Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

SAVITRI

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> Eclaireurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Spirale


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 72
Localisation: Chicago

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 18:19 (2013)    Sujet du message: SAVITRI Répondre en citant








C'est un appel venu du Monde qui avait précipité l'incarnation de Savitri dans le Temps. Sur la ligne de front d'une quête immémoriale, protagoniste solitaire dans le jeu mystérieux où l'Inconnu se poursuit lui-même sous différentes formes et limite sa propre éternité au moyen des heures, où le Néant aveugle se débat pour vivre et voir, un penseur, un travailleur dans l'atmosphère de l'Idéal fit descendre sur la Terre, en réponse à son besoin informulé, ce pouvoir resplendissant. L'esprit qui le gouvernait était de ceux qui, du haut des sphères les plus vastes, consentent à se pencher sur nos provinces de vision éphémère, en pionniers de l'immortalité.
 
Tel un phare éclairant les routes incertaines de la Terre, sa naissance constituait un symbole et un présage ; le manteau opaque de sa personnalité humaine dissimulait la toute puissante Sagesse qui dirige le monde aveugle. Bien qu'assujetti à l'Espace cosmique et au Temps et de ce fait payant ici-bas la dette de Dieu envers la Terre et les hommes, un plus noble lignage était cependant son droit divin. Bien que consentant à partager l'ignorance mortelle, sa connaissance relevait de la Lumière ineffable. Incarnant la Force de Permanence originelle qui se serait égarée dans les courants du moment présent, il conservait la vision des Immensités qui se trouvent en arrière plan : un pouvoir était en lui qu'il tenait de l'Inconnaissable. Archiviste des symboles de l'Au-delà, trésorier des rêves surhumains, il arborait les stigmates de puissantes mémoires et répandait leur formidable rayonnement sur la vie humaine. Ses jours étaient une patiente croissance vers le Suprême : cet être d'origine céleste, qui nourrissait ses racines d'une sève provenant d'occultes sources spirituelles, escaladait des rayons immaculés à la rencontre d'un invisible Soleil. Son âme était une déléguée de l'Eternel, son mental un feu à l'assaut du ciel, sa volonté une chasseresse sur les pistes de lumière. Chacune de ses inspirations trouvait son origine dans un océan, chacun de ses actes laissait l'empreinte d'un Dieu, chacun de ses instants témoignait d'un puissant battement d'ailes.
 
Notre petit lopin de condition mortelle, une fois touché par son locataire venu des cimes devient un terrain de jeu pour l'Infini incarné. Cette apparence corporelle n'est pas tout ; la forme déçoit, la personne est un masque ; cachés dans les profondeurs de l'homme demeurent des pouvoirs divins. Sa barque fragile convoie sur l'océan des ans un incognito de l'Impérissable. Un esprit demeure là, qui est une flamme de Dieu, une portion ardente du Prodigieux, artiste de sa propre beauté et de sa propre joie, immortelle dans notre misère de mortel. Ce sculpteur des formes de l'Infini, cet Hôte voilé, non reconnu, initié de ses propres mystères ésotériques, cache dans une petite graine insignifiante sa pensée cosmique.
 
Porteur de la force discrète de l'Idée occulte qui détermine la forme et l'acte prédestinés, passager de vie en vie, d'étape en étape, changeant sa personnalité symbolique d'une forme à l'autre, il est concentré sur l'icône qui grandit par son regard et dans le ver de terre il voit déjà le Dieu à venir.
 
Finalement, ce voyageur sur les sentiers du Temps arrive aux frontières de l'Eternité. Drapé dans un fragile symbole d'humanité il perçoit la substance de son moi immortel et perd sa sujétion à la mortalité. Un rayon de l’éternel enflamme son coeur, sa pensée se projette dans l'infini : tout en lui s'ouvre aux immensités de l'esprit. Son âme s'échappe pour rejoindre l'Ame suprême, son vital baigne dans l'océan de cette vie supérieure.
 
Il a bu au sein de la Mère des Mondes ; une super-nature exempte de limitations prend possession de son corps : elle adopte le terrain permanent de son esprit comme une garantie dans son monde instable, et y projette l'image de ses puissances non-nées. Dans un contexte d'immortalité elle se conçoit elle-même en lui ; dans la créature œuvre la Créatrice dévoilée : l'expression de la Mère est visible sur son visage, le regard de la Mère transparaît dans ses yeux ; son être lui appartient grâce à une vaste identité. Alors se révèle au grand jour le Divin dans l'homme. Un état d'Union statique et un Pouvoir dynamique descendent en lui, sceaux de la Divinité intégrale ; son âme et son corps reçoivent cette marque splendide.
 
 
 La vie de l'homme est une longue et fastidieuse préparation, un parcours de labeur et d'espoir et de guerre et de paix, tracé par la Vie sur le terrain obscur de la Matière. Dans son ascension d'un pic qu'aucun pied n'a jamais foulé, il cherche à travers une pénombre trouée d'éclairs une réalité voilée largement inconnue, toujours évasive, selon une quête de quelque chose ou quelqu'un qui n'a jamais été découvert, le culte d'un idéal jamais réalisé ici-bas, une spirale sans fin d'ascensions et de chutes, jusqu'à ce que finalement il ait atteint le point géant d'où resplendit la Gloire pour laquelle il est fait, et qu'il se trouve précipité dans l'infini de Dieu.
Par delà les poste-frontières de notre nature l'on s'évade dans l'arc de lumière vivante d'une super-nature.
Ceci se révélait maintenant chez ce fils de l'Energie ; la base de cette importante transition s’était établie en lui. Dans l'Immanence céleste originelle dont tous les processus de la Nature relèvent de l'art, l'Ouvrier cosmique apportait sa touche secrète pour convertir ce fragile moteur organique à un usage céleste. Une Présence travaillait à sa forge derrière un paravent énigmatique : elle martelait sa base pour qu'il puisse porter le poids d'un Titan ; raffinant des blocs grossiers d'énergie naturelle, elle remodelait son âme comme on statufie un Dieu. L'Artisan de la substance magique du moi qui travaille à ce plan audacieux et complexe dans le vaste atelier de ce monde prodigieux, dans le Temps intérieur composait ses pièces rythmiques.
Et puis survint le miracle abrupt, transcendant : la Majesté immaculée, derrière son masque était parvenue à mettre en évidence, à l'oeuvre dans la matrice obscure de la vie, la splendeur des choses à venir dont il avait rêvé. Dans un couronnement de l'architecture des mondes, le mystère du mariage de la Terre et du Ciel annexait le divin au plan mortel. Un Voyant était né, resplendissant Hôte du Temps. Pour lui le firmament limitatif du mental avait cessé d'être ; sur l'avant-plan mythique de la dualité Ombre-Lumière une brèche avait été déchirée dans cette voûte qui cachait tout ; les limites conscientes de l'être dégringolaient en arrière, les bornes de la petite personnalité tombaient, l'île de l'ego ralliait son continent. Ce monde rigide de formes limitatives était dépassé : les barrières de la vie s'ouvraient sur l'Inconnu. Les artifices de la conception étaient abolis et le traité entre l'âme et la Nature ignorante était révoqué, rayant ainsi la clause sévère de l'esclavage. Toutes les inhibitions grises étaient arrachées, et brisé le dur et brillant couvercle de l'intellect ; la Vérité indivise retrouvait un immense espace céleste ; une vision impériale voyait et savait, le mental enchaîné devenait libre lumière, le moi fini s'unissait à l'Infini.
A présent sa progression relevait du vol de l'aigle. Hors du noviciat de l'Ignorance, la Sagesse le portait à la maîtrise de ses arts et faisait de lui un éminent maçon de l'âme, un bâtisseur de la maison secrète de l'Immortel, un aspirant à l'Immortalité divine : désormais maîtrise et liberté s'en remettaient entièrement à lui ; s'affirmant sur le crépuscule du mental et la nuit étoilée du vital, vint à resplendir l'aurore d'un jour spirituel.
 
Et c'est ainsi qu'il grandit dans un moi plus vaste, l'humain limitant ses mouvements de moins en moins, être plus grand découvrant un monde plus grand. Une farouche volonté de connaissance osait renverser les barrières de sécurité que la raison dresse et qui restreignent l'essor du mental, le plongeon de l'âme dans l'Infini. Même ses premiers pas brisèrent nos petites limitations terrestres et le firent s'aventurer dans une atmosphère plus vaste et plus libre.
Dans ses mains guidées par une Force de transfiguration il saisit sans peine, ainsi que l'arc d'un géant laissé à l'abandon dans une caverne secrète et scellée, les pouvoirs qui d'ordinaire sommeillent en l'homme sans être utilisés. Il fit du miracle un acte normal et entreprit des travaux divins comme une activité de routine — magnifiquement naturelle à ce niveau — produisant des efforts qui auraient fait éclater les cœurs mortels les plus solides ; avec une facilité extraordinaire et souveraine il menait à bien des projets beaucoup trop sublimes pour la volonté ordinaire de la Nature : les dons de l'esprit vinrent à lui en masse ; ils étaient la marque de sa vie, et son privilège.
Une perception pure lui prêtait sa joie lumineuse : sa vision intime ne dépendait pas de la pensée ; elle enveloppait toute la Nature d'un seul coup d'œil et regardait dans le cœur même des créatures ; n'étant point trompée par la forme, elle voyait l'âme. Dans les êtres elle savait ce qui se dissimulait, inconnu d'eux-mêmes ; elle saisissait les idées au niveau du mental, les désirs au niveau du cœur ; dans les replis impurs du secret, elle cueillait les motifs que les hommes cachent à leur propre vue.
 
Il percevait les pulsations de vie dans les autres hommes, qui l'envahissaient avec leur bonheur et leur angoisse ; leurs amours, leurs colères, leurs espoirs non exprimés pénétraient sous forme de courants ou déferlaient en vagues dans l'océan immobile de son calme. Il entendait le son inspiré de ses propres pensées faire écho dans les voûtes d'autres mentals ; les courants de pensée du monde traversaient son champ de vision ; sa personnalité intérieure grandissait auprès de celle des autres et portait le poids d'une fraternité, d'un lien commun, et pourtant se tenait non affectée, maître d'elle-même, seule.
Une harmonie magique dans un crescendo accordait les anciens instruments de la Terre aux symphonies célestes ; elle encourageait les serviteurs du mental et du vital à être d’enthousiastes partenaires responsifs à l'âme, les tissus et les nerfs à se transformer en cordes sensibles, aptes à relayer le transcendant et l'extase ; elle faisait des moyens du corps les complices de l'esprit. Une fonction plus divine avec des modes plus raffinés éclaira de sa grâce les attributs terrestres de l'homme ; après avoir fait l'expérience d’une transe profonde, l'âme avait émergé du sommeil où la Matière dominatrice l'avait plongée, droguée.
 
Dans le mur inerte qui nous sépare de notre moi le plus vaste, ce lieu secret de sommeil apparent, ces étendues mystiques par-delà nos pensées conscientes, une porte s'ouvrit, créée par la pression de la Matière, libérant des choses inimaginables pour les sens terrestres : un monde invisible, inconnu du mental extérieur se manifesta dans les silencieux espaces de l'âme.
Il se tint assis en des chambres secrètes avec vue sur les contrées lumineuses du non-né où tout ce dont rêve le mental devient réel et vrai, où tout ce à quoi aspire la vie est attiré à portée de main. Il vit la Perfection dans sa demeure ornée d'étoiles, vêtue de sa splendide forme immortelle et reposant en paix dans les bras de l'Eternel, abîmée dans la chamade d'une extase de Dieu. Il vécut dans l'espace mystique où naquit la pensée et où la volonté est bercée par une Puissance éthérée et nourrie du lait immaculé des vigueurs de l'Eternel pour qu'elle grandisse à l'image d'une divinité. Dans les chambres occultes du Témoin, aux murs faits de substance mentale, s'ouvraient les fenêtres de la vision intérieure qui donnent sur des patios cachés, des couloirs secrets.
 
 Il prit possession de la maison du Temps unifié.


Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Lun 11 Nov - 18:19 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Spirale


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 72
Localisation: Chicago

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 18:29 (2013)    Sujet du message: suite Répondre en citant


( apparemment il veut pas mettre la suite parce qu'il faut que je fasse un laius avant)
Voila mon laius et la suite vient.


Revenir en haut
Skype
Spirale


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 72
Localisation: Chicago

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 18:34 (2013)    Sujet du message: Suite de Savitri- Chant 3 par Sri Aurobindo Répondre en citant

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????


cela ne marche pas


je reste zen, je respire.
il veut pas poster et me dit: vous devez rentrer un message avant de poster !!!!
mais j'en ecrit un, qu'il veut pas poster    Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked


Revenir en haut
Skype
Spirale


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 72
Localisation: Chicago

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 18:35 (2013)    Sujet du message: SAVITRI Répondre en citant

bon alors j 'en profite pour preciser qu'il s'agit de SAVITRI, le chant 3 de Sri Aurobindo



Revenir en haut
Skype
Spirale


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2013
Messages: 72
Localisation: Chicago

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 18:41 (2013)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

Bon puisque vraiment cela ne fonctionne pas. Vous pouvez lire par vous-meme en direct sur ce site:

http://savitri.net/


ou bien telecharger le texte sur Scribd :
http://www.scribd.com/doc/14165447/Aurobindo-Savitri-en-francais#download


Je suis en train de lire et heir soir en lisantt ce chant 3, a la vibration tres perceptible, je me suis dit qu'il etait bon de le partager en ce moment car il retrace tout a fait ce que nous vivons tous et dont les merveilleux temoignages de ces derniers jours sont les echos.




Revenir en haut
Skype
Delphinium


Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2013
Messages: 86

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 23:33 (2013)    Sujet du message: SAVITRI Répondre en citant

Et pour ceux qui n'ont pas face de book c'est ici   Wink


http://savitri.x-air.in/Livre I/Livre I chant 3.pdf


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:39 (2018)    Sujet du message: SAVITRI

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> SPIRITUALITE -> Eclaireurs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom