Votre conscience bascule définitivement dans l’Éternité et là, vous allez constater que vous voyez votre corps qui est mort, vous êtes éternels. C’est ce qui s’était passé déjà dans une moindre mesure après le 15 août 2009, surtout en Amérique latine où beaucoup de frères et de sœurs sont morts et venaient se manifester, dans leur corps d’Éternité, puisqu’ils étaient en conscience dans ce corps d’Éternité en voyant leur dépouille mortelle, mais s’adressaient à leur famille, dans leur corps d’Éternité, et ils les voyaient. Aujourd’hui c’est la même chose.

C’est-à-dire que dès que votre conscience, d’une manière ou d’une autre, voit l’Éternité – quand je dis voir, c’est la perception par exemple de ce que vient de dire ce frère ou cette sœur –, dès cet instant-là, vous avez la certitude de la Liberté, et quand ça se produit, vous pouvez rendre grâce parce qu’à ce moment-là, ça veut dire que les liens d’attachement, les liens de l’habitude à la matière, n’existent tout simplement plus. Alors bien sûr, ainsi que l’a dit cet ami, ça dure pas, après c’est remplacé par ces espèces de picotement. Vous savez peut-être que le déploiement des quatre Cavaliers au niveau de la petite Couronne, se déploie effectivement dans la grande Couronne et après, vient réaliser, pas par le Canal Marial ou par la Shakti mais directement par l’ensemble des structures vibrales de la tête, en passant par la gorge, va permettre, si vous voulez, d’actualiser l’Éternité de manière de plus en plus évidente.

Par contre, si de manière inconsciente vous bloquez cela, il va se produire des manifestations, soit au niveau de la gorge, mais cette fois-ci latéralement, ou encore au niveau des organes des sens avec des inflammations très importantes. Ça veut dire encore que quelque part votre personnage veut encore se nourrir de Lumière, plutôt que d’être Lumière. C’est aussi simple que cela, c’est-à-dire que ça n’a pas été vu. Se nourrir de Lumière et en sentir les effets, c’est pas la même chose que d’être Lumière, j’espère que vous l’avez compris ça, hein. C’est pas parce que vous allez vous nourrir en permanence de Lumière, par exemple avec les peuples de la nature ou en écoutant sans arrêt ce que nous vous disons, ou en vous alignant je ne sais combien d’heures, que vous allez disparaître. Vous disparaissez d’ailleurs, dans ces moments-là, mais vous constatez, quand vous revenez, que rien n’a changé. Au contraire, les processus d’inflammation deviennent plus virulents. C’est qu’il y a un mécanisme, au sein de la personne, qui fait qu’elle a besoin de s’approprier la Lumière et non pas d’être Lumière. C’est-à-dire que la personne, quoi qu’elle dise et quoi qu’elle vive, ne veut pas disparaître, de manière inconsciente, parce qu’il y a une peur fondamentale qui est la peur de la mort.

Alors vous voyez, c’est paradoxal, vous avez des frères et des sœurs qui disparaissent à volonté, qui se retrouvent ailleurs dans leur corps d’Êtreté, et quand ils regagnent leur personne, eh bien les habitudes et les peurs sont présentes. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas lâché, quelles que soient les expériences vécues et quelles que soient les vibrations vécues. Bien sûr, au moment de l’Appel de Marie et au moment collectif final, vous pourrez plus maintenir cela, mais pour les frères et les sœurs pour qui c’est présent, je vous invite à peut-être beaucoup plus d’humilité que ce que vous croyez ou donnez à voir aux autres, parce que vous n’êtes pas vrais avec vous-mêmes. Celui qui est vrai, n’a plus aucun problème avec quoi que ce soit de l’éphémère ou de l’Éternel, dans sa vie.

Regardez autour de vous, interrogez les frères et les sœurs. Vous allez voir que y en a qui sont dans diverses atteintes de leur intégrité, corporelle ou mentale, et d’autres qui traversent cette période avec un état de légèreté incroyable. Toute la différence, elle est là, et la différence qui est liée à cette peur fondamentale de la mort, qui est inscrite, comme je l’ai dit, dans quelque chose que vous ne pouvez contrôler ni résoudre, parce que c’est inscrit dans la personne, y a que la lumière qui peut résoudre cela.

Alors bien sûr, pendant de nombreuses années, certains frères et sœurs se sont nourris de Lumière, c’était important. À travers les vibrations, à travers les yogas, à travers l’écoute des vibrations des canalisations, à travers les processus de conscience avec l’autre, vous savez, les communions, fusions, dissolutions de l’époque, ou avec aujourd’hui l’Onde de Vie, le Canal Marial, le Feu du Cœur, le Feu Igné. Mais ça, ça s’accommode plus du tout avec la personne, c’est ça qu’il faut voir. Et si vous avez vécu tout ça et qu’il y a encore des processus inflammatoires, ça veut dire que vous n’êtes pas libérés de la peur de la perte de votre personne, même si vous avez la certitude intérieure, ou je vous l’affirme de l’extérieur, vous serez libérés, au moment final ou à l’Appel de Marie. Mais en attendant, vous faites quoi ?

Vous pouvez pas rester avec les deux, sans ça vous allez observer des manifestations de plus en plus exubérantes, que ce soit dans votre mental ou dans votre corps, et que l’étage qui s’active maintenant au niveau de la tête, c’est plus des petites douleurs liées à vos lignées reptiliennes, sur le côté droit de la jambe, par exemple. Là, ça touche directement votre tête, et donc le cerveau, et donc le fonctionnement même de votre personne au sein de ce monde. En quelque sorte, il y a une intolérance, une allergie même, totale, entre la personne et l’Éternité, et tout ce que vous manifestez, si c’est pas de l’ordre de l’harmonie et de la légèreté, vient de là, quoi que vous ayez vécu, quel que soit votre cœur.

Mais vous avez tout à fait la liberté d’être attachés à la matière, même si c’est inconscient, mais faut quand même savoir qu’il faudra pas vous plaindre après de vous retrouver dans un autre corps carboné, même s’il est libre. En général, et je parle là des processus vécus en d’autres mondes, dans les processus de libération, c’est un phénomène qui a toujours été constaté, c’est que l’attrait de la matière est tel que certains frères et sœurs vivent des désagréments importants dans la phase finale, très importants, et je dirais même, dans certains cas, très graves. Mais y a pas d’autre moyen pour eux d’être libérés de cette matière-là, c’est-à-dire de cette histoire-là, de ce corps-là, et ça laisse des marques et c’est ça votre assignation vibrale, c’est ça l’actualisation de la Vérité en chacun de vous.

Et ça va devenir de plus en plus apparent dans le champ de votre conscience comme dans votre corps, et ça se déroule en ce moment même, déjà depuis de nombreuses semaines, hein, mais avec une acuité et une intensité qui fait que tout le tissu relationnel humain est touché. Dit autrement, ça se résume en cette phrase : soit vous acceptez le mensonge, soit vous acceptez la Vérité.

Autre question.

Question : je vois souvent, dans le ciel, des grandes formes ressemblant à des ailes d’oiseaux. Pour moi, ce ne sont pas des nuages. Cela pourrait-il être des êtres ?

C’est effectivement des êtres. Les grands oiseaux, les grandes ailes, c’est la forme de 5ème dimension de certains anges, de certains Archanges, de certaines entités exogènes, si je peux dire, c’est-à-dire qui n’ont jamais été enfermées dans ce monde, qui n’ont pas participé ni à sa libération ni à son enfermement, qui sont des formes que vous pouvez peut-être voir aussi, pas seulement dans le ciel mais aussi dans les lieux les plus proches de la nature, c’est-à-dire les forêts. Vous allez voir des choses que vous ne pensiez même pas pouvoir imaginer, ou dessiner. C’est ça l’interpénétration des mondes libres et des mondes enfermés, qu’a réalisé la Lumière depuis trente ans, plus de trente ans, trente-trois ans exactement cette année.

Donc ce que tu vois, c’est les autres dimensions qui sont présentes maintenant. Nous vous avons dit que la plupart des vaisseaux de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres sont positionnés autour de la Terre et se rendent de plus en plus visibles et ce, de manière collective, c’est-à-dire au sein des villes et non plus dans les campagnes, afin d’adoucir petit à petit le choc, le choc de notre présence.

Autre question.

Question : suite à une perte de connaissance, je me suis retrouvé dans une autre histoire de 3 D. La lumière y était forte, tout comme la situation vécue. La sœur qui se trouvait à mes côtés a crié et ramené ici. Pouvez-vous dire où je suis allé et pourquoi en cet endroit. Qu’avais-je à y vivre ?

C’est l’illustration de ce que je viens d’expliquer avant. Vos questions, elles sont très cohérentes et tu as choisi une bonne progression, ou alors c’est la Lumière. Ce que je veux dire par là, c’est qu’au moment où il y a une syncope, disparition, et où vous vous retrouvez non pas dans la disparition mais dans un autre monde, un autre corps de 3D, mais ça veut dire que vous êtes irrémédiablement attachés à la matière, quoi que vous en disiez et quoi que vous en pensiez. C’est-à-dire qu’il y a eu à la fois, pour ce frère ou cette sœur, à la fois une volonté de Liberté et en même temps un attachement à la forme, et c’est contradictoire, et c’est ce qui s’exprime dans le vécu maintenant.

En général quand vous accédez… on a parlé tout à l’heure, y avait une question sur le basculement vers l’avant, vers la gauche ou la droite. Quand vous basculez à 90° comme si vous vous tourniez à l’intérieur de vous-mêmes, vous allez vous retrouver dans un autre monde de 3D, avec un autre corps, une autre histoire qui se vit, et quand vous vivez cela, vous êtes certains que c’est vous et c‘est réellement vous qui vit dans un univers de 3D parallèle, si je peux dire, dans une ligne de temps différente. Mais ne pas disparaître, faire ce quart de tour à gauche ou à droite est pathognomonique disent les médecins, c’est-à-dire c’est vraiment une implication totale qu’il y a peur de la disparition de la matière, contrairement peut-être à ce que ce frère ou cette sœur pensait ou voulait.

Par contre je reviens à cette notion de changement de conscience. Quand vous voyez votre corps, comme une autre question, ou quand vous vous élevez au-dessus de votre corps ou que vous vous relevez de votre corps étendu, là c’est pas la même chose. Ça veut dire que vous êtes dans le corps d’Éternité et que votre liberté est acquise.

Bien sûr, ça traduit aussi un processus de libération qui ne permet pas, pour l’instant, la libération de l’âme et la dissolution de l’âme. Alors souvent, ces frères et ces sœurs aussi ont eu des prises d’incarnation extensives au sein des mondes enfermés, que ce soit ce monde ou d’autres mondes, mais dans les autres mondes ça veut dire qu’ils n’étaient pas, comment dire, des gens enfermés mais qui participaient à l’enfermement, bien sûr, et aujourd’hui ils paient cela parce qu’ils ont créé eux-mêmes cette loi d’action-réaction et ils doivent vérifier par eux-mêmes que c’est pas la solution.

Ça, ça se voit très souvent si vous avez une origine reptilienne ou une lignée prédatrice. Alors ça fait un choc de se voir révéler ça mais c’est très important de le conscientiser maintenant, c’est une chance même, je dirais, que ça s’évacue par le corps ou par la conscience, hein. Et je disais aussi et je vous le reconfirme, qu’il va devenir de plus en plus facile, à travers le vécu, de voir où vous êtes. Soit vous êtes libres, intérieurement et extérieurement, votre corps est guéri, quel que soit votre âge, les maladies, même héréditaires, disparaissent, les fonctions se rétablissent, ou alors vous êtes en résistance, en peur de la mort, en habitude de la matière extensive, et là vous pouvez pas le vivre.

C’est pas grave puisque en finalité vous êtes tout libérés et nous sommes tous libérés, mais ça traduit déjà un peu de ce qu’il reste en vous, au sein de l’histoire et de la personne. Alors bien sûr, c’est pas très agréable, d’ailleurs le corps peut souffrir énormément, je l’ai expliqué, mais la Lumière se fraye un chemin.

Il ne faut pas confondre se nourrir de Lumière de l’extérieur et être Lumière, parce que quand vous êtes Lumière, il ne reste aucun espace pour la personne. Bien sûr il reste un minimum de personne pour faire ce qu’il y a à faire dans la matière, dans le quotidien, mais c’est tout, y a plus de mental. Bien sûr vous pouvez vous servir du mental, mais plus jamais il vous commande, ni les croyances, ni les habitudes, ni quoi que ce soit d’autre. Vous êtes réellement devenus Lumière – redevenus Lumière. D’ailleurs j’étais sûr que vos questions allaient tourner sur tout ça, c’était évident. Alors nous continuons.

Question : près de mon lieu de vie, il y a un arbre très vieux que j’appelle l’ancêtre. Récemment, Merlin y était présent et a précisé qu’il connaissait cet arbre de son vivant et qu’il représentait la force. Est-il possible qu’un arbre ait survécu au temps ou cela avait-il un autre sens ?

Mais non, le sens est réel, le problème c’est que tu vois ça à un niveau littéral et matériel. L’arbre… alors bien sûr, y a des arbres qui vivent très très très longtemps, mais en ce qui concerne Merlin, on a un petit souci parce que c’est quand même très vieux, et les arbres qu’il y a sur le continent européen ou dans d’autres pays, c’est très rare qu’ils atteignent des milliers d’années, n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que cet arbre a fait un fruit, qu’il est mort et que le fruit a repoussé au même endroit, donc il est porteur de la même vibration que l’arbre d’origine. Donc y a pas à se poser la question matériellement « comment est-ce possible que cet arbre était là y a 800 ans ? », alors que c’est peut-être son enfant ou son petit-enfant, mais c’est la même conscience, donc c’est le même arbre.

C’est une forme différente, c’est un arbre différent, mais c’est le même, c’est une filiation. Donc y a pas d’obstacle à ce que cela soit vrai. Mais je crois qu’en tout cas, dans les climats continentaux, y a pas d’arbres qui dépassent quelques centaines d’années. Vous avez des chênes, par exemple, dans les pays européens, qui sont très connus dans tous les pays et qui sont datés de plusieurs centaines, voire presque un millénaire, mais c’est très rare.

Mais il est évident que je peux me manifester sous la forme que je veux, même celle de mes vies passées, pour l’instant, parce que ça m’amuse et que c’est une façon peut-être, pour certains d’entre vous, d’être accepté. De la même façon que quand vous avez été appelés, pour certains d’entre vous, par Marie ou par une sœur Étoile, la sœur Étoile qui se présente, c’est parce qu’elle est plus en affinité avec vous, mais en définitive y a aucune différence de vibration – même si vous en percevez une qualité différente – avec Marie. Même si les Étoiles ont des vertus et des vibrations spécifiques, la finalité est toujours la même : retrouver votre Éternité.

Autre question.

Il n’y a plus de questions écrites.

Alors tu vas me redonner les questions orales qu’ils vont donner.

Tout le monde est endormi déjà ?

Question : depuis longtemps, je rêve que je décolle avec mon corps. Récemment, j’ai rêvé que je décollais et je me suis retrouvé nageant sur un océan. À un moment, j’ai plongé verticalement, je n’ai jamais trouvé le fond et je me suis retrouvé dans un jardin où il y avait un lion.

C’est très riche, c’est très riche. Par contre ce que tu évoques là, et tu fais bien la différence entre ce que tu vis depuis des années et ce qui s’est passé là, parce que dans le premier cas, tu voulais emmener ce corps physique et cette personne, dans l’autre cas tu n’es plus cette personne. Qu’est-ce qui se passe quand tu n’es plus cette personne ? Tu t’aperçois que les mondes de la création sont infinis. Tu plonges vers les profondeurs de l’océan et y a pas de fond parce que la création est infinie, et tu te retrouves sur un autre sol et tu rencontres quoi ? Un lion. Il t’est montré à la fois, là, une lignée ou une origine, Arcturius, le besoin de comprendre, d’expliquer, de se saisir, et en même temps ce que tu es dès l’instant où tu n’es plus ce corps et cette histoire, et que tu retrouves ta filiation d’origine, si je peux dire. Alors lignée ou origine, je peux pas dire, ça c’est toi qui sait mieux que moi, hein.

… je ne sais pas. J’avais fait un autre rêve où j’étais couché entre les pattes d’une lionne qui me faisait un câlin. Puis j’ai ressenti que ça pouvait être dangereux et je me suis réveillé.

Oui, ça c’est l’habitude des formes de ce monde. Mais là, c’est confirmé effectivement que c’est bien plus qu’une lignée, c’est peut-être vraisemblablement une origine stellaire. T’as qu’à voir dans ta vie, si t’as passé ta vie à vouloir expliquer et comprendre…

… non, pas du tout.

Non, je parle pas dans le rêve, je parle dans ta vie.

… dans la vie, ça ne m’intéressait pas de comprendre.

Mais je parle des choses matérielles.

… non ça ne m’intéressait pas.

Et qu’est-ce qui t’intéressait alors ?

… je ne sais pas, mais je n’avais pas ce besoin de comprendre, de décortiquer.

Et tu faisais quoi comme métier ?

… j’étais médecin.

D’accord et un médecin, il comprend pas, hein, bien sûr.

… non, il n’y a pas forcément besoin de comprendre.

Ben y a un apprentissage, y a des études, il me semble. Après, t’as pas besoin parce que c’est inscrit dans ta mémoire et dans ta banque de données, mais au départ il a bien fallu faire des études.

… la Lumière m’a beaucoup aidé.

Mais ça change rien à ce que je dis. La compréhension, une fois qu’elle est inscrite en toi, t’as plus besoin de comprendre puisque t’as compris. Tu n’as rien à faire pour aider les autres. Ce qui est compris n’a plus besoin d’être compris, il a besoin d’être appliqué.

… je n’ai jamais eu besoin de comprendre.

Ah oui, alors tu m’expliques comment fait un médecin pour soigner quelque chose qu’il a pas compris.

… c’est au niveau du ressenti.

Du ressenti…

… oui, je n’ai jamais fait de médecine classique.

Bah oui mais c’est pareil pour n’importe quelle médecine. Qu’est-ce qui fait que tu vas choisir, même si c’est du ressenti ou de l’intuition, quelque part cette connaissance, elle a été acquise. J’imagine mal un médecin sortir le nom d’un remède de lui-même s’il l’a pas appris au préalable, sauf si c’est une canalisation ou un contact avec un être de Lumière qui vient délivrer un nom, pour un remède homéopathique par exemple. Mais une fois que tu as eu un apprentissage, dans l’enfance en général, chez l’humain, et que les choses ont été étudiées et comprises, y a plus besoin de les comprendre à nouveau, mais elles sont mises en application, on est bien d’accord. Et pour un ingénieur, c’est pareil, une fois qu’il a appris, il a compris, il a pas besoin de comprendre à chaque fois, ça redevient automatique.

Mais dans l’historique, il est quand même différent d’avoir quelqu’un qui se soucie de rien, ni de comprendre, et qui est dans la spontanéité même de l’émotion… t’as par exemple un artiste, dramatique, théâtral, qui est dans le vécu de l’instant. Même s’il a appris son rôle, c’est pour jouer mais c’est pas une compréhension, c’est spontané. Tu vois, c’est différent, la structure d’un cerveau d’un artiste et d’un médecin, que tu le veuilles ou pas, c’est pas la même chose. Donc ça rejoint les caresses avec la lionne, et le lion que tu as vu après avoir changé de dimension et de monde.

Question : est-il exact que la Source a manifesté l’humain pour s’auto-connaître ?

Oui, ça c’est ce qui est dit dans beaucoup d’enseignements, mais la Source n’a rien créé. La Source est créatrice mais elle n’agence rien. L’agencement, c’est d’abord les Maîtres Généticiens, qu’ils soient de Sirius ou d’ailleurs, qui vont agencer les mondes avec les supports des civilisations des Triangles, c’est-à-dire les Keroubim. Mais la Source, tu es la Source. N’imagine pas la Source comme… bien sûr que nous savons, dans cet univers précis, dans ce coin d’univers, que la Source c’est Alcyone, mais c’est tout. La Source, elle se connaît à la perfection puisqu’elle est présente dans toutes les consciences, quelles qu’elles soient.

Donc cette histoire de miroitement pour se connaître soi-même ne tient pas la route, c’est une vision purement intellectuelle. La Lumière est, ce qui est antérieur à la Lumière est, et ce qui est antérieur à la Lumière, comme ce qui est la Lumière, contient tout. C’est le jeu de la conscience qui crée, c’est pas le jeu de la Source. Donc vous voyez, à travers l’emploi des mots, comment on peut glisser très vite d’une compréhension à une autre, entre une compréhension, certes mentale, intellectuelle, qui fait que beaucoup de frères et sœurs mystiques ont dit que la Source avait besoin de se connaître à travers une forme. Mais la Source, elle est Connaissance, elle a pas besoin d’une forme plutôt que d’une autre forme, ni d’aucune dimension. C’est l’expérience de la conscience qui précipite des formes au sein de la Liberté, dans différentes formes, dans différentes origines, dans différentes lignées. C’est l’expérience de la conscience.

Autre question.

Question : peut-on pratiquer indéfiniment le protocole d’Un Ami car il est dit que l’on peut perdre la force vitale ?

J’ai bien entendu ce que tu as dit, c’est ça, hein ? Alors, on peut perdre la force vitale, mais vous êtes très nombreux, à travers des questions précédentes, à voir votre corps d’Êtreté, à y vivre, et ce qui vous fait vivre, ce n’est plus le feu vital, c’est le Feu Vibral. Le Feu Vibral n’a pas besoin d’obliger à dormir, à manger, à penser, à raisonner. Donc quel est ton but ? De passer définitivement dans le Vibral ou de maintenir le vital ? Ce qui circule dans vos méridiens, ce qui circule maintenant dans vos chakras, et pas seulement dans les Portes ou les Étoiles, c’est le Vibral, que vous le vouliez ou pas, et c’est pour ça que quand y a résistance, y a inflammation. C’est plus seulement du vital, et vaut mieux d’ailleurs, parce que le feu vital, c’est ce qu’on appelle le cancer, mais le Feu Vibral il déclenche pas le cancer, par contre il échauffe, il crée des inflammations dans ce qui résiste.

Donc passer le plus vite possible à l’extinction du vital pour la plénitude du Vibral, c’est ce qu’est en train de faire la Lumière. C’est le passage de la conscience d’une forme figée, limitée, le corps physique, à votre véhicule d’Éternité, que vous en ayez besoin ou pas après, d’ailleurs. Si vous êtes Absolus, vous n’avez pas besoin de véhicule, mais vous aurez toujours un véhicule à disposition, le vôtre, qui est toujours le même, et qui change de forme, d’aspect, de dimension, selon les dimensions où la conscience joue. Donc ne vois pas, dans le fait de la disparition du vital, l’absence d’énergie, puisque le Vibral est dix fois plus efficace que le vital, à tous les niveaux.

C’est pour ça d’ailleurs, pour ceux qui vivent l’Éternité maintenant, et la Liberté intérieure comme extérieure, qu’ils observent une espèce de régénération totale, en partie au niveau physique, surtout au niveau de ce qu’il peut rester de mental ou encore au niveau de la conscience elle-même. C’est la finalité. Le vital, ce qui est appelé le vital, l’énergie, vous savez, quand vous sentez l’énergie qui circule, ça appartient à l’enfermement, or la nourriture du Vibral se suffit à elle-même et donc met fin à toutes les physiologies que vous connaissiez auparavant dans vos besoins corporels, de sommeil, d’aliments, de relations et autres.

Maintenant, comme Un Ami vous l’a dit, y a aucune obligation de pratiquer quoi que ce soit. D’ailleurs, à un moment donné, vous jugerez tout cela comme strictement inutile. Ça veut pas dire que ça n’a pas été utile mais à un moment donné, vous vous apercevrez que ça ne sert plus à rien. À ce moment-là, vous êtes libres. Nous, nous vous donnons des béquilles, nous vous l’avons toujours dit, jusqu’au moment où vous comprenez que vous n’avez pas besoin de béquilles. Et ça se fait quand vous rejoignez presque intégralement votre Éternité, même si vous n’en avez pas la vision, la perception, ce qui se traduit, au sein de la conscience ordinaire, par simplement la Paix et la sérénité.

Et quand vous trouvez cette Paix et cette sérénité, quand vous en sortez de vous-mêmes, ça vous fatigue, ça vous exaspère, et quand quelqu’un d’autre vous en fait sortir, ça peut aussi vous exaspérer parce la personne, dans la relation ou dans la communication que vous établissez, va vous ramener aux habitudes et aux fonctionnements de la personne. Jusqu’au moment où vous pourrez mener les activités de la personne tout en étant en votre Éternité. Le marqueur, là, c’est pas la vibration ou l’énergie, hein. Je vous ai dit, l’énergie vitale appartient à l’illusion luciférienne. Est-ce que vous croyez que quand vous êtes dans votre corps d’Êtreté, vous avez besoin de sentir énergie, vibrations ou autre? Absolument pas.

L’énergie vitale concerne l’éthérique, et l’éthérique humain a autant été enfermé que la conscience. Le Vibral n’est pas de l’énergie. On parle d’énergie vibrale mais c’est faux, c’est la vibration primordiale de la conscience, et quand vous êtes dans le Vibral, à travers votre vécu ici même, au sein de ce corps, vous constaterez que vous n’avez plus besoin de vous nourrir, ni de penser, ni de relations, ni d’émotions, ni d’histoires, ni de projections, ni de quoi que ce soit, parce que la sérénité prend toute la place, sans effort.

Alors on continue.

Vous pouvez parler, n’hésitez pas, hein. Même les questions personnelles, les réponses que je formule peuvent aider d’innombrables frères et sœurs, dans cette période.

Question : il y a un an et demi, je vous avais demandé de me trouver une habitation ; trois jours après, j’habitais un château. Là, j’ai dû quitter le château et suis de nouveau sur la route alors qu’en avril, Uriel m’a dit que j’allais retrouver d’autres lieux, d’autres personnes...

Est-ce que Uriel t’a donné une date ?

… non.

Voilà.

… je n’ai pas compris qu’il dise que j’allais changer de lieu etc., alors qu’on était en avril.

Tu peux changer de lieu tout en étant sur la route. Ça veut dire quoi ?

… ce n’est pas confortable, la route, la voiture.

Ah mais ça veut dire que tu vas aller en différents endroits, mais pas chaque jour ; sinon, je suppose que tu m’aurais demandé une maison et que tu l’aurais déjà trouvée.

… je n’ai pas osé une deuxième fois...

J’ai bien compris, tu m’as rien demandé. Peut-être que ta présence est indispensable, sur le plan de la Lumière, en divers lieux qu’il va falloir parcourir, plutôt que de rester au même endroit où on prend vite des habitudes.

La seule façon de ne pas être dans l’habitude – pour toi, hein, je dis pas que c’est valable pour tout le monde –, c’est peut-être, comme tu dis, d’être sur les routes et d’être à gauche et à droite. Peut-être que c’est pour toi – et je dis pas peut-être, c’est la vérité –, c’est la meilleure façon d’éprouver la liberté totale. Mais tu peux quand même me demander une maison, on verra bien.

… une maison sur roue.

Voilà, pose tes intentions et tu verras.

D’ailleurs vous constatez tous en ce moment, de façon parfois très subtile, qu’il vous vient des idées comme ça : si je changeais de maison, de mari, de femme, d’environnement, et ça va pas plus loin. Mais ça c’est la traduction, vous changez de maison, vous passez de corps éphémère au corps d’Éternité, totalement. Et heureux sont ceux qui sont capables de voir leur vie changer du jour au lendemain dans cette période sans être affectés en aucune manière. Ça concerne aussi bien les lieux de vie, que la famille, que le mari, que la femme, parce que y a certaines situations, certaines localisations, certaines régions, certaines personnes, certains environnements, qui ne sont pas adaptés du tout pour vivre ce que vous avez à vivre dans cette période.

Et l’Intelligence de la Lumière, dans ce cas-là va réaliser, sans que vous ayez émis le moindre souhait ou le moindre désir, des changements qui viennent d’eux-mêmes, et dans d’autres cas, des changements qui ne se produiront jamais, parce que la place où vous êtes, même si elle ne vous plaît pas, c’est la place où vous devez être. C’est l’Intelligence de la Lumière qui est à l’œuvre, ce n’est plus vos désirs personnels ou vos souhaits personnels. Et d’ailleurs si vous êtes libres, comment voulez-vous avoir un souhait ? Vous pouvez avoir des idées qui passent. N’oubliez pas que l’Appel de Marie peut survenir n’importe quand. Vous êtes dans les évènements, je vous l’ai dit déjà depuis de nombreux mois, et je vous l’ai confirmé le 7 juin.

Alors bien sûr, vous en avez qui sont encore dans le déni, et ils y seront même quand ils seront morts. C’est d’ailleurs le cas depuis toujours, sur cette terre. Vous avez eu d’innombrables récits des décédés qui ont parlé avec les vivants ou qui ont été observés dans les mondes intermédiaires, qui étaient en train de continuer leur profession, leurs activités, comme s’ils étaient pas morts. C’est ça l’attachement à la matière, c’est le besoin de faire, de réaliser, qui vous poursuivait, je dirais, dans l’au-delà, auparavant. Maintenant c’est plus possible, ça. La Lumière, d’ailleurs, va mettre fin à tous les esclavages, même qui ont pas été vus, dans les habitudes, dans le besoin de se prémunir de ceci ou de cela. N’oubliez pas, ça a été dit à d’innombrables reprises : tout ce à quoi vous tenez vous tient, littéralement et plus que jamais maintenant.

Alors avant, y avait toujours l’alibi, pour ceux qui étaient dans la personne, de dire « oui mais il faut bien continuer sa vie, il faut bien gagner sa vie, il faut bien s’occuper de ses enfants ». C’est la vérité, il faut bien répondre aux lois, pour vivre en société. Mais maintenant vous constatez tous, je l’espère, que c’est profondément différent. Ne croyez pas maintenir vos habitudes de confort, je vais dire, vos habitudes que vous avez peut-être depuis fort longtemps, dans les temps qui viennent. La Lumière trouvera toujours le moyen de vous faire casser cela. Que ça soit par le corps ou de manière plus radicale, au niveau de votre vie. Vous vivez réellement et concrètement les derniers instants, si je peux dire, de cette 3ème dimension enfermée, dissociée.

Vous savez, y a des gens, par exemple, quand on leur apprend qu’ils vont mourir, ils vont vouloir mettre de l’ordre dans leur vie, et d’autres qui vont être dans le déni. Ils sont en train de mourir et ils vous disent qu’ils veulent continuer à vivre normalement, ils continuent à faire des projets, à vivre comme si ils n’étaient pas en train de mourir. Eh ben certains d’entre vous aujourd’hui font exactement la même chose, et c’est ça qu’il faut voir. Êtes-vous réellement la Lumière, êtes-vous réellement et concrètement et totalement dans l’action de Grâce et dans l’état de Grâce ? Toute la différence vient de là. Soit vous y êtes et vous êtes en paix, soit vous n’êtes pas en paix et en félicité, quelles que soient les vibrations que vous avez vécues et que vous vivez peut-être encore.

Où est votre contentement, où est votre sécurité ? Dans l’éphémère ou dans l’Éternel ? Posez-vous la question et voyez comment vous vous conduisez chaque jour. Est-ce que vous êtes en train de vouloir vous nourrir de Lumière, de reconnaissance, de confort, de certitude matérielle ou est-ce que vous êtes libres pour la Lumière ? Ça peut aller très loin, mais pour chacun c’est différent. Y en a chez qui l’injonction de la Lumière va obligatoirement les faire casser tout ce qui existe dans leur vie normale, profession, familiale, sociétale, et d’autres qui vont poursuivre parce qu’ils sont en paix malgré l’éphémère. Et chez d’autres frères et sœurs, ça va être une intolérance, j’ai parlé d’allergie tout à l’heure, une intolérance totale entre les deux.

Qu’est-ce que vous faites dans ce cas-là ? Vous essayez de composer entre les deux ou vous acceptez ce que vous êtes ? À vous de voir, personne ne peut vous dicter votre conduite, c’est vous qui lâchez ou qui lâchez pas. Mais n’espérez pas être dans la Joie permanente tant que vous tenez encore à quoi que ce soit et quelle que ce soit la puissance des expériences. Bien au contraire, je dirais que plus vous avez vécu des expériences fortes, avec les peuples de la nature, avec les vibrations, avec les Théophanies, plus vous allez être, comment on dit, gênés aux entournures, parce que vous allez prendre conscience que maintenant c’est l’un ou l’autre, et non plus la superposition des deux. C’est l’ascension de la Terre qui se vit.

Alors n’allez pas prétexter qu’il y a pas eu l’Appel de Marie ou qu’il y a pas eu la visibilité de Nibiru encore pour tout le monde, pour attendre, parce que la Lumière, elle, elle n’attend pas, dorénavant. Vous ne pouvez pas vous arranger avec la Lumière en tant que personne, vous êtes la Lumière ou vous n’êtes pas la Lumière. Si vous êtes la Lumière, y a aucun élément de votre personne qui peut freiner ou ralentir quoi que ce soit. Si vous n’êtes pas la Lumière et que vous êtes nourris par la Lumière, vous n’êtes pas autonomes, vous n’êtes pas libres, vous avez été nourris, pour vous permettre de voir un peu plus clair, mais le dernier sacrifice, comme nous vous l’avons toujours dit, y a que vous, en votre âme et conscience, si je peux dire, qui peut le faire.

Aucun conseil, ni de la Confédération Intergalactique, ni de Marie, ni du Christ, ni d’un voisin, ni d’un ami, ni d’un médium, ne peut vous être d’aucune utilité, parce que la décision, quelle qu’elle soit, doit jaillir de vous, en votre âme et conscience, parce qu’après, c’est trop facile de dire « ah oui, mais ça vient de la Lumière » ou « ça vient de celui qui m’a conseillé » ou de dire « je me suis trompé ». Non, c’est fini tout ça, le temps est venu de trancher. D’ailleurs Mikaël est venu pour ça, hein, il vous a parlé de labourage des terres, ensemencement des eaux, perforation antérieure ou postérieure, derrière Métatron, Ki-Ris-Ti, ou Mikaël devant, qui perforent le Cœur du Cœur.

Y a réellement et concrètement deux postures qui sont totalement séparées et que tout sépare dorénavant. La persistance en l’éphémère, en vos croyances, en l’impression que vous allez vous améliorer, vous pacifier, que vous allez évoluer – tout ça, c’est l’ego, c’est l’âme –, soit vous êtes l’Esprit. Et de plus en plus, l’espèce de fracture entre les deux va vous apparaître dans votre vécu. C’est à travers cela que vous montrez et vous vous montrez que vous êtes libres ou pas. C’est-à-dire que maintenant, déjà depuis de nombreux jours mais surtout en ce jour précis du 1er juillet 2017, que vous allez conscientiser tout ça et que vous allez le vivre, de toutes les manières possibles. C’est-à-dire que c’est dans le concret de l’illusion de ce monde et de cet enfermement que vous allez pouvoir vérifier, au-delà des processus vibratoires et au-delà de la finalité, si dans l’instant vous êtes libres ou pas, de vous réajuster ou pas sur cette Liberté.

C’est en ce sens que j’avais dit voilà presqu’un mois, et que ça a été dit aussi par d’autres intervenants, que nul ne pouvait ignorer. C’est ça, c’est pas les évènements de la terre, ils sont sous vos yeux, ceux-là, ils se déroulent chaque jour dans toutes les parties du monde, que ce soit dans la société, dans les bruits que font la terre, dans les crevasses de la terre, dans les volcans, dans les nuages que vous voyez, dans la grêle, dans les feux, dans les Éléments, les quatre Cavaliers, ils sont aussi en vous aujourd’hui, pour réaliser l’alchimie ultime : je suis Lumière ou je suis autre chose. Et encore une fois, ça prend une acuité et ça va prendre chaque jour une nouvelle acuité plus forte.

Question : le fait de répéter quasi en permanence « Je suis Lumière », renforce-t-il le fait de l’être ?

Certainement pas. Quand tu es Lumière, t’as pas besoin de te le répéter, tu le sais, mais quand tu dis « Je suis Lumière », et la façon dont tu présentes la question te prouve que tu n’es pas Lumière. Quand tu es Lumière, t’as pas besoin d’affirmer que tu es Lumière, c’est comme si tu passais la journée entière à te répéter ton nom pour être persuadée que tu es ce nom-là. Les mantras ne vous sont d’aucune utilité. C’est comme pour les exercices, à un moment donné il faut arrêter pour vivre la spontanéité, y a un moment donné où il faut les jeter, ces béquilles, sans ça comment vous montrez votre autonomie et votre liberté, ce que vous êtes ?

Et rappelez-vous que ça va être de plus en plus visible. C’est soit l’éphémère, soit l’Éternel. Soit l’Éternel, l’Éternité, votre corps d’Êtreté est à la bonne place et donc vous assumez ce qu’il y a à vivre comme responsabilités, soit vous ne pouvez plus le vivre. Et là, en votre âme et conscience, y a que vous face à vous-mêmes qui pouvez prendre la décision qui est à prendre, mais jamais, de l’extérieur, nous vous la dirons. Et ne suivez surtout aucun conseil, même pas d’un médium, ni d’un channel, ni de votre mari, ni de votre femme, ni d’un ami. C’est seul à seul que vous devez réaliser cela. Et rappelez-vous qu’in fine vous êtes libérés, donc vous ne pouvez pas tenir à votre vie et tenir à l’Éternité que vous êtes, c’est pas possible. Ce n’est plus possible et vous allez le voir, vous allez le constater. Certains d’entre vous ici même le vivent déjà.

C’est pour ça que nous vous avions dit déjà depuis de nombreuses années qu’aucune histoire ne demeurerait après l’ascension de la Terre et la libération collective. Qu’est-ce qu’il se passe aujourd’hui depuis les Théophanies, depuis le 7 juin ? Je parle pas des évènements humains, ils vont à leur rythme et ils obéissent, ils suivent les lignes temporelles des prophéties maintenant, de façon formelle. Y a plus de délai, y a plus d’écart possible, mais c’est en vous qu’il faut regarder cela, sans tenir compte d’aucun avis extérieur, ni même de vos cogitations. Regardez l’écran de votre vie, voyez où c’est simple et voyez là où c’est devenu compliqué.

Pour la Lumière, tout sera toujours simple, donc si vous êtes Lumière, vous êtes simples. Si vous n’êtes pas simples, ça veut dire que vous n’êtes pas Lumière, vous êtes dans un succédané de la Lumière, vous êtes encore dans une lumière qui a été altérée. C’est le cas, je vous l’ai dit, surtout aujourd’hui, pour ce qui est nommée l’énergie. Alors bien sûr nous avons insisté sur l’énergie, sur la vibration, sur les chakras, sur les nouveaux corps, sur les Portes, sur les Étoiles, sur les yogas, parce que c’était une construction qui se faisait. Donc on a placé les échafaudages qui ont permis cette construction, mais vous allez pas rester en permanence avec l’échafaudage, n’est-ce pas ? C’est pas qu’une image, c’est la stricte vérité, hein.

Allez, autre question.

Question : lors d’un soin que j’ai reçu, sans objectif particulier, j’ai ressenti une grande énergie dans les mains et ayant donné des soins pendant 25 ans, j’ai senti que j’étais appelée à nouveau pour cela. Je trouve que cela n’a pas de sens…

Oh, je t’arrête tout de suite, ça a un sens énorme. Il faut bien que pendant les 132 jours, il y ait des thérapeutes qui s’occupent des misérables qui auront été brûlés. Et là, le sens s’éclaire.

… donc ce n’était pas une projection mais une réalité ?

Y a de fortes chances.

… à quoi a servi, pour la Lumière, notre passage dans cette 3ème dimension enfermée ?

Mais à rien du tout, à strictement rien. L’Archange Lucifer, au début de l’anomalie primaire de la Source, comme elle s’appelle, avec les Archontes, bien antérieurement à l’enfermement de ce monde, ont imaginé, dans leur stupidité, que de faire souffrir, que de priver la Lumière que vous êtes, allait vous rendre plus grands. Mais c’est stupide, si vous êtes Lumière, vous n’avez besoin de surtout pas être plus grands, c’est inutile totalement. Ça, c’est encore une vision luciférienne et new-âge qui te fait croire qu’il faut s’améliorer, payer son karma, trouver la vérité, c’est sans fin. Il ne peut pas y avoir de fin dans cette approche. La seule fin, c’est la Vérité : tu es Lumière, tu n’as besoin d’aucune forme et d’aucune histoire.

Donc je te répète que aucune dimension n’est nécessaire à la Source, aucune, de même que aucun monde n’est nécessaire à ce que tu es, mais tant que tu l’as pas vécu, c’est du chinois parce que tu restes soumis aux croyances diverses et variées que tu as vécues durant ta vie. La Liberté n’a que faire, la Liberté est perfection, la Lumière est perfection. Déjà toi-même tu te places en distance dès que tu crois qu’il y a une histoire, dès que tu crois qu’il y a quelque chose à évoluer, à améliorer. C’est la personne qui évolue et qui s’améliore, pas ce que tu es, à moins que tu sois identifié à ta personne. Alors là je te dis bon courage, hein, pour la suite.

Vous avez vécu, tous, et vous êtes innombrables à avoir vécu, même sans le savoir, par ce que nous vous disons, des rencontres avec des êtres de Lumière, avec les Végaliens, avec les peuples de la nature. Vous avez vécu des expériences vibratoires, d’Onde de Vie, de Libération, certains se sont établis dans la Libération, et pourtant l’attraction de la matière, elle, n’est pas levée parce qu’il y a l’habitude de l’enfermement. Mais tant que tu es enfermé, tout ce que tu peux concevoir au niveau spirituel est faux, même si ça t’a permis d’évoluer au sein de ce monde. Mais tu n’es rien de tout ce que tu as vécu en ce monde, ce que tu es n’a jamais été enfermé, ce que tu es a toujours été libre.

C’est la croyance en l’enfermement qui a renforcé l’enfermement, à travers ce que j’avais nommé à l’époque le système de contrôle du mental humain, tout simplement. Parce que vous fonctionnez et nous fonctionnons tous, sur la terre, en résonance avec des égrégores, avec des lignes de prédation comme j’avais parlé à l’époque, et tant que tu es soumis à cela, tu ne peux pas voir la Vérité ni être la Vérité, tu ne peux qu’avoir l’illusion de progresser, de t’alléger, de comprendre. Mais ça, c’est typique des forces dites lucifériennes, qui n’ont plus rien à voir avec Lucifer mais c’est les forces d’enfermement qui sont à l’œuvre, même dans la spiritualité. Y a aucune sortie là-dedans, la seule porte de sortie, c’est le cœur – c’est pas la connaissance, c’est pas la personne, c’est pas le karma. Or pour vivre le cœur, il faut être très simples, il faut être dépouillés de tout ce fatras spirituel, se présenter nus pour être Lumière.

Quand tu pars de l’autre côté, tu ne peux rien emporter, pas la moindre pièce, pas le moindre vêtement, et quand tu regagnes ce que tu es, aucune histoire ne t’est utile, surtout pas celles vécues au sein de l’enfermement, qui ne sont que des engrammes de souffrance. À toi de savoir si tu veux être libre ou si tu veux, ou tu préfères, croire courir après la liberté.

Autre question.

Question : comment un Archange peut-il être stupide ?

Stupide pour faire quoi ?

… vous avez dit que l’Archange Lucifer avait été stupide.

Oui, c’est stupide. L’idée est stupide, pas l’Archange. C’est d’une stupidité sans nom. C’est comme si je vous disais qu’un Archonte est stupide. Mais je vous rappelle qu’il y a le même cœur dans Yaldébaoth que dans votre cœur, que dans mon cœur. C’est les couches d’ignorance qui ont été rajoutées, ces pseudo-connaissances spirituelles qui sont un aveuglement, le besoin de comprendre, le besoin d’expliquer, le besoin de trouver des systèmes de cohérence. Au sein de l’illusion, il n’y en a pas. C’est pour ça que la libération ne peut pas se faire à n’importe quel moment, au niveau collectif. On est obligés d’attendre des circonstances particulières qui ont commencé en 1984, ça fait trente-trois ans maintenant.

Et vous avez des frères et des sœurs qui ont bon cœur mais qui sont encore, par habitude, et c’est ceux-là surtout qui auront besoin d’une forme d’acclimatation à la Lumière, parce qu’ils ont toujours imaginé la Lumière comme extérieure à eux. C’est le principe de l’enfermement archontique ou luciférien. Vous êtes tributaires de vos projections, tributaires de vos pensées, de vos croyances. Que sont les religions sinon un système d’asservissement ? Qu’est la société sinon un système d’asservissement ? Qu’est-ce que les liens du sang sinon un système d’asservissement ? C’est le côté un peu, je dirais, ironique des Archontes, d’avoir créé cette notion d’action-réaction, de karma, parce que c’est sans fin et si y avait pas de processus cyclique qui était appelé destruction totale de la vie et réenfermement à nouveau, qu’est-ce qui se passerait ? Vous tourneriez indéfiniment en boucle.

Je vous rappelle que ce système solaire est enfermé depuis six cycles, parce qu’on ne peut pas, la Lumière ne peut pas aller à l’encontre de votre liberté, et encore moins à l’encontre de cette loi créée par les Archontes dont certains d’entre vous se gargarisent, qui s’appelle le libre-arbitre. Vous voyez où conduit le libre-arbitre ? Dans le mur, et c’est comme ça tous les 50 000 ans.

… Il est l’heure de la pause.

Alors je vous laisse aller faire ce que vous avez à faire et je vous dis à dans quelques instants. À tout à l’heure.


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Ven 14 Juil - 13:15 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


O.M. AÏVANHOV

Questions/Réponses 2



Eh bien chers amis, nous allons pouvoir continuer à répondre à vos questions et à glisser de-ci de-là les éléments que j’avais à vous donner. Alors je t’écoute à nouveau.

Question : si je me réveille la nuit, ou le matin, je vois souvent mes bras noirs et qui disparaissent parfois en partie dans le noir. Quel est le sens de cela ?

Ceci correspond tout simplement à la disparition de l’éphémère. Tu vois tes bras noirs, est-ce que c’est de la Lumière noire ou est-ce que c’est une ombre noire ? Tel que tu décris, les mots que tu emploies me donnent à penser que tu vois ton corps disparaître. Tu ne vois pas le corps d’Éternité, tu vois directement ton corps physique qui a disparu, en tout cas dans ces parties-là. Cela peut-être aussi lié, et ça dépend bien sûr si tu as des mécanismes de douleur, par exemple au niveau des épaules ou sur les chakras qui sont des chakras mineurs, qui sont situés dans les creux axillaires. S’il y a blocage d’énergie, bien évidemment, comme il y a perception de plus en plus fréquente, comme je l’ai dit, de ce qui est subtil et qui était invisible jusqu’à présent, cela fait partie des choses qui sont tout à fait possible de voir.

Mais s’il y a un blocage dans la circulation de l’énergie vitale, tu vois ton éthérique, parce que y a deux visions possibles : soit la vision de l’éthérique, avec absence de lumière et aspect noir, soit il y a disparition du corps physique. Donc là, je ne peux pas trancher entre les deux, ça dépend vraiment de ton état, ça dépend de ce que tu ressens. Mais le plus souvent quand même, ce que vous voyez, c’est votre corps d’Éternité qui est en superposition du vôtre, en certaines parties. Vous pouvez même d’ailleurs sentir, et je crois que je l’ai déjà dit le mois dernier, vous pouvez très bien sentir que vous bougez le bras d’Êtreté et non pas le bras physique. Vous pouvez sentir des vagues, des vibrations, qui ne sont plus liées à la vibration de votre corps physique ou des corps subtils mais à la vibration de votre Êtreté. La différence, c’est souvent la notion de quelque chose qui est un peu piquant, si vous voulez. Ça, c’est le corps d’Êtreté qui est constitué, je vous le rappelle, de Lumière adamantine.

La Lumière adamantine, quand elle est suffisamment importante en nombre de particules, va vous donner des sensations, pas nécessairement d’inflammation mais au minimum des sensations de picotement. C’est pas de l’énergie qui circule, ce n’est pas à proprement parler de la vibration, mais c’est la superposition de ce qui est vos structures éphémères et ce corps d’Éternité qui engendre ces sensations. Mais le plus souvent, vous voyez ou vous sentez quelque chose qui se déplace, par exemple vous sentez que votre jambe va se déplacer dans le lit alors qu’elle est immobile, parce que comme je l’ai dit, votre conscience passe des moments de plus en plus évidents dans le corps d’Êtreté, découplé, si je peux dire, du corps physique. C’est une forme d’apprentissage très modeste, bien sûr, de votre corps d’Êtreté.

Je vous rappelle que l’apprentissage, si je peux dire, de la conduite de ce corps d’Êtreté, correspond aux enseignements Métatroniques qui seront reçus dans la période finale de la Terre, dans la période finale de l’ascension de la Terre et donc de votre libération.

Autre question.

Question : depuis quelques semaines, j’ai des douleurs régulières dans l’oreille gauche qui me réveillent la nuit. Je les ai ressenties pendant votre précédente intervention. Que pouvez-vous dire par rapport à cela et pourquoi l’oreille gauche ?

Alors déjà, bien évidemment, ça aurait pu être un problème de santé, mais le fait que tu décrives le même processus dans ton sommeil et en écoutant ma voix très agréable, signifie que tu es en contact avec ton corps d’Éternité mais qu’il existe, au sein de tes structures éphémères, un processus de refus d’entendre quelque chose. Or qu’est-ce qu’il se passe au niveau de l’oreille gauche ? Je ne parle pas d’entendre les voix humaines, les bruits de ce monde, mais il y a ce qui est noté et qui a été nommé le chant de l’âme, les Siddhis, si vous voulez, et aussi l’Antakarana, qui a été rebaptisé le Canal Marial depuis la présence de la Lumière Vibrale. Tout cela vous le savez.

Et bien sûr, dans cette phase particulière de libération que vous vivez, il y a des mécanismes de résistance, comme ça a été dit, liés à vos habitudes, liés à ce monde, à l’expérience de ce monde, qui peuvent se manifester par diverses sensations. Les processus inflammatoires ou de douleurs qui sont situés dans la partie la plus haute du corps, c’est-à-dire le cou et la tête, sont toujours liés à des mécanismes de résistance, le plus souvent inconscients, liés aux habitudes, aux origines stellaires et aux lignées où s’étaient glissés, dans l’historique, si je peux dire, des mondes, des éléments liés à ce qui est nommé la prédation, c’est-à-dire l’absence de liberté de l’autre.

Donc vivre des processus au niveau des organes des sens, que ce soit l’oreille gauche, l’oreille droite, les narines, les yeux, les orifices de la face comme on dit, signent, en cette période, bien sûr en exceptant tout ce qui est problème médical à proprement parler, des processus d’alchimie qui sont pour l’instant, sur la zone en question, en butte aux résistances des habitudes du corps éphémère. L’oreille, bien sûr, gauche, c’est pas seulement l’audition, c’est pas seulement écouter, c’est pas seulement entendre, c’est aussi entendre l’Éternité, et donc cela traduit quelque part, surtout du côté gauche, une forme de résistance ou une forme de difficulté à laisser libre cours à l’Éternité. Voilà ce que je peux en dire, encore une fois, si bien sûr il n’y a pas de problème de santé.

Mais l’interaction de la Lumière sur certaines zones de votre corps éphémère peut effectivement dorénavant entraîner des processus, comme je l’ai dit, allergiques, inflammatoires ou de résistance, c’est la même chose, au niveau de ces zones, et qui vous renvoient, non pas à quelque chose à comprendre ou à expliquer mais à quelque chose à traverser en toute humilité, afin que ceci ne s’installe pas de manière durable.

Par contre il me semble bien que tu as parlé de plusieurs semaines, il me semble, dans la question, non ?

… depuis quelques semaines.

Quelques semaines. Les processus qui surviennent aujourd’hui dans votre conscience ordinaire, dans ce corps physique, sont en général de caractéristiques suivantes : ça apparaît brutalement, ça disparaît le plus souvent tout aussi brutalement, quand il n’y a pas eu de dégâts organiques trop importants, mais si ça dure, ça veut dire que le travail de la Lumière, et non pas ton travail à toi, n’est pas encore finalisé sur cette zone.

Comme je vous l’ai dit, la Lumière adamantine ne pénètre plus seulement par les chakras, ne pénètre plus seulement par l’Onde de Vie ou le Canal Marial, ou par les Portes et les Étoiles, et pénètre maintenant en des zones où il y a pas autre chose que des fonctions physiologiques, qui vous renvoient aussi, je dirais, à un archétype spirituel. Les oreilles, c’est l’écoute et l’entente, ça veut dire qu’il y a quelque chose que tu ne veux pas entendre. Mais à l’intérieur de toi, pas entendre à l’extérieur, de quelqu’un qui te dirait quelque chose, ou la vie te montrerait quelque chose, c’est toi par rapport à toi-même, dans ta confrontation, le face-à-face nous avions dit, entre ton éphémère et ton Éternel, si tu préfères entre la peur de l’éphémère et l’Amour de l’Éternité. La peur cristallise et fige, pas seulement la conscience mais aussi le corps. L’Amour, l’humilité, la simplicité, la Transparence, la Voie de l’Enfance, créent la transparence propice à l’installation totale de la Lumière et de la Vérité que vous êtes, ici même sur cette terre.

Si l’Appel de Marie avait eu lieu avant les Théophanies, tous les processus que vous vivez maintenant se seraient déroulés de manière beaucoup plus invasive, je vais dire, durant les trois jours. Donc c’est en ce sens que les jours qui passent, les semaines qui s’écoulent sont une grâce providentielle pour vivre ce que vous avez à vivre, ce qu’il vous reste en quelque sorte à finaliser, à découvrir de vous-mêmes, c’est-à-dire que vous êtes la Lumière.

Donc ne vous attardez pas à cette notion de résistance même si c’est douloureux et même si c’est inflammatoire, occupez-vous en de manière organique, physique, énergétique, psychologique, mais sans référer à quelque chose qui viendrait d’un passé. C’est l’état actuel, l’état actuel est nécessairement la résultante du passé au sein de ce monde enfermé, mais trouver le présent ne peut se faire en solutionnant dorénavant quelque élément du passé que ce soit. La solution, elle est aussi dans l’Instant Présent, dans la plénitude, dans la Félicité, et la paix de la Lumière retrouvée.

Vous constaterez d’ailleurs que agir au niveau matériel, corporel, bien sûr est faisable, mais qu’agir par l’Esprit, par la conscience, si vous préférez, à travers des mécanismes de compréhension, d’explication, et même de solutionnement, ne feront que vous renvoyer à d’autres problèmes plus graves. C’est exactement ce qui se passe pour certains d’entre vous qui ont commencé par avoir des problèmes, par exemple, aux pieds, et particulièrement au pied droit, à la cheville droite, ensuite c’est remonté le long de la jambe, ça a pu donner des douleurs de dos, des douleurs de gorge, et maintenant au niveau des organes des sens. Vous voyez, il y a une progression, à la fois de la Lumière mais aussi du dévoilement des résistances qui sont inscrites dans votre structure éphémère.

Ces résistances, je le reprécise encore une fois, vous ne pouvez plus dorénavant agir par vous-mêmes par l’Esprit ou par la conscience, vous êtes obligés de vous adresser à des thérapies conventionnelles, que ça soit des médicaments, chimiques ou autres, que ce soit du magnétisme, que ce soit des cristaux ou autre chose, mais pas par vous-mêmes, par votre conscience. Parce que la douleur elle-même, qui arrive brutalement et disparaît brutalement, les inflammations qui apparaissent aussi subitement qu’elles disparaissent, parfois en durant effectivement quelques semaines mais c’est rare, ne sont là que pour vous faire lâcher ce que vous tenez, c’est-à-dire votre identité, votre personne et votre peur camouflée, si je peux dire, de votre propre disparition, même si vous disparaissez avec aisance dans vos alignements ou encore dans votre sommeil. Mais il faut aussi que dans l’activité de la personne, même les plus ordinaires, la personne disparaisse aussi.

Il est tout à fait différent, comme je l’ai dit dans une réponse précédente, de faire la cuisine en pensant à tout autre chose, que de faire la cuisine en conscience. Les résultats ne sont pas les mêmes, et c’est pareil pour toute chose. C’est-à-dire que la conscience a besoin d’être présente même dans les automatismes qui étaient redevenus inconscients, parce que c’est comme cela que vous magnifiez votre Éternité et que vous la laissez apparaître en totalité au sein même de votre éphémère, afin qu’il prenne la place.

Donc tout ça est très cohérent, si vous voulez, et tout ça est parfaitement explicable par une seule chose qui ne dépend pas de votre histoire, mais comme je l’ai dit pendant des années, la peur ou l’Amour, et souvent ce sont des peurs inavouées qui sont camouflées par des stratégies de défense, d’évitement, que vous avez bâties tout au long de vos vies. Or, dès qu’il y a des stratégies d’évitement ou d’adaptation à certaines situations, vous n’êtes plus libres puisque vous êtes conditionnés par des stratégies et vous ne laissez aucune liberté à l’Instant Présent parce que vous êtes déjà soit dans le futur, soit en train de réfléchir par rapport au passé dans tout ce qui arrive dans votre vie, agréable comme désagréable.

Donc toutes les circonstances de vos vies, actuellement, sans aucune exception, ne sont là que pour vous faire découvrir qui vous êtes, si ce n’est déjà fait, et avec une intensité qui vient parfois gêner, effectivement, aussi bien l’Éternité que la conscience éphémère, mais c’est voulu par la Lumière et ça résulte directement de cette interaction au plus intime de l’éphémère et de l’Éternel, ou de l’Amour et de la peur, ce qui revient au même.

Autre question.

Question : j’ai fait un rêve en semi-conscience. J’avançais en position assise dans un véhicule, traversant un espace noir d’encre. Cela a duré un bon moment, il n’y avait aucune résistance. J’ai débouché sur un plan d’eau qui devait être une mer, avançant en toute fluidité. Arrivée à un estuaire, j’ai remonté une grande rivière et je me suis entendu dire : « Ça y est je suis de retour à la maison. » Cela s’est arrêté, j’étais complètement réveillée et dans une paix indescriptible.

Je te remercie pour ce témoignage, mais je dois dire que vous êtes aussi de plus en plus nombreux, certes avec des mots différents, à vivre ce processus. C’est lié directement, comme je l’ai dit, aux Théophanies qui se généralisent sur la terre, je dirais même indépendamment de toute volonté de réaliser une Théophanie. C’est ce que Marie a appelé la Théophanie spontanée et perpétuelle ou permanente, c’est la même chose, et c’est à travers cette installation de cette Théophanie permanente que vous découvrez, à travers des douleurs, à travers des prises de conscience, que vous ne pouvez plus fonctionner comme avant, quels qu’aient été vos antécédents.

Vous êtes obligés, quelque part, de vous adapter totalement à l’Instant Présent et d’être libres dans l’Instant Présent, ce qui ne peut pas être le cas si votre instant présent est conditionné par une projection dans le futur ou par une réminiscence de quelque passé que ce soit. Là est la seule et unique vérité de ce qui se déroule maintenant, de manière collective encore une fois, que vous en ayez conscience ou pas. Tout s’éclaire, rien de ce qui était caché, en vous et pas uniquement à la surface de ce monde, dans la société, ne pourra être caché. C’est cet éclairage-là qu’il faut accepter, pas le fait de vouloir comprendre ou faire disparaître ou élucider. C’est totalement, je dirais, nouveau pour beaucoup d’entre vous par rapport au mode habituel de fonctionnement de la conscience éphémère, même quand vous étiez déjà vibrants ou libérés vivants.

Merci pour ce témoignage, ça m’a donné l’occasion de donner quelques éléments et on continue.

… Il n’y a plus de questions écrites.

Alors nous passons à l’oral si y en a qui sont encore réveillés.

Question : j’habite à Paris et je peux m’évader à la campagne et me baigner dans la nature. Je reviens toujours très contente de rentrer à Paris, même si la vie est de plus en plus difficile. Je pourrais rester à la campagne et je ne sais ce qui me pousse à revenir, c’est comme si j’avais le devoir de rester à Paris…

… Je dois répéter ?

J’ai entendu, mais tu peux répéter pour que ce soit plus clair, brièvement, pour que ça soit enregistré.

… j’habite à Paris, mais j’ai la possibilité d’aller à la campagne…

Elle a dit « s’évader à la campagne ». S’évader, c’est pas partir à la campagne, donc elle se sent en prison à Paris. Quand quelqu’un emploie ces mots-là, même s’il a le sentiment, comme elle a dit, de devoir rester à Paris, elle sait qu’elle est en prison à Paris, tu vois.

… j’ai la possibilité de vivre à la campagne mais je suis toujours poussée à revenir à Paris.

Qu’est-ce qui te pousse à retourner à Paris ? Est-ce que c’est l’enfant intérieur, l’intuition, la Lumière, ou est-ce que c’est, je dirais, certains attachements et une certaine proximité avec des éléments familiaux. C’est à toi de répondre.

… non, je suis seule maintenant à Paris, je n’ai plus de famille, et je…

Et t’as pas d’antécédents masochistes, d’une manière ou d’une autre ?

… non mais un jour, quelque chose m’a fait me sentir comme un pilier de quelque chose, et au moment des radiances archangéliques, j’ai ressenti trois coups violents au niveau du sacrum.

Et tu étais à Paris à ce moment-là ?

… oui, au moment des radiances archangéliques, et je me suis demandé si je devais être un pilier. Je connais beaucoup de monde, je me sens bien à Paris et j’ai la chance d’habiter près d’un parc. Je ne m’oblige pas, c’est quelque chose qui vient profondément de l’intérieur.

Alors j’attire ton attention sur la notion de parc, parce qu’on peut penser que quand on parle d’un parc, d’un jardin, c’est comme la nature. Eh bien, c’est pas comme la nature, parce que parc, ça veut dire parquer, ça veut dire enfermer, délimiter, clôturer, donc même si c’est mieux que rien, ce n’est pas la vraie nature. En plein milieu d’une ville, même si c’est agréable à voir, tu te doutes bien qu’il n’y a pas les mêmes qualités d’air et de lumière à Paris qu’à la campagne. Ça, c’est plus qu’évident pour tous ceux qui ont la possibilité d’être soit dans des villes, et en même temps de pouvoir s’échapper, s’évader, comme tu disais, le week-end.

Maintenant, encore une fois, ce que tu sens est peut-être tout à fait véridique, mais c’est peut-être aussi tout à fait faux. Justement, ça rejoint ce que je tentais de te dire. S’il n’y a pas de liens affectifs, puisque tu es seule à Paris, peut-être qu’il y a des habitudes conviviales, simplement, avec le milieu habituel de vie, puisque tu dis toi-même que c’est très dur et en même temps tu t’y sens bien.

… oui, je me sens bien chez moi.

Alors c’est peut-être la notion de cocon, de nid familial où tu as vécu avec des gens auparavant, non ?

… non, je me sens libre par rapport à mon mari, qui est décédé, par rapport à ma famille. Je suis seule, je vis beaucoup dans le calme, dans la solitude.

L’important, c’est comment tu te sens à l’intérieur. Ce qui m’a gêné, c’est le mot « je m’évade », tu vois. Je reviens dessus encore une fois parce que c’est pas anodin de dire ça, hein. Bien sûr, quand on vit en ville, on s’évade le week-end, c’est normal, et c’est quelque chose de très fréquent.

Mais là, au niveau de ta question, je n’ai pas d’éléments de réponse. S’il y a pas de notion familiale, si tu es dans cette solitude qui est assumée, il reste toutefois les habitudes de ton corps par rapport au lieu, à la ville. Quelqu’un qui a toujours vécu dans une grande ville, s’il se retrouve dans une autre grande ville qui a pas du tout le même mode de fonctionnement, par exemple une grande ville dans tel pays, ou dans le même pays mais une autre ville où on vit pas de la même façon, tu peux aussi te sentir très déstabilisée, parce que ces habitudes sont pas uniquement des habitudes comportementales, c’est aussi des habitudes que je qualifierais d’énergétiques. Quand on est chez soi depuis longtemps, en général on se sent bien chez soi, même s’il y a un environnement qui est pas très agréable, n’est-ce pas, mais tu as dit que tu étais quand même dans des circonstances plutôt agréables, n’est-ce pas ?

Donc à toi de suivre avec le plus de clarté et de transparence, comme tu le fais actuellement, mais quand tu dis que tu t’évades et que tu reviens, en général, tu l’as dit toi-même ça dure un week-end, ou quelques jours, peut-être que la durée n’est pas suffisamment longue pour couper, si je peux dire, avec des habitudes qui pourraient être néfastes. J’ai pas dit que c’était néfaste de rester à Paris, d’autant plus que c’est peut-être ta petite voix intérieure qui t’oblige quelque part à demeurer à Paris. Donc je peux pas répondre de manière formelle, c’est à toi de t’interroger et d’observer, si je peux dire, ton état intérieur, ta légèreté, ton humeur, indépendamment du fait de se retrouver chez soi, de se poser clairement à la campagne, de se poser clairement à Paris, et de voir ce qui va se déclencher en toi. Mais dans l’instant, pas dans l’habitude ; la réponse, elle est instantanée. C’est plus la réponse du cœur, j’ai déjà dit, mais c’est la réponse de la conscience directement.

Donc ne fais pas appel à ce que tu ressens en tant que personne, même si c’est valable, ne fais pas appel aux notions d’habitude, pose-toi clairement dans les deux endroits, ne serait-ce qu’une heure, et observe ce qui se déroule en toi. Pas par rapport à ce que tu peux voir, à la notion de foyer, à la notion d’agréable, de nature ou de ville, mais que te dit ton corps ? Comment réagit-il dans l’instant présent, selon que tu es par exemple alignée assise à Paris, ou alignée assise à la campagne ? Il y a nécessairement des différences, mais encore une fois, je ne peux que te renvoyer à toi-même quant aux éventuelles décisions.

Mais n’oublie pas qu’en cette période, la Lumière, quand elle décide quelque chose, c'est-à-dire que ton Éternité prend le dessus sur l’éphémère, c’est imparable, c’est-à-dire que c’est une injonction. Si ça se traduit au niveau du corps, c’est pareil qu’au niveau psychologique ou mental, c’est toi qui dois voir s’il existe une différence, non seulement dans l’alignement mais aussi dans ton corps selon l’endroit où tu es. Et ça, ça dépend pas du côté pratique de la nature ou de la lourdeur à l’extérieur de l’appartement, ça dépend uniquement de ce que dit ta conscience selon l’endroit où tu es.

Vous savez tous très bien, pour nos amis qui viennent souvent et qui me rencontrent souvent, vous savez bien qu’il y a une différence quand même entre chez vous, les endroits que vous fréquentez, la montagne, la nature, la mer, et ici quand nous sommes réunis. Ça vous donne à voir, ça vous donne à vivre où est la Vérité, et à un moment donné, vous ne pourrez plus vous opposer à la Vérité. Je ne parle pas de la vérité de tes choix mais la vérité de la Lumière. C’est ça qu’il faut observer, être le témoin.

Comment se comporte ce que je suis en Éternité selon les endroits, selon les relations, jusqu’à ce que tu comprennes et vives concrètement que où que tu sois, il n’y a plus aucune différence, même si effectivement, et surtout aujourd’hui, et surtout demain, il est beaucoup plus facile de vivre au milieu de la nature que dans une ville. Quand je dis demain, je parle de demain ou le surlendemain, je parle pas de la journée de demain, hein. J’en vois d’ici qui commencent déjà à faire des plans sur les dates, mais encore une fois, la réponse est en toi, parce que là, c’est pas une interprétation de rêve, sur ce genre de décision, je ne peux rien te conseiller, d’ailleurs le conseil… et les conseilleurs ne sont pas les payeurs, bien sûr.

Donc il faut tenir compte non pas seulement des circonstances réelles, des obligations réelles, là tu dis que tu n’as plus d’obligations, mais de ton état intérieur. Alors tu as bien dit que malgré tout tu étais bien aussi chez toi, c’est-à-dire en ville, même si c’est dur. Peut-être que viendra un moment où quel que soit le fait d’être bien, tu seras perturbée par les ondes, non pas de ton appartement mais par l’égrégore de la ville. Pour l’instant, la ville, c’est encore agréable même si y a du brouhaha, c’est pratique pour acheter ce qu’on veut, pour sortir, pour vivre. À la campagne, y a le calme, mais c’est parfois plus d’obligations, mais ce qu’il te semble facile aujourd’hui, encore facile aujourd’hui, ne serait peut-être pas facile demain, donc il faut t’adapter.

Donc il n’y a pas d’hésitation, je ne ressens pas en tout cas en toi d’hésitation parce que tel que tu le présentes, tu es bien dans les deux. Donc pour l’instant, c’est les deux. Après, les circonstances de la vie collective et tes circonstances personnelles, ainsi que la Lumière, pourront réorienter ta décision. Mais dans ton cas, il n’est pas dit qu’il faille choisir entre l’un ou l’autre, aussi.

Vous savez, aujourd’hui, vous avez des frères et des sœurs incarnés qui sont, qui vivent dans la solitude, cloîtrés chez eux. C’est pas parce qu’ils ont peur, c’est parce qu’ils sont tellement bien avec eux-mêmes et avec leur Éternité qu’ils n’envisagent rien d’autre. Vous avez des frères et des sœurs qui se retrouvent à perdre un lieu, à perdre un mari, à perdre une femme, sans l’avoir décidé. C’est l’injonction de la Lumière qui le fait, et si vous vous opposez aux injonctions de la Lumière, je l’ai dit, vous allez constater que votre corps n’est pas vraiment content, quoi que dise votre conscience habituelle, quoi qu’elle trouve comme justification. Mais le corps, lui, ne peut pas vous trahir à ce niveau-là, donc soyez attentifs. C’est ça aussi être le témoin et l’observateur, c’est rompre le cercle des habitudes, c’est rompre le cercle des choses acquises et être neufs à chaque instant pour écouter ce que dit la Lumière, ou l’enfant intérieur si tu veux.

Alors, autre question.

Question : quand on a une pensée persistante, comment faire la part entre l’intuition et la projection ?

Une pensée persistante ne sera jamais une intuition. Quand je parle d’injonction de la Lumière, c’est quelque chose d’extrêmement foudroyant. La pensée ne peut en aucun cas venir de la Lumière, la pensée vient toujours de tes cocons c’est-à-dire de… c’est pas toi qui pense, et ça tous les mystiques qui vivent la libération du mental, qui sont libérés vivants, le savent parfaitement. Toute pensée ne fait que naître selon l’interaction de tellement de choses. Ce n’est pas toi qui penses, quoi que tu penses. Donc les pensées sont des parasites. Celui qui vit la Liberté se sert de son mental pour faire des choses concrètes, mais n’est pas soumis à des pensées, il est vide. Il est dans la vacuité. Il peut avoir des idées, en général elles sont fulgurantes, alors là c’est de l’intuition ou la voix de l’enfant intérieur, mais une pensée insistante, la Lumière ne procède pas comme ça. Elle procède surtout aujourd’hui, par fulgurance et évidence.

Ça veut pas dire que cette pensée n’est pas juste, ça veut dire simplement que cette pensée ne vient pas de l’Éternité. Une pensée ne fait que passer, même quand elle est persistante. Par contre, parfois, y a des injonctions de la Lumière. À ce moment-là, y aura des manifestations soit physiques, soit des intuitions, mais une intuition n’a pas besoin d’être une pensée persistante. C’est une fulgurance qui s’impose, et s’étant imposée dès la première fulgurance, en général elle n’a pas besoin de se reproduire.

Le problème de la personne, c’est qu’elle est toujours persuadée que c’est elle qui pense. Elle a des idées, elle pense… Mais non, vous ne faites qu’interagir au sein de l’éphémère, de cette interaction naissent des pensées. Est-ce que vous avez déjà observé une pensée dans le cerveau ? Il n’y en a pas. Les pensées, elles viennent s’accrocher à vous au niveau de la périphérie du corps mental. Vous les reconnaissez comme vôtres mais elles ne viennent pas de vous. Elles sont liées à l’interaction de tout ce qui est en présence au niveau de votre vie, des énergies, des situations, de vos projections, de votre histoire etc.

Bien sûr, le Libéré vivant peut penser mais il sait très bien que ses pensées ne viennent pas de lui. C’est toute la différence aussi, nous vous l’avions dit, entre la parole et le Verbe, c’est toute la différence entre ce qui est cogité, réfléchi, et ce qui est direct et spontané. L’intuition est une fulgurance, que ce soit sous forme de flashs, elle peut se répéter plusieurs fois mais elle ne demeure pas dans la pensée. Alors peut-être qu’aussi la pensée s’est créée et s’est cristallisée. Mais ceux qui voient les auras, même des cocons éphémères, voient très bien comment se manifeste une pensée, elle ne vient pas de l’intérieur, ni même de la tête.

C’est quelque chose qui est accroché au niveau de la lisière de l’aura mentale, et d’ailleurs quand vous avez des pensées itératives, persistantes, ça se voit au niveau de l’aura mentale, vous savez, l’œuf aurique qui est dans la partie haute du corps, hein, seulement pour l’aura mentale, où sont greffées des espèces de boules de différentes couleurs qui sont des pensées persistantes ou itératives, qui sont venues se coller parce qu’elles ont trouvé un terrain propice à se manifester, comme une entité, c’est pareil. Et selon votre affinité vibratoire, selon votre conscience éphémère ordinaire, vous allez avoir des pensées qui vont venir s’agglutiner, se coller. C’est d’ailleurs au niveau de ces forces-là, même au niveau individuel, que se trouve le système de contrôle du mental humain dont j’ai parlé tout à l’heure, et dont j’avais parlé longuement voilà de nombreuses années.

L’injonction de la Lumière ne peut pas laisser de doute parce que c’est bref, c’est rapide, et ça ne souffre aucune interrogation, alors que la pensée persistante t’entraîne dans des raisonnements pour savoir si c’est juste ou pas. Sans compter qu’une pensée qui passe peut devenir réellement une intuition, et une intuition qu’on accroche peut devenir une pensée persistante. Donc tu vois, y a quatre cas de figure, mais retiens que l’intuition n’est pas une pensée, c’est une évidence qui s’impose, sous forme visuelle, sous forme de vibration, sous forme de paix, mais qui ne souffre aucune contestation. Tout ce qui conteste ou s’interroge, c’est toujours le mental et la personne. L’Intelligence de la Lumière, l’évidence de la Grâce, correspondent au sacrifice et à l’Abandon à la Lumière.

Regardez dans votre vie, quand vous allez dans un chemin, vous apercevez que tout se fait avec facilité, sans effort, sans consommation d’énergie, sans appréhension, sans peur, c’est évident, alors que quand c’est le mental, c’est toujours heurté, c’est toujours résistant et surtout, ça va devenir de plus en plus inflammatoire au niveau du corps physique. C’est inéluctable, du moins jusqu’à l’Appel de Marie.

Encore une fois, et comme je l’ai dit dernièrement, j’espère que ça va pas durer trop longtemps parce que vous constaterez, du fait de l’activation du Verbe créateur, que les pensées qui ne sont pas les vôtres, qui ne font que passer, vont devenir efficientes au niveau de votre corps. Si vous dites « j’ai peur », y a une pensée de peur, votre corps va le traduire tout de suite. Alors c’est pas psychosomatique, par exemple quand vous êtes noués, que vous avez le nœud au ventre ou à la gorge, là je parle de mécanismes concrètement incarnés, c'est-à-dire de manifestations non pas de striction mais d’inflammation ou d’allergie en certaines régions du corps. Et c’est pour ça que je disais, surtout nous espérons que ça va pas durer trop longtemps parce que avoir une pensée dite opérative ou créatrice qui n’est pas conforme à la Lumière se traduira par des atteintes corporelles.

Jusqu’à présent, vous savez très bien que vous pouviez par exemple avoir une angoisse, mais c’est pas pour ça que vous allez faire un ulcère d’estomac dans la minute, ça prend un certain temps, n’est-ce pas ? Aujourd’hui, si vous n’êtes plus en accord avec la Lumière et que vous avez vécu la Lumière d’une façon ou d’une autre, la moindre expérience, même de Lumière apportée apparemment de l’extérieur, de vibrations, de Couronne, de Cœur radiant, de Feu Igné, tout ce que vous connaissez peut-être, mais ça, c’est à un moment donné, quand le Verbe créateur rentre en action de manière totale et visible, vous verrez par vous-mêmes que certains comportements, certaines pensées et certains mots ne vous font pas du bien. Et ça sera tellement immédiat que vous comprendrez très vite la relation.

Tout ça, c’est aussi les injonctions de la Lumière à faire la paix, à être en paix avec son Éternité, donc être en paix avec chacun, être en paix avec son corps, être en paix avec la fin des temps. Je dirais même qu’aujourd’hui, être en paix est plus important que d’être en bonne santé, parce que si vous êtes réellement et concrètement dans la paix du Cœur de l’Éternité, quels que soient les problèmes de santé, sans aucune exception, vous constaterez des changements extrêmement importants dans votre façon de voir ces troubles de santé, et de les vivre même, qu’ils disparaissent ou pas. Et ça fait une grande différence.

Donc dans ton cas, si c’est une pensée persistante, quelle que soit sa nature parce que tu m’en as pas parlé, bien sûr, et c’est pas important, cette pensée persistante, est-ce que tu es en paix ou est-ce que tu n’es pas en paix avec cette pensée ? Est-ce qu’elle va t’entraîner dans le mental avec le besoin de réfléchir, de mener certaines actions, de prendre certaines décisions, ou pas ? C’est toute la différence entre l’intuition et la pensée. Une pensée peut avoir aussi des images.

Alors, question suivante.

Question : une douche peut-elle faire partir des pensées persistantes ?

Les douches de quoi ?

… les douches d’eau.

Oui mais où, du corps tu parles ?

… oui, du corps

Une douche de Lumière, oui, mais une douche d’eau, j’en doute fort. Vous avez déjà entendu, l’eau peut laver des mémoires, d’ailleurs je crois qu’Un Ami ou je sais pas qui, la dernière fois, vous avait dit de laisser l’eau couler sur vos bras pour drainer justement certains enkystements, si je peux dire, au niveau énergétique. Ou alors il faut mettre la tête dans un bac à glaçons, peut-être. En tout cas pour toi.

Alors c’est différent pour l’eau de mer, je précise, parce que l’eau de mer, c’est le milieu archétypiel, et votre corps est de l’eau de mer quelque part, même si y a des molécules, des cellules dans le sang, dans la lymphe. Au départ, le sérum, le plasma, je crois, a la même osmolarité, je crois qu’on dit, que l’eau de mer. C’est la mémoire de l’eau, bien sûr, mais on n’a jamais vu une douche faire disparaître des pensées, sauf si c’est trop froid ou trop chaud, tu penses à autre chose, c'est-à-dire fermer le robinet ou ouvrir le robinet. Mais laver l’énergie, c’est tout à fait possible avec l’eau, mais laver la tête, le mental, avec l’eau, je ne vois pas qu’est-ce que ça peut faire.

Par contre vous avez des techniques qui avaient été communiquées y a fort longtemps. Je ne sais pas si vous vous rappelez, peut-être qu’à un moment donné, y avait certains parmi vous qui devaient faire des bains avec des huiles essentielles, tremper tout le corps. Là oui, ça a une action sur le mental, mais prendre une douche tel que tu l’as présenté, lave le corps mais lave pas la tête, sans ça, ça se saurait, il me semble. On peut laver l’énergie avec l’eau, oui, mais on peut pas laver les pensées, ou le mental. Surtout, quand vous voyez l’aura mentale, vous voyez ces fameuses boules qui sont les pensées, qui arrivent de l’extérieur, parce que autant le monde est en vous, au niveau de la Lumière, au niveau de « Tout est Un », mais autant le monde des pensées n’a rien à faire dans le cœur. Le monde des pensées, c’est l’aura mentale et c’est la tête, et pas toute la tête, certaines parties de la tête.

Mais aucune pensée ne vient de vous. Alors je sais que beaucoup d’êtres se gargarisent, en Occident, d’être des penseurs, des philosophes, et d’écrire des histoires, des livres, de la philosophie, tout ce qu’on peut imaginer qui existe sur terre, mais y a rien de novateur là-dedans. C’est différent pour les mathématiques, hein, c’est différent pour la physique, mais au niveau de la pensée, des écrits, c’est totalement l’opposé.

Par contre, y a des techniques qui permettent de laver le cocon mental, bien sûr, j’en avais parlé y a très, très, très longtemps dans d’autres lieux et dans d’autres circonstances. Vous pouvez utiliser des cristaux, vous pouvez utiliser une onde de forme comme par exemple la coquille Saint-Jacques et vous lavez réellement le mental, mais pas avec de l’eau. Le mental est très sensible à l’image et à la forme. D’ailleurs, dans le système de contrôle du mental humain, tout passe par l’image, c’est une programmation inconsciente. Je vous ai déjà dit à de nombreuses reprises de vous remémorer ou d’aller relire ce qu’avait dit Frère K sur la notion d’image.

D’ailleurs, vous savez tous qu’on est séduits par les images, la publicité, quelqu’un qui est harmonieux, pour pas parler de beauté. Vous êtes séduits par une œuvre d’art, par un morceau de musique. Ça, c’est une interface, même si vous sentez la vibration, qui passe par des aspects très éthérés, c'est-à-dire le corps astral et le corps mental, même pas sur le corps éthérique. Bien sûr la musique peut induire des modifications de l’énergie instantanées, mais elles ne durent pas. C’est une énergie qui passe, une énergie électromagnétique, ce qui est pas le cas pour une onde de forme ou pour une image. Donc si tu veux laver tes pensées, nettoie ton aura mentale, mais pas avec de l’eau, avec un cristal, avec une coquille Saint-Jacques avec d’autres types d’ondes de forme, tu vois.

… l’eau de ma douche passe par un filtre avec onze cristaux différents.

Oui, tu vas laver ton éthérique mais tu vas pas laver ton mental, sans ça, dis donc, qu’est-ce que je verrais comme propreté au niveau de ton aura mentale. Bien sûr que l’eau agit, elle agit sur l’inconscient. Elle agit, quand elle est parfumée par des huiles essentielles, elle agit sur des choses beaucoup plus subtiles que l’eau, ça agit sur la conscience, mais l’eau du robinet, même informée avec des cristaux, même purifiée avec toutes les techniques que vous connaissez aujourd’hui, ne va pas laver ton mental. Sans ça, si tu sors de ta douche, tu vas te sentir sans pensées, or je doute fort que cela se produise.

Ce qui n’est pas le cas, bien sûr, si tu nettoies, si tu laves ton aura mentale par exemple avec un cristal, mais ça peut se faire avec du magnétisme, ça peut se faire dans une certaine mesure avec certaines fréquences et certaines musiques, et aussi par exemple avec une onde de forme. Et t’as plus de chance, d’ailleurs, de nettoyer ton aura mentale en utilisant par exemple une image, une image réelle, je parle pas d’image imaginée. Tu prends par exemple un arcane de tarot et tu vas le passer sur ton aura mentale et tu vas voir que là, ça agit réellement sur ton mental. Mais as-tu déjà observé que prendre une douche te vidait la tête ?

… ça me met dans un bien-être.

On est bien d’accord, mais est-ce que dans ce bien-être, tu as constaté qu’y a plus de mental, plus de pensée ?

… ça revient après.

Après quoi ?

… après la pensée de ce que je me sens bien en sortant de la douche.

Mais ça, se sentir bien ne veut pas dire ne plus avoir de mental, ne plus avoir de pensées, parce que quand tu n’as plus de pensées, tu es dans la Joie, totale, dans la vibration du Cœur, c’est pas seulement du bien-être. L’eau nettoie l’éthérique et peut nettoyer, dans une certaine mesure, certaines émotions qui ne sont pas verrouillées par le mental et les pensées, parce qu’on parle souvent de complexe astral-mental, le corps astral qui est ton corps, et le corps mental avec l’aura, qui est dans la partie supérieure de l’œuf aurique astral. Et dans certains cas, il y a des émotions qui sont couplées au mental, donc dans ce cas-là, effectivement, l’eau peut laver un peu certaines émotions, mais je te promets que ça ne fera rien au niveau mental. Essaye avec des cartes de tarot, avec du magnétisme, avec des cristaux, là je parle de travailler sur l’aura, je parle pas de travailler sur les chakras, hein, parce que l’action, là, tu la verras tout de suite.

Je vous signale d’ailleurs que dans les peuples de 3D unifiée, ce qui est utilisé, que ce soit dans mon origine stellaire par les peuples de Véga, que ce soit par les Arcturiens, que ce soit par d’autres, les Andromédiens par exemple, tous ces peuples-là, quand ils se lavent, n’utilisent pas l’eau. Ils se lavent avec de la Lumière concentrée. Y a des douches de Lumière qui créent par ailleurs une régénération totale, et là qui concerne aussi bien le physique que les enveloppes subtiles, parce que le monde dit carboné, enfermé ou libre, à part l’enfermement, même dans les mondes libres, c’est un niveau de densité rigide et c’est cette rigidité qui était cherchée par ceux qui voulaient expérimenter la 3D unifiée. C’est de créer quelque chose, une forme qui soit fixe, de créer une forme fixe, par exemple avec une sculpture, c'est-à-dire de matérialiser l’Esprit.

Mais dès l’instant ou vous avez été, ou nous avons été enfermés et que l’Esprit a été occulté dans le Soleil, y avait plus aucun intérêt à rester dans la matière, parce que la matière carbonée, même libre, quelque part, a des résistances liées à ce niveau de densité, même si y a pas d’enfermement. C'est-à-dire que la forme, vous le savez, ne peut pas changer, même s’il y a immortalité, même si les durées de vie sont très longues dans un corps de chair, dans d’autres systèmes solaires on va dire, ou dans d’autres univers ou multivers, mais néanmoins c’est la seule dimension où la forme est figée. Et on fige la forme, comment ? Avec ce qui est nommé des ondes de forme et des images, c’est toute la programmation mentale faite inconsciemment sur l’humanité depuis 300 000 ans. C’est ce qu’ont fait les religions, c’est ce qu’ont fait toutes les croyances, c’est ce qu’ont fait tous les systèmes sociétaux, qu’ils soient d’Orient ou d’Occident.

… comment fait-on pour prendre une douche de Lumière ?

Tu n’as pas la technologie à ta disposition ici sur terre parce que ça rejoint des connaissances qui sont très particulières sur ce qu’on appelle les tachyons, mais c’est très compliqué pour rentrer là-dedans. Simplement, les peuples de 3D unifiée ont aussi des technologies de loin supérieures à vos technologies. Dans ces technologies, effectivement, il y a, comment prendre un exemple qui vous est accessible ? Aujourd’hui, vous avez la possibilité de nettoyer des objets par les ultrasons, par exemple, c’est une fréquence qui va nettoyer, c’est pas l’eau, c’est pas le fait de nettoyer avec un chiffon, une éponge, quoi que ce soit d’autre, quelque chose, c’est l’ultrason qui va agir. Quand vous êtes sur ces peuples de 3D unifiée qui utilisent la technologie tachyonique, ils peuvent rester habillés ou pas, ils se mettent sous une douche réelle de Lumière et on voit la Lumière qui travaille. C’est la Lumière Vibrale.

La meilleure façon que tu aies de laver ton mental aujourd’hui, c’est d’aller dans la nature et de mettre ta tête contre un arbre. Là, oui. Parce que vous le savez, les arbres sont des relais de la Lumière Vibrale, j’en ai parlé il y a très peu de temps encore. C’est dans la nature que vous avez les premiers vortex, indépendamment même des villages des elfes, ou des communautés de dragons, ou des villages des gnomes, ou dans l’eau des ondines. La Lumière se localise dans les arbres, dans les forêts. D’ailleurs, c’est pas pour rien si on vous a retiré autant de forêts, vous savez. La destruction de la forêt amazonienne, c’est pas uniquement pour l’argent, c’est surtout pour vous priver de Lumière.

Vous savez, les méchants garçons ont toujours des idées très bizarres, hein, pour bloquer la Lumière. Ils ont trouvé que déforester, ça permettait d’éviter la progression trop rapide de la Lumière, comme les vaporisations des chemtrails, comme la fluoration de l’eau, comme les pesticides dans l’alimentation, comme les religions, comme les organisations, les sociétés – il vous en avait parlé aussi Frère K, avec des mots beaucoup plus évidents que les miens d’ailleurs. La spiritualité ne peut pas être organisée. La vraie spiritualité, je parle pas de l’escroquerie spirituelle luciférienne, elle se vit seul à seul, indépendamment de toute énergie extérieure ou de toute référence à une histoire quelle qu’elle soit.

D’ailleurs, la plupart des frères et des sœurs qui sont dans cette spiritualité new-âge, comme vous dites, luciférienne, sont obnubilés et sont attachés à la matière. C’est une illusion. Le Christ l’a dit, nos frères orientaux qui sont venus vous parler, ou de leur vivant, l’ont toujours dit, que ce monde était une illusion. Le Christ disait : « Mon Royaume n’est pas de ce monde. », « Vous êtes sur ce monde, mais vous n’êtes pas de ce monde. » Bien sûr qu’il y a de nombreuses demeures à la maison du Père, ce sont des lieux d’expérience de la conscience.

Donc je ne peux pas te dire comment fonctionnent ces technologies, pour revenir à nos moutons, mais ça existe dans toutes les dimensions de 3D unifiée. Ce qui explique par exemple que vous voyez de plus en plus de vaisseaux qui changent de forme, qui semblent se téléporter d’un point à un autre, qui changent de taille, de couleur. C’est les technologies tachyoniques, c'est-à-dire supralumineuses des peuples unifiés.

… Nous allons devoir nous quitter.

Alors, eh bien chers amis, je vais vous transmettre toutes mes bénédictions et je pense que j’aurai le temps d’occuper, de revenir occuper un peu de temps avec vous à la fin.

Je vous transmets toutes mes bénédictions et je vous souhaite de bonnes douches de Lumière dans la nature.

Merci de votre attention, de votre écoute, de vos témoignages et de vos questions, parce que au-delà de vous servir à vous, vous vous doutez bien que dans cette période de grande interrogation que vivent les frères et les sœurs qui ne sont pas au courant des évènements à venir, si je peux dire, ou alors qui les redoutent, ou alors qui les espèrent et se désespèrent de ne pas les voir, n’ont pas la même tranquillité que ceux qui sont installés dans la paix du cœur. Mais ça vient, vous allez observer autour de vous, même des gens qui étaient complètement « bouchés », qui vont s’ouvrir instantanément.

Mais y a encore une certaine pénibilité aussi pour d’autres, parce que le fait de vivre la totalité du cœur vous met en état d’Amour, mais vous montre bien sûr toute la fausseté de ce monde. Même si vous demeurez dans l’Amour, vous ne pouvez éviter de voir la vérité, même de l’illusion de ce monde, et parfois c’est inconfortable. Heureusement, y a les Théophanies qui nous permettent de replonger à volonté dans cet état de paix. Ça sera mes derniers mots aujourd’hui, je vous serre tous sur mon cœur et je vous dis à bientôt.



* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Ven 14 Juil - 21:15 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


BIDI

Questions/Réponses



Eh bien Bidi est avec vous. Il vous salue.

… Silence…

Aujourd’hui, dorénavant, vous êtes plus perméables, je n’ai donc plus besoin de hurler. Alors si vous le voulez bien, nous allons jouer le jeu des questions-réponses. Mais attendez-vous, pour ceux qui m’ont posé des questions, à ce que je vous pose à mon tour des questions. Alors je t’écoute.

Question de M. : bonjour Bidi…

Bonjour.

… et un grand merci pour tout.

De rien.

… Je n’ai pas de question mais si vous avez quelque chose à me dire, je vous en remercie.

… Silence…

Alors tu es passée par des étapes, durant cette année. Ces étapes, quelles qu’en aient été les douleurs, t’ont permis de relativiser, et la douleur elle-même t’a permis de voir que tu n’étais pas cette douleur, donc de la traverser. Et d’ailleurs, tes innombrables disparitions sont le témoin direct des alchimies qui se sont déroulées en toi, mettant fin à tout attachement, à toute histoire, t’amenant aujourd’hui à te démontrer à toi-même que l’Amour peut être libre, qu’il n’a plus à être attaché à une forme, à une filiation ou à un attachement. Autrement dit, quels que soient les éléments antérieurs que tu as pu vivre depuis d’innombrables années, il t’est donné aujourd’hui de constater que toute histoire, sans même parler de problèmes, te répugne. Là est la Liberté et là est ton autonomie. Tu ne tarderas pas à constater les résultats concrets, non pas sur ta conscience mais sur ton sac de viande, qui sera en harmonie avec la Vérité.

Il y a donc eu réellement pour toi, en cette année que tu vis, par les éléments qui se sont déroulés dans ta sphère intime et proche, qui te permettent aujourd’hui d’affirmer ton autonomie et surtout, de te démontrer à toi-même ta non-implication dans les histoires qu’on voudrait te faire vivre. Cela se traduit en toi par un allègement. Cet allègement ne concerne pas nécessairement le sac de viande mais en tout cas l’allègement des liens, normaux pourtant, au sein de ce monde, entre les êtres, venant, comme je l’ai dit, magnifier tes relations elles-mêmes, à toi-même d’abord et ensuite à ton cercle proche.

Tu constateras de plus en plus, et ce en de nombreuses occasions, que tu ne peux plus être accrochée ou entraînée par quelque élément que ce soit. Il ne s’agit pas d’un refus de la vie ou un refus des problèmes, mais bien d’une transcendance réelle de tout ce qu’il t’a été donné de vivre durant cette année.

Ainsi que tu le constates déjà, un sentiment bien réel, et concret, de Liberté – nouveau – se fait jour. Ainsi certains conditionnements encore présents voilà peu de temps, liés aux habitudes, sont en train de s’évanouir. Là est l’allègement, là est ta liberté.

Je te rappelle que ce qui est important, pour chacun d’ailleurs, ce n’est pas ce que tu penses mais ce sont les faits, rien que les faits. Il n’y a pas de meilleur terreau d’observation que les faits qui se déroulent dans votre vie, pour tout un chacun, car si vous êtes en paix, il est impossible d’être accroché par quoi que ce soit, par quelque séduction que ce soit, par quelque désir que ce soit ou par quelque recherche que ce soit. Donc tout est parfait, et les faits deviennent parfaits eux-mêmes. Là est ce que vous nommez la Grâce de la Lumière. Il ne peut en être autrement dès que tu as vu et vécu les attachements, les conditionnements, les habitudes qui ont été traversés.

Il y a en toi une disposition plus grande à être et à ne rien faire, sans te préoccuper d’une quelconque obligation pensée. Les obligations factuelles, elles, se vivent elles aussi avec plus de facilité. Voilà ce que je peux te dire.

Continue.

Question de M-M. : vous avez dit que la conscience est la qualité ou l’étape la plus supérieure de la matière de nourriture où l’Ultime peut être réalisé. Est-il possible que vous développiez ?

Faut-il encore que je comprenne. Recommence.

… vous avez dit que la conscience est la qualité ou l’étape…

La qualité ou l’état, oui, de la nourriture.

… l’étape…

Oui.

… la plus supérieure de la matière de nourriture où l’Ultime peut être réalisé. Est-il possible que vous développiez ?

Peux-tu recommencer une troisième fois ?

… vous avez dit que la conscience est la qualité ou l’étape la plus supérieure de la matière de nourriture où l’Ultime…

Les mots ne sont pas mis dans le bon ordre. J’ai dit de mon vivant, comme parmi vous maintenant, je l’ai répété d’innombrables fois : la conscience n’est que le produit de ce que vous mangez, c’est-à-dire que la conscience que vous vivez en ce monde n’est que le résultat de votre sac de viande. Qui se rappelle de sa conscience sans être dans un sac de viande ? Quels sont les souvenirs que vous avez avant d’être nés ? Je ne parle pas de vos vies passées chimériques, qui concernent la personne, mais je parle exclusivement de vos souvenirs.

Les sucs de la nourriture, dans l’Ayurveda, dans les canons anciens, il y a trois qualités d’aliments. Chaque qualité d’aliments modifie la conscience. Les jeûnes, quand vous jeûnez, modifient la conscience. Si vous mangez que des aliments qui vous alourdissent, vous allez être lourds, pas seulement dans ce sac de viande mais dans la conscience. La conscience en ce monde n’est qu’une sécrétion de la matière, de la nourriture. C’est pour ça que j’ai toujours dit, et je vous le redis aujourd’hui, l’obstacle majeur à votre liberté n’est que votre identification à ce corps. Tant qu’il existe la moindre identification à ce corps, vous ne pouvez être libres. Vous êtes dans ce corps, mais de là à dire que vous êtes ce corps, il y a une erreur prodigieuse.

La réfutation, il vous faut aujourd’hui – sans parler de la réfutation telle que je l’avais expliquée – admettre et concevoir même que tout ce qui vous apparaît comme réel au sein de ce monde, même au travers de vos perceptions, n’est pas réel. Le réel est faux, et l’irréel est réel. Quand vous comprenez cela et que vous vivez cela, vous êtes libres. Les circonstances de l’époque de cette terre vous ouvrent de façon importante la capacité à réaliser cela. Vous n’êtes pas ce corps, la conscience est une sécrétion du corps et de la nourriture que vous absorbez. Ce que vous nommez Supramental, Supraconscience, n’a rien à voir avec cela.

Seul l’Inconnu, pour la conscience, est la Vérité. Je ne parle pas de vos rêves, je ne parle pas des symboles, je parle de ce qui est totalement inaccessible à la personne, et donc à la conscience. Alors je sais pertinemment que dans les aspects qui vous ont été communiqués et que vous avez suivis, il y a eu une espèce de pédagogie pour vous approcher de cela. Mais l’ultime révolution, l’ultime retournement que vous pouvez bâtir aujourd’hui, c’est uniquement d’accepter que vous n’êtes pas ce corps, d’accepter que vous n’êtes pas cette conscience, d’accepter que tout ce qui vous semble réel est irréel et que tout ce que vous ne connaissez pas, c’est-à-dire qui vous semble irréel, est la seule Vérité.

Si vous partez de ces postulats, il n’y a aucun obstacle qui peut se présenter sur votre route, ni souffrance, ni attachements, ni quoi que ce soit d’autre. Le problème fondamental de la conscience, surtout avec ce que vous vivez en ce moment, c’est l’identification au corps, c’est l’identification à la conscience. Vous êtes la conscience, bien sûr, mais pas celle que vous expérimentez en ce monde. D’ailleurs certains de vos Anciens ont bien parlé de l’irruption, déjà du temps où j’étais incarné, de la venue du Supramental. Bien sûr, la venue du Supramental s’imprime dans le sac de viande à travers ce que vous avez nommé des Portes, des Étoiles, des nouveaux corps, des circuits particuliers, mais ça concerne toujours ce que vous êtes capables de vivre et de sentir. Or vous êtes antérieurs à la conscience.

La solution définitive à la mort… vous n’êtes jamais morts, vous ne mourez jamais, ce que vous êtes, mais la solution à la mort, la solution à l’énigme, c’est de mettre fin à la recherche. Les fondements de cette fin de recherche, c’est ne jamais s’identifier au corps. C’est un véhicule qui est apparu un jour et qui disparaîtra un autre jour. Où est la permanence, là-dedans ? Acceptez cela, posez comme postulat que ce qui est la réalité pour vous est irréel, et que l’irréel que vous ne connaissez pas est réel. Cela entraîne une translation de la conscience d’un point à un autre, ce que j’avais nommé le point de vue. Ce n’est pas un point de vue mental, c’est l’emplacement de la conscience elle-même. Si tu fais cela, il ne peut plus y avoir le moindre obstacle. Je l’avais dit de mon vivant : mes paroles ne peuvent pas échouer, et vous êtes innombrables, soit à vous être détournés de mes paroles, soit à les avoir vécues et à en vivre les effets, et à réaliser, si je peux dire, la Vérité que vous êtes.

Vous ne pouvez vous appuyer, et surtout aujourd’hui, sur absolument rien de connu pour être libres. Bien sûr qu’il existe des archétypes dans ce que vous nommez le monde imaginal, mais vous n’êtes même pas ces archétypes, vous êtes antérieurs à toute manifestation, à toute expression, à toute projection. Et quand vous êtes là, rien de ce qui se passe dans cette illusion de ce monde ne peut vous affecter. Mais tant que vous êtes identifiés à ce monde, à une histoire, à votre personne, vous ne pouvez pas être libres. Remarquez, ça tombe très bien, parce que même si vous croyez être sur ce monde, vous allez constater très bientôt que ce n’est pas vrai, que vous le vouliez ou pas. L’intérêt d’accepter cette démarche de point de vue de conscience, c’est déjà lever et ôter tous les freins, mais tant que vous rattachez même les vibrations du Supramental à votre personne, vous maintenez le lien à l’illusion. Mais vous êtes libres, si vous voulez rester dans l’illusion, grand bien vous fasse, c’est que votre conscience a besoin d’expérimenter.

Aucune religion, aucune énergie, aucun texte, aucune écoute, ne peut vous rendre libres, parce que vous êtes déjà libres. C’est juste les voiles, les croyances qui vous font croire l’inverse et qui vous font adhérer à ce que vous vivez plutôt que de vivre l’Éternité, le cœur, vous appelez ça comme vous voulez, mais la Vérité. Si vous voulez vous rappeler ce que vous êtes vraiment, il vous faut retourner à la source de la conscience. Je ne parle pas de la première conscience émanée de l’Absolu, du Brahman, je parle de votre conscience depuis que vous êtes dans ce corps. Allez chercher, si vous voulez, regardez le passé, essayez de vous rappeler ce que vous avez oublié avant que vous n’ayez la conscience d’être un individu et une personne, c’est-à-dire de remonter avant trois ans. Mais je dois dire qu’aujourd’hui, vu ce que je vois, les choses ont bien changé.

Les seuls nœuds qui restent résultent, vous le savez, de la peur. De la peur de la mort, de la peur du changement, de la peur de l’inconnu, de la peur de la souffrance, de la peur du regard de l’autre, de la peur d’un jugement, dernier ou supérieur. Mais qui voulez-vous qui juge ce qui est faux, à part les falsificateurs ? Vous n’avez pas besoin de vous juger, vous n’avez besoin de juger personne. Laissez chacun libre de vivre ce qu’il a à vivre parce que c’est sa vérité, même si elle est illusoire. Mais définissez aussi, clairement maintenant, votre objectif. Quel est votre objectif ? Regardez cela sans faux-fuyants. En vérité, qu’est-ce que vous cherchez ? Vous ne pouvez pas me répondre : « Je cherche la Lumière », sinon vous la cherchez à l’extérieur et c’est une lumière qui est fausse. La seule vraie Lumière est là, au milieu de la poitrine. Elle n’a besoin d’aucun ornement, d’aucune histoire, d’aucun décor, d’aucune forme.

Êtes-vous encore en train de chercher, ou avez-vous arrêté de chercher ? Votre cœur, vous n’avez pas à le chercher, vous savez où il est : au milieu de la poitrine. Que ce soit le cœur de chair, que ce soit le Cœur Éternel, vous savez où il est, et pourtant vous continuez à nourrir votre tête. Alors bien sûr, pour revenir à ta question, la conscience n’est que la sécrétion du sac de viande. La Supraconscience, vous ne la percevez qu’à travers son interaction avec le sac de viande, c’est-à-dire ce n’est plus de l’énergie, c’est ce que vous nommez du Vibral, que nous appelons en Orient le plan de la Citta. Dit autrement, vous devez être attachés formellement à votre cœur, là est la seule Liberté. Si vous êtes attachés à ce qui passe, comment voulez-vous trouvez l’immobilité et la Paix ?

Donc, oui, le sac de viande absorbe de la nourriture. La quintessence de cette nourriture oriente votre conscience, la conscience éphémère, mais en allégeant cette conscience éphémère, vous vous approchez, si je peux parler ainsi, du cœur. Pourquoi il a été autant préconisé, dans toutes les traditions, le jeûne, le carême, je crois vous nommez ça en Occident ? Parce que si vous privez le corps de nourriture, à ce moment-là vous allez constater beaucoup de choses, mais vous ne serez pas libres pour autant. La Liberté n’est jamais une privation, c’est une complétude, c’est un épanouissement, c’est une abondance. Et si vous pensez étriqué dans votre tête, si vous pensez karma, si vous pensez corps, si vous pensez symboles, vous n’êtes pas libres. La Liberté est une évidence qui apparaît quand tout ce qui est irréel – que vous considérez donc comme réel – disparaît.

Mais vous ne pouvez pas faire disparaître le monde, il est ce qu’il est, et pourtant comme je l’ai dit, il existe une conscience nommée Turiya, qui est celle équivalente au sommeil. Chaque soir, vous dormez, le monde disparaît. Vous n’avez pourtant aucune appréhension sur votre réveil le lendemain, donc vous disparaissez chaque nuit. Qu’est-ce qui disparaît ? La conscience ordinaire. Elle est remplacée par la conscience Turiya, qui n’est pas la Supraconscience, qui est l’élément qui se rapproche le plus du Parabrahman, de l’Absolu ou du Libéré vivant, c’est la même chose. Ne vous laissez pas abuser par les mots. Restez concrets, restez factuels, parce que les concepts peuvent vous dire tout à fait autre chose que les faits, parce que dès que vous parlez des faits, vous les interprétez, et chacun les interprète à sa sauce, à sa façon. N’interprétez pas les faits mais voyez-les.

Quand vous avez une douleur, sans même parler de maladie, vous savez pertinemment que la conscience est attirée par la douleur, et c’est normal. C’est un signal d’alarme, comme quand un voyant dans votre voiture s’allume et demande une révision ou un changement de ceci ou cela. Vous ne pouvez pas le négliger mais est-ce que vous êtes le voyant qui s’allume ? Il vous viendrait jamais à l’esprit de vous identifier au corps de l’autre, à votre voiture. Le seul problème, c’est que vous êtes enfermés dans ce corps, vous n’avez aucune possibilité, au sein du connu, de vous retrouver, et tous ceux qui vous vendent des yogas, tous ceux qui vous vendent des techniques, ne sont que des charlatans.

Bien sûr qu’il existe des yogas particuliers qui vous permettent d’approcher de... c’est en ce sens que les Anciens vous ont donné d’innombrables choses, mais faites au préalable cette révolution intérieure : rien de ce que je crois réel est réel ; seul l’irréel est réel, et je ne le connais pas. C’est donc quelque chose d’inattendu, vous ne pouvez pas l’attendre, vous ne pouvez pas le chercher ni le rechercher, vous ne pouvez que vous vider, ce que vous nommez, je crois, l’Instant Présent, l’Ici et Maintenant, le silence, parce que quand il y a le silence de la personne, l’immobilité du corps, votre conscience est disponible pour l’Inconnu. Mais si vous êtes identifiés au sac de viande, vous ne pouvez pas être libres parce que le corps, le sac de viande, il disparaîtra un jour. Qui est capable de me dire où il sera après ? Qui est capable de me dire où il était avant, tant que le corps n’a pas été sécrété par la rencontre du papa et de la maman ?

Donc ce corps est le temple du sacré, mais c’est un sac de viande. C’est comme si vous croyiez encore que Dieu se trouve dans un temple, mais c’est que des fariboles, des histoires à dormir debout. C’est juste des supports pour vous permettre justement d’aller au-dedans, pas d’adorer une statue ou une représentation comme on le fait en Inde ou encore en Occident. La conscience de ce corps, la conscience de qui vous êtes en ce monde dépend uniquement du sac de nourriture et de la nourriture. Une fois ce point acquis en tant que pensée, vérifiez par vous-mêmes. De supposer que le réel est irréel et que ce que vous pensez être irréel ou inaccessible est la seule réalité, change la donne au niveau de la conscience, comme le principe de la réfutation.

On continue.

Question de M-M : existe-t-il une différence entre l’Absolu et l’Illumination ?

Mais tout les oppose. L’illumination est vécue avec la tête, l’Absolu est vécu par le cœur. L’Absolu n’est pas la Lumière, il est la source de la Lumière. C’est pour ça que je l’avais nommé, de mon vivant, le Parabrahman. L'illumination, voir la Lumière dans la tête, est un succédané de la Lumière authentique, c’est une falsification. L’illumination se passe en périphérie. La vraie Lumière ne peut pas être vue, ni avec vos yeux ni en vision éthérique. Y a que la vision du cœur qui vous montre la Vérité, et cette Vérité n’a pas besoin de formes et de couleurs. Alors si vous allez chez les Chinois, ils vont appeler ça le Tao, si vous allez dans la tradition primordiale hébraïque, vous allez appeler ça, je crois, ce qui est au-delà de la Lumière, l’Aïn Soph Aur, mais ce sont des mots qui essayent de s’approcher de la Vérité. Mais aucune vérité entendue ne vous fera vivre la Vérité, c’est à vous de le vivre.

Mais il n’y a aucune obligation. Je dis simplement, et ce, quelles que soient les circonstances particulières de cette époque… vous savez, je n’ai jamais parlé d’évènements, de mon vivant comme depuis que je m’adresse à vous, parce que les évènements, c’est encore l’histoire. Alors bien sûr que quand les évènements arrivent et que vous les voyez, il y a effectivement un choc. Ce choc est collectif et il répercute sur les individus, c’était une forme de préparation ou d’anticipation, mais aujourd’hui, comme j’ai dit, j’ai besoin de parler moins fort parce que vous êtes perméables. Ça vous a été expliqué à d’innombrables reprises par les Anciens, avec les histoires de couches isolantes, mais ça concerne ce monde.

C’est à chacun de définir à l’intérieur de lui-même, de poser des actes et des faits, concrets, réels, et pas suggérés, imaginés ou pensés dans la tête.

Quelle était la question ?

...existe-t-il une différence entre l’Absolu et l’illumination ?

L’illumination est un rêve qui appartient à ce monde. L’illumination, c’est le diviseur, c’est le diviseur qui vous empêche de réaliser ce que vous êtes, qui nourrit l’ego, qui nourrit l’éphémère. Le Libéré vivant, l’Absolu, n’a que faire de quelque manifestation que ce soit en quelque monde ou dimension que ce soit. Le Libéré vivant sait qu’il est toutes les formes, de tous les mondes, toutes les consciences. Il n’a plus besoin de particularisme, il n’a plus besoin de jouer le jeu de la manifestation, même au sein des mondes libres. Mais ce que tu nommes illumination en ce monde est un travestissement, c’est une escroquerie qui ne conduit nulle part, qui ne fait que renforcer l’illusion. C’est un succédané de la Lumière, et pourtant c’est ce que font toutes les spiritualités, c’est ce que font toutes les religions.

Aujourd’hui vous êtes perméables. Pourquoi vous encombrer de concepts ? Pourquoi vous encombrer d’histoires ? Voyez cela. Voyez après quoi vous courez au lieu d’être vous-mêmes. En ce monde, c’est un jeu, mais un jeu n’a qu’un temps, et en plus ce jeu, ici sur terre, est particulièrement douloureux, même si vous êtes illuminés. En ce monde, la recherche ne peut jamais cesser tant que votre conscience est tournée vers l’extérieur. Il vous faut rentrer au plus profond de votre intimité. Je crois que vous nommez ça le Cœur du Cœur, le Cœur d’Éternité ou d’Êtreté, mais ce sont des mots, mais qui vous aiguillent, et ce sont des faits : quand vous êtes dans le cœur, vous êtes libres. Vous n’avez plus besoin d’histoire, vous n’avez plus besoin d’adhérer à quoi que ce soit, vous vivez votre vie matérielle comme vous devez la vivre mais il n’y a plus de questions, il n’y a plus d’interrogations. L’Esprit est révélé, l’Absolu est présent, dévoilé.

Or rappelez-vous, l’Absolu ne peut pas se chercher, parce que si vous le cherchez, dans votre conscience vous mettez déjà une distance avec ce que vous êtes. Faites-en l’expérience, restez-en aux faits, sans les travestir, sans les conceptualiser. Le vécu de l’Inconnu, de l’Absolu, met fin à toute souffrance, met fin à la croyance en un personnage, en une forme, en un monde. Là est la seule vraie Paix parce qu’elle est éternelle. Elle ne dépend pas de votre forme, elle ne dépend pas de la nourriture. Elle dépend seulement du fait réel de vivre la Liberté.

Vivre la Liberté n’est pas faire ce que vous voulez à l’extérieur. Être libres, c’est le vivre à l’intérieur, de constater qu’y a plus d’adhésions, y a plus de croyances, y a plus d’émotions, y a plus de mental, même si celui-ci vous sert jusqu’à la fin de vos jours, mais il ne peut plus commander, il ne peut plus diriger votre vie. L’Absolu se vit, il ne s’explique pas. C’est une certitude intérieure qui ne dépend d’aucune croyance, d’aucune adhésion, et qui ne dépend en fait de rien de ce monde.

Vous savez, les peuples primitifs parlent d’une vie dans le rêve, mais cette vie que vous vivez avec cette matérialité est un rêve, je dirais même un cauchemar, où en plus l’ensemble des religions, l’ensemble des spiritualités vous fait croire qu’il faut chercher, qu’il faut s’améliorer. Mais en faisant cela, vous mettez déjà une distance avec ce que vous êtes. Voyez cela. Vous ne vous êtes pas reconnus tant que vous cherchez, alors qu’il y a juste à être, là, dans le cœur. C’est un fait. C’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité, la seule Vérité même, qui met fin à tout le reste.

Maintenant, je ne fais de mes paroles aucune obligation. Si votre liberté, c’est d’expérimenter une forme, alors faites-le. En général, les spiritualeux, spiritualistes, arrivent à cette conclusion en fin de vie. Ils ont passé la vie, leur vie, et pas seulement celle-ci, toutes leurs vies, à chercher ce qui était comme le nez au milieu de la figure. Ils voyaient tout sauf leur nez. C’est pas une erreur, c’est la libre expression de la conscience. L’Absolu n’a rien à voir avec la conscience, il n’est ni inconscient, ni conscient, ni Supraconscient, il est antérieur à la conscience. Et d’ailleurs, dans cette époque actuelle, nombre d’entre vous commencent à le voir, à le vivre. En demeurant immobiles, sans pensées, sans but, sans intention, tout est possible, et le faux réel s’efface alors, laissant apparaître, comme je l’ai dit, ce qui a toujours été là.

C’est le même principe : le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt. La conscience est idiote. Elle ne fonctionne en ce monde que par attraction-répulsion, ce que vous nommez la dualité. La seule philosophie qui vous permet de vous désencombrer, de vous désobstruer de tout ce fatras spirituel de toutes ces religions, c’est l’Advaita Vedanta, la non-dualité. Mais n’en faites pas un concept, faites-en un vécu, et trouvez-le par vous-mêmes. Je vous ai donné les clés, et ces clés ne peuvent pas échouer, je le répète, d’autant plus aujourd’hui où tout est perméable.

Continuons.

Question de E : bonjour Bidi…

Bonjour.

… et un grand merci pour tout. Je n’ai pas de question mais si vous avez quelque chose à me dire, je vous en remercie.

… Silence…

Toi aussi, en ce moment, il t’est donné d’observer, comme M. tout à l’heure, ta propre vie. Tu te places spontanément de plus en plus dans le témoin et l’observateur. La seule chose qui est à rectifier, modifier, c’est que cette observation doit concerner exclusivement le présent. Le passé est un poids, il est mort ; le futur est une projection. Donc l’observateur que tu deviens, l’observatrice que tu deviens, doit porter sa conscience, même celle qui est éphémère, sur l’Instant Présent. C’est ainsi que tu récupèreras la grâce de ton corps (j’ai pas dit la graisse), la grâce de ton corps, l’harmonie, le mouvement juste. Pour l’instant, tu es déséquilibrée, en tant qu’observateur, sur le passé. C’est la mémoire, c’est les automatismes. Cesse cela. Dès que cela arrive à ta conscience, ne fais jamais de comparaison entre maintenant et hier. Sois vierge dans l’instant présent.

Ton Instant Présent ne doit être coloré par aucun passé ni par aucune expérience, même si dans certaines situations tu trouves des analogies flagrantes et patentes entre ce qu’il t’est donné de vivre aujourd’hui et ce que tu as vécu dans l’enfance. Mais si tu le revis, c’est justement, tu l’as pas dépassé. Ça sert à rien de faire le lien entre les deux puisqu’ils sont déjà liés. Il te faut t’affranchir de cela en portant ta conscience dans ton vécu, sans aucune référence au passé, sans ça tu déstabilises l’observateur que tu es et tu fais revivre à ton corps le passé, avec des formes différentes, des noms différents, mais c’est la même chose, et ça tu le vois pas.

Donc tu t’appuies, même dans ton observation, sur le passé. Le présent doit être libre de tout passé. Ne cherche pas à rattacher quelque évènement que ce soit à ce qui t’est connu, sans ça tu n’es pas disponible pour l’Inconnu. Si tu comprends, si tu acceptes cela et si tu procèdes de cette façon nouvelle, mais tu es Absolue instantanément.

C’est toi-même qui mets des voiles sur ton présent, il n’y a aucun fautif à l’extérieur. C’est toi-même qui t’accroches à ton passé et qui le fait revivre. Il n’y a aucune Liberté là-dedans. Mais c’est déjà très bien de se trouver dans l’observateur, mais j’ai dit tout à l’heure que quand vous observez, que vous êtes le témoin ou l’observateur de ce qui se déroule dans votre vie ou dans votre corps, j’ai jamais dit qu’il fallait le raccrocher au passé ou anticiper l’avenir, bien au contraire. Soyez vierges et disponibles, totalement libres de toute idée, de tout concept, pour vivre ce qu’il y a dans l’instant, quoi qu’il y ait.

Voilà ce que je peux te dire.

Question de I.D. : quand on a vécu la Libération, le mental et les habitudes reviennent, même si elles sont vues. Avez-vous un conseil à m’apporter ?

Alors ce conseil est valable pour tout un chacun. Bien sûr que vous voyez les habitudes et les automatismes, c’est justement parce que vous êtes l’observateur. Avant, vous ne le voyiez même pas, ça se faisait automatiquement, mais c’est justement le fait de le voir qui vous montre que même si c’est présent, vous n’êtes pas cela. Donc ça sert à rien de regimber contre des habitudes, contre des mouvements involontaires ou des croyances spontanées. Ne cherche pas à les chasser, sans ça tu leur donnes du poids. Observe simplement. Je crois qu’on vous a dit : « Traversez cela ». Ça veut dire simplement être le témoin, immobile, silencieux, qui voit, comme tu le dis. Mais si tu vois et que tu restes dans le voir, sans vouloir t’opposer, lutter ou résoudre, au bout de quelques fois que tu l’auras vu, tu ne le verras plus. Mais si ta conscience est entraînée par ce qui est vu, ça ne peut que revenir.

Au moment où le témoin voit des automatismes, des erreurs, acceptez-les, parce que à la fois vous êtes ni ceci ni cela, et en même temps vous êtes ceci et cela. Je disais de mon vivant « neti neti », ni ceci ni cela. Aujourd’hui, du fait de votre perméabilité, je rajoute aussi : vous êtes aussi ceci et cela, mais c’est justement parce que vous êtes l’observateur que vous n’êtes plus impliqués, que vous n’êtes plus identifiés à ce qui passe. Mais ne suivez pas ce qui passe, sans ça vous êtes entraînés vers l’illusion. Donc il est tout à fait normal, et c’est même essentiel pour le Libéré vivant, que ce soit d’aujourd’hui, d’hier ou de plus loin, de voir clairement cela. Les automatismes ne sont pas à faire disparaître, y en a qui sont importants. Il faut les voir et ne plus y être soumis, ils s’évacueront. Dès l’instant où tu le vois sans vouloir interagir, ils disparaîtront d’eux-mêmes. Il ne faut pas que ta conscience soit emmenée, emportée. C’est comme ça que tu découvres le silence, l’immobilité, la tranquillité et que tu es libérée.

Ce n’est pas en voulant chasser les habitudes, ce n’est pas en voulant éradiquer tel comportement, c’est en le voyant, en l’acceptant, non pas pour s’y soumettre mais pour te démontrer à toi-même qui est le chef. Est-ce que c’est l’habitude ? Est-ce que c’est le mental ? Est-ce que c’est la croyance ? Ou alors est-ce que c’est la Liberté ? Le témoin ou l’observateur est l’emplacement idéal à vivre aujourd’hui, pour ceux qui ne sont pas libérés. Voyez vos habitudes, voyez vos automatismes, ne les jugez pas, ne les condamnez pas, ne les rejetez pas. Ne les acceptez pas plus, contentez-vous de les voir. C’est l’éclairage du témoin, de la Lumière, du Cœur du Cœur, de l’Infinie Présence comme vous dites, qui va agir. Ce n’est pas votre conscience qui peut agir là-dessus, sinon c’est au prix de quel coût ? Que voulez-vous contrôler ?

Le plus grand des changements, à l’heure actuelle, pour tous ceux qui vivent l’état de témoin ou d’observateur, le Soi si vous voulez, le « Je suis », c’est avant tout de magnifier le « Je suis ». Or vous l’éteignez quand votre « Je suis » est dirigé sur le comportement, ou l’habitude, ou la mémoire qui vous gêne. Mais quand vous êtes libérés vivants, réellement, vous voyez sans aucune difficulté les automatismes, mais vous savez pertinemment que vous n’êtes aucun de ces automatismes. Il ne sert à rien de vouloir vous opposer, sans ça vous n’êtes pas dans la non-dualité, vous rentrez à nouveau dans la dualité, bien-mal, peur-Amour, souffrance-Joie, et vous oscillez de l’un à l’autre. Le plus important, c’est l’immobilité du témoin ou observateur, celui qui voit, celui qui sent, mais qui se laisse traverser, qui n’inter-réagit pas, qui ne réagit pas.

À ce moment-là, la Liberté se découvre, et c’est cette Liberté qui dissipe ces automatismes, qui dissipe ces mémoires. Le témoin est essentiel à la Libération, mais ne faites pas du témoin un acteur. Je vais reprendre la scène de théâtre que j’avais expliquée en 2012, longuement. Comment se présente ce monde ? C’est une scène de théâtre, vous êtes sur la scène et vous jouez un rôle. Un jour, vous vous apercevez que vous n’êtes pas celui qui joue la scène et le rôle, mais celui qui regarde, le témoin. Et à force de regarder, un jour, la pièce s’achève, vous sortez du théâtre. Et là qu’est-ce que vous constatez ? Qu’y a jamais eu de théâtre, y a jamais eu de témoin, y a jamais eu de jeux de scène. C’est des jeux qui n’ont aucune substance en regard de la Vérité.

Tous les jeux, quels qu’ils soient, vous emmèneront toujours plus loin dans le jeu. Vous savez que le joueur ne peut pas arrêter de jouer, c’est illusoire, même si il prend des bonnes résolutions. Et j’emploie ce mot de joueur aussi bien sur la scène de théâtre que pour celui qui joue aux jeux d’argent, c’est la même chose. Tant que vous n’avez pas vu que vous êtes celui qui regarde le joueur, vous continuez à vous identifier au joueur. Et quand vous devenez le spectateur ou le témoin, le jeu devient moins intéressant et un jour vous arrêtez d’observer, vous sortez du théâtre, et vous vous apercevez qu’y a jamais eu de théâtre, jamais eu d’observateur, et que tout ça ne fait que passer. Voilà, sous forme imagée, ce à quoi ça correspond.

Continuons.

Question de D.G. : pouvez-vous nous parler de l’Autonomie ?

L’Autonomie, c’est, intérieurement, ne dépendre d’aucun concept, d’aucune croyance, d’aucune idée, d’aucun lien, d’aucune projection, ni d’aucun passé. Il est vain et illusoire de considérer l’Autonomie au sein de ce monde, parce que vous êtes obligés de gagner votre vie, d’avoir une vie sociale, familiale, de répondre aux obligations qui font partie du jeu commun. L’Autonomie, c’est le moment où le spectateur et le témoin décident de quitter la salle de spectacle, non pas pour fuir quoi que ce soit mais parce qu’il en a marre d’assister au spectacle. Ce monde n’est rien d’autre qu’une scène de théâtre de pacotille, mais vous l’avez oublié. Donc tous les raisonnements, tous les concepts, toutes les énergies concernent l’illusion. Être autonome, c’est passer du témoin à la réalité.

Le témoin commence à ressentir la Liberté. Il voit en tout cas ce qui n’est pas la Liberté : les jeux de scène, les scénarios, les histoires, les confrontations, les joies et les plaisirs de ce monde. Vous le savez, en ce monde, tout doit se répéter pour demeurer présent. La joie, elle passe. Le sexe, il passe. Une acquisition de quoi que ce soit, le plaisir passe. La souffrance passe aussi, soit par la mort, soit par la guérison. Mais qui joue cela si ce n’est l’acteur ? À vous de savoir si vous voulez être l’acteur, le spectateur, ou celui qui ne dépend d’aucun jeu de rôle, d’aucune observation. Le plus souvent, y a cette logique : acteur, spectateur ou témoin, observateur, et ensuite vous réalisez qu’il n’y a jamais eu d’acteur, ni même de scène de théâtre, et encore moins d’observateur.

Et là, c’est l’Inattendu, qui est toujours inimaginable, toujours impossible à conceptualiser. Là est l’Autonomie : ne plus dépendre des concepts, ne plus dépendre des idées. Bien sûr que vous êtes dépendants de la société, de votre famille, de votre mari, de votre femme, de vos enfants, des impôts. Ça, ça durera tant que la scène de théâtre existe. L’Autonomie, elle est intérieure. Ça rejoint aussi, c’est pour ça que cela vous avait été présenté ainsi, la Voie de l’Enfance, la voie de l’innocence et la voie de la spontanéité.

C’était quoi la question ?

… pouvez-vous nous parler de l’Autonomie ?

J’ai répondu.

Question de I.T. : en cette période de chaos, avez-vous quelques paroles pour sortir de la peur et des attachements, source de souffrance ?

… Silence…

La souffrance est toujours liée à l’acteur. La délivrance de la souffrance vient quand tu es spectateur. Or tu es partie prenante de ta vie, tu es donc attachée à des principes, à des affects, au sens moral de ce qu’est la vie : la famille, les enfants, le travail. Tu arrives à voir toutefois que ce qui a régi ta vie jusqu’à présent ne peut plus tenir. Ce n’est pas un appel à la fuite, ce n’est pas un appel à se dérober à ses responsabilités, mais c’est enfin et définitivement passer de l’acteur au spectateur. Tant que tu es partie prenante du jeu, comme quand tu regardes un film, tu vas ressentir des émotions. Tu peux même t’identifier aux personnages. Mais si tu deviens réellement le spectateur, sans parti pris de ta propre vie, de ta propre personne, de ta propre famille, de ton propre travail, alors tu n’auras plus de problèmes.

Ne cherche pas à résoudre par l’acteur la scène de théâtre qui te pose problème. Deviens le plus souvent possible le spectateur. Regarde, mais regarde sans juger, aussi bien l’autre que toi. Regarde ce qui dans le passé pouvait te satisfaire, mais qui aujourd’hui ne peut aucunement te satisfaire. À partir de là, cela ne veut pas dire qu’il faut rompre et casser tout ce que tu peux imaginer ou penser, mais changer de point de vue. Tu n’es pas l’acteur, tu es le témoin. Place-toi d’emblée dans ce témoin et l’acteur n’aura plus aucune influence sur toi. Et alors tu constateras que les choses se transforment, sans pour autant qu’il y ait d’évènements dramatiques à vivre. Rends-toi compte, comme tu le dis, que c’est ton propre attachement à des valeurs, à des certitudes qui ont fonctionné à un certain moment, qui aujourd’hui ne peuvent plus fonctionner. Tu ne peux plus vivre avec des certitudes, tu ne peux plus vivre avec des projections, tu ne peux vivre que dans le bonheur immédiat. Tu te prives de ce bonheur immédiat en laissant libre cours à l’acteur plutôt que de le regarder sans t’y investir.

Je ne t’appelle pas à une déresponsabilisation mais bien au contraire à une prise de responsabilisation. Parce qu’il n’y a que toi, il n’y a ni mari, ni femme, ni travail – ça, ça concerne la personne. Installe-toi dans ton fauteuil et regarde. Ne cherche pas à réagir, à lutter, à t’opposer, à te confronter, comme tu le fais systématiquement, puisque la scène qui est jouée est fausse. Il faut en quelque sorte changer le scénario, mais pas par la volonté, pas par le désir, même pas par l’Amour –l’Amour ne s’occupe pas de ça –, mais simplement par le témoin, par l’observateur, par l’Infinie Présence. Tant que tu es piégée par un idéal, au sein d’une relation, au sein d’un travail, au sein d’un besoin même de gagner ta vie, qui est une nécessité, devenir autonome, ne plus souffrir, c’est déjà faire en étant, plutôt que de faire pour vouloir être. Contente-toi d’être et tout se fera, la partition se réécrira, tu n’as pas besoin de changer l’acteur, ou de contraindre l’acteur.

C’est toute la différence, et depuis d’innombrables années, entre vivre des expériences de Lumière et être la Lumière. Être Lumière ne peut s’accommoder avec aucun personnage, aucune mission, aucun rôle, aucune fonction, parce que qui dit mission, qui dit fonction, qui dit rôle, dit projection et donc dualité.

La solution est de regarder, non pas de juger ou de jauger la situation, mais de la voir clairement, et tu ne peux la voir clairement que si tout parti pris et toute revendication de la personne est éteinte. Tu ne peux pas être impliquée dans le jeu de rôle et vouloir changer le jeu. Il te faut voir le jeu, c’est ainsi que ça change. Donc privilégie le silence, l’instant présent, l’immobilité. Fais confiance à ce que tu es et non pas à ta personne. Fais confiance à la Liberté. Considère cela comme un jeu, même si ce jeu est fatigant. Ne te situe pas en tant qu’acteur, sinon tu seras toujours dans la réponse, c’est-à-dire dans la dualité. Un jeu de scène est duel par essence, qu’il vous fasse rire ou pleurer.

La Joie n’a rien à voir avec cela. La Joie ne dépend d’aucune circonstance, d’aucun gain, d’aucune perte, d’aucun avantage. Elle est spontanée. Mais si tu es acteur, tu peux pas être spontanée, parce que toutes tes réactions, toutes tes actions, vont être colorées, conditionnées par le passé et par la scène d’avant. Comment veux-tu trouver la Liberté là-dedans ?

Justement, comme tu le dis, dans cette période de chaos, il n’y a pas de meilleure opportunité que de ne pas jouer le jeu du chaos. Regarde, observe. Ne sois pas le joueur, accepte le jeu que tu regardes mais ne t’identifie pas. Tout ça, ce sont des concepts mentaux de ce qu’a représenté durant ta vie, pour toi, la famille, le couple, la maison, les enfants, la tradition, mais ça, c’est inscrit dans ce monde. Crois-tu que tu vas retrouver, le jour où tu disparaîtras de ce monde, les éléments que tu connaissais en ce monde ? Tu peux te les créer, dans l'imaginaire, mais ils ne seront jamais réels, encore moins réels que ce que tu vis.

… Silence…

Si tu ne dors pas, autre question.

Question de Ma… : l’Esprit du Soleil peut-il nous faire une douche de Lumière ? Si oui, doit-on être en contact direct avec le Soleil ?

Aujourd’hui, le Soleil se transforme, les voiles ont été ôtés, la plupart. Le soleil du matin, les premiers rayons, sont une douche de Lumière. D’ailleurs le Commandeur des Anciens a fait ça toute sa vie. Si vous avez besoin d’un objet extérieur, le Soleil est idéal, mais je vous rappelle que vous êtes aussi le Soleil. Dans cette période de facilitation, prenez une douche de votre propre cœur. Pourquoi aller s’embêter avec quelque chose qui est extérieur, puisqu’il est en vous ? C’est encore avoir besoin d’une projection. Certes, elle est utile, je ne dis pas que ça ne sert à rien, mais je vous propose quelque chose de plus direct. Vous êtes le Soleil, il est là. Et si tu prends une douche de Lumière avec le Soleil que tu vois, tu vas recommencer. Comme je disais, le Commandeur, il a fait ça toute sa vie. Mais le Soleil, il est là, donc douche-toi avec ton cœur. Arrête d’imaginer que c’est quelque chose d’extérieur. D’ailleurs c’est ce qu’a dit le Christ, non ? « Gardez votre maison propre. » Comment vous allez laver votre maison à l’intérieur ? Par le cœur.

Donc bien sûr que ce qui est le plus approchant de cette douche de Lumière, c’est la douche du soleil du matin, que vous lui présentiez votre face avant ou votre face arrière. Mais vous pouvez aussi, et je crois que ça avait été dit par le Commandeur, rester dans votre lit et penser au soleil du matin. Mais le soleil du matin, il se lève à tel endroit, donc dès que vous y mettez cette idée, il est extérieur, il y a projection. Mettez le soleil là où il est réellement, et là tu seras douchée en permanence par la Lumière.

Suivante.

Question de V. : bonjour Bidi, et un grand merci pour tout. Je n’ai pas de question mais si vous avez quelque chose à dire, je vous en remercie.

… Silence…

Voilà ce que j’avais à te dire : trouve le silence, tous les silences possibles, installes-toi-z’y (sic). Je ne parle pas de méditation, je ne parle pas de vibration, je parle du vrai silence, pas seulement des mots mais aussi des pensées, des stimuli sensoriels quels qu’ils soient. Dans ce silence-là, tu te trouveras avec plus d’évidence. Tu n’as plus besoin des contacts, tu les as vécus, avec les peuples de la nature, avec les entités, avec tout ce que tu peux imaginer, tu as besoin de te rencontrer toi-même, et tu ne peux te rencontrer dorénavant que dans le silence.

Je ne t’ai pas demandé d’aller te mettre en retraite mais simplement d’observer le silence de toute stimulation, sans méditer, sans vouloir avoir un objectif, d’être au contraire pleinement conscient, dans la conscience ordinaire. Et observe, et laisse passer ce qui émerge, ne t’arrête à rien, quel que soit le nombre de choses qui vont passer, et il y en aura beaucoup. Laisse-les passer, laisse-les traverser, ne t’y arrête pas, ne retiens rien. Silence des sens, silence des mots. S’il y a réellement le silence, cela est accompli en totalité dans l’instant. Je crois que Marie a nommé ça à plusieurs reprises le mot « accueil », « accueillir ».

Le silence est l’emplacement idéal pour accueillir la Vérité et la vivre. La Vérité n’a besoin d’aucun alibi de ce monde, elle est. Elle ne dépend d’aucun concept, d’aucune idée, d’aucune évolution, d’aucun personnage. La Vérité se découvre quand il n’y a plus aucune projection. C’est accueillir l’Inattendu.

Sois le silence, voilà ce que je peux te dire. Je ne te demande pas d’être muette toute ta vie, mais sois le silence. Pose-toi la question de ce que veut dire « être le silence », et vis-le.

… Silence…

Question de E. : comment se déroule la fusion des monades ? À quel moment aura-t-elle lieu ?

Les monades, c’est ce que vous nommez les « flammes jumelles », je crois, la monade qui s’est séparée en deux lors de la première projection de l’Esprit. Elle se produira en retournant à l’Esprit. La fusion se réalise non pas… même si c’est vécu au sein de la sphère sexuelle ou de la communication, c’est encore une fusion des corps qui débouche sur l’Absolu, par le Vibral, de l’acte en lui-même, de l’affection qui est portée. Mais la fusion des monades telle que tu l’entends ne se réalisera que à partir du corps d’Éternité, puisque ces deux corps d’Éternité sont exactement les mêmes, même si la forme au sein de ce monde n’est pas la même. Ce ne sera plus la petite mort de la sexualité mais la grande mort. Le Un est devenu deux, le deux retourne au Un. On peut parler comme ça des monades.

Mais encore une fois, je ne parle pas pour toi mais d’une façon générale, une monade qui se retrouve dans la matière, dans ce corps, dans cette vie, montre quoi ? Que même s’il y a dissemblable dans l’apparence, dans le fonctionnement, l’Amour est toujours là, non pas comme idée ou projection mais comme vécu, ici, même s’il y a antagonisme, et ce qui arrive toujours, même chez les monades. Un veut aller là, l’autre veut aller là. Ça, ça fait partie du jeu des personnes. La monade concerne le cœur et l’Éternité, le corps d’Êtreté. La fusion de la monade divisée se fera dans le corps d’Éternité.

Mais la particularité de cet Esprit commun qui s’est divisé en deux, ces deux monades, enfin cette monade, ces deux êtres possèdent le même corps d’Éternité. Je vous rappelle que le corps d’Éternité est le même pour toute conscience, mais dans les monades, les spécificités liées à l’origine stellaire, aux lignées, sont exactement le même codage de Lumière. Y a syntonie totale, quelles que soient les distorsions liées à ce monde. Le vécu du cœur des monades ne peut se prêter à aucune interrogation sur la réalité de ce qui est vécu, ni à aucun doute sur la vérité de cette monade.

La petite mort sera remplacée par la grande mort, en termes initiatiques, je précise. Cela veut dire quoi ? Que ce qu’il se produit quand il y a possibilité de sexualité, à condition que les deux soient en phase d’activité, donne cette vibration du Feu du Cœur, le Feu Igné comme vous le nommez. Il y a une alchimie avec une circulation de l’énergie, de la vibration et de la conscience, qui suit les grands principes du tantrisme par exemple, ou de la sexualité par exemple taoïste, où l’échange n’est pas uniquement un échange corporel mais un échange d’âmes par une circulation selon un certain sens, dans certains méridiens et dans certains circuits. La sexualité des monades est une union mystique qui n’a que faire des organes génitaux, c’est juste des instruments. Cette fusion qui se sert de l’instrument de la sexualité dans le corps d’Éternité, c’est une fusion des deux cœurs puisque ce sont le même, qui s’est divisé en deux.

Cela peut vous poser problème de compréhension au sein de ce monde, mais je vous rappelle que quand vous n’êtes pas enfermés dans ce monde ni dans les sphères astrales intermédiaires, que vous êtes libres réellement, vous fusionnez avec n’importe quel cœur, sauf que là, cette fusion, elle est permanente, mais elle ne prive de rien. Ce que je pourrais en dire d’autre est difficilement imaginable dans l’état actuel de ce que vous pouvez comprendre.

Continuons.

Question de I.D-L. : je n’ai pas de question, mais avez-vous quelque chose à me dire ?

Tu as vécu et découvert, depuis moins d’un an, de par ta sensibilité à l’énergie, aux émotions, au mental, ta sensibilité aussi corporelle, tu as découvert un nouvel état d’être. Tu sais de manière incontestable que cela est véritable, même si tu n’en vis pas encore toutes les facettes. Il te reste simplement, pour en vivre toutes les facettes et l’Unité, d’être un peu moins avide, en un seul mot hein. L’avidité, dans ce sens-là, n’est pas péjorative. Cette avidité dont je parle, c’est le besoin, non pas d’accumuler des richesses mais d’accumuler des expériences, parce qu’effectivement dans ton cas, les expériences qui sont vécues, de par ta sensibilité, te dirigent droit vers ton cœur, que tu as déjà vécu.

Il te reste simplement à être, là aussi, un peu moins l’acteur et un peu plus le spectateur. C'est-à-dire aller au-delà de cette avidité, qui encore une fois n’est pas péjorative, aller de plus en plus vers moins d’avidité et plus de silence, c'est-à-dire accepter de se laisser traverser par tes sens, par l’énergie, par ta conscience, sans vouloir retenir. Laisse passer ce qui se passe, ne le retiens pas, parce que si tu le retiens, tu figes, et tu fermes la porte au nouveau, à l’Inconnu. Néanmoins, ce qui est essentiel, c’est que tu sais ce qu’est la Vérité. Il te reste à être un peu moins avide de cette Vérité. Elle est là, tu n’as pas besoin de la tenir, laisse-la vivre normalement.

… Silence…

Je t’écoute.

Question de N. : cette nuit, après l’affirmation « Je suis Paix, Amour, Lumière », j’ai pris conscience à quel point l’Amour est l’essentiel. Pouvez-vous me parler de l’Amour ?

Parler de l’Amour ? Va voir un poète. L’Amour parlé n’est plus l’Amour, il est adapté à ce monde. L’Amour véritable est le silence, parce que dès que vous utilisez la parole, et même le Verbe, vous trahissez l’Amour quelque part. L’Amour n’a jamais besoin de mots, il est. Donc de t’en parler ne ferait que le travestir. Bien sûr, on peut parler de vibrations, du cœur, des Couronnes, des canaux d’énergie, qui sont les témoins de l’Amour. L’Amour est indescriptible. C’est le moment où vous vous retrouvez, c’est le moment où il n’y a plus besoin de projeter cet Amour, dans une forme, dans un concept, dans l’adhésion à des idées, c’est un Feu inextinguible qui brûle en permanence sans rien consumer. D’ailleurs cela s’appelle chez vous, je crois, la consumation d’Amour, ainsi que certaines Étoiles vous en ont parlé.

Mais si je parle de l’Amour, je te fais sortir de l’Amour. L’Amour n’est pas un mot, sauf pour les poètes, pour les musiciens, pour les artistes, pour les romanciers, mais cet amour-là vient de ce monde. L’Amour véritable que vous nommez « inconditionné », lié au Feu Igné, l’Amour est le Feu Igné, cette brûlure d’Amour qui ne consume pas et qui pourtant consume votre personne, vous embrase. Le témoignage en est la Lumière, non pas de la tête mais la Lumière nommée Vibrale. L’Amour est sans fin, sans limite, sans début, et sans forme.

L’Esprit, comme l’Absolu, comme l’Infinie Présence, sont le témoignage direct de ce véritable Amour. Cela ne peut que se goûter, s’éprouver, se stabiliser, et se vivre de manière permanente dans le silence. L’Amour ne peut être saisi parce que s’il est saisi, il est altéré. L’Amour qui est nommé n’est plus inconditionné et encore moins inconditionnel. Dans d’autres langues que votre langue, il y a plusieurs mots pour amour. Il y a l’amour commun, le fait d’aimer, qui est toujours une projection même par rapport à l’être aimé. L’Amour inconditionné et inconditionnel n’est jamais une projection, c’est un état, l’état véritable.

… Silence…

D’ailleurs nous le nommons, vous le nommez dans toutes les langues « amour », mais souvent, cet amour ne peut être qu’identifié à travers ce que vous connaissez de l’amour, des liens affectifs, avec votre maman d’abord, qui vous nourrit, ensuite avec l’être aimé, avec les enfants, avec votre métier. L’Amour véritable ne peut être défini comme aucun de ces amours, il est antérieur à cela. L’Amour se traduit pour vous, quand il est inconditionné, par la Béatitude, la Félicité, Shantinilaya nous disons, nous, les Orientaux.

… Silence…

Je peux donc dire, sans aucun jeu de mot, que aimer n’est pas l’Amour, en ce monde, parce que ce que vous aimez, même l’être chéri, même vos enfants, vous ne pouvez le concevoir que comme étant le vôtre, votre amour, votre enfant. L’Amour ne connaît pas les personnes, ne connaît pas la possession, il est libre. Le seul témoin, à la limite pourrait-on dire, c’est la béatitude, ce sont les extases, telles que Ma Ananda les a vécues, avec les photos que vous avez aujourd’hui. C’est ça l’Amour. Tout le reste n’est que fragmentaire, dévié, et pourtant, heureusement que ça existe parce qu’il ne peut exister la moindre expérience de conscience s’il n’y avait pas l’Amour, s’il n’y avait pas le fait d’aimer, et son contraire, au sein de ce monde.

D’ailleurs vous le dites vous-mêmes, dans votre langue, « faire l’amour ». Mais vous ne pouvez pas faire ce que vous êtes. Voyez comme les mots trahissent le mensonge. Vous ne pouvez pas faire ce que vous êtes. Alors, dans d’autres langues, y a d’autres expressions qui sont de même nature. Par exemple, quand certains disent « tomber en amour », mais on peut pas tomber en amour, c’est la même chose que « faire l’amour ». Tomber en amour, c’est chuter, c’est s’alourdir. Être Amour, c’est s’alléger.

Vous considérez toujours l’amour comme quelque chose d’extérieur, les enfants, le travail, la profession, les amis, la sexualité. Mais tant que vous ne vous êtes pas fait l’Amour à vous-mêmes, et je ne parle pas de masturbation, bien sûr. Faire l’Amour à soi-même, c’est être Amour, c’est la Béatitude, c’est la Félicité, c’est le regard des sœurs Étoiles quand elles l’ont vécu. C’est une extase qui se suffit à elle-même. Or tant que vous ne vous êtes pas fait l’Amour à vous-mêmes, comment voulez-vous aimer de manière inconditionnée et inconditionnelle, puisque vous ne savez pas ce que c’est ? La meilleure approche en est le Feu Igné, la Couronne ascensionnelle de votre cœur, aussi l’Onde de Vie avec ses frissons d’extase, ou encore la Joie des Théophanies avec Marie.

L’Amour véritable n’est ni une projection, ni une possession, ni un arrangement, de couple, familial. Ce qui s’en rapprocherait le plus, dans ce monde illusoire, c’est l’amour maternel, à condition que cet amour maternel ne soit pas exclusif, possessif ou prédateur – parce que l’Amour rend libre. Si vous aimez quelqu’un et qu’il se sent enfermé, ce n’est pas de l’Amour, quels que soient les mots que vous employez. L’Amour rend toujours libre, il rend libre l’autre intérieurement.

Une autre.

Question de C. : je n’ai pas de question mais avez-vous quelque chose à me dire ?

… Silence…

Oublie-toi toi-même, mets-toi en vacances de toi et sois libre. La seule chose que tu dois tenir fermement, en lâchant tout le reste, c’est ton cœur. Quand je dis « tenir », ne veut pas dire le contrôler mais ça veut dire te tenir dans le cœur, non pas en concept, non pas en comportement, mais en vérité. La vibration que tu vis, où qu’elle soit, est un encouragement. Il serait souhaitable dorénavant de laisser filer tout ce que tu vis, de ne rien intercepter, afin de t’alléger, te mettre à nu, afin de t’aimer, non pas en tant que personne, de tel âge, de telle vie, mais d’aimer l’Inconnu, ce que je nommais « l’irréel », qui est le seul réel.

… Silence…

Quand je dis « mets-toi en vacances », cela rejoint dans une certaine mesure ce que j’ai nommé pour une autre sœur « faire le silence ». Mettre fin aussi à l’avidité, non pas matérielle mais à une forme d’avidité spirituelle qui met de la distance. Sois spontanée et moins réfléchie. La réflexion est utile pour les affaires de ce monde, elle est même indispensable, mais oublie cela dès que cela concerne ce que tu es.

… Silence…

Autre question.

Question de J. : que pouvez-vous me dire ?

… Silence…

Il t’est offert, sur la scène de théâtre, d’être libre, c'est-à-dire de ne plus dépendre de la matière, c'est-à-dire de la maison, de la maman, de la femme, et de tout ce qui est lié à cette notion de sécurité. Non pas pour te priver de sécurité mais pour te faire vivre ce que vous avez nommé, je crois, le Féminin Sacré. Et tu dois d’ailleurs constater, dans ta forme, dans ta vie, ce que tu ne peux nommer pour l’instant, mais ton côté observateur te fait voir que beaucoup de choses changent, sans que tu le veuilles. Et je dis bravo, là est la Vérité. Les circonstances de ta vie, quoi que tu puisses en juger depuis ta personne, ne sont en fait que les conditions les plus adéquates pour toi, aujourd’hui, pour vivre ta complétude et ton Éternité.

… Silence…

Je crois qu’il y a une expression qui dit : « C’est un mal pour un bien ».

… Silence…

Autre question.

Question de F.D. : que pouvez-vous me dire ?

… Silence…

Essaye de te voir. Ton instant présent est toujours coloré par l’expérience d’avant. Ça ne veut pas dire que tu n’es pas spontanée mais qu’il faut encore plus de spontanéité et de liberté. Là aussi, je pourrais te dire : « Silence ». Vis l’instant librement, tu n’as pas besoin de le raccrocher à une logique, à un passé, ou à un futur. Cela ne veut pas dire que tu le fais volontairement mais que c’est un automatisme, vraisemblablement lié à ta profession et ce que tu as fait durant ta vie. Vous savez que les habitudes se prennent très facilement, toutes les habitudes, parce que les habitudes représentent une cessation de la peur, vous êtes en terrain connu. Il n’y a rien de pire que l’habitude, parce qu’elle vous enferme, elle vous rigidifie, elle vous sclérose. Il faut que vous soyez neufs et vierges pour ce qui est à vivre dans l’instant sans que cela soit coloré d’autre chose que l’instant.

Être soi-même, être vrai, être spontané, être autonome, c’est la Voie de l’Enfance. C’est être entièrement immergé dans l’Instant Présent, même dans l’illusion de ce monde, mais non pas en train de jouer, de réagir, de s’agiter. C’est un acte de bienveillance vis-à-vis de toi-même. Et si tu es bienveillante envers toi-même, ce sac de viande va fonctionner de manière plus libre. L’Amour, comme l’Instant Présent, n’ont pas besoin de règles, n’ont pas besoin de morale, n’ont pas besoin de techniques, ni même de préparation. Vois cela, observe-le, et laisse-le filer.

Vous le voyez à travers ce que je vous ai dit, à certains d’entre vous, voire même la plupart d’entre vous, c’est fort simple. C’est la personne et le personnage qui compliquent tout. Le corolaire c’est : si ce n’est pas simple, c’est que ce n’est pas vrai. L’Amour est, a toujours été et sera toujours simple. Alors bien sûr, quand je me suis exprimé parmi vous ou quand j’étais incarné, j’étais obligé de prendre de références le moins possible dans ce que connaissaient mes interlocuteurs. Je fais la même chose aujourd’hui.

Autre question.

Question de M-M. : environ trois semaines après avoir vécu en votre présence la Libération, j’ai vécu tout un après-midi la Joie. C’était insupportable. Qu’en est-il ?

Qu’est-ce qui était insupportable ?

… la Joie.

La Joie est insupportable pour qui ?

… pour M-M.

Ben oui, pour la personne. Parce que cette Joie, comme je l’ai dit, est un Feu inextinguible, avec au début, effectivement, des phénomènes vibratoires intenses. Qu’est-ce qu’elle me demande ?

… que vous pouvez dire sur le fait de ne pas supporter la Joie ?

Elle ne supporte pas les manifestations de la Joie, parce qu’effectivement, passer de la personne à la Liberté et à la Libération, pour ceux qui l’ont déjà vécu, ça s’accompagne de phénomènes vibratoires. Ça peut aller jusqu’à un sentiment d’explosion, de vibrations tellement fortes qu’il peut y en avoir marre. Par contre, la Joie est reconnue en tant que marqueur de la Libération. Cela veut dire simplement que si la Joie qui a été vécue à ce moment-là t’était insupportable, malgré l’acte de Libération en m’écoutant, ne fait que traduire les liens de la personne, pas de toi puisque tu as été libérée, mais il existe des automatismes de ce corps, des souffrances qui sont passées par ce corps, tu le sais, avec des maladies, précises, qui correspondent à une origine précise. Cela a été pour toi un mécanisme de fonctionnement qui visait à te préserver, quelque part.

La Liberté est intolérable pour celui qui s’est laissé brimer d’une façon ou d’une autre. Elle fait peur même, parfois, la Liberté, parce que dans la Liberté, le regard de l’autre n’existe plus, parce qu’on ne peut se retrouver dans aucun regard, et pourtant on est chacun de ces regards.

Ce qui freine, c’est la personne, pas toi mais ce qui a été vécu par ce corps, avec ses affects, avec ses troubles. Et pourtant la Joie ne peut pas disparaître, même si tu ne la ressens plus. Et pourtant, tu n’as pas cherché à t’emparer de cette Joie pour la personne, tu as simplement constaté des altérations, temporaires certes, mais qui t’ont rappelé certains mauvais souvenirs. Parce qu’effectivement, dans la Joie de l’Amour inconditionné, il y a des similitudes avec la souffrance, donc cela a réveillé inconsciemment des mauvais souvenirs, dans ta tête, pas dans la chair.

Mais tu ne peux pas éviter la Joie quand elle a été vécue ne serait-ce qu’une fois, parce que tu sais que c’est ça, même si après tu as l’impression qu’il existe une distance entre l’état vécu qui semble devenir qu’une expérience qui est passée, ce qui est faux, c’est toujours là. Mais les mémoires des souffrances passées t’évoquent certains côtés de cette Joie et te mettent face au problème crucial, pour toi, de ce qu’est la Liberté, intérieure comme extérieure.

… Silence…

La Joie qui est apparue et reconnue comme véritable, même si elle n’apparaît plus, ne peut jamais disparaître, jamais, puisque vivre ce que vous nommez le Feu du cœur, le Cœur Igné, le Cœur Ascensionnel, la Couronne radiante du cœur, et vous avez d’autres expressions encore, tout ça signifie que les gaines isolantes qui enserraient le chakra ont été dissoutes par la Lumière, elles ne peuvent plus jamais se reformer. Mais s’il y a distance, c'est-à-dire que tu considères que ça a été une expérience et non pas un état, tu as l’impression qu’il y a une distance, mais cette distance est illusoire, elle ne correspond qu’à la similitude dont je viens de te parler.

… Silence…

Autre.

Question de A. : que pouvez-vous me dire ?

… Silence…

Tu as saisi, par tes innombrables expériences et tes innombrables pratiques dans des domaines précis, que quelles que soient l’efficacité et la réalité éprouvées de cela, cela ne te conduirait jamais à toi-même. Aujourd’hui, tu redécouvres les vertus, là aussi, du silence intérieur, de l’observateur, du témoin, de la pacification, de la douceur. De toi-même, et spontanément, tu commences à vivre l’Abandon à la Lumière, c’est bien plus que du lâcher-prise. Ça veut dire qu’au travers de cela, tu es prêt à accueillir l’Inconnu, tu es donc disponible pour la Vérité. Cette disponibilité nouvelle, qui s’accompagne dans le même temps – que tu l’aies constaté ou pas encore, parce que c’est récent –, de la cessation de vouloir comprendre, expliquer, démontrer. Tu as donc saisi que ce mécanisme est intime et te concerne toi-même, seul à seul. C’est dans ce face-à-face, dans cette acceptation, que tu poses les fondements de ta liberté.

… Silence…

Alors continue.

… Il n’y a plus de questions écrites.

Y en a-t-il qui veulent parler ?

Question : oui, je voulais vous remercier du plus profond de mon cœur, et je pense que mes frères et sœurs présents ont sûrement la même chose en eux.

Alors retenez que même si mon naturel est revenu, je n’ai plus besoin de vous assaillir parce que vous êtes perméables. Avez-vous d’autres choses à me demander ?

Question : quand deux personnes ont les mêmes initiales, votre réponse est-elle bonne pour les deux ?

Mais c’est n’importe quoi, je ne me fie pas aux initiales. Simplement, celui dans lequel je suis, il connaît vos noms, non ?

Question : quand on est dans un état où on n’arrive même plus à lever le petit doigt pour faire quoi que ce soit, faut-il se laisser aller ou faut-il lutter ?

Si le fait de ne plus bouger, de ne plus pouvoir bouger le petit doigt est une injonction de la Lumière, laisse faire. Si ce n’est pas une injonction de la Lumière, c’est de la fainéantise. Comment sais-tu que c’est une injonction de la Lumière ? C’est très simple, il se passe quoi, là, dans le cœur ? Vous ne pouvez pas vous tromper. L’action de la Lumière, l’injonction de la Lumière, l’appel de la Lumière se passent dans le cœur. Certaines formes de l’appel de la Lumière rentrent en contact avec vos résistances. Là je ne parle pas de ne rien faire ou de ne pas pouvoir lever le petit doigt, mais par exemple dans des troubles qui apparaissent. Il faut « faire » pour résoudre la souffrance, et il faut « être » pour laisser la Lumière se montrer, se voir, s’éprouver.

Les injonctions de la Lumière, comme cela vous a été dit, deviennent de plus en plus intenses. Parfois cette injonction va faire que d’un seul coup, vous qui avez senti, vibré, y a plus rien. Mais remerciez, vous êtes débarrassés des béquilles. Votre conscience est suffisamment expansée, il est temps qu’elle retourne dans le silence du cœur. Mais effectivement, beaucoup parmi vous, depuis ma venue parmi vous en 2012, vivent ce processus où plus rien ne peut être fait. Il ne s’agit pas d’une maladie, il ne s’agit pas le plus souvent d’être fainéant, mais c’est réellement des injonctions à la Lumière.

Alors bien sûr, vous allez vous dire certains jours : « Je suis obligé d’aller à tel rendez-vous, c’est une obligation ». Mais posez-vous la question : qu’est-ce qui est prioritaire, l’obligation ou la Lumière ? Vos affaires personnelles ou la Lumière ? Il n’est plus possible de composer. Vous le voyez, vous le vivez, c’est l’un ou l’autre, et ça va très mal ensemble, et la Lumière trouve tous les moyens, dans ses injonctions et ses appels, pour que vous restiez tranquilles. Si on doit, enfin pas moi hein, si la Lumière a besoin de votre immobilité, eh bien elle va casser un membre. Si la Lumière, votre Éternité, a besoin de couper la sphère sensorielle, les oreilles vont se boucher, les yeux vont gonfler, la bouche va faire des abcès, et le nez va se coincer, l’un après l’autre, jusqu’à ce que vous compreniez.

Donc, comme je disais tout à l’heure, c’est un mal pour un bien, un mal pour la personne et un bien pour l’Éternité. Ne croyez pas, et d’ailleurs vous ne pourrez plus y croire, que parce qu’il y a la Lumière, tout est beau dans le sac de viande. Pour la lumière fausse, c’est la vérité, mais pour la Lumière véritable, c’est tout sauf vrai. La Lumière s’occupe de votre cœur, je dirais même qu’elle n’a que faire de vos arguments, de vos justifications et de vos obligations. Ça en arrive maintenant, du fait de la perméabilité, à ce point-là qui est un point de rupture. Vous le vivez tous, à vous de choisir. Vous avez le choix, de suivre la Joie de la Lumière ou de résister. Mais la Lumière frappe réellement à votre porte, et elle frappe où elle peut.

… Nous avons atteint l’heure limite.

Alors dernière question rapide.

Question : qu’en est-il de l’impatience des jambes, les personnes qui ont besoin de toujours bouger les jambes ?

C’est pas un manque de magnésium, c’est un manque de vide mental. Ce sont souvent des frères et des sœurs qui sont incapables de se tenir tranquilles dans leur tête. Ils sont toujours en activité mentale et donc les jambes sont sans repos, y a des crampes, y a des mouvements. Le corps ne fait que traduire ce qui se passe dans ta tête, où il n’y a que mouvement, il n’y a pas le silence. Il y a besoin de projections, il y a besoin de pensées, de nouveau. Tout ça se déroule dans la tête, et le corps ne fait que traduire cette agitation. Alors après, qu’il y ait des carences en ce que tu veux, mais c’est pas la cause, c’est la conséquence, et tant que tu traites les conséquences, la cause, elle disparaîtra jamais. Qu’est-ce que c’est que le magnésium ? Qu’est-ce que c’est que le phosphore ? C’est du mouvement, c’est de l’agitation, c’est de la Lumière, condensée certes, falsifiée certes, mais ce sont les éléments les plus remuants.

D’ailleurs, tu l’as dit toi-même, quand il manque de calcium, de magnésium et d’autres métaux, vous avez des inconvénients, mais ce n’est que la conséquence. La cause, il faudrait vider la tête à la petite cuillère de tout ce qui est encombrant là-dedans, de l’attachement à l’histoire, de l’attachement à la personne, de scénarios.

Si le mental se calme, les jambes ne bougeront plus. Les jambes servent à quoi ? À fuir. Les bras servent à quoi ? À se battre, entre autres, mais c’est des fonctions archétypielles. Si tu passes ton temps à te fuir par les artifices du mental, des histoires, les jambes vont te fuir, te montrant par là même que c’est le mouvement de ta tête qu’il faut arrêter.

Je crois que c’est l’heure.

Alors Bidi vous remercie. Il a pris grand plaisir à échanger, et je vous dis : « Bienvenue dans la Liberté ».

À bientôt peut-être.


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Ven 14 Juil - 22:26 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


ERIANE

Reine des Elfes du village d'Eridan



Je suis Eriane, reine des Elfes du village d’Eridan. Frères et sœurs humains, me voici de nouveau parmi vous, avec grande joie et grand plaisir. Je suis en quelque sorte envoyée, si je peux dire, non pas par mon village mais en tant que représentante, aujourd’hui, de l’ensemble de la communauté des elfes présents sur cette terre.

Comme cela vous a été annoncé par Marie créatrice, nombre d’éléments ont été mis en place depuis ma dernière venue parmi vous. Je vous avais déjà annoncé voilà quelque temps, que nos villages elfiques étaient des lieux propices à vivre un certain nombre de choses, au-delà même des rencontres qui peuvent se faire avec nous. En ce début de votre mois de juillet, nous les elfes, passons à une autre intervention dans le processus de l’ascension de la Terre et de votre libération. Il vous a déjà été expliqué qu’au sein de nos villages, comme au sein des lignes elfiques, il vous est possible de retrouver la Lumière, il vous est possible de venir vous désaltérer à la source authentique.

En ce début de mois de juillet, nous elfes, avons décidé, au-delà de nos présences, en nos lieux, à l’orée de nos villages, de magnifier et d’amplifier les processus vibratoires et de la conscience qu’il est possible de vivre à l’orée de nos villages. Nombre d’entre vous, humains, avec lesquels nous sommes déjà en contact, pourront constater par eux-mêmes le changement d’atmosphère, le changement d’intensité de Lumière que vous pourrez trouver chez nous. Je sais que nombre d’intervenants vous ont parlé, voilà de nombreuses années, de ce qui est nommé depuis fort longtemps, les Cercles de Feu des Anciens. Certains parmi vous ont eu l’occasion d’explorer ces Cercles de Feu des Anciens, quand vous saviez où ils étaient situés.

Aujourd’hui, par notre expansion vibrale de la conscience jusqu’à notre Source, qui est commune, nous avons la possibilité de relayer jusqu’aux arbres maîtres qui sont à l’orée de nos villages, une intensité de Lumière adamantine qui dépasse largement le cadre de ce que nous avions nommé jusqu’à présent, les vortex. Vous le savez aussi, nos villages sont pour la plupart des lieux de pré-regroupement, préalables à votre transfert, pour nombre d’entre vous, au niveau des Cercles de Feu.

Je vous rappelle aussi que nos villages représentent, et c’est la meilleure image qu’on puisse en trouver, des invaginations de 5ème dimension au sein de la 3ème dimension dissociée de la terre.

Ceux d’entre vous qui connaissent et qui ont expérimenté la conscience présente au niveau des Cercles de Feu, vont retrouver exactement la même qualité, la même intensité que ce qui existe sur ces Cercles de Feu, à l’orée de nos villages. Par l’expansion de notre conscience et par le relais de l’arbre maître, il existe un périmètre particulier, à l’orée de nos villages, s’étendant jusqu’à une quinzaine de mètres de l’arbre maître qui nous sert de relais, et où nous avons, dès ce jour, reconstitué l’atmosphère vibrale de ce qu’il existe au sein des Cercles de Feu.

L’orée de nos villages devient donc, non pas un lieu de rencontres avec nous, ce qui sera toujours possible en certaines occasions, et en particulier aux cérémonies de Nouvelle Lune, mais avant tout, dorénavant, un moyen d’entrer en pleine conscience, si je peux dire, en votre cœur d’Êtreté, en votre corps d’Éternité. Il vous sera loisible alors de percevoir cela. Que cela soit par la vibration, par l’énergie ou par la conscience pure, nombre d’entre vous vont pouvoir bénéficier d’une approche différente et complémentaire de ce qui a été réalisé durant toutes ces années par la radiation de la Source, la radiation de l’Ultraviolet et la radiation de Sirius.

Ce qui veut dire que dès aujourd’hui, l’ensemble de nos villages présenteront et se comporteront de façon un peu différente de ce que vous avez pu y vivre jusqu’à présent. L’intensité de la Lumière adamantine est telle que notre expansion de conscience permet, au niveau de l’arbre maître de l’orée de nos villages, de déclencher ce processus, vous donnant à vivre de nouveaux phénomènes correspondant à votre état ou à vos expériences déjà vécues. Cela viendra, nous le souhaitons et nous l’espérons, renforcer ce que vous êtes, dans la clairconscience de cette Éternité, amenant nombre d’entre vous à lâcher ce que vous observez depuis votre emplacement dans votre vie, sur des éléments liés à ce que nombre d’intervenants ont appelé des comportements habituels, des mémoires automatiques, ou encore des résistances à la Lumière, inscrites au niveau de votre structure, comme des habitudes.

Nos lieux ne sont pas destinés à guérir une quelconque anomalie physique mais bien réellement et concrètement à adoucir le processus de pénétration de la Lumière, de dissolution de l’éphémère et de révélation de votre corps d’Êtreté. Vous retrouverez, à l’orée de nos villages, la même qualité vibratoire installée par les Néphilim voilà 320 000 ans au niveau des Cercles de Feu. Je vous rappelle que les Cercles de Feu étaient constitués de pierres hexagonales, taillées par les Néphilim, avant l’enfermement de la Terre, et qui étaient construits pour permettre de canaliser la Lumière jusqu’au noyau cristallin de la Terre, malgré l’enfermement de la Terre.

Comme vous le savez, la Terre a été libérée – même si elle n’a pas encore ascensionné –, voilà quelques années. La libération de la Terre vous a permis de vivre des processus, pour nombre d’entre vous, liés à cette reconnexion à Sirius, et de votre reconnexion à votre propre Éternité. Ce mouvement de conscience et d’énergie, et de vibration, naissait au niveau de vos pieds. Dès aujourd’hui, à l’orée de nos villages, vous allez constater, pour nombre d’entre vous et nous espérons chaque jour plus nombreux, que vous pourrez vivre le même processus, non pas de l’Onde de Vie mais le processus identique, reliant la tête au cœur par l’intermédiaire du Lemniscate sacré.

C’est la rencontre avec votre Cœur et avec votre Éternité qui sera ainsi facilitée, vous permettant alors de voir ce qui n’a pas encore été vu, afin que la Lumière puisse œuvrer par le simple regard porté sur une anomalie quelle qu’elle soit, afin de fluidifier, pacifier, ce qui se manifeste aujourd’hui comme traduction, au niveau des différents secteurs de votre corps physique, tels qu’ils ont été décrits par certains Anciens.

Certains parmi vous, certes pas nombreux dans un premier temps, durant ce mois de juillet, pourront retrouver certains de vos proches qui vous ont précédés sur les Cercles de Feu. Vous le savez, depuis les Noces Célestes et surtout depuis la libération de la Terre, lors de la mort du corps de chair, il n’y a plus de possibilité d’être arrêté au niveau de la matrice astrale par les Archontes. Certains de vos disparus ont eu pour mission de préparer, en quelque sorte, votre accueil sur les différents Cercles de Feu présents sur la Terre.

Vous le saviez déjà, il existait une communication, par ces invaginations de 5ème dimension au sein de nos villages, directement avec les Cercles de Feu. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons choisi cette appellation de lieux de pré-regroupement, permettant de manière instantanée, au-delà des évacuations réalisées par nos frères galactiques, de vous retrouver en sécurité pour ce que vous avez à accomplir durant les 132 jours qui suivront l’Appel de Marie.

Ainsi donc il vous sera possible, au sein de ces Cercles de Feu, représentés à une échelle certes plus modeste à l’orée de nos villages, de retrouver certains de vos disparus, quand ils ne sont pas Absolus, et qui, dans leur sens du service, ont décidé de demeurer dans l’atmosphère de la Terre, un peu comme les Anciens et les Étoiles, afin de vous accueillir au moment de votre venue. C’est donc une forme de répétition qu’il vous sera donné de vivre quand vous viendrez dès aujourd’hui à l’orée de nos villages. L’expansion de votre conscience vous fera vivre un certain nombre de processus corporels évidents, au-delà même de la fluidification des zones de résistance, telles qu’elles vous ont été décrites par les Anciens, se verront soulagées, améliorées. Et d’un autre côté, certains d’entre vous pourront retrouver, comme si ils étaient là en chair et en os, concrètement, leurs chers disparus.

Nous ne serons pas, à proprement parler, présents à l’orée de nos villages, mais néanmoins, notre travail vibratoire permettra de réaliser cette alchimie, permettant l’émergence de la Lumière avec facilité, et aussi de retrouver certains de vos proches qui vous ont précédés, et ce depuis les années 2010.

C’est avec une grande joie que nous vous annonçons cela. Et c’est avec grande joie que nous espérons vous retrouver toujours plus nombreux à vivre cela, afin de vous conforter dans l’évidence de ce qui se déroule sur la terre actuellement, où comme vous le savez, l’ensemble de la 3ème dimension dissociée, à l’issue des 132 jours suivant l’Appel de Marie, n’existera tout simplement plus. C’est la fin d’un système, vous le savez, et non la fin d’un monde, puisque la Terre ascensionne en un espace vibratoire où aucune prédation ne peut être maintenue, ou aucun défaut de la Lumière ne peut exister. Pour beaucoup d’entre vous, cela va représenter une forme de choc ou de transformation salutaire, vous permettant, comme je l’ai dit, de retrouver la certitude intérieure de ce que vous êtes en vérité et non pas au sein de l’histoire que vous vivez encore aujourd’hui au sein de cette terre.

Sur le plan des mécanismes qui se produisent, cela correspond simplement à l’émergence consciente de votre corps d’Éternité, en totalité, dans ce corps de chair. C’est grâce à cette activation que vous allez constater aussi, dans les semaines qui suivent, de par l’action aussi de la Lumière elle-même en dehors de l’orée de nos villages, la capacité à vivre, avec plus de conscience si je peux dire, ce qu’est le corps d’Éternité. Nombre d’entre vous d’ailleurs, déjà, perçoivent à différents moments qu’il existe quelque chose qui bouge à l’intérieur de votre corps, comme si un bras invisible se déplaçait par exemple. Il s’agit bien sûr de votre conscience qui commence à translater au sein du corps d’Éternité. C’est ce même processus qui vous a amenés, pour nombre d’entre vous au cours de ces années passées, à disparaître de votre conscience lors des appels de la Lumière, et maintenant lors des injonctions de la Lumière.

Ce qu’il vous est demandé, si vous décidez de venir à l’orée de nos villages, c’est de venir dans la plus grande des simplicités. Non pas pour y chercher une quelconque expérience merveilleuse mais pour faire le silence et la vacuité de votre personne, afin de laisser œuvrer le dôme de Lumière, qui est maintenant constitués, à l’heure où je vous parle. Cela va durer tout le mois de juillet, mais bien sûr s’ajustera en fonction des évènements de la Terre, des évènements du ciel, et des évènements de votre conscience. Ce qui veut dire aussi, et vous vous en doutez, que nos orées de villages, en tant que lieux de pré-regroupement, sont dorénavant parfaitement fonctionnels et parfaitement actifs, parfaitement finalisés pour la phase finale de votre libération.

Vous aurez donc la possibilité de reconnaître votre Éternité, votre origine, non pas stellaire mais l’origine de votre première projection de conscience, avant même de pénétrer au sein d’un monde de quelque densité qu’il se situe.

Ne vous attardez pas non plus, durant votre venue, sur l’analyse de ce qu’il se produit. Même si certains de vos proches se manifestent, parce qu’ils ont maintenant la possibilité de se déplacer instantanément, depuis les Cercles de Feu où ils sont situés, jusqu’aux villages, à l’orée de nos villages. Soyez simplement dans ce qui a été nommé, je crois, voilà peu de jours, dans l’accueil inconditionnel et non pas dans la réflexion de ce qui est vécu, afin de ne pas laisser libre cours à votre mental, qui comme d’habitude, et surtout devant l’intensité de ce qu’il se produira, cherchera à prendre le contrôle pour vous expliquer ce qu’il se produit. L’explication que je vous ai donnée aujourd’hui est largement suffisante pour vivre en toute liberté ce que vous aurez à y vivre, si toutefois vous décidez de venir à nous.

Certains peuples dits extraterrestres, que je nomme galactiques ou intergalactiques, seront présents au sein de ces dômes. Cela concerne essentiellement ce qui fut nommé les Anges du Seigneur, et certaines forces de surveillance du processus de votre libération. J’ai nommé les Arcturiens, les Andromédiens, les Pléïadiens, et d’autres peuples dont je vous laisserai faire la découverte.

L’orée de nos villages devient donc un lieu de transmutation, un lieu d’éclaircissement, un lieu de compréhension – mais a posteriori et non pas pendant que vous y êtes – de la réalité, de la Vérité, de l’Éternité, ainsi que de la fausseté de toute histoire que vous vivez au sein de ce monde. Pour nombre d’entre vous, cela pourra représenter une preuve totale de ce que vous êtes. Cela viendra en quelque sorte magnifier la vibration de votre cœur, de la nouvelle Tri-Unité, et comme je l’ai dit, favorisera l’alchimie de ce qui est dans votre tête, avec votre cœur. C’est ainsi que certains parmi vous découvriront la vraie Liberté, qui ne dépend d’aucune forme, vous le savez, d’aucune histoire, surtout au sein de ce monde.

Retenez bien qu’il ne faut pas chercher à comprendre ou à analyser ce que vous vivez. Immergez-vous complètement dans ce qui est vécu. Ne cherchez pas, contrairement à ce qu’il vous est demandé au sein de votre environnement, à observer. Contentez-vous d’accueillir, et surtout, de ne pas projeter votre conscience à l’extérieur mais de vous intérioriser au maximum, en portant votre attention, bien sûr, sur la zone cardiaque, que cela soit sur l’un des points de la nouvelle Tri-Unité qui sera sensible dans ces moments-là, l’un ou les trois, ou encore au centre de votre cœur.

Quant à la durée, elle est profondément différente pour chacun, selon ce que vous observerez, de la transformation ou de vos rencontres qui se produiront en ces lieux. Il n’y a pas d’horaire privilégié, que cela soit le matin, que cela soit l’après-midi, que cela soit le soir. Je précise toutefois que les conditions d’éclairage de l’aube et du crépuscule sont les conditions les plus adéquates pour voir et sentir de manière plus réelle, si je peux dire, et plus concrète, surtout en ce qui concerne ceux qui vous ont précédés et qui vous attendent sur les Cercles de Feu, et surtout pour certains de vos frères galactiques que nombre d’entre vous percevez déjà – et en particulier pour les Anges du Seigneur – à certains moments, la nuit, en votre chambre.

Ce qui est nouveau, c’est que cette rencontre vous apparaîtra bien plus vivante, avec vous-mêmes comme avec les peuples galactiques ou vos proches, que ce que vous avez pu vivre jusqu’à présent, à l’intérieur de votre conscience, à l’intérieur de vos ressentis, dans les différents peuples de la nature. Il s’agit donc réellement d’une étape, nouvelle, qui finalise en quelque sorte votre préparation, vous signifiant par là même la proximité de l’Évènement, attendu ou redouté. Ainsi vous retrouverez la certitude de votre Éternité, la certitude que vous n’êtes pas ce corps, et que votre conscience est libre et ne dépend d’aucune histoire, et d’aucune limite.

Nous rendons grâce à ce qu’il nous a été possible de réaliser dorénavant. L’intensité des Théophanies que le peuple humain de la Terre a pu vivre, a permis en quelque sorte de stabiliser l’Intelligence de la Lumière et de lui faire trouver les lignes de moindre résistance, afin de s’introduire en chaque conscience. Cela vous avait déjà été signalé lorsque nous avions expliqué ce qu’étaient les lignes elfiques, mais vous l’avez peut-être déjà vécu à certains moments. Mais encore une fois, l’intensité qu’il vous est proposé, aujourd’hui, est totalement inédite. Certains d’entre vous, d’ailleurs, qui se sont dirigés depuis le solstice d’été sur nos villages, même sans pouvoir mettre de mots ou d’explication, ont parfaitement ressenti la différence, même quand nous ne sommes pas à côté de vous, à l’orée de nos villages.

Je vous demande aussi de vous présenter dans ce village simplement. Il n’y a pas de protocole, il n’y a pas de cadeau à fournir, parce que nous ne pourrons les accueillir, nous serons au-dessus de vous, au-dessus de ce dôme. Mais vous, vous sentirez le Feu de la Lumière au sein et autour de notre arbre maître. Il vous est possible, bien sûr, de revenir à chaque fois que cela vous semble nécessaire, quand il existe un doute, quand il existe une peur, quand il existe une incompréhension, quand il existe un échauffement en certaines zones de vos corps, comme cela a été exprimé.

Vous le savez aujourd’hui, et cela vous a été expliqué, que les zones de résistance au sein de vos organismes physiques touchent maintenant directement l’âme et non plus la personne, c’est-à-dire les vaisseaux sanguins, les organes des sens, et les organes nobles que sont le cœur et le cerveau. Un certain nombre d’ailleurs de modifications, physiologiques, surviendront, dans le rythme de votre cœur comme dans le fonctionnement de votre cerveau, où l’ensemble de ce qui a été nommé pour vous les douze Étoiles rentreront en action conjointe, réalisant l’alchimie de la tête et du cœur, vous donnant à vivre, si ce n’est déjà fait, l’activation de ce qui a été nommé la petite Couronne, située autour du point ER de la tête, réalisant l’état de bouddhéité, vous donnant à vivre une béatitude beaucoup plus ancrée, même quand votre conscience sera tournée vers l’extérieur.

Ceci, vous vous en doutez, pourra induire de très nombreux changements dans vos comportements, dans vos automatismes, dans vos formes, et même dans votre physiologie globale, concernant ce que vous nommez les besoins, vitaux, c’est-à-dire la soif, la faim, le sommeil, et non plus seulement la perception de l’énergie ou des chakras, mais comme je l’ai dit, la perception réelle et concrète de votre corps d’Êtreté, soit en tant qu’observateur, soit en tant que conscience habitant directement ce corps d’Êtreté et n’habitant que de moins en moins ce corps physique et la structure sociétale.

Il existe donc un pouvoir de libération, c’est réellement le mot, qui se trouvera à votre disposition à l’orée de nos villages. Nous espérons que nombre d’entre vous se stabiliseront dans le cœur d’Éternité. Vous pouvez venir nous voir aussi longtemps et aussi souvent que vous le souhaitez. L’énergie que nous avons installée et que nous maintenons est dorénavant accessible de manière constante.

Du fait des dômes présents sur l’orée de nos villages, les influences lunaires que nous évitions n’ont plus lieu d’être. Au sein de ce lieu, vous serez réellement et concrètement en ce que vous nommez la 5ème dimension ou la nouvelle dimension. D’ailleurs, si vous avez l’opportunité de venir au crépuscule ou à l’aube, vous constaterez que même les yeux ouverts, avant même de rentrer en alignement avec votre cœur, des formes vaporeuses blanches vous apparaîtront. La forme du dôme en lui-même, qui culmine en général au-dessus du sommet de l’arbre… à l’intérieur du dôme comme à l’extérieur du dôme nombre d’entre vous apercevront cette espèce de brume blanche que les arbres sont tout à fait capables de générer par eux-mêmes. Cela représente la pure Lumière adamantine de la Liberté.

Vous n’avez besoin d’aucune préparation, si ce n’est, comme je l’ai dit, de venir légers. Légers en pensées, légers en buts, légers en alimentation, légers à tous points de vue. Retrouver dans votre venue, l’innocence et la spontanéité de l’enfant, prêt pour l’inattendu, prêt pour l’imprévu, mais sans rien attendre. Si vous respectez ces quelques conditions initiales, alors je peux vous assurer que vous allez vivre, et certains d’entre vous sont déjà venus en certains villages, ici et ailleurs, depuis hier très exactement, et ont dû percevoir et ressentir une très nette différence, si vous connaissiez ces lieux auparavant.

Vous vous doutez bien aussi que les sources présentes à l’orée de nos villages, si elles ne sont pas taries par la saison, auront le même effet que ce qui a été nommé « eau solarisée », par notre sœur galactique, dorénavant, Hildegarde de Bingen.

Ce n’est pas seulement votre conscience qui sera touchée mais même vos vêtements seront imprégnés de ces particules adamantines. Quelque objet que vous apportiez pourra bénéficier aussi de ces particules adamantines. Que cela soit une fleur, que cela un minéral, que cela soit n’importe quel objet, celui-ci sera littéralement chargé de particules adamantines. Ces particules adamantines, vous vous en doutez, sont dorénavant structurées en leur forme originelle, regroupant six particules adamantines et nommées les Agni Devas, les particules de Feu de la Lumière adamantine, et non plus les globules de prâna ou les globules de vitalité, et non plus les particules adamantines séparées.

L’agencement des particules adamantines, réalisé par notre expansion de conscience et notre jonction avec l’arbre maître, permet cela. Il vous est donc possible, au-delà de vos vêtements, d’amener tout objet que vous souhaitez, non pas pour vous en servir pendant votre venue mais bien plutôt pour après, car même si votre conscience ordinaire reprend le dessus, au sein de vos habitudes de vie, de votre attachement à ce monde, vous constaterez que les objets, eux, quels qu’ils soient, ne peuvent perdre ce qui s’est tissé autour d’eux, car c’est ainsi que cela se produit lors de votre venue avec ces objets, sous nos dômes.

Ce que j’avais à vous énoncer est fait. S’il existe des questionnements sur la façon de procéder, si je n’ai pas été assez claire dans mon énoncé et dans ma description, alors je répondrai avec joie à vos questions concernant ces dômes, votre venue, ou les transformations que vous allez y vivre.

… Silence…

Pendant que vous explorez vos questions, je précise aussi, après avoir parlé des peuples galactiques, et d’ailleurs je l’ai oublié, nos sœurs Étoiles viennent de me le rappeler, certaines d’entre elles et certains Anciens, comme pour les Cercles de Feu, pourront vous apparaître. Vous le savez déjà peut-être, au sein des Cercles de Feu, vous retrouverez vos sœurs Étoiles, l’ensemble des Anciens, l’ensemble des Archanges, et l’ensemble des intervenants qui se seront exprimés parmi vous. Je ne dis pas que vous verrez la totalité de ces êtres, mais en certaines circonstances, certains d’entre vous seront approchés par l’une des sœurs Étoiles ou l’un des Anciens, ou l’un des intervenants, ou encore l’un des Archanges. Là aussi, n’oubliez pas, si cela se produit, que cela est un contact de Cœur à Cœur, une Théophanie si vous préférez, mais qu’il n’y aura pas nécessairement de discours. Ce sont des retrouvailles, des éclaircissements de la Lumière par la Lumière.

Avez-vous des questions ?

Question : lorsque l’on change de région, comment peut-on trouver l’orée d’un de vos villages ?

Suis les lignes elfiques. Mais si tu as déjà été en contact avec le monde elfique, je te rassure, même si tu ne trouves pas de ligne elfique, les elfes messagers ou les elfes-anges viendront jusqu’à ton lit pour, lors des rêves ou lors des journées, provoquer à l’intérieur de toi une intuition venant te montrer où se situent ces dômes, en quelque région de la planète où tu te situes. Bien sûr, tous nos villages elfiques ne sont pas à l’orée de forêts. Il existe des pays où il n’y a pas de forêts, et où pourtant nous sommes innombrables, même si notre environnement naturel est, bien sûr, bien évidemment la forêt. Alors ne te fais pas de soucis pour cela.

Si toutefois il ne vous a pas été donné jusqu’à aujourd’hui de nous rencontrer, là aussi, de façon peut-être plus subtile, vous vous sentirez attirés, lors de vos promenades au sein de la nature, en certains lieux, qui ne sont pas nécessairement à proprement parler nos villages mais qui, par résonance entre arbre maître et arbre maître, où qu’ils soient sur la planète, seront en syntonie. Cela veut dire par là que vous retrouverez auprès de chaque arbre maître présent sur la terre… et vous savez comment les reconnaître : un arbre maître fait de la place autour de lui. Même dans la forêt la plus touffue, l’arbre maître dégage autour de lui un périmètre, variable, où ne peut pousser aucun arbre. Ces territoires sont très faciles à repérer, contrairement, effectivement, aux villages elfiques si tu n’en connais pas, ou si tu n’en a jamais vécu le contact.

Ainsi, ces arbres maîtres serviront de relais. Bien sûr, il n’y aura pas, et de façon beaucoup plus difficile, les Présences que je vous ai décrites à l’orée de nos villages, mais toutefois la rencontre avec votre Éternité sera possible sur ces arbres maîtres qui servent de relais. Vous l’avez compris, nous sommes donc en train de mailler, dans les espaces naturels, la Lumière adamantine. Ceci participe de manière active à la Libération, à votre libération et aux mécanismes d’ascension de la Terre. Cela veut dire aussi, et nous vous l’avons répété et d’innombrables intervenants vous l’ont répété, que la meilleure façon d’être en paix aujourd’hui, est le silence, l’Ici et Maintenant, et la nature.

Les arbres maîtres sont beaucoup plus nombreux que nos villages. Chacun, arbre maître sera touché et sera à lui seul, non plus un vortex mais un lieu de, je crois que les dragons vous en ont parlé sur le plan subtil, ce qui a été nommé les piliers de Lumière. Ces piliers de Lumière qui sont devenus de plus en plus visibles en certains lieux de la terre, et surtout pour préparer les habitants des villes, ce qui explique que les piliers de Lumière aient été observés le plus souvent au-dessus de grandes zones urbaines plutôt que dans la nature, car ces zones-là en avaient le plus besoin.

Les arbres, les arbres maîtres, sont dès aujourd’hui devenus des piliers de Lumière. Vous vous doutez bien que même sans dômes réels constitués, comme à l’orée de nos villages, ces arbres maîtres vous permettront de vivre aussi le même processus, excepté bien sûr ce qui concerne les entités des mondes libres, les Étoiles, les peuples galactiques, les Anciens, les Archanges. Toutefois, la réalité de votre transformation sera identique à ce qui existe au niveau des dômes de l’orée de nos villages.

Avez-vous d’autres questions ?

… Silence…

Question : si je me projette par la pensée auprès d’un arbre que je suppose être un arbre maître, pouvez-vous me dire s’il en est un ou pas ?

Si tu te projettes en pensée auprès d’un arbre maître ?

… un arbre que je suppose être un arbre maître.

Non, la pensée n’a rien à voir avec le corps de chair, et n’a rien à voir avec le corps d’Éternité. Votre présence, physique, est requise.

Je précise que même si certains d’entre vous connaissez l’emplacement des Cercles de Feu des Anciens, et avez eu l’occasion de les visiter, le niveau de densité de Lumière, au niveau de ces Cercles de Feu, sera tel, que bien sûr vous pourrez aussi y rencontrer vos frères et sœurs disparus et les peuples galactiques. L’intensité du Feu au niveau des Cercles de Feu est telle, que le niveau d’irradiation que vous pourrez y vivre par le rayonnement gamma, si vous n’êtes pas libérés, risque de faire des dégâts. Il n’est pas nécessaire d’observer des dégâts au niveau du corps physique pour émerger, si je peux dire, renaître, dans le corps d’Éternité.

Le fait de voyager en pensée, en tout cas pour ce processus-là, n’aura aucun effet. Il faut votre présence. À moins que vous ne sachiez comment envoyer votre corps d’Éternité, comment voyager déjà dans le corps d’Éternité, ce qui concerne, avouons-le, pour l’instant, peu de frères et sœurs humains, dans la mesure où, vous l’avez constaté, il existe un certain frein lié aux bracelets des chevilles et des poignets, même pour les Libérés vivants, qui vous empêchent d’habiter de manière totale et définitive votre corps d’Éternité. Parce que votre place, tout simplement, est sur terre, dans la chair, aujourd’hui. C’est donc votre chair qui doit se transporter jusqu’à ces dômes.

La pensée ne concerne en rien la chair, la pensée ne concerne en rien le corps d’Éternité, la pensée concerne la matrice. Alors bien sûr, cette pensée a pu être utilisée, par exemple dans certaines méditations en pensant au Soleil, mais là c’est différent parce que l’archétype et le Soleil existent concrètement. Le seul endroit où vous pourriez vous déplacer en pensée, éventuellement, parce que la conscience y est différente, quand même, c’est les Cercles de Feu. En ce qui concerne les dômes de l’orée de nos villages, il faut votre présence physique. Toutefois, après votre première visite, vous aurez effectivement tout le loisir de reproduire cela par les mécanismes de la conscience ou de la pensée, mais il doit exister une première fois qui permet justement de tisser la Lumière, sur votre corps de chair comme sur le corps d’Éternité en émergence.

… Silence…

Avez-vous d’autres questions qu’il vous semblerait utile de poser par rapport aux processus que je vous ai décrits ?

Question : qu’en est-il des arbres maîtres qui se trouvent dans des parcs, à l’intérieur des villes ?

Du fait de l’installation des piliers de Lumière dans les environnements urbains – mais cela ne concerne pas, hélas, pour le moment, toutes les zones urbaines de la planète –, il y a eu effectivement une transformation des arbres maîtres, avec toutefois une incapacité, du fait de l’égrégore de la cité, de la zone urbaine, d’avoir les mêmes effets qu’au sein de la nature. Nous espérons que cela puisse changer très vite. Nos anges messagers qui parcourent la terre et les différents lieux de la terre, nous rendent compte quotidiennement de ce qu’il se passe au sein de vos cités. Au jour d’aujourd’hui, les arbres maîtres qui existent effectivement même au sein de vos cités, ne peuvent pas bénéficier de la totalité du processus que je vous ai décrit, pour l’instant, mais néanmoins, les différences seront perceptibles.

Bien évidemment, il n’y aura là non plus aucun peuple galactique, aucun proche, ils ne pourront pas s’y stabiliser ni même y apparaître pour le moment. Nous ne savons pas quand cela sera possible mais je doute fort, vu ce que nous transmettent nos elfes messagers, qu’il y ait pour le moment d’endroit, en quelque ville que ce soit, où les dômes soient constitués. L’intervention des dragons avec les piliers de Lumière a permis de, comment dit-on, de limiter la casse au sein des environnements urbains. C’est déjà un grand pas qui a été franchi. Vous pouvez toutefois en faire l’expérience mais il est quand même plus sage et plus honnête de vous dire d’aller dans la nature.

Rappelez-vous que quand vous y êtes allés une fois, en restant chez vous, vous pouvez recréer le dôme de Lumière. Certains d’entre vous, d’ailleurs, depuis des années, perçoivent le treillis éthérique au-dessus de leur lit la nuit. Certains d’entre vous voient déjà depuis longtemps des Présences, des formes géométriques, mouvantes et blanches, même dans le noir complet. À ce moment-là vous pourrez peut-être avoir le bonheur d’observer que par le contact avec l’expérience passée, et surtout avec votre corps d’Êtreté, que le dôme de Lumière, et non plus le treillis éthérique, se reproduit autour de votre lit, ce qui rendra effectivement beaucoup plus facile le contact avec les peuples galactiques, avec les Anciens, avec les Étoiles, ou avec les Archanges.

Toutefois le processus alchimique de transmutation de la conscience nécessite votre lucidité et le fait de ne pas être allongé – assis ou debout, peu importe –, donc de ne pas être au lit. Mais vous aurez l’opportunité, comme je viens de le dire, de constater par vous-mêmes, si vous avez déjà observé cela, que l’environnement et l’atmosphère au-dessus de vous, au-dessus de votre lit, change. Les formes se densifient, les mouvements s’identifient avec plus de facilité, les Présences deviennent plus pressantes.

… Silence…

Alors sœurs et frères humains, si tout vous semble clair et si vous n’avez plus de questions, alors je vous invite à vivre maintenant, quand vous le souhaitez, cette expérience.

Je suis Eriane, reine des elfes, et permettez-moi, pour la première fois pour moi, de réaliser avec vous, ici et où que vous soyez, lors de la lecture ou de l’écoute, ce que je nommerais une Théophanie elfique. Je vous remercie de votre écoute, de votre attention, de votre lecture, de votre présence.

Eriane vient en votre cœur.

… Silence…

Je suis Eriane, reine des elfes du village d’Eridan. Je vous aime, et nous espérons, l’ensemble du peuple des elfes, permettre à votre conscience d’être libre.

Je vous rends grâce. Je vous remercie.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Sam 15 Juil - 21:54 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017

GEMMA GALGANI



Je suis Gemma Galgani. Sœurs et frères en la Lumière, en Unité et en Christ, daignez accueillir le don de la Grâce et installons entre nous la communion et la Paix du cœur.

… Silence…

Il m’a été demandé aujourd’hui de venir vous parler de ce que vous vivez en votre conscience. Je ne parlerai pas de votre corps, cela a été fait par le Commandeur. Je viens vous parler des mécanismes qui se déroulent en votre conscience en cette période, que vous soyez éveillés, endormis, libérés, car c’est exactement le même processus qu’il doit vous arriver de vivre, par instants, par moments, ou de façon plus constante.

Depuis la réalisation des Théophanies, il vous est donné de vivre parfois des choses que vous pourriez qualifier d’agréables, et dans d’autres cas des choses très désagréables. Il n’y a pas de différence entre l’agréable et le désagréable car ceci concerne exclusivement votre personne et votre personnage. Dans un cas comme dans l’autre, qu’il y ait souffrance, qu’il y ait Joie, tout ceci ne fait que traduire cette phase particulière de l’alchimie que vous vivez. Je n’aurai pas le temps d’en parler mais je vous renvoie à deux ou trois éléments que nous, sœurs Étoiles vous avons donnés, tout d’abord en parlant de nos vies, ce que je vous ai décrit moi-même, ensuite en regardant la vie et ce qui a été exprimé voilà quelques années par Hildegarde de Bingen concernant la tension vers l’Abandon, et aussi ce qu’a dit notre sœur Étoile Thérèse concernant la Voie de l’Enfance.

Il vous a souvent été répété que vous étiez sur ce monde mais que vous n’étiez pas de ce monde, même si souvent l’habitude des incarnations fait que vous considérez ce monde comme l’endroit où vous réalisez la vérité de la Lumière. Et vous constatez toutefois que la vérité de la Lumière, quand elle vous touche, met fin à tout ce qui vous est connu. Quant à moi, pour revenir très brièvement sur mon incarnation, je n’ai pas eu à affronter, comme certaines de mes sœurs ou certains Anciens, la dualité, car j’étais très peu sur ce monde, et cela n’était pas une volonté de ma part mais une volonté de mon ange gardien, afin que je ne sois pas affectée par les règles de ce monde. Vu de l’extérieur, cela a pu sembler montrer à mes parents et à mon entourage, quand j’étais jeune, un côté irréel ou, comme vous diriez aujourd’hui, non incarné. Cela n’était pas le cas, j’étais pleinement consciente de ce que je vivais, de la même façon qu’aujourd’hui, nombre d’entre vous sont de plus en plus conscients de l’Éternité, en ont vécu différentes approches, pas au niveau de la tête mais au niveau de la vibration.

Et vous constatez que malgré tout, que vous soyez libérés ou pas, qu’il existe encore une forme de dualité, même au sein de votre unité vécue. Cette dualité est simplement l’expression de ce qui est éphémère et de ce qui est éternel, l’éclairage de l’Éternité sur l’éphémère, vous amenant non plus à ce que nommait le Commandeur, voilà des années, des tournicoti-tournicota, mais pour certains d’entre vous, une difficulté à résoudre les problématiques de vos corps, de vos vies, de vos relations, alors que pour d’autres parmi vous, tout s’épanouit et tout devient fluide.

Dans un cas comme dans l’autre cela ne fait pas de différence, sauf sur la personne, mais cela ne fait pas de différence pour votre Éternité car c’est le moyen qu’a trouvé l’Intelligence de la Lumière pour vous faire prendre conscience, par l’observateur et le témoin, de ce que vous êtes. Et bien sûr, vous le constatez, il y a parfois un antagonisme et une opposition totale entre votre vie et votre Éternité. Parfois, il y a synchronicité et adaptation totale de votre éphémère à votre Éternité, dans d’autres cas, cela est strictement le contraire, mais dans un cas comme dans l’autre, il y a toujours la même finalité : vous reconnaître vous-mêmes et acquiescer, accepter sans condition ce qui a été nommé le sacrifice et votre résurrection. Rappelez-vous que cela ne tient pas à vos mémoires, à proprement parler, cela ne tient même pas à vos lignées, mais cela tient simplement aux habitudes de l’incarnation, aux habitudes de votre spiritualité vécue au sein de cette matrice.

La Vérité n’est pas de ce monde, en aucune manière. Certains intervenants vous ont même dit que ce monde était illusoire, irréel totalement. Ça, c’est le point de vue du Libéré, mais pour celui qui n’est pas libéré, cela se traduit souvent par des confrontations ou des oppositions, en vous-mêmes, dans votre couple, dans votre travail, avec vos enfants, avec vos parents. Vous avez tous vécu ça d’une manière ou d’une autre, plus ou moins importante, et c’est justement le fait de vivre cela, comme la Joie d’ailleurs, qui permet de se placer, de se positionner de manière définitive face à ce choix entre la souffrance et la peur et les habitudes, et l’Amour libre qui ne connaît rien des affres de votre personne, et que pourtant vous êtes.

Chez certains de vous, il existe effectivement encore, malgré les processus vibratoires vécus, une forme d’assimilation de la conscience, par la persistance du mental ou de certaines lignées, avec l’illusion de ce monde et les expériences que vous avez vécues, et qui jusqu’à présent vous ont permis de vous approcher de la Vérité. Aujourd’hui cela n’a plus cours. C’est justement ces oscillations, ou cette constance, qui vous font découvrir, par l’emplacement de l’observateur, ce qu’est la personne, au travers de vos habitudes, de vos comportements, de certaines résistances, de certains troubles corporels, ou même dans votre conscience.

N’y voyez aucune blessure, même si votre corps présente des souffrances. C’est la meilleure façon pour vous de vivre votre libération, votre liberté. C’est là où la Voie de l’Enfance, de l’innocence prend toute sa valeur qui est celle, non seulement de s’abandonner à la Lumière en totalité, mais de voir que vous ne pouvez diriger votre vie et être dirigés par la Lumière – que vous êtes. Bien sûr, cela amène parfois des confrontations dans les relations. Bien sûr, cela amène parfois, à l’intérieur de vous, une forme de doute ou d’hésitation, où vous ne savez plus finalement, dans ces moments-là, où vous êtes et qui vous êtes. Que cela soit par des disparitions ou par des sentiments parfois de confusion, de doute, de tristesse, cela ensemence la Joie et cela nourrit votre Éternité, même si cela ne vous apparaît pas au moment où vous le vivez.

C’est là où votre confiance, votre foi en la Vérité est mise à l’épreuve. Est-ce que vous tenez encore à vous, est-ce que vous tenez encore à votre histoire, est-ce que vous tenez encore à vos possessions, est-ce que vous tenez encore à ce monde, ou est-ce que vous avez vraiment la soif de la Liberté, la soif de la Joie ? Et c’est justement au travers de ces résistances, de ces souffrances, de ces conflits, de ces hésitations à l’intérieur de vous-mêmes, pour ceux qui les vivent, que se trouve la solution.

La Lumière, rappelez-vous, ne détruit jamais. La Lumière propose, et vous disposez ou pas de ce qui vous est proposé. Mais si vous le constatez, tous les schémas anciens de fonctionnement, de votre corps comme de votre personne, ne peuvent plus se maintenir. Vous ne pouvez plus vous mentir à vous-mêmes, vous ne pouvez plus mentir à la Lumière, vous ne pouvez plus trouver de prétextes. Les prétextes, comme par exemple les obligations, de quelque nature que ce soit et concernant le personnage éphémère, vous amenant parfois à des situations où cela vous semble impossible de trouver une solution, impossible de redevenir comme des enfants, impossible de redevenir comme un oiseau qui ne se soucie pas de son repas du lendemain. Parce que sont ainsi les lois de ce monde auxquelles effectivement vous êtes encore, de manière parcellaire, encore soumis.

Mais vient un moment qui est différent pour chacun, et ce, de manière préalable à l’Appel de Marie, où nombre d’entre vous vont être obligés, par leur propre conscience, de décider fermement où est-ce que vous vous placez. Vous ne pourrez plus négocier avec vos acquis, vous ne pourrez plus négocier avec votre histoire, vous ne pourrez plus négocier avec ce qui est faux. Et cela, bien sûr, est parfois redoutable dans les statuquos établis au sein de certaines relations, de certaines affections, de certaines occupations quelles qu’elles soient au sein de l’éphémère. C’est à vous alors qu’il appartient de voir les choses et de décider en votre conscience, de vous placer et de ne plus y bouger.

Certains choix peuvent vous paraître, au sein de la personne, douloureux, voire même impossibles. Cela signe que vous êtes encore dans votre personnage, dans votre histoire. Même si la Lumière vous a donné des signes patents, à travers la vibration, à travers certaines expériences, ou même certains états de Grâce, il n’en est pas moins vrai que la période présente parfois, et pour la moitié d’entre vous, certaines difficultés. Les difficultés, bien sûr, ne viennent pas de la Lumière mais d’une certaine forme de fausseté et d’illusion de votre personne qui ne peut pas être vue, parce que faisant partie de vos habitudes, et que même le meilleur des observateurs ou témoins ne peut résoudre.

C’est là qu’intervient ce que vous avait dit Hildegarde de Bingen, c’est là qu’intervient ce que je vous ai dit et ce qu’a dit ma sœur Thérèse, vous permettant, par les quatre piliers du cœur, par la Voie de l’Enfance et de l’innocence et de la spontanéité, de faire avec aisance ce dernier pas, sans remords et sans regrets, sans souffrance non plus. C’est d’abandonner les automatismes de votre personnage, d’accepter le sacrifice afin de ressusciter dans le même temps. C’est d’ailleurs l’aide que vous apportent les elfes mais aussi toute relation, même la plus difficile, qui est autour de vous. Que cela soit en couple, que cela soit avec une sœur ou un frère, que cela soit dans une relation strictement professionnelle, même là, soit le cœur est mis devant, soit il n’y est pas. Et ça vous le voyez, vous ne pouvez plus vous cacher à vous-mêmes, vous ne pouvez plus vous mentir. Tel est l’effet de la Lumière en cette phase finale de l’ascension de la Terre et de votre libération.

Ce qu’il vous a été dit, au niveau des villages elfiques, est tout à fait réel, alors profitez de cette aide, mais surtout n’oubliez pas, même si vous ne le vivez pas encore, que la Lumière ne pourra jamais laisser intactes votre personne, vos relations, votre vie. Vous le savez déjà depuis de longues années par rapport au mécanisme collectif, mais le mécanisme individuel se produit d’ores et déjà, avant même le moment collectif, pour un nombre chaque jour plus grand d’entre vous. Vous le voyez, vous le vivez peut-être. Et c’est justement dans cela, dans ce que vous avez à vivre, que se trouve la solution, c’est-à-dire lâcher, avoir confiance, avoir la foi, ne pas réagir, accueillir la colère de l’autre, accueillir même la prédation de l’autre, pour la transmuter en vous. Alors que si vous réagissez, vous entretenez la prédation, vous entretenez le conflit.

Autrement dit, il vous faut aimer par-dessus tout, même le pire de vos ennemis, même la pire de vos relations, bien plus que celui avec lequel tout est doux, bien plus que celui avec lequel tout se passe normalement. Là est votre don de la Grâce, là est la vérité de la Lumière, et qui n’est certainement pas la vérité de votre personne. C’est ainsi que se résolvent les derniers antagonismes, les dernières confrontations, comme cela a été nommé : face-à-face entre l’éphémère et l’Éternel. Rappelez-vous que c’est ce dernier pas qu’il n’y a que vous qui pouvez faire, en cet acte nommé sacrifice et résurrection.

Bien sûr l’ego fera tout, même si vous êtes dans l’Infinie Présence, pour vous rappeler à l’ordre, pour vous rappeler à vos obligations, pour vous rappeler à votre morale présente au sein de ce monde. La Lumière n’a que faire de la morale, elle n’organise rien, elle est intelligente par nature, elle est spontanée, elle est Évidence. Alors si votre vie n’est pas évidence, même au sein du personnage, c’est que vous n’avez pas fait ce pas, que vous hésitez, que vous avez peur. Quelle que soit la dose d’Amour que vous ayez vécue, acceptez cela et cela passera, mais si vous combattez, le combat deviendra de plus en plus terrible, que cela s’exprime par votre corps, par vos émotions, par votre conscience.

N’oubliez pas, vous qui avez reçu la bénédiction de la Lumière – qui se traduit par l’activation d’une de vos Couronnes, même si c’est intermittent –, avez une responsabilité. Ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé, et ce moment est venu. Vous ne pouvez plus maintenir quelque personnalité que ce soit, que vous l’acceptiez ou non. La conséquence, si vous êtes dans le déni, sera bien sûr des événements désagréables et de plus en plus désagréables pour votre personne, mais qui ne touchent en rien l’intégrité de votre Éternité, même si vous ne le voyez pas.

La Lumière, effectivement, vous pousse dans vos derniers retranchements, dans vos dernières adhésions à l’illusion, dans vos dernières certitudes concernant ce que vous nommez spiritualité, qui vous le savez, ne représente strictement rien si ce n’est tromper la personne que vous êtes, vous séduire, vous emmener dans des voies de garage, vous empêcher de rencontrer et de vivre le Christ, votre Éternité. Alors à vous de choisir. Vous le savez, vous avez totale latitude et liberté pour décider. Nous ne pouvons rien décider pour vous, surtout si vous êtes éveillés.

L’Appel de Marie, bien sûr, changera la donne, mais je vous le répète, nombre d’entre vous, éveillés, commencent à vivre cela. Vous anticipez le moment collectif parce qu’il y a besoin de votre Lumière, de votre Présence, ailleurs que là où vous êtes. C’est là où vous démontrez en quelque sorte la vérité de votre abandon à la Lumière, dès l’instant où il ne peut en être tiré aucun avantage pour la personne, vous amenant, parfois de façon brutale, à voir que vous vous nourrissiez à l’extérieur de la Lumière mais que vous ne vous êtes pas trouvés.

Il n’est pas question de vous juger ni de vous juger de l’extérieur, il est là aussi question de l’accepter, de le voir, parce que dès l’instant où vous l’acceptez, même si vous le voyez incomplètement, la Grâce opérera et le sacrifice et votre résurrection se passeront de manière quasi simultanée, comme lors de l’Appel de Marie. Il y a un avant, il y a un après, comme il y a eu un avant et un après pour ceux qui ont été libérés par l’Onde de Vie, par le Canal Marial ou par les Théophanies.

Mais je dois vous le dire, tant qu’il existe une souffrance en vous, vous n’êtes pas libres. La souffrance vous amène à la Liberté mais si vous êtes libres, même si vous avez une maladie, vous ne souffrez pas. Si vous êtes libres, même si vous avez un conflit dans vos relations, vous ne souffrez pas. Comment le cœur peut-il souffrir ? Ce n’est que la personne qui souffre. Et le jeu de la Lumière vous montre cela en ce moment même, avec vous-mêmes, avec les proches, avec toute relation. Alors, n’allez pas décortiquer le pourquoi du comment de votre situation actuelle en disant que ce n’est pas juste avec ce que vous avez vécu, parce que la Lumière vous invite à plus d’humilité, à plus de transparence, à plus d’évidence, à plus de certitude aussi. Il n’y a aucune certitude dans votre personne, parce qu’après l’Appel de Marie, vous ne serez plus le même, que vous soyez encore dans ce corps ou dans votre corps d’Éternité.

Aucune mémoire ne pourra être entretenue. À l’issue des 132 jours, quelle que soit votre situation si vous êtes encore présents sur la terre, se passera un phénomène qui a été nommé le grille-planète où rien de ce qui vous a été connu ne vous sera d’aucune utilité et disparaîtra donc totalement et entièrement. Alors êtes-vous prêts, aujourd’hui, vous demande la Lumière, à faire le deuil de toute histoire, de toute forme carbonée, de toute souffrance ? Êtes-vous prêts à lâcher ce que vous croyez tenir encore ? Êtes-vous prêts à redevenir un enfant ? C’est cela que vous demande la Lumière, à travers les désagréments de vos corps, de vos lignées, comme les désagréments de votre conscience.

Aujourd’hui, il n’y a plus d’autre possibilité que de souffrir, à quelque niveau que ce soit, ou d’être dans la Joie. Il ne peut exister aucune souffrance dans la Joie, il ne peut exister le moindre doute de quoi que ce soit sur la véracité de l’Éternité dans la Paix du cœur.

Les Théophanies ont permis à nombre d’entre vous de le vivre, de le réaliser. Les nouvelles Théophanies que nous avons mis en place à partir de quelques jours seront là aussi, pour vous, le moyen de vous ressourcer, si je peux dire, de vous réaligner, d’aplanir ce qui est à aplanir, de la même façon que sous les dômes de l’orée des villages elfiques. À vous de voir, à vous de comprendre, si vous avez besoin de comprendre, et surtout à vous de décider. La Lumière ne peut pas aller plus loin car elle doit respecter votre libre-arbitre, si vous adhérez encore à cela. Et si pour vous, la Liberté, c’est d’évoluer, si pour vous, la Liberté, c’est d’être dans la matière, alors qu’il en soit fait selon votre foi. La Lumière ne peut pas vous dévier d’un pouce de ce que votre conscience envisage. Cette conscience dont je parle n’est ni la conscience ordinaire ni la Supraconscience mais est la conscience Une, résultant de l’alchimie qui se vit déjà depuis de nombreux mois.

Vous ne pouvez pas prétexter de vivre des phénomènes vibratoires, que vous vivez réellement et concrètement, et après retomber au sein de la personne, parce que cela vous fera souffrir assurément. C’est votre emplacement qui fait souffrir, ce n’est pas la Lumière. C’est pour cela que les Théophanies ont permis d’accroître le processus de l’observateur et du témoin chez nombre d’entre vous. Cela est une preuve pour vous, et cela doit devenir une évidence, si toutefois votre choix est la Liberté.

Vous le savez, la Liberté ne s’accommode d’aucune dimension, d’aucune matière, et ni même, en définitive, d’aucune forme. Alors à vous de voir si vous êtes encore de ce monde ou si vous êtes seulement sur ce monde, de manière très concrète, très palpable, très physique aussi. Et rappelez-vous qu’il n’y a rien à chercher, si ce n’est l’éclairage de cette alchimie qui se déroule par l’emplacement du témoin ou de l’observateur, qui vous donne à voir et à vivre cela. Mais s’il y a souffrance, que cela soit dans le corps ou dans la conscience, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-mêmes. Il ne sert à rien de désigner l’autre, de désigner un fautif. Il n’y a aucun fautif, même pas vous-mêmes, il y a juste le jeu de la conscience libre et enfermée qui s’entrechoque de manière finale. Car vous rentrez, en ce mois de juillet, non plus seulement dans l’ascension de la Terre mais dans le processus résolutoire de votre libération, indépendamment de l’ascension de la Terre, indépendamment même de la visibilité des signes célestes.

Cela aussi est une grâce. La lenteur de votre libération par rapport aux cycles prévisibles depuis fort longtemps, tel que l’ont prévu les Néphilim, nous le savions depuis longtemps, nécessite toujours des ajustements extrêmement fins dans ce jeu stérile d’ombre et de lumière qui touche à sa fin, et qui touche à sa fin aussi en vous. À un moment donné, vous verrez que votre personne, ce qu’il en reste, n’est que ombre, n’est que souffrance, comme le vivent ceux d’entre vous qui ont eu la possibilité, de façon accidentelle, de sortir de leur corps, ou lors des mécanismes de communion, fusion et dissolution de la conscience , de constater que lorsque vous re-rentrez dans ce corps, vous rentrez dans un cadavre. C’est ainsi que la Lumière sent ce corps parce que cette matière, même éclairée, même illuminée au niveau du cœur, ne présente aucune fonction, si ce n’est le jeu de la conscience qui, vous le savez, a été profondément altérée sur ce monde.

Je suis venue en quelque sorte vous encourager, surtout pour ceux d’entre vous qui vivez des moments difficiles. Rappelez-vous que vous avez vécu la vibration du cœur, la vibration d’une Couronne, non pas pour faire revivre ce passé, parce que au travers de ces souffrances, quelles qu’elles soient, la Lumière est encore plus présente. Reconnaissez-la, reconnaissez-le, et vous vous reconnaîtrez. Je vous rappelle que quel que soit l’état de souffrance que mes sœurs ont pu vivre dans leur chemin, que quelles que soient les attaques que certaines de mes sœurs ont vécues ou certains des Anciens, de leur vivant, cela peut paraître terrible pour celui qui cherche, mais pour celui qui l’a vécu, ce n’était rien, parce qu’il y a une équivalence totale, au sein de l’Éternité, entre la souffrance et l’Amour. Cela ne peut être conçu ni même expliqué au sein de votre personnalité.

Ainsi donc, envisagez tout ce qui vous fait souffrir aujourd’hui comme un tremplin inestimable pour être libéré de qui vous croyez être encore. C’est justement ce que vous croyez être qui fait souffrir, à quelque âge que ce soit. Quand vous avez retrouvé en totalité l’Éternité, quand vous êtes libérés vivants, quel que soit votre âge, que vous soyez jeunes ou âgés ne fait aucune différence. Parce que ce qui vous nourrit, ce qui vous anime, n’est plus l’énergie vitale mais l’énergie Vibrale, qui n’est pas une énergie, d’ailleurs, qui est de l’information, de l’information-Lumière que vos cellules reconnaissent et qui met fin définitivement à une quelconque attraction en ce monde, comme je vous l’avais expliqué à l’époque, comme Hildegarde de Bingen vous l’a expliqué et comme Thérèse vous en a parlé.

En dehors du Cœur, vous le savez, il n’y a pas de salut. Mais je ne parle pas du cœur que vous pouvez connaître dans l’amour de ce monde, je ne parle même pas de certaines rencontres que vous avez pu mener parce qu’il existe un retournement à faire. Si vous souffrez aujourd’hui, c’est que vous prenez votre lumière à l’extérieur. Vous n’avez pas conscientisé que vous êtes la Lumière, sinon il n’y aurait plus aucune souffrance, d’aucune sorte, ni physique, ni mentale, ni émotionnelle, ni dans la conscience. Acceptez cela, observez cela, non pas pour chercher des causes ou une voie de sortie, elle n’existe pas. La voie de sortie, il n’y en a qu’une, c’est le cœur, l’Inconnu, l’Amour inconditionné, le Paraclet, l’Impersonnel, tous ces jalons que nous avons posés, les uns et les autres, à votre connaissance, afin de vous aider dans le moment qui s’est ouvert depuis le 7 Juin.

Bien sûr, je peux prendre quelques exemples. Si vous étiez en attente de l’événement céleste, vous pouvez vous mettre à douter. Il n’y a rien dans le ciel, même si bien sûr beaucoup de choses sont déjà observables avec vos yeux de chair, ne serait-ce que les Éléments, les nuages, vos ciels sont différents, mais il n’y a pas encore d’élément extérieur.

En vous, bien sûr, c’est différent, et chaque jour la vie vous montre. Ne détournez pas votre regard, ne cherchez pas une explication dans le passé ou une solution dans un futur ou dans une aide extérieure. Cela est toujours possible, et même souhaitable dans certains cas, mais la solution ultime, c’est vous. Et quand je dis « vous », je ne m’adresse pas à votre personne mais à votre cœur, à la Vérité. Il est temps de mettre fin à tout ce à quoi vous avez adhéré, il est temps de mettre fin à tous vos acquis, surtout au niveau spirituel. Rappelez-vous, l’Esprit n’a pas à être organisé. Il n’est tributaire d’aucun karma, d’aucune évolution, d’aucune transformation. C’est cela qu’il vous faut vivre, accepter. Il n’y a que vous qui pouvez le faire. Surtout maintenant.

Depuis quelques mois, nous avons mis, en quelque sorte, les bouchées doubles pour vous donner des éléments utiles, pas pour tout le monde, bien sûr, mais pour certains d’entre vous, pour vous aider dans ce processus de face-à-face, de confrontation. Mais rappelez-vous ce que je viens de dire, c’est très important. Il n’y a pas de cœur sans Joie. Si vous êtes dans le cœur, il ne peut exister la moindre souffrance. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que si vous souffrez, à quelque niveau que ce soit, vous n’êtes pas dans le cœur, vous êtes encore dans la personne. Ne vous jugez pas, ne vous condamnez pas. Soyez vrais, vous ne pouvez plus tricher, vous ne pouvez plus jouer le jeu de l’apparence. Vous constaterez très vite, si ce n’est déjà fait, les désordres et les troubles dans votre corps, dans votre conscience, dans votre mental, dans vos émotions, et surtout ne me demandez pas comment trouver le cœur. Je vous dis que nous vous avons donné, pas moi mais certains Anciens vous ont donné encore des techniques, afin d’affiner encore plus ce que vous avez à voir.

La Paix est naturelle pour le Libéré. Vous le savez, elle ne dépend d’aucune cause, d’aucune circonstance, d’aucun acquis, mais bien au contraire. La Joie dépend réellement de votre capacité, quels que soient vos proches, quelle que soit votre famille, quels que soient vos biens, à être indépendants de cela. Donc ce n’est pas une question d’abondance ou d’aisance au sein de la personne, c’est uniquement une question de résistances, de choses qui n’ont pas été vues ou qui ne pouvaient être vues jusqu’à présent. Cela vous a déjà été expliqué, je crois, en ces jours qui viennent de s’écouler. Alors profitez de ce que la Lumière vous donne pour vous donner vous-mêmes. Vous n’avez rien à tenir, vous n’avez rien à garder. Tout ce que vous croyez maintenir et garder ne sont que des illusions de la personne et qui, vous le savez, disparaîtront très bientôt, que vous le vouliez ou pas.

Alors si vous avez été appelés par la Lumière, par l’une des Couronnes, il vous a été beaucoup donné ; aujourd’hui, il vous est beaucoup demandé. Cela est énorme pour la personne, mais je vous assure qu’une fois franchi ce seuil qui n’existe pas, cette porte, illustrée par la Porte OD, vous trouverez la Porte ER, la Joie spontanée, sans objet, sans raison, là où il n’y a aucun espace possible pour le doute, pour la souffrance d’où qu’elle soit, où tout est Évidence.

En résumé, vivez-vous l’évidence de la Lumière ou vivez-vous l’évidence de votre personnage ? Il n’y a pas de demi-mesure possible, et vous le savez. Les dernières techniques qui vous ont été données et ce que viennent de vous annoncer, par la bouche d’Eriane, concernant les villages elfiques, sont les ultimes aides, ainsi que les Théophanies nouvelles, que nous pouvons apporter. Au-delà de cela, il ne peut plus y en avoir d’autres parce que tout dépend de vous, et uniquement de vous, et non pas de vos circonstances de vie, et non pas de vos limites ni de vos souffrances.

Alors bien sûr, dans ce jeu de la conscience, ce face-à-face, cette confrontation, quelle que soit l’apparence, ne concerne que vous-mêmes parce que l’autre, même le plus opposé à la Lumière, même le plus proche de vous dans la Lumière, n’existe pas, pas plus que vous. Ce sont des jeux, c’est ça que ça vous donne à voir, l’emplacement de l’observateur. Voyez-le et accédez à votre liberté, mais vous ne pouvez rien emporter, vous devez être nus. Là est l’Enfance et la spontanéité. Alors, êtes-vous prêts à redevenir cet enfant intérieur ? Êtes-vous prêts à tout perdre pour tout trouver ? Ou tenez-vous encore à ce que vous avez, à ce que vous croyez être ?

Vous verrez clairement, et c’est déjà le cas pour nombre d’entre vous, sans aucune difficulté, ce qui est de l’ordre de la facilité du cœur et ce qui est de l’ordre de la difficulté et de la personne. C’est ainsi qu’il vous a été dit, à de nombreuses reprises ces dernières semaines, ces derniers mois, que nul ne pourra dire qu’il ne savait pas. En tout cas pour tous les éveillés. Les choses sont un peu différentes pour ceux qui n’ont vécu aucun appel, qu’ils soient dans le déni ou qu’ils soient installés dans le confort de leur vie. Ils n’ont pas besoin de cela. Ils sont les derniers, ils seront les premiers.

Mais pour vous tous qui avez cherché la Lumière, que cela soit dans des connaissances, dans des expériences, dans des karmas, à l’extérieur de vous, au travers de ce que nous vous disons, et il était normal de vous nourrir de la Lumière que nous vous apportions, afin de vous retrouver ; aujourd’hui, ce n’est plus normal. Avez-vous besoin de vous nourrir de Lumière ou vivez-vous que vous êtes la Lumière ? Cela est profondément différent. Vous le voyez et vous le vivez. Il n’est plus question de peur, il n’est plus question de mémoires, de blessures, cela vous a été expliqué déjà, il me semble. Alors aujourd’hui, ce n’est plus la peur ou l’Amour, c’est la souffrance ou l’Amour, il n’y a pas d’autre alternative.

Je dirais que c’est le dernier acte de la Lumière au sein de ce monde avant l’Appel de Marie, alors profitez de ces quelques jours, de ces quelques semaines, de ces quelques mois peut-être, personne ne le sait, pour régler ce qui est à régler. Et ce qui est à régler n’est pas dans les circonstances de vos vies. Ce n’est pas en pliant bagage, en démissionnant, en quittant mari ou femme, que vous allez changer quoi que ce soit, bien au contraire, c’est en assumant, par l’Amour, ce que vous avez à vivre. Bien sûr, si c’est le corps, il faut le traiter, mais soyez bien conscients de ce que cela signifie.

Les conventions sociales, morales, affectives, n’ont plus à être sur le devant de la scène. Ce qui a à être sur le devant de la scène, le Commandeur vous le répète à chaque fois, c’est l’Amour. L’Amour devant, l’Amour derrière, l’Amour à gauche, l’Amour à droite, l’Amour en haut et l’Amour en bas. Les expériences de vibrations que vous avez vécues, même pour ceux qui ont la permanence des Couronnes et qui sont donc libérables et libérés, doivent aussi laisser la Lumière œuvrer. Ne plus tenir compte des habitudes, surtout quand c’est lié à des lignées, cela vous a été expliqué. Vous n’aurez pas d’autre choix que l’Amour ou la souffrance. Et de plus en plus la personne s’éloigne, de plus en plus le corps d’Êtreté s’installe et la conscience d’Éternité s’installe, pour ceux qui sont éveillés.

Il est donc aujourd’hui de votre seule responsabilité d’être vrais, de ne rien chercher à l’extérieur de vous, de vous tourner vers vous et de laisser le Christ frapper à votre porte et de le laisser apparaître. Mais la personne fera toujours mauvais ménage avec le Christ. Le temps de l’illusion est terminé, de penser que le Christ est un sauveur, que vous pouvez prier et qu’il va venir vous sauver de quoi que ce soit – surtout de vous-mêmes. Il est temps de vous reconnaître en tant que Christ, en tant que Fils Ardent du Soleil, en tant que propre source de votre propre Lumière.

Ce qu’il se déroule déjà depuis le 7 juin, et même un peu avant, depuis les Théophanies, est exactement ce qui se produit. Vous l’avez vu. Soit tout s’est transformé en vous, et vous constatez qu’aussi bien au niveau du corps que de votre conscience, je dirais que tout est plus frais, plus jeune, plus vivant, soit c’est l’inverse. Si vous regardez autour de vous, vous voyez des frères et des sœurs qui avaient des maladies très invalidantes qui ont disparu, et d’autres qui vivaient certains états de cœur, où des troubles apparaissent. L’un comme l’autre n’a pas à être jugé, mais cela traduit directement votre emplacement, dans la Joie ou dans la souffrance.

Vous ne pouvez pas être impatients de la fin du monde et être vrais, c’est la personne qui dit cela. Vous ne pouvez pas être en train de trouver des justifications ou des explications à tout ce qui vous atteint, tout ce qui vous touche. Le temps n’est plus à cela, et d’ailleurs vous le constatez, vous avez de moins en moins l’opportunité et la possibilité de fonctionner ainsi. Vous le savez, le fonctionnement de votre corps d’Êtreté n’a plus rien à voir avec la forme que vous connaissez, dans laquelle vous êtes aujourd’hui.

Alors la Lumière vient vous demander, avant même que le Christ ne frappe à votre porte : « Es-tu prêt ? Veux-tu laisser les morts enterrer les morts et devenir vivant ? Qu’est-ce qui te retient ? » Ainsi parlait Jésus. Il en est de même aujourd’hui, non pas à travers un personnage extérieur ou quelque maître que ce soit, ni même une Étoile, un Ancien ou un Archange, mais avec vous-mêmes, face-à-face, seul à seul, indépendants de tout avis extérieur et de toute situation extérieure. Alors regardez, regardez-vous. Êtes-vous en joie ? Êtes-vous en paix ? Intégralement, dans le corps comme dans la tête, comme dans le cœur ? Ou non ? C’est cela que la Lumière vous donne à voir. Tout le reste ne sont que des illusions, ne sont que des prétextes que construit votre personne, votre mental, vos habitudes, pour vous éloigner de la Vérité.

N’oubliez pas qu’il n’y a pas de punition au sein de la Lumière, il n’y a que la Joie. Si vous êtes Lumière, vous êtes en joie. Si vous êtes Lumière, votre corps ne peut vous altérer, même s’il est malade, bien au contraire. Voyez cela sans faux-fuyants, sans faux-semblants, sans besoin de justifier quoi que ce soit ou d’expliquer quoi que ce soit. Soyez de plus en plus vrais et réalisez ces paroles : « Vous êtes sur ce monde mais vous n’êtes pas de ce monde », même si effectivement, parfois, la nouvelle terre, en 5ème dimension, sera votre maison.

Quoi que vous en pensiez, et nous le savions tous, en étant incarnés, que nous n’emportons rien au moment de la mort, ni mari, ni femme, ni enfant, ni argent, ni maison. Et vous savez très bien, même sans ce que nous vous avons dit, puisque moi je n’ai jamais parlé de temps, mais aujourd’hui il est temps d’en parler. Il suffit de regarder autour de vous. Que vous regardiez dans la société, que vous regardiez le climat, que vous regardiez les volcans, l’organisation même, sociétale, et de votre vie, vous voyez bien que c’est le tohu-bohu. Il n’en est qu’à son début, pourtant, nous ne vous l’avons jamais caché.

Alors à vous de décider, la Joie ou la souffrance. Il n’est même plus question de peur, parce que la peur se transforme en souffrance, elle vous rétracte, quelle que soit la peur. Il ne sert à rien de vouloir comprendre l’origine de cette peur parce que l’incarnation en ce monde est déjà la mort. Alors, rendez-vous compte. La plupart de mes frères et sœurs sur cette planète pense que la mort est la fin alors que la mort n’est que le début de la Liberté. Bien sûr cela est profondément différent peut-être des enseignements que vous avez suivis, des religions auxquelles vous avez adhéré, mais à vous de vérifier ce qui est vrai. Nous ne pouvons pas le faire à votre place, ni le Christ, ni Marie, ni votre femme, ni vos enfants, ni vos parents. Aucune abondance, comme aucune restriction, ne peut décider à votre place.

Le moment est venu d’être libres, totalement libres. Non seulement à l’intérieur, comme les Libérés vivants depuis 2012 ou depuis les Théophanies, mais aussi à l’extérieur. Et n’entendez pas, par cette notion de Liberté, de quitter mari, enfants, profession, mais de réaliser ce que vous êtes, simplement cela. Et si vous réalisez cela, vous constaterez vous-mêmes qu’il ne peut exister aucun antagonisme avec aucune personne, avec aucun frère, aucune sœur, aucune situation, qu’elle soit dans le manque ou dans l’abondance. Ni l’un ni l’autre ne peuvent jouer sur la Joie. Si vous êtes tributaires encore de cela, alors vous n’êtes pas ce que vous êtes, vous êtes ce que vous croyez être au sein de la personne. Il n’y a pas, je le répète, d’autre porte de sortie que l’Amour. Il est temps de vous le démontrer à vous-mêmes, de vous le prouver, si ce n’est pas déjà le cas.

Une fois que le dernier voile ou la dernière porte vous semblent avoir été franchis, non seulement la Joie est présente mais l’ensemble des mondes vous apparaît. Et surtout vous voyez clairement la fausseté de ce monde, de tous ces préceptes, qu’ils soient sociétaux ou spirituels, de tous ces faux maîtres, de toutes ces religions qui vous ont enfermés, de tout ce à quoi vous avez adhéré pour vous prémunir, pour vous préserver de la peur de votre propre disparition. C’est cela la spiritualité en ce monde. Elle n’a rien à voir avec le cœur, elle ne permet jamais de trouver le cœur. Il n’y a que l’Amour qui vous comble et vous rend libres, ce que vous êtes.

Si vous réalisez cela, à la fois en l’acceptant en tant que principe, de croyance même si vous voulez, ou de foi totale, la Lumière suivra votre foi. Mais si vous êtes en train d’essayer de résoudre quelque karma ou quelque situation que ce soit, excepté pour votre corps où il faut s’en occuper, vous perdez votre temps et vous gâchez vos chances de vivre la Vérité avant l’Appel de Marie. Ce qui est important, non pas pour vous parce qu’en définitive, vous le savez depuis toujours aussi, qu’à la fin tout le monde est libéré, mais il est inutile de vous engager dans ces voies de résistance à la Lumière. Et c’est le cas tant que vous prenez votre nourriture de Lumière à l’extérieur plutôt que la prendre en ce que vous êtes, en votre cœur. C’est la seule façon de dissoudre les habitudes, vos croyances, vos vécus spirituels, pour être vrais.

Bien sûr, en cette période, se produit, non plus comme cela a été le cas voilà quelques années de manière individuelle, mais de manière de plus en plus collective, par groupe, par pays, par région, par famille, un peu partout sur la terre, de vivre individuellement cette résurrection, cette crucifixion. La Lumière vous appelle à cela. Mais rendez-vous compte, vous êtes la Lumière, et s’il y a souffrance, vous vous battez avec vous-mêmes, seulement avec vous-mêmes, parce que vous n’avez pas vu, parce que vous n’avez pas rendu les armes de la personnalité, de l’histoire, de l’illusion, alors que tout est de plus en plus simple, je vous l’assure.

Regardez vos frères et vos sœurs, parmi vous, qui vivent cette Joie permanente, sans tricher, sans vibrations, sans rien d’autre que la plénitude de cette Joie. Vous voyez bien. Ils ne sont pas ni ermites, ils n’ont pas quitté femme et enfants, ils n’ont pas quitté leur profession, ils sont vraiment eux-mêmes. Alors ils ne sont plus soumis, quel que soit l’environnement, à quelque facteur environnemental que ce soit parce que la Paix est installée de manière définitive, la Joie aussi. Et cela est ouvert à chacun parce que c’est les temps de la Grâce. Les grâces des Théophanies, les grâces réalisées par les elfes et par vous-mêmes.

Ne vous battez plus contre des chimères, quelles que soient les certitudes que ces chimères vous aient données jusqu’à présent, que cela soit à travers la stabilité affective, la stabilité professionnelle, la stabilité financière ou sociétale. Cherchez le Royaume des Cieux, il est au dedans de vous, il n’attend que vous. Tout le reste est jeu. Tout le reste, vous le savez, passe, et passe de plus en plus vite.

L’Unité, que je représente, fait partie de la nouvelle Tri-Unité. Elle est la Liberté, elle est cette Joie, et elle est cette Paix.

Rendez-vous compte, vous ne pouvez pas prétendre être dans le Soi ou être libérés et maltraiter qui que ce soit ou quoi que ce soit, car c’est à vous, comme le Christ disait : « Ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites. » Alors, ce que vous faites au plus petit d’entre vous ou au plus grand des ennemis d’entre vous, c’est à vous que vous le faites. Prenez conscience de cela. L’Amour endure tout, l’Amour espère tout, l’Amour déplace les montagnes, l’Amour change l’illusion, la met à bas, mais vous ne pouvez trouver l’Amour véritable en quelque circonstance de votre personne. Je dirais même que la personne devient un obstacle, un poids encombrant quand la Vérité se révèle, quand vous la révélez en vous.

Alors bien sûr, il existe aussi des mécanismes de l’âme plus précis qui se produisent en vous, mais je laisserai ma sœur Étoile Ma Ananda, porteuse du Feu, vous exprimer cela et vous le faire vivre.

Il n’est pas nécessaire pour moi, d’ouvrir un espace de questionnement. Voilà ce que j’avais à vous délivrer : aujourd’hui, il y a Joie ou il y a souffrance, il y a Paix ou il y a désordre, il y a manque ou il y a plénitude, et cela ne concerne pas votre personnage et votre vie mais la vérité de votre cœur, rien que cela. Tout le reste ne sont que des fariboles et des alibis. Vous ne pouvez pas être dans la vraie Joie et agresser qui que ce soit. Vous ne pouvez pas être dans la vraie Joie et faire la grimace. Vous ne pouvez pas être dans la Joie et souffrir. Ce n’est pas possible.

Nombre d’entre vous d’ailleurs, le vivent, avec des moments très intenses de libération et d’autres moments qui vous ramènent, hélas, à la réalité à laquelle vous adhérez encore. C’est comme ça que vous voyez la Vérité. Pas autrement. De façon de plus en plus éclatante et parfois dure pour la personne. Ça prouve simplement que vous êtes encore une personne. Mais c’est justement cet éclairage qui vous permet de ne plus être cette personne, d’être l’homme régénéré ou la femme régénérée, ressuscité dans sa chair, comme dans sa manifestation, comme dans ses émotions et comme dans toute activité intellectuelle ou mentale.

Dans la Joie, rien de l’ancien ne peut subsister, même pas les forces inconscientes de prédation de vos lignées, de vos origines, si elles existent. Il n’y a pas d’effort à faire, il y a juste à reconnaître que vous n’y êtes pas. Non pas pour vous condamner, vous juger ou vous punir, parce que reconnaître cela vous amènera à vivre un don total de la Grâce au fur et à mesure que vous vous donnez à la Lumière que vous êtes.

Où que vous soyez, ici présents, en lecture ou en écoute, je vous demande maintenant de partager avec moi la Théophanie du Cœur, la Théophanie de l’Esprit.

… Silence…

Puissiez-vous être éclairés définitivement et être ce que vous êtes enfin.

… Silence…

Je suis Gemma Galgani et je suis avec vous, surtout pour ceux d’entre vous qui vivent certaines souffrances. Ma simple présence à vos côtés, devant vous ou en votre Canal Marial est un baume apaisant qui vient soulager. Appelez-moi. Je viendrai d’ailleurs vous rendre visite sous les dômes des villages elfiques, cela ne pose aucun problème pour moi. Soyez vrais, soyez authentiques, non pas au sein de la personne, de ce que vous croyez ou vivez, mais dans la vérité du cœur. Je suis Gemma Galgani, je vous aime. Et à très bientôt donc.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Dim 16 Juil - 21:35 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


MA ANANDA MOYI



Je suis Ma Ananda Moyi. Sœurs et frères incarnés, je rends grâce à votre Présence. Installons-nous ensemble quelques instants dans le silence et la Paix.

… Silence...

Ma présence parmi vous, en ce jour, est une suite logique à ce qu'a pu vous dire Gemma Galgani avant moi, et ce que j'ai pu vous dire voilà de nombreuses années concernant le retournement de l'âme.

L'étape qui s'est ouverte à vous, en ce mois de juillet, vise à vous faire rencontrer le silence et l'Éternité dans la paix du cœur. C'est un mécanisme intime qui est directement relié à l'alchimie du corps avec l'Esprit, ou avec l'âme si celle-ci est encore présente. Au-delà de la Paix et de la Joie dont vous a parlé ma sœur Gemma, le mécanisme actuel, en parlant en termes simples, est un mécanisme d'intériorité et d'intériorisation, où l'ensemble de votre personnage et de votre personne est réabsorbé littéralement dans le cœur. Dit autrement, vos disparitions actuelles ne sont plus complètes. Elles vous laissent le sentiment d'être dans un entre-deux, entre deux mondes, entre deux états difficilement qualifiables avec vos mots habituels.

Ceux d'entre vous qui vivent ce processus actuel, qui n'est pas ni obligatoire ni indispensable, se traduit par le déploiement de ce silence, vous amenant à faire le silence à ce monde et en ce monde. Cela n'est pas à proprement parler une disparition mais une cessation de l'activité de la conscience ordinaire, sans pour autant disparaître comme certains d'entre vous l'ont fait jusqu'à présent. L'analogie et la similitude que vous pouvez retrouver dans ce processus qui pour nombre d’entre vous a démarré déjà depuis le mois de juin, correspond non seulement à la Paix, à la Joie et la Félicité, mais aussi à ce qui nommé l'intase. L'intase est le moment nécessaire pour certains d'entre vous, où tous les repères de votre personnage disparaissent, vous amenant à vivre dans un état apparent de flou au sein de ce monde, qui permet justement l'éclairage, par la vérité de la Lumière, sur l'ensemble de votre conscience.

Dans ce processus d'intase et non de résistance, comme d'ailleurs dans les phénomènes de résistance que certains d'entre vous vivent actuellement, il y a pour la personne le sentiment de confusion, le sentiment de ne plus habiter son corps, le sentiment de flou, qui n'est qu'un préalable à votre résurrection. Certains d'entre vous aussi, autrement dit, sont en train de passer par la dissolution de la conscience éphémère au sein de ce corps éphémère qui pourtant est toujours là. Le basculement de la conscience ordinaire à la Supraconscience, dans ces cas-là, ne peut pas se vivre autrement que comme cela, c'est-à-dire par cette intase, mais avant que votre conscience soit reconnue en intase, il existe une période préalable où tous vos repères vous semblent disparaître, ne permettant plus de vous appuyer sur vos connaissances, sur vos acquis, sur votre histoire.

Il s'agit bien de ce qui avait été nommé, voilà fort longtemps, une transsubstantiation ou une métamorphose. Comme disait le Commandeur, passer de la chenille au papillon, passe parce cette métamorphose où le corps se dissout en une autre réalité, où le silence des mots, le silence du mouvement et le silence de la conscience ordinaire, peut parfois, pour ceux d'entre vous chez qui cela se produit, donner une forme d'inquiétude et non pas de souffrance. La disparition – sans disparaître vous-mêmes en conscience – des éléments habituels de vos modes de fonctionnement peut effectivement être très déroutante pour celui qui est installé, même éveillé, dans l'illusion de la spiritualité.

Ce mécanisme est très précis au niveau de l'âme. Il se traduit, au sein des âmes persistantes non dissoutes, un processus d'alchimie des Éléments, des Triangles élémentaires des Éléments au niveau de votre tête, qui se dissolvent et se rejoignent au niveau de ce qui est nommée la petite Couronne, qui est l'image du cœur. Quand votre voie de résurrection passe par ce chemin-là, et certains d'entre vous le vivent par intermittence et cela va devenir permanent déjà depuis le mois de juillet.

Surtout dès le début des Théophanies perpétuelles, vous constaterez que certains frères et sœurs vivent ce processus. Le regard se voile, la force vous quitte, avec toutefois une acuité de cette conscience ordinaire qui se dissout elle-même par l'action de la Lumière, pouvant conduire non pas à une souffrance mais bien plus à une rébellion qui ne peut durer bien longtemps, à un état de colère qui peut aussi se manifester. Mais rappelez-vous que le résultat est le processus intime de l'intase, qui est le moment où l'Esprit s'effuse dans la conscience ordinaire, ne pouvant plus la laisser persister ou subsister.

Ainsi, pour nombre de frères et sœurs, ce processus démarre et démarrera sous peu. Passés les premiers jours ou les premiers instants de confusion, vous renaîtrez en votre cœur d'Éternité, en votre corps Éternel. De la même façon que certaines résistances à la Lumière se traduisent par des souffrances, des problématiques physiques qui vous ont été évoquées, de la même façon, cette voie particulière de résurrection n'est pas liée à une quelconque prédation ni à une origine stellaire, mais simplement, en l'emplacement de votre conscience ordinaire, en l'adhésion aux spiritualités de ce monde.

Ce processus, apparaissant comme déroutant et confusant pour celui qui le vit ou pour celui qui l'observe, débouchera immanquablement sur la paix du cœur et sur la résurrection, où là aussi, vous verrez par vous-mêmes et par vos proches, il y a un avant et il y a un après. Seul le pendant peut sembler déroutant et confusant parce ce que ce processus de transsubstantiation de la matière par l'Esprit, avec une âme présente, se traduit par cette intase, cette impossibilité de bouger plus ou moins prononcée, cette impossibilité de penser ou de réfléchir plus ou moins prononcée, et toutefois sans disparition comme vous pouviez les vivre auparavant. Le plus souvent, il sera même impossible de disparaître durant le sommeil. Le sommeil se produira comme si vous étiez éveillés.

Ce processus n'est pas prévu pour s'installer, ni même pour durer. Il traduit simplement l'alchimie intérieure de celui qui, par son positionnement au sein de l'éphémère, n'exerce aucune prédation de par ses lignées ou de par son comportement, mais est simplement soumis à certaines illusions qui ne sont pas éternelles.

Ainsi, si cela vous arrive, vous ne pouvez pas dire, comme vous l'a énoncé ma sœur Gemma, que c'est soit la souffrance, soit la Joie, parce que dans ce cas-là, il n'y a ni souffrance, ni Joie, ni même disparition, il y a un état presque léthargique. En langage courant, vous pourriez appeler cela un état comateux. Ce n'est pas un coma, bien sûr, mais un sentiment de réalisation de ne plus habiter son corps, de ne plus être nulle part, d'être embrumé.

Là aussi, si cela vous concerne, vous le voyez d’ailleurs et vous le verrez d'ailleurs par vous-mêmes, vous ne pouvez vous opposer de quelque manière que ce soit, ni même apporter une solution pour revenir à l'état antérieur. Vous vivez et vous vivrez effectivement, pour nombre d'entre vous, ce processus de métamorphose, de stase personnelle, sans disparition, avant même l’Appel de Marie. Encore une fois, cela ne concerne qu'un nombre d'entre vous. En effet, il est très difficile de comprendre, au moment où cela se vit, parce que justement il n'y a plus de repères, rien ne fonctionne comme la veille. Il y a juste l'impression, pour ces frères et sœurs qui le vivent ou le vivront, une impression de néant, de réelle dissolution, d'obstruction des sens, d'obstruction de l'énergie, un sentiment de lourdeur et de lassitude, qui correspondent tout à fait aux intases profondes que j'ai expérimentées et vécues.

Cela concerne, comme je l'ai dit, non pas ceux qui ont des forces prédatrices à l'œuvre en eux, parce que là, c'est le corps qui est le support de cette transmutation. Dans ce cas présent, c'est une transmutation de la conscience : l’Esprit touche le corps, touche l'âme, même si l'âme ne s'est pas retournée, c’est-à-dire si l'attraction de la matière et de l'illusion était toujours présente. Cela se verra et se voit déjà chez des frères et sœurs qui pourtant étaient déjà dans la rectitude et dans le cœur, mais cette rectitude et ce cœur ne s'appliquaient qu'à ce qu'ils connaissaient, c’est-à-dire ce monde et ses expériences, même sur les plans subtils de ce monde.

L'alchimie qui se produit à ce moment-là, produit les résultats que je vous ai donnés. La moyenne de ce vécu ne devrait pas excéder, pour ceux d’entre vous qui devront passer par cette étape ou qui le passent en ce moment, l'espace de quelques jours, voire une semaine. En cette période, il vous convient, et vous ne pourrez pas le faire d'ailleurs, de ne pas réfléchir ; vous ne pourrez pas réfléchir, vous ne pourrez pas fonctionner comme vous fonctionniez encore la veille.

Si le questionnement vous quitte, si vous pensez alors à mes mots, à ce que je vous dis aujourd'hui si vous avez eu la chance de l'entendre ou de les lire, il vous suffit alors de rester tranquilles, de ne pas chercher à aller à l'encontre de ce qu’il se produit, car au fond de chacun de vous qui vivrez cela ou qui le vivez, il y a la certitude qu'il n'y a pas de résistance à la Lumière. D'ailleurs il n'y a pas de réelle souffrance du corps si ce n’est, non pas l'inflammation et les souffrances des sens, mais comme si l'ensemble de vos sens se retrouvaient comme voilés, que cela concerne le goût, l'odorat, la vision, l'audition, ou même la perception de l'énergie.

C'est donc le stade où la chenille forme son cocon, comme disait le Commandeur. Cela est une autre façon de vivre votre résurrection. À chacun, je dirais, selon ses croyances, à chacun selon son emplacement. Fondamentalement, il n'existe aucune différence de résultat entre ceux parmi vous qui ont vécu des blessures physiques ou psychiques, voire des traumatismes physiques ainsi qu'ils vous ont été détaillés au fur et à mesure de ces mois. Le résultat est exactement le même, mais étant donné qu'il n'existe aucune résistance à la Lumière chez ces frères et ces sœurs, simplement un déficit de positionnement dans la vérité du cœur, quel que soit l'état de leur cœur, cela se traduit par une espèce, non pas de consumation de l'âme mais de sidération de l'âme, qui bien évidemment, en cette période de ce qui doit être vécu pour certains de ces frères et sœurs, va se traduire par un défaut d'alimentation de tout ce qui faisait la personne en son intériorité, amenant, comme je l'ai dit, à perdre tous les repères spatio-temporels spirituels.

De cette confusion et de cette vacuité, de cette transsubstantiation qui se produit, se réalise la résurrection, avant même l’Appel de Marie. Si cela vous concerne, alors je vous dirais, si vous en avez la possibilité, et je pense que de toute façon il sera très difficile de faire autrement, restez tranquilles, prenez tout le temps qui vous est nécessaire pour vous, pour le silence, du mental, des mots, de mouvements, restez dans cet état de léthargie particulière sans chercher quoi que ce soit, et en attendant, laissez simplement se dérouler ce qu'il se déroule. Il ne s'agit pas de maladie, il ne s'agit pas de résistances mais d'un processus qui vous est particulier, où l'âme n'a pas pu se retourner jusqu'à présent, quel que soit ce qui a été vécu, du fait simplement de croyances tenaces, si je peux dire, en l'illusion de ce monde et en ses lois spirituelles quelles qu'elles soient.

Cette intase, car s'en est une, se passera d'autant mieux que vous respectez cette immobilité, ce silence, cette absence de questionnement. Alors vous constaterez très vite que vous traversez cela tout en étant présents mais sans être affectés, et vous constaterez alors que chaque jour, chaque heure, dès l'instant où vous vous tenez tranquilles, quelque chose d'entièrement nouveau et d'inconnu émerge. Ce n'est que vous-mêmes qui apparaissez enfin. Ce processus vise à une sidération de l'âme et l'alchimie des quatre lignées au sein de la Vérité.

Si toutefois, parmi ces frères et ces sœurs, vous aviez auparavant l'habitude de ressentir les vibrations comme l'énergie, vous pourrez avoir le sentiment de vous sentir abandonnés par ce qui faisait votre quotidien, par votre sensibilité. Si vous maintenez le calme, très rapidement vous constatez que la Joie émerge, venant remplacer alors, ou se superposer dans d'autres cas, au mécanisme de l'intase qui, je le répète, est une forme de stase personnelle. Rappelez-vous que c'est au sein de la stase survenant après l’Appel de Marie que nombre d'entre vous découvrira la Vérité et vivra sa résurrection en Éternité, en maintenant ce corps ou pas. Il en est de même, dans le mécanisme qui rentre en œuvre, pour ceux d'entre vous dont l'âme était habituée, si je peux dire, à la matière.

C'est donc l'Esprit qui vient se superposer à l'âme, qui vient se superposer au corps. Ce processus est différent de celui que j'avais décrit, lorsque j'avais parlé en tant que ma position d'Étoile AL, du processus de retournement de l'âme et de sa dissolution. Ce qui explique que nombre parmi vous, ayant vécu et suivi tout ce que nous vous avons dit et tout ce que vous avez vécu, n'a pas pu jusqu'à présent être libéré, simplement par les habitudes de l'âme alors que le cœur pouvait être vibrant.

Si vous êtes concernés par ce processus, retenez simplement cela, restez tranquilles, le plus souvent en silence, vous observant vous-mêmes, sans cogitation, sans inquiétude, en laissant libre court à ce qu'il se déroule. Je vous rassure, vous ne disparaîtrez pas encore de ce monde mais vous renaîtrez en ce monde. L'Esprit vous apporte la preuve de sa primauté sur l'âme, de sa primauté sur les lois de ce monde. Vous ne serez plus soumis à l'action ou réaction car votre corps comme votre conscience ne vous obéiront plus. Il ne sert donc à rien d'entrer en résistance, mais bien plus de faire ce silence et de laisser la Joie sans objet effleurer votre conscience, s'épanouir et apparaître.

Lors de ce processus qu’il sera donné de vivre à certains d'entre vous, le Feu Igné, à votre renaissance, vous parcourra et vous fera vivre cette Joie et cet Amour inextinguible qui ne peut être porté par la personne. En ce sens, au niveau des éveillés, ces frères et ces sœurs ont été les derniers. Ils seront les premiers, comme ceux qui vivront l'ultime Grâce de l’Appel de Marie, parce qu'en eux, en ces frères et en ces sœurs, il y a la bonté, il y a l'Enfance, mais il y a l'adhésion à ce qui est faux. Et cela est la seule voie possible de résolution, je dirais, de cette équation et de cet état, faisant découvrir à ces frères et sœurs, après le retour, l'Amour véritable ne connaissant aucune condition, et qui entraînera alors sans aucune difficulté la dissolution de l'âme, et concourra, en ce mois, à être libre.

Je conçois tout à fait que certaines des manifestations de l’action de l'Esprit en votre chair et en votre âme puissent être si déroutantes qu'elles puissent, comme je l'ai dit, vous mettre en colère, mais aussi vous faire penser à la maladie ou à la mort. À travers votre coopération, c'est-à-dire votre abandon à ce qu’il se produit – d'ailleurs vous ne pourrez pas faire autrement –, vous vous prouverez à vous-mêmes ce que vous êtes, et qui n'a rien à voir avec ce que ces frères et sœurs ont pu vivre auparavant.

La qualité de ces frères et sœurs percevant et ressentant l'énergie, la vibration et leur âme au travers de ces pérégrinations, deviendra beaucoup plus affinée, la conscience sera alors établie dans la Supraconscience.

Ainsi donc, je vous le dis aujourd'hui, que cela soit au travers de douleurs, de souffrances, dans le cas le plus habituel de résistance, que cela soit dans ce que je viens de décrire, la finalité est la même et vous donne à vivre, avant l’Appel de Marie, le même processus qui se produira durant l’Appel de Marie.

Dans le cas que je viens de décrire, il n'y a pas non plus à chercher de cause, d'explications ou de solution, car la seule solution, dans ce cas-là, est le silence et la tranquillité, de demeurer en paix, ce qui sera d'autant plus facile que les sens seront comme obscurcis et que le mental se trouvera profondément raréfié. Cet état-là n'entraîne pas de souffrance, il n'entraîne pas non plus de Joie, jusqu'à tant qu'il soit achevé, mais plus ce qui pourrait être assimilé, comme je l'ai dit, à une stase ou une intase.

Si cela arrive autour de vous, parmi vos proches, parmi vos rencontres, sachez qu'il n'y a rien à faire de l'extérieur et que vous ne pouvez rien faire de l'extérieur, simplement de laisser se dérouler le processus avec le plus de calme et de tranquillité possible. Quel que soit votre âge, car cela concerne tout âge, dès l'âge de 14 ans.

Nous concevons que si cela survient chez l'un de vos enfants, par exemple, ou chez votre conjoint, que cela puisse poser problème à différents niveaux, mais rappelez-vous que cette transsubstantiation ne durera pas plus de une semaine, de manière générale. Vous aurez alors la chance d'assister à la résurrection de celui qui vous est proche. Je pourrais dire que vous gagnerez largement au change et que celui qui le vit, bien sûr, ne pourra plus douter de ce qu'il est au-delà de ce monde et ne pourra plus douter que tout ce qui concerne ce monde au sein du connu, et même dans ses aspects nommés « spiritualité », ne sont que du vent et de l'illusion. Il ne restera plus aucun doute possible à l'intérieur de ces êtres qui seront re-nés.

L'ensemble de ces processus qui se vivent et que nous vous décrivons maintenant, participe de manière indubitable à la réalité de votre libération. Ces frères et ses sœurs qui le vivront ne pourront plus être intéressés ou occupés à quelque activité extérieure ou intérieure liée à l'illusion. L'illusion alors s'efface, pour laisser la place à la Vérité.

Je ne peux malheureusement pas vous donner de pourcentage ou de fréquence où ce processus se produira, plutôt que la Joie spontanée ou plutôt que les résistances manifestées, mais cela représente, en définitive, depuis le mois de juin et surtout en ce mois de juillet, je dirais, les trois cas de figure possible. Il en existe un quatrième, mais qui ne vous concerne pas, ce sont les frères et les sœurs incarnés qui dorment et qui dormiront sans aucune difficulté dans leur vie éphémère, et y demeureront jusqu'à l’Appel de Marie.

Les trois cas de figure, parmi ceux qui vivent l'une des Couronnes, la vibration, ou qui ont une démarche spirituelle, voire religieuse, sont concernés par l'une de ces trois hypothèses : les résistances à la Lumière touchant des zones précises du corps et de la conscience, la Joie immédiate avec régénération du corps, de la conscience, sans résistance, ou alors le troisième mécanisme que je viens de vous décrire. Aucun n'est supérieur à l'autre, aucun n'est préjudiciable. Les trois processus divers vous conduisent au même endroit, à votre cœur et à l'Éternité.

Ce processus peut se vivre, en ce qui concerne ce que je viens d'évoquer, chez toute personne éveillée, paradoxalement, contrairement à ceux d'entre vous porteurs de lignées prédatrices ou d'habitudes prédatrices, où là, les conséquences par la souffrance du corps sont importantes. Dans ce cas que j'exprime aujourd'hui, il n'y a rien de tout cela. Il y aurait une forme de néant où tout semble obscurci, où plus rien ne peut être pensé, si ce n'est éventuellement certains agacements et certaines colères qui ne durent pas.

Il y a donc en cette période, pour les frères et sœurs éveillés, trois voies possibles permettant d'arriver à l’Appel de Marie, libérés. La résistance et les atteintes qui vous ont été données au niveau corporel, la Joie indicible et permanente de l'extase où tout se régénère, même au niveau de ce qui est éphémère, et la troisième façon, troisième voie, qui est celle que je viens de décrire. Ces trois voies concernent la totalité des sœurs et frères incarnés sur terre ayant vécu au minimum l'activation d'une Couronne. Ces trois voies sont pour chacun de vous l'expression la plus parfaite du mécanisme à l'œuvre conduisant à la résurrection. Cette résurrection n'est pas à proprement parler « être libéré vivant » parce que dorénavant, il y a la conscience du corps d'Éternité, non pas dans des délocalisations de la conscience mais dans la Joie exprimée, vécue et sentie de façon constante au sein de votre vie.

Il y a donc concrètement, si cela s'est déjà produit pour vous, un avant et un après, quelles que soient effectivement les possibilités de tergiversation, d'hésitation, pour ceux en tout cas qui vivent la voie de la résistance plutôt que la voie de la Joie. En ce qui concerne la voie de l'intase, cela ne fait pas de différence, puisque plus rien ne peut être manifesté, puisque plus rien ne peut être vécu comme avant, puisque le corps répond moins, puisque les sens s'obscurcissent, puisque le mental ne peut plus entrer en action. Ce processus-là est exactement l'inverse, je dirais, du processus nommé résistance, dans la voie qui est à vivre pour votre libération.

Vous le savez, l'ascension de la Terre a démarré. La finalisation du processus engagé depuis 1984, depuis trente-trois ans, touche aujourd'hui à sa fin ultime et inéluctable. Vous le savez, je ne peux pas vous donner de date mais c'est en cours. Dans ce qui est en cours, il y a effectivement une certaine chronologie, certaines étapes collectives qui doivent être passées, quel que soit l'ordre – nous espérons cet ordre le plus harmonieux possible pour vous, et pour nous.

Vous allez le voir de manière de plus en plus fréquente, autour de vous comme en vous. Rappelez-vous que cela ne concerne que ceux qui sont éveillés, et éventuellement ceux qui vivent l'état de Grâce spontané, par les Théophanies.

Le problème n'est pas tant pour celui qui le vit mais bien plus pour celui qui n'est pas éveillé et qui est proche de ce frère ou cette sœur qui le vit. Parce que bien évidemment, dans la logique ordinaire de la conscience et de la vie en ce monde, cela peut vous apparaître comme quelque chose de grave. N'hésitez pas à être rassurés vous-mêmes en allant voir qui de droit, pour vous conforter dans l'absence de maladie ou de trouble. Cela vous évitera de penser que vous avez quelque chose, alors que simplement vous êtes en train de devenir vous-mêmes.

Au fur et à mesure de l'avancée du déroulement du temps en ce mois de juillet, vous constaterez que ceux qui sont touchés par cette voie, le vivent de façon de plus en plus immédiate, c'est-à-dire qu'il n'y aura même pas de période d'installation – comme ça a été le cas au mois de juin et ces derniers jours – consistant à décliner progressivement dans la force physique, dans les sens, et dans le mental. Cela sera d'un instant à l'autre, évoquant non pas un problème médical mais surtout un problème psychologique ou psychiatrique, le danger étant de faire identifier ce frère ou cette sœur proche de vous, qui le vit, comme atteint de ne je sais quelle anomalie psychique. Ne tombez pas dans ce piège. Rassurez celui qui le vit, éventuellement par la médecine, mais n'allez pas plus loin, d'autant plus que cette période, je vous l'ai dit, n'excédera pas une semaine.

En ce qui concerne les trois voies que je viens de compléter aujourd'hui, ces trois voies présenteront, au fur et à mesure des jours qui vont s'écouler, un aspect brutal et immédiat, même pour les deux autres voies. C'est cette fulgurance du changement d'état, que cela soit au niveau du corps, au niveau de votre cœur ou de votre conscience ordinaire, qui réalise l'alchimie et qui vous prouve, si vous n'êtes pas libérés, que seul l'Absolu est Vérité. Ce processus va apparaître de plus en plus clairement, pour ceux qui doivent le vivre, dès l'instant où les Théophanies de 20 heures seront réalisées sur la terre. Certains d'entre vous ont pris un peu d'avance mais ce processus sera grandement accéléré, si je peux dire, dans quelques jours.

Ceci procède exactement des mêmes processus de ce qu’il vous a été communiqué par les Anciens, concernant les dernières techniques et ultimes exercices à pratiquer, pour ceux qui le sentent et en éprouvent le besoin. Cela participe du même processus de ce que vous proposent les elfes dorénavant à l'orée de leur village. Il ne s'agit que d'Amour et de rien d'autre, quelles que soient les apparences, quelles que soient les illusions. L'Amour, et cela vous a été dit – ce que vous êtes –, vous veut entièrement et totalement. Il n'est plus temps de tergiverser, il n'est plus temps d'hésiter, il n'est plus temps de réfléchir, le temps est à l'immédiateté, à l'instantanéité, venant conforter la spontanéité et la Voie de l'Enfance, et concourant à votre autonomie.

Je vous invite aussi, si vous en avez l'occasion, parce je n'ai pas le temps de m'étendre aujourd'hui là-dessus, et si cela vous intéresse, de lire quelques éléments de ma vie, non pas à travers les phrases que j'ai pu prononcer mais à travers les états que j'ai éprouvés et vécus ; vous aurez des renseignements importants. Pour ceux qui, les premiers temps où je vivais ces intases, appelaient les ambulances, appelaient les médecins, appelaient au secours. Et bien évidement, comme je reproduisais ces épisodes régulièrement, et parfois pendant de nombreuses années, plus personne ne s'intéressait à moi parce qu'ils savaient que je reviendrais. Je n'avais pas à proprement parler à vivre les transformations que vous vivez, mais néanmoins le résultat était le même, j'étais absorbée dans l'Esprit de Vérité. C'est ce qu’il vous arrive, que ça soit par cette voie ou par les autres voies, que vous soyez libérés vivants ou simplement ayant senti quelquefois l'une de vos Couronnes.

Ces trois voies, comme les ultimes techniques qui vous ont été communiquées, visent réellement à vous faire découvrir la Vérité, sans fards ni faux-semblants, sans aucune croyance et sans aucune supposition ou projection.

Voilà les éléments que je voulais vous donner par rapport aux trois voies possibles parmi les frères et sœurs éveillés de la Terre. Si par rapport à ce que je viens d'exprimer et de vous communiquer, se posent des questions, à l'intérieur de vous, qui peuvent vous éclairer ou éclairer d'autres frères et sœurs, alors je les écoute maintenant.

… Silence...

En attendant vos questions, je reproduis ici même, comme là où vous êtes, en écoutant ou en lisant, ce qui n'est pas une Théophanie mais qui y est relié, que j'ai nommé « intase ».

… Silence...

Sœurs et frères incarnés, s'il n'y a, en aucun de vous, besoin d'explication ou d'informations complémentaires, alors je me retirerai.

… Il y a une question.

Je vous écoute.

Question : le Feu du Cœur fait-il partie des phénomènes d'intase ?

Au retour de l'intase, oui, pas pendant l'intase. Ou alors de façon très légère, comme une pression ou un fourmillement, soit sur le chakra du cœur, soit sur l'une des Portes, AL, Unité ou ER, parfois les trois, parfois au centre du cœur, vous donnant la perception, non pas de la Couronne radiante du cœur ou du Feu du Cœur, mais de ce qu'est nommé le chakra du cœur tout simplement.

Question : vivre l'intase permettra-t-elle la transparence ?

Il y aura, comme je l'ai dit, un avant et un après. Vous le verrez, si vous êtes à l'extérieur, si c'est un de vos proches qui le vit, et si vous le vivez vous-mêmes, vous le constaterez sans aucune difficulté.

Question : si on a vécu cette intase et cette résurrection avant l'Appel de Marie, comment se passeront l'Appel de Marie et les trois jours ?

Avec bonheur, élégance et facilité. Ça sera la même chose, mais vous irez beaucoup plus loin, si je peux dire, beaucoup plus loin en-dedans de vous. C'est simplement un mécanisme individuel qui prend place en ces mois, du fait de l'absence, pour l'instant, de visibilité du signe céleste.

Au moment de l’Appel de Marie et de la stase collective, le résultat sera identique. Je vous rappelle d'ailleurs que nul ne pourra s'opposer à sa propre stase, au moment des trois jours. Il y aura juste, là aussi, de la même façon, trois voies possibles, avant de disparaître. Mais la disparition se fera, pour ceux qui sont dans la Joie, dans les premières minutes. Pour ceux qui auront encore des résistances, en un maximum de douze heures. Pour ceux qui ont vécu l'intase, cela sera immédiat. Et pour ceux qui n'ont rien vécu, les trois seront possibles, la finalité étant toujours la même.

Question : cela pourra-t-il aider d'autres frères et sœurs témoins autour de nous ?

Au retour de l'intase, oui. Le seul problème, je l'ai dit, est pour ceux d'entre vous qui le vivront et qui ont autour d'eux des êtres non encore éveillés, parce que cela est fort déroutant, de même que la Joie peut être déroutante. Seule la souffrance est habituelle, et ceux qui passent par la souffrance, dans ce processus, dans l’une de ces trois voies qui la souffrance du corps ou de la conscience, cela ne fera pas de différence – pour ceux qui dorment, en tout cas, cela ne fera aucune différence, ils auront l'impression que vous vous êtes cassé quelque chose ou que vous avez un problème de santé. Rien ne sera visible à l'extérieur.

Celui qui est en joie, par contre, est visible de l'extérieur, et retenez bien que la Joie peut être profondément déstabilisante pour celui qui est ancré dans l'illusion, surtout que cette Joie est sans objet, sans condition, alors que les joies de ce monde sont toujours conditionnées et réactionnelles à une satisfaction.

… Silence...

… Il n'y a plus de questions.

Alors nous restons quelques instants comme cela. Ceci est ma façon d'honorer votre présence et votre cœur.

… Silence...

Je terminerais toutefois par ces quelques mots, avant de vous rendre grâce pour votre écoute : même s'il ne vous est rien encore arrivé, vous pouvez vous douter de la voie qui va se produire pour vous. D'ailleurs, certains d'entre vous ont commencé la voie de la résistance par les souffrances, je parle de l'ensemble des éveillés de la terre. Ceux qui ont été quelque part dans le déni de la Vérité absolue passeront, comme je l'ai dit, par l'intase. Ceux qui ont été libérés vivants, réellement et concrètement, passeront par la Joie. Ceux qui ont exercé, quel que soit le niveau vibratoire et d'activation des Couronnes, dans leur vie, dans cette vie-ci, par quelque forme de prédation que ce soit, passeront par la souffrance. Quelle que soit la voie, il s'agit d'une forme de résolution express de l'antagonisme et du face-à-face.

Alors, je m'adresse à chacun de vos cœurs, dans le cœur de l'Un, je vous rends grâce et je vous bénis.
Enfin ces quelques mots, les derniers : comme ma sœur Gemma et comme d'autres sœurs, au sein des dômes, à l'orée des villages elfiques, je serai aussi présente, pour ceux d'entre vous pour qui cela est nécessaire. Je vous aime.

En l'amour de la Vérité, je vous salue et à très bientôt.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Lun 17 Juil - 21:23 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


ANAËL



Je suis Anaël Archange, ange de la Relation, de l’Amour. Bien-aimés enfants de la loi de Un, que la Paix, l’Amour et la Vérité s’installent.

... Silence…

En les entretiens qui vous ont été donnés récemment, nombre d’éléments importants concernant ce que vous avez à vivre vous ont été communiqués. J’interviens aujourd’hui dans ce cadre-là, afin d’essayer d’apporter, si cela était nécessaire, des éclaircissements concernant ces processus. Aussi donc je vous invite à formuler vos questionnements. J’y répondrai en replaçant toujours ce que vous allez me demander par rapport, justement, à ce qu’il vous a été délivré en ces derniers entretiens.

Ma réponse se fera par le Verbe et par le silence, durant lequel ma radiance, ainsi que la radiance des Archanges présents à mes côtés, viendra relayer cette forme particulière de Radiance Archangélique qui sera donc une réponse du Verbe et de la vibration inclus dans le silence, au plus profond de votre être, espérant ainsi toucher votre Éternité.

Peaufinons d’abord ensemble ce Silence, laissant la place à la lumière de la Vérité.

... Silence…

Ensemble, nous nous tenons prêts à accueillir vos interrogations. Je vous écoute.

Question : je vous remercie d’avoir précisé que l’on pouvait quitter la voie de la souffrance avant l’Appel de Marie.

Bien-aimée, personne d’autre que toi ne peut décider de son chemin et de cette voie au cours de l’Apocalypse que vous vivez. Chacun est face à soi-même, chacun est face à sa vérité, parcellaire comme absolue. S’il vous semble aujourd’hui avoir le choix, hésiter, osciller d’un état à un autre, ne vous préoccupez pas de cela. Laissez se dérouler l’Intelligence de la Lumière et laissez-la œuvrer en vous.

Cela concerne bien sûr essentiellement ce qu’il peut se produire au niveau de votre mental, des émotions vécues, qui, comme je vous le rappelle, n’ont rien à voir avec une quelconque erreur, un quelconque passé, mais sont uniquement des conditionnements, n’ayant rien à voir avec votre histoire personnelle mais se situant en ce monde, correspondant à des coutumes et à des pratiques morales, sociales, affectives, sexuelles ou sociétales, étant établies sans aucune raison et sans aucune justification dans la norme acceptable au sein d’un ensemble vivant, d’un groupe humain, d’un pays ou de l’ensemble de l’humanité.

Vous le voyez ne serait-ce qu’à travers les apparences, au niveau des mœurs, au niveau des habitudes, vestimentaires, alimentaires. Car il existe effectivement, au-delà du système du contrôle du mental humain, un réservoir de forces inconscientes fortement reliées au système de contrôle du mental humain qui fait, et vous le constatez à tout âge, qu’un phénomène naît, qu’un certain nombre de frères et de sœurs humains suivent. Cela concerne bien sûr la mode, les mœurs, l’évolution de la société, mais cela ne vous concerne en rien à titre personnel. Le problème étant que tant que vous demeurez au sein de la personne, vous êtes soumis à suivre ces mœurs, à les accepter, ne serait-ce que parce qu’elles se déploient à l’échelon collectif.

Je le répète, cela correspond aussi bien aux marques de vêtements, aux couleurs de vêtements, aux idées, aux pensées qui arrivent un beau jour, indépendamment de toute découverte, qu’elles soient scientifiques ou autres, et émergent dans la conscience collective. Tant que vous demeurez au sein de la personne, il n’existe aucun moyen d’échapper à ces modes, à ces conditionnements, à ces comportements sociaux.

Toutefois, en tant que personne, vous adhérez, le plus souvent inconsciemment mais aussi consciemment, à ce qui vous est suggéré par ceux qui dirigent l’information, qui dirigent l’humanité sur le plan occulte. Il est donc ainsi aujourd’hui très facile, avec vos moyens de communication modernes, d’induire une idée nouvelle et de la faire adopter sans aucune difficulté, même si vous vous y opposez. Regardez simplement l’aspect le plus évident que sont les mœurs et l’habillement. Cela est nommé la mode. La mode, vous le savez, ne fait que passer. D’ailleurs cette mode, qu’elle soit vestimentaire ou sur le plan des idées, change chaque année, vous amenant à adopter ou à refuser cette mode, ces comportements. Dans un cas comme dans l’autre, que vous vous soumettiez à l’injonction inconsciente collective ou que vous la refusiez, cela ne change rien et ne permet rien au sein de l’enfermement.

Il s’agit simplement de déclencher en vous des mouvements de l’énergie et de la conscience, afin de vous soumettre à l’égrégore de votre pays, de votre groupe social. Cela fonctionne aussi bien au sein de la famille qu’au sein d’une société commerciale, qu’au sein d’un État, et dorénavant, avec les moyens modernes, sur l’ensemble de la planète. Le déclaratif, l’image, est suggestion, à quelque niveau que vous envisagiez votre réflexion. Ces suggestions ne sont aucunement décidées par ce que vous nommez les lois du marché mais uniquement par quelques individus, nommés « les guignols » par le Commandeur, et qui œuvrent toujours à un niveau non visible pour vous, pour orienter littéralement votre vie, non pas selon des lois du marché, non pas selon la spontanéité, mais uniquement en fonction d’intérêts particuliers qui n’ont strictement rien à voir avec la Liberté, avec la Lumière.

Bien sûr, cela vous est présenté comme très lumineux, très branché comme cela est dit, mais aussi comme la vérité. Communiquer une idée ne sera jamais la vérité, même si cela utilise vos moyens modernes. Il ne s’agit que d’un esclavage vous amenant à vous comporter comme ce qui est moralement, normalement, admis. Voir cela, c’est déjà se déconditionner soi-même de l’adhésion ou du rejet des modes, des idées, comme de tout ce qui émerge sur l’écran de la conscience collective de l’humanité depuis déjà de trop nombreuses années.

L’éclat de la Lumière adamantine, que vous la perceviez ou non par les mécanismes vibraux quels qu’ils soient, implique, au niveau de votre personne, une soumission ou une insoumission par rapport à un élément donné, qui en définitive ne change strictement rien au résultat qui est en quelque sorte le modelage de la pensée, le modelage du comportement, le modelage de la société en vue du profit de quelques-uns.

Cela est le jeu normal de toute dualité enfermée touchant à son terme, où l’ensemble des aberrations auxquelles vous étiez soumis ou pour lesquelles vous étiez inconscients se révèle à vous, parfois avec violence. Cela vous concerne à titre individuel avant tout, car il n’existe à proprement parler aucun moyen de modifier individuellement l’aspect collectif de ces modes, de ces injonctions, de ces idées qui ne font que passer. Il n’y a que quand votre regard cesse d’alimenter ce à quoi vous adhérez ou ce à quoi vous vous opposez, que se trouve l’Unité, au sein même de votre personne, de votre vécu, en cette époque si particulière.

La bienveillance, la neutralité, la spontanéité, le calme, le silence, sont les moyens les plus adéquats, surtout aujourd’hui, avec l’éclairage de la Lumière, pour voir la Vérité et non pas des vérités imposées depuis certains egos qui dirigent et canalisent l’énergie collective vers autre chose que la Vérité. Toutefois, et ainsi que vous le voyez sur l’écran de ce monde, les modifications d’un nombre toujours plus important de frères et de sœurs humains à la surface de cette terre n’induit pas, comme vous le voyez, de changements que vous pourriez qualifier de positifs, mais bien plus une désorganisation totale de l’échelon le plus intime de l’humain, cellulaire et ADN, jusqu’à l’échelon de la planète en sa totalité. Vous vous doutez bien que dès qu’il y a soumission ou insoumission, il y a nécessairement conflit entre groupes multiples qui s’opposent par rapport à leurs points de vue qui ne sont, en définitive, que le point de vue de certains egos particulièrement toxiques.

En aucune manière vous ne pouvez améliorer, changer, ou modifier ce qui est vu, ce qui est entendu, ce qui est écrit, et auquel une multitude d’êtres humains donne son consentement sans aucune difficulté. Ce qui est recherché en ce monde n’est pas la Vérité ; ce qui est recherché, c’est la poudre aux yeux, les artifices, et tout ce qui pourrait vous éloigner de votre vérité essentielle, qui pourtant devrait être présente à chaque minute de votre expérience, comme c’est le cas dans tous les mondes libres, où il ne peut y avoir la moindre violation, la moindre souffrance, la moindre distorsion de la vérité de la Lumière.

Aujourd’hui, sur cette terre, où que vous tourniez vos regards, nul ne peut ignorer ce qu’il se déroule au niveau des faits. Je ne parle pas bien sûr de ce que vous pouvez entendre, voir comme images, entendre comme discours, surtout au niveau de vos médias, mais justement, les moyens d’information que vous avez à l’heure actuelle sur la terre, et qui fonctionnent encore, avec un peu de curiosité, vous donneront à voir de manière lucide ce qui n’est pas visible. Retenez toutefois que quel que soit l’élément de colère, de déni, de stupéfaction ou de fureur, que cela concerne votre vie ou l’ensemble du collectif humain, ne change rien. Le but de ce système de contrôle et de cet inconscient collectif est justement de simplement drainer votre conscience, votre énergie, et je dirais même votre âme, vers des sentiers de perdition, c’est-à-dire d’alourdissement, de matérialisme forcené, d’avidité de la personne, d’avidité des pays, d’avidité des sociétés, et d’avidité des communautés quelles qu’elles soient, religieuses, sociales, économiques.

En ce principe de fonctionnement, il ne peut y avoir que le chaos, parce que dès l’instant où vous adhérez, dès l’instant où vous n’adhérez pas, vous êtes violents et vous faites violence à ceux parmi vous qui adhèrent alors que vous n’adhérez pas, ou au contraire, auxquelles vous adhérez et auxquelles l’autre n’adhère pas. C’est de là que naissent les conflits, les guerres, les troubles et l’ensemble des souffrances de la terre, où aucun parmi ceux qui ne sont pas réveillés ne peut accepter et se mettre réellement à la place de l’autre pour vivre ce qu’il est, au-delà de toute notion d’empathie ou de charisme mais concernant la vérité de cette phrase : « Tout est Un. »

Ce qu’il vous est donné à voir est bien évidemment exactement l’opposé de l’Unité. Il s’agit, et vous le voyez même au niveau de la terre, il s’agit d’une falsification qui touche à son terme et qui ne peut se terminer, comme à chaque fois qu’un cycle s’achève, que cela soit le cycle de votre vie et de vos réincarnations, que ce soit le cycle planétaire qui, comme vous le savez, est arrivé à son terme dans cette grande révolution zodiacale de 52 000 ans.

Le but des contrôleurs est simplement de veiller à ce qu’un nombre suffisant de groupes soit constitué, en adhésion comme en opposition, afin de laisser éclater, de façon naturelle et viciée, les conflits. Ceci, vous le vivez aussi bien sur le plan de la société qu’au sein de votre personne à l’heure actuelle, si vous êtes encore une personne. Ceci vous a été exprimé par certaines sœurs Étoiles pas plus tard qu’hier.

Il n’y a pas d’autre alternative pour sortir, non pas seulement de cet enfermement mais de ce cercle vicieux ne cessant jamais, correspondant d’une manière générale à tout ce qui a été nommé désir, possessivité, besoin d’acquérir, besoin vitaux, certes, en ce monde tel qu’il a été construit, mais aussi de mettre la personne devant, de mettre l’homme à la place centrale, plutôt que le cœur. Ceci débouche, vous le savez, si rien n’était fait, sur le transhumanisme, c’est-à-dire le transfert de la conscience au sein de ces machines de la bête binaire. Certains d’ailleurs, au sein de l’humanité, revendiquent cette liberté nouvelle de ne plus dépendre d’un corps – n’ayant pas vu qu’ils n’étaient pas ce corps, ayant vu toutefois les limites périssables de ce corps –, envisagent une éternité totalement inversée et falsifiée par rapport à ce qu’est la vérité de la Lumière et de votre éternité.

C’est en cela qu’il peut vous sembler parfois souffrir, avoir à mener des choix, avoir à apporter des stratégies différentes d’adaptation au monde. Cette adaptation au monde devient, et vous le voyez en vous comme autour de vous, et partout sur le monde, devient de plus en plus délicate et est remplacée par des mécanismes que je nommerais chaos, où le mental, l’intellect et la raison n’ont plus aucun moyen de se repérer, de se diriger, de s’orienter et de choisir. Il existe donc une forme de pression continue, liée à l’information, liée à la communication, venant saper de manière complète et volontaire l’ensemble des fondements de ce que vous êtes.

Je le répète, il n’existe aucun espace de résolution possible de tous ces antagonismes. Il y a simplement la possibilité de vous établir avec de plus en plus de facilité, dans l'évidence de l’Unité de votre cœur, dans l’évidence de l’Éternité, dans l’évidence de la Joie, et dans l’évidence de l’Amour.

Tant que vous regardez, vous donnez votre énergie, tant que vous participez, vous alimentez autre chose que la Lumière. L’acmé des processus en cours, lié au déploiement total de la Lumière vibrale sur ce monde, touche bien évidemment votre lucidité et vient éclairer même votre conscience éphémère de choses qui effectivement ne semblent pas être justes, ne semblent pas tourner rond et vous emmènent vers la folie, vers la peur et vers ce qu’il se déroule. Chacun défendra ses positions personnelles, communautaires, nationales, afin de revendiquer la vérité, son bon droit. De là découle l’ensemble des conflits créés sur la terre de toute éternité, à un échelon bien plus important aujourd’hui que cela ne fut le cas dans les temps que vous nommez préhistoriques.

Dès qu’il y a organisation sociale, il y a conditionnement. Dès qu’il y a adhésion, il y a groupe. Dès qu’il y a groupe, dès qu’il y a adhésion, il y a égrégore. Dès qu’il y a égrégore, il y a action sur l’inconscient collectif. Cet égrégore ne se dissous jamais. Il est enregistré au sein de ce que vous nommez les annales akashiques, qui ne sont en fait que des livres de chevet des Archontes, jouant un peu la partition musicale de ces annales afin d’orienter l’humanité vers toujours plus de matérialité, vers toujours plus de déni de la Lumière et de la Vérité.

Il n’existe donc, sur le plan sociétal, aucun moyen que vous puissiez mettre en œuvre pour échapper à ces forces de conditionnement, tant que vous demeurez une personne. Ceci est responsable, en vous, même si vous n’êtes pas concernés à titre individuel, de certaines souffrances, de certaines résistances, de certains troubles que vous avez à vivre, pour certains, en cette période. Il ne s’agit pas d’une programmation supplémentaire mais bien de la réalisation de la conscientisation de l’ensemble de ces forces liées aux habitudes, liées à l’inconscient, sur lesquelles agissent ceux qui vous dirigent.

Cela concerne bien sûr et avant tout toutes les manifestations liées au plaisir. Que cela soit les spectacles, que cela soit le sport, que cela soit la politique, que cela soit tout ce qui concerne ce monde, absolument tout est fait pour vous soumettre au plaisir et pour vous rendre, en quelque sorte, addictifs à ce qui est nommé la consommation. De nombreux philosophes, depuis les plus anciens jusqu’aux plus récents, ont exprimé un certain nombre de choses. La plus importante est de comprendre que toute consommation, au sens le plus large, d’une société, aboutit nécessairement à sa propre consumation.

Je vous rappelle qu’un monde enfermé est cloisonné, que l’énergie y est limitée, qu’elle ne peut s’accroître à l’infini. Si je prends l’exemple de ce que vous nommez, en politique, le dogme de la croissance, croire que dans un monde fini et enfermé, la croissance peut être éternelle, est l’un des plus grands stratagèmes d’enfermement connus et existant à l’heure actuelle. La seule voie juste, au sein d’une humanité de 3ème dimension non dissociée, ne s’accommode d’aucune croissance mais bien plus de ce que vous pourriez nommer, en termes économiques, d’une décroissance, c’est-à-dire de laisser le moins d’empreinte possible lors de votre passage au sein d’une forme donnée qui ne dure qu’un temps.

L’immortalité, en ce plan enfermé, correspond à la transposition de votre conscience dans votre descendance, dans vos acquis, dans votre patrimoine et dans l’Histoire. Tout élément ramenant à la conscience, le passé, et en particulier les célébrations diverses et variées, de la naissance d’un État, des guerres, les commémorations, sont avant tout des éléments d’enfermement, des éléments piégeants à tous les niveaux, même s’il existe effectivement un plaisir, une joie ou un sérieux liés à une commémoration ou à tout élément rappelant, pour la société, le devoir de mémoire.

C’est à travers cela que l’ensemble du collectif de la conscience humaine est dirigée vers des abîmes, vers des soumissions toujours plus grandes. Bien que le mot liberté soit chanté de différentes manières, dans tous les discours, vous le savez bien, il s’agit exactement de l’inverse. Il en est de même pour la notion de sécurité, il en est de même pour tous les grands mots qui sont employés au niveau collectif. J’appelle « grands mots », simplement des mots qui reviennent de manière itérative, d’abord dans vos moyens de communication, et adoptés après, de manière inconsciente, par un groupe donné. Ainsi vous avez expérimenté, dans certains pays, ce qui est nommé des anglicismes, c’est-à-dire sortir de la langue, sortir des règles de la langue pour imposer un modèle nouveau, reliant, ainsi qu’ils le pensent, l’ensemble des individus dans une même communauté. Ceci est voulu, encore une fois, car c’est en cela que se trouvent les graines de la confrontation, de la guerre et de l’asservissement.

Je te remercie en tout cas d’avoir compris qu’aucune voie, en ce temps, n’est inéluctable. Et je le répète, ceci est de plus en plus facile, dès l’instant où vous acquiescez, dès l’instant où vous dites « oui » à la Lumière, à l’Unité, à ce que vous êtes, même si vous ne le connaissez pas, et à condition de ne prendre aucun repère dans ce qui est observable dans votre vie, comme observable sur l'écran du monde.

L’écran du monde, dans sa globalité, vous montre le tohu-bohu, le chaos et l’Apocalypse qui est en cours – nul ne peut l’ignorer, d’autant plus que dans certaines religions, auxquelles toutefois vous êtes très nombreux encore à être soumis sur cette terre, nombre d’éléments avaient été donnés annonçant la fin des temps. Ceci entre en manifestation sous vos yeux. La programmation est telle que quelle que soit, aujourd’hui, l’intensité de la Lumière Vibrale, nombre de frères et de sœurs humains n’ont aucune capacité pour voir le jeu qui se joue. Ils sont effectivement piégés et enfermés. Aucun avis extérieur, pour le moment, aucune Lumière ne peut les toucher.

Ne les jugez pas car c’est parmi ces frères et ces sœurs humains incarnés que se produiront les plus grandes des grâces au moment de l’Appel de Marie. Mais aujourd’hui, tant que l’Appel de Marie et les signes célestes ne se sont pas manifestés de manière tangible pour l’ensemble de l’humanité, il ne sert à rien de vouloir changer ou améliorer quoi que ce soit tant que vous n’avez pas trouvé qui vous êtes. Cela est d’autant plus vrai, pour un groupe quel qu’il soit, fût-il un groupe familial, un groupe communautaire, un groupe religieux. Cela serait une perte de temps et une déperdition d’énergie, de vibration, un obscurcissement de l’âme que de vouloir agir ainsi.

Le principe de la matrice, vous le savez, falsifiée, est basé sur l’action-réaction, qui n’est pas une loi de la Liberté puisque la seule loi de la Liberté, vous le savez, est la loi d’action de Grâce, la loi des enfants de Un. Tout le reste, toute l’harmonie, tout l’Amour découle de là en quelque dimension que ce soit. Bien évidemment, le travail est à faire en vous et pour vous, cet ultime retournement dont il a été fait état à de nombreuses reprises et traduit par Ma Ananda Moyi par les trois voies possibles en cette période, en son illustration.

Chacun de vous est donc impacté de diverses manières. Que vous soyez éveillés, endormis, libérés, ne change rien, car c’est en modifiant, même pour les Libérés vivants, certaines habitudes, certains comportements, que se modifie la programmation de l’inconscient collectif, et non pas par une quelconque volonté. Voilà de nombreuses années, j’avais parlé de l’Abandon à la Lumière, voilà de nombreuses années, j’avais parlé du principe de Fluidité de l’Unité. Il vous appartient aujourd’hui de vérifier par vous-mêmes, dans votre vie, dans votre famille, dans votre groupe, dans votre pays, ce qu’il se déroule en vous, et de voir si vous êtes affectés d’une manière ou d’une autre par un élément en cours, ou par des éléments que vous redoutez ou attendez dans un futur proche. Le seul emplacement est donc, comme je l’ai dit depuis fort longtemps, HIC et NUNC, et acceptation de ce qui se déroule.

Dès l’instant où il y a acceptation de tout ce qui se manifeste à votre conscience, même si l’éclairage de votre conscience n’est pas parfait et adéquat, le principe de l’acceptation de ce qui est, vous conduit inexorablement à la vibration, à la délivrance et à la Liberté. Ceci est l’exactement l’inverse de ce qui est préconisé depuis des temps immémoriaux dans la vie que certains d’entre vous mènent sur cette terre.

L’acceptation n’est pas une reddition, l’acceptation n’est pas une fuite. Je dirais que c’est un Abandon à la Lumière total permettant à la Tension vers l’Abandon de se manifester, et de ne plus être entraînés en aucune manière par son passé, par ses affects, par ses projections. Chaque jour, et le Commandeur, à un autre degré, vous avait déjà évoqué cela depuis déjà deux années, par la réponse du cœur, par l’évidence et la facilité ou la résistance qui se manifestent dans vos choix, dans vos indécisions, dans vos routes que vous parcourez à la surface de ce monde, en cette période.

... Silence…

Autre question.

... Silence…

Question : pouvez-vous nous parler de l’intase ?

Bien-aimée, il me semblait que Ma Ananda Moyi avait parfaitement expliqué ce qu’est l’intase. L’extase est tournée vers l’extérieur, elle est manifestée en ce monde, l’intase ne donne aucune manifestation sensible à voir en ce monde. Celui qui le vit est absorbé, non pas dans l’Absolu puisqu’à ce moment-là il n’y aurait aucune conscience, mais est absorbé en l’Infinie Présence, est absorbé en la béatitude, mais tourné au plus profond de soi-même sans que rien ne puisse en être accessible en vision extérieure pour celui qui observe. Il y a juste, concrètement et réellement, à ce moment-là, un changement de densité de votre propre matière, de votre corps, se figeant dans l’immobilité, empêchant de bouger, voilant les sens et vous mettant en contact, si vous l’acceptez, avec la Vérité.

Le silence des sens, le silence du corps, sans pour autant une disparition complète de la conscience de ce corps comme dans le sommeil ou dans la disparition, vous permet d’asseoir votre Éternité en ce corps éphémère, dans ces moments-là, si cela est pour vous la voie qui se produira en ces temps-là.

Il n’y a aucune manifestation d’énergie, de vibration, de mouvement, de pensée, d’émotion, la personne a disparu, l’âme est figée, l’Esprit brûle à l’intérieur, plus rien ne peut être visible à l’extérieur ; la béatitude s’installe sans qu’il y ait de traduction extérieure. Ce mécanisme, qui est sensiblement le même que l’extase si ce n’est le sens et l’orientation de l’énergie et de la conscience qui est différent, a pour vocation de vous montrer, de vous démontrer, la vérité et la réalité de la Lumière qui en aucun cas ne peut être de ce monde, mais qui pourtant se déploie de manière de plus en plus extensive et évidente sur ce monde.

Mais rappelez-vous que l’Éveil n’est pas la Liberté. Rappelez-vous que même si vous voyez clairement et concrètement la scène de théâtre, comme dirait un intervenant, et que vous observez cela avec plus de facilité, il vous manquera toujours la dernière étape, c’est de voir qu’il n’y a ni scène de théâtre, ni spectateur ou observateur, ni même de théâtre. Cela peut se produire effectivement par l’intase, de manière plus aisée que l’extase qui, comme vous le savez, même si elle correspond à l’ouverture du cœur au Cœur du Cœur, se traduit au sein de ce monde. L’intase ne se traduit pas au sein de ce monde, si ce n’est le changement de densité corporelle et d’immobilité.

Seules l’intase ou la disparition vous ont été données à vivre, et surtout les disparitions. Nous vous avons toujours dit que les disparitions étaient le signe inébranlable et formel de votre liberté, même si au moment où vous le vivez, vous n’avez pas l’impression d’être libres en totalité parce qu’il existe au sein de la personne des contrariétés, des oppositions, dans les milieux qui sont autour de vous. Mais vous savez à ce moment-là que vous n’êtes aucun de ces milieux. La difficulté étant d’accepter de partager, si je peux dire, vos états de conscience entre ce qu’est la Vérité et ce qui vous apparaît comme de plus en plus illusoire, éphémère et faux, avec la même constance.

Parce que dès l’instant où est vécu le mécanisme de l’extase, comme les mécanismes vibratoires quels qu’ils soient, et même s’il n’y a eu que quelquefois la présence de la Couronne de la tête, cela signe pour vous la pénétration de la Lumière et son œuvre à l’intérieur de vous. De par la densification de la Lumière, de par l’activation des piliers de Lumière de l’ensemble des vortex de la terre, il vous est aujourd’hui beaucoup plus facile de vous extraire, sans aucun effort, de toutes les illusions auxquelles vous adhérez encore, sans pour autant vous quitter ou quitter qui que ce soit, mais simplement en acceptant ce qui se déroule.

Le principe de l’acceptation n’est même plus du lâcher-prise, et encore moins de l’Abandon à la Lumière, mais démontre quelle est la soumission à la vérité et à l’éternité de votre personnage. C’est en cela que l’acceptation permet à l’Intelligence de la Lumière d’entrer en action et d’œuvrer à votre place. Il vous a été énoncé à d’innombrables reprises que vous ne pouvez, par votre personne, être débarrassés de la personne. Il n’est d’ailleurs pas question d’en être débarrassés, mais en tout cas débarrassés de ses influences, de ses mémoires, de ses projections, de son histoire, de son karma ou de quoi que ce soit n’étant pas l’Instant Présent, le HIC et NUNC.

Il n’y a pas d’effort à faire, il n’y a pas de compréhension à obtenir. L’acceptation, ce simple mot, est la base et les fondements de ce qui est à vivre aujourd’hui, pour trouver de manière stable la Voie de l’Enfance, l’humilité, la transparence, la simplicité, l’Autonomie et la spontanéité.

Tant qu’il y a en vous une non-acceptation de quoi que ce soit ou de qui que ce soit, vous n’êtes pas libres. Et aucune possibilité liée à l’Intelligence de la Lumière, agissant non plus seulement par le Vibral mais directement sur le jeu de votre conscience au niveau de l’âme, sur le jeu de votre conscience au niveau éphémère. C’est l’Esprit qui se révèle, l’Esprit de Vérité, l’Esprit du Soleil, le Paraclet, le Chœur des Anges, l’Impersonnel. C’est exactement la même chose. Être le Christ et disparaître à soi-même, c’est réaliser ce qui a été nommé le sacrifice, qui est l’acte sacré le plus parfait au sein de ce monde enfermé qui touche à sa fin irrévocable.

L’intase est donc l’une des voies possibles dans le cheminement qu’il vous reste à accomplir au sein de l’éphémère. Bien sûr, vous n’êtes pas attachés à quelque voie que ce soit. Ce n’est d’ailleurs pas vous, en tant que personne, qui décidez, mais bien la Lumière, en fonction de ce qu’elle trouve comme résistance au sein de votre personnage, de votre énergie, de votre conscience éphémère. Comprendre cela – et vivre cela – est l’unique pas que vous ayez à faire pour être libres. L’acceptation ou la soumission à ce que vous êtes, et non pas à la personne, est le gage du vécu de cette Apocalypse dans la plus grande des sérénités, dans la plus grande des joies.

Chaque jour qui s’écoule vous offrira une opportunité chaque jour plus grande de réaliser ce qui se joue sur l’écran du monde, sur l’écran de votre conscience, dans votre corps, chez vos proches et dans quelque groupe que ce soit.

La Liberté portée par l’Intelligence de la Lumière crée en vous une soif inextinguible qui sera rassasiée en permanence dès l’instant où vous vous reconnaissez au-delà de toute histoire, de tout scénario. Cela a été appelé le Cœur du Cœur. Cela a été possible par les mécanismes vibratoires que vous avez vécus, ou qu’au moins vous avez entendus. Aujourd’hui le mécanisme est beaucoup plus intime et direct et concerne directement la conscience, sans passer par les vibrations perçues, sans passer par l’énergie, sans bouger, en étant simplement en l’ici et maintenant, totalement fondus, où rien ne peut émerger. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un état méditatif ni même d’un alignement, mais de la Vérité qui se déroule en vous. C’est pour ça que Ma Ananda vous a parlé des trois voies possibles en cette période. D’autres informations vous seront communiquées d’un point de vue différent, mais correspondant aux mêmes éléments, par le bien-aimé Sri Aurobindo.

... Silence…

Autre question.

Question : qu’en est-il du Feu Igné qui ne se manifeste pas totalement au niveau du cœur ?

Bien-aimée, peux-tu préciser ta question car je ne la comprends pas, bien que l’ayant entendue ?
Que signifie « Qu’en est-il » ? Parles-tu de toi ?

… oui.

Que veux-tu dire ?

… je sens le Feu au niveau de la tête, des mains et des pieds mais pas au niveau du cœur.

Si le Feu Igné te parcourt à l’échelon du corps excepté le cœur, ça veut dire que toi-même, quoi que tu en penses, n’habites pas ton cœur. Cela vient, cela est en cours, par l’une des trois voies dont a parlé Ma Ananda Moyi. Ton corps en est l’expression. Rappelle-toi qu’il n’y a pas d’obstacle lié à un défaut, qu’il soit karmique, qu’il soit de positionnement, mais simplement certaines habitudes de fonctionnement, même tout à fait justifiées en ce monde par ce que tu as eu à y vivre, aujourd’hui ne te sont d’aucun apport.

Il existe donc, pour toi comme pour chacun de vous, une programmation inconsciente, qui n’est pas bien sûr seulement liée à la mode, aux idées qui traversent, mais aussi, et plus simplement, aux habitudes de votre vie, au sein de cette vie. Qui certes, pouvait être utiles à un moment donné de ton expérience mais qui aujourd’hui, même si cela est éliminé de tes activités, continue à agir, à l’insu de ton plein gré, sur le fonctionnement de l’énergie, de la vibration et de la conscience.

L’une des trois voies que tu vis, comme les deux autres voies, aboutiront inexorablement à l’allumage du Cœur. Le Feu Igné crée, comme tu le sais et comme cela a été expliqué par le Commandeur, des processus parfois inflammatoires liés à ce qui a été nommée résistances. Bien sûr, tu peux trouver des correspondances symboliques correspondant aux atteintes, aux souffrances organiques ou psychologiques, avec l’origine de ce comportement ou de ce défaut de vision, si je peux dire, mais retiens là aussi qu’il n’y a rien à aller chercher, rien à expliquer, rien à comprendre. Accepter. L’acceptation elle-même, bien sûr en t’occupant de ton corps s’il s’agit de troubles physiques, de manière même la plus matérielle qu’il soit, si cela est nécessaire.

L’emplacement de ta conscience est prioritaire par rapport à l’explication de la manifestation de la voie que tu as choisie, et que tu vis, même inconsciemment. Il y a juste à laisser œuvrer la Lumière. Le Feu Igné, bien évidemment, vous le savez, est rentré au niveau de certaines structures, de certains circuits vibraux qui ont été actifs déjà depuis de nombreuses années. Le Feu Igné qui se manifeste en périphérie et pas encore au cœur, alors que dans d’autres cas il peut y avoir Feu Igné au niveau du cœur et pas encore de Feu Igné en périphérie, traduit simplement l’ajustement, par la voie choisie par ton inconscient, pour accéder à la Paix éternelle de ton cœur. Cette absence de Feu Igné au niveau du cœur, alors que tu en perçois les vibrations et l’énergie, ne traduit simplement que cela.

Voir les habitudes, voir les comportements, sans aucun jugement. Accepter, acquiescer, s’occuper du corps si le corps est touché, avec ce qu’il te convient, et ensuite laisser se dérouler l’alchimie. Rappelle-toi que tu ne peux pas, par ta personne, vivre le cœur. C’est justement la disparition totale de ta personne qui fait vivre le cœur. C’est en ce sens que Ma Ananda vous a re-spécifié ce qu’il peut se produire à l’heure actuelle.

Quelle que soit la voie et quelle que soit l’absence de manifestation du Feu Igné au niveau du cœur, ou de Couronne ascensionnelle du cœur même, ne te préoccupe plus de cela. Cela était valable voilà de nombreuses années où nous avions forgé, si je peux dire, de nouvelles habitudes, de nouvelles énergies, de nouvelles vibrations, de nouveaux corps. Tout cela est passé. Ce que je peux dire aujourd’hui, c’est que vous devez même oublier toutes ces choses-là aujourd’hui parce que justement l’Intelligence de la Lumière est beaucoup plus efficace que les exercices vibraux, beaucoup plus efficace que tout yoga, même s’il vous a été donné, pour certains d’entre vous, certaines techniques qui vous permettront, non pas de vivre le cœur mais en tout cas de lâcher et d’accepter.

C’est en ce sens que j’ai parlé d’acceptation. La personne se demandera toujours pourquoi elle vit tel processus et ne vit pas tel processus. C’est normal, c’est le mode de fonctionnement de la personne, mais cela veut dire, en corollaire, que la personne est toujours là. Or tu ne peux vivre l’intégralité de ce que tu es tant que la personne est sur le devant de ta scène de théâtre. Bien évidemment, l’emplacement de l’observateur vous donne à voir à tous, à sentir à tous, que vous ayez senti quelque chose ou que vous n’ayez rien senti jusque-là. Je parle aussi bien d’énergie, de vibrations que de prises de conscience. Il y a un moment donné, et aujourd’hui est un moment très opportun pour cela, où cet Abandon à la Lumière doit devenir cette Tension vers l’Abandon et cette acceptation totale. Comme disait le Christ : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains. » C’est-à-dire à toi-même, puisqu’il n’y a pas de Père – tu es ton propre Père.

Dès l’instant où le mécanisme de la conscience est à l’œuvre, alors, surtout si le Feu Igné est présent partout sauf au cœur, il rejoindra le cœur dès l’instant où tu lâcheras, et cela sera immédiat. Il n’y a aucun délai. Je crois que Ma vous a parlé de certaines voies qui pouvaient durer, malgré leurs désagréments, jusqu’à une semaine. Ce qui veut dire que cette voie, la voie du voile, nous l’appelons, débouche inexorablement sur le cœur en un temps très court, mais dès l’instant où tu vis le Feu Igné, c’est encore plus simple, il y a juste à accepter. Il n’y a pas à se demander quoi accepter, c’est une acceptation totale de tout ce qui est, de tout ce qui n’est pas encore présent en le champ de ta conscience.

Là est la Grâce, non pas les actions de Grâce mais les états de Grâce qui vous sont donnés à vivre, qui seront de plus en plus intenses, et ce dès le 7 juillet. Certains d’entre vous, bien sûr, n’ont pas attendu cette date pour le vivre. D’autres ne le vivront pas non plus à partir du 7 juillet mais plus tard. C’est cela qu’il faut accepter, que l’Intelligence de la Lumière n’a pas besoin de votre intelligence, n’a pas besoin de votre personne, n’a pas besoin de votre histoire, n’a pas besoin de vos chakras, n’a pas besoin de la vibration, n’a pas besoin d’une quelconque Couronne, simplement accepter, dire « oui » à ce que tu ne connais pas, et ce que tu ne connais pas sera vécu.

Vous constaterez cette évidence, de plus en plus nombreux, au fur et à mesure des jours qui vont se dérouler maintenant, en toute occasion, avec vos proches, dans la famille, avec la société. Ce que vous ne pouvez comprendre, ce que vous ne pouvez voir, nécessite un seul traitement, même si bien sûr, dans certains cas il faut s’occuper du corps de façon très concrète, ce mot est « acceptation », « accepter ». Je le répète, cela est bien plus que l’Abandon à la Lumière. Je peux dire que c’est l’association de l’Abandon à la Lumière avec l’ici et maintenant, où il n’existe nulle place pour une histoire, pour la personne elle-même.

Dès l’instant où tu acceptes, quelle qu’ait été ta voie, et en particulier pour les voies délicates que sont la voie de la souffrance et la voie des voiles, dans un cas comme dans l’autre… La question ne se pose pas, bien sûr, pour la voie de la Joie, qui traduit justement que tout a été accepté. Dit autrement, cela veut dire : aime-toi toi-même, non pas en tant que personne, même si cela est utile, mais en tant que principe, Éternité, et perfection, que tu ne connais pas, et cela sera là. Il n’y a pas d’effort à faire, il y a juste à rendre les armes et accepter que la Lumière n’est pas destinée à magnifier quelque personne que ce soit mais à te faire découvrir la Vérité que tu es. Si cela aussi est accepté, alors l’acceptation est totale, le Feu Igné prendra toute sa place.

... Silence…

Autre question.

Question : un Libéré qui ne peut plus penser, communiquer ni comprendre, et qui n’a envie que de s’allonger et fermer les yeux, peut-il être dans un processus de pré-stase ?

Oui, cela a été appelé la voie du voile, qui précède effectivement l’intase puis l’extase. Comme tu le constates, tu ne peux ni t’opposer ni lutter contre cela parce que cela est ta nature. Je conçois parfaitement que cela puisse être déroutant pour la personne qui observe cela, de l’intérieur comme de l’extérieur, mais à toi de savoir ce que tu veux. Et ainsi que cela a été dit, cela ne peut plus être la personne comme avant, cela ne peut plus être inscrit au sein des habitudes, des comportements habituels de ta vie. Le fait d’avoir été libérée passe aussi, aujourd’hui, par la libération de ces derniers comportements automatiques. La communication quelle qu’elle soit est aussi un comportement automatique.

Je vous ai stipulé que la forme d’expression la plus parfaite est nommée télépathie. Elle n’utilise pas, ni la parole ni le Verbe. Autrement dit, cela veut dire aussi que toutes les techniques de communication, même les plus justes, je ne parle pas de moyens de programmation utilisés par les médias mais de la communication toute simple, de l’échange, de la relation, de la transaction entre deux frères et sœurs, quelle que soit la position de l’un et de l’autre, passe dans ton cas par le retrait intérieur, qui ne veut pas dire le retrait de la vie ou des circonstances mais comme tu l’exprimes si bien, par une absence de désir de communication, par une absence de besoin de parler. Le Silence prend toute la place.

Quand il a été fait état par Ma Ananda des trois voies possibles de vécus actuels, elle vous l’a bien stipulé, cela concerne tout autant les Libérés vivants qui doivent eux aussi laisser disparaître certaines habitudes. Par ailleurs, je te précise que certains grands êtres de cette terre, libérés vivants en des temps bien antérieurs à cette époque, au siècle précédent ou bien avant, peu importe, à un moment donné, vous pouvez constater que ces frères et sœurs humains libérés ont gardé quand même certaines habitudes, certains conditionnements. Ils ne les avaient pas vus tout en étant libérés vivants.

Aujourd’hui, ce qui vous est demandé par la Lumière est une perfection dans la dissolution de votre éphémère afin de parfaire votre résurrection, et de parfaire et d’achever votre sacrifice. Alors la voie de la Joie, la voie de la souffrance, la voie des voiles, est exactement active aussi chez un Libéré vivant. C’est là que tu dois accepter. Il me semble d’ailleurs que Ma Ananda Moyi vous a dit que la voie des voiles qui conduit à l’intase ne devait pas excéder une semaine dès l’instant où tu l’as vue et tu l’acceptes.

Le silence est une communication qui n’est plus verbale. Le silence est efficient aussi chez l’autre, même si tu ne le vois pas, même si l’autre, quel qu’il soit, a besoin de t’entendre ou désire te parler. Tu dois respecter cette Intelligence de la Lumière. Cette voie finale que tu as à vivre est celle qu’il te faut accepter en totalité, sinon, tout en étant libérée vivante et libérée de la personne, tu donnes trop d’importance à la personne, à l’histoire, aux peurs, tout en n’ayant plus peur. Cela n’est pas paradoxal, c’est la stricte vérité de ce que vous serez de plus en plus nombreux à vivre, si ce n’est déjà fait.

Le maître mot, je le répète, est « acceptation », « accepter », te démontrant à toi-même que tu n’es plus sous l’influence de ta personne, de ton histoire et de ta vie éphémère. C’est ainsi que la superposition et dissolution de l’éphémère se réalisent. Ces trois voies dont vous a parlé Ma sont les trois seules voies possibles, il n’y en a pas d’autre.

Si par exemple votre intérêt à voir la fausseté de ce monde devient trop importante, vous allez bien évidemment, là aussi, donner votre énergie à la fausseté. Que ce soit à une personne, que ce soit envers vous-mêmes, face à la société, face à toutes les manipulations et toutes les inversions que vous constatez aujourd’hui. Tu ne nourris plus ton cœur, tu nourris ce que tu regardes. C’est ainsi qu’il t’est imposé, comme tu le dis, l’absence de désir de communiquer, la voie des voiles, qui est toutefois préférable, même si elle peut être plus bizarre que la voie de la souffrance, afin de vivre la voie de la Joie.

Là est le sacrifice de la personne, même pour le Libéré vivant qui doit libérer les habitudes de la personne, non pas par une quelconque action mais en acceptant ce qui se déroule en ce moment même. Que cela soit la Joie, que cela soit la souffrance, que cela soit les voiles, ne change rien.

... Silence…

Je précise puisque vous faites silence, qu’il existe, au sein des témoignages du vécu de certaines sœurs Étoiles, nombre d’éléments qui vous ont été communiqués sur leur vécu, auxquels vous pouvez trouver une inspiration à ce que représente cette acception. Que cela soit pour une épouse du Christ, que cela soit pour la Voie de l’Enfance, que cela soit par les connaissances et la Tension vers l’Abandon d’Hildegarde, peu importe. Les sœurs qui ont exprimé cela sont des modèles pour vous, non pas pour les suivre mais pour voir où vous vous situez. Au-delà des trois voies, en effet, les vertus spirituelles liées aux douze Étoiles et les noms qui ont été attribués au-delà des sœurs qui les portent est bien évidemment une structure qui est présente en vous.

HIC et NUNC correspond à deux Étoiles. Tu peux aussi simplement, par ta propre conscience, par différents moyens dont les huiles essentielles sont un excellent support, activer les Portes qui vont, quelque part, assouplir ton acceptation et lui permettre de se réaliser. Au niveau des Étoiles, ce qui est le plus important, c’est ce que je nommerais l’Ici et Maintenant, c’est-à-dire les Étoiles IM et IS, l’Étoile AL, les Étoiles KI-RIS-TI, Clarté et Précision, et en définitive, Attraction, Répulsion. C’est à toi de voir, en testant, ce qui t’aide à accepter ce qu’il se vit.

Il vous a été fait état, et en particulier par le Commandeur, de différentes manifestations possibles dans la voie de la souffrance. Celles-ci peuvent être aussi non pas combattues, même s’il faut traiter le corps, s’il s’agit du physique, mais vous pouvez tout à fait à ce moment-là permettre la libération, si je peux dire, des concepts et des idées freinant l’acceptation. Vous ne pouvez pas accepter de vous-mêmes mais vous pouvez toutefois moduler, par les Étoiles, par les Portes, certaines caractéristiques de votre fonctionnement et favoriser, si je peux dire, l’acceptation.

Si tu as l’impression par exemple, et si tu observes au niveau physique des manifestations liées aux voiles, que ce soit la voie de la souffrance mêlant la voie des voiles, tu sais à ce moment-là qu’il y a résistance. Il te suffit simplement alors de favoriser la mise en vibration des Portes et des Étoiles, que cela soit avec tes mains, avec certains yogas, avec des huiles essentielles ou des cristaux, par exemple. À ce moment-là, il y a simplement à voir, non pas ce qui cloche puisque tu ne peux pas le voir, mais simplement favoriser. Par exemple s’il te semble que tout devient flou dans la voie des voiles, il suffit simplement de travailler sur Clarté, sur IM et sur IS, quelle que soit la méthode. Bien évidemment, cela ne te fera pas accepter, mais cela apportera une clarté importante permettant de te placer en l’Instant Présent où se vit l’acceptation.

Autre exemple. Il te semble être éparpillée à l’extérieur avec une difficulté à rentrer à l’intérieur de toi ou dans le cœur. HIC et NUNC sont les Étoiles indiquées, plus bien sûr, l’Étoile Profondeur. Il en est de même pour chacune des problématiques que vous pouvez rencontrer au sein de la personne. Bien évidemment, pour les douleurs physiques, cela risque de ne pas suffire mais pour tout ce qui est positionnement de la conscience, cela sera efficace immédiatement. C’est à vous qu’il appartient de voir quelle est la fonction spirituelle portée par les Étoiles que vous voulez mettre en action.

Autre exemple. S’il existe, au niveau de votre corps, des manifestations de type inflammatoire, liées donc aux résistances et à la rencontre de la Lumière – c’est la voie de la souffrance –, à ce moment-là, il vous suffit simplement de traiter, si je peux dire, AL et OD, la première partie de la croix cardinale. À ce moment-là, vous allez mettre en syntonie votre matière, OD, avec le Feu. Ce Feu, paradoxalement, ne va pas majorer les mécanismes douloureux ou inflammatoires mais va dissoudre la cristallisation, car c’est effectivement le Feu Igné qui correspond, non pas à l’âme mais à l’Étoile AL et Unité, les deux vertus liées à la nouvelle Tri Unité qui permettent cette alchimie. Il me semble d’ailleurs que l’un des Anciens vous a communiqué l’emplacement de vos mains à placer sur le corps pour permettre cela.

Il peut aussi s’agir, bien sûr, de cristaux, et vous avez les correspondances entre les cristaux et les Étoiles, entre les Portes aussi, qui sont parfois indiquées, surtout quand cela est physique. Et surtout quand cela concerne le corps, et non pas la tête et le cou, vous pouvez aussi réfléchir de la même façon, en sachant que le but premier de cette action, par le moyen que vous souhaitez sur vos Étoiles, permet de lever les obstacles sans avoir à se poser la question de l’origine, de la cause. Voyez simplement ce qui vous fait défaut au sein de votre personne et de votre conscience ordinaire, et agissez par vous-mêmes sur vous-mêmes.

... Silence…

Question : pouvez-vous dire quelques mots sur le Féminin Sacré ?

Bien-aimée, il me semble que vous avez suffisamment de littérature concernant le Féminin Sacré. Je te propose de re-spécifier quelle est ta demande. Je ne peux pas me permettre de parler, pendant ne serait-ce que quelques minutes, de ce qui a déjà été dit et très largement explicité et vécu. Que veux-tu savoir précisément ?

… je ne sais pas.

Le Féminin Sacré a largement été développé. Je te renvoie donc à ce qui a été donné dans des entretiens qui remontent à plus d’un an, à deux ans. Il n’est pas nécessaire que j’en reparle.

Question : le fait d’avoir fait l’expérience de l’Ultime Présence peut-il faciliter la stase ?

Au moment venu, oui. Cela vous a toujours été dit.

Vivre l’Ultime Présence, le Cœur du Cœur si tu préfères, est le garant, comme toute Couronne qui a été vibrée, de votre liberté.

... Silence…

Autre question.

... Silence…

Bien-aimés enfants de la loi de Un, il est temps maintenant pour moi de laisser ma place. Permettez-moi, pour vous remercier et pour vous rendre grâce, de mon cœur à chacun de vos cœurs, la Joie, l’Amour et la Vérité.

Je suis Anaël Archange, je vous salue en l’Amour. À bientôt.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mar 18 Juil - 21:00 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


OSHO



Je suis Osho, et je suis en joie d’être parmi vous.

… Silence…

J’accueille chacun de vous dans le silence de mon cœur et dans la danse de l’Éternité.

Oh, je ne suis pas venu vous faire de grands discours. Je suis venu vous parler très très concrètement et pratiquement d’un certain nombre d’éléments qui vous ont été communiqués depuis de nombreux mois, mais adaptés plus spécifiquement à cette période qui se vit sur la terre.

L’Archange Anaël lui-même, d’ailleurs, et je partirai de là, vous a parlé, je crois, d’accepter et d’acceptation. Je dirais que l’acceptation est la conséquence logique de l’Ici et Maintenant, car quand vous êtes ici et maintenant, vous ne dépendez de rien, ni du passé, ni d’un raisonnement, ni d’une émotion, ni d’une réaction, ni d’une anticipation. L’acceptation est l’Ici et Maintenant, et débouche bien sûr sur l’Amour inconditionnel, même au sein de la personne. Il n’y a aucune place pour l’exclusion dans l’ici et maintenant et dans l’acceptation. C’est ainsi que la transparence peut le plus se manifester, se vivre et œuvrer en vous.

En général, l’acceptation survient quand vous comprenez les tenants et les aboutissants de quelque situation que ce soit. L’acceptation qu’a évoquée l’Archange Anaël, et que je vais mettre en pratique pour vous, c’est que tout ce qui se présente sur l’écran de votre conscience n’étant pas la Vérité, étant inversé, falsifié, modifié, amputé, cela étant faux, il n’y a aucune raison de s’en occuper, n’est-ce pas ? S’occuper de son corps, oui, s’occuper de sa santé, oui, s’occuper de ses proches, oui, mais le processus de l’acceptation, en l’ici et maintenant, quand le cœur est là, tout est vécu avec la même intensité et le même bonheur.

C’est justement le refus ou l’adhésion qui vous fige et vous bloque. Il vous faut effectivement être mobiles, et là, je parle de votre conscience. Cette mobilité se fait dans le silence et dans l’immobilité du corps, c’est la danse de l’Esprit. Alors vous avez employé des mots, des concepts, il vous faut aujourd’hui les vivre, complètement. Faites l’expérience. Essayez, face à quelque chose qui vous déroute, auquel vous vous opposez, que vous rejetez, de l’accepter, même si cela semble intolérable pour votre personne. Surtout quand c’est intolérable, et surtout, je dirais, dans votre cercle quotidien. Nous ne sommes pas ici dans des concepts, nous ne sommes pas ici dans des idées, des pensées, mais nous sommes dans la réalité de votre vécu.

Si vous voulez être légers, si vous ne voulez pas être affectés par quelque résistance que ce soit, si vous ne voulez pas voir s’occulter vos sens ou se manifester de façon importante vos vaisseaux, vos cœurs, vos cerveaux, alors il vous faut être légers. La légèreté, la disponibilité, résultent d’un emplacement de la conscience, cela vous le savez. Si vous avez suffisamment réfuté, si vous avez vu une parcelle même de l’illusion, si vous avez suivi tous les processus qui étaient à vivre, même sans les vivre, simplement en les écoutant, en les lisant, même si vous n’en avez rien vécu jusqu’à aujourd’hui, je vous dis : heureux les simples d’esprit et heureux les simples en énergie et en vibration. Vous êtes les plus proches de la Vérité, aujourd’hui. Il vous suffit d’acquiescer, il vous suffit, face à quelque évènement qui survienne dans votre vie, de demeurer dans l’immobilité et le silence, afin que votre conscience danse avec évidence la danse de la Vie et suive tous les mouvements en demeurant immobile.

Rappelez-vous qu’au sein de l’illusion, que voulez-vous défendre ? Que voulez-vous prouver au sein de l’illusion ? Bien sûr, il y a des règles, qui sont liées à la vie elle-même, à l’organisation de la vie. Celle-ci, vous la voyez comme fausse, falsifiée, altérée, elle n’a aucune valeur. Ce qui a une valeur là-dedans, c’est la Vie, pas votre vie mais la Vie. Alors quelque part, il vous est demandé de devenir la Vie plutôt que d’être votre vie. Alors bien sûr, au niveau de votre personne, c’est intolérable, c’est même une torture. Vos habitudes elles-mêmes, comme ça a été expliqué, sont un inconvénient majeur à la Liberté intérieure, quelles que soient les habitudes. Que ce soient des habitudes spirituelles, d’ailleurs, comme les habitudes purement routinières. Cassez cela. Suivez l’évidence, la facilité. Suivez ce qui vous semble le plus léger et non pas ce que vous voulez. Pour cela, bien sûr, il ne faut rien projeter. Il ne faut pas anticiper quelque résultat que ce soit. Il faut effectivement se situer en totalité ici, dans le cœur, dans l’Instant Présent, dans l’acceptation, dans l’Ici et Maintenant.

Et cela est valable non pas seulement en tant que précepte spirituel, mais surtout, aujourd’hui, au travers des trois voies qui s’offrent à vous. Bien évidemment, vous vous en doutez, il y a une voie qui est la plus agréable, qui est la voie de la Joie, il y a une voie qui est très angoissante, surtout maintenant, qui est la voie de la souffrance, et il y a une voie très déroutante, qui est la voie des voiles, je crois ça a été appelé, c’est-à-dire le moment où les sens ne sont plus fonctionnels. À vous de choisir, si je peux dire, mais le seul choix possible et véritable, en définitive, puisque deux voies ne sont que la traduction de votre non-placement dans l’acceptation… vous n’acceptez pas. Au sein de votre personnage et de l’histoire que vous vivez, vous n’acceptez pas mari, femme, situation, fin du monde. Vous n’acceptez pas que la fin du monde n’ait pas eu lieu ou qu’elle ait lieu. Vous n’acceptez pas votre sort, votre santé.

Il faut vous accepter. Parce que c’est dès l’instant où vous vous acceptez aujourd’hui, je ne vous aurais pas dit ça de mon vivant, si vous acceptez, vous démontrez par là même que vous laissez toute la place à la Lumière et pour rien d’autre. Vous devenez légers, vous vous allégez, vous n’êtes plus enchaînés à vos habitudes, qui pourtant vous semblaient tellement élémentaires pour maintenir votre santé, votre homéostasie, votre régularité. Mais qui vous a dit que l’Amour devait être régulier ?

L’Amour, c’est être en vie, c’est accepter – sans aucune condition – tout ce qui se présente. Cela concerne la personne. Mais si vous agissez au sein de la personne, comment voulez-vous voir que vous n’êtes pas la personne ? Alors cassez tous les rythmes, cassez toutes les habitudes, faites-en l’expérience. Obéissez, non pas aux règles, aux lois que vous vous êtes fixées pour vous et qui sont là, que vous ne voyez même plus, vos automatismes, je crois ça a été appelé comme ça. Acceptez le neuf, acceptez l’imprévu, l’imprévisible, l’inattendu, et vous verrez bien ce qu’il se produit. Oubliez même nous, les Anciens, les vieux croûtons, oubliez les Archanges, oubliez tout. Soyez neufs et vierges de tout. Que votre moment de l’instant présent ne soit coloré par aucun autre moment.

« Accepter », c’est vraiment un très grand mot que vous a dit l’Archange Anaël. Parce qu’autant l’Abandon à la Lumière était difficile à expliquer, autant l’acceptation ne prête pas à discussion. Accepter ne veut pas dire se laisser marcher dessus. Accepter veut dire être vrai, et c’est dire et voir par l’expérience que quand vous acceptez, même ce qui vous semble désagréable et impossible se résoudra, pas par votre volonté mais par la Lumière elle-même. Faites-vous confiance à la Lumière que vous êtes et à la Lumière qui est là, ou faites-vous confiance à ce monde ? Faites-vous confiance à votre vie ou faites-vous confiance à la Vie ? Voyez-vous les différences ? Vivez-les. Ne vous préoccupez pas d’autre chose que cet Instant Présent. Oubliez la fin des temps, oubliez les élections, oubliez tout. Oublier ne veut pas dire ne pas voir, oublier ne veut pas dire être accroché par ce qu’il se déroule. Demeurez dans l’immobilité et le silence du cœur, là où la Vie se danse, là où vous êtes la Vie et où vous n’êtes plus votre vie.

Alors bien sûr, si vous ne connaissez pas et ne vivez pas le cœur, qu’est-ce que la Vie pour vous, si ce n’est votre vie ? Mais être en Vie, ce n’est pas votre vie. Être en Vie, c’est célébrer la Vie, et non pas la vôtre, avec ses inconvénients et ses avantages. C’est ne plus être identifié à quelque histoire que ce soit. C’est être disponible pour l’Amour, disponible dans l’instant, disponible à chaque instant et avoir la confiance totale en la Lumière. Parce que vous montrez par là que réellement vous passez dans le sacrifice conscient et lucide, non pas de votre personnage mais de votre conscience éphémère. Bien sûr, cela aura des traductions au niveau de votre corps, de votre vie, mais celles-ci seront un allègement. Il n’y aura pas de souffrance, il n’y aura pas de voile, il n’y aura que la possibilité de la Joie. Vous voyez, c’est simple. Mais êtes-vous capables d’accepter ? Comme j’ai accepté d’ailleurs, dans ma dernière incarnation, qu’on m’empoisonne, avec des radiations. J’aurais pu très bien ne pas me coucher dans ce lit. J’ai accepté. Et si vous saviez le bonheur que ce fut.

Ainsi est la fin. La fin est Liberté, la mort est le vrai commencement. Ici, vous êtes morts, totalement morts. Vous êtes amputés, non pas de 10%, mais de 90% de ce que vous êtes. Nous sommes enfermés dans des formes. Nous ne pouvons pas échapper à cette forme comme dans les mondes libres, nous sommes obligés de jouer le jeu sans rien comprendre, en appliquant les lois de ce monde et les fausses lois de la spiritualité. Êtes-vous la Vie ? Voulez-vous être la Vie ? Alors, oubliez-vous. Acceptez et vous verrez bien. J’assurerai le service après-vente, si nous en avons l’occasion.

Mais comme disait votre ami Bidi, et le mien aussi d’ailleurs, c’est très simple, vous n’êtes pas cette personne. Ne jouez pas le jeu de la personne, jouez le jeu de l’Éternité. C’est d’ailleurs pour ça que de mon vivant je créais toujours des cérémoniels pour casser la routine. J’étais, comment dites-vous ? D’ailleurs les Anciens m’appellent comme ça, l’excentrique. Quelle est la meilleure façon de casser les codes de l’enfermement que d’être excentrique, ne pas suivre la mode, ne pas suivre son voisin, ne suivre personne ? Se laisser porter par la Vie ne veut pas dire ne pas être responsable, mais justement, être totalement responsable. Parce que dans la responsabilité, où il n’y a pas de règles intérieurement, où il n’y a pas d’habitudes, vous êtes disponibles. Vous avez accepté. La Joie ne peut sortir que de là. Toutes les autres joies, et vos expériences vous l’ont montré, ne durent pas. Un jour vous êtes en joie, vous faites l’expérience de la Grâce, et puis un jour ça disparaît.

Quand j’étais incarné, j’ai dit que rien ne pouvait être figé, tout doit changer, tout est changement, tout est mouvement. Mais pour vivre ce mouvement parfait de la Vie, il vous faut être immobiles au sein de la personne, ne pas avoir de projet. Bien sûr que vous pouvez avoir un projet, mais établissez votre projet, votre rendez-vous, et oubliez-le. Ne fixez pas votre conscience sur un objectif. Pour un objectif matériel, oui, pour vos vacances, pour des études, pour ce que vous voulez, mais pas pour ce que vous êtes, sans ça vous serez soumis à ce que vous avez créé.

À l’heure où la cocréation consciente du Féminin Sacré s’exprime de plus en plus, à l’heure où la Vérité éclate sous vos yeux, pour vous comme pour chacun, retenez que le plus sage et le plus simple c’est d’accepter. Alors bien sûr, chacun est différent devant ce qu’il se déroule, et d’ailleurs, ça a été expliqué parfaitement, il y a trois voies. C’est des voies temporaires, c’est des chemins que vous empruntez depuis un point à un autre, qui est le point qui va de aujourd’hui ou les jours qui viennent de s’écouler jusqu’à la fin de votre mois de juillet.

Accepter, c’est la meilleure chose que vous puissiez décider pour vivre la Liberté. Encore une fois, accepter ne veut pas dire négliger les besoins quels qu’ils soient mais les prendre avec légèreté, et permet de recadrer vraiment cet Instant Présent, cet Ici et Maintenant.

N’oubliez pas de prendre du bon temps pour votre personne. Ce bon temps n’est pas nécessairement du plaisir. Prenez du temps surtout pour ne rien faire, pour être fainéants. Non pas pour méditer ou vous aligner, même si c’est encore utile, si je peux dire, mais la chose la plus utile aujourd’hui, c’est la fainéantise. Ah bien sûr, y en a qui vont se dresser contre ces mots. Quel manque de responsabilité ! Eh non, c’est la plus grande des responsabilités que d’être fainéant. Être fainéant ne veut pas dire être oisif. Être fainéant veut dire simplement être Ici et Maintenant. Parce qu’il n’y a rien à faire, en définitive, ce que vous êtes est déjà parfait. C’est votre personne qui est imparfaite. Alors voulez-vous améliorer votre personne, votre histoire, votre personnage, ou être en Vie, vivre la Vie plutôt que votre vie, qui apporte toutes les satisfactions bien plus que tout ce que vous pouvez conquérir en ce monde ? Vérifiez-le.

Tout est amusement, tout est jeu, même la souffrance. Bien sûr, du point de vue de la personne, je conçois que vous ne puissiez pas être d’accord, et c’est évident, et je n’attendais pas à ce que vous soyez d’accord au sein de votre personne, mais votre Éternité, elle, est d’accord. Alors bien sûr, nombre d’entre vous sont passés par des disparitions, par des délocalisations, et maintenant par la voie du voile, par la voie de la souffrance. Vous n’en avez pas marre de jouer au jeu de ce monde ?

Vous savez, je suis un révolutionnaire. Et maintenant que les conditions sont propices, ne comptez pas sur moi pour vous parler des Éléments que je représente. Je suis venu vous insuffler la soif de la Liberté. Vous voulez être libres ? Il n’y a aucune liberté possible en ce monde, vous le savez. Vous êtes de plus en plus enfermés, de plus en plus contrôlés. Où voulez-vous vous échapper ? Dans une grotte à l’autre bout sur une île ? Non, échappez-vous à l’intérieur de vous, puisque tout est en vous. Vérifiez-le, soyez fainéants, acceptez. HIC et NUNC. Soyez légers. Alors bien sûr il y a des obligations, mais rien ne vous empêche d’être légers. L’obligation ne doit pas vous rendre lourds.

Ces obligations, d’ailleurs, vous le voyez, sont en train de se limiter à une peau de chagrin. En tout cas, vous en Occident, vous avez encore à manger, vous avez encore votre confort. Profitez-en bien.

Soyez fainéants, l’acceptation viendra toute seule. Occupez-vous de ce qu’il y a à faire, mais même en vous occupant, ne soyez pas sérieux. Soyez légers, soyez gais, même si les circonstances ne sont pas du tout gaies – et surtout si elles ne sont pas gaies. Parce que si vous refusez, ça veut dire que vous refusez la Vie. Rendez-vous compte, vous parlez d’Amour, vous vibrez, et puis certains d’entre vous refusent leur vie parce qu’ils attendent la fin, parce qu’ils ont peur de demain, parce qu’ils ont des soucis dans leur couple, parce qu’ils ont des soucis avec leurs enfants. Soyez légers, il n’y a pas d’autre possibilité que la légèreté. Soit vous êtes denses, soit vous êtes légers. Soit votre âme existe et elle vous tirera de plus en plus vers la matière, soit elle s’est retournée et elle vous allège de plus en plus. C’est un mécanisme qui est purement mécanique. C’est pas quantique, c’est pas de la conscience, c’est la vérité.

Et d’ailleurs, ceux qui sont en joie, vous le voyez, ils deviennent légers. Ils sont légers, insouciants, même s’ils ont, et surtout s’ils ont des soucis à régler. L’insouciance permet de régler les soucis. Cette insouciance-là, c’est l’acceptation, c’est l’Ici et Maintenant, il n’y a pas d’autre liberté. Si vous prétendez et prétextez vouloir être libres par la fin du monde, vous vous trompez lourdement. Vous serez libérés, c’est sûr. C’est un acquis, une certitude, mais je vous rappelle qu’il y a quand même quelques petits troubles à passer. Alors soyez légers maintenant que les troubles ne sont pas encore là, ou qu’ils ne concernent que votre personne, votre corps, votre vie. Soyez la Vie, totalement et entièrement, sans scrupules, sans remords. Allégez-vous. Alléger ne veut pas dire se couper de ce qui vous alourdit, fût-ce un mari ou une femme le plus odieux qui soit, fût-ce un enfant le plus difficile, fût-ce une condition sociale terrible ou la plus aisée qui soit ; ça ne change rien.

Et d’ailleurs, vous le remarquez vous-mêmes, plus vous possédez, plus vous avez d’aisance, et plus c’est lourd, même si vous, vous êtes légers, parce qu’il y a obligation, de gérer, de décider, de choisir. Heureux les simples d’esprit, vous l’avez oublié peut-être. Heureux les enfants, car le Royaume des Cieux leur appartient.

Alors je vais vous dire, le meilleur conseil par rapport à cela, c’est pas une technique, c’est simplement de vous occuper de vous. Mais de vous, pas dans la personne, d’arroser votre jardin intérieur, de danser la Vie. Vous ne pouvez pas alléger ce qui est lourd, vous ne pouvez y mettre que de la douceur et de la légèreté, et la lourdeur disparaîtra d’elle-même. N’imaginez pas qu’il y a une échelle qui va de la lourdeur à la légèreté, il y a l’un ou l’autre, et vous le savez, cela sera de plus en plus comme ça – et cela est déjà de plus en plus comme ça. C’est la loi du tout ou rien, l’Amour ou la peur, l’Amour ou la souffrance, la légèreté ou la lourdeur, la maladie ou le bien-être, les voiles ou la clarté. Je pourrais poursuivre à l’infini.

Vous voyez, il n’y a pas besoin de concepts maintenant, ni de Portes, ni d’Étoiles, ni d’Anciens, ni de moi, ni de qui que ce soit. Acceptez cela et vérifiez par vous-mêmes. La Vie vous est offerte en abondance. Et si vous croyez que la vie se limite entre une naissance et une mort, et entre des morts et des renaissances, alors vous avez quelques soucis à vous faire parce que tout ça va disparaître, et la Liberté risque de vous faire peur. C’est d’ailleurs pour cela que vous êtes rigides, que vous avez tant d’habitudes, parce qu’en définitive, vous avez peur de la Liberté. Saisissez cela, il n’y a pas d’autre obstacle. La peur ou l’Amour, disait notre commandeur. Moi je vous dis, la densité ou la légèreté ; moi je vous dis, la Joie ou la souffrance.

La Vérité est joyeuse, et c’est une bonne nouvelle. Vous n’êtes pas ce que vous vivez, et ça vous le savez de plus en plus, quelle que soit l’approche que vous en avez vécu. Alors, qu’est-ce qu’il vous manque si vous avez les voiles ? Qu’est-ce qu’il vous manque si vous êtes souffrants ? Eh bien, cette Voie de l’Enfance, la spontanéité. C’est-à-dire que quelque part vous êtes trop réfléchis, vous pensez trop à votre histoire, la vôtre ou celle de la fin des temps, vous pensez trop à votre passé, vous pensez trop au qu’en dira-t-on. Vous ne pensez pas assez à vous. Soyez égoïstes. Non pas au sein de la personne, mais dans votre cœur, de cet égoïsme qui donne le cœur à tout le monde comme le plus précieux des trésors qui jamais ne se tarit. Là est la danse de la Vie. Tout le reste suit, sans aucun problème. Si vous êtes dans le manque, vous ne vivrez plus le manque, si vous êtes trop denses, vous serez moins denses, mais vous n’avez rien à décider d’autre.

Soyez la Vie et le reste suivra. Vous voyez, j’ai pas, quant à moi, à vous dire de placer vos mains à tel endroit ou de faire telle chose, je vous demande d’être fainéants. Soyez très fainéants et vous serez légers, parce que vous serez nécessairement dans l’Ici et Maintenant. Et d’ailleurs vous le constatez déjà sans vous en apercevoir. Le temps passe de plus en plus vite, tellement vite que vous ne sauriez plus compter les minutes, les heures. Une heure passe en une minute. C’est une réalité, de la conscience, pas de l’horloge, et pourtant c’est ce que vous vivez. C’est-à-dire que le temps ne veut plus dire grand-chose. Il veut dire bien sûr pour l’organisation. Quand vous allez prendre un train, il n’est pas question de dire – si c’est à 19 heures que vous devez le prendre, vous êtes en retard –, de dire que c’est pas grave. Vous avez raté le train. Mais si vous ne voulez pas rater l’Éternité, ce qui est impossible d’ailleurs, il vous faut être fainéants. Travailler en étant fainéant ne veut pas dire en faire le moins possible nécessairement, mais considérer cela comme un jeu et non pas comme une obligation.

La Lumière vous propose maintenant de vous déconditionner de tout ce qui n’est pas vrai : votre personne, bien sûr, vos habitudes, vos vies passées, et le futur. Si vous attendez la fin des temps pour vivre la Vie, vous allez affronter votre propre dureté envers vous-mêmes, vos propres cadres de référence, votre propre rigidité. Et vous êtes rigides dès l’instant où vous suivez un protocole, un rite, un horaire, des conventions quelles qu’elles soient. Bien sûr, c’est nécessaire pour l’organisation de la vie en ce monde, mais êtes-vous certains que vous êtes encore sur ce monde ? Vous le voyez bien. Bien sûr que vous avez des tâches à mener, des enfants à élever, des familles à nourrir. Mais voyez-vous cela ? Voyez-vous le personnage qui s’agite ? Ça, c’est le témoin, l’observateur. Vous le voyez tous à différents degrés.

Mais par contre vous ne voyez pas ce qui vous est tellement habituel, que vous considérez comme acquis, et ça concerne essentiellement la notion de temps, d’horaires, de rites que vous vous imposez inutilement, parce que tout rite est enfermant. Alors bien sûr, il a des rites qu’on vous a proposés, qui étaient, et la preuve en est, vous l’avez vécu, qui allaient vous rapprocher de cette Liberté. Mais vous savez qu’il n’y a que vous-mêmes qui pouvez être libres. Et vous ne dépendez d’aucune circonstance, d’aucun handicap, d’aucun futur et d’aucun passé pour cela. Parce que si vous dépendez d’un passé ou d’une quelconque anticipation d’un futur, fût-il le plus heureux ou le plus détestable, vous courez après la Liberté, et vous courez à l’extérieur de vous. Vous êtes dans le brouhaha et le mouvement, qui n’est pas une danse, qui est juste le besoin d’habitudes, le besoin de certitudes. Mais vous savez très bien que l’Amour n’est ni une certitude ni quelque chose qui peut être vécu en ce monde.

Ah si, vous pouvez en vivre l’amour romantique, l’amour sentimental, faire l’amour. Ce sont des palliatifs, des succédanés, qui n’ont aucune réalité parce que, vous le savez bien, tous les amours passent, soit par la mort, soit par le divorce, soit parce que les enfants s’en vont, soit parce que vous êtes à la retraite et l’amour de votre métier est obligé de s’éteindre. Mais l’Amour qui est en vous, que vous êtes, ne peut jamais s’éteindre. Alors, qu’est-ce que vous attendez de vous nourrir de ce que vous êtes ? C’est pareil pour la Lumière. Nombre des Anciens vous ont dit et répété, assené en permanence que tout était à l’intérieur de vous. Il n’y a pas besoin de connaissances, ça vous a été aussi largement expliqué. Il y a pas besoin de modèles, il y a pas besoin de traditions, il y a pas besoin d’antécédents. Il y a même pas besoin d’exemples en fait, il y a même pas besoin de maîtres et encore moins des vieux croûtons que nous sommes.

Vous avez besoin d’être vous-mêmes. Tout ce que nous vous avons proposé, enfin pas moi, a été destiné à vous faire trouver vous-mêmes et à vous faire comprendre, je dirais, une forme d’autosuffisance de la Lumière. Et d’ailleurs parmi vous, certains vivent la voie de la Joie et voient par eux-mêmes qu’aucune habitude ne peut tenir, que cela soit de sommeil, d’aliments, d’humeur. Celui qui prétend être dans l’Amour et être tout le temps et en permanence dans la même humeur n’est pas vrai. Il triche, puisque la vie est mouvement, puisque la vie est danse. Or, vous ne pouvez plus tricher, même si c’est lié à quelque chose qui est inconscient et simplement lié à une habitude, parce que le rappel à l’ordre de la Lumière, vous le vivez, est de plus en plus sensible. C’est pas la Lumière qui fait ça, c’est votre non-reconnaissance de la Lumière.

Vous n’avez plus rien à cacher. Laissez émerger, au-dedans de vous comme à l’extérieur de vous, la Vérité que vous êtes, sans parti pris, sans réfléchir, avec la plus grande des spontanéités, et vous constaterez très vite, durant ce mois de juillet, que tout se résout. Ah, ça peut parfois se résoudre par la mort de la personne. Oui, si vous avez choisi la voie de la souffrance. Quelle importance pour l’Éternité que vous êtes ? Ah bien sûr, c’est très important pour la société, de ne pas mourir, de vivre le plus vieux possible, d’avoir une vie satisfaisante, mais que savez-vous de la vérité de l’autre côté, si vous n’y êtes pas allés ? Pourquoi croyez-vous que nombre des sœurs Étoiles qui vous ont expliqué leur chemin, ont eu ces vies-là, de sacrifice total en épousant le Christ ? Croyez-vous qu’elles étaient masochistes, ces sœurs ? Ou qu’elles se trompaient ? Vous avez suffisamment de témoignages, en Occident comme en Orient, d’êtres qui étaient la bonté, la Joie, la Liberté.

Quelles affaires voulez-vous mener ? Quels sont vos buts, là, dans l’instant, tout de suite ? Est-ce que ce but, vous l’envisagez comme quelque chose qu’il faut acquérir, conquérir, ou est-ce que vous acceptez de tout lâcher dans l’Instant Présent et de voir ce qui se passe ? Si il se passe rien, vous n’avez pas lâché, c’est un alibi. Parce que je vous garantis qu’aujourd’hui, et plus les jours vont passer, que cela soit avec les Théophanies, que ce soit avec les évènements qui se déroulent sur la terre ou dans le ciel, vous n’aurez pas d’autre opportunité que de tout lâcher, vos croyances, vos certitudes. Encore une fois, j’ai pas dit de distribuer votre argent ou de vous séparer de qui que ce soit.

En l’Amour vous n’avez rien à résoudre, en la personne vous avez des choses à résoudre en permanence. Et si vous avez des choses à résoudre, ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu’il y a encore une personne qui est là. Le véritable Libéré, même s’il sait qu’il doit s’occuper de son véhicule, peut très bien accepter la mort et la souffrance, parce qu’il ne souffre pas. Il sait qu’il y a souffrance mais il n’en souffre pas. Alors quand il y a les voiles, c’est profondément différent parce que là, c’est une occultation de la conscience. Ça veut dire que vous avez de telles habitudes spirituelles qu’il est impossible de vous en séparer. Vous êtes attachés à vos certitudes intellectuelles et à vos expériences, dans le karma, dans vos visions futures, à vos protocoles, à vos exercices. Vous êtes attachés spirituellement.

Vous êtes Lumière, mais vous ne pouvez pas être attachés et être Lumière. Si vous êtes attachés, ça veut dire que vous prenez votre nourriture de Lumière ailleurs qu’en vous, et vous êtes encore dans le jeu des apparences, cette fois-ci spirituelles. Comprenez bien que vous ne pouvez pas vivre l’Amour dans la souffrance. La voie de la souffrance vous met justement face à cet inconnu, quand la souffrance devient telle qu’il n’y a que l’Amour qui peut remplacer la souffrance. C’est la résilience. Au niveau spirituel, c’est le même mot. Mais vous ne le voyez pas, surtout si vous souffrez. Vous tenez à quelque chose, si ce n’est pas à votre personne, c’est à la Lumière. Mais vous ne pouvez pas tenir à ce que vous êtes, voyez cela. Et si vous souffrez, tout vient de là.

Ah, vous avez peut-être bon cœur, vous avez vécu la Grâce, vous avez vécu les vibrations, vous êtes libérés. Et pourtant qu’est-ce qui se passe ? Vous n’avez pas vu la Vie et quelque part vous rejetez la Vie, même si vous n’êtes plus dans ce monde et que vous avez tout fait pour ne plus dépendre de ce monde, de ne plus avoir d’obligations, familiales, professionnelles, et vous constatez que ces frères et ces sœurs sont toujours aussi tristes, toujours aussi souffrants. Ils n’ont pas accepté la Vie. Ils ont créé les conditions extérieures propices, comme cela avait été dit durant les Noces Célestes, mais vous n’êtes plus dans cette époque.

Le marqueur indélébile de la Vérité, c’est la Joie, et l’Instant Présent, et l’acceptation. Sans ça vous êtes faux et vous avez faux, même si vous vibrez. Alors bien sûr, au moment tant redouté ou tant espéré, vous serez libres, c’est une certitude. Mais que voulez-vous traverser entre maintenant et cet évènement dont personne ne connaît la date ? Voulez-vous vivre la Vie afin de voir que la Vie éclaire votre vie, ou voulez-vous, avec votre vie, conquérir la Vie ? C’est profondément différent. Dans un cas, il y a mouvement, dans un cas, il y a souffrance, dans l’autre cas, il n’y a que la Joie et la béatitude, quoi qu’il se déroule, quoi que vous fasse votre mari, quoi que vous fasse votre enfant, quoi que vous fassent les impôts, quoi que vous fasse votre corps.

La souffrance n’est pas une punition de la Lumière, c’est le résultat de vos résistances. N’oubliez pas que dans ce monde, tout est totalement inversé, même ce que vous nommez le karma. À savoir, si cela vous intéresse, que vous allez toujours choisir un parent qui vous a tué. C’est pourtant lui qui a le karma, mais l’Amour fait que c’est vous qui vous incarnez là pour lui permettre de le résoudre. Ça, c’est les Archontes qui vous ont convaincu de ça.

Vous êtes tellement sensibles à la forme, tellement sensibles aux apparences, tellement sensibles au confort. Il y a de la Liberté là-dedans ? Il y a de la Joie là-dedans ? La seule Joie, c’est le cœur. Elle ne dépend d’aucune circonstance de ce monde, car si elle dépendait d’une circonstance de ce monde ou de votre vie, ce ne serait pas la Vérité. Ça serait encore une illusion et quelque chose de dévié, de falsifié. La Joie du cœur ne se conquiert pas, elle se vit, par l’acceptation, par l’Instant Présent, tout ce qui vous a été donné comme mots et expliqué, qui sont des mots simples, même s’ils ont été exprimés dans des langues plus sacrées, si je peux dire. Mais ça n’a aucune espèce d’importance.

Plus vous êtes spontanés, plus vous accueillez la Vie, plus vous êtes vrais, quoi qu’il y ait à résoudre – ou apparence à résoudre, parce que ce n’est pas vous qui résolvez. Quand vous êtes dans le cœur, c’est la Joie qui résout, réellement et concrètement, parce que si vous êtes en joie, réelle, si vous acceptez pleinement la Vie, vous êtes en Vie et vous n’êtes plus votre vie. Ça fait une sacrée différence de vécu. Alors ne vous leurrez pas vous-mêmes. Même si vous avez vécu l’Onde de Vie, même si vous vivez le Feu du Cœur, le Feu Igné, de partout, regardez votre vie et regardez votre joie.

Le problème, c’est que si vous refusez quoi que ce soit de ce monde, vous l’excluez. Il n’est plus en vous et donc la Joie ne peut pas être là. Vous ne pouvez rien exclure, ni le diable, ni Dieu, ni votre pire ennemi, car si Judas n’avait pas existé, Jésus ne serait pas mort sur la croix, et ressuscité. Donc vous voyez bien que Judas est aussi important que Jean, même plus important. Il avait un rôle très pointu, celui de trahir. Alors bien sûr, avec le point de vue de la personne, vous allez me dire : « c’est dramatique ». Je vous réponds que vous ne connaissez rien de la Vérité. Votre pire ennemi est votre meilleure aide, et si vous rejetez quoi que ce soit, vous ne pouvez pas être la Vie, vous demeurez dans votre vie, qui n’est pas Amour.

Même si vous êtes satisfaits à tous les niveaux, il vous manque quelque chose et ce manque-là, c’est des résistances, ce manque-là, c’est des voiles. C’est ça qui fait mal, c’est ça qui vous prive de Joie. Comprenez cela et surtout n’acceptez pas. Prouvez-le à vous-mêmes. Ne demandez rien à la Lumière, c’est ce que vous êtes. Soyez dans l’acceptation et la Lumière s’occupera, au-delà du moindre désir que vous pouvez avoir, de tout ce qui est nécessaire pour vous maintenir dans la Joie. Ah bien sûr, la personne ne peut pas être contente quand c’est certaines privations, mais voyez plus loin que la satisfaction immédiate.

Alors bien sûr, le Commandeur vous a parlé de l’Amour ou la peur. Moi, je vous dis la Vie ou la souffrance. C’est pas la bourse ou la vie. Rendez tout ce qui est illusoire, tout ce qui ne fait que passer, rendez-le à la Vie. Comment montrez-vous votre confiance autrement – en l’Éternité, pas en cette vie ? Mais vous allez me répondre que dans ce monde, vous avez besoin d’être comme ceci, comme cela, vous avez des obligations, vous avez des charges, vous avez des choses à payer. Si vous me dites ça, c’est que vous n’avez rien compris et que votre ego fait tout pour vous empêcher de voir la Vie. Que vous le vouliez ou pas, c’est la vérité. À quoi donnez-vous corps ? À quoi donnez-vous vie ? Qu’est-ce que vous créez ? Vous ne pouvez accuser personne, même s’il y a une anomalie de départ qui est l’enfermement. Mais même au sein de ce monde ou prévaut le libre-arbitre et l’action-réaction, voulez-vous être dans l’action-réaction ou voulez-vous être la Vie ?

La Lumière va devenir de plus en plus insistante, parce qu’elle est de plus en plus présente et elle éclaire de plus en plus votre personnage de pacotille, qui ne fait que passer. Vous, vous ne passerez jamais. Votre mari, votre femme, vos enfants, votre travail, passeront. Votre vie passera, et elle passe d’autant plus vite maintenant. Vous le voyez, ça va très vite, alors ne perdez pas de temps, vous avez l’Éternité pour cela, mais soyez ce que vous êtes et vous serez la danse de la Vie.

L’observateur, le témoin, comme ça a été nommé, sera magnifié et vous verrez la Vérité. Vous la vivrez d’ailleurs, parce que vous ne serez plus votre vie mais la Vie. Il n’y a pas d’autre façon ni d’autre condition pour vivre la Joie. Vous le voyez d’ailleurs. Vous avez certains frères et sœurs qui ont vécu toutes les vibrations, les Couronnes, l’allumage des Portes, l’Onde de Vie, jusqu’en haut. Ils ne sont pas en joie. Pourquoi ils ne sont pas en joie ? Mais parce qu’ils n’ont pas compris qu’ils étaient la Vie, et que quelque part, il y a des habitudes, des comportements qui font qu’ils sont en rejet. Mais si vous êtes la Vie, vous ne pouvez rien rejeter, et surtout pas l’expérience que vous vivez au sein de ce monde, même si elle est fausse. Parce que vous êtes toujours la Vie, même ici, même si vous l’avez oublié, même si vous ne le voyez plus. Parce que s’il n’y a pas la Vie, vous ne pourriez vivre aucune vie qui vous appartient, ni faire aucune expérience.

Alors laissez grandir la Joie, laissez grandir l’enfant intérieur, laissez grandir et épanouir la Vie.

Et quand Bidi parlait de point de vue, c’est exactement cela. Quel est le point de vue que vous avez sur votre vie, sur la Vie, sur vos souffrances, sur vos douleurs, sur vos affects ? Est-ce que vous sentez que cela entraîne des émotions, des distorsions ? Ou vous sentez-vous légers ? Vous ne serez légers que quand vous ne serez plus votre vie – et quand vous aurez accepté votre vie en voyant que vous n’êtes pas votre vie. Vous ne pouvez rien rejeter de la vie sinon vous n’êtes pas en Vie, vous êtes dans la personne.

Alors à l’heure où la Joie envahit des frères et des sœurs en nombre de plus en plus important autour de vous, pourquoi continuez-vous à résister, à souffrir, à avoir des voiles ? Vous avez ça peut-être chez vous avec votre mari, votre femme, vos enfants, vos amis, vos frères et sœurs spirituels, dans votre famille. Qu’est-ce qui vous empêche d’être pareils ? Il n’y a aucune condition de ce monde qui ne peut vous en empêcher, ni votre maladie de votre corps, ni votre problème psychologique, ni le manque, ni la plénitude. Il n’y a aucun obstacle. Tous les obstacles sont créés par les automatismes maintenant, et par vos adhésions spirituelles aux lois de ce monde. Il n’y a rien d’autre. Il n’y a rien à payer, il y a juste la Grâce. Alors si vous n’êtes pas en état de Grâce, ça veut dire que vous n’êtes pas vrais.

Les Théophanies, celles passées comme celles à venir, vous ont permis, pour beaucoup, de découvrir l’observateur et de saisir que vous n’étiez pas ce qui se vivait au sein de l’éphémère. Alors bien sûr, beaucoup d’entre vous, qu’est-ce qu’ils ont fait ? Vous avez cherché à convaincre l’autre et à partager ce que vous viviez, et vous vous êtes fait remballer sèchement, c’est inéluctable. Ceux qui ne sont pas en Vie, qui ne vivent que leur vie, ne peuvent pas vivre la Vie. C’est impossible. Et c’est pareil pour vous. Et quand vous vivez la Vie, vous êtes confiants. Ce n’est même pas de la foi, c’est une certitude inébranlable, quoi qu’il vous arrive dans votre vie. Vous êtes déjà passés dans l’Éternité. C’est le chemin que vous ont montré les sœurs Étoiles, c’est le chemin qu’ont vécu certains Anciens, c’est le chemin que j’ai vécu.

Cela n’est dans aucun livre. Cela n’a besoin d’aucun antécédent ni d’aucun préalable. Cela n’a besoin que de vous, mais pas dans votre vie, pas dans votre personne, vous dans la Vie, dans l’Amour, dans la spontanéité, dans l’Enfance, dans l’acceptation de l’Ici et Maintenant. Parce que vous ne pouvez pas savoir que quand il vous arrive quelque chose, même si vous retrouvez la causalité en ce monde ou dans d’autres vies, vous ne pouvez pas savoir la Vérité si vous adhérez à ça. Même si cela fonctionne, même si cela est logique. L’Amour n’a aucune logique. L’Amour est Intelligence et l’Intelligence est Liberté. C’est la reliance, c’est la spontanéité, c’est la cocréation consciente, c’est le Verbe, c’est l’Amour. Bref, c’est la Vie, mais ce n’est absolument pas votre vie.

Alors êtes-vous porteurs de la Joie ? Avez-vous décidé d’être en joie ? Oh c’est une décision fort simple, mais qui est tellement gênante et difficile à voir pour l’ego, pour la personne. C’est d’ailleurs pour ça que nombre d’Anciens, d’Étoiles, d’Archanges vous ont parlé de cette Joie plutôt que de la vibration maintenant. Parce qu’il y en a parmi vous qui tiennent à leurs vibrations. Ils sont un peu trop attachés à la vibration, plutôt qu’à la Vie. Il est temps aussi maintenant de lâcher la conscience elle-même et de ne pas vous inquiéter des vibrations que vous percevez, ressentez, vivez ou pas. N’en pleurez pas si vous ne les vivez pas, n’en faites pas une gloire si vous les vivez, parce que si vous êtes occupés à être dans la peine de ne pas le vivre, ou occupés à vibrer, vous ne pouvez pas être la Vie, parce que vous avez exclu tout le reste.

Ayez le cœur d’un enfant. Soyez disponibles pour le jeu de la Vie, quoi que la Vie vous fasse vivre, et surtout si ça vous semble injuste et injustifié. Rappelez-vous que dans la personne, il y a des stratagèmes, il y a des circuits de conscience et d’énergie qui sont là pour vous empêcher de voir la Vérité. Tout ce qui apparaît sur l’écran de vos yeux n’est fait que pour vous distraire. Toutes les peurs, toutes les guerres ne sont que des distractions pour vous empêcher de voir la Vérité. Tous les plaisirs même, même les plus inouïs, que cela soit dans le sexe, que cela soit dans la satisfaction professionnelle, dans la rencontre amoureuse, tout ça n’est là que pour vous masquer l’essentiel : la vérité de la Vie. Et nous sommes tous tombés dedans plutôt que de tomber dans le cœur.

Acceptez. Comme l’a dit l’Archange Anaël, soyez vrais et spontanés. Ne vous posez aucune question. Soyez totalement présents dans l’instant qui est à vivre, que cela soit à travers le ressenti corporel et surtout dans la Joie. Vous ne pouvez pas décider la Joie, en tout cas cette Joie-là ; vous ne pouvez que la voir, la constater, ou ne pas la voir. Vous ne pouvez que constater les modifications que la Joie produit. Alors que vous l’appeliez Paix, sérénité, extase, intase, Shantinilaya, Demeure de Paix suprême, Soi, Supramental. Oubliez les mots, oubliez les concepts, oubliez les connaissances. Accueillez, et acceptez surtout, et vous verrez.

Alors j’ai essayé d’employer des mots extrêmement simples et qui tournent toujours autour de la même chose. C’est voulu. Parce que c’est évident. Si vous ne le vivez pas, ça semble très compliqué. Vous êtes soumis aux influences de ce monde, vous êtes soumis à la souffrance de votre corps, vous êtes soumis à la personne ; il n’y a aucun espace de liberté là-dedans, même si vous faites des efforts importants. L’Amour n’est pas un effort, il est un relâchement, il est la Vie. La Vie non personnelle, la Vie qui ne connaît pas d’histoire, la Vie qui ne connaît pas de dimensions, même si elle peut explorer toutes les dimensions, qui n’est attachée à rien et qui aime, dans la Liberté. Rendez-vous compte le nombre d’humains, de frères, de sœurs, même éveillés, qui parlent d’Amour, mais qui sont incapables d’aimer.

D’ailleurs on commence à le voir. L’Amour n’est jamais une possession ni une prédation, c’est la Liberté. C’est rendre l’autre libre, totalement libre. Même de vous gifler, de partir. Sans ça vous n’aimez pas vraiment, vous êtes dans l’attachement. La Liberté, l’Amour, c’est vouloir que l’autre soit aussi libre que vous, et s’il veut partir, c’est sa liberté. Au nom de quoi vous allez influer sur la liberté de l’autre ? Rappelez-vous, sans même la prédation, dès que vous privez quelqu’un de la liberté qui est la sienne, de penser, d’exprimer quoi que ce soit, même s’il a tort et surtout s’il a tort, vous ne pouvez pas être en Vie, ni en joie. Vous êtes encore dans le contrôle, vous êtes encore dans les préjugés, vous êtes encore dans les habitudes et dans les mœurs morales.

Alors chercher le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous, ça ne veut pas dire chercher, ça veut dire y être. Il n’y a plus rien à chercher, il n’y a pas d’effort à fournir. Si vous avez l’impression de faire un effort, c’est que vous n’êtes pas vrais. Ça vous a été expliqué, la voie de la souffrance, la voie des voiles, et à côté, la voie de la Joie. Et ça ne dépend, je le répète, d’absolument rien au niveau extérieur comme de votre corps. Vous ne pouvez pas générer la Joie, cette Joie-là. Vous ne pouvez pas tricher avec cela. De même que vous ne pouviez pas tricher avec la vibration, elle existe ou elle n’existe pas. Pareil pour l’Onde de Vie, elle a été vécue ou elle n’a pas été vécue.

Mais au niveau de la personne et de votre vie, rien ne peut être simple, surtout que tout est altéré et en plus, tout est faux. Comment voulez-vous que cela soit simple ? Même si vous êtes dans l’opulence. Il y a toujours quelque chose à répondre, toujours quelque chose à réagir, toujours quelque chose à entreprendre, à faire. Mais soyez fainéants, soyez vraiment fainéants. Alors la fainéantise, c’est un autre mot pour disparition. Simplement, la différence, c’est que voilà encore quelque temps, vous disparaissiez à l’emporte-pièce sans avoir rien demandé. Aujourd’hui, je ne vous demande pas de disparaître par vous-mêmes mais d’être fainéants au sein de la personne.

Et vous verrez que même s’il y a du travail, il se fera. Vous n’êtes plus impliqués. C’est comme ça que vous montrez et que vous démontrez la Joie à vous-mêmes, pas autrement. Vous pouvez avoir toutes les connaissances spirituelles, connaître tous les textes, avoir vécu toutes les vibrations et vous vous retrouvez sans Joie, et vous vous demandez pourquoi, puisque la vibration est conscience, et la conscience qui s’expand au Supramental, c’est la Joie. Eh bien la preuve que non. Vous en avez encore parmi vous qui sont tristes. Mais parce que vous êtes enfermés vous-mêmes, dans vos préceptes, dans vos concepts, dans vos croyances, dans vos idées, dans vos habitudes, dans vos illusions spirituelles.

Alors pour moi, « accepter » – et pour vous, vérifiez-le –, c’est laisser la Vie œuvrer. Danser la Vie, ce n’est pas aller gesticuler sur une scène de danse, hein, c’est percevoir le mouvement primordial de la Vie. C’est le mouvement infini du cœur, l’infinité des potentialités de manifestation dans quelque forme que ce soit. Et c’est aussi en ce monde, même si c’est faux. Parce que sans lui, vous ne vivriez pas votre vie. Donc, même ce monde enfermé et altéré est en vie, ça, vous ne pouvez pas le renier. C’est les conditions de la vie qui ne sont pas justes, vos habitudes, le besoin de se prémunir, d’avoir un toit, une femme, une profession, un compte en banque, une carte de paiement, un moyen de vous déplacer, pour obéir aux lois de ce monde, à la morale, aux règles, aux affects, aux mœurs comme j’ai dit. Mais quelle espèce de liberté y a-t-il là-dedans ? Il y a une satisfaction personnelle, certes, mais cette satisfaction personnelle, qu’est-ce que c’est ? De l’ego, rien d’autre.

Tant que vous ne vous êtes pas donnés, que vous n’avez pas tout donné de vous à la Lumière, même si vous avez tout le confort, vous ne pouvez pas être libres, et surtout, vous ne pouvez pas être en joie, voyez-le, quand même. Vous le vivez tous de différentes façons. Excepté ceux qui sont réellement en joie, vous vivez tous cela en ce moment. À vous de choisir la voie de la Joie, donc soyez fainéants. Ne vous prenez pas la tête, ni avec la fin du monde, ni avec votre opulence ou votre manque d’argent. Ne vous prenez la tête avec rien, surtout au niveau de la spiritualité. Alors prenez-vous la tête si vous voulez voir votre corps guéri, surtout que ce qui se manifeste maintenant, à moins que vous ayez des maladies antérieures, n’est que l’expression des résistances selon les schémas qui vous ont été expliqués durant ces derniers mois. D’abord la jambe droite, ensuite certaines Portes, maintenant les vaisseaux, les organes des sens. En joie, il ne vous manque rien même s’il manque quelque chose dans votre vie, parce que vous n’êtes plus votre vie, vous êtes la Vie.

Voilà les mots que je voulais prononcer parmi vous, ils sont affreusement simples. Je n’ai pas fait de grand discours, j’ai pris simplement ce qui venait spontanément par le Verbe et l’Esprit. Bien sûr, c’est toujours coloré par ce que je suis, et non pas ce que j’ai vécu. Alors cette coloration, bien sûr, elle vient des lignées, des origines, des habitudes spirituelles je dirais même, cette fois-ci. Mais celles-ci ne sont pas néfastes, parce que ces habitudes spirituelles que vous avez nommées origines stellaires, lignées, se font dans la Liberté, où la question de la Liberté ne se pose même pas d’ailleurs, où la notion de mort n’existe pas, ni même de naissance, où il y a juste la conscience libre qui expérimente, qui joue.

Simplement, vous l’avez compris, le jeu en ce monde, tant que vous êtes votre vie, est un peu pénible, pour ne pas dire autre chose, vous le savez, et nous le savons tous. Nous le vivons chaque jour quand nous sommes incarnés, quel que soit notre emplacement et notre point de vue, jusqu’au moment où on devient la Vie, jusqu’au moment où on a accepté, jusqu’au moment où on est ici et maintenant.

Alors sur ces bons mots, je l’espère en tout cas, je vais vous souhaiter de très grands accès de fainéantise, d’acceptation, et surtout de Joie. La Joie, il vous l’a été dit, c’est le témoin de votre liberté ; si vous n’êtes pas en joie, vous n’êtes pas libres, c’est aussi simple que cela. Ne culpabilisez surtout pas. Soyez vrais et voyez clairement cela, et puis surtout testez, expérimentez ce que je vous ai dit. Je vous l’ai dit, j’assurerai le service après-vente. Parce que je suis certain que ce que j’ai dit ne peut que fonctionner.

Je suis Osho et permettez-moi de vous bénir dans la danse de la Vie. Dans la danse du cœur, et l’immobilité, et le Silence. C’est ma Théophanie personnelle avec vous. Elle est infinie, et elle ne dépend pas de moi, ni de vous.

… Silence…

Je vous bénis, je vous aime, et surtout, soyez vivants. C’est un jeu.

Au revoir.


* * * * *




_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Ayla


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 445

MessagePosté le: Mar 18 Juil - 21:24 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO Répondre en citant

.
Entretiens de Juillet 2017


SRI AUROBINDO



Je suis Sri Aurobindo. Frères et sœurs humains et incarnés, avant que je ne commence à m'exprimer, permettez-moi de vous saluer dans le silence et la paix du cœur, en quelques instants.

... Silence...

Il m'a été demandé de venir parmi vous afin de vous donner quelques éléments concernant l'irruption du Supramental au niveau collectif de l'humanité, qui accompagnera cette phase qu'il reste à passer au sein de ce monde. Cela correspond aussi bien à la période présente qu'à la période qui court de maintenant au grille-planète final.

Comme je l'ai exposé de mon vivant en de nombreux poèmes et en de nombreux récits où j'évoquais, bien avant que celui-ci ne descende sur terre pour la première fois en 1988, et 84, de façon très précise au mois d'août, j'ai eu la possibilité de vivre bien avant tout le monde les effets de ce Supramental, même si au sein de ma vie d'alors j'ai moi-même conçu qu'il allait y avoir un nouvel âge sur cette terre, et d'où ce à quoi j'ai œuvré en la construction d'une cité qui s'est achevée bien après ma mort. Je n'avais pas les moyens, à ce moment-là, de percevoir clairement ce que serait l'avenir, excepté en ce qui concerne l'arrivée du Supramental que j'avais déjà à l'époque décrit comme un feu dévorant venant transformer, illuminer, régénérer, et créer un monde nouveau. La dose cumulée depuis 1984 et 88 vous donne à vivre ce que vous vivez depuis de nombreuses années.

Comme vous le savez, depuis un an, l'accumulation des particules adamantines en certains lieux a réellement permis le déploiement de la Lumière adamantine, aujourd'hui partout sur la terre, favorisant la possibilité du déploiement de ce Feu Igné durant cette période. Le Feu Igné, au niveau collectif, ne va pas d'emblée se traduire pour chacun de vous par la Joie, parce qu'il faut pour cela qu'il y ait une perméabilité totale de votre personne et des circuits nommés vibraux qui ont été activés par la descente de l'Esprit saint et du Supramental depuis donc plus de trente ans, en ce qui concerne les premières effusions de l'Esprit saint.

Ce processus est donc appelé à toucher l'ensemble de l'humanité à différentes reprises, que cela soit lors de la visibilité des signes célestes où aura lieu la première impulsion de Feu Igné à l'échelon collectif, jusqu'au grille-planète final qui correspond, comme vous savez, à la transformation du Soleil en une nouvelle dimension libre, comme lors de l'ascension de la Terre. Mais ceci vous concerne aussi, bien évidemment, au niveau de votre personne, comme au niveau du retour à la conscience de votre Éternité.

Ce Feu Igné s'exprime déjà pour ceux d'entre vous qui avez œuvré, d'une manière ou d'une autre, durant toutes ces années ou plus récemment, à l'activation des nouveaux corps en vous. Je ne reviendrai pas là-dessus, sur le descriptif de tout ce que vous avez vécu ou tout ce qu’il était possible de vivre par la Grâce et par la Lumière. Le seuil de diffusion et d'accueil de la première vague totale du Supramental collective est arrivé.

Voilà de nombreux mois, en particulier Marie vous a annoncé le début du processus ascensionnel de la Terre qui est conjoint, je vous rappelle, à votre libération. D'autres sœurs Étoiles, et plus récemment, ont évoqué un certain nombre de mots, d'idées, de phrases, de concepts, concernant essentiellement le principe des différentes manifestations possibles au sein même de votre corps éphémère et de votre conscience éphémère, correspondant à la fusion de vos propres Éthers, et non plus à l'échelon de la tête mais à l'échelon de la totalité de votre conscience.

Ce face-à-face que nombre d'entre vous vivez, mais qui n'est pas encore collectif, vous amène à vous positionner en ce qui est nécessaire pour vous, pour vivre dans les conditions les plus adéquates votre libération personnelle. Certains d'entre vous, d'ailleurs, vivent un état de libération qui vient compléter la libération vécue par l'Onde de Vie ou par le Canal Marial. La différence de cette libération actuelle par rapport à ce qu'il était possible de vivre ou de ressentir voilà quelques années, n'a plus besoin de ce support. Le Supramental est vibration, bien sûr, mais il conduit à la découverte du cœur et de l'Éternité, il ne conduit plus exclusivement, comme ce fut le cas jusqu'à présent, à la constitution parcellaire du corps d'Êtreté. Vous le savez, vos corps d'Êtreté se resynthétisent tout autour de vous et en vous par l'intermédiaire des Portes, par l'intermédiaire du cœur d'Êtreté et de l'ensemble des structures vibrales du corps d'Êtreté unitaire nommé Matrice Christique.

Ce face-à-face, vous le vivez selon trois voies, à l'heure actuelle. Pour l'instant, je vous rappelle que cela est individuel et ne concerne pas encore le collectif humain. Cela est amené à se produire en un temps relativement bref, soit au moment de la visibilité de Nibiru, soit, si les besoins le demandent au niveau collectif, avant. Il n'y a en effet aucune difficulté pour l'ensemble de la Confédération Intergalactique, maintenant que les voiles isolants sont déchus, maintenant que le rayonnement de la Terre a touché le Soleil et non plus seulement remonté à la surface de la terre. Tout est fin prêt, nous attendons tout comme vous les signes annoncés mais nous vérifierons cela lorsque commenceront les Théophanies de 20 heures.

Nombre d'entre vous ont vécu le Feu Igné en différentes parties de leur corps. Le moment collectif de l'arrivée du Supramental est donc le dévoilement total de la Lumière qui, je vous le rappelle, n'a rien à voir avec la Lumière visible à vos yeux. Vous le savez, la Lumière fait partie de ce qui est nommé par vos scientifiques la radioactivité, mais pas n'importe laquelle, celle qui vient du ciel et qui est bien différente de ce que vous nommez les rayonnements nucléaires qui sont par exemple créés dans vos usines nucléaires ou centrales nucléaires. Ce feu nucléaire a pourtant les mêmes effets sur l'éphémère, à l'échelon collectif, c’est-à-dire la dissolution totale de la matière carbonée.

La préparation – qui a duré donc depuis plus de trente ans, au travers de certaines étapes dont certaines vous ont été communiquées, pour les vivre, depuis les Noces Célestes –, permet aujourd'hui de vous donner quelques éléments sur ce qu’il est appelé à se dérouler et ce, indépendamment – c'est pour cela que je suis venu – de la présence de Nibiru dans le ciel, de la présence des sons du ciel et de la Terre, voire même, si cela est nécessaire, de l'Appel de Marie.

Le face-à-face s'achève donc. Il se traduit par une dissolution totale de ce qui constitue l'éphémère et ce, à quelque niveau que ce soit, se traduisant pour vous, comme cela a été expliqué par Ma Ananda, par l'une des possibles voies à vivre en cette période. Si vous préférez, les emplacements possibles de la conscience par rapport à ce que vous vivez déjà, vous éveillés, par la grâce de l'ouverture de vos centres d'énergie qui permet de recevoir, comme je l’ai décrit mais au niveau individuel, le baptême de l'Esprit, le Feu sacré, le Feu Igné, l'Esprit du Soleil. Il y a beaucoup de terminologies mais les effets sont identiques.

Il a été attiré votre attention sur ce qui a été nommé des résistances, qui peuvent entraîner des mécanismes pathologiques au niveau de votre corps comme au niveau de votre psyché. Ceci, vous le vivez d'ores et déjà, déjà depuis quelques semaines pour certains d'entre vous. Cela concernait jusqu'à présent, comme je l'ai dit, ceux d'entre vous qui étaient éveillés au niveau Vibral par l'une des Couronnes, quelle qu'elle soit. Saisissez bien que ce processus va se reproduire à l'identique et commence d'ailleurs à se produire sur des frères et sœurs humains incarnés qui ne vivent pas les processus vibratoires que vous avez vécus. Cela se traduit le plus souvent par une évidence et une facilité à vivre ce mécanisme, pour ces frères et ces sœurs-là, parce qu'il n'y avait pas d'a priori, il n'y avait pas de nécessité ou de possibilité d'ouverture auparavant.

Nous vous avions d'ailleurs appelés, durant toutes ces années, les ancreurs et les semeurs de Lumière. Cela a été, en quelque sorte, votre état et votre mission dans le plan de dévoilement de la Lumière. Ce plan de dévoilement, vous le savez, s'achève déjà depuis de nombreux mois et vous donne à voir, soit pour vous-mêmes, soit pour le monde, soit pour les situations, la fausseté, le mensonge et l'altération de la Vie, où que vous portiez votre regard, votre intérêt, votre conscience.

Le processus du Feu Igné, à partir d'un certain moment, durant la période qui s'ouvre, va entraîner, vous le savez, pour vous éveillés, des mécanismes parfois de résistance ou inflammatoires au niveau de certaines régions ou fonctions précises de votre corps, comme de votre psyché.

Ce Feu Igné, ce Supramental, est aussi le baptême de l'Esprit et le Feu de l'Esprit, amenant une sidération de vos sens nommée voie des voiles, mais aussi, pour les frères et sœurs incarnés qui ne vivent rien, se traduira par des prises de conscience foudroyantes et subites faisant dire à ces frères et ces sœurs qu'il y a un avant et un après. Toutefois cela ne les dispensera pas, contrairement à la plupart d'entre vous, éveillés, de vivre à la fois le déni, la colère, la négociation, et ce indépendamment des éventuelles manifestations physiques correspondant au Feu. Feu vital, Feu Vibral, s'alchimisant dans le même espace de votre conscience et de votre corps, qui impliquera des transformations radicales et totales.

Ces transformations radicales et totales ne vont pas toujours, dans un premier temps, aller dans le sens de la Lumière, de l'Évidence et de la Liberté, mais peuvent, dans un premier temps, venir resserrer les liens, les attachements, au travers de manifestations émotionnelles ou mentales particulièrement pénibles pour ceux qui le vivront ou qui le feront vivre à d'autres. Ceci correspond à l'atmosphère que vous pouvez pressentir aussi à travers la vie sociétale, en quelque demeure que ce soit et en quelque secteur que ce soit.

Si je prends simplement l'exemple des religions, vous voyez bien le conflit des religions les unes avec les autres en ce moment. Ils ne font que commencer. De la même façon, au niveau de l'agencement et de l'organisation de la vie sociétale éphémère, beaucoup de choses se transforment, et pas seulement dans certains pays, mais dans d'innombrables pays. Saisissez bien que ce qui se déroule est une réaction à la Lumière visant, par la voie légale, par la voie policière ou par la voie militaire, à limiter vos libertés fondamentales au sein de ce monde. Ceci se vit en d'innombrables pays, même ceux qui se croyaient pour l'instant inscrits dans la Liberté, l'Égalité, la Fraternité.

Ceci se déploie sous vos yeux, se verra de plus en plus clairement, de la même façon que l'éclairage de la Lumière vous donne à voir les gesticulations qui se produisent sur la scène de théâtre afin d'essayer à nouveau, au niveau collectif, de vous faire adhérer à l'illusion et à la fausseté. Vous le voyez autour de vous ; où que vous habitiez sur cette planète, cela n'est pas vrai. Il existe en effet une réaction à la pénétration de la Lumière. Celle-ci ne peut plus être altérée par les lignes de prédation ni même par les couches isolantes, qu'elles soient les vôtres, personnelles, ou encore celles de la Terre ou du système solaire. C'est cela qui conduit à l'Apocalypse, à la Révélation et à l'ensemble des faits, non pas vibraux mais cette fois-ci bien réels, que j'avais donnés sous la dictée du Christ, voilà plus de deux mille ans.

Ne vous étonnez pas, comme vous le vivez déjà, de constater que au fur et à mesure que l'illusion se dissout, celle du monde, de la société en particulier, plus vous, éveillés, sentez la Joie, ou la souffrance, ou les voiles. Pour les non-éveillés, cela est profondément différent, parce que n'ayant pas vécu l'état de Grâce ni l'action de Grâce, ni même les processus d'expansion de vibration liés à la conscience, cela sera la loi du tout ou rien, c’est-à-dire que le plus souvent, les consciences que vous observerez autour de vous passeront, dans la même journée, du déni à la colère, à la négociation, créant en quelque sorte une hyperactivité mentale, résultante de l'action de la Lumière.

Il n'est donc pas question, pour ces frères et sœurs, dans un premier temps, de voir une cessation du mental mais bien plus une accentuation du mental et des peurs, alternant avec des périodes de légèreté incompréhensibles dans cet état de conscience. Rappelez-vous que là aussi, pour ces frères et ces sœurs qui vivent déjà ces désagréments, cela participe à la révélation de la Lumière et non pas à une quelconque destruction, si ce n'est de l'illusion.

En ce sens, que cela soit au plus proche de vous parmi vos conjoints, vos familles, vos amis, comme si cela se produit à l'autre bout de l'endroit où vous vivez sur la planète, n'oubliez pas que votre présence dans la Joie est indispensable, et je dirais même que si vous êtes sur la voie de la souffrance et du voile, votre présence est aussi indispensable parce qu’au travers de ce que vous vivez, si je peux dire, vous absorbez ce qu'il peut rester d'illusoire en ce monde, pas seulement en vous mais sur l'ensemble de la planète.

Certains saints, certains mystiques ont eu pour vocation de prendre sur eux la souffrance, de prendre sur eux, en le demandant au Christ s'ils étaient chrétiens, d'alléger la souffrance du monde. C'est exactement ce que vous faites, que vous soyez en Joie, que vous soyez en souffrance, ce vous soyez dans les voiles. C'est exactement le même processus de communion qui se produit avec l'ensemble des consciences de la terre et non pas seulement votre propre histoire ou vos propres résistances qui s'impriment en vous. Il vous appartient de comprendre que ce choix ne découle pas de votre vie présente ni de vos vies passées, mais de l'emplacement de votre âme et Esprit avant même de descendre dans ce corps qui, je vous le rappelle, était prisonnier dans le Soleil sans toutefois pouvoir couper complètement, sinon il n'y aurait jamais eu la moindre vie.

En cela, à travers le déni, les résistances, les colères, les négociations de ceux qui découvrent la Vérité aujourd'hui, de quelque façon que ce soit, par le principe de la loi de Un, par le principe de l'Unité, vous vous retrouvez à porter, par affinité vibratoire, ce que portent vos frères et sœurs non éveillés, incarnés comme vous et qui pourtant possèdent, eux aussi peut-être, les mêmes lignées, les mêmes origines, mais qui n'ont pas encore bénéficié du travail transmutatoire de la Lumière. Cela veut dire par là, et je pense que cela peut être un réconfort pour nombre d'entre vous, il vous a été dit pourtant de ne jamais culpabiliser si vous traversez la voie de la souffrance ou la voie des voiles. Je viens aujourd'hui vous rassurer en vous disant que si cela vous affecte, c'est une façon pour vous de servir aussi, non pas seulement votre Éternité mais l'Éternité de chacun.

Rappelez-vous, les voiles sont ôtés, au niveau collectif, les couches isolantes de la Terre n'existent quasiment plus. Cela se traduit par une perméabilité totale entre les uns et les autres, quels que soient votre emplacement et votre état de conscience. Aujourd'hui, vous n'êtes plus les ancreurs et les semeurs de Lumière, vous êtes les réparateurs des offenses à la Vie, des offenses à la Vérité, non pas nécessairement les vôtres mais celles de l'ensemble de l'humanité. Ainsi donc nous pouvons le dire, ainsi que l'a vécu Thérèse lors de son incarnation, vous avez réellement et concrètement charge d'âmes, non pas la vôtre mais celle de l'ensemble de l'humanité.

Que vous soyez en joie, que vous soyez en souffrance, que vous soyez confus, le même processus se produit pour une raison qui est fort simple, en principe de la loi de l'Unité qui se révèle par la Lumière, et aussi en vertu, justement, de votre Éveil et de l'activation de vos Couronnes. Une seule Couronne suffit à rentrer dans le processus de réparateur et de prendre charge d'âmes. C'est en ce sens qu'il vous a été demandé, durant tous ces mois, de ne pas juger, de ne pas exclure, de ne pas séparer, de ne pas diviser, car ce que vous faites réellement et concrètement au plus petit d'entre vous, c'est à vous-mêmes que vous le faites. Cela va devenir de plus en plus évident.

Cela veut dire aussi que cela va entraîner, chez les éveillés comme chez nos frères et sœurs qui dorment encore, la possibilité de vivre la rédemption par le don de la Grâce, par la Théophanie, par votre propre Présence et votre propre radiance, un peu comme le réalisent aussi bien les Étoiles que les Archanges, que nous-mêmes, quand nous intervenons au sein de votre conscience ou de vos corps.

Cette radiance, et ce rayonnement, qui émane de vous, est bien évidemment liée à l'activation, non pas de la nouvelle Tri-Unité seulement mais surtout de ce qui est appelé la Porte ER et aussi l'Étoile ER reliées par le Lemniscate sacré, et de manière plus récente par une radiance de Lumière qui a permis de réaliser l'alchimie de la tête et du cœur, située au niveau d'un circuit Vibral entre la Porte ER en ligne droite jusqu'à l'Étoile ER.

Ainsi donc, vous avez charge d'âmes. Vous n'avez pas besoin de définir l'âme pour laquelle vous vous chargez, l'Intelligence de la Lumière se charge de cela. Par votre libération, par votre voie empruntée en ce moment, vous favorisez la libération de vos frères et sœurs enfermés de manière préalable à l'Appel de Marie. Il n'y a pas besoin d'avoir d'intention ni de penser à une forme précise parce que cela se fait indépendamment de votre volonté, et indépendamment de tout désir ou de toute proximité. C'est un processus global qui anticipe, en quelque sorte, le processus collectif de descente totale du Feu Igné.

En ce sens, certains des Anciens, plus légers, je vais dire, vous ont parlé de la fainéantise, de l'acceptation. Vous verrez d'ailleurs par vous-mêmes qu'en des occasions à venir, qui sont innombrables, concernant tous les pays et toutes les couches de la société, que votre reliance à la Vérité et à l'Unité sera de plus en plus évidente. C'est au travers cette reliance nouvelle, passant par le Rayonnement du Divin de la Porte ER ou 9ème corps, par la fusion des Éthers au niveau du point ER du centre de la tête, que se réalise l'alchimie actuelle. Mais ne négligez pas le fait que pour vos frères non éveillés, cela ne se traduit pas par l'une des voies qui a été nommée la Joie, la souffrance, les voiles, mais exclusivement par des oscillations entre le déni, la colère, la négociation, sans qu'il soit possible, pour le moment, de vivre l'acceptation, pour ces frères et ces sœurs non ouverts.

Ne vous alarmez pas de ce que vous observerez car soyez certains que là aussi, tout ce qu'il doit se passer et tout ce qu'il se passe déjà, quels que soient les aspects détestables sur le plan de la personne, ne concourt qu'à une seule chose : l'établissement de la Vérité et la fin de l'illusion. Soyez donc indulgents aussi bien pour vos frères et sœurs éveillés qui n'ont pas encore la possibilité, pour des raisons d'origine ou de lignées, de régler ce qui est à résoudre pour l'instant. Soyez indulgents envers le plus dur des pays, soyez indulgents envers chacun. Soyez indulgents et pardonnez envers chaque acte contraire à la Vie, que vous soyez concernés ou pas, parce que même sans regarder vos écrans, vous ne pourrez plus bientôt ignorer ce qui se déroule chez vous.

C'est à travers ces souffrances et ces épreuves, et ces éléments apparaissant comme détestables pour la personne, que la Vérité est trouvée. Encore une fois, et je vous le redis aussi, il ne s'agit ni de punition ni de règlement d'un quelconque passé, mais l'évidence de la Lumière qui s'installe. En ce sens-là, il ne faut pas juger, en ce sens-là, il faut accueillir et accepter. Vous remarquerez d'ailleurs très vite, ainsi que cela a été dit par Osho, que dès l'instant où vous acceptez, et de toute façon vous ne pourrez bientôt faire rien d'autre que d'accepter, vous constaterez alors que vous aussi, qui étiez pourtant, peut-être, dans la souffrance, vivrez une Joie inextinguible et qui ne pourra jamais cesser.

Gardez présent à l'esprit ces quelques mots car je vous assure que dans les jours, les semaines qui viennent, les mois qui viennent, vous aurez à vous rappeler de ces paroles. De toute façon, cela ne durera qu'un temps qui sera très bref, si toutefois la première effusion totale du Supramental se passe avant l'Appel de Marie et avant la visibilité de Nibiru. Cet élément est nouveau, parce qu'il ne vous avait pas été donné lors de la chronologie développée par l'Archange Anaël voilà plus d'un an. Vous le savez, nous adaptons nos stratégies dans ce jeu de la Libération, les uns et les autres, et à chaque fois nous adaptons au plus juste ce qui doit se dérouler, afin que tout se passe dans la meilleure des situations possibles par rapport à l'Éternité, et non pas par rapport à votre monde ou aux évènements qui y surviennent.

Mais dès l'instant que vous accepterez cela, là aussi, vous ne pourrez que constater, réellement et concrètement, que cela vous concerne ou que cela soit loin de vous, que vous serez en joie et que vous serez en quelque sorte dans une forme de prière et de compassion totale envers vos frères et vos sœurs qui ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Le pardon deviendra automatique, la Joie deviendra de plus en plus grande. En cela, vous n'avez pas non plus à vous préoccuper du type d'évènement qui vous concerne. Pour le moment, il vous a été dit de vous occuper de vous, de rentrer en vous et de vivre ce qui est à vivre pour vous.

Une fois que vous aurez passé l'une des trois voies ou les trois voies, ou une seule, ou deux, à ce moment-là vous constaterez par vous-mêmes la réalité de ce que je viens de dire, à savoir que plus le tohu-bohu augmente, plus la Joie s'installe. Même si vous n'en saisissez aucun tenant et aucun aboutissant, essayez, et vous pouvez le faire sans aucune difficulté, de demeurer, quelles que soient vos circonstances et quelles que soient les circonstances du monde, dans cette Joie sans objet, car c'est la meilleure façon que votre rayonnement venant du 9ème corps, le rayonnement de votre Lemniscate sacré, entre en manifestation.

Vous savez ce que cela signifie, c’est-à-dire que le processus de la libération collective est maintenant très proche. Il se déroule en ce moment même, mais nous vous avons toujours dit que nous ne connaissions pas la date. Mais je vous dis aujourd'hui que nous pouvons reproduire, si le moment s'y prête, par nos vaisseaux, exactement le même processus. Tout dépendra de l'atmosphère de la terre, non pas à titre individuel mais à un échelon très collectif, concernant non pas seulement les consciences, non pas seulement les interactions de consciences humaines, mais tous les systèmes, sociétaux, politiques, financiers, économiques, énergétiques, présents sur terre.

Certains types d'impulsions électromagnétiques, comme vous les nommez, se sont produites ces dernières semaines et ont déjà entraîné des désagréments au niveau de vos systèmes organisationnels, en particulier électriques. Certains d'entre vous qui vivez en ces lieux, en ont senti l'impact. Il n'est pas réjouissant mais il est indispensable afin de vous permettre de trouver votre cœur et de vous installer surtout dans le cœur et dans ce que je nommais le rayonnement de la Source, le rayonnement de l'Éternité, qui commence à s'exprimer par le Feu Igné directement, non plus seulement au niveau du Cœur Ascensionnel (c’est-à-dire dire dans un mouvement bas-haut), mais dans un mouvement que je nommerais arrière-avant, réalisant alors par vous-mêmes l'effusion de Lumière en quelque circonstance que ce soit.

Vous sentirez d'ailleurs, pour ceux qui le vivent, au lieu de sentir la Couronne radiante du cœur, au lieu de sentir le Cœur Ascensionnel, vous sentirez une forme de brûlure s'échappant non pas du chakra du cœur mais du point qui est situé au-dessus, le corps de Rayonnement du Divin. Ce rayonnement agit de lui-même, je vous l'ai dit, vous n'avez pas à le diriger sur quiconque parce que c'est un Feu dévorant et il n'est pas question, en voulant aider, de délivrer ce Feu à quiconque n'est pas prêt. Mais par contre l'Intelligence de la Lumière, elle, dans son déploiement, se servira de votre rayonnement pour agir de façon la plus juste sur les frères et les sœurs endormis, qui vivront à ce moment-là les grâces Mariales, grâces Mariales qui ne pourront que se traduire, je viens de vous le dire et je le répète à nouveau là, que par le déni, la négociation, la colère avant d'en vivre l'acceptation. C'est là que votre rôle de prise en charge d'âmes est important, que cela soit à votre contact, à votre proximité ou n'importe où sur la planète.

Attendez-vous donc, pour ceux qui sont vibrants, à ressentir une redistribution du flux d'énergie se déroulant en vous, qui était nommé jusqu'à présent Couronne radiante du cœur, Couronne radiante de la tête, Canal Marial, Onde de Vie, qui seront non pas remplacés mais magnifiés par la présence d'un Feu émanant de vous, vous éclairant de l'intérieur et éclairant l'extérieur, c’est-à-dire le monde. Là aussi, il n'y a pas besoin de mots, il n'y a pas besoin d'attitude, il y a besoin de rester tranquille, ce que le frère Osho a nommé la fainéantise, ce sont ses mots.

En ce qui me concerne, la radiation du Divin qui sortira de vous est de la pure Lumière nommée radioactive. En ce sens, comme vous le savez, la radioactivité a des effets délétères sur la matière biologique carbonée. C'est en ce sens que si vous êtes porteurs de cette vibration, qu'il ne faut pas l'utiliser par vous-mêmes mais laisser l'Intelligence de la Lumière le faire. Vous n'avez pas à décider, vous n'avez pas à diriger l'Intelligence de la Lumière. Le seuil de tolérance à la Lumière au sein d'un organisme carboné est venu, ce qui permet effectivement l'activation de ce rayonnement du Divin qui, je vous le rappelle, est un rayonnement radioactif.

Vous qui êtes ouverts et qui le vivez, ne risquez rien pour la simple et bonne raison que les aspects vibratoires que vous avez vécus, récemment ou anciennement, vous mettent à l'abri de la destruction de la forme pour moment. Vous êtes réellement devenus des êtres transcendants, quel que soit l'état de votre éphémère ; que vous soyez dans la Joie, dans la souffrance, dans les voiles, dans la peine, peu importe. Cela ne change rien à la vérité de ce qui s'annonce et qui sera vécu.

La meilleure assistance que vous pouvez donner à ceux qui ne sont pas ouverts, n'est bien sûr pas de diriger ce Feu Igné concentré depuis votre 9ème corps sur eux – surtout pas –, mais de laisser œuvrer la Lumière, de rester tranquilles, de se contenter simplement de ce rayonnement qui vous remplira de quelque chose de nouveau, qui n'est pas seulement la Joie, qui n'est pas seulement la béatitude, qui n'est pas seulement la Félicité, qui n'est pas seulement l'extase ou l'intase, mais qui est la Vérité. La Vérité est un Feu brûlant et dévorant, vous allez le constater, si ce n'est déjà fait.

C'est au sein de ce rayonnement spontané, lié à votre activation, que se déroule l'appui essentiel que nous espérons de vous. D'ailleurs, il n'a pas besoin de vous puisqu'il nécessite votre disparition et votre non-implication. C'est en ce sens qu'il vous a été proposé, au niveau des villages elfiques, de déjà nous rencontrer pour certains d'entre nous, parce que ces rencontres nous permettront, sans passer par un médium, une rencontre directe bien plus efficace, bien plus vibrante et bien plus vraie, vous amenant à lâcher ce que vous croyez encore devoir faire ou quelque effort que vous croyez avoir à mener. Parce que la béatitude, effectivement, sera présente.

Ce processus sera actif, après les trois jours, sur l'ensemble des consciences restant présentes sur la terre, où que vous soyez sur la terre. C'est un Feu dévorant qui dévore l'illusion de la conscience, comme l'illusion de ce corps, comme l'illusion de ce monde ou de cette société. Vous n'avez donc pas à vous préoccuper de quoi que ce soit. Le sens de mon message est uniquement de vous prévenir et de vous avertir, si vous êtes concernés par ce processus, ce qui a priori est le cas dès l'instant où l'une de vos Couronnes a vécu la vibration.

C'est ce rayonnement du Divin tel que nombre d'entre nous le réalisons parmi vous depuis des années en certaines occasions, qui deviendra votre quotidien, mais non plus par des êtres venant de la Lumière authentique mais entre vous, par vous-mêmes, et sans aucune volonté et sans aucun désir. Au plus ce rayonnement qui sort de votre poitrine au-dessus du chakra du cœur sera important, au plus vous sentirez quelque chose de nouveau naître en vous, dont je ne peux rien dire car il vous appartient d'en faire l'expérience librement, sans aucun pré-conditionnement lié à mon discours.

Si nous en avons l'occasion, nous reviendrons bientôt pour vous donner plus d'informations concernant ce vécu qui est, là aussi, une grâce inespérée vu, sur le plan du calendrier, la durée du processus, et devant l'attente patiente et joyeuse que nous menons à vos côtés. Je ne développerai pas donc, au-delà de la perception Vibrale et des mises en garde que je vous ai faites, autre chose pour l'instant sur cet inconnu qui se présente à vous, parce qu'il est important de le vivre sans aucune idée préconçue et sans aucune projection.

Bien évidemment, ce processus pourra aussi naître au décours des Théophanies nouvelles, mais aussi au décours de n'importe quel évènement. Il n'y a pas de nécessité d'être alignés pour le vivre, ni même d'être occupés à quelque chose, mais soyez disponibles au moment où vous sentirez cela. Il ne s'agit pas de la Couronne radiante du cœur ni de la vibration du Triangle de la nouvelle tri-Unité, mais bien de quelque chose qui est relié directement au rayonnement de la Source et à votre cœur d’Éternité, et non plus seulement aux Couronnes radiantes qui, elles, ne sont que les interfaces du véhicule ascensionnel. Votre cœur d'Éternité, avec le Lemniscate sacré, fait partie de la constitution et de la réalité de votre corps d'Éternité. Ce qui se modifiera à ce niveau-là, induira nombre de transformations en vous et autour de vous, que vous ne pouvez décider, que vous ne pouvez choisir, et qui seront inéluctables.

N'oubliez pas que quel que soit l'évènement qui est à vivre, il est toujours fait pour vous conduire à la Liberté et jamais pour vous conduire à une souffrance ; en aucune façon cela n’est possible. Ce qui souffre, ce sont vos résistances ; ce qui souffre, c'est ce qui est nécessaire pour vous dans la charge d'âmes que vous avez et qui, je vous le rappelle, ne dépend pas d'une volonté ni de votre vie ici, mais des positionnements de l'âme, des lignées, et de l'Esprit même.

Les éléments que je viens de vous donner sont très généraux mais j'y ai toutefois mis les éléments essentiels concernant ce qui est à vivre dorénavant. Si nous en avons l'occasion, il y aura bien sûr d'autres explications, et je crois d'ailleurs que le Commandeur revient avec vous pour de longs instants. Alors si vous avez des questions, vous lui poserez à lui, si toutefois il peut y répondre ou veut y répondre, mais il est évident que l'effet de surprise est aussi, là, très important pour chacun de vous, même éveillé. Cet effet de surprise entraîne une sidération de la conscience, un petit peu de façon similaire à ceux qui vivent la voie des voiles, mais de façon brève et de façon unique. À un moment donné cela se produira, non pas de manière collective mais pour certains d'entre vous, et pas systématiquement le même jour ou au même moment mais dans le laps de temps qu'il vous reste à passer jusqu'à l'Appel de Marie, ou jusqu'à notre décision d'ouvrir les vannes de la totalité du Supramental.

Je vous remercie de votre attention. Je me doute bien qu'il doit exister encore de nombreuses questions en vous par rapport à ce processus, mais je vous l'ai dit, le Commandeur y répondra avec bonheur, si toutefois il le peut. Quant à moi, d'ores et déjà, je ne peux que vous dire mon Amour et mon affection. Moi qui ai vécu cela tout seul, voilà de très nombreuses années, aujourd'hui vous avez une chance à nulle autre pareille, c'est que vous êtes innombrables. Vous avez énormément de frères et de sœurs autour de vous qui vivent les mêmes processus, et cela vous permettra d'avoir, non pas un modèle mais un point de repère dans les processus qui sont à vivre. N'hésitez donc pas à échanger entre vous, non pas sur ce que vous vivez au niveau personnel mais sur les mécanismes qui vont se mettre en place au fur et à mesure des jours et des semaines.

Je suis Sri Aurobindo, Melchisédech de l'Air.

Que la Paix et la Grâce soient en votre cœur.

Je vous salue et j'espère avoir l'occasion, dans les semaines qui viennent, d'en rencontrer certains parmi vous sous les dômes de l'orée des villages des elfes. Nous avons des choses à partager, non pas des mots mais simplement l'Amour, surtout ceux parmi vous qui sont originaires de mon système stellaire, parce qu'il y a une affinité particulière que nous découvrirons ensemble à ce moment-là.

Je vous rends grâce pour votre écoute, pour votre présence, pour votre accueil.

Je vous dis donc à très bientôt. Merci.



* * * * *





_________________
"Ce qu’on appelle la Grâce, c’est la libération de l’idée d’être une personne."
Yolande Duran-Serrano


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:34 (2017)    Sujet du message: Entretiens JUILLET 2017 : ERIANE, GEMMA, MA, ANAËL, OSHO, Sri AUROBINDO

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> CANALISATIONS du Collectif Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom