Forum Index


 
 Forum IndexFAQSearchMemberlistUsergroupsProfileRegisterLog in

La transformation finale
Goto page: <  1, 2, 3
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Index -> DISCUSSIONS -> La transformation finale
Previous topic :: Next topic  
Author Message
mamissou


Offline

Joined: 10 Nov 2013
Posts: 26
Localisation: québec

PostPosted: Sun 8 Dec - 04:49 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

Suite du dialogue sur ma peur de te perdre complètement dévié sur comment parler avec mon cœur d’enfant.  Fuck la cohérence!
 
Si tu savais combien je suis écoeurée de cacher mon Yin comme tu dis.  Mais c’est aussi vraiment difficile de parler avec mon cœur d’enfant sans que la peur et la culpabilité s’en mêlent.  Alors, je prends quelques instants pour aller dans mon cœur. 
 
Ça y est, j’y suis et je te décris.  Parmi toutes les pièces que j’ai pu imaginer dans cet espace sacré de mon cœur,  c’est sûrement une de mes préférée.  C’est un espace extérieur que j’appelle ma chambre d’enfant  car il s’agit essentiellement d’un grand lit en bois suspendu dans les airs aux branches de quatre arbres majestueux qui l’encadrent.  Les feuilles me protègent totalement d’éventuelles intempéries mais laissent passer quelques rayons de soleil.  Elles ont la particularité de changer de couleur à intervalle lent mais régulier.  Passant du bleu au mauve au turquoise au rose et au blanc.  C’est tellement beau!   C’est vraiment un plaisir pour les yeux que de se coucher dans ce lit.  J’entends  et ressens la brise qui passe dans les feuilles.  Et quelquefois, quand le vent se lève, il balance mon lit doucement.  J’entends également le ruisseau qui coule tout près.  La vue, du haut de mon lit, donne sur la prairie où des chevaux sauvages viennent paître.  À l’horizon, un lac bordé d’une forêt.  J’ai rempli mon lit de grosses couettes et d’oreillers en duvet super confo.    Et j’y ai ajouté une dizaine de chatons angoras vraiment mignons (sans y être allergique, évidemment).   Bon, je m’y installe.  C’est malade comme je suis bien! Et j’attends que mon cœur me parle. 
 
J’ai toujours manifesté un énorme  manque d’intérêt pour tout ce qu’on appelle « responsabilité ».  Je me rappelle que lorsque nous montions au chalet avec ma famille, même si j’étais en âge de le faire, j’évitais toujours d’aider mes parents et mes soeurs à ouvrir le chalet, à défaire les valises, à décharger l’auto, etc.  La première chose qui m’importait et m’appelait c’était d’aller saluer le Lac, d’enlever mes bas et mes souliers et surtout mouiller « accidentellement » mes pantalons.  Et cet élan était tellement fort que j’arrivais toujours à me défaire de ces besognes qui, pour moi, pouvaient attendre.  Ces échappatoires passaient comme les passe-droits de la petite dernière.  Mais le lien que j’établissais avec la nature à ce moment-là, me semblait viscéral et valait toutes les réprimandes au retour.   Et comme c’était un feeling que je ne pouvais expliquer, je ne l’ai jamais exprimé et je l’ai même perçu comme étant de l’égoïsme ou comme de l’enfantillage.  On apprend vite à cacher son être.
 
Première déclaration du coeur


Alors, du haut de mon lit, moi, Sue, je proclame très fort que la première chose à faire lorsque je prends contact avec la nature, quelle qu’elle soit, c’est de la remercier de son accueil.  De prendre le temps, avant toute autre chose, de la respirer et de la contempler pour ce qu’elle est.  Et surtout d’abandonner l’idée de se l’approprier et de penser que je suis la seule intelligence qui s’y promène.  Et si un cours d’eau la baigne, ne jamais oublier de mouiller mes pantalons parce que c’est trop le fun! 


Back to top
Publicité






PostPosted: Sun 8 Dec - 04:49 (2013)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
gaston


Offline

Joined: 07 Nov 2013
Posts: 87
Localisation: québec

PostPosted: Sun 8 Dec - 14:02 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

8 décembre 2013



Salut Âme de Suzanne


Je suis heureux de voir ton nez se pointer hors de ta personnalité, hors de ton illusion. Il est temps maintenant  de laisser les peurs  s’évanouir dans le rien qu’elles représentent. Je jeux est terminé  car nous avons retrouvé le chemin du cœur qui va nous ramener inévitablement dans le cœur de l’Un, dans le cœur de Tous.


Il est maintenant temps de cesser de prendre au sérieux je jeu de l’illusion. Rappelle- toi lorsque nos personnalités étaient encore étudiantes et que l’argent nous faisait défaut, on se regardait dans les yeux et on prenait notre dernier dix dollars pour aller manger au restaurant.  Le sérieux n’habitait pas encore en totalité notre cœur, nos cœurs s’autorisaient à laisser couler la vie en nous de façon simple.


Rappelle-toi lors de la faillite à l’aube des 30 ans de nos personnalités  avec trois jeunes enfants, encore une fois, nous nous sommes regardés dans les yeux et nous avons découvert une richesse  qui habitait notre cœur  et nous avons souris.
Depuis des millénaires nous foulons le sol de cette Terre à traves une multitude de rôles illusoires à la recherche de notre cœur oublié.  Maintenant regarde en arrière, non pas avec les yeux de la personnalité mais avec ceux du cœur, regarde notre incarnation présente.  Ne vois-tu pas l’histoire de deux cœurs  qui ont traversé le monde illusoire pour retrouver  l’essence de qui ils sont vraiment.



Maintenant regarde le présent, regarde se que nos Âmes ont construit à travers nos personnalités. Ne regarde pas le matériel, regarde les conditions plus que favorables que nous disposons  pour marcher  vers notre libération. Oublie les lamentations de ta personnalité qui se voit profiteuse et dépendante  car cette construction  bien qu’illusoire, est le fruit de nos deux Âmes. Elle est le fruit des rôles que nous avons acceptés de jouer  pour nous transporter  jusqu’à l’instant  présent.


Cet instant ou la peur de l’autre cesse  car nous percevons  que notre force est dans l’union des deux polarités. La force de la polarité masculine réside dans l’intégration de ce qu’il percevait faible et la force de la polarité féminine réside dans l’intégration de ce qu’elle percevait apeurant. C’est ainsi que la polarité masculine peut exprimer son assurance  avec  sensibilité et c’est ainsi que la polarité féminine peut  exprimer sa sensibilité avec assurance.


Le compte à rebours est plus que commencé car il achève.  De quoi sera composé notre illusion jusqu’à la fin de ce temps qui achève?  Seule la Lumière le sait.


Allons- nous traverser des tempêtes?  Allons-nous  voir nos personnalités perdent  leurs biens matériels?  Allons-nous voir des proches souffrir?


Allons-nous regarder ce qui vient avec les yeux de la personnalité ou allons-nous regarder ce qui vient avec les yeux du cœur de l’enfant, du cœur de l’Un?



La réponse est déjà  évidente, notre parcours est la réponse. Il ne reste qu’à consolider cette intégration de l’Unicité en chacun de nous  par l’abandon de notre histoire et par le témoignage de notre cœur.


Les enfants, il est maintenant  temps  de répondre à la question : qui es-tu?  En tant que parent, j’ai voulu à travers la transformation finale  dévoilé mon chemin que j’ai choisi pour retrouver la liberté. Ce chemin n’est pas complètement  terminé  mais il tire à sa fin. Alors je vous tends  la main et je vous demande : Es-tu prêt toi aussi pour le regard honnête et pour la merveilleuse transformation qui sonne à la porte.








 

Avec tout mon cœur


Adamon/Gaston


Back to top
gaston


Offline

Joined: 07 Nov 2013
Posts: 87
Localisation: québec

PostPosted: Mon 16 Dec - 21:50 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

16 décembre 2013



Salut Suzanne


Comment je vis ma vérité?


L’absolu, le Soi, la personnalité, parler, ne pas parler, écrire, ne pas écrire. En bout de ligne je pense que je m’en fou.  Je vis tout simplement ce que j’ai à vivre au moment que je le vis.



Est-ce que je me questionne? Bien sur que oui.



Est-ce que je sais que c’est ma personnalité qui se questionne? Bien sur que oui.


Est-ce que je dois garder le silence?  Est-ce que?  Est-ce que……..


Au fond de moi, il y a une voie qui me dit : il n’y a rien de grave, tu vas te rendre à l’endroit que tu dois être et ce malgré tout ce que tu peux faire ou ne pas faire.  Reste  lucide, de toute façon tu as toujours été à la place que tu devais être.


Est-ce que je vais m’établir dans le Soi ou en absolu?


Pas la moindre idée. Ce n’est surement pas ma personnalité qui va faire le choix.


Comme j’ai déjà dit je me sens comme un pilote aux commandes  d’un avion qui doit  le faire atterrir  sur une piste dont la longueur est inconnue. L’avion  c’est la vie que j’ai actuellement  avec mes activités personnelles et professionnelles et la piste c’est la ligne de  temps qui s’achève.  L’avion n’a presque plus de carburant  donc comme pilote je fais planer l’appareil. Le carburant  c’est ma personnalité  qui aimait contrôler et l’air qui permet à l’avion de planer  c’est la foie.


Est-ce que l’atterrissage va se faire en douceur? Je l’ignore


Pourquoi ne pas sauter hors de l’avion  pendant qu’il est en vol?  Est-ce la peur de ne pas savoir ou je vais atterrir?  Est-ce la peur  de perdre ce que je possède?  Est-ce la peur de l’inconnu?


Oui pour les quatre questions. La peur est très présente actuellement, ma personnalité a vraiment peur  car il n’y a plus d’illusion qui ne tienne.  Elle est plus présente actuellement et je trouve cela comme normale  car elle tente une dernière tentative pour se remettre sur les rails. Je ressens sa colère en moi,  je la regarde et je la comprends.  Le futur comme temps linéaire n’a plus vraiment de consistance dans ma conscience.



Je ne suis pas dans la joie mais je ne suis pas non plus dans la tristesse. Je suis comme dans un espace  en suspension  ou la vie se déroule sans que je n’y participe vraiment. Les pensées, les émotions  passent à travers moi  comme une rivière et quelque fois ma personnalité s’installe dans  le courant comme un rocher pour tenter de retenir une émotion, un jugement.  Je laisse le rocher se dissoudre et le courant suit son court.


Depuis environ quatre jours, j’ai comme des flashs. Dans plusieurs canalisations ont parle de nettoyer la maison et même d’avoir une maison vide. Il m’arrive de vivre se vide absolu dans le corps pendant deux ou trois secondes. C’est vraiment déstabilisant et inexplicable.


Voilà, je voulais juste donner de mes nouvelles.
Salut


Back to top
mamissou


Offline

Joined: 10 Nov 2013
Posts: 26
Localisation: québec

PostPosted: Wed 18 Dec - 00:25 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

undi, 16 décembre 2013  
Je me réveille encore sous le choc de mon rêve que voici. 
 
Je suis couchée dans la salle de jeu des enfants sur les gros coussins rouges de gym.  Et j’attends la venue du psychologue.  Je suis complètement épuisée et dans une détresse infinie.  Je pleure en silence dans un certain lâcher prise à accepter de rencontrer un psy.  Une autre partie de moi, dans un corps bien défini et comme affairée à ranger la maison, semble organisée et fonctionnelle, me dit de ne pas m’endormir avant la venue du psy.  Dehors, il fait tempête, il y a tellement de neige que le psy arrive en motoneige.  C’est un mélange de massothérapeute expérimenté et d'un gars de construction « Ti-jo connaissant ».  L’autre partie de moi va l’accueillir dehors  sur le balcon et lui dit que je ne vais vraiment pas bien.  Tout de suite, le psy, sans m’avoir parlé, (à la partie malade de moi) sort une grande analyse psychologique incompréhensible sur mon état qui ne tient sur rien.   Il entre dans la maison qui ne comporte plus qu’une pièce qui ressemble à un entrepôt.  Il y a deux allées qui sont séparées par cinq étagères de métal  emplies de vieilles choses et de vieux documents.  Il n’y a plus de couleurs, c’est gris.  Et dans cette pièce, la partie malade de moi s’est transformée en lion qui ne cherche qu’à bouffer le psy.  Celui-ci a tellement peur qu’il est devenu un petit garçon très vulnérable.  Alors, je rentre dans la pièce pour sauver le petit psy garçon.  Mais j’ai très peur du lion moi aussi, sauf que je sais comment faire pour nous sauver.  Tout un jeu de cachette entre les étagères commence, je dis au petit par quel endroit passer, ça ne finit plus,  je déjoue le lion en l’éloignant le plus possible pour nous donner le temps de courir jusqu’à la sortie ou plutôt jusqu’à la ligne que le lion ne peut pas dépasser.  Je cours, je cours le plus vite que je peux en sachant que je gagne.  Une fois l’autre côté de la ligne, le lion s’est retransformé en l’autre partie de moi qui me dit : « Je suis tellement déçue de ne pas l’avoir eu.   De ne pas avoir réussi à  lui montrer combien j’ai mal! »
 
Trop fatiguée pour l’interpréter ou trop peur de l’interpréter.  Mais j'essaie.
 
La dépression et la tristesse, c’est une écoeurantite de mon doute.    La théorie du psy correspond aux idées que j’ai mais dont je doute  car elles proviennent de l’invisible.  Je crois que le psy c’est toi que je juge à parler à travers son chapeau mais que j’envie pour sa belle assurance.   Le lion, c’est ma colère de toujours douter qui bouffe tout  mon intérieur et qui ne peut pas dépasser la ligne, qui n’est pas capable d’exprimer sa souffrance.  Ma colère peut transformer le yang en petit garçon vulnérable que je dois sauver.  Les deux côtés de ma personnalité : Une qui est malade, et une autre qui essaie de cacher ce qui se passe en elle mais qui réussit à déjouer la colère.  Et la déception qui clôture le rêve,  Je reste prise avec mon doute, avec ma souffrance. 



Vraiment trop fatiguée pour continuer.
   
 
Sue.


Back to top
gaston


Offline

Joined: 07 Nov 2013
Posts: 87
Localisation: québec

PostPosted: Tue 24 Dec - 01:06 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

23 décembre 2013


Salut Suzanne


C’est très bizarre  mais c’est se que je vis.


Depuis trois semaines plus rien. Je me sens complètement déconnecté  de la transformation en cours.  Partie d’un ressenti très puissant avec des expérimentations vibratoire plus que présentes  pour arriver à mes questionner si tout ceci est bien réel.  C’est comme si tout s’était soudainement renversés.


Je lis les différents post et le doute sur leurs véracités s’installe en moi.


La seule chose que je ne peux douter c’est de mon vécu.  C’est par l’expérimentation  que je suis parvenu  à la conclusion que se monde n’est qu’une illusion. C’est l’expérimentation qui ma fait cesser de croire que c’est en s’améliorant  que je vais atteindre qui je suis réellement.



Mon expérimentation m’a transporté dans un espace en suspension.  Je me sens aussi éloigné de ma personnalité que de mon âme et que dire de l’absolu.  Je suis comme en flottement  à l’intérieur d’une vie que je ne reconnais plus. Tout les points de repères ont disparus et pourtant je continus à respirer, à me lever tout les matins.


Ce qui me motive, aucune idée. Je fais simplement ce que j’ai l’habitude de faire comme un automate.
Certain me disent, lève toi les manches et rebâti toi une vie, d’autres me disent de tout laisser tomber, de tout vendre et recommencer.



Qu’est-ce que moi je me dis?  Rien


Je ne cherche nullement à comprendre, je vis simplement ce qui se présente à moi, c’est-à-dire rien.  Le rien m’amène au même endroit  c’est-à-dire nulle part.


Il y des matins que j’aurais le gout de crier : Dieu pourquoi m’as-tu abandonné?  En fait c’est peut-être dans ce néant dans lequel je me retrouve que je suis le plus près de lui.


J’en conviens, ces quelques mots peuvent sembler dépriment  mais pour moi il n’en est rien. Vivre le néant sans connexion est une expérimentation au même titre que de vivre des vibrations.



Je ne suis pas de très bonne compagnie, là aussi j’en conviens  mais c’est ce que je vis actuellement. Ne plus croire à rien d’un coté comme de l’autre fait en sorte que je n’ai pas grand-chose à dire à l’exception de ce que je viens d’écrire.


La vie semble vouloir que je me vide de moi alors je dis que le vide sa fasse.


Ceci dit je te souhaite un joyeux Noël


Back to top
gaston


Offline

Joined: 07 Nov 2013
Posts: 87
Localisation: québec

PostPosted: Sat 28 Dec - 02:30 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

27 décembre 2013



J’ai le regard figé dans le futur, dans l’espoir que les choses s’améliorent.

 
Qu’est-ce qui doit s’améliorer?


Ne plus avoir de préoccupation, de peurs.


Qu’elle préoccupation as-tu?


L’argent, la maudite argent. En avoir assez pour tout payer, pour qu’il n’arrive rien.


Qu’est-ce qui peut arriver?


Que mon monde s’écroule comme un château de carte.


Que penses-tu qui va arriver si ton monde s’écroule?


De la tristesse, des préoccupations, du stresse.


Tu le vis déjà et tu le vis non pas pour l’instant présent  mais pour un futur  qui n’est pas là. Est-ce qu’il te manque quelque chose actuellement?


Non à part la tranquillité d’esprit.


Et cette tranquillité tu ne l’a pas pour qu’elle raison?


Parce que je m’inquiète du futur.


Cesse de t’inquiéter  car tu sais que tu tournes en rond. Est-ce vraiment l’argent ou bien l’argent cache autre chose?  

 
Tu as raison, l’argent cache ma perte de contrôle et j’ai peur. Mes points de repères ont disparus comme mon goût de me battre. Je voudrais vivre la simplicité, je pense que je suis fatigué. Fatigué d’avoir peur, je me réveille le matin et ma tête à déjà commencé à calculer, à faire des projections.



Ton mental est sur le devant de la scène  et tu ne sais plus comme en décrocher.  Je vais te dire un secret, c’est normal, le monde s’éteint en toi. C’est comme si une par une les lumières de tes croyances s’éteignent  et le futur comme tu l’as toujours construit devient de plus en plus noir. Et ton mental qui t’a toujours servi pour ta survie n’est pas très confortable, je dirais même qu’il capote actuellement.  Ce monde est sur le point de se terminer  et tu vis cette fin d’une façon graduelle, par expérimentation quotidienne, dose par dose.
Mais pourquoi je ne ressens plus cette connexion?


Actuellement la ressens-tu?
Oui.
 

Tu as ta réponse. Actuellement tu fais le choix de vivre cette connexion et dans les semaines passés tu as fait le choix de vivre le mental et d’y croire et même de t’y enfoncé.  Mais ne te juges pas car c’est de cette façon que l’intégration s’effectue en toi.


( 1 heures ½ plus tard)
Je viens d’avoir une discussion avec Suzanne.
Le fait de converser avec toi  par l’écriture, m’a comme sortie de ma torpeur, de mon mental. Depuis le début décembre, Suzanne et moi avons très peu discutés, on vivait notre torpeur individuelle chacun de notre coté.  La reconnexion vient de se refaire entre nous deux  et la légèreté vient aussi de se réinstaller. Les deux nous vivons cette désorganisation  en nous engendré par la perte de sens.
En discutant, nous nous sommes aperçus  que cette perte de sens n’est pas volontaire. Elle ne provient pas de nos personnalités, elle s’établit en nous simplement.  Elle demande une grande humilité  et lorsque nous nous éloignons justement de cette humilité, c’est la complexité du mental qui prend la relève.



Comme tu peux le constater ta conscience, au cours du mois de décembre, c’est coller au personnage pour te permettre de revisiter le mental et t’en faire vivre la souffrance. Cette expérimentation t’a permit de renforcir  le pilier de l’humilité non pas de façon conceptuelle mais bien par l’expérimentation justement.  Ton regard de la simplicité fut aussi grandement  secoué face à la complexité du mental.  La transparence lors de cette incursion dans le mental a fait place à l’opacité et la joie de l’enfant  avait disparue.


C’est fantastique de constater comme le mental  ferme les quatre piliers de la conscience à ne vitesse fulgurante.



Ta situation n’a pas changée depuis le début de notre conversation, seul ton regard à changé. Tu ne peux pas être dans ton cœur  et en même temps dans ton mental.  On peut dire que l’expérimentation du mental a pour but de renforcir ton choix du cœur. N’oublie jamais que la connexion  ne peut pas se défaire  car tu ne peux cesser d’être ce que tu es  par essence  mais tu peux jouer à l’oublier.  Actuellement l’oublier te fait pénétrer de plein fouet dans la souffrance et lorsque tu jugeras que tu as assez souffert, tu mettras fin au jeu.


Merci.


Merci à toi et n’oublie pas que je ne suis jamais coupé de toi.


Adamon/Gaston


Back to top
mamissou


Offline

Joined: 10 Nov 2013
Posts: 26
Localisation: québec

PostPosted: Mon 30 Dec - 21:53 (2013)    Post subject: La transformation finale Reply with quote

Le 30 décembre 2013-12-30
 
Salut,
 
Moi aussi, je vis intensément les changements vibratoires assez pour me sentir en déséquilibre psychologique.  C’est vraiment désagréable!  Le manque de repères est présent  dans toutes les sphères de ma vie. Plus rien n’a de sens.  Et ça me plonge dans les incertitudes les plus grandes.  Dans les creux de vagues, mon mental en profite et m’enfonce dans une déprime insoupçonnée.  J’arrive difficilement à éprouver de la joie.  C’est comme si j’avais perdu ma capacité à m’émerveiller.  Je fais les choses sans enthousiasme.  Et je me sens très seule, déconnectée.  Comme si je n’avais plus la volonté d’apprendre à redevenir vivante.
 
Je sais par ailleurs que la seule place ou je me sens mieux, c’est dans mon espace du cœur.  Mais voilà, pour m’y rendre, je dois prendre le temps d’y aller. Moi, qui a tout le temps qu’il faut.  On dirait que je m’exige d’être bien pour y aller comme si je m’interdisais d’apporter ma déprime avec moi dans cet espace sacré.   Actuellement, quand je me relis,  je me juge de m’épandre comme ça devant tout le monde qui pourrait me lire. Je déteste ça!  Alors, je prends quelques minutes, je ferme les yeux et j’essaie de m’y rendre, dans mon cœur.  Que toute agitation se dissipe…J’inspire…    …   …   …   …   …   …   …
 
…Voilà.  J’ai situé ma conscience à la hauteur  de mon chakra du cœur.  J’entends battre mon coeur.  Je prends le temps de l’écouter.  Puis, je me dirige vers lui.  Ou plutôt, vers une espèce de porte, comme une voûte ancienne parcourue de nervures et de ramifications naturelles comme quand la nature reprend ses droits sur de vieilles ruines.  Je passe au travers. 
 
 Je suis sur le pallier d’une grotte.  Il fait sombre.  Je demande la lumière et une petite torche s’allume.  Je n’ai qu’à la pencher dans un genre de conduit en pierre qui encercle totalement ce lieu et mon antre s’illumine d’un feu accueillant et discret.  Je descends l’escalier long et étroit qui longe la paroi de la grotte et dès que je mets le pied sur la pierre, la terre tremble et un immense prisme sort tranquillement du sol.  Il est magnifique et étincelant.  Et en son centre, il présente une alcôve qui m’invite à m’y blottir.  Je m’installe confortablement dans la conscience qu’à chacune de mes inspirations, je reçois les vibrations d’amour de la terre….et que chaque expiration expulse mes doutes et mes résistances.   Je me sens alors très fragile… Je pleure…chaque souffle est consolateur.  Je reste là un long moment.  Un sentiment de gratitude m’envahit.  Merci. 
 
Je prends conscience que la paix est toujours en moi et que l’amour est au rendez-vous.  J’accueille l’univers en moi et je m’accueille dans l’univers.  Cette reconnexion me pousse à me réinventer.  Je laisse donc mon corps physique dormir dans le prisme et je m’en vais explorer la caverne sans aucun autre but que d’imaginer la beauté de mon cœur.
 
 
Je ne sens plus la densité matérielle de mon corps mais je perçois mon corps éthérique  transparent qui se déplace sans que j’aie à marcher.  Je souris à la légèreté.  Je me dirige plus loin dans la grotte et j’y aperçois un petit lac souterrain d’une pureté incomparable.  Tout au fond, je remarque des milliers de cristaux qui émanent mystérieusement leur influence guérisseuse.  Je m’y engouffre avec un plaisir inattendu. Le lac est alimenté par de nombreux petits ruisseaux qui jaillissent de plusieurs endroits de la paroi rocheuse m’offrant de merveilleux murmures.  L’eau est parfaitement équilibrée et bienfaisante pour mes corps émotionnel et mental.   Je n’ai aucun effort à faire pour me maintenir à la surface.  Je flotte simplement sur le dos et je ressens les guérisons.  Des couleurs comme des aurores boréales jaillissent des eaux de ce lac et me donnent un spectacle féérique. 
 
 La joie contribue à ma puissance imaginative qui crée au plafond de la grotte l’apparition d’un splendide rosier qui se nourrit de l’eau et de la lumière du lac.  Et les centaines de roses laissent échapper de minuscules gouttes de leur huile essentielle sur moi. Je sens ces effluves enivrantes,  je m’en délecte le plus possible. 
 
J’en ressors complètement apaisée.  J’y serais bien restée encore un peu mais une ouverture dans la pierre vient de s’ouvrir et je suis trop curieuse.   Alors, j’emprunte un sentier de pierres suspendues qui passent au-dessus du petit lac pour observer l’extérieur.  Waow!
 
Cette sortie débouche sur un pont suspendu très haut perché qui donne accès à un autre rocher.  D’un côté de l’horizon, une immense chute assourdissante qui me crie sa force et me renvoie sa bruine légère et brumeuse.  Elle se déverse dans un lac de l’autre côté de l’horizon.  C’est le même lac qui borde ma chambre d’enfant dont j’ai fait mention lors d’une autre visite dans mon espace du cœur.  Le vent est très puissant et je me sens heurtée par le contraste avec l’intérieur.  Tout ce que j’y vois m’appelle à la prudence ou plutôt au respect de cette nature grandiose.  Je n’ose pas m’aventurer sur ce pont.    Je ferme les yeux un moment pour appeler les éléments et m’harmoniser avec eux. Silence. 
 
Et lorsque je les ouvre, Marie est là qui me tend la main.  Indescriptible instant que de mettre ma main dans la sienne.  Je n’ai plus aucune peur,  Nous volons au-dessus du pont jusqu’à l’autre rive.     Bizarrement, j’y mets les pieds seule mais emplie de sérénité.  Le sol est jonché d’un tapis d’épines de pins que j’observe par milliers,  de gigantesques conifères forment cette forêt.  Plusieurs formes lumineuses s’y promènent et se rendent au temple que j’aperçois au loin. 
        
Les bruits de la troisième dimension me ramènent très rapidement pour ne pas dire violemment dans mon corps endormi et je remercie trop vite la source avant de sortir de mon cœur.  Mais je sais qu’en tout temps, je peux y retourner et y laisser mon élan créateur s’amuser.  Comme c’est bon.  Merci.
À plus.
Sue


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 20:32 (2019)    Post subject: La transformation finale

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Index -> DISCUSSIONS -> La transformation finale All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3
Page 3 of 3

 
Jump to:  

Index | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom